Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Freud au Collège de France

 | 
Antoine Compagnon
, 
Céline Surprenant

Freud au Collège de France, 1885-2016

Introduction

Antoine Compagnon et Céline Surprenant

Texte intégral

  • 1 Angelo Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », Le Disque vert, « Freud et (...)
  • 2 Henri-René Lenormand, « L’Inconscient dans la littérature dramatique », Le Disque vert, op. cit., p (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 A. Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », op. cit., p. 19.
  • 5 Ibid., p. 11.
  • 6 Préface d’Édouard Claparède, Cinq leçons sur la psychanalyse (1909), trad. Yves Le Lay, Paris, Payo (...)

1Pendant les années 1920 en France, on a pu dire de la science freudienne qu’elle préparait une « féconde révolution dans les sciences de l’esprit », car elle signalait l’importance de l’affectivité dans la vie pratique de l’homme1. On disait encore qu’elle entraînerait « une véritable révolution littéraire2 », tout comme on avait pensé que le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire avait inspiré la forme du roman moderne chez Honoré de Balzac3. On pressentait qu’elle aurait « une formidable répercussion sur la pensée contemporaine4 » et sur la pensée scientifique, car les travaux de Freud leur imposaient « une orientation nouvelle5 ». Dans son introduction à l’une des premières traductions de ses écrits en français, le psychiatre suisse Édouard Claparède déclarait avec emphase que, par « la nouveauté des idées qu’elle nous suggère, par la fécondité dont elle a fait preuve, l’œuvre de Sigmund Freud constitue l’un des événements les plus importants qu’ait jamais eu à enregistrer l’histoire de l’esprit6 ».

  • 7 M. Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e ann (...)

2Si ces prédictions se sont en partie réalisées, et qu’en tout état de cause la psychanalyse a eu un très grand retentissement dans la culture en général, qu’en a-t-il été de sa réception au Collège de France, « pépinière » de l’innovation scientifique ? Qu’en a-t-il été des travaux d’un « fondateur de discursivité », pour reprendre l’expression de Michel Foucault, dans un des hauts lieux de la recherche en France ? (Foucault désigne par là des auteurs qui « ont ceci de particulier qu’ils ne sont pas seulement les auteurs de leurs œuvres, de leurs livres, mais qu’ils ont produit quelque chose de plus : la possibilité et la règle de formation d’autres textes7 »). C’est la question à laquelle les auteurs des études rassemblées dans ce volume tentent de répondre, en se penchant sur quelques professeurs du Collège de France, dont les enseignements et l’œuvre jalonnent la réception des idées freudiennes et représentent un ensemble de disciplines : Alfred Maury, Histoire et Morale (1862-1892), Pierre Janet, Psychologie expérimentale et comparée (1902-1934), Henri Bergson, Philosophie grecque et latine (1900-1904), puis Philosophie moderne (1904-1921), Paul Valéry, Poétique (1937-1945), Marcel Mauss, Sociologie (1931-1942), Émile Benveniste, Grammaire comparée (1937-1972), Maurice Merleau-Ponty, Philosophie (1952-1961), Jean-Pierre Vernant, Étude comparée des religions antiques (1975-1984), Claude Lévi-Strauss, Anthropologie sociale (1959-1982), et Foucault, Histoire des systèmes de pensée (1970-1984).

  • 8 Toutes les interventions du colloque sont accessibles sur le site du Collège de France, sur la page (...)

3Ces études reprennent des interventions au colloque « Freud au Collège de France, 1885-2015 », qui s’est tenu les 16 et 17 juin 2016 au Collège, dans le but de réfléchir conjointement à l’agencement des disciplines au Collège et à l’histoire de la diffusion des idées freudiennes en France8. Il nous revient ici d’expliciter le double contexte de cette réflexion, c’est-à-dire, d’une part, de présenter brièvement les principes du renouvellement des savoirs au Collège, et, d’autre part, de rappeler sommairement quelques repères et moments de la réception des idées freudiennes en France, où les disciplines représentées par les professeurs à l’étude sont entrées en dialogue avec elles.

« Passage des disciplines » et le Collège virtuel

  • 9 Ce volume inaugure la collection « Passage des disciplines », dirigée par Antoine Compagnon, et dan (...)
  • 10 Marc Fumaroli, professeur de Rhétorique et société en Europe, xvie - xviie siècles, de 1987 à 2002, (...)

4Le colloque « Freud au Collège de France », tout comme le colloque « Darwin au Collège de France xixe - xxie siècle », « Einstein au Collège de France », qui se sont tenus respectivement en 2017 et en 2018, ainsi que « Durkheim au Collège de France », qui se tiendra en 2019, se rattachent au programme de recherche « Passage des disciplines » que nous dirigeons et coordonnons. Il s’intéresse à l’évolution des matières enseignées depuis la fin du xviiie siècle jusqu’aux années 1960 au Collège, en relation avec d’autres grands établissements parisiens, français et internationaux. Le Collège est un point de référence privilégié pour étudier l’émergence des nouveaux savoirs, car il a eu et continue d’avoir précisément pour rôle de les repérer et de les promouvoir, d’où sa place singulière dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche français9. Depuis 1530 et selon les vœux mêmes de François Ier, l’établissement vise à développer l’enseignement de nouvelles matières et à encourager la recherche « désintéressée ». La maison du roi, les historiens, les ministres des tutelles successives, les administrateurs, et les professeurs ont ainsi célébré l’accueil des sciences nouvelles au Collège, jusqu’à en faire matière à légende10.

  • 11 Sur les remous politiques et intellectuels que la création, en 1892, d’une chaire d’Histoire généra (...)

5Comparer les discours officiels sur la mission innovatrice du Collège aux choix de l’assemblée des professeurs, à l’occasion de la création de certaines chaires ou de certaines nominations, a pu faire naître une attitude sceptique chez des commentateurs ou chez les historiens des sciences et les sociologues à l’époque contemporaine11. Pourtant, la procédure de sélection des chaires donne véritablement à l’assemblée des professeurs la possibilité de choisir la discipline qu’elle juge la plus pertinente et le savant le plus accompli au moment de la vacance d’une chaire. Sans entrer dans de tels débats qui ne seront vraiment connus que lorsqu’on aura étudié dans le détail les enjeux de centaines de nominations et notamment les « rapports de présentation » qui ont précédé le vote des professeurs à l’assemblée, la présence de Freud au Collège est ici abordée sous l’angle de ce que nous avons appelé le « Collège virtuel », c’est-à-dire, l’ensemble formé par les chaires et les candidats rejetés, qui s’ajoutent aux chaires validées et connues. Pour comprendre cette approche, il est utile de rappeler quelques faits sur la manière dont la procédure de sélection des chaires a graduellement été formalisée dans les statuts de l’établissement, même si les études de ce volume portent sur les enseignements et les œuvres des professeurs plutôt que sur la sélection des chaires et la documentation qui s’y rattache (notamment les Registres des assemblées et rapports de présentation des chaires et des candidats).

  • 12 Sur la création de la chaire de Ranvier, voir note 17 ci-dessous.
  • 13 Voir l’état successif des statuts dans la collection numérisée « Règlements du Collège de France », (...)

6Les premiers statuts, qui avaient été élaborés le 30 prairial an VIII (19 juin 1800), n’incluaient pas encore d’articles sur cette procédure de sélection. C’est à l’occasion de leur première révision en 1829 qu’il est stipulé que l’assemblée des professeurs « choisit les candidats pour les chaires vacantes », même si des chaires nouvelles avaient évidemment été créées avant cela (les enseignements des six premières chaires concernaient le grec, l’hébreu et les mathématiques). Les professeurs partagent alors le « droit de présentation » avec les académies compétentes de l’Institut, qui proposent également un candidat, le plus souvent le même que celui qui a été sélectionné par l’assemblée, malgré certains cas d’intervention directe du ministre dans la création des chaires12. Les statuts ont ensuite été révisés en 1857 (où est intégré le décret du 9 mars 1852 restreignant la liberté de l’assemblée au bénéfice du prince Napoléon), et en 1873, où la procédure s’est divisée en deux étapes, une première pour savoir si les professeurs souhaitent maintenir ou transformer le titre d’une chaire (ce qui pouvait impliquer la création d’une nouvelle chaire, lorsque l’enseignement proposé était entièrement nouveau par rapport au précédent), et une deuxième, pour leur permettre de choisir le candidat, après que la nouvelle chaire a été annoncée au Journal officiel pendant un mois. Cette procédure a été dans l’ensemble conservée dans l’avant-dernière révision du règlement en 1911, et dans les plus récents statuts votés en 2014. Elle est mise en œuvre à chaque fois qu’une chaire « devient vacante », c’est-à-dire aujourd’hui le plus souvent lors du départ à la retraite des professeurs à soixante-dix ans13.

  • 14 Sur le Collège virtuel, voir Antoine Compagnon, Pierre Corvol, John Scheid, Le Collège de France. C (...)
  • 15 Voir Léon Donnat, « Chaire d’évolution des êtres organisés en Sorbonne », dans Bulletin de la Socié (...)
  • 16 « Psychanalyse et critique », dans Albert Thibaudet, Réflexions sur la littérature, A. Compagnon et (...)

7La sélection des enseignements entraîne forcément la mise à l’écart de projets de chaire et de candidats, qui ont pu s’épanouir ou non dans d’autres établissements par la suite. Le cas de la sociologie, dont la première chaire fut instituée à la Sorbonne et non au Collège, est connu, cas que le colloque « Durkheim au Collège de France » abordera14. On pourrait encore évoquer le premier cours sur les théories de l’évolution, créé pour Alfred Giard en 1888 à la Sorbonne par Léon Donnat et financé par la Ville de Paris, sous l’intitulé, « Évolution des êtres organisés ». Giard a ensuite été le premier titulaire de la chaire du même nom créée en 1892 à la Sorbonne15, création qui sera traitée dans le deuxième volume de cette collection, « Darwin au Collège de France ». Inversement, les nominations au Collège ont alimenté le « Collège virtuel » des autres établissements, comme en témoigne le critique Albert Thibaudet, lorsqu’il commente, du point de vue de la Sorbonne, l’élection de Bergson au Collège de France en 1900, d’abord à la chaire de Philosophie grecque et latine (1900-1904), puis à celle de Philosophie moderne (1904-1921), à la suite des deux refus qu’il avait essuyés à la Sorbonne, le dernier en 1898. La Sorbonne, écrivait Thibaudet, « savait parfaitement [en écartant Bergson de son enceinte] qu’elle entraverait ainsi l’action d’une philosophie qui, autant et plus qu’une autre, a besoin de collaborateurs et d’élèves attentivement formés, capables de l’appliquer à des domaines nouveaux, de l’étendre dans ces directions imprévisibles où l’impulsion du maître ne ferait que donner une lumière à l’originalité des trouvailles ». Il ajoutait sans élaborer que « l’enseignement du Collège de France ne permet à peu près aucune action réelle16 ».

8Les cas de projets rejetés par le Collège n’ont pas tous été aussi bien étudiés que celui de Bergson à la Sorbonne. Ils n’ont pas fait l’objet d’un « salon des refusés », même s’ils sont répertoriés dans les fonds d’archives administratives du Collège et de ceux d’autres institutions. On peut amplifier l’idée de « Collège virtuel », afin d’intégrer Freud à l’ensemble des savoirs qui ont fait à diverses époques débat au Collège sans même y avoir été présentés. La théorie freudienne de l’inconscient s’avère alors être un cas hyperbolique d’un nouveau savoir resté largement en marge du Collège, malgré les quelques contacts directs qu’il a pu y avoir entre Freud et le Collège, car Freud n’a jamais, bien entendu, été candidat au Collège, et aucun projet de chaire de psychanalyse n’a jamais été soumis à l’Assemblée. Rétrospectivement, l’impression domine que le Collège a maintenu Freud, le freudisme, et la psychanalyse à l’extérieur de son enceinte, mais un examen plus approfondi révèle qu’il y a eu plusieurs points d’entrée dans les enseignements des professeurs, nuançant la sévérité des constats actuels.

Freud au Collège

  • 17 En 1868, Ranvier a été nommé préparateur de médecine pour Claude Bernard, titulaire de la chaire de (...)
  • 18 Freud mentionne en terminant que « le Professeur Ranvier, du Collège de France, eut la bonté de [lu (...)
  • 19 Plus précisément au Kinder-krankeninstitut à Vienne. Voir, entre autres, André Bolzinger, La Récept (...)

9En 1885, lorsqu’il séjournait à Paris (automne 1885, début 1886), Freud est bien venu au Collège pour rendre visite à Louis-Antoine Ranvier, professeur d’Anatomie générale (1875‑1911)17. Privatdocent de la Faculté de médecine de Vienne, Freud avait obtenu une bourse de voyage à Paris et à Berlin, pour faire une étude comparative des paralysies motrices organiques et hystériques au laboratoire de Jean-Martin Charcot à la Salpêtrière, dont il a rendu compte dans son « Rapport sur mon voyage à Paris et à Berlin18 » (1886), avant d’obtenir un poste de neuropédiatre à Vienne dans la clinique de Max Kassowitz, où il a travaillé en tant que neurologue de 1886 à 189619.

  • 20 S. Freud, « Eine neue Methode zum Studium des Faserverlaufs im Centralnervensystem », Separat-Abzug (...)

10Une autre trace matérielle de la visite de Freud au laboratoire de Ranvier, est le tiré à part de l’un de ses premiers articles datés de 1884, qui porte le tampon du laboratoire d’histologie du Collège de France, et l’écriture même de Freud : « Hommage de l’auteur20 ». Freud est donc venu au Collège, a fréquenté Ranvier, et s’en est même félicité, si l’on en juge par ce qu’il écrivait à sa fiancée, Martha Bernays, lorsqu’il était à Paris, au lendemain d’une soirée chez Charcot, soirée à laquelle Ranvier participa :

  • 21 « À Martha », 10 février 1886 dans Sigmund Freud. Correspondance 1873-1939 (1966), Ernst Freud (dir (...)

Dans le courant de la soirée, M. Ranvier, le célèbre histologiste, fit son apparition, ce qui me fut particulièrement agréable car il m’avait très amicalement accueilli au Collège de France. Je crois qu’il a parlé de moi à Charcot, et j’ai eu moi-même, un peu plus tard, une intéressante conversation avec lui. Cela n’a pas peu flatté le sentiment que j’ai de m’y connaître en hommes [en ce qui concerne la nature humaine] quand il m’avoua qu’il aurait aimé par-dessus tout être professeur dans une petite université allemande, comme celle de Bonn, par exemple, car, dans ma lettre à Paneth, j’avais qualifié Ranvier de « mauvaise transposition en français d’un professeur d’université allemande21 ».

  • 22 L’affiche du programme des cours du premier semestre 1885-1886 indique que c’est Louis-Charles Mala (...)

11Cette lettre montre les liens sympathiques que Freud entretenait avec Ranvier à l’époque de ses premiers travaux. Mais Freud ne s’est pas étendu sur sa visite au Collège et ses biographes ne mentionnent pas ce détail. A-t-il assisté à des leçons données pendant ce trimestre par le remplaçant de Ranvier, Louis-Charles Malassez, est-il venu plus d’une fois, a-t-il rencontré d’autres professeurs du Collège, tels Maury et le marquis Léon d’Hervey de Saint-Denis22 ? Impossible pour l’instant de le savoir avec la documentation dont nous disposons, car la visite de Freud au Collège de France est passée largement inaperçue, à la différence de sa présence aux leçons et dans les salons de Charcot, qui a été très abondamment documentée, à commencer par Freud lui-même.

  • 23 Voir A. Compagnon, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, Paris, Gallim (...)
  • 24 Voir Brigitte Chamak, « Un scientifique sous l’Occupation : le cas d’Antoine Lacassagne », Revue d’ (...)

12D’autres traces de lien direct de Freud avec le Collège ont été exhumées dans l’étude du « cas Bernard Faÿ » et du Collège sous l’Occupation23. Nous nous étions intéressés à la personnalité d’Antoine Lacassagne, qui a été professeur de Radiologie expérimentale (1941-1951), puis de Médecine expérimentale (1951-1954), succédant à René Leriche à la chaire de Médecine (1937-1950). Lacassagne avait été appelé auprès de Freud à Londres au mois de février 1939, lorsqu’il était directeur de l’Institut Curie, poste qu’il occupait depuis 193724. C’était un grand physiologiste, spécialiste du cancer, et c’est Marie Bonaparte qui avait organisé cette visite que deux photographies ont immortalisée. L’une d’entre elles, qui a été publiée dans la Revue française de psychanalyse, appartient à la famille de Lacassagne. On y voit Freud très malade. La photographie a été prise quelques mois avant sa mort à Londres, où il n’était arrivé que depuis quelque temps. Elle montre Lacassagne lui souriant, bien que celui-ci vienne de rendre un diagnostic tout à fait terminal. Freud mourra le 23 septembre. La princesse Bonaparte figure également sur la photo, et à droite, se trouve la belle-fille de Freud, la femme d’Ernst Freud, la mère du peintre Lucian Freud. Une autre photographie se trouve au Musée Freud à Londres, où l’on voit, à gauche, Freud, Lacassagne, Martha Freud, et Marie Bonaparte, et à droite, Anna Freud, absente de la première photographie, qu’elle avait sans doute prise.

  • 25 Voir Liste Otto, p. 13, pour les ouvrages de Freud (la liste est consultable à l’adresse suivante : (...)
  • 26 Edmond Faral a occupé la chaire de Littérature latine du Moyen Âge de 1925 à 1954, et le poste d’ad (...)

13Il y a donc eu des contacts entre le Collège et Freud. Le troisième lien, plus indirect, est moins heureux. Il nous est également apparu dans nos travaux sur la période de l’Occupation, notamment sur les listes Bernhard et Otto, qui avaient été émises par les forces d’occupation en 1940, et qui ordonnaient de retirer un certain nombre d’ouvrages des bibliothèques françaises25. Ces listes avaient été communiquées à l’Administrateur du Collège de France d’alors, Edmond Faral26. Des documents liés à cet épisode se trouvent aux Archives du Collège, en particulier une lettre de janvier 1942 du Secrétariat d’État à l’Éducation nationale, qui demande à voir la liste des ouvrages qui ont été retirés des bibliothèques du Collège de France entre 1940 et 1942. La liste est jointe à ce courrier, et on y trouve notamment des œuvres de Freud (Sigmund et Anna), de Charles Andler (Langues et littératures d’origine germanique, 1926-1933), d’Alfred Loisy (Histoire des religions, 1909-1932).

Méthode de traitement et doctrine

  • 27 Édouard Pichon, « De Freud à Dalbiez », Revue française de psychanalyse, t. 9, n° 4, p. 559-588, ic (...)
  • 28 Voir le tableau de Rafael Mandressi qui montre que certains des titulaires de chaires de médecine é (...)
  • 29 A. Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », op. cit., p. 10.
  • 30 É. Pichon, « De l’extension légitime du domaine de la psychanalyse », L’Évolution psychiatrique. Ps (...)
  • 31 Ainsi, « les médecins – neurologues et psychiâtres (sic) – n’ont abordé l’étude et le contrôle des (...)
  • 32 Alain de Mijolla, Freud et la France : 1885-1945, Paris, PUF, 2010, p. 112. En 1913, « la plupart d (...)

14Comment la psychanalyse aurait-elle pu être présentée au Collège, alors que celui-ci favorise la recherche « désintéressée » ou fondamentale, et que la psychanalyse s’est définie avant tout comme une méthode de traitement, comme un « génial enrichissement de la pratique psychologique27 » ? Peut-être faut-il d’abord atténuer cette opposition entre recherche fondamentale et recherche appliquée en ce qui concerne le Collège, car les titulaires des chaires de médecine ont aussi été médecins traitants, de même que les sciences expérimentales ont mené à des applications concrètes28, et le Collège a accueilli des psychologues praticiens, tel Janet, comme on le verra. La méthode psychanalytique a par ailleurs été très vite « exportée » hors de la clinique, d’abord par Freud et par ses disciples, qui s’intéressent dès les années 1890 au rêve, à la vie quotidienne et au Witz dans les premières années du xxe siècle, puis à la littérature (la revue Imago, destinée aux applications de la psychanalyse a été créée en 1912). Les idées freudiennes ont donc circulé indépendamment de la clinique. Dans les années 1910, Freud a élaboré sa « métapsychologie » en s’appuyant notamment sur la philosophie et la biologie. Il a cherché à faire tenir ensemble une méthode de traitement des maladies nerveuses, la théorie de l’inconscient, et l’étude des phénomènes historiques et culturels, en se servant d’outils conceptuels hétérogènes. Dès lors, la psychanalyse a attiré des critiques sévères et répétitives, car elle aurait eu une « forme brutale et un peu pédantesque29 », ses hypothèses, notamment sur la sexualité, auraient été « fantaisistes », immorales, irréligieuses, et elles auraient même représenté une menace pour les « idéaux artistiques30 ». Elle a néanmoins été considérée comme une véritable ressource, malgré la « répugnance31 » qu’elle a pu susciter, à condition de ne pas confondre ce qui tient du traitement et ce qui tient du « freudisme32 », c’est-à-dire les idées, les spéculations et les explications.

15L’œuvre de Freud a donc très tôt été perçue par ses premiers lecteurs français comme pouvant faire l’objet d’un fractionnement, et ces partages ont conditionné sa réception. Ce sont eux qui ont permis que la psychanalyse soit écartée du Collège en tant que technique pour le traitement des maladies psychiques, sans pour autant que les idées freudiennes ne soient complètement exclues de l’établissement. Ainsi, force est de constater que les idées freudiennes ont eu une présence certaine au Collège, à diverses époques de leur réception, à partir de leur introduction en France dans les années 1910. Il n’y a pas eu de chaire dédiée aux travaux de Freud, mais ceux-ci ont, directement ou non, retenu l’attention de plusieurs professeurs du Collège, lesquels se sont intéressés pour les critiquer à tel ou tel élément de l’œuvre freudienne, sans qu’il y ait eu la moindre concertation à cet égard. C’est pourquoi comprendre la réception des idées freudiennes au Collège nécessite de se pencher sur plusieurs professeurs et disciplines à la fois, au delà du cas de Janet, vers lequel on se tourne naturellement, puisqu’il a lui-même soulevé la question de son rapport à Freud, ou celui de chaires liées à la psychologie expérimentale, situées à la frontière entre les sciences sociales et les sciences naturelles.

16La référence à Freud a été diffuse dans plusieurs chaires, dont la création au Collège a été contemporaine de la réception « longue » des idées freudiennes en France. À l’exception de Maury, Bergson et Janet, nommés respectivement en 1862, 1900, et 1902, les professeurs qui sont évoqués dans ce qui suit ont été nommés pendant les années 1930 (Mauss en 1931, et Benveniste en 1937 et ont quitté leur chaire respectivement en 1945 et en 1972, Valéry a été nommé en 1937 et a occupé sa chaire jusqu’en 1945), pendant les années 1950 (Merleau-Ponty, en 1952 jusqu’en 1961 et Lévi-Strauss en 1959 jusqu’en 1982), et pendant les années 1970 (Vernant en 1975 jusqu’en 1984 et Foucault en 1970 jusqu’en 1984). Ces professeurs ont été témoins d’une manière ou d’une autre dans leur jeunesse des premiers moments de la réception de Freud.

La réception de Freud en France

  • 33 Ibid., p. 3.

17Le psychanalyste et psychiatre Alain de Mijolla a récemment proposé un inventaire des faits (rencontres, fondations, publications, correspondances), année par année, qui ont marqué la réception de la pensée freudienne en France. Les trois volumes de cette histoire couvrant les années comprises entre 1885 et 1964 font apparaître la longévité et la complexité des problèmes, et le grand nombre de penseurs, d’écrivains, de savants et autres acteurs qui se sont prononcés sur la psychanalyse pour l’approuver ou la contester, tant dans sa dimension clinique que théorique, du vivant de Freud et après sa mort. Les nombreux fils des écrits, des polémiques, ou des « épisodes de feuilleton33 » que représente chaque année de cette histoire, tiennent difficilement sous la seule rubrique « psychanalyse » ou « théorie freudienne » , bien qu’aux premiers moments de sa diffusion en France, Freud et ses écrits aient continué à dominer le mouvement.

  • 34 Ibid., p. 7.

18On peut utilement rappeler la périodisation adoptée dans le tome I de Freud et la France, où il est d’abord question de la « lente infiltration34 » des idées freudiennes en France pendant une première période, qui va de 1885 à 1919, jusqu’au moment où Freud est « connu en France » entre 1920 et 1925 ; la deuxième période est celle de la « naissance du mouvement psychanalytique français », qui va de 1926 à 1938 ; la troisième est celle de « la Seconde Guerre mondiale, 1939-1945 » et après.

  • 35 Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974.
  • 36 C’est la dissociation entre les travaux de neurologie de Freud et son œuvre ultérieure de psychanal (...)
  • 37 « Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique » (1914), dans S. Freud, Œuvres complètes. (...)

19Alors que l’historienne des sciences Yvette Conry avait eu à forger ses propres concepts pour comprendre le mauvais accueil fait à la théorie de l’évolution par les Français, dont celui de « conditions d’impossibilités35 » de l’introduction du darwinisme en France, les historiens de la psychanalyse ont été devancés par Freud. Le « Maître de Vienne » a lui-même identifié quelques jalons de la diffusion de ses idées en France et fourni aux historiens quelques thèmes et éléments de légende36 dans « Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique » (1914), qu’une querelle interne au mouvement psychanalytique concernant la définition de la pratique et qui l’oppose à ses premiers collaborateurs, Alfred Adler et Carl G. Jung, l’avait motivé à rédiger. Après avoir souligné la manière dont « le destin inévitable de la psychanalyse » avait été « d’exciter les hommes à la contradiction et de les exaspérer37 », Freud affirmait :

  • 38 Alphonse Maeder, « Contributions à la psychologie de la vie quotidienne, Oublis – confusions – laps (...)
  • 39 René Morichau-Beauchant, professeur à la Faculté de médecine de Poitiers, auteur de l’article « Le (...)
  • 40 Voir Emmanuel Régis et A. Hesnard, La Psychoanalyse des névroses et des psychoses : ses application (...)
  • 41 « Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique », op. cit., p. 276-277.

Parmi les pays européens, c’est jusqu’ici la France qui s’est montrée la moins réceptive à la psychanalyse, bien que des travaux méritoires du Zurichois A. Maeder38 aient ouvert au lecteur français un accès commode à ses doctrines. Les premiers mouvements de sympathie vinrent de la province française. Morichau-Beauchant39 (Poitiers) fut le premier Français à se rallier publiquement à la psychanalyse. Régis et Hesnard40 (Bordeaux) n’ont que tout récemment (1913) tenté de dissiper les préjugés de leurs compatriotes à l’encontre de cette nouvelle doctrine, dans une présentation détaillée pas toujours compréhensive, que choque tout spécialement la symbolique. À Paris même semble encore régner la conviction que Janet exprima si éloquemment au Congrès de Londres de 1913, selon laquelle tout ce que la psychanalyse a de bon répète, à quelques modifications près, les vues janetiennes, tout le surplus étant mauvais. Au même Congrès, Janet dut supporter une série de remontrances venant de E. Jones, qui put lui objecter sa faible connaissance du sujet. Nous ne pouvons toutefois oublier ses mérites en matière de psychologie des névroses, même si nous repoussons ses prétentions41.

20On trouve les prodromes des jugements de Freud sur l’« esprit français » dans une lettre que Freud adresse à la sœur de sa fiancée, Minna Bernays, au début de son séjour à Paris, lettre dans laquelle il livre la vue d’ensemble qu’il a acquise de la ville :

  • 42 « À Minna Bernays », 3 décembre 1885, dans Sigmund Freud. Correspondance 1873-1939, op. cit., p. 20 (...)

Cette ville et ses habitants n’ont vraiment rien qui me rassure, les gens m’ont tout l’air d’appartenir à une tout autre espèce que nous, je les crois tous possédés par mille démons et les entends crier « À la lanterne ! », et « À bas Un tel » au lieu de « Monsieur » et « Voilà L’Écho de Paris ». Je crois qu’ils ignorent pudeur et peur ; les femmes, comme les hommes, se pressent autour des nudités comme autour des cadavres de la Morgue ou des horribles affiches dans les rues, annonçant un nouveau roman dans tel ou tel journal […]. C’est le peuple des épidémies psychiques, des convulsions historiques de masse et il n’a pas changé depuis le temps de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo42.

  • 43 « Avant-propos », L’Évolution psychiatrique, 1925, p. 8.
  • 44 A. Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », op. cit., p. 18, cité dans A.  (...)
  • 45 Edmond Jaloux, « Observations sur la psychanalyse », Le Disque vert, op. cit., p. 28-37, ici p. 30.
  • 46 A. de Mijolla, Freud et la France, op. cit., p. 144.
  • 47 Le sous-titre de l’ouvrage d’Élisabeth Roudinesco est représentatif de cette approche : Histoire de (...)

21On reconnaît ces motifs inversés dans l’avant-propos du premier numéro de la revue L’Évolution psychiatrique (1925), qui posait que « l’importance des faits que [la psychanalyse] a révélés et la fécondité […] dont elle a fait preuve jusqu’ici, impos[ai]ent à notre esprit français de sincérité et de mesure l’obligation de son contrôle pratique ». Cependant ce contrôle ne saurait se faire sans que « la Théorie et surtout la Technique de la Psychanalyse » ne soient adaptées « autant que possible à l’esprit de notre race43 ». Le contrôle pratique et l’esprit de la race avaient été associés peu avant, entre autres, chez Hesnard qui écrivait que la psychanalyse ne pourrait séduire que « ceux qui auront le courage et la probité scientifique de l’expérimenter par eux-mêmes et de l’adapter à l’esprit de notre race44 ». Adapter la psychanalyse à « l’esprit français » pouvait aussi vouloir dire y trouver des raisons de la rejeter, comme le faisait Edmond Jaloux qui affirmait que si les médecins français n’avaient pas jugé la psychanalyse nécessaire en ce pays, c’était qu’« il y a peu de refoulés en France où la tolérance générale laisse aux êtres une relative liberté d’action, et crée rarement autour des manifestations sexuelles cette atmosphère d’angoisse et de contrainte, qui est si sensible dans les cas étudiés par Freud ou par Havelock Ellis45 ». L’argument de l’écart national, voire racial, irréductible, entre le germanisme romantique, dans lequel la pensée freudienne baignait, et « l’esprit français » dit géométrique, rationnel, essentiellement contraire aux prétendus excès de cette théorie est un leitmotiv de la réception des idées freudiennes en France46. La rivalité universitaire et scientifique entre les Allemands et les Français depuis la deuxième moitié du xixe siècle et surtout après 1870, une rivalité que la Première Guerre mondiale a exacerbée, a certainement joué son rôle dans la réception des idées freudiennes en France. Quoiqu’il en soit, Freud se dépeignait aisément en chercheur isolé confronté à un milieu foncièrement réfractaire à ses idées, non seulement en France, mais à l’intérieur même du mouvement psychanalytique. On ne peut donc reprocher aux historiens de la psychanalyse de s’être focalisés sur le climat d’hostilité qui l’entourait47.

Les premiers travaux de Freud

  • 48 Voir Annick Ohayon, Psychologie et psychanalyse en France. L’impossible rencontre 1919-1969, Paris, (...)
  • 49 Pierre Magistretti, François Ansermet, Neurosciences et psychanalyse, Paris, Collège de France/Odil (...)
  • 50 S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. III : 1894-1899, J. Laplanche (dir.), Paris, PUF, co (...)
  • 51 Thèse d’Émile Rosenthal soutenue à Lyon datée du 23 décembre 1892, dédiée à « Monsieur le Docteur F (...)
  • 52 Voir la contribution de William Marx ci-dessous.

22Les premiers travaux de Freud ont été contemporains des développements de la psychologie expérimentale et comparée, dont la première chaire en France a été instituée au Collège de France en 1888, ainsi que de l’essor de la psychologie physiologique et des neurosciences, dans divers établissements et laboratoires, dont le Collège de France, alors que « la science freudienne » prenait une autre voie48. Neurologue de formation, Freud a abandonné ses recherches en neurologie dès la fin du xixe siècle, n’en a conservé que des conceptions imagées, et a affirmé que l’écart qui séparait la psychanalyse et les postulats de la psychologie était irréductible. De même, les neurologues ont accueilli et accueillent encore avec une grande réserve la théorie freudienne de l’inconscient défini à partir du refoulement, comme l’ont montré deux interventions lors du colloque, et cela malgré les rapprochements entre les neurosciences et la psychanalyse qu’il a été possible de faire, et qui avaient fait l’objet d’une rencontre scientifique au Collège de France en 200849. Rappelons que c’est en 1896, dans un article en français publié dans la Revue neurologique, « L’hérédité et l’étiologie des névroses », que Freud a décrit pour la première fois son approche en tant que « psycho-analyse50 ». Il avait précédemment travaillé au laboratoire de physiologie d’Ernst Brücke, puis dans le laboratoire d’anatomie cérébrale de Theodor Meynert à Vienne. Peu après ses séjours à Paris et à Nancy (1889), les travaux en neuropathologie infantile de Freud ont suscité de la curiosité en France dans le milieu psychiatrique, et ont fait l’objet d’une première thèse en 189351, au moment où le jeune Valéry commençait à s’intéresser à la psychophysiologie générale52.

23Ce n’est pas avec Théodule Ribot, le premier titulaire de la chaire de Psychologie expérimentale et comparée (1888-1901), qu’une première confrontation d’idées a eu lieu, mais avec Janet, successeur de Ribot en 1902. Bien que Freud ne renvoie directement que très peu aux travaux de Janet, et surtout pour reconnaître son apport, l’inimitié supposée ou réelle entre Freud et Janet structure la première réception de Freud en France. Nous montrons, dans le chapitre consacré à Janet, qu’il est possible de reprendre à nouveaux frais la querelle de priorité qui oppose les deux personnages par le biais des enseignements de Janet au Collège de France sur l’histoire des méthodes thérapeutiques en 1919. Janet y insiste sur l’aspect clinique de la psychanalyse et atténue la coupure qu’elle représente, en l’intégrant de manière non polémique à une histoire continue des techniques thérapeutiques.

  • 53 Voir S. Freud, L’Interprétation du rêve (1900), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. (...)
  • 54 Jacqueline Carroy, Nuits savantes : une histoire des rêves, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 13 (...)

24En plus de puiser dans les travaux de Janet, et avant lui, dans ceux de Charcot ou d’Hippolyte Bernheim sur la suggestion, Freud a lu les écrits d’autres professeurs du Collège, notamment à l’époque de la rédaction de la Traumdeutung, bien qu’il ne précise pas leur appartenance au Collège en les citant. Il a été notamment un fervent lecteur de Maury, dont les écrits sur ses propres rêves servent de point de référence pour l’étude du problème du passage du temps dans le rêve et dans l’inconscient. Andreas Mayer revient ici sur l’œuvre de Maury et la met en relation avec une autre source importante mais plus méconnue du livre sur le rêve de Freud, Herbert Silberer, dont Freud cite quatre ouvrages dans L’Interprétation du rêve, notamment une méthode pour provoquer des hallucinations53. Freud a aussi glané des idées chez le marquis Léon d’Hervey de Saint-Denys, professeur de Langues et littératures chinoises et tartare-manchoues (1874-1892), autre « savant rêveur54 » du Collège avec Maury, et auteur d’une célèbre méthode sur Les Rêves et les moyens de les diriger (1867), bien que le rêve n’ait pas été le sujet officiel de l’enseignement des deux professeurs.

L’entre-deux-guerres

  • 55 Voir A. Ohayon, op. cit., p. 60 sq. La pensée freudienne constitue « a climate of opinion under who (...)
  • 56 A. Hesnard, Le Disque vert, op. cit., p. 6.
  • 57 Voir note 6 ci-dessus.
  • 58 La vogue des idées freudiennes battait son plein lorsque Albert Einstein est venu au Collège en 192 (...)

25La chronique annuelle d’Alain de Mijolla confirme qu’une première diffusion quelque peu étouffée des idées freudiennes dans le milieu médical et psychiatrique a précédé la vogue des concepts et des catégories freudiennes dans la philosophie, la psychologie, la littérature, les avant-gardes artistiques, le cinéma, la culture générale et la langue courante, à partir des années 1920, dans le Paris des « années folles55 ». C’est après la Première Guerre mondiale, que la psychanalyse s’est répandue en France à la manière d’une mode, ou, selon ses détracteurs, à la manière d’une « épidémie mentale56 », dans un climat réfractaire à la pensée de langue allemande. L’engouement a été favorisé par la parution des premières traductions françaises des écrits freudiens à partir des années 1920, après qu’une première traduction eut paru dans la revue italienne Scientia en 1913 et dans la Revue de Genève en 192057. C’est pendant cette période qu’est fondée la Société de Psychanalyse de Paris en 1926, rattachée à l’Association Psychanalytique Internationale (IPA), créée par Freud en 1910 à Londres, dans l’esprit de la Société psychanalytique de Vienne, créée en 190858.

  • 59 These Eventful Years. The Twentieth Century in the Making, as Told by Many of Its Makers; Being the (...)

26En publiant Cinq leçons sur la psychanalyse en 1909, Freud avait commencé à offrir une vue d’ensemble de la psychanalyse. En 1924, paraît le « Petit abrégé de psychanalyse » commandé par un éditeur américain pour un volume sur le xxe siècle siècle intitulé These Eventful Years. The Twentieth Century in the Making, as Told by Many of its Makers59. Après la traduction des « premiers exposés » généraux de sa théorie en France rédigés par Freud lui-même et destinés à un large public, les chapitres, articles et revues sur la psychanalyse se multiplient à partir des années 1920.

  • 60 Le Disque vert, Paris-Bruxelles, 2e année, 3e série, 1924 (1re année : 1922).
  • 61 Léon Daudet, Le Stupide xixe siècle. Exposé des inanités meurtrières qui se sont abattues sur la Fr (...)
  • 62 H.-R. Lenormand, op. cit., p. 70-71.
  • 63 Le psychiatre Henri Claude cité dans René Laforgue, « Les causes psychologiques des résistances qui (...)
  • 64 Jean Hytier, « Psychanalyse et technique littéraire », Le Disque vert, op. cit., p. 119-128, ici p. (...)
  • 65 Valéry Larbaud, « Freud et la littérature », Le Disque vert, op. cit., p. 109-111, ici p. 111.
  • 66 Henri Michaux, « Réflexions qui ne sont pas étrangères à Freud », Le Disque vert, op. cit., p. 149- (...)
  • 67 J. Rivière cité dans André Desson, « La psychanalyse, caractère général de la poésie et de la psych (...)
  • 68 Lettre de Georges Duhamel à Franz Hellens, 10 mai 1924, Le Disque vert, op. cit., p. 199.
  • 69 A. Hesnard, op. cit., p. 11.

27En 1924, un numéro spécial de la revue mensuelle de littérature franco-belge Le Disque vert est consacré à « Freud et la psychanalyse ». Trente-six auteurs se prononcent sur la théorie freudienne, et, certains, comme Jacques Rivière, en font l’éloge60. Les jugements sont circonspects, mais ils ne sont pas tous hostiles. Menée par l’équipe de rédaction d’une revue littéraire, l’enquête visait à mesurer l’impact des idées freudiennes dans les milieux littéraires, médicaux et psychiatriques. Elle offre un répertoire représentatif des thèmes de la réception positive et négative de Freud ou du « freudisme », thèmes qui avaient commencé à apparaître dans d’autres publications et qui furent ensuite repris. Les attitudes envers la psychanalyse vont de l’admiration à une approbation réservée, mais elles ne sont jamais aussi violentes que celle de Léon Daudet, qui affirmait, en 1922, que c’était « l’évolutionnisme de Darwin et la sélection sexuelle » qui avaient « amené les doctrinaires du transformisme à n’admettre plus, comme levier biologique, que l’impulsion sexuelle ». Daudet suggérait que « les étonnantes absurdités freudiennes […] dont la vogue [était] déjà commencée en France » au moment où il écrivait, était « la dérivation naturelle, et comme la pourriture, des explications transformistes appliquées à l’espèce humaine61 ». Bien que la psychanalyse ait été décrite comme « science nouvelle62 », certains contributeurs du Disque vert pensent que « beaucoup de personnes en parlent et très peu la connaissent63 », d’autres s’interrogent sur l’influence de la psychanalyse sur les œuvres littéraires. On avance que « le premier mérite des écrivains qui useront de la psychanalyse sera de ne jamais rappeler Freud64 », car les théories de Freud recèlent des « choses ingénieuses », mais le plus grand danger est d’encombrer les œuvres avec des théories65. D’ailleurs, à l’inverse, Freud a eu le mérite d’introduire « dans la science les procédés psychologiques du roman, des mémoires et des confesseurs66 », affirme le poète Henri Michaux. Déjà, on dit, comme Rivière, que la psychanalyse suggère une attitude de « défiance envers le moi67 ». En France, qui plus est, la psychanalyse ne peut avoir qu’une action limitée, car une « généreuse passion de confidences […] prévient volontiers toute audace analytique68 ». Les médecins psychiatres qui ont contribué au volume (Hesnard, Henri Claude, Claparède, René Allendy, Laforgue, Jean Vinchon) insistent sur la nécessité de soumettre la psychanalyse au contrôle clinique, et sur la valeur thérapeutique plutôt que théorique de la psychanalyse69.

  • 70 Georges Dumas, « La psychologie pathologique et la psycho-analyse », Traité de psychologie, t. II, (...)
  • 71 « Aperçu historique du mouvement psychanalytique en France », L’Évolution psychiatrique, 1925, p. 1 (...)
  • 72 Charles Blondel, La Psychanalyse (1924), Paris, L’Harmattan, 2014. Voir Georges Politzer, « Le myth (...)
  • 73 G. Politzer, Critique des fondements de la psychologie (1928), Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2003

28C’est également en 1924 que le professeur de Psychologie expérimentale à la Sorbonne, ami de Janet, Georges Dumas, inclut un long chapitre sur la psychanalyse dans son influent Traité de psychologie70, avant que ne paraisse, l’année suivante, le premier numéro de la revue L’Évolution psychiatrique. Psychanalyse-Psychologie clinique, dirigée par Hesnard et Laforgue. L’« Histoire du mouvement psychanalytique en France », que le premier numéro de la revue présente, dans la veine de la « Contribution » de Freud, se terminait ainsi : « Nulle époque n’est […] mieux choisie que celle que nous vivons pour accueillir avec loyauté et soumettre à la critique de l’esprit latin de mesure, les vues profondes, incertaines, mais géniales du Professeur Sigm. Freud, le premier auteur d’une Psychologie universelle fondée sur l’affectivité71 ». La fin de la décennie des années 1920 a vu les critiques de la psychanalyse se multiplier, telle celle de Charles Blondel72 ou, celle, plus influente, du philosophe marxiste Georges Politzer, dont l’évaluation de la psychanalyse dans Critique des fondements de la psychologie, publié en 192873, a eu des répercussions sur plus d’un lecteur et sur toute une époque, comme Frédéric Worms le montre dans son étude croisée de Bergson et de Freud.

Les partages de l’œuvre freudienne

  • 74 La Fin d’une parade philosophique : le bergsonisme est publié sous le pseudonyme François Arouet (1 (...)
  • 75 Ibid., p. 41.
  • 76 Ibid., p. 43.
  • 77 Ibid., p. 53-54.
  • 78 Ibid., p. 146.

29Dans Critique des fondements de la psychologie, publié un an avant son pamphlet retentissant contre Henri Bergson74, Politzer distinguait la psychanalyse de la psychologie classique, en accentuant le fait que la première s’intéresse aux actes individuels alors que la deuxième se limite à l’étude des faits généraux. Bâtissant sa démonstration sur l’exemple du rêve, Politzer visait ainsi à faire de la psychanalyse la science du concret qu’elle pouvait être, à condition d’être débarrassée des préjugés qui l’enveloppent, puisqu’elle fonde sa « compréhension des faits psychologiques » sur le « sujet75 ». Selon Politzer, la psychanalyse était ainsi « une science de la première personne76 », car Freud a visé, dans ses analyses du rêve par exemple, le « moi de la vie quotidienne », le rêve étant conçu comme « un segment de la vie de l’individu particulier77 », ou de la « vie individuelle concrète78 ».

  • 79 Ibid., p. 136.
  • 80 Ibid., p. 111.
  • 81 Ibid., p. 192.
  • 82 Ibid., p. 209.

30Or, si Freud a permis de découvrir des faits restés inaccessibles par la psychologie classique et a fondé une psychologie concrète, celle-ci est compromise par les explications théoriques et les spéculations dont Freud est également l’auteur et où la psychanalyse « s’abîme dans l’abstraction79 ». Il faut donc départager, au sein même de la psychanalyse, ce qui ressort de l’attitude concrète de ce qui n’en ressort pas80. C’est lorsque Freud cherche à expliquer les faits nouveaux qu’il a découverts qu’il est contraint de produire des explications théoriques, qui le poussent à recourir à l’inconscient, qui dès lors « apparaît précisément au moment où devraient apparaître les hypothèses adéquates à la psychologie concrète, et il s’ensuit que l’inconscient […] loin d’être une découverte vraiment intéressante de la psychanalyse, ne fait en réalité qu’indiquer son impuissance théorique81 ». G. Politzer en vient à constater « que la psychanalyse présente une dualité essentielle » entre le concret et l’abstrait82, et nous invite à séparer le bon grain de l’ivraie du corpus freudien.

  • 83 Roland Dalbiez, La Méthode psychanalytique et la doctrine freudienne, Paris, Desclée de Brouwer, 19 (...)
  • 84 Ibid., p. 394, cité dans Cavé, L’Œuvre paradoxale de Freud, op. cit., p. 8.
  • 85 É. Pichon, « De Freud à Dalbiez », op. cit., p. 586.
  • 86 Ibid., p. 588.
  • 87 Ibid., p. 579.
  • 88 Ibid., p. 566.
  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid., p. 588. L’analyse de Dalbiez du sens et du symbole a inspiré le philosophe Paul Ricœur dans (...)
  • 91 É. Pichon, « De l’extension légitime du domaine de la psychanalyse », op. cit., p. 8.
  • 92 É. Pichon, « De Freud à Dalbiez », op. cit., p. 588.

31L’auteur de la Critique des fondements de la psychologie a précédé de peu le philosophe Roland Dalbiez, dont le livre La Méthode psychanalytique et la doctrine freudienne, publié en 1936, recommandait de dissocier, comme son titre l’indique, la clinique des explications théoriques83. Dalbiez ne se réclamait pas de la psychologie concrète, néanmoins, il distinguait le « procédé nouveau d’exploration de l’inconscient », lequel « permet d’atteindre à des certitudes aussi solides que celles obtenues dans toutes les autres disciplines se proposant de rattacher un fait concret à un autre fait concret84 », des explications et des spéculations qui relèvent d’une « attitude de scientisme exclusif et de matérialisme mécanistique genre Libre-Pensée 188085 ». Selon Pichon, Dalbiez a fait de la psychanalyse « un acquêt solide, réel et durable en psychologie86 » en mettant en doute ses « schémas explicatifs » (telle la tripartition du psychisme en inconscient ou « conscience virtuelle87 », préconscient et conscient, ou en instances telles que le Ça, le Moi et le Surmoi) et ses « appareils idéologiques88 », notamment la sexualité, le terme contesté de libido ou la définition du plaisir comme détente89. Dalbiez célèbre la méthode associative freudienne, dans laquelle « le nouveau a été de demander aux faits psychiques le secret de leur causation particulière, individuelle », ce qu’il appelle leur « expression psychique90 ». Pichon voyait ainsi dans la psychanalyse une « méthode admirable » et un « génial enrichissement de la pratique psychologique », tout en disant qu’on était libre « de n’accepter que ce que l’on veut91 » dans la doctrine du freudisme, autre manière d’inviter à la « dissociation critique92 ».

  • 93 A. Hesnard, Freud dans la société d’après-guerre, Genève, Éditions du Mont-Blanc, 1946, p. 167.

32Les dernières lignes de Freud dans la société d’après-guerre (1946) de Hesnard reprenaient les découpages de Politzer et de Dalbiez, qui ont orienté la réception de Freud par les philosophes français, notamment les phénoménologues. Celle-ci est compatible avec l’approche freudienne de l’expérience individuelle, disait-il, à condition de savoir « élaguer ». Hesnard prescrivait aux disciples de Freud « de tenter de continuer son œuvre géniale, en donnant à la théorie psychanalytique le moyen d’exprimer la vérité féconde qui y est contenue, mais sous une forme progressivement élaguée des naïvetés métaphoriques de la pensée causale93 ».

Lectures sélectives de Freud

33Les études rassemblées dans ce volume montrent que Freud a retenu l’attention des professeurs du Collège dans la mesure où il leur a été possible, comme à leurs contemporains hors du Collège, de proposer des lectures sélectives de son œuvre, afin de ne conserver que tel ou tel aspect jugé plus recevable que d’autres. Dans son étude sur le « voisinage compliqué » entre Freud et Valéry, William Marx démontre ainsi que, selon Valéry, c’est entre les valeurs thérapeutique et scientifique de la psychanalyse qu’il fallait faire une distinction, car « les méthodes et les principes » étaient également problématiques selon lui. Valéry s’était donné pour objet la « conscience » et non l’« inconscient », ce qui ne l’a pas empêché de concevoir un « Système » se rapprochant des idées freudiennes, malgré les critiques soutenues de Freud qu’il a faites dans ses cahiers à partir de 1925. Valéry se révèle avoir été un lecteur attentif de Freud, lequel a été en quelque sorte un interlocuteur, fût-ce livresque, décisif pour le poète, malgré les dissensions explicites que Marx met en évidence.

34Les rapports de Mauss à Freud sont tout aussi ambigus, comme le suggère ici Bruno Karsenti, qui propose une relecture maussienne de Totem et tabou (1913), dans le but de faire ressortir la manière dont Mauss se rapproche malgré lui de la conceptualisation freudienne de l’acte. Karsenti vise à accentuer la modernité des conceptions qui se dégagent du livre de Freud, que Mauss avait décrié à l’époque de sa parution. Mauss estimait, dans une conférence faite en 1924 à la Société française de sociologie, et contrairement à ce que l’on aurait pu attendre d’un professeur de sociologie, que ce n’était pas la théorie de la culture de Freud qui devait retenir notre attention, mais la manière qu’a eue Freud de concevoir les faits mentaux, en particulier « l’acte ». Il proposait ainsi un découpage de l’œuvre adapté à ses travaux qui ont subverti la division habituelle entre application, théorie et clinique.

  • 94 Maurice Merleau-Ponty, Préface à L’Œuvre et l’esprit de Freud, dans Parcours deux. 1951-1961, Paris (...)
  • 95 É. Pichon, « De l’extension légitime du domaine de la psychanalyse », op. cit., 1927, p. 223.

35Merleau-Ponty, quant à lui, a mis en avant l’affectivité dans les enseignements qu’il a donnés entre 1952 et 1961 au Collège, en s’éloignant de la philosophie d’Edmund Husserl et en se rapprochant de Freud, comme Thamy Ayouch le montre ci-dessous. C’est un approfondissement de la lecture de l’œuvre freudienne qui a permis à Merleau-Ponty de fonder sa « philosophie de la chaire ». La place centrale qu’occupe la psychanalyse freudienne dans l’œuvre du philosophe repose en partie sur la critique développée par Hesnard, selon laquelle il faut débarrasser la psychanalyse de ses restes de scientisme, de ses interprétations causalistes, pour l’apparenter plutôt à ce que Ayouch appelle une « phénoménologie de l’affectivité » (rappelons que Merleau-Ponty a préfacé l’un des ouvrages de Hesnard, L’Œuvre de Freud et son importance pour le monde moderne, en y reprenant, la critique du scientisme formulé par Hesnard lui-même94). L’étude de Ayouch suggère que Merleau-Ponty a en partie renoué avec les premiers lecteurs français de Freud, du moins lorsque ceux-ci se félicitaient de « l’importance » accordée à « l’affectivité dans les manifestations humaines95 ».

La Deuxième Guerre mondiale et après…

  • 96 A. Ohayon, op. cit., p. 242-249.
  • 97 A. de Mijolla, La France et Freud. 1946-1953 : Une pénible renaissance, t. I, Paris, PUF, 2012 et L (...)
  • 98 Le texte programmatique de la leçon inaugurale de Daniel Lagache s’intitule L’Unité de la psycholog (...)

36La Deuxième Guerre mondiale marque une coupure dans la réception de Freud en France ; sans avoir été interdite entre 1940 et 1944, la psychanalyse n’a été pratiquée que clandestinement96. Le titre des deux derniers volumes de la trilogie d’Alain de Mijolla, La France et Freud, signale la diminution de la référence à Freud et à ses écrits au cours de la « pénible renaissance » du mouvement dans l’après-guerre, de 1946 à 1953, renaissance conduite, entre autres, par la psychanalyste Marie Bonaparte97. Freud est alors relayé par ses disciples, qui poursuivent la structuration institutionnelle de la psychanalyse, après l’avoir fait entrer à l’université, grâce, entre autres, à la nomination de Daniel Lagache à l’Université de Strasbourg, puis en 1947, à la Sorbonne dans une chaire de psychologie générale, contre Ignace Meyerson. Ce dernier posait alors les bases de la psychologie historique, discipline qui a marqué Vernant, et dont Frédéric Fruteau de Laclos montre l’importance à cette époque. Lagache est connu pour avoir défendu le rapprochement entre la psychologie, la psychanalyse et la phénoménologie, et ses cours ont été suivis notamment par Foucault, l’un des premiers étudiants à obtenir la licence de psychologie créée en 1947 sous l’impulsion de Lagache98. Par son approche critique de la psychologie et de la psychanalyse, et fort de sa formation de psychologue, Foucault semble avoir obéi aux premiers lecteurs de Freud qui recommandaient, pour juger de la psychanalyse, d’en faire soi-même l’expérience, ou du moins (c’est son cas), de connaître l’œuvre freudienne. Car contrairement à l’idée que Foucault n’aurait traité la psychanalyse que comme un phénomène surtout culturel, comme un « repère de pensée […] dans une histoire qui serait celle […] des relations entre la subjectivité et la vérité », plutôt qu’à travers des œuvres précises de Freud, les manuscrits préparatoires à ses cours au Collège de France montrent qu’il a pris des notes très précises lors de sa lecture de Freud. Il n’empêche que le rapport de Foucault à la psychanalyse est marqué par une « ambivalence structurale », perceptible dans les énoncés contradictoires que Foucault accumule autour de Freud. Il affirme à la fois que la psychanalyse ressort du positivisme et du psychologisme, et qu’elle ne peut pas entièrement se réduire à eux. Frédéric Gros traque cette ambivalence notamment dans les brouillons de ses cours au Collège, en montrant la manière dont Foucault saute systématiquement les citations de Freud au moment de la présentation orale de ses enseignements, alors qu’elles se trouvent bel et bien dans les brouillons. Que tirer de ces omissions ? Peut-on en déduire la place qu’occupe Freud dans l’œuvre de Foucault ? Celui-ci, un temps promoteur de la « fin de l’homme », pourrait-il avoir trouvé certains motifs de cette « fin » chez Freud ?

  • 99 Comme l’indique la liste des conférenciers énumérés dans un rapport adressé à l’Association psychan (...)
  • 100 Voir A. de Mijolla, La France et Freud, t. I, op. cit., et La France et Freud, t. 2, op. cit.

37Après la guerre, des antagonismes ont très vite divisé le monde psychanalytique, en même temps que se sont intensifiés les échanges réciproques entre le discours psychanalytique et les sciences humaines. En 1953, s’est produite la première d’une série de scissions, qui a fait éclater la Société psychanalytique de Paris et a eu pour conséquence la création de la Société française de psychanalyse (Groupe d’études et de recherches freudiennes), notamment par Lagache, Juliette Boutonnier, et Françoise Dolto. Selon ce nouveau groupe de psychanalystes, la doctrine freudienne est une « étape décisive de l’évolution des sciences humaines », et c’est sans doute cette idée qui motive l’organisation de cycles de conférences pour favoriser les échanges entre l’analyse et « les champs limitrophes de l’analyse », cycles auxquels participent Lévi-Strauss, Merleau-Ponty et Robert Minder, professeur de Langues et littératures d’origine germanique (1957-1973) au Collège de France99. C’est dans ce contexte de ruptures et de dissensions, que la figure du psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan, présent dans l’entre-deux-guerres et qui se joint d’abord aux dissidents de la Société psychanalytique de Paris, prend son essor en même temps que se construisent les divers groupes psychanalytiques français, jusqu’à ce que Lacan fonde, en 1964, l’École freudienne, qui sera elle-même dissoute en 1980, peu de temps avant la mort du psychanalyste en 1981100.

  • 101 Voir A. Ohayon, Psychologie et psychanalyse en France, op. cit., p. 384-387, sur le colloque intern (...)

38La question soulevée dans les contributions réunies dans ce volume concernait « Freud » et non pas « Lacan » au Collège de France. Bien que celui-ci ait dominé le champ de la psychanalyse à partir des années 1960 en présentant ses travaux sous la célèbre rubrique du « retour à Freud », on ne saurait pour autant réduire la psychanalyse à cette seule figure. Pendant la période d’après-guerre, le nombre de psychanalystes aux lignes de pensée divergentes s’est accru, et des disciples de Freud se sont imposés dans des activités cliniques diverses. Néanmoins, l’interprétation de Freud par Lacan a coïncidé avec la montée du « structuralisme » et des débats critiques auxquels la psychanalyse a été associée101. La figure de Lacan est omniprésente, et brouille l’enquête sur la présence de « Freud au Collège ». En faisant référence à la « psychanalyse », on a souvent voulu parler de Lacan plutôt que de Freud.

39Sans nous engager plus avant dans l’histoire du mouvement lacanien, que certains de ses contemporains au Collège de France ont connue, on peut l’illustrer de manière anecdotique, grâce au documentaire sur le Collège de France produit en 1993 pour France 3 par le réalisateur Marcel Bluwal. Celui-ci interroge le mathématicien Alain Connes, professeur d’Analyse et géométrie (1984-2017), sur la place des mathématiques dans la pensée contemporaine, en faisant allusion aux débats sur le structuralisme et l’histoire. Alain Connes répond ainsi :

  • 102 Marcel Bluwal, « Le Collège de France dans le siècle », INA, 17 août 1993, 1 h 18 min 37 s, ici 13  (...)

Ce qui est assez frappant, c’est que, je pense au début des années 1970 […] certaines disciplines ont eu tendance à utiliser les mathématiques comme une arme, une arme psychologique contre les autres, et que dès qu’on formulait des choses en langage mathématique, à ce moment-là, on avait une espèce de possibilité d’arrogance par rapport à d’autres disciplines. On a vu ça aussi en psychanalyse, vous savez, on a vu des psychanalystes utiliser le langage mathématique pour bluffer leurs audiences […] ce genre d’épiphénomène ne dure pas, quand quelque chose a du contenu, ça peut durer, quand quelque chose n’a pas de contenu, et c’est le cas bien sûr, lorsqu’on utilise des mots pour faire peur aux autres, pour avoir un ascendant psychologique sur les autres, il est bien évident que ça ne peut pas durer. […] On a vu par exemple Lacan, dire dans un de ses séminaires que Don Juan était compact, et expliquer pourquoi, en disant que de tout recouvrement ouvert on peut extraire un recouvrement fini102.

  • 103 Émile Benveniste, « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne » (1956) dan (...)

40Si l’ubiquité de Lacan dans le champ psychanalytique complique et enrichit l’étude de « Freud au Collège », c’est en partie parce que le psychanalyste a élaboré son « retour à Freud » en s’inspirant notamment de professeurs du Collège, tout comme Freud s’était inspiré de Maury et du marquis d’Hervey de Saint-Denys, avant de nourrir les réflexions de Valéry ou de Foucault. Ainsi, certains professeurs ont été liés de près aux travaux de Lacan, tel Benveniste, qui a écrit, en 1956, la première étude linguistique importante sur la place du langage dans la théorie freudienne103. Ces réflexions sur le langage chez Freud sont centrales dans l’œuvre et la biographie de Benveniste, car le dialogue avec Freud, autour de sa théorie du rêve, sous-tend notamment l’élaboration par le linguiste des concepts de subjectivité, d’intersubjectivité, de « discours » et de « signifiance », comme le montre Julia Kristeva ci-dessous. Cela n’est pas allé sans que Benveniste ne débatte avec les idées et la pratique lacaniennes sur le langage et l’analyse, même si Lacan a puisé, avec d’autres, dans les mêmes fonds freudiens et linguistiques que Benveniste pour les élaborer.

  • 104 Rappelons la parution des Structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF, coll. « Bibl. de philo (...)
  • 105 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955.

41Le « retour à Freud » de Lacan ne s’est pas seulement appuyé sur la linguistique générale à une époque où l’on observe un « tournant linguistique » dans plus d’une discipline des sciences humaines et sociales, dont l’anthropologie structurale. Pendant les années 1950, Lacan s’est inspiré de l’anthropologie structurale naissante de Lévi-Strauss, nommé à la chaire d’Anthropologie structurale au Collège en 1959, après une tentative infructueuse en 1950104. Il n’empêche que Lévi-Strauss a eu un rapport ambigu aux idées freudiennes, qui ont eu leur utilité au début de sa carrière, idées envers lesquelles le professeur s’est montré parfois ensuite réfractaire. Lévi-Strauss a retenu de la psychanalyse sa curiosité pour les « structures cachées et inconscientes », et il a partagé ses centres d’intérêt pendant les années 1940 et 1950, en se penchant sur l’interdit de l’inceste ou les mythes. Quels déplacements Lévi-Strauss a-t-il imposé à la pensée freudienne ? Dans son étude, Boris Wiseman montre comment Lévi-Strauss a fait de l’inconscient freudien un « inconscient structural » ou « combinatoire », mais que pour ce faire, il s’est tourné, entre autres, vers la théorie mathématique des groupes. La question se pose de savoir s’il faut encore continuer à parler d’inconscient freudien pour comprendre les positions de l’anthropologie structurale sur les règles logiques qui régissent les échanges matrimoniaux selon l’anthropologue, ou encore, c’est le deuxième exemple traité ci-dessous, pour déchiffrer les peintures faciales caduveo conduites par Lévi-Strauss dans Tristes tropiques (1955105).

  • 106 Voir la contribution de Frédéric Fruteau de Laclos ci-dessous.
  • 107 S. Freud, La Science des rêves, tr. I. Meyerson, Paris, F. Alcan, 1926.
  • 108 Ibid.

42L’omniprésence de Lacan a occulté d’autres courants qui ont alimenté la philosophie et les sciences sociales, et qui sont perceptibles dans la critique du fixisme en psychanalyse que Vernant a formulée. Celui-ci a été mû par la « psychologie historique, objective, comparée106 » de Meyerson, premier traducteur français de la Traumdeutung107, et dont l’approche objective de l’intériorité à partir des conduites, des actes et des œuvres a inspiré Vernant. Ce dernier a conservé des acquis de la psychologie, et a inscrit son travail sous la rubrique d’une anthropologie de la Grèce antique, en écho et en opposition à « l’effacement de l’homme » proposé par Foucault. Sa démarche a visé à « inciter » les psychanalystes « à historiciser leur pratique108 », pour sauvegarder l’historicité de l’homme intérieur. C’est ce que montre Frédéric Fruteau de Laclos dans son étude sur l’importance de la psychologie historique dans les travaux du titulaire de la chaire d’Études comparées des religions antiques. La psychologie historique se présente alors comme une discipline latente, compte tenu de son faible rayonnement par rapport à celui de la psychanalyse.

Méthode des contributions

  • 109 Voir Yves Laporte, « Rapport sur le projet de création d’une chaire de neuropsychologie du développ (...)

43Les auteurs de ce volume se sont attachés aux enseignements des professeurs, plutôt qu’aux procédures de nomination et à la littérature administrative du Collège de France, car Freud et la psychanalyse ne figurent que très rarement dans les documents relatifs à la sélection des chaires dans le domaine de la psychologie, de la neurophysiologie et des neurosciences. Il n’est mentionné à notre connaissance que deux fois : le plus récemment dans le « Rapport sur le projet de création d’une chaire de Neuropsychologie du développement », rédigé par Yves Laporte, professeur de Neurophysiologie (1972-1991) et Administrateur (1980-1991), daté du 24 novembre 1974, en faveur de Julian de Ajuriaguerra, qui est élu à la chaire le 16 mars 1975 et qui l’a occupée jusqu’en 1981109. Laporte rappelle l’impulsion de la psychologie expérimentale et comparée au Collège, donnée par Ribot, et l’infléchissement souhaitable des études psychologiques, « jusqu’alors trop confondues avec des études philosophiques », par Janet, infléchissement qui « témoignait de la tendance de la philosophie contemporaine à s’allier aux sciences biologiques ». Il y détaille aussi les « deux origines » de la neuropsychologie. La première « qui remonte à l’époque où l’essentiel des connaissances organiques sur l’homme venait du milieu médical, est cette sémiologie neurologique et psychopathologique où l’École française peut se glorifier de noms célèbres comme ceux de Déjérine, Pierre-Marie, André-Thomas, Broca, Babinski ». Freud entre en jeu lorsqu’il est question de la seconde origine, c’est-à-dire de « la psychophysiologie, qui doit tant à Henri Piéron [Physiologie des sensations, 1923-1951], et avec laquelle elle aurait pu se confondre, si cette dernière ne s’était davantage orientée vers les bases organiques du comportement et beaucoup moins vers les interactions entre l’être humain et son environnement que les grands systèmes de Freud, Pavlov, Wallon et Piaget s’efforcent d’expliquer ». Le tableau que Laporte dresse de la psychologie n’est pas spécifique au Collège, et présente l’émergence de la neuropsychologie comme ayant été le fait de professeurs et acteurs dispersés dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur et médical. Freud y apparaît comme l’auteur d’un « grand système » sans plus de détails.

  • 110 « Rapport en faveur d’une chaire d’Analyse psychologique du langage » par Édouard Le Roy (1937), Ar (...)
  • 111 Une chaire de fondation de Géographie humaine, financée par le mécène Albert Kahn, a été créée le 2 (...)
  • 112 La proposition de chaire de grammaire comparée est votée avec 24 voix contre 8 voix pour la chaire (...)

44La deuxième référence à Freud est plus précise et plus immédiate. Elle est relative à la proposition de chaire d’Analyse psychologique du langage, rédigée par Édouard Le Roy, lequel a été le suppléant, entre 1914-1916, puis le successeur de Bergson à la chaire de Philosophie moderne (1921-1940) et qui avait défendu la chaire de Poétique en la même année 1937. Elle est proposée pour Édouard Pichon, dont on a vu l’importance pour la réception des idées freudiennes, fût-ce à travers une attitude critique. Le rapport de Le Roy a pour concurrent un rapport de Paul Pelliot, professeur de Langue, histoire et archéologie de l’Asie centrale (1911-1945), en faveur du « rétablissement d’une chaire de Grammaire comparée » pour Benveniste110, qui a déjà été suppléant d’Antoine Meillet, titulaire de la chaire de Grammaire comparée (1906-1936), en 1934-1935 et 1935-1936. Quel que soit l’élu, la future chaire de grammaire comparée compterait pour la réception des idées freudiennes, par la nomination d’un pur linguiste ou d’un médecin devenu linguiste et dont l’œuvre « se rapporte à la Psychanalyse », comme l’affirme Le Roy. Le choix d’un projet d’enseignement de la linguistique aussi bien défini que celui de Benveniste n’a donc pas écarté complètement la psychanalyse. Alors que le rapport de Pelliot se concentrait sur les réalisations en linguistique de Benveniste, celui de Le Roy présentait une sorte d’archéologie du « mouvement d’orientation [de la linguistique] vers la psychologie », qu’il faisait remonter à Michel Bréal et Meillet, titulaires de la chaire de Grammaire comparée de 1866 à 1905 et de 1906 à 1936 respectivement. Cette orientation consistait à faire de la « linguistique humaine », par analogie avec la « géographie humaine111 », au moyen de l’étude du « psychisme latent » et de la « manière d’inconscient, ou mieux de sous-conscient » que la nouvelle discipline proposée s’appliquerait à déceler pour « retrouver dans les formes du langage naissant directement saisies au vif la genèse de la logique ». Enfin, en écho à l’article de Pichon sur Dalbiez que nous avons cité plus haut, Le Roy décrit Pichon comme ayant contribué « à faire admettre la distinction nécessaire […] entre la méthode et la doctrine », afin de mener « une exploration positive de l’inconscient », qui devient ici étonnamment un argument en faveur d’un travail positif sur le langage112.

Le Collège comme « préparation »

  • 113 Voir « Le parallèle Bergson/Freud » ci-dessous.

45Le rapport de Laporte montre bien que la présence physique et conceptuelle de Freud au Collège nous renvoie à plusieurs lignes de développement des savoirs, dont certaines au Collège même, sans parler de la formation du mouvement psychanalytique lui-même, et de l’histoire mondiale au xxe siècle. Or, en rapprochant Freud et le Collège, les auteurs de ce volume n’ont fait que commencer à mettre en parallèle des chronologies, à l’exemple de l’étude sur Bergson et Freud de Frédéric Worms incluse dans ce volume. L’auteur attire l’attention sur l’importance qu’il y a à considérer ensemble les critiques du « bergsonisme » et du « freudisme », qui nous mènent « au cœur des problèmes de notre présent » sur la nécessité de repenser la vie. Pour les générations de philosophes, dont Merleau-Ponty, Lévi-Strauss et Foucault au Collège, mais également pour d’autres tels Lacan et Ricœur, avance Worms, la réception de Freud a été « le moyen d’opérer une rupture avec Bergson113 », en particulier avec son vitalisme. C’est en revenant sur ce partage du biologique et du sens, qui ont été associés respectivement à Bergson et à Freud, dans la veine de Politzer, qu’il sera possible de revoir les liens entre la psychologie et la neurologie. L’intervention d’Alain Berthoz, titulaire de la chaire de Physiologie de la perception et de l’action (1993-2010), met en pratique cette mise en commun des acquis disciplinaires et conceptuels, dans une étude des mouvements corporels, qui s’inspire notamment de Merleau-Ponty. Il reste que cette juxtaposition des disciplines ne supprime pas les divergences, qui semblent parfois irréductibles entre les domaines de savoir auxquels se rattachent les auteurs de ce volume et que l’analyse du rapport à Freud vient exacerber. Cela est sensible autour de la scientificité de la psychanalyse : elle ne répond pas aux exigences de la science expérimentale, selon les professeurs de sciences du vivant qui ont participé au colloque, et cela malgré les homonymies (par exemple le terme d’« inhibition », thème directeur dans plusieurs interventions, ou celui d’action), que Monique David-Ménard a relevées, dans la synthèse qu’elle présente de la table ronde qui avait clos le colloque. David-Ménard invite à interroger la nature de l’écart entre les sciences du vivant, les sciences sociales et la psychanalyse. Le Collège joue ici ainsi le rôle d’une « préparation », pour employer le vocabulaire chimique imagé cher à Freud, qui nous permet de réexaminer la présence de Freud chez certains savants, non pas seulement au moyen d’études individuelles de leurs œuvres, mais également sous l’angle de ce regroupement particulier de savants et de disciplines aux présupposés parfois conflictuels que le Collège de France constitue.

  • 114 J. Lacan, « La Famille : les complexes familiaux », dans L’Encyclopédie française, « La Vie mentale (...)
  • 115 Voir Élisabeth Roudinesco et Peter Schöttler (« Lucien Febvre à la rencontre de Jacques Lacan, Pari (...)
  • 116 Jean Hyppolite, Figures de la pensée philosophique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1971, p. 385-39 (...)
  • 117 J. Hyppolite, « Psychanalyse et philosophie », cité dans Paul-Laurent Assoun, Introduction à l’épis (...)
  • 118 Roland Barthes, Leçon, Paris, Seuil, 1978, p. 22 ; p. 23 et p. 29. R. Barthes, Leçon, Paris, Seuil, (...)
  • 119 Ibid., p. 43-44.
  • 120 Roland Barthes par Roland Barthes, dans Roland Barthes. Œuvres complètes, t. III, 1974-1980, Éric M (...)

46Les études recueillies ici n’épuisent évidemment pas le sujet. D’autres professeurs du Collège que ceux traités ici se sont intéressés à Freud et à la psychanalyse, pour les critiquer ou non, ou pour en adopter les concepts, souvent par le biais de ses interprètes français, notamment Lacan, omniprésent dans le contexte de l’après-guerre. Dans le domaine de la psychologie, on peut citer Henri Wallon, Psychologie et éducation de l’enfance (1937-1949, cours suspendu en 1941-1944), dont le rapport à Freud nécessiterait d’être approfondi. En tant que directeur du tome VIII de L’Encyclopédie française sur La Vie mentale, celui-ci sollicita Lacan pour l’écriture d’un article sur La Famille114. Dans une introduction à l’article, rédigée à l’occasion de sa réédition en 1993, il apparaît que la médiation de Lacan a pu détacher Freud des sciences de la vie et donc des sciences expérimentales favorisées au Collège115. Pour le vérifier, cependant, il serait nécessaire de se tourner vers d’autres professeurs du Collège dans le champ de la psychologie, et d’interroger l’importance de la psychanalyse chez Piéron et chez de Ajuriaguerra, comme Laporte nous invitait à le faire. On pourrait également se pencher sur l’œuvre de René Huyghe, professeur de Psychologie des arts plastiques (1951-1976), ou celle de Jean Hyppolite, professeur d’Histoire de la pensée philosophique (1963-1968), qui prononçait en 1950, quelques années avant d’être nommé au Collège, une conférence sur Freud à l’Université de Londres, et qui, à la même époque, était intervenu dans le séminaire de Lacan pour livrer une analyse marquante du texte de Freud « Sur la dénégation116 ». On retrouve chez Hyppolite un « contraste évident entre le langage positiviste de Freud […] et le caractère de la recherche et de la découverte », clivage qui se rapproche des thèses de Politzer et de Dalbiez. Le « langage positiviste » renvoie à l’énergétique freudienne et « la recherche et la découverte » à l’herméneutique, car Hyppolite, tout comme Paul Ricœur, a accentué l’oscillation de Freud entre l’énergétisme et le sens. Il pensait que l’énergétisme était une sorte d’erreur ou de « costume » positiviste117. On ne peut pas, en conclusion, ne pas mentionner Roland Barthes, professeur de Sémiologie littéraire (1976-1980), dont la leçon inaugurale témoigne sinon d’un engagement, du moins d’un dialogue avec la psychanalyse. Celui-ci est manifeste non seulement dans les références directes, mais également à travers l’appropriation de concepts analytiques, qui sont récurrents dans toute la leçon, mais particulièrement dans l’avant-dernière section, où les mots « fantasme » et « fantasmatique » figurent 8 fois en 28 lignes. Barthes fait d’abord référence à la notion de réel comme « l’impossible » de Lacan, au réel comme « objet de désir » de la littérature, à la psychanalyse comme « science même du désir » qui « ne peut manquer de mourir un jour118 ». Il affirme, à la fin de la leçon, que l’on doit « accepter de toujours placer » le fantasme à l’origine d’un enseignement, même si l’idée d’un « enseignement fantasmatique » peut heurter une institution comme le Collège, « si libre soit-elle ». La référence au fantasme se déplace ensuite vers l’histoire, qui, dit-il, « a un rapport continu au fantasme », via le corps humain, dont Michelet avait fait le « lieu fantasmatique par excellence ». Cela amène Barthes à dire que c’est toute la science « qui peut […] naître du fantasme » et que le professeur doit, qu’il le dise ou non, partir de là à chaque « voyage119 » que constituent ses projets annuels d’enseignements. On peut se reporter, entre autres, au Roland Barthes par Roland Barthes (1975), où l’écrivain affirmait que « son rapport à la psychanalyse n’est pas scrupuleux (sans qu’il puisse pourtant se prévaloir d’aucune contestation, d’aucun refus). C’est un rapport indécis ». Ou encore, sur la psychanalyse et la psychologie : « pour que la psychanalyse puisse parler, il faut qu’elle puisse s’emparer d’un discours autre. […] Ce discours distant […] c’est ici, par plaques, le discours psychologique », affirmations qui suffisent à nous convaincre que Barthes n’a pas été indifférent à la psychanalyse, et l’a même analysée selon des catégories qu’il réservait au langage (son caractère totalitaire120).

47Les contributions présentées dans le volume permettent d’éclairer la réception de la psychanalyse en France, non pas selon la catégorie temporelle d’une chronique annuelle, comme l’a proposé Alain de Mijolla, mais sous l’angle d’un échantillon de professeurs et de disciplines réunies dans ce haut lieu de la recherche épris de nouvelles sciences qu’est le Collège, et où se sont retrouvés de nombreux critiques influents de Freud. Il nous reste à élargir l’échantillonnage, et, devant l’ampleur de l’enquête à souligner que Freud au Collège de France ne fait qu’ouvrir des pistes de recherche.

Notes

1 Angelo Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », Le Disque vert, « Freud et la psychanalyse », Numéro spécial, 1924, p. 5-19, ici p. 6 et p. 11.

2 Henri-René Lenormand, « L’Inconscient dans la littérature dramatique », Le Disque vert, op. cit., p. 70-76, ici p. 73.

3 Ibid.

4 A. Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », op. cit., p. 19.

5 Ibid., p. 11.

6 Préface d’Édouard Claparède, Cinq leçons sur la psychanalyse (1909), trad. Yves Le Lay, Paris, Payot, 1923, cité dans Madeleine Cavé, L’Œuvre paradoxale de Freud, Paris, Jouve, 1943, p. 70. Une première traduction intitulée « Origine et développement de la psychanalyse » et également présentée par Claparède, avait été publiée dans trois numéros successifs de La Revue de Genève, n° 6, 1920, p. 846-864 et p. 865-875, 1921, p. 80-87 et p. 195-220. Voir Jean-Michel Quinodoz, « L’influence des traductions de Freud sur la pensée psychanalytique française », L’Année psychanalytique internationale, vol. 1, 2011, p. 29-53. Le premier texte de Freud jamais traduit en français est « L’Intérêt de la psychanalyse », trad. W. Horn, Scientia (Rivista di Scienza), vol. XIV, n° 31 et n° 32, VIIe, 1913, p. 240-350 et p. 369-384. Voir Sigmund Freud, L’Intérêt de la psychanalyse pour les autres sciences (1913), trad. et éd. P.-L. Assoun, Paris, Retz, coll. « Les Classiques des sciences humaines », 1988.

7 M. Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, n° 3, 1969, p. 73-104, ici p. 17. Paul Ricœur regroupe Marx, Nietzsche et Freud sous la rubrique des « maîtres du soupçon ». Ils ont jeté le doute sur la conscience, ils sont des « exégètes de l’homme moderne » qui ont inventé un « art d’interpréter » dans Paul Ricœur, Le Conflit des interprétations (1969), Paris, Gallimard, coll. « Points », 2013, p. 210.

8 Toutes les interventions du colloque sont accessibles sur le site du Collège de France, sur la page d’Antoine Compagnon – onglets Recherche – « Passage des disciplines » – « Freud au Collège de France », notamment celles d’Alain Prochiantz, « Les bases neurales de l’individuation », de Jean-Pierre Changeux, « L’Homme neuronal, trente ans après », et de Claudine Haroche, « La psychologie collective : Maurice Halbwachs », qui ne sont pas incluses dans ce volume.

9 Ce volume inaugure la collection « Passage des disciplines », dirigée par Antoine Compagnon, et dans celle-ci, une série de quatre volumes s’intéressant à la réception des idées d’un « fondateur de discursivité » dans les divers domaines d’enseignement du Collège de France : Freud (2018), Darwin (2019), Einstein (2019) et Durkheim (2020).

10 Marc Fumaroli, professeur de Rhétorique et société en Europe, xvie - xviie siècles, de 1987 à 2002, souligne le « merveilleux » dans lequel plonge l’origine du Collège, celui de la « Renaissance des bonnes lettres en France », qui fait partie des légendes qui ont une origine savante et qui ont été « propagées par l’écrit et l’imprimé » (« Préface », André Tuilier (dir.), Histoire du Collège de France. I La création 1530-1560, Paris, Fayard, 2006, p. i-xvii, ici p. i-ii.

11 Sur les remous politiques et intellectuels que la création, en 1892, d’une chaire d’Histoire générale des sciences pour Pierre Laffitte a entraînés, voir Annie Petit, « L’Héritage du positivisme dans la création de la chaire d’Histoire des sciences », Revue d’histoire des sciences, t. 48, n° 4, 1995, p. 521-556, ici p. 535. Cette chaire a continué à faire débat à la mort de Laffitte, lors de la sélection d’un successeur. Grégoire Wyrouboff (Histoire générale des sciences, 1903-1913) a été nommé contre huit autres candidats, dont Paul Tannery, malgré le fait que c’est ce dernier qui avait obtenu le plus grand nombre de voix. Pour l’analyse de cette élection, qui a fait scandale, Annie Petit s’appuie sur Harry W. Paul, « Scholarship and Ideology. The Chair of the general history of science at the Collège de France, 1892-1913 », Isis, LXVII, 1976, p. 376-397. Voir Christophe Charle, « Le Collège de France », dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, t. 2-III, Paris, Gallimard, coll. « Bibl. des Histoires », 1986, p. 388-422, ici p. 422.

12 Sur la création de la chaire de Ranvier, voir note 17 ci-dessous.

13 Voir l’état successif des statuts dans la collection numérisée « Règlements du Collège de France », accessible sur Salamandre, le portail des Archives du Collège de France. Pour leur dernière rénovation, voir le « Décret n° 2014-838 du 24 juillet 2014 relatif au Collège de France » : www.legifrance.gouv.fr.

14 Sur le Collège virtuel, voir Antoine Compagnon, Pierre Corvol, John Scheid, Le Collège de France. Cinq siècles de libre recherche, Paris, Gallimard/Collège de France, 2015, p. 54-56. Sur la création de la chaire de sociologie au Collège, voir le rapport de Charles Andler, Langues et littératures d’origine germanique (1926-1933), « Proposition pour la création d’une chaire de sociologie au Collège de France », dans Marcel Fournier, « L’Élection de Marcel Mauss au Collège de France », Genèses, n° 22, p. 160-165, ici p. 163-165, Le rapport est accessible dans la collection numérisée « Rapport de présentation » des Archives du Collège de France, 2 AP 13. La sociologie avait figuré dans l’intitulé de la chaire d’Alfred Le Châtelier « Sociologie et sociographie musulmanes » (1902-1925), créée avec le concours du gouvernement d’Algérie. Une chaire de sociologie pour Émile Durkheim avait été proposée par Henri Bergson à l’Assemblée du 15 janvier 1905, lors d’un vote pour la transformation de la chaire de Philosophie grecque et latine, qui a été finalement été transformée en chaire d’Histoire et antiquités nationales pour Camille Jullian (1905-1930), Archives du Collège de France, 4 AP 340.

15 Voir Léon Donnat, « Chaire d’évolution des êtres organisés en Sorbonne », dans Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, IIIe série, t. 11, 1888, p. 510-512 doi : 10.3406/bmsap.1888.5388. C’est Édouard Lockroy, ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts (3 avril 1888-22 février 1889) qui a entériné cette création, le 4 juillet 1888.

16 « Psychanalyse et critique », dans Albert Thibaudet, Réflexions sur la littérature, A. Compagnon et Christophe Pradeau (dir.), Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007, p. 518-534, ici p. 520. Le critique affirme ensuite : « Elle mène loin à condition d’en sortir un peu », p. 534.

17 En 1868, Ranvier a été nommé préparateur de médecine pour Claude Bernard, titulaire de la chaire de Médecine de 1855 à 1878, puis titulaire de la chaire d’Anatomie générale le 19 août 1875, à partir du 1er janvier 1876. Il précisait ainsi les circonstances de la création de sa chaire : « Il y a bien des années que M. Claude Bernard développe ces principes [ceux de l’histologie expérimentale], et les personnes qui, comme moi, suivent son enseignement depuis vingt ans, n’ont pas été surprises de voir notre maître proposer à M. le ministre de l’Instruction publique [Henri-Alexandre Wallon, ministre de l’Instruction publique, des cultes et des Beaux-arts (10 mars 1875-9 mars 1876)] la création d’une chaire d’anatomie générale au Collège de France. M. Claude Bernard […] jouit aujourd’hui d’une influence telle que ses propositions, toujours dictées par l’intérêt de la science, sont toujours acceptées. Après avoir créé une chaire d’anatomie générale au Collège de France, M. le ministre a bien voulu me la confier. » Extrait de la « Leçon d’ouverture du cours d’anatomie générale », 10 octobre 1876, dans Alain Berthoz (dir.), Leçons sur le corps, le cerveau et l’esprit, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 227-236, p. 228. Le laboratoire d’histologie, rattaché à la chaire de médecine expérimentale, a été créé par un arrêté du 21 octobre 1872, et dépend de l’École pratique des hautes études. Ranvier en a été le directeur adjoint avant sa nomination au Collège. Une note au ministre datée du 11 août 1875, non signée, sur papier entête de la Direction de l’enseignement supérieur confirme que le projet de chaire a été soumis « sur les instances de M. Claude Bernard », Dossier de carrière de Louis Ranvier, AN F/17/22177/A « Carrière au Collège de France ». Voir le Rapport sur l’École pratique des hautes études, Année 1885-1886, p. 90-92, qui détaille les travaux du Laboratoire d’histologie du Collège de France, au moment de la visite de Freud au laboratoire : https://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0002_1885_num_1_1_19017.

18 Freud mentionne en terminant que « le Professeur Ranvier, du Collège de France, eut la bonté de [lui] montrer ses belles préparations de cellules nerveuses et de névroglie ». « Compte rendu de mon voyage d’études à Paris et à Berlin entrepris grâce à la bourse de voyage octroyée par l’Université de Vienne à l’occasion de son jubilé. Octobre 1885-Fin mars 1886 » (1886), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. I : 1886-1893, Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet (dir.), Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2015, p. 13-23, ici p. 23.

19 Plus précisément au Kinder-krankeninstitut à Vienne. Voir, entre autres, André Bolzinger, La Réception de Freud en France avant 1900, Paris, L’Harmattan, coll. « Psychanalyse et civilisation », 1999, p. 45 et Andreas Mayer, Sigmund Freud zur Einführung, Hambourg, Junius, 2016, p. 40-41.

20 S. Freud, « Eine neue Methode zum Studium des Faserverlaufs im Centralnervensystem », Separat-Abzug aus Archiv für Anatomie und Physiologie. Anatomische Abtheilung, Leipzig, 1884.

21 « À Martha », 10 février 1886 dans Sigmund Freud. Correspondance 1873-1939 (1966), Ernst Freud (dir.), trad. Anne Berman, Paris, Gallimard, 1979, p. 220. Josef Paneth (1857-1890), physiologiste, était un ami viennois de Freud, qui raconte que, lors du même dîner, « il y avait le sculpteur de la statue de Claude Bernard qui venait d’être inaugurée », op. cit., p. 219. La statue d’Eugène Guillaume, professeur d’Esthétique et histoire de l’art de 1882 à 1905 au Collège de France a été inaugurée le 8 février 1886, et on peut lire le compte rendu de la cérémonie dans un article du Temps : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k230934f/f2.item.zoom.

22 L’affiche du programme des cours du premier semestre 1885-1886 indique que c’est Louis-Charles Malassez, remplaçant de Ranvier, qui a traité du « Sang, de la lymphe et des voies circulatoires » au moment du séjour de Freud à Paris. Archives du Collège de France, 4 AFF 323 décembre 1885.

23 Voir A. Compagnon, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, Paris, Gallimard, coll. « La Suite des temps », 2009. L’ouvrage traite des liens que Faÿ (professeur de Civilisation américaine au Collège [1932, révoqué en 1945]) a entretenus notamment avec les cercles littéraires modernistes dans les premières décennies du xxe siècle, avec le gouvernement de Vichy, ainsi qu’avec d’autres institutions telles que les universités américaines dans l’entre-deux-guerres, puis la Bibliothèque nationale, dont il fut l’administrateur général sous l’Occupation.

24 Voir Brigitte Chamak, « Un scientifique sous l’Occupation : le cas d’Antoine Lacassagne », Revue d’histoire des sciences, vol. 57, 2004, n° 1, p. 101-133 ; Denis Toutenu, « Freud, une photo inédite : la consultation du Pr Lacassagne à Londres le 26 février 1939 », Revue française de psychanalyse, vol. 26, n° 4, 2002, doi : 10.3917/rfp.664.1318. Sur l’arrivée de Freud à Londres et sur la visite de Lacassagne, voir S. Freud, Chronique la plus brève : carnets intimes 1929-1939, Michael Molnar (dir.), trad. P. Di Mascio et al., Paris, Albin-Michel, 1992, p. 257.

25 Voir Liste Otto, p. 13, pour les ouvrages de Freud (la liste est consultable à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626072f/f1.image).

26 Edmond Faral a occupé la chaire de Littérature latine du Moyen Âge de 1925 à 1954, et le poste d’administrateur de 1937 à 1955.

27 Édouard Pichon, « De Freud à Dalbiez », Revue française de psychanalyse, t. 9, n° 4, p. 559-588, ici p. 559.

28 Voir le tableau de Rafael Mandressi qui montre que certains des titulaires de chaires de médecine étaient médecins du roi entre 1542 et 1731, « Chaires d’ancien régime et ancien régime des chaires. La médecine au Collège royal », dans La Politique des chaires, W. Feuerhahn (dir.), Paris, Collège de France/Les Belles Lettres, coll. « Docet omnia », 2017, p. 53-75, ici p. 72-75. Les applications de la science expérimentale issues du Collège sont trop nombreuses pour être énumérées, mentionnons deux exemples retentissants : les travaux sur le mouvement humain d’Étienne-Jules Marey, professeur d’Histoire naturelle des corps organisés de 1869 à 1904, qui ont nourri le développement du cinéma, et ceux de mécanique animale d’Étienne Œmichen, professeur d’Aérolocomotion mécanique et biologique (1939-1955), qui ont permis celui de l’hélicoptère.

29 A. Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », op. cit., p. 10.

30 É. Pichon, « De l’extension légitime du domaine de la psychanalyse », L’Évolution psychiatrique. Psychanalyse-Psychologie clinique, Paris, Payot, 1927, p. 218.

31 Ainsi, « les médecins – neurologues et psychiâtres (sic) – n’ont abordé l’étude et le contrôle des idées de Freud qu’avec une visible répugnance, et, comme contraints par l’opinion publique », alors que les philosophes, les psychologues et le grand public littéraire a accueilli la psychanalyse avec « une sympathie […] sincère », « Aperçu historique du mouvement psychanalytique en France », L’Évolution psychiatrique, 1925, p. 11-26, ici p. 11.

32 Alain de Mijolla, Freud et la France : 1885-1945, Paris, PUF, 2010, p. 112. En 1913, « la plupart des commentateurs français décrivent des aspects parcellaires des propositions de Freud », ibid., p. 144.

33 Ibid., p. 3.

34 Ibid., p. 7.

35 Yvette Conry, L’Introduction du darwinisme en France au xixe siècle, Paris, Vrin, 1974.

36 C’est la dissociation entre les travaux de neurologie de Freud et son œuvre ultérieure de psychanalyse qui explique, selon A. Bolzinger, que les premiers lecteurs de Freud en France, disciples de Charcot, aient été négligés, La Réception de Freud en France avant 1900, op. cit., p. 10-11.

37 « Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique » (1914), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. XII : 1913-1914, J. Laplanche (dir.), trad. P. Cotet, René Lainé, Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2005, p. 247-315, ici p. 250.

38 Alphonse Maeder, « Contributions à la psychologie de la vie quotidienne, Oublis – confusions – lapsus », Archives de psychologie, VI, 1907, p. 149-152.

39 René Morichau-Beauchant, professeur à la Faculté de médecine de Poitiers, auteur de l’article « Le “rapport affectif” dans la cure des psychonévroses », Gazette des hôpitaux, 1911, n° 84, p. 1845-1849. Voir Christian Hoffmann, « La résistance française à la découverte freudienne. Une lettre de Morichau-Beauchant à Sigmund Freud », Topique, n° 115, vol. 2, 2011, p. 13-15 doi 10.3917/top.115.0013.

40 Voir Emmanuel Régis et A. Hesnard, La Psychoanalyse des névroses et des psychoses : ses applications médicales et extra-médicales, Paris, F. Alcan, 1914. Le livre reprend les articles d’abord publiés dans L’Encéphale, en avril-mai 1913, sous le titre « La doctrine de Freud et de son école », p. 376-378, et en juin 1913, p. 537-564. Dans une lettre à Karl Abraham, datée du 2 janvier 1912, Freud écrit : « Aujourd’hui j’ai reçu une lettre d’un élève de Régis, à Bordeaux, qui, de la part de ce dernier, et au nom de la psychiatrie française, présente des excuses pour le dédain dans lequel la psychanalyse a été tenue jusqu’à présent ». Le 14 janvier 1912, à Ernest Jones, il précise qu’il s’agit des « excuses de la nation française », cité dans « Hesnard, Angelo Louis Marie », A. de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Paris, Hachette, coll. « Grand Pluriel », 2013, p. 774-775.

41 « Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique », op. cit., p. 276-277.

42 « À Minna Bernays », 3 décembre 1885, dans Sigmund Freud. Correspondance 1873-1939, op. cit., p. 200-201, ici p. 200.

43 « Avant-propos », L’Évolution psychiatrique, 1925, p. 8.

44 A. Hesnard, « L’Opinion scientifique française et la psychanalyse », op. cit., p. 18, cité dans A. de Mijolla, op. cit., p. 275. L’idée, exprimée par Y. Le Lay dans une lettre à l’éditeur Franz Hellens, que « si la psychanalyse est restée ignorée du public français, c’est qu’elle parle trop de sexualité » est également très répandue, Le Disque vert, op. cit., p. 194.

45 Edmond Jaloux, « Observations sur la psychanalyse », Le Disque vert, op. cit., p. 28-37, ici p. 30.

46 A. de Mijolla, Freud et la France, op. cit., p. 144.

47 Le sous-titre de l’ouvrage d’Élisabeth Roudinesco est représentatif de cette approche : Histoire de la psychanalyse en France. La Bataille de cent ans (1982), 2 vols., Paris, Seuil, 1986.

48 Voir Annick Ohayon, Psychologie et psychanalyse en France. L’impossible rencontre 1919-1969, Paris, La Découverte, 2006. A. Oyahon, « Psychanalyse et sciences humaines dans les années 1950, débats ouverts, débats clos », dans Cahiers de l’Herne, Freud, n° 110, Paris, L’Herne, 2015, p. 323.

49 Pierre Magistretti, François Ansermet, Neurosciences et psychanalyse, Paris, Collège de France/Odile Jacob, 2010 ; Claude Debru et Jean-Gaël Barbara (dir.), L’Essor des neurosciences : France, 1945-1975, Paris, Hermann, 2008.

50 S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. III : 1894-1899, J. Laplanche (dir.), Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2005, p. 107-120, ici p. 118.

51 Thèse d’Émile Rosenthal soutenue à Lyon datée du 23 décembre 1892, dédiée à « Monsieur le Docteur Freud, Privatdocent à Vienne », éditée chez J.-B. Baillière en 1893 : Contribution à l’étude des diplégies cérébrales de l’enfance. Rosenthal se présente comme un élève de Freud, car il a effectué un stage au Kinder-krankeninstitut de Kassowitz, dans Bolzinger, op. cit., p. 14 ; p. 21).

52 Voir la contribution de William Marx ci-dessous.

53 Voir S. Freud, L’Interprétation du rêve (1900), dans S. Freud, Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. IV : 1899-1900, trad. Janine Altounian et al., Paris, PUF, coll. « Œuvres complètes de Freud », 2003.

54 Jacqueline Carroy, Nuits savantes : une histoire des rêves, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 13, et chap. 3 : « Le théâtre des contradictions d’Alfred Maury », p. 79-115.

55 Voir A. Ohayon, op. cit., p. 60 sq. La pensée freudienne constitue « a climate of opinion under whom we conduct our different lives », affirmait W. H. Auden, dans son hommage à Freud intitulé In Memory of Sigmund Freud (1939), cité dans Andreas Mayer, Sigmund Freud zur Einführung, op. cit., p. 10.

56 A. Hesnard, Le Disque vert, op. cit., p. 6.

57 Voir note 6 ci-dessus.

58 La vogue des idées freudiennes battait son plein lorsque Albert Einstein est venu au Collège en 1922, invité par Paul Langevin, professeur de Physique générale et expérimentale de 1909 à 1946.

59 These Eventful Years. The Twentieth Century in the Making, as Told by Many of Its Makers; Being the Dramatic Story of All that Has Happened Throughout the World During the Most Momentous Period in All History, vol. 2, London, New York, Encyclopedia Britannica, 1924, volume auquel ont contribué, parmi 85 autres auteurs, Marie Curie sur le radium et Léon Bourgeois sur la Ligue des nations.

60 Le Disque vert, Paris-Bruxelles, 2e année, 3e série, 1924 (1re année : 1922).

61 Léon Daudet, Le Stupide xixe siècle. Exposé des inanités meurtrières qui se sont abattues sur la France depuis 130 ans, 1789-1919, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1922, p. 238.

62 H.-R. Lenormand, op. cit., p. 70-71.

63 Le psychiatre Henri Claude cité dans René Laforgue, « Les causes psychologiques des résistances qui s’opposent à la diffusion de la psychanalyse », Le Disque vert, op. cit., p. 96.

64 Jean Hytier, « Psychanalyse et technique littéraire », Le Disque vert, op. cit., p. 119-128, ici p. 123.

65 Valéry Larbaud, « Freud et la littérature », Le Disque vert, op. cit., p. 109-111, ici p. 111.

66 Henri Michaux, « Réflexions qui ne sont pas étrangères à Freud », Le Disque vert, op. cit., p. 149-151, ici p. 151.

67 J. Rivière cité dans André Desson, « La psychanalyse, caractère général de la poésie et de la psychologie d’aujourd’hui », Le Disque vert, op. cit., p. 152-162, ici p. 155.

68 Lettre de Georges Duhamel à Franz Hellens, 10 mai 1924, Le Disque vert, op. cit., p. 199.

69 A. Hesnard, op. cit., p. 11.

70 Georges Dumas, « La psychologie pathologique et la psycho-analyse », Traité de psychologie, t. II, Paris, F. Alcan, p. 1020-1064.

71 « Aperçu historique du mouvement psychanalytique en France », L’Évolution psychiatrique, 1925, p. 11-26, ici p. 26.

72 Charles Blondel, La Psychanalyse (1924), Paris, L’Harmattan, 2014. Voir Georges Politzer, « Le mythe de l’antipsychanalyse » (1925), dans G. Politzer, Contre Bergson et quelques autres. Écrits philosophiques 1924-1939, Roger Bruyeron (dir.), Paris, Flammarion, coll. « Champs/Essais », 2013, p. 275-306. Selon Politzer, Blondel juge la psychanalyse sans la connaître, ce qui est un argument récurrent chez les défenseurs de la psychanalyse, car pour « juger la psychanalyse, comme tout mouvement en général, il faut l’avoir vécu, il faut posséder un stock d’expériences personnelles » (p. 298). Contre les attaques de Blondel, Politzer célèbre en la psychanalyse le fait qu’elle soit « l’étude de l’homme inconvenant », parce qu’elle a su dégager la psychologie de « l’étreinte des idées morales et religieuses » (p. 303). Le grief principal de Politzer envers l’antipsychanalyse est que « les adversaires radicaux de Freud [tel Blondel] ne sont en possession d’aucune vérité scientifique qui puisse justifier leur attitude » (p. 306).

73 G. Politzer, Critique des fondements de la psychologie (1928), Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2003.

74 La Fin d’une parade philosophique : le bergsonisme est publié sous le pseudonyme François Arouet (1929), dans G. Politzer, Contre Bergson et quelques autres. Écrits philosophiques 1924-1939, op. cit., p. 127-244. Voir « Le parallèle Freud-Bergson » ci-dessous.

75 Ibid., p. 41.

76 Ibid., p. 43.

77 Ibid., p. 53-54.

78 Ibid., p. 146.

79 Ibid., p. 136.

80 Ibid., p. 111.

81 Ibid., p. 192.

82 Ibid., p. 209.

83 Roland Dalbiez, La Méthode psychanalytique et la doctrine freudienne, Paris, Desclée de Brouwer, 1936.

84 Ibid., p. 394, cité dans Cavé, L’Œuvre paradoxale de Freud, op. cit., p. 8.

85 É. Pichon, « De Freud à Dalbiez », op. cit., p. 586.

86 Ibid., p. 588.

87 Ibid., p. 579.

88 Ibid., p. 566.

89 Ibid.

90 Ibid., p. 588. L’analyse de Dalbiez du sens et du symbole a inspiré le philosophe Paul Ricœur dans son analyse de la tension entre le sens et la force dans l’herméneutique freudienne. Voir De l’interprétation. Essai sur Freud, Paris, Seuil, coll. « L’Ordre philosophique », 1965. Pichon célèbre en Dalbiez et sa critique de la psychanalyse, un représentant du mouvement néo-thomiste qui a su mettre à profit les conceptions doctrinales de cette école pour l’étude de la psychanalyse et ainsi faire « connaître un des visages du catholicisme d’aujourd’hui », en renvoyant à son analyse de l’aspect moral de la théorie des névroses et de la thérapeutique freudienne, « De Freud à Dalbiez », op. cit., p. 588.

91 É. Pichon, « De l’extension légitime du domaine de la psychanalyse », op. cit., p. 8.

92 É. Pichon, « De Freud à Dalbiez », op. cit., p. 588.

93 A. Hesnard, Freud dans la société d’après-guerre, Genève, Éditions du Mont-Blanc, 1946, p. 167.

94 Maurice Merleau-Ponty, Préface à L’Œuvre et l’esprit de Freud, dans Parcours deux. 1951-1961, Paris, Verdier, coll. « Philosophie », 2000, p. 276-284.

95 É. Pichon, « De l’extension légitime du domaine de la psychanalyse », op. cit., 1927, p. 223.

96 A. Ohayon, op. cit., p. 242-249.

97 A. de Mijolla, La France et Freud. 1946-1953 : Une pénible renaissance, t. I, Paris, PUF, 2012 et La France et Freud. 1954-1964. D’une scission à l’autre, t. 2, Paris, PUF, 2012.

98 Le texte programmatique de la leçon inaugurale de Daniel Lagache s’intitule L’Unité de la psychologie. Psychologie expérimentale et psychologie clinique, Paris, PUF, coll. « Bibl. de philosophie contemporaine », 1949. Voir A. Ohayon, op. cit., p. 254, et sur Foucault, op. cit., p. 392.

99 Comme l’indique la liste des conférenciers énumérés dans un rapport adressé à l’Association psychanalytique internationale : « A. Minder, professeur au Collège de France » [mais il s’agit sans aucun doute de Robert Minder, cité par A. de Mijolla, La France et Freud, t. II, op. cit., p. 187]. Le rapporteur (Serge Leclaire) souligne que la SFP « s’est assurée, depuis sa fondation, la plus large audience dans les milieux universitaires et scientifiques : Collège de France, École normale supérieure, École pratique des hautes études, cliniques universitaires de neuropsychiatrie », en référence aux professeurs mentionnés ci-dessus, ibid., p. 190-191.

100 Voir A. de Mijolla, La France et Freud, t. I, op. cit., et La France et Freud, t. 2, op. cit.

101 Voir A. Ohayon, Psychologie et psychanalyse en France, op. cit., p. 384-387, sur le colloque international organisé par la SFP, qui s’est tenu à Royaumont en 1958 sur le thème « Perspectives structurales », où s’opposent Lagache et Lacan autour de la notion de structure en psychanalyse, que nous mentionnons ici, notamment parce qu’on y voit Lacan se réclamer de Lévi-Strauss, entre autres éléments de son intervention.

102 Marcel Bluwal, « Le Collège de France dans le siècle », INA, 17 août 1993, 1 h 18 min 37 s, ici 13 min 12 s-14 min 29 s.

103 Émile Benveniste, « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne » (1956) dans Problèmes de linguistique générale, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibl. des sciences humaines », 1966, p. 75-87.

104 Rappelons la parution des Structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF, coll. « Bibl. de philosophie contemporaine », 1949.

105 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955.

106 Voir la contribution de Frédéric Fruteau de Laclos ci-dessous.

107 S. Freud, La Science des rêves, tr. I. Meyerson, Paris, F. Alcan, 1926.

108 Ibid.

109 Voir Yves Laporte, « Rapport sur le projet de création d’une chaire de neuropsychologie du développement », Archives du Collège de France, 4 AP 641, pièce i, p. 3-4.

110 « Rapport en faveur d’une chaire d’Analyse psychologique du langage » par Édouard Le Roy (1937), Archives du Collège de France, 4 AP 477 ; « Rapport en faveur d’une chaire de Poétique » par É. Le Roy (1937), Archives du Collège de France, 4 AP 478 ; « Rapport pour le rétablissement d’une chaire de Grammaire comparée » par Paul Pelliot (1937), Archives de Collège de France, 14 CDF 46-a9.

111 Une chaire de fondation de Géographie humaine, financée par le mécène Albert Kahn, a été créée le 22 juillet 1912 (date de l’arrêté) pour Jean Brunhes, qui l’a occupée jusqu’en 1930. Voir le dossier Jean Brunhes, Archives du Collège de France, 16 CDF 53 et sur la chaire, le dossier 14 CDF 33-c.

112 La proposition de chaire de grammaire comparée est votée avec 24 voix contre 8 voix pour la chaire d’Analyse psychologique du langage (4 bulletins marqués d’une croix, 1 bulletin nul). Archives du Collège de France, Assemblées des professeurs. Registres des délibérations, 2 AP 14, p. 5-8, ici p. 5.

113 Voir « Le parallèle Bergson/Freud » ci-dessous.

114 J. Lacan, « La Famille : les complexes familiaux », dans L’Encyclopédie française, « La Vie mentale », vol. 8, Lucien Febvre et Henri Wallon (dir.), Paris, Société de gestion de l’Encyclopédie française, 1938.

115 Voir Élisabeth Roudinesco et Peter Schöttler (« Lucien Febvre à la rencontre de Jacques Lacan, Paris, 1937 », Genèses. Sciences sociales et histoire, « L’Identification », P. Schöttler (dir.), n° 13, 1993, p. 139-150. doi : 10.3406/genes.1993.1204), qui soulignent que ce texte est « la première grande appropriation philosophique de Freud détachée de tout substrat biologique. Et c’est l’enseignement combiné d’Alexandre Kojève, d’Alexandre Koyré et de Henri Wallon, qui permet à Lacan d’interpréter l’œuvre freudienne dans le sens d’une phénoménologie, d’un hégélianisme, avec pour enjeu central la différenciation entre le moi, le je et l’autre, conduisant à l’élaboration d’une théorie de l’imaginaire », p. 139 et p. 144.

116 Jean Hyppolite, Figures de la pensée philosophique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1971, p. 385-396. Le « Commentaire » est l’un des quatre textes du livre sur « psychanalyse et philosophie » de la section intitulée « Freud ».

117 J. Hyppolite, « Psychanalyse et philosophie », cité dans Paul-Laurent Assoun, Introduction à l’épistémologie freudienne (1981), Paris, Payot, coll. « Science de l’homme », 1990, p. 22-24.

118 Roland Barthes, Leçon, Paris, Seuil, 1978, p. 22 ; p. 23 et p. 29. R. Barthes, Leçon, Paris, Seuil, 1978, p. 22 ; p. 23 ; p. 29.

119 Ibid., p. 43-44.

120 Roland Barthes par Roland Barthes, dans Roland Barthes. Œuvres complètes, t. III, 1974-1980, Éric Marty (dir.), Paris, Seuil, 1995, p. 79-250, p. 209-210. Voir, entre autres textes critiques, É. Marty, « Barthes et le discours clinique : Lecture de S/Z », Essaim, n° 15, 2005/2, p. 83-100.
doi 10.3917/ess.015.0083. Marty rappelle la « position polémique de Barthes à l’égard de l’idéologie psychanalytique qu’il épingle derrière ce qu’il appelle “les figures de système” », c’est-à-dire « ce qui intègre à leur propre code, à leur propre langue, les résistances à ce code ou à cette langue, et appartiennent donc, comme c’est le cas du marxisme ou du jansénisme, à un type de discursivité dont la forme est totalitaire » (p. 83-84).

Auteurs

Antoine Compagnon est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littérature française moderne et contemporaine depuis 2006, et professeur à l’université Columbia (New York). Il est historien de la littérature française, romancier et critique, auteur notamment du Démon de la théorie (Seuil, 1998), des Antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes (Gallimard, 2005), Baudelaire l’irréductible (Flammarion, 2014), Les Chiffonniers de Paris (Gallimard, 2017).
Céline Surprenant est chercheur associée à la chaire de Littérature française moderne et contemporaine, et membre de l’USR « République des Savoirs ». Docteur en Études françaises de l’Université de Sussex (Royaume-Uni), où elle y a été maître de conférence puis professeur (Senior Lecturer) de 1996 à 2010, elle a publié notamment Freud’s Mass Psychology (Palgrave Macmillan, 2003), et Freud : A Guide for the Perplexed (Continuum, 2008). Elle a collaboré à Le Collège de France. Cinq siècles de libre recherche, de Antoine Compagnon, Pierre Corvol et John Scheid (Gallimard, 2015), et, depuis 2012, coordonne « Passage des disciplines : Histoire globale du Collège de France, xixe-xxe siècle » dirigé par Antoine Compagnon, au Collège de France.

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter