Version classiqueVersion mobile

Dynamiques du vivant

 | 
Thomas Lecuit

Introduction

Edith Heard

Texte intégral

1Chers et chères collègues,
Mesdames, messieurs,

2C’est un très grand plaisir d’accueillir aujourd’hui Thomas Lecuit, professeur titulaire de cette nouvelle chaire intitulée « Dynamiques du vivant ».

3La recherche brillante que tu mènes avec brio, cher Thomas, depuis le début de ta carrière, se situe aux frontières de la biologie du développement, de la biologie cellulaire et de la biophysique. Elle se caractérise par ton intérêt de longue date pour la morphogenèse, c’est-à-dire pour l’organisation et la dynamique des tissus biologiques. Comment la forme d’un tissu émerge-t-elle de la dynamique des cellules qui le composent, du jeu des forces mécaniques qu’elles génèrent et de celles qu’en retour elles subissent ? Comment les tissus restent-ils structurellement cohérents et physiologiquement fonctionnels alors qu’ils se remodèlent en profondeur lorsque les cellules se divisent, meurent ou se déplacent ?

4Ces questions anciennes prennent un tour nouveau alors que, sous l’impulsion des chercheurs originaux dont tu es un des représentants les plus brillants, on cesse aujourd’hui d’appréhender les organismes uniquement comme des assemblages de parties en interaction pour les analyser comme des systèmes complexes en interaction avec leur environnement.

5Comprendre l’émergence de la forme au cours du développement suppose d’identifier les mécanismes génétiques, biochimiques et physiques qui gouvernent les mouvements cellulaires. C’est dans ce contexte que ton travail a contribué à l’apparition d’une nouvelle approche mécanistique, j’ose le terme de mécanobiologie, qui cherche à comprendre comment les cellules et les tissus répondent aux conditions mécaniques de leur environnement. En collaboration étroite avec des physiciens, tu as en effet contribué de manière significative à la compréhension des processus mécano-biologiques, en découvrant, par exemple, que les forces contractiles sont organisées spatialement et temporellement à l’échelle cellulaire, et que cette dynamique spatio-temporelle gouverne l’orientation et l’irréversibilité des remodelages tissulaires. L’ensemble de tes travaux illustre comment l’organisation d’un système biologique, à une échelle donnée, émerge des interactions dynamiques aux échelles inférieures. Ces dynamiques s’enchaînent comme des « poupées russes » et impliquent des processus multiples qui mettent en jeu les différents niveaux d’interaction entre forces physiques et processus biochimiques, contribuant ainsi à l’émergence et au maintien des formes vivantes.

6Grâce à tes travaux, entre biologistes et physiciens, un modèle général de la morphogenèse a même été proposé, fondé sur le concept physique de « tension de surface », articulant les rôles disjoints mais complémentaires de l’adhérence et de la tension mécanique au niveau cellulaire. Ainsi, à toutes les échelles, un flux d’informations contrôle la dynamique interne des structures biologiques et orchestre ainsi les processus morphogénétiques du développement.

7Ancien élève de l’École normale supérieure (ENS), tu as suivi un parcours brillant à l’échelle internationale, d’abord un master avec Claude Desplan à l’université Rockefeller (New York), ensuite au Laboratoire européen de biologie moléculaire d’Heidelberg, où tu as effectué ta thèse dans le laboratoire de Steve Cohen en 1998, et à Princeton, pour ton stage postdoctoral avec Eric Wieschaus, prix Nobel de physiologie et de médecine en 1995. De retour en France en 2001, tu t’installes à l’Institut de biologie du développement de Marseille (IBDM), où tu animes depuis lors une équipe. Avec ton énergie incroyable, tu partages tes connaissances et ton enthousiasme pour la biologie à travers le monde, de Marseille à l’Inde – tu as vécu pendant un an à Bangalore pour élargir tes horizons et tes collaborations –, ou à Santa Barbara (Californie), où tu organises des écoles d’été en biophysique dans le cadre du fameux institut Kavli.

8Lewis Wolpert, un de tes héros, je crois, disait que l’étape la plus importante de la vie n’est ni la naissance ni le mariage ni la mort, mais la gastrulation de l’embryon, au cours de laquelle le jeu des forces physiques est d’ailleurs essentiel. L’analogie vaut ce qu’elle vaut, mais l’étape que tu franchis aujourd’hui reste d’une grande portée symbolique dans la vie d’un professeur au Collège de France. Alors, comme il faut le chanter à Lewis Wolpert pour son anniversaire, Happy gastrulation!, cher Thomas, nous sommes impatients de t’écouter.

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search