Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Compitum de Poplicola (CIL XIV, 4710)

Texte intégral

1Une chapelle de carrefour (compitum), attestée épigraphiquement, est déplacée par Cartilius Poplicola, à un emplacement attribué par les duovirs en exercice, Postumus Plotius et Aulus Genucius, et aménagée, à leurs frais, par les magistri uici, tous affranchis, qui la dotent d’un mur de clôture, d’une colonne et vraisemblablement d’un cadran solaire.

2Les raisons de ce transfert, datable vers 20 av. n.è., ne sont pas explicitées dans l’inscription. Si le lieu de découverte de l’inscription, près du Tibre (voir infra), correspondait peu ou prou à son emplacement d’origine (ce qui ne peut être vérifié), on ne pourrait exclure que le déplacement soit dû à la destruction par le fleuve de la chapelle précédente. Mais ce transfert pourrait tout autant être lié à un rehaussement et surtout à une réorganisation du réseau routier de la zone où se trouvait cette chapelle de carrefour (Bocherens, Zevi 2007, 267 ; Ep. lat. 2010, 113).

3Depuis Becatti (Top. gen. 1953, 106), le compitum mentionné dans cette inscription a fréquemment été identifié aux structures retrouvées au croisement du decumanus maximus et de la Via della Foce (Bloch 1962, 222-223 ; Bocherens, Zevi 2007, 267 ; Pensabene 2007, 176 ; voir fiche Ostia. Compitum de la Via della Foce). Cette hypothèse séduisante est considérée plus prudemment par d’autres savants (Bakker 1994, 121-122 ; Stek 2008, 129, n. 114). Elle apparaît cependant renforcée par la découverte récente, à proximité (dans une phase flavienne de la fullonica sous le temple des fabri nauales), d’une inscription en remploi mentionnant le don d’un horologium par un des magistri de la chapelle transférée par Poplicola (voir infra ; De Ruyt, Alavoine 2007, 118-119).

Sources épigraphiques

4CIL XIV, 4710 ; ILS 5395 ; Bloch 1958, 211-212, n° 3 ; EDR106925 (Raffaella Marchesini)

5Plaque de marbre (40 × 52,5 × 13 cm ; haut. lett. 2,7-3,5 cm), trouvée lors d’un éboulement consécutif à une inondation sur la rive gauche du Tibre, au nord-ouest de la ville, entre des horrea et les naualia (Borsari 1892, 161-162).

6Pour la restitution Hera[cleo] à la dernière ligne, voir l’inscription suivante et Bocherens, Zevi 200d7, 266-267 ; Ep. lat. 2010, 112-113.

Po[st]umus Plotius M(arci) f(ilius) quarto,
A(ulus) Genucius A(uli) f(ilius) iter(um) duouiri,
locum dederunt compiti aedificandi.
C(aius) Cartilius C(ai) f(ilius) Poplicola, duouir VII,
cens(or) III compitum transtulit.
D(ecimus) Caecilius DD(ecimorum) l(ibertus) Nicia, medicus,
L(ucius) Marcius L(uci) l(ibertus) Stephanus,
P(ublius) Naeuius P(ubli) l(ibertus) Heraclida,
mag(istri) uici, maceriem
et columnam de suo fecerunt.
C(aius) Cartilius C(ai) l(ibertus) Hera[cleo].

« Postumus Plotius, fils de Marcus, duovir pour la quatrième fois, et Aulus Genucius, fils d’Aulus, duovir pour la deuxième fois, ont attribué le lieu pour édifier un compitum. Gaius Cartilius Poplicola, fils de Caius, duovir pour la septième fois, censeur pour la troisième fois, a transféré le compitum. Decimus Caecilius Nicia, affranchi des Decimi, médecin, Lucius Marcius Stephanus, affranchi de Lucius, Publius Naevius Heraclida, affranchi de Publius, magistri du uicus, ont fait l’enclos et la colonne à leur frais. Gaius Cartilius Hera[cleo], affranchi de Gaius [---] ».

7Il est très vraisemblable que l’inscription suivante se rapporte au même compitum (Bocherens, Zevi 2007, 266-267). Elle permet de préciser le cognomen et la nature de l’intervention du magister uici mentionné à la fin de l’inscription précédente.

8De Ruyt, Alavoine 2007, 118-119 ; Ep. lat. 2010, 112-113

9Partie droite d’un bloc (de marbre ? ; 30 × 22/23,5 cm) retrouvé en remploi dans la première phase de la fullonica sous le temple des fabri nauales.

[C(aius) Car]tilius C(ai) l(ibertus)
[He]racleo,
[mag(ister)] ueici,
[horo]logium
[de suo ?] posuit.

« Gaius Cartilius Heracleo, affranchi de Gaius, magister du uicus, a posé le cadran solaire, à ses frais (?) ».

Bibliographie

  

Bakker 1994 : J.Th. Bakker, Living and Working with the Gods. Studies of Evidence for Private Religion and its Material Environment in the City of Ostia (100-500 AD), Amsterdam 1994.

Bloch 1962 : H. Bloch, « A Monument of the Lares Augusti in the Forum of Ostia », in HThR, 55, 1962, 211-223.

Bocherens, Zevi 2007 : C. Bocherens, F. Zevi, « La schola du Trajan et la domus du consul Caius Fabius Agrippinus à Ostie », in ArchCl, 58, 2007, 257-271.

De Ruyt, Alavoine 2007 : C. De Ruyt, V. Alavoine, « Les enduits peints et les stucs du site du temple des Fabri Navales (Ostie) », in B. Perrier éd., Villas, maisons, sanctuaires et tombeaux tardo-républicains, Roma 2007, 113-122.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Stek 2008 : T.D. Stek, « A Roman cult in the Italian countryside? The Compitalia and the shrines of the Lares Compitales », in BABesch, 83, 2008, 111-132.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter