Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Chapelle aux trois nefs (Sacellum delle Tre Navate ; III, II, 12)

Texte intégral

1La chapelle aux trois nefs, fouillée en 1939, occupe un espace intermédiaire entre, au nord-ouest, le cryptoportique du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1), construit vers 140-150 (Top. gen. 1953, 147, 224 ; Packer 1971, 177-182), et, au sud-est, un édifice (III, II, 9), datable du début de l’époque d’Hadrien (Becatti 1954, 69). Elle est située presqu’en face de la chapelle III, II, 11 (fiche ; fig. 7, n° 22 ; 92).

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’ aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

Fig. 92

Fig. 92

Plan de l’environnement de la chapelle III, II, 11 (Top. gen. 1953)

© DR

2Le sacellum était accessible directement depuis le Caseggiato degli Aurighi, sur le cryptoportique duquel donnait son entrée principale. Ce Caseggiato était articulé autour d’une cour centrale : au rez-de-chaussée s’y ouvraient non seulement des pièces de logement mais aussi des ateliers et boutiques ; des appartements étaient situés aux étages.

3Une entrée plus étroite, au nord-est du lieu de culte, permettait également l’accès, par un passage étroit, depuis le complexe III, II, autour duquel s’articulaient une série de tabernae, des ateliers et habitations à plusieurs étages (Top. gen. 1953, 137, 235) et, plus au nord, depuis le vaste complexe III, I (mal documenté et dont les fonctions précises restent inconnues ; Top. gen. 1953, 126 ; Packer 1971, 16).

4Il est donc vraisemblable que la chapelle ait été principalement fréquentée par des habitants et travailleurs du Caseggiato degli Aurighi mais aussi sans doute par des travailleurs des deux complexes voisins (III, I et III, II).

5La divinité tutélaire du lieu de culte n’est pas connue. Les podiums pourraient faire songer à un mithraeum mais manque tout autre indice en ce sens (la décoration ne présente aucune caractéristique mithriaque ; les parois verticales des podiums ne sont pas pourvues des habituelles niches). Une telle identification semble donc exclue (Becatti 1954, 72 ; Floriani Squarciapino 1962, 47, 63 ; Steuernagel 2001, 51). Après avoir écarté l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’un culte syrien (si les banquets sacrés y jouaient une part importante, le porc [voir infra] y était exclu), Becatti suggère, sur la base du cratère figurant sur la mosaïque, des peintures (présence du thyrse et de la ciste mystique) et surtout d’une statuette retrouvée dans la chapelle, que Dionysos y ait été honoré (Calza 1938-1939, 390 ; Becatti 1954, 69-75 ; Bollmann 1998, 443-446 ; Steuernagel 2001, 48-51 ; Egelhaaf-Gaiser 2002, 157-158 ; Liedtke 2003, 48-52 ; Steuernagel 2004, 105-106, 185-186 ; Pavolini, 2006, 143-144).

Structures archéologiques

6La chapelle est dotée, au sud-ouest, d’une abside qui semble lui préexister (elle est un peu plus haute que le toit qui couvre l’espace de la chapelle) : elle pourrait remonter à l’époque d’Hadrien (Becatti 1954, 69, 72, 75 ; Steuernagel 2001, 49 ; fig. 120, 121). L’abside (prof. 90 cm) se caractérise par une construction soignée en brique rouge, avec deux pilastres encadrant une niche en opus reticulatum de briques jaunes et rouges alternées, taillées à cette fin (fig. 122). Le niveau de la niche semi-circulaire est à 60 cm au-dessus de celui du pavement ; sur celui-ci a été élevé un petit podium en brique sur lequel se dresse une base de statue. La niche est conservée jusqu’au départ de sa voûte de couverture.

Fig. 120

Fig. 120

Plan de la chapelle (Becatti 1954, fig. 15)

© DR

Fig. 121

Fig. 121

Intérieur de la Chapelle des Trois Nefs (ICCD_E40717)

© DR

Fig. 122

Fig. 122

Abside la chapelle des Trois Nefs

© DR

7Les pilastres du cryptoportique sud-est du Caseggiato degli Aurighi sont renforcés sur trois côtés peu après leur construction et le portique fermé par des cloisons basses, entre les arcades (des opérations similaires sont perceptibles à d’autres endroits du Caseggiato). Ce mur formera la paroi nord-ouest de la chapelle, tandis qu’au sud-est est construit un mur en opus latericium, vraisemblablement au même moment. En effet, de part et d’autre, les cloisons et le mur s’élèvent jusqu’à 2 m de hauteur et conservent les traces, à intervalles réguliers, des poutrelles, qui devaient supporter la couverture de la pièce. Cette hauteur limitée permet de respecter les fenêtres ou ouvertures des deux édifices préexistants (Caseggiato degli Aurighi et Caseggiato III, II, 9), qui s’ouvrent sur cet espace auparavant découvert. Entre ces murs parallèles est édifié, au nord-est, le mur de la façade, oblique et non perpendiculaire, avec un parement grossier de morceaux de tuf et de brique. Il est muni d’une porte avec seuil de travertin. Quant à l’abside, elle est reliée aux parois latérales par deux cloisons, au parement grossier. Une pièce rectangulaire a ainsi été formée (env. 17,5 × 7,5 m).

8L’abside est également prolongée vers l’avant avec deux murs en briques, appuyés contre les pilastres. La face interne de ceux-ci est décorée de peintures imitant des décors de marbres polychromes. La face externe du mur de droite conserve également des traces d’enduit peint. Le pavement de la cella (prof. env. 4 m) est constitué d’une mosaïque géométrique en noir et blanc (au décor typique du milieu du iie s., selon Becatti 1954, 70). Cette sorte de cella pourrait, selon Steuernagel (2001, 49-50), être antérieure à la construction des murs latéraux formant la chapelle. Sur la paroi de faux marbre du côté droit ont été vus des graffiti représentant trois bateaux, et, semble-t-il, le nom, Diodoros, en alphabet grec (Becatti 1954, 73 ; Langner 2001, n° 1992, 2112, 2251).

9Les murs latéraux internes portent deux strates de peintures, au décor et au style très similaires, qui témoignent d’une réfection rapprochée dans le temps. Sur un arrière-fond blanc, de grand cadres de couleurs contiennent des motifs tels que des oiseaux, des oscilla, des thyrses, un objet qui semble avoir la forme d’une ciste mystique, une oinochoé (Becatti 1954, 70-71).

10Deux longs podiums sont adossés aux murs latéraux, recouvrant la partie inférieure du premier enduit peint, tandis que le second enduit est appliqué une fois les podiums construits. Il apparaît ainsi clairement que, dans un premier temps, la chapelle n’était pas munie de podiums. Sur les podiums sont élevées des colonnes de brique, stuquées de rouge (seule la colonne au nord de la porte d’entrée est antique). Selon Becatti (1954, 71), celles-ci auraient pu remplacer des colonnes de bois, qui devaient, elles aussi, soutenir le toit.

11Lors de la construction des podiums est également réalisée la mosaïque du pavement devant la cella. Entourée d’une bande noire, elle a un fond blanc et figure, devant la cella, un autel quadrangulaire avec un feu allumé bordé à droite d’un porc tourné vers l’autel et à gauche d’un couteau sacrificiel et d’un cratère de type néo-attique (fig. 123). Au centre du pavement se trouve une vasque rectangulaire en maçonnerie, qui était couverte de marbre et présentait une fistula de plomb. Dans l’égout sous le pavement ont été vues des estampilles renvoyant à l’année 148.

Fig. 123

Fig. 123

Détail de la mosaïque : autel entouré d’un porc, d’un cratère et d’un couteau sacrificiel (Becatti 1954, pl. 14, 1)

© DR

12En même temps que la chapelle sont construites une pièce qui la précède (et sert en quelque sorte d’antichambre) et une cuisine semi-enterrée, accessible par deux marches, voûtée et enduite (Becatti 1954, 71 ; Steuernagel 2001, 50). Elle était dotée d’un large foyer, en maçonnerie, pourvu de deux niches inférieures sur le côté est ; dans l’angle sud-ouest se trouvait un four. La présence de la cuisine montre que des banquets se tenaient dans la chapelle.

13L’unique objet retrouvé dans la chapelle (qui était remplie d’un remblai de tuiles et d’amphores brisées) correspond à une petite tête de marbre. Elle représente un jeune homme, couronné de pampre, dont manque la partie postérieure. Le style renvoie, selon Becatti (1954, 73, pl. XIV, 3), à la seconde moitié du iie s.

14Si la datation de l’édification de l’abside vers l’époque d’Hadrien semble admise, celle de la chapelle est plus problématique. Becatti (1954, 75 ; suivi par Bollmann 1998, 445) date l’implantation de la chapelle vers le milieu du iie s. Steuernagel (2001, 50) penche pour l’époque sévérienne : les peintures des murs tout comme les mosaïques pourraient, selon lui, supporter une telle datation.

Bibliographie

  

Becatti 1954 : G. Becatti, I mitrei, Roma 1954 (Scavi di Ostia, 2).

Bollmann 1998 : B. Bollmann, Römische Vereinshauser : Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mainz 1998.

Calza 1938-1939 : G. Calza , « Scavi a Ostia », in Le Arti, 1, 1938-1939, 388-393.

Egelhaaf-Gaiser 2002 : U. Egelhaaf-Gaiser, « Religionsaesthetik und Raumordnung am Beispiel der Vereinsgebaeude von Ostia », in U. Egelhaaf-Gaiser, A. Schäfer éds., Religiöse Vereine in der Römischen Antike. Untersuchungen zu Organisation, Ritual und Raumordnung, Tübingen 2002, 123-172.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Langner 2001 : M. Langner, Antike Graffitizeichnungen. Motive, Gestaltung und Bedeutung, Wiesbaden 2001 (Palilia, 11).

Liedtke 2003 : C. Liedtke, Nebenraumdekorationen des 2. und 3. Jahrhunderts in Italien, Berlin, New York 2003.

Packer 1971 : J.E. Packer, The Insulae of Imperial Ostia, Roma 1971 (MAAR, 31).

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Steuernagel 2001 : D. Steuernagel, « Kult und Community. Ueber Sacella in den insulae von Ostia », in RM, 108, 2001, 41-56.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Table des illustrations

Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie (en vert, les lieux de culte de collège ; en rouge, les mithraea ; en bleu les lieux de culte d’associations professionnelles ou de voisinage non dédiés à Mithra : 1. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’ aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des Thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite Domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 92
Légende Plan de l’environnement de la chapelle III, II, 11 (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 120
Légende Plan de la chapelle (Becatti 1954, fig. 15)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 121
Légende Intérieur de la Chapelle des Trois Nefs (ICCD_E40717)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 122
Légende Abside la chapelle des Trois Nefs
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 123
Légende Détail de la mosaïque : autel entouré d’un porc, d’un cratère et d’un couteau sacrificiel (Becatti 1954, pl. 14, 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 716k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter