Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le polythéisme grec comme objet d’histoire

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

Introduction

Thomas Römer

Texte intégral

  • 1 Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Se (...)

1Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Tel fut le titre d’un essai publié en 1983 par Paul Veyne1, professeur au Collège de France. Derrière ce titre quelque peu insolite se cachait une réflexion profonde sur la fonction du mythe dans la société grecque ancienne, mais aussi dans nos sociétés contemporaines, qui ont toutes des mythes de fondation et de légitimation. Comment un peuple de philosophes, de géomètres, peut-il raconter des histoires de dieux qui ont une forme humaine ou animale, qui s’unissent à des humains et sont lunatiques et imprévisibles ? Peut-on qualifier de tels récits de « religieux », doit-on les prendre au sérieux et quelles fonctions de tels récits peuvent-ils remplir ?

2La tradition mythologique de la Grèce antique est intrinsèquement liée à la question du lien complexe entre religion, histoire et société dans le monde grec antique. Et ce lien se reflète parfaitement dans l’intitulé de la chaire que Mme Vinciane Pirenne-Delforge inaugure ce soir : « Religion, histoire et société dans le monde grec antique ».

  • 2 Vinciane Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque. Contribution à l’étude de ses cultes et de sa pers (...)

3Mme Vinciane Pirenne est une excellente spécialiste de l’interaction entre les représentations religieuses, les pratiques religieuses et la société dans le monde de la Grèce antique. Elle s’est d’abord fait connaître par une monographie sur la déesse Aphrodite2, dans laquelle elle a montré que l’on ne peut réduire une divinité à la représentation que l’on trouve d’elle chez les grands poètes panhelléniques. Comme c’est d’ailleurs le cas dans le Proche-Orient ancien, les divinités sont d’abord caractérisées par leurs ancrages locaux et particuliers. Dans les sanctuaires grecs, on ne rencontre pas Zeus ou Aphrodite per se. Chaque sanctuaire est consacré à une forme particulière de ces divinités, signifiée par une épiclèse qui détermine une fonction ou un pouvoir précis, comme par exemple l’Aphrodite Ourania ou l’Aphrodite Pandémos. La pratique religieuse d’un lieu doit donc tenir compte de la spécificité d’un panthéon auquel appartient la divinité à laquelle on veut rendre un culte.

  • 3 Vinciane Pirenne-Delforge, Retour à la source. Pausanias et la religion grecque, Liège/Athènes, Ce (...)

4Mme Pirenne-Delforge est également une référence incontournable dans les études sur Pausanias, un érudit voyageur grec qui a vécu au iie siècle de notre ère et dont les écrits ont longtemps été considérés comme les ancêtres de nos guides de voyages. Le livre que Mme Pirenne-Delforge a consacré à Pausanias et à sa description de la Grèce ancienne en dix volumes3 montre l’importance de cette œuvre, qui témoigne à la fois de la Grèce de son temps, mais aussi du passé, donnant accès à des données aussi diverses que l’urbanisme, l’architecture, l’écosystème, l’organisation et les crises politiques, ainsi que les traditions et les pratiques religieuses. Mme Pirenne-Delforge a intitulé ce livre Retour à la source à cause de l’ambivalence de l’expression. D’une part, le périple de Pausanias dans les différentes régions de la Grèce est un voyage à la source de la culture et des traditions religieuses de son auteur, d’autre part, il s’agit pour l’historien moderne d’exploiter une source privilégiée pour mieux comprendre le monde grec antique. Mme Pirenne-Delforge a ainsi entrepris de comprendre l’apport spécifique de cette œuvre à notre connaissance de la religion grecque antique, en jetant notamment un éclairage nouveau et convaincant sur un aspect essentiel du système religieux des Grecs, à savoir la tension entre le général et le particulier, entre le « panhellénique » et le local.

5Vinciane Pirenne-Delforge est également une des meilleures spécialistes de la question du ou des sacrifices grecs. Le terme sacrifice emprunté aux Romains recouvre en effet un acte rituel central du Bassin méditerranéen ainsi que du Proche-Orient ancien, et de bien d’autres régions du monde. La thusia des Grecs est, comme Mme Pirenne l’a illustré dans de nombreuses publications, une réalité complexe, qui ne peut être expliquée sur le seul fondement des témoignages littéraires. Il faut aussi, et même surtout, s’intéresser à la documentation épigraphique, qui fait apparaître la variété des procédures. C’est dans cette perspective qu’elle a piloté un projet intitulé Collection of Greek Ritual Norms, qui rassemble une large part d’inscriptions témoignant de pratiques sacrificielles et purificatoires

6Je pourrais bien entendu continuer cette énumération des apports de Vinciane Pirenne à l’intelligence de la Grèce antique, mais permettez-moi de terminer en disant qu’elle a répondu dans un article à la question de Paul Veyne citée en ouverture. Elle y a montré, d’une manière magistrale, que les Grecs, à l’exemple d’Hésiode et de Pausanias, peuvent émettre des jugements très critiques et sévères concernant leurs mythes, tout en reconnaissant leurs fonctions pour une communauté dans un contexte donné. L’élection de Vinciane Pirenne-Delforge à la chaire Religion, histoire et société dans le monde grec antique a permis de combiner deux grandes traditions des études grecques au Collège de France : l’approche épigraphique ainsi que l’approche de l’histoire des religions. L’élection de Mme Pirenne-Delforge constitue également un enrichissement important pour l’Institut des civilisations du Collège de France puisque ses recherches ouvriront aussi la voie à un travail comparatiste permettant une collaboration et un dialogue fructueux avec de nombreux collègues.

7Chère Vinciane, je vous souhaite une cordiale bienvenue au Collège de France et me réjouis, avec tous mes collègues, et tout le public, d’entendre votre leçon inaugurale.

Notes

1 Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Seuil, 1983 ; rééd. Points, coll. « Essais », 2014.

2 Vinciane Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque. Contribution à l’étude de ses cultes et de sa personnalité dans le panthéon archaïque et classique, Liège/Athènes, Centre international d’étude de la religion grecque antique, 1994 (Kernos, suppl. 4).

3 Vinciane Pirenne-Delforge, Retour à la source. Pausanias et la religion grecque, Liège/Athènes, Centre international d’étude de la religion grecque antique, 2008 (Kernos, suppl. 20).

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540