Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mondialisation ou globalisation ? Les leçons de Simone Weil

 | 
Alain Supiot

Partie III – Les conditions d’un travail non servile

De Simone Weil à André Gorz : travail ou non-travail ?

Robert Chenavier

Texte intégral

« La révolution est un travail… »
S. Weil, Lettre à Urbain Thévenon, février 1933, La Révolution prolétarienne, p. 17 (161).

« Il ne s’agit plus de conquérir du pouvoir comme travailleur mais de conquérir le pouvoir de ne plus fonctionner comme travailleur. Il ne s’agit plus du tout du même pouvoir. »
A. Gorz, Adieux au prolétariat, Paris, Galilée, 1980, p. 93.

  • 1 Les écrits de Simone Weil réunis dans les Œuvres complètes (Paris, Gallimard) sont cités de la faç (...)

1Dans ses Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, rédigées en 19341, Simone Weil précisait :

  • 2 S. Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale (qu’on abrégera désorm (...)

Nous vivons une période où l’axe même du système social est pour ainsi dire en train de se retourner. [...] Il s’agit à présent dans la lutte pour la puissance économique bien moins de construire que de conquérir ; et comme la conquête est destructrice, le système capitaliste [...] s’oriente tout entier vers la destruction2.

  • 3 Voir J. Grinevald, introduction à l’ouvrage de N. Georgescu-Roegen, La Décroissance, Paris, Sang d (...)
  • 4 Retenant les leçons de la thermodynamique, Simone Weil corrige ainsi la formule de Georg Wilhelm F (...)
  • 5 S. Weil, « Y a-t-il une doctrine marxiste ? », Oppression et Liberté, Paris, Gallimard, 1955, p. 2 (...)
  • 6 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 38.

2Elle a perçu que la société industrielle a fait de l’homme un véritable « agent géologique3 » qui provoque dans les bases matérielles de sa vie des transformations irréversibles, avec une dégradation irrévocable4. L’ignorance des leçons de la thermodynamique conjuguée à l’ivresse du « progrès technique » nous empêchent de percevoir la nouveauté de cette situation. Nous préférons suivre la « coutume vicieuse de l’extrapolation sans contrôle5 » qui nous fait espérer que le système industriel pourra indéfiniment « produire plus avec un effort moindre6 ».

  • 7 Ibid., p. 89-90.
  • 8 S. Weil, Cahiers, OC VI, 2, p. 214. Elle écrit également : « Il suffirait au travailleur d’étendre (...)

3À ce défaut de l’extrapolation, Simone Weil oppose un principe de réalité : il faut raisonner en termes de travail, de travaux économisés, dépensés ou gaspillés, alors que le capitalisme et le marxisme ont habitué au point de vue « comptable », celui du profit ou de l’extorsion d’un surtravail. Quel intérêt peut bien présenter, dans ces conditions, le rapprochement de la pensée de Simone Weil avec celle d’André Gorz ? À première vue, tout les oppose. En 1934, Simone Weil affirmait – elle n’a jamais varié sur ce point – que la « civilisation la plus pleinement humaine serait […] celle où le travail manuel constituerait la suprême valeur7 ». Elle observera plus tard, dans ses Cahiers, que « la profession donne à des hommes moyens, pour les objets qui s’y rapportent, des vertus qui, si elles s’étendaient à toutes les circonstances de la vie, en feraient des saints ou des héros8 ».

  • 9 A. Gorz, Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme, Paris, Galilée, 1980, p. 114.
  • 10 Ibid., p. 93.

4La question qui traverse l’œuvre de Simone Weil est donc la suivante : que doit être le travail, dans son contenu et dans sa forme quotidienne, pour qu’il permette de transférer hors de sa sphère propre – dans toutes les activités, sans exception – les vertus et les valeurs qu’il est censé porter ? Pour André Gorz, au contraire, la « “vraie vie” commence hors du travail, le travail devient un moyen pour élargir la sphère du non-travail, il est l’occupation temporaire par laquelle les individus acquièrent la possibilité de poursuivre leurs activités principales9 », qui sont des activités choisies. Il résume ainsi sa thèse : « Il ne s’agit plus de conquérir du pouvoir comme travailleur, mais de conquérir le pouvoir de ne plus fonctionner comme travailleur10. » Dépasser le capitalisme – la seule société entièrement fondée sur le travail –, ce serait passer à une société où le travail ne serait pas l’activité essentielle des individus et où le travail-emploi ne serait plus le fondement des rapports sociaux.

5Toute l’opposition entre Simone Weil et André Gorz est résumée dans ces quelques remarques préalables. On ne saurait pourtant en rester là. Examinons d’abord la manière dont Simone Weil a défendu ses positions sur la priorité à donner au travail.

La doctrine de Simone Weil et les problèmes d’aujourd’hui

Effritement ou effondrement de la société salariale ?

  • 11 S. Weil, « Le capital et l’ouvrier », OC II, 1, p. 94.
  • 12 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 46. Une variante définit l’oppression comme un « abus de dominat (...)
  • 13 S. Weil, ébauche de « Perspectives », Oppression et Liberté, op. cit., p. 261.

6Simone Weil a perçu l’essentiel des tendances du développement industriel et des impasses auxquelles il conduit. À partir de quoi elle a défini, dès 1932, la question sociale : il s’agit de « rétablir la domination du travailleur sur les conditions du travail, sans détruire la forme collective que le capitalisme a imprimée à la production11 ». On ne pourra jamais éliminer totalement les « nécessités naturelles et la contrainte sociale qui en résulte », mais on peut « concevoir une organisation de la production qui […] leur permettrait du moins de s’exercer sans écraser sous l’oppression les esprits et les corps12 ». Or, la transformation du capitalisme a provoqué des formes nouvelles d’oppression et une nouvelle forme de division des classes. La question sociale n’est plus, sous une forme économique, celle de l’exploitation, et, sous une forme juridique, celle du régime de la propriété. C’est celle de la transformation des « propriétés sociales du machinisme13 ». Ce renouvellement de la question sociale a été négligé, alors qu’une certitude « apparaissait avec une force irrésistible » à la lecture de Karl Marx :

  • 14 S. Weil, L’Enracinement, OC V, 2, p. 156.

Un changement dans le rapport des classes doit demeurer une pure illusion s’il n’est pas accompagné d’une transformation de la technique, […] cristallisée dans des machines nouvelles14.

  • 15 Alain Supiot s’entretient avec Julie Clarini au sujet du livre de Bruno Trentin, « La Cité du trav (...)
  • 16 D. Méda « La fin de la valeur “travail” », in : Le Travail, quel avenir ?, Paris, Gallimard, coll. (...)

7Aussi peut-on dire, avec Alain Supiot, que Simone Weil a fait partie des « quelques esprits lucides [qui] ont vu que le cœur du problème était la réification des hommes impliquée par [l’organisation du travail] et qu’il ne suffisait […] pas de lutter contre l’exploitation économique des travailleurs15 ». Mais que n’était-elle pas par ailleurs en mesure de prévoir ? Elle ne pouvait pas envisager une sortie du taylorisme et de la rationalisation par une remarchandisation du travail, par la dérégulation des protections attachées à l’emploi, jusqu’à la mise en cause de la notion même d’emploi « conçu comme “place” dans l’entreprise [afin de] lui substituer la notion beaucoup plus large de travail, conçu comme activité qu’exercerait […] “librement” l’individu, à partir de projets déterminés par l’entreprise16 ». Dans ces conditions, quelle place donner aux analyses de Simone Weil dans la recherche d’une sortie nécessaire et souhaitable de la crise ?

« Métamorphoses du travail »

  • 17 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 99-100.
  • 18 S. Weil, Lettre à Robert Guihéneuf (1935 ?), Cahiers Simone Weil, t. XXI, nos 1-2, mars-juin 1998, (...)
  • 19 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 100.
  • 20 Ibid.

8Partons d’un constat. Non seulement nous subissons une décomposition du réseau travail / protection sociale / reconnaissance / continuité des droits attachés à l’emploi, mais la nature même du travail a changé dans beaucoup de domaines. Simone Weil avertissait qu’il ne fallait pas oublier, « parmi les caractéristiques de décadence du monde moderne, […] l’impossibilité de penser concrètement le rapport entre l’effort et le résultat de l’effort17 ». Comment en est-ton arrivé là ? Elle répond : « Les diverses activités humaines sont, par la spécialisation, si impénétrables les unes aux autres, et [...] enchevêtrées d’une manière si compliquée » que la coordination confiée aux signes ou aux choses est seule possible18. Le rapport qui « ne gît dans aucune pensée, gît dans une chose » : « Argent, machinisme, algèbre [,] les trois monstres de la civilisation actuelle. Analogie complète19. » La transformation de la science (par les signes), du travail (par les machines) et du social (par l’argent) sont les « trois aspects d’un seul et même problème20 », celui de la dépossession de l’individu pensant par un processus.

  • 21 S. Weil développe l’idée selon laquelle l’entreprise n’est plus représentée par le capitaliste, ma (...)

9Nous touchons ici à ce qu’il y a de plus intéressant, à savoir que Simone Weil analyse la racine de l’oppression comme une forme de domination beaucoup plus abstraite – et néanmoins réelle – que celle d’une classe qui en opprime une autre. La cause de l’oppression sociale est que le matériel (travail concret, valeur d’usage des produits) n’est que le support de domination de l’immatériel, de l’abstrait, que sont les signes, les automatismes et l’argent. Sous la notion marxienne d’exploitation, il y a donc quelque chose de plus profond, que Simone Weil désigne par le terme oppression, terme qui renvoie à une lutte entre l’homme et le système automatique de la valeur, système à la fois abstrait et réifié. Se libérer du capitalisme, ce n’est pas s’émanciper de la domination d’une classe, mais se libérer de structures sociales abstraites au sein desquelles le capitaliste lui-même n’occupe qu’une fonction au service de l’autoreproduction de la valeur. Simone Weil avait repéré dès les années 1930 que l’« entreprise est représentée par une bureaucratie anonyme et irresponsable21 », celle des techniciens de direction.

  • 22 S. Weil, « Perspectives », op. cit., p. 269.
  • 23 B. Trentin, Le Travail et la Liberté, trad. fr. de L. Berta et de G. Ferrandiz, Paris, Éditions so (...)

10D’un autre côté, au sujet de la modification du rapport capital/travail et des rapports de classe, on pourrait transposer à notre époque ce que Simone Weil observait à propos des formes nouvelles de l’oppression qui ont provoqué, dans la grande industrie, une nouvelle forme de la division des classes. Dans la grande industrie, les différentes classes opposent « ceux qui disposent de la machine et ceux dont la machine dispose22 », écrivait-elle. Aujourd’hui, comme l’observe Bruno Trentin, la révolution informatique transforme la fracture numérique en une diversification des positions, produisant une division de classe entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, ces derniers ne disposant plus des moyens de s’approprier les connaissances que produit leur travail23.

  • 24 A. Gorz, Métamorphoses du travail, quête du sens. Critique de la raison économique, Paris, Galilée (...)
  • 25 Ibid.

11Qu’en est-il, plus précisément encore, de nos jours ? Suivons l’analyse faite par André Gorz. Où le travail vivant subsiste, il implique de moins en moins un face-à-face du travailleur avec la matière, avec la nécessité dans les choses. Un rapport aux signes s’est substitué au contact avec le réel. Ainsi, dans le travail commandé par ordinateur, « la matérialité de la production est […] renvoyée dans un au-delà invisible avec lequel […] l’opérateur communique au moyen de symboles numériques : il compose des nombres sur son clavier, lit des nombres sur son écran24 ». Le penser et le vécu originaires de l’individu sont mis hors circuit. Seule demeure une activité mentale au cours de laquelle, poursuit André Gorz, des « nombres chassent des nombres en silence, indiscutables parce qu’insensibles25 ». À la fin de sa journée, l’opérateur, qui a remplacé le travailleur, se lève :

  • 26 Ibid. Voir aussi l’introduction de A. Supiot à B. Trentin, La Cité du travail, trad. fr. de J. Nic (...)

De ce qu’il a fait il ne lui reste […] aucun acquis matériel visible […]. Il s’est produit à l’existence comme pur intellect, éliminant, réprimant comme autant de perturbations potentielles de sa fonction, tout ce qui est rapport vivant au monde vécu dans et par son corps26.

12En quoi une telle situation est-elle préférable à celle du manœuvre sur machine décrit par Simone Weil ?

  • 27 S. Weil, « Expérience de la vie d’usine », OC II, 2, p. 298.

[Il] n’a pas le sentiment d’avoir produit, mais de s’être épuisé à vide. Il dépense […] ce qu’il a de meilleur en lui, sa faculté de penser, de sentir, de se mouvoir […] ; et pourtant il n’a rien mis de lui-même dans son travail, ni pensée, ni sentiment, ni même […] mouvements […] ordonnés par lui en vue d’une fin27.

Liberté et nécessité : la « fin du travail » ?

  • 28 Voir A. Gorz, « Quel type de travail prend fin ? », ÉcoRev’, no 45, 2017, p. 5-16.
  • 29 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 72. Elle estime que le loisir séparé de tout contact avec la néc (...)

13La métamorphose actuelle du travail fait décroître rapidement la quantité de travail vivant nécessaire dans la plupart des productions matérielles, et elle pousse à envisager une possible évolution vers ce qu’on appelle assez inexactement la « fin du travail28 ». La grande différence entre Simone Weil et André Gorz pourrait être résumée ainsi. La première croit possible la réalisation d’un travail social libre auquel l’individu pourrait s’identifier, dans la sphère du travail socialement nécessaire, où pourrait avoir lieu une confrontation libératrice avec les lois du réel. Simone Weil ne conçoit pas que cette rencontre émancipatrice entre nécessité et liberté puisse avoir lieu dans une autre sphère que celle du travail, en l’occurrence dans celle du temps libre, car, dans ce domaine, on ne pourrait que « s’amuser à se donner des obstacles29 ».

  • 30 A. Gorz, Capitalisme, socialisme, écologie. Désorientations, orientations, Paris, Galilée, 1991, p (...)

14André Gorz abandonne pour sa part cette perspective. Il estime, certes, que le problème de la libération dans le travail se posera toujours ; mais il faut admettre qu’une plus grande autonomie au sein de la sphère du travail nécessaire présuppose une priorité donnée aux activités autonomes qui valent par et pour elles-mêmes. Ce renversement fait l’originalité de Gorz, car il marque le renoncement à toute forme de « société du travail ». Le travail nécessaire, aussi peu aliénant qu’il puisse être, ne pourra jamais « coïncider avec le sens vécu qu’ont les activités autonomes poursuivant les fins qu’elles se sont librement données30 ».

André Gorz versus Simone Weil

Une opposition frontale

  • 31 A. Gorz, Les Chemins du Paradis. L’agonie du Capital, Paris, Galilée, 1983.
  • 32 K. Marx, Le Capital, livre III, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. (...)
  • 33 Voir à ce propos l’article de Franck Fischbach, « Libérer le travail, ou se libérer du travail ? S (...)
  • 34 S’accordant avec Marx quand il définit le procès de travail comme la « condition naturelle éternel (...)
  • 35 Ce serait la « fin du concept même de “travail abstrait” » repérée par B. Trentin, Le Travail et l (...)

15Après avoir esquissé, dans Les Chemins du Paradis31, le schéma d’un « espace social discontinu », où nécessité et liberté seraient réparties sur plusieurs niveaux (le travail nécessaire, la coopération volontaire, les activités créatrices individuelles), chaque individu évoluant sur tous ces niveaux, André Gorz mettra de plus en plus l’accent, dans ses écrits ultérieurs, sur le point de vue du « dernier » Marx, pour qui le « règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures32 », c’est-à-dire hors de la sphère du travail social. Quelle que soit l’interprétation qu’on donne de la pensée de Marx33, il s’agit bien pour lui, finalement, de se libérer du travail, soit totalement – comme activité entièrement vouée à la nécessité –, soit sous la forme du travail abstrait – source d’une médiation sociale de type capitaliste. Simone Weil reste au contraire fidèle à l’idée d’une libération dans le travail, et n’envisage pas la possibilité de s’émanciper du travail34. Pour elle, il s’agit de supprimer les entraves que met le capitalisme à la réalisation du travail, conçu comme activité concrète, pensée par l’individu. Il faut pour cela arracher au capitalisme une médiation qu’il a rendue extérieure aux individus, abolir la forme de médiation qu’y assure le travail abstrait, pour refaire du travail concret une forme de médiation sociale pensable et contrôlable par les individus35. Elle oppose à Marx :

  • 36 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 91.

Idéal : « du règne de la nécessité au règne de la liberté ». Non, mais de nécessité subie à nécessité méthodiquement maniée36.

  • 37 Voir A. Gorz, « Allocation universelle : version de droite et version de gauche », La Revue nouvel (...)
  • 38 Voir A. Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, 1997, p. 134 sq.

16Revenons à Gorz, qui s’oppose totalement à la position weilienne. À partir de Misères du présent, richesse du possible, puis de L’Immatériel, l’accentuation du point de vue du « dernier » Marx a pris une direction qui a surpris beaucoup de ceux qui le suivaient. En effet, après avoir critiqué les partisans du versement d’une « allocation universelle » sans contrepartie de travail37, il s’est rallié à cette solution38, pour une raison économique d’une nature très technique, qui concerne la crise du concept de valeur dans l’économie contemporaine :

  • 39 A. Gorz, L’Immatériel. Connaissance, valeur et capital, Paris, Galilée, 2002, p. 33. Gorz emprunte (...)

La valeur d’échange des marchandises […] n’est plus déterminée en dernière analyse par la quantité de travail social général qu’elles contiennent, mais principalement par leur contenu de connaissances, d’information, d’intelligence générale39.

17Le capitalisme est désormais centré sur le travail immatériel. D’où la difficulté de fixer quelle est la quantité de travail social général – tel que le concevait Ricardo et tel que Marx l’a d’abord conçu avant d’introduire le general intellect – contenue dans les marchandises et quelle est la part de création de valeur par chacun. Il devient impossible, par conséquent, de déterminer la part de revenu qui serait due à chacun en fonction de la quantité de travail fournie. L’impossibilité de donner « à chacun selon son travail » justifierait le versement d’une allocation universelle. Simone Weil représente certainement « l’écart » le plus absolu qu’on puisse imaginer par rapport à une telle conception.

Racines philosophiques de l’opposition

  • 40 Voir A. Gorz, Capitalisme, socialisme, écologie, op. cit., p. 87, 153 et 183.
  • 41 A. Gorz, Misères du présent, op. cit., p. 209.

18En un sens, l’orientation finale chez André Gorz est dans le droit fil de ce qu’il a soutenu dans les Adieux au prolétariat, dès 1980 : il faut renoncer définitivement au projet de faire coïncider le développement autonome et personnel de l’individu avec la sphère du travail nécessaire. Alors que Simone Weil estimait au contraire qu’une révolution devait « rétablir la domination du travailleur sur les conditions de travail, sans détruire la forme collective que le capitalisme a imprimée à la production » – double exigence irréalisable selon Gorz. Il reviendra aux Métamorphoses du travail d’orienter l’analyse vers le seul objectif qui reste, l’examen critique de la rationalité économique. D’un côté, Gorz reconnaît que la rationalité capitaliste est désormais la seule rationalité économique pure qui ait jamais existé40. En revanche, il s’en prend à deux tendances néfastes de cette rationalité. D’abord, sa tendance à uniformiser l’espace social, en s’étendant à des domaines qu’elle n’occupait pas (ou peu) jusque-là, y compris la vie privée. Il faut donc établir des limites à une telle extension. Ensuite, la rationalité capitaliste pousse ses idéologues à se demander comment l’extension du non-travail va pouvoir créer du travail, en asservissant le temps libéré à la sphère marchande. Gorz estime au contraire que si le mode de production actuel détruit du travail vivant, des « espaces virtuellement illimités deviennent disponibles pour des activités autodéterminées41 » par les individus. Le choix par les individus d’une autonomie accrue aurait réellement un pouvoir subversif, puisqu’il représenterait une menace pour le pouvoir économique industrialiste fondé sur l’idéologie du travail. Gorz affirme ainsi la solidarité du choix individuel de la liberté – comme seule moralité possible – avec la subversion sociale.

19Que trouve-t-on à ce sujet chez Simone Weil ? Loin d’envisager, comme le fait Gorz, la conquête du « pouvoir de ne plus fonctionner comme travailleur », elle affirmait en 1934 :

  • 42 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 92.

La notion de travail considéré comme une valeur humaine est sans doute l’unique conquête spirituelle qu’ait faite la pensée humaine depuis le miracle grec42.

  • 43 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 191.

20Elle n’a jamais abandonné l’idée selon laquelle la mesure de l’homme qui travaille est l’invariant – et la limite – qui permet de donner forme au développement personnel et aux rapports sociaux, jusqu’aux plus hautes sphères de la spiritualité. De cet invariant, elle fait une valeur. Elle va jusqu’à poser, en 1943, que si « nous souffrons d’un déséquilibre dû à un développement purement matériel de la technique, le déséquilibre ne peut être réparé que par un développement spirituel dans le même domaine, c’est-à-dire dans le domaine du travail43 ».

  • 44 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 295.
  • 45 S. Weil, Réflexions, OC II, 2, p. 72.
  • 46 Ibid., p. 91.

21Ce qui autorise à considérer le travail comme substance de la vie individuelle, sociale et spirituelle, c’est qu’il ne se résume pas à une activité de transformation du monde vouée à un développement qui objectiverait la production, jusqu’à ce que l’humanité soit émancipée de toute activité laborieuse. Le travail est posé, dès les premiers écrits de Simone Weil, comme l’activité qui permet d’entrer en contact avec le monde dans sa réalité composée sur plusieurs plans (naturelle, sociale, spirituelle). Elle observait : « Le monde est un texte à plusieurs significations, et l’on passe d’une signification à une autre par un travail44. » D’ailleurs, « même les activités en apparence les plus libres, science, art, sport, n’ont de valeur qu’autant qu’elles imitent l’exactitude, la rigueur, le scrupule propre aux travaux, et même les exagèrent45 ». Le travail est le mode – et le modèle – de lecture du réel par excellence. Il en résulte que les activités désintéressées ne pourraient atteindre leur pleine valeur que dans une civilisation du travail, où le travail serait d’une nature telle que sa loi serait transposable dans d’autres domaines d’activité. L’art lui-même « cristalliserait dans des œuvres l’expression de cet heureux équilibre entre l’esprit et le corps, entre l’homme et l’univers, qui ne peut exister en acte que dans les formes les plus nobles du travail physique46 ».

22Faisons deux remarques à ce propos. D’abord, une telle position est la plus éloignée de celle de Gorz qu’on puisse imaginer. Selon lui, en effet, nous l’avons vu, c’est grâce à la priorité donnée aux activités autonomes que l’exigence d’une plus grande liberté au sein du travail nécessaire peut s’exprimer. Seules les valeurs de liberté, de désintéressement et de beauté cherchées pour elles-mêmes sont en mesure de conférer une valeur au travail. Ensuite, il faut se demander, avec Gorz : « C’est la fin du travail ? ». Il répond :

  • 47 A. Gorz, « Crise mondiale, décroissance et sortie du capitalisme », in : Écologica, Paris, Galilée (...)

Au contraire : c’est la fin de la tyrannie qu’exercent les rapports de marchandise sur le travail au sens anthropologique. Celui-ci peut s’affranchir des « nécessités extérieures » […], devenir ce que nous faisons parce que […] nous […] trouvons notre accomplissement dans l’activité elle-même autant que dans son résultat47.

  • 48 Voir A. Gorz, Misères du présent, op. cit., p. 124-125, 149-150 et 159-160.
  • 49 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., V, 2, p. 189.

23Il s’agit de « réinsérer » le travail, de le « ré-encastrer », d’une certaine manière, dans la multi-activité48. Le travail ne serait pas le « premier besoin », comme dans la société communiste annoncée par Marx, il serait un besoin parmi beaucoup d’autres activités. Selon Simone Weil, en revanche, le travail ne peut pas être une activité parmi d’autres, puisqu’il est le modèle permanent de toute activité. D’où le projet qu’elle donne à notre époque : bâtir une « civilisation fondée sur la spiritualité du travail49 ».

  • 50 Il ne s’agit pas chez elle d’en rester à l’amélioration des conditions dans lesquelles un travail (...)
  • 51 S. Weil, Réflexions, OC II, 2, p. 90.

24Ces remarques étant faites, observons qu’au cœur des préoccupations de Simone Weil, on trouve la question de la nature ou du contenu du travail, la question de la centralité de l’individu percevant – et maîtrisant – le cours même de son travail50. On conçoit que, dans cette perspective, la question du travail sur les lieux où il s’effectue soit la question sociale majeure. Cette question se résume en effet à ceci : la valeur que pourrait représenter le travail, pour une connaissance purifiée (une lecture), un éveil au réel, une attention au surnaturel, cette valeur est contrariée par l’opacité de la forme sociale de la production, due à la division du travail. Il s’agit donc de restaurer la place centrale du travail, mais – ceci est capital – le travail manuel deviendra la « valeur la plus haute, […] par son rapport avec l’homme qui l’exécute », et non « par son rapport avec ce qu’il produit51 ».

Des points de convergence

Les outils qui libèrent

  • 52 Ce qu’est la méthode de Frederick Winslow Taylor, que Simone Weil analyse dans sa conférence sur « (...)
  • 53 L’expression « perception de l’homme au travail » se trouve dans la réponse à une lettre d’Alain, (...)
  • 54 J. Lafitte, Réflexions sur la science des machines, Paris, Librairie Bloud & Gay, coll. « Cahiers (...)
  • 55 S. Weil, Journal d’usine, OC II, 2, p. 282.
  • 56 S. Weil, « Expérience de la vie d’usine », art. cité, p. 303 (c’est nous qui soulignons). Le premi (...)

25La singularité de Simone Weil est de montrer que la transformation de la nature du travail suppose une révolution technique et l’invention de nouvelles machines. Au lieu d’une rationalisation fondée sur une science du travail52, nous avons besoin d’une « science des machines » qui s’intéresse à la « perception de l’homme au travail53 ». C’est pourquoi Simone Weil s’intéressera en priorité à cette question après son année de travail en usine (à partir de 1935), en cherchant des contacts avec des ingénieurs (Jacques Lafitte, auteur des Réflexions sur la science des machines54), des directeurs techniques (Victor Bernard, aux usines Rosières) ou des patrons sociaux (Auguste Detœuf, fondateur d’Alsthom). La piste qu’elle suit la conduit à réfléchir sur ce qu’elle appelle dans son Journal d’usine des « machines automatiques souples55 », selon le modèle des « machines réflexes » imaginées par Jacques Lafitte. Elle envisage l’invention de « machines automatiques à usages multiples », d’objets techniques « que l’on nommerait machines, mais qui, du point de vue de l’homme qui travaille, seraient exactement l’opposé de la plupart des machines actuellement en usage56 ».

  • 57 G. Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier-Montaigne, 1969, p. 11.

26Observons à ce sujet que la perspective ouverte sur la base des travaux de Jacques Lafitte n’a rien d’utopique. Georges Simondon définira plus tard la machine « douée d’une haute technicité [comme] une machine ouverte », dont le « fonctionnement […] recèle une certaine marge d’indétermination », l’ensemble des « machines ouvertes » supposant l’« homme comme organisateur permanent57. »

  • 58 Dans une note de l’article « Crise mondiale, décroissance et capitalisme » (Écologica, op. cit., p (...)
  • 59 Les fab-labs ou fabbers sont des imprimantes à trois dimensions, censées permettre à de petits gro (...)
  • 60 Le capitalisme contribuerait à son extinction en développant les outils d’une « sorte d’artisanat (...)
  • 61 A. Gorz, Écologica, op. cit., p. 116.

27Quant à André Gorz58, il observait que des outils nouveaux comme les fabbers ou personal fabricators59 « ne sont pas destinés à automatiser un procès de travail ». Pour la première fois dans son histoire, l’humanité dispose d’outils plus performants que les moyens de production industriels, et qui n’exigent plus l’objectivation de l’activité dans des machines, ni une organisation de la production sous la forme industrielle de la division du travail60. La révolution technique n’est plus porteuse d’une organisation servile du travail. On n’est pas si loin, dans l’inspiration, de ce que Simone Weil espérait des « machines souples », malgré des perspectives opposées sur la place à donner au travail. Il n’y a donc aucune technophobie chez Simone Weil. Elle écarte fermement ce qu’André Gorz appelle la « persistance des utopies nostalgiques61 » qui impliquent un retour à un mode de production artisanal :

  • 62 S. Weil, Lettre à Jacques Lafitte (mars-avril 1936), La Condition ouvrière, op. cit., p. 257.

Au lieu d’opposer stérilement le machinisme et l’artisanat, il faut chercher une forme supérieure de travail mécanique où le pouvoir créateur du travailleur ait un champ plus vaste que dans le travail artisanal62.

La dimension de l’écologie politique

  • 63 Voir « Leur écologie et la nôtre », in A. Gorz, Bâtir la civilisation du temps libéré (coordinatio (...)
  • 64 A. Gorz, « L’écologie politique entre expertocratie et autolimitation », Écologica, op. cit., p. 5 (...)
  • 65 A. Gorz, « Où va l’écologie ? » (propos recueillis par G. Anquetil), Le Nouvel Observateur, 14 déc (...)

28Il existe également, chez les deux auteurs, à des niveaux différents, une dimension écologique – même si Simone Weil ne pouvait pas faire usage de cette notion. Une écologie qui revêt une forme politique, ce qui n’a rien à voir avec l’« environnementalisme » destiné à corriger les effets pervers les plus voyants du système63. Le mouvement écologiste est né, d’après André Gorz, d’une « protestation spontanée contre la destruction de la culture du quotidien », ces normes et ces savoirs allant de soi grâce auxquels les individus perçoivent et maîtrisent l’aboutissement de leur action dans un « monde accessible à la compréhension intuitive et à la saisie pratico-sensorielle64 ». En ce sens, l’écologie est le « souci du milieu de vie en tant que déterminant de la qualité de la vie et de la qualité d’une civilisation65 ». Elle est une « dimension essentielle » de la lutte contre le capitalisme, dans la mesure où la dévastation des bases naturelles de la qualité de la vie est comprise comme conséquence d’un certain mode de production.

  • 66 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 143.

29Simone Weil, quant à elle, s’approche de l’idée d’une « culture du quotidien » par la notion d’« enracinement », qu’elle conçoit comme un ensemble d’« échanges d’influences entre milieux très différents », milieux qui ne sont « pas moins indispensables que l’enracinement dans l’entourage naturel66 ». Surtout, elle perçoit que la contradiction principale qui mine le capitalisme n’est pas due au fait que le développement des forces productives se heurte à des rapports de production trop étroits. C’est la détérioration par le capitalisme de ses propres conditions de production qui est la contradiction essentielle. Aussi reprend-elle à son compte cette observation de Julius Dickmann :

  • 67 J. Dickmann (1895-1938 ?), théoricien du mouvement ouvrier autrichien, a écrit un article consacré (...)

En élargissant les forces productives […] sans tenir compte des conditions de leur reproduction permanente, [le capitalisme] a amoindri les conditions d’existence du genre humain67.

  • 68 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 64.

30Simone Weil constate que, finalement, le caractère illimité de la course à la puissance par le développement de la production contredit le « caractère nécessairement limité des bases matérielles du pouvoir68 ». La rupture entre le développement humain et les conditions naturelles de son existence manifeste les contradictions d’un système de production. N’est-ce pas le principe-même de l’écologie politique ?

Penser l’organisation du travail avec Simone Weil ?

Les formes nouvelles de la rationalisation

  • 69 Des théoriciens du management font une tentative en ce sens. Voir T. Pauchant, « Simone Weil et l’ (...)
  • 70 S. Weil, « La rationalisation », OC II, 2, p. 463.
  • 71 Ibid., p. 459.

31Tentons une transposition, dans le domaine essentiel de l’analyse, celle de l’organisation du travail. Que donnerait la tentative de penser aujourd’hui cette organisation sur la base des réflexions de Simone Weil69 ? On peut tenter l’exercice en se référant aux « sciences » actuelles de l’organisation du travail ou du « management ». On pourrait dire du « management » ce qu’elle dit de la « rationalisation » : le prestige du mot tient à ce qu’il « semble indiquer que l’organisation actuelle du travail est celle qui satisfait toutes les exigences de la raison, une organisation rationnelle du travail devant nécessairement répondre à l’intérêt de l’ouvrier, du patron et du consommateur70 ». Les sciences du management ou l’administration des « ressources humaines » entrent dans le projet d’« utilisation scientifique de la matière vivante71 ».

  • 72 Ibid., p. 466.
  • 73 Ibid., p. 475.

32Ce qu’on appelait la « psychotechnique » cherchait déjà des solutions de ce type, adaptées au système de la production. Simone Weil reprochait à la psychotechnique de se vouloir aussi une science du travail dans le cadre de l’étude des « meilleurs procédés pour utiliser les machines existantes72 », étude tempérée par celle des meilleures conditions du travail dans l’usine telle qu’elle est. La psychotechnique se borne en effet à limiter la « fatigue au-delà de laquelle il ne [faut] pas faire aller un travailleur73 ». Or, ce qui est psychologiquement supportable n’est pas pour autant moralement tolérable, et encore moins respectable. Ne pas faire souffrir le travailleur n’est pas en faire pour autant un homme libre.

  • 74 Ibid., p. 466.
  • 75 Voir A. Gorz, L’Immatériel, op. cit., p. 22-24.
  • 76 Voir A. Gorz, « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », Ec (...)

33Quelles sont les différences avec les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui ? Au sujet du taylorisme, Simone Weil observait en premier lieu qu’il ôtait aux travailleurs la « possibilité de déterminer eux-mêmes les procédés et le rythme de leur travail, et [remettait] entre les mains de la direction le choix des mouvements à exécuter. » Elle ajoutait que « son souci primordial était de trouver les moyens de forcer les ouvriers à donner à l’usine le maximum de leur capacité de travail74 ». Sur le premier objectif, les choses ont changé. Il s’agit aujourd’hui de favoriser l’initiative individuelle et une adhésion à ce qui est fait dans l’activité. En revanche, le second objectif reste actuel, à condition d’en modifier la formulation : le « souci primordial » aujourd’hui serait de « trouver les moyens de forcer » les travailleurs à donner à l’entreprise le maximum de leur activité exercée « librement », à partir de projets déterminés par cette entreprise (productivité et rentabilité maximales). L’efficacité économique suppose une « mobilisation totale75 » de l’individu, l’utilisation optimale des possibilités personnelles du travailleur, et même de sa personnalité. Telle est la nouvelle forme de rationalisation. À la prescription contraignante de tâches divisées succède la production de la subjectivité dans les dimensions qui peuvent être structurées dans l’intérêt de l’entreprise. Chacun est appelé à devenir « entrepreneur76 » de soi-même. L’idéal du management est de trouver une méthode pour faire travailler plus en rendant l’ouvrier responsable de la méthode et de l’intelligence de son travail.

  • 77 S. Weil, « La rationalisation », art. cité, p. 467.
  • 78 S. Weil, Lettre à Victor Bernard (avril 1936), La Condition ouvrière, op. cit., p. 240.
  • 79 En 1938, le P.-D.G. Chester I. Barnard observait que les entreprises conduisent les êtres humains (...)

34Simone Weil observait déjà que Frederick Winslow Taylor a remplacé le fouet des contremaîtres égyptiens « par les bureaux et les laboratoires, sous le couvert de la science77 ». Celui qui travaille est dans l’obligation insensée de chercher en soi-même les mobiles qui lui permettent de se plier au « rôle d’une chose maniée par l’intelligence d’autrui78 », par le biais d’un système de machines. On pourrait dire aujourd’hui que les sciences de la gestion et des ressources humaines prolongent la méthode de Taylor, mais qu’elles ont pour idéal de remplacer, pour l’individu, l’obligation de se faire, malgré soi, complice de son aliénation, par une adhésion à ce qu’il fait. Au lieu d’accomplir sous la contrainte ce qu’il ne peut pas vouloir, le travailleur d’aujourd’hui doit avoir l’impression d’accomplir « librement » – et d’être en mesure de « vouloir » – ce qu’il fait dans l’entreprise79.

35Est-ce que Simone Weil ne reprendrait pas aujourd’hui les critiques qu’elle adressait au taylorisme ? Taylor allait à contre-courant du rôle de la recherche scientifique. Au lieu de chercher des « dispositifs mécaniques nouveaux » afin de créer de nouvelles machines, les tayloriens s’appuyaient sur l’idée selon laquelle le travail est le seul facteur sur lequel agir pour assurer la productivité. Cet argument vaut aujourd’hui, bien qu’en un sens nouveau. L’évolution des techniques augmente massivement la productivité, mais au lieu de contribuer à libérer du temps, le système industriel s’ingénie à créer du travail, et à en métamorphoser la forme pour le rendre plus productif et en augmenter simultanément la productivité et l’intensité, la quantité et la durée. En d’autres termes, le taylorisme s’appuyait sur les techniques existantes et cherchait à agir sur le seul facteur travail ; le management s’appuie sur l’innovation technique tout en cherchant à créer du travail : il veut gagner – ce qui est contradictoire – sur les deux tableaux.

La production, forme de la lutte pour la domination

  • 80 « La rationalisation a surtout servi à la fabrication des objets de luxe et à cette industrie doub (...)
  • 81 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 154.
  • 82 S. Weil, « Réflexions sur la guerre », OC II, 1, p. 292.
  • 83 S. Weil, « Le matérialisme historique », op. cit., p. 331.
  • 84 S. Weil, Réflexions, OC II, 2, p. 32.
  • 85 « Le seul caractère propre [au régime capitaliste], c’est que les instruments de la production ind (...)

36Qu’est ce qui permet à ce système de production harmonisé par le management de tenir et de se perpétuer ? Peut-être est-ce cela-même que Simone Weil donnait comme seule explication à la domination du taylorisme : le lien qu’entretient cette méthode avec la guerre80, car la guerre est la situation dans laquelle le taylorisme offre facilement des solutions à la nécessité d’« augmenter immédiatement le volume de la production81 ». La guerre est un schéma d’interprétation pour l’économie : « La production elle-même [est] une simple forme de la lutte pour la domination82 ». La domination de la nature d’abord, qui implique une « discipline calquée sur les méthodes de combat [qui] dépendent […] du milieu matériel [et] des outils », mais aussi des « sociétés environnantes83 ». Ensuite, on le perçoit aujourd’hui plus que jamais, dans la lutte pour la puissance entre collectivités – nations ou entreprises – « le facteur décisif de la victoire [est] la production industrielle84 », devenue l’arme irremplaçable pour résister à des collectivités adverses ou pour les vaincre85. On objectera que Simone Weil pensait dans les années 1930, et que notre situation n’est plus tout à fait la même. C’est ce qu’il convient de regarder de plus près.

La question de la lecture du réel

37Vincent de Gaulejac constate que rien ne limite la « volonté de puissance » des grandes entreprises :

  • 86 V. de Gaulejac, La Société malade de la gestion, Paris, Seuil, 2005, p. 110.

Si on ne mobilise pas tous les moyens pour emporter de nouvelles parts de marché, on est mort. […] Business is war86 !

  • 87 Ibid., p. 111-112.

38Le « pouvoir gestionnaire s’enracine » dans la conquête présentée comme une « question de survie », survie qui exige la « mobilisation de tous et de chacun face à la menace », ajoute-t-il. Les décisions prises sont présentées comme des « conséquences d’orientations stratégiques définies […] à partir de critères indiscutables », et elles sont légitimées par l’argument de la guerre, ce qui occulte la « réalité du pouvoir87 ». De Gaulejac observe à ce propos :

  • 88 Ibid., p. 108.

On a là un exemple de construction imaginaire de la réalité : il faut combattre pour ne pas être vaincu88.

  • 89 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 295.
  • 90 S. Weil, « Condition première d’un travail non servile », La Condition ouvrière, op. cit., p. 433.
  • 91 S. Weil, Cahiers, OC VI, 2, p. 90.

39La rationalité de l’économie capitaliste – élargie par la « globalisation » – forge une lecture du réel et une seule, alors que le « monde est un texte à plusieurs significations89 », comme l’observait Simone Weil. Les solutions illusoires à l’oppression – loisirs vils, argent, opium des idéologies –, sont précisément selon elle des compensations destinées à masquer la possibilité de lectures multiples par celui qui remplit une fonction sociale. Or, toute privation de cette possibilité de lectures multiples est un « crime contre l’Esprit90 » et un déni de réalité. « Saisir la réalité. Où91 ?” », demande Simone Weil, et elle répond que cette saisie exige des « lectures superposées » qui diffèrent selon le « régime de l’attention ». La perception simultanée de ces régimes ferait apercevoir la possibilité d’un accord plein qui donne la réalité :

  • 92 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 358.

C’est une seule et même chose qui relativement à Dieu est Sagesse éternelle, relativement à l’univers parfaite obéissance, relativement à notre amour beauté, relativement à notre intelligence équilibre de relations nécessaires, relativement à notre chair force brutale92.

  • 93 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 318.
  • 94 « Un centre d’où l’on voit les différentes lectures possibles – et leurs rapports – et la sienne p (...)
  • 95 Voir la lettre de Simone Weil à Georges Bernanos (1938), au sujet de la guerre d’Espagne, dans Œuv (...)
  • 96 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 295.
  • 97 S. Weil, « Essai sur la notion de lecture », OC IV, 1, p. 78.

40Pour bien percevoir la réalité, il faut « lire, et lire en même temps sa propre lecture93 », c’est-à-dire toujours repérer le niveau auquel on se trouve, savoir que d’autres niveaux existent et que les « différentes lectures possibles » sont « en rapport94 » entre elles. Or, le règne de la « force brutale », celui de la guerre et des idéologies sur l’ensemble de l’individuel et du social opèrent un verrouillage des lectures multiples, verrouillage caractéristique de l’illusion95. La guerre, par exemple, est une forme extrême de l’oppression en tant qu’« action sur l’imagination d’autrui96 » ; c’est une façon de faire surgir des « significations nouvelles […] autour de chacun97 », parmi des millions d’hommes que l’on détermine ainsi à tuer et à mourir.

  • 98 Ibid.

41D’une façon plus générale, « la politique, l’éloquence, l’art, l’enseignement, toute action sur autrui consiste essentiellement à changer ce que les hommes lisent98 ». On pourrait ajouter les sciences managériales et celles de la communication, qui tentent de réduire à l’état de fantômes tous les idéaux qui pourraient s’opposer aux exigences de l’économie. C’est pourquoi notre société a vaincu toute forme d’idéal, et elle n’est capable d’en créer aucun nouveau. Aucune forme de transcendance ne peut germer dans une lecture purement instrumentale du réel, dont Gorz définit ainsi la logique :

  • 99 A. Gorz, Métamorphoses du travail, op. cit., p. 121.

Le fonctionnement rationnel de systèmes de moyens, en vue de l’accumulation de moyens (par le profit) permettant des systèmes de moyens plus performants encore. Les moyens sont donc des fins, les fins des moyens au service de moyens99.

42Les moyens sont le principe et la fin de toute chose, selon le modèle de la chrématistique analysée par Aristote dans le premier livre de La Politique. D’où la démesure qui étend son règne.

Conclusion

  • 100 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, p. 81-82.

43Essayons de conclure en revenant à la question sociale par la voie du principe de réalité que Simone Weil privilégie. Le travail doit-il – peut-il – rester le facteur par excellence qui structure notre vie économique et sociale, comme le pense Simone Weil ? Ou bien – thèse soutenue par André Gorz – ne peut-il plus assurer ce rôle, parce que le développement du capitalisme diminuerait la quantité de travail nécessaire et saperait la notion de valeur-travail qui était son socle ? En d’autres termes, vivons-nous un « effritement du salariat », comme le soutient Robert Castel100, ou un « effondrement » de la société salariale », comme le pense André Gorz ?

44Philosophiquement parlant, le débat ouvre sur des dimensions que le système actuel ignore ou méprise. Le travail – non servile, évidemment – est-il plus à même que toute autre activité d’assurer le passage au plan supérieur des valeurs morales, esthétiques ou spirituelles ? Faut-il espérer, au contraire, que les activités autonomes, dans leur dimension individuelle et collective, pourront tenir lieu – et permettront d’aller au-delà – de la somme des expériences socialement productives et formatrices de l’individu condensées dans le travail ? Même si l’on réserve la réponse à ces questions, on est en droit d’observer que, pour le moment, la qualité d’une société peut encore être évaluée d’après la place qu’elle réserve au travail. Dans ces conditions, n’est-il pas urgent de revenir à la question du contenu du travail et de la liberté dans le travail ?

  • 101 Voir l’entretien avec Axel Honneth, dans le « Le Monde des livres » du 17 mars 2017, p. 7.
  • 102 A. Supiot, préface à B. Trentin, La Cité du travail, op. cit., p. 19.
  • 103 B. Trentin, op. cit., p. 338 et 377.
  • 104 Ibid., p. 382-384.
  • 105 S. Weil, « Perspectives », OC II, 1, p. 281.
  • 106 Ibid.

45Le système dominant ne peut qu’éviter la tenue de tels débats. Cependant, il faut avouer que la gauche s’en est progressivement éloignée, en proposant de « s’adapter techniquement à la situation présente », en « accompagnant » la globalisation101. Alain Supiot se demande comment la fascination pour la rationalisation technique du travail a pu dominer la gauche depuis un siècle, constituant un « socle idéologique partagé avec la droite libérale », alors que cette rationalisation a « toujours soulevé la critique des esprits les plus lucides102 ». Bruno Trentin rappelait que d’« autres voies » ont existé « dans le mouvement ouvrier », « d’autres tendances et d’autres cultures. Et surtout d’autres expériences », parmi lesquelles l’« extraordinaire aventure intellectuelle et politique de Simone Weil se distingue tout particulièrement103 ». Plus que d’autres, Simone Weil a su montrer que « toutes les formes de “fuites” loin du travail restent illusoires et même déstabilisantes si elles ne trouvent pas leur référence fondamentale dans la libération […] du travail lui-même104 ». On tient là l’une des raisons de lire Simone Weil. Si cette lecture ne garantit pas que nous réussissions dans le projet de nous libérer de l’oppression, elle peut au moins nous permettre d’échapper à ce qu’elle appelait le « plus grand malheur », qui « serait de périr impuissants à la fois à réussir et à comprendre105 ». Simone Weil, comme André Gorz, prouvent que « rien au monde ne peut nous interdire d’être lucides106 », et ce n’est déjà pas si mal.

Notes

1 Les écrits de Simone Weil réunis dans les Œuvres complètes (Paris, Gallimard) sont cités de la façon suivante : Œuvres complètes (OC) II, Écrits historiques et politiques. 1. L’Engagement syndical, 1988 ; 2. L’Expérience ouvrière et l’adieu à la révolution, 1991 ; OC IV, 1 : Écrits de Marseille (1940-1942). 1. Philosophie, science, religion, questions politiques et sociales, 2008 ; OC V, 2 : Écrits de New York et de Londres (incluant L’Enracinement), 2013 ; OC VI, 1, Cahiers (1933-septembre 1941), 1994 ; OC VI, 2, Cahiers (septembre 1941-février 1942), 1997.

2 S. Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale (qu’on abrégera désormais par Réflexions), OC II, 2, p. 99-100.

3 Voir J. Grinevald, introduction à l’ouvrage de N. Georgescu-Roegen, La Décroissance, Paris, Sang de la terre, 1995, p. 13.

4 Retenant les leçons de la thermodynamique, Simone Weil corrige ainsi la formule de Georg Wilhelm Friedrich Hegel reprise par les marxistes : « “La quantité se change en qualité”. Mais avec dégradation. » (Cahiers, OC VI, 2, p. 256)

5 S. Weil, « Y a-t-il une doctrine marxiste ? », Oppression et Liberté, Paris, Gallimard, 1955, p. 250.

6 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 38.

7 Ibid., p. 89-90.

8 S. Weil, Cahiers, OC VI, 2, p. 214. Elle écrit également : « Il suffirait au travailleur d’étendre à toutes les choses sans exception son attitude à l’égard du travail pour posséder la plénitude de la vertu. » (« Condition première d’un travail non servile » [1942], OC IV, 1, p. 426)

9 A. Gorz, Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme, Paris, Galilée, 1980, p. 114.

10 Ibid., p. 93.

11 S. Weil, « Le capital et l’ouvrier », OC II, 1, p. 94.

12 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 46. Une variante définit l’oppression comme un « abus de domination faisant peser jusqu’à l’écrasement physique et moral, la pression de ceux qui commandent sur ceux qui exécutent » (op. cit., p. 542).

13 S. Weil, ébauche de « Perspectives », Oppression et Liberté, op. cit., p. 261.

14 S. Weil, L’Enracinement, OC V, 2, p. 156.

15 Alain Supiot s’entretient avec Julie Clarini au sujet du livre de Bruno Trentin, « La Cité du travail », Le Monde, 28 septembre 2012.

16 D. Méda « La fin de la valeur “travail” », in : Le Travail, quel avenir ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio actuel », 1997, p. 214.

17 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 99-100.

18 S. Weil, Lettre à Robert Guihéneuf (1935 ?), Cahiers Simone Weil, t. XXI, nos 1-2, mars-juin 1998, p. 15.

19 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 100.

20 Ibid.

21 S. Weil développe l’idée selon laquelle l’entreprise n’est plus représentée par le capitaliste, mais par des techniciens de la direction, dans l’article « Perspectives », de 1933 (OC II, 1, p. 270 sq.).

22 S. Weil, « Perspectives », op. cit., p. 269.

23 B. Trentin, Le Travail et la Liberté, trad. fr. de L. Berta et de G. Ferrandiz, Paris, Éditions sociales, 2016, p. 38-39.

24 A. Gorz, Métamorphoses du travail, quête du sens. Critique de la raison économique, Paris, Galilée, 1988, p. 111.

25 Ibid.

26 Ibid. Voir aussi l’introduction de A. Supiot à B. Trentin, La Cité du travail, trad. fr. de J. Nicolas (préface de J. Delors), Nantes/Paris, Institut d’études avancées de Nantes/Fayard, 2012, p. 26.

27 S. Weil, « Expérience de la vie d’usine », OC II, 2, p. 298.

28 Voir A. Gorz, « Quel type de travail prend fin ? », ÉcoRev’, no 45, 2017, p. 5-16.

29 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 72. Elle estime que le loisir séparé de tout contact avec la nécessité serait voué à la fantaisie et au jeu préféré des hommes, la domination et la guerre (voir son compte rendu du collectif L’Avenir de la science [Plon, 1941], OC IV, 1, p. 191).

30 A. Gorz, Capitalisme, socialisme, écologie. Désorientations, orientations, Paris, Galilée, 1991, p. 125.

31 A. Gorz, Les Chemins du Paradis. L’agonie du Capital, Paris, Galilée, 1983.

32 K. Marx, Le Capital, livre III, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1968, p. 1487.

33 Voir à ce propos l’article de Franck Fischbach, « Libérer le travail, ou se libérer du travail ? Simone Weil lectrice de Marx », Cahiers Simone Weil, t. XXXII, no 4, décembre 2009, p. 453-471.

34 S’accordant avec Marx quand il définit le procès de travail comme la « condition naturelle éternelle de la vie des hommes » (Le Capital, livre I, Paris, Messidor/Éditions Sociales, 1983, p. 207), elle ne le suit plus lorsque, paraissant rompre avec sa propre thèse, il envisage que l’humanité s’émancipera entièrement du règne de la nécessité.

35 Ce serait la « fin du concept même de “travail abstrait” » repérée par B. Trentin, Le Travail et la Liberté, op. cit., p. 92 et 96.

36 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 91.

37 Voir A. Gorz, « Allocation universelle : version de droite et version de gauche », La Revue nouvelle (Bruxelles), no 81, 1985, p. 419-428, puis « Qui ne travaille pas mangera quand même », La Lettre internationale, no 8, 1986 (repris dans Futuribles, no 101, 1986, p. 56-73).

38 Voir A. Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, 1997, p. 134 sq.

39 A. Gorz, L’Immatériel. Connaissance, valeur et capital, Paris, Galilée, 2002, p. 33. Gorz emprunte l’expression general intellect à Marx (Grundrisse, Berlin, Dietz Verlag, 1953, p. 593-594).

40 Voir A. Gorz, Capitalisme, socialisme, écologie, op. cit., p. 87, 153 et 183.

41 A. Gorz, Misères du présent, op. cit., p. 209.

42 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 92.

43 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 191.

44 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 295.

45 S. Weil, Réflexions, OC II, 2, p. 72.

46 Ibid., p. 91.

47 A. Gorz, « Crise mondiale, décroissance et sortie du capitalisme », in : Écologica, Paris, Galilée, 2008, p. 119.

48 Voir A. Gorz, Misères du présent, op. cit., p. 124-125, 149-150 et 159-160.

49 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., V, 2, p. 189.

50 Il ne s’agit pas chez elle d’en rester à l’amélioration des conditions dans lesquelles un travail est exécuté, sans transformation massive du contenu du travail et de la division du travail. Il s’agit encore moins d’instaurer des compensations financières au travail aliéné. Certes, dans des réflexions sur « ce qu’il est possible de faire provisoirement », elle a proposé des mesures immédiates d’amélioration des conditions de travail sans transformations massives (voir ses enquêtes sur les conflits dans les usines du Nord, en 1937, dans La Condition ouvrière, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 2002, p. 361-382). Cependant, le cœur du problème reste pour elle la transformation de la nature du travail.

51 S. Weil, Réflexions, OC II, 2, p. 90.

52 Ce qu’est la méthode de Frederick Winslow Taylor, que Simone Weil analyse dans sa conférence sur « La rationalisation » (OC II, 2, p. 458-475).

53 L’expression « perception de l’homme au travail » se trouve dans la réponse à une lettre d’Alain, en 1935 (S. Weil, Sur la science, Paris, Gallimard, coll. « Espoir », 1966, p. 112). À propos des Réflexions sur la science des machines, de Jacques Lafitte (1932, rééd. Paris, Vrin, 1972), voir deux lettres de Simone Weil à l’auteur (mars-avril 1936), dans La Condition ouvrière, op. cit., p. 256-263, et une lettre à Boris Souvarine (janvier 1936), p. 251-255.

54 J. Lafitte, Réflexions sur la science des machines, Paris, Librairie Bloud & Gay, coll. « Cahiers de la nouvelle journée », 1932 ; rééd. Paris, Vrin, 1972.

55 S. Weil, Journal d’usine, OC II, 2, p. 282.

56 S. Weil, « Expérience de la vie d’usine », art. cité, p. 303 (c’est nous qui soulignons). Le premier Cahier constate qu’« on pourrait […] réaliser des machines beaucoup plus flexibles que toutes celles connues jusqu’ici » (OC VI, 1, p. 112, souligné par Simone Weil). Voir également L’Enracinement (op. cit., p. 156-157).

57 G. Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier-Montaigne, 1969, p. 11.

58 Dans une note de l’article « Crise mondiale, décroissance et capitalisme » (Écologica, op. cit., p. 117-118).

59 Les fab-labs ou fabbers sont des imprimantes à trois dimensions, censées permettre à de petits groupes de créer une gamme de produits en dehors de la grande industrie. Les personal fabricators permettent de concevoir et de fabriquer des objets dans des ateliers dont les machines sont commandées par des ordinateurs programmés à l’aide de logiciels aux fichiers librement accessibles.

60 Le capitalisme contribuerait à son extinction en développant les outils d’une « sorte d’artisanat high-tech », ouvrant la voie à une sortie de l’industrialisme, car ils permettent de fabriquer avec une « productivité très supérieure à celle de l’industrie et une faible consommation de ressources naturelles » (voir « Crise mondiale, décroissance et sortie du capitalisme », Écologica, op. cit., p. 116 et 118).

61 A. Gorz, Écologica, op. cit., p. 116.

62 S. Weil, Lettre à Jacques Lafitte (mars-avril 1936), La Condition ouvrière, op. cit., p. 257.

63 Voir « Leur écologie et la nôtre », in A. Gorz, Bâtir la civilisation du temps libéré (coordination de D. Vidal), Paris, Les Liens qui libèrent/Le Monde diplomatique, 2013, p. 11-19.

64 A. Gorz, « L’écologie politique entre expertocratie et autolimitation », Écologica, op. cit., p. 50.

65 A. Gorz, « Où va l’écologie ? » (propos recueillis par G. Anquetil), Le Nouvel Observateur, 14 décembre 2006.

66 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 143.

67 J. Dickmann (1895-1938 ?), théoricien du mouvement ouvrier autrichien, a écrit un article consacré à « La véritable limite de la production capitaliste » (La Critique sociale, no 9, 1933, p. 108-113, p. 109), article qui impressionna Simone Weil (voir l’introduction de G. Leroy à OC II, 2, p. 17).

68 S. Weil, Réflexions, op. cit., p. 64.

69 Des théoriciens du management font une tentative en ce sens. Voir T. Pauchant, « Simone Weil et l’organisation actuelle du travail », Cahiers Simone Weil, t. XXI, no 1-2, mars-juin 1998, p. 111-140, et plus récemment S. Le Loarne et C. Noël, « Libre pensée du travail et organisation responsable. Ce que nous apprend la philosophie de Simone Weil », Revue de philosophie économique, vol. 8, no 2, 2007, p. 99-121.

70 S. Weil, « La rationalisation », OC II, 2, p. 463.

71 Ibid., p. 459.

72 Ibid., p. 466.

73 Ibid., p. 475.

74 Ibid., p. 466.

75 Voir A. Gorz, L’Immatériel, op. cit., p. 22-24.

76 Voir A. Gorz, « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », EcoRev’, no 7, 2001, ainsi que la première partie de L’Immatériel, op. cit., p. 11-31.

77 S. Weil, « La rationalisation », art. cité, p. 467.

78 S. Weil, Lettre à Victor Bernard (avril 1936), La Condition ouvrière, op. cit., p. 240.

79 En 1938, le P.-D.G. Chester I. Barnard observait que les entreprises conduisent les êtres humains à être « à la fois “libres et emprisonnés”, en situation de contrôle et contrôlés, en position de choix et de non choix » (cité par T. Pauchant, art. cité, p. 119).

80 « La rationalisation a surtout servi à la fabrication des objets de luxe et à cette industrie doublement de luxe qu’est l’industrie de guerre » (OC, II, 2, p. 471). Voir également la lettre à Victor Bernard (avril 1936), La Condition ouvrière, op. cit., p. 231.

81 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 154.

82 S. Weil, « Réflexions sur la guerre », OC II, 1, p. 292.

83 S. Weil, « Le matérialisme historique », op. cit., p. 331.

84 S. Weil, Réflexions, OC II, 2, p. 32.

85 « Le seul caractère propre [au régime capitaliste], c’est que les instruments de la production industrielle y sont en même temps les armes principales dans la course au pouvoir » (ibid., p. 57).

86 V. de Gaulejac, La Société malade de la gestion, Paris, Seuil, 2005, p. 110.

87 Ibid., p. 111-112.

88 Ibid., p. 108.

89 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 295.

90 S. Weil, « Condition première d’un travail non servile », La Condition ouvrière, op. cit., p. 433.

91 S. Weil, Cahiers, OC VI, 2, p. 90.

92 S. Weil, L’Enracinement, op. cit., p. 358.

93 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 318.

94 « Un centre d’où l’on voit les différentes lectures possibles – et leurs rapports – et la sienne propre seulement comme l’une d’elles » (op. cit., p. 324).

95 Voir la lettre de Simone Weil à Georges Bernanos (1938), au sujet de la guerre d’Espagne, dans Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1999, p. 405-409.

96 S. Weil, Cahiers, OC VI, 1, p. 295.

97 S. Weil, « Essai sur la notion de lecture », OC IV, 1, p. 78.

98 Ibid.

99 A. Gorz, Métamorphoses du travail, op. cit., p. 121.

100 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, p. 81-82.

101 Voir l’entretien avec Axel Honneth, dans le « Le Monde des livres » du 17 mars 2017, p. 7.

102 A. Supiot, préface à B. Trentin, La Cité du travail, op. cit., p. 19.

103 B. Trentin, op. cit., p. 338 et 377.

104 Ibid., p. 382-384.

105 S. Weil, « Perspectives », OC II, 1, p. 281.

106 Ibid.

Auteur

Directeur des Cahiers Simone Weil

© Collège de France, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540