Version classiqueVersion mobile

Korčula sous la domination de Venise au xve siècle

 | 
Oliver Jens Schmitt

Les hommes et le pouvoir

Première conférence

Texte intégral

1Je consacrerai cette première conférence à l’étude de l’ampleur du pouvoir à Korčula : la Sérénissime a-t-elle vraiment dominé cette île ? Pour répondre à cette question, nous procéderons en plusieurs étapes. D’abord, nous esquisserons le cadre politique et constitutionnel. Puis nous changerons de perspective en présentant un cas paradigmatique qui illustre le rapport entre les administrateurs vénitiens et les administrés, les relations entre les gouverneurs et une société régionale déchirée par ses luttes intestines. Dans un troisième volet, nous réunirons les deux approches, en pesant la valeur de nos exemples et l’ampleur des conclusions que nous pouvons en tirer pour interpréter les possessions de la république de Venise outre-mer.

Le cadre politique et constitutionnel de la domination vénitienne

  • 1 R. C. Mueller, « Aspects of Venetian sovereignty in Medieval and Renaissance Dalmatia », in C. Dem (...)
  • 2 J. J. Hanel, Statuta et leges civitatis et insulae Curzulae : 1214-1558, Zagreb, Academia scientar (...)

2En 1420, l’île de Korčula passa définitivement sous la domination de Venise ; cette année-là, la République réussit à s’emparer de toute la côte orientale de l’Adriatique, à l’exception des quelques ports restés à la couronne hongroise – Rijeka (Fiume, en allemand : Sankt Veit am Pflaum), Bakar (Buccari en italien) et Senj (Segna en italien, Zengg en allemand) dans le golfe du Kvarner (en italien Quarnero) au nord, et la république de Dubrovnik (Raguse) au sud1. Les patriciens de Korčula conclurent un accord avec l’amiral vénitien qui avait pris possession de l’île. Les deux communes étaient d’une puissance politique tout à fait inégale, mais appartenaient au même monde politique et constitutionnel, celui des communes adriatiques, qui parlaient, pour ainsi dire, la même langue politique2. Venise appliquait le modèle d’intégration de la terre ferme (Veneto) : Korčula fut traitée comme les grandes villes de l’Italie supérieure qui se rendaient à la Sérénissime. L’élément clé fut la reconnaissance par Venise de la constitution locale, c’est-à-dire du droit autochtone, des statuts qui avaient été codifiés par des juristes italiens à partir du dernier quart du xiiie siècle. Venise s’obligea à respecter ces structures locales, comme les biens fonciers existants. En revanche, l’élite curzolaine reconnut la domination du doge, prêta un serment de fidélité et accepta un gouverneur qui, dans la première phase de l’administration vénitienne, était élu par le conseil de Korčula et confirmé par le doge de Venise. En réalité, l’élection fut assez vite confiée au Grand Conseil de Venise, la plus grande assemblée du patriciat vénitien. En lisant le contrat, on a l’impression d’un contraste énorme entre la fiction dépeignant deux partenaires égaux et la réalité de la puissance apparemment écrasante de Venise – avec ses 180 000 habitants, ses richesses, son commerce, ses flottes, et une île de peut-être 3 000 à 4 000 paysans, marins et pêcheurs.

  • 3 S. Ćirković, Istorija srednjovekovne bosanske države, Belgrade, Srpska književna zadruga, 1964 ; i (...)

3Venise se réservait seulement la direction de la hiérarchie administrative, c’est-à-dire le poste du gouverneur ; à part cela, elle laissait intactes les structures existantes. Cela correspondait parfaitement à l’idéologie vénitienne, qui se fondait sur l’idée de paix et de justice que la République promettait à ses sujets italiens et outre-mer. Paix et justice seraient garanties par la conservation du droit local et des structures de pouvoir traditionnelles. D’un autre côté, Venise ne perdait pas de vue ses intérêts stratégiques : elle s’était emparée de Korčula afin de contrôler l’entrée dans la mer Adriatique par ce port qui reliait Corfou et Durazzo avec Split et Zadar, et qui permettait avant tout à la navigation vénitienne de contourner la grande concurrente voisine, la république de Dubrovnik, restée sous suzeraineté hongroise et qui contestait âprement l’hégémonie vénitienne dans l’Adriatique méridionale. De plus, Korčula se trouvait très proche de l’arrière-pays balkanique, de l’Herzégovine, sous la domination du seigneur qui lui donna son nom, le herceg (duc) Stipan Vukčić (mort en 1466), et du royaume de Bosnie, fragmenté en plusieurs seigneuries – deux régions qui étaient dès le début du xve siècle la cible des raids ottomans3. Du côté maritime, Korčula barrait le chemin aux navires catalans qui opéraient à partir des ports du royaume de Naples après qu’Alphonse V, roi d’Aragon, était entré en 1442 en triomphe dans la capitale du royaume. Alphonse suivit la politique des grands monarques napolitains en entamant presque immédiatement une considérable action balkanique qui préparait sa marche vers Constantinople, mais qui visait aussi à contenir les ambitions de Venise. Alphonse noua peu à peu un réseau de vassaux, de la Morée jusqu’en Herzégovine, dont les exportations passaient notamment par l’embouchure de la Neretva (Narenta) dans l’immédiat voisinage de Korčula.

  • 4 C. Marinescu, La Politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416-1458), Barcelone, I (...)

4Du coup, la petite île se trouvait dans l’épicentre du conflit vénéto-napolitain pour l’hégémonie en Méditerranée orientale4 – son administration n’était donc pas une affaire négligeable. Une lecture du contrat vénéto-curzolain donne l’impression d’une domination plutôt symbolique tandis que celle des actes du Sénat vénitien fournit l’image contraire d’un contrôle croissant. Cette constatation contradictoire nous mène à l’analyse de la documentation locale. Avant de nous plonger dans le détail des mentalités politiques, il faut que nous décrivions brièvement les institutions qui formaient le cadre des luttes de pouvoir.

  • 5 Državni arhiv u Zadru. Arhiv Korčule 10/14/4 f. 85v. Comme toutes les citations de matériel archiv (...)

5Du côté vénitien, l’énumération des postes est rapide : la République était représentée par un comes, un comte élu pour deux ans, comme tous ses collègues dans les autres possessions vénitiennes, et accompagné d’un chancelier d’origine italienne, donc pas forcément vénitien. Le comte ne disposait ni d’une force policière vénitienne, ni d’un appareil administratif composé de non-Curzolains. En fait, il se trouvait seul face à la société locale, entouré physiquement et symboliquement par les représentants des structures pré-vénitiennes. Cela était particulièrement bien visible quand le gouverneur jugeait des procès civils ou pénaux, assis sur un banc sur la place principale, en compagnie des juges locaux qui étaient élus par le conseil des patriciens de Korčula. Le gouverneur présidait ce conseil dans lequel se rassemblaient régulièrement environ soixante patriciens. C’était à travers eux qu’il exerçait son pouvoir, ou, plus précisément, il était prévu qu’il administrât avec leur soutien toute la société insulaire. Le pouvoir patricien reposait sur une hiérarchie assez riche de commissions et de postes. La constitution séparait les habitants – omnes populares et universitas popularium civitatis et insule Curzule5 (tout le peuple non patricien et la communauté du peuple non patricien de la ville et de l’île de Korčula) – en plusieurs groupes, suivant le modèle socio-politique de Venise. Mais, contrairement à la situation dans la métropole adriatique, à Korčula, comme dans toutes les communes de Dalmatie, des tensions entre patriciens et populares couvaient, pour exploser de temps en temps dans des conflits ouverts. L’exclusion de la vie politique des non-patriciens était un trait commun de toute la région, et le conflit permanent qui en était la conséquence était surtout gênant pour la gestion de la justice. Les tensions entre patriciens et populares n’étaient pas limitées à l’espace urbain ; dans l’espace rural, les lignes de conflit passaient entre la population paysanne et les citoyens de la ville ; nous retrouvons les mêmes lignes au sein de la hiérarchie ecclésiastique, où l’évêque seul venait du dehors : le chapitre et les prêtres des villages poursuivaient souvent des intérêts économiques contraires à ceux de celui-ci.

  • 6 36/67/10 (1496).
  • 7 7/9/1 f. 133v.

6Les fonctions administratives étaient réservées aux indigènes, qui se disputaient âprement le pouvoir sur leur île. Suivant l’exemple vénitien, les patriciens réclamaient tout le pouvoir, un monopole politique6. Tous les six mois, le conseil des patriciens élisait les fonctionnaires de Korčula, les juges majeurs et les juges mineurs, le camérier, un procureur et le iustitiarius comunis in civitate (justicier de la commune dans la ville). La sécurité était garantie par quatre gastaldiones civitatis (gastalds de la ville). L’église principale de Saint-Marc était administrée par un procureur. Dans les listes des élus, on rencontre les noms des grandes familles de Korčula, les Žilković, Paperčić, Rozenović, Antonii, Gabrieli, Ismaeli, Obradović. Dans l’espace rural, un réseau réduit d’offices pesait sur les communautés paysannes : on compte 18 gardes champêtres, habituellement non patriciens, qui patrouillaient dans les 12 villages et hameaux de l’île ; les grands villages de Blato, Čara et Žrnovo étaient protégés chacun par 4 gardes champêtres ; à Žrnovo, on nommait de plus 7 polsiti qui remplissaient la même fonction. La justice était administrée par les iustitiarii, des juges de village, souvent issus de la couche paysanne. Contrairement à eux, les taxatores, chargés de prélever les impôts, provenaient en général de la classe patricienne. De nouveau, en lisant les registres des élections, on a l’impression d’une administration ferme, exercée par l’élite patricienne sur tout le territoire de Korčula. Mais quand on se penche sur le fonctionnement quotidien de ces offices, on remarque rapidement une véritable polyphonie politique dans laquelle la voix des paysans s’avérait plus forte que celle des patriciens, théoriquement seigneurs de l’île. Les paysans se vantaient de leur veće, terme croate désignant l’assemblée villageoise, une institution particulièrement active dans les premières décennies de la domination vénitienne7. Absente des statuts de Korčula, la veće défiait ouvertement le monopole politique des patriciens. Ainsi, deux institutions se disputaient le pouvoir : le conseil des patriciens dans la ville de Korčula et les assemblées des grands villages, comme celui de Blato, dont la population dépassait peut-être même celle du port de Korčula. L’orgueil des paysans croissait proportionnellement à la distance qui séparait leur village du port. Au moment où Venise s’empare du pouvoir, elle se trouve face à une société secouée par des tensions sociales, une société qui s’était elle-même engagée dans une impasse politique. En effet, les veće paysannes refusèrent de reconnaître la justice patricienne ; elles demandèrent des conseils et un appareil judiciaire séparé qui dépendît directement de la justice vénitienne. Leur opposition était donc dirigée contre les patriciens, dont le pouvoir devait être brisé avec l’aide de Venise.

Un roman politique : Dragačić, Franuša et le gouverneur

  • 8 Cf. la brillante étude micro-historique et anthropologique sur un cas semblable à Dubrovnik au xve(...)

7Le temps est venu de changer de perspective et de nous plonger dans un véritable roman politique, digne d’un Boccace8.

  • 9 L’histoire qui suit se trouve dans le registre 10/13/1 f. 47v-56r.

8Le 22 avril 1444, Radašin de Ston porta plainte contre Zuanin Dragačić, prétendant que ce dernier aurait violé sa fille Franuša. Radašin, un immigrant du village de Ston, territoire de Dubrovnik, expliqua que Dragačić avait profité de son absence pour pénétrer par une fenêtre dans sa maison à moitié terminée et pour monter au premier étage où dormait Franuša. Celle-ci aurait en cachette donné naissance à une fille qu’elle aurait ensuite enveloppée dans des draps ; un prêtre serait venu vers minuit pour baptiser la fille puis la confier à une nourrice dans son village natal de Ston. Bien qu’il fût appelé à comparaître à deux reprises, Dragačić ne se présenta pas devant le juge, le gouverneur Marco Soranzo ; par conséquent, celui-ci le condamna à une peine sévère de six mois de prison9.

Le récit de Radašin de Ston au sujet de sa fille Franuša et Zuanin Dragačić.

Le récit de Radašin de Ston au sujet de sa fille Franuša et Zuanin Dragačić.

10/13/1 f. 47v-48r. Archives de Zadar. Fonds Korčula, carton 10, fascicule 13/1.

9Un crime normal, un jugement normal ? Trois mois plus tard, l’île de Korčula fut en alerte : Dragačić venait de rentrer de Venise ; il se rendit dans son village natal de Čara, où le prêtre Marko Komarić lui offrit l’hospitalité dans sa maison ; Dragačić refusa de se présenter devant le gouverneur à la ville de Korčula ; et le comte apprit que Dragačić s’était entouré d’une garde de douze hommes qui ne le quittaient jamais, qui mangeaient et dormaient avec lui, et qui avaient juré de le protéger jusqu’à la mort, une menace que le gouverneur prit très au sérieux. Les populares, les paysans, s’étaient armés et menaçaient les patriciens « de faire [de la] viande hachée de leurs personnes et [de] boire leur sang ». Le comte, contraint de réagir, envoya le juge patricien Ivan Mikšić à Čara avec l’ordre d’arrêter le rebelle, plus précisément de demander aux paysans de Čara son extradition, sous peine d’une amende de 100 ducats.

  • 10 10/13/1 f. 56r.
  • 11 10/15/3 f. 97r.
  • 12 10/15/3 f. 97r-98r.

10Tôt le matin du 16 juillet 1444, Mikšić partit pour Čara ; en chemin, il rencontra le garde champêtre Michel Radomilić ; celui-ci avait été réveillé le matin par son épouse qui l’avait prévenu de l’arrivée des hommes de Čara, armés jusqu’aux dents. Elle ne s’était pas trompée. Quand les deux représentants de l’autorité urbaine arrivèrent à l’entrée du village, une mise en scène faite pour les effrayer les attendait : Zuanin Dragačić, bouclier et arc à la main, son frère Zanin, armé d’une épée et d’un bouclier et, derrière eux, une foule dense de paysans. Dragačić salua les deux forestiers avec des mots grossiers : « Qui est ce fils de pute qui veut me prendre ? Qui est cette grande gueule qui veut m’arrêter ? Qu’il vienne et qu’il essaie10 ! » Puis il saisit le juge et lui dit, de façon moqueuse, qu’il devrait maintenant tenter de le faire arrêter. Mikšić donna ordre au garde champêtre de lire quatre fois la proclamation du gouverneur, ordre que le pauvre homme, intimidé, exécuta tout en tremblant. Deux hommes du village seulement firent semblant de s’approcher de Dragačić, mais se retirèrent dès que celui-ci esquissa le moindre geste de défense. Le juge et le garde champêtre réussirent à peine à sauver leur vie. Trois semaines plus tard, le 7 août 1444, l’affaire prit une nouvelle tournure11 : Dragačić se présenta devant le gouverneur. Celui-ci n’était plus Marco Soranzo, qui l’avait condamné, mais son successeur Michele Michiel, qui prêta une oreille attentive à ses explications. Dragačić n’était pas venu seul, mais en compagnie de Franuša ; et il ne se présentait pas en tant qu’accusé, mais pour porter plainte contre le père de Franuša, Radašin, et contre l’ancien gouverneur Soranzo et plusieurs patriciens de Korčula. Ce fut Franuša qui prit la parole et raconta au nouveau gouverneur que son père, le gouverneur Soranzo, maître Georges Grubšić et d’autres patriciens l’avaient forcée à accuser son amant de l’avoir violée ; elle ajouta qu’elle était depuis plus de trois ans la maîtresse de Dragačić, une liaison qu’elle, et non lui, avait commencée, par une nuit d’hiver de neige et de tempête ; que son enfant était le fruit d’une relation amoureuse, non d’un viol. Le gouverneur interrogea avec sévérité le père de Franuša, qui nia tout. Mais le gouverneur fut vite convaincu que Franuša et son amant disaient la vérité12.

11Le volumineux dossier sur Dragačić et Franuša n’illustre pas seulement une histoire d’amour assez particulière, il nous mène aussi et avant tout au cœur de la lutte de pouvoir que se livraient, d’un côté, les patriciens et leurs partisans, et, de l’autre, les paysans de l’île. Cette histoire nous permet de reconstituer les structures socio-politiques à Korčula autour de 1450 et d’aborder notre question principale : le caractère de la domination vénitienne. Les frères Zanin et Zuanin Dragačić étaient les leaders des paysans du village de Čara et des alentours, des hommes puissants, éloquents, violents, des hommes qui savaient lire et écrire, qui connaissaient parfaitement le droit local et qui ne craignaient pas de négocier directement avec le grand doge de l’époque, le fameux Francesco Foscari. Franuša était une femme sûre d’elle-même, indépendante, riche d’une biographie mouvementée, maîtresse de trois hommes, mère, jamais mariée, connaissant ses droits et les défendant de façon courageuse. L’absence de Dragačić pendant le procès s’explique par une mission à Venise où il était allé défendre, avec succès, les droits des paysans devant le doge Foscari. Celui-ci l’avait soutenu, et c’était avec des ducali, des documents officiels de la chancellerie ducale, que Dragačić était rentré à Čara, où il les avait montrés au juge Mikšić qui en fut très impressionné. Outre Foscari, ce furent aussi les juges d’appel à Venise, la cour des auditori novi, qui cassèrent la condamnation de Dragačić. Quelle série de faveurs pour un chef de paysans d’une petite île !

12Pour comprendre les événements de 1444, il nous faut remonter en arrière de quelques années. Les paysans de Čara, le village de Dragačić, étaient fiers de leur veće ; ils parlaient de leur « patrie », qu’ils défendaient contre les intérêts des patriciens ; leurs voisins à Blato interdirent aux patriciens d’utiliser leurs pâturages, qui appartenaient à toute la communauté paysanne. Les hommes de Čara déclarèrent au gouverneur qu’ils reconnaissaient seulement les juges vénitiens, mais d’aucune façon les juges patriciens locaux. Ce qu’on rencontre dans ce cas, ce sont les communautés de paysans libres qui avaient été très affaiblies ou qui avaient disparu sur la terre ferme, des communautés solidaires qui répondaient des dégâts et des crimes commis sur leur territoire, qui représentaient leurs droits vis-à-vis du seigneur de l’île, fût-il le gouverneur installé par la couronne de Hongrie ou par le doge de Venise ; une société qui ne connaissait ni le régime féodal des Pouilles, ni la corvée des paysans bosniaques. Dans ces villages, il n’y avait pas de noblesse foncière, pas de vassalité ; on y conservait une société issue des structures de l’Antiquité tardive, qui assuraient une position beaucoup plus avantageuse aux paysans qu’aux agriculteurs sur la terre ferme – nous y reviendrons dans notre deuxième conférence. Il est évident que les paysans voyaient en Venise une alliée, pour lutter contre les aspirations des patriciens comme pour réaliser leur rêve de créer une île dominée par les communautés paysannes – ce qui signifiait aussi un renversement du processus qui, dans toute la Dalmatie, les Pouilles et les Balkans, tendait à réduire les libertés des paysans et à augmenter leurs obligations vis-à-vis de leurs seigneurs, processus dans lequel s’insérait la tentative des patriciens de Korčula d’interdire toute autre assemblée sur l’île que leur propre conseil à la ville de Korčula, et de soumettre la population entière au tribunal des patriciens.

  • 13 7/9/I-II, f. 151, 158r, 160r.
  • 14 Ser est le titre informel d’un patricien.
  • 15 Ibid., f. 182-184r.
  • 16 Ibid. f. 198v-200v ; 9/2/2 f. 3r.
  • 17 Ibid. f. 33-41.

13Le conflit des frères Dragačić avec des patriciens éminents se développait à plusieurs niveaux, dont le politique était seulement le plus visible. Un réseau complexe d’intérêts économiques et commerciaux, ainsi qu’une longue série de procès, liaient les adversaires et contribuaient à rendre plutôt floues les distinctions entre paysans et patriciens. Au début de la longue carrière politique et économique des Dragačić, on trouve ainsi deux procès d’héritage, qui, en 1438 et 1440, avaient été portés jusqu’à la cour d’appel de Venise13 ; les deux parties se disputaient à propos de l’interprétation d’un paragraphe du droit local. Cette combinaison d’intérêt pécuniaire et d’attaque du monopole patricien sur l’interprétation des statuts est emblématique des conflits suivants. En avril 1441, Zanin fut impliqué dans un autre procès : ser Nigoje Bogdanić14 porta plainte parce que le jeune Dragačić, qui avait demandé sa fille Jakovica en mariage, refusait finalement de l’épouser : Zanin, le paysan, offensait ainsi un patricien15. Les années suivantes, on retrouve les deux frères, toujours inséparables, hommes d’affaires en relation avec Dubrovnik et Venise16. Ils apparaissent aussi assez souvent dans des procès civils, toujours fiers et prêts à commettre des actes violents. Avant tout, cependant, ils émergent comme des politiciens de première catégorie : le 27 mai 1441, les patriciens Stanko Obradović, Marin Junjević, Angelo Gabriel d’Angelo, Ivan Petrović et Forte d’Antonio présentèrent au gouverneur un mémoire volumineux dans lequel ils se plaignaient que les populares menaçaient les patriciens et qu’ils agitaient la population ; que Franul Marjović, Jacomo Baničević et maître Paul Glavić (élevé dans le village de Lumbarda et – selon les patriciens – payé par les ennemis de Venise) parcouraient les villages en semant le désordre et l’esprit d’insubordination. Ils ajoutaient que, récemment, les deux frères Dragačić s’étaient joints à ce mouvement et avaient organisé des assemblées et dressé des pétitions contre les patriciens. Les Dragačić étaient « une mauvaise semence » : ils auraient insulté les juges patriciens, fait du bruit et mis en danger l’ordre public17.

  • 18 7/10/1 f. 37r.
  • 19 Ibid. f. 37.
  • 20 13/23/6 f. 7v.
  • 21 10/13/1 78r-v.
  • 22 10/14/1 f. 173v

14Que s’était-il donc passé ? Les Dragačić avaient, en fait, rassemblé sur le champ de Polud une grande foule « d’hommes et de femmes », comme le souligne un témoin18. Quand le patricien Dobroslav Obradović était passé avec sa suite, Zuanin Dragačić l’avait provoqué en duel, ce que le patricien avait refusé avec ces mots : « Je ne suis pas assez bête pour me battre avec lui19. » Cette provocation resta impunie, mais l’esprit d’émeute ne disparut pas, car les paysans se sentaient désavantagés dans le service de garde de la ville de Korčula et dans les services sur le navire de police20 ; ils se plaignaient aussi du système fiscal qui privilégiait, selon eux, les patriciens. Une étincelle suffisait pour faire exploser cette poudrière. Le 14 octobre 1442 éclata une émeute spontanée. Le gouverneur vénitien et les patriciens avaient proclamé un nouvel impôt. Le paysan Ivan Bogojević, mécontent de cette mesure, se rendit pendant la nuit chez le garde champêtre de son village de Smokvica et le persuada de proclamer le lendemain que tous ceux qui désiraient se plaindre de cet impôt devraient se présenter devant le gouverneur. Soixante-dix hommes suivirent immédiatement cet ordre et descendirent au port, où ils manifestèrent bruyamment. Cette fois, le gouverneur réagit et condamna les deux instigateurs à deux mois de prison21. Il renforça aussi son contrôle sur les paysans : en janvier 1443, il proclama que certains populares, dont on soupçonnait l’esprit rebelle, devaient se présenter tous les soirs chez lui – un contrôle social fort pour une petite société insulaire22.

  • 23 10/13/1 f. 50r-v.
  • 24 10/14/1 f. 29.

15Tout cela n’empêcha pas les Dragačić d’entreprendre le voyage jusqu’à Venise. C’est la raison pour laquelle le gouverneur et ses partenaires patriciens décidèrent de criminaliser leurs adversaires. Ils essayèrent de les éliminer par l’accusation de viol – déjà évoquée –, et par une autre accusation, de simple vol cette fois : Dragačić et ses compagnons auraient volé une chèvre sur la plage de Korčula et l’auraient rôtie sur le navire en route vers Venise. En fait, l’animal appartenait à un patricien, et le berger s’était caché quand Dragačić avait voulu payer la bête, qu’il avait prise selon la coutume. Il s’agissait d’un piège23. Comme on l’a vu, Dragačić gagna cette manche dans la lutte de pouvoir, grâce au soutien du doge de Venise. Mais le conflit ne s’arrêta pas là. Les patriciens voulurent se venger de Franuša, qui les avait trompés. On lui interdit de quitter l’île. Franuša se cacha chez des amis de Dragačić, une famille qu’il avait aidée dans un procès d’héritage. En février 1445, Radašin de Ston, le père de Franuša, et quelques gardes champêtres perquisitionnèrent plusieurs maisons dans un village près du port ; ils trouvèrent un mouchoir de Franuša, qui venait tout juste de réussir à s’enfuir par une fenêtre, laissant derrière elle toute sa garde-robe, dont les officiers dressèrent un inventaire24.

16La revanche de Dragačić vint trois ans plus tard. En 1448, il accusa le gouverneur Soranzo d’avoir abusé de son pouvoir et d’avoir manipulé le procès contre lui ; Dragačić cita une longue liste de témoins, tous d’anciens juges patriciens qui le soutenaient dans cette cause et expliquaient que le gouverneur Soranzo les avait exhortés à condamner Dragačić pour éviter d’autres cas semblables de viol dans leurs propres familles. Dragačić était soutenu par le sindico Pietro Surian, membre d’une institution chargée de contrôler la gestion d’office des gouverneurs – une institution redoutée au xve siècle, car elle était un instrument efficace des autorités centrales qui, à travers les sindici, communiquaient directement avec les populations soumises à Venise.

Venise face aux conflits entre patriciens et populares

17Le moment est venu de nous éloigner de quelques pas de cette « description dense » (selon la théorie de l’anthropologue Clifford Geertz) et de renoncer à raconter la biographie ultérieure de Dragačić et de Franuša – comment par exemple l’un des frères mourut en laissant de l’argent destiné aux pauvres et à la construction d’un hôpital, comment le frère survivant poursuivit sa lutte contre les patriciens et comment il chassa Franuša de sa maison, en lui réclamant le loyer pour les huit ans où elle aurait habité en tant que locataire dans sa demeure, accusation que Franuša, femme fière et énergique, repoussa de manière ferme (elle dit au gouverneur que Dragačić se trompait en pensant qu’elle serait faible et ne connaissait pas ses droits...). Laissons donc de côté cette biographie passionnante, qui mériterait une étude à part entière, et revenons à notre question principale, le fonctionnement du système vénitien outre-mer.

18Notre approche micro-historique a révélé plusieurs niveaux de cohabitation et de conflits entre couches sociales, des dimensions politiques, économiques et personnelles, sur une petite île où presque tout le monde se connaissait. Les adversaires principaux des frères Dragačić furent le gouverneur Soranzo et maître Georges Grubšić. Le gouverneur s’était querellé avec les frères à propos de l’exportation du vin ; Grubšić, cependant, nourrissait une haine personnelle envers eux, car son fils Johanninus avait prédécédé Dragačić dans le lit de Franuša, laquelle l’avait chassé de manière assez honteuse une nuit où le jeune Grubšić s’était glissé sous sa couverture – nous devons ces détails, assez croustillants, à un rapport sur la biographie amoureuse de Franuša, assez mouvementée. Les Dragačić et les Grubšić se querellèrent donc à cause d’une affaire amoureuse ; les Dragačić et des patriciens s’opposèrent dans des questions d’héritage ; Dragačić faisait souvent appel aux autorités centrales de Venise en contournant le droit local et en sapant ainsi, de fait, le monopole judiciaire des patriciens. Les paysans et les patriciens luttaient pour obtenir ou conserver la suprématie politique et étaient en conflit sur l’interprétation du droit local. Les paysans se rangeaient du côté de Venise, plus exactement des institutions de la métropole, tandis que les patriciens recouraient au gouverneur, en faisant appel à ses sympathies de classe.

19La lutte fut âpre, mais menée sans armes ou, plus précisément, sans l’usage d’armes : certes, il y avait de la violence physique, mais sans écoulement de sang. La peur du sang dominait les esprits, et l’on se gardait de franchir la ligne de la rébellion ouverte. Les armes des paysans étaient bien la loi, le recours à Venise, des gestes et des mots qui défiaient l’honneur des patriciens : ils demandaient la légalisation de leurs assemblées et, pour l’obtenir, ils occupaient l’espace public, en ville et dans les villages. La séparation était physiquement et spatialement mise en scène : après que les patriciens eurent exclu les populares de la vie politique, ces derniers réduisirent l’espace physique des patriciens en les menaçant partout sur l’île. Ils voulaient être visibles et entendus. Ils démontraient leur supériorité physique et leur courage ; les armes leur servaient seulement de provocation. En analysant les nombreux cas de rixes et d’échanges de mots grossiers, on se rend compte que la défense des assemblées paysannes a fait augmenter la tension sociale. Il manquait des instances de médiation et d’équilibrage. C’est pourquoi les conflits n’étaient pas réglés dans un cadre institutionnel – celui-ci étant exclusivement contrôlé par les patriciens – mais étaient transférés dans la vie quotidienne, dans les rues et sur la place principale.

20Dans l’espace urbain, le port d’armes était interdit et sévèrement réprimé, et y contrevenir était perçu comme un acte de rébellion. C’est pourquoi les mots et les gestes, ainsi que la criminalisation de l’adversaire, c’est-à-dire l’instrumentalisation politique de la justice, prirent une importance capitale dans le conflit entre patriciens et populares. Sous les yeux du gouverneur et de l’administration centrale de Venise, les parties opposées mirent en scène une lutte symbolique. L’accusation selon laquelle l’ennemi aurait recouru aux armes était utilisée comme argument mortel. Les patriciens accusèrent Dragačić d’avoir été armé lorsqu’il haranguait les paysans à Polud. À la campagne, les armes étaient visibles, mais jamais utilisées pour des combats réels. Elles revêtaient plutôt une fonction symbolique : pour intimider et humilier l’ennemi qui n’osait pas réagir à la provocation ; la crainte de Venise, mais aussi celle de la revanche, de la vendetta, conduisaient les parties à s’abstenir de l’usage réel des armes.

  • 25 14/26/2 f. 57r.
  • 26 14/26/2 57r-v.

21En revanche, la société curzolaine était très sensible aux actes symboliques, au langage par signes, dont le moindre pouvait être interprété à travers un prisme politique. Au printemps 1456, le chancelier notait le cas suivant : « Quand le magnifique monsieur le gouverneur était à la maison, son fils Andrea, de huit ans, est venu, criant et pleurant, et a raconté : “Un homme aux cheveux rouges m’a battu dans la loggia, un homme, qui porte un béret rouge et qui m’a tapé sur le derrière (pizigado in lo cullo)25”. » Le gouverneur entama immédiatement une enquête sur cet homme, qui s’était déjà enfui. Un interrogatoire de tous les patriciens présents dans la loggia ne produisit aucun résultat. Le cas est significatif : d’abord, le gouverneur, pour éviter toute partialité, confia l’enquête à une commission de patriciens ; puis, ce qui est particulièrement frappant, il interpréta le fait comme une atteinte à l’honneur de l’État, comme un geste symbolique d’opposition. Dans le corps du petit Andrea, le prestige de Venise avait été violé. L’homme au béret rouge avait commis aux yeux des Vénitiens un acte de transgression, de lèse-majesté. Il semble qu’il n’ait jamais été arrêté ou puni ; voilà les limites du pouvoir vénitien26.

  • 27 7/10/1 f. 36v.

22Il y eut peu d’hommes pour oser défier la personne du gouverneur – incarnation, si l’on veut, de la domination vénitienne –, et l’on ne s’étonnera plus de voir citer à nouveau un épisode de la vie de Zanin Dragačić. Après la plainte des patriciens (en 1441), le gouverneur limita la liberté de mouvement de Dragačić, sous la menace d’une amende énorme de 50 ducats. Celui-ci fut loin d’être impressionné ; bien au contraire, « avec une mine intimidante et de façon hautaine », Dragačić lança des menaces contre le notaire et les juges, et il se moqua d’eux en disant : « Voyez l’injustice de monsieur le comte… Monsieur le comte et les juges n’ont pas le pouvoir de me jeter en prison27. » La menace de Dragačić resta impunie ; son geste était calculé : il offensa le comte, mais en l’absence de ce dernier. Dragačić ne franchit jamais la ligne rouge qui l’aurait mené à la rébellion ouverte, mais il s’en approcha à plusieurs reprises.

  • 28 14/26/2 f. 10r-11v.

23En février 1456, il empêcha l’arrestation d’un voleur qui appartenait à sa suite ; il intimida les gardes champêtres, et cela devant la loggia des patriciens, dont quelques-uns se levèrent et se précipitèrent sur Dragačić, qui appela ses partisans au secours. Les patriciens hurlèrent : « Vous avez toujours été les ennemis des patriciens de ce lieu et vous avez toujours voulu les anéantir. » Une rixe s’ensuivit. Le patricien Jacobello Sainier s’exclama : « Tu ne dois pas empêcher la justice, tu dois l’admettre ! » Dragačić répondit : « Tu vas me connaître quand je vais aller à Venise ! » Sainier : « Mes vêtements sont déchirés ; essaie de les rapiécer28 ! »

24On connaît déjà le modèle de ce conflit : Dragačić refuse d’accepter la justice patricienne ; dans sa lutte locale, il invoque l’autorité de Venise et sa relation étroite avec les autorités centrales. Les patriciens redoutent celles-ci ; la menace d’aller à Venise suffit pour qu’ils se taisent, cloîtrés dans leur loggia. Dragačić fut un maître du théâtre, de la mise en scène politique : il menaça avec des mots et des gestes les juges et le notaire ; il défia les patriciens dans leur chasse gardée, la loggia à l’entrée de la ville ; il pénétra dans leur espace, brisant ainsi les barrières visibles qui les séparaient des populares ; il leur démontra leur faiblesse physique et symbolique. Dragačić utilisa habilement ses forces physiques, son talent rhétorique et psychologique ; habilement, car il était conscient des limites de sa marge de manœuvre : jamais il ne se sépara de la domination vénitienne, jamais il n’utilisa la violence ouverte. Son rapport personnel avec le doge Francesco Foscari le rendait invulnérable, et ce fut sur ce capital politique qu’il accumula un capital matériel, en collaboration étroite avec des marchands patriciens qui l’avaient accepté comme membre de l’élite régionale. Les gouverneurs furent contraints de s’accommoder de cet homme violent et rusé ; ils étaient conscients du langage symbolique dans lequel les protagonistes négociaient le pouvoir à Korčula, un langage que les Vénitiens ne contrôlaient pas ; ils étaient cependant obligés de le déchiffrer pour défendre leur position et, surtout, le prestige dont dépendait leur pouvoir réel sur l’île.

25Le but des Vénitiens était clair : ils voulaient empêcher les transgressions, les défis symboliques ; l’ampleur de leur manque d’assurance est révélée par la poursuite systématique qu’ils engagent à l’encontre des moindres gestes équivoques.

26Une analyse de ce langage symbolique nous laisse entrevoir le caractère de la domination vénitienne, mais elle n’explique pas tout. Penchons-nous à présent sur le cadre pratique de l’administration vénitienne.

Comment s’exerçait le gouvernement vénitien outre-mer ?

  • 29 15/28/6 f. 185v.

27Il ressort de nos exemples que parler de Venise ne nous aide pas à comprendre les enjeux politiques ; en fait, les gouverneurs sur place et les autorités centrales ne poursuivaient pas toujours les mêmes intérêts – le comte Soranzo combattait Dragačić, qui était soutenu par le doge Francesco Foscari. Voilà le dilemme de la domination vénitienne : la République étant soucieuse d’économiser les coûts de l’administration, sa présence sur place était donc modeste. Le comte était, en réalité, un homme isolé, qui passait deux ans sur une île dont il ne connaissait ni la langue, ni les coutumes judiciaires, ni les enjeux économiques. Il ne pouvait même pas se fier aux Vénitiens installés sur place, d’ailleurs peu nombreux. Au milieu du xve siècle, son partenaire le plus important était l’évêque, vénitien lui aussi. Mais que dire de Luca Leon, qui se querellait avec tout le monde, même avec le gouverneur Domenico Leon, membre de la même dynastie patricienne ? Cet évêque attaqua le gouverneur dans un sermon prononcé dans la cathédrale, le jour de la fête de saint Marc – un fait pénible, enregistré dans ses actes par le malheureux comte29. Venise se réservait seulement les deux postes les plus importants – gouverneur et évêque – et laissait les autres niveaux de la hiérarchie civile et ecclésiastique à la société locale.

28Entouré par la société curzolaine, le comte était amené à chercher un contact étroit avec les membres de sa classe sociale, les patriciens locaux ; ils étaient ses partenaires dans plusieurs dimensions sociales. D’abord, comme juges : ils lui donnaient des conseils et lui expliquaient les coutumes locales ; puis, comme membres du conseil des patriciens, que présidait le gouverneur ; mais aussi comme partenaires commerciaux, car malgré les sévères interdictions, maints gouverneurs combinaient l’honneur de leur office avec les profits du commerce. La rotation des offices et la courte durée des fonctions auraient dû freiner l’appétit pécuniaire des officiers ; mais ces mesures se heurtaient à l’esprit dominant d’une république d’aristocrates marchands. Le cas de Soranzo est emblématique : il abusa de sa fonction pour criminaliser ses adversaires et pour soutenir un chef local, Georges Grubšić, oubliant que ce dernier était favorable à une domination napolitaine (ses sympathies valurent à Grubšić une accusation de la part des populares et un procès pour haute trahison). Le doge Francesco Foscari, en revanche, représentait le principe qui stabilisait aussi ailleurs la domination vénitienne : la médiation entre les fractions locales. Il reconnut que les patriciens n’étaient pas capables d’imposer leur hégémonie politique aux paysans et qu’un soutien inconditionnel aurait provoqué de la part des paysans une rébellion dont l’étouffement aurait causé des dépenses considérables – et tout cela sur une île de grande importance stratégique. En soutenant Dragačić, Foscari freinait les ambitions des patriciens. D’un autre côté, ce soutien était limité : le doge refusa la demande des paysans qui souhaitaient un droit d’assemblée inconditionnel.

  • 30 19/14/4 f. 185.

29Dans cette question épineuse, on peut étudier la politique vénitienne dans toute sa finesse : ni interdiction, ni légalisation d’une assemblée nouvelle, mais contrôle et instrumentalisation des veće traditionnelles : les paysans avaient le droit de se réunir pour formuler des demandes, organiser des pétitions destinées aux autorités centrales, ces fameuses capitula qui servaient de véritable valve sociale. Les pétitions permettaient au doge et au Sénat de se faire une image concrète des situations sociopolitiques dans leurs possessions d’outre-mer, et de lier étroitement les sujets aux grands offices de la métropole. Ainsi, le gouvernement central gagna vite le soutien des populares, qui acceptèrent le cadre de communication politique que leur offrait la République ; les voyages fréquents des Dragačić à Venise en sont le meilleur exemple. Les pétitions au Sénat et la Cour d’appel garantissaient un lien direct entre les villages dalmates et l’élite vénitienne. En tant que médiatrice, Venise jouissait de crédibilité car ses offices intervenaient souvent en faveur des paysans. Notons au passage que cette stabilisation du pouvoir ne coûtait presque rien car c’étaient les populares qui devaient payer les frais de voyage de leurs représentants, ce qui provoqua plusieurs fois des tensions au sein de cette communauté. On aimait voir les Dragačić devant le doge, mais on leur refusait la moindre rémunération30.

  • 31 Cf. l’excellente analyse d’Ermanno Orlando, « Politica del diritto, amministrazione, giustizia. Ve (...)

30Le rôle de Venise peut être défini comme une médiation, au moins jusqu’aux années 1470, quand commencèrent les incursions dévastatrices des Ottomans en Dalmatie, qui bouleversèrent toute la société de l’Adriatique orientale et ruinèrent son florissant arrière-pays. Les rapports furent sensiblement transformés : la médiation devint une défense, en même temps que les tensions sociales perdirent de leur violence31.

31Nous avons souligné les limites du pouvoir du gouverneur. Mais, en nuançant les interprétations excessives qui avaient attribué des compétences presque illimitées aux représentants de Venise, il faut veiller à ne pas passer d’un extrême à l’autre. Malgré les pétitions, les sindici et les pressions de groupes locaux, le comte disposait, théoriquement, d’une puissance considérable : il était le juge suprême sur l’île ; il interprétait le droit local, avec la compétence de substituer le droit vénitien aux statuts traditionnels si ces derniers s’avéraient insuffisants ; il commandait les levées paysannes ; il contrôlait le commerce. En comparant le contrat de 1420 et la réalité de l’application du droit local, on observe un lent processus d’homogénéisation ; comme juge, le gouverneur profitait souvent de l’absence des juges locaux qui, pendant la belle saison, étaient en mer en tant que marchands et capitaines. Ainsi, les juges locaux perdirent lentement de leurs compétences. Notons aussi les plaintes de Curzolains et les ordres du doge, qui rappela à plusieurs reprises aux gouverneurs la nécessité de respecter le droit local. La gestion de la justice était le moyen le plus efficace pour le gouverneur de s’imposer à la société locale. Le cas de Dragačić démontre que tous les sujets reconnaissaient les règles de l’espace juridique vénitien et qu’ils poursuivaient leurs intérêts à l’intérieur de ce système sans le défier.

  • 32 7/9/1 f. 133v.
  • 33 10/13/1.
  • 34 18/33/12 f. 50v.
  • 35 7/9/1-2 f. 199v.

32Au contraire, ils l’utilisaient pour atteindre leurs propres buts politiques : en octobre 1439, les représentants du plus grand village de l’île, Blato, se querellèrent avec des patriciens sur le droit de pâturage et déclarèrent au gouverneur : « Nous ne voulons pas d’autre juge que votre magnificence32. » Les paysans attaquaient les juges patriciens. Citons l’exemple d’une séance de tribunal dans un village où un paysan se jeta sur le juge patricien en l’insultant : « Âne, homme indigne, tu ne mérites pas cette fonction33. » Ce n’est pas Venise, mais une bonne partie de la société locale qui entreprit de combattre le droit traditionnel, perçu comme monopole patricien. Pendant des décennies, les patriciens et les populares se disputèrent le droit d’interpréter les statuts, dont le contenu était tellement familier, même aux paysans, qu’un Dragačić en citait des paragraphes par cœur – non seulement Dragačić, mais aussi une femme comme Franuša. Le fait que Dragačić connaissait si bien le droit, leur droit, mettait en rage les patriciens au point que l’un d’eux se moqua ainsi du grand chef des paysans en 1463 : « Dragačić cite comme un sage et un expert les statuts, les lois, les coutumes et beaucoup d’autres jolis textes juridiques34. » L’interprétation du droit local est un fil rouge dans la carrière politique des Dragačić : au début de celle-ci, déjà, en décembre 1441, le patricien Marko Goriglavić les avait accusés d’avoir violé le paragraphe 123 des statuts en défendant les intérêts d’un forestier contre un Curzolain, qui n’était autre que Goriglavić, lequel voulait mettre la main sur un riche héritage35. Le droit local étant tellement disputé, le gouverneur obtint un rôle clé dans la médiation et l’interprétation des questions contestées ; la société locale lui attribua cette fonction. Notons le déroulement du litige Goriglavić contre Dragačić : le gouverneur condamna Dragačić, mais celui-ci s’adressa immédiatement à la Cour d’appel à Venise.

33Sans Venise, le système juridique local aurait été paralysé ; il devait son fonctionnement à la présence d’un patricien vénitien qui revêtait la fonction d’un podestà, comme ce fut le cas dans de nombreuses villes italiennes au Moyen Âge. La justice devait être accessible, et, comme le gouverneur résidait dans la ville de Korčula, le système judiciaire et policier fut confié aux structures villageoises que Venise avait héritées du seigneur précédent. Nous connaissons l’existence de plusieurs voyages d’inspection que les gouverneurs entreprirent pour rendre la justice à tous ceux qui, pour cause de leur âge ou de maladie, ne pouvaient pas se rendre en ville. Le contrôle de l’espace rural se trouvait habituellement entre les mains des juges patriciens, des gardes champêtres et des gastaldi, des policiers auxiliaires. Ces derniers rédigeaient des rapports détaillés que nous avons évoqués en introduction. Ces documents nous permettent de pénétrer les capillaires de la domination vénitienne : il n’y avait pas de Vénitiens dans l’espace rural ; malgré cela, les officiers auxiliaires semblent avoir représenté les intérêts du gouverneur auprès des sociétés villageoises, et non l’inverse.

34On a vu un garde champêtre essayer d’aider le juge Mikšić contre la grande majorité des paysans de Čara, alors que celui-ci devait arrêter Dragačić. Citons le cas d’un autre garde champêtre qui refusa une chèvre rôtie et l’argent qu’un berger lui avait offerts pour éviter une amende. Bien qu’elle n’ait pas été présente physiquement dans les villages, l’ombre de Venise planait sur l’espace rural, où régnait un consensus conduisant à accepter la justice d’un seigneur lointain, invisible, qui respectait les coutumes et exigeait, en revanche, obéissance et loyauté des communautés insulaires.

  • 36 15/29/2 f. 425r.

35Jetons un bref coup d’œil sur le travail quotidien de ces officiers : le 14 mai 1459, le garde champêtre de Lumbarda verbalisa dona Caterina Carlovizaz, dont l’âne avait causé un dégât de 6 grossi dans le jardin du notaire Ivan Dragačić ; dans le même village, le cheval du patricien André Obradović ayant pénétré dans la propriété de Michel de Ston, l’amende fut de 3 grossi ; le 28 mai, le garde champêtre de Zagradac trouva l’âne du notaire Dragačić dans les vignes de Milorad – un dégât de 3 grossi36. La plupart des fonctions exercées par ces officiers concernaient le droit civil, appliqué dans l’espace rural selon un système subsidiaire ; le droit pénal, pour sa part, était réservé au gouverneur ; les cas furent tous transférés devant le comte dans la ville de Korčula. Les recherches sur place, bien entendu, furent effectuées par les gastaldi, des officiers locaux qui combattaient le vol d’animaux, si répandu à Korčula.

  • 37 7/10/2 f. 15r, 16r, 19v, 24v.
  • 38 15/29/3 f. 501r.

36Observons-les brièvement au travail, en prenant comme exemples les premiers mois de l’année 1440 : le 9 février, les gastaldi de Blato surprirent le voleur de bétail Ivan Milošević ; à Žrnovo, ils trouvèrent un animal volé dans la maison d’un certain Martin ; en avril, les policiers de Blato menèrent une grande enquête pour identifier deux moutons grâce à leurs marques au fer rouge ; ils cherchaient aussi la personne qui avait blessé la jeune Frana avec des jets de pierre37. Aux yeux des paysans, ces officiers auxiliaires représentaient le pouvoir du seigneur et ils étaient souvent la cible d’attaques physiques et d’insultes ; le gouverneur les soutenait dans ces conflits locaux, par exemple à Lumbarda en 145838.

37Ce n’était donc pas uniquement pour des raisons pécuniaires que Venise préférait cette domination indirecte : les officiers locaux servaient de lien social et culturel entre les représentants de la République et la société régionale. Les Vénitiens étaient des étrangers non seulement politiquement, mais aussi culturellement : Korčula était une île slave, une île croate sans tradition romaine. Les officiers vénitiens ne maîtrisaient pas le dialecte local, le čacav, et dépendaient de traducteurs, souvent appelés lors des procès ; les populares luttèrent pendant de longues années pour l’installation d’un poste de traducteur, une mesure essentielle pour l’intégration des paysans et des couches populaires dans l’espace vénitien. Dans les villages, presque personne ne parlait l’italien. Bien entendu, dans la ville de Korčula vivaient beaucoup de personnes dont l’existence était étroitement liée à l’espace adriatique vénétophone, mais la connaissance du vénitien était loin d’être la norme. Les gouverneurs et les chanceliers travaillaient avec l’aide de la population locale ; ils traduisaient leurs témoignages en italien, si bien qu’on ne trouve presque aucune trace de croate dans la masse énorme des documents disponibles. Ainsi, notre documentation représente un monde filtré par une barrière linguistique que seuls certains Curzolains franchissaient. Cela signifie surtout que les administrés connaissaient leurs seigneurs beaucoup mieux que ceux-ci ne connaissaient la société régionale. Cette ignorance socio-culturelle et l’injonction répétée du doge de respecter la loi locale gênèrent plus d’un gouverneur.

  

38Essayons de résumer : le caractère de la domination vénitienne échappe à des catégories simples et stables. Nous avons montré comment, à partir des années 1470, la menace ottomane modifia les rapports entre Curzolains et Vénitiens. Le demi-siècle précédent, sur lequel s’est concentré notre propos, fut une dernière période de paix et de stabilité économique. Pendant cette période, la présence de Venise doit être décrite comme administrative, avec un fort accent de médiation, parfois même comme médiation pure entre des parties en conflit, entre les diverses couches de la population régionale. Venise essaya de trouver un équilibre entre les intérêts des patriciens et ceux des paysans. Mais qu’était en réalité la présence vénitienne ? Elle était bien modeste, car la République était surtout visible dans la personne du gouverneur, souvent le seul Vénitien qui résidait de façon permanente sur l’île. Malgré cette apparence de faiblesse, la domination vénitienne n’a presque jamais été contestée, du moins d’une façon qui aurait pu nuire aux intérêts de la Sérénissime. La critique se concentrait sur des gouverneurs particuliers, donc sur des individus, pas sur le système politique en général.

39La domination vénitienne reposait essentiellement sur la division traversant ce monde politique régional, car ce monde déchiré avait besoin d’un médiateur, et Venise a revêtu cette fonction dès le début de sa présence sur l’île. Elle a profité du consensus de ses sujets, qui reconnaissaient la nécessité d’une telle forme d’équilibrage social et politique. Venise était l’arbitre reconnu dans les conflits internes – fait qui s’impose quand on voit les paysans s’adresser directement au doge, à la Cour d’appel, mais aussi quand on observe les patriciens s’allier à des gouverneurs vénitiens pour combattre les adversaires locaux. Si Venise n’a pas réussi à résoudre les conflits, elle est toutefois parvenue à les contenir et à les canaliser dans son propre système de communication politique (les pétitions) et de justice centralisée. Soulignons aussi que Venise n’était pas une entité monolithique, et que les autorités centrales et les gouverneurs ne poursuivaient pas toujours la même politique. Au contraire, pour équilibrer les tensions régionales, ils pouvaient parfois soutenir des parties opposées. Si des gouverneurs pouvaient s’écarter de la grande ligne de la politique centrale, ils se voyaient toutefois régulièrement rappelés à l’ordre, soit par les inspections régulières des sindici, soit par les institutions judiciaires de la métropole.

40En comparant le cas de Korčula à celui d’autres possessions vénitiennes, le résultat de notre enquête ne surprend guère : Venise contenait l’opposition – de tendance philo-hongroise ou philo-napolitaine – en favorisant les couches paysannes ; de l’autre côté, elle veillait à ce que ces dernières ne renversent pas la Constitution, dont la conservation avait été garantie dans le contrat de 1420. Ainsi, Venise gagna les sympathies des populares et élimina les restes de l’opposition noble ; le patriciat dut sa survie politique à la faveur que lui accorda la Sérénissime, qui freina finalement l’appétit politique des paysans. Après 1470, la peur des Ottomans dissipa les derniers sentiments équivoques sur l’île comme dans toute la Dalmatie : cette région catholique, décidée à résister, dépendait complètement de la protection militaire de Venise, à laquelle elle fournissait des marins et des soldats. Après la chute des seigneuries balkaniques et le désastre du royaume hongrois en 1526, il n’y avait plus d’alternative politique.

41La situation évoquée ci-dessus était, au moins dans ses grandes lignes, assez bien connue. Ce que nous avons ajouté, c’est une histoire qui croise cette macro-perspective avec la complexité micro-historique d’une société insulaire où les dimensions sociales, économiques et politiques se juxtaposent et se mélangent. Cette histoire croisée permet de déceler les détails d’un continuel processus de négociation du pouvoir, d’une politique de symboles, de gestes, de langage du corps, une histoire de transgression de frontières invisibles, de défi et de défense. En analysant nos cas particuliers, on parvient à la conclusion qu’il ne faudrait pas parler de « dominants » et de « dominés », mais plutôt d’« administrants » et d’« administrés », pour souligner que le jeu de pouvoir était plus complexe que ne le suggère la simple différence de statut entre Venise et Korčula. Le comte Soranzo a-t-il véritablement dominé Zuanin Dragačić ? Ce dernier, au contraire, n’a-t-il pas été le seigneur réel de l’espace rural ? En examinant nos exemples, on arrive à une conclusion qui n’est paradoxale qu’à première vue : c’étaient moins des institutions ou des hommes qui dominaient l’île, que l’ombre de Venise, une Venise imaginaire. Certes, celle-ci pouvait se matérialiser très vite, sous la forme d’inspecteurs, de flottes, de soldats. Mais une telle intervention n’a pas été nécessaire, car l’idée de Venise dominait, la conscience qu’il existait une puissance qui équilibrait les tensions sociales, qui mettait à disposition un appareil juridique et administratif auxquels faisaient appel les partis locaux. L’idée de Venise, son image de paix et de justice, on la trouve dans la bouche de paysans de Čara et de Blato ; elle les amenait à entreprendre des voyages à Venise et à s’adresser à la Cour d’appel. Ce n’est qu’avec l’apparition des Ottomans sur les côtes adriatiques que Venise est devenue plus visible. Son capital symbolique valut longtemps pour argent comptant.

42Dans une période de paix, la république de Venise avait réussi à intégrer toute une île avec un effort économique minimal. Certes, il ne faut pas idéaliser la domination vénitienne, résultat d’une forte volonté de contrôle sur l’Adriatique, une volonté qui s’exprimait aussi par l’usage de moyens militaires ; mais, à Korčula, cela n’a pas été le cas. L’île a profité de son intégration dans l’espace politique vénitien, et on verra que cela vaut davantage encore pour son économie, grâce à son entrée dans la mare nostrum de la Sérénissime.

Notes

1 R. C. Mueller, « Aspects of Venetian sovereignty in Medieval and Renaissance Dalmatia », in C. Dempsey (dir.), Quattrocento Adriatico. Fifteenth-century art of the Adriatic rim, Bologne, Nuova Alfa, coll. « Villa Spelman colloquia », 1996, p. 29-56.

2 J. J. Hanel, Statuta et leges civitatis et insulae Curzulae : 1214-1558, Zagreb, Academia scientarum et artium slavorum meridionalium, 1877, p. 138-143.

3 S. Ćirković, Istorija srednjovekovne bosanske države, Belgrade, Srpska književna zadruga, 1964 ; id., Herceg Stefan Vukčić Kosača i njegovo doba, Belgrade, Naučno delo, 1964.

4 C. Marinescu, La Politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416-1458), Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1994.

5 Državni arhiv u Zadru. Arhiv Korčule 10/14/4 f. 85v. Comme toutes les citations de matériel archivistique se réfèrent à ces archives, nous nous bornerons dorénavant à indiquer seulement la cote correspondante.

6 36/67/10 (1496).

7 7/9/1 f. 133v.

8 Cf. la brillante étude micro-historique et anthropologique sur un cas semblable à Dubrovnik au xve siècle : Z. Janeković Römer, Maruša ili suđenje ljubavi. Bračno-ljubavna priča iz srednjovjekovnog Dubrovnika, Zagreb, Algoritam, 2007.

9 L’histoire qui suit se trouve dans le registre 10/13/1 f. 47v-56r.

10 10/13/1 f. 56r.

11 10/15/3 f. 97r.

12 10/15/3 f. 97r-98r.

13 7/9/I-II, f. 151, 158r, 160r.

14 Ser est le titre informel d’un patricien.

15 Ibid., f. 182-184r.

16 Ibid. f. 198v-200v ; 9/2/2 f. 3r.

17 Ibid. f. 33-41.

18 7/10/1 f. 37r.

19 Ibid. f. 37.

20 13/23/6 f. 7v.

21 10/13/1 78r-v.

22 10/14/1 f. 173v

23 10/13/1 f. 50r-v.

24 10/14/1 f. 29.

25 14/26/2 f. 57r.

26 14/26/2 57r-v.

27 7/10/1 f. 36v.

28 14/26/2 f. 10r-11v.

29 15/28/6 f. 185v.

30 19/14/4 f. 185.

31 Cf. l’excellente analyse d’Ermanno Orlando, « Politica del diritto, amministrazione, giustizia. Venezia e la Dalmazia nel basso medioevo », in U. Israel et O. J. Schmitt (dir.), Venezia e la Dalmazia, Rome, Viella, 2013, et, du même auteur : Altre Venezie. Il Dogado veneziano nei secoli xiii e xiv (giurisdizione, territorio, giustizia e amministrazione), Venise, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2008.

32 7/9/1 f. 133v.

33 10/13/1.

34 18/33/12 f. 50v.

35 7/9/1-2 f. 199v.

36 15/29/2 f. 425r.

37 7/10/2 f. 15r, 16r, 19v, 24v.

38 15/29/3 f. 501r.

Table des illustrations

Titre Le récit de Radašin de Ston au sujet de sa fille Franuša et Zuanin Dragačić.
Légende 10/13/1 f. 47v-48r. Archives de Zadar. Fonds Korčula, carton 10, fascicule 13/1.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 886k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search