Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 6

 | 
Françoise Van Haeperen

Introduction

Texte intégral

1La réalisation de l’inventaire des lieux de culte de la cité d’Ostie aurait été impossible, si d’autres n’avaient pas déjà largement contribué à les étudier ou à se pencher sur les dieux et la vie religieuse des ports de Rome, à l’embouchure du Tibre (pour un aperçu des recherches récentes consacrées à Ostie et Portus, voir les articles de Pavolini 2016 et de DeLaine 2016). Parmi ces études, il convient de citer l’ouvrage pionnier de Ross Taylor, les contributions fondamentales de Becatti, Floriani-Squarciapino, Meiggs, Zevi, Cébeillac-Gervasoni, Caldelli, Pavolini, Pellegrino, Pensabene, ou encore les thèses publiées ou inédites de Bakker, Rieger, Steuernagel et Marchesini (voir les références précises données en bibliographie). Ces ouvrages et articles ont largement déblayé le terrain, en traitant notamment d’inscriptions complexes, de lieux de culte républicains, des mithraea ou de lieux de culte privés. Quelques sanctuaires d’Ostie ont en outre bénéficié d’une monographie ou d’articles spécifiques, tels le Serapeum et l’aire sacrée de la Via della Foce, étudiés par Mar ou le temple de Rome et d’Auguste, par Geremia Nucci.

2Il manquait cependant d’un volume reprenant de manière systématique l’ensemble des lieux de culte de la cité, depuis ses origines jusqu’à son abandon, le répertoire dressé par Ceccarelli et Marroni se révélant méthodologiquement insatisfaisant et très incomplet (voir mon compte rendu dans l’Antiquité Classique, 82, 2013, 666-667).

3La matière étant particulièrement vaste, nous avons fait le choix de nous baser uniquement sur le matériel publié. Il est souhaitable que des études ultérieures, tirant notamment parti des archives du Parco archeologico di Ostia, enrichissent et complètent le cadre ici dressé – et ce, particulièrement pour les sanctuaires attestés par des sources archéologiques.

Limites du territoire

4Durant les trois derniers siècles de la République et jusqu’au début du ive s. de n.è., les limites du territoire d’Ostie sont, grosso modo, les suivantes (Fischer-Hansen 1990, 123-124 ; Pellegrino 2004, 33-34 ; Pavolini 2006, 5-6 ; Ep. lat. 2010, 88 ; fig. 1). Au sud-est, une inscription de 284 rappelle la restauration du pont sur le canal reliant le stagnum (marais) à la mer, au bénéfice des habitants d’Ostie et de Laurentum : la rive droite de celui-ci revenait donc aux premiers, la gauche, aux seconds (CIL XIV, 126). Au nord-est, le territoire d’Ostie semble avoir été délimité par le fosso di Malafede : il constituait en effet une « césure dans le paysage » (Pellegrino 2004, 33) ; en outre, aucune inscription en rapport avec Ostie n’a été trouvée au-delà de celui-ci. Ainsi, la zone de l’actuelle Acilia (avec les Monti S. Paolo et le Monte Cugno correspondant au site de l’antique Ficana – voir infra) appartenait clairement au territoire d’Ostie, comme le prouvent un cippe mentionnant l’ager publicus des colons d’Ostie qui y fut retrouvé (AE 1961, 134) ou encore une inscription de l’époque triumvirale (CIL XIV, 4712, architrave trouvée sur la Via Ostiense, entre le 14e et le 15e km). Quant au secteur où sont construits, sous l’Empire, les ports de Claude et de Trajan (Portus), sur la rive droite du Tibre, il devait également appartenir, en tout cas durant les derniers siècles de la République, au territoire d’Ostie (le contrôle des bouches du Tibre, y compris sur la rive droite, devait revenir à Ostie, en raison de la gestion de la navigation ; voir Pellegrino 2004, 33). Au-delà de la zone des ports impériaux toutefois, le territoire de la rive droite du Tibre appartenait à la cité de Véies (Liber coloniarum, 222, éd. Lachmann).

Fig. 1

Fig. 1

Carte du territoire d'Ostie (Meiggs 1973, 112)

© DR

5Sous Constantin, Portus accède à l’autonomie, reçoit la dénomination de ciuitas Flauia Constantiniana et est doté d’institutions spécifiques (CIL XIV, 4449, statue en l’honneur du préfet de l’annone, érigée par l’ordo et le populus de la cité entre 337 et 341). Un évêque de Portus est attesté dès 314 : il assiste à cette date au concile d’Arles (Meiggs 1973, 88), alors qu’il n’en est pas fait mention à propos d’un concile tenu à Rome en 313, auquel est présent l’évêque d’Ostie. Il est donc possible que Portus soit devenu une cité indépendante au début du règne de Constantin mais, comme le relevait déjà Meiggs, les cadres administratifs civil et ecclésiastique ne coïncident pas toujours ni nécessairement.

Des origines à la fin de l’époque républicaine

  • 1 Quand la mention d’un siècle n’est pas suivie de l’indication av. n.è. (avant notre ère), il faut c (...)

6Le territoire d’Ostie inclut la cité latine de Ficana (fig. 1), qui, selon la tradition, aurait été conquise par Ancus Marcius, dans la seconde moitié du viie s. av. n.è.1. Identifiée au site repéré sur le Monte Cugno, Ficana est occupée dès la fin de l’âge du bronze et se dote d’un rempart vers le milieu du viiie s. Les signes de destruction violente, datables de la fin du viie s., sont peut-être à mettre en rapport avec la prise du site par les Romains : ceux-ci auraient ainsi disposé, dès cette époque, d’un site stratégique contrôlant la bouche du Tibre et ses salines. Au fil de l’expansion romaine, Ficana perd progressivement cette fonction et est abandonnée, en tant qu’implantation urbaine, entre le ive et le iiie s. av. n.è. Le territoire de la cité latine est alors intégré dans l’ager de la colonie d’Ostie (Top. gen. 1953, 64 ; Pellegrino 2004, 33 ; Pavolini 2006, 5-6, 9-12 ; Fisher-Hansen 1990, 123). Des découvertes sporadiques de fragments architectoniques d’époque archaïque sur le site de Ficana pourraient laisser supposer la présence d’un temple ou d’une regia (fiche Acilia-Monte Cugno. Ficana. Temple (?) archaïque [localisation incertaine]).

7La question des origines mêmes d’Ostie a fait couler beaucoup d’encre (pour des mises au points récentes : Zevi 2002, 13-17 ; Pavolini 2006, 20-23 ; Ep. lat. 2010, 36-37 ; DeLaine 2016, 418-420). Si celles-ci sont attribuées par les Anciens au quatrième roi de Rome, Ancus Marcius, et mises en rapport avec le contrôle des salines, les structures les plus anciennes mises au jour dans le site actuel d’Ostia Antica – à savoir les murailles du castrum – ne sont pas antérieures à la fin du ive s. av. n.è. : le fortin militaire est installé dans le contexte plus général de la création, par Rome, de colonies maritimes, dans la seconde moitié du ive s. av. n.è. Cependant, il existait vraisemblablement une implantation romaine antérieure au fortin, qui aurait été liée à l’exploitation des salines, mais son emplacement exact, qui ne coïncide pas nécessairement avec le site occupé à partir de la fin du ive s., demeure inconnu. De rares fragments de céramique et de terres cuites architectoniques, pour lesquels ont été proposées des datations aux vie et ve s., ont été retrouvés, hors contexte, dans le castrum ; ils pourraient appartenir à un sanctuaire de l’implantation primitive (Top. gen. 1953, 18, 75-76, 96 ; Zevi 2001b, 4-5, fig. 2 ; 2002, 14 et n. 4 ; fig. 2 ; DeLaine 2016, 419, fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Fragment de terre cuite architectonique (Zevi 2001b, fig. 2)

© DR

8La construction du castrum et l’implantation de la colonie militaire ont pour fonction initiale la défense de la côte ; au cours du iiie s. av. n.è., Ostie devient aussi une base navale, avec le développement de la flotte romaine et la création de la quaestura Ostiensis en 267 av. n.è. : rentraient dans les compétences de ce magistrat les responsabilités liées à la flotte militaire et à son approvisionnement. Au rôle militaire que revêt la colonie s’ajoute, à partir du iie s. av. n.è., une fonction annonaire fondamentale. L’expansion romaine et la croissance démographique de l’Vrbs font d’Ostie le point de passage obligé des denrées destinées à Rome. Les fonctions militaires et annonaires d’Ostie expliquent les liens particuliers qui unissent la colonie à la capitale et le rôle qu’y remplit, sous la République, un des questeurs. Ostie ne dispose de ses propres institutions municipales qu’à partir du iie s. av. n.è. : ses magistrats les plus importants sont des préteurs d’abord, puis, après la guerre sociale, des duovirs.

9Dès le iiie s. av. n.è., la ville commence à s’étendre hors du castrum. Des domus sont construites au sud et à l’ouest de ce dernier. La zone comprise, à l’est du castrum, entre le decumanus et le fleuve est définie (ou redéfinie) comme publique, au iie s. av. n.è., par le préteur romain Caninius, afin, vraisemblablement, de la réserver aux opérations portuaires (qu’elles soient liées à la flotte militaire ou aux activités commerciales). Après le sac de Marius en 87 et celui des pirates en 67, une nouvelle muraille, offerte par Cicéron selon l’hypothèse de Zevi (1997b), enserre désormais la ville. Les vestiges républicains restent cependant mal connus, puisqu’ils ont été recouverts par les constructions postérieures. Parmi ceux-ci, les lieux de culte publics représentent une exception, d’une part, parce que la plupart n’ont pas disparu lors des rehaussements ultérieurs, même s’ils ont pu en être affectés, d’autre part, parce qu’ils ont fait l’objet de fouilles systématiques (sur les lieux de culte républicains d’Ostie, Zevi 2012 et Van Haeperen 2017, 260-261 ; fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Carte des lieux de culte publics d'Ostie, sous la République (d'après Top. gen. 1953, fig. 29)

© DR

10Les traces les plus anciennes de structures cultuelles ont été retrouvées dans l’aire sacrée républicaine, située à l’ouest du castrum, qui semble fréquentée dès le iiie s. av. n.è. (fiche Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce) : un autel de tuf daterait de cette époque, tandis que le temple de l’autel rond semble remonter à la fin du iie s. av. n.è. et que le temple d’Hercule et le temple tétrastyle sont datés entre la fin du iie et le début du ier s. av. n.è. Il semble toutefois très vraisemblable qu’Ostie ait été dotée d’un ou de plusieurs lieux de culte publics, dès l’établissement du castrum dans les dernières décennies du ive s. av. n.è. Peut-être le temple d’Hercule a-t-il été précédé de structures plus anciennes qui n’ont pu être atteintes ? D’autre part, le temple de Jupiter, mentionné par Tite-Live dans une liste de prodiges de l’année 199 av. n.è., a vraisemblablement été installé dès la fondation de la colonie (fiche Ostia. Temple de Jupiter). La mention de Jupiter, dieu souverain, largement honoré dans les colonies, ne surprend pas. Il est possible que le temple évoqué par Tite-Live ait été remplacé, vers le milieu du ier s. av. n.è., par celui qui est alors érigé sur la place qui deviendra le forum, au nord-ouest du decumanus (fiche Ostia. Temple occidental tardo-républicain du forum). L’offrande, au iie s. av. n.è. d’un tripode par des préteurs de la cité, que mentionne une inscription retrouvée à Dragoncello, permet de supposer la présence d’un lieu de culte public dans le territoire à l’est de la ville (fiche Acilia-Dragoncello. Lieu de culte (?) public [localisation incertaine]). D’autres sanctuaires publics sont édifiés à Ostie sous la République, tel le temple de Bona Dea de la région V (fiche), dont la phase la plus ancienne pourrait remonter au iie s. av. n.è. L’aire sacrée des quatre petits temples (fiche) dédiés à Vénus, Cérès, Fortune et Spes, qui comprend aussi un enclos à ciel ouvert consacré à Jupiter, est édifiée, vers le milieu du ier s. av. n.è., dans la zone définie comme publique par Caninius : Gamala, leur constructeur, a vraisemblablement dû obtenir l’accord des autorités romaines pour installer, à cet emplacement, ces petits temples. Le même magistrat fait restaurer le temple de Vulcain (fiche), qui apparaît donc comme plus ancien que ces derniers. Son identification reste controversée ; il pourrait cependant correspondre au petit temple républicain (fiche) situé sur le decumanus, à l’est du castrum. Durant les dernières années de la République ou au tout début du principat est érigé, sur le forum, un temple identifiable au Capitole de la colonie (fiche : Capitole tardo-républicain ou augustéen), à l’est du temple tardo-républicain qui vient d’être évoqué.

D’Auguste à la fin de l’époque flavienne

11Sous Auguste, le forum est élargi au sud du decumanus : un temple de Rome et d’Auguste, en marbre, (fiche) y est élevé à la fin de son règne. Un autre temple de marbre, vraisemblablement dédié aux Dioscures (fiche) est construit sur les naualia, dominant le port fluvial, au nord-ouest de la cité, à l’époque tibério-claudienne. Les matériaux utilisés, tout comme la qualité de leur mise en œuvre, permettent de supposer, pour ces deux temples publics, une intervention impériale (ou de proches de l’empereur).

12Deux autres sanctuaires publics sont édifiés sous les Julio-Claudiens (fig. 4) : le temple de Bona Dea de la région IV (fiche), ainsi que les premiers aménagements du Campus de Mater Magna, l’Attideum et peut-être déjà une première phase du temple de la déesse, vraisemblablement sous Claude (fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna). Leurs commanditaires disposent manifestement de moyens plus réduits, vu les matériaux employés. Le Campus de Mater Magna n’a donc livré aucune trace d’activité cultuelle antérieure à l’époque de Claude, ce qui n’a pas manqué de surprendre les chercheurs, étant donné que la déesse est arrivée en grande pompe à Rome en 204 av. n.è., en transitant par Ostie où eut lieu le « miracle » de Claudia Quinta (soupçonnée de manquement à la chasteté, la matrone réussit, après avoir fait appel à Mater Magna, à faire avancer le bateau de la déesse, qui s’était ensablé). Il est donc possible qu’ait existé à Ostie un lieu de culte dédié à la Mère des dieux avant que son Campus ne soit installé au sud de la ville – peut-être se trouvait-il au Transtévère de la ville où est attesté un prêtre de la déesse (fiche Ostia-Transtévère. Lieu de culte (?) de Mater Magna [localisation incertaine]).

Fig. 4

Fig. 4

Carte des lieux de culte publics d'Ostie, d'Auguste à la fin de l'époque flavienne (d'après Top. gen. 1953, fig. 30)

© DR

13À partir d’Auguste, la zone publique comprise au nord du decumanus oriental reçoit une série de complexes monumentaux publics (DeLaine 2016, 423) : le théâtre est offert par Agrippa vers 18-17 av. n.è. ; une large place, fonctionnant comme porticus post scaenam, y est aménagée et reçoit, en son centre, un temple sans doute dédié au culte impérial, à l’époque de Domitien (fiche). De grands entrepôts sont édifiés entre les quatre petits temples et la muraille du castrum.

14Plusieurs chapelles de carrefour (compita) sont également attestées pour cette période. Un compitum, est déplacé, vers 20 av. n.è., par Cartilius Poplicola, fameux magistrat d’Ostie, et est aménagé, à leurs frais, par les magistri uici (fiche Ostia. Compitum transféré par Poplicola [localisation incertaine]). Il est souvent identifié, sans argument décisif toutefois, aux structures retrouvées au croisement du decumanus maximus et de la Via della Foce (fiche Ostia. Compitum de la Via della Foce). Quant à la Piazzetta dei Lari, elle abrite un autel rond, en marbre, dédié aux Lares du voisinage par un ou plusieurs magistri, identifiable(s) au(x) responsable(s) du uicus (fiche Ostia. Compitum de la Place des Lares). Datable entre l’époque augustéenne tardive et le milieu du ier s., l’autel apparaît comme antérieur à la nouvelle organisation des compita à l’époque claudienne. Des inscriptions de marbre retrouvées en remploi et se rapportant à un même monument (fiche Ostia. Compitum Bloch 1962 [localisation incertaine]) témoignent en effet d’une réorganisation du culte des carrefours : celles-ci mentionnent une lustratio faite en juin, avant la dédicace de la chapelle lors des kalendes de janvier 51, l’édifice étant consacré aux Lares Augustes – et non plus aux Lares du voisinage – par les premiers magistri.

15Certains lieux de culte sont également élevés hors les murs, si du moins on retient qu’une structure datable du ier s. retrouvée au sud de la cité est identifiable à une chapelle (fiche Ostia-suburbium sud-est. Chapelle (?) à l’extérieur de la porte de la Via del Sabazeo).

16La configuration naturelle du port d’Ostie, établi à l’embouchure du Tibre, n’est guère adaptée au trafic de plus en plus dense lié à l’approvisionnement de Rome : les bateaux les plus grands ne peuvent s’engager dans le port ; leurs marchandises doivent être transférées sur de plus petites embarcations pour le rejoindre. Un nouveau port est donc créé par Claude, au nord du Tibre, le portus Ostiensis ou Augusti (fig. 5) : administrativement, il fait partie de la cité d’Ostie. D’emblée des lieux de culte y sont présents, comme le montrent des monnaies frappées sous Néron, figurant un petit temple à l’extrémité du môle sud (fiche Portus. Temple à l’extrémité du môle sud [ ?]) : il peut toutefois s’agir d’une représentation idéale, visant à illustrer le soutien des dieux, nécessaire au bon fonctionnement du port.

Fig. 5

Fig. 5

Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4)

© DR

De Trajan au milieu du iiie s.

Sanctuaires et cultes publics

17Le port de Claude est agrandi sous Trajan (fig. 5), avec la construction d’un vaste bassin hexagonal, où pouvaient accoster, en toute sécurité, les navires. L’importance des nouveaux ports impériaux ne cesse de croître durant les siècles suivants, à tel point que Portus reçoit l’autonomie administrative sous Constantin. La construction des ports impériaux ne concerne pas seulement des infrastructures portuaires strictement utilitaires. Les dieux sont également convoqués dans le nouveau port et abrités dans les sanctuaires publics qui y sont élevés. Un temple, semble-t-il dédié à Liber Pater, est édifié sur un des côtés du bassin hexagonal de Trajan, dans l’axe de l’entrée (fiche Portus. Temple de Liber Pater) : faisant partie du projet urbanistique plus global, il remonte vraisemblablement à Trajan. Les divinités égyptiennes sont aussi honorées à titre public à Portus : Isis et Sérapis y ont chacun reçu un temple comme l’attestent les sources épigraphiques (fiches Portus. Temple d’Isis [localisation incertaine] ; Portus. Temple de Sérapis [localisation incertaine]). La Mère des dieux dispose également d’un lieu de culte à Portus, comme le montre une inscription inédite et le laissaient déjà supposer les mentions d’un personnel cultuel public attaché à la déesse (fiche Portus. Lieu de culte de Mater Magna [localisation incertaine]). De même, un lieu de culte à Esculape peut être supposé à partir d’attestations de son prêtre (Portus. Lieu de culte (?) d’Esculape [localisation incertaine]). L’existence d’un quartier appelé Bonadiensis à Portus semble indiquer la présence d’un temple de la déesse (fiche Portus. Temple (?) de Bona Dea [localisation incertaine]). Il faut enfin mentionner un petit temple retrouvé au xixe s. à proximité de l’Episcopio (fiche Portus. Temple à proximité de l’Episcopio) et deux vastes complexes repérés par de récentes prospections géophysiques, au lieu-dit Stalla Buoi, qui pourraient correspondre à des temples (fiche Portus. Temples (?) au lieu-dit Stalla Buoi). La présence d’un lieu de culte public à Neptune, supposée sur la base de l’iconographie, demeure hypothétique (Portus. Lieu de culte (?) de Neptune [localisation incertaine]).

18Quant à la ville même d’Ostie, elle connaît, sous Trajan et ses successeurs, un développement majeur (DeLaine 2016, 424-431) : elle s’étend désormais hors des murailles républicaines. Un grand nombre d’anciennes domus sont remplacées par des insulae, à vocation commerciale et résidentielle (les reconstructions donnent lieu à des rehaussements, visant sans doute à éviter les inondations fréquentes). De nouveaux entrepôts (horrea) sont construits. La ville est dotée de nouveaux bâtiments publics, notamment quand les empereurs revêtent la charge de duovir quinquennal (Trajan en 106 et Hadrien par deux fois, la seconde en 126). Outre les thermes, Hadrien finance vraisemblablement la construction d’un nouveau Capitole, dominant le forum de sa taille imposante (fiche Ostia. Capitole de l’époque d’Hadrien). D’autres lieux de culte publics sont construits sous son règne (fig. 6). C’est le cas du Serapeum, consacré le jour de son anniversaire (fiche Ostia. Temple de Sérapis), en 127, mais aussi dudit « Forum de la Porta Marina », identifiable à un temple, dont le plan est comparable à celui du Forum de la Paix et de son temple (fiche Ostia. Temple du « forum » de Porta Marina). D’après les estampilles, un autre ensemble, identifié à un temple par son fouilleur, remonte au règne d’Hadrien : l’édifice V, XVII, 1 situé sur la Place de la Victoire, à proximité de la Porta Romana (fiche Ostia. Temple (?) de la Place de la Victoire). C’est toujours sous le même empereur (plutôt que sous Antonin) qu’est construit (ou reconstruit) le temple de Mater Magna dans son vaste Campus, qui accueille en outre plusieurs chapelles et sièges de collèges liés à son culte (fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna). À la fin de ce règne ou sous Antonin le Pieux est en outre édifié le petit temple de Bellone, dont la construction, autorisée par les décurions, est financée par les licteurs et esclaves publics (fiche Ostia. Temple de Bellone). Peu après la mort et la divinisation d’Hadrien, une structure (autel, portique ou base plutôt que temple) est dédiée, à la suite d’un décret des décurions, aux empereurs divinisés (fiche Ostia. Lieu de culte des diui [localisation incertaine]). C’est aussi à la suite d’un décret des décurions qu’un autel est dédié à l’empereur Antonin et à la divine Faustine, en raison de leur remarquable concordia, peu après la mort et la divinisation, en 140, de cette dernière (fiche Ostia. Lieu de culte (ara) de la Concorde [localisation incertaine]). Durant la seconde moitié du iie s., Gamala dit junior, descendant du fondateur des quatre petits temples, restaure une cella de Pater Tiberinus qui devait aussi correspondre à un lieu de culte public (fiche Ostia. Temple de Pater Tiberinus [localisation incertaine]). La présence d’un Iseum à Ostie apparaît très vraisemblable, dans la mesure où plusieurs prêtres d’Isis Ostiensis sont documentés (fiche Ostia. Temple (?) d’Isis Ostiensis [localisation incertaine]). Le dernier temple public d’Ostie, le « temple rond », est édifié à la fin de l’époque sévérienne, à l’ouest du forum et au sud du decumanus maximus ; il est vraisemblablement destiné au culte impérial (fiche Ostia. Temple rond).

Fig. 6

Fig. 6

Carte des lieux de culte publics d'Ostie, de Trajan au milieu du iiie s.
1. Capitole de l'époque d'Hadrien ; 2. Temple de Rome et d'Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire

© DR

19À ce point de l’exposé, quelques réflexions s’imposent quant à la localisation des lieux de culte publics d’Ostie (voir Van Haeperen 2017a, 266-268 ; les données archéologiques ne sont pas suffisantes pour proposer une synthèse similaire sur ceux de Portus ou du territoire). Les temples publics d’Ostie se situent pour la plupart sur les grands axes de la ville et, pour certains d’entre eux, marquent, de manière très nette le paysage urbain (fig. 3, 4, 6). On les retrouve de part et d’autre du decumanus maximus, au croisement du decumanus maximus et de la Via della Foce, le long de cette dernière et de son prolongement vers le sud, correspondant au cardo maximus. Seul le temple le plus ancien de Bona Dea (regio V) échappe à ce constat : ceci pourrait s’expliquer par la nature réservée du culte. Le temple de Sérapis n’est certes pas visible depuis la Via della Foce mais semble avoir été annoncé par une sorte de « panneau indicateur » représentant Apis sur le portique donnant sur cette voie, par lequel on accède à la rue sur laquelle s’ouvre le temple (Floriani Squarciapino 1962, 21 ; Mar 2001, 67). Plusieurs lieux de culte publics d’Ostie ont occupé le centre politique et administratif de la colonie, sur le forum ou à proximité immédiate : le Capitole, le temple de Rome et d’Auguste, le temple rond. Un temple se dresse également sur l’autre place d’Ostie que constitue le vaste espace entouré d’un portique derrière le théâtre (fiche. Temple de la Place des Corporations). Les temples ne sont pas seulement présents sur les grands places : ils se dressent également à proximité immédiate des accès de la cité. Sous la République et jusqu’à la construction de la muraille désormais attribuée à Cicéron (fig. 3), l’aire sacrée de la Via della Foce se situe hors les murs, non loin de la porte occidentale du castrum, tandis que le petit temple républicain s’élève à l’extérieur de la porte orientale. Quant à l’aire sacrée des quatre petits temples (voir fiche), si elle était déjà fréquentée à des fins cultuelles avant leur édification, elle se trouvait également hors les murs, avant la construction de la muraille tardo-républicaine, tout comme le temple de Bona Dea de la région V. Sous l’Empire (fig. 4, 6), d’autres sanctuaires publics sont construits en bordure, extérieure ou intérieure, de la nouvelle enceinte ou à proximité d’une limite naturelle. Le temple attribué aux Dioscures domine le Tibre et la mer au nord-ouest de la ville, tandis qu’à l’autre extrémité de l’axe constitué par la Via della Foce-Via Laurentina, s’étend le vaste Campus de Mater Magna. À l’ouest du decumanus, hors les murs, ont pris place le temple de Bona Dea et le « Forum de la Porte Marine », tandis qu’à l’est du même axe, mais cette fois dans les murs, se dresse une structure identifiée à un temple par Visconti.

20D’autres divinités que celles à qui sont consacrés ces temples attestés par des vestiges archéologiques sont vénérées à Ostie. Ainsi, le Génie de la colonie fait l’objet d’un culte, puisqu’un prêtre lui est attaché (références infra). Une statue lui a vraisemblablement été dédiée sur le forum (en 152, un évergète offre, outre une basilique, deux statues, l’une de la [Fortune] du peuple d’Ostie, l’autre, vraisemblablement du Génie de la colonie ; voir les Fastes d’Ostie édités par Bargagli, Grosso 1997, 50-51 ; deux dédicaces sont en outre offertes au Génie de la colonie, l’une par un curateur des augustales, l’autre par un esclave mais la première a vraisemblablement été posée dans le siège du collège des augustales [fiche Ostia. Lieu de culte des seuiri augustales] et la seconde pourrait aussi avoir été posée dans un cadre associatif, le collège des esclaves et affranchis publics [fiche Ostia. Lieu de culte (?) des esclaves et affranchis publics]). On peut dès lors se demander si le Génie de la colonie disposait d’un lieu de culte spécifique ou s’il était accueilli dans le temple d’une autre divinité. La même question se pose pour les empereurs divinisés dont le culte est assuré par un flamine (références infra). Ont-ils tous reçu un lieu de culte spécifique ou certains étaient-ils honorés au sein d’un même temple, à l’instar des diui auxquels est consacré un autel ou un portique sous le règne d’Antonin (fiche Ostia. Lieu de culte des diui) ? Quant à Neptune et Apollon, ils semblent tous deux avoir reçu des jeux publics à Ostie (un magistrat romain y a célébré des jeux en l’honneur de Neptune Père [CIL XIV, 1 ; voir fiche Ostia. Temple sur les naualia (Dioscures)] ; Ausone y fait sans doute allusion dans son De feriis Romanis (Ecl. 19, 19 ; Ross Taylor 1912, 53 ; Bajard 2009, 424-427 ; le poète tardif mentionne en outre des Apollinares Tiberina per ostia ludos, non attestés par ailleurs). La célébration de ces jeux romains à Ostie ne signifie toutefois pas nécessairement que ces dieux y aient bénéficié d’un temple. Le premier aurait très bien pu être l’hôte des Dioscures, auquel il est associé dans les dédicaces de la cité (voir fiche Ostia. Temple sur les naualia (Dioscures)). Enfin, d’après un passage de Jean le Lydien (mens. 4, 8), Mercure et Maïa étaient honorés à Ostie, par les Romains, au mois de mai. L’auteur byzantin ne mentionne cependant pas de lieu de culte mais une festivité liée à la mer (Van Haeperen 2006, 41). Ici aussi, on peut donc se demander si un lieu de culte spécifique a été dédié à ces divinités ou si elles étaient honorées ou « hébergées » dans un autre sanctuaire.

21Les témoignages tardifs, sur Apollon, Neptune ou Mercure et Maïa, ne sont pas les seuls à évoquer des cérémonies publiques de Rome célébrées, à Ostie, par des Romains. Sous la République, Hercule remplit à Ostie une fonction principalement militaire et y est honoré par des généraux romains, au départ ou au retour de leurs expéditions (fiche Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce ; voir Van Haeperen 2006, 32-33 ; Zevi 2012, 552-554, avec la bibliographie antérieure). C’est en tant que protecteurs de la navigation que les Dioscures sont célébrés, à Ostie, par un magistrat romain, le 27 janvier, à une période donc où la mer était fermée : la fête vise vraisemblablement à protéger ceux qui, malgré les risques encourus, prendraient la mer en cette saison, pour assurer le ravitaillement de Rome ; cette fête était accompagnée de jeux auxquels participe le populus Romanus, à en croire une notice tardive. Des circonstances extraordinaires, tels que des vents contraires empêchant les navires d’entrer dans le port, comme à l’automne 359, peuvent également amener les Romains à sacrifier aux Dioscures, à Ostie (fiche Ostia. Temple sur les naualia [Dioscures] ; voir Van Haeperen 2006, 36-41, avec les références à la bibliographie antérieure et aux sources, et Zevi 2012, 558- 559). Quant à la fête romaine du nauigium Isidis, marquant la réouverture de la mer, c’est vraisemblablement à Ostie qu’elle est célébrée (Van Haeperen 2017b, 269, avec la bibliographie antérieure).

22Il n’est pas surprenant que les Romains aient honoré, à titre public, à Ostie, des divinités remplissant des fonctions liées aux intérêts de la Ville, ou plutôt au rôle particulier que revêt Ostie en tant que port de Rome : port fondamental pour la flotte militaire sous la République, mais aussi pour l’approvisionnement en blé, dès le iie s. av. n.è. Il n’est pas étonnant non plus que les Romains aient décidé la construction de lieux de culte publics à Ostie, tel celui de Vulcain, redoutable protecteur contre les incendies – fonction essentielle dans une cité où étaient engrangées une partie des céréales destinées à Rome (voir fiche Ostia. Temple de Vulcain). Le financement même de certains lieux de culte est également attribuable soit au sénat romain, soit à des membres de l’aristocratie romaine, soit à l’empereur (le temple d’Hercule et le temple tétrastyle de l’aire sacrée de la Via della Foce [Zevi 2012, 549-554] ; le temple de Rome et d’Auguste ; ceux des Dioscures et de la place des Corporations ; le Capitole de l’époque d’Hadrien ; le temple rond ; voir fiches correspondantes et Van Haeperen 2017b, 268-269, pour la bibliographie antérieure).

23La fonction annonaire d’Ostie et de Portus explique la présence dans les ports de Rome de différents détachements militaires. Les cohortes de vigiles détachées à Ostie y honorent l’empereur dans la chapelle de leur caserne (fiche Ostia. Chapelle de la Caserne des Vigiles [Augusteum]). Si ce culte est rendu à titre public, certains des vigiles peuvent aussi honorer les dieux à titre privé, que ce soit dans les latrines de la caserne (fiche Ostia. Lieu de culte de la Caserne des Vigiles [latrines]) ou en offrant une petite aedes (fiche Ostia. Lieu de culte (aedes) de la Caserne des Vigiles). Certains vigiles de Portus pourraient avoir formé une sorte d’association militaire qui aurait disposé de son lieu de culte au sein de la caserne (fiche Portus. Lieu de culte (?) des vigiles). Quant au détachement (statio) des frumentarii présents à Portus, il a posé des dédicaces, qui pourraient avoir trouvé place dans un lieu de culte qui lui était réservé (voir fiche Portus. Lieu de culte (?) de la statio des frumentarii).

Lieux de culte d’associations (fig. 7)

24De nombreuses associations florissent à Ostie et à Portus, où elles sont amplement documentées aux iie et iiie s. J’entends par associations des groupes qui se définissent explicitement comme collegium ou corpus mais aussi toute collectivité qui se désigne par un pluriel (par exemple des cultores) (ces réflexions ont fait l’objet de premiers développements in Van Haeperen 2010, 2011, 2016). Outre les associations attestées par des sources épigraphiques, j’inclus dans la réflexion des groupes dont on peut supposer la présence sur la base des seules sources archéologiques. J’ai ainsi répertorié systématiquement les chapelles ou lieux de cultes servant à une communauté dépassant le cadre familial, qu’il s’agisse de sièges d’associations ayant pignon sur rue ou de chapelles de travailleurs œuvrant dans un même entrepôt par exemple. Ces lieux de culte peuvent revêtir des formes variées : les plus reconnaissables sont les temples de collèges et ceux qui s’organisent autour d’un autel, dans une zone spécifique, éventuellement pourvue de banquettes ou de niches, ou qui ont livré des inscriptions religieuses ou des statue(tte)s de dieux (pour une démarche similaire, Steuernagel 2004, 183-184). En revanche, je ne retiendrai pas les niches qui ont pu loger des images divines et devant lesquelles de petits groupes ont pu se réunir, autour d’un autel portatif (Bakker 1994) ; ces niches sont en effet particulièrement nombreuses et leur usage ne peut être précisé avec certitude.

Fig. 7

Fig. 7

Carte des lieux de culte d’associations d’Ostie
Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

© DR

25La plupart des associations d’Ostie et de Portus disposent d’un lieu de culte spécifique. L’inventaire ici présenté permet d’en proposer une typologie, fondée non pas sur leur planimétrie mais sur l’insertion des sièges d’associations – et de leur lieu de culte – dans le tissu urbain. Le critère retenu est donc avant tout topographique et urbanistique. Je distingue dès lors principalement :

  • des lieux de culte de sièges de collèges qui sont visibles de l’extérieur ;

  • des lieux de culte insérés dans des lieux de réunions formant des édifices autonomes, non ouverts sur l’extérieur ;

  • des lieux de réunion et de culte de collèges ou de cultores qui trouvent place au sein de sanctuaires publics ;

  • des lieux de culte insérés dans des espaces professionnels ou de voisinage.

Lieux de culte d’associations bien visibles de l’extérieur

26Certains lieux de culte d’associations trouvent place dans des espaces visibles depuis la rue. C’est le cas des principaux collèges de la cité. Ils se situent, le plus souvent, sur des grands axes : le decumanus maximus et la Via della Foce. Planifiés comme des sièges d’associations, ces édifices appartiennent à des collèges reconnus. Tel est du moins le constat que l’on peut dresser pour ceux qui sont identifiés par des sources épigraphiques. En général, les espaces cultuels de ces scholae peuvent être visibles de l’extérieur par le passant. Il peut s’agir de :

  • un temple : fiches Ostia. Temple collégial des fabri nauales ; Ostia. Temple collégial des fabri tignuarii ; Ostia. Temple collégial du forum uinarium (localisation incertaine) ; Ostia. Temple collégial des mensores ;

  • une pièce faisant partie d’un complexe plus vaste, pourvue d’un podium ou d’une niche et située dans l’axe de l’entrée : fiches Ostia. Chapelle de la Casa dei Triclini ; Ostia. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana (ce cas est particulier : s’il répond parfaitement au critère de la visibilité, il s’agit cependant là d’un édifice qui, contrairement aux autres que nous avons envisagés, s’insère dans des structures préexistantes) ;

  • un local, donnant directement sur un espace public, au centre duquel se trouve un autel : fiches : Ostia. Chapelle de l’Autel des jumeaux ; Ostia. Chapelle (?) de la Place des Corporations.

Lieux de culte insérés dans des espaces de réunion autonomes, non ouverts sur l’extérieur

27D’autres lieux de culte trouvent place dans des espaces formant des édifices autonomes, qui semblent avoir été conçus comme des sièges d’associations (éventuellement de dévots) et qui comportent plusieurs pièces dont l’une peut être spécifiquement consacrée au culte. À la différence des précédents, le lieu de réunion et surtout son espace cultuel apparaissent comme relativement clos et ne sont pas visibles depuis la rue. Correspondent à cette catégorie les fiches suivantes : Ostia. Lieu de culte du collège (?) de ladite domus de Mars ; Ostia. Mithraeum de Felicissimus ; Ostia. Mithraeum des stuppatores ; Ostia. Temple collégial sous les thermes du philosophe ; Portus. Lieu de culte associatif d’Isis.

Sièges et lieux de culte de collèges ou de cultores situés au sein de sanctuaires publics

28Le siège de certaines associations se situe au sein même de sanctuaires publics. C’est le cas des collèges directement liés au culte public de Mater Magna et de Bellone, qui disposent d’une schola au sein de l’aire sacrée de l’une (dendrophores ; cannophores) ou de l’autre (hastiferi) (fiches : Ostia. Aire sacrée de Mater Magna ; Ostia. Temple de Bellone). D’autres sanctuaires publics d’Ostie ont vraisemblablement abrité des lieux de réunion de cultores. L’aire sacrée républicaine de la Via della Foce (fiche) semble avoir accueilli depuis le iie s. un local de dévots de Jupiter Dolichenus, situé à l’ouest du temple tétrastyle. Quant aux salles de banquet et de réunion qui bordent la cour du petit temple public de Sérapis dédié en 127 (III, XVII, 3-5), certains chercheurs y ont reconnu des espaces destinés à une communauté cultuelle restreinte d’une part (à l’ouest), élargie d’autre part (à l’est). Il faut toutefois relever qu’aucun collège de Sérapis n’est attesté à Ostie même (voir fiche Ostia. Temple de Sérapis). Le mithraeum des Sept Sphères, situé dans l’axe du corridor central séparant les Quattro tempietti, peut également être évoqué ici. En effet, il ne doit pas être mis en rapport avec la domus di Apuleio puisque les passages qui le relient à cette dernière ont été créés par des « restaurations » modernes. C’est, semble-t-il, principalement sinon exclusivement, par le corridor central des temples que l’on pouvait y accéder. Une communauté mithriaque aurait donc pu s’implanter dans l’aire sacrée des Quattro tempietti, en ayant vraisemblablement reçu la permission des autorités publiques (voir fiche Ostia. Mithraeum des Sept Sphères).

Lieux de culte de communautés professionnelles et de voisinage

29On trouve également à Ostie de nombreux espaces cultuels ayant, semble-t-il, servi à des associations de fait, tolérées tant qu’elles ne nuisent pas à l’ordre public. Ces communautés réunies autour d’un culte commun regroupent tantôt des personnes travaillant dans un même endroit (entrepôts, ateliers, édifices commerciaux ou autres), tantôt les habitants d’une même insula (Tran, 2008 ; Steuernagel, 2004, 185-186 ; Van Haeperen, 2010, 2011, 114-117, 124-126 ; 2016, 140-141). Dans certains cas, les deux catégories peuvent se superposer, le lieu de travail coïncidant peu ou prou au lieu de logement.

30Ces lieux de culte de communauté professionnelle ou de proximité ne sont généralement pas visibles de l’extérieur. Ils n’ont généralement pas été conçus dans le plan d’origine de l’édifice dans lequel ils s’insèrent et semblent donc avoir été aménagés dans un second temps par une communauté qui se serait progressivement formée, par exemple sur le lieu de travail (Steuernagel, 2001, 43, 53 et passim). Ce qui suppose l’autorisation ou du moins la tolérance du propriétaire des lieux, explicitement mentionnés dans une inscription pour les fiches Ostia. Mithraeum Fagan (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (locus) des praedia Rusticeliana (localisation incertaine).

31Peuvent être rangées dans les lieux de culte de communauté professionnelle les fiches suivantes : Ostia. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; Ostia. Chapelle III, II, 11 ; Ostia. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; Ostia. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; Ostia. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; Ostia. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; Ostia. Lieu de culte de la fullonica II, XI, 1 ; Ostia. Lieu de culte (locus) des praedia Rusticeliana (localisation incertaine) ; Ostia. Mithraeum des Animaux ; Ostia. Mithraeum de la Casa di Diana ; Ostia. Mithraeum des horrea del Sabazeo ; Ostia. Mithraeum de Ménandre ; Ostia. Mithraeum des Parois Peintes ; Ostia. Mithraeum de la Planta Pedis ; Ostia. Mithraeum des Sept Portes ; Ostia. Mithraeum des Serpents ; Ostia. Mithraeum des thermes de Mithra ; Portus. Lieu de culte (?) des salinatores ; et aussi, vraisemblablement Ostia-Transtévère. Chapelle de Silvanus (localisation incertaine).

32Peuvent être rangées dans les lieux de culte de communauté de proximité (ou de voisinage) les fiches suivantes : Ostia. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; Ostia. Chapelle du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; Ostia. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; Ostia. Mithraeum des Animaux ; Ostia. Mithraeum du « palais impérial » ; Ostia. Mithraeum des Serpents ; Portus. Temple (?) d’Hercule (localisation incertaine).

33Une série de cas ne peuvent être rangés dans une des catégories présentées ci-dessus, en raison de l’absence de documentation archéologique ou du manque d’information sur le contexte archéologique. On distinguera cependant les groupes qui se définissent explicitement comme collegium ou corpus et se dotent de magistrats. Deux de ces collèges disposent d’ailleurs d’un temple, le premier d’entre eux devant en outre bénéficier d’une certaine visibilité, puisqu’il se situe sur un forum : fiches Ostia. Temple collégial du forum uinarium (localisation incertaine) ; Ostia. Temple collégial de l’ordo ad ampliandum templum (localisation incertaine). Les autres lieux de réunion et de culte de groupes se définissant comme collèges, dont on peut supposer l’existence sur la base des dédicaces faites au sein de l’association, jouissaient peut- être aussi d’une certaine visibilité : fiches Ostia. Lieu de culte (statio) (?) du collège AE 1940, 62 (localisation incertaine) ; Portus. Lieu de culte des stuppatores (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des bateliers du traiectus Rusticeli (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des esclaves et affranchis publics (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des nauicularii maris Hadriatici (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des pelliones (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des uernae marini (localisation incertaine). Notons en outre que deux d’entre eux étaient installés sur un terrain public, avec l’autorisation des autorités compétentes (fiches Ostia. Temple (?) collégial des pistores [localisation incertaine] ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des bateliers du traiectus Luculli [localisation incertaine]).

34D’autres groupes, qui ne se désignent pas comme collegium ou corpus, se présentent sous l’appellation de cultores (ou sous une dénomination apparentée) : fiches Acilia-Monti San Paolo. Lieu de culte (?) de Jupiter Tutor (localisation incertaine) ; Portus. Lieu de culte (?) des cultores Larum Portus Augusti (localisation incertaine) ; Portus. Lieu de culte (?) de la speira des Traianenses (localisation incertaine) ; Portus. Mithraeum (?) (localisation incertaine) ; Portus. Schola des cultores de Sérapis (localisation incertaine). Peut-être se réunissaient-ils dans un espace aménagé sur leur lieu de travail ou d’habitat, à moins qu’ils n’aient disposé d’un lieu de réunion autonome. La présence d’un prêtre peut aussi constituer un indice de l’existence d’un groupe de dévots, disposant d’un lieu de réunion et de culte : fiches Ostia. Mithraeum Petrini (localisation incertaine) ; Portus. Lieu de culte (associatif) (?) à Liber Pater (localisation incertaine).

35Des individus de même origine ethnique ou géographique semblent aussi s’être dotés de lieux de culte spécifiques. Des Alexandrins, nauclères de la flotte d’Alexandrie ou bouleutes, ont peut-être formé une association, honorant, outre Sérapis, ses θεοί πάτριοι (fiche. Portus. Temple de Sérapis). Le dieu Marnas, originaire de Gaza, était également honoré à Portus, en son temple (fiche), par ses concitoyens résidant ou séjournant dans le port.

36C’est vraisemblablement au iie s. qu’est construite, au sud-ouest d’Ostie, à proximité immédiate de la mer, une synagogue (fiche). La présence d’une communauté juive à Ostie est cependant attestée avant cette date (Ep. lat. 2010, 186-189). La synagogue reste en fonction jusqu’au milieu du ve s. au moins. Une communauté juive est également présente à Portus où elle semble disposer d’une synagogue (fiche).

37Dans certains cas, il n’est pas possible de se prononcer sur la nature publique ou privée du culte : fiches Acilia-Malafede. Lieu de culte de Mars Ficanus (localisation incertaine) ; Ostia. Lieu de culte (aedicula) des Lares Augustes (localisation incertaine) ; Ostia. Petits temples (?) de la palestre des thermes du forum.

38Les édifices suivants, jadis considérés comme des lieux de culte, n’ont pas été repris dans les fiches de l’inventaire. Des recherches plus récentes ont en effet démonté ces identifications.

39La structure circulaire située sur le forum, au sud du decumanus, a longtemps été identifiée comme une chapelle dédiée aux Lares Augustes, sur la base d’une inscription curviligne que Bloch lui avait attribuée (Bloch 1962 ; fiche Ostia. Compitum Bloch 1962). Un examen attentif des vestiges a permis à Bakker d’y reconnaître un nymphaeum (Bakker 1994, 120-121, 246-247 et http://www.ostia-antica.org/​regio1/​forum/​circ.htm, consulté le 6 mai 2018). Selon lui, le nymphaeum aurait également pu revêtir une fonction de mundus (aucun argument pertinent ne permet toutefois d’appuyer son hypothèse qui est cependant reprise par Gering [2014, 71]).

40L’identification, par Calza (1940), de l’édifice III, I, 4 à une « basilique chrétienne » a fait l’objet de nombreuses critiques et de propositions alternatives (pour un aperçu, Pavolini 2006, 147). La plus récente et sans doute la plus vraisemblable considère le bâtiment comme une maison chrétienne tardive (Brenk, Pensabene 1998-1999 ; Pavolini 2006, 147-149).

41Enfin, ledit « temple de Portunus », édifice rond, qui se dresse à l’est du bassin hexagonal de Trajan à Portus, à proximité de la muraille tardive, correspond vraisemblablement à un mausolée du iiie s. (Pavolini 2006, 286).

Du milieu du iiie s. à l’abandon de la cité

42La « grande crise » du iiie s. touche Ostie et se marque notamment au niveau des lieux de culte. Plusieurs d’entre eux sont abandonnés durant la seconde moitié de ce siècle (Van Haeperen 2018, 238- 240 ; Caserne des Vigiles ; chapelle de Silvanus ; mithraeum de la Casa di Diana). Le déclin économique et démographique que subit alors Ostie et dont témoigne un grand nombre d’abandon d’édifices, ne semble en revanche pas affecter les cultes publics : ceux-ci perdurent au ive s. Plusieurs indices témoignent sinon de leur vitalité, du moins de leur maintien. Certains sont toujours fréquentés, comme l’attestent des dédicaces tardives (fiches Ostia. Aire sacrée de Mater Magna ; Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce ; Ostia. Temple sur les naualia [Dioscures]) ; d’autres font l’objet de restaurations (fiches Ostia. Temple de Sérapis ; Portus. Temple d’Isis ; Ostia. Capitole d’Hadrien).

43De nouveaux lieux de culte sont même installés entre la seconde moitié du iiie et la fin du ive s. Un petit temple remplace, semble-t-il, un nymphée sur la place derrière les thermes du forum (Ostia. Petits temples (?) de la palestre des thermes du forum), tandis que, durant la seconde moitié du ive s., un mithraeum est aménagé dans une pièce d’une caupona transformée en lieu associatif (Ostia. Mithraeum des Marbres Colorés). Durant ce même siècle, d’autres lieux de culte associatifs sont en revanche abandonnés, tel le temple des fabri nauales.

44Mais la grande nouveauté tient principalement à l’apparition du christianisme dans le paysage religieux de la cité (fig. 8 ; sur le christianisme à Ostie et Portus, Février 1958 ; Brenk 2001 ; Bauer 2003 ; Brenk 2005). Constantin offre, avec Gallicanus, une basilique à Ostie, qui est élevée, intra muros, au sud de la ville, à proximité de la porte de la muraille où débouche la Via del Sabazeo (fiche Ostia. Basilique chrétienne). Si des évêques sont attestés pour Ostie et Portus dès les années 313-314 (voir infra), il faut cependant attendre le troisième quart du ive s. pour voir se dresser de nouveaux lieux de culte chrétiens dans les ports de Rome. Si l’emplacement de la basilique dédiée au martyr Astérius, qui remonte au plus tard au troisième quart de ce siècle, n’est pas connu, deux autres basiliques sont édifiées hors les murs, au sud-est d’Ostie, entre la fin du ive et le début du ve s., à l’emplacement de la tombe d’un martyr (réel ou supposé), dans des zones déjà occupées par des nécropoles, et revêtent d’emblée un rôle cimetérial (fiches Ostia-suburbium sud-est. Basilique chrétienne de Pianabella ; Ostia-suburbium sud-est. Basilique chrétienne de S. Aurea, [sans doute peu avant 387] ; l’époque de fondation de la chapelle de S. Ercolano ne peut être précisée). À Portus (fig. 5), la basilique épiscopale est installée, au sud-ouest du bassin de Trajan, vers 375 dans un complexe résidentiel transformé en salle rectangulaire divisée en trois nefs : celle-ci subit d’autres modifications et est pourvue, vers 430, d’une abside. C’est aussi aux dernières décennies du ive s. que remonte la première phase de la basilique Saint-Hippolyte, édifiée au sud de la Fossa Traiana. Celle-ci est rehaussée et agrandie, vraisemblablement entre le milieu du ve s. et le milieu du vie s. Une troisième basilique chrétienne, dédiée aux martyrs Eutropius, Bonosa et Zosima par l’évêque Donat, inconnu par ailleurs, se dressait à l’est de Portus, peut-être au lieu-dit Capo Due Rami, où ont été trouvées deux inscriptions. Elle remonte vraisemblablement elle-aussi à la fin du ive ou au début du ve s. (fiche Portus. Basilique chrétienne d’Eutropius, Bonosa et Zosima). Il convient enfin de signaler les deux martyria contenant les reliques des saints Taurinus et Herculanus, vraisemblablement situés à Portus.

Fig. 8

Fig. 8

Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)

© DR

45À Ostie même, d’autres édifices chrétiens que la basilique épiscopale sont installés intra muros à partir de la fin du ive s. au plus tôt, dans le cas de l’oratoire chrétien des thermes de Mithra (fig. 8). Quant à la chapelle dont subsistent des traces près du théâtre, elle daterait au plus tôt du vie s.

46Les interdictions des sacrifices sanglants promulguées par Théodose à la fin du ive s. ne signifient pas l’abandon systématique des lieux de culte polythéistes (ni même des cultes qui y étaient pratiqués). Certains lieux de culte d’Ostie ont fait l’objet d’une destruction violente mais les causes de celle-ci peuvent être multiples et ne doivent pas nécessairement être attribuées aux chrétiens comme on l’a longtemps fait (Van Haeperen 2018, 241-243 ; fiches Ostia. Mithraeum des stuppatores ; Ostia. Mithraeum des thermes de Mithra ; Ostia. Compitum de la Place des Lares). Quelques lieux de culte semblent avoir fait l’objet d’un démantèlement systématique, comme le suggère le remploi d’éléments architecturaux et d’inscriptions dans des édifices ou des restaurations tardifs (Van Haeperen 2018, 243-251). Ainsi, ont été utilisées, pour la réfection des pavements des thermes du Forum, à la fin du ive s., de nombreuses plaques de marbre provenant de lieux de culte collégiaux (Ostia. Lieu de culte (?) du collège des bateliers du traiectus Luculli ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des bateliers du traiectus Rusticeli ; Ostia. Temple collégial de l’ordo ad ampliandum templum ; Ostia. Lieu de culte (?) du collège des uernae marini) mais aussi publics (fiches Ostia. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; Ostia. Lieu de culte (ara) de la Concorde ; Ostia. Lieu de culte des diui ; mentionnons aussi plusieurs dédicaces à l’empereur régnant, posées à titre public et provenant peut-être d’un édifice dédié au culte impérial – voir Van Haeperen 2018, 245). Le temple de Rome et d’Auguste fait aussi l’objet d’un démantèlement systématique, comme le prouvent l’état dans lequel il nous est parvenu ainsi que la réutilisation de multiples éléments qui en proviennent dans des pavements d’autres édifices tardifs : le lieu de culte pourrait avoir été détruit par un séisme vers le milieu du ve s., avant que ses éléments ne soient soigneusement récupérés (Geremia Nucci 2013, 36-38 ; Gering, 2014, 15, 41, 49, 63, 72 ; Van Haeperen 2018, 259).

47Les autres temples publics, dont l’état de conservation est relativement bon, ne semblent en revanche pas avoir subi de dommages particuliers après l’interdiction des sacrifices sanglants. La fin officielle des cultes publics ne semble pas avoir entraîné la disparition des lieux où ils étaient pratiqués, ce qui est d’ailleurs conforme aux mesures législatives impériales visant à préserver les temples publics, en tant que patrimoine monumental, ornemental et artistique des cités.

48La disparition de l’Empire romain, précédée des sacs d’Alaric en 410 et de Genséric en 455, entraîne le lent déclin des ports de Rome. Peu à peu désertés de leurs habitants, ils voient leurs structures se détériorer. Les édifices chrétiens aussi sont progressivement laissés à l’abandon. C’est vers la fin du viiie ou le début du ixe s. que la basilique épiscopale d’Ostie est abandonnée et ses matériaux systématiquement récupérés, sans doute pour la construction du nouveau bourg, fondé par le pape Grégoire IV, à l’est de la ville antique. La basilique de Pianabella est abandonnée à la fin du xe s. et fait l’objet d’activités de spoliation systématiques durant le siècle suivant. Quant à la chapelle chrétienne située près du théâtre d’Ostie, elle semble encore fréquentée au xiie s. mais se dresse désormais au milieu de ruines et de buissons. La basilique de Portus fonctionne encore au début du xiiie s. mais est abandonnée à la fin de ce siècle ou au début du suivant (fiche Portus. Basilique épiscopale). La basilique Saint-Hippolyte de Portus, qui est devenue au xie s. le siège épiscopal, est en ruine au xve s. (fiche Portus. Basilique Saint-Hippolyte).

Sacerdoces

49De nombreux sacerdoces publics sont attestés dans la colonie. Le prêtre le plus important de la cité est le pontifex Volkani et aedium sacrarum, pontife de Vulcain et des édifices sacrés (voir Grosso 1959, 283-296 ; Meiggs 1973, 514-516 ; Caldelli 2014, 2-9, 50-54 ; en vue de l’établissement d’une liste voir : Fastes d’Ostie [éd. Bargagli, Grosso 1997] : A. Egrilius Rufus en 30, remplaçant Dexter ; en 33, M. Naevius Optatus, remplaçant le précédent – voir Caldelli 2014, n. 6 ; Publius Ostiensis Macedo, en 93 (?), remplaçant Q. Domitius ; CIL XIV, 375 [Publius Lucilius Gamala, vers le milieu du ier s. av. n.è.] ; AE 1955, 169 [Marcus Acilius Priscus, entre 69 et 96] ; CIL XIV, 72, 4443, 4445 et 4145 [Marcus Acilius Priscus Egrilius Plarianus, la première inscription datant de 105 ; il est toujours vivant dans les années 120 – voir Caldelli 2014, 3] ; A. Egrilius Plarianus [Caldelli 2014, 6] ; 376 [Publius Lucilius Gamala, dit iunior, entre 166 et 180] ; 47 [Caius Nasennius Marcellus, entre 181 et 193] ; 324 et 325 [Marcus Antius Crescens Calpurnianus, en 203 et en 194] ; 352 [Iulius Faustinus, en 251] ; 132 [Quintus Vettius Postumius Constantius, dans les dernières décennies du iiie s.]). Le pontife de Vulcain est nommé à vie et choisi parmi les membres les plus éminents de la cité. Il est assisté par des édiles et préteurs de Vulcain, sortes d’acolytes, parfois choisis très jeunes parmi les familles de notables ou de riches affranchis, dont la charge est annuelle (pour une étude approfondie et la liste des titulaires connus [23 édiles ; 33 préteurs ; 3 édiles ou préteurs], incluant les découvertes récentes, Caldelli 2014). D’après les sources épigraphiques, il apparaît que le pontife de Vulcain autorise des aménagements au sein de sanctuaires existants (fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna ; Portus. Temple de Sérapis) et veille à l’ensevelissement de la foudre. Selon toute vraisemblance, il est également en charge d’une série de cérémonies publiques, au premier rang desquelles celles en l’honneur de Vulcain.

50Le Génie de la colonie est desservi par un sacerdos qui appartient également aux plus hautes couches de la société de la cité (AE 1988, 201 [Caius Aemilius A[---]us, entre 161 et 200], 214 [Marcus Umbilius Maximinus, en 200] ; CIL XIV, 373 [Lucius Licinius Herodes, entre 211 et 249], 4452 [Publius Flavius Priscus, en 249, également attesté par AE 1955, 175], 5340 [Marcus Aurelius Hermogenes, entre 250 et 260]).

51Sont également attestés des flamines de Rome et d’Auguste (voir fiche Ostia. Temple de Rome et d’Auguste) et des flamines d’empereurs divinisés (pour une liste de références, qui devrait être mise à jour, Meiggs 1973, 378 ; voir, par exemple, les flamines du diuus Vespasien [AE 1913, 190 ; 1988, 182 ; Bloch 1953, 297 ; CIL XIV, 298, 4641 ; 4664], du diuus Titus [AE 1916, 117 ; 1988, 184 ; CIL XIV, 400, 4142, 4622], du diuus Hadrien [AE 2001, 633 ; CIL XIV, 353, 390, 391, 4642], du diuus Antonin [AE 1988, 201], du diuus Marc Aurèle [AE 1991, 333 ; CIL XIV, 4671], du diuus Pertinax [AE 1988, 211 ; CIL XIV, 4648], du diuus Sévère [AE 1988, 211 ; CIL XIV, 373], ainsi qu’un flamen diuorum [CIL XIV, 444] et des flaminiques de la divine Faustine [AE 1988, 188 ; CIL XIV, 399 ; 5346]). On trouve aussi dans la cité des flamines nude dicti (CIL XIV, 301, 332, 341, 4616) : peut-être faut-il y voir des flamines de l’empereur régnant ? La question mériterait d’être approfondie. Les augustales sont fort nombreux dans la documentation épigraphique d’Ostie (plusieurs centaines), mais très rarement en rapport avec des actes religieux (fiche Ostia. Lieu de culte des seuiri augustales). Rappelons qu’ils ne sont pas des prêtres du culte impérial mais semblent les responsables annuels de l’organisation des ludi augustales (Van Haeperen 2016b), avant de rejoindre l’association des anciens augustales de leur cité.

52Des prêtres d’Isis sont également présents à Ostie (fiche Ostia. Temple (?) d’Isis), tout comme des prêtres et archigalles de Mater Magna (aux références aux prêtres et archigalles présentes dans la fiche Ostia. Aire sacrée de Mater Magna, il convient d’ajouter AE 1914, 158 [CIL XIV, 4627 ; ILS 9509 ; CCCA III, 420] et CIL XIV, 371 [CCCA III, 423]). On trouve également des attestations d’un personnel cultuel lié à Mater Magna au Transtévère d’Ostie (fiche Ostia-Transtévère. Lieu de culte (?) de Mater Magna) et à Portus (fiche Portus. Lieu de culte de Mater Magna). Des prêtres d’Esculape ont également officié à Portus (fiche Portus. Lieu de culte (?) d’Esculape).

53Soulignons qu’aucun augure n’est attesté à Ostie, à la différence de ce qu’on observe dans les autres colonies romaines. Étant donné la richesse épigraphique de la cité, il est difficile d’invoquer le hasard des découvertes. Peut-être la cité portuaire était-elle dépourvue d’un collège d’augures, en raison de son statut particulier de port de Rome et de ville (urbs) maritima et effata qu’évoque Servius auctus (Aen. 1, 13 ; sur ce texte Van Haeperen 2006, 32) ?

54Certains responsables de sacra priuata portent un titre sacerdotal : sacerdos ou antistes de Mithra (voir les fiches portant sur les mithraea d’Ostie) mais aussi de Liber Pater (fiche Portus. Lieu de culte (?) à Liber Pater dans le uicus Bonadiensis) ou de Dionysos (fiche Portus. Lieu de culte (?) de la speira des Traianenses). La communauté juive d’Ostie est organisée autour d’organes et de dignitaires qu’éclairent deux inscriptions funéraires. La première, datable de la seconde moitié du iie s., mentionne une gerusia, correspondant selon toute vraisemblance à un conseil des anciens, présidée par un gerusiarca, un pater de la synagogue et un diabiu de l’année (JIWE I, 18 ; Ep. lat. 2010, 187, n° 48.1, et 189 ; EDR141223 [David Nonnis]). La seconde est posée pour un archisynagogus (JIWE I, 14 ; AE 2002, 289 ; Ep. lat. 2010, 188, n° 48, 3).

55D’après les passions tardives des martyrs d’Ostie, un évêque, du nom de Cyriacus, des prêtres et un diacre auraient déjà été présents dans la cité lors d’une persécution du milieu du iiie s. (Meiggs 1973, 390). Si les informations fournies par les sources hagiographiques tardives doivent être envisagées prudemment (Bauer 2003), il est cependant possible que le christianisme ait été implanté à Ostie, à cette époque, puisqu’un évêque de la cité, Maxime, est présent en 313 au concile que Constantin réunit à Rome (sur Maxime et pour les sources le concernant PCBE II, 1465). Dès le ive s., l’évêque d’Ostie donne la consécration épiscopale à l’évêque de Rome (d’après le Liber pontificalis [I, 202], le pape Marc décréta que l’évêque d’Ostie devait consacrer l’évêque de Rome ; le pape Damase est effectivement consacré par l’évêque d’Ostie, Florentius, en 366, d’après une source presque contemporaine [Gesta inter Liberium et Felicem, 6, Coll. Auel. 1, CSEL, 35, 1, p. 3] ; telle semble désormais la coutume à la fin du ive s., d’après Augustin [Breuiculus collationis cum Donatistis, col. 3, 16, in PL 43, 641]). Outre Maxime et Florentius (PCBE I, 838 ; voir aussi fiche. Ostia. Basilique chrétienne d’Astérius), sont attestés comme évêques d’Ostie, Bonus, qui participe à un concile à Rome en 487 (PCBE I, 346) ; Bellator, à la fin du ve s. (PCBE I, 281-282 ; fiche Ostia-suburbium sud-est. Basilique chrétienne de Pianabella) ; Aristo qui souscrit à une synodale romaine en 502 (PCBE I, 187) ; Gloriosus, destinataire d’une lettre du pape Grégoire, en 598 (PCBE I, 933 ; la liste présentée ici est basée sur le PCBE et ne va pas au-delà du viie s.).

56La première attestation sûre d’un évêque de Portus remonte à l’année 314 : Gregorius assiste alors au concile d’Arles (PCBE I, 942). À la fin du ive s. (voire au début du ve), Heraclida, inconnu des sources littéraires, dédie la basilique Saint-Hippolyte de Portus (voir fiche ; PCBE I, 976-977). Son successeur (ou un de ses successeurs), Donatus, n’est connu que par une inscription rappelant la construction et la dédicace de la basilique en l’honneur des saints Eutrope, Bonosa et Zosima, à la fin du ive ou durant la première moitié du ve s. (voir fiche ; PCBE I, 596). L’évêque Petrus, qui assiste en 465 à un concile romain, restaure la basilique Saint-Hippolyte, après sa destruction par les Vandales en 455 (voir fiche ; PCBE II, 1730-1731), et ce avant sa mort en 474. Lui succède alors Glycerius (PCBE I, 933), qui avait été proclamé Auguste à Ravenne en 473, avant d’être déposé, au printemps 474, par Nepos (que l’empereur Léon Ier avait choisi comme collègue). Fait prisonnier à Portus, il y est consacré évêque sur l’ordre de Nepos. Sont ensuite attestés Herennius, qui assiste à un concile romain en 487 (PCBE I, 981), Castus, qui souscrit à une synodale romaine et assiste à un concile en 502 (PCBE I, 420), et Félix dans la dernière décennie du vie s., qui entretient une correspondance avec le pape Grégoire et participe à un concile romain en 595 (PCBE I, 798-800). Deux évêques de Portus apparaissent ensuite dans la documentation épigraphique liée à la basilique Saint-Hippolyte (voir fiche) : Stephanus, contemporain du pape Léon III (795-816) ainsi que Formosus (qui fut ensuite pape entre 891 et 896). Au xiie s., le pape Callixte II (1119-1124) fusionne les diocèses de Portus et des saintes Rufina et Secunda (Testini 1978, 511).

57Des prêtres chrétiens sont également connus à Ostie : Felix, presbiter (sic), au ive s. (IPOstie B, 239 ; PCBE II, 773), vraisemblablement Ioannes, contemporain de l’évêque Stephanus (fin viiie-début ixe s. ; Mazzoleni 1983, 246) ainsi qu’un prêtre peut-être dénommé Innocentius (CIL XIV, 1879). Deux diacres sont attestés à Portus : Felix (CIL XIV, 1944), au ive s. (d’après PCBE I, 771), ainsi qu’Aurelius Marcellinus (CIL XIV, 1943) (qui fit une épitaphe pour son fils Aurelius Zinzius, sous-diacre, au iiie-ive s. d’après PCBE II, 1367).

Liste des lieux de culte

58Les lieux de culte sont rangés ci-dessous, dans les différentes catégories prévues par la collection, légèrement adaptées à la richesse documentaire de la cité d’Ostie. Au sein de ce classement, tout comme dans le classement principalement « alphabétique » qui figure dans la table des matières, a été privilégiée la logique suivante.

59Les lieux de culte sont d’abord classés en fonction de leur aspect formel. Les catégories suivantes ont été retenues :

  • aire sacrée, pour un sanctuaire comptant plusieurs lieux de culte

  • basilique chrétienne

  • compitum (chapelle de carrefour)

  • chapelle, pour les lieux de culte (la plupart du temps privés), qui se limitent le plus souvent à une simple pièce, spécifiquement aménagée pour le culte

  • lieu de culte, pour les lieux de culte attestés uniquement par l’épigraphie dont l’aspect formel n’est pas connu mais aussi pour les lieux de culte (certains ou supposés) qui s’articulent autour d’une simple niche, sans disposer d’un espace qui leur est spécifiquement alloué

  • mithraeum, pour les chapelles dédiées à Mithra, qui se distinguent par leur typologie particulière et par une tradition de recherche spécifique

  • synagogue

  • temple : lieu de culte revêtant la forme d’un temple au sens commun de la définition (cella, souvent précédée d’un pronaos).

60Au sein de ce classement en fonction de l’aspect formel, a ensuite été retenue la logique suivante. Sont d’abord présentés les lieux de culte dont la divinité tutélaire est connue ; puis ceux dont le dieu tutélaire n’est pas identifié (en donnant, dans ce dernier cas, le nom qui les désigne habituellement ou celui du bâtiment ou du contexte topographique dans lequel ils s’insèrent).

61Époque préromaine
Acilia-Monte Cugno. Ficana. Temple (?) archaïque (localisation incertaine)

62Époque romaine
LIEUX DE CULTE URBAINS

63I. Ostie
Sont repris sous cette rubrique non seulement les lieux de culte intra muros mais aussi ceux de la ville dans son extension urbaine hors les murs, vers la mer et le sud-ouest, tout comme le Transtévère de la ville, également pourvu d’une muraille et densément construit, comme l’ont montré les récentes prospections géophysiques de Keay.

64a. Lieux de culte publics

Ostia. Aire sacrée de Mater Magna (IV, I)

Ostia. Aire sacrée des quatre petits temples (II, VIII, 2, 4) Ostia. Aire sacrée de la Via della Foce (I, XV)

Ostia. Capitole tardo-républicain ou augustéen Ostia. Capitole de l’époque d’Hadrien

Ostia. Chapelle de la Caserne des Vigiles (Augusteum) (II, V, 1) Ostia. Compitum Bloch 1962 (localisation incertaine)

Ostia. Compitum de la Place des Lares (I, II, 1)

Ostia. Compitum de Poplicola (localisation incertaine) Ostia. Compitum de la Via della Foce

Ostia. Lieu de culte (ara) de la Concorde (localisation incertaine) Ostia. Lieu de culte des diui (localisation incertaine)

Ostia. Temple de Bellone (IV, I, 4) et schola des hastiferi (IV, 1, 5) Ostia. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3)

Ostia. Temple de Bona Dea (V, X, 2)

Ostia. Temple (?) d’Isis Ostiensis (localisation incertaine) Ostia. Temple de Jupiter

Ostia. Temple de Pater Tiberinus (localisation incertaine) Ostia. Temple de Rome et d’Auguste

Ostia. Temple de Sérapis (III, XVII, 4)

Ostia. Temple de Vulcain (localisation incertaine)

Ostia. Temple du « forum » de Porta Marina (IV, VIII, 1) Ostia. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures Ostia. Temple occidental tardo-républicain du forum Ostia. Temple (?) de la Place de la Victoire (V, XVII, 1) Ostia. Temple de la Place des Corporations (II, VII, 5) Ostia. Petit temple républicain (II, IX, 4)

Ostia. Temple rond (I, XI, 1)

65b. Lieux de culte privés

Ostia. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3)

Ostia. Chapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini

Ostia. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana

Ostia. Chapelle III, II, 11

Ostia. Chapelle de l’autel des jumeaux – ara dei gemelli (II, VII, 3)

Ostia. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1)

Ostia. Chapelle du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1)

Ostia. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4)

Ostia. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1)

Ostia. Chapelle (?) de la Place des Corporations

Ostia. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12)

Ostia. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8

Ostia. Lieu de culte (aedicula) de la Caserne des Vigiles (latrines) (II, V, 1)

Ostia. Lieu de culte (aedes) de la Caserne des Vigiles, consacré par un optio

Ostia. Lieu de culte (statio) (?) du collège AE 1940, 62 (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte du collège (?) de ladite domus de Mars

Ostia. Lieu de culte (?) du collège des esclaves et affranchis publics (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte (?) du collège des bateliers du traiectus Luculli (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte (?) du collège des bateliers du traiectus Rusticeli (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte (?) du collège des nauicularii maris Hadriatici (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte (?) du collège des pelliones (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte (?) du collège des uernae marini (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte de la fullonica II, XI, 1

Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV

Ostia. Lieu de culte (locus) des praedia Rusticeliana (localisation incertaine)

Ostia. Lieu de culte des seuiri augustales (localisation incertaine)

Ostia. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2)

Ostia. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11)

Ostia. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4)

Ostia. Mithraeum Fagan (localisation incertaine)

Ostia. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1)

Ostia. Mithraeum des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)

Ostia. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5)

Ostia. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5)

Ostia. Mithraeum du « palais impérial »

Ostia. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6)

Ostia. Mithraeum Petrini (localisation incertaine)

Ostia. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2)

Ostia. Mithraeum de Porta Romana. Voir Ostia. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana

Ostia. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13)

Ostia. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6)

Ostia. Mithraeum des Serpents (V, VI, 6)

Ostia. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4)

Ostia. Mithraeum des thermes de Mithra (I, XVII, 2)

Ostia. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2)

Ostia. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1)

Ostia. Temple collégial du forum uinarium (localisation incertaine)

Ostia. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2)

Ostia. Temple collégial de l’ordo ad ampliandum templum (localisation incertaine)

Ostia. Temple (?) collégial des pistores (localisation incertaine)

Ostia. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17)

Ostia-Transtévère. Chapelle de Silvanus (localisation incertaine)

Ostia-Transtévère. Lieu de culte (?) de Mater Magna (localisation incertaine)

66c. Lieu de culte juif

Ostia. Synagogue

67d. Lieux de culte chrétiens

Ostia. Basilique d’Astérius (localisation incertaine)

Ostia. Basilique constantinienne

Ostia. Oratoire chrétien près du théâtre (II, VII, 1)

Ostia. Oratoire chrétien des thermes de Mithra (I, XVII, 2)

Ostia-suburbium sud-est. Basilique chrétienne de Pianabella

Ostia-suburbium sud-est. Basilique chrétienne de S. Aurea

Ostia-suburbium sud-est. Chapelle chrétienne de S. Ercolano

68e. Lieux de culte au statut incertain

Ostia. Lieu de culte (aedicula) des Lares Augustes (localisation incertaine)

Ostia. Petits temples (?) de la palestre des thermes du forum

Ostia-suburbium sud-est. Chapelle (?) à l’extérieur de la porte de la Via del Sabazeo

69II. Portus

70a. Lieux de culte publics

Portus. Lieu de culte (?) d’Esculape (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte de Mater Magna (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte (?) de Neptune (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte (?) de la statio des frumentarii (localisation incertaine)

Portus. Temple (?) de Bona Dea (localisation incertaine)

Portus. Temple d’Isis (localisation incertaine) Portus. Temple de Liber Pater

Portus. Temple de Sérapis (localisation incertaine) Portus. Temple à proximité de l’Episcopio

Portus. Temple à l’extrémité du môle sud (?)

Portus. Temples (?) au lieu-dit Stalla Buoi

71b. Lieux de culte privés Portus. Lieu de culte dédié à Isis Portus. Lieu de culte (?) à Liber Pater (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte (?) des cultores Larum Portus Augusti (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte (?) de la speira des Traianenses (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte des stuppatores (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte (?) des travailleurs des salines romaines de Portus (localisation incertaine)

Portus. Lieu de culte (?) des vigiles (localisation incertaine)

Portus. Mithraeum (?) (localisation incertaine)

Portus. Schola des cultores de Sérapis (localisation incertaine)

Portus. Temple (?) d’Hercule (localisation incertaine)

Portus. Temple de Marnas (localisation incertaine)

72c. Lieu de culte juif

Portus. Synagogue (localisation incertaine)

73d. Lieux de culte chrétiens

Portus. Basilique épiscopale

Portus. Basilique d’Eutropius, Bonosa et Zosima (localisation incertaine)

Portus. Basilique Saint-Hippolyte

Portus. Martyria des saints Taurinus et Herculanus (localisation incertaine)

74LIEUX DE CULTE EXTRA-URBAINS

75a. Lieux de culte publics

Acilia-Dragoncello. Lieu de culte (?) public (localisation incertaine)

76b. Lieux de culte privés

Acilia-Monti San Paolo. Lieu de culte (?) de Jupiter Tutor (localisation incertaine)

77c. Lieu de culte au statut incertain

Acilia-Malafede. Lieu de culte de Mars Ficanus (localisation incertaine)

Bibliographie

 

Bajard 2009 : A. Bajard, « Les Neptunalia et les Consualia dans l’églogue 23 d’Ausone », in REA, 111, 2009, 411-428.

Bakker 1994 : J.Th. Bakker, Living and Working with the Gods. Studies of Evidence for Private Religion and its Material Environment in the City of Ostia (100-500 AD), Amsterdam 1994.

Bauer 2003 : F.A. Bauer, « Stadtbild und Heiligenlegende. Die Christianisierung Ostias in der spätantiken Gedankenwelt », in G. Brands, H.G. Severin éds., Die spätantike Stadt und ihre Christianisierung, Wiesbaden 2003, 43-62.

Bloch 1962 : H. Bloch, « A Monument of the Lares Augusti in the Forum of Ostia », in HThR, 55, 1962, 211-223.

Brenk 2001 : B. Brenk, « La christianisation d’Ostie », in Ostia, 2001, 262-271.

Brenk 2005 : B. Brenk, « Ostia. La tolleranza religiosa », in B. Brenk, Architettura e immagini del sacro nella tarda antichita, Spoleto 2005, 27-39 (et 28 pl.) (Studi e ricerche di archeologia e storia dell’arte, 6).

Brenk, Pensabene 1998-1999 : B. Brenk, P Pensabene, « Christliche Basilika oder christliche ’domus der Tigriniani’ ? », in Boreas, 21-22, 1998-1999, 271-299.

Caldelli 2014 : M.L. Caldelli, « Fasti dei sacerdoti del culto di Vulcano ad Ostia », in MEFRA, 126, 2014, consulté le 05 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/1978.

Calza 1940 : G. Calza, « Una basilica di eta costantiniana scoperta a Ostia », in RPAA, 16, 1940, 63-88.

DeLaine 2016 : J. DeLaine, « Ostia », in A.E. Cooley éd., A Companion to Roman Italy, 2016, 418-438.

Ep. lat. 2010 : M. Cébeillac-Gervasoni, M.-L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina: Ostia, cento iscrizioni in contesto, Roma 2010.

Février 1958 : A. Février, « Ostie et Porto à la fin de l’antiquité », in MEFRA, 70, 1958, 295-330.

Fischer-Hansen 1990 : T. Fischer-Hansen, Scavi di Ficana. I. Topografia generale, Roma 1990.

Floriani Squarciapino 1962 : M. Floriani Squarciapino, I culti orientali ad Ostia, Leiden 1962 (EPRO, 3).

Geremia Nucci 2013 : R. Geremia Nucci, Il tempio di Roma e di Augusto a Ostia, Roma 2013.

Gering 2014 : A. Gering, « Le ultime fasi della monumentalizzazione del centro di Ostia tardoantica », in MEFRA, 126, 2014, http://journals.openedition.org/mefra/2140 (consulté le 14 mai 2018).

Grosso 1959 : F. Grosso, « L’epigrafe di Ippona e la vita di Suetonio con i fasti dei pontefici di Vulcano a Ostia », in RendAccLinc, 14, 1959, 263-296.

Mar 2001 : R. Mar éd., El santuario de Serapis en Ostia, Tarragona 2001.

Meiggs 1973 : R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Pavolini 2006 : C. Pavolini, Ostia, Rome 2006.

Pavolini 2016 : C. Pavolini, « A Survey of Excavations and Studies on Ostia (2004-2014) », in JRS, 106, 2016, 199-236.

Pellegrino 2004 : A. Pellegrino, « Il territorio ostiense nella tarda età repubblicana », in Ostia, Cicero, Gamala, 2004, 33-45.

Ross Taylor 1912 : L. Ross Taylor, The Cults of Ostia, BrynMawr 1912.

Steuernagel 2004 : D. Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart 2004.

Steuernagel 2001 : D. Steuernagel, « Kult und Community. Ueber Sacella in den insulae von Ostia », in RM, 108, 2001, 41-56.

Top. gen. 1953 : G. Calza, G. Becatti, I. Gismondi, G. De Angelis d’Ossat, H. Bloch, Topografia Generale, Roma 1953 (Scavi di Ostia, 1).

Tran 2008 : N. Tran, « Les collèges d’horrearii et de mensores à Rome et à Ostie, sous le Haut-Empire », in MEFRA, 2008, 295-306.

Van Haeperen 2006 : F. Van Haeperen, « Interventions de Rome dans les cultes et sanctuaires de son port, Ostie », in M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier éds., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles 2006, 31-50.

Van Haeperen 2010 : F. Van Haeperen, « Vie religieuse et horrea. Exemples de Rome et d’Ostie », in Archiv für Religionsgeschichte, 12, 2010, 243-259.

Van Haeperen 2011 : F. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », in N. Belayche, J.-D. Dubois éds., L’Oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris 2011, 109-128.

Van Haeperen 2016b : F. Van Haeperen, « Origine et fonctions des augustales (12 av. n.è.-37). Nouvelles hypothèses », in L’Antiquité Classique, 85, 2016, 127-155.

Van Haeperen 2017a : F. Van Haeperen, « Establishing, displaying and strengthening group identity by making offerings and producing texts: some case studies from Ostia’s guilds », in RRE, 3, 2017, 87-118.

Van Haeperen 2017b : F. Van Haeperen, « Installation des cultes et sanctuaires publics d’Ostie, port de Rome (4e s. av. n.è.-3e s. ap.) », in S. Agusta-Boularot, S. Huber, W. Van Andringa éds., Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiques : Motivations, agents, lieux, Rome 2017, 259-275 (Coll. EFR, 534).

Van Haeperen 2018 : F. Van Haeperen, « Fin des temples et fin des cultes à Ostie : une histoire complexe », in RHR, 235, 2018, 233-253.

Zevi 1997b : F. Zevi, « Costruttori eccellenti per le mura di Ostia. Cicerone, Clodio e l’iscrizione della Porta Romana », in RivIstArch, 19-20, 1997, 61-112.

Zevi 2001b : F. Zevi, « Les débuts d’Ostie », in Ostia, 2001, 3-9.

Zevi 2012 : F. Zevi, « Culti ed edifici templari di Ostia repubblicana », in Ostraka, 2012, 537-563.

Notes

1 Quand la mention d’un siècle n’est pas suivie de l’indication av. n.è. (avant notre ère), il faut comprendre qu’il s’agit d’un siècle de notre ère.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte du territoire d'Ostie (Meiggs 1973, 112)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 2
Légende Fragment de terre cuite architectonique (Zevi 2001b, fig. 2)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 3
Légende Carte des lieux de culte publics d'Ostie, sous la République (d'après Top. gen. 1953, fig. 29)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 4
Légende Carte des lieux de culte publics d'Ostie, d'Auguste à la fin de l'époque flavienne (d'après Top. gen. 1953, fig. 30)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 5
Légende Carte de Portus (Keay et al. 2005, 280, fig. 8.4)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 6
Légende Carte des lieux de culte publics d'Ostie, de Trajan au milieu du iiie s.1. Capitole de l'époque d'Hadrien ; 2. Temple de Rome et d'Auguste ; 3. Temple rond ; 4. Aire sacrée de la Via della Foce ; 5. Temple sur les naualia, attribué aux Dioscures ; 6. Temple de la Place des Corporations ; 7. Aire sacrée des quatre petits temples ; 8. Petit temple républicain ; 9. Temple de Sérapis ; 10. Aire sacrée de Mater Magna ; 11. Temple de Bellone ; 12. Temple du « forum » de Porta Marina ; 13. Temple de Bona Dea (IV, VIII, 3) ; 14. Temple de Bona Dea (V, X, 2) ; 15. Temple (?) de la Place de la Victoire
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-6.png
Fichier image/png, 397k
Titre Fig. 7
Légende Carte des lieux de culte d’associations d’OstieChapelle de Silvanus (I, III, 2) dans le Caseggiato dei Molini ; 2. Mithraeum de la Casa di Diana (I, III, 3-4) ; 3. Mithraeum de Ménandre (I, III, 5) ; 4. Ostia. Lieu de culte (?) du jardin de l’îlot I, IV ; 5. Mithraeum des stuppatores (I, X, 4) ; 6. Chapelle de la Casa dei Triclini (I, XII, 1) ; 7. Lieu de culte (?) de Jupiter Dolichenus, dans l’aire sacrée de la Via della Foce (I, XV) ; 8. Mithraeum des thermes de Mithra (I, XVII, 2) ; 9. Temple collégial des mensores (I, XIX, 2) ; 10. Mithraeum du « palais impérial » ; 11. Mithraeum Aldobrandini (II, I, 2) ; 12. Chapelle II, II, 4 et mithraeum de Porta Romana ; 13. Chapelle (?) de la Place des Corporations ; 14. Chapelle de l’autel des jumeaux (II, VII, 3) ; 15. Mithraeum des Sept Sphères (II, VIII, 6) ; 16. Lieu de culte (?) de la fullonica II, XI, 1 ; 17. Mithraeum des Parois Peintes (III, I, 6) ; 18. Lieu de culte (?) du Caseggiato III, I, 8 ; 19. Temple collégial des fabri nauales (III, II, 1-2) ; 20. Lieu de culte du collège (?) de ladite domus de Mars (III, II, 5) ; 21. Chapelle III, II, 11 ; 22. Chapelle des Trois Nefs (III, II, 12) ; 23. Chapelle (?) du Caseggiato degli Aurighi (III, X, 1) ; 24. Chapelle de Sérapis dans le Caseggiato del Serapide (III, X, 3) ; 25. Mithraeum de la Planta Pedis (III, XVII, 2) ; 26. Schola des hastiferi (IV, 1, 5), dans l’aire du temple de Bellone) ; 27. Scholae des dendrophores et des cannophores, dans l’aire sacrée de Mater Magna ; 28. Mithraeum des Animaux (IV, II, 11) ; 29. Chapelle du Caseggiato del Sacello (IV, V, 4) ; 30. Mithraeum des Sept Portes (IV, V, 13) ; 31. Mithraeum des Marbres Colorés (IV, IX, 5) ; 32. Temple collégial sous les thermes du philosophe (V, II, 17) ; 33. Mithareum des Serpents (V, VI, 6) ; 34. Lieu de culte des seuiri augustales (?) ; 35. Mithraeum de Felicissimus (V, IX, 1) ; 36. Temple collégial des fabri tignuarii (V, XI, 1) ; 37. Chapelle de Hortensius (V, XII, 1) ; 38. Mithraeum (?) des horrea del Sabazeo (V, XII, 3)
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 8
Légende Carte des lieux de culte juif et chrétiens d’Ostie (d’après Bauer, Heinzelmann 2001, 374, fig. 1)
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6230/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter