Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Bi’r Umm Fawâkhir : les mines d'or byzantines dans le désert Oriental

Carol Meyer

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les organisateurs du colloque sur le désert Oriental d’Égypte. Je souhaite aus (...)
  • 2 Les résultats des six campagnes de fouille sont publiés dans Meyer 1995 ; Meyer, Heidorn, Kaegi et (...)

1Le propos de cet article est de présenter un résumé des résultats de nombreuses années de recherche archéologique sur le site de Bi’r Umm Fawâkhir, dans le désert Oriental d'Égypte1. Il donnera un bref aperçu des campagnes de fouilles, certains aspects de la vie dans le site et un examen des techniques d'extraction et de traitement du minerai dans l’Antiquité. Le « Bi’r Umm Fawâkhir Project » de l’Oriental Institute of the University of Chicago a réalisé quatre campagnes de prospections et une campagne de fouille suivie d’une saison d'étude en 2001 à Qift. Les travaux topographiques ont commencé à cartographier l'extrémité sud-est du site en 1992 puis le travail a été poursuivi vers le nord-ouest en 1993 et 1996 ; un gros effort a été fait en 1997 pour compléter la carte de ce que nous appelons désormais l’établissement principal. Le site s’étend sur un demi-kilomètre d’une extrémité à l'autre (fig. 1). En 1999, nous avons eu l’opportunité de procéder à des fouilles mais nous avons seulement pu explorer trois des 237 bâtiments, soit un petit échantillon (fig. 1, 2). Outre la cartographie de l’établissement principal (en bleu sur la fig. 3), nous avons effectué des prospections dans les environs du site et repéré quatorze groupes de vestiges périphériques (en rouge sur la fig. 3) datables des ve et visiècles byzantins2.

Fig. 1

Fig. 1

L'établissement principal de Bi'r Umm Fawâkhir.

© C. Meyer

Fig. 2

Fig. 2

Vue d'ensemble de la section centrale de Bi'r Umm Fawâkhir (les points rouges marquent les bâtiments 93, 177 et 181 dans le sens des aiguilles d'une montre depuis le centre gauche).

© C. Meyer

Fig. 3

Fig. 3

Principal établissement et ceux à proximité.

© C. Meyer

2Aux ve et visiècles, l'Empire byzantin avait un énorme besoin d'or pour faire face aux dépenses des armées, de la marine, de la diplomatie, d’un vaste programme de constructions et de la brillante cour de Constantinople. La plupart des sources d’approvisionnement en or étaient épuisées ou aux mains des ennemis ; aussi lorsque la demande d'or a augmenté, de nouvelles ressources et des techniques d’extraction plus efficaces durent être utilisées. Il est évident en effet que l’exploitation des mines de Bi’r Umm Fawâkhir fut relancée par l’Etat. Qui d’autre aurait eu les ressources en capital notamment sous forme de céréales et d’équipement, et l'autorité pour rassembler, organiser et approvisionner une main-d'œuvre aussi nombreuse dans un lointain désert ?

  • 3 Le praesidium de Krokodilô (Wâdi Mweh) a été réutilisé au cours des ve et visiècles (Brun 2003a, (...)
  • 4 Les estimations modernes vont de 4 à 27,9 grammes par tonne de minerai au wâdi el-Sid contre 1,73 à (...)

3Quand les mineurs partirent du Nil, vraisemblablement de Coptos (aujourd’hui Qift), ils s’enfoncèrent certes dans le désert mais pas vers l'inconnu. L'ancienne route qui traversait le Wâdi Hammâmât et conduisait à la mer Rouge (fig. 4) était encore jalonnée par les praesidia du Haut Empire romain, abandonnés mais encore debout ; un ou deux d'entre eux furent d’ailleurs partiellement réoccupés pendant la période byzantine3. Les mineurs ont été envoyés vers une zone bien connue d'exploitation aurifère. Dans le Wâdi el-Sid, à quelques kilomètres au sud de Bi’r Umm Fawâkhir (fig. 3), des mines d’or avaient été exploitées depuis au moins le Nouvel Empire, comme l’attestent le papyrus de Turin donnant la carte des mines ainsi que quelques cabanes, tranchées d’extraction et tessons de céramique du Nouvel Empire. Les mineurs de l'époque byzantine ont surtout travaillé dans la zone septentrionale, autour des puits de Bi’r Umm Fawâkhir, peut-être parce que les mines du Wâdi el-Sid n’étaient plus rentables avec la technologie antique. Il est important de noter que le minerai du Wâdi el-Sid est beaucoup plus riche que celui du Bi’r Umm Fawâkhir4 : seul un besoin très pressant en or a pu rendre ce dernier attrayant.

Fig. 4

Fig. 4

Désert oriental, sites de la période byzantine (indiqués en rouge).

© C. Meyer

4Nous n'entrerons pas ici dans le détail de la géologie du Bi’r Umm Fawâkhir, sauf pour rappeler que l'or se forme dans les veines de quartz remplissant les failles du granit (fig. 5). Le granit rosâtre du Fawâkhir est une roche précambrienne (environ 590 millions d’années) infiltrée dans des roches magmatiques ultramafiques encore plus anciennes et sombres. Au contact entre le granite et les roches ultramafiques, les veines de quartz sont enrichies de minéraux polymétalliques, dont certains contiennent de l'or. L'autre ressource essentielle accessible par les puits du Bi’r Umm Fawâkhir est une eau abondante et douce, non saumâtre contrairement à l’eau de tant d'autres puits du désert.

Fig. 5

Fig. 5

Carte géologique des environs de Bi'r Umm Fawâkhir.

© M. Badr el-Din Omar

  • 5 Le nom « Persou » est employé dans les ostraca du Haut Empire pour une station militaire dans le wâ (...)

5Lorsque les mineurs parvinrent au Bi’r Umm Fawâkhir, ils trouvèrent des ruines d’occupations antérieures. Un petit temple de Min, élevé par Ptolémée III, existait encore (fig. 6) ; il n'a été détruit qu'au début du xxe siècle. L'ancienne route romaine, dominée par des tours de guet visibles sur la route de Coptos à Myos Hormos, passait à l'est des puits devant les habitats périphériques 2 et 3 (figure 3). Quelques vestiges sont datés du Haut-Empire : des inscriptions dans une caverne derrière l’habitat moderne, quelques dizaines d'ostraca et des fragments divers récupérés par les mineurs modernes. Plusieurs petites carrières de granit peuvent être datées à l'époque romaine par les tessons de poterie qui les jonchent, notamment des fragments d’amphores, par des mortaises creusées dans la pierre, analogues à celles à Mons Claudianus et par le fait que plusieurs blocs en partie taillés ont été remployés dans les habitations d'époque byzantine (fig. 7). Si, toutefois, il y eut un praesidium du Haut Empire près des puits du Bi’r Umm Fawâkhir5 comme ailleurs le long de la route entre Coptos et Myos Hormos, il est le plus complètement détruit de tous. S’il se trouvait près des puits, il a dû être abîmé par les crues soudaines, rares mais violentes (fig. 8). Tout ce qui avait survécu jusqu'au début du xxe siècle a été broyé par des machines modernes de concassage de minerai.

Fig. 6

Fig. 6

Segment de colonne du temple de Min de Ptolémée III Évergète Ier.

© C. Meyer, T.G. Wilfong

Fig. 7a

Fig. 7a

Outlier 2 au centre gauche ; carrière 1 au pied de l'affleurement rocheux ; voie romaine dans le lit du wâdi, de la partie inférieure droite à la partie supérieure gauche.

© C. Meyer

Fig. 7b

Fig. 7b

Carrière 1 : blocs avec fentes d'extraction.

© C. Meyer

Fig. 7c

Fig. 7c

Bloc partiellement exploité retrouvé dans le bâtiment 126 du principal établissement.

© C. Meyer

Fig. 8

Fig. 8

Vue générale de Bi'r Umm Fawâkhir. Outlier 2, carrière 1 et voie romaine à gauche ; principal établissement à droite ; puits en bas à gauche, à l'avant-plan.

© C. Meyer

  • 6 Voir par exemple l’étude sur le Dolly’s Creek en Australie (Lawrence 1998, pp. 46-48).
  • 7 Les prostituées sont largement attestées à l’époque romaine. Le tarif de Coptos daté de l’an 90 ind (...)

6Peu après leur arrivée au Bi’r Umm Fawâkhir, les mineurs ont commencé à construire des abris. L'unité de base est une habitation de deux ou trois pièces (fig. 9) en pierres sèches avec des portes soigneusement réalisées et des éléments intégrés dans les murs tels que des niches et des bancs, mais sans pierre taillée, ni enduits muraux. Les toits étaient probablement couverts de palmes, de branches, de fagots et / ou de nattes maintenus par des pierres. Ces architectures informelles pouvaient être agrandies au besoin en ajoutant des pièces ou en clôturant l'espace entre deux habitations jusqu'à former un bâtiment agglomérant cinq ou six maisons partageant des murs maîtres (fig. 10). La figure 11 montre une partie du site avec les habitations de base à deux ou trois chambres en orange et les habitations agglomérées en bleu. Bien que le site ne possède aucun plan d’urbanisme, de nombreuses maisons sont regroupées autour d'une zone commune ou d'une petite place. Leurs portes s'ouvrent sur la place et non sur le fond de l'oued qui servait d’artère principale. Ainsi ces habitations pouvaient partager des activités plus facilement que par toute autre disposition. Nous pensons que ces ensembles d’habitations correspondent à des groupes familiaux composés de pères, de fils, de frères, d’oncles et de cousins. Il est difficile d’imaginer une autre organisation qui pourrait expliquer des regroupements. Les épouses et les mères étaient-elles présentes ? Nous n'avons pas de preuves, mais nous savons par l’ethnographie que les femmes sont rares dans les villes minières et que plus la ville est récente, moins elle compte de femmes6. Il est possible qu’il y ait eu des prostituées car leur présence est bien attestée par les textes du Haut Empire7 mais, par définition, elles ne font pas partie de groupes familiaux stables.

Fig. 9

Fig. 9

Outlier 2: maison.

© C. Meyer

Fig. 10

Fig. 10

Bâtiment 50, maison agglomérée composée de 20 pièces.

© C. Meyer

7La figure 11 montre un certain nombre de dépendances indiquées en vert. On ne sait si elles servaient de lieu de stockage, d’ateliers, d'abri pour des animaux, de latrines, ou si elles avaient plusieurs de ces fonctions tour à tour. Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas de cuisines car les fouilles du bâtiment 93 ont révélé deux cuisines à ciel ouvert de part et d’autre de l’habitation (fig. 12).

Fig. 11

Fig. 11

Orange = maison individuelle ; bleu = maison agglomérée ; gris = « plazas » ; vert = bâtiment composé d'une pièce.

© C. Meyer

Fig. 12

Fig. 12

Bâtiment 93. A = Dépotoir 1, cuisine ; B = Dépotoir 2, cuisine.

© C. Meyer

  • 8 L’énigmatique complexe 26 de l’habitat périphérique 6 (fig. 3) est entouré par un large espace et d (...)

8La ville est ainsi remarquablement complète ; elle peut être cartographiée maison par maison sans même procéder à des fouilles. Autour de l’habitat principal, des groupes périphériques de ruines, des sentiers, des anciennes routes, des mines et des puits, sont également visibles (fig. 3). La population de l’habitat principal peut-être estimée à un peu plus de 1000 personnes. Ce nombre a certainement fluctué au fil du temps, il a dû être parfois plus élevé. Les habitats périphériques 1, 2 et 6 sont de véritables groupes de maisons, pas seulement des cabanes servant à l’exploitation de mines éloignées. Mais d’un autre côté, certaines absences sont à souligner. Il n'y a pas de murs ou de fortifications pour enfermer la population à l'intérieur ou pour la protéger d’une attaque extérieure, mais seulement quelques postes de garde situés sur les crêtes (fig. 13). Nulle part on ne voit de grand bâtiment administratif, d’entrepôt, ou d’abri pour des animaux8. Il n'y a aucun vestige d’église, bien que le petit temple de Min construit par Ptolémée III était encore debout (fig. 6). Peut-être de tels bâtiments existaient près des puits, mais ils ont été depuis longtemps détruits par les inondations et par l'exploitation minière moderne.

Fig. 13a

Fig. 13a

Poste de garde (au sommet de la crête).

© C. Meyer

Fig. 13b

Fig. 13b

Vue du poste de garde vers le village moderne, les puits et la route de Wâdi Hammâmât.

© C. Meyer

  • 9 Voir Burstein 1989, pp. 58-68, pour la description des mines et des mineurs d’Agatharchide, et Oldf (...)

9Au ier siècle avant J.-C., Diodore citant Agatharcide, un auteur du iie siècle, rapporte que les mineurs d'or de cette époque étaient des prisonniers de guerre, des criminels ou des personnes qui avaient eu la malchance d’encourir la colère du roi ; selon cette source, les mineurs travaillaient dans la plus grande misère jusqu’à ce que mort s’ensuive9. Au contraire, au Bi’r Umm Fawâkhir, on ne voit aucune trace d’un travail forcé. Il n'y a pas de murs pour enfermer les ouvriers. L’habitat principal et les groupes de maisons périphériques ne montrent aucun signe d’organisation réglementée. Les silos dans l’habitat périphérique 2 ressemblent plus à des structures de conservation du grain payé en salaire qu’au stockage de rations distribuées à des captifs (fig. 14). Nos fouilles, bien que très limitées, ont permis la découverte de perles, d’émeraudes brutes (béryl vert), d’une d'agate, d’une amulette de Bès, d’un poids en bronze, d’un bracelet en alliage d'or et de cuivre et quelques petites monnaies (fig. 14).

Fig. 14a

Fig. 14a

Silo dans Outlier 2.

© C. Meyer

Fig. 14b

Fig. 14b

a. Amulette ; b. Agate ; c. Poids en bronze ; d. Émeraudes brutes ; e. Bracelet en alliage cuivre et or.

© C. Meyer

Fig. 14c

Fig. 14c

Pièces de bronze.

© C. Meyer

  • 10 Sur le paganisme en Égypte durant la période byzantine, voir Frankfurter 1998.
  • 11 Voir Sidebotham 2011, pp. 264-268, 272-275, pour le complexe ecclésiastique chrétien, le sanctuaire (...)

10Curieusement, nous ne connaissons pas la religion des mineurs. Au ve siècle, l'Empire byzantin était officiellement chrétien, mais en Égypte, il semble qu’il ait eu des différences de village à village10. D’un côté, le petit temple de Min existait encore (fig. 6) et quelqu'un portait une amulette de Bès. D'autre part, plusieurs plats sont estampillés avec des croix et d'autres symboles chrétiens (fig. 15) et les amphores vinaires portent des dates XP (fig. 16), qui toutefois se rapportent plus à l'endroit où elles furent remplies qu’au lieu où le vin fut consommé. La situation dans le port de Bérénice, de loin le site le plus important du désert Oriental à l'époque byzantine, est aussi compliquée11. La religion était d’une importance primordiale : elle déterminait la semaine de travail des mineurs et le cycle des fêtes, que ce soient celles d’Isis ou du Christ. D'un point de vue culturel, les mineurs ne semblent pas très pieux ou adonnés à une religion formelle, mais d'autre part ils exerçaient une profession dangereuse où les seules protections étaient leur compétence et l'intervention divine.

Fig. 15

Fig. 15

Sherds avec des symboles chrétiens estampés ou peints.

© C. Meyer

Fig. 16

Fig. 16

Amphores de l'Antiquité tardive ( = LRA 1) avec dipinti.

© C. Meyer

  • 12 Ikram 2014, pp. 91-96.
  • 13 Smith 2014, pp. 97-100. Voir aussi Van der Veen et al. dans ce volume.
  • 14 Sur la rareté des grains de blé, voir Van der Veen 2016.
  • 15 Les ostraca du Haut Empire romain enregistrent de nombreuses commandes de pain pour les forts de la (...)

11Bien qu'il n'y ait aucune preuve que les mineurs aient été condamnés au travail forcé, nous avons beaucoup d’indices sur leur ravitaillement. La poterie y arrivait dans une telle abondance que le nom du site, Bi’r Umm Fawâkhir, signifie « Le puits de la mère des poteries ». À en juger par les amphores, le vin était courant (fig. 16). Parmi la vaisselle, on trouve de nombreux bols ou cratères profonds (fig. 17) et une variété de petites tasses ou bols, dont certains étaient utilisés pour boire (fig. 18). Nous avons même trouvé une louche de fer (fig. 18) suggérant que, parfois, le vin était mélangé avec de l'eau dans les cratères, avant d’être versé dans des coupes à boire et bu d'une manière plus ou moins civilisée. La viande était également variée (fig. 19). La présence d’os de moutons et de chèvres est normale, mais la quantité d'os de bœuf surprend. Le bœuf est un luxe dans le désert où il n'y a pas de fourrage pour ce type de bétail12. Une autre surprise est apportée par ce que nous appelons hypothétiquement « la fromagerie ». Sur la couche la plus profonde du dépotoir 1, nous avons trouvé un vase à large embouchure, sans doute pour le lait, et un autre plus grand dont le fond est percé de trous, probablement pour égoutter le lactosérum lors de la préparation du fromage (fig. 20). Le fromage est une très bonne solution pour conserver le lait dans un désert très chaud. A cause de la petite surface fouillée, les restes botaniques retrouvés sont rares et les plantes alimentaires identifiées banales : l'orge, le blé, la calebasse, la date, le palmier doum, le raisin, l'olive ainsi que des légumineuses et des gousses d'acacia du Nil probablement utilisées pour la nourriture des animaux13. Les grains de blé en particulier ne sont pas fréquents, bien que cela soit en accord avec ce que l’on constate ailleurs dans le désert Oriental14. Les silos de l’habitat périphérique 2 (fig. 14) et les dolia dans les cuisines fouillées (fig. 21) ressemblent à des réserves de céréales, mais le petit foyer ou four à paroi d’argile rempli de fumier et de fines cendres de fumier, dans la cuisine du « Dump 1 », semble très petit pour la cuisson du pain. Peut-être existait-il des fours de cuisson communautaires pour économiser le combustible. Le combustible destiné aux nombreux foyers doit avoir constitué une constante préoccupation pour les administrateurs de mine. Peut-être une partie du pain était-elle cuite dans la vallée et envoyée à la mine, comme sous le Haut Empire15.

Fig. 17a

Fig. 17a

Cratères.

© C. Meyer

Fig. 17b

Fig. 17b

Krater trouvé in situ au plus bas niveau du bâtiment 93, salle C.

© C. Meyer

Fig. 18a

Fig. 18a

Petites tasses.

© C. Meyer

Fig. 18b

Fig. 18b

Louche en fer.

© C. Meyer

Fig. 18c

Fig. 18c

Louche en fer in situ.

© C. Meyer

Fig. 19

Fig. 19

Répartition des os des animaux trouvés à Bi'r Umm Fawâkhir.

© S. Ikram

Fig. 20a

Fig. 20a

Pot à large ouverture (pot à lait ?).

© C. Meyer

Fig. 20b

Fig. 20b

Fromagerie avec deux récipients in situ au plus bas niveau de la décharge 1, à côté du bâtiment 93.

© C. Meyer

Fig. 20c

Fig. 20c

Grand pot à trous (pour passer le petit lait ?).

© C. Meyer

Fig. 20d

Fig. 20d

Fond du grand pot.

© C. Meyer

Fig. 21a

Fig. 21a

Dépotoir 1 cuisine ; petit four en argile en haut à gauche, rempli de cendres de fumier ; siège pour un pot au centre ; dolium cerclé au centre à droite ; dolium désaffecté au sol à droite.

© C. Meyer

Fig. 21b

Fig. 21b

Coupe transversale schématique de dolium 1.

© C. Meyer

Fig. 21c

Fig. 21c

Plan supérieur de la cuisine du dépotoir 1 ; foyer au deuxième niveau (« fromagerie » au troisième niveau, non représentée).

© C. Meyer

12Nos travaux ont recueilli de nombreuses informations sur les mines d'or, raison même de l'existence de l’établissement du Bi’r Umm Fawâkhir. Les collines autour du site sont couvertes de trous et de tranchées des mines antiques. Il faut souligner que l'extraction du quartz de la masse du granit est un travail difficile. Recueillir l’or alluvial dans un cours d’eau est une opération simple, non qualifiée ; elle peut être réalisée par un mineur isolé qui peut, ou non, devenir très riche. En revanche, l'exploitation de la roche dure nécessite une main-d'œuvre importante, organisée et bien équipée. Les mineurs étaient probablement payés, peut-être bien payés, mais ils ne devenaient jamais riches. L'exploitation minière de roches dure demande des capitaux importants et les bénéfices éventuels reviennent aux investisseurs, qu’ils soient à Alexandrie, à Constantinople, à Johannesburg ou partout ailleurs. Les veines de quartz à Fawâkhir, en particulier les plus proches de la zone de contact avec les roches ultramafiques, à l'ouest et au sud, sont riches de nombreux minéraux métalliques, dont certains incluent de petites quantités d'or (fig. 22). Mais il faut noter que cette liste de minéraux comprend uniquement des sulfures, beaucoup plus difficiles à faire fondre que les oxydes.

Fig. 22

Fig. 22

a. Petites veines de quartz avec hematite. b. Pyrite de fer (« l'or de fous »).

© C. Meyer

  • 16 Les grandes carrières de granodiorite du Mons Claudianus n’ont livré que très peu d’outils en métal (...)
  • 17 Les enclumes de concassage et les meules sont les objets les plus fréquents au Bi’r Umm Fawâkhir ap (...)

13Il existe deux types de mines au Bi’r Umm Fawâkhir. Les plus simples consistent en une tranchée ou une mine à ciel ouvert, creusée en suivant la veine de quartz (fig. 23). Nous n'avons récupéré qu'un seul outil, une simple tranchant ou pic en fer (fig. 23), mais les outils trouvés en fouille sont rares dans les anciennes mines et carrières16. En d’autres lieux, les mines s’enfoncent profondément dans la montagne (fig. 24). Ces deux types de mines sont datés de l’Antiquité par la présence des tessons autour d'eux, de huttes construites de la même façon que les habitations du site principal et par des particularités tels que des murs de soutènement en pierres sèches (fig. 24). Dans la mine 4, la tranchée qui coupe le flanc de la montagne est très visible. Les pierres de couleur claire bordant les côtés de la tranchée sont des blocs de quartz rejetés (fig. 25). A peu près au milieu de la tranchée, nous avons découvert une table de concassage, entourée sur trois côtés par des morceaux de quartz (fig. 26) : il semble qu'un ouvrier accroupi à cet emplacement brisait et examinait le quartz extrait dans l'ombre ou dans l'obscurité ; il choisissait les blocs qui méritaient d’être concassés. Les pierres stériles étaient simplement jetées dans la pente. L’étape suivante, selon Agatharchide, consistait à de piler les fragments jusqu’à atteindre la taille d'un pois ou d'une vesce. Le morceau de quartz était placé sur une enclume de pierre plate et concassé, puis broyé avec une molette à deux mains (fig. 27). Lorsque la molette devient trop usée pour broyer la roche assez finement, elle est simplement jetée et remplacée. Ces pierres sont si communes qu'elles ont servi à construire des murs et des escaliers dans une pente17. L'étape suivante consistait à verser le minerai broyé dans un lourd moulin (fig. 28). La pierre rotative supérieure, plus légère était tournée au moyen d'une poignée en bois fixée dans un trou. Diodore, reprenant Agatharchide, écrit que la farine de minerai était réalisée par des femmes travaillant deux par deux, ce qui est possible mais non assuré. L’opération suivante consistait à laver le minerai finement broyé : c'était l'une des tâches les plus qualifiées de la mine, bien que nous ne sachions pas quelles techniques de lavage étaient utilisées. En 1997, Bryan Earl, un ingénieur minier retraité venant des Cornouailles, a effectué un essai d’archéologie expérimentale dans le cadre de notre projet. Il a montré qu'il était nécessaire de broyer le minerai de Fawâkhir jusqu’à obtenir une poudre sans pour autant obtenir de paillettes d’or visibles (fig. 29). Il a utilisé une pelle-batte de Cornouailles pour laver le minerai et il n'a pas obtenu de pépites d'or, seulement un résidu concentré, lourd, sombre et brillant que l’on appelle « tête ». Nous pensons que le traitement du minerai au Bi’r Umm Fawâkhir s’arrêtait à ce stade. Nous avons recherché des scories mais nous n’en avons trouvé aucune, or les scories sont généralement bien visibles. La fusion de ce type de minerai réclame beaucoup de combustible et le combustible est rare dans le désert. Par ailleurs, le transport de sacs de ce concentré sombre et lourd jusqu’à la vallée où il subissait le traitement final devait réduire le risque de vol sur le site même et lors de la traversée du désert.

Fig. 23a

Fig. 23a

Mines à ciel ouvert.

© C. Meyer

Fig. 23b

Fig. 23b

Tranchant ou pic en fer.

© C. Meyer

Fig.24a

Fig.24a

Hutte byzantine au premier plan ; mine moderne en seond plan, au niveau du wâdi.

© C. Meyer

Fig.24b

Fig.24b

Mine qui s'enfonce dans la montagne avec des murs de soutènement en pierres sèches.

© C. Meyer

Fig. 25

Fig. 25

Mine 4.

© C. Meyer

Fig. 26

Fig. 26

Table de concassage à côté de la Mine 4.

© C. Meyer

Fig. 27a-b

Fig. 27a-b

A. Molette à deux mains. B. Bâtiment 117, escalier construit avec des molettes à deux mains.

© C. Meyer

Fig. 27c

Fig. 27c

Trois enclumes de pierre plate.

© C. Meyer

Fig. 28a

Fig. 28a

Lourd moulin de pierre (quern) et trois molettes à deux mains.

© C. Meyer

Fig. 28b

Fig. 28b

Deux pierres rotatives supérieures, brisées en deux.

© C. Meyer

Fig. 29a

Fig. 29a

Broyage du minerai.

© C. Meyer

Fig. 29b

Fig. 29b

Lavage du minerai.

© C. Meyer

Graphique 1

Graphique 1

Méthode d'obtention de l'or.

  • 18 Deux petits échantillons analysés à l’Advanced Photon Source at Argonne National Laboratory contena (...)

14Ce graphique montre toutes les étapes nécessaires pour obtenir de l'or à partir de ce type de minerai. Les phases 1 et 2 correspondent au concassage, broyage et au lavage du minerai que nous avons vu. Les étapes 3 et 4 qui consistent à griller le concentré pour éliminer le dioxyde de soufre et l'arsenic, puis à broyer à nouveau le minerai, ne sont pas strictement nécessaires, mais ces opérations rendent la phase 5 plus aisée. Pour cette étape, le concentré doit être mélangé à une certaine quantité de plomb s'il n'en contient pas, comme c’est le cas des minerais du Bi’r Umm Fawâkhir18. Le minerai concentré et le plomb ajouté, le cas échéant, sont ensuite chauffés à haute température, suffisante pour faire fondre le minerai, éliminer le laitier et obtenir un « gâteau » de plomb. Ce « gâteau » de plomb est ensuite placé dans un récipient poreux (une « coupelle ») ou sur un lit de matériau poreux tel que du sable ou de la poussière de brique. Celui-ci à son tour est à son tour grillé jusqu'à ce que le plomb s'oxyde et se répande dans les porosités comme litharge, laissant en surface de petites perles d'or, d'électrum ou d'argent. Si l'on souhaite raffiner l'or, pour battre monnaie par exemple, une septième opération peut être effectuée. Les perles d'or ou d'électrum sont placées dans une jarre avec du sel et un fondant comme la silice puis le mélange est chauffé pendant cinq jours jusqu'à ce qu’il cesse de fumer. Les oxydes d'argent sont retenus par les parois du conteneur et seul l'or raffiné subsiste. Si l'on souhaite aussi récupérer l'argent, le récipient peut être broyé et chauffé en répétant les étapes de la coupellation au plomb jusqu’à obtenir l'argent. En bref, la fusion de ce minerai d'or prend beaucoup de temps, consomme énormément de combustible tout en étant toxique et techniquement complexe, en particulier avec un minerai dont la teneur en or est aussi basse que celui de Bi’r Umm Fawâkhir. Seul un besoin urgent d’or de la part de l'Empire byzantin pouvait justifier de telles dépenses.

  • 19 Meyer 2014 (Bâtiment 93, Pièce C, Dépotoir 1, and Bâtiment 171 Pièce A ; pp. 15-17, 19-24, 27-29 ; (...)
  • 20 L’épidémie de peste de 542 a commencé près de Péluse (Vasiliev 1952, p. 162).

15Combien de temps les mines de Bi’r Umm Fawâkhir ont-elles été exploitées ? Nous ne le savons pas avec précision, mais les fouilles récentes ont trouvé, dans au moins deux sondages, des vestiges de trois phases d’occupation (fig. 21 pour un exemple)19. Il semble donc que le site ait été occupé, puis abandonné ou presque, à plusieurs reprises au cours d’une période d'environ 150 à 170 ans. Quand le site a-t-il été définitivement abandonné ? Probablement vers la fin du vie siècle. À cette époque, l'Empire byzantin devait faire face à des ennemis sur de nombreux fronts de sorte que la main-d'œuvre et les ressources nécessaires pour exploiter une mine dans cette région reculée étaient demandées ailleurs. En outre, après 150 à 170 ans d'exploitation intensive, même si elle était intermittente, les veines aurifères étaient probablement épuisées avec les techniques minières alors disponibles. L'or relativement facile à extraire avait été prélevé. Enfin, à cette époque, une série d’épidémies frappèrent l'Égypte20. Même si elles n’ont pas pénétré dans le désert, elles ont contribué à affaiblir les ressources de l'Empire. Ainsi, après le départ des derniers mineurs, nous n’avons pratiquement aucune trace de fréquentation du Bi’r Umm Fawâkhir jusqu'aux explorations géologiques à la fin du xixe siècle, suivies de la reprise d’exploitation des mines dans la première moitié du xxe siècle et enfin des fouilles archéologiques.

Bibliographie

 

Bernand A., Les Portes du désert, Paris Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1984.

Brun J.-P., « Chronologie de l’équipement de la route à l’époque gréco-romaine », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos, Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 48, vol. 1, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2003a, 187-205.

Brun J.-P., « La station de Bi’r Umm Fawâkhir (Persou II) », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos, Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 48, vol. 1, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2003b, 98-99.

Bülow-Jacobsen A., « The traffic on the road and the provisioning of the stations », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos, Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 48, vol. 2, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2003, 399-426.

Burstein S.M. (trad.), Agatharcides of Cnidus, London: The Hakluyt Society, 1989.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos, Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 48, Vols. 1 and 2, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2003.

Frankfurter D., Religion in Roman Egypt: Assimilation and Resistance, Princeton: Princeton University Press, 1998.

Guéraud O., « Ostraca Grecs et Latins de l’Wâdi Fawâkhir », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale 41, Le Caire : Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, 1942, 141-196.

Ikram S., « Zooarchaeological Remains », in C. Meyer, Bir Umm Fawakhir vol. 3: Excavations 1999-2001. Oriental Institute Publications 141, Chicago: The Oriental Institute of the University of Chicago, 2014, 91-96.

Lawrence S., « Gender and Community Structure on Australian Colonial Goldfields », in A.B. Knapp, V.C. Piggott, and E.W. Herbert (eds.), Social Approaches to an Industrial Past, New York : Routledge. 1998, 39-58.

Meyer C., « Gold, Granite, and Water: The Bir Umm Fawakhir Survey Project 1992 », Annual of the American Schools of Oriental Research 52, 1995, 37-92.

Meyer C., Bir Umm Fawakhir vol. 3: Excavations 1999-2001. Oriental Institute Publications 141, Chicago : The Oriental Institute of the University of Chicago, 2014.

Meyer C., Heidorn L.A., Kaegi W.E. and Wilfong T., Bir Umm Fawakhir Survey Project 1993: A Byzantine Gold Mining Town in Egypt, Oriental Institute Communications 28, Chicago : Oriental Institute, 2000.

Meyer C., Heidorn L.A., O’Brien A.A. and Reichel C., Bir Umm Fawakhir vol. 2: Report on the 1996-1997 Survey Seasons, Oriental Institute Communications 30, Chicago : The Oriental Institute of the University of Chicago, 2011.

Meyer C., Earl B., Omar M. and Smither R.K., « Ancient Gold Extraction at Bir Umm Fawakhir », Journal of the American Research Center in Egypt 40, 2005, 13-53.

Oldfather C H, (trad.), Diodorus of Sicily, Cambridge: Harvard University Press, 2000 (reprint of 1935 edition).

Peacock D.P.S., « The Quarries », in D.P.S. Peacock and V.A. Maxfield, Survey and Excavation at Mons Claudianus, vol. I, Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 37, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 1997, 175-255.

Sidebotham S.E., Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, Berkeley: University of California Press, 2011.

Smith W., « The Floral Remains », in C. Meyer, Bir Umm Fawakhir vol. 3: Excavations 1999-2001. Oriental Institute Publications 141, Chicago : The Oriental Institute of the University of Chicago, 2014, 97-110.

Van der Veen M., « Vie romaine dans le désert Oriental d’Égypte : Alimentation, puissance impériale et géopolitique », in J.-P. Brun (éd.), Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques. 2018. En ligne : https://books.openedition.org/cdf/5170.

Vasiliev A.A., History of the Byzantine Empire, Madison : University of Wisconsin Press, 1961.

Notes

1 Je tiens à remercier les organisateurs du colloque sur le désert Oriental d’Égypte. Je souhaite aussi remercier, pour leur soutien constant, l’Oriental Institute of the University of Chicago, la Chicago House in Luxor, la National Geographic Society, le National Endowment for the Humanities, les donateurs privés, l’ARCE au Caire, l’Egyptian Geological Survey and Mining Authority (EGSMA), le Conseil suprême des antiquités (maintenant Ministère d’État pour les antiquités) et ses inspecteurs. Il faut citer aussi l’équipe qui effectua un dur travail sur le terrain : Henry Cowherd, Lisa Heidorn, Mohamed Badr el-Din Omar, Leslie Boose, Steven Cole, Bryan Earl, Rabia Hamdan, Dr. Salima Ikram, Richard Jaeschke, Clare Leader, Dr. Alexandra O’Brien, Dr. Clemens Reichel, Thomas Roby, ra’is Seif Shared Mahmud, Dr. Wendy Smith, and Dr. Terry Wilfong.

2 Les résultats des six campagnes de fouille sont publiés dans Meyer 1995 ; Meyer, Heidorn, Kaegi et Wilfong 2000 ; Meyer, Heidorn, O’Brien et Reichel 2011 ; Meyer 2014.

3 Le praesidium de Krokodilô (Wâdi Mweh) a été réutilisé au cours des ve et visiècles (Brun 2003a, p. 204), et il est difficile de croire que Phoinikon (Laqîta moderne) avec ses nombreux puits n’ait pas été réoccupée.

4 Les estimations modernes vont de 4 à 27,9 grammes par tonne de minerai au wâdi el-Sid contre 1,73 à 9,1 grammes par tonne au Bi’r Umm Fawâkhir (Meyer, Earl, Omar et Smither 2005, pp. 30-31). Il est pratiquement impossible de savoir qu’elles étaient les teneurs dans l’Antiquité.

5 Le nom « Persou » est employé dans les ostraca du Haut Empire pour une station militaire dans le wâdi al-Hammâmât, ou au Bi’r Umm Fawâkhir, voire pour les deux à différents moments (Brun 2003b, pp. 98-99 ; Cuvigny dans ce volume). On ignore si le nom était encore utilisé dans la période byzantine.

6 Voir par exemple l’étude sur le Dolly’s Creek en Australie (Lawrence 1998, pp. 46-48).

7 Les prostituées sont largement attestées à l’époque romaine. Le tarif de Coptos daté de l’an 90 indique que l’introduction de prostituées dans le désert donnait lieu à une taxe élevée (Bernand 1984, pp. 200-201). Des prostituées sont mentionnées dans les forts de Krokodilô, Persou et Maximianon (Cuvigny 2003, pp. 383-389).

8 L’énigmatique complexe 26 de l’habitat périphérique 6 (fig. 3) est entouré par un large espace et des murs épais, mais il n’est pas situé dans une position centrale.

9 Voir Burstein 1989, pp. 58-68, pour la description des mines et des mineurs d’Agatharchide, et Oldfather 2000, pp. 114-123, pour celle de Diodore.

10 Sur le paganisme en Égypte durant la période byzantine, voir Frankfurter 1998.

11 Voir Sidebotham 2011, pp. 264-268, 272-275, pour le complexe ecclésiastique chrétien, le sanctuaire des Palmyréniens, le Sanctuaire du Nord (peut-être le lieu d’un culte à mystères), et un temple d’Isis. La persistance de l’utilisation du Grand Temple de Sérapis n’est pas assurée.

12 Ikram 2014, pp. 91-96.

13 Smith 2014, pp. 97-100. Voir aussi Van der Veen et al. dans ce volume.

14 Sur la rareté des grains de blé, voir Van der Veen 2016.

15 Les ostraca du Haut Empire romain enregistrent de nombreuses commandes de pain pour les forts de la route du wâdi al-Hammâmât (cf. Guéraud 1942, pp. 153-156 ; Bülow-Jacobsen 2003, pp. 420, 423 ; Cuvigny 2003, pp. 275, 409, 417).

16 Les grandes carrières de granodiorite du Mons Claudianus n’ont livré que très peu d’outils en métal (Peacock 1997, p. 190, fig. 6.9).

17 Les enclumes de concassage et les meules sont les objets les plus fréquents au Bi’r Umm Fawâkhir après les tessons de poterie. Pour une analyse plus complète des types de broyeurs et de meules, voir Meyer 2011, p. 153, planches 94-100.

18 Deux petits échantillons analysés à l’Advanced Photon Source at Argonne National Laboratory contenaient autant de plomb que d’or (Meyer, Earl, Omar et Smither 2005, pp. 31-35).

19 Meyer 2014 (Bâtiment 93, Pièce C, Dépotoir 1, and Bâtiment 171 Pièce A ; pp. 15-17, 19-24, 27-29 ; planches 24, 28, 30).

20 L’épidémie de peste de 542 a commencé près de Péluse (Vasiliev 1952, p. 162).

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L'établissement principal de Bi'r Umm Fawâkhir.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2
Légende Vue d'ensemble de la section centrale de Bi'r Umm Fawâkhir (les points rouges marquent les bâtiments 93, 177 et 181 dans le sens des aiguilles d'une montre depuis le centre gauche).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 3
Légende Principal établissement et ceux à proximité.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 4
Légende Désert oriental, sites de la période byzantine (indiqués en rouge).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 5
Légende Carte géologique des environs de Bi'r Umm Fawâkhir.
Crédits © M. Badr el-Din Omar
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 6
Légende Segment de colonne du temple de Min de Ptolémée III Évergète Ier.
Crédits © C. Meyer, T.G. Wilfong
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 7a
Légende Outlier 2 au centre gauche ; carrière 1 au pied de l'affleurement rocheux ; voie romaine dans le lit du wâdi, de la partie inférieure droite à la partie supérieure gauche.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 7b
Légende Carrière 1 : blocs avec fentes d'extraction.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 7c
Légende Bloc partiellement exploité retrouvé dans le bâtiment 126 du principal établissement.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 8
Légende Vue générale de Bi'r Umm Fawâkhir. Outlier 2, carrière 1 et voie romaine à gauche ; principal établissement à droite ; puits en bas à gauche, à l'avant-plan.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 9
Légende Outlier 2: maison.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 10
Légende Bâtiment 50, maison agglomérée composée de 20 pièces.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 11
Légende Orange = maison individuelle ; bleu = maison agglomérée ; gris = « plazas » ; vert = bâtiment composé d'une pièce.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 12
Légende Bâtiment 93. A = Dépotoir 1, cuisine ; B = Dépotoir 2, cuisine.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 13a
Légende Poste de garde (au sommet de la crête).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 13b
Légende Vue du poste de garde vers le village moderne, les puits et la route de Wâdi Hammâmât.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 14a
Légende Silo dans Outlier 2.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 14b
Légende a. Amulette ; b. Agate ; c. Poids en bronze ; d. Émeraudes brutes ; e. Bracelet en alliage cuivre et or.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 14c
Légende Pièces de bronze.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 15
Légende Sherds avec des symboles chrétiens estampés ou peints.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 16
Légende Amphores de l'Antiquité tardive ( = LRA 1) avec dipinti.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 17a
Légende Cratères.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 17b
Légende Krater trouvé in situ au plus bas niveau du bâtiment 93, salle C.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 18a
Légende Petites tasses.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 18b
Légende Louche en fer.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 18c
Légende Louche en fer in situ.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 19
Légende Répartition des os des animaux trouvés à Bi'r Umm Fawâkhir.
Crédits © S. Ikram
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 20a
Légende Pot à large ouverture (pot à lait ?).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 20b
Légende Fromagerie avec deux récipients in situ au plus bas niveau de la décharge 1, à côté du bâtiment 93.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 20c
Légende Grand pot à trous (pour passer le petit lait ?).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 20d
Légende Fond du grand pot.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 21a
Légende Dépotoir 1 cuisine ; petit four en argile en haut à gauche, rempli de cendres de fumier ; siège pour un pot au centre ; dolium cerclé au centre à droite ; dolium désaffecté au sol à droite.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 21b
Légende Coupe transversale schématique de dolium 1.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 21c
Légende Plan supérieur de la cuisine du dépotoir 1 ; foyer au deuxième niveau (« fromagerie » au troisième niveau, non représentée).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 22
Légende a. Petites veines de quartz avec hematite. b. Pyrite de fer (« l'or de fous »).
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 23a
Légende Mines à ciel ouvert.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 23b
Légende Tranchant ou pic en fer.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig.24a
Légende Hutte byzantine au premier plan ; mine moderne en seond plan, au niveau du wâdi.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig.24b
Légende Mine qui s'enfonce dans la montagne avec des murs de soutènement en pierres sèches.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 25
Légende Mine 4.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 26
Légende Table de concassage à côté de la Mine 4.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 27a-b
Légende A. Molette à deux mains. B. Bâtiment 117, escalier construit avec des molettes à deux mains.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 27c
Légende Trois enclumes de pierre plate.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 28a
Légende Lourd moulin de pierre (quern) et trois molettes à deux mains.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 28b
Légende Deux pierres rotatives supérieures, brisées en deux.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 29a
Légende Broyage du minerai.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 29b
Légende Lavage du minerai.
Crédits © C. Meyer
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Graphique 1
Légende Méthode d'obtention de l'or.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5185/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

Chercheuse associée à l'Oriental Institute of the University of Chicago (USA)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter