Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Freud au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

Bases neurales de la conscience de soi, de la relation avec autrui, et de l’empathie

Alain Berthoz

Texte intégral

1Je ne suis pas historien, et je n’ai aucune compétence en matière de psychanalyse. Je crois à une fertilisation croisée entre disciplines sous réserve que chacun accepte de se remettre en cause. De plus, j’admire le travail fait par Freud en son temps, et avec les connaissances de l’époque, qu’il faut toutefois juger aujourd’hui à l’aune des découvertes de la physiologie et des neurosciences cognitives, mon domaine de travail. Ici, je me limiterai donc à quelques opinions émises par Maurice Merleau-Ponty sur les idées de Freud concernant la question du « soi » et je proposerai au lecteur une brève et incomplète revue de données récentes offertes par les neurosciences sur un aspect particulier dont je mesure les limites.

Introduction : Merleau-Ponty et Freud

  • 1 Maurice Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité. Notes de Cours 1954-1955, Paris, Belin, 2003, p (...)
  • 2 Ibid., p. 290.
  • 3 Bernard Andrieu et Alain Berthoz (dir.), Le Corps en acte. Centenaire Maurice Merleau-Ponty, Nancy, (...)

2Que dit Maurice Merleau-Ponty sur Freud ? « L’essentiel du Freudisme n’est pas tant d’avoir montré qu’il y a sous les apparences une réalité tout autre, mais que l’analyse d’une conduite y trouve toujours plusieurs couches de signification, qu’elles ont toutes leur vérité, que la pluralité des interprétations possibles est l’expression discursive d’une vie mixte où chaque choix a toujours plusieurs sens sans qu’on puisse dire que l’un d’eux est seul vrai1 ». Le philosophe discute ailleurs de la relation entre la capacité d’interprétations multiples et la constitution d’un vrai savoir : « Freud distingue une conscience qui est savoir d’une version fausse, et un inconscient qui est savoir de la vérité. Pour moi, même au niveau conscient je mettrais contact avec la vérité et, par suite, cette vérité ne serait pas dans un inconscient refoulé hors de toute prise, mais il s’agit d’un contact perceptif qui n’est pas savoir2 ». On trouve ici un des axes essentiels de la pensée de Merleau-Ponty qui attribue au corps sensible et « en acte3 » un rôle fondamental. C’est sans doute la raison pour laquelle il discute des propositions de Freud liées au corps propre dans la conscience de soi et la constitution du « moi » freudien.

  • 4 Sigmund Freud, Le Moi et le Ça, dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. XVI 1921-1923, (...)
  • 5 M. Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité, op. cit., p. 293. Voir A. Berthoz et Jean-Luc Petit, (...)

3En effet, Freud écrivait : « il est facile d’apercevoir que le “moi est la partie du “ça” modifiée sous l’influence directe du monde extérieur par l’intermédiaire du Pc-Cs, en quelque sorte une continuation de la différenciation de surface4 ». Sur ce sujet, Merleau-Ponty privilégie le rôle d’un schéma corporel lorsqu’il affirme : « Les perceptions des choses sensibles sont corrélatives du schéma corporel. Par exemple, je sens l’horizontale et la verticale du lieu par compromis entre structuration visuelle et sensorielle et structuration de mon corps et de ses normes5 ».

  • 6 M. Merleau-Ponty, Cours de 1952-1953 : « Recherches sur l’usage littéraire du langage », dans Résum (...)
  • 7 Si on jette un rameau dans les mines de sel de Salzbourg, il se couvre de cristallisations qui le d (...)
  • 8 M. Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité, op. cit., p. 275. Sur Merleau-Ponty et l’implexe, on (...)

4Enfin, Merleau-Ponty discute aussi de la notion de refoulement chez Freud. Il s’intéresse notamment à la notion d’implexe comme « un mot mixte ou bâtard qui assure, en deçà de notre vouloir, le rapport de ce que nous faisons à ce que nous voulons6 ». Pour lui, l’inconscient est l’implexe, l’animal, non seulement de mots, mais d’évènements, d’emblèmes symboliques. L’inconscient est inconnu agissant et organisant, rêve et vie, principe de cristallisation (« rameau de Salzbourg7 »), non derrière nous mais en plein dans notre champ pré-objectif. Ceci n’est pas la formulation de Freud. Il admet le côte à côte : un rôle de structure onirique et un rôle de censure et refoulement, de déplacement, et de re-centration8.

  • 9 Si un individu a deux parents qui sont cousins germains, il n’a que six arrière-grands-parents (et (...)
  • 10 Voir chap. xi, Ernest Renan, L’Avenir de la science. Pensées de 1848, Paris, C. Lévy, 1890, p. 206.
  • 11 Atsuo Morimoto, « La notion de l’implexe chez Paul Valéry. Une notion de potentialité et la notion (...)

5La notion d’implexe est utilisée en généalogie pour désigner des écarts à la filiation classique9. Dans l’Inde, écrit Ernest Renan, c’est le sanskrit, avec son admirable richesse de formes grammaticales, ses huit cas, ses six modes, ses désinences nombreuses, sa phrase implexe et si puissamment nouée, qui, en s’altérant, produit le pali, le prakrit et le kawi, dialectes moins riches, plus simples et plus clairs10. Paul Valéry nomme « implexe » ou « animal de mots », la construction d’un système de pouvoirs à partir de notre relation avec le monde et avec les autres. Atsuo Morimoto affirme, dans La Notion de l’implexe chez Valéry11 :

  • 12 Paul Valéry, L’Idée fixe ou Deux hommes à la mer (1932), dans Œuvres, t. II, Jean Hytier (éd.), Par (...)
  • 13 Abréviation qui renvoie à Paul Valéry, Cahiers, Paris, CNRS Éditions, 1957-1962.

Paru au public pour la première fois en 1932 dans le dialogue, L’Idée fixe, ce concept sert à Valéry à désigner tous les pouvoirs potentiels de l’être humain, à savoir, selon l’expression de ce dialogue, notre capacité de sentir, de réagir, de faire, de comprendre12, ou selon les Cahiers, un ensemble d’« ible » et d’« able » comme sensible, imaginable, intelligible ou faisable (C, XXII, 55013). En effet, les fragments des Cahiers concernant l’implexe s’étendent sur presque tous les problèmes que Valéry s’est imposés : langage, sensibilité, mémoire, affectivité, ou création artistique. Un autre aspect non moins important de la notion d’implexe consiste à accuser la différence entre cette potentialité valéryenne et l’inconscient psychanalytique ou psychiatrique. Quoique Valéry ait conçu le concept vers 1908 tout indépendamment de la réflexion freudienne, tout se passe, au moins à partir des années 30, comme s’il avait opposé au « complexe » de la psychanalyse cette notion d’implexe.

  • 14 A. Berthoz, « Elegant Actors for a Smooth Unconscious to Conscious Transition », dans Zdravko Radma (...)

6Le débat entre Merleau-Ponty et Freud, tel que l’illustrent ces quelques trop brèves citations, concerne, me semble-t-il, le problème essentiel de la constitution de ce que l’on nomme aujourd’hui le « soi », ou dans la littérature anglo-saxonne, le « self ». Il concerne aussi la transition entre processus inconscients et conscience (j’ai proposé quelques idées sur ce sujet dans un livre édité par Zdravko Radman14). La conscience de soi au cours de la vie suppose d’abord l’identité, c’est-à-dire la permanence et la cohérence du soi ainsi que la relation avec autrui. Celle-ci est fondée sur des bases neurales du schéma corporel et du corps propre. Dans ce qui suit, je tenterai d’illustrer ces propositions.

Le soi, entre passé et futur

  • 15 Voir A. Berthoz et Claude Debru (dir.), Anticipation et prédiction. Du geste au voyage mental, Pari (...)
  • 16 T. Suddendorf, D. R. Addis, M. C. Corballis, « Mental time travel and the shaping of the human mind (...)
  • 17 M. Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité, op. cit., p. 357. Cela se rapproche de la théorie de (...)

7L’identité et le soi ne s’appuient pas sur ce que le langage déclare que je suis, mais sur l’action que j’ai faite (mémoire épisodique). L’identité et le soi sont tendus entre la mémoire du passé, la prédiction du futur et la création d’un présent15. Y aurait-il des modules semblables pour la mémoire du passé et l’anticipation du futur16 ? Merleau-Ponty discute des thèses de Freud sur la mémoire, et soutient que la mémoire ne serait pas le contraire de l’oubli, la mémoire vraie se trouvant à l’intersection des deux, à l’instant où revient le souvenir oublié et gardé par l’oubli. Le souvenir explicite et l’oubli sont deux modes de notre relation oblique avec un passé qui n’est plus présent que par le vide déterminé qu’il laisse en nous17.

  • 18 Ces notions sont développées dans les nombreuses publications de Pascale Piolino et de Francis Eust (...)
  • 19 N. Jebara, E. Orriols, M. Zaoui, A. Berthoz, P. Piolino, « Effects of Enactment in Episodic Memory  (...)

8Pour Pascale Piolino et Francis Eustache18, deux composantes contribuent au « soi » (self) : d’une part, la mémoire épisodique définie initialement par Tulving en 2001, qui concernerait le soi phénoménologique, et la conscience autonoétique, qui impliquerait la reviviscence du contexte d’encodage, et le sentiment de continuité des évènements vécus. La mémoire épisodique exige une combinaison, une synthèse (binding) du temps, du lieu, des détails des évènements. Par exemple dans le cas d’évènements le long d’un trajet dans une ville, nous combinons et lions (c’est le concept anglais de « binding ») la mémoire du lieu, du moment, de la durée, des détails du trajet19 ? Enfin, elle suppose la mise en relation des souvenirs avec le présent et l’anticipation du futur, c’est-à-dire le « voyage mental dans le temps ».

  • 20 A. N. Meltzoff, « What Infant Memory tells us about Infantile Amnesia: long-term recall and deferre (...)

9Il y a, d’autre part, la mémoire sémantique. C’est un Soi conceptuel basé sur des connaissances sémantiques personnelles. Elle concerne les objectifs personnels (intérêts/désirs/croyances), et les règles de décision. Elle est du domaine du savoir et implique un sentiment d’identité. Parmi de nombreuses données, les auteurs donnent, comme exemple de dissociation épisodique/sémantique, l’amnésie développementale (AD), un trouble important de la mémoire épisodique avec préservation de la mémoire sémantique20.

10Nous remarquerons que dans ces deux composantes du soi, il n’y a aucune place pour la mémoire procédurale, c’est-à-dire pour la question de savoir comment est réalisée l’action. Or, l’analyse des processus du déroulement des évènements exige précisément que soit pris en compte le corps propre. Il n’y a pas de corps dans ces deux définitions. De nombreux travaux, que je ne peux pas résumer ici, ont été récemment consacrés au rôle du corps propre dans les bases neurales de la conscience de soi, et donc à la relation entre les différents niveaux d’intervention du « corps en acte », qui ont fait l’objet de théories de Freud et de Merleau-Ponty, brièvement esquissées ci-dessus.

Rôle du corps propre, et du schéma corporel dans l’élaboration du soi

  • 21 Antonio Damasio, Le Sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 22 Shaun Gallagher, « Philosophical conceptions of the self: implications for cognitive science », Tre (...)
  • 23 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. « Essais », 1990.

11 Aux frontières de la neurologie et de la psychologie cognitive, on trouve d’autres modèles de la constitution du soi et du corps propre. Antonio Damasio a proposé un modèle à trois niveaux ascendants comprenant : a) un « proto-soi », ou collection non consciente des états de l’organisme ; b) un « soi de base », (en anglais « core self »), référence consciente transitoire des évènements qui se produisent dans l’organisme ; c) une mémoire autobiographique qui enregistrerait les évènements vécus21. Enfin, au sommet de ce processus on trouve le « soi autobiographique ». Shaun Gallagher distingue aussi un « soi minimum » (the « minimal self »), qui n’a pas d’extension dans le temps22. Selon lui, comme pour Merleau-Ponty, l’action est essentielle. Il postule aussi des formes du soi actif responsables de l’agentivité (« self-agency ») et du sentiment de propriété (« self-ownership »). Enfin il postule, comme Paul Ricœur, un soi « narratif » (narrative self), qui implique l’identité personnelle et la continuité dans le temps23. Mais surtout il distingue deux modèles possibles du soi narratif : l’un est très centralisé et diverses composantes de la personnalité convergent vers lui, l’autre est très distribué. Il est composé de plusieurs modules indépendants (être un parent, ou une épouse, ou un adepte d’un sport, etc.) et c’est l’ensemble disparate de ces narrations qui constitue un soi éclaté.

12Des données récentes montrent que le schéma corporel, et donc le corps propre, est modifiable. Cette propriété avait été identifiée par les neurologues depuis longtemps. Un exemple de cette adaptabilité est le paradigme de la main de caoutchouc24. Le sujet est assis et pose ses bras sur la table. On cache un des bras par un écran et on place devant le sujet, dans l’axe de son corps, un bras avec une main de caoutchouc. Si on touche ensemble (la synchronie est importante) la main de caoutchouc et la vraie main, le sujet perçoit très rapidement la main de caoutchouc qu’il voit comme étant sa propre main. Ce paradigme a été aussi mis en œuvre avec le corps entier en utilisant la réalité virtuelle25.

13Une main virtuelle peut aussi induire une modification de l’ensemble du schéma corporel. Dans une expérience, le sujet debout appuie sur un piston. Une caméra placée derrière le sujet projette dans un casque de réalité virtuelle l’image de sa main mais décalée dans le plan horizontal26.

  • 27 C. Guariglia, L. Piccardi, M. C. Puglisi Allegra, M. Traballesi, (2002) « Is Autotopoagnosia Real? (...)
  • 28 Nous avons étudié ce processus dans deux projets réalisés en 2016 : a) « Dual Corps », avec Claire (...)

14Le schéma corporel peut être désagrégé induisant une perte de la cohérence du corps propre. Par exemple, chez un sujet ayant une lésion sous corticale limitée à la corona radiata gauche la représentation du corps est complètement éclatée27. Enfin, le fait que le corps propre peut être projeté à l’extérieur est indiqué par des expériences réalisées par des artistes qui s’immergent dans les mondes virtuels pendant des durées de plusieurs semaines. Ils ont constaté à quel point ils ont l’impression d’être eux-mêmes identifiés aux avatars qu’ils créent dans ces mondes28.

Le soi entre mémoire du passé et anticipation du futur

  • 29 A. Berthoz, Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob, 2013.
  • 30 A. Berthoz, La Simplexité, Paris, Odile Jacob, 2009.

15Les neurosciences modernes ont apporté de nouvelles connaissances sur un problème qui complète le débat entre Freud et Merleau-Ponty sur la mémoire du passé. En effet, dans la question du statut des processus inconscients du refoulement et de l’oubli, et celle de la mémoire épisodique dans la constitution du soi, on considère encore la mémoire comme une fonction de stockage d’informations qui, en fonction de leur valeur, sont plus ou moins accessibles pour le vécu et l’évaluation du présent. Or, j’ai soutenu dans Le Sens du mouvement29 que la mémoire est essentiellement une fonction destinée à anticiper le futur et prédire les conséquences de l’action. Pour caricaturer cette position, on pourrait dire que la mémoire est un outil pour prédire l’avenir, car je considère que toute l’activité cérébrale est apparue au cours de l’évolution essentiellement pour anticiper et choisir des actions futures en en prédisant rapidement les conséquences. La mémoire est comme la météo, elle utilise le passé en comparant des modèles du passé avec des prédictions du futur. C’est ce que permettent les modèles bayésiens (voir la figure dans La Simplexité30).

  • 31 C. More, K. Lemmon (dir.), The Self in Time. Developmental Perspectives, Mahwah, NJ, Lawrence Erlba (...)
  • 32 D. R. Addis, L. Pan, M. A. Vu, N. Laiser, D. L. Shacter, « Constructive episodic simulation of the (...)
  • 33 V. La Corte et P. Piolino, « On the Role of Personal Semantic Memory and Temporal Distance in Episo (...)

16La notion moderne de cette relation est celle de « voyage mental dans le temps31 », c’est-à-dire celle d’une relation entre les mémoires du passé et la prédiction du futur. Il se trouve que des études récentes utilisant l’imagerie cérébrale suggèrent que les modules du cerveau qui sont impliqués dans les différents types de mémoires (implicite, explicite, procédurale, sémantique, et épisodique) ont des équivalents dans la construction de scénarios du futur32. Si cette découverte était confirmée, elle aurait des conséquences importantes. En effet, le schéma corporel, le corps propre, et le soi, qui fondent les formes de l’identité, ne seraient plus des constructions stables mais des processus placés dans le flux permanent d’échanges entre les réseaux du cerveau impliqués dans la mémoire et ceux qui construisent les scénarios du futur. Les schémas sur le « soi », le « ça », le « surmoi », toutes ces notions sur lesquelles Freud et Merleau-Ponty, mais tant d’autres aussi, ont spéculé, se trouvent en fait non seulement être modifiables, mais sous-tendues par des processus dynamiques. Ces schémas sont sans cesse remis en cause par le flux qui va du passé vers le futur, mais aussi, comme je l’ai dessiné dans le livre Anticipation et prédiction, par un retour des scénarios du futur vers les réseaux des mémoires33.

17Notons que le soi doit se définir non seulement dans la relation passé-présent-futur, mais aussi dans « l’altérité » et l’intersubjectivité. Paul Ricœur insiste sur le caractère fondamentalement intersubjectif du soi et de l’identité. Selon lui les termes de l’identité sont :

  • L’identité comme mêmeté. « L’idem » implique la « permanence dans le temps » Sameness (GB) Gleichheit (D).

    • 34 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, op. cit., p. 14.

    L’identité comme « ipséité» : ipse (latin), self (anglais), Selbst (allemand), se (italien), simismo (espagnol). Il insiste aussi sur le fait que le titre du livre Soi-même comme un autre, suggère que « l’ipséité du “soi-même” » implique l’altérité à un degré si intime que l’une ne se laisse pas penser sans l’autre34 ».

    • 35 Ibid., p. 170.

    L’identité narrative : « C’est dans l’histoire racontée, avec ses caractères d’unité, d’articulation interne, et de complétude, conférés par l’opération de mise en intrigue, que le personnage conserve tout au long de l’histoire une identité corrélative de l’histoire elle-même35 ». La thèse moderne est donc que le soi ne peut pas être compris sans étudier les relations avec autrui et leurs bases neurales. Ce champ scientifique était resté longtemps hors de portée des neurosciences. Mais il connaît aujourd’hui un développement considérable qu’il n’est pas dans l’objectif de ce chapitre de décrire en détail. Je proposerai seulement deux idées qui ne m’ont été suggérées, autant que je le sache, ni par Freud ni par Merleau-Ponty.

Changer de point de vue et de référentiel spatial

  • 36 J’ai proposé cette hypothèse dans A. Berthoz, Gérard Jorland (dir.), L’Empathie, Paris, Odile Jacob (...)

18La relation avec autrui suppose une manipulation des référentiels spatiaux36. La thèse que j’avance est que la relation avec autrui suppose d’abord une construction d’un corps propre, dont nous avons esquissé les conditions et bases neurales ci-dessus, mais aussi une capacité de changer de point de vue spatial, et enfin, une capacité de mettre en relation le cerveau cognitif et le cerveau des émotions.

  • 37 Pour la définition des référentiels égo- et allo-centrés, voir A. Berthoz, Le Sens du mouvement, op (...)

19Nous pouvons utiliser plusieurs cadres de référence spatiaux pour encoder la relation avec autrui. Nous pouvons adopter : a) un point de vue égo-centré, ou topo-kinesthésique (séquence de mouvements et épisodes) ; ou b) allo-centré ou, topographique (ou encore global ou cartographique). Un troisième point de vue consiste à prendre autrui comme référence. C’est une stratégie hétéro-centrée. En d’autres termes, on peut interagir avec autrui à la première personne (égo-centrée) ou sans référence à une personne (allo-centrée), ou en prenant autrui comme référence (à la troisième personne, ou hétéro-centrée)37.

  • 38 S. Lambrey, M. A. Amorim, S. Samson, M. Noulhiane, D. Hasboun, S. Dupont, M. Baulac, A. Berthoz, « (...)
  • 39 S. Lambrey and A. Berthoz, « Gender differences in the use of external landmarks versus spatial rep (...)

20Nous avons montré que le cerveau gauche paraît plus impliqué dans des processus de mémorisation et de traitement séquentiel et égo-centré de la navigation spatiale, et le cerveau droit, dans des traitements allo-centrés38. Dans la mise en œuvre de ces stratégies, il existe des différences entre les sexes liées à la fois à des différences de processus cognitifs, mais aussi au rôle des œstrogènes (chez les femmes) et de la testostérone (chez les hommes). Les femmes préfèrent les repères mais utilisent des stratégies allo-centrées si les repères sont absents39.

  • 40 L. Cleret de Langavant, et al., « Viewing another’s person’s body », op. cit.

21La manipulation de référentiels spatiaux pour la distinction, et la relation, entre soi et autrui est déficitaire dans un certain nombre de pathologies neurologiques ou psychiatriques impliquant précisément la reconnaissance de soi. L’hétérotopoagnosie40, ou difficulté de désigner des parties du corps d’autrui, est un exemple de pathologie de la capacité de passer d’un référentiel égo-centré à un référentiel hétéro-centré. Ces patients ont des déficits d’orientation dans l’espace, mais aussi dans les relations sociales avec autrui, ce qui exige de la flexibilité et des changements incessants de points de vue entre soi et autrui.

L’altérité du soi et la relation avec autrui impliquent le cerveau cognitif et le cerveau des émotions

  • 41 N. George, J. Driver et R. J. Dolan, « Seen Gaze-Direction Modulates Fusiform Activity and its Coup (...)
  • 42 A. Berthoz et G. Jorland. op. cit. ; A. Berthoz, Bérengère Thirioux, « A Spatial and Perspective Ch (...)

22Freud a choisi d’éviter le contact en allongeant le patient et en évitant son regard, c’est-à-dire d’éviter au maximum l’expression corporelle des émotions par le patient et surtout un échange par le regard. On sait aujourd’hui que le visage d’autrui est analysé en particulier dans le gyrus fusiforme, mais lorsque le regard d’autrui se dirige vers nous, le contact des regards induit une activation de l’amygdale qui met en jeu tout le cerveau des émotions41. Par cette disposition, Freud a évité l’échange émotionnel trop intense avec le patient, c’est-à-dire le contraire de ce que recherche en général le médecin. Ce choix est très intéressant et je voudrais l’interpréter à l’aune de la théorie que j’ai formulée, avec Gérard Jorland et Bérangère Thirioux42, concernant la différence entre sympathie et empathie établie par les philosophes allemands Robert Vischer et Theodor Lipps.

  • 43 J. Grèzes, S. Pichon, B. de Gelder, « Perceiving fear in dynamic body expressions », Euroimage 35 ( (...)

23Pour ces auteurs, la sympathie (Mit-fühlung ou sum-patheia) est un état dans lequel on éprouve les émotions d’autrui sans changer de point de vue spatial. C’est un état de contagion émotionnelle dont le bâillement et le rire sont des exemples. Le système des « neurones miroirs », découverts par Giacomo Rizzolatti, en est un autre exemple. Il nous permet de comprendre immédiatement les actions d’autrui en les simulant mentalement, mais il ne suppose pas vraiment de changement de point de vue et d’activité consciente. C’est une résonance à la première personne. La perception de l’expression corporelle des émotions en est encore un autre exemple, elle est sous-tendue par plusieurs réseaux dont certains sont très sous-corticaux43. De même, le syndrome de Capgras relève d’un déficit de la sympathie. Dans ce syndrome le patient dit, après un accident, par exemple, de son père : « tu ressembles à mon père mais tu n’es pas mon père ». L’explication de ce déni d’identité est une absence de lien entre l’évaluation cognitive de l’identité par les voies corticales (pariéto-temporales vers le gyrus fusiforme) et l’évaluation affective par la voie limbique qui relie le cortex visuel avec l’amygdale et le cortex orbito-frontal. Comme le dit Damasio, il ne peut pas « marquer » l’identité cognitive avec l’identité affective.

24L’empathie est un processus très différent de la sympathie. L’empathie n’est pas la « théorie de l’esprit ». Elle peut en utiliser certains mécanismes. L’empathie consiste à se mettre à la place de l’autre avec un changement de point de vue (de référentiel spatial) en utilisant son corps virtuel (son double), tout en restant soi-même, en inhibant éventuellement la perception « sympathique » des émotions d’autrui (par exemple, inhibition de la contagion émotionnelle). C’est donc un ensemble dynamique complexe de mécanismes en coopération et en compétition44.

  • 45 B. Thirioux, M. R. Mercier, G. Jorland, A. Berthoz, O. Blanke, « Mental imagery of self-location du (...)

25Nous en avons étudié les bases neurales en utilisant un paradigme particulier : le funambule. On présente au sujet debout un film sur un grand écran qui montre un funambule sur un fil qui avance et recule en tenant dans ses mains un bâton qui se penche avec lui. Les sujets imitent le mouvement du funambule en se penchant soit en miroir (par exemple si le funambule penche vers la gauche le sujet penche vers la droite) soit en faisant un changement de point de vue et en se penchant vers la gauche45.

  • 46 S. Landgraf, M. O. Krebs, J. P. Olié, G. Committeri, E. van der Meer, A. Berthoz, I. Amado, « Real (...)

26L’enregistrement électroencéphalographique de l’activité cérébrale montre que ces deux comportements induisent des activités dans des réseaux différents que nous avons attribués respectivement au comportement de sympathie et d’empathie. Ce paradigme à ce stade ne comporte aucune émotion mais nous pensons que la démonstration de la différence de comportement spatial est une composante essentielle pour comprendre la différence entre sympathie et empathie. Nous avons montré que des patients schizophrènes46 peuvent soit avoir le même comportement que des sujets sains ou ne peuvent pas faire le changement de point de vue.

  • 47 V. Sulpizio, G. Committeri, S. Lambrey, A. Berthoz, G. Galati, « Role of the human retrosplenial co (...)

27Plus récemment47, nous avons montré que l’amorçage positif (c’est-à-dire le fait de préparer un sujet à la tâche qu’il va faire, et au changement de point de vue qu’il doit effectuer) améliore la performance. Dans ce cas le sujet était placé dans une pièce virtuelle ou étaient disposés des objets. On changeait de place ces objets à l’insu du sujet et on lui demandait quel objet avait bougé. L’activité du cortex rétrosplénial diminuait lorsqu’on donnait au sujet la possibilité d’anticiper le changement. Cette région aurait donc, en plus de son rôle dans les changements de perspective, un rôle dans l’anticipation du futur point de vue.

28Enfin, nous avons étudié la relation entre le changement de point de vue et les composantes émotionnelles de l’empathie48. Nous avons présenté aux sujets un avatar dans une pièce virtuelle. La dimension émotionnelle de l’empathie était corrélée avec l’avantage comportemental de l’anticipation du point de vue. Cela confirme un lien entre la capacité de ressentir de façon vicariante les émotions d’autrui et la capacité de changer de perspective.

Notes

1 Maurice Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité. Notes de Cours 1954-1955, Paris, Belin, 2003, p. 269.

2 Ibid., p. 290.

3 Bernard Andrieu et Alain Berthoz (dir.), Le Corps en acte. Centenaire Maurice Merleau-Ponty, Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. « Épistémologie du corps », 2011.

4 Sigmund Freud, Le Moi et le Ça, dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. XVI 1921-1923, trad. Janine Altounian et al., Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet (dir.), Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2003.

5 M. Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité, op. cit., p. 293. Voir A. Berthoz et Jean-Luc Petit, Phénoménologie et physiologie de l’action, Paris, Odile Jacob, 2006.

6 M. Merleau-Ponty, Cours de 1952-1953 : « Recherches sur l’usage littéraire du langage », dans Résumés de cours. Collège de France, 1952-1960, Paris, Gallimard, 1968, p. 27.

7 Si on jette un rameau dans les mines de sel de Salzbourg, il se couvre de cristallisations qui le décorent. De même on attribue à l’être aimé des qualités qu’il n’a pas.

8 M. Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité, op. cit., p. 275. Sur Merleau-Ponty et l’implexe, on pourra consulter Lucia Angelino, Entre voir et tracer. Merleau-Ponty et le mouvement dans l’expérience esthétique, Paris, Mimésis, 2014, ou encore, Jérôme Melançon, « La praxie, l’expérience et la pratique de l’écriture », PhænEx 9, no 2, 2014, p. 166-176.

9 Si un individu a deux parents qui sont cousins germains, il n’a que six arrière-grands-parents (et non huit comme on s’y attendrait). Deux de ces arrière-grands-parents sont dits implexes.

10 Voir chap. xi, Ernest Renan, L’Avenir de la science. Pensées de 1848, Paris, C. Lévy, 1890, p. 206.

11 Atsuo Morimoto, « La notion de l’implexe chez Paul Valéry. Une notion de potentialité et la notion motrice de la psychologie contemporaine », http://archive.mcxapc.org/docs/cerisy/tr1-2.htm.

12 Paul Valéry, L’Idée fixe ou Deux hommes à la mer (1932), dans Œuvres, t. II, Jean Hytier (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibl. de la Pléiade », 1957-1960, p. 234.

13 Abréviation qui renvoie à Paul Valéry, Cahiers, Paris, CNRS Éditions, 1957-1962.

14 A. Berthoz, « Elegant Actors for a Smooth Unconscious to Conscious Transition », dans Zdravko Radman, Before consciousness. In Search of the Fundamentals of Mind, Imprint Academic, 2017, p. 1-26.

15 Voir A. Berthoz et Claude Debru (dir.), Anticipation et prédiction. Du geste au voyage mental, Paris, Odile Jacob, 2015.

16 T. Suddendorf, D. R. Addis, M. C. Corballis, « Mental time travel and the shaping of the human mind », Phil. Trans. R. Soc. B, vol. 364, n° 1521, 12 May 2009, p. 1317-24. doi10.1098/rstb.2008.0301 ; R. N. Spreng, R. A. Mar, A.-S. Kim, « The common neural basis of autobiographical memory, prospection, navigation, theory of mind, and the default mode: a quantitative meta-analysis », J. Cogn. Neurosci., vol. 21, n° 3, 2009, p. 489-510, doi10.1162/jocn.2008.21029 ; T. Karapanagiotidis, B. C. Bernhardt, E. Jefferies, J. Smallwood, « Tracking Thoughts: Exploring the neural architecture of mental time travel during mind-wandering », NeuroImage, vol. 147, 15 fév. 2017, p. 272-281, doi : 10.1016/j.neuroimage.2016.12.031.

17 M. Merleau-Ponty, L’Institution, la passivité, op. cit., p. 357. Cela se rapproche de la théorie de Edmund Husserl sur le rapport entre mémoire du passé et anticipation du futur et les notions de rétention et protension. Voir A. Berthoz et J.-L. Petit, Phénoménologie et physiologie de l’action, op. cit.

18 Ces notions sont développées dans les nombreuses publications de Pascale Piolino et de Francis Eustache.

19 N. Jebara, E. Orriols, M. Zaoui, A. Berthoz, P. Piolino, « Effects of Enactment in Episodic Memory : a pilot virtual reality study with young elderly adults », Frontier in Aging Neuroscience, vol. 6, 17 déc. 2017, p. 338, doi: 10.3389/fnagi.2014.00338.

20 A. N. Meltzoff, « What Infant Memory tells us about Infantile Amnesia: long-term recall and deferred imitation », Journal Experimental Child Psychology, n° 59, 1995, p. 497-515.

21 Antonio Damasio, Le Sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience, Paris, Odile Jacob, 2002.

22 Shaun Gallagher, « Philosophical conceptions of the self: implications for cognitive science », Trends Cogn. Sci., vol. 4, n° 1, 2000, p. 14-21, doi : 10.1016/S1364-6613(99)01417-5.

23 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. « Essais », 1990.

24 A. Guterstam, V. I. Petkova, H. H. Ehrsson, « The Illusion of Owning a Third Arm », PLoS One, vol. 6, n° 2, 23 fév. 2011, e17208. doi: 10.1371/journal.pone.0017208.

25 B. Lenggenhager, T. Tadi, T. Metzinger, O. Blanke, « Video ergo sum: manipulating bodily self-consciousness », Science, vol. 317, n° 5841, 24 août 2007, p. 1096-1099, doi10.1126/science.1143439.

26 I. Olivé, C. Tempelmann, A. Berthoz, H. J. Heinze, « Increased functional connectivity between superior colliculus and brain regions implicated in bodily self-consciousness during the rubber hand illusion », Hum Brain Mapp, vol. 36, n° 2, 2015, p. 717-30, doi10.1002/hbm.22659 ; I. Olivé, A. Berthoz, « Combined Induction of Rubber-Hand Illusion and Out-of-Body Experiences », Frontiers in Psychology, vol. 3, n° 128, 31 mai 2012, doi : 10.3389/fpsyg.2012.00128.

27 C. Guariglia, L. Piccardi, M. C. Puglisi Allegra, M. Traballesi, (2002) « Is Autotopoagnosia Real? EC says yes. A case study », Neuropsychologia, vol. 40, n° 10, 2002, p. 1744-49.

28 Nous avons étudié ce processus dans deux projets réalisés en 2016 : a) « Dual Corps », avec Claire Sistach et Soizic Samson, le Laboratoire SITU de l’université Paris 8, Vincennes Saint-Denis et l’ENSAD à Paris ; et b) un projet sur la co-présence dans un musée virtuel, avec François Garnier à L’ENSAD et Simon Lambrey, psychiatre.

29 A. Berthoz, Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob, 2013.

30 A. Berthoz, La Simplexité, Paris, Odile Jacob, 2009.

31 C. More, K. Lemmon (dir.), The Self in Time. Developmental Perspectives, Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum Associates Inc. Publishers, 2001.

32 D. R. Addis, L. Pan, M. A. Vu, N. Laiser, D. L. Shacter, « Constructive episodic simulation of the future and the past : Distinct subsystems of a core brain network, mediate imagining and remembering », Neuropsychologia, vol. 47, 2009, p. 2222-2238. M. C. Corballis, « Wandering Tales : Evolutionary origin of mental time travel and language », Frontiers of Psychology, vol. 4, n° 485, 29 July 2013, doi: 10.3389/fpsyg.2013.00485. Y. Østby, K. B. Walhovd, C. K. Tamnes, H. Grydeland, L. T., A. M. Fjell, « Mental time travel and default-mode network functional connectivity in the developing brain », PNAS, vol. 109, n° 42, 16 oct. 2012, p. 16800-4, doi: 10.1073/pnas.1210627109.

33 V. La Corte et P. Piolino, « On the Role of Personal Semantic Memory and Temporal Distance in Episodic Future Thinking: The TEDIFT Model », Front. Hum. Neurosci., vol. 10, n° 385, 2016. doi10.3389/fnhum.2016.00385. Voir A. Berthoz et C. Debru, Anticipation et prédiction. Du geste au voyage mental, Paris, Odile Jacob, 2015

34 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, op. cit., p. 14.

35 Ibid., p. 170.

36 J’ai proposé cette hypothèse dans A. Berthoz, Gérard Jorland (dir.), L’Empathie, Paris, Odile Jacob, 2004.

37 Pour la définition des référentiels égo- et allo-centrés, voir A. Berthoz, Le Sens du mouvement, op. cit. et La Simplexité, op.cit. Pour la définition du référentiel hétérocentré, voir L. Cleret de Langavant, I. Trinkler, P. Remy, B. Thirioux, J. McIntyre, A. Berthoz, E. Dupoux, A. C. Bachoud-Lévi, « Viewing another person’s body as a target object : A behavioural and PET study of pointing », Neuropsychologia, vol. 50, n° 8, 2012, p. 1801-1813, doi10.1016/j.neuropsychologia.2012.04.005.

38 S. Lambrey, M. A. Amorim, S. Samson, M. Noulhiane, D. Hasboun, S. Dupont, M. Baulac, A. Berthoz, « Distinct visual perspective-taking strategies involve the left and right medial temporal lobe structures differently », Brain, vol. 131, Part 2, 2007, p. 523-534, doi : 10.1093/brain/awm317 ; K. Iglói, C. F. Doeller, A. Berthoz, L. Rondi-Reig, N. Burgess, « Lateralized human hippocampal activity predicts navigation based on sequence or place memory », PNAS, vol. 107, n° 32, 10 août 2010, p. 14466-14471, doi : 10.1073/pnas.1004243107 ; J. Bullens, K. Iglói, A. Berthoz, A. Postma, L. Rondi-Reig, « Developmental time course of the acquisition of sequential egocentric and allocentric navigation strategies », J. Exp. Child Psychol., vol. 107, n° 3, 2010, p. 337-5 ; doi : 10.1016/j.jecp.2010.05.010.

39 S. Lambrey and A. Berthoz, « Gender differences in the use of external landmarks versus spatial representations updated by self-motion », J. Integr. Neurosc., vol. 6, n° 3, 2007, p. 379-401.

40 L. Cleret de Langavant, et al., « Viewing another’s person’s body », op. cit.

41 N. George, J. Driver et R. J. Dolan, « Seen Gaze-Direction Modulates Fusiform Activity and its Coupling with other Brain Areas during Face Processing », Neuroimage, vol. 13, n° 6, June 2001, p. 1102-1112, doi10.1006/nimg.2001.0769.

42 A. Berthoz et G. Jorland. op. cit. ; A. Berthoz, Bérengère Thirioux, « A Spatial and Perspective Change Theory of the Difference between Sympathy and Empathy », Paragrana, Internationale Zeitschrift für Historische Anthropologie, vol. 19, n° 1, 2010, doi10.1524/para.2010.0003

43 J. Grèzes, S. Pichon, B. de Gelder, « Perceiving fear in dynamic body expressions », Euroimage 35 (2), 2007, p. 959-967, doi10.1016/j.neuroimage.2006.11.030 ; M. Tamietto, B. de Gelder, « Neural bases of the non-conscious perception of emotional signals », Nat Rev Neurosci, n° 10, 11 oct. 2010, p. 697-709, doi: 10.1038/nrn2889 (compte rendu).

44 J. Decety, I. B. Bartal, F. Uzefovsky, A. Knafo-Noam, « Empathy as a driver of prosocial behaviour: highly conserved neurobehavioural mechanisms across species », Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci., vol. 371, n° 1686, 19 janv. 2016, 20150077, doi: 10.1098/rstb.2015.0077 (compte rendu).

45 B. Thirioux, M. R. Mercier, G. Jorland, A. Berthoz, O. Blanke, « Mental imagery of self-location during spontaneous and active self-other interactions : an electrical neuroimaging study », J. Neurosci., vol. 30, n° 21, 26 mai 2010, p. 7202-14, doi10.1523/JNEUROSCI.3403-09.2010 ; B. Thirioux, L. Tandonnet, N. Jaafari, A. Berthoz, « Disturbances of spontaneous empathic processing relate with the severity of the negative symptoms in patients with schizophrenia A behavioural pilot-study using virtual reality technology », Brain Cognition 90C, 8 juil. 2014, p. 87-99, doi : 10.1016/j.bandc.2014.06.006 ; B. Thirioux, M. R. Mercier, O. Blanke, A. Berthoz, « The cognitive and neural time course of empathy and sympathy : a neuroimaging study on self-other interaction », Neuroscience, vol. 267, 2014, p. 286-306, doi10.1016/j.neuroscience.2014.02.024 ; B. Thirioux, M. Wehrmann, N. Langbour, N. Jaafari, A. Berthoz, « Identifying oneself with the face of someone else impairs the ego-centered visuo-spatial Mechanisms : A new double mirror paradigm to study self-other distinction and interaction » Front. Psychol., vol. 7, 25 août 2016, p. 1283.

46 S. Landgraf, M. O. Krebs, J. P. Olié, G. Committeri, E. van der Meer, A. Berthoz, I. Amado, « Real world referencing and schizophrenia: are we experiencing the same reality? » Neuropsychologia, vol. 48, n° 10, 2010, p. 2922-2930, doi10.1016/j.neuropsychologia.2010.05.034.

47 V. Sulpizio, G. Committeri, S. Lambrey, A. Berthoz, G. Galati, « Role of the human retrosplenial cortex/parieto-occipital sulcus in perspective priming », NeuroImage, 125, 15 janv. 2016, p. 108-119. doi: 10.1016/j.neuroimage.2015.10.040.

48 V. Sulpizio, G. Committeri, E. Metta, S. Lambrey, A. Berthoz, G. Galati, « Visuospatial transformations and personality : evidence of a relationship between visuospatial perspective taking and self-reported emotional empathy », Exp Brain Res., vol. 233, n° 7, 2015, p. 2091-2102, doi10.1007/s00221-015-4280-2.

Auteur

Alain Berthoz est professeur honoraire au Collège de France à la chaire de Physiologie de la perception et de l’action (1993-2010), Ancien directeur du laboratoire de physiologie de la perception et de l’action (Collège de France/CNRS, 1993-2010). Membre de l’Académie des sciences, de l’Académie des Technologies, et de plusieurs Académies internationales. Lauréat de plusieurs prix et notamment le Grand Prix du CEA de l’Académie des Sciences (Paris, 1998) et récemment le Prix International Castan de Neurologie Développementale. Auteur de près de 350 articles scientifiques, il a publié notamment chez Odile Jacob, Le Sens du mouvement, La Décision, La Simplexité, La Vicariance. Le cerveau créateur de mondes, et (avec Claude Debru) Anticipation et prédiction. Du geste au voyage mental.

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540