Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Basilique constantinienne (reg. III)

Texte intégral

1Située au nord-est de la porte de la muraille, à l’est de la Via del Sabazeo (fig. 8), la basilique constantinienne d’Ostie, attestée par le Liber pontificalis, est repérée à l’occasion d’une campagne de prospection géophysique, en 1996 (Bauer, Heinzelmann, 1999 ; Bauer, Heinzelmann et al. 1999 ; Bauer, Heinzelmann, Martin 2000, 375-386 ; Bauer, Heinzelmann 2001, 278-282 ; Bauer 2003, 52-54 ; Steuernagel 2004, 116-117 ; Pavolini, 2006, 239-240). Quelques sondages ont permis d’en vérifier le plan, de préciser son lien avec les constructions antérieures et d’établir la chronologie de sa construction et de ses différentes phases.

Fig. 8

Fig. 8

Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)

© DR

2Selon le Liber pontificalis, la basilique a été offerte par Constantin, accompagné d’un certain Gallicanus qui vivait à Ostie et y possédait peut-être ce terrain (Bauer 2003, 53). Elle est dédiée aux apôtres Pierre et Paul et à Jean le Baptiste. Quant à la vie de saint Gallicanus, elle présente ce personnage comme le seul fondateur d’une église dédiée à saint Laurent. Il est vraisemblable que cette attribution soit tardive et dérive de la proximité de la basilique avec une porte de l’enceinte, appelée Porta Laurentina, conduisant à Laurentum au sud d’Ostie (Bauer 2003, 53-54).

3Les données archéologiques corroborent les sources littéraires : la basilique a été construite sous le règne de Constantin ; elle possède en outre un baptistère, comme permettaient de le supposer, parmi les dons faits par l’empereur, ceux d’une patène pour le chrême et d’un vase d’argent pour le baptême. Elle était, selon toute vraisemblance, le siège de l’évêque d’Ostie (Février 1958, 300).

Sources littéraires

4Liber pontificalis, Siluester, 28-29 (éd. L. Duchesne, I, 1886, 183-184)

Eodem tempore fecit Constantinus Augustus basilicam in ciuitate Hostia, iuxta portum urbis Romae, beatorum apostolorum Petri et Pauli et Johannis Baptistae, ubi et dona obtulit haec :
patenam argenteam, pens. lib.
XXX ; calices argenteos X, pens. sing. lib. II ; amas argenteas II, pens. sing. lib. X ; fara cantara argentea XXX, pens. sing. lib. quinas ; scyphos argenteos II, pens. sing. lib. VIII ; patenam argenteam chrismalem singularem, pens. lib. X ; peluem ex argento ad baptismum, pens. lib. XX ; insulam quae dicitur Assis, quod est inter Portum et Hostia, possessiones omnes maritimas usque ad Digitum Solis, praest. sol. DCLV ; possessio Graecorum, in territurio Ardeatino, praest. sol. LXXX ; possessio Quirinis, territurio Hostense, praest. sol. CCCXI ; possessio Balneolum, territurio Hostense, praest. sol. XLII ; possessio Nymfulas, praest. sol. XXX.
Item dona quae obtulit Gallicanus basilicae suprascriptae sanctorum apostolorum Petri et Pauli et Johannis Baptistae ; obtulit hoc :
coronam argenteam cum delfinos, pens. lib.
XX ; calicem argenteum anaglyfum, pens. lib. XV ; amam argenteam, pens. lib. XVIII ; massam territurio Sabinense Mallianum, praest. sol. CXV et tremissium ; fundum Picturas, territurio Velliterno, praest. sol. XLIII ; fundum Surorum, uia Claudia, territurio Vegentano, praest. sol. LVI ; massa Gargiliana, territurio Suessano, praest. sol. DCLV.

« À la même époque, Constantin Auguste fit une basilique dans la cité d’Ostie, près du port de la ville de Rome, consacrée aux bienheureux apôtres Pierre et Paul et à Jean le Baptiste, et il y apporta les dons suivants : une patène d’argent, pesant 30 livres ; dix calices d’argent, pesant chacun deux livres ; deux burettes d’argent pesant chacune dix livres ; trente lampadaires d’argent pesant chacun cinq livres ; deux coupes d’argent pesant huit livres chacune ; une patène d’argent pour le saint chrême, pesant dix livres ; un bassin d’argent pour le baptême, pesant vingt livres ; l’île appelée Assis entre Portus et Ostia, toutes les propriétés côtières jusqu’à Digitus Solis, d’un revenu de 300 solidi ; la propriété des Grecs, dans le territoire d’Ardée, d’un revenu de 80 solidi ; la propriété de Quirinus, du territoire d’Ostie, d’un revenu de 321 solidi ; la propriété Balneolum, du territoire d’Ostie, d’un revenu de 42 solidi ; la propriété Nymfulas, d’un revenu de 30 solidi.
Gallicanus aussi fit des dons à la basilique susmentionnée des saints apôtres Pierre et Paul et Jean le Baptiste ; il offrit ce qui suit : une couronne d’argent, ornée de dauphins, pesant vingt livres ; un calice d’argent ciselé pesant quinze livres ; une burette d’argent de dix-huit livres ; le fonds Mallianus, dans le territoire sabin, d’un revenu de 115 solidi et un tremissium ; le fonds Picturas, du territoire de Veliterne, d’un revenu de 43 solidi ; le fonds des Syri, sur la voie Claudia, du territoire de Véies, d’un revenu de 56 solidi ; la propriété Gargiliana, du territoire de Suessa, d’un revenu de 655 solidi ».

5Actes de saint Gallicanus (Acta sanctorum, 7 juin, vol. VII, 34)

Gallicanus, cité dans la Vita Siluestris comme donateur de la basilique, aux côtés de Constantin, apparaît comme fondateur d’une église à Ostie dans les Actes du saint Gallicanus. Celui-ci est généralement identifié au consul de 330, Flavius Gallicanus (PLRE I, 382-383 ; il pourrait toutefois aussi s’agir d’Ovinius Gallicanus (PLRE I, 383), consul avant 317).

Hic primus in Ostiensi urbe extruxit ecclesiam et dedicauit officia clericorum. Huic se sanctus leuita Laurentius reuelauit, adhortans eum, ut in eius nomine ecclesiam fabricaret in porta, quae nunc usque Laurentia nuncupatur.

« Celui-ci fit, le premier, construire une église dans la ville d’Ostie et la dédia au service des clercs. Le saint lévite Laurent se révéla à lui, en l’exhortant de bâtir une église à son nom, près de la porte, qui est, encore maintenant, appelée Laurentia ».

6Les Actes de Gallicanus, vraisemblablement postérieurs à la rédaction du Liber Pontificalis, remontent au plus tôt à la seconde moitié du vie s. L’église est bâtie non loin de la porte Laurentina : comme l’a relevé Février (1958, 300-301), « on saisit par là le jeu de mot qui a donné naissance à l’idée de l’apparition » d’un saint dont le nom évoque celui de la porte.

Sources archéologiques

7Le plan de la basilique a été reconstitué par le croisement des données issues des prospections géophysiques, des photographies aériennes et des sondages de contrôle (fig. 74 ; Bauer, Heinzelmann 1999a ; Bauer, Heinzelmann 2001, 278-282 ; Bauer, Heinzelmann et al. 1999b ; Bauer, Heinzelmann, Martin 2000, 375-386).

Fig. 74

Fig. 74

Plan de la basilique constantinienne (Martin et al. 2002, 262, fig. 3)

© DR

8Ces derniers ont permis d’établir que l’église a été édifiée sur des niveaux de destruction d’une insula du iie s. de même orientation. L’atrium de la basilique semble prendre place sur la cour de l’insula précédente.

9La basilique, orientée, comporte trois nefs, dont la centrale se termine en abside (dimensions externes, avec l’abside : 51,45 × 23,30 m). La nef centrale (larg. 11,40 m) est plus large que les nefs latérales (4,80 m). L’élévation de l’édifice n’est repérable qu’à quelques endroits. Pour le reste, seules les fondations sont conservées. L’église, pourvue de 14 colonnes sur chaque côté, s’élevait sur deux niveaux et devait atteindre environ 14 m de haut dans la nef centrale. Le seuil (long. 3 m) était encadré de colonnes ou de pilastres.

10La céramique issue des fondations confirme que la construction remonte à l’époque de Constantin. Quant au sol conservé par endroit, il remonte, d’après les monnaies retrouvées, à une phase d’utilisation et de rénovation de la fin du ive s. Il ne reste aucune trace du pavement constantinien.

11La basilique est précédée d’un atrium à quadriportique à colonnes, lui-même précédé d’une petite cour donnant sur la rue. L’atrium est flanqué, au sud, d’un édifice identifiable au baptistère, doté d’une abside à l’est et d’une salle principale avec fonds baptismaux. Divers indices donnent à penser qu’il était recouvert d’une coupole supportée par des colonnes de marbre. Le baptistère n’a pas été conçu dans le plan originel de la basilique ; sur la base de comparaison stylistique, il peut être daté du ve s.

12Les fouilles ont également montré que l’église et l’atrium ont été utilisés pour des inhumations, dès le ve s.

13L’abside fait l’objet d’une rénovation complète datable du viie s., grâce à la céramique. Par contre, la partie occidentale du complexe semble alors déjà avoir perdu sa fonction première : le nord de l’atrium est occupé par un habitat modeste aux ve et vie s.

14Le bâtiment est abandonné et pillé systématiquement à la fin du viiie ou au début du ixe s., à l’époque correspondant à la construction, par le pape Grégoire IV (827-844), d’une Gregoriopolis, à l’est de la ville antique (le borgo de l’actuelle Ostia antica). La récupération systématique des matériaux de la basilique constantinienne s’explique vraisemblablement par la construction de ce nouveau bourg.

Bibliographie

 

Bauer 2003 : F.A. Bauer, « Stadtbild und Heiligenlegende. Die Christianisierung Ostias in der spätantiken Gedankenwelt », in G. Brands, H.G. Severin éds., Die spätantike Stadt und ihre Christianisierung, Wiesbaden 2003, 43-62.

Bauer, Heinzelmann 2001 : F.A. Bauer, M. Heinzelmann, « L’église épiscopale d’Ostie », in Ostia, 2001, 278-282.

Bauer, Heinzelmann, et al. 1999 : F.A. Bauer, M. Heinzelmann, A. Martin, A. Schaub, « Untersuchungen im Bereich der konstantinischen Bischofskirche Ostias. Vorbericht zur ersten Grabungskampagne 1998 », in RM, 106, 1999, 289-341.

Bauer, Heinzelmann 1999 : F.A. Bauer, M. Heinzelmann, « The Constantinian Bishop’s church at Ostia : preliminary report on the 1998 season », in JRA, 12, 1999, 342-354.

Bauer, Heinzelmann, Martin 2000 : F. Bauer, M. Heinzelmann, A. Martin, « Ostia. Ein urbanistisches Forschungsprojektindenunausgegrabenen Bereichendes Stadtgebiets. Vorberichtzur 2. Grabungskampagne 1999 », in RM, 107, 2000, 375-415.

Février 1958 : A. Février, « Ostie et Porto à la fin de l’antiquité », in MEFRA, 70, 1958, 295-330.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Table des illustrations

Titre Fig. 8
Légende Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 74
Légende Plan de la basilique constantinienne (Martin et al. 2002, 262, fig. 3)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter