Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Ostia (Ostie)

Acilia. Malafede. Lieu de culte de Mars Ficanus (localisation incertaine)

Texte intégral

1Deux inscriptions d’époque impériale attestent l’existence d’un culte à Mars Ficanus sur le territoire de la cité d’Ostie. L’épithète accolée au dieu renvoie à la cité archaïque de Ficana, conquise selon la tradition, par Ancus Marcius, avant la fondation d’Ostie (Liv. 1, 33, 2), et localisée sur le plateau de Monte Cugno.

2La découverte d’une de ces inscriptions à Malafede (AE 1995, 248) permet de rattacher le culte non pas au centre urbain d’Ostie où il aurait été transféré mais à son territoire, dans la zone de la cité disparue de Ficana (Fischer-Hansen 2012, 534 ; fig. 1). Plutôt que du maintien d’un culte archaïque (Meiggs 1973, 343 ; Fischer-Hansen 2012, 534), il pourrait s’agir de sa « restauration », qui correspondrait au climat archaïsant de l’époque antonine (Zevi 2002, 20-22) ; cette initiative pourrait émaner du pouvoir impérial ou d’un personnage influent de la zone (Zevi propose le nom d’un sénateur de la fin du iie-début du iiie s., L. Fabius Cilo Septiminus, dont la villa fut retrouvée dans les environs).

Fig. 1

Fig. 1

Carte du territoire d’Ostie (Meiggs 1973, 112)

© DR

3Selon une suggestion de Zevi (2002, 20-22), suivie par Pavolini (2006, 14), une statue masculine acéphale, cuirassée, de la fin du iie s., découverte dans les vestiges d’une villa de Dragoncello, pourrait représenter Mars Ficanus.

4Quant au caractère public ou privé du culte, il est difficile de se prononcer. L’offrande de l’esclave Agathon est certes faite à titre privé, mais prend-elle place dans un sanctuaire public ou privé du dieu ? Quant à l’affranchi L. Calpurnius Chius, il était magister ad Martem Ficanum Augustum : cela signifie-t-il qu’il exerçait une charge liée à un lieu (éventuellement un uicus) ainsi dénommé en raison de la proximité d’un temple ou d’une statue dédié à ce dieu (Meiggs 1973, 343) ? Ou cette fonction se rapportait-elle au culte de Mars Ficanus ? Si tel était le cas, le terme magister et la mention de cette charge au sein d’une liste de fonctions collégiales remplies par Chius indiqueraient plutôt qu’il agissait dans le cadre d’une association. Il n’empêche que Mars Ficanus pouvait également être honoré à titre public, voire même par une association, à l’instar des dendrophores du culte de Mater Magna (fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna).

Sources épigraphiques

5Floriani Squarciapino 1955, 31 et fig. 12 ; Fisher-Hansen 1990, 40-41, fig. 21 ; AE 1995, 248 ; EDR031415 (Raffaella Marchesini)

6Autel trouvé dans la zone de Malafede (à proximité du bourg moderne d’Acilia). Au-dessus du couronnement sont visibles des traces d’un décor sculpté, vraisemblablement le dieu Mars, portant une lance ; sur les côtés, patère et cruche.

Marti Ficano Agathon Caesaris ser(uus) uilicus saltua = riorum cum
suis uoto libens d(onum) d(edit).

« À Mars Ficanus, Agathon, esclave de l’empereur, intendant des saltuarii, a offert volontiers ce don, avec les siens, en acquittement d’un vœu ».

7L’esclave Agathon était intendant des saltuarii (gardiens) d’un domaine qui pourrait correspondre à une propriété impériale située sur l’ager Laurens (Zevi 2002, 20 ; Fisher-Hansen 2012, 534). Datable du iie s.

8CIL XIV, 309 ; ILS 6163
Inscription datée de l’époque sévérienne par les uns (Meiggs 1973, 343 ; Zevi 2002, 20), du iie s. par d’autres (Fischer-Hansen 2012, 534).

9Parmi les nombreuses fonctions rappelées sur son épitaphe, L. Calpurnius Chius exerça la charge de président de l’association (ou à proximité du lieu de culte) de Mars Ficanus (magister ad Marte(m) Ficanum Aug(ustum)).

Bibliographie

  

Fischer-Hansen 1990 : T. Fischer-Hansen, Scavi di Ficana. I. Topografia generale, Roma 1990.

Fischer-Hansen 2012 : T. Fischer-Hansen, «Ficana (Monte Cugno): the Situation in the Territory of Ostia», in Ostraka, 2012, 527-536.

Floriani Squarciapino 1955 : M. Floriani Squarciapino, Il Museo de la Via Ostiense, Rome 1955.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Roma 2006.

Zevi 2002a : F. Zevi, « Appunti per una storia di Ostia repubblicana », in MEFRA, 114, 2002, 13-58.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte du territoire d’Ostie (Meiggs 1973, 112)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 429k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter