Version classiqueVersion mobile

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Ostia. Aire sacrée des Quatre petits temples (Quattro tempietti ; II, VIII, 2-4)

Texte intégral

1Aire sacrée délimitée par un mur d’enceinte, située au nord du decumanus maximus, à l’est du castrum (fig. 3, 4, 6 [n° 7], 47). Celle-ci est dominée par quatre petits temples se dressant sur un même podium ; ils sont actuellement datés vers le milieu du ier s. av. n.è. (voir infra). L’aire sacrée comporte également un petit édifice, souvent qualifié de « ninfeo » (n° 3 sur le plan), désormais identifié à une chapelle, et un enclos à ciel ouvert, dédié à Jupiter Optimus Maximus (n° 4 sur le plan ; Lanciani 1886, 127, 162-165 ; Van Buren 1907, 55-56 ; Vaglieri 1911, 199-201 ; 1912, 394-400, 440 ; Vaglieri 1913, 50-51, 81, 183, 204, 227-228, 398, 471 ; Paribeni 1914, 441-484 ; Zevi, 1973 ; Sole 2002, 165-178 ; Rieger 2004, 39-92, 265-280 ; Pensabene 2005, 505-511, 526-528 ; Pavolini 2006, 76-77 ; Pensabene 2007, 85-114 ; Boos 2011, 56-59, 71-75 ; Zevi 2012, 541-547).

Fig. 3

Fig. 3

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, sous la République (d’après Tog. gen. 1953, fig. 29)

© DR

Fig. 4

Fig. 4

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)

© DR

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s.
1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

Fig. 47

Fig. 47

Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)

© DR

2Les petits temples sont attribués, dès le début du xxe s., à Vénus, Fortune, Cérès et Spes, sur la base des considérations suivantes (Van Buren 1907, 55-56 ; Paschetto 1912, 368-369 ; Paribeni 1914, 482-484 ; Zevi 1973 ; Rieger 2004, 86-87 ; Zevi 2004a et 2004b ; Pensabene 2007, 85-86 ; Boos 2011, 56-59). Parmi les multiples évergésies du notable ostien Gamala senior figure la construction de quatre temples, à ces quatre divinités (CIL XIV, 375). Un de ses descendants, Gamala iunior fait restaurer, dans la seconde moitié du iie s., le temple de Vénus. Or, un autel dédié à cette divinité a été retrouvé dans le petit temple le plus oriental, qui a manifestement fait l’objet d’une restauration à l’époque de Gamala iunior (voir infra ; fig. 48). Si l’identifications des petits temples fait presque l’unanimité (contra Cuyler 2013), une question demeure cependant : pourquoi, dans l’inscription de Gamala senior, la construction du temple de Spes n’est-elle pas évoquée immédiatement à la suite de celle des trois autres, mais après la mention d’un don de poids au marché ? Zevi (1973, 572-573) évoque la possibilité que ce temple ait été dédié après les trois autres et après le don de poids ; selon Rieger (2004, 86), le lapicide aurait pu commettre une erreur et avoir inséré après le don de poids la construction du dernier temple qu’il aurait oublié d’indiquer.

Fig. 48

Fig. 48

Autel dédié à Vénus, retrouvé in situ, devant le petit temple le plus oriental (photo FVH)

© DR

3Les divinités féminines à qui les quatre temples sont dédiés peuvent être mises en rapport avec la navigation, l’annone et le commerce (voir par ex. Zevi 1973, 565, 572-573 ; Ep. lat. 2010, 102 ; Zevi 2012, 543). Les fonctions revêtues par ces divinités sont donc clairement liées au rôle économique et annonaire de la colonie.

4L’aire sacrée se situe dans la zone publique délimitée à la fin du iie s. av. n.è. par Caninius, préteur de Rome, entre le decumanus et le Tibre (voir introduction). Gamala a vraisemblablement dû obtenir l’accord des autorités romaines compétentes pour y édifier ces temples (Zevi 2002, 54-56 ; Van Haeperen 2006, 46 ; Zevi 2012, 544).

5Globalement, les diverses études concordent quant à l’établissement des grandes phases de l’aire sacrée (Paribeni 1914 ; Sole 2002, 165-178 ; Rieger 2004, 70 ; Pensabene 2005, 526-528 ; Pensabene 2007, 113- 114), même si des divergences apparaissent sur certains points, notamment sur le moment où elle commence à être utilisée à des fins cultuelles (pour une description détaillée des diverses composantes de l’aire sacrée, voir infra).

6La zone où s’élèvent ces temples est fréquentée dès la fin du iiie s. ou le début du iie s. av. n.è., comme le prouve le matériel retrouvé en quantité dans les strates les plus anciennes (Paribeni 1914, 444-452 ; Sole 2002, 167-168 ; Rieger 2004, 52-54 ; Pensabene 2007, 87). Selon Paribeni (1914, 443-444), des « petits temples » antérieurs à ceux de Gamala ont été édifiés dès cette époque : des restes de fondation en tuf en ont été retrouvés, sous les temples actuellement visibles (voir aussi le Journal de fouille 1912, 228, 256-258 cité par Cuyler 2015, 160, 179-181). Ces murs étant plus étroits que ceux qui y sont superposés par la suite, l’archéologue les interpréta comme des murs de fondation d’une construction légère, en bois et en brique crue vraisemblablement, vu les dépôts d’argile trouvés sous les petits temples (il précisait qu’il ne pouvait s’agir de traces d’une inondation du fleuve, vu que les fouilles contemporaines menées ailleurs, à proximité, et ayant atteint des niveaux similaires, n’en avaient pas révélé). Cette hypothèse a depuis été contestée (Top. gen. 1953, 105 et, plus récemment, Rieger 2004, 52 ; Zevi 2012, 546) : il s’agirait d’une surinterprétation des données ; en outre, il n’y a pas de raison de douter de l’affirmation de Gamala, selon laquelle il fonda (constituit) les quatre temples. D’après Sole (2002, 167-169, 177-178) toutefois, qui se base sur une analyse des journaux de fouilles de 1912, les observations faites alors par les fouilleurs ne doivent pas nécessairement être remises en question : il est possible que les Quattro tempietti aient été précédés de temples plus anciens, dont l’élévation aurait été constituée de briques d’argile crue (voir déjà en ce sens, Zevi 1973, 568-569, qui, depuis [2012, 546], semble exclure cette possibilité ; après examen attentif des journaux de fouilles et des publications qui s’ensuivirent, Cuyler [2015, 179, 200-201 et passim] est affirmative : il y eut une première phase de petits temples en brique crue, datable sans doute de la fin du iie s. av. n.è.). Quoi qu’il en soit, l’abondance du matériel républicain retrouvée dans cette zone est interpellante, comme le relève Zevi (2012, 546), d’autant plus que les sondages effectués à proximité (dans le portique ouest du théâtre) n’ont rien révélé de comparable. D’après le savant italien, cette zone fréquentée dès cette époque, aurait été utilisée dans le cadre des fonctions du questeur (romain) d’Ostie.

7Si la question de l’origine des quatre petits temples – fondés par Gamala ou précédés par un autre lieu de culte – ne semble donc pas complètement tranchée, reste à se demander jusqu’à quelle époque l’aire sacrée a été utilisée à des fins cultuelles, d’autant plus qu’elle servit ensuite de lieu de sépulture. Selon certains (Paribeni 1914, 478, fig. 23 ; Rieger 2004, 70, 280 QT76), ce changement d’affectation daterait du ive s. (sur la base d’une fibule datable de cette époque). D’autres sont beaucoup plus prudents. L’aire sacrée a pu être utilisée jusqu’à la fin du ive s. (Sole 2002, 177). Elle ne servit pas de lieu de sépulture avant le haut moyen âge (Paroli 1993, 161 ; Pensabene 2005, 511).

8À la fin d’une première phase d’occupation, la zone où seront édifiés les petits temples subit un premier rehaussement, peut-être en rapport avec la munitio de la uia Ostiensis (Sole 2002, 168, 178).

9Sont ensuite construits, vers le milieu du ier s. av. n.è., le podium et les quatre petits temples actuellement visibles, ainsi que le mur d’enceinte et peut-être le portique entourant l’aire sacrée sur trois côtés. Le niveau d’occupation se situe à 1,40-1,50 m s.l.m. (Sole 2002, 178 ; Rieger 2004, 55-56 ; Pensabene 2005, 526 ; Pensabene 2007, 113). La première phase du sacellum à ciel ouvert dédié à Jupiter (quatre cippes délimitant un petit espace quadrangulaire) remonte vraisemblablement aussi à cette époque (Paribeni 1914, 468 ; Rieger 2004, 55 ; Steuernagel 2004, 67 ; prudemment en ce sens, Sole 2002, 172, 178 ; Pensabene 2007, 113).

10Sont attribués au début de l’époque augustéenne la réalisation de la mosaïque avec inscription mentionnant Poplicola et le remplacement partiel des antéfixes et des décors architectoniques de tuf. C’est aussi de cette époque que daterait la construction, autour des cippes, de l’enclos dédié à Jupiter (Sole 2002, 178 ; Rieger 2004, 56 ; Pensabene 2005, 526 ; Pensabene 2007, 113 ; l’enclos remonterait à l’époque tardo-républicaine selon Zevi 2012, 546).

11La réduction de la superficie de l’aire sacrée, avec construction d’un nouveau mur d’enceinte en opus latericium, au nord, à l’est et à l’ouest des temples, date, selon certains, de l’époque augustéenne (Sole 2002, 178 ; Pensabene 2007, 113) ; selon Rieger (2004, 57), de l’époque flavienne.

12La zone est rehaussée d’environ 60 cm, vraisemblablement à l’époque flavienne ; son niveau est désormais à 2 m au-dessus de celui de la mer (Sole 2002, 173-175, 178). Sous Hadrien sont ensuite réalisés les égouts au nord et au sud des temples et un petit édifice, longtemps identifié à un nymphée mais dans lequel on reconnaît actuellement une chapelle (Sole 2002, 172, 176, 178 ; Rieger 2004, 88 ; Pensabene 2007, 107- 108). Le côté sud de la place est occupé par des tabernae en opus mixtum, précédées d’un portique donnant sur le decumanus maximus. Les zones au nord-est et à l’ouest, qui avaient été retranchées de l’aire sacrée lors de la construction du nouveau mur d’enceinte, sont alors occupées respectivement par la domus d’Apulée et par des constructions destinées à des fonctions productives (Paribeni 1914, 470-472 ; Sole 2002, 178 ; Rieger 2004, 56 ; Pensabene 2007, 113).

13Durant la seconde moitié du iie s., le temple le plus oriental fait l’objet d’une profonde restauration (Sole 2002, 178 ; Rieger 2004, 56 ; Pensabene 2005, 527), tout comme le temple le plus occidental. L’avant- corps du podium fait également l’objet d’une importante restructuration.

14La place précédant les temples est rehaussée une nouvelle fois, à l’époque des travaux d’agrandissement du théâtre, dédié en 196. Le côté oriental du portique et de la place précédant les petits temples est en bonne partie occupé par ces nouvelles constructions (Sole 2002, 177).

Sources épigraphiques

15CIL XIV, 4127 ; Rieger 2004, QT49, fig. 44 ; Ep. lat. 2010, 119, n° 19.1 (fig. 48)

16Petit autel en marbre de Luni (73,3 × 45/40,5 cm). Trouvé dans le petit temple le plus oriental. Conservé

in situ.
Veneri sacrum.

« Consacré à Vénus ».

17CIL XIV, 4134 ; Bloch 1958, 210-211 ; Rieger 2004, QT53, fig. 43 ; Ep. lat. 2010, 119, n° 19.2 (voir fig. 49)

Fig. 49

Fig. 49

Inscription sur mosaïque du pavement du petit temple le plus occidental (H. Bloch 1958, fig. 95)

© DR

18Inscription sur « mosaïque en noir et blanc du pavement du plus occidental des quatre petits temples républicains, dont seule la partie droite est entièrement conservée. 252 × 115 cm, séparée par une ample lacune de la partie droite. In situ » (Ep. lat. 2006, 109).

19Datée autour de 25 av. n.è. (Ep. lat. 2010, 120).

[C(aius) C]artilius C(aii) f(ilius) [Poplicola, IIuir] V,
[c]ens(or) iter(um), C(aius) Fabiu[s C(aii) f(ilius) Longus, IIuir] iter(um),
A(ulus) Ter[e]ntius A(uli) l(ibertus) Aris[to, L(ucius) ? Quin]ctius L(ucii) f(ilius),
[Ti(berius) - - -] Ti(berii) l(ibertus) Dama, M(arcus) Fab[ius M(arci) l(ibertus) ---]us,
[P(ublius) - - -]us P(ublii) l(ibertus) Apolloni[us, - - -]um
[- - - faci]undum [coerauerunt ?]/
[---]a(- - -+++++[- - -] intra/ [- - -fe]cit.

« Gaius Cartilius Poplicola, fils de Gaius, duumvir pour la cinquième fois et censeur pour la deuxième, Gaius Fabius Longus, fils de Gaius, duumvir pour la deuxième fois, Aulus Terentius Aristo, affranchi d’Aulus, Lucius Quinctius, fils de Lucius, Tiberius [---] Dama, affranchi de Tiberius, Marcus Fabius [- - -]us, affranchi de Marcus, Publius [---] Apollonius affranchi de Publius [- - -] se sont occupés de faire réaliser [---] » (trad. Ep. lat. 2006, 109).

20Plusieurs graffiti sur fragments d’enduits peints ont été trouvés dans le remplissage du corridor séparant les deux paires de temples, au niveau de la troisième strate (Vaglieri 1912, 394-396, n° 1-19, fig. 4 ; Paribeni 1914, 461-462, fig. 10-13 ; CIL XIV, 5289 ; pour les graffiti figuratifs retrouvés dans le couloir central, Langner 2001, n° 488 [tête], 686 [figures], 983 [casque de gladiateur], 1812 [poisson], 2111 [bateau], 2421 [skyphus], 2422 [navires], 2454 [feuille]).

21Outre des graffiti figuratifs représentant têtes, bateaux ou animaux, certains correspondent à des textes. La plupart des fragments, en alphabet latin, sauf deux en grec, ne contiennent que quelques caractères et ne sont guère compréhensibles. Deux d’entre eux, plus complets, sont repris ci-dessous. Au vu du graffito mentionnant les consuls de l’année 23 av. n.è. (voir infra), ils datent vraisemblablement des dernières décennies avant n.è. et seraient antérieurs aux restaurations augustéennes faites dans les petits temples.

22AE 1913, 198 ; CIL XIV, 5289, 1 ; EDR072627 (Ilaria Manzini)

23Date : 23 av. n.è.

[---] Caesare et Pisone co(n)s(ulibus)
pridie Eidus
[---]I[---]patinus[---].

« […] sous les consulats de César et Pison, la veille des ides, [---] ».

24CIL XIV, 5289, 22 ; Rieger 2004, QT55 ; EDR110013 (Raffaella Marchesini)

25Graffito sur un enduit pariétal peint en noir. Vaglieri propose de suppléer H[erculi] ; le CIL résout, de manière plus convaincante (sestertios).

T(itus) Manlius T(iti) l(ibertus) Felix d(onum) d(edit) de suo ((sestertios)) [---]]

« Titus Manlius Felix, affranchi de Titus a offert, à ses frais, ce don [---] ».

26AE 1915, 56 ; CIL XIV, 4447 ; Ep. lat. 2010, 212-217, n° 60.1 ; EDR072724 (Raffaella Marchesini)

27Plaque de marbre (71 × 67 × 7 cm ; haut. lett. 2,5-5,5 cm), trouvée dans l’aire sacrée, en remploi comme fermeture d’un égout tardif. Elle pourrait, d’après certains, avoir été posée sur la base d’un monument honorifique de l’aire sacrée (voir infra).

Q(uinto) Asinio Q(uinti) f(ilio)
Trom(entina)
Marcello,
co(n)s(uli), praetori, q(uaestori) Augus(ti),
curioni, salio Palat(ino),
trib(uno) mil(itum) leg(ionis) III Aug(ustae),
Xuiro, patr(ono) col(oniae)
Decur(ionum) decreto
publice.

« À Quintus Asinius Marcellus, fils de Quintus, de la tribu Tromentina, consul, préteur, questeur de l’empereur, curion, salien palatin, tribun militaire de la troisième légion Augusta, décemvir (stlitibus iudicandis) chargé de juger les litiges, patron de la colonie. (Dédicace faite) publiquement par décret des décurions » (trad. Ep. lat. 2006, 174).

28Datation : début du iie s. (avant 115), sur la base du cursus de Q. Asinius Marcellus (outre les références ci-dessus, voir Zevi 2005).

29Ostia Inv. 1310. Inscription inédite citée par Rieger (2004, 87 et n. 440) et Pensabene (2007, 86 et n. 319), qui tendent à la rattacher à l’aire sacrée des quattro tempietti.

30Marcus Lollius Paulinus peut être identifié au duovir quinquennal de 166 (CIL XIV, 4148).

Spei Cereris Aug(ustae) M(arcus) Lollius Paulinus.

« À Spes de Cérès Auguste, Marcus Lollius Paulinus ».

31Si la lecture de l’inscription est correcte, Spes représenterait un mode d’action de Cérès, au génitif. À ma connaissance, il n’existe pas ailleurs d’association de ce type entre les deux déesses.

32CIL XIV, 4292 ; CIL I², 3024 ; Ep. lat. 2010, 118-119, n° 18 ; EDR072671 (Raffaella Marchesini) (fig. 50)

Fig. 50

Fig. 50

Cippe du sacellum à ciel ouvert dédié à Jupiter Optimus Maximus (CIL XIV, 4292)

© Corpus Inscriptionum Latinarum

33Quatre cippes de travertin (77 × 24 × 24 cm ; haut. lett. 5,5 cm), posés aux quatre angles d’un enclos en opus reticulatum aménagé dans la partie orientale de l’aire sacrée. In situ. Datables, sur la base de l’archéologie et de la paléographie, de la fin de l’époque républicaine ou du début de l’époque augustéenne.

I(oui) O(ptimo) M(aximo) s(acrum)

« Consacré à Jupiter très bon très grand ».

34CIL XIV, 4682 ; EDR106905 (Raffaella Marchesini)

35Fragments de bloc cylindrique en travertin, trouvés devant l’édifice alors identifié à un « nymphée », se rapportant peut-être au bloc trouvé au centre de l’enclos de Jupiter (voir infra).

<frg. a>
------ ?
[---]us P(ubli ?) f(ilius)
[---]A D V [--- ?]
<frg. b>
------ ?
[---]quinq(---)
[---A]ugu[ st ?---]
[---]+[---]
------ ?
<frg. c>
------ ?
[---]s[---]
[---]cu[---]
------ ?
<frg. d>
------ ?
[---]m[---]
[---]o+[---]
[---]

36Coarelli (2004, 93) suggère la restitution suivante : [P. Lucili]us P. f. / [P. n. P. pronep. Gama]a, du[ouir] quinq[uennalis iterum ?], qui lui permet d’intégrer un Gamala dans la construction de l’enclos de Jupiter ; ce dernier aurait pu procéder à l’inauguratio de ce templum. Cette proposition ingénieuse ne peut cependant pas dépasser le statut d’hypothèse, vu l’état de la pierre.

37CIL XIV, 4657 ; AE 1911, 212 ; EDR072471 (Ilaria Manzini)

38Quatre fragments d’une plaque de marbre (haut. 31,5 ; larg. 55,6 ; ép. 3,7 cm ; haut. lett. 4,5-5,5 cm), trouvés au nord-est du podium, du côté de la domus di Apuleio.

[---] paren[tib]u[s]
Lucil[i]us G[ama]la
filius f(ecit)
[------ ?]

« [---] Lucius Gamala, fils, a fait pour ses parents [---] ».

39CIL XIV, 375 ; ILS 6147 ; Ep. lat. 2010, 99-104 (avec la bibliographie antérieure) ; EDR150127 (Raffaella Marchesini) (fig. 51)

Fig. 51

Fig. 51

CIL XIV, 375

© DR

40Hermès parallélépipédique de marbre. Trouvé au xvie s. à Portus, perdu depuis le xviiie s., connue par des manuscrits d’érudits.

41Parmi les nombreuses évergésies de Gamala senior, notable d’Ostie dont la carrière est désormais datée entre 70 et 35 av. n.è. (Zevi 1973 ; Zevi 2004 ; Zevi 2012, 541-542), figure la construction de plusieurs temples.

P(ublio) Lucilio
P(ubli) f(ilio), P(ubli) n(epoti), P(ubli) pro =
nep(oti), Gamalae,
aed(ili) sacr(is) Volk(ani) <faciundis>
[a]edili, d(ecreto) d(ecurionum) allecto
[g]ratis decurioni,
[p]ontifici, IIuir(o) censo =
riae pot(estatis) quinquennal(i),
in comiti(i)s facto cura =
[tor]i pecuniae publicae exigen =
[d]ae et adtribuendae
[i]n ludos, cum accepisset public(um)
lucar, remisit et de suo erogati =
onem fecit ;
[id]em sua pecunia uiam silice strauit
[q]uae est iuncta foro ab arcu ad arcum ;
[id]em epulum trichilinis CCXVII
colonis dedit
[id]em prandium sua pecunia coloni[s]
Ostie(n)sibus bis dedit ;
dem aedem Volcani sua pecu =
nia restituit ;
[i]dem aedem Veneris sua pecu =
nia constituit ; [id]em aed(em) Fortunae sua pecu =
nia constituit ;
[id]em aed(em) Cereris sua pecunia
constituit ; [id]em pondera ad macellum
cum M(arco) Turranio sua pecu =
nia fecit ;
[idem] aedem Spei sua pecunia
[cons]tituit ;
[id]em tribunal in foro mar =
moreum fecit.
[H]uic statua inaurata d(ecreto) d(ecurionum)
p(ecunia) p(ublica) posita est,
[i]tem ahenea d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) posita
[p]roxume tribunal(i) quaes(toris),
[propt]erea quod cum res publica
[p]raedia sua uenderet ob pol =
[l]icitationem belli naualis
((sestertios quindecim milia et ducentos)) rei publicae donau[it].
[Hu]nc decuriones funere pu =
[b]lico effer[endum] cen[s]uerunt.

« À Publius Lucilius Gamala, fils de Publius, petit-fils de Publius, arrière-petit-fils de Publius, édile pour le culte de Vulcain, édile (de la colonie), admis parmi les décurions gratuitement par décret des décurions, pontife (du culte) de Vulcain, duumvir quinquennal avec des pouvoirs de censeur, élu dans les comices curateur de l’argent public à lever et à utiliser, ayant reçu le montant pour les jeux, il renonça à prélever l’impôt public et fit lui-même la dépense, lui-même fit paver en pierre à ses frais, d’une porte à l’autre, la route (qui passe) au forum, lui encore offrit aux colons un banquet de 217 lits de table, lui-même offrit deux fois aux colons d’Ostie à ses frais un repas, il restaura à ses frais le temple de Vulcain, fit construire à ses frais le temple de Vénus, fit construire à ses frais le temple de la Fortune, fit construire à ses frais le temple de Cérès. Lui-même à ses frais avec Marcus Turranius fit faire les poids destinés au marché, à ses frais il construisit le temple de Spes, il fit faire en marbre le tribunal sur le forum. Par décret des décurions avec des fonds publics une statue dorée lui fut dédiée, ainsi qu’une autre de bronze installée près du tribunal du questeur, parce que, alors que la res publica (d’Ostie) devait vendre ses biens pour maintenir sa promesse (de soutenir) la guerre navale, il fit don à la colonie de 15 200 sesterces. Les décurions statuèrent de lui décerner l’honneur de funérailles publiques » (trad. Ep. lat. 2006, 95).

42CIL XIV, 376 ; EDR143921 (Raffaella Marchesini)

43Hermès (?) de marbre (haut. 56,7 ; larg. 20 cm ; haut. lett. 0,7-3 cm), trouvée à Ostie.

44Parmi les nombreuses évergésies de Gamala iunior, actif durant la seconde moitié du iie s., est citée la restauration d’un temple de Vénus.

P(ublio) Lucilio P(ubli) [f(ilio)],
P(ubli) n(epoti), P(ubli) pron(epoti), Gamala[e],
aed(ili) sacr(is) Volcani
eiusdem pr(aetori) tert(io), dec(urioni)
adlecto d(ecreto) d(ecurionum) infanti
IIuir(o) praefecto L(uci) Caesar(is)
Aug(usti) f(ili) cens(oria potestate ?), q(uaestori) a(erarii), pontif(icis)
tabular(um) et librorum,
curatori primo constitut(o).
Hic ludos omnes quos fecit
amplificauit impensa sua,
idem munus gladiatorium ded(it),
idem aedem Castoris et Pollucis rest(ituit),
idem curator pecuniae publicae exi =
gendae et attribuendae in comi =
tiis factus, cellam patri Tiberino
restituit,
idem thermas quas diuus Pius aedif[i] =
cauerat ui ignis consumptas refecit,
porticum reparauit,
idem aedem Veneris impensa sua
restituit,
idem pondera ad macellum et men =
suras ad forum uinar(ium) s(ua) p(ecunia) fecit,
idem nauale a L(ucio) Coilo aedificatum
extru[en]tibus fere collapsum
restituit.
Huic statua aena peq(unia) pub(lica) d(ecreto) d(ecurionum) posit(a)
est
+++HS XVI[---]ML+I
------ ?

« À Publius Lucilius Gamala, fils de Publius, petit-fils de Publius, arrière-petit-fils de Publius, édile pour le culte de Vulcain, trois fois préteur de celui-ci, admis décurion enfant par décret des décurions, duumvir, préfet de Lucius César fils d’Auguste, censeur, questeur du trésor, pontife, curateur des registres et des livres publics premier nommé. Il a accru à ses frais (l’importance de) tous les jeux qu’il a organisés ; il a aussi offert à ses frais un combat de gladiateurs ; il a aussi restauré le temple de Castor et Pollux ; élu par les comices comme curateur pour percevoir et répartir l’argent public, il a restauré la chapelle du Père Tibre, il a aussi refait les thermes élevés par le divin (Antonin le) Pieux qui avaient brûlé, il a restauré le portique ; il a aussi restauré à ses frais le temple de Vénus ; il a aussi donné les poids du marché et les mesures du forum au vin ; il a aussi restauré le chantier naval construit par Lucius Coilius, presque effondré. Une statue de bronze lui a été élevée à frais publics, par décret des décurions » (trad. François Jacques, Les cités de l’Occident Romain du 1er s. avant J.-C. au 6e s. apr. J.-C. Documents traduits et commentés, Paris 1990).

45Datation : 161-180.

Sources archéologiques

46Les quatre petits temples sont mis au jour en 1885-1886 par Lanciani (1886, 127, 162, 164-165). L’aire sacrée qu’ils dominent fait l’objet d’investigations menées par Vaglieri, entre 1911 et 1913. Une attention pour la stratigraphie, remarquable pour l’époque, caractérise ses fouilles, qui sont rapidement publiées, après sa mort, par son successeur Paribeni (1914 ; pour un aperçu de l’histoire de ces fouilles, Sole 2002, 165-166 ; Cuyler 2015, 149-154).

La place et le mur d’enceinte (fig. 47)

47L’aire sacrée, accessible depuis le decumanus maximus, occupait, à l’origine, un vaste espace (42 × 38 m). Au moment de la construction des petits temples et du mur d’enceinte, vers le milieu du ier s., le niveau de l’aire sacrée apparaît comme plus haut que celui du decumanus maximus (Paribeni 1914, 459 ; Sole 2002, 168, 178). Par la suite, la place fait l’objet de rehaussements, vraisemblablement à l’époque flavienne ainsi qu’à la fin du iie s. (voir supra).

Fig. 47

Fig. 47

Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)

© DR

48Quatre autels en tuf se dressaient devant les temples. Ils ne sont pas exactement alignés ni tout à fait dans l’axe des temples, peut-être à cause des déplacements dus aux rehaussements (Paribeni 1914, 456, 476 ; Pensabene 2007, 92, 111 ; Boos 2011, 72). Ils sont partiellement recouverts lors d’un rehaussement et leur partie émergente sera ensuite rasée au niveau du sol. (Paribeni 1914, 476). Ils sont peut-être remplacés par des autels de marbre, tel celui consacré à Vénus (voir supra).

49La superficie du sanctuaire est délimitée par un mur d’enceinte en opus quasi reticulatum, de facture similaire à celle du podium et des temples, dont restent des traces notamment au nord-est (il est ensuite réutilisé par la domus di Apuleio, au iie s. ; Rieger 2004, 71 ; Pensabene 2007, 92). Le mur d’enceinte était peut-être bordé d’un portique, sur trois côtés (Paribeni 1914, 456-458 ; contra Rieger 2004, 71). Un nouveau mur d’enceinte est ensuite construit en opus latericium. Il réduit considérablement la superficie de l’aire sacrée. Celui-ci est en effet élevé à proximité immédiate du podium (0,54 m), au nord, à l’est et à l’ouest. Sa construction précède le rehaussement daté de l’époque flavienne (voir supra ; Vaglieri 1911a, 241-242 ; 1911b, 199 ; Sole 2002, 171-172), ce que confirme le niveau de son ressaut de fondation, à même hauteur que celui des temples. Elle date, selon Meiggs (1973, 546), de l’époque tibérienne ; selon Sole (2002, 171-172), de l’époque augustéenne. L’espace compris entre l’ancienne et la nouvelle enceinte est ensuite occupé par d’autres constructions (au nord-est par la domus di Apuleio ; à l’ouest par des édifices à fonction artisanale).

50Des fontaines ont été construites dans l’aire sacrée, à différentes époques (Ricciardi, Scrinari 1996 II, 256-258 ; Pensabene 2007, 92, 111). Elles sont principalement connues par les relevés et les photos faits lors des fouilles mais ne sont plus visibles actuellement.

51La plus ancienne, au nord-est de la place, était rectangulaire (2,30 × 1,25 m) et vraisemblablement couverte d’une voûte. Elle se situe à un niveau fort bas. Son bord est à un niveau inférieur à celui du sol correspondant aux petits temples vers le milieu du ier s. av. n.è. ; elle appartient donc sans doute à la première phase de fréquentation de la zone (et est donc peut-être à mettre en rapport avec les hypothétiques premiers petits temples). Elle semble avoir été alimentée par l’eau de pluie ou par la nappe phréatique. Vu ses dimensions réduites, son usage serait, selon Paribeni, exclusivement religieux. Elle est supprimée et rasée au sol, lors du réaménagement ultérieur de la place (Paribeni 1914, 458-459 ; Ricciardi, Scrinari 1996 II, 77-78, 256 ; Pensabene 2007, 92).

52Trois autres fontaines sont construites, au sud-ouest de la place, après le rehaussement flavien, vraisemblablement au iie s. (Vaglieri 1913, 204 ; Ricciardi, Scrinari 1996 II, 78, 80, 257).

53Outre ces fontaines, les fouilles ont mis au jour, dans l’aire sacrée, des fondations rectangulaires, au sud de l’autel devant le deuxième temple (à partir de l’ouest), identifiables à de larges bases de statue (Paribeni 1914, 477 ; Pensabene 2007, 111). Elles sont postérieures au rehaussement flavien. De la première est conservé un noyau en opus caementicium (2,60 × 1,40 m), qui aurait pu abriter une statue équestre, grandeur nature. Certains ont suggéré d’y rattacher l’inscription en l’honneur de Q. Asinius Marcellus, sénateur patricien patron de la colonie, retrouvée dans l’aire sacrée, en remploi comme couverture d’un égout tardif (voir supra ; Coarelli 1989, 34 ; Marchese 2003, 326-327 fig. 10 ; Rieger 2004, 66). De la seconde base, mentionnée par Pensabene (2007, 111), je n’ai pas trouvé de description.

Les quatre petits temples (Paribeni 1914, 452-456)

54Seules subsistent actuellement les parties inférieures des temples (fig. 47, 52) ; la façade du podium et les structures qui se trouvent devant celui-ci ont été plusieurs fois remaniées durant l’antiquité. Les tentatives de reconstitutions se heurtent donc à des obstacles considérables et diffèrent parfois fortement (Rieger 2004 ; Pensabene 2007). Je reprends principalement les propositions de Pensabene, qui me semblent les plus convaincantes, dans l’état actuel des connaissances (2007, 85-114).

Fig. 47

Fig. 47

Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 52

Fig. 52

Vue des quatre petits temples depuis une terrasse du théâtre (photo FVH)

© DR

  • Première phase (des temples actuellement visibles – phase correspondant chez Paribeni à celle des secondi tempietti, puisqu’il suppose une première phase en brique crue, voir supra)

55Les quatre temples, dont la cella s’ouvre au sud, vers le decumanus, s’élèvent sur un même podium, en opus quasi reticulatum (ou plutôt, selon Pensabene 2007, 87, en « reticolato a piccoli tufelli ») (haut. 2,20 ; 33,50 × 11,55 m), avec base et couronnement en blocs de tuf rouge.

56Le podium aurait alors été accessible par un escalier courant le long de toute sa paroi sud, selon la reconstitution de Paribeni (1914, 455) et de Pensabene (2007, 89, 93-94).

57Les quatre petites temples (5,45 × 5,80 m), séparés par trois corridors, présentent des parois en opus quasi reticulatum, qui étaient revêtues de stuc (des fragments d’enduits peints s’y rapportant vraisemblablement, retrouvés dans le remblai entre les corridors des temples, portent des décorations de premier style ; Paribeni 1914, 482 ; Moormann 2011, 60). Seul l’un des temples (le deuxième à partir de l’est) conserve, contre le mur du fond de la cella, les restes d’une base en blocs de tuf, pour la statue de culte.

58Leur pronaos comportait un stylobate en plaques de tuf (conservé dans le temple de Vénus) et donc des colonnes (plaident en ce sens les découvertes, faites dans l’aire sacrée, de chapiteaux doriques et ioniques et de fragments de fûts cannelés, revêtus de stuc, dont le diamètre – 47 cm – s’adapte à celui du stylobate ; Paribeni 1914, 455-456).

59D’après la technique de construction et le profil des modénatures du podium, cette première phase peut être datée de la première moitié du ier s. (Zevi 1973, 566 ; Steuernagel 2004, 66 ; Pensabene 2005, 526), voire du deuxième quart du ier s. (Rieger 2004, 54). Si l’on intègre en outre dans la discussion l’inscription de Gamala et la nouvelle datation proposée pour la muraille d’Ostie (en opus quasi reticulatum aux caractéristiques proches de celui des quatre petits temples), la datation peut être resserrée au deuxième quart du ier s. (Pensabene 2007, 90), vraisemblablement vers 65-55 (Zevi 2012, 543-544).

60La partie septentrionale du podium présente à la hauteur du corridor séparant le deuxième et le troisième petit temple la caractéristique suivante : son parement et sa corniche de tuf sont interrompus ; cette ouverture a ensuite été comblée. Selon Rieger (2004, 49, 80, suivie par Steuernagel 2004, 66 et Pensabene 2007, 90-92), celle-ci existait dès l’origine de la construction et aurait servi à l’installation d’un escalier, permettant d’accéder au couloir central du podium, par le nord, en venant du Tibre. Selon Sole (2002, 171), qui se base sur les observations faites par Vaglieri, telles qu’elles sont consignées dans le journal de fouilles, ces ouvertures (il y avait en effet plusieurs ouvertures et non une seule) datent de l’époque précédant le rehaussement de la cité. Autrement dit, elles ne sont pas contemporaines de la construction du podium et des temples mais elles remonteraient, d’après Sole (2002, 171, 178), à la phase du sanctuaire, datable entre 30 av. n.è. et le milieu du ier s. Il convient donc de considérer très prudemment l’hypothèse de Rieger : en l’état, rien ne permet d’affirmer que l’aire sacrée des quattro tempietti était accessible depuis le nord (Van Haeperen 2005, 236 ; Zevi 2012, 546 et n. 51).

61Des fragments de décoration en stuc d’une part, en terre cuite d’autre part, trouvés dans le remplissage du corridor central, des deuxième et quatrième temples (à partir de l’ouest) et devant le podium (Vaglieri 1912, 394-396), appartiennent vraisemblablement à l’élévation architectonique de la première phase des petits temples. Ils sont datables de la première moitié du ier s. av. n.è. (Rieger 2004, 67-68, QT33, 35, 36-37, 39-41 ; fig. 46-47 ; Pensabene 2007, 98, 113) et ont été déposés dans le corridor peu après l’année 23 av. n.è. (voir le graffito mentionné supra et l’absence de matériel datant de l’époque impériale).

  • Torse, en terre cuite, d’une figure féminine portant un chiton, cintré sous la poitrine, et un manteau, avec un collier autour du cou (haut. 43 cm ; MusOst, inv. 3294, fig. 53). L’iconographie et les attributs ne permettent pas une identification aisée. Il pourrait s’agir d’une représentation de Vénus, de Cérès ou de Fortuna, qui étaient honorées dans l’aire sacrée. Datation : première moitié du ier s. av. n.è. sur la base de comparaisons stylistiques. Vu le bon état de conservation des surfaces, il ne doit pas s’agir d’un acrotère exposé en plein air. La partie arrière étant moins travaillée, il est possible que la statue ait été exposée devant un mur, dans une des cellae, ou comme décoration d’un fronton. (Vaglieri 1912, 396 ; Paribeni 1914, 465, 471, fig. 19 ; Zevi 1976, 53, fig. 36 ; Rieger 2004, 67, 272, QT36, fig. 46).

Fig. 53

Fig. 53

Statuette en terre cuite d’une divinité féminine (Rieger 2004, 68, fig. 46)

© DR

  • Fragment d’une figure féminine en terre cuite (haut. 25 cm ; MusOst, inv. 3294). Jambe gauche d’une figure féminine, sur laquelle tombe un long vêtement ; à sa droite se dresse un pilier. Datation : première moitié du ier s. av. n.è. sur la base des similitudes, avec la statuette précédente, au niveau du matériel, des proportions et du style. (Calza, Floriani Squarciapino 1962, 92 ; T. Dohrn, in Helbig 1972, 128-129, n° 3157 ; Rieger 2004, 67-68, 272, QT37, fig. 47).

  • Frise de terre cuite avec protomés de lions (haut. 20,5 cm, long. 212 cm ; MusOst, inv. 3612 ; fig. 54). Quatre plaques et fragment d’une cinquième. Les têtes de lion, qui servaient comme gargouilles, sont encadrées de volutes et rinceaux. Datation : première moitié du ier s. av. n.è. sur la base de comparaisons stylistiques. (Vaglieri 1912, 396, fig. 6 ; Paribeni 1914, 461, 465, fig. 15 ; Calza, Squarciapino 1962, 97 ; T. Dohrn in Helbig 1972, 131 n° 3161 ; Rieger 2004, 271, QT33, fig. 39).

Fig. 54

Fig. 54

Frise de terre cuite avec protomés de lions (Rieger 2004, 62, fig. 40)

© DR

Des fragments de revêtement en stuc de colonnes et d’entablement ont été retrouvés dans ces mêmes niveaux de remplissages. Ils peuvent appartenir à la première ou à la deuxième phase des temples (Pensabene 2007, 98).

  • Deuxième phase (des temples actuellement visibles)

62La façade du podium est transformée : l’escalier continu est supprimé et remplacé par trois escaliers étroits correspondant aux trois corridors séparant les quatre temples. Les pronaoi sont alors modifiés et deviennent in antis, distyles.

63Les temples sont désormais accessibles par les ouvertures pratiquées dans les murs latéraux des pronaoi. Ces murs, dans le prolongement de ceux de la cella, présentent des portails : « les stylobates des flancs de la phase précédente sont utilisés comme seuils, dont l’ampleur est réduite. Les murs in antis des pronaoi limitaient sur les flancs les côtés de la façade qui conservaient probablement les deux colonnes centrales » (Pensabene 2005, 526 ; Pensabene 2007, 106).

64Le temple le plus occidental reçoit un nouveau pavement de mosaïque à tessères blanches, avec une inscription de dédicace en tessères noires, datable vers 25 av. n.è. (voir supra). Des restes de mosaïque à tessères blanches similaires sont également visibles dans les angles des autres petites temples (Rieger 2004, 70, 278, QT63). La dédicace permet aussi de dater approximativement la deuxième phase.

65Plusieurs fragments de terres cuites architectoniques, datables de la deuxième moitié du ier s. av. n.è., retrouvés dans le remplissage du corridor central, des deuxième et quatrième temples (à partir de l’ouest) et devant le podium, appartiennent vraisemblablement à cette phase (Rieger 2004, 61-63, 271-273, fig. 40-41 ; Pensabene 2007, 98). On ne peut toutefois pas exclure qu’ils remontent à la première phase des petits temples (tous n’auraient pas été ornés exactement des mêmes décors).

  • Fragment de frise avec protomés de lions (haut. 22 cm ; long. 130 cm ; long. d’une plaque : 48cm ; MusOst, inv. 3375, 3613 ; fig. 55). Trois plaques conservées. Le décor correspond à celui de la frise de la phase précédente mais la structure diffère. Les têtes de lions ne comprennent pas d’ouverture ; elles n’ont donc pas pu fonctionner comme gargouilles. Datation : seconde moitié du ier s. av. n.è. sur la base de comparaisons stylistiques. (Vaglieri 1912, 396-397, fig. 6 ; Paribeni 1914, 461-462, 467, fig. 16 ; T. Dohrn, in Helbig 1972, 131, n° 3161 ; Rieger 2004, 271, QT34, fig. 40).

Fig. 55

Fig. 55

Frise de terre cuite avec protomés de lions (Rieger 2004, 62, fig. 40 ; PAO_ B 656)

© DR

  • Fragment de frise avec protomés de méduses, entre méandres perforés (long. 16 cm ; haut. 10 cm ; MagOst, inv. 3368). Datation : entre 30 et 20 av. n.è. sur la base de comparaisons (Vaglieri 1912, 396-397, fig. 7 ; Paribeni 1914, 462, 469, fig. 17 ; Rieger 2004, 272, QT38, fig. 41 ; Pensabene 2007, 98).

  • Plusieurs fragments d’antéfixes (Paribeni 1914, 462 ; Rieger 2004, 272-273), dont l’un en tête de lion stylisée, l’autre avec feuille d’acanthe, entre deux chèvres ailées.

  • Troisième phase (des temples actuellement visibles ; Pensabene 2007, 99-106)

66Les temples le plus occidental et le plus oriental (dédié à Vénus) sont reconstruits en opus mixtum. En outre, les colonnes du pronaos de ce dernier (diam. 46/47 cm) sont refaites en opus latericium et revêtues de stuc (elles s’élèvent sur le stylobate en plaques de tuf de la première phase – visible uniquement ici).

67Devant le podium est aménagé un système de vasques et de fontaines, avec un petit nymphée circulaire au centre (qui provoque le déplacement de l’escalier central sur sa droite). Ces bassins et fontaines appuyés au podium étaient revêtus de marbre ; entre ceux-ci se trouvaient vraisemblablement des colonnes (Ricciardi, Scrinari 1996 II, 78-79 ; Pensabene 2007, 104-106).

68Des traces de mur en opus reticulatum, sans fondation, ont été trouvées le long des côtés sud et nord du couloir central (Sole 2002, 176). Ils étaient couverts du même enduit que les murs de ce couloir. Selon le Journal de fouilles, ces éléments se rapportent à une petite pièce aménagée à cet endroit, après la réfection des temples, dans la seconde moitié du iie s. Ces murs ont été démontés durant la fouille, à cause de leur très mauvais état de conservation. Il n’en reste aucune trace.

Sacellum de Jupiter Optimus Maximus (II, VIII, 4) (fig. 47, 50)

69Au sud-est de l’aire sacrée se dresse une structure à ciel ouvert (4,88 × 4,95 m), délimitée par des cippes en travertin (haut. 42 ; 23 × 10 cm), portant chacun la même inscription, tournée vers l’intérieur : I(oui) O(ptimo) M(aximo) s(acrum) (voir supra ; Paribeni 1914, 466-470 ; Sole 2002, 172, 175, 178 ; Rieger 2004, 44, fig. 13-14, 87-88, 268 QT18, 48 ; Steuernagel 2004, 67 ; Pensabene 2007, 107 ; Zevi 2012, 546).

Fig. 47

Fig. 47

Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)

© DR

Fig. 50

Fig. 50

Cippe du sacellum à ciel ouvert dédié à Jupiter Optimus Maximus (CIL XIV, 4292)

© Corpus Inscriptionum Latinarum

70Ceux- ci sont entourés par un mur en opus reticulatum de tuf. Le seuil originaire, en travertin, est posé au même niveau que celui des petits temples construits vers le milieu du ier s. av. n.è. Quant aux cippes, ils semblent avoir été posés à un niveau encore plus bas et pourraient, selon certains, remonter à une époque plus ancienne (Sole 2002, 172 ; Steuernagel 2004, 67) ; selon Steuernagel, cet espace dédié à Jupiter pourrait donc être plus ancien que les petits temples, et même avoir déterminé le choix de ce lieu pour leur implantation. C’est à l’époque augustéenne (Sole 2002, 172), ou peu après (Pensabene 2007, 107), qu’ils sont reliés par un mur en opus reticulatum. Cet enclos resta toujours à ciel ouvert et ne fut jamais pourvu d’un pavement. Après le rehaussement daté de l’époque flavienne, son seuil est remplacé par un autre, également en travertin (Sole 2002, 175).

71Au centre de l’enclos ont été retrouvés deux blocs en travertin, l’un cylindrique (diam. 66 ; haut. 69 cm), l’autre quadrangulaire (80 × 80 × 32 cm), qui faisaient peut-être partie d’un autel (Rieger 2004, 44 ; Pensabene 2007, 107 ; Vaglieri 1913, 183, 398). Le bloc cylindrique supportait le bloc quadrangulaire.

72Cet espace a été interprété comme un templum (Rieger 2004, 44, 88), inauguré, délimité et consacré à Jupiter (Zevi 2012, 546). Peut-être servait-il à marquer la présence de Rome, en ce lieu où officiait, selon Zevi, le questeur d’Ostie.

Chapelle (longtemps considérée comme un nymphée ; II, VIII, 3) (fig. 47)

73Édifice presque carré, à trois absides (5,15 × 5,35 m), précédé d’un vestibule, situé au nord de l’enclos dédié à Jupiter Optimus Maximus (Paribeni 1914, 473-475 ; Ricciardi, Scrinari 1996 II, 205-206 ; Sole 2002, 175 ; Rieger 2004, 56-57 ; 70, 88 ; Pensabene 2007, 107-108). Ses murs sont en opus mixtum. Les angles internes sont arrondis, ce qui permet de supposer l’existence de quatre colonnettes angulaires. La niche qui fait face à l’entrée est pourvue de deux consoles de marbre qui devaient supporter une niche encadrée de deux petites colonnes. Sont encore visibles les restes d’un revêtement pariétal luxueux, en albâtre et en breccia. (Vaglieri 1913b, 183 ; Paribeni 1914, 473 ; Ricciardi, Scrinari 1996 II, 205 ; Rieger 2004, 43 ; Pensabene 2007, 108). Les niches et peut-être aussi la voûte étaient ornées de stucs à décors géométriques et figurés (Paribeni 1914, 473-475, fig. 20-21).

74La structure a d’abord été identifiée comme un nymphée (Vaglieri 1913b, 183 ; Paribeni 1914, 473- 475), sur la base d’un trou pour une adduction d’eau, relevé au moment de la fouille dans le pilastre devant la niche de la paroi du fond ; il n’est plus visible actuellement (Ricciardi, Scrinari 1996 II, 205). L’absence de dispositif pour l’eau dans sa phase initiale semble toutefois exclure une telle identification (que suivent cependant Ricciardi, Scrinari 1996 II, 205-206, 258). On y reconnaît actuellement une chapelle (Pensabene 2007, 108), peut-être dédiée au culte impérial ou à Fortuna Augusta, Spes Augusta ou à Ceres Augusta (Rieger 2004, 88).

75Un relief avec scène de sacrifice trouvé devant le « nymphée » (Vaglieri 1913a, 81, fig. 9 ; R. Calza 1964, 50-51 n° 71 ; Rieger 2004, 88) et un autre avec magistrats et licteurs mis au jour à proximité (voir infra) pourraient être été attribués à la chapelle, dont ils auraient orné les murs (Rieger 2004, 66) mais leurs dimensions paraissent trop grandes pour cet édifice (Pensabene 2007, 108).

76La construction de l’édifice a été datée par les uns vers à l’époque flavienne (Rieger 2004, 70 et 88), par d’autres à l’époque d’Hadrien (Sole 2002, 175, 178). Quoi qu’il en soit, il est postérieur au rehaussement daté de l’époque flavienne, comme l’indique le niveau du seuil situé à 2,07 m s.l.m).

Décors iconographiques

77Plaque représentant un personnage en toge, sacrifiant (haut. 175 cm ; larg. 92 cm ; Vaglieri 1913a, 81, fig. 9 ; Floriani Squarciapino 1962, 64, n° 12 ; R. Calza 1964, 50-51 n° 71, pl. 41 ; E. Simon in Helbig 1972, 87-88, n° 3104; Rieger 2004, 69, 273-274, QT44, fig. 48; Pensabene 2007, 108, 563; fig. 56).

Fig. 56

Fig. 56

Relief d’un personnage en toge en train de sacrifier (Rieger 2004, 69, fig. 48 ; PAO_ A 1748)

© DR

78Trouvée dans la chapelle, longtemps considérée comme un « nymphée » (voir supra). Personnage masculin en toge, tête voilée, portant aux pieds des calcei senatorii. Tenant une boîte dans sa main gauche, il verse de l’encens sur un petit autel, se dressant à sa droite, sur un pilier.

79Datable, sur la base de critères stylistiques, à l’époque flavienne (Rieger, 2004, 69, 274) ou tardo-flavienne (R. Calza 1964, 50-51 n° 71), voire au début du iie s. (Pensabene 2007, 108, 563).

80Plaque fragmentaire retrouvée à proximité de la chapelle, longtemps considérée comme un « nymphée » (voir supra), représentant un sacrifice (haut. max. 80, larg. max. 55 cm ; fig. 57).

Fig. 57

Fig. 57

Relief représentant une procession sacrificielle (Rieger 2004, 69, 273, fig. 49)

© DR

81Un magistrat imberbe, en toge, tête voilée, avec couronne de laurier, sacrifie (sa main droite est tendue, vraisemblablement vers un autel disparu ; sa main gauche manque). Il est accompagné, de part et d’autre, de deux personnages barbus, tête découverte ; un licteur, dont seul le bras et une partie des faisceaux sont conservés, figurait à l’extrémité gauche du relief ; un jeune camillus se tient debout à la droite du magistrat (Vaglieri 1913b, 229, fig. 4 ; Fornari 1914, 16-19 ; R. Calza 1964, 48, n° 66, pl. 38 ; Calza, Floriani Squarciapino 1962, 66-67 ; E. Simon, in Helbig 1972, 92-93 n° 3111 ; Rieger 2004, 69, 273, QT43, fig. 49 ; Pensabene 2007, 108, 563 – les deux derniers avec la bibliographie antérieure).

82Datable, sur la base de critères stylistiques, à l’époque de Domitien ou de Trajan (E. Simon, in Helbig 1972, 92-93 n° 3111 ; Rieger 2004, 69, 273 ; Pensabene 2007, 108, 653).

83Ces deux reliefs sont attribués à un bon atelier local.

Bibliographie

  

Bloch 1958 : H. Bloch, « C. Cartilius Poplicola », in M. Floriani Squarciapino éd., Le necropoli. I. Le tombe di età repubblicana e augustea, Roma 1958, 209-219 (Scavi di Ostia, 3).

Boos 2011 : M. Boos, heiligtümer römischer Bürgerkolonien. Archäologische Untersuchungen zur sakralen Ausstattung republikanischer coloniae civium Romanorum, Rahden/Westfalen 2011 (Internationale Archäologie, 119).

Calza, Floriani Squarciapino 1962 : R. Calza, M. Floriani Squarciapino, Museo Ostiense (60 illustrazioni), Rome 1962.

Coarelli 1989 : F. Coarelli, « Apuleio a Ostia ? », in Dialoghi di Archeologia, 7, 1989, 27-42.

Coarelli 2004 : F. Coarelli, « Per una ’topografia gamaliana’ di Ostia », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 83-98.

Cuyler 2013 : M.J. Cuyler, « Breaking an Interpretive Circle : Ostia’s Quattro Tempietti and CIL 14 375 », in 114th Meeting of the Archaeological Institute of America ; Seattle, Washington ; January 2013, 184 (https ://www.academia.edu/8635041/Breaking_an_Interpretive_Circle_Ostia_s_Quattro_Tempietti_and_ CIL_14_375 ; consulté le 27 mars 2018).

Cuyler 2015 : M.J. Cuyler, Origins of Ostia : Mythological, Historical and Archaeological Landscapes of the pre-Imperial City, Ph.D. dissertation, University of Sydney, 2015 (https ://www.academia.edu/35950030/ THE_EARLIEST_PHASES_OF_THE_QUATTRO_TEMPIETTI_at_Ostia_ ; consulté le 27 mars 2018).

Helbig 1972 : W. Helbig, Museo Ostiense in Ostia Antica ; Museo der Villa Hadriana in Tivoli ; Villa Albani, Tübingen, 1972.

Ep. lat. 2006 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigraphie latine, Paris, 2006.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina : Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Fornari 1914 : F. Fornari, « Un frammento di rilievo dell’Antiquarium di Ostia », in Bollettino dell’Associazione archeologica romana, 4, 1914, 16-19.

Lanciani 1886a : R. Lanciani, « Sulle scoperte urbane e sugli scavi del suburbio e di Ostia », in NSA, 1886, 157-165.

Langner 2001 : M. Langner, Antike Graffitizeichnungen. Motive, Gestaltung und Bedeutung, Wiesbaden 2001 (Palilia, 11).

Marchese 2003 : M.E. Marchese, « Monumenti equestri ad Ostia Antica », in RM, 110, 2003, 319-328.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Moormann 2011 : E.M. Moormann, Divine interiors : mural paintings in Greek and Roman sanctuaries, Amsterdam 2011.

Paribeni 1914 : R. Paribeni, « I quattro tempietti di Ostia », in MonAnt, 23, 1914, 441-484.

Paroli 1993 : L. Paroli, « Ostia nella tarda antichità e nell’alto medioevo », in L. Paroli, P. Delogu éds., La storia economica di Roma nell’alto Medioevo alla luce di recenti scavi archeologici, Firenze 1993, 153-175.

Paschetto 1912 : L. Paschetto, Ostia colonia romana, storia e monumenti, Roma 1912.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pensabene 2005 : P. Pensabene, « La ’topografia del sacro’ a Ostia alla luce dei recenti lavori di A.K. Rieger e di D. Steuernagel », in ArchCl, 56, 2005, 497-532.

Pensabene 2007 : P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Roma 2007.

Calza 1964 : R. Calza, I Ritratti, Roma 1964 (Scavi di Ostia, 5).

Ricciardi, Scrinari 1996 : M.A. Ricciardi, V.S.M. Scrinari, La civiltà dell’acqua in Ostia Antica, Rome 1996.

Rieger 2004 : A.K. Rieger, Heiligtümer in Ostia, Münich 2004.

Sole 2002 : L. Sole, « Monumenti repubblicani di Ostia Antica », in ArchCl, 53, 2002, 137-181.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Vaglieri 1911a : D. Vaglieri, « Monumenti repubblicani di Ostia », in BCom, 39, 1911, 226-245.

Vaglieri 1912a : D. Vaglieri, « Ostia - Studi nella necropoli. Scavi etc. », in NSA, 1912, 385-400.

Vaglieri 1913a : D. Vaglieri, « Ostia – Scavi nella necropoli. Scoperta di creta fullonica. Case di via delle Corporazioni. Scavo del teatro e nell’area innanzi ai quattro tempietti », in NSA, 1913, 71-81.

Vaglieri 1913b : D. Vaglieri, « Ostia – Scavi sul Decumano, nel Teatro, nell’area dei Quattro Tempietti, ad ovest della Piscina. Via tecta », in NSA, 1913, 174-184.

Van Buren 1907 : A.W. Van Buren, « The Temples at Ostia », in AJA, 11, 1907, 55-56.

Van Haeperen 2006 : F. Van Haeperen, « Interventions de Rome dans les cultes et sanctuaires de son port, Ostie », in M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier éds., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles 2006, 31-50.

Zevi 1973 : F. Zevi, « Lucilio Gamala Senior e i ’Quattro Tempietti’ di Ostia », in MEFRA, 85, 1973, 555- 581.

Zevi 1976 : F. Zevi, « Monumenti e aspetti culturali di Ostia repubblicana », in P. Zanker éd., Hellenismus in Mittelitalien. I., Göttingen 1976, 52-63.

Zevi 2002a : F. Zevi, « Appunti per una storia di Ostia repubblicana », in MEFRA, 114, 2002, 13-58.

Zevi 2004a : F. Zevi, « Cicero and Ostia », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 15-31.

Zevi 2004b : F. Zevi, « Lucilio Gamala senior : un riepilogo trent’anni dopo », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 47-67.

Zevi 2005 : F. Zevi, « Q. Asinio Marcello e un recente libro su Ostia », in ArchCl, 56, 2005, 533-543.

Zevi 2012 : F. Zevi, « Culti ed edifici templari di Ostia repubblicana », in Ostraka, 2012, 537-563.

Table des illustrations

Titre Fig. 3
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, sous la République (d’après Tog. gen. 1953, fig. 29)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 4
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, d’Auguste à la fin de l’époque flavienne (d’après Tog. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d’Ostie, de Trajan au milieu du iiie s. 1. Capitole d’époque hadrienne ; 2. Temple de Rome et d’Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 47
Légende Plan de l’aire sacrée des Quatre petits temples (Top. gen. 1953)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 48
Légende Autel dédié à Vénus, retrouvé in situ, devant le petit temple le plus oriental (photo FVH)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 49
Légende Inscription sur mosaïque du pavement du petit temple le plus occidental (H. Bloch 1958, fig. 95)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 50
Légende Cippe du sacellum à ciel ouvert dédié à Jupiter Optimus Maximus (CIL XIV, 4292)
Crédits © Corpus Inscriptionum Latinarum
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 51
Légende CIL XIV, 375
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 52
Légende Vue des quatre petits temples depuis une terrasse du théâtre (photo FVH)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 53
Légende Statuette en terre cuite d’une divinité féminine (Rieger 2004, 68, fig. 46)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 54
Légende Frise de terre cuite avec protomés de lions (Rieger 2004, 62, fig. 40)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 55
Légende Frise de terre cuite avec protomés de lions (Rieger 2004, 62, fig. 40 ; PAO_ B 656)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 56
Légende Relief d’un personnage en toge en train de sacrifier (Rieger 2004, 69, fig. 48 ; PAO_ A 1748)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 57
Légende Relief représentant une procession sacrificielle (Rieger 2004, 69, 273, fig. 49)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6254/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search