Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les arts de la mémoire et les images mentales

 | 
Alain Berthoz
, 
John Scheid

Le cheminement virtuel des Questions romaines et la méthode exégétique gréco-romaine

John Scheid

Texte intégral

  • 1 Scheid, 2012.

1Il y a quelques années, j’essayais de dégager la structure d’un livre étrange composé vers 100 apr. J.-C. par Plutarque et qui porte le titre de Questions romaines1. Ce traité expose en 113 questions les données que son auteur considérait comme les plus marquantes des coutumes ancestrales des Romains, ceci sans qu’aucune introduction, ni aucune autre précision ne viennent expliciter la nature ou l’intention du livre. J’ai montré que le principe de ce traité était en fait d’évoquer un certain nombre de traditions, en partant de lieux de mémoire, tous situés entre le Forum boarium, le Capitole et le Grand Cirque (fig. 1). Au cours de la promenade virtuelle qui est censée se dérouler entre ces différents lieux, la vue des monuments qui apparaissent successivement dans le regard du promeneur suscite les questions, qui constituent la matière même du livre. À chacun de ces monuments était attachée une mémoire que Plutarque utilise pour mentionner et commenter par un ensemble d’interrogations des traditions sur la société et les institutions de la Rome d’avant l’Empire, c’est-à-dire le début du ier s. apr. J.-C.

Figure 1

Figure 1

Les questions telles qu’elles s’organisent entre quatre lieux centraux

John Scheid, 2017

  • 2 Scheid et Svenbro, 2014.
  • 3 Svenbro et Scheid, 1994.

2Il y a quatre ans, j’ai publié avec Jesper Svenbro un volume d’études mythologiques qui illustre ce que nous croyons être le principe des mythologies grecque et romaine2. Il y a vingt-quatre ans, nous avons inventé, dans un livre précédent, le concept de « mythologie générative3 ». Nous écrivions alors que la mythologie (au sens courant du terme) « ne saurait se cantonner dans le seul domaine des récits : les informations dont elle tient compte dans ses analyses sont de provenance trop hétérogène pour que l’on puisse croire à une hégémonie absolue du narratif dans le domaine de la mythologie. C’est en effet en pensant à ces difficultés que nous avons été amenés à voir dans le mythe non pas un récit, mais une simple concaténation de catégories. Concaténation qui rend possible, à l’intérieur d’une culture donnée, l’émergence de récits mythiques, d’images et de rituels dans les champs qui leur sont propres. Envisagé ainsi, le rapport entre récit, image et rituel, désormais à égalité entre eux, est moins celui d’un reflet spéculaire que celui d’une parenté, qui confère à ces différents documents un air de famille, dont l’origine est cette concaténation même de catégories que nous appelons mythe. »

  • 4 Scheid et Svenbro, 2014.

3Nous avons essayé de démontrer cette intuition avec ce que nous avons appelé le « mythe du tissage ». Puis, dans La Tortue et la Lyre, nous avons développé un certain nombre d’autres exemples grecs et romains qui illustrent ce concept de « mythologie générative4 ».

4La promenade virtuelle que Plutarque exécute dans le plus ancien quartier de Rome illustre à sa manière le principe en question. Pour des Grecs ou des Romains, les mots et leur sens, les noms propres, les objets et les images contiennent un mythe au degré zéro. Un mythe que le récit peut ensuite développer. Certains lieux sont, de la même manière, porteurs d’une signification immédiate en raison de la tradition, ou des pratiques sociales qui leur sont attachées. C’est ainsi qu’à l’époque de Plutarque, le Grand Cirque renvoie pour chaque Romain à la naissance du peuple romain. Car c’est en ce lieu, lors d’une fête à laquelle ils avaient invité leurs voisins sabins, que les rudes jeunes gens qui s’étaient réunis autour de Romulus aux origines de la ville enlevèrent les filles des Sabins. Lesquelles devinrent finalement leurs femmes et constituèrent désormais avec leurs maris et enfants le peuple romain. L’histoire est célèbre, et tous les Romains la connaissaient. De façon significative, c’est à cet endroit précis que Plutarque fait débuter son livre. Et on ne sera pas surpris de constater qu’il en profite pour parler des femmes, et notamment du mariage. Et, de fait, les questions suivantes se rapportent au même sujet : les relations au sein du couple, la relation entre gendre et beau-père. Le temple de Diane, qui est visible de l’endroit où se tient l’auteur dans sa pérégrination virtuelle, est lui aussi mentionné, car Diane était une protectrice traditionnelle des matrones, des femmes mariées. Le temple est explicitement évoqué avec plusieurs de ses traditions, de manière à fixer en quelque sorte les idées. Pendant que l’auteur et ses interlocuteurs cheminent dans la direction du Forum romain, le long de la rue que l’on appelait à l’époque de Plutarque le vicus Tuscus, ils évoquent ces vieilles coutumes typiquement romaines, jusqu’au moment où ils arrivent à l’angle de la Basilica Julia, d’où ils aperçoivent la masse du temple de Saturne. Cet imposant monument introduit d’autres catégories, à commencer par le dévoilement. Saturne est en effet le dieu qui délie et, lors des sacrifices qui lui étaient adressés, les célébrants commençaient par se découvrir la tête et par enlever le pan de la toge qui voilait la tête des sacrifiants, un geste qui suscite chez Plutarque une série de questions liées à ce rite précis qui consiste à se découvrir la tête, mais aussi à Saturne lui-même qui est appelé le père de la vérité (symboliquement dévoilée).

5Et ainsi de suite. L’ensemble du traité est fondé sur ce principe. On dirait qu’un groupe de promeneurs circule dans un espace réduit, tout en s’attardant devant certains monuments et en prenant plaisir à développer les sujets qui leur sont attachés. Et chaque fois qu’ils repassent devant un de ces lieux, ils reprennent les sujets dont ils ont déjà discuté. C’est par exemple le cas quand, à la 85e question, ils reviennent du Forum romain et aperçoivent à nouveau le Grand Cirque : sont évoquées alors des questions concernant les épouses et le mariage.

6Nos promeneurs agissent donc comme le font les poètes, les philosophes ou les conteurs, qui partent d’un objet – un tissu, une tortue, par exemple, ou d’un mot : Ajax, Vertumnus ou Héraclès – pour construire un récit. Seulement, dans ce cas, c’est tout un lieu ou un bâtiment qui suscitent la concaténation de catégories. Un aspect qu’il convient de souligner ici, et qui est particulièrement visible dans les Questions romaines, c’est que, si la concaténation originelle oriente le conteur dans un certain sens, l’utilisation de ces catégories peut le mener dans beaucoup d’autres directions. Chaque question est suivie de trois, quatre ou cinq réponses, qui sont d’ailleurs elles-mêmes autant de questions. Lisons un exemple, la question 6 :

Pourquoi les femmes embrassent-elles leurs proches parents sur la bouche ?

Est-ce, comme la plupart pensent, parce qu’il était défendu aux femmes de boire du vin ? Est-ce afin que, de cette manière, elles ne pussent pas boire sans être découvertes, et afin que leur conduite fût révélée quand elles rencontraient par hasard leurs proches, que le baiser sur la bouche fût prescrit ?

Ou bien est-ce pour la raison que le philosophe Aristote a racontée ? Sur les rives de l’Italie, les Troyennes osèrent commettre l’action suivante, qui est fameuse et que l’on situe en de nombreux endroits. Comme les hommes avaient débarqué là où ils avaient abordé, elles incendièrent les navires, souhaitant en finir avec les errances illimitées et la mer. Par peur de leurs époux, à mesure qu’elles rencontraient leurs parents et proches, elles les saluèrent par un baiser sur la bouche et une embrassade. Quand la colère des Troyens fut tombée et qu’ils se furent réconciliés avec leurs épouses, celles-ci continuèrent par la suite à user à leur égard de cette attitude amicale.

Ou bien est-ce que ce privilège fut donné aux femmes comme pour leur apporter honneur et puissance, si elles apparaissaient pourvues d’une parenté nombreuse et honorable ?

Ou bien, comme il était interdit de choisir son époux dans la proche parenté, les marques d’affection allèrent-elles seulement jusqu’au baiser, et celui-ci restait-il le seul symbole et la seule relation de parenté ? En effet, primitivement, on n’épousait pas des femmes de son sang, tout comme de nos jours encore, on n’épouse pas ses tantes et sœurs ; toutefois, longtemps après, on permit de vivre avec ses cousines, pour la raison que voici. Un homme dépourvu de richesse, mais honorable par ailleurs et estimé par le peuple à l’égal d’un quelconque gouvernant, passait pour avoir comme épouse une cousine épiclère et pour s’enrichir à partir de son bien. Comme il fut cité en justice pour ce motif, le peuple ne permit pas que la cause fût plaidée, détruisit l’accusation et permit par décret à tous d’épouser jusqu'à leur cousine germaine, en le défendant cependant pour les degrés supérieurs de parenté.

7Il ne s’agit pas pour un ancien de formuler une réponse définitive qui constituerait la vérité. Dans la civilisation gréco-romaine, la notion de vérité unique n’existe pas. Il n’existe que des vérités, car dans la Rome préchrétienne, nous ne sommes pas dans une civilisation déterminée par une révélation divine énonçant des vérités qui s’imposent à tous. Ces réponses en forme de questions sont en fait autant de manières de créer des concaténations. Le jeu intellectuel consiste en effet à présenter autant de concaténations qu’il est possible d’en faire sans aller contre le sens commun, ou d’exploiter au maximum celles qu’un lieu de mémoire suggère. On comprend que cette manière de procéder ait été utilisée par les arts de la mémoire, qui créent artificiellement des concaténations entre des idées ou des parties de discours et un objet, un lieu. Cet aspect est caractéristique de la mythologie générative : le lieu génère littéralement des mythes.

8Regardons pour conclure la façon dont fonctionne ce procédé qui consiste à tirer d’un lieu donné tous les sens possibles, en prenant un exemple précis, en l’occurrence celui du Capitole, et plus exactement celui du nom qui est le sien. Pour n’importe quel Romain, ce lieu évoquait la domination que Rome exerçait désormais sur le monde. Cette colline était en effet le lieu sur lequel se dressait le temple des divinités souveraines de l’État, Jupiter, Junon et Minerve, le lieu où commençait officiellement l’année par les vœux pour le salut de l’État, où étaient alors définies les missions des magistrats suprêmes, et où leurs entreprises les plus importantes arrivaient également à leur terme, sous la forme des sacrifices du triomphe.

  • 5 Capitolium <capit-olium> = κεφαλὴ ὅλου (kephalè holou), « la tête de tout, du tout ».

9De ce fait, le Capitolium, terme dont l’origine est inconnue, suggérait immédiatement aux esprits le terme de caput, « tête », un caput comme le caput Italiae (tête de l’Italie), le caput mundi (tête du monde), le caput omnium rerum (tête de toutes choses). Quelques récits glosaient cette étymologie en rapportant que lors de la construction du temple de la triade capitoline, les ouvriers y découvrirent une tête humaine. À partir de là, des récits de plus en plus élaborés ont été construits, qui introduisaient des éléments secondaires, dont la mission était d’expliquer pourquoi on avait découvert une tête humaine à cet endroit. Mais il est bien possible que toutes ces concaténations dérivent en fait de l’invention d’une étymologie grecque du nom de la colline : κεφαλὴ ὅλου, « la tête du tout », le caput omnium rerum, la tête de toute chose5, que Tite Live mentionne. Il était en effet commun au ier s. av. J.-C. de donner aux expressions une origine grecque ou romaine.

10Il n’y a pas lieu de s’étonner que les mêmes éléments d’un nom puissent donner naissance aux récits les plus divers, dans la mesure où les catégories, les notions qui les constituaient et qui servaient à les produire, n’avaient aucune valeur absolue. Il suffisait de rester dans la vraisemblance et de respecter les règles du genre pour que l’histoire ou l’étymologie produite devienne acceptable.

11C’est ce type de démarche qui est par exemple utilisée par Plutarque ou les quelques autres auteurs que j’ai cités comme exemples. Dans les Questions romaines, Plutarque utilise le Capitole pour parler du dieu Borne, Terminus, (question 15) au moment où la promenade virtuelle passe au pied de la colline, du prêtre de Jupiter et d’un rite du Capitole (q. 40 et 44-45), de Manlius Publicola, un homme politique que l’on accusait d’avoir aspiré à la monarchie (q. 91), et ainsi de suite. Toujours le promeneur passe à proximité du Capitole ou regarde dans sa direction quand ces thèmes sont abordés : certains lieux contiennent pour les habitants de Rome des références à des notions qui permettaient d’y raccrocher des traditions ou des réflexions. Évidemment, le lecteur qui ignorait tout de la topographie romaine ne pouvait pas entrer dans ce jeu entre les lieux de mémoire et les institutions décrites par Plutarque. Pour ce lecteur, les Questions romaines étaient simplement un livre qui exposait un certain nombre de coutumes romaines importantes. Tout juste pouvait-il s’étonner de l’absence de certaines de ces traditions, sans en comprendre la raison. Car la raison en était due au fait que Plutarque opère un choix des lieux qu’il met en œuvre, ce qui révèle encore l’accrochage intentionnel des coutumes à une région précise du centre de Rome.

  • 6 Yates, 1975.

12À cela s’ajoute évidemment que des lieux peuvent, comme les noms propres, servir de trame pour mémoriser ou mettre en scène une réflexion plus élaborée, voire un long plaidoyer. Ce sont ces « arts de la mémoire » dont Cicéron et d’autres auteurs parlent, et que Frances Yates a étudiés6. Mais sur le fond, un des ressorts de cette technique oratoire et mnémotechnique réside dans la démarche mythologique telle que je l’explique avec Jesper Svenbro.

Bibliographie

Scheid J. (2012), À Rome sur les pas de Plutarque, Paris, La Librairie Vuibert ; édition allemande : Plutarch. Römische Fragen, herausgegeben, übersetzt und erläutert von J. Scheid, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2012.

Scheid J. et Svenbro J. (2014), La Tortue et la Lyre. Dans latelier du mythe antique, Paris, CNRS Éditions.

Svenbro J. et Scheid J. (1994), Le Métier de Zeus. Mythe du tissage dans le monde gréco-romain, Paris, La Découverte.

Yates F. A. (1975), L’Art de la mémoire [1966], Paris, Allia.

Notes

1 Scheid, 2012.

2 Scheid et Svenbro, 2014.

3 Svenbro et Scheid, 1994.

4 Scheid et Svenbro, 2014.

5 Capitolium <capit-olium> = κεφαλὴ ὅλου (kephalè holou), « la tête de tout, du tout ».

6 Yates, 1975.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Les questions telles qu’elles s’organisent entre quatre lieux centraux
Crédits John Scheid, 2017
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5459/img-1.jpg
Fichier image/, 302k

Auteur

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540