Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Nouveautés documentaires et littéraires sur Clysma1

Jean Gascou

Texte intégral

I-P.Oxy. XVI 1905 (Clysma au ive siècle)

  • 1 Une version brève de cette communication a été présentée au séminaire d’Hélène Cuvigny en novembre (...)
  • 2 Bagnall 1980, pp. 185-196 (BL VIII)= Bagnall 2003, n° 2, article XVIII.
  • 3 Pour la date basse, voir Bagnall 1991, p. 39 (BL VIII) = Bagnall 2003, n° 3, article XX.

1Le point de départ de cette note d’information est le barème fiscal P.Oxy. XVI 1905 (fig. 1) que ses données monétaires ont permis d’attribuer à 356/57 ou 371/722, encore qu’il y ait des raisons favorisant la date basse3. Les taxes sont assignées sur des regroupements d’aroures (unité de superficie d’environ 1/5 ha).

Fig. 1

Fig. 1

P.Oxy. XVI 1905 ; avec l'aimable autorisation de l'Egypt Exploration Society and Imaging Papyri Project, Oxford.

© DR

2L’image est accompagnée du texte grec dont j’ai conservé les graphies particulières. J’y ai incorporé des corrections, dues à moi-même (JG) ou à d’autres spécialistes (BL) et que je justifie en notes.

3Suit une traduction.

  • 4 Mερισμ(ὸς) ἀρουρ(ῶν) ιε (ἔτους) ἰνδικ(τίονος) éd. princeps. Le pluriel μερισμ(ῶν), au « génitif des (...)
  • 5 Cette ligne enregistre, soit un complément d’assignation en rapport avec la l. 3, soit un tarif de (...)
  • 6 Θαλαττίωνος éd. princeps, forme interprétée d’assez mauvais gré (uniquement d’après le parallèle tr (...)
  • 7 Sur cette taxe, voir Carrié 1979, pp. 156-176 et, sur son rapport avec les autres taxes militaires (...)
  • 8 Ἀμμωνιακῆς (JG). L’éd. princeps a ἀμμωνιακῆς, sans majuscule, et suggère avec réserves un complémen (...)
  • 9 Lecture de Déléage 1945, pp. 73 et 77 (BL III), au lieu de [βοῶ]ν̣ (éd. princeps). La lecture ὀρ]ν̣ (...)
  • 10 Le titre fiscal des bœufs et des ânes est mentionné au ve siècle par P.Oxy. LI 3636, 17 (cf. l. 4).
  • 11 L. 18 : lire sans doute 4 myriades, pour rester dans l’ordre de grandeur du tarif d’assignation des (...)
  • 12 [ἀχύρ]ου (suggestion de Déléage 1945, p. 73 ; non repris dans BL), au lieu de [  ̣  ̣  ̣  ̣] ου éd. (...)
  • 13 Les éditeurs ont proposé avec réserves, sans l’intégrer au texte, mais certainement à juste titre, (...)
  • 14 [  ̣  ̣  ̣  ̣] ριας éd. princeps Le premier signe, réduit à sa partie supérieure, pourrait être le (...)
  • 15 κρ(ιθῶν) au lieu de κρ(ιθῆς) (éd. princeps) serait conforme à l’usage classicisant de l’époque (Cla (...)

Mερισμ(ῶν) ἀρουρ(ῶν) ιε ἰνδικ(τίονος)

            οὕτως

Mερισμ(ῶν) ἀρουρ(ῶν) ιε ἰνδικ(τίονος)

    κα̣ὶ τῶν (ἀρουρῶν) ροε στιχ(άριον) α καὶ

5

    τῶν (ἀρουρῶν) Αϡκε πάλλ(ιον) α καὶ

    τῆς χλαμ(ύδος) α στιχ(άριον) λινοῦν Ľγ’ ιβ´

χρυσ[ο]ῦ βουρδόνων τῶν (ἀρουρῶν) μϛd γρ(άμμα) α

τ̣ι̣ρ̣ώ̣νων τῶν (ἀρουρῶν) κε† χρ(υσοῦ) γρ(άμμα) α

[ναύ]λ̣ου θαλαττίων ὁς τῶν (ἀρουρῶν) σμγ νό(μισμα) α

10

[π]ρ̣[ι]μ̣ι̣πίλου τῶν (ἀρουρῶν) Αχξ νόμ(ισμα) α

Ἀμμωνιακῆς τῶν (ἀρουρῶν) Δρ γρ(άμμα) α

[ναύ]λου Κλήμ(εντος) τῇ (ἀρούρῃ) [α] (δηνάρια) Ζφ

[ὀρνέω]ν̣ καὶ ͅῶν τῇ (ἀρούρῃ) α (δηνάρια) Ε

[  ̣  ̣  ̣  ̣]πορείας [τ]ῶν (ἀρουρῶν) ιη χρ(υσοῦ) γρ(άμμα) α

15

ὄνων] Μαξιμιανοπόλεως τῶν

[ vac. ? ] (ἀρου.) Βϡ ὄνος α ῥαβδούχ(ου) Ľ

[βοῶν] καὶ ὄνων Ἀλεξανδρίας τῶν

[(ἀρουρῶν)  ̣]δ ὄνος ἐκ νομ(ισμάτων) γ καὶ τῶν

[(ἀρουρῶν)] μ̣[ο(ιριάδος)] α Ϛ βο̣ῦ̣ν α ἐκ νομ(ισμάτων) β

20

[ἀχύρ]ου τῇ [(ἀρούρῃ)] α λί(τραι) ζ ɰ

[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣] ης λο[υσω]ρίου ἡγεμόνος τῇ (ἀρούρῃ) α (δηναρίων) μο(ιριὰς) α

[  ̣  ̣  ̣  ̣] ̣ιας κα̣ὶ̣ [στ]ηπτη̣ρίας τῇ (ἀρούρῃ) α (δηναρίων) μο(ιριὰς) α

[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣] κωμητ̣ι̣κῇ κτήσι τῶν (ἀρουρῶν) ριγ

[ vac. ] χρυσοῦ νόμ(ισμα) α

25

[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣] τῶν (ἀρουρῶν) ριϛ κ̣ρ̣(ιθ- ) ἀ̣ρτ̣[άβῃ α ( ?)]

[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣]τ̣ικης κ̣[

Assignations sur les aroures, pour la 15e indiction4

        à savoir

Uniformes : pour 234 aroures, 1 chlamyde

et pour 175 aroures, 1 tunique et

5

et, pour 1925 aroures, 1 manteau et

par chlamyde 1/2 1/3 1/12 tunique de lin5

Or des mules : pour 46 1/4 aroures, 1 gramme (d’or)

Recrues : pour 20 3/4 aroures, 1 gramme d’or

Fret (des bateaux) de mer6 : pour 243 aroures, 1 solidus

10

Primipilon7 : pour 1660 aroures, 1 solidus

Ammoniaque8 : pour 4100 aroures, 1 gramme d’or

Fret de Clemens : pour une aroure, 7500 deniers

Poulets9 et oeufs : pour une aroure, 5000 deniers

Expédition de (...) : pour 18 aroures, 1 gramme d’or

15

Ânes de Maximianopolis : pour

        2900 aroures, 1 âne et 1/2 chef d’âniers

Boeufs et ânes d’Alexandrie10 : pour

        40 000 ( ?) aroures11, au tarif de 3 solidi par âne et pour

        16 000 aroures, au tarif de 2 solidi par bœuf

20

Paille ( ?)12 : pour une aroure, 7 2/3 livres

Frais ( ?) du yacht du praeses13 : pour une aroure 10 000 deniers

Laine ( ?)14 et alun : pour une aroure, 10 000 deniers

(Taxe sur ?) la propriété villageoise : pour 113 aroures,

        1 solidus

25

(Fourrage ?) : pour 116 aroures, (...) artabe(s ?) d’orge15

        (. ..........)

4Ma principale remarque concerne la l. 12, marquée en gras. Elle a été lue par les éd. [ναύ]λου Κλήμ(εντος), soit une petite taxe de 7500 deniers par aroure, destinée à payer le coût du fret, ou encore le fret lui-même (ce sont les sens du mot grec ναῦλον) d’un certain Clemens (Κλήμης). La lecture [ναύ]λου est certaine eu égard à la longueur de la lacune et surtout à la formulation parallèle de la l. 9 où l’allusion à des bateaux de mer (θαλαττίων, sc. πλοίων), et surtout d’autres textes relatifs à cette taxe, rendent inévitable la restitution [ναύ]λ̣ου. Toutefois, la leçon Κλήμ(εντος) est erronée. La vraie lecture est Κλύσμ(ατος), « de Clysma » (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

P.Oxy. XVI 1905, ligne 12.

® DR

  • 16 Bruyère 1966, pp. 90-91 et 92-94.
  • 17 Bruyère 1966, pp. 91-92.
  • 18 Brun 2014-2015, pp. 498-499.
  • 19 Schwartz 1948 [1949], pp. 27-28.

5Il s’agit d’une taxe, occasionnelle ou permanente, pour le fret de Clysma. Voici donc une attestation documentaire de Clysma en plein ive siècle S’il n’y avait pas l’association avec ναῦλον, ce ne serait pas si remarquable, car cette époque est représentée dans l’archéologie du site et même, si on rassemble les faits, mieux représentée qu’on ne pourrait le croire. Un abondant billon du ive siècle a été découvert par Bernard Bruyère sur place (autour de 3000 pièces)16. Selon cet archéologue, un trésor d’environ 80 pièces d’or a été trouvé à Clysma avant 1914. Il a disparu avant publication mais Bruyère a pu l’examiner et a reconnu, dans deux de ces monnaies, des solidi de Valentinien et Valens, empereurs dont les règnes coïncident avec la date basse admissible pour P.Oxy. XVI 190517. Jean-Pierre Brun, dans son cours de 2014-2015 au Collège de France18, se montre enclin à attribuer au ive siècle les thermes du sud-ouest de Qulzûm. D’autre part, une lettre grecque sur ostracon, trouvée par Bruyère, SB VI 9549, datée du milieu du iiie siècle par Jacques Schwartz son éditeur19, peut facilement être attribuée au ive siècle d’après l’écriture (fig. 3)

Fig. 3

Fig. 3

SB VI 9549.

© IFAO

  • 20 P.Abinn. 30, 23-24; 35, 29 ; 37, 3-4 (sous Constance II) ; plus tardif (probablement du ve siècle ; (...)
  • 21 Bruyère 1966, p. 118 (signalant que Roger Rémondon était du même avis) ; voir aussi la p. 52 de Bru (...)

6Par ailleurs, elle comporte (l. 13-16) une formule apotropaïque finale où l’auteur souhaite que la maisonnée de son correspondant soit épargnée par la βασκανία, l’envie ou le mauvais oeil (μετὰ ὅλου σοῦ τοῦ οἴκου τοῦ ἀβασκάντου), οr quatre des cinq attestations de la locution ἀβάσκαντος οἶκος sont byzantines et trois se placent sous le règne de Constance II20. Avant que Schwartz ne publie les textes grecs de Qulzûm, Octave Guéraud avait, selon Bruyère, « constaté que certaines lettres privées sont de l’époque byzantine des ive et ve siècles après Jésus Christ ».21

  • 22 P.Bub. I 4 lxix, 2.
  • 23 P.CairoIsid. 81 : il s’agit du substitut d’un villageois de Karanis chargé d’une corvée de deux moi (...)
  • 24 Sheehan 2015.
  • 25 D’après le milliaire de Tell al-Maskhuta (Heropolis), posé en 306/7, CIL III 6633, 6 = ILS 657 : ab (...)
  • 26 En 332, P.Oxy. XII 1426 fait état de l’envoi au ποταμός de Trajan d’un ouvrier, ἐργάτης, assigné su (...)
  • 27 En 423, selon PSI I 87, un ἐργάτης de la διῶρυξ s’adresse à un épimélète du nettoyage de la voie d’ (...)
  • 28 Aubert 2004a, p. 239.
  • 29 La voyageuse évoque simplement au § 7, 8, Maraval, p. 158, un bras du Nil qui coule à Héro(polis) : (...)
  • 30 Mayerson 1996a, p. 64.

7Ce qui mérite surtout l’attention, avec cette correction, c’est que des cargaisons publiques étaient envoyées par voie d’eau à Clysma aux frais des contribuables. Quelle voie d’eau ? Il est difficile de ne pas songer au canal de Trajan qui, selon un tracé pas encore entièrement établi, reliait à Clysma, par une écluse ouverte au moment de la crue, la forteresse de Babylone d’Égypte. Ses dernières attestations proprement romaines s’arrêtent en 22122, mais il réapparaît à la fin du iiie siècle Des documents échelonnés entre 297 et les années 423 au moins, attestent alors des travaux sur le canal. L’opération de 297, des réquisitions d’ouvriers frappant tout le nome arsinoïte et probablement en fait toute l’Égypte, était de grande ampleur et s’accorde bien avec la reprise en main de l’Egypte sous Dioclétien et ses successeurs immédiats23. C’est à Dioclétien que sont attribuées les fortifications de Babylone à l’entrée occidentale du canal24. Parallèlement, en 306/7, la route militaire reliant Héropolis à Clysma est balisée25. Autour de 332, ce qui nous rapproche de l’époque de P.Oxy. XVI 1905, l’entretien du canal requiert des ouvriers et des maçons ou charpentiers26. Le canal est encore nettoyé en 423/24 et peut-être 420/42127. Rien toutefois entre 332 et 423. Jean-Jacques Aubert28, spécialiste de l’histoire du canal de Trajan, a été frappé par ce vide documentaire, qui n’est de fait que très faiblement meublé vers 383 par un passage du Journal de voyage d’Égérie29. Philip Mayerson estime même que la voie d’eau était alors envasée30. Mais, si mon interprétation de P.Oxy. XVI 1905 est fondée, elle était ouverte aux transports au milieu du ive siècle

  • 31 Outre l’article cité n. 27, voir du même Aubert 2004b, pp. 93-107. Malgré des objections de Jördens (...)
  • 32 Mayerson 1996b, pp. 121 et 123.

8Cela ne va pas dans le sens des recherches contemporaines. Les spécialistes ne récusent pas le témoignage de Lucien, Alexandre § 44, relatant qu’un jeune patricien en séjour à Alexandrie aurait remonté le Nil jusqu’à Clysma, avant de s’embarquer pour l’Inde, car ce garçon n’a pas pu utiliser d’autre voie d’eau que notre canal, mais Aubert estime que son rôle dans les transports commerciaux aurait été intermittent et secondaire. Selon Aubert, il aurait surtout servi à l’irrigation31. C’est une hypothèse envisagée par Mayerson, qui évoque aussi l’adduction d’eau douce à Clysma32. Je concède que notre document a trait à des transports publics, sans doute stratégiques et pour lesquels il n’y avait pas lieu de regarder à la dépense, et non pas des activités commerciales privées, mais il devra être pris en compte dans les discussions sur la destination de l’ouvrage.

II- SB V 7756 et les nautes de l’Inde

  • 33 Bell 1934, pp. 105-111.
  • 34 J’admets que cette opinion est isolée, mais ce n’est pas ici le lieu d’en discuter, encore que je m (...)

9Puisque je viens de parler de l’Inde, c’est ici le lieu d’aborder SB V 7756. Ce document est relié au précédent par la date, le 27 ix 359, et par le lieu (Oxyrhynchus)33. L’objet lui-même est analogue, puisqu’il s’agit, aux l. 1-12, d’un barème fiscal. Les unités taxables sont les têtes de paysan et non plus les surfaces comme dans P.Oxy. XVI 1905, mais cette double assiette, foncière et personnelle, est un trait de la fiscalité de l’Égypte tardo-antique34. Le total par tête est de 383, 5 myriades de deniers (l. 10). Ce taux est ensuite appliqué à 1 1/6 de tête, soit, au prix d’une légère approximation, 450 myr. (l. 11-12). Ce barème est suivi (l. 13-23) d’une quittance délivrée à une dame de la bourgeoisie locale sur la base de ce tarif, précisément au titre d’ 1 1/6 d’un de ses colons (epoikiôtès). Le texte reproduit ici a été revu d’après la planche de l’éd. princeps (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

SB V 7756.

© DR

  • 35 Rémondon 1970, p. 435 ; BL VI.

10Il incorpore une correction apportée aux l. 19-20 par R. Rémondon35 et des lectures personnelles, justifiées en notes. Les graphies du scribe sont conservées.

  • 36 Sur le canal d’Alexandrie, voir Bernand 1970, I, 1, pp. 329-380, qui néglige les papyrus, et Hairy, (...)
  • 37 L’éditeur rapproche γρι de γρῦ (κόκκος, grain), et pense à une taxe pour les impuretés du grain. Il (...)
  • 38 R. Rémondon (Rémondon 1970) pensait avec réserves à des qualités de vin (et de même pour le δευτέρι (...)
  • 39 Voir Sheridan 1999, pp. 211-217.
  • 40 Les trimitarioi (tisserands des métiers à trois lices) sont encore attestés par P.Ant. I 33, ro 10, (...)
  • 41 La lecture de l’éd. princeps [μ]ερι̣σ̣μῶ̣ν̣ α̣ρ̣  ̣τ̣ο̣  ̣τ̣ε̣ a été modifiée par Rémondon 1970, p. (...)
  • 42 Déléage 1945, p. 113, et n. 3, suivi par Rémondon 1970, a restitué τπγ ϛ´ (1/6) (BL III), pour arra (...)
  • 43 Déléage 1945 ajoute [ϛ´] (BL III), toujours pour arranger ses calculs, mais Rémondon 1970 ne retien (...)
  • 44 Ces bottes ne sont pas tarifées et la contribuable n’en reçoit pas quittance, à moins que ces livra (...)
  • 45 γενημά̣(των) éd. princeps Le pluriel ne s’impose pas. Le mot est pris au sens de « récolte » par le (...)
  • 46 La marque numérale après β est interprétée dans l’éd. princeps comme un sigle de l’année (ἔτους), c (...)
  • 47 (ἔτους) καὶ β (ἔτους) μερισμοῦ éd. princeps (suivi par Rémondon 1970). Les marques numérales ont ét (...)
  • 48 Localité du nord de l’Oxyrhynchite (Benaissa 2012, p. 369).
  • 49 Ce personnage, peut-être un curiale d’Oxyrhynchus des années 359-365, est attesté sous la présente (...)

Διώρυγος Ἀλεξανδρίας με̣ρ̣ι̣-

   σμῶν β τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) ογ̣

γρι καὶ σιρώματος τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) γ̣

πρωτίου τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) με

5

ἀναβολικοῦ τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) ξη

ναύλ(ου) στιππίου τ̣ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) κε

τ̣ριμιταρίων τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) οε

[ν]α̣υτῶν Ἰνδίας τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) ν̣ϛ̣

[δ]ε̣[υτ]ερίο̣υ [traces]

10

   Τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) τπγ Ľ

̣(πὲρ) κεφ̣(αλῆς) α ς´ (γίνονται) (δηναρίων) (μυριάδες) υν

κὲ στιππίου δεσ(μοὶ) β γ´

(m. 2) Παρέσχεν Φιλαδέλφη θυγάτηρ

Θέωνος ἀπὸ β(ενε)φ(ικιαρίων) ὑπὲρ γενμα(τος)

15

β ἰνδικτ(ίονος) διώρυγος Ἀλεξανδρεί-

ας καὶ γρει καὶ σιρώματος καὶ πρωτίου

καὶ δευτερίου καὶ ἀναβολικοῦ καὶ ναυ-

τῶν Ἰνδίας α καὶ β μερισμοῦ

καὶ̣ τ̣ριμιταρίων ὑπὲρ ἐποικιώτου

20

ἑνὸς ἕκτου ἐποικίου Τανχεω τὰ αἱρ-

οῦντα πλήρης

(Ἔτους) λϛ ε, Θὼθ κθ. (m. 3) Εὐλόγιος πραι̣(πόσιτος)

διʼ ἐμοῦ τοῦ υἱοῦ σεσημίωμαι

          [Barême]

Canal d’Alexandrie36,

   deux assignations : par tête, 73 myriades de deniers

gri et sirôma [mots et taxes obscurs]37 : par tête, 3 myriades de deniers

première qualité [obscur]38 : par tête, 45 myriades de deniers

5

taxe du lin39 : par tête, 68 myriades de deniers

fret de l’étoupe : par tête, 25 myriades de deniers

trimitarioi40 : par tête, 75 myriades de deniers

navigateurs de l’Inde : par tête, 56 ( ?) myriades de deniers

deuxième qualité [ : par tête x myriades de deniers ?]41

10

   (en tout) par tête, 383 1/2 myriades42 de deniers

soit, pour 1 1/6 de tête, 45043 myriades de deniers

et 2 1/3 bottes d’étoupe44

          [Quittance]

A versé Philadelphè, fille

de Theôn, ex-beneficiarius, au titre du produit45

15

de la deuxième indiction46, canal d’Alexandrie,

grei et sirôma, première qualité,

deuxième qualité, taxe du lin,

navigateurs de l’Inde, 1ère et 2ème assignation47,

trimitarioi, pour un colon

20

et 1/6 du hameau de Tancheô48,

sa quote-part au complet,

An 36 = 5, le 29 thôth. Eulogios, praepositus (sc. pagi)49,

représenté par moi, son fils, j’ai signé.

  • 50 P.Oxy. XLVIII 3408, 17-19 : καὶ τὰ ἀργύρια τῆς Ἰνδίας τῇ κεφαλ(ῇ) σὺν ἀλλαγῆς (δηναρίων) (μυριάδας) (...)

11Entre autres taxes, le document fait état, aux l. 8 et 17-18, d’une levée au titre des nautai de l’Inde. Cet impôt est mentionné à la même époque, toujours assigné à la tête, par un autre texte oxyrhynchite50.

  • 51 Sur les conceptions antiques de l’Inde, voir Schneider 2004.

12Je ne sais pas comment il faut entendre l’« Inde ». Jusqu’à une date récente, il était admis qu’à la différence de la haute époque impériale, il n’y avait plus de relations directes entre le continent indien et le monde romano-byzantin, et que l’Inde s’entendait alors de l’Érythrée, de la Corne de l’Afrique, de l’Arabie du Sud et de l’île de Socotora. Le royaume axoumite, notamment via le port d’Adoulis, aurait servi de médiateur dans ces échanges lointains. Pour avoir parcouru quelques recherches contemporaines, il me semble que les vues sont en train d’évoluer et c’est ce que pensait déjà l’éditeur du papyrus, notant des signes de développement des relations entre Byzance et l’Inde à l’époque où il a été rédigé51.

  • 52 Lucien, Alexandre § 44 ; Anonyme de Plaisance § 41, 6, Milani p. 217 : civitas parva, quae appellat (...)

13Quoi qu’il en soit, puisque Lucien et des sources byzantines présentent Clysma comme un centre relié à l’Inde et accueillant des bateaux et des produits venant de l’Inde, il m’a paru fondé de rapprocher les nautes de l’Inde de notre nouvelle attestation de Clysma52

  • 53 P.Oxy. XLVIII 3408, n. 18, « crew ».
  • 54 Philostorge, Histoire ecclésiastique III 4-6, Bidez, des Places, Bleckmann, Meyer, Prieur, pp. 242- (...)
  • 55 Athanase, Apologie à Constance, § 31, Szymusiak, pp. 124-126 (Ivanov 2015, p. 32).
  • 56 CTh XII 12, 2 (15 i 356) : nullus ad gentem Axumitarum et Homeritarum ire praeceptus ultra annui te (...)
  • 57 Geyer CSEL 39, p. 116 ; voir Mayerson 1996b, p. 124 et Mayerson 1996a, pp. 61-64.
  • 58 Power 2012, p. 52.

14Qui sont ces nautai ? Le plus simple serait d’y voir des matelots ou du personnel technique d’une flotte publique ayant à voir avec l’Inde53, et dont les contribuables payaient l’entretien. Peut-être même, vu l’assiette de la taxe, faut-il envisager le rachat, par les « têtes fiscales », d’un service personnel sur cette flotte. Le document (comme peut-être le précédent) se place sous le règne de Constance II. Or cet empereur s’est intéressé à l’Inde restreinte, comme en témoignent l’ambassade d’évangélisation chez les Himyarites, dirigée par Théophile l’Indien (ou le Blemmye), mission datable de 340-342, qui se serait prolongée jusqu’à Axoum et Aden54, et sa lettre adressée en 357 aux rois éthiopiens Aizanas et Sazanas55. Une de ses lois, datée de 356, évoque l’envoi d’agents dans ces contrées, via Alexandrie et, qui sait, peut-être par Clysma56. Comme ces personnes sont rémunérées en annones, il doit s’agir d’agents impériaux et non pas de commerçants comme on l’a parfois soutenu. On rapprochera un passage difficile à dater, mais certainement byzantin, du Liber de locis sanctis de Pierre le Diacre mentionnant une ambassade annuelle en Inde du logothète de Clysma sur ordre de l’empereur57. En somme, l’idée d’une flotte impériale de l’Inde s’accorderait bien avec le reste des actions de Constance II en mer Rouge, que Timothy Power caractérise comme une « deliberate Red Sea policy »58.

  • 59 Tran 2013, pp. 103-104.
  • 60 Voir les remarques de Mitthof, CPR XXIII 34, n. 2-3, p. 219 et CPR XXIV 23, n. 2.
  • 61 SCA II, Orlandi, pp. 14 et 62 : mercatores, qui ibant in Indiam et in (alias) regiones remotas, fer (...)
  • 62 SB XXII 15373 (Bagnall, Sheridan 1994, p. 112). Une inscription latine tétrarchique du lieu (chez l (...)
  • 63 Cités par Bagnall et Sheridan. Il s’agit des Commentaires aux Météorologiques d’Aristote, Stüve l.  (...)
  • 64 Topographie chrétienne II 54, Wolska-Conus p. 365 : (le cadre est Adoulis) ἔνθα καὶ τὴν ἐμπορίαν πο (...)

15Un peu à mots couverts, dois-je dire (p. 108-109), une autre hypothèse a été avancée par l’éditeur du document. Il fait un cas du pluriel ναῦται, où il semble voir une collectivité d’armateurs. De fait, le collectif nautae peut désigner des guildes de négociants et armateurs, des personnages riches et haut placés comme on le voit avec les nautes des cours d’eau gaulois59. De leur côté, des documents égyptiens tardifs présentent une équivalence entre ναύτης et ναύκληρος, or les nauclères, quelles que soient leurs attributions, ont des responsabilités plus hautes que celles de simples matelots60. Les nautes de notre papyrus ne seraient donc pas des marins au sens technique, mais une association d’entrepreneurs investis dans la navigation et/ou le commerce en direction de l’Inde. En raison des services qu’ils rendaient à un État soucieux de reprendre pied dans cette partie du monde, ils auraient pu recevoir des soutiens publics. Quoi qu’il en soit ici, une association analogue est attestée à l’époque en Égypte par la chronique copte dite Storia della Chiesa di Alessandria (SCA). À la fin du ive siècle, un groupe de « grands ἔμποροι » spécialisés dans le commerce lointain, notamment avec l’Inde, aurait richement doté le martyrium alexandrin de Jean-Baptiste en cours d’édification61. Je serais tenté d’identifier ces personnages aux ἰνδικοπλευσταί d’époques plus tardives, connus par un graffite d’ ʼAbu Shaʽar62, deux passages du philosophe alexandrin Olympiodore63, le plus célèbre étant son contemporain le marchand alexandrin et géographe du vie siècle, Cosmas (floruit entre 547 et 549)64.

III-Autres sources sur Clysma byzantin

Trouvailles de Bruyère

  • 65 Schwartz 1948, p. 26.

16Parmi les sources utiles à l’histoire du Clysma byzantin, il me faut évoquer à nouveau les textes grecs découverts par Bruyère, qui nous reportent jusqu’au début du viie siècle Ils ne sont pas tous publiés et ceux qui l’ont été devraient être revus. Même si les activités portuaires n’y apparaissent pas, ils ont encore à nous apprendre. J’ai ainsi examiné, d’après une image procurée par l’Ifao, la pièce SB VI 9549-2, jugée nettement byzantine par Schwartz son éditeur65, mais dont ni l’écriture, ni l’onomastique ne sont compatibles avec le iiie siècle comme on voit dans la DDBDP (ainsi Petros ; Joannès). Le ve siècle ou même le vie siècle sont envisageables (fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

SB VI 9549.

© IFAO

  • 66 Bruyère 1966, pp. 69-70, pp. 73-74.
  • 67 SB X 10459, 5 : δαπάνης τῶν τωρ̣ν̣ε̣υ̣τῶν τοῦ Κλύσ[ματος. Bruyère 1966, pp. 85-86, a retrouvé des m (...)

17Schwartz n’a transcrit que les noms et a omis le bas du document et toute sa partie droite, où on trouve des déterminations de personnes. Or je crois pouvoir lire à la l. 2, sous forme abrégée, la qualité de Joannès, celle de plombier, Ἰωάννης μολιβ(ουργός), ou μολιβ(δουργός), pour μολυβδουργός, un mot et une profession surtout attestés au Bas-Empire, et notamment en rapport avec les thermes. De fait, Bruyère a observé des tuyauteries de plomb sur le site et, en particulier aux thermes66. Ce texte est donc utile à l’histoire de l’artisanat de Clysma, qui est surtout ilustrée par des trouvailles d’artefacts, et fort peu par les textes. D’après un papyrus d’époque arabe, on ne connaissait que des tourneurs sur bois, peut-être des fabricants de musharabiya67. Noter enfin que les papiers et des omoplates arabes utilisés comme support d’écriture trouvés par Bruyère, en cours d’étude par Naïm Vanthieghem, devraient apporter beaucoup.

Édit d’Arabie

  • 68 Mayerson 1996b, p. 123 (« controler of foreign trade » ; l’auteur a commercius, commercii) ; Power (...)

18Je vois parfois alléguée sur la vie économique de Clysma une inscription bien connue, l’Édit d’Arabie sur l’organisation militaire du diocèse d’Orient, promulgué par l’empereur Anastase (491-518) et dont Denis Feissel achève en ce moment une réédition considérablement augmentée. Voici le début du texte, qui n’a pas changé entre l’édition de Feissel et SEG XXXII 1554. Selon nombre d’historiens, dont Mayerson et Power68, ce passage attesterait à Clysma un commerciaire, c’est-à-dire le responsable d’une place de commerce frontalière (commercium).

3 §1 † Ὥστε τὸν δοῦκα μόνα λαμβάν[ειν τὰ ἀφωρισμένα αὐτῷ κατὰ τ]ὸ
4 ἀρχαῖον ἔθος ὑπὲρ ἀννωνῶν καὶ καπ[ίτω]ν̣ ἐ̣κ το[ῦ δημοσίου καὶ ἐκ] τοῦ
5 μέρους τῆς δω[δ]εκάτης κα[ὶ] ἀπὸ κομμ[ερ]κιαρίου [τε τὸν ἐν Μεσοπο]τα-
6 μίᾳ καὶ ἀπὸ τοῦ [Κ]λύσματος [τ]ὸν ἐν Παλ̣[αισ]τίνῃ

Que le duc (d’Arabie) se contente de percevoir ce qui lui a été réservé selon l’ancienne coutume pour ses annones et ses rations de fourrage sur les fonds publics, sur sa part (de la taxe) du douzième et sur le commerciaire pour le duc de Mésopotamie, et sur Clysma pour le duc de Palestine.

  • 69 Les deux hypothèses sur cette mention de Clysma dans l’Édit sont malgré tout envisagées par Montina (...)

19Pris à la lettre, comme me le fait remarquer Feissel, le document dit simplement que le duc ou gouverneur militaire de Palestine sera rémunéré sur les revenus de Clysma. Donc, pas de commerciaire ni de commercium à Clysma69.

Anastase le Sinaïte

  • 70 Les papyrus grecs mentionnant Clysma sont aisément accessibles par la DDBDP ; pour les autres sourc (...)
  • 71 CPR XXII 22, 2 ; 43, 3, 44, 10 ; au même Morelli on doit une nouvelle mention des bateaux de Clysma (...)
  • 72 Alléguée cependant par Hoyland 1996, mais pas selon la présente perspective.
  • 73 Binggeli 2001.

20La majeure partie des sources antiques de l’histoire de Clysma date du viie et du viiie siècle, soit pour la plupart du début de l’époque arabe. Ce corpus n’est bien sûr pas clos70. Ainsi devons-nous à Federico Morelli la publication en 2001 de papyrus de cette époque mentionnant Clysma dans des contextes instructifs71. Je voudrais surtout parler d’une source grecque peu connue, ou dont certaines parties sont même inconnues72, éditée par notre collègue de l’IRHT André Binggeli, dans une thèse dont il prépare la publication73 et dont il m’a aimablement permis de faire état ici. Il s’agit du recueil édifiant appelé Récits utiles à l’âme du moine et théologien Anastase le Sinaïte, qu’il a rédigé à la fin du viie siècle et qui enregistre les frustrations et les espoirs d’une population chrétienne subjuguée et tracassée par les conquérants arabo-musulmans.

  • 74 Binggeli 2001 vol. II, p. 4, n. 77 : son fils l’ ἐπικείμενος ʽAbd al-Raḥmān est mentionné au début (...)

21Il contient des anecdotes sur Clysma qui ont un fond d’authenticité, ne serait-ce que parce que l’une d’entre elles fait allusion à un gouverneur arabe de la ville, hostile aux chrétiens, nommé Elias (Ilyâs), dont le fils apparaît dans des papyrus74. Ces histoires se passent parfois dans le milieu des ναῦται de la ville, des marins ou, vu le contexte du récit suivant, des « armateurs » (Binggeli rejoignant avec cette traduction une des hypothèses envisagées plus haut sur les nautai de SB V 7756).

  • 75 Binggeli 2001, récit n° II, l. 9 (vol. I, p. 229 ; vol. II, p. 544). Vu les responsabilités confiée (...)
  • 76 Θεοδώρητός τις τὴν θρησκείαν Ἰουδαῖος ὑπάρχων ναύτης ἐτύγχανε πρὸ τούτων τῶν ἐτῶν ἐν τῷͅ Κλύσματι. (...)
  • 77 SB XXVI 16763 ii, 16 (Mitthof 2000, pp. 259-264 et la n. 16 de la p. 264, renvoyant à P.Bad. IV 49 (...)
  • 78 § 29, Detoraki, Beaucamp 2007, p. 263.
  • 79 Flusin 1991, p. 407.
  • 80 Aubert 2004a, p. 246 et 2004b, p. 13, y a songé et allègue précisément le Diolkos.

22Il est ainsi question vers les années 685/90, d’un ναύτης juif de Clysma, nommé Théodoret75. Le fils de ce Théodoret, qui haïssait les chrétiens, fut nommé épistate (directeur) de l’ergateia (corvées ?) aux chantiers navals par cet Elias nommé plus haut76. Les travailleurs, qui étaient chrétiens, voulurent aller à la synaxe de la fête de la Théotokos et ce vœu se heurta à un refus et à des blasphèmes de la part de l’épistate. Au moment où le personnel peinait εἰς τὸ νεωλκὸν τῶν πλοίων, une grosse poutre tombe sur le blasphémateur (ἔπεσεν ἄνωθεν ξύλον τέλειον) et le tue. Le mot νεωλκόν est absent des papyrus, mais nous avons le verbe νεωλκέω dans deux documents tardifs où il s’agit de tirer un bateau à terre ou en cale sèche, « ins Trockendock gehen sollten », ou « ein Schiff an Land ziehen »77. On comparera, dans le Martyre de saint Aréthas § 29, la mise au sec, au mouillage de Gabaza, près d’Adoulis, de vaisseaux mobilisés pour l’expédition éthiopienne contre les Himyarites (ἐκέλευσεν διολκηθῆναι ἐπὶ τῆς γῆς)78. Le νεωλκόν serait donc un appareil ou un lieu servant à mettre les bateaux à sec, un « cabestan », selon Binggeli, ou encore un « hangar à bateaux »79. Cependant, par analogie avec la célèbre rampe à bateaux de l’isthme de Corinthe, le Δίολκος, on pourrait encore y voir un dispositif de transbordement jusqu’au canal de Trajan, une rampe, ou une sorte d’ascenseur80. Quoi qu’il en soit, cette anecdote nous apprend quelque chose sur les équipements portuaires de Clysma.

  • 81 Binggeli 2001, récit n° II, 13 (vol. I, p. 233-234 ; vol. II, pp. 548-549, avec la n. 87 de la p. 5 (...)
  • 82 Ainsi une unité d’equites ducatores Illyriciani à Amida selon Notitia Dignitatum Or. xxxvi (duc de (...)
  • 83 Si navis alteram contra se venientem obruisset, aut in gubernatorem aut in ducatorem actionem compe (...)
  • 84 Voir Mayerson 1996b, p. 120, alléguant les vents contraires, les courants changeants, les récifs.

23Il y avait alors à Clysma un certain Azarias, chef des doukatores, πρῶτος τῶν λεγομένων δουκατόρων81. Le mot d’origine latine δουκάτωρ est surtout attesté au sens d’éclaireur, et dans des contextes militaires82. Les Glossaires ont ἀγοί, ἀγωγεύς, ἡγεμόνες, προηγούμενοι (CGL, Goetz, II 56), qui viam ostendit (ibid. V 452). Il y aurait donc eu à Clysma une corporation d’éclaireurs ou de guides présidée par un « prote ». Une telle institution semble nécessaire dans un environnement désertique comme celui de Clysma. Égérie § 7, 2 et 4, Maraval, p. 154 et 156 dit avoir eu recours à des guides militaires, qui nos deducebant semper de castro ad castrum (...) et nos juxta consuetudinem deduxerunt inde usque ad aliud castrum, sur son trajet de fort en fort dans le désert depuis Clysma jusqu’à la cité d’Arabia. Une autre acception serait toutefois possible au vu de Dig. IX, 2, 29 § 4. Le juriste Ulpien y établit les responsabilités civiles si un navire entre en collision avec un autre et s’il en résulte des dommages. L’action en justice pourra viser le gubernator ou le ducator83. Ulpien met donc le ducator sur le même plan que le gubernator qui est le commandant du navire, sans pour autant le confondre avec lui. Je suppose qu’il faut y voir un « pilote », guidant le navire dans ses mouvements. Comme les accès maritimes de Clysma étaient difficiles84, on concevrait que les navigateurs aient eu besoin de pilotes ou de remorqueurs expérimentés pour se rendre au port ou en sortir.

24Cette communication ne visait qu’à enrichir le dossier de Clysma, et n’appelle pas de conclusion. J’espère du moins avoir montré qu’on gagne à réviser les éditions de textes.

Bibliographie

 

Les références aux éditions de textes papyrologiques sont explicitées dans la Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic, and Coptic Papyri, Ostraca, and Tablets (http://papyri.info/docs/checklist). Le signe BL = Berichtigungsliste der Griechischen Papyrusurkunden aus Ägypten (13 vol.).

Aubert J.-J., « Aux origines du canal de Suez ? le canal du Nil à la mer Rouge revisité », in M. Clavel-Lévêque et E. Hermon (éd.), Espaces intégrés et ressources naturelles dans l’empire romain , Besançon, 2004a, 219-252.

Aubert J.-J., « Utopie ou mégalomanie ? Le canal antique du Nil à la Mer Rouge/Canal de Trajan ou l’histoire d’une gageure », Au Fil de l’eau, Bulletin de la Société Neuchâteloise de Géographie, 48, 2004b, 93-107.

Aubert J.-J., « Trajan’s Canal : River Navigation from the Nile to the Red Sea », in F. de Romanis et M. Maiuro (éd.), Across the Ocean : Nine Essays on Indo-Mediterranean Trade, Leiden, Boston 2015, 33-42.

Bagnall R.S., « P. Oxy. XVI 1905, SB V 7756 and Fourth-Century Taxation », ZPE 37, 1980, 185-196= repris dans son Later Roman Egypt: Society, Religion, Economy and Administration, 2003, article XVIII.

Bagnall R.S., « The Taxes of Toka », Tyche 6, 1991, 37-43= Later Roman Egypt, Religion, Economy and Administration, Aldershot 2003 article XX.

Bagnall R.S., Sheridan J., « Greek and Latin Documents from ʼAbu Shaʽar, 1990-1991 », BASP 31, 1994, 109-120.

Bell H.I., « A Byzantine Tax-Receipt (P. Lond. Inv. 2574) », in Mélanges Maspero II, Le Caire, 1934, 105-111.

Benaissa A., Rural Settlements of the Oxyrhynchite Nome A Papyrological Survey, 2012, Trismegistos Online Publications, 369. (https://fr.scribd.com/document/291192739).

Bernand A., Le Delta égyptien d’après les textes grecs, Le Caire, 1970, I, 1.

Binggeli A., Anastase le Sinaïte, Récits sur le Sinaï et Récits utiles à l’âme, thèse Paris IV, 2 vol., 2001.

Brun J.-P., « Le commerce entre l’Empire romain, l’Arabie et l’Inde à la lumière des fouilles archéologiques dans le désert oriental d’Égypte (2e partie) », Annuaire des cours et travaux du Collège de France, 114, 2014-2015, Paris, 471-502.

Bruyère B., Fouilles de Clysma-Qolzoum (Suez) 1930-1932, Le Caire, 1966.

Carrié J.-M., « Primipilaires et taxe du ’primipilon’ à la lumière de la documentation papyrologique », dans Actes du XVe Congrès International de Papyrologie IV, Bruxelles, 1979, 156-176.

Clarysse W., « Artabas of Grain or Artabas of Grains? », BASP 51, 2014, 101-108.

Darley R.R., Indo-Byzantine Exchange, 4th to 7th Century: a Global History, these, Birmingham, 2013 (http://etheses.bham.ac.uk/5357/1/Darley14PhD_redacted.pdf).

Déléage A., La capitation du Bas-Empire, Mâcon, 1945.

Detoraki M., Le Martyre de Saint Aréthas et de ses compagnons (BHG 166), éd. critique, étude et annotation M. Detoraki, trad. J. Beaucamp, Paris, Association des amis du centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2007.

Flusin B., « Démons et Sarrasins. L’auteur et le propos des Diègèmala stèriktika d’Anastase le Sinaïte », T&M 11, 1991, 381-409.

Gascou J. et Worp K.-A., « P. Laur. IV 172 et les taxes militaires au ive siècle », ZPE 56, 1984, 122-126.

Hagedorn D., « Bemerkungen zu Urkunden », ZPE 115, 1997, 221-224.

Hairy I. et Sennoune O., Le canal d’Alexandrie, la course au Nil, Alexandrie, 2009.

Hoyland R.G., Seeing Islam As Others Saw It A Survey and Evaluation of Christian Jewish And Zoroastrian Writings On Early Islam, Princeton, 1996.

Ivanov S.A., « Pearls before Swine », Missionary Work in Byzantium, Paris, 2015.

Jördens A., « Neues zum Trajanskanal », in J. Frösèn, T. Purola et E. Salmenkivi, Proceedings of the 24th International Congress of Papyrology, Helsinki, 1-7 August, 2004, I (éd.), Helsinki, 2007, 469-485.

Jördens A., Statthalterliche Verwaltung in der römischen Kaiserzeit, Stuttgart, 2009.

Lauffer S., Diokletians Preisedikt, Berlin, 1971.

Mayerson P., « Egeria and Peter the Deacon on the site of Clysma (Suez) », JARCE 33, 1996a, 61–64.

Mayerson P., « The Port of Clysma (Suez) in Transition from Roman to Arab Rule », JNES 55, 1996b, 119-126.

Mitthof F., « Neue Texte zur Topographie des Herakleopolites », AnPap. 10-11, 1998-1999, 79-101.

Mitthof F., « Anordnung des rationalis Vitalis betreffs der Instandsetzung von Schiffen. Eine Neuedition von P. Vind. Bosw. 14 », ZPE 129, 2000, 259-264.

Montinaro F., « Les premiers commerciaires byzantins », T&M 17, 2013, 351-538.

Power T., The Red Sea from Byzantium to the Caliphate : AD 500-1000, Le Caire, New York, 2012.

Rémondon R., « La date de l’introduction en Égypte du système fiscal de la capitation », in D.H. Samuel (éd.), Proceedings of the Twelfth International Congress of Papyrology, Toronto, 1970, 431-436.

Schneider P., L’Éthiopie et l’Inde : interférences et confusions aux extrémités du monde antique : viiie siècle avant J.-C. – vie siècle après J.-C., Rome, 2004.

Schwartz J., « Documents grecs de Kom Kolzum », Bulletin de la société d’études historiques et géographiques de l’isthme de Suez 2, 1948 [1949], 25-30.

Sheehan P., Babylon of Egypt: the Archaeology of Old Cairo and the Origins of the City, AUC, 2015 (édition révisée).

Sheridan J., « The anabolikon », ZPE 124, 1999, 211-217.

Timm S., Das christlich-koptische Ägypten in arabischer Zeit, vol. 5, Wiesbaden, 1991.

Tran N., Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules, sous le Haut-Empire, Rome, 2013 (https://books.openedition.org/efr/2048 ?lang =fr).

Wessel C., Inscriptiones graecae christianae veteres Occidentis, Bari, 1989.

Notes

1 Une version brève de cette communication a été présentée au séminaire d’Hélène Cuvigny en novembre 2015. Je remercie pour les crédits photographiques l’EES (Dr Carl Graves) et les archives de l’IFAO (Cédric Larcher).

2 Bagnall 1980, pp. 185-196 (BL VIII)= Bagnall 2003, n° 2, article XVIII.

3 Pour la date basse, voir Bagnall 1991, p. 39 (BL VIII) = Bagnall 2003, n° 3, article XX.

4 Mερισμ(ὸς) ἀρουρ(ῶν) ιε (ἔτους) ἰνδικ(τίονος) éd. princeps. Le pluriel μερισμ(ῶν), au « génitif des comptables », est préférable à μερισμ(ὸς) puisque le texte détaille plusieurs assignations (JG). Il n’y a pas lieu de voir dans la marque numérale qui suit ιε le sigle de ἔτος (éd. princeps).

5 Cette ligne enregistre, soit un complément d’assignation en rapport avec la l. 3, soit un tarif de conversion d’articles.

6 Θαλαττίωνος éd. princeps, forme interprétée d’assez mauvais gré (uniquement d’après le parallèle trompeur de la l. 12) comme un nom propre sans autre attestation. Cet hapax a été supprimé en lisant ὁς pour ὡς, au sens tarifaire de « à proportion de » (P.CairoIsid. 59, n. 4 ; BL IV). La taxe des θαλάττια (sc. πλοῖα) est bien connue (ainsi P.Oxy. XLVIII 3424, 3).

7 Sur cette taxe, voir Carrié 1979, pp. 156-176 et, sur son rapport avec les autres taxes militaires (mules, recrues), voir Gascou et Worp 1984, pp. 122-126.

8 Ἀμμωνιακῆς (JG). L’éd. princeps a ἀμμωνιακῆς, sans majuscule, et suggère avec réserves un complément ὠνῆς, sans doute au sens d’achat ou de ferme du sel ammoniaque (« monopole de l’ammoniaque », selon Déléage 1945, p. 73), produit de l’Ammoniaque (Siwâ), mais comme le mot ἅλς est masculin, il vaut mieux voir ici le toponyme lui-même, avec prétérition de Ὀάσεως (P.Oxy. XLIII 3126 i, 1, ii, 4-5), ou Λιβύης (Olympiodore, Commentaires aux Météorologiques d’Aristote, Stüve, pp. 119 et 124). La taxe devait financer quelque activité publique à Siwâ, ou quelque transport ayant trait à Siwâ.

9 Lecture de Déléage 1945, pp. 73 et 77 (BL III), au lieu de [βοῶ]ν̣ (éd. princeps). La lecture ὀρ]ν̣(έων) , au sens de « poulets », est confirmée par un texte fiscal héracléopolitain des années 320-330 associant à deux reprises les poulets et les oeufs (des gâteries pour des militaires haut placés ou pour des hauts fonctionnaires), SB XXVI 16441 v°, 2 (πρώτου) μερ(ισμοῦ) γάλ(ακτος) ϛ´ ὀρν(έων) α ᾠῶ̣ν̣ α Ľ ; 5 γάλ(ακτος) ḍ ὀρν(έων) β γ’ ᾠῶν [ ; même voisinage aux l. 6 et 7 (voir l’éd. princeps de Mitthof 1998-1999, pp. 89-92).

10 Le titre fiscal des bœufs et des ânes est mentionné au ve siècle par P.Oxy. LI 3636, 17 (cf. l. 4).

11 L. 18 : lire sans doute 4 myriades, pour rester dans l’ordre de grandeur du tarif d’assignation des bœufs (JG).

12 [ἀχύρ]ου (suggestion de Déléage 1945, p. 73 ; non repris dans BL), au lieu de [  ̣  ̣  ̣  ̣] ου éd. princeps. Il s’agit de paille ou de balle pour la cavalerie. Le taux d’assignation, 7 2/3 livres par aroure, est du même ordre de grandeur que dans P.Leid.Inst. 67, 15 (ve siècle) : 12, 5 livres.

13 Les éditeurs ont proposé avec réserves, sans l’intégrer au texte, mais certainement à juste titre, la lecture λο[υσω]ρίου ἡγεμόνος, soit une taxe pour le yacht du gouverneur civil provincial (praeses). D’autres textes font allusion à ces bateaux de fonction dans des contextes analogues. Ainsi avons-nous dans un texte contemporain, SB VI 9563, i 13 et ii 15, des paiements pour le λουσώριον κόμητ[ος], c’est-à-dire pour le gouverneur militaire de l’Égypte. Ce qui précède dans P.Oxy. XVI 1905 est mutilé. Les éditeurs envisagent [δαπάν]ης, « pour les frais », lecture comblant bien la lacune.

14 [  ̣  ̣  ̣  ̣] ριας éd. princeps Le premier signe, réduit à sa partie supérieure, pourrait être le sommet de la boucle d’un α , ce qui suggère une lecture ἐρ]α̣ίας pour ἐρέας (JG). Il n’est pas anormal de voir associés la laine et l’alun.

15 κρ(ιθῶν) au lieu de κρ(ιθῆς) (éd. princeps) serait conforme à l’usage classicisant de l’époque (Clarysse 2014, p. 101-108). Comparer à la même époque P.Oxy. XLVIII 3408, 8, 14.

16 Bruyère 1966, pp. 90-91 et 92-94.

17 Bruyère 1966, pp. 91-92.

18 Brun 2014-2015, pp. 498-499.

19 Schwartz 1948 [1949], pp. 27-28.

20 P.Abinn. 30, 23-24; 35, 29 ; 37, 3-4 (sous Constance II) ; plus tardif (probablement du ve siècle ; BL X) est P.Mich. VIII 519, 6-7. P.Mert. I 24, 21-22 est certainement plus ancien (vers 200 éd.), mais cette date, d’après la planche, peut-être abaissée à la 2e moitié du iiie siècle

21 Bruyère 1966, p. 118 (signalant que Roger Rémondon était du même avis) ; voir aussi la p. 52 de Bruyère.

22 P.Bub. I 4 lxix, 2.

23 P.CairoIsid. 81 : il s’agit du substitut d’un villageois de Karanis chargé d’une corvée de deux mois au canal (ποταμός).

24 Sheehan 2015.

25 D’après le milliaire de Tell al-Maskhuta (Heropolis), posé en 306/7, CIL III 6633, 6 = ILS 657 : ab Ero in Clysma m. VIIII θ.

26 En 332, P.Oxy. XII 1426 fait état de l’envoi au ποταμός de Trajan d’un ouvrier, ἐργάτης, assigné sur deux villages ; vers la même époque, selon P.Oxy. LV 3814, trente τέκτονες sont envoyés audit ποταμός.

27 En 423, selon PSI I 87, un ἐργάτης de la διῶρυξ s’adresse à un épimélète du nettoyage de la voie d’eau, ἀνακάθαρσις ; PSI VI 689 A est un cautionnement adressé en 423/4 à l’épimélète de la διῶρυξ pour un ouvrier envoyé pour une période de trois mois ; PSI VI 689 B et C semblent avoir le même objet ; PSI VI 689 D contient sans doute une disposition analogue pour 420/21. P.Wash.Univ. I 7, 5-6, attribué au ve/vie siècle, fait allusion au nettoyage de la διῶρυξ.

28 Aubert 2004a, p. 239.

29 La voyageuse évoque simplement au § 7, 8, Maraval, p. 158, un bras du Nil qui coule à Héro(polis) : pars quaedam fluminis Nili ibi currit.

30 Mayerson 1996a, p. 64.

31 Outre l’article cité n. 27, voir du même Aubert 2004b, pp. 93-107. Malgré des objections de Jördens 2007, p. 470, n. 3, point de vue réitéré dans Jördens 2009, p. 422, n. 113), J.-J. Aubert maintient ses vues dans Aubert 2015, pp. 33-42. C’est ici le lieu de le remercier de m’avoir communiqué ces deux études.

32 Mayerson 1996b, pp. 121 et 123.

33 Bell 1934, pp. 105-111.

34 J’admets que cette opinion est isolée, mais ce n’est pas ici le lieu d’en discuter, encore que je me sente capable de la justifier.

35 Rémondon 1970, p. 435 ; BL VI.

36 Sur le canal d’Alexandrie, voir Bernand 1970, I, 1, pp. 329-380, qui néglige les papyrus, et Hairy, Sennoune 2009, pp. 140-161. D’après P.Lond. IV 1353 (10 ii 710), c’était, comme le canal de Trajan, une voie d’eau intermittente, qui ne servait qu’en période de crue.

37 L’éditeur rapproche γρι de γρῦ (κόκκος, grain), et pense à une taxe pour les impuretés du grain. Il fait dériver σίρωμα de σιρός, vase de stockage. Rémondon (1970) a « creusement et aménagement de silos ». Il renvoie, pour γρι (via Crum, Coptic Dictionary, 828a) au copte ϭΡΗ, « creuser » (BL VI), citant aussi une opinion analogue d’Hélène Cadell. Je ne me prononce pas.

38 R. Rémondon (Rémondon 1970) pensait avec réserves à des qualités de vin (et de même pour le δευτέριον, l. 15-16 et peut-être l. 9), ce qui n’est pas sans exemples papyrologiques, mais ces termes s’emploient aussi pour d’autres produits (PUG V 209 ii, 1 avec la riche note de l’éditrice). On notera, dans notre cas, que le titre fiscal du πρωτεῖον revient à la même époque dans P.Oxy. XLVIII 3408, 12. Le contexte, malgré une ambiguïté de syntaxe soulignée aux n. 10-11 et 13, suggère qu’il s’agit de quelque variété ou qualité de lin, puisque la collecte du πρωτεῖον est sous la responsabilité des τοὺς ἐπὶ σιππίου du village de Tampemou, chargés en même temps, outre l’étoupe, de l’ἀναβολικόν, titre fiscal qui a lui aussi trait au lin.

39 Voir Sheridan 1999, pp. 211-217.

40 Les trimitarioi (tisserands des métiers à trois lices) sont encore attestés par P.Ant. I 33, ro 10, dans un contexte de fiscalité militaire. Bell 1934, d’après les Glossaires (CGL, Goetz, III, p. 309, l. 44), rapproche triliciarius, fabricant de τρίμιτος (trilix, litt. tissu à trois fils ou fait sur un métier à trois lices). Denis Feissel me signale Ζωσίμη τριμιταρία dans une inscription funéraire de Syracuse (Wessel 1989, n° 153, p. 40), qui est aussi un surnom de Laodicée du Lycos (Feissel, me renvoyant au miracle n° 13 des saints Côme et Damien, Deubner, p. 132, avec la note des pp. 235-236, et aux listes conciliaires de 449 et 451). Comme Laodicée était réputée pour sa laine, (Deubner, n. cit.), il se peut que les trimitarioi aient opéré sur ce matériau, mais je ne souhaite pas approfondir ici le sens technique de la base τρίμιτος (voir Lauffer 1971, p. 265, n. 37). Je remercie en tout cas Mme Dominique Cardon de m’avoir aidé, dans un savant message, à mesurer la complexité d’un problème dont la solution est plus à sa portée qu’à la mienne.

41 La lecture de l’éd. princeps [μ]ερι̣σ̣μῶ̣ν̣ α̣ρ̣  ̣τ̣ο̣  ̣τ̣ε̣ a été modifiée par Rémondon 1970, p. 432, en [μ]ερι̣σ̣μῶ̣ν̣ α (ἔτους) καὶ β (ἔτους), « pour les répartitions de la 1ère et de la 2e année », implicitement d’après Déléage 1945, p. 113 (BL IV), conjecture que Bagnall 1980 (cité n. 2), p. 188, n. 7, repousse à juste titre. À en juger d’après la quittance, l. 17, cette ligne aurait dû avoir trait à la taxe de la « deuxième qualité », δευτέριον. Βell 1934, y a songé, mais s’en tient à [μ]ερι̣σ̣μῶ̣ν̣. Bell 1934 a en fait sous-évalué la lacune initiale, qu’il meuble par un seul signe, le μ de [μ]ερι̣σ̣μῶ̣ν̣, alors que la perte textuelle correspond à 3 ou 4 lettres. D’ailleurs, cette lacune n’est pas vide, car on distingue, sous le υ du ναυτῶν de la l. 8, la trace sommitale (réduite à un point) d’une lettre haute, qui pourrait être un ε. Ensuite, on peut retenir ]ερι̣, , car le ι, encore que réduit à sa partie sommitale, est à peu près sûr. Nous en sommes donc à [  ̣]ε̣[ . .]ερι̣. On serait tenté de lire [δ]ε̣[υτ]ερίο̣υ̣. Le υ̣ final, très maigre, est peu sûr, mais on a des formes approchantes dans le reste du texte. J’admets que mon ο est difficile. Je comprends donc que Bell 1934 ait lu un σ, mais, comme tout papyrologue le sait, le ο antique résulte de l’ajustage vertical, pas toujours bien réussi, de deux demi-cercles. Dans le cas présent, je conjecture que le scribe a utilisé le deuxième demi-élément pour lier le ο au υ. Ainsi le ο est-il resté ouvert et a-t-il pris la morphologie d’un σ. Quant aux traces qui suivent, je ne me sens pas en mesure d’aller plus loin, d’autant plus que la ligne semble avoir été corrigée par une insertion supralinéaire à la fin. Elle devait en tout cas contenir une formulation analogue à celle du reste du barème, soit τῇ κεφ(αλῇ) α (δηναρίων) (μυριάδες) x. Le montant du δευτέριον devait être d’environ 38 myriades.

42 Déléage 1945, p. 113, et n. 3, suivi par Rémondon 1970, a restitué τπγ ϛ´ (1/6) (BL III), pour arranger ses calculs, mais la planche rend préférable la lecture de la fraction 1/2, comme dans l’éd. princeps.

43 Déléage 1945 ajoute [ϛ´] (BL III), toujours pour arranger ses calculs, mais Rémondon 1970 ne retient pas la restitution.

44 Ces bottes ne sont pas tarifées et la contribuable n’en reçoit pas quittance, à moins que ces livraisons en nature ne soient comptées au titre du fret de l’étoupe de la l. 6.

45 γενημά̣(των) éd. princeps Le pluriel ne s’impose pas. Le mot est pris au sens de « récolte » par les commentateurs, en particulier Bagnall 1980, pour justifier une théorie contemporaine de la κεφαλή comme unité foncière et non pas personnelle (BL IX), mais ces taxes n’ont aucun rapport avec des récoltes et leur assiette n’est pas foncière. Je pense qu’il s’agit ici d’une manière d’exprimer l’idée d’exercice ou de recette fiscale d’un exercice.

46 La marque numérale après β est interprétée dans l’éd. princeps comme un sigle de l’année (ἔτους), ce qui n’est pas nécessaire (JG dans BL VIII).

47 (ἔτους) καὶ β (ἔτους) μερισμοῦ éd. princeps (suivi par Rémondon 1970). Les marques numérales ont été prises pour le sigle de l’année, or il pouvait y avoir plusieurs μερισμοί par an (JG dans BL VIII). Lire μερισμῶν.

48 Localité du nord de l’Oxyrhynchite (Benaissa 2012, p. 369).

49 Ce personnage, peut-être un curiale d’Oxyrhynchus des années 359-365, est attesté sous la présente fonction par P.Oxy. XLVIII 3400, 30 et 3425, 7. Voir P.Oxy. XLVIII 3393, introduction.

50 P.Oxy. XLVIII 3408, 17-19 : καὶ τὰ ἀργύρια τῆς Ἰνδίας τῇ κεφαλ(ῇ) σὺν ἀλλαγῆς (δηναρίων) (μυριάδας) μ σὺν ἀλλαγῆς ou συναλλαγῆς (éd., n. 18).

51 Sur les conceptions antiques de l’Inde, voir Schneider 2004.

52 Lucien, Alexandre § 44 ; Anonyme de Plaisance § 41, 6, Milani p. 217 : civitas parva, quae appellatur Clysme, ubi de India naves veniunt (...) 9 illic accepimus nuces plenas virides que de India venerunt (...) ; Pierre le Diacre, Liber de locis sanctis, Geyer, CSEL 39, p. 116 : portus mittit ad Indiam uel excipit uenientes naues de India ; alibi enim nusquam in Romano solo accessum habent naues de India nisi ibi. Naues autem ibi et multae et ingentes sunt ; quare portus famosus est pro aduenientibus ibi mercatoribus de India (considéré parfois comme un emprunt à une partie perdue du journal d’Égérie).

53 P.Oxy. XLVIII 3408, n. 18, « crew ».

54 Philostorge, Histoire ecclésiastique III 4-6, Bidez, des Places, Bleckmann, Meyer, Prieur, pp. 242-256, avec la n. 3 de la p. 243 ; Ivanov 2015, pp. 27-28.

55 Athanase, Apologie à Constance, § 31, Szymusiak, pp. 124-126 (Ivanov 2015, p. 32).

56 CTh XII 12, 2 (15 i 356) : nullus ad gentem Axumitarum et Homeritarum ire praeceptus ultra annui temporis spatia debet Alexandriae de cetero demorari nec post annum percipere alimonias annonarias. C’est l’interprétation de Darley 2013, p. 299 : « bureaucrats ».

57 Geyer CSEL 39, p. 116 ; voir Mayerson 1996b, p. 124 et Mayerson 1996a, pp. 61-64.

58 Power 2012, p. 52.

59 Tran 2013, pp. 103-104.

60 Voir les remarques de Mitthof, CPR XXIII 34, n. 2-3, p. 219 et CPR XXIV 23, n. 2.

61 SCA II, Orlandi, pp. 14 et 62 : mercatores, qui ibant in Indiam et in (alias) regiones remotas, ferentes ei res omnis generis.

62 SB XXII 15373 (Bagnall, Sheridan 1994, p. 112). Une inscription latine tétrarchique du lieu (chez les mêmes auteurs) fait état de mercator[, dans un contexte déficient. Je ne me prononce pas sur la vocation portuaire du site, qui n’est pas clairement établie.

63 Cités par Bagnall et Sheridan. Il s’agit des Commentaires aux Météorologiques d’Aristote, Stüve l. 81, 26 ἀμέλει διὰ ταύτην τὴν αἰτίαν πολλοὶ ἰνδικοπλευσταὶ ναυάγουσι μὴ εἰδότες τοῦτο; 163, 3 ὅθεν ἰνδικοπλευσταὶ πολλάκις ζημιοῦνται πάνυ. L’eau de mer (Olympiodore suit ici Aristote) est plus dense et donc plus porteuse que les eaux lacustres, si bien qu’ignorant cela, les indikopleustai font souvent naufrage et perdent leurs cargaisons dans les lacs. On voit que les indikopleustai ne se contentaient pas des mers.

64 Topographie chrétienne II 54, Wolska-Conus p. 365 : (le cadre est Adoulis) ἔνθα καὶ τὴν ἐμπορίαν ποιούμεθα οἱ ἀπὸ Ἀλεξανδρείας καὶ ἀπὸ Ἐλᾶ ἐμπορευόμενοι; comprendre que Cosmas était πραγματευτής d’après II 56, Wolska-Conus p. 369 (le titre d’indikopleustès ne lui est toutefois attribué qu’à compter du xie siècle ; Wolska-Conus p. 16).

65 Schwartz 1948, p. 26.

66 Bruyère 1966, pp. 69-70, pp. 73-74.

67 SB X 10459, 5 : δαπάνης τῶν τωρ̣ν̣ε̣υ̣τῶν τοῦ Κλύσ[ματος. Bruyère 1966, pp. 85-86, a retrouvé des morceaux de ce genre d’ouvrage à Clysma (l’artisanat du bois à Clysma est signalé par la littérature arabe).

68 Mayerson 1996b, p. 123 (« controler of foreign trade » ; l’auteur a commercius, commercii) ; Power 2012, p. 32.

69 Les deux hypothèses sur cette mention de Clysma dans l’Édit sont malgré tout envisagées par Montinaro 2013, pp. 382-383 (signalé par Denis Feissel).

70 Les papyrus grecs mentionnant Clysma sont aisément accessibles par la DDBDP ; pour les autres sources, voir le copieux rassemblement de Timm 1991, pp. 2164-2171.

71 CPR XXII 22, 2 ; 43, 3, 44, 10 ; au même Morelli on doit une nouvelle mention des bateaux de Clysma dans une pièce bilingue du dossier de Qurra b. Sharik, P.Schott Rein. I 22, 10 (SB I 5643) (BL XI).

72 Alléguée cependant par Hoyland 1996, mais pas selon la présente perspective.

73 Binggeli 2001.

74 Binggeli 2001 vol. II, p. 4, n. 77 : son fils l’ ἐπικείμενος ʽAbd al-Raḥmān est mentionné au début du viiie siècle dans P.Lond. IV 1414, 57 et 100 et dans CPR XXII 43, 3 [ lac. ]  ̣  ̣ τε̣χ̣ν(ι)τ(ῶν) κα̣μ̣ό̣ν̣τ(ων) εἰ(ς) τ(ὰ) πλοῖα τοῦ Κλύσμα̣τ(ος) ὑ̣π̣(ὸ) Αβδερααμα̣(ν) υἱο(ῦ) Ἠλία ἐ[π]ι̣κ̣ε̣[ιμένου.

75 Binggeli 2001, récit n° II, l. 9 (vol. I, p. 229 ; vol. II, p. 544). Vu les responsabilités confiées à son fils par les autorités, ce ναύτης était plus qu’un simple marin ou matelot.

76 Θεοδώρητός τις τὴν θρησκείαν Ἰουδαῖος ὑπάρχων ναύτης ἐτύγχανε πρὸ τούτων τῶν ἐτῶν ἐν τῷͅ Κλύσματι. Τούτου τοῦ Θεοδωρήτου, ἤτοι θεοχολώτου τὸν υἱὸν Ἠλίας ὁ μισόχριστος, ὁ τοῦ Κλύσματος κατέστηκεν ἐπιστάτην ἐπάνω τῆς ἐργατείας.

77 SB XXVI 16763 ii, 16 (Mitthof 2000, pp. 259-264 et la n. 16 de la p. 264, renvoyant à P.Bad. IV 49 [VBP IV 49], 12-13 lu νεώλκησον δὲ τὴν σκ̣[]φην ἐκ τοῦ ὕδατος par Hagedorn 1997, p. 224).

78 § 29, Detoraki, Beaucamp 2007, p. 263.

79 Flusin 1991, p. 407.

80 Aubert 2004a, p. 246 et 2004b, p. 13, y a songé et allègue précisément le Diolkos.

81 Binggeli 2001, récit n° II, 13 (vol. I, p. 233-234 ; vol. II, pp. 548-549, avec la n. 87 de la p. 548).

82 Ainsi une unité d’equites ducatores Illyriciani à Amida selon Notitia Dignitatum Or. xxxvi (duc de Mésopotamie).

83 Si navis alteram contra se venientem obruisset, aut in gubernatorem aut in ducatorem actionem competere damni iniuriae Alfenus ait, etc. « Si un bateau entre en collision avec un autre venant dans la direction opposée, l’action en justice au motif du tort du dommage sera applicable soit au commandant, soit au pilote, selon Alfenus… ».

84 Voir Mayerson 1996b, p. 120, alléguant les vents contraires, les courants changeants, les récifs.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende P.Oxy. XVI 1905 ; avec l'aimable autorisation de l'Egypt Exploration Society and Imaging Papyri Project, Oxford.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 2
Légende P.Oxy. XVI 1905, ligne 12.
Crédits ® DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 3
Légende SB VI 9549.
Crédits © IFAO
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 4
Légende SB V 7756.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 5
Légende SB VI 9549.
Crédits © IFAO
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5183/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Professeur émérite à l'université Paris Sorbonne (Paris IV)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter