Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Le wâdi al-Hammâmât et ses mobiliers céramiques. Contextes et chronologie (missions de l’Institut français d’archéologie orientale, 1987-1989)

Pascale Ballet

Texte intégral

  • 1 Couyat et Montet 1912.

1Le wâdi al-Hammâmât est sans doute l’un des sites les plus saisissants du désert de l’est (renvoi à la carte générale du colloque), par la beauté de ses roches (fig. 1-2) et parce que sa fréquentation remonte vraisemblablement aux premières expéditions pharaoniques, qui ont laissé des traces épigraphiques d’un très grand intérêt (fig. 3)1. De 1987 à 1989, l’Institut français d’archéologie orientale y mena, sous la direction d’Annie Gasse, une opération destinée à revoir les textes inscrits sur paroi minérale et à nettoyer la base des fronts de taille, afin de découvrir de nouvelles données épigraphiques et de réexaminer les installations des deux rives du wâdi.

Fig. 1

Fig. 1

L’environnement minéral du wâdi al-Hammâmât.

© P. Ballet

Fig. 2

Fig. 2

Front de taille dans la grauwacke.

© P. Ballet

Fig. 3

Fig. 3

Offrande à Min, époque perse, Couyat et Montet 1912, n° 95.

© P. Ballet

2Cette mission fut couronnée de succès et livra, outre de nouvelles inscriptions dont celles d’Ameny, porte-parole de Sésostris Ier, des éléments inédits sur les occupations du site et leur chronologie, en partie, grâce à la céramique.

3Ma contribution sera modeste car elle repose sur un dossier relativement ancien et peu épais. Grâce à l’initiative de Jean-Pierre Brun j’ai exhumé d’un placard dessins, notes et comptages, car, bien que mince, ce dossier renferme quelques points d’ancrage par rapport à l’objectif général du colloque : les rythmes de la fréquentation de cette artère majeure ouest-est du désert Oriental qui conduit de Coptos à Myos Hormos, en particulier à l’époque impériale, et les activités qui s’y déploient.

  • 2 Goyon 1957.

4Pour comprendre l’enjeu de cette contribution et la difficulté à répondre à la question de l’occupation de ce secteur du wâdi al-Hammâmât, quelques éléments de la topographie locale doivent être rappelés. Le secteur en question est exploité par les carriers qui y laissent des marques de leur dévotion, de l’Ancien Empire à l’époque de Tibère pour le moins. Georges Goyon y localisait le sanctuaire d’Amon de la montagne pure sur lequel nous reviendrons2.

  • 3 Bernand 1972.
  • 4 Kayser 1993.

5On trouve sur la rive sud du wâdi le Paneion et ses inscriptions publiées quasiment in extenso par André Bernand3 ; en face, au nord, le naos dit « de Tibère » dont on reparlera plus loin et les inscriptions grecques portées sur le monument, datées, pour la plupart, du début de l’Empire et publiées par François Kayser4.

Les contextes

6Contrôler les documents du corpus épigraphique déjà publié, l’augmenter de nouveaux éléments, en préciser les contextes, tels étaient les principaux objectifs de la mission de l’Ifao dirigée par A. Gasse.

  • 5 Cf. « K. Mission épigraphique au wâdi al-Hammâmât » in « Travaux de l’Ifao en 1987-1988 », BIFAO 88 (...)
  • 6 Gasse 1988, pp. 83-94.

7Lors de la campagne de 19875, sur la rive sud, parmi la cinquantaine de nouveaux textes, figurent une longue inscription de Mérenrê et celle d’Ameny6, gravée sous le règne de Sésostris Ier. La base des parois rocheuses ayant été dégagée, il fut possible d’étudier des céramiques qui se trouvaient dans les déblais et de les dater, pour certaines d’entre elles de la Basse Époque et pour d’autres de la période romaine, durant laquelle le naos en schiste noir ou grauwacke est érigé (il est daté, par l’inscription qu’il porte, du règne de Tibère). Lors d’un sondage effectué à l’arrière de la petite chapelle, y furent trouvés des tessons datables du Nouvel Empire – mais ceci serait à confirmer.

  • 7 Goyon 1949 ; Goyon 1957 ; Baud 1990 ; Gasse 2012, pp. 138-140.

8Cette zone avait été identifiée naguère par Georges Goyon comme étant celle du sanctuaire d’Amon de Pa-djou-ouab (p3-dw-w‘b) qui figure sur la carte du papyrus des mines d’or conservé au musée de Turin (fig. 4)7. Sur le document interprété par Michel Baud (fig. 5), sont portés entre crochets des numéros qui correspondent aux inscriptions égyptiennes en hiératique, inscriptions non indiquées sur ce document graphique. Parmi les éléments les plus notables figurent le wâdi al-Hammâmât (« le chemin qui conduit au Yam »), le village où l’on travaille l’or, la montagne et son éboulis, le temple d’Amon. Dans la partie inférieure du document graphique est dessinée une seconde route, parallèle au wâdi al-Hammâmât, appelée « l’autre chemin qui conduit au Yam », le wâdi el Kash.

Fig. 4

Fig. 4

Papyrus des « mines d’or », musée de Turin.

© DR

Fig. 5

Fig. 5

Version graphique simplifiée du papyrus des « mines d’or », Baud 1990, fig. 1.

© DR

9Le papyrus de Turin est un document à visée concrète, destiné à préparer des expéditions et, comme l’écrivait Michel Baud, c’est, pour le voyageur, un parcours fléché à travers un réseau de vallées sèches. Les indications sur la carte correspondent donc avant tout à des réalités topographiques utiles pour ceux qui souhaitaient s’y rendre et y travailler. Il ne s’agit donc pas de l’exemplaire d’un genre cartographique dont on a d’ailleurs peu de trace en Égypte.

  • 8 BIFAO 89, 1989, pp. 313-315.
  • 9 BIFAO 1989, fig. 19, p. 314 et p. 326 ; sur une présentation du Wâdi al-Hammâmât, des origines au N (...)
  • 10 Cuvigny 1997. 

10En 19888, selon le rapport d’activités dûment consignées, « Annie Gasse a recherché les textes nouveaux et fait exécuter les désensablements nécessaires, tout en vérifiant les textes connus ou découverts l’an dernier. Ces désensablements à la base des parois rocheuses ont livré un matériel céramique de Basse Époque et d’époque romaine qui a été trié et classé par Pascale Ballet » (fig. 6). Le dégagement complet du « naos de Tibère » et de la zone avoisinante (fig. 7-8), identifiée par Georges Goyon comme « l’emplacement du sanctuaire d’Amon-maître-de-la-montagne-pure », a permis de mettre au jour un groupe de maisons d’ouvriers ou supposées telles. Il est constitué d’une vingtaine de pièces ou espaces délimités par des murs de pierre sèche, de chaque côté de la chapelle de grauwacke, celle-ci étant par ailleurs entourée d’un muret de même matériau, la zone cultuelle ainsi définie étant de forme rectangulaire. « Les objets retrouvés dans cette zone (poteries, fragments d’inscriptions grecques, ostraca) datent ces maisons d’une époque contemporaine de celle où fut gravé le naos »9. Si la céramique de la rive sud est bien datée de la Basse Époque, celle qui a été trouvée dans les installations enserrant le « naos de Tibère » au nord, est a priori datable du ier siècle. Ce sont les tessons retrouvés à cet endroit et sélectionnés pour étude qui vont intéresser Hélène Cuvigny en 1997, laquelle, intriguée par ce qui se déploie autour du monolithe de grauwacke, me demande quelques renseignements sur la datation des céramiques retrouvées près « du naos de schiste daté de Tibère » : elle prépare alors l’article sur le déclin du culte de Pan10. Je produisais alors à l’attention d’Hélène une courte synthèse sous forme de note que je livre aujourd’hui, légèrement augmentée.

Fig. 6

Fig. 6

Le tessonnier de la mission épigraphique de l’Ifao en 1988.

© P. Ballet

Fig. 7

Fig. 7

La zone du « naos de Tibère », vue vers le nord.

© Ifao, A. Lecler

Fig. 8

Fig. 8

Le « naos de Tibère » et les installations limitrophes.

© Ifao, relevé P. Deleuze

Céramique et chronologie

11Si le propos concerne principalement l’époque impériale, il est nécessaire de signaler la présence dans les déblais gisant à la base des parois, bien attestées sur la rive sud en particulier, d’un certain nombre de témoins tangibles sinon de la première domination perse, du moins de la fin de la Basse Époque.

  • 11 Aston 1999, n° 2038, n° 2041, pl. 72 ; Ballet 2006, pp. 107-116, pl. 5-7.

12On y trouve plusieurs catégories de mobilier caractéristiques, notamment, de la XXVIIdynastie, telles qu’une jatte à bord légèrement biseauté et une série de jarres en pâte calcaire à paroi souvent côtelée (fig. 9, 1-3), dont il existe des parallèles à Éléphantine11. Là, dans l’antre de Khnoum et de ses parèdres, dieux protecteurs des sources du Nil, les textes de la communauté judéo-araméenne sont inscrits sur ce type de support et la convergence des données paléographiques et céramiques a permis de dater textes et récipients du vs. avant J.-C. Au wâdi al-Hammâmât, les jarres font sans doute office de récipients de stockage de l’eau pour les membres des expéditions durant la Basse Époque (il semblerait imprudent de les rattacher à la seule période perse).

  • 12 Marchand 2000, pp. 221-225 ; Ballet sous presse ; Ballet à paraître.

13Un autre groupe est constitué de sega (fig. 9, 4-5), les tonnelets-barillets caractéristiques des oasis occidentales, de Bahariya à Kharga. La pâte avec laquelle ils sont fabriqués renvoie sans détour aux productions de Kharga et de Dakhla, la surface externe des récipients portant des traces grossières de lissage et de surcuisson. Dattes, vin, huile, tels étaient les produits que les prospères oasis de l’ouest envoyaient vers la vallée du Nil et ses ramifications terrestres des territoires de l’est, et ce, dès le Nouvel Empire. Certaines d’entre elles sont dotées d’un col assez haut, un trait morphologique généralement attesté de la Basse Époque au tout début de la période ptolémaïque12.

Fig. 9

Fig. 9

Wâdi al-Hammâmât. Céramique de Basse Époque et d’époque ptolémaïque.

© Dessins P. Ballet ; infographie Kh. Zaza et A. Simony

  • 13 Cuvigny 2003, p. 191.
  • 14 Université d’Égée, Izmir.

14De l’avis des auteurs de La Route de Myos Hormos13, « les témoignages de passages sur la route et sur son organisation à l’époque ptolémaïque sont rares ». Peut-on apporter de nouveaux éléments confirmant cette remarque générale fondée sur diverses observations ? Certes, une amphore à bouton triangulaire (fig. 9, 6) (WH/1988.C6), de type « à lèvre champignon », d’origine sud égéenne, est à signaler : elle serait quelque peu postérieure à notre lot de Basse Époque, car elle est datée du début du iiie siècle avant J.-C. par Kaan Şenol. Mais elle provient non pas des habitats d’ouvriers proches du « naos de Tibère » mais de l’une des couches qui composaient, sur le versant sud du wâdi, une petite installation présentant des traces d’usage « domestique » ou « culinaire », à proximité du secteur M de Goyon (n° 2 sur le plan du wâdi livré par Goyon). En 1988, un sondage a permis d’y dégager une structure de cuisson de type « four à pain » et une succession de couches de cendres, comprenant majoritairement des céramiques au faciès caractéristique de la Basse Époque, comme nous l’avons signalé plus haut. Kaan Şenol14 consulté à propos de cette amphore, en livre quelques commentaires : « Your amphora foot from Wadi Hammamat belongs to a common form of South Aegean amphorae. For me your amphora is an earlier version of Nicandros group of amphorae due to the characteristics of its fabric. In any case the early third century BC seems more likely. » (information de K. Şenol, 24 mars 2016). Je me demande tout de même si elle ne pourrait pas être datée du ive siècle avant J.-C., ce qui pourrait correspondre à l’ensemble du mobilier appartenant à ce contexte, dont le faciès évoque celui des dernières dynasties égyptiennes.

15En dehors de cet indice précoce, quelques céramiques d’époque ptolémaïque tardive ont été identifiées, dans l’espace 17 en particulier, l’une des pièces qui encerclent le « naos de Tibère ». L’assemblage céramique de la pièce 17 est intéressant car il comprend, entre autres, trois céramiques, deux bols carénés et un bol convexe (WH/1988.C61, WH/1988.C51, WH/1988.C52) (fig. 9, 7-9) qui, morphologiquement, sont antérieures aux faciès romains et sont datables de la fin de la période ptolémaïque.

  • 15 Ballet et Południkiewicz 2012, n° 34, inv. 3037-6.

16Le bol convexe WH/1988.C52 (fig. 9, 9), à pâte alluviale grossière, est assez proche d’un exemplaire de Tebtynis15, provenant d’un contexte daté de la seconde moitié du ier siècle avant J.-C. et qui présente des similitudes avec les bols convexes évasés de l’Eastern Sigillata A (Tell Anafa TA Type 25) ; la forme du pied le rapproche des formes hellénistiques. En effet les bols de l’Eastern Sigillata A et leurs imitations du Fayoum qui leur sont contemporaines, voire légèrement postérieures, ont un pied différent, avec une assise bien marquée.

  • 16 Ballet 1996, fig. 8 ; Ballet 1998, fig. 8 ; cf. infra p. suivante : les vases à eau, une production (...)
  • 17 Dixneuf 2011, pp. 129-133

17En dehors de ces trois récipients, le reste du matériel mis au jour dans l’espace 17 date du Haut-Empire : ainsi, une cruche WH/1988.C55 (fig. 10, 1), assurément romaine, d’un type très répandu dans le désert Oriental16, et une amphore WH/1988.C54 (fig. 9, 10), à épaule marquée d’un ressaut et que l’on peut ranger dans le groupe des Amphore Egyptienne 4, dont les premières occurrences sont attestées en Égypte à partir de la seconde moitié du ier siècle après J.-C.17. On note donc une relative hétérogénéité de l’assemblage ici convoqué.

Fig. 10

Fig. 10

Wâdi al-Hammâmât. Céramique du Haut-Empire.

© Dessins P. Ballet ; infographie Kh. Zaza et A. Simony

Le Haut-Empire

  • 18 Ces espaces ont été numérotés et précédés de l’initiale m. (maison) ou p. (pièce).

18Les céramiques datées de l’époque romaine ont été trouvées, pour la plupart, dans les maisons ou abris entourant le « naos de Tibère » ; elles devaient accueillir des ouvriers des carrières du wâdi18.

19On dégagera ici les principaux éléments du faciès céramique identifié dans ces espaces afin d’en préciser la datation.

Les vases à eau, une production régionale

  • 19 Tomber 2006, pp. 64-67.
  • 20 Coptos 2000, cat. 143, pp. 176-177.
  • 21 Ballet 1998, p. 49.
  • 22 Cuvigny 2003, p. 198, règne de Trajan et/ou d’Hadrien ?

20Une bonne partie des récipients destinés, selon toute vraisemblance, à contenir de l’eau est de fabrication régionale et attestée de Thèbes à Coptos. Parmi ces derniers figurent les exemplaires du musée des Beaux-Arts de Lyon, et diffusés dans le désert Oriental, du wâdi al-Hammâmât au Mons Claudianus19 ; il s’agit de l’une des productions les plus courantes dans cette région20. Ce sont des céramiques à pâte calcaire, dotées d’un filtre (WH/1988.C55) (fig. 10, 1), dont on suit les traces jusqu’au Yémen21, dans des contextes du Haut-Empire. Elles connaissent une certaine longévité, du ier au iiie siècle après J.-C. ; seule une étude précise à partir de niveaux stratifiés et datés permettrait d’y voir plus clair dans leur typologie. Le répertoire des vases à eau comprend des formes un peu différentes, comme une cruche à une anse (WH/1988.C15, maison/pièce 9) (fig. 10, 2) qui est à rapprocher de l’exemplaire B55 de Krokodilô22.

Les céramiques de cuisson

21Un deuxième ensemble est constitué de céramiques de cuisson (marmites et « casseroles ») pour lesquelles une datation précise est ici difficile à établir. Je serais tentée de les dater globalement du ier siècle, bien que je n’ai pas convoqué ici de parallèles bien situés dans le temps.

  • 23 Brun 1994, C 52.
  • 24 Tomber 2006, type 66, p. 116, fig. 1.45.

22L’une d’entre elles (WH/1988.C53, maison/pièce 22) (fig. 10, 3) semble pouvoir s’inscrire dans la continuité des « marmites à collerette » dont la genèse remonte, à Alexandrie, à la fin du iiie et du iie siècle avant J.-C. et dont la morphologie évolue progressivement jusqu’au début du Haut-Empire. Elle est proche d’un exemplaire d’Al-Zarqa/Maximianon où, en dehors de quelques individus précoces de la fin du ier siècle avant J.-C. et du début du ier siècle après J.-C., la majorité du mobilier est datée entre le milieu du ier et la fin du iie siècle23 D’autres types, telle la casserole WH/1988.C50 (pièce 8) (fig. 10, 4), semblent connaître une certaine longévité, puisqu’on en trouve un parallèle au Mons Claudianus sous les Antonins24.

La céramique fine

23En ce qui concerne les éléments remarquables – et exploitables pour établir une chronologie plus serrée – de la céramique fine, on mettra tout d’abord en évidence les importations.

24Parmi les céramiques fines non égyptiennes, il faut signaler l’absence de sigillée italique. En revanche, quelques Eastern Sigillata A fournissent d’utiles points de repère.

  • 25 Atlante delle forme ceramice II, ES A type 35, 40-70 après J.-C., p. 30, pl. V, 7 ; Slane 1997, pp. (...)

25Le type de l’assiette WH/1988.C48 (pièce 18, habitations des ouvriers, près du « naos de Tibère ») (fig. 10, 5)25, bien attesté dans les contextes de Tell Anafa, est généralement daté de l’époque claudio-néronienne, ce qui correspond aux contextes invoqués dans l’Atlante II. Ce type bien diffusé en Syrie-Palestine l’est également à Corinthe et à Pompéi. De nombreuses discussions ont, depuis longtemps, porté sur la date de ce type de bol, Kenyon et Crowfoot ayant proposé une datation antérieure à 25 avant J.-C., ce qui a été clairement contredit par les trouvailles de Tell Anafa ainsi que le rappelle K. Slane. Cette forme a connu une certaine diffusion en Méditerranée vers le milieu et le troisième quart du ier siècle après J.-C.

  • 26 Atlante delle forme ceramice II, ES A, type 48, 40-70 après J.-C., p. 36, pl. VI, 16.

26Le bol WH/1988.C16 (pièce 6, habitations des ouvriers, près du « naos de Tibère ») (fig. 10, 6)26, bien représenté en Grèce et en Méditerranée orientale, sans parallèle à Pompéi, est daté de la même période, entre 40 et 70 après J.-C.

  • 27 Atlante delle forme ceramice II, ES A, type 47, 10-60/70, p. 35, pl. VI, 15.

27Le début de la production du bol WH/1988.C73 (pièce 22, habitations des ouvriers, près du « naos de Tibère ») (fig. 10, 7) est légèrement plus précoce (10-60/70 après J.-C.) ; il est morphologiquement proche de l’ES A type 4727, lui-même sans doute dérivé d’un type italique (Conspectus, formes 17, 22, 25).

  • 28 Informations orales de M. Picon.

28À la fin des années quatre-vingt, s’était posée la question de l’origine de ces trois exemplaires et le laboratoire de céramologie de Lyon s’y était alors intéressé, confirmant leur rattachement à l’aire de production orientale (région d’Antioche assurément, sans négliger de mentionner des caractéristiques communes avec les productions de Pamphylie et de Chypre)28. Du moins en ce qui concerne l’Égypte et les régions limitrophes, commençaient alors les premières enquêtes portant sur l’origine et la diffusion des céramiques fines à vernis grésé en Méditerranée orientale, en mer Rouge et dans l’océan Indien.

  • 29 Élaigne 2017.

29Présentes en modeste quantité dans les habitats de fortune du wâdi al-Hammâmât, ces quelques sigillées ne sont pas dénuées d’intérêt sur le plan chronologique puisqu’elles fournissent des points d’ancrage au cours du ier siècle après J.-C. Si l’on se réfère à la céramique qui compose le remblai du Kaisareion à Alexandrie (seconde moitié du ier siècle avant J.-C.), le faciès des importations de céramiques fines et en particulier des Eastern Sigillata A, à Alexandrie, est totalement différent, du fait, notamment, de leur antériorité29.

Les productions assouannaises

30Les céramiques d’Assouan, à pâte kaolinite, que l’on trouve dans les maisons d’ouvriers apportent quelques précisions sur la chronologie du secteur.

  • 30 Conspectus forme 13 ; Goudineau type 7 Atlante II, p. 196, pl. LVI, 15-17, 25/20 avant -15 après J. (...)

31Un bol à carène basse d’Assouan WH/1988.C68 (pièce 5, habitations des ouvriers, près du « naos de Tibère ») (fig. 10, 8) pourrait être dérivé des bols carénés hellénistiques qui préfigurent sans doute des types de sigillée italique datés du milieu de l’époque augustéenne30. Il constitue un indice non négligeable pour une datation relativement précoce de la fréquentation du wâdi al-Hammâmât, en regard d’autres établissements jalonnant la route de Coptos à Myos Hormos.

  • 31 Slane 1997, pp. 324-328.

32Un bol à collerette d’Assouan WH/1988.C67 (pièce 4, habitations des ouvriers, près du « naos de Tibère ») (fig. 10, 9) reproduit une forme très répandue dans l’ensemble du monde méditerranéen, proche de celles figurant au nombre de l’Eastern Sigillata A, à titre d’exemple Tell Anafa TA 3431. Cette forme générique, dont seules les références orientales seront ici invoquées, a d’ailleurs été adaptée dans le répertoire de la céramique chypriote (Tell Anafa, FW 564), comme a dû l’être notre exemplaire assouannais dans les ateliers de la Première Cataracte. Tell Anafa TA type 34 connaît trois variantes : a, b, c. La variante ES A TA 34a, clairement et directement inspirée de Conspectus 22, peut être datée du ier siècle.

La vaisselle de faïence

  • 32 Nenna, Seif el-Din 2000.

33Illustrés par un bol à collerette (WH/1988.C60) (fig. 10, 10) et un plat à carène basse (WH/1988.C69) (fig. 10, 11), respectivement Nenna-Seif el-Din T1 2.4 et Nenna-Seif el-Din T13.332, les récipients de faïence sont représentés ici par les formes les plus canoniques de ce type de vaisselle durant les deux premiers siècles de l’Empire, voire jusqu’au début du iiie siècle après J.-C. Dans la mesure où ces deux récipients témoignent d’un soin relatif dans le traitement de la forme, à paroi mince et à moulures bien dégagées, on pourrait leur attribuer une certaine précocité par rapport à des exemplaires beaucoup plus grossiers et un peu plus tardifs, mais ce n’est qu’une hypothèse.

Les amphores

  • 33 Dixneuf 2011 ; Gabbari, US 30561, fig. 31.
  • 34 Brun 1994, fig. 12.

34Quant aux amphores appartenant au large groupe des Amphores Egyptiennes 3, un exemplaire du wâdi al-Hammâmât (WH/1988.C24, maison 2) me semble pouvoir être daté d’une phase relativement précoce au cours de l’histoire « romaine » de ces types de conteneurs. On la comparera à l’amphore de type AE 3-1.1, variante A33, dont l’utilisation serait à situer au cours du ier siècle, voire durant la première moitié du siècle. Ce type, à bord en ruban et à panse renflée sous l’épaulement, auquel on peut rattacher l’amphore WH/1988.C24 (fig. 10, 12), préfigure celui d’un exemplaire d’Al-Zarqa/Maximianon34, dont le diamètre maximum se situe à mi-panse, la cuve affectant la forme d’une toupie. Cette particularité morphologique, qui marque une étape dans l’évolution des conteneurs AE 3, n’est pas totalement accomplie sur l’amphore WH/1988.C24, dont la cuve est encore dans la lignée des types de la fin de l’époque hellénistique, avec un semblant d’épaulement. Si un schéma d’évolution morphologique des AE 3 peut être proposé pour les deux premiers siècles de l’Empire, on note le passage d’une forme encore structurée par un épaulement à la cuve en toupie, l’épaule ayant alors totalement disparu.

  • 35 Brun 1994, p. 23. La fourchette des datations d’al-Zarqa est relativement large, du milieu du ier s (...)

35En tenant comme fort probable une origine commune – du moins une même aire de production régionale – aux amphores alluviales AE 3 du désert Oriental, du wâdi al-Hammâmât à al-Zarqa35 et au Mons Claudianus, et sans doute d’autres établissements de la route menant à Myos Hormos, une étude fine de la morphologie de ces conteneurs devrait permettre de dégager des évolutions pertinentes et des variantes régionales.

Conclusion

  • 36 Kayser 1993, p. 114.
  • 37 Kayser 1993, p. 128.

36Si les témoignages céramiques datés du règne de Tibère sont absents des secteurs proches du « naos », on note en revanche une certaine convergence de datation permettant de suggérer une occupation des maisons d’ouvriers près du « naos de Tibère » couvrant globalement le premier siècle de notre ère, avec quelques points d’ancrage autour des règnes de Claude et de Néron. Ceci concorde avec les données épigraphiques étudiées par François Kaiser qui précise que les proscynèmes et les signatures couvrant l’épiderme du monolithe de grauwacke s’inscrivent dans une chronologie relativement serrée, entre ca 14 après J.-C. et 67-68 après J.-C.36, les textes sur ostraca collectés durant la mission 1987-1989 de l’Ifao étant datés globalement du ier siècle37.

Bibliographie

 

Aston D.A., Elephantine. XIX. Pottery from the late New Kingdom to the early Ptolemaic period, Archäologische Veroffentlichungen 95, Mayence, 1999.

Atlante II: Atlante delle forme ceramiche II. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo (tardo ellenismo e primo impero), Enciclopedia dell’Arte Antica classica e orientale, Rome, 1985.

Ballet P., « De la Méditerranée à l’océan Indien. L’Égypte et le commerce de longue distance : les données céramiques », Recherches sur les monarchies hellénistiques, l’Arabie et l’Inde, Topoi 6/2, 1996, 808-840.

Ballet P., « Cultures matérielles des déserts d’Égypte sous le Haut et le Bas-Empire : productions et échanges », in O. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and early-Byzantine Periods, Proceedings of a Colloquium Held on the Occasion of the 25th Anniversary of the Netherlands Institute for Archaeology and Arabic Studies in Cairo 9-12 December 1996, Leyde, 1998, 31-54.

Ballet P., « La collection Clermont-Ganneau. Les supports céramiques », dans H. Lozachmeur, Les ostraca araméens d’Éléphantine, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres XXXV, Paris, 2006, 106-133.

Ballet P., « And the potsherds? some avenues of reflection and synthesis on the pottery of the Great Oasis », in R.S. Bagnall et G. Tallet (dir.), Oasis Magna : Kharga and Dakhla Oases in Antiquity, 19-20 septembre 2014, Institute for the Study of the Ancien World, New York University, New York, sous presse 

Ballet P. et Południkiewicz A., Tebtynis V, La céramique des époques hellénistique et impériale. Campagnes 1988-1993. Production, consommation et réception dans le Fayoum méridional, FIFAO 68, Le Caire, 2012.

Ballet P., avec la collaboration de Y. Chevalier et de M. Evina, « De Douch à El-Deir : Approches des faciès céramiques dans l’Oasis de Kharga », CCE 11, à paraître.

Baud M., « La représentation de l’espace en Égypte ancienne : cartographie d’un itinéraire d’expédition », BIFAO 90, 1990, 51-63.

Bernand A., De Koptos à Kosseir, Leyde, 1972.

Bloxam E., Harrell J., Kelany A., Moloney N., el-Senussi A. and Tohamey A., « Investigating the Predynastic origins of greywacke working in the Wâdi al-Hammâmât », Archéo-Nil. Prédynastique et premières dynasties égyptiennes. Nouvelles perspectives de recherches 24, 2014, 11-30.

Brun J.-P., « Le faciès céramique d’Al-Zerqa. Observations préliminaires », BIFAO 94, 1994, 7-26.

Coptos 2000 : Exposition Coptos. L’Égypte antique aux portes du désert, Lyon, Musée des Beaux-Arts, 3 février-7 mars 2000, Lyon, 2000.

Couyat J., Montet P., Les inscriptions hiéroglyphiques et hiératiques du Ouâdi Hammâmât, MIFAO 34, 1912.

Cuvigny H., « Le crépuscule d’un dieu : le déclin du culte de Pan dans le désert Oriental », BIFAO 97, 1997, 139-147.

Cuvigny H. (dir.) et alii, La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, FIFAO 48, 2003.

Dixneuf D., Amphores égyptiennes : production, typologie, contenu et diffusion (iiie siècle av. J.-C.- ixe siècle apr. J.-C.), Études Alexandrines 22, Le Caire, 2011.

Élaigne S., « Alexandrie, cinéma Majestic. Étude céramologique du remblai 117/119. Les importations », in J.-Y. Empereur (éd.), Alexandrie, Césaréum. Les fouilles du cinéma Majestic. La consommation céramique en milieu urbain à la fin de l’époque hellénistique. Études Alexandrines 38, 2017, 121-186.

Gasse A., « Amény, un porte-parole sous le règne de Sésostris Ier », BIFAO 88, 1988, 83-94.

Gasse A., « Wâdi al-Hammâmât and the Sea froms the Origins to the End of the New Kingdom », in P. Tallet et E.S. Mahfouz (éd.), The Red Sea in the Pharaonic Times. Recent Discoveries along the Red Sea Coast, Proceedings of the Colloquium held in Cairo/Ayn Soukhna 11th-12th January 2009, BdE 155, 2012, 133-143.

Goudineau Chr., La céramique arétine lisse, Paris, 1968.

Goyon G., « Le papyrus de Turin dit 'des mines d’or et le wâdi al-Hammâmât », ASAE 49, 1949, 337-392.

Goyon G., Nouvelles inscriptions rupestres du wâdi al-Hammâmât, Paris, 1957.

Kayser Fr., « Nouveaux textes grecs du Ouadi Hammamat », ZPE 98, 1993, 111-156.

Nenna M.D., Seif el-Din M., La vaisselle en faïence d’époque gréco-romaine : catalogue du Musée gréco-romain d’Alexandrie, Études Alexandrines 4, Le Caire, 2000.

Slane K.W., « The Fine Wares » in S.C. Herbert (éd.), Tel Anafa II.i, The Hellenistic and Roman Pottery, JRA Suppl. 10, 1997, 247-418.

Tomber R., « The Pottery », in V.A. Maxfield / D.P.S. Peacock (éd.), Survey and Excavations. Mons Claudianus 1987-1993 III, Ceramic, Vessels and Related Objects from Mons Claudianus, FIFAO 54, Le Caire, 2006, 1-236.

Notes

1 Couyat et Montet 1912.

2 Goyon 1957.

3 Bernand 1972.

4 Kayser 1993.

5 Cf. « K. Mission épigraphique au wâdi al-Hammâmât » in « Travaux de l’Ifao en 1987-1988 », BIFAO 88, 1988, pp. 205-206.

6 Gasse 1988, pp. 83-94.

7 Goyon 1949 ; Goyon 1957 ; Baud 1990 ; Gasse 2012, pp. 138-140.

8 BIFAO 89, 1989, pp. 313-315.

9 BIFAO 1989, fig. 19, p. 314 et p. 326 ; sur une présentation du Wâdi al-Hammâmât, des origines au Nouvel Empire, Gasse 2012.

10 Cuvigny 1997. 

11 Aston 1999, n° 2038, n° 2041, pl. 72 ; Ballet 2006, pp. 107-116, pl. 5-7.

12 Marchand 2000, pp. 221-225 ; Ballet sous presse ; Ballet à paraître.

13 Cuvigny 2003, p. 191.

14 Université d’Égée, Izmir.

15 Ballet et Południkiewicz 2012, n° 34, inv. 3037-6.

16 Ballet 1996, fig. 8 ; Ballet 1998, fig. 8 ; cf. infra p. suivante : les vases à eau, une production régionale.

17 Dixneuf 2011, pp. 129-133

18 Ces espaces ont été numérotés et précédés de l’initiale m. (maison) ou p. (pièce).

19 Tomber 2006, pp. 64-67.

20 Coptos 2000, cat. 143, pp. 176-177.

21 Ballet 1998, p. 49.

22 Cuvigny 2003, p. 198, règne de Trajan et/ou d’Hadrien ?

23 Brun 1994, C 52.

24 Tomber 2006, type 66, p. 116, fig. 1.45.

25 Atlante delle forme ceramice II, ES A type 35, 40-70 après J.-C., p. 30, pl. V, 7 ; Slane 1997, pp. 307-308, Tell Anafa Type 23 (FW 175 ; proche de Conspectus 18.2).

26 Atlante delle forme ceramice II, ES A, type 48, 40-70 après J.-C., p. 36, pl. VI, 16.

27 Atlante delle forme ceramice II, ES A, type 47, 10-60/70, p. 35, pl. VI, 15.

28 Informations orales de M. Picon.

29 Élaigne 2017.

30 Conspectus forme 13 ; Goudineau type 7 Atlante II, p. 196, pl. LVI, 15-17, 25/20 avant -15 après J.-C., ou Goudineau 18, 24 Atlante II, p. 196, pl. LVI, 18, pl. LVII, 1-3.

31 Slane 1997, pp. 324-328.

32 Nenna, Seif el-Din 2000.

33 Dixneuf 2011 ; Gabbari, US 30561, fig. 31.

34 Brun 1994, fig. 12.

35 Brun 1994, p. 23. La fourchette des datations d’al-Zarqa est relativement large, du milieu du ier siècle à la fin du iie siècle.

36 Kayser 1993, p. 114.

37 Kayser 1993, p. 128.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L’environnement minéral du wâdi al-Hammâmât.
Crédits © P. Ballet
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2
Légende Front de taille dans la grauwacke.
Crédits © P. Ballet
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 3
Légende Offrande à Min, époque perse, Couyat et Montet 1912, n° 95.
Crédits © P. Ballet
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 4
Légende Papyrus des « mines d’or », musée de Turin.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 5
Légende Version graphique simplifiée du papyrus des « mines d’or », Baud 1990, fig. 1.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 6
Légende Le tessonnier de la mission épigraphique de l’Ifao en 1988.
Crédits © P. Ballet
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 7
Légende La zone du « naos de Tibère », vue vers le nord.
Crédits © Ifao, A. Lecler
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 8
Légende Le « naos de Tibère » et les installations limitrophes.
Crédits © Ifao, relevé P. Deleuze
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 9
Légende Wâdi al-Hammâmât. Céramique de Basse Époque et d’époque ptolémaïque.
Crédits © Dessins P. Ballet ; infographie Kh. Zaza et A. Simony
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 10
Légende Wâdi al-Hammâmât. Céramique du Haut-Empire.
Crédits © Dessins P. Ballet ; infographie Kh. Zaza et A. Simony
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5181/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

Auteur

Professeure à l'université de Paris Nanterre, ArScAn (UMR 7041)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter