Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le carbone renouvelable dans les systèmes alimentaires, énergétiques et chimiques

 | 
Paul Colonna

Présentation de Paul Colonna

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue,
Cher Paul Colonna,

2Il y a moins de vingt ans est apparue dans le monde une nouvelle chimie, la chimie verte. Cette chimie est une alternative à l’utilisation du carbone fossile et d’autres types d’énergie non renouvelables (gaz, charbon). La chimie traditionnelle à base de pétrole est certes performante, créative, compétitive, et répond bien à nos besoins, mais elle est aussi polluante et épuise les ressources de carbone fossile. La chimie verte se développe à côté de la chimie traditionnelle, mais plutôt que la concurrencer, elle devrait la complémenter.

3La chimie verte est une chimie non toxique, respectueuse de l’environnement naturel. Elle utilise les ressources du monde végétal, plus précisément les fractions non alimentaires de la biomasse, des plantes aux micro-algues. Ainsi sont créés des produits qu’on pensait ne pouvoir obtenir jusqu’à présent qu’à base de pétrole. Quelques exemples : les biocarburants, de nombreux intermédiaires chimiques pour une chimie plus propre et plus sobre, les plastiques biologiques dont le principal avantage est d’être biodégradables.

4Cette chimie exige un savoir-faire peu ordinaire : être familier de la biologie des végétaux, avoir une solide formation de biochimiste et de chimiste, et savoir transférer ses découvertes au plan industriel.

5Votre formation d’ingénieur agronome à l’Institut national agronomique de Paris-Grignon, votre doctorat de sciences physiques à Paris VI, vos séjours à l’étranger (Berkeley et Norwich) vous ont apporté la compétence nécessaire à la réalisation de vos projets. Vos premières recherches ont porté sur la biochimie d’un glucide complexe, l’amidon, et son métabolisme chez l’homme. Vous vous êtes intéressé à trouver de nouvelles applications non alimentaires à l’amidon, dans un contexte d’excédent de matières agricoles au niveau européen.

6Puis vos recherches ont porté de façon plus globale sur l’usage non alimentaire de la biomasse, sur l’utilisation des propriétés de matériaux et sur la conception de nouveaux systèmes de production de bioproduits par ingénierie cellulaire.

7Vous êtes directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) à Nantes et directeur du réseau national Bioénergies, Biomolécules et Biomatériaux du carbone renouvelable. Vous êtes aussi le président du comité scientifique de Futurol, le premier projet français d’envergure visant à mettre sur le marché un procédé et des produits issus des biotechnologies (enzymes et levures) pour assurer la production de bioéthanol de deuxième génération.

8En France, 92 % des produits chimiques sont encore d’origine pétrochimique. Vous prédisez qu’en 2020/2030, 25 à 30 % des molécules de base devraient provenir du carbone renouvelable, à condition de relever plusieurs défis : un défi technologique et industriel d’abord ; un défi financier, les coûts de la chimie verte étant encore trop élevés ; un défi systémique, enfin, car il faut tenir compte du contexte environnemental, sociétal et économique pour le développement de cette chimie verte qui ne doit pas se faire au détriment de ressources alimentaires d’origine végétale, notamment dans les pays en développement.

9Vous êtes particulièrement bien qualifié pour aborder ces enjeux et ces défis dans le cadre de la chaire annuelle de Développement durable – Environnement, énergie et société créée avec le soutien de Total.

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540