Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Empire ottoman et la Turquie face à l’Occident

 | 
Edhem Eldem

Introduction

Henry Laurens

Texte intégral

1Cher ami,

2C’est à Aix-en-Provence, il y a déjà un certain nombre d’années, que j’ai fait votre connaissance. Vous prépariez alors votre thèse sur le commerce français d’Istanbul au xviiie siècle sous la direction de Robert Mantran. C’était le début de vos recherches en histoire économique, mais aussi culturelle et sociale, puisque vous avez montré l’importance de ce commerce, et en même temps sa dimension relativement marginale par rapport à l’ensemble des activités commerciales ottomanes.

3Après votre passage à Aix-en-Provence, vous avez d’abord été chercheur à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul et, un peu plus tard, maître de conférences puis professeur à l’université du Bosphore, la plus prestigieuse des universités turques, en tout cas, selon les dires des gens qui y appartiennent.

4Vous avez donc élargi vos domaines de recherche à plusieurs questions. D’abord, avec une équipe française, vous vous êtes lancé dans une histoire de la mort dans l’Empire ottoman, par l’étude des cimetières, des inscriptions funéraires, etc. Cette équipe a été absolument pionnière, sur ce sujet, en terre d’Islam.

5Par ailleurs, vous avez eu la chance que la Banque ottomane vous propose de classer ses archives. Vous avez donc créé une équipe de recherche sur la Banque ottomane, qui était la première banque d’émission et la première banque de l’Empire ottoman finissant. Et ce n’était pas simplement une histoire économique, mais une histoire sociale que vous avez faite. Grâce aux registres des clients, tout un pan de la société, dite « levantine », de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle, pouvait être analysé sur des bases économiques et sociales solides.

6Ensuite, votre famille étant très étroitement associée à l’histoire ottomane finissante du xixe siècle, vous avez pu, en vous appuyant sur des fonds d’archives familiaux entre autres, étudier l’histoire culturelle de cette période, en particulier à travers le personnage d’Osman Hamdi Bey, qui était de votre famille et qui a été entre autres le fondateur du Musée archéologique d’Istanbul, ainsi que peintre. Cela vous a donc conduit à lancer un grand programme d’histoire, non seulement de l’archéologie ottomane, mais aussi de l’archéologie dans l’Empire ottoman, qui sont deux domaines distincts, mais étroitement liés.

7En parallèle, vous avez lancé une série d’activités d’histoire culturelle, toujours sur cette période, par exemple une étude sur les décorations ottomanes, celles-ci étant un phénomène nouveau d’occidentalisation. On voit ainsi comment un processus européen prend racine dans une société que l’on peut qualifier ou non de « non européenne », puisque l’Empire a une partie géographiquement européenne, mais c’est un autre sujet.

8En fait, votre travail se concentre sur ce que vous avez appelé « les modernités multiples de l’Empire ottoman ». L’Empire ottoman, qui s’étendait jusqu’à la Hongrie, a toujours été en communication avec le reste de l’Europe et ne pouvait donc pas en être exclu. À chaque époque, il y a eu des apports européens et des recombinaisons entre les éléments ottomans et les éléments européens.

9Évidemment, dans vos activités d’enseignement, vous avez été plus généraliste, en étudiant l’histoire politique et sociale de l’Empire ottoman de toutes les époques. Et vous vous êtes heurté à un problème fondamental, dont vous allez immédiatement aborder le sujet. C’est qu’il y a des courants politiques dans la Turquie actuelle qui font un usage politique de l’histoire, et que vous êtes pris en tenaille entre ce que l’on peut appeler une « vision kémaliste » de l’histoire, qui est assez déformante, il faut l’avouer, et une non moins déformante vision islamo-nationaliste de l’histoire ottomane, qui a maintenant le discours du pouvoir pour elle. Mais je n’irai pas plus loin, laissant simplement une pensée au regretté Gilles Veinstein. La dernière fois que j’ai discuté avec lui, nous avons évoqué votre éventuelle candidature, et il s’est rallié avec plaisir à cette idée.

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540