Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Carrières, ports et praesidia : approvisionnement et échanges dans le désert Oriental

Roberta Tomber

Texte intégral

  • 1 H. Cuvigny montre dans ce volume que l’appellation « Mons Porphyrites » n’est jamais mentionnée dan (...)

1Le présent article offre une synthèse des ensembles de vases en céramique découverts dans quatre sites-clés du désert Oriental : les carrières de Mons Claudianus, celles du Porphyrites1 et les ports de Myos Hormos (Qusayr al-Qadim) et Bérénice (Berenikè). D'autres sites mentionnés occasionnellement fournissent de précieuses comparaisons. La mise en série de ces contextes permet de déterminer comment la fonction du site influence l'approvisionnement en poteries et comment la poterie du désert Oriental peut être utilisée pour individualiser et mieux comprendre les échanges internes et externes et les réseaux commerciaux.

La typologie et la datation de la céramique du désert Oriental : les dépôts-clés

2La mise au point d'une typologie de la céramique et la datation des formes retrouvées dans le désert Oriental constituent les fondements de l'utilisation de la poterie pour étudier l’approvisionnement des sites et le commerce. Ce travail a débuté par l’étude du Mons Claudianus et il a été élargi en utilisant des contextes caractéristiques découverts sur les autres sites.

Mons Claudianus (fouilles conduites par l'Institut français d'archéologie orientale sous la direction de J. Bingen, entre 1987 et 1993)

3Le Mons Claudianus est un site exceptionnel, même selon les standards de l'archéologie égyptienne, à cause du grand nombre d'ostraca qu’il a livré. Plus de 9000 ont été mis au jour parmi lesquels environ 220 portaient une date (J. Bingen, H. Cuvigny et V. Maxfield, communication personnelle).

4Leur présence, associée parfois à des pièces de monnaies et à des inscriptions a fourni un cadre chronologique solide à la typologie de la céramique. Le Mons Claudianus et « l’Hydreuma » situé à proximité furent occupés entre le milieu du ier et le début du iiie siècle de notre ère comme le montrent les travaux de Maxfield et Peacock (2001, pp. 423-455) et de Tomber (2006, pp. 194-196). Certains ensembles cruciaux pour caractériser les changements dans la typologie céramique sont présentés ici. Les contextes mentionnés dans le paragraphe ci-dessous n'incluent pas tous ceux qui ont été fouillés, mais seulement les plus homogènes pour lesquels la quantification a été publiée (Tomber 2006, pp. 218-236, pour une description des gisements voir Maxfield et Peacock 2001, passim).

  • 2 Deux monnaies de Probus (276-282) et d’Aurélien (269-275) trouvées dans le passage IX de la partie (...)

5Un groupe commençant au milieu du ier siècle a été créé à partir de deux dépotoirs (sebakh) situés à proximité de « l’Hydreuma » : le dépotoir Nord-Ouest (daté par un ostracon à partir de 68 après J.-C.) et le dépotoir Sud-Ouest. Sur le site du fort principal, des dépotoirs du règne de Trajan, de la fin du règne d’Hadrien, du règne d’Antonin et de l’époque sévérienne ont été individualisés. La période Trajane est représentée par les niveaux inférieurs du grand dépotoir sud (Sebakh Sud). L’état de conservation était exceptionnel, notamment pour les matières organiques, mais aussi pour la poterie, ce qui a permis une bonne caractérisation des formes de cette période. Les niveaux supérieurs de ce dépotoir ont été toutefois remaniés pendant le règne d'Antonin : ces couches contenaient principalement de la poterie du début du iisiècle mélangée avec des vases datés de la période Antonine. La céramique provenant de ces couches a donc été qualifiée de « Trajanic + » pour la distinguer de celle des niveaux intacts. Les types de vases utilisés à la fin du règne d’Hadrien ont été identifiés grâce à d’autres dépotoirs, notamment celui de l'Annexe Sud I, Salle 1. Les vases de l’époque antonine ont été trouvés dans la salle 1 de la partie ouest du fort, dans la salle 1 de la partie sud-est et dans le dépotoir (sebakh) nord-est du fort ainsi que dans le sebakh du site satellite de Barud. Les niveaux du début de la période sévérienne se trouvent dans le sebakh de la salle 4 de la partie sud-est du fort. L’ostracon sévérien le plus tardif (222 / 235) a été trouvé dans une couche de la porte principale (Maxfield et Peacock 2001, pp. 433)2. En pratique, il existe de nombreuses similitudes entre la céramique depuis la fin du règne d’Hadrien jusqu’aux Sévères et, si l’on généralise au-delà du Mons Claudianus, on constate que cet horizon céramique couvre la période du milieu du iie jusqu'au début du iiisiècle.

Porphyrites (fouilles conduites par les universités de Southampton et d'Exeter sous la direction de D.P.S. Peacock et V.A. Maxfield entre 1994 et 1998)

6Les contextes du Porphyrites couvrent la période comprise entre le début du ier et le début du ve siècle après J.-C. (Tomber 2001, pp. 242-243) ; ils permettent donc d’étendre la séquence établie au Mons Claudianus en amont et en aval. Dans le village de « Bradford », une inscription dédiée à Pan-Min portant la date de 18 après J.-C. (Van Rengen 1995, 2001 : 60-62) a permis l'identification des types de céramique utilisés au début du ier siècle (Tomber 2005) ; ils sont similaires à ceux trouvés dans le « Foot Village ». La poterie de nombreux dépotoirs (sebakh) et d’autres contextes entourant le fort principal incluait des éléments caractéristiques de la seconde moitié du iie siècle (Tomber 2007). Le dépotoir oriental (sebakh), formé de rejets d'une boulangerie, contenait 211 ostraca généralement complets relatifs à la fourniture de pain aux villages et aux avant-postes des carrières. La paléographie de ces ostraca permet de les dater de la fin de la première moitié du iiie siècle (Van Rengen 2007, pp. 409-411). Ce contexte légèrement plus tardif que les dépôts sévériens du Mons Claudianus montre que de nombreux types de céramique de la fin du iie siècle représentés dans le dépotoir oriental et plus largement au Porphyrites ont continué d’être utilisés jusqu’au milieu du iiisiècle. Un horizon postérieur, caractéristique de la fin du ive / début du ve siècle a été déterminé principalement grâce à la présence de types de poterie importés depuis la Méditerranée.

Myos Hormos / Qusayr al-Qadim (fouilles conduite par l'Université de Southampton sous la direction de D.P.S. Peacock et L. Blue entre 1999 et 2003)

7La chronologie du site fouillé à Myos Hormos s’étend de la fin du ier siècle avant J.-C. au milieu du iiie siècle après J.-C. (Peacock et Blue 2006, p. 174). Plusieurs monnaies ptolémaïques (Peacock 2011 [3], Sidebotham 2011 [1]) et quelques rares vases en céramique suggèrent que le site a été fondé plus tôt, mais les niveaux ptolémaïques étaient le plus souvent situés sous le niveau de la nappe phréatique dans la zone du quai, à un endroit où la fouille n'était pas réalisable. Au-dessus de la nappe phréatique, la fouille du quai et de la zone située à l’est du quai a livré d’importants dépôts de la fin de la période augustéenne (fin du ier siècle avant J.-C. / début ier siècle après J.-C.). En outre, une succession de (sebakh) couches de dépotoir (Tomber 2000, p. 154) a fourni des ensembles de poterie datés du début du ier siècle (Tranchées 6A, 6B, 6C, Van Rengen et Thomas 2006, p. 147), de la fin du ier - début iie siècle (Tranchées 6D, 6E, Van Rengen et Thomas 2006, p. 147) et à partir du milieu des iie dans le iiie siècle après J.-C. (Tranchées 6G, 6H, 6J, Van Rengen et Thomas 2006, p. 149). L’occupation vers le milieu du iiie siècle est indiqué par la présence d’amphores Dressel 30 d'Afrique du Nord (Tunisie) à fond plat (Tomber 2005, p. 154 ; voir aussi Tomber 2007, p. 178 pour une discussion supplémentaire). La diffusion de ce type est datée des iiie et ive siècles (Bonifay 2004, pp. 148-151). Une datation dans le iiisiècle est probable du fait du manque de poteries du ive siècle à Myos Hormos ; d’autre part l’absence de Dressel 30 au Mons Claudianus indique une date postérieure au milieu du iiie siècle.

Bérénice / Berenikè (Fouilles conduites par les Universités de Delaware, Leiden, UCLA et Varsovie / Centre Polonais d'Archéologie Méditerranéenne sous la direction de S. Sidebotham, W. Wendrich et I. Zych entre 1994 et 2015)

8Des deux grands ports de la Mer Rouge, Bérénice présente la séquence d’occupation plus longue, avec des dépôts allant du iiisiècle avant J.-C. au début du vie siècle après J.-C. La complexité stratigraphique des 112 tranchées qui ont été fouillées rend difficile la synthèse de la chronologie de la poterie. Cependant, un vaste dépotoir romain (sebakh), couvrant une grande partie de la zone située au nord-ouest du grand temple dit « de Sérapis », maintenant appelé « Great » (Barnard et Wendrich 2007, p. 15), a livré de gros ensembles d'ostraca (Bagnall et al. 2000, 2005 ; Ast et Bagnall 2016), de céramiques et de toutes autres catégories de trouvailles datés du troisième quart du ier siècle après J.-C. Des sebakh dépotoirs de l’Antiquité tardive ont également été fouillés mais ils sont moins vastes que celui du début de l’Empire : les tranchées 21 (Sidebotham 2000, pp. 120-134) et 59 (Sidebotham et Zych 2012, p. 140) ont fourni de beaux ensembles du ve siècle.D'autres contextes de Bérénice sont liés à des bâtiments et donnent des datations précises de productions ponctuelles, notamment dans le « temple du port » dont l’apport est exceptionnel pour l'occupation de l’Antiquité tardive (Sidebotham et Zych 2012, pp. 141-144).

Sélection de céramiques caractéristiques des sites du désert Oriental

9L'étude des poteries dans leurs contextes stratigraphiques a permis la datation de nombreux types de vases de toutes fonctions. Inévitablement, et particulièrement parmi la céramique égyptienne dont la tradition est très longue, certaines formes ont été produites durant des décennies, voire des siècles. D'autres, cependant, sont typiques d'une période spécifique : leur apparition a une grande valeur pour la datation. Certaines phases présentent des groupes de marqueurs caractéristiques, notamment la période entre le début et la fin du ier siècle ; celle entre le début et le milieu du iie siècle et celle de la fin du ive siècle et après.

10Les gargoulettes à filtre (fig. 1) sont une forme typiquement égyptienne. Les plus anciens exemplaires identifiés dans le désert Oriental se caractérisent par un rebord intérieur à partir du début du ier siècle après J.-C. Vers la fin du ier siècle après J.-C. et le règne de Trajan, le rebord s’est transformé en filtre couvrant l'ensemble de l’ouverture (Tomber 2006, p. 64) ; par la suite, ce filtre a souvent été enlevé, suggérant son inefficacité. Le filtre est utilisé tout au long de l’Antiquité tardive alors que le col en entonnoir devient commun (par exemple Tomber 2001, p. 250, fig. 6.2, n° 22).

Fig. 1

Fig. 1

Gargoulettes à filtre du Mons Claudianus (Tomber 2006, fig. 1.24).

© R. Tomber

11Les gourdes (fig. 2) sont particulièrement utiles pour la datation car elle apparaissent au Mons Claudianus seulement au cours de la période Antonine (Tomber 2006, p. 67). Cette diffusion a été repérée au Porphyrites, à Myos Hormos et à Bérénice, ainsi que dans les forts de la route Myos Hormos-Coptos (Brun 2003, p. 504). Leur intérêt dépasse leur utilité en tant que marqueurs chronologiques, car ces gourdes étaient utilisées comme petits conteneurs de transport. À l'instar des amphores, elles avaient à l'origine des bouchons et elles étaient enduites à l'intérieur d’un goudron noir pouvant provenir de plantes ou de minéraux (fig. 3). Bien que dans le cas des amphores, cet enduit est normalement associé au vin, quelques indices associent aussi les gourdes aux sauces de poisson, bien qu’il s’agisse peut-être d’une utilisation secondaire.

Fig. 2

Fig. 2

Gourdes du Porphyrites (Tomber 2007b, fig. 6.5).

© R. Tomber

Fig. 3

Fig. 3

Gourdes de Myos Hormos avec leurs bouchons intacts.

© R. Tomber

12Au Mons Claudianus, on a trouvé une gourde enduite contenant des poissons du Nil utilisés pour fabriquer des salaisons (Van Neer et al. 2006, fig. 2, où les images sont inversées, Tomber 2006, p. 67), tandis qu'à Myos Hormos un dépôt semblable d'os de poisson semble provenir d’un de ces conteneurs (Van Neer et al. 2006 ; Tomber 2006, p. 67). Un troisième ensemble d'os de poisson du Nil, provenant d’un produit à base de poisson mais pas nécessairement salé, a été trouvé dans un fragment d'amphore en pâte alluviale, au Mons Claudianus (Van Neer et al. 2006). La corrélation entre les os de poissons du Nil et les gourdes est certes ténue au Mons Claudianus, mais le site de Petra fournit un exemple de gourde tardive, du ive / début ve siècle, qui contenait de la sauce de poisson de la mer Rouge – du garum ou de l’hallec (Studer 1994).

13Il est rare que les gourdes portent, comme des amphores, une inscription sur l’épaule. Quelques exemples viennent de Myos Hormos : ΤΝθ, soit le numéro 359 (fig. 4, à gauche : O.636) ; Κ fragmentaire sous la poignée et dipinto illisible sur l'épaule (fig. 4, au milieu : O.578) ; ΛΜ, probablement le nom Am(monios) ou une variante (fig. 4, à droite, sans numéro d'enregistrement) (W. Van Rengen, communication personnelle).

Fig. 4

Fig. 4

Gourdes de Myos Hormos portant des inscriptions sur l’épaule.

© R. Tomber

14Les vases à paroi fine fabriqués à Assouan se rencontrent au Mons Claudianus tout au long de la période, mais leur décoration évolue. Les exemplaires les plus anciens, courants jusqu’à la période Trajane, sont caractérisés par une décoration à la barbotine (fig. 5), tandis que la décoration peinte, sur une gamme de formes différente, apparaît vers la fin du règne d’Hadrien (fig. 6 ; Tomber 2006, pp. 25-26).

Fig. 5

Fig. 5

Gobelets à paroi fine du Mons Claudianus avec décor à la barbotine fabriqués à Assouan (Tomber 2006, fig. 1.7).

© R. Tomber

Fig. 6

Fig. 6

Gobelets à paroi fine du Porphyrites avec décor peint fabriqués à Assouan (Tomber 2007b, fig. 6.1).

© R. Tomber

15De nombreuses formes de pots et de casseroles en céramique culinaire eurent une longue durée de fabrication mais, à partir du milieu du iie siècle, les marmites côtelées prédominent. Les marmites à paroi mince sont également caractéristiques de cette période (fig. 7 ; Tomber 2006, pp. 203-204). La tendance à tourner des vases côtelés se poursuit tout au long de l’Antiquité tardive et, s’il faut préciser la fin de la production, les types représentés sur la fig. 7 pourraient être fabriqués au moins jusqu’au ivsiècle (Tomber 2001, p. 243).

Fig. 7

Fig. 7

Céramiques culinaires du iisiècle trouvées au Porphyrites (Tomber 2007b, figs. 6.7 et 6.10).

© R. Tomber

16Les plats en pâte marneuse côtelés (fig. 8), suffisamment minces pour être attribués à une classe de céramique à paroi fine, ont d' abord été identifiés au Porphyrites où ils étaient rares ; mais une datation à partir du milieu du iie siècle et au-delà a été proposée (Tomber 2007, p. 195). Leur présence dans les couches tardives de Bérénice peut indiquer qu'ils ont continué à être utilisés aux ive et ve siècle à moins qu’ils ne soient résiduels.

Fig. 8

Fig. 8
  • 3 Ψεν[ est le début d’un nom égyptien. On ne doit pas attendre la préposition εἰς (« à », au sens de (...)

Plats côtelés en céramique marneuse du Porphyrites (Tomber 2007b, fig. 6.9). L’inscription peinte en rouge sur le n° 101 se lit : ]εις Ψεν[ (]eis Psen[)3.

© R. Tomber

17L'évolution de l’amphore égyptienne 3 (AE3) a été présentée ailleurs (Tomber 2007a). La distinction entre les exemplaires à paroi lisse ou côtelée est significative. En effet les amphores côtelées qui ont pu être produites dès ier siècle, augmentent sensiblement à partir de la période Antonine (fig. 9 ; Tomber 2006, p. 205 et tableau 1.15). L’absence à Bérénice d’amphores cannelées AE3 et d'autres types classiques du iisiècle et leur présence à Myos Hormos, suggèrent que ce dernier était plus actif que Bérénice au cours du iisiècle. Ailleurs dans le désert Oriental, un contexte des iie- iiie siècles incluant en particulier des Dressel 30 d’Afrique (fig. 10), a été isolé sur le site d’extraction des émeraudes appelé Kab Marfu'a (région du Mons Smaragdus ; figs. 11-12).L’apparition de petites amphores en pâte alluviale est caractéristique de la fin du ive siècle (fig. 13).

Fig. 9

Fig. 9

Amphores en pâte alluviale du iie siècle, trouvées au Mons Claudianus et à Myos Hormos (Tomber 2007a, fig. 3).

© R. Tomber

Fig. 10

Fig. 10

Amphores Dressel 30 de Myos Hormos et de Kab Marfu'a (Tomber 2009, fig. 2).

© R. Tomber

Fig. 11

Fig. 11

Bords d’amphores Dressel 30 de Kab Marfu'a.

© R. Tomber

Fig. 12

Fig. 12

Anses d’amphores Dressel 30 de Kab Marfu'a.

© R. Tomber

Fig. 13

Fig. 13

Amphores romaines tardives en pâte alluviale du Porphyrites (Tomber 2007b, fig. 6.13).

© R. Tomber

18Des lacunes subsistent sur la période allant du milieu du iiie au milieu du ive siècle car les niveaux de cette époque sont rares à Bérénice. Certains types d’amphores apparus à la fin du iie - début du iiie siècle continuent à être produits durant tout le siècle, comme l’amphore égyptienne à haut pied et certaines amphores sont importées incluant les formes africaines et l’amphore à pied creux (Kapitän 2). Un autre marqueur possible de la fin du iii-début du ive siècle pourrait être la céramique vernissée turquoise de Mésopotamie (Kennet 2004, pp. 21-31). Dès la fin du ive siècle, les contextes sont souvent bien datés par les importations. Sur les quatre sites étudiés, seule Bérénice est encore occupée après le début du ve siècle et l'absence de Late Roman Amphora 2, de sigillée phocéenne et des formes tardives de sigillées claires africaines et chypriotes indique que l'occupation de Bérénice ne s’est pas prolongée au-delà du début du vie siècle.

Comparaison des contextes

  • 4 Les pourcentages varient quelque peu selon la méthode de quantification par poids de tessons ou par (...)

19Au Mons Claudianus, les amphores représentent respectivement 40 %, 68 %, 70 %, 73 % et 76 % (x2) du total de la céramique dans les ensembles datés (Tomber 2006, tableau 1.4). Ces pourcentages ne sont pas surprenants étant donné que la plupart des liquides étaient apportés sur le site dans amphores, complétées par des conteneurs plus petits, tels que les gourdes et, probablement, les contenants en cuir. Le pourcentage le plus bas (40 %) est donné par le contexte de « l’Hydreuma » ; il pourrait s’expliquer par la courte durée d'occupation de ce site. Ailleurs, dans les ports (Hayes 1996, tableaux 6-1, 6-5, 6-6 ; Tomber 1999, tableau 5-1 ; Tomber sous presse b ; Tomber inédit), sur la route Coptos-Myos Hormos (Krokodilô / al-Muwayh, Maximianon / al-Zarqâ) et sur celle de Coptos - Bérénice (Didymoi / Khashm al-Minayh) (Brun 2003, 2007), les amphores représentent un pourcentage égal ou supérieur au reste de la céramique4.

20La plupart des amphores proviennent d’Égypte et les amphores importées ne forment qu’une faible partie du total. Bien que Brun (2007, p. 522), citant Athénée de Naukratis, ait rappelé que certains vins égyptiens avaient une bonne réputation (outre le vin de Maréotide, connu pour être de bonne qualité), les vins importés devaient représenter des produits de meilleure qualité et d’un statut plus élevé. C'est parmi les amphores importées que les plus grandes différences peuvent être notées entre les ports, les carrières et les sites routiers (tableau 1).

21À Mons Claudianus, on trouve un large éventail d’importations, analogue à celui des ports méditerranéens de cette époque (fig. 14 ; Tomber 1996), mais leur proportion est faible, ne représentant que 1,0 à 2,5 % du total (Tomber 2006, tableau 1.14). Au Porphyrites, les amphores importées sont en moindre proportion – en partie en raison de l'absence de fouille de contextes du ier siècle, mais durant l’Antiquité tardive, la gamme des importations est présente : Late Roman Amphora 1 (Cilicie / Chypre) et Late Roman Amphora 4 (Gaza) (Tomber 2001, p. 244). Dans les praesidia routiers, on constate, de même, que les importations représentent de 1 à 2 % selon les contextes (Brun 2007).

Fig. 14

Fig. 14

Amphores importées au Mons Claudianus (Tomber 1996, pp. 43-45, fig. 3, avec note de V.A. Maxfield).

© R. Tomber

  • 5 Les hauts pourcentages d’amphores importées que l’on constate durant l’Antiquité tardive ne sont pa (...)

22Il n'est pas surprenant que les ports de Bérénice et de Myos Hormos, implantés pour faciliter le commerce avec l'Orient, montrent d’une part une gamme bien plus large, reflétant en partie leurs séquences chronologiquement plus longues que celle des sites du désert, et d’autre part une plus forte proportion d’importations (tableau 1). Bien que dans certains contextes, les importations ne représentent que 4-5 % du total, il n'est pas rare de voir cette proportion atteindre 15 % et même, durant l’Antiquité tardive, 45 %5. La grande variabilité des contextes, bien que toujours plus grande dans les autres types de sites, nécessite une évaluation de leur fonction, contexte par contexte.

23Dans l'ensemble, les importations plus élevées reflètent la fonction portuaire où les amphores servaient à consommation locale et à l'exportation, contrairement aux carrières où les livraisons étaient entièrement destinées à la consommation. Les amphores jetées dans les praesidia ont aussi contenu des denrées consommées sur place, bien que les marchandises destinées à Myos Hormos et à Bérénice soient passées par ces postes militaires.

  • 6 L’horizon R1 (27 % d’amphores importées), datant du milieu du ier siècle avant J.-C., ne peut pas ê (...)

24Coptos était le port fluvial et le principal marché pour tous les trafics passant à travers le désert Oriental et la mer Rouge pour la plus grande partie de la période romaine ; le tableau des amphores trouvées sur place contraste cependant avec ceux des ports de la mer Rouge. Avec des variations tout au long de sa longue séquence chronologique, la proportion des amphores atteint à peine 32 % de la céramique (Herbert et Berlin 2003, p. 134) ; les amphores importées représentent entre 1 % et 27 % du total des amphores au cours des périodes romaines R1a (27 %), R1b (11 %), R2 (2 %), R3 (1 % ), R4 (2 %) (Lawall 2003, p. 159, tableau 1)6. Comme Lawall l’a expliqué, les écarts entre Coptos et Bérénice reflètent leurs différences de fonction à l’intérieur du système commercial de l’Égypte, mais aussi le manque de contextes comparables notamment pour la période R1b (fin ier siècle avant J.-C. - ier siècle après J.-C.) (Lawall 2003, pp. 159-160).

25La régularité de l'offre est un facteur important qui peut influer sur les pourcentages relatifs de différents types d'articles, mais elle est extrêmement difficile à évaluer. La pénurie d'approvisionnement, entre autres facteurs, est une explication de l’existence de céramiques retaillées au Mons Claudianus et, dans une moindre mesure, au Porphyrites (Tomber 2011) et sur les sites routiers (J.-P. Brun, communication personnelle), alors qu’on n’en trouve pas dans les ports. Cette pratique suggère que la fourniture en vaisselle de table et de cuisine était insuffisante dans les carrières, en particulier au Mons Claudianus du iie siècle et plus. Les amphores de vin, en tant que récipients de denrées alimentaires, continuaient à être régulièrement livrées ; elles étaient donc abondantes et pouvaient être retaillées pour remplacer d’autres types de vases. De par leur nature, les ports ont reçu un approvisionnement régulier de tous les types de céramique rendant inutile le remploi des amphores et autres vases.

26Les amphores des ports de la mer Rouge témoignent à la fois de la consommation et de l'exportation. La consommation sur place de produits contenus dans les amphores est démontrée par le quai de Myos Hormos réalisé avec des amphores (Peacock et Blue 2006, Blue 2018) : des centaines de conteneurs vides, généralement intacts, ont été utilisés pour consolider la zone du quai. Les amphores utilisées pour cet usage sont principalement des amphores égyptiennes AE3 et des Dressel 2-4 de Campanie contenant du vin. Ces derniers correspondent très probablement aux conteneurs nommés Italika dans les documents commerciaux, y compris le Périple de la Mer Erythrée (Casson 1989) et les ostraca de Bérénice (Bagnall et al., 2000) ; elles faisaient l’objet d’un commerce vers l’est, de l'Égypte à l'Inde (fig. 15).

Fig. 15

Fig. 15

Distribution des Italika sur les principaux sites autour de l’Océan Indien.

© R. Tomber, A. Simpson

27Une autre amphore vinaire Dressel 2-4 est mentionnée dans ces mêmes documents et dans l'archive de Nicanor (Fuks 1951) sous le nom de Ladikena, désignant probablement un conteneur fabriqué en Cilicie orientale et exporté par le port de Laodicée ad Mare (Tomber 1998). Une Dressel 2-4 de Myos Hormos à pâte de Cilicie orientale, porte une étiquette peinte indiquant un envoi de Publius à Herakleitos et mentionnant Miresis, un des fils de Nicanor (fig. 16).

Fig. 16

Fig. 16

Amphore Dressel 2/4 de Miresis trouvée à Myos Hormos (gauche : R. Tomber ; droite : W. Van Rengen).

© R. Tomber, W. Van Rengen

28Miresis joua un rôle notable dans le commerce entre Coptos et les portes durant la période 41-62 après J.-C. (Van Rengen 2003, O. 0741).

Tableau 1

Site

Fonction du site

Amphores importées en %

Référence

Mons Claudianus

Carrière

1,0-2,5 %

Tomber 2006 : tab. 1-4**

Myos Hormos

Port maritime

5-15 %

Tomber, non publié (4 dépôts)*

Bérénice

Port maritime

4-13 %

Hayes 1996 : tab. 6-1* ; Hayes 1996 : tab. 6-5** ; Tomber 1999 : tab. 5-1.*

Krokodilô

Praesidium

2 %

Brun 2007, pp. 516-517*

Maximianon

Praesidium

1 %

Brun 2007, pp. 517-519*

Didymoi

Praesidium

1,5 %

Brun 2007, p. 507*

Coptos

Port fluvial

1-11 %

Lawall 2003, tab. 1*

Quantités relatives d'amphores importées par rapport au total des amphores.
* = Par comptage ; ** par poids

29Moins de statistiques sont disponibles pour les contextes incluant la vaisselle fine, mais il est clair que leur pourcentage est nettement plus faible que celui des amphores. Par exemple, au Mons Claudianus, les céramiques fines représentent entre 2 et 4 % du total de la céramique (Tomber 2006, tableau 1.4, voir aussi Hayes 1996, tableau 6-3 ; Tomber 1999, tableau 5-1). Des données supplémentaires sont nécessaires avant de généraliser ; il apparait, cependant, la gamme de la vaisselle fine est nettement plus large dans les ports que dans les carrières ou praesidia. À Coptos, la vaisselle fine représente entre 0 % et 11 % du total au cours de la période romaine (Herbert et Berlin 2003, p. 134).

  • 7 La faïence semble absente des contextes publiés par Berlin à Coptos (Herbert et Berlin 2003). Pour (...)
  • 8 Quelques vases glaçurés d’origine incertaine ont été identifiés à Xèron Pelagos sur la route de Cop (...)

30La faïence et la vaisselle à paroi fine fabriquées en Égypte, ainsi que les sigillées importées, sont présentes dans presque tous les sites7. En revanche, les rares vases nabatéens et autres céramiques à paroi fine importées ne se trouvent qu’à Bérénice, Myos Hormos et à Didymoi (Brun 2011, p. 119 et fig. 202, n° 1). Des céramiques glaçurées faisant partie des productions dérivées de celles de Tarse (fig. 17 ; Hochuli-Gysel 2002) et des vases glaçurés Partho-sassanides (fig. 18) sont présents dans les ports maritimes8 ; les seconds y sont probablement parvenus par l’intermédiaire des ports de l’Arabie du Sud, Kanè / Qana et Moscha Limên / Khor Rori (Tomber sous presse a).

Fig. 17

Fig. 17

Vases glaçurés de Tarse trouvés à Bérénice (gauche : R. Tomber ; droite : T. Witkowska).

© R. Tomber, T. Witkowska

Fig. 18

Fig. 18

Vases glaçurés sassanides trouvés à Bérénice (gauche : R. Tomber ; droite : T. Witkowska).

© R. Tomber, T. Witkowska

31D'autres marchandises non originaires du monde romain sont caractéristiques des ports de mer où des séries de céramiques fines, de vases culinaires et de jarres de stockage fabriqués en Inde, en Arabie du Sud et en Afrique Orientale ont été découvertes. Par exemple, à Bérénice, les pots de cuisson indiens représentent jusqu'à 9 % de la poterie commune dans certains contextes du ier siècle après J.-C. (figs. 19-21 ; Begley et Tomber 1999, p. 180).

Fig. 19

Fig. 19

Pots à cuire indiens trouvés à Myos Hormos et à Bérénice (Tomber 2008, fig. 6).

© R. Tomber

Fig. 20

Fig. 20

Céramiques communes indiennes trouvées à Myos Hormos.

© R. Tomber

Fig. 21

Fig. 21

Céramique culinaire indienne d’Arikamedu, Inde (R. Tomber, avec l’aimable autorisation du Pondicherry Museum).

© R. Tomber

32Des vases analogues peuvent être trouvés occasionnellement le long des routes et à Coptos même, mais en trop petit nombre pour affecter la composition des contextes. Un vase indien et des jarres de stockage sud-arabique ont été trouvés à Vetus Hydreuma / Wâdi Abu Greiya, première étape en venant de Bérénice (Fort 5, Sidebotham et Gates 2018). À Didymoi, près de Coptos sur la route Coptos-Bérénice, un pot indien (J.-P. Brun, communication personnelle) a été trouvé et, dans une couche de surface, un pot fabriqué à Axoum (Brun 2015). Dans la ville de Coptos elle-même, des plats roulettés indiens (rouletted ware) ont été identifiés (Elaigne 1999). Enfin, une pièce de monnaie indienne (Chera) a été trouvée dans le fort de Dios / Abu Greiya sur la route Coptos-Bérénice (H. Cuvigny, communication personnelle ; la pièce Chera a été identifiée par O. Bopearachchi). Ces rares trouvailles proviennent uniquement des routes commerciales qui relient la vallée aux ports et aucune céramique non originaire du monde romain n’a été identifiée jusqu’à présent dans des lieux aussi éloignés qu’Alexandrie. Des carrières telles que Mons Claudianus et le Porphyrites, situées sur un réseau routier différent, bien que convergeant également vers la région de Coptos, n’ont apparemment pas livré de céramique non romaine.

33La distribution des conteneurs de transport, tels que les amphores et les pots de stockage, peut être facilement comprise comme le reflet du commerce des marchandises, mais d'autres types de vases, comme les pots à cuire indiens, peuvent avoir été des biens personnels apportés en particulier pour l'usage des communautés étrangères établies dans les ports de la mer Rouge pour commercer. Ces pratiques permettaient aux marchands et aux marins de maintenir des traditions culinaires familières à la fois à bord des navires et au port. C’est pour cette raison que la chute brutale de la proportion de la proportion de ces vases signifie que ces populations étrangères ont quitté les ports.

34Parallèlement à la céramique, des tendances analogues peuvent être décelées à partir des restes archéobotaniques. Le poivre noir de l'Inde est très courant dans les ports de mer : on en trouve abondamment dans de nombreux niveaux de Bérénice (Cappers 2006, pp. 114-116, voir aussi Van der Veen 2011, pp. 41-46 pour de moindres quantités à Myos Hormos), ce qui démontre qu'il a été consommé dans le port. Inversement, le poivre était rare au Mons Claudianus (2 grains de poivre – Van der Veen 2001, p. 199) et absent au Porphyrites (Van der Veen 2007, p. 96). Bien qu'il soit absent des routes Myos Hormos-Coptos et Berenikè-Coptos (M. Van der Veen, communication personnelle, Van der Veen 2018), quatre ostraca confirment que du poivre a été consommé à Didymoi (O.Did. 327, 328, 364, 399) : il a été commandé par des lettres privées et il a été fourni à des individus sur leur demande (Bülow-Jacobsen 2012).

Routes du désert et approvisionnement

35Les études réalisées ces dernières décennies ont montré qu’il existait des réseaux d’échanges pour approvisionner les sites du désert Oriental, pour exporter des marchandises égyptiennes et méditerranéennes à partir des ports de la mer Rouge et pour l'importation de marchandises orientales transportées vers l'ouest jusqu’à Coptos. Dans tout le désert, le transit des marchandises et des personnes sur ces réseaux routiers était strictement contrôlé. Des laissez-passer et des reçus indiquent qu’il était interdit de vendre les marchandises avant leur destination finale, bien qu'il soit probable qu’il y ait eu des exceptions, légales ou non (Tomber 2006, p. 214).

36La livraison de denrées alimentaires et autres produits essentiels (y compris la vaisselle) aux carrières incluait des rations officielles complétées par des articles généralement originaires de la vallée du Nil qui avaient fait l’objet de commandes. Des mécanismes similaires existaient pour l’approvisionnement des praesidia et les ostraca trouvés dans ces derniers indiquent que le ravitaillement différait selon qu’il était destiné aux militaires ou aux civils, et aussi que les marchandises circulaient entre les praesidia (Cuvigny 2012, p. 6). Les ports maritimes avaient également besoin d’être ravitaillés et il semble que ces livraisons aient été distinctes du transport des marchandises d'importation et d'exportation (Ibid., 6-7). Les textes les plus instructifs sur les marchandises destinées à l'exportation proviennent des archives de Nicanor (Fuks 1951) et des ostraca de Bérénice plus récemment publiés (Bagnall et al. 2000, 2005).

37Pour cet article, les produits transportés dans les amphores et les autres petits récipients contenant des denrées alimentaires ou de l’huile non destinée à la cuisine sont les plus pertinents. Les rations auraient principalement été constituées de produits égyptiens ; en effet la majeure partie des amphores trouvées dans le désert Oriental ont été fabriquées dans la vallée du Nil. Si l’on admet le principe que les marchandises importées étaient plus coûteuses que les marchandises égyptiennes, les conteneurs importés, en bien plus petit nombre, pourraient correspondre à des achats spéciaux ou des demandes du personnel militaire ou des personnages d’un haut statut social. Malgré leur rareté, les amphores importées au Mons Claudianus et dans les praesidia sont remarquables par leur diversité. Globalement, cette diversité reflète l'activité intensive de la région générée à la fois par le commerce d'outre-mer et l'exploitation minière ainsi que par la demande des militaires stationnés dans les sites du désert (Tomber 2006, pp. 212-215).

38En revanche, les proportions toujours supérieures d'amphores arrivées à Myos Hormos et à Bérénice doivent refléter le commerce outre-mer mais, comme on l'a vu plus haut, les produits qu’elles contenaient étaient régulièrement consommés. Le flux de marchandises orientales et occidentales aurait facilité l’accès des habitants des ports à ces produits. Par comparaison, les contextes de Coptos sont plus variables, mais pour la plupart, ils ressemblent plus à ceux des praesidia et des carrières qu’à ceux des ports maritimes, ce qui confirme que la plupart des amphores trouvées à Myos Hormos et à Bérénice étaient d'abord et avant tout le reflet des exportations. Ces conteneurs de vins, Italika et Ladikena, sont souvent mentionnés dans les documents commerciaux (p. Ex. Bagnall et al. 2000, pp. 16-18) offrent un soutien supplémentaire. En revanche, dans les lettres privées, le vin n'apparait que rarement (par exemple O.Did. 334, 364) et les types de conteneurs encore moins souvent (par exemple O.Did. 419 pour le vin de Laodicée, Bülow-Jacobsen 2012).

39Les marchandises importées d’Orient, transitant vers Coptos et aboutissant à Alexandrie, sont mieux connues. Si l’on utilise le poivre comme guide, on constate que des quantités importantes ont été consommées à Myos Hormos et Bérénice mais peu dans les carrières et les praesidia. Il est évident qu'en dépit de la taxe du quart (tetartè) prélevée sur les marchandises orientales, il était relativement aisé de consommer des produits orientaux dans les ports eux-mêmes, mais cela était nettement plus difficile en dehors des ports.

40Une inscription récemment découverte à Bérénice indiquant l’existence d’un entrepôt (pour les épices) a renforcé l'hypothèse avancée par Cuvigny que certains impôts étaient prélevés à Bérénice pour faciliter l’approvisionnement des marchés locaux en marchandises orientales (Ast et Bagnall 2015, p. 182 ; Cuvigny 2005, p. 15). Ast et Bagnall avancent en outre que les marchandises orientales, rares sur les routes du désert, pourraient déjà avoir été payé les taxes à Bérénice à moins qu’elles ne représentent une forme de « coulage » (Ast, Bagnall 2015, pp. 182-183 ; Bülow-Jacobsen 2012 : O.Did. 323, n° 10). Il se peut que des pratiques analogues aient été établies à Coptos pour les marchandises qui transitaient à travers le désert dans la direction opposée.

41L’enquête présentée ici souligne les constantes différences entre les proportions d’amphores importées dans les ports fluviaux et maritimes, les carrières et les sites routiers. Ces données complètent ce que nous savons grâce aux ostraca sur l'approvisionnement du désert Oriental. L’analyse et la publication de données supplémentaires sur les contextes céramiques permettront une meilleure évaluation de la fonction de chaque contexte et l’archéologie compléter la reconstitution des différents réseaux d'approvisionnement actifs dans cette région.

Remerciements

42Valérie Maxfield et Hélène Cuvigny ont aimablement lu le brouillon de cet article et je leur suis reconnaissante pour leurs commentaires extrêmement utiles. Un grand merci aussi à Wilfried Van Rengen pour les informations sur les gourdes et l'amphore de Miresis trouvées à Myos Hormos ; à Jean-Pierre Brun pour m’avoir fourni des données non publiées sur les praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice ; à Marijke Van der Veen pour des informations non publiées sur les preuves archéobotaniques ; à Hélène Cuvigny pour sa lecture de l'inscription de la fig. 8, n° 101. De nombreuses illustrations extraites de publications antérieures sont l'œuvre de Graham Reed, Seán Goddard, Penny Copeland et Julian Whitewright, cités dans les publications originelles. Les illustrations utilisées dans cet article ont été préparées pour la présentation numérique par Antony Simpson. Ce travail de synthèse n'a été possible que grâce à ma participation aux fouilles du Mons Claudianus, du Porphyrites, de Myos Hormos et de Bérénice. Je remercie tous les directeurs et les équipes de fouille, mais surtout David Peacock, pour son invitation à rejoindre l'équipe de Mons Claudianus, qui m'a ouvert les portes du désert Oriental.

Bibliographie

  

Ast R. et Bagnall R.S., « The receivers of Berenike. New inscriptions from the 2015 season », Chiron, 45, 2015, 171-185.

Ast R. et Bagnall R.S., Documents from Berenike III: Greek and Latin Texts from the 2009-2013 Seasons, Papyrologica Bruxellensia, 36, 2016.

Bagnall R.S., Helms C. et Verhoogt A.M.F.W., Documents from Berenike I: Greek Ostraca from the 1996-1998 Seasons, Papyrologica Bruxellensia, 31, 2000.

Bagnall R.S., Helms C. et Verhoogt A.M.F.W., Documents from Berenike II: Texts from the 1999-2001 Seasons, Papyrologica Bruxellensia, 33, 2005.

Barnard H. et Wendrich W.Z., « Survey of Berenike », in S.E. Sidebotham et W.Z. Wendrich (éds.), Berenike 1999/2000 Report on the Excavations at Berenike, including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, CA, Cotsen Institute of Archaeology, University of California, 2007, 4-21.

Begley V. et Tomber R., « Indian pottery sherds from Berenike », in S.E. Sidebotham et W.Z. Wendrich (éds.), Berenike '97. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Eastern Desert, including Excavations at Shenshef (Research School of Asian, African, and Amerindian Studies (CNWS) Spec. Ser. 4), Leiden, Leiden University, 1999, 161-181.

Blue L., « Le port de Myos Hormos et le commerce indo-romain », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5150.

Bonifay M., Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique (BAR S1301), Oxford, Archaeopress, 2004.

Brun J.P. « Typologie de la céramique: un apercu », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Vol 2. (FIFAO 48/2), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2003, 503-512.

Brun J.P., « Amphores égyptiennes et importées dans les praesidia romains des routes de Myos Hormos et de Bérénice », CCE, 8, 2007, 505-523.

Brun J.P., « Le dépotoir », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Vol. 1. Les fouilles et le matériel (FIFAO 67/1), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2011, 105-155.

Brun J.P., « Une vase fabriqué à Aksoum découvert dans le praesidium de Didymoi (Désert Oriental d’Égypte) », Bulletin de Liaison de la Céramique Égyptienne, 25, 2015, 323-329.

Bülow-Jacobsen A., « Private letters », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Vol. 2. Les textes (FIFAO 67/2), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2012, 233-399.

Cappers R.T.J., Roman Foodprints at Berenike. Archaeobotanical Evidence of Subsistence and Trade in the Eastern Desert of Egypt (Cotsen Institute of Archaeology Monograph 55), Los Angeles, CA., Cotsen Institute of Archaeology, University of California, 2006.

Casson L., The Periplus Maris Erythraei. Text with Introduction, Translation and Commentary, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1989.

Cuvigny H., Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation. (O.Krok. 1-151). Praesidia du désert de Bérénice II (FIFAO 51), Le Caire, Institut français d'archéologie orientale, 2005.

Cuvigny H., Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Vol. 2. Les textes (FIFAO 67/2), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2012.

Cuvigny H., « La toponymie du désert Oriental égyptien sous le Haut-Empire d'après les ostraca et les inscriptions », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5154.

Elaigne S., « Northern Black Polished Ware from Coptos », poster présenté à la European Association of South Asian Archaeologists, Leiden, 1999.

Fuks A., « Notes on the archive of Nicanor », Journal of Juristic Papyrology, 5, 1951, 207-216.

Hayes J.W., « The pottery », in S.E. Sidebotham et W.Z. Wendrich (éds.), Berenike 1995. Preliminary Report of the Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert (Research School of Asian, African, and Amerindian Studies (CNWS) Spec. Ser. 2), Leiden, Leiden University, 1996, 147-178.

Herbert S.C. et Berlin A., Excavations at Coptos (Qift) in Upper Egypt, 1987-1992 (JRA Suppl. Ser. 53), Portsmouth, R.I., Journal of Roman Archaeology, 2003.

Hochuli-Gysel A., « La céramique à glaçure plombifère d’Asie Mineure et du bassin méditerranéen oriental (du ier s. av. J.-C. au ier s. ap. J.-C.) », in F. Blondé, P. Ballet et J.-F. Salles (éds.), Céramiques hellénistiques et romaines. Productions et diffusion en Méditerranée orientale (Chypre, Égypte et côte syro-palestinienne) (TMO 35), Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen, 2002, 303-319.

Kennet D., Sasanian and Islamic Pottery from Ras al-Khaimah: Classification, Chronology, and Analysis of Trade in the Western Indian Ocean (BAR S1248), Oxford, Archaeopress, 2004.

Lawall M., « Egyptian and imported transport amphoras », in S.C. Herbert et A. Berlin, Excavations at Coptos (Qift) in Upper Egypt, 1987-1992 (JRA Suppl. Ser. 53), Portsmouth, R.I., Journal of Roman Archaeology, 2003, 157-191.

Maxfield V.A. et Peacock D.P.S., Mons Claudianus 1987-1993. Survey and Excavations. Vol. II. Excavations Part 1 (FIFAO 43), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2001.

Peacock D.P.S., « Ptolemaic and Roman coins », in D. Peacock et L. Blue (éds.), Myos Hormos – Quseir al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Vol. 2. Finds from the Excavations 1999-2003 (University of Southampton Series in Archaeology 6, BAR S2286), Oxford, Archaeopress, 2011, 85-87.

Peacock D.P.S. et Blue L. (éds.), Myos Hormos – Quseir al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Vol. 1. Survey and Excavations 1999-2003, Oxford, Oxbow, 2006.

Sidebotham S.E., « The excavations », in S.E. Sidebotham et W.Z. Wendrich (éds.), Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat (Research School of Asian, African, and Amerindian Studies, CNWS, Spec. Ser. 4), Leiden, Leiden University, 2000, 3-147.

Sidebotham S.E., « Ancient coins from Quseir al-Qadim: the Oriental Institute, University of Chicago excavations 1978, 1980 and 1982 », in D.P.S. Peacock et L. Blue (éds.), Myos Hormos – Quseir al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Vol. 2. Finds from the Excavations 1999-2003 (University of Southampton Series in Archaeology 6, BAR S2286), Oxford, Archaeopress, 2011, 353-360.

Sidebotham S.E. et Gates-Foster J. (éds), The Archaeological Survey of the Desert Roads between Berenike and the Nile Valley: Expeditions by the University of Michigan and the University of Delaware to the Eastern Desert of Egypt, 1988-2015 (Archaeological Reports Series, American Schools of Oriental Research 26), Boston, MA., ASOR, sous presse 2018.

Sidebotham S.E. et Zych I., « Results of fieldwork at Berenike: a Ptolemaic-Roman port on the Red Sea coast of Egypt, 2008-2010 », in M.-Fr. Boussac, J.-Fr. Salles et J.B. Yon (éds.), Autour du Périple de la mer Érythrée (Topoi, Suppl. 11), 2012, 133-157.

Studer J., « Roman fish sauce in Petra, Jordan », in W. Van Neer (éd.), Fish Exploitation in the Past. Proceedings of the 7th meeting of the ICAZ Fish Remains Working Group (Annales du Musée Royal de l’Afrique Centrale, Sciences Zoologiques 274), Tervuren, Musée Royal de l’Afrique Centrale, 1994, 191-196.

Tomber R., « Provisioning the desert: pottery supply to Mons Claudianus », in D.M. Bailey (éd.), Archaeological Research in Roman Egypt, Journal of Roman Archaeology Suppl. Ser. 19, Ann Arbor, MI., 1996, 39-49.

Tomber R., « 'Laodicean' wine containers in Roman Egypt », in O. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and Early Byzantine Periods, Leiden, School of Asian, African, and Amerindian Studies, CNWS, 1998, 213-219.

Tomber R., « The pottery », in S.E. Sidebotham et W.Z. Wendrich (éds.), Berenike '97. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Eastern Desert, including Excavations at Shenshef (Research School of Asian, African, and Amerindian Studies, CNWS, Spec. Ser. 4), Leiden, Leiden University, 1999, 123-159.

Tomber R., « The Roman pottery », in D.P.S. Peacock L. Blue, N. Bradford et S. Moser, Myos Hormos – Quseir al-Qadim: A Roman and Islamic Port Site on the Red Sea Coast of Egypt. Interim Report, 2000, Southampton, Department of Archaeology, 2000, 53-56.

Tomber R., « Pottery », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock, The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Vol. 1. Topography and Quarries (EES Sixty-Seventh Excavation Memoir), Londres, Egyptian Exploration Society, 2001, 242-303.

Tomber R., « Living in the desert: mess kits from Mons Porphyrites », in N. Crummy (éd.), Image, Craft and the Classical World. Essays in Honour of Donald Bailey and Catherine Johns (Monographies Instrumentum 29), Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2005, 55-60.

Tomber R., « The pottery », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), Mons Claudianus 1987-1993. Survey and Excavations. Vol. III. Ceramic Vessels & Related Objects from Mons Claudianus, FIFAO 54, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2006, 1-236.

Tomber R., « Early Roman Egyptian amphorae from the Eastern Desert of Egypt: a chronological sequence », CCE, 8, 2007a, 525-536.

Tomber R., « Pottery from the excavated deposits », in D.P.S. Peacock et V.A. Maxfield, The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Vol. 2. Excavations (EES Eighty-Second Excavation Memoir), Londres, Egyptian Exploration Society, 2007b, 177-208.

Tomber R., Indo-Roman Trade: from Pots to Pepper, Londres, Duckworth, 2008.

Tomber R., « Imitation and diffusion – the case of Dressel 30 in Egypt », in J.H. Humphrey (éd.), Studies on Roman Pottery of the Provinces of Africa Proconsularis and Byzacena (Tunisia). Hommage à Michel Bonifay (Journal of Roman Archaeology Suppl. Ser. 76), Portsmouth, R.I., 2009, 151-156.

Tomber R., « Reusing pottery in the Eastern Desert of Egypt », in M.L. Lawall et J. Lund (éds.), Pottery in the Archaeological Record: Greece and Beyond (Gösta Enbom Monograph 1), Aarhus, Aarhus University Press, 2011, 107-116.

Tomber R., « Beyond the boundaries of the Periplus: the Persian Gulf route in the supply to Myos Hormos and Berenike », in C. Zazzaro et A. Manzo (éds.), Proceedings of the Red Sea Conference VII , Leiden, E.J. Brill, sous presse a.

Tomber R., « The late Roman dump from Trench 59 », in S.E. Sidebotham et I. Zych (éds.), Berenike 2010-2011. Report on Two Seasons of Excavations at Berenike, including Survey in the Eastern Desert and Reports on Earlier Work (Polish Centre of Mediterranean Archaeology Excavation Series 4), Warsaw, PCMA, sous presse b.

Van der Veen M., « The botanical evidence », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock, Mons Claudianus 1987-1993. Survey and Excavations. Vol. II. Excavations Part 1 (FIFAO 43), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2001, 175-246

Van der Veen M., Consumption, Trade and Innovation. Exploring the Botanical Remains from the Roman and Islamic Ports at Qusayr al-Qadim, Egypt (Journal of African Archaeology Mono. Ser. 6), Frankfurt, Africa Magna Verlag, 2011.

Van der Veen M., Bouchaud C., Cappers R. et Newton C., « Vie romaine dans le désert Oriental d’Égypte : Alimentation, puissance impériale et géopolitique », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques. 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5170.

Van der Veen M. et Tabinor H., « Food, fodder and fuel at Mons Porphyrites: the botanical evidence », in D.P.S. Peacock et V.A. Maxfield, The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Vol. 2. Excavations (EES Eighty-Second Excavation Memoir), Londres, Egyptian Exploration Society, 2007, 83-142.

Van Neer W., Hamilton-Dyer S., Cappers R., Desender K. et Ervycnk A., « The Roman trade in salted Nilotic fish products: some examples from Egypt, Documenta Archaeobiologiae, 4, 2006, 173-188.

Van Rengen W., « A new Paneion at Mons Porphyrites », Chronique d’Égypte, 70, 1995, 240-245.

Van Rengen W., « The inscription (from Bradford Village) », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock, The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Vol. 1. Topography and Quarries, (EES Sixty-Seventh Excavation Memoir), Londres, Egyptian Exploration Society, 2001, 60-62.

Van Rengen W. « The written material », in D.P.S. Peacock, L. Blue et S. Moser, Myos Hormos – Quseir al-Qadim. A Roman and Islamic Port Site. Interim Report, 2003, Southampton, Department of Archaeology, 43-44.

Van Rengen W., « The written evidence: inscriptions and ostraca », in D.P.S. Peacock et V.A. Maxfield, The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Vol. 2. Excavations (EES Eighty-Second Excavation Memoir), Londres, Egyptian Exploration Society, 2007, 397-411.

Van Rengen W. et Thomas R., « The sebakh excavations », in D. Peacock et L. Blue (éds.), Myos Hormos – Quseir al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Vol. 1. Survey and Excavations 1999-2003, Oxford, Oxbow, 2006, 146-154.

Notes

1 H. Cuvigny montre dans ce volume que l’appellation « Mons Porphyrites » n’est jamais mentionnée dans les sources antiques qui nomment le massif simplement « Porphyrites » (Cuvigny 2018).

2 Deux monnaies de Probus (276-282) et d’Aurélien (269-275) trouvées dans le passage IX de la partie sud-est du fort sont les objets datés les plus récents (Maxfield et Peacock 2001, p. 464). Deux tessons de sigillée claire africaine ont aussi été trouvés en surface dans le fort et dans ses environs; mais ils ne sont pas considérés comme des témoignages de l’occupation du fort (Tomber 2006, pp. 196-197).

3 Ψεν[ est le début d’un nom égyptien. On ne doit pas attendre la préposition εἰς (« à », au sens de vers un lieu) devant un nom de personne. De même on ne doit pas attendre un verbe à l’indicatif de la deuxième personne du singulier sur un bol. ]εις doit donc être la fin du nom d’une autre personne (faute d’orthographe pour ]ις) et donc Ψεν[ correspond au patronyme (H. Cuvigny, communication personnelle).

4 Les pourcentages varient quelque peu selon la méthode de quantification par poids de tessons ou par nombre minimum d’individus, mais les résultats sont à peu près comparables et ils sont toujours très élevés.

5 Les hauts pourcentages d’amphores importées que l’on constate durant l’Antiquité tardive ne sont pas commentés en détails ici car l’accent est mis sur les contextes du Haut Empire.

6 L’horizon R1 (27 % d’amphores importées), datant du milieu du ier siècle avant J.-C., ne peut pas être comparé avec les contextes contemporains de Myos Hormos et de Bérénice. Donc, il n’est pas inclus dans les comparaisons.

7 La faïence semble absente des contextes publiés par Berlin à Coptos (Herbert et Berlin 2003). Pour les données concernant les faïences et les sigillées des praesidia, je remercie J.-P. Brun.

8 Quelques vases glaçurés d’origine incertaine ont été identifiés à Xèron Pelagos sur la route de Coptos-Bérénice (J.-P. Brun, communication personnelle).

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Gargoulettes à filtre du Mons Claudianus (Tomber 2006, fig. 1.24).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2
Légende Gourdes du Porphyrites (Tomber 2007b, fig. 6.5).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 3
Légende Gourdes de Myos Hormos avec leurs bouchons intacts.
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 4
Légende Gourdes de Myos Hormos portant des inscriptions sur l’épaule.
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 5
Légende Gobelets à paroi fine du Mons Claudianus avec décor à la barbotine fabriqués à Assouan (Tomber 2006, fig. 1.7).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6
Légende Gobelets à paroi fine du Porphyrites avec décor peint fabriqués à Assouan (Tomber 2007b, fig. 6.1).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 7
Légende Céramiques culinaires du iisiècle trouvées au Porphyrites (Tomber 2007b, figs. 6.7 et 6.10).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 8
Légende Plats côtelés en céramique marneuse du Porphyrites (Tomber 2007b, fig. 6.9). L’inscription peinte en rouge sur le n° 101 se lit : ]εις Ψεν[ (]eis Psen[)3.
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 9
Légende Amphores en pâte alluviale du iie siècle, trouvées au Mons Claudianus et à Myos Hormos (Tomber 2007a, fig. 3).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 10
Légende Amphores Dressel 30 de Myos Hormos et de Kab Marfu'a (Tomber 2009, fig. 2).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 11
Légende Bords d’amphores Dressel 30 de Kab Marfu'a.
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 12
Légende Anses d’amphores Dressel 30 de Kab Marfu'a.
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 13
Légende Amphores romaines tardives en pâte alluviale du Porphyrites (Tomber 2007b, fig. 6.13).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 14
Légende Amphores importées au Mons Claudianus (Tomber 1996, pp. 43-45, fig. 3, avec note de V.A. Maxfield).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 15
Légende Distribution des Italika sur les principaux sites autour de l’Océan Indien.
Crédits © R. Tomber, A. Simpson
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 16
Légende Amphore Dressel 2/4 de Miresis trouvée à Myos Hormos (gauche : R. Tomber ; droite : W. Van Rengen).
Crédits © R. Tomber, W. Van Rengen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 17
Légende Vases glaçurés de Tarse trouvés à Bérénice (gauche : R. Tomber ; droite : T. Witkowska).
Crédits © R. Tomber, T. Witkowska
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 18
Légende Vases glaçurés sassanides trouvés à Bérénice (gauche : R. Tomber ; droite : T. Witkowska).
Crédits © R. Tomber, T. Witkowska
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 19
Légende Pots à cuire indiens trouvés à Myos Hormos et à Bérénice (Tomber 2008, fig. 6).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 20
Légende Céramiques communes indiennes trouvées à Myos Hormos.
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 21
Légende Céramique culinaire indienne d’Arikamedu, Inde (R. Tomber, avec l’aimable autorisation du Pondicherry Museum).
Crédits © R. Tomber
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5179/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Chercheuse au Département des céramiques du British Museum (Royaume-Uni)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter