Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La hiéroglossie japonaise

 | 
Jean-Noël Robert

Présentation de Jean-Noël Robert

Pierre Corvol

Texte intégral

1Monsieur l’Ambassadeur,
Cher Collègue,
Cher Jean-Noël Robert,

2Vous êtes une illustration de vocation précoce pour les langues orientales. Très tôt, vous avez été attiré par le chinois, que vous avez étudié de façon indépendante d’abord, puis en allant suivre les cours du lycée pilote de Montgeron. Vous poursuivez des études de chinois, de tibétain et de japonais aux Langues O’ et à Paris VII, vous passez votre thèse sur « Les doctrines de l’école japonaise Tendai au début du ixe siècle ». Vous voilà chercheur au CNRS, puis, en 1990, nommé directeur d’étude à l’École pratique des hautes études dans la section des sciences religieuses.

3Vos travaux, qui sont partis d’une question très spécialisée, la scolastique bouddhique à l’époque médiévale, s’ouvrent sur une problématique de grande ampleur : suivre jusqu’à l’époque moderne le développement et la propagation des idées bouddhiques, et montrer à quel point elles forment l’essentiel des représentations japonaises, bien au delà du domaine religieux.

4Vous avez souhaité intituler votre chaire au Collège de France « Philologie de la civilisation japonaise » pour marquer l’approche originale de vos travaux et de votre enseignement.

5La philologie dépasse ici le cadre étroit que lui donnait Nietzsche, « la lente lecture des textes » ; elle est le moyen de saisir le glissement d’une langue à l’autre – en l’occurrence du chinois au japonais – dans tous les domaines, poétique, religieux, littéraire et philosophique. Vous avez ainsi mis en évidence un système régulier de correspondance par lequel, dès le viiie siècle, les lettrés japonais ont transposé la culture chinoise au sein de la littérature japonaise. Vous avez montré concrètement comment la poésie bouddhique japonaise est l’axe de ce procédé et comment des thèmes poétiques japonais intègrent des éléments bouddhiques complexes de la pensée chinoise.

6Le bouddhisme, dites-vous, est l’élément moteur de l’identification de la culture japonaise vis à vis de la culture chinoise. En forçant le trait, on pourrait dire qu’il n’y a pas de période de la culture japonaise qui soit totalement vierge de la culture chinoise, même si, au fil du temps, la langue japonaise, porteuse d’une culture distincte, a acquis un état perçu comme égal et indépendant de son modèle.

7Vous êtes un enquêteur enthousiaste, cherchant les traces irréfutables de l’héritage chinois dans les textes japonais, les ajouts d’une culture à l’autre. Ainsi avez-vous décelé dans Le Roman de Genji, l’équivalent pour la culture japonaise de notre Don Quichotte ou de La Divine Comédie, des procédés rodés dans la poésie bouddhique qui se sont incorporés dans le texte japonais.

8Vos recherches vont au delà du lien culturel et religieux sino-japonais assuré par le bouddhisme. Elles amènent à considérer de façon globale et dynamique la civilisation extrême-orientale, comme une translation du savoir entre l’Inde, la Chine et le Japon, les « trois royaumes » dont parlent les historiens japonais anciens. Et de façon plus générale encore, elles montrent la puissance d’une approche philologique, comprise au sens large du terme, pour analyser les mécanismes de la construction de l’identité d’un pays, d’une nation.

9L’importance de vos travaux a été reconnue par les autorités suprêmes du Japon puisque vous avez été élevé à la dignité de l’Ordre du Soleil Levant à étoile d’or et d’argent, et aussi en France, car vous êtes membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Nous sommes fiers de renouveler, grâce à votre concours, la grande tradition d’études japonaises au Collège.

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540