Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondialisation ou globalisation ? Les leçons de Simone Weil

 | 
Alain Supiot

Conclusion

La souveraineté de la limite

Alain Supiot

Texte intégral

1Le tranchant donné aux mots est indispensable aux opérations juridiques. Celles-ci relèvent d’une algèbre sociale, qui abstrait de l’infinie diversité des personnes, des choses et des actions, un nombre limité de catégories symboliques. Cette abstraction n’a pas que des avantages, mais elle a au moins celui de donner à la pensée des points de repères. Le Droit peut alors servir à s’approcher de ce que Simone Weil nomme, à propos du régime du travail, une « limite idéale » propre à s’orienter dans le monde et à peser sur sa transformation :

  • 1 S. Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale [1934], Paris, Gallima (...)

Il faudrait tout d’abord définir à titre de limite idéale les conditions objectives qui laisseraient place à une organisation sociale absolument pure d’oppression ; puis chercher par quels moyens et dans quelle mesure on peut transformer les conditions effectivement données de manière à les rapprocher de cet idéal ; trouver quelle est la forme la moins oppressive d’organisation sociale pour un ensemble de conditions objectives déterminées ; enfin définir dans ce domaine le pouvoir d’action et les responsabilités des individus considérés comme tels. À cette condition seulement l’action politique pourrait devenir quelque chose d’analogue à un travail, au lieu d’être, comme ce fut le cas jusqu’ici, soit un jeu, soit une branche de la magie1.

  • 2 Préambule de la Constitution de 1946, repris par la Constitution de 1958.
  • 3 Intitulé de la quatrième partie de la Constitution de l’Inde (1949).

2Définir un idéal et les conditions de sa réalisation ; chercher les moyens de s’en rapprocher ; situer le réalisable dans les conditions présentes ; et, enfin, agir pour l’atteindre : voilà le moteur à quatre temps d’un réformisme véritable. C’est celui qui fut mis en mouvement dans l’après-guerre, à l’échelle internationale, par la Déclaration de Philadelphie, par la Déclaration universelle de 1948 et par la création de l’ONU ; et à l’échelle nationale par l’instauration de l’État social, chargé de mettre en œuvre ce qu’on a nommé en France « les principes politiques, économiques et sociaux particulièrement nécessaires à notre temps2 » et en Inde les « Principes directeurs de la politique de l’État3 ».

  • 4 S. Weil, La Personne et le Sacré, préf. de F. de Lussy, Paris, R&N Éditions, 2016, p. 56-57.
  • 5 Cf. A. Supiot, « Poïétique de la justice », in Y. Cartuyvels et al. (dir.), Le Droit malgré tout : (...)

3Simone Weil aurait situé ces textes dans la « région moyenne » du Droit et de la démocratie. Le Droit est comme un écran où se projette un idéal de justice. Cet idéal ne doit pas être enfermé dans des mots pour que sa « traction » continue de s’exercer et d’inspirer la pensée et l’action qui se déploient sur le terrain juridique et politique4. Cette métaphore du Droit comme écran, qui tout à la fois montre et nous sépare de la justice, est en réalité fort ancienne, sans doute parce qu’elle véhicule un fond de vérité que chaque génération redécouvre5. Mais Simone Weil éclaire le sens et la portée de cette métaphore en situant le Droit dans une « région moyenne », sorte de purgatoire entre le Ciel de la justice et l’Enfer de la force brute.

  • 6 S. Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, op. cit., p. 85.

4C’est dans ce purgatoire que travaillent les juristes, en usant comme autant d’outils de notions et concepts, qui « font fonction de réalités dont les choses réelles ne constitueraient que les ombres6 ». Car tel est en effet le prix qu’ils doivent payer pour que leurs outils soient tranchants : ils doivent renoncer à prétendre saisir directement les réalités humaines et admettre la médiocrité de leurs catégories de pensée. Mieux, ils doivent se faire les gardiens de la conscience de cette médiocrité et ne cesser de la rappeler aux scientifiques, lorsqu’ils transportent ces catégories en biologie, en économie ou en sociologie, sans prendre conscience de leur charge normative.

  • 7 Gandhi, Hind Swaraj [1905], trad. fr. d’Annie Montaut : Hind Swaraj. L’émancipation à l’indienne, (...)
  • 8 S. Weil, La Personne et le Sacré, op. cit., p. 57.
  • 9 Cf. A. Supiot, « Simone Weil, juriste du travail », Cahiers Simone Weil, t. XXXIII, no 1, mars 201 (...)

5Mais tout en rappelant ainsi les juristes à la médiocrité de leurs instruments, Simone Weil – elle diffère sur ce point de Gandhi7 – reconnaît la légitimité de leur tâche. Non seulement elle admet que « les mots de la région moyenne, droit, démocratie, personne, sont de bon usage dans leur région, celle des institutions moyennes8 », mais elle a tiré elle-même de son expérience ouvrière et syndicale un arsenal de préconisations juridiques concrètes, dont l’évolution ultérieure du droit du travail a montré le caractère extraordinairement prémonitoire9. Plus généralement, elle a indiqué ce bon usage en des termes dont la clarté et la simplicité évoquent Montesquieu :

  • 10 S. Weil, L’Enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain [1943], in : Œ (...)

Il faut que les règles soient assez raisonnables et assez simples pour que quiconque le désire et dispose d’une faculté moyenne d’attention puisse comprendre, d’une part l’utilité à laquelle elles correspondent, d’autre part les nécessités de fait qui les ont imposées. Il faut qu’elles émanent d’une autorité qui ne soit pas regardée comme étrangère ou ennemie, qui soit aimée comme appartenant à ceux qu’elle dirige. Il faut qu’elles soient assez stables, assez peu nombreuses, assez générales, pour que la pensée puisse se les assimiler une fois pour toutes, et non pas se heurter contre elles toutes les fois qu’il y a une décision à prendre10.

6En somme, le bon usage du Droit a pour condition première la reconnaissance de ses limites. Reconnaissance d’autant plus indispensable que sa fonction première est de tracer lui-même des limites assez fermes pour brider la loi du plus fort et assez claires et stables pour que les hommes puissent exercer sur un pied d’égalité leurs libertés individuelles et collectives.

7On retient généralement de la dimension juridique de l’œuvre de Simone Weil la thèse – choquante pour les esprits modernes – de la primauté de l’obligation sur les droits. Mais on y trouve aussi matière à reconsidérer notre conception de la souveraineté. Celle-ci s’y trouve abordée de façon presque elliptique, à la fin d’une analyse des « merveilleux petits mécanismes » par la magie desquels les idéologies contemporaines prétendent concilier le primat qu’elles accordent à la force avec l’établissement de la justice dans les affaires humaines. Une telle prétention témoigne d’une hypocrisie et d’une improbité intellectuelle dont Hitler a tiré argument pour affirmer que la société des hommes ne devait pas être régie par d’autres lois que celles du darwinisme social, c’est-à-dire de l’asservissement ou de l’élimination des faibles par les forts. À ce réalisme apparent du primat de la force – explicite dans le nazisme et implicite dans l’ordre spontané du Marché ou le socialisme scientifique – Simone Weil répond ceci :

  • 11 S. Weil, L’Enracinement, in : Œuvres, éd. par F. de Lussy, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 199 (...)

La force brute n’est pas souveraine ici-bas. Elle est par nature aveugle et indéterminée. Ce qui est souverain ici-bas, c’est la détermination, la limite11.

  • 12 Cf. C. Pornschlegel, « La question du pouvoir dans les opéras de Mozart », in A. Supiot (dir.), Ti (...)

8Cette notation ponctuelle donne à penser les paradoxes de la souveraineté, qui ne peut s’affirmer comme telle que moyennant l’intériorisation de sa propre limite. Mozart a mis ce paradoxe en musique dans L’Enlèvement au sérail12, qui met en scène le pacha Selim et la belle Constance, sa nouvelle et fraîche captive. Selim la désire, il pourrait la contraindre, mais il ne pourrait le faire sans ruiner sa position souveraine, aussi la libère-t-il à la fin du drame. Le souverain n’est pas, contrairement à ce qu’affirme Carl Schmitt, celui qui décide dans une situation exceptionnelle, c’est celui qui, étant capable de trouver la limite en lui, jamais ne se heurte à une limite extérieure à lui. Car à l’inverse, celui qui cède à l’hubris de sa puissance, faute de se limiter lui-même, trouvera nécessairement sa limite hors de lui, comme Hitler dans son bunker fin avril 1945.

  • 13 Cf. Gandhi, Hind Swaraj. L’émancipation à l’indienne, op. cit., préf. de C. Malamoud, citée p. 13. (...)
  • 14 G. Scholem, Les Grands Courants de la mystique juive, Paris, Payot, 1977, coll. « Petite Bibliothè (...)

9On pourrait en réalité trouver avant et après Simone Weil de nombreuses autres manifestations de cette idée de souveraineté de la limite. Ainsi Charles Malamoud dans son introduction au Hind Swaraj de Gandhi montre que cette notion de swaraj, utilisée pour décrire l’émancipation de l’Inde, s’est entendue aussi et d’abord dans l’Inde ancienne, de la vertu individuelle de celui qui, étant « en possession de soi-même, doit toujours se fixer sur le dharma [sur les devoirs que lui prescrit la loi, l’ordre du monde]13 ». L’idée voisine, avancée par Simone Weil, de l’autolimitation de Dieu, du retrait de sa toute-­puissance comme condition première de la liberté humaine, se trouve déjà dans la Kabbale, avec la doctrine du Tsimtsoum, analysée par Gershom Scholem dans son maître-livre sur la mystique juive14.

  • 15 Cf. T. Berns, Souveraineté, droit et gouvernementalité : lectures du politique à partir de Bodin, (...)
  • 16 « The king must not be under man but under God and under the law, because the law makes the king, (...)

10Cette exigence s’impose aussi à l’État, qui se nie lui-même dès qu’il outrepasse les limites juridiques qu’il a lui-même posées. Dans la tradition juridique occidentale, la loi n’est pas le simple instrument d’un pouvoir souverain, mais son élément constitutif15. Dès le xiiie siècle, Henry de Bracton affirmait que « c’est la loi qui fait le roi, car il n’y a pas de rex là où règne la volonté plutôt que la lex16 ». Ce n’est donc pas parce que la volonté du gouvernant est souveraine qu’elle est source de la loi : c’est au contraire parce qu’elle est source de la loi que sa volonté est souveraine. Ce qu’exprime cette devise du xviie siècle – dont l’emblème en forme de globe invite à penser la mondialisation :

  • 17 Extrait des Devises pour les tapisseries du Roi, manuscrit illustré par Jacques Bailly, textes de (...)

Nusquam data littora transit17.

« Quelque vaste que soit l’océan, il ne passe jamais les limites que le doigt de Dieu lui a marquées sur son rivage. Ainsi quelque grande soit la puissance de sa Majesté, elle ne va jamais au-delà des bornes de la Justice, qui sont les seules que Dieu lui a données et que sa conscience rend inviolable. »

Charles Le Brun, emblème avec devise Nusquam data littora transit, gravure, xviie siècle.

© MAK – Österreichisches Museum für angewandte Kunst / Gegenwartskunst / Bibliothek und Kunstblättersammlung CC0 Public Domain Dedication 1.0.

  • 18 Date de publication sous l’égide du Club de Rome du rapport The Limits to Growth, aussi connu comm (...)

11La globalisation, au contraire, se définit par le no limit ou le beyond any limit. L’idée de « limites de la croissance », après avoir émergé en 197218, a complètement disparu de l’agenda des organisations internationales, laissant place à celle de « développement durable », oxymore d’un développement sans limites.

  • 19 Selon les dernières données publiées par l’ONG Global Footprint Network, le jour de dépassement de (...)

12Les politiques conduites sous l’égide de la globalisation consistent partout à « libérer les forces de la croissance » par une mobilisation totale des forces productives, qu’il s’agisse de la nature ou des hommes. Nonobstant les proclamations de responsabilité sociale et environnementale, l’empreinte écologique de l’être humain sur notre planète dépasse chaque année un peu plus depuis 1971 les capacités de régénération biologique de celle-ci19.

13Dans le même temps, toutes les limites édifiées par le droit du travail à l’exploitation des hommes sont remises en cause par des « réformes structurelles » visant à libérer les forces du marché du travail. On ne se donne même plus, en effet, la peine de parler de droit du travail pour désigner l’objet de ces réformes, qui n’est pas de fixer un cadre stable à la liberté d’agir, mais d’engager toutes les entreprises dans une course sans fin à l’augmentation du rendement du « capital humain ».

  • 20 S. Weil, « La science et nous », in : Sur la science, Paris, Gallimard, coll. « Espoir », 1966, p. (...)
  • 21 Cf. A. Supiot, La Gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, Faya (...)

14Selon Simone Weil, la réification taylorienne du travail a été un sous-produit de la science classique, qui soumet toute étude d’un phénomène de la nature à une notion unique, directement dérivée de celle de travail : la notion d’énergie, mesurée en distance et en poids. Après que l’énergie eut été ainsi conçue par la science sur le modèle du travail d’un esclave, dénué de toute intention propre, le taylorisme a projeté ce modèle sur le travail ouvrier, ouvrant la voie à sa déshumanisation20. Le contenu de ces représentations a changé avec le passage de la science classique à la science contemporaine et du taylorisme à la gouvernance par les nombres. Celle-ci traite le travailleur comme une machine intelligente et non plus comme un rouage décérébré. Mais elle procède elle aussi d’un double mouvement de projection sur la nature d’une certaine image de l’homme et de rétroprojection sur l’homme de la représentation ainsi chosifiée. Après avoir conçu l’ordinateur sur le modèle de ce que l’on pensait être le fonctionnement cérébral, on a projeté ce modèle sur le travail intellectuel, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles formes de déshumanisation21.

  • 22 Laurent Lafforgue (médaille Fields 2002), « Simone Weil et la mathématique », Paris, Bibliothèque (...)

15Parfaitement au fait des derniers progrès de la science de son temps (notamment grâce à son frère mathématicien, André, et à ses amis du groupe Bourbaki), Simone Weil n’a pas seulement compris que le taylorisme reposait sur une vision déjà dépassée de la science, elle a aussi prévu les ravages que pourraient causer les derniers développements de celle-ci ; notamment l’algorithmique (qu’elle nomme « algèbre » au sens large), qui substitue le signe au signifié et pousse à concevoir la pensée elle-même sur le modèle de l’outil. Ainsi que l’a noté Laurent Lafforgue dans le beau texte qu’il a consacré à « Simone Weil et la mathématique22 », on trouve dans les Cahiers de celle-ci deux définitions du mot algèbre, la première étant mise en parallèle avec le travail moderne et la seconde avec les nouvelles machines :

  • 23 S. Weil, Cahier I, in : Œuvres complètes, Paris, Gallimard, t. VI, vol. 1 : Cahiers (1933-septembr (...)

Travail moderne : substitution du moyen à la fin.
Algèbre moderne : substitution du signe au signifié23.

  • 24 Ibid., p. 97.

Machine : la méthode se trouve dans la chose, non dans l’esprit.
Algèbre : la méthode se trouve dans les signes, non dans l’esprit24.

  • 25 « ARGENT, MACHINISME, ALGÈBRE. Les trois monstres de la civilisation actuelle. Analogie complète  (...)

16Cette analogie du machinisme et de l’algorithmique, qu’elle étend quelques pages plus loin à l’argent25, la conduisait à prédire la réification – aujourd’hui en cours – des tâches intellectuelles qui avaient échappé à la rationalisation taylorienne du travail :

  • 26 Ibid., p. 97-98.

Ces applications automatiques conduisent elles-mêmes à du nouveau ; alors on invente sans penser – c’est bien le pire. Dès lors la pensée elle-même – ou plutôt ce qui en tient lieu – devient un outil […]. D’où ce paradoxe : c’est la chose qui pense, et l’homme qui est réduit à l’état de chose26.

  • 27 Cf. M. Volle, Iconomie, Paris, Economica, 2014, p. 105 sq. et, du même auteur, « Anatomie de l’ent (...)

17De fait, on n’a pas encore pris conscience de la portée du déplacement massif du travail humain de la main-d’œuvre au « cerveau d’œuvre27 ». Les nouvelles technologies sont aujourd’hui utilisées, non pour réduire la peine des hommes, mais pour asservir leurs esprits, là où le taylorisme se contentait d’asservir leurs corps. Le mot d’ordre de l’« ubérisation du travail » est celui que dénonçait de façon prémonitoire Simone Weil lorsqu’elle écrivait :

  • 28 S. Weil, Lettres à un ingénieur directeur d’usine [1936], in : La Condition ouvrière, Paris, Galli (...)

S’il fallait à la fois subir la subordination de l’esclave et courir les dangers de l’homme libre, ce serait trop28.

  • 29 Voir L. Lesnard, La Famille désarticulée, Paris, PUF, 2009.

18La course sans fin à l’augmentation d’un rendement calculé sur la base trompeuse de résultats comptables applique aux hommes la foi dans les vertus de la destruction créatrice, sans comptabiliser jamais les dégâts et déchets qui en résultent. La liste de ceux-ci serait trop longue à dresser, mais tous concourent à la perte de la fonction anthropologique du travail, qu’il s’agisse des risques psychosociaux, de la destruction des cadres familiaux de l’éducation des enfants29 ou de l’exclusion et de la marginalisation de pans entiers de la jeunesse, déclarée excédentaire et réduite à l’inactivité, la précarité ou l’émigration. Le Global Race – la course à l’avantage compétitif – où se trouvent engagés tous les travailleurs de tous les pays ne tient pas davantage compte de la perte d’autonomie économique et alimentaire qu’elle provoque ni de son énorme empreinte écologique. La globalisation ne connaît pas la diversité des cultures et des territoires, ni les distances qui les séparent. Elle est aveugle au fait que cette diversité – et celle des langues qui les portent – est aussi vitale pour l’humanité que la biodiversité. Elle repose enfin sur la promesse d’une convergence des cultures et des modes de vie et de consommation sur un modèle unique, dont on sait très bien qu’il ne serait pas écologiquement soutenable.

19La globalisation nous engage ainsi à envisager le monde comme une ressource à exploiter, et non comme un milieu vital dont la survie suppose de respecter la diversité.

  • 30 Voir Assemblée générale des Nations unies, Projet de document final du Sommet des Nations unies co (...)
  • 31 Cf. Nations unies, CES, Report of the Inter-Agency and Expert Group on Sustainable Development Goa (...)

20Cette approche managériale du globe est à l’œuvre dans les Objectifs de développement durable (ODD, ou en anglais SDG : Sustainable Development Goals) adoptés par les Nations unies dans leur Agenda 2030. Au nombre de 17, ces objectifs sont déclinés en 169 cibles30, dont l’atteinte sera mesurée par une batterie d’environ 230 indicateurs de performance31. La planète est envisagée ici comme une immense entreprise à laquelle il conviendrait d’appliquer toutes les recettes de la gouvernance par les nombres.

21L’Agenda 2030 se présente comme un catalogue de bonnes intentions, qu’il faudrait être bien méchant pour ne pas partager, comme il faudrait être bien aveugle pour ignorer les maux dont les objectifs de développement durable sont en quelque sorte l’image inversée : creusement vertigineux des inégalités, périls écologiques majeurs, chômage et précarité économique de masse, dégradation de l’éducation et des services publics de base, institutions inefficaces, irresponsables ou corrompues, montée des intolérances, des fanatismes et de formes inédites de violence. On ne saurait mettre en doute la bonne volonté politique qui anime ces objectifs, ni la légitimité des fins qu’ils poursuivent. Mais on est en droit de s’interroger sur la pertinence des méthodes, des concepts et des moyens mobilisés pour les atteindre.

  • 32 Cf. A. Cissé-Niang, « L’interdiction du travail des enfants vue d’Afrique », Semaine sociale Lamy, (...)
  • 33 Cf. O. Sidibé, Les Indicateurs de performance améliorent-ils l’efficacité de l’aide au développeme (...)

22L’Agenda 2030 tient par ailleurs pour acquis l’universalité des concepts qu’il met en œuvre, sans tenir compte un seul instant de la diversité des langues et des cultures. Ainsi, par exemple, l’objectif 8.2 visant à « mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes » assimile étourdiment le travail au travail dans la sphère marchande. On ne voit pas bien en effet comment on pourrait, sans faire travailler les enfants à l’école, atteindre l’objectif 4 visant à « faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire ». L’un des problèmes majeurs posé à l’éducation des mineurs dans de nombreux pays – à commencer par de nombreux pays du « Nord » – est aujourd’hui à l’inverse leur exclusion de toute expérience du travail, dont on sait pourtant le rôle majeur dans la formation et l’éducation de tout être humain. De ce point de vue, on ne peut que regretter qu’aucune attention n’ait été portée par les rédacteurs de cet objectif aux dispositions de l’article 15-1 de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant (1990), selon lesquelles « [l]’enfant est protégé de toute forme d’exploitation économique et de l’exercice d’un travail qui comporte probablement des dangers ou qui risque de perturber l’éducation de l’enfant ou de compromettre sa santé ou son développement physique, mental, spirituel, moral et social32 ». Faire de l’augmentation du taux de scolarité l’un des « indicateurs-objectifs » du développement a conduit à des effets désastreux dans des pays auxquels on enjoint par ailleurs de réduire le nombre des enseignants au nom de la maîtrise de la dépense publique33.

  • 34 Cf. J. Nguebou-Toukam et M. Fabre-Magnan, « La tontine : une leçon africaine de solidarité », in (...)

23On pourrait en dire autant du concept de « pauvreté », dont les sens ont varié en Occident même (où elle a pu être célébrée comme un idéal de vie, à juste distance de la misère et de la richesse) et qui dans de nombreux pays africains s’entendait et s’entend encore comme un manque de liens personnels sur lesquels s’appuyer pour faire face aux risques de l’existence34.

  • 35 Cf., en ce sens, les travaux de Mireille Delmas-Marty et, en dernier lieu, Aux quatre vents du mon (...)

24Enfin, les Objectifs de développement durable témoignent des inconvénients du primat donné aux droits subjectifs lors de la refondation de l’ordre juridique mondial aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Chacun des habitants de la planète Terre est titulaire de droits : droits à la santé, au travail, à l’éducation, à un environnement sain, mais ces droits avec un d minuscule n’étant enracinés dans aucun Droit avec un D majuscule, leur réalisation relève d’un ordre gestionnaire et non d’un ordre juridique. Pour le dire plus brutalement, ces droits sont, au fond, inopposables. Or un Droit mondial uniforme est une chimère, ne serait-ce qu’en raison des limites cognitives des catégories juridiques qui toujours s’enracinent dans une langue et une culture donnée. Pour être stable et juste, un ordre juridique mondial ne doit pas tendre à l’uniformité, mais être conçu comme une mosaïque de systèmes différents, et néanmoins solidaires. Chacun de ces systèmes doit être conscient de ses limites propres et donc de ce qui, tout à la fois, le sépare et le relie aux autres35.

  • 36 La conscience de cette limite est donc le point à partir duquel concevoir une politique de mondial (...)

25Il faut le répéter : celui qui ne trouve pas la limite en lui est condamné à la découvrir en dehors de lui. Ceci ne vaut pas seulement pour les individus, mais aussi pour les sociétés. L’ignorance volontaire des limites humaines, écologiques et culturelles de la globalisation condamne nécessairement celle-ci à rencontrer sa limite catastrophique36.

  • 37 S. Mourad, La Mosaïque de l’islam. Entretien sur le Coran et le djihadisme avec Perry Anderson, Pa (...)

26Cette présomption forte doit-elle nous conduire à viser un retour aux limites et aux sécurités d’antan ? La tentation de ce retour est à l’œuvre dans les repliements identitaires de tout bord qui visent à se protéger des effets dissolvants de la globalisation en restaurant des solidarités ethniques, nationales ou religieuses. Ce retour à un passé largement fantasmé prend une forme meurtrière, mais idéale-typique, dans le cas du fondamentalisme islamique. Avatar monstrueux de la globalisation, l’islamisme entend lui aussi soumettre la planète entière à une Loi intemporelle et universelle, et il est lui aussi un ennemi résolu de la diversité des écoles juridiques, des mœurs et des traditions, diversité constitutive de ce que Suleiman Mourad a nommé la « mosaïque de l’islam37 ». Même s’il est le plus sanglant, le fondamentalisme islamique n’est pas le seul symptôme des réactions identitaires auxquelles commence à se heurter le rouleau compresseur de la globalisation. La floraison à la tête de nombreux États de la planète d’hommes forts à l’esprit faible, mais aussi le Brexit et la fragmentation de l’Union européenne, sont autant de signaux des limites catastrophiques du processus de globalisation.

27Penser en termes de mondialisation pourrait aider à échapper à cette dynamique autodestructrice. Dessinant la limite idéale d’un monde vivable, pacifié et solidaire, la mondialisation nous invite à prendre conscience des moyens de l’atteindre et des obstacles qui nous en séparent.

  • 38 Cf. sur ce point les fines analyses du fonctionnement du GIEC par Olivier Leclerc, in R. Encinas d (...)

28Un pas en ce sens a indéniablement été franchi par l’Accord de Paris sur le climat. En dépit de ses faiblesses et défauts, cet accord contient plusieurs linéaments de ce que pourrait être une politique de mondialisation. Il procède de constats partagés dans des conditions qui articulent intelligemment le savant et le politique38 ; les objectifs qu’il fixe sont le produit d’une concertation respectueuse de la diversité des situations locales et conduite – autant qu’il est possible – sur un pied d’égalité ; enfin, il institue entre ces pays une solidarité financière, qui tient compte des responsabilités et des besoins de chacun. Sa grande faiblesse est de viser à réduire l’un des effets nocifs de la globalisation sans s’attaquer à ses causes et, notamment, à la course au moins-disant écologique auquel conduit inéluctablement la vision ricardienne de l’économie-monde. Une politique sérieuse de mondialisation ne pourra pas échapper à un tel retour critique sur les dogmes néolibéraux de la croissance illimitée, de la flexibilisation du travail et de l’hégémonisme culturel. Les institutions internationales existent, où ces questions pourraient être posées et débattues dans un sens qui tienne compte des conditions présentes.

  • 39 Aux origines de la notion de droit subjectif, on trouve ainsi l’obligation pesant sur les riches d (...)
  • 40 E. Christodoulidis, « Social rights constitutionalism: an antagonistic endorsement », Journal of L (...)
  • 41 Cf. les contributions réunies in A. Supiot (dir.), La Solidarité. Enquête sur un principe juridiqu (...)

29Penser en termes de mondialisation exige de rompre avec l’approche gestionnaire et de partir, ainsi que nous y invite la lecture de Simone Weil, de la souveraineté de la limite et du primat de l’obligation. Dans les mots imparfaits du droit, l’obligation première sur laquelle refonder un ordre mondial viable est le devoir de solidarité39. Ainsi que l’a montré Emilios Christodoulidis dans un article récent40, le principe de solidarité est le seul qui permette de donner leur juste place aux droits économiques, sociaux et culturels et écologiques, et de trancher le débat sur leur justiciabilité41.

30Le devoir de solidarité est la réponse juridique à l’interdépendance croissante des peuples, et lui seul peut permettre de faire face aux problèmes de la planète dans le respect de leur liberté et de leur diversité. L’entreprise qui use des libertés économiques qui lui sont accordées pour échapper aux impôts ou aux charges sociales des pays où elle réalise ses profits enfreint le devoir de solidarité. L’État qui prétend se retirer de l’Accord de Paris sur le climat pour se ménager un avantage comparatif enfreint le devoir de solidarité. Ce principe n’est pas en réalité inconnu de notre droit international et il inspire par exemple le préambule de l’Organisation internationale du travail (OIT), selon lequel :

La non-adoption par une nation quelconque d’un régime de travail réellement humain fait obstacle aux efforts des autres nations désireuses d’améliorer le sort des travailleurs dans leurs propres pays.

31Prendre au sérieux ce devoir de solidarité suppose de rappeler ceux qui l’enfreignent au sens de la limite, et cela ne peut se faire qu’en assortissant les droits et libertés économiques nées du libre-échange de devoirs correspondants. Autrement dit, les pays ou les entreprises qui font obstacle aux efforts des autres en matière sociale ou environnementale doivent en payer le prix par une réduction ou une suppression de ces droits et libertés économiques.

Notes

1 S. Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale [1934], Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1955, p. 31-32.

2 Préambule de la Constitution de 1946, repris par la Constitution de 1958.

3 Intitulé de la quatrième partie de la Constitution de l’Inde (1949).

4 S. Weil, La Personne et le Sacré, préf. de F. de Lussy, Paris, R&N Éditions, 2016, p. 56-57.

5 Cf. A. Supiot, « Poïétique de la justice », in Y. Cartuyvels et al. (dir.), Le Droit malgré tout : hommage à François Ost, Bruxelles, Presses de l’université Saint-Louis, 2018, p. 339-358.

6 S. Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, op. cit., p. 85.

7 Gandhi, Hind Swaraj [1905], trad. fr. d’Annie Montaut : Hind Swaraj. L’émancipation à l’indienne, Paris, Fayard/Institut d’études avancées de Nantes, coll. « Poids et mesures du monde », 2014, chap. 11, p. 121-124.

8 S. Weil, La Personne et le Sacré, op. cit., p. 57.

9 Cf. A. Supiot, « Simone Weil, juriste du travail », Cahiers Simone Weil, t. XXXIII, no 1, mars 2010, p. 3-43.

10 S. Weil, L’Enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain [1943], in : Œuvres, éd. par F. de Lussy, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1999, p. 1033.

11 S. Weil, L’Enracinement, in : Œuvres, éd. par F. de Lussy, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1999, p. 1207.

12 Cf. C. Pornschlegel, « La question du pouvoir dans les opéras de Mozart », in A. Supiot (dir.), Tisser le lien social, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

13 Cf. Gandhi, Hind Swaraj. L’émancipation à l’indienne, op. cit., préf. de C. Malamoud, citée p. 13. Ainsi que le rapporte ailleurs Charles Malamoud, la mort est dans l’Inde ancienne la limite prototypique qui fonde le système des normes et le dieu védique de la mort, Yama, est aussi le Dharma, le dieu des lois. Cf. C. Malamoud, Le Jumeau solaire, Paris, Seuil, 2002, p. 8 sq.

14 G. Scholem, Les Grands Courants de la mystique juive, Paris, Payot, 1977, coll. « Petite Bibliothèque », p. 277 sq.

15 Cf. T. Berns, Souveraineté, droit et gouvernementalité : lectures du politique à partir de Bodin, Bruxelles, Léo Scheer, 2005. Sur l’importance particulière de la justice dans la royauté médiévale, voir R. Colson, La Fonction de juger. Étude historique et positive, Clermont-Ferrand, Presses universitaires de Clermont-Ferrand, 2006.

16 « The king must not be under man but under God and under the law, because the law makes the king, for there is no rex where will rules rather than lex », Bracton (ca. 1210-1268), De legibus et consuetudinibus Angliae.

17 Extrait des Devises pour les tapisseries du Roi, manuscrit illustré par Jacques Bailly, textes de Perrault, Charpentier et Cassagnes, BNF, ca. 1665, éd. par M. Grival et M. Fumaroli, Paris, Herscher, 1988. Voir aussi C. Perrault, Discours sur l’art des devises, in L. Grove (éd.), Emblematics and Seventeenth-Century French Literature: Descartes, Tristan, La Fontaine, and Perrault, Charlottesville (Virginie), Rookwood Press, 2000, p. 237-238.

18 Date de publication sous l’égide du Club de Rome du rapport The Limits to Growth, aussi connu comme Rapport Meadows, du nom de deux des chercheurs du MIT ayant dirigé cette étude. Ce rapport a été publié en France sous le titre Halte à la croissance, Paris, Fayard, 1973. Ses auteurs ont publié en 2004 une mise à jour montrant qu’en trente ans, c’est le scénario le plus pessimiste d’ignorance de ces limites qui avait prévalu (D. Meadows et J. Renders, Limits to Growth. The 30-Year Update, White River Junction, Chelsea Green Publishing, 2004).

19 Selon les dernières données publiées par l’ONG Global Footprint Network, le jour de dépassement de ces capacités (the Earth Overshoot Day), qui était le 21 décembre en 1971, n’a cessé d’avancer dans l’année pour tomber au 1er août en 2018.

20 S. Weil, « La science et nous », in : Sur la science, Paris, Gallimard, coll. « Espoir », 1966, p. 125-131.

21 Cf. A. Supiot, La Gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, Fayard, coll. « Poids et mesures du monde », 2015.

22 Laurent Lafforgue (médaille Fields 2002), « Simone Weil et la mathématique », Paris, Bibliothèque nationale de France, 23 octobre 2009, disponible sur le site de l’auteur : https://www.laurentlafforgue.org/textes/SimoneWeilMathematique.pdf.

23 S. Weil, Cahier I, in : Œuvres complètes, Paris, Gallimard, t. VI, vol. 1 : Cahiers (1933-septembre 1941), édition publiée sous la direction d’André Devaux et Florence de Lussy, 1994, p. 94.

24 Ibid., p. 97.

25 « ARGENT, MACHINISME, ALGÈBRE. Les trois monstres de la civilisation actuelle. Analogie complète », ibid., p. 100.

26 Ibid., p. 97-98.

27 Cf. M. Volle, Iconomie, Paris, Economica, 2014, p. 105 sq. et, du même auteur, « Anatomie de l’entreprise. Pathologies et diagnostic », in P. Musso (dir.), L’Entreprise contre l’État ?, Paris, Manucius, 2017, p. 129-139.

28 S. Weil, Lettres à un ingénieur directeur d’usine [1936], in : La Condition ouvrière, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1951, p. 187.

29 Voir L. Lesnard, La Famille désarticulée, Paris, PUF, 2009.

30 Voir Assemblée générale des Nations unies, Projet de document final du Sommet des Nations unies consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après-2015 [en ligne], New York, Nations unies, 12 août 2015 : www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/69/L.85&Lang=F.

31 Cf. Nations unies, CES, Report of the Inter-Agency and Expert Group on Sustainable Development Goal Indicators, annexe 4 : Final list of proposed Sustainable Development Goal indicators, 8-11 mars 2016 (ref E/CN.3/2016/2/Rev.1).

32 Cf. A. Cissé-Niang, « L’interdiction du travail des enfants vue d’Afrique », Semaine sociale Lamy, octobre 2002, supplément 1095, p. 9-13.

33 Cf. O. Sidibé, Les Indicateurs de performance améliorent-ils l’efficacité de l’aide au développement ?, Institut d’études avancées de Nantes, 2009, accessible en ligne sur le site de l’institut : https://www.iea-nantes.fr/fr/actualites/les-indicateurs-de-performance-ameliorent-ils-l-efficacite-de-l-aide-au-developpement_69.

34 Cf. J. Nguebou-Toukam et M. Fabre-Magnan, « La tontine : une leçon africaine de solidarité », in Y. Le Gall, D. Gaurier et P.-Y. Legal, Du droit du travail aux droits de l’humanité. Études offertes à Philippe-Jean Hesse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 299-310.

35 Cf., en ce sens, les travaux de Mireille Delmas-Marty et, en dernier lieu, Aux quatre vents du monde. Petit guide de navigation sur l’océan de la mondialisation, Paris, Seuil, 2016.

36 La conscience de cette limite est donc le point à partir duquel concevoir une politique de mondialisation. Voir, en ce sens, J.-P. Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil, coll. « Points/Essais », 2004.

37 S. Mourad, La Mosaïque de l’islam. Entretien sur le Coran et le djihadisme avec Perry Anderson, Paris/Nantes, Fayard/Institut d’études avancées de Nantes, coll. « Poids et mesures du monde », 2016.

38 Cf. sur ce point les fines analyses du fonctionnement du GIEC par Olivier Leclerc, in R. Encinas de Munagorri (dir.), Expertise et gouvernance du changement climatique, Paris, LGDJ, coll. « Droit et société », 2009, p. 59-92.

39 Aux origines de la notion de droit subjectif, on trouve ainsi l’obligation pesant sur les riches de donner leur superflu à ceux qui sont dans le besoin, d’où les canonistes déduisirent pour la première fois au xiie siècle un droit du pauvre à ne pas mourir de faim (Cf. B. Tierney, The Idea of Natural Rights. Studies on Natural Rights, Natural Law and Church Law, 1150-1625, Michigan/Cambridge, Eerdmans, 1997, p. 70 sq.).

40 E. Christodoulidis, « Social rights constitutionalism: an antagonistic endorsement », Journal of Law and Society, vol. 44, no 1, mars 2017, p. 123-149.

41 Cf. les contributions réunies in A. Supiot (dir.), La Solidarité. Enquête sur un principe juridique, Paris, Odile Jacob, coll. « Travaux du Collège de France », 2015.

Table des illustrations

Légende Charles Le Brun, emblème avec devise Nusquam data littora transit, gravure, xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/6088/img-1.jpg
Fichier image/, 2,2M

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540