Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Freud au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

La station freudienne au Collège de France

L’épistémologie freudienne en germe

Paul-Laurent Assoun

Texte intégral

1C’est une bonne idée de saisir ce moment du Collège de France en lui même, dans le trajet de Freud lors de son grand voyage parisien de 1885. Cette « autre visite » n’a pas suffisamment attiré l’attention, éclipsée qu’elle a été par celle qui, au même moment, porte ses pas vers la Salpêtrière, le royaume de Jean-Baptiste Charcot. Sans être ignoré des spécialistes du trajet freudien, du moins n’a-t-elle pas été examinée de façon spécifique. Il était donc utile et pertinent de la considérer comme un « motif » détaché, qu’il s’agit de réévaluer non seulement à titre documentaire, mais pour contribuer à l’investigation du trajet freudien. Qui se souvient d’ailleurs, en passant devant l’édifice du Collège de France, que le créateur de la psychanalyse en a un jour franchi le seuil ? Mais quel seuil franchissait-il du même coup, du même pas, dans son propre cheminement ?

2Sur son trajet, qu’il se représente volontiers en termes de « destin » (« j’ai un destin à remplir »), il fait station, sans doute pas fortuitement, au Collège. La station est le fait de s’arrêter, un temps plus ou moins long, lors d’un déplacement ou d’un voyage. Arrêt, halte, pause où l’on se fixe un moment. Dans le voyage freudien, la station prend naturellement un sens spatio-temporel, mais aussi logique. À une station, on descend, on y reprend son souffle ou l’on y fait séjour, avant de repartir et de reprendre sa course. Le but est ici de saisir la signification de ce passage. N’est-il qu’une transition ou un moment qui fait sens dans son parcours parisien ?

3Il ne faut pas perdre de vue que c’est en 1870 – soit quinze avant que Freud ne le découvre – que le Collège royal, puis impérial, créé trois siècles et demi plus tôt, prend l’appellation « Collège de France », devenant une institution proprement nationale. C’est aussi le moment où cette institution, vouée à la transmission directe de la recherche, prend tout son relief par rapport au grand mouvement scientifique contemporain. Et c’est enfin le moment où Freud débute sa formation médicale (1873), qui aura abouti en 1885, lorsque ses pas le porteront vers ce lieu, qu’il sait fleuron français des humanités.

Le seuil et l’institution

4Le Collège n’est pas seulement un établissement prestigieux, c’est une sorte de petite république des lettres et des sciences, une ville du savoir dans la Ville (Paris), en plein Quartier latin. La Salpêtrière, c’est un autre quartier et un tout autre univers, non du discours, mais du réel clinique… On peut donc imaginer ce que ce médecin de fraîche date, privat-docent, boursier, nommé Sigmund Freud, pouvait ressentir en franchissant le seuil du Collège, alors qu’il est encore « demandeur » de perspectives, pour un destin de créateur qui ne s’est pas encore noué mais qu’il a sur les talons. Tant Freud est, au dire de Jacques Lacan, celui qui, nouvel Actéon, déchaîne derrière lui les chiens de la vérité…

  • 1 Paul-Laurent Assoun, « L’infranchissable Rubicon. Le sujet de l’inhibition », dans Christiane Lacôt (...)

5Là où il y a seuil, il y a franchissement : je souhaiterais donc rechercher l’événement symbolique – et épistémologique – que représente un tel passage. Son « Rubicon1 », Freud le franchira proprement une décennie plus tard, vers 1895, avec l’apparition des mots « psychanalyse » et « métapsychologie » et l’affirmation de sa vocation propre. Le voyage à Paris en constitue pourtant le prologue, et l’enjeu est de solder la contribution de la « visite » au Collège de France dans ce « pré-franchissement ». On connaît l’ambivalence de Freud envers le voyage comme tel, accompagné d’une aura phobique, qu’il mit en rapport avec son roman familial et la figure de la mère. Ce grand voyageur de la psyché a une vocation plutôt sédentaire : le temps qu’il mettra pour trouver son chemin vers Rome, en 1901 seulement, et sa mésaventure face à l’Acropole d’Athènes sont bien connus. Mais cette fois, le voilà au cœur de la capitale de la France.

Le voyageur et son ombre

  • 2 Lettre à Fließ, 1er décembre 1900, dans Sigmund Freud, Lettres à Wilhelm Fließ. 1887-1904, Jeffrey (...)

6Cela suppose donc d’examiner les contacts qui se sont noués en cette occasion collégiale, un par un, en ce temple parisien du savoir, mais aussi et surtout de tenter de montrer la cohérence de ces divers « contacts » – apparemment hétérogènes – à la lueur du projet de Freud et de sa subjectivité de découvreur en train d’éclore à elle-même. Freud est dès alors d’autant plus en quête de référents qu’il se sent sous la contrainte d’une « chose » qu’il lui faut mettre à jour. C’est un conquistador – selon les termes de la fameuse lettre à Fließ au seuil du xxe siècle, alors qu’il achève sa préhistoire2. Or un conquistador a d’autant plus besoin de boussole qu’il est condamné à creuser seul son sillon sur la terra incognita de son Amérique et qu’il lui est essentiel de ne pas « perdre la boussole ».

  • 3 P.-L. Assoun, Introduction à l’épistémologie freudienne (1981), Paris, Payot, coll. « Science de l’ (...)

7La bonne démarche nous semble donc être de détailler de nouveau ces contacts, cas par cas, en soulignant notamment les éléments susceptibles de servir d’« indices » de la signification de ces rencontres. Car prendre contact n’est pas faire rencontre. Il faut aborder ce contact plus que comme une visite, justement comme une station dans un trajet, dont il faut débrouiller la part du hasard et de la nécessité sous-jacente. Il importe d’examiner ce qui s’y est passé de facto, pour dégager ce qui s’y passe souterrainement de jure, entendons ce qui s’inscrit dans une certaine nécessité interne, ce à quoi il faut faire droit dans le trajet freudien. Ayant proposé dans un ouvrage paru en 1981, l’expression d’« épistémologie freudienne3 » – et pas seulement « psychanalytique » –, je voudrais envisager la cohérence de l’apport divers du Collège, de Louis Ranvier à Alfred Maury. Car après tout, à part le fait d’être enseignants au Collège, il y a un monde entre Freud et ces chercheurs solitaires. C’est le visiteur Freud qui tisse ponctuellement leurs liens, avec un sens déjà sûr de ce qui est dès alors important et de ce qui peut lui servir pour se frayer son chemin vers l’objet qu’il veut mettre au jour, en un avenir personnel qu’il pressent puisqu’il le tient et qu’il l’a aux trousses…

  • 4 Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain (1878), Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1987.

8Pour supporter la solitude du transfert fondamental sur sa « chose », le créateur Freud a besoin de transferts transitionnels en quelque sorte – à côté du transfert majeur sur l’ami Fließ. C’est ainsi qu’on peut leur donner relief. Ces rencontres une fois détaillées, avec l’avidité du Freud de l’époque à nourrir son trajet unique de l’apport des autres, de ces quelques noms propres, fût-ce à mille lieux de ses propres préoccupations, il s’agira d’en traduire la répercussion, en faisant droit à l’apport du Collège de France. Pour reprendre la métaphore nietzschéenne, le voyageur nommé Freud est accompagné de son ombre4, de son double qui pressent son destin, Surmoi qui lui ordonne de faire feu de tout bois, ou du moins, du meilleur qu’il repère en fonction de sa potentialité à faire flamber son objet, avec l’esprit d’un Ambroise Paré qui brûle le mobilier pour « faire le ménage » dans le savoir ambiant, image qu’il lui est arrivé d’évoquer comme une espèce d’engagement sacrificiel dans sa tâche. Il ne faudra pourtant pas perdre de vue ce que ses interlocuteurs du Collège de France auront méconnu ou entrevu.

9Le visiteur Freud qui arrive à Paris en 1885 est un médecin, diplômé depuis trois ans seulement, qui commence à prendre cette autre direction qui le définira comme chercheur. C’est le disciple de Charcot qui arrive, ou du moins son émule, Charcot auquel il rendra hommage à sa mort en 1893. Son « maître » est à la Salpêtrière, c’est au Collège de France qu’il trouvera plutôt des passeurs utiles. À la Salpêtrière, dans le service de Charcot, officie un maître unique, au Collège, un collège de professeurs, précisément.

La trilogie collégiale

Ranvier ou le geste de monstration

10Il faut donc marcher dans les pas de Freud sur le chemin du Collège de France, qui le mènent particulièrement vers Louis Ranvier. L’événement est autrement discret que celui qui l’attire puissamment vers la Salpêtrière, et qui est de portée historique. Reste que c’est bien le deuxième lieu de son « tropisme » parisien.

  • 5 Voir « Lettre du ministre de l’instruction annonçant à Claude Bernard que la direction du laboratoi (...)
  • 6 S. Freud, « Autoprésentation » (1925), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. XVII : 1 (...)

11Ranvier – est-il besoin de le formuler ? – n’aura pas pesé autant que Charcot sur le destin freudien, mais ce n’est pas un hasard si Freud tient à le rencontrer. Louis-Antoine Ranvier (1885-1922) est au Collège de France depuis 1867, il n’est rien moins que le successeur de Claude Bernard, dont il avait commencé par être l’assistant5. On voit d’emblée le symbole de l’événement : le futur créateur de la psychanalyse à la rencontre de la « méthode expérimentale ». « Je ne suis pas un expérimentateur », dira Freud en 1900 dans ce fameux auto-portrait en négations (il n’est pas non plus un savant, un penseur, parce qu’il est d’abord un « découvreur6 »). Mais il est clair que le conquistador en gestation n’a pas, en 1885-1886, oublié sa formation en anatomie, acquise à l’Université de Vienne.

  • 7 P.-L. Assoun, « L’exemple comme la chose même. Le cas et son sujet », dans Écrire le cas. Psycholog (...)

12Dans une lettre tardive qu’on lui a beaucoup reprochée, il a constaté que les apports cliniques de la psychanalyse n’étaient pas destinés à se trouver expérimentalement établis. Constat que l’on a pris pour un aveu, et qui a été triomphalement recueilli des contempteurs de la prétention psychanalytique à la scientificité. Ce n’est pas une façon de se défausser par rapport à l’idéal de la science qui demeure intangible à ses yeux, sauf à rappeler la loi de l’unicité du « cas7 » corrélative de celle du sujet. Mais en 1885 c’est bien un disciple éminent de l’auteur de l’Introduction à la médecine expérimentale, parue tout juste vingt ans auparavant, que Freud vient consulter, lui qui a lui-même commencé par l’observation au microscope des cellules nerveuses d’anguilles.

  • 8 S. Freud, « Projet d’une psychologie » (1895), dans S. Freud, Lettres à Wilhelm Fließ. 1887-1904, J (...)

13C’est le titulaire de la chaire d’anatomie générale, chaire que Ranvier occupe depuis 1875, qu’il vient visiter. C’est aussi le créateur des Archives d’anatomie microscopique. C’est bien en effet l’initiateur de la microscopie optique, et le futur créateur de la psychanalyse a fait ses débuts derrière un microscope (avant de tourner son attention vers le symptôme inconscient, qu’il visera avec une précision « microscopique », en quêtant « l’enveloppe formelle », justement après s’être « fait l’œil » sur la structure anatomique). Enfin, ses travaux touchent à l’anatomie neuronale, dont on sait l’importance pour l’auteur de l’« Esquisse (Entwurf) » ou « Projet de psychologie scientifique à l’usage des neurologues », ourdi une décennie plus tard, au cours de ses va-et-vient avec l’ami Fließ8.

  • 9 S. Freud, « Compte rendu de mon voyage d’études à Paris et à Berlin entrepris grâce à la bourse de (...)

14Un précieux document de cette rencontre est le « Compte rendu de mon voyage d’études à Paris et à Berlin » publié par Freud en 1886. La mention de Ranvier est certes lapidaire, en contraste avec la longue évocation de « Maître Charcot », mais révélatrice : « il me reste encore à mentionner que Monsieur le Professeur Ranvier, du Collège de France, eut la bonté de me montrer ses belles préparations de cellules nerveuses et de névroglie9 ».

15Une phrase unique et sobre, mais qui contient l’évocation d’un geste symbolique et concret : entre l’homme du Collège de France et le médecin viennois, il y aura eu ce geste de monstration. Cela révèle bien Ranvier, l’homme de la technique scopique, passionné d’histologie nerveuse. Exposer le meilleur de ses observations du moment au voyageur viennois traduit une forme de générosité, autant qu’une complicité scientifique aperçue à cette occasion, soit donner à voir à qui de droit, partage collégial aussi bien de la jouissance scopique. Ils auront partagé en quelque sorte, en ce bref moment, le même microscope, mais aussi une esthétique de la « préparation » cellulaire… Freud cherche le visionnaire à cette époque, la vue imprenable que Charcot donne du monde clinique, mais aussi celle qu’un Ranvier lui fournit, espèce de « vue imprenable » sur le corps neuronal.

  • 10 Voir Duchenne de Boulogne, Mécanisme de la physionomie humaine ou Analyse électro-physiologique de (...)

16C’est bien la position anatomo-pathologique qui est en cause, faisant droit au regard, « en en mettant plein les yeux », et Charcot lui-même a éminemment contribué à cette discipline avant de rencontrer l’hystérie. Il ne faut pas négliger la passion personnelle précoce de Charcot pour le dessin, qui éclaire l’observation de Freud dans l’hommage funèbre de 1893, selon laquelle l’on ne pouvait de toute la journée s’ôter de l’esprit l’image clinique que maître Charcot avait fait surgir et qui trouvera son prolongement dans sa passion pour les représentations picturales de l’hystérie et la photographie naissante, avec Duchenne de Boulogne10.

  • 11 Voir le Rapport sur l’École pratique des hautes études, Année 1885-1886, p. 90-92, qui détaille les (...)

17Freud forgera son modèle neuronal une dizaine d’années plus tard, en sorte que sa collecte semble passer par le « laboratoire » du Collège de France, plus que par le discours : qui sait quelle sera la résonance ultérieure de ce déploiement des « préparations » de cellules nerveuses ? Quand il parlera de « ses » neurones et des connexions synaptiques, qui sait quel rôle le « beau » spectacle « névroglique » aura joué ? La « névroglie » – littéralement la « glue nerveuse » (du grec gloios) désigne le tissu ou ensemble de cellules de soutien du système nerveux, autrement dit, le tissu interstitiel du système nerveux situé entre les neurones (cellules nerveuses), déterminant par son rôle dans les échanges entre le sang et le milieu cérébral. Sans doute ce contact scopique aura-t-il accéléré son désir d’explorer cette cartographie. Il se trouve que ce laboratoire était sis au Collège de France, qui s’est donc trouvé le lieu de ce spectacle, sinon de cette révélation11. Espèce de scène primitive d’une passion neurologique qui aura duré deux décennies. S’il ne s’agit pas d’en surestimer l’importance dans la biographie intellectuelle de Freud, la scène n’en est pas moins saisissante et elle aura permis à Freud de prendre date pour sa propre exploration de l’espace neuronal, puis psychique. Freud aurait trouvé dans cette salle du Collège de France un encouragement et comme une autorisation de progresser dans cette direction.

  • 12 Rudolf Karl Ludwig Virchow (1821-1902), médecin pathologiste allemand, professeur à Berlin, établit (...)

18Ranvier aura aussi été un intermédiaire avec Virchow12, qui établit le principe cardinal de la pathologie cellulaire, plaçant l’origine des maladies dans des altérations des cellules du corps (davantage, notons le, que dans la « microbiologie » ascendante, sur laquelle le même Virchow se montrait réticent).

  • 13 Voir l’annexe à P.-L. Assoun, « Psychanalyse et addiction », dans Éric-Pierre Toubiana (dir.), Addi (...)

19On peut donc parler d’un effet de transmission, au double titre (1) de confirmer la filiation de Freud à la médecine neurologique de son temps – au moment où il sait qu’il doit faire son deuil d’obtenir un poste de professeur en ce domaine, dans le sillage de son maître Brücke ; (2) d’asseoir son « Projet de psychologie scientifique » de 1895 sur une certaine légitimité scientifique : lien avec la « proto-métapsychologie » freudienne, parallèlement à son essai sur la conception des aphasies de 1891 et à ses travaux sur la cocaïne13. Ranvier lui aura donné le signal qu’il peut y aller. Pointons donc le premier axe à interroger : le lien entre la spatialité et la topique de l’appareil psychique.

Maury, le pionnier d’une psychologie du rêve

20Mais voici qu’une seconde porte ouvre sur Maury. Le nom d’Alfred Maury est cité une vingtaine de fois dans L’Interprétation du rêve, du premier chapitre sur l’historique des théories des rêves jusqu’au dernier sur la psychologie des processus du rêve. Deux ouvrages de Maury intéressent Freud : Le Sommeil et les rêves, publié en 1861 et cité d’après la 4e édition de 1878, mais aussi, Nouvelles observations sur les analogies des phénomènes de rêve et de l’aliénation mentale paru en 1853.

  • 14 P.-L. Assoun, L’Excitation et ses destins inconscients. Court traité psychanalytique de l’excitatio (...)

21Maury apparaît d’abord dans le chapitre historique sur « la littérature scientifique sur les problèmes du rêve », lorsque Freud le gratifie d’avoir mis le rêve en rapport avec le vécu de veille, et repéré les « restes diurnes ». Maury est aussi l’auteur de l’expression « images hypnagogiques », celles qui se forment aux confins du sommeil ; il est donc un théoricien et un clinicien du seuil, comme en témoigne son aperçu de l’excitation sensorielle interne14.

22Mais c’est aussi et surtout celui qui a perçu quelque chose du rapport du rêve au vécu d’enfance, et ainsi entrevu l’enracinement subjectif de la production onirique. Au plan méthodologique, Maury mentionne ses propres rêves, ce qui est aussi essentiel chez Freud, qui allègue ses rêves, engageant sa personne dans son acte de Traumdeuter. Maury n’est certes pas le premier à avoir traité son propre matériel, mais comme il prétend aussi à la scientificité, il ouvre de ce fait la voie à ce que Freud présentera quelques décennies plus tard. Ce qui était antérieurement un geste d’« amateur », celui du rêveur narrant ses rêves, devient de Maury à Freud une décision épistémique.

  • 15 S. Freud, L’Interprétation du rêve (1900), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. IV : (...)
  • 16 Ibid.

23Voici donc les passages de Maury qui ont frappé Freud, lequel soulignait « la valeur de toutes ces remarques perspicaces pour une psychologie de la vie de rêve » : « En rêve l’homme se révèle tout entier à soi-même dans sa nudité et sa misère natives […] il devient le jouet de toutes les passions contre lesquelles, à l’état de veille, la conscience, le sentiment de l’honneur, la crainte nous défendent15 » (nous soulignons). Ce n’est rien moins que la dimension passionnelle du rêve qui est ici formulée. De plus c’est « l’homme instinctif qui se révèle » : « l’homme revient pour ainsi dire à l’état de nature quand il rêve16 ». Bref, le rêve met à nu le sujet.

24On comprend que le nom de Maury se détache nettement de cet historique, lequel a coûté à Freud, qui n’est pas loin de le considérer comme une corvée. Il faut se souvenir, en retrouvant le nom de Maury dans la prolixe bibliographie de la Traumdeutung, que Freud a rencontré l’auteur, qu’il le connaît de vue et a dialogué avec lui quinze ans plus tôt. Maury détonne dans ce laborieux inventaire, dans la mesure où, figure vivante, il a vu la portée psychologique de l’acte onirique et dégagé son lien à ce qu’il appelle sommairement, il est vrai, « la vie instinctive ». Le fait que Freud aille le voir en personne, sur son lieu d’étude, quelque quatre décennies après la parution des contributions sur le rêve de ce précurseur, matérialise ce statut privilégié. Complicité entre Traumdeuter

25Mais c’est naturellement aussi ce qui permet de mesurer la distance qui le sépare de Freud. D’une part, il manque naturellement à Maury rien moins que la méta-psychologie des processus inconscients, pour reconnaître le rêve comme formation psychique inconsciente. D’autre part, il lui manque une « doctrine pulsionnelle » (Trieblehre) qui permette d’aller bien au-delà de la « vie instinctive », soit le travail psychique sur la pulsion et la dimension « psychosexuelle ». Cela éclaire la remarque critique de Freud envers Maury, selon laquelle ce dernier gâche en quelque sorte ses observations par ailleurs pertinentes, en réduisant la vie instinctive à « l’automatisme psychologique », type de notion faussement explicative.

  • 17 Voir à l’article « Interprétation des rêves », la rubrique « Genèse », dans P.-L. Assoun, Dictionna (...)

26En 1885, est-il besoin de le rappeler, Freud est encore lui-même loin d’avoir élaboré sa théorie du rêve. Mais, après ce qui vient d’être dit, peut-être ne l’est-il pas tant que cela, puisqu’il va voir Maury, et sa visite montre que quinze ans avant la parution de son opus magnum, il mesure l’importance du savant. Cet événement nous amène à faire remonter dans le temps la genèse de l’interprétation des rêves freudienne17.

Un rapport en absence

27Voilà pour les présents en chair et en os. Mais il faut placer dans ce décor l’absent, ou plutôt le non encore présent, soit Pierre Janet. Le chassé-croisé entre Janet et Freud autour du Collège de France résume cette espèce de rendez-vous manqué entre eux, alors même qu’ils « tournent » autour de questions « affines » et qu’il est arrivé à Freud d’avancer ses idées sur l’hystérie en en accélérant la publication, de peur que Janet ne conclue avant lui. Janet quant à lui suggère un « vol » de ses idées à la Salpêtrière.

  • 18 S. Freud, « Le trouble psychogène de la vision dans la conception psychanalytique » (1910), dans S. (...)

28De son côté, en 1911, Freud montre, concernant le cas de la cécité hystérique18, que la solution de Janet, aboutissement de celle de l’école française post-charcotienne, est insuffisante. En 1917, Freud récuse Janet, les notions de réduction de la conscience, de dissociation, de défaillance de la « synthèse psychologique » et de l’asthénie, confirmant selon lui l’insuffisance de cette représentation, qui n’en est pas moins un moment historique important des théories de l’hystérie.

29Certes, en 1885, Janet n’est pas encore au Collège de France, qu’il illustrera bien plus tard. C’est ailleurs qu’ils se croiseront (ou se rateront !). Ils sont inscrits l’un et l’autre au premier Congrès international d’hypnotisme expérimental et thérapeutique, qui se tenait en août 1889 à l’Hôtel Dieu de Paris. En revanche, Freud était absent au Congrès international de médecine à Londres quelques années plus tard, en août 1913. C’est à cette occasion que Pierre Janet, contrarié par le fait que Freud et ses disciples n’aient pas reconnu leur dette envers lui, procède à une démolition en règle de la psychanalyse.

Freud et le trio du Collège

30Voilà donc la « question de confiance » de l’histoire. Y a-t-il une unité sous-jacente des influences issues du Collège de France, un fil rouge qui relierait souterrainement Ranvier et Maury ? Sauf à y ajouter le nom de Janet, qui occupa la chaire de psychologie de 1902 à 1934, comme successeur de Théodule Ribot, et dont l’enseignement continu sur ces trente années au Collège constitue l’un des plus systématiques de la discipline. Il ne faut pas oublier que lors d’un séjour à Paris en 1902-1903, Carl G. Jung, alors jeune psychiatre, avait assisté aux cours de Janet au Collège de France, sur les traces de Freud une vingtaine d’années auparavant, avant même sa rencontre avec le créateur de la psychanalyse.

31La question se pose différemment au regard de Janet, pour lequel Freud, au-delà de ses emprunts, ressent une antipathie personnelle, que symbolise son refus de recevoir Janet lorsqu’il se présente à son domicile viennois, à la fin de sa vie, pour avoir émis l’idée, vipérine aux yeux de Freud, que la psychanalyse ne pouvait surgir que dans un climat aussi licencieux que celui de Vienne. Ce « coup bas » annule aux yeux de Freud l’estime pour l’homme, au-delà de l’intérêt scientifique pour l’œuvre. Janet trouvera hébergement au Collège, tandis que Freud devient le créateur de la psychanalyse. Deux destins disjoints aux croisements tendus.

L’arrière-scène du voyage : enjeux épistemologiques

32Le Collège est pour Freud un lieu d’interlocution. Du point de vue freudien, Maury sert à l’interprétation des rêves, Ranvier à la neuro-anatomie, comme Janet à la cécité hystérique, c’est du coup par coup en quelque sorte. Reste que cela pose la question de savoir ce que le style de l’école française, dont le Collège est l’un des carrefours prestigieux, a apporté au creuset de la « chose freudienne ». Ce n’est pas un hasard si ces chercheurs-là se retrouvent en ce lieu.

33De cette trilogie, de l’histologiste (Ranvier), de l’onirologue, archéologue, historien, érudit (Maury), et du psychologue (Janet) – ce qui récapitule bien la triple potentialité que Freud forge lui-même, quelle inspiration se dégage ?

D’une topicité à l’autre

34Dans le premier axe, Freud est polarisé sur une théorie de la spatialité, dont il trouve les coordonnées dans ce grand courant qui a sa branche viennoise – avec Ernst Brücke – et sa branche française – Ranvier et les autres. Brücke veut dire « pont », et, comme Freud le souligne, cela n’aura été rien moins que son « pont » vers la science. On peut ajouter que Ranvier aura été l’un de ses « ponts » avec l’histologie.

  • 19 Sur cette dimension, voir P.-L. Assoun, Introduction à la métapsychologie freudienne, Paris, PUF, c (...)

35Le passage à la topique suppose la dématérialisation de l’espace histologique, afin de dessiner les fictions de l’appareil psychique19. Mais c’est justement, pour le dire d’un mot, parce qu’il aura commencé par poser l’espace organique qu’il aura pu le « désubstantialiser ». «  cela se passe-t-il ? » C’est une question que Freud se pose tout au long de son trajet d’investigation psychanalytique.

36Cela laissera des traces dans la dimension topique de la théorie métapsychologique de l’appareil psychique. Mais au-delà, dans la psyché comme « quelque chose d’étendu » – c’est là l’un des derniers aphorismes de Freud, auquel on doit ajouter que, sur ce point, Freud avoue qu’il « n’en sait rien » (1938).

  • 20 P.-L. Assoun, L’Entendement freudien. Logos et Anankè, Paris, Gallimard, « Connaissance de l’incons (...)

37Le va-et-vient du futur créateur de la psychanalyse, de cette fabrique de poudre à canon devenue Hôpital général qu’est la Salpêtrière au Collège de France, double création du pouvoir royal puis de l’État, symbolise cette union de la théorie à la praxis, de l’exigence de vérité du logos au réel clinique, bref du Logos et de l’Anankè, seules divinités auxquelles il adhère20.

Freud, professeur au Collège de France ? Une filiation secrète de « penseurs-par-soi-même »

38Je concluerai par une remarque qui touche à un point plus crypté, mais qui pourrait former l’enjeu secret de cette question de la rencontre entre le créateur de la psychanalyse et ces représentants du Collège de France.

  • 21 Sur ce point voir notre introduction dans P.-L. Assoun, Le Regard et la voix. Leçons de psychanalys (...)

39Le trentenaire qui se rend au Collège deviendra au début du siècle suivant professeur ordinaire de l’Université de Vienne. Freud est bien, comme on le dirait aujourd’hui, un enseignant-chercheur. Or, au Collège, ce sont de vrais enseignants qu’il trouve, et pas de simples « formateurs », ce sont ce que l’on appelle des maîtres, en anatomie et en psychologie en l’occurrence. Or, Freud, il faut le souligner, est, outre un clinicien et un chercheur, un Lehrer, le producteur d’une Lehre, qui ne veut pas dire seulement « doctrine », mais aussi et peut-être surtout « enseignement théorique21 ». Dans la tradition germanique, les deux sont inséparables : la doctrine s’engendre de la parole de transmission, parole instituante. Le Pr. Dr. Freud prononcera ses Leçons d’introduction à la psychanalyse, qui témoignent de cet art de la Vorlesung. Il ne l’est pas encore en 1885, mais est destiné à le devenir, la psychanalyse s’engendrant solidairement du réel clinique et de la parole de transmission. Chez Freud, la reconnaissance académique ne fait pas perdre de vue le conquistador, ce qui, dans le domaine intellectuel, a pour nom « penseur-par-soi-même », « sanguin dans l’effort », mais aussi « critique dans l’examen des résultats ».

40Cela n’est pas étranger à « l’esprit » du Collège de France, c’est même « affine » à celui-ci. Dire que le créateur de la psychanalyse aurait eu sa place au Collège de France est sans doute une hyperbole et une fantaisie historique, mais c’est une façon de signifier l’extraordinaire art de l’exposé freudien, qui, même s’il ne passe pas par le modèle académique français, n’est pas sans affinité avec lui. Là où l’université classique donne la priorité à l’encadrement académique d’un savoir capitalisé, le Collège présente dès l’origine ce que l’on peut appeler des singularités enseignantes, exposant sur le vif un work in progress. Ce que l’on retrouve mutatis mutandis chez Freud.

  • 22 Voir Pierre Janet, Leçons au Collège de France (1895-1934), Paris, L’Harmattan, coll. « Encyclopédi (...)

41On pense peu au fait que ses grandes Leçons de 1916-1917 sont contemporaines de l’enseignement de Janet. À titre de curiosité, au moment même, en 1916-1917, où Freud parle de la psychanalyse à l’Université de Vienne, Janet parle des « degrés de l’activation des tendances » et l’année suivante des « degrés de l’activité psychologique22 ». On voit la différence, voire le gouffre qui sépare les problématiques mais aussi le parallélisme contrasté de leurs enseignements.

Une dissidence d’excellence

  • 23 Voir P.-L. Assoun, Freud et Nietzsche, 5e éd., Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2018.

42Plus encore qu’un chercheur, le créateur de la « chose psychanalytique » est ce que l’on appelle en allemand un Selbstdenker, un « penseur-par-soi-même » et qui est de plus ouvert à la tradition de l’Aufklärung, du Sapere aude (« Ose savoir »), ouvert à l’esprit public. Ce qui suppose de lui ou d’elle une position originale – de « dissidence d’excellence » – par rapport à la tradition universitaire « classique », quoiqu’il ait intègré l’habitus discursif de l’université. Or, c’est l’un des traits de l’enseignement au Collège de France de rendre possible la rencontre de quiconque avec un chercheur distingué, ouvrant les voies d’une pensée originale au sens fort, offerte à qui veut. Tout le trajet freudien atteste la détermination à tracer sa voie sans céder sur son désir propre. Autodidasker au sens fort, héritier dissident, cherchant des « mots nouveaux pour des choses neuves23 ». Souci d’une parole à la première personne et de la transmission d’un work in progress. N’est-ce pas une affinité à la fois profonde et secrète de ce privat-docent viennois, encore modeste, avec les sommités parisiennes ?

43De la reconstitution précédente, il se dégage que Freud savait donc bien ce qu’il faisait, en inscrivant la visite au Collège de France à son programme de propédeutique. Il irait donc dans cette institution séculaire, « prendre de la graine », pour faire pousser ce savoir neuf…

Notes

1 Paul-Laurent Assoun, « L’infranchissable Rubicon. Le sujet de l’inhibition », dans Christiane Lacôte-Destribats, Gérard Pommier (dir.), « Inhibition », La Clinique lacanienne, n° 26, Toulouse, Éditions Erès, 2015, p. 29-52.

2 Lettre à Fließ, 1er décembre 1900, dans Sigmund Freud, Lettres à Wilhelm Fließ. 1887-1904, Jeffrey M. Masson (dir.), trad. Françoise Kahn et François Robert, Paris, PUF, coll. « Bibl. de psychanalyse », 2006.

3 P.-L. Assoun, Introduction à l’épistémologie freudienne (1981), Paris, Payot, coll. « Science de l’homme », 1990.

4 Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain (1878), Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1987.

5 Voir « Lettre du ministre de l’instruction annonçant à Claude Bernard que la direction du laboratoire d’histologie est confiée à M. Ranvier (11 septembre 1875) », Archives du Collège de France, 16 CDF 29.

6 S. Freud, « Autoprésentation » (1925), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. XVII : 1923-1925, Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet (dir.), trad. J. Altounian et al., Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 1992, p. 55-122.

7 P.-L. Assoun, « L’exemple comme la chose même. Le cas et son sujet », dans Écrire le cas. Psychologie clinique, nouvelle série, n° 44, 2017, p. 86-98

8 S. Freud, « Projet d’une psychologie » (1895), dans S. Freud, Lettres à Wilhelm Fließ. 1887-1904, Jeffrey M. Masson (dir.), trad. Françoise Kahn et François Robert, Paris, PUF, coll. « Bibl. de psychanalyse », 2006, p. 593-693.

9 S. Freud, « Compte rendu de mon voyage d’études à Paris et à Berlin entrepris grâce à la bourse de voyage octroyée par l’Université de Vienne à l’occasion de son jubilé. Octobre 1885-Fin mars 1886 » (1886), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. I : 1886-1893, Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet (dir.), Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2015, p. 13-23, ici p. 23.

10 Voir Duchenne de Boulogne, Mécanisme de la physionomie humaine ou Analyse électro-physiologique de ses différents modes d'expression, Paris, Asselin, 1862.

11 Voir le Rapport sur l’École pratique des hautes études, Année 1885-1886, p. 90-92, qui détaille les travaux du Laboratoire d’histologie du Collège de France, au moment de la visite de Freud au laboratoire : https://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0002_1885_num_1_1_19017

12 Rudolf Karl Ludwig Virchow (1821-1902), médecin pathologiste allemand, professeur à Berlin, établit ce principe cardinal en 1858, soit à la naissance de Freud.

13 Voir l’annexe à P.-L. Assoun, « Psychanalyse et addiction », dans Éric-Pierre Toubiana (dir.), Addictologie clinique, 2e éd., Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2015, p. 7-121

14 P.-L. Assoun, L’Excitation et ses destins inconscients. Court traité psychanalytique de l’excitation, Paris, PUF, 2013.

15 S. Freud, L’Interprétation du rêve (1900), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. IV : 1899-1900, Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet (dir.), trad. J. Altounian et al., Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2003, p. 105.

16 Ibid.

17 Voir à l’article « Interprétation des rêves », la rubrique « Genèse », dans P.-L. Assoun, Dictionnaire des œuvres psychanalytiques, Paris, PUF, coll. « Grands dictionnaires », 2009.

18 S. Freud, « Le trouble psychogène de la vision dans la conception psychanalytique » (1910), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. X : 1909-1910, Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet (dir.), Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 1993, p. 179-186.

19 Sur cette dimension, voir P.-L. Assoun, Introduction à la métapsychologie freudienne, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993.

20 P.-L. Assoun, L’Entendement freudien. Logos et Anankè, Paris, Gallimard, « Connaissance de l’inconscient », 1984.

21 Sur ce point voir notre introduction dans P.-L. Assoun, Le Regard et la voix. Leçons de psychanalyse, Paris, Economica, 2e éd., coll. « Psychanalyse », 2013.

22 Voir Pierre Janet, Leçons au Collège de France (1895-1934), Paris, L’Harmattan, coll. « Encyclopédie psychologique », 2004.

23 Voir P.-L. Assoun, Freud et Nietzsche, 5e éd., Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2018.

Auteur

Paul-Laurent Assoun, est professeur à l’université Paris Diderot, psychanalyste, agrégé de philosophie. Ancien directeur de l’UFR Sciences Humaines Cliniques (1997-2007), il dirige l’axe d’anthropologie psychanalytique et de théorie clinique du corps au sein de l’École doctorale « Recherches en psychanalyse et psychopathologie ». A publié une quarantaine d’ouvrages dont Freud la philosophie et les philosophes (PUF, 1976 ; coll. « Quadrige », 1995), Introduction à l’épistémologie freudienne (Payot, 1981, 2e éd. 1990), Freud et les sciences sociales. Psychanalyse et théorie de la culture (Armand Colin, 1993, 2e éd. 2008), Introduction à la métapsychologie freudienne (PUF, 1993), Corps et symptôme, Economica, 1997, 2e éd. 2014), ainsi que le Dictionnaire des œuvres psychanalytiques (PUF, 2009)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540