Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Basilique d’Asterius (localisation incertaine)

Texte intégral

1Une basilique chrétienne dédiée au martyr Asterius existe à Ostie dès le troisième quart du ive s. (Février 1958, 296-297 ; Meiggs 1973, 524-525 ; Amore 1975, 223-224 ; Bauer 2003, 56-58 ; Pannuzi 2006, 369). Celle-ci est en effet mentionnée dans le Libellus precum, daté de 383-384 : un prêtre de Rome, Macarius, qui s’est dressé contre l’évêque Damase, est envoyé à Ostie, après son arrestation violente. Il y meurt de ses blessures et est enseveli dans un endroit obscur. L’évêque d’Ostie, quoique partisan de Damase, estimait Macarius et fait transporter son corps dans la basilique d’Asterius.

2Il existe deux versions de la passion d’Asterius – voire deux martyrs du même nom (Meiggs 1973, 524-525 ; Amore 1975, 223-224). Selon la plus brève (dans la Passion de Callixte), il est martyrisé à Rome en 222. Son corps, jeté au Tibre, est retrouvé à Ostie par des chrétiens qui l’y ensevelissent, le 21 octobre. Selon la plus longue (dans la passio des saints Marius et Martha et de leurs fils Audifax et Abachuc), Asterius est converti, en même temps que sa maisonnée, sous l’empereur Claude II (268-270), par le prêtre Valentinus qu’il aurait dû faire apostasier. Arrêté, Asterius est envoyé à Ostie, jugé, torturé et condamné aux bêtes. Celles-ci ne remplissant pas leur mission, et devant l’échec des flammes qui auraient dû le consumer, il est conduit hors de la cité et mis à mort, le quinzième jour avant les kalendes de février (18 janvier), in quo loco fabricata est ecclesia.

3D’après le Liber pontificalis (Sergius II, éd. L. Duchesne, rééd. 1981, II, 94), le corps d’Asterius a été transféré par le pape Serge II (844-847) à Rome, dans la basilique de S. Martino ai Monti. Un autre transfert des reliques du martyr (et de douze autres saints) est évoqué au xiie s. par un chanoine d’Arrouaise lors de sa visite à Ostie : elles ont alors été transportées dans la basilique de S. Aurea, sans doute parce que la basilique d’Asterius était alors en ruine (Meiggs 1973, 525).

4Celle-ci n’a pas été retrouvée. Selon Février (1958, 296-297), elle aurait pu se dresser à proximité immédiate du fleuve, à l’endroit où les chrétiens d’Ostie auraient retrouvé le corps d’Asterius, peut-être à l’est de la cité, non loin de S. Aurea (voir aussi en ce sens Bauer 2003, 56-58). Dans l’état actuel de nos connaissances, les données apparaissent cependant trop maigres et trop fragiles pour permettre une hypothèse de localisation de ce lieu de culte (Pannuzi 2006, 369). L’existence de celui-ci paraît cependant solide.

Sources littéraires

5Libellus precum, 22 (Libellus precum (Faustin (et Marcellin). Supplique aux empereurs. (Libellus precum et Lex Augusta), précédé de Faustin. Confession de foi. Introduction, texte critique, traduction et notes par A. Canellis, Paris, 2006 [SC, 504])

80. Denique tendunt insidias clerici Damasi et, ubi cognouerunt quod sacras uigilias celebrat cum plebe presbyter Macarius, irruunt cum officialibus in illam domum et plebem dissipant non resistentem ipsumque presbyterum comprehensum non iam ducere dignatur sed per silices trahunt, ita ut in coxa eius perniciosum uulnus fieret, atque alio die sistunt eum ante iudicem ut magni criminis reum. 81. Cui quidem iudex, ueluti sub imperiali rescripto, et minis extorquere contendit ut cum Damaso conueniat. Sed presbyter, memor diuini iudicii, praesentem iudicem non timens reppulit perfidi communionem atque ideo datur in exilium et, cum est apud Ostiam, atrocitate illius uulneris moritur. 82. Cuius quidem tanta fuit sanctitas ut eum etiam episcopus loci illius, nomine Florentius, communicans Damaso, cum quadam ueneratione suspexerit. Namque cum in quodam uetusto monumento eum fratres sepelissent, non est passus idem Florentius iacere eum illic ubi indigna sepultura uideretur, sed transfert eum inde et sepelit in basilica martyris Asterii, ubi in loco presbyterii qui <est> iuxta sepulturam. Hoc pio suo obsequio, in quantum poterat, Damasi scelus a se facere contendebat alienum.

80. « Les clercs de Damase tendent un piège et, quand ils apprirent que le prêtre Macaire célèbre ds vigiles saintes avec le peuple, ils font irruption dans cette maison avec les policiers ; ils dispersent le peuple qui ne résiste pas ; quant au prêtre lui-même, ils ne daignent pas l’emmener <simplement> ; ils le traînent sur les pierres, si bien qu’il eut une mauvaise blessure à la hanche. Le lendemain, ils le font comparaître devant un juge, comme s’il était coupable d’un grand crime. 81. Certes, le juge, comme s’il agissait au nom du rescrit impérial, s’efforce par des menaces de le faire s’accorder avec Damase. Mais le prêtre, qui se rappelait le Jugement divin, repoussa, sans craindre le juge du moment, la communion avec un mécréant. Aussi est-il envoyé en exil et, alors qu’il est à Ostie, il meurt de l’atrocité de sa blessure. 82. En vérité, sa sainteté était si grande que l’évêque même du lieu, nommé Florentius, qui était en communion avec Damase, le considéra avec un certain respect. De fait, comme les frères l’avaient enseveli dans certain vieux tombeau, ce Florentius ne souffrit pas qu’il reposât en cet endroit qui paraissait une sépulture indigne ; mais il le transfère de là et l’ensevelit dans la basilique du martyr Astérius, à l’endroit du presbyterium qui est à côté de <sa> sépulture. En accomplissant ce pieux devoir, il cherchait à se rendre étranger, autant qu’il le pourrait, au crime de Damase » (trad. A. Canellis).

6Les mots qui – sepulturam sont corrompus. Deux suggestions ont été formulées. La première ubi in loco presbyterii quiescit iusta sepultura, « là où, en un endroit du presbyterium, il repose dans une juste sépulture », joue sur l’opposition entre l’indigna sepultura antérieure et la iusta sepultura donnée par l’évêque d’Ostie à Macaire. L’autre correction, d’A. Canellis, ubi in loco presbyterii qui <est> iuxta sepulturam, repose sur l’hypothèse vraisemblable que Macaire ait été enseveli à proximité même du martyr Asterius.

Bibliographie

  

Amore 1975 : A. Amore, I martiri di Roma, Roma 1975.

Bauer 2003 : F.A. Bauer, « Stadtbild und Heiligenlegende. Die Christianisierung Ostias in der spätantiken Gedankenwelt », in G. Brands, H.G. Severin éds., Die spätantike Stadt und ihre Christianisierung, Wiesbaden 2003, 43-62.

Février 1958 : A. Février, « Ostie et Porto à la fin de l’antiquité », in MEFRA, 70, 1958, 295-330.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pannuzi 2006 : S. Pannuzi, « Recenti indagini archeologiche presso la chiesa di S. Aurea nel borgo di Ostia antica », in R. Francovich, M. Valenti éds., IV Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, Firenze 2006, 369-377.

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter