Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Approvisionnement en combustible ligneux et en bois dans le désert Oriental d’Égypte à l’époque romaine

Charlène Bouchaud, Claire Newton, Marijke Van der Veen et Caroline Vermeeren

Texte intégral

Introduction

1L’approvisionnement en combustible et matière ligneuse constitue un enjeu majeur dans le désert Oriental égyptien en raison de la rareté des ressources boisées disponibles. Cette rareté, qui, nous allons le voir, est à nuancer, est directement liée au climat hyperaride en place depuis 6000 ans environ, comme le montrent les études paléo-climatiques réalisées localement – dans les montagnes de la mer Rouge (Butzer 1999 ; Moeyersons et al. 1999), à l’ouest du Nil (Bubenzer, Riemer 2007) – ou à l’échelle de la région (Hoelzmann et al. 2004 ; Kuper, Kröpelin 2006). La végétation ligneuse arborée de cette région désertique se concentre principalement le long des cours d’eau temporaires, les wâdis, ou dans les zones d’altitude. Ailleurs, dans les plaines sableuses et rocheuses, les ligneux prennent essentiellement des formes arbustives. Cuire la nourriture, se chauffer, s’éclairer, réduire et fondre le minerai, construire des portes, des toits, fabriquer des briques, des outils, sont des activités quotidiennes ou du moins régulièrement menées par les occupants du désert à différents moments de l’histoire, engendrant l’utilisation répétée de ressources ligneuses, présentes sur place ou importées. Ceci fût particulièrement le cas à l’époque romaine, période durant laquelle le désert Oriental connût un pic d’activités s’exprimant par différentes formes d’exploitation des ressources locales en minerai, pierres précieuses et pierres de construction ainsi que par le développement des routes commerciales terrestres entre vallée du Nil et mer Rouge. Les fouilles réalisées sur différents sites romains de la région, principalement occupés entre le ier et le iiie siècles après J.-C., ont fourni un corpus conséquent de bois et charbon de bois trouvés dans des contextes domestiques et artisanaux. L’étude de ces éléments offre une occasion unique d’illustrer la grande variété d’utilisation de la matière ligneuse et d’en comprendre les circuits de circulation tout en interrogeant le rôle des moteurs économiques et environnementaux sous-jacents.

Corpus d’étude

Étude des bois et charbons de bois

  • 1 En français, le terme de dendrologie est parfois utilisé.

2Le présent travail s’appuie sur l’analyse des données archéobotaniques brutes de terrain, constituées des vestiges de charbon de bois et de bois trouvés au sein des différentes structures archéologiques fouillées sur les sites. L’étude de ces éléments relève respectivement de l’anthracologie et de la xylologie1, correspondant aux termes anglais « anthracology » et « xylology » toutefois nettement moins utilisés dans cette langue que les termes plus explicites de « charcoal analyses » et « wood studies ».

  • 2 En fonction des régions et problématiques posées, les mailles de tamis utilisées pour traiter le sé (...)

3Dans le désert Oriental comme dans beaucoup d’autres régions, le charbon de bois fait partie des éléments les plus fréquemment mis au jour sur les sites archéologiques lorsqu’un tamisage fin du sédiment est pratiqué2, dans les niveaux domestiques, les structures artisanales, les couches d’incendie. L’hyperaridité de la région a en outre permis la conservation remarquable des éléments en bois, matériaux organiques en général beaucoup plus vulnérables aux insectes et à la décomposition biologique. Ces bois sont cependant conservés de façon hétérogène en raison des conditions locales plus ou moins humides – humidité toute relative – qui s’observent d’un site à un autre.

4L’étude conjointe des bois et du charbon de bois répond à différentes questions illustrant la diversité des relations entre l’homme et l’arbre. Le premier aspect est d’ordre utilitaire et permet de comprendre à quoi ont servi ces éléments. L’étude des bois comprend une dimension technique importante, liée à la fabrication de l’objet et à son utilisation (voir les travaux de C. Vermeeren à Bérénice et J. Whitewright à Myos Hormos, références ci-dessous) tandis que celle du charbon de bois est surtout mise à profit pour appréhender la gestion du combustible en contextes domestiques et artisanaux (Théry-Parisot et al. 2010). La reconnaissance des essences utilisées permet en outre de s’intéresser aux sources d’approvisionnement de ces ressources ligneuses.

  • 3 Cette collection est constituée principalement de matériel récolté par Claire Newton et Hala Baraka (...)
  • 4 La taxonomie, ou taxinomie est la science des lois et des principes de classification des organisme (...)
  • 5 La classification botanique des angiospermes APG III (2009) ne reconnaît plus les Chenopodiaceae co (...)
  • 6 Le suffixe « sp. » indique qu’une seule espèce du genre mentionnée est envisagée mais que son ident (...)

5Cette identification se fait par examen microscopique des fragments, en lumière réfléchie pour le charbon de bois et certains bois, en lumière transmise pour les échantillons de bois montés en lame mince. La structure cellulaire (le nombre des vaisseaux, leur disposition, la largeur des rayons, les types de ponctuations intervasculaires, etc.) est observée sur trois plans (transversal, tangentiel et radial, fig. 1) et est comparée à celle d’échantillons modernes de référence issus d’atlas (Fahn et al. 1986 ; Neumann 1989 ; Schweingruber 1990 ; Neumann et al. 2001) et de collections physiques, comme celle présente au sein du pôle d’étude des matériaux du laboratoire d’archéométrie de l’IFAO3. L’identification proposée est faite à différents rangs taxonomiques4 en fonction de l’état de conservation et de la taille de l’élément observé, ainsi que de la valeur diagnostique des caractères anatomiques présents. Ainsi, les éléments les moins identifiables sont classés selon leur embranchement, angiospermes (plantes à fleurs) ou gymnospermes (comprenant les conifères). Certains sont regroupés sous un nom de famille. Par exemple la famille des Chenopodiacées5 regroupe plusieurs espèces arbustives qui sont difficilement séparables à partir des seuls critères anatomiques observés. Beaucoup de taxons sont identifiés au niveau du genre, comme les acacias (Acacia spp.6) ou certains pins (Pinus sp.). Sont également proposées des identifications à l’espèce – comme le câprier sauvage (Capparis spinosa) ou au groupe d’espèce, par exemple les acacias caractéristiques des zones désertiques, Acacia tortilis/etbaica type.

Fig. 1

Fig. 1

Exemple de coupes anatomiques en section transversale (gauche) et longitudinale tangentielle (droite) d’un charbon de bois d’acacia de Xèron Pelagos, époque romaine (ier-iiie siècle après J.-C.). L’observation anatomique des coupes permet de proposer une identification « type » regroupant plusieurs espèces d’acacia : Acacia tortilis, A. ehrenbergiana, A. etbaica.

© C. Bouchaud

6La provenance des éléments identifiés est déduite des conditions écologiques de croissance de la plante (ou des plantes) concernée(s) et des données historiques de diffusion. Différentes flores sont ainsi utilisées, égyptiennes (Boulos 1999, 2000, 2002, 2005), mais également proche-orientales/méditerranéennes (Zohary 1966, 1972, Feinbrun-Dothan 1978, 1986) et européennes (Ellenberg 1988).

État des lieux de la recherche dans le désert Oriental d’Égypte

7Les études des bois et du charbon de bois réalisées sur les sites romains du désert Oriental égyptien sont moins nombreuses que celles conduites sur les vestiges carpologiques (voir l’article de Van der Veen et al. 2018). Ce constat s’explique en partie du fait de contingences techniques, elles-mêmes liées à l’obligation d’étudier le matériel durant la mission ou en post-fouille, là où le matériel est stocké. Contrairement aux analyses carpologiques réalisées au moyen d’un stéréomicroscope, le matériel d’observation microscopique utilisé pour les analyses de bois et charbon de bois est plus lourd, onéreux et fragile, ce qui engendre une logistique plus compliquée, difficile à mettre en place dans le cadre d’un chantier de fouille ou dans un entrepôt de fouille. Certains laboratoires cairotes, notamment celui de l’IFAO, sont équipés de microscopes à lumière transmise et réfléchie. Lorsque les échantillons peuvent être exportés au Caire, l’étude en post-fouille en est ainsi facilitée.

8En dépit de ces difficultés matérielles, onze sites de l’histoire récente ont fait l’objet d’études des bois et/ou charbon de bois (tableau 1, fig. 2). Leur répartition chronologique reflète naturellement celle des sites fouillés. La période romaine (fin ier siècle avant J.-C. - iiie siècle après J.-C.) est la mieux illustrée avec huit sites, dont les deux principaux ports de la mer Rouge, Bérénice (Vermeeren 1998, 1999a, 1999b, 2000a, 2000b) et Myos Hormos (Thomas, Whitewright 2001 ; Whitewright 2007 ; Blue et al. 2011 ; Thomas 2011 ; Van der Veen et al. 2011 ; Whitewright 2011), trois sites de carrières, Kainè Latomia (initialement appelé Domitianè, mais renommé Kainè Latomia après la mort de Domitien, aujourd’hui connu sous le nom d’Umm Balad) (Newton inédit), le Mons Claudianus (Van der Veen 2001 ; Van der Veen, Tabinor 2007), et le Porphyrites (Van der Veen, Tabinor 2007), ainsi que trois stations caravanières, Badia (Van der Veen, Tabinor 2007), Didymoi (Tengberg 2011) et Xèron Pelagos (Bouchaud, Redon 2017, Bouchaud inédit). Seul le site de Samut offre des données de l’époque ptolémaïque (Bouchaud à paraître). Quelques échantillons de charbon de bois de l’époque byzantine (ive-ve siècle) proviennent du village de travailleurs de Lykabettus, à proximité du Porphyrites (Van der Veen, Tabinor 2007). Des bois desséchés et brûlés du site côtier d’Abu Sha’ar, également daté de l’Antiquité tardive (ive-viie siècle) ont fait l’objet d’une étude (Fadl 2013). Enfin, des bois et charbons de bois d’époque islamique (xie-xvsiècle) de l’ancien port romain de Myos Hormos remis en service sous le nom de Kusayr ont été étudiés (Hiebert 1991; Thomas, Whitewright 2001; Whitewright 2007; Blue et al. 2011; Van der Veen et al. 2011; Whitewright 2011). Les données disponibles pour les époques ptolémaïque, byzantine et islamique étant peu nombreuses, il a été décidé dans le cadre de cet article de se concentrer sur l’époque romaine. Notons qu’une partie des bois et charbons de bois étudiés à Bérénice pourraient appartenir en réalité à des niveaux antérieurs (iiie-iie siècle avant J.-C.) et postérieurs (ive-ve siècle après J.-C.) à la période romaine (comm. pers. Steve Sidebotham). Les informations présentées dans les différentes analyses publiées (Vermeeren 1998, 1999a, 1999b, 2000a, 2000b) ne permettent pas de séparer précisément ces échantillons des occupations romaines des ier-iiie siècle après J.-C., de telle sorte que l’intégralité des résultats publiés de Bérénice est présentée ici, toutes périodes confondues.

Tableau 1

SITE

PÉRIODE

FONCTION

BIBLIOGRAPHIE

MATÉRIAUX

Myos Hormos/Kusayr

Qusayr al-Qadim

Rom-Islam

Port

Van der Veen et al. 2011

Bois

Charbon de bois

Rom-Islam

Port

Blue et al. 2011 ; Hiebert 1991 ; Thomas 2011 ; Thomas & Whitewright 2001 ; Whitewright 2007, 2011

Bois

Bérénice (+Kalalat+Shenshef)

Rom

Port

Vermeeren 1998, 1999a, 1999b, 2000a, 2000b

Bois

Charbon de bois

Abu Sha’ar

Byz

Port

Fadl 2013

Bois

Charbon de bois

Mons Claudianus (+Barud I+Hydreuma)

Rom

Carrière et fortins satellitaires

Van der Veen 2001 ; Van der Veen & Tabinor 2007

Charbon de bois

Hamilton-Dyer & Goddard 2001

Bois

Mons Porphyrites + Badia (+Lykabettus)

Rom-Byz

Carrière et fortins satellitaires

Van der Veen & Tabinor 2007

Charbon de bois

Domitianè/Kainè Latomia

Rom

Carrière

Newton inédit

Charbon de bois

Didymoi

Rom

Fortin

Tengberg 2011

Bois

Samut (Bi’r Samut + Samut Nord)

Ptol-Rom

Mine d’or et fortin

Bouchaud à paraître

Bois

Charbon de bois

Xèron Pelagos

Rom

Fortin

Bouchaud inédit ; Bouchaud & Redon 2017

Bois

Charbon de bois

Analyses de bois et charbon de bois menées dans le désert Oriental égyptien pour l’époque ptolémaïque (Ptol : ive-ier siècle avant J.-C.), l’époque romaine (Rom : fin ier avant - iiie siècle après J.-C.), l’époque byzantine, ou Antiquité tardive (Byz : ive-ve siècle après J.-C.) et la période islamique (Islam : xie- xve siècle après J.-C.).

Fig. 2

Fig. 2

Etat de l’art des analyses de bois et/ou charbon de bois du désert Oriental égyptien, en rouge. Voir détails dans le tableau 1. Fond de carte : Jean-Pierre Brun.

© DR

Sélection et quantification des échantillons

  • 7 Seul le taxon Myrtus/Santalum type a été écarté du corpus. L’identification de ce type, faite sur d (...)

9Cette synthèse s’appuie sur une sélection de matériaux étudiés et présentés dans différentes publications et travaux inédits (tableaux 2 et 3). Les échantillons dont la chronologie est mal assurée (à l’exception de ceux de Bérénice, voir ci-dessus), les éléments indéterminés et ceux dont l’identification n’est pas assez précise (comme les angiospermes, gymnospermes, monocotylédones) ont été écartés. Les identifications peu certaines – au niveau de la famille ou indiquées par l’adjonction de « cf. » devant le nom latin (tableaux 2 et 3) – ont été conservées pour illustrer la diversité potentielle des taxons présents7. Enfin, parmi les bois desséchés, seuls les éléments travaillés ont été pris en compte.

Tableau 2

MH

BE

DI

XE

Nb échan-tillon

112

252

33

11

Nb élément

113

295

33

11

Nb taxon

26

20

5

5

TAXON

CODE

ORIGINE

Abies sp.

Sapin

Fir

ABIE

MEDEUR

1

1

Acacia tortilis/

etbaica type

Acacia du

désert

Desert

acacia

ACTO

LOC

75

6

7

Acacia sp.+cf. Acacia sp.

Acacia

Acacia tree

ACAC

LOC

9

Alnus sp.

Aulne

Alder

ALNU

MEDEUR

1

Avicennia sp.+cf. Avicennia sp.

Palétuvier

gris

Grey

mangrove

AVIC

LOC

13

Baikiaea/Pterocarpus

BAIPTE

TROP

3

Bambusa sp.

Bambou

Bamboo

BAMB

TROP

3

Buxus sp.+cf.Buxus sp.

Buis

Boxwood

BUXU

MEDEUR

9

Cordia sp.

Sébestier

Sebesten

CORD

LOC

1

Dalbergia sp.+

cf. Dalbergia sp.

Ébène du Mozambique

African

ebony, African blackwood

DALB

TROP

17

Diospyros sp.

Ébène

Ebony

DIOS

TROP

1

Fagus sylvatica

Hêtre

Beech

FAGSYL

MEDEUR

1

Ficus sp. +cf. Ficus sp.

Figuier

Fig tree

FICU

LOC

3

Fraxinus sp.+ cf. Fraxinus sp.

Frêne

Ash

FRAX

MEDEUR

2

1

Juglans regia + cf. Juglans regia

Noyer

Walnut tree

JUGREG

MEDEUR

1

1

Juniperus / Cupressus

JUNCUP

MEDEUR

1

1

Juniperus sp.

Genévrier

Juniper

JUNI

MEDEUR

Larix/Picea+ cf. Larix/Picea

Mélèze/

épicéa

Larche/

spruce

LARPIC

MEDEUR

1

Leptadenia pyrotechica+Leptadenia sp.

LEPPYR

LOC

22

1

cf. Maloideae

MALO

NIL

1

cf. Moraceae

MORA

LOC

2

cf. Olea sp.

Olivier

Olive tree

OLEA

NIL

1

Palmae+cf. Palmae

Palmier

Palm tree

PALM

LOC

6

1

Pinus sp.

Pin

Pine

PINU

MEDEUR

1

3

Pinus pinea/pinaster

Pin parasol/

maritime

Stone/ma-ritime pine

PIPIPIN

MEDEUR

1

26

Pinus sylvestris/nigra

Pin sylvestre/

noir

Scots/

black pine

PISYNI

MEDEUR

9

Quercus sp.

Chêne à

f. caduc

Deciduous

oak

QUEDEC

MEDEUR

6

3

Quercus sp.

Chêne à f. sempervirent

Evergreen

oak

QUEEVE

MEDEUR

8

Quercus suber

Chêne liège

Cork oak

QUESUB

MEDEUR

1

Rhamnus/Phyllirea

RHAM

MEDEUR

2

Rhizophora type+cf. Rhizophora

Palétuvier

rouge

True

mangrove

RHIZ

LOC

1

3

cf. Saccharum sp.

SACC

TROP

1

Salix sp.

Saule

Willow

SALI

NIL

1

2

Tamarix sp.+cf. Tamarix sp.

Tamaris

Tamarisk

TAMA

LOC

18

4

3

1

Tectona grandis+cf. Tectona grandis

Teck

Teak

TECGRA

TROP

12

145

Ulmus sp.

Orme

Elm

ULMU

MEDEUR

4

2

Viburnum sp.

Viorne

VIBU

MEDEUR

1

cf. Wrightia sp.

WRIG

TROP

1

cf. Ziziphus sp.

Jujubier

ZIZI

LOC

1

Résultats de l’analyse des artéfacts en bois. Présentation des échantillons sélectionnés et liste des taxons végétaux identifiés sur les sites romains du désert Oriental égyptien. Correspondance des noms latins, noms vernaculaires, codes et origine géographique potentielle utilisés dans les graphiques de présentation des résultats (figs. 7-10). Les chiffres du tableau indiquent le nombre d’échantillons où chaque taxon est présent par site. MH =Myos Hormos (Van der Veen et al. 2011) ; BE =Bérénice (Vermeeren 1998 ; 1999a ; 1999b ; 2000a ; 2000b) ; DI =Didymoi (Tengberg 2011) ; XE = Xèron Pelagos (Bouchaud inédit, Bouchaud & Redon 2017) ; LOC = local ; NIL = vallée du Nil et oasis occidentales ; MEDEUR = bassin méditerranéen et régions européennes continentales ; TROP = Inde et/ou Afrique tropicale.

Tableau 3

MH

BE

MC

MP

KL

BA

XE

Nb échan-tillon

34

20

18

10

4

3

6

Nb frag-ment

625

?

194

270

1117

104

338

Nb taxon

29

10

14

19

13

7

14

TAXON

CODE

ORIGINE

Acacia sp.+ cf. Acacia sp.

Acacia

Acacia tree

ACAC

LOC

9

15

1

4

2

Acacia albida (Fadherbia albida)

Faidherbier

White

acacia

ACAL

NIL

1

1

Acacia nilotica

Acacia

Du Nil

Nile acacia

tree

ACNI

NIL

1

14

9

2

Acacia tortilis/etbaica type

Acacia du

désert

Desert

acacia

ACTO

LOC

8

3

6

7

3

cf. Aerva sp.

AERV

LOC

2

Arundo/Phragmites

Roseau

Reed

ARPHR

NIL

1

Artemisia sp.

Armoise

Mugwort

ART

LOC

1

Avicennia sp.+ cf. Avicennia sp.

Palétuvier gris

Grey

mangrove

AVIC

LOC

29

17

Boscia sp.

BOSC

LOC

2

Brassicaceae

BRASS

LOC

1

2

1

Calligonum comosum+cf.

Calligonum

CALL

LOC

3

2

cf. Calotropis procera

Pommier

de Sodome

Sodom

apple

CALPROC

LOC

1

Capparis decidua+cf. Capparis decidua

Câprier

Caperbush

CAPDEC

LOC

2

2

Capparis sp.+cf. Capparaceae

Câprier

Caperbush

CAPP

LOC

1

1

Capparis spinosa+cf. Capparis spinosa

Câprier

Caperbush

CAPSPI

LOC

1

Chenopodiaceae

CHENO

LOC

5

4

Chrozophora sp.

CHROZO

LOC

1

Cornulaca type

CORN

LOC

1

Cupressus sp.+cf. Cupressus sp.

Cyprès

Cypress

CUPR

MEDEUR

1

1

1

Dalbergia sp.+cf. Dalbergia sp.

Ebène du Mozam-

bique

African

ebony,

African

blackwood

DALB

TROP

1

Diplotaxis harra

DIPHAR

LOC

1

cf. Diptero-carpaceae

DIPTE

TROP

2

Fabaceae

FABA

LOC

1

2

1

3

Ficus sp.+cf. Ficus sp.

Figuier

Fig tree

FICU

LOC

1

1

Frankenia sp.

FRAN

LOC

1

Fraxinus sp.+cf. Fraxinus sp.

Frêne

Ash

FRAX

MEDEUR

1

Grewia sp.

GREW

LOC

1

Juncus sp.

Jonc

Rush

JUNC

NIL

1

Juniperus/Cupressus

JUNCUP

MEDEUR

1

Juniperus sp.

Genévrier

Juniper

JUNI

MEDEUR

1

Larix/Picea+cf. Larix/Picea

Mélèze/

épicéa

Larche/

spruce

LARPIC

MEDEUR

2

Leptadenia pyrotechnica+

Leptadenia sp.

LEPPYR

LOC

4

6

7

1

1

1

Lycium shawii

Desert

thorn

LYCSHA

LOC

1

Maerua sp.+cf. Maerua sp.

MAECRA

LOC

2

Mimusops sp.

Perséa

Persea

MIMU

NIL

1

cf. Moraceae

MORA

LOC

1

Moringa peregrina

Arbre à

huile

de Ben

Bentree

MORPER

LOC

1

3

7

2

1

Palmae+cf. Palmae

Palmier

Palm tree

PALM

LOC

3

3

cf. Periploca

PERIP

LOC

1

Pinus pinea/pinaster

Pin

parasol/

maritime

Stone/

Maritime

pine

PIPIPIN

MEDEUR

16

11

Pinus sylvestris/nigra

Pin

sylvestre/ noir

Scots/

black pine

PISYNI

MEDEUR

13

1

Pinus sp.

Pin

Pine

PINU

MEDEUR

8

cf. Prosopis

PROS

NIL

3

1

Quercus sp.

Chêne à f. caduc

Deciduous

oak

QUEDEC

MEDEUR

5

1

2

Quercus sp.

Chêne à f. semper-virent

Evergreen

oak

QUEEVE

MEDEUR

2

Rhizophora type+cf. Rhizophora

Palétuvier

rouge

True

mangrove

RHIZ

LOC

4

7

Salvadora persica

Toothbrush

tree

SALPER

LOC

1

3

Salsola/Suaeda

Soude

Saltwort/

sea blite

SALSUA

LOC

10

10

1

cf. Senna italica

Senné

Senna

SENITA

LOC

2

Tamarix sp.+cf. Tamarix sp.

Tamaris

Tamarisk

TAMA

LOC

23

5

1

1

3

Tectona grandis+

cf. Tectona grandis

Teck

Teak

TECGRA

TROP

11

12

Ulmus sp.

Orme

Elm

ULMU

MEDEUR

13

3

cf. Zilla spinosa

ZILSPI

LOC

1

Ziziphus sp.+cf. Ziziphus sp.

Jujubier

Jujube

tree

ZIZI

LOC

6

1

1

Résultats de l’analyse du charbon de bois. Présentation des échantillons sélectionnés et liste des taxons végétaux identifiés sous forme de charbon de bois sur les sites romains du désert Oriental égyptien. Correspondance des noms latins, noms vernaculaires, codes et origine géographique potentielle utilisés dans les graphiques de présentation des résultats. Les chiffres du tableau indiquent le nombre d’échantillons où chaque taxon est présent par site. MH =Myos Hormos (Van der Veen et al. 2011) ; BE = Bérénice (Vermeeren 1998 ; 1999a ; 1999b ; 2000a ; 2000b) ; MC = Mons Claudianus (Van der Veen 2001 ; Van der Veen & Tabinor 2007) ; MP = Mons Porphyrites (Van der Veen & Tabinor 2007) ; KL = Domitianè/Kainè Latomia (Newton inédit) ; BA = Badia (Van der Veen & Tabinor 2007) ; XE = Xèron Pelagos (Bouchaud inédit, Bouchaud & Redon 2017) ; LOC = local ; NIL = vallée du Nil et oasis occidentales ; MEDEUR = bassin méditerranéen et régions européennes continentales ; TROP = Inde et/ou Afrique tropicale.

10Le corpus des artéfacts en bois s’appuie sur l’étude de quatre sites – Bérénice, Myos Hormos, Didymoi et Xèron Pelagos. Les plus gros assemblages de bois travaillés proviennent des deux ports de la mer Rouge. Les bois desséchés de Didymoi sont présentés à titre illustratif, leur fonction étant pour la plupart inconnue (Tengberg 2011). Les éléments en bois trouvés à Xèron Pelagos sont peu nombreux, en partie du fait de conditions locales légèrement humides. Ces artéfacts, mis au jour entiers ou fragmentés, sont enregistrés par nombre d’échantillons, sachant qu’un échantillon de bois équivaut à un ou plusieurs artéfact(s) selon les publications. Notons que le site de carrière de Mons Claudianus présente également un corpus d’objets du quotidien en bois, mais les essences utilisées n’ont pas été identifiées (Hamilton-Dyer, Goddard 2001).

  • 8 L’étude anthracologique de Xèron Pelagos est encore en cours.

11À l’exception de Didymoi, les sept autres sites du corpus d’époque romaine ont fait l’objet d’une étude anthracologique8. Les échantillons de charbon de bois proviennent de prélèvements manuels ou de prélèvements de sédiment tamisé dont le volume n’est pas toujours connu. La plupart du temps, un échantillon correspond à une unité stratigraphique et rassemble un nombre hétérogène de fragments de charbon de bois. À Bérénice, le seul niveau archéologique enregistré est celui de la structure et le nombre de fragments est seulement estimé.

  • 9 Le charbon de bois de Bérénice n’est pas inclus dans ce total puisque le nombre de fragments étudié (...)

12Au total, 408 échantillons de bois, regroupant 452 artéfacts observés (tableau 2), et 95 échantillons de charbon de bois, représentant 2648 fragments observés (tableau 3) au minimum9, sont pris en compte pour cette étude. Cette sélection correspond à 71 taxons identifiés au niveau de la famille, du genre ou de l’espèce. Quarante taxons sont utilisés pour la fabrication d’objets et matériaux de construction préservés sous forme desséchée. Cinquante-quatre taxons sont représentés sous forme de charbon de bois. Sur cet ensemble, 23 taxons sont trouvés en commun, sous forme de bois et de charbon de bois. Chaque taxon a été associé à une origine géographique selon quatre régions de provenance. Les taxons considérés comme locaux (LOC) sont ceux qui peuvent pousser dans le désert – y compris la zone montagneuse du Gebel Elba – et sur le littoral de la mer Rouge. Le groupe nilotique et oasien (NIL) désigne les plantes venant de la vallée du Nil et/ou des oasis du désert occidental. Les taxons d’ambiance méditerranéenne et européenne/ continentale sont désignés sous une même appellation (MEDEUR). Les plantes d’origine tropicale et sub-tropicale (TROP), pouvant pour la plupart pousser en Asie et en Afrique, forment le quatrième groupe. Lorsqu’un taxon relève de deux catégories – comme les roseaux (Arundo/Phragmites) et les tamaris pouvant appartenir au groupe des plantes locales (côtes de la mer Rouge) ou nilotiques, le groupe le plus proche géographiquement a été choisi. Ces décisions, si elles ont pour but de simplifier la lecture et le traitement des données, n’en distordent pas moins une réalité probablement plus complexe que celle illustrée par les descriptions qui suivent.

13Malgré la petite quantité totale de données et leur hétérogénéité d’un site à un autre, une première synthèse peut être effectuée en s’appuyant sur une présentation semi-quantitative des résultats.

Les usages

14La présence de bois travaillés et de charbon de bois sur ces sites archéologiques évoque des secteurs d’activités variés. Les bois non carbonisés comprennent des objets du quotidien, des bois architecturaux, des éléments en lien avec l’équipement naval (architecture et objets) et des déchets de débitage ou façonnage. Le charbon de bois a été trouvé dans des contextes archéologiques de nature domestique (foyers, rejets de foyer, four, sol, remblai) et artisanale, surtout liés aux activités métallurgiques. La carbonisation de ces bois résulte donc a priori surtout de leur utilisation comme combustible.

Le bois travaillé : au quotidien, pour construire et naviguer

  • 10 La fonction des bois de Didymoi n’étant pas connue, les données ne sont pas prises en compte dans c (...)

15Les éléments en bois travaillés, non carbonisés, trouvés à Myos Hormos, Bérénice et Xèron Pelagos peuvent être séparés en différentes grandes catégories fonctionnelles10 (tableau 4, fig. 3-5).

Tableau 4

Catégorie

Eléments identifiés

English name

MH

BE

XE

Objets du quotidien

Allume-feu

Firelighter

LEPYR 1

Outil indet.

Tool indet.

ACTO 1

Tube

Tube

ACTO 1

Manche

Handle

FRAX 1

ZIZI 1

ACTO 1

VIBU 1

Brosse

Brush

ACTO 1

Aiguille

Needle

PIPIPIN 1

Panier

Basket

LARPIC 1

RHIZ 1

Bol

Bowl

DALB 1

FRAX 1

TAMA 2

ACTO 1

TECGRA 1

QUEDUC 1

Coupe

Cup

ACTO 1

Bonde/ couvercle/ bouchon d’amphore

Bung/ lid/ amphora stopper

ACAC 2

FICU 2

MORA 1

PISYNI 1

QUEDEC 1

QUEEVE 1

SALI 1

TAMA 3

TECGRA 1

ACTO 6

AVIC 2

BAIPTE 2

RHIZ 1

QUESUB 1

TECGRA 2

Bouton

Knob

ACTO 2

Boite

Box

TECGRA 1

Hameçon

Gorges

JUNCUP 1

TAMA 1

TECGRA 1

Clé

Key

QUEDUC 1

Stylet

Pen

ACTO 2

ACTO 1

Bâton

Stick

ACTO 1

Spatule

Spatula

DALB 1

PISYNI 3

TECGRA 1

ULMU 2

TAMA 1

Cuillère

Spoon

FICU 1

PISYNI 1

Vaisselle

Vessel

BUXU 1

TAMA 3

Bague

Ring

TECGRA 3

Ornement indet

Ornament indet.

ACTO 1

BAIPTE 1

Bracelet

Bracelet

ACTO 1

Peigne

Comb

BUXU 8

DIOS 1

RHAM 2

Bois architectural

Coin

Wedge

TECGRA 1

Planche

Plank, board

ACTO 3

FRAX 1

PINU 3

PIPIPIN 16

QUEDEC 1

TECGRA 32

ACTO 3

JUGREG 1

JUNI 1

TAMA 1

Poteau, poutre

Pole, beam

BAMB 1

PIPIPIN 4

TECGRA 6

ACTO 2

Tenon

Pin, peg

ACAC 2

DALB 1

QUEDEC 2

TAMA 2

TECGRA 7

ABIE 1

ACTO 7

CORD 1

PALM 3

PIPIPIN 2

RHIZ 1

TECGRA 14

Équipement naval

Anneau de cargue

Brail ring

DALB 11

OLEA 1

MALO 1

TAMA 1

WRIG 1

TECGRA 3

Cap de mouton

Deadeye

DALB 1

Mortaise biseautée

Tapered hole

TECGRA 1

Poulie

Pulley

TECGRA 1

Réa

Sheave

ALNU 1

DALB 2

TECGRA 1

Taquet

Cleat

QUEDUC 1

Débitage

Fragment de débitage / copeau

Wood chips/shavings

ACAC 5

JUGREG 1

MORA 1

PINU 1

PIPIPIN 1

PISYNI 4

QUEEVE 7

TAMA 2

ULMU 2

ACTO 31

AVIC 6

BAMB 2

PIPIPIN 1

QUEDEC 1

RHIZ 1

TECGRA 48

ULMU 2

Autres

Elément travaillé

Worked wood

TAMA 1

ACTO 14

AVIC 5

PALM 2

PIPIPIN 2

SACC 1

TAMA 2

TECGRA 33

Disque

Disc

TECGRA 2

Catégorie fonctionnelle des bois retrouvés à Myos Hormos (MH), Bérénice (BE), Xèron Pelagos (XE) (ier- iiie siècle après J.-C.). Les éléments identifiés présentent les termes tels qu’ils sont utilisés dans les publications référentes (en français ou en anglais). Pour chaque type fonctionnel, les trois dernières colonnes indiquent pour chaque site les essences utilisées, suivies du nombre d’artéfacts correspondant. Voir tableau 2 pour les abréviations de taxons.

Fig.  3

Fig.  3

Exemples d’objets « du quotidien » en bois d’époque romaine. A. Bouchon d’amphore en bois de teck rodhésien/pterocarpus type (Baikiaea/Pterocarpus), Bérénice (BE98-21.036 PB 045, d’après Fig. 7 dans Vermeeren 2000a, © Sidebotham & Wendrich 2000, photographie : Z. Kosc) ; B. Peigne en buis (Buxus sp.), Myos Hormos (W284, d’après Fig. 5.6 dans Van der Veen 2011, p. 216, © Van der Veen 2011, photographie : W. van Rengen) ; C. Allume-feu en bois de Leptadenia pyrotechnica, Xèron Pelagos, (US 40510/Po220, © : A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental) ; D. Stylet en bois d’acacia (Acacia sp.), Xèron Pelagos (US 40520/n°IFAO 5154, © : G. Pollin, , mission française du désert Oriental/IFAO).

© Z. Kosc, W. van Rengen, A. Bulow-Jacobsen, G. Pollin

Fig.  4

Fig.  4

Eléments d’architecture en bois d’époque romaine. A. Planche en bois de teck (Tectona grandis) munie d’un clou en fer (gauche), d’une latte traversante (trou à droite) et d’une couche de bitume ou goudron, Bérénice (BE98-10.072 PB 500, d’après Fig. 14 dans Vermeeren 2000a, photographie : C. Vermeeren) ; B. Planche de genévrier (Juniperus sp.), Xèron Pelagos (US 60608/Po2015 B, photographie : A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental).

© C. Vermeeren, A. Bülow-Jacobsen

Fig.  5

Fig.  5

Objets maritimes en bois d’époque romaine. A. Anneau coupé en teck (Tectona grandis), possiblement un anneau de cargue, Bérénice (BE98-21.032 PB 042, d’après Fig. 9 dans Vermeeren 2000a, © Sidebotham & Wendrich 2000, photographie : Z. Kosc) ; B. Elément de mortaise biseautée en teck (Tectona grandis), utilisé pour bloquer une corde, Bérénice (BE98-21.027 PB 033, d’après Fig. 8a dans Vermeeren 2000a, © Sidebotham & Wendrich 2000, photographie: Z. Kosc) ; C. Anneau de cargue en ébène du Mozambique (Dalbergia sp.), Myos Hormos (W072, d’après Fig. 5.1 dans Van der Veen 2011, p. 208, © Van der Veen 2011, photographie : W. van Rengen); D. Cap de mouton en ébène du Mozambique (Dalbergia sp.), Myos Hormos (W294, d’après Fig. 5.1 dans Van der Veen 2011, p. 208, © Van der Veen 2011, photographie : W. van Rengen).

© Z. Kosc, W. van Rengen

Les objets du quotidien

  • 11 Les indications entre parenthèses correspondent au code utilisé dans l’article (acronyme en majuscu (...)

16Les objets du quotidien constituent un premier groupe, très hétérogène, d’artéfacts en bois (fig. 3). Leur nombre est variable d’un site à un autre. Trois éléments ont ainsi été trouvés à Xèron Pelagos tandis que Myos Hormos et Bérénice présentent respectivement 39 et 49 artéfacts, représentant au total 27 types d’objet dont la fonction est plus ou moins bien reconnue. On y trouve ainsi des éléments de vaisselle (bol, cuillère, spatule), des outils (allume-feu, hameçon, manche), des éléments associés au stockage et au transport (bouchon et couvercle, boîte), des éléments de parure et coiffure (bracelet, peigne, bague), des clés, stylets, etc. À l’image de l’hétérogénéité des objets, les matériaux utilisés sont également variables. Les bois utilisés pour les bouchons d’amphore trouvés en plusieurs exemplaires à Bérénice (N =14) et Myos Hormos (N =13) en constituent un exemple éloquent. Les essences utilisées comprennent un premier groupe de bois caractéristiques des régions désertiques, pouvant pousser localement ou dans la vallée du Nil, acacia, tamaris et palétuviers. Les acacias (ACTO, ACAC11) peuvent regrouper plusieurs espèces aux caractéristiques anatomiques trop proches pour pouvoir être différenciées par observations microscopiques. Les acacias les plus communs du désert Oriental égyptien présentent des formes arborées pouvant atteindre plusieurs mètres de haut, Acacia tortilis subsp. raddiana (sayyal) et Acacia tortilis subsp. tortilis (samur), et des formes de taille plus réduite et arbustives, Acacia ehrenbergiana (salam) et Acacia etbaica (‘arad) (Mahmoud 2010, pp. 27‑30) (fig. 6).

Fig. 6

Fig. 6

Forêt galerie composée d’acacias (Acacia tortilis subsp. raddiana) le long du wadi Abu ouasil (Photographie : C. Bouchaud). B. Acacia ehrenbergiana à proximité du site de Xèron Pelagos (al-Jirf) (Photographie : C. Bouchaud). C. Mangrove (Avicennia marina) sur la côte de la mer Rouge, au sud de Qusayr al-Qadim (d’après Fig. 5.15 dans Van der Veen 2011, p. 222, photographie : M. van der Veen). D. Soude (Suaeda monoica), près de Bérénice (Photographie : C. Vermeeren).

© C. Bouchaud, M. van der Veen, C. Vermeeren

17Le genre Tamarix sp. (TAMA) comprend six espèces pouvant pousser en Égypte dont les deux plus communes sont Tamarix aphylla (itl) et Tamarix nilotica (turfa), arbre de 3 à 12 mètres de haut pour la première espèce, formes arborées ou arbustives pour la seconde, les deux poussant à la fois dans le désert, en bord de wâdis, dans les plaines sableuses et sols salins, ainsi que dans la vallée du Nil (Boulos 2000, pp. 126‑129). Le palétuvier gris, Avicennia marina (AVIC, shura, manjaruf) et le palétuvier rouge, Rhizophora mucronata (RHIZ) sont typiques des formations de mangrove (fig. 6) poussant sur les côtes de la mer Rouge (Boulos 2000, pp. 148‑149, 2002, pp. 5‑6, Schneider 2011). Certains bouchons d’amphore sont également faits d’essences méditerranéennes, comme de l’écorce de chêne liège, Quercus suber (QUESUB) et autres chênes à feuillage caduc (QUEDUC) et persistant (QUEEVE). Enfin des essences plus exotiques sont également reconnues, notamment le teck originaire d’Inde, Tectona grandis (TECGRA), connu pour son bois dur et durable, et le type Baikiaea/Pterocarpus (BAIPTE) indiquant une origine africaine ou indienne (Vermeeren 1998, 2000b ; Van der Veen et al. 2011, p. 207). Les essences utilisées pour le mobilier de vaisselle – bol, spatule, cuillère, contenant indéterminé – surtout présent à Myos Hormos, se font également l’écho de cette grande diversité. Les bois de tamaris et de figuier, Ficus sp (FICU) suggèrent une fabrication locale ou dans la vallée du Nil. Le bois de figuier a été classé arbitrairement dans le groupe des essences locales en référence à une espèce de figuier sauvage, Ficus palmata (hummat, tin barri), pouvant pousser sur les pentes rocheuses et le long des wâdis du désert, mais le genre peut également correspondre au figuier commun, Ficus carica, poussant dans la vallée du Nil et présentant une anatomie similaire. En revanche, l’identification de figuier sycomore, Ficus sycomorus, peut être exclue en raison de critères anatomiques clairement distincts. Ce mobilier de vaisselle comprend également plusieurs objets faits de bois ne pouvant pas pousser en Égypte, et provenant des régions typiquement méditerranéennes et/ou européennes continentales, comme le groupe des pins sylvestre/noir, Pinus sylvestris/nigra (PISYNI), le frêne, Fraxinus sp. (FRAXI) ou l’orme, Ulmus sp. (ULMU) – ou encore du sous-continent indien, comme le teck.

L’architecture domestique

18Des éléments d’architecture domestique, planches, poteaux, tenons, coins ont également été identifiés à Myos Hormos, Bérénice et Xèron Pelagos (fig. 4). La plupart ont été mis au jour dans des niveaux de démolition ou de rejet, limitant donc la compréhension de leur fonction. L’absence d’étude technique interdit de rendre compte de l’aspect et de la variété des formes que pouvaient revêtir ces éléments de bâti, et de restituer leur place exacte au sein de l’architecture de pierre et de terre. Certains témoins indirects, comme les linteaux de porte, crapaudines et espaces vides suggèrent néanmoins la présence quasi-systématique de portes et de couverture en bois (voir par exemple les descriptions architecturales des fortins dans Cuvigny 2003). Une fois encore, les principales essences utilisées montrent un approvisionnement très varié dominé par des bois locaux, notamment l’acacia, des bois méditerranéens, comme les pins ou le genévrier, Juniperus sp. (JUNI) ce dernier pouvant venir du Sinaï (Boulos 1999 ; Zahran, Willis 2009) et des bois indiens, en particulier le teck. Un tenon trouvé à Bérénice correspond à l’une des deux découvertes de bois de sapin, Abies sp. (ABIE), la seconde mention provenant d’un élément indéterminé trouvé à Didymoi (tableau 2). Le sapin, bien que poussant dans les zones d’altitude de certaines régions méditerranéennes, peut également témoigner d’importations à plus longue distance, depuis les régions tempérées eurasiennes ou l’Anatolie. À Bérénice, plusieurs fragments de planche de teck présentent une forme courbe qui ne trouve aucune explication architecturale logique. Ces derniers ont été interprétés comme des éléments de coque de bateaux réutilisés (Vermeeren 2000b, pp. 340‑341). Il n’est donc pas impossible que l’ensemble des éléments en teck, comme les tenons découverts à Myos Hormos, correspondent en réalité à du matériel utilisé originellement dans un contexte d’équipement naval.

L’équipement naval

  • 12 Un grand nombre d’anneaux de cargue a été trouvé à Bérénice, et seulement deux ont été étudiés pour (...)

19Ces derniers éléments en teck peuvent ainsi possiblement être intégrés dans la troisième catégorie d’artéfacts en bois qui regroupe les objets dont la fonction navale ne présente aucun doute. Ces derniers sont uniquement trouvés sur les deux ports de Myos Hormos et Bérénice. Plusieurs exemplaires d’anneaux de cargue (fig. 5) ont par exemple été identifiés sur les deux sites (16 à Myos Hormos, 2 à Bérénice12), dont un, à Myos Hormos, muni d’un fragment de voile toujours attaché. Sur ce site, des éléments de roue de poulie, ou réa, de cap de mouton (fig. 5) et de taquet ont également été identifiés (Vermeeren 2000b, p. 332 ; Whitewright 2007 ; Van der Veen et al. 2011, p. 206). Ces équipements de voilage sont principalement faits de bois de teck, de tamaris, et peut-être d’ébène du Mozambique. En effet, la structure et la couleur très foncée des éléments faits de Dalbergia sp. (DALB) trouvés à Myos Hormos pourraient indiquer qu’il s’agit de l’ébène du Mozambique, ou grenadille d’Afrique, Dalbergia melanoxylon, différent des ébènes noirs dont le plus utilisé, Diospyros ebenum, est originaire d’Inde. L’ébène du Mozambique, natif des savanes sèches sub-sahariennes est utilisé dès le Moyen Empire (Delange 1987, p. 129) et régulièrement au Nouvel Empire pour la réalisation de mobilier et de sculptures (Gale et al. 2000, pp. 339‑340). Ces éléments, ainsi que les vestiges de voiles, en lin et en coton, trouvés en abondance sur les deux sites (Wild, Wild 2001 ; Handley 2004 ; Wild, Wild 2014) témoignent de la présence de bateaux assurant le transport de marchandises, probablement entre mer Rouge et océan Indien (Whitewright 2007 ; Blue et al. 2011). L’origine de leur fabrication, méditerranéenne, locale ou indienne, est une question encore largement débattue (voir ci-dessous).

Copeaux et éclats de débitage

20Un dernier groupe comprend des copeaux et éclats de débitage. Ces vestiges sont identifiés à Myos Hormos (N =24) et à Bérénice (N =55) et comprennent sur les deux sites un nombre important de taxons. L’acacia, le chêne à feuillage persistent et le groupe du pin sylvestre/noir dominent à Myos Hormos (Van der Veen 2011, p. 207), tandis que l’acacia et le teck sont les essences les mieux représentées à Bérénice (Vermeeren 1998, 1999b, 2000b). Parmi eux, les fragments de bois locaux (acacia, tamaris, mangrove) illustrent probablement un débitage des troncs et branches de bois disponibles à proximité, tandis que la forte présence de déchet de bois de teck indique, à l’instar des planches mentionnées ci-dessus, une probable réutilisation et débitage d’éléments de bateaux et autres mobiliers en bois indiens (Vermeeren 2000b, p. 335).

Faire feu de tout bois

21La présence de charbon de bois au sein des contextes archéologiques étudiés, qui correspondent essentiellement à des quartiers d’habitats et des zones de rejet, s’explique avant tout par leur utilisation comme combustible dans le cadre d’activités domestiques pour se chauffer, chauffer et cuire les aliments, s’éclairer etc. Certains contextes particuliers témoignent également de l’utilisation de combustible dans le cadre d’activités artisanales, en particulier le travail du métal et la cuisson de la poterie (voir ci-dessous). Ces assemblages anthracologiques proviennent surtout de dépôt secondaire (rejet de foyer, dépotoir, etc.) et peuvent résulter d’un ou de plusieurs évènement(s) de combustion étalés dans le temps, qui ne sont par ailleurs pas nécessairement de même nature. Aux côtés de ces vestiges combustibles, la présence de bois d’œuvre brûlés accidentellement ne peut pas être écartée. Néanmoins, aucun contexte clair de structure incendiée ayant fait l’objet d’une étude anthracologique n’a été identifié à ce jour.

Collecte locale

  • 13 Deux autres espèces de jujubier présentes en Égypte, dans la vallée du Nil, Ziziphus lotus et Zizip (...)

22La grande majorité du combustible, tous contextes et sites confondus (7 sites), correspond à des essences ayant pu croître dans les environs immédiats des sites (tableau 3, fig. 7). Les charbons de bois d’acacia sont identifiés sur l’ensemble des sites, soulignant le rôle économique majeur de ces arbres comme bois d’œuvre (voir ci-dessus) et combustible (Fagg, Stewart 1994 ; Le Floc’h, Grouzis 2003). Six autres taxons désertiques sont présents sur au moins trois des sept sites ayant fait l’objet d’une étude anthracologique. Il s’agit du tamaris, comprenant plusieurs espèces arborées et arbustives (voir ci-dessus), des Chenopodiaceae (CHENO), parfois précisé au niveau du genre, Salsola et Suaeda (SALSUA), qui regroupent un grand nombre d’espèces arbustives, dont la soude (fig. 6) poussant le long des wâdis des plaines sableuses et rocailleuses ou encore sur les sols salins (Mahmoud 2010) ; de l’arbre à huile de ben, ou moringa Moringa peregrina (MORPER, maya), dont la distribution actuelle est réduite aux zones supérieures à 700 mètres d’altitude (Mahmoud 2010, p. 99). L’arbuste Leptadenia pyrotechnica (LEPPYR, markh) et Ziziphus sp. (ZIZI) – qui correspond probablement au jujubier épine-du-Christ, Ziziphus spina-christi (nabq, sidr)13 – font également partie de ces taxons majoritaires. Les bois de mangrove, en particulier le palétuvier gris, sont uniquement présents sur les sites côtiers, où ils représentent en nombre de restes une proportion importante des restes anthracologiques.

Fig. 7

Fig. 7

Effectifs des taxons les plus représentés sous forme de bois (en jaune) et charbon de bois (en gris) par site, classés par site et groupe géographique, correspondant aux données des tableaux 2 et 3. Chaque bâton indique le nombre d’échantillons dans lequel un taxon est présent. Seules les essences attestées sur au moins deux sites, ou représentées par plus de cinq échantillons, bois ou charbon de bois, sont représentées. Les bâtons biseautés indiquent que le taxon est représenté par un nombre d’échantillons supérieur à 30 (nombre réel indiqué en italique). Voir tableaux 2 et 3 pour les abréviations des noms des sites et les détails quantitatifs et qualitatifs.

23Les vingt-neuf taxons restants sont minoritaires et correspondent en grande majorité à des buissons et arbustes (tableau 3). Ils illustrent à la fois la diversité et l’amplitude des ressources ligneuses désertiques utilisées. Ces spectres floristiques exprimés offrent donc, a priori, une image, non exhaustive, de la végétation ligneuse croissant aux alentours des sites archéologiques. Ainsi, les bois de palétuvier sont utilisés comme combustible sur les sites côtiers où les formations de mangrove sont présentes, et l’arbre à huile de ben est surtout attesté sur les sites de carrière, Mons Claudianus, Porphyrites, Badia et Kainè Latomia (fig. 7), tous situés dans des zones d’altitude où cet arbre croît naturellement. Au-delà de ces observations qualitatives, le nombre d’échantillons et de fragments de charbon de bois étudiés n’est pas suffisant pour déceler d’éventuelles différences de richesse taxonomique d’un site à un autre.

24Notons que l’un des combustibles domestiques le plus couramment exploité actuellement aux côtés de l’acacia, à savoir Zilla spinosa (ZILSPI, shouk), n’est représenté qu’en faible quantité au Porphyrites, et peut-être parmi les fragments indéterminés de la famille des Brassicacées à Myos Hormos et Kainè Latomia. Sa faible présence s’explique probablement par le fait que les brindilles légères de ce buisson sont généralement utilisées pour démarrer un feu et ont donc moins de chance d’être conservées parmi les cendres et charbons des foyers. Cependant, la présence des fruits de cet arbuste sur les sites, y compris sous forme carbonisée (voir par exemple les résultats carpologiques du Mons Claudianus dans Van der Veen 2001 ; ceux du Porphyrites dans Van der Veen, Tabinor 2007 ainsi que les données inédites de Xèron Pelagos), témoigne de sa présence et de son utilisation comme combustible. D’autres essences identifiées au sein des assemblages anthracologiques, comme Cornulaca type (CORN), Lycium shawii (LYCSHA), etc., montrent également l’utilisation de brindilles et petit bois de feu de façon récurrente.

25Aux côtés de ces ressources ligneuses, d’autres matériaux inflammables présents localement ont servi de combustible mais n’apparaissent pas dans les assemblages anthracologiques. Il s’agit en particulier des sous-produits céréaliers, balle et paille de céréale (voir ci-dessous), de feuilles de palmier et des déjections animales, dromadaire et mouton/chèvre principalement, qui devaient être disponibles en quantité sur ces sites. L'utilisation directe de déjections animales, ou en mélange avec des sous-produits céréaliers, est illustrée à plusieurs reprises, en particulier à Badia (Van der Veen, Tabinor 2007, pp. 106‑107), à Kainè Latomia (Newton inédit) et dans des rejets de foyer de bains à Xèron Pelagos, où a été mise en évidence la combustion de bois d’acacia, de tamaris, mais surtout de fèces de dromadaire (Bouchaud, Redon 2017). Cette pratique, largement documentée archéologiquement et ethnographiquement en contexte domestique, trouve à Xèron Pelagos une application plus ciblée, soulignant l’efficacité de ce type de combustible pour fournir une chaleur appropriée demandant, dans le cas précis des bains, une certaine durabilité.

Importation de combustible depuis la vallée du Nil

  • 14 Des confusions avec le genre Prosopis sont également envisageables, même si celui-ci est peu présen (...)

26Parallèlement à l’exploitation importante des ressources combustibles du désert, au moins deux indices témoignent de l’importation de combustible depuis la vallée du Nil. Le premier est l’identification spécifique de l’acacia du Nil, Acacia nilotica (ACNI, sunt) à Myos Hormos, au Mons Claudianus et au Porphyrites. Cet arbre présente des stigmates anatomiques caractéristiques qui permettent de le différencier des autres acacias mentionnés ci-dessus. L’acacia du Nil ne pousse pas dans le désert et sa présence récurrente sous forme de charbon de bois dans des contextes archéologiques liés à différentes activités métallurgiques, montre probablement l’importation de combustible depuis la vallée du Nil (Van der Veen, Tabinor 2007, p. 107, voir également discussion ci-dessous). Sur ces trois sites, les proportions d’acacia du Nil dépassent même celles des autres types d’acacia. Il n’est donc pas exclu que le groupe des acacias indifférenciés (ACAC), sur ces sites et ailleurs, comprenne des acacias venant de la vallée14.

27Le second indice est celui fourni par la présence importante de sous-produits céréaliers, balle et vanne de blé dur et dans une moindre mesure d’orge vêtue, dans les assemblages carpologiques carbonisés. On en trouve par exemple en quantité dans la cuisine commune du Mons Claudianus, probablement pour alimenter les fours à pain (Van der Veen 2001, p. 216, fig. 8.9) ou dans les dépotoirs de Xèron Pelagos, constituant de probables rejets de foyers domestiques (voir la contribution de Van der Veen et al. 2018, Bouchaud inédit). L’importation de ces sous-produits céréaliers pour subvenir aux besoins de fourrage et de litière animale est bien démontrée par l’analyse carpologique des déjections animales (voir la contribution de Van der Veen et al. 2018 et plus généralement Van der Veen 1999, 2007) et il est raisonnable de penser qu’une partie pouvait en parallèle être utilisée comme combustible.

Recyclage du bois d’œuvre

28Au moins dix essences ligneuses n’ayant pu pousser en Égypte sont présentes au sein des assemblages anthracologiques (tableau 3, fig. 7). Elles comprennent en particulier des taxons pouvant pousser dans les zones d’altitudes méditerranéennes ou dans les régions tempérées eurasiennes – comme le groupe des pins sylvestre/noir, le chêne à feuillage caduc (QUEDEC), l’orme, Ulmus sp. (ULMU) –, des essences typiquement méditerranéennes comme les pins parasol/maritime, Pinus pinea/pinaster (PIPIPIN) et le cyprès, Cupressus sempervirens (CUPR) et des bois tropicaux, ébène (probablement ébène du Mozambique) et teck. Ces charbons de bois sont majoritairement présents à Myos Hormos et Bérénice. Quelques rares occurrences sont présentes sur les autres sites. Il peut paraître surprenant de prime abord de trouver de telles essences exotiques parmi les assemblages anthracologiques, puisqu’on peut difficilement envisager que ces bois originaires des régions de Méditerranée, d’Europe continentale, d’Afrique tropicale ou d’Inde aient pu être spécifiquement importés pour alimenter un feu de cuisine. L’explication la plus logique qui peut être donnée est celle qui consiste à voir dans ces vestiges la marque de réutilisation d’objets et d’éléments de construction arrivés en fin de vie, auxquels on attribue une dernière fonction combustible. L’ensemble de ces taxons est d’ailleurs également représenté parmi le mobilier en bois. La pratique de réutilisation du bois d’œuvre fait largement écho aux observations faites ci-dessus, montrant une utilisation d’un large corpus de combustible issu de la végétation ligneuse locale, arborée et arbustive, des déjections animales, de vanne et paille de céréale et de combustibles ligneux importés depuis la vallée du Nil, l’ensemble témoignant de l’exploitation de tout le spectre disponible de matières inflammables.

Dynamiques économiques et environnementales

29Si les assemblages étudiés de bois et charbon de bois soulignent une très forte diversité végétale, la prise en compte de détails relevant à la fois des types d’objets, des stigmates morphologiques et anatomiques et des contextes archéologiques permet de s’interroger sur la sélection de certaines essences et par-delà, sur les significations économique et environnementale des distributions observées, entre les sites et à l’échelle de l’Égypte pour la période romaine.

Sélection des essences

Les bois travaillés

  • 15 Les éléments architecturaux dont il est question sont des éléments de tenons, qui pourraient égalem (...)

30L’identification taxonomique des artéfacts en bois, provenant majoritairement des ports de Myos Hormos et Bérénice, et dans une moindre mesure du fortin de Xèron Pelagos, montre que certaines catégorie d’objets, comme les bouchons d’amphore ou les ustensiles de vaisselle, sont réalisés à partir d’une grande variété de bois où coexistent bois égyptiens, méditerranéens et tropicaux (voir ci-dessus et tableau 4). D’autres artéfacts semblent, au contraire, largement tributaires du choix d’une ou d’un groupe d’espèce(s). Ainsi, si l’on prend en compte les cinq taxons les mieux représentés (fig. 7), à savoir l’acacia (ACTO+ACAC), le tamaris, le pin (PINU+PIPIPIN+PISYNI), l’ébène du Mozambique et le teck (fig. 8), il apparaît, premièrement, que les objets du quotidien sont plutôt réalisés avec les bois locaux (acacia et tamaris) ; deuxièmement, que les éléments architecturaux sont représentés par des bois locaux, des pins (à Bérénice) et du teck (à Myos Hormos15) ; troisièmement, que les objets maritimes sont dominés par le bois d’ébène du Mozambique et de teck.

Fig. 8

Fig. 8

Répartition fonctionnelle des artéfacts fabriqués en bois d’acacia, tamaris, pin, ébène du Mozambique et teck. Voir tableau 2 pour les abréviations des noms des sites et les détails quantitatifs et qualitatifs. Les planches en teck de Bérénice correspondant probablement à des éléments de coque de bateau réutilisés dans l’architecture domestique sont comptées parmi les artéfacts maritimes. Les tenons de Myos Hormos sont ici inclus comme élément d’architecture mais pourraient également correspondre à la catégorie d’objets maritimes.

31L’utilisation des bois tropicaux comme équipement de voilage et pour la coque des bateaux, comme cela a été montré à Bérénice avec le teck (Vermeeren 2000a), et la présence de voiles en lin et en coton (Wild, Wild 2001, 2014) conduit à s’interroger sur les circuits de fabrication/réparation des navires. En effet, l’analyse technique des objets trouvés montre que la technicité de fabrication semble similaire à celle connue pour le monde méditerranéen à la même époque. Il a par ailleurs été proposé, à partir de l’étude de sources épigraphiques, qu’une « forêt » d’acacia pourrait avoir été entretenue et exploitée à Coptos de l’époque pharaonique à la période médiévale pour la construction de bateaux, déplacés en pièces détachées jusqu’aux ports et remontés sur place (Gabolde 2002). Cette proposition s’apparente à celle formulée à la fin du xixe siècle par W. Golénischeff qui, traversant le désert jusqu’à Bérénice, propose que les acacias présents non loin des ports aient pu servir à la construction des bateaux (Golénischeff 1890, pp. 89‑90). Pour autant, les matériaux bruts (bois et textiles) clairement identifiés comme appartenant à d’anciens navires d’époque romaine ne sont ni d’origine égyptienne ni d’origine méditerranéenne. Les seules, exceptions sont quelques objets faits de tamaris, de potentiel bois d’olivier, Olea europaea (OLEA) et d’une espèce de la sous-famille des Maloïdées (MALO) comprenant des fruitiers comme le pommier et le poirier dont on connaît la culture à cette époque dans la vallée du Nil (Barakat, Baum 1992), ainsi que les voiles de lin provenant sans doute des régions nilotiques (Wild, Wild 2001). À leurs côtés, les objets faits d’ébène du Mozambique indiquent une probable provenance d'Afrique tropicale tandis que les objets en teck (Van der Veen et al. 2011, p. 207) et les techniques de tissage des voilages de coton (Wild, Wild 2001; Handley 2004; Wild, Wild 2014) désignent manifestement une origine indienne. Partant de ce constat, les hypothèses formulées suggèrent l’existence de bateaux romains, fabriqués à partir de modèles méditerranéens et construits avec des bois méditerranéens et/ou égyptiens, et la présence de bateaux construits en Inde, dont le schéma de fabrication est encore mal connu (Whitewright 2007 ; Blue et al. 2011). Une partie des éléments en bois de teck (copeaux de bois et planches) et des voilages de coton mis au jour dans les ports de Myos Hormos et Bérénice peuvent ainsi provenir de bateaux construits en Inde, et avoir été réutilisés pour réparer des bateaux construits sur place, de telle sorte qu’il ne soit plus possible de connaître les essences en bois originellement utilisées pour construire les bateaux romains.

32La sélection de certains bois pour la fabrication d’objets/catégories d’objets spécifiques s’applique également à des essences moins courantes. Par exemple, les peignes sont pour la plupart réalisés en buis, Buxus sempervirens (BUXU) et font partie des objets du quotidien les plus fréquemment identifiés à Myos Hormos (Van der Veen et al. 2011, p. 216). Le buis pousse en Europe, au Levant, en Afrique du nord, en Asie centrale et orientale (Gale, Cutler 2000) et il est donc impossible de certifier le lieu d’origine/de fabrication de ces objets. Néanmoins, la fréquence d’attestation des peignes en buis sur d’autres sites contemporains du Moyen-Orient et de Méditerranée laisse penser qu’il s’agit d’un type d’objet circulant régulièrement sur les routes de commerce romaines, indiquant une probable origine circum-méditerranéenne (Bouchaud et al. 2011 ; Derk, Vos 2010).

Combustible en contexte artisanal et charbonnage

33La liste floristique obtenue par l’analyse anthracologique des sept sites romains montre une utilisation large de ressources combustibles pour lesquelles la proximité géographique semble être un critère déterminant, ressources complétées par des importations de combustible depuis la vallée du Nil et le recyclage de bois d’œuvre arrivé en fin de vie (voir ci-dessus). Plusieurs ostraca – ou tessons de céramique portant des traces écrites, ici en grec – montrent que le ramassage du bois dans les environs immédiats des fortins militaires fait partie des corvées des soldats de l’armée romaine (corpus inédit de Xèron Pelagos, comm. pers. H. Cuvigny), pratique observée également dans d’autres régions contrôlées par l’armée romaine (voir par exemple à Bu Njem en Lybie, Marichal 1992, p. 94 et à Doura Europos en Syrie, P.Dura 82, col. 2, I. 9 =ChLA VII, 337 = RMR 47, II, 9). La diversité végétale exprimée au sein des spectres anthracologiques se fait l’écho des pratiques modernes des populations bédouines exploitant un éventail large et aléatoire de ressources ligneuses disponibles dans les environs, impliquant à la fois le ramassage de bois mort et la coupe de bois frais, en limitant traditionnellement cette coupe aux branches plutôt qu’à l’ensemble du tronc (Hobbs 1989, p. 53 ; Christensen 2001). S’y ajoutent également d’autres critères de sélection plus subjectifs et difficilement perceptibles en contexte archéologique, comme en témoignent les choix relatés par certains bédouins, préférant l’acacia pour les feux devant durer longtemps, le bois de soude (SALSUA) pour la cuisine et l’espèce Lycium shawii (LYCSHA) si le feu doit être démarré sous la pluie (Hobbs 1989 ; Vermeeren 2000b).

  • 16 Comme cela a déjà été précisé, certains assemblages charbonneux résultent potentiellement d’un méla (...)

34La majorité des fragments de charbon de bois identifiés provient de contextes de rejet secondaire dits « domestiques »16. À leurs côtés, plusieurs assemblages anthracologiques étudiés correspondent clairement à des contextes artisanaux, tels des rejets de forge à Kainè Latomia (Newton inédit), des rejets très charbonneux correspondant probablement à des activités artisanales dans le fortin satellite de Badia et dans un des secteurs (Well Sebakh) du Mons Claudianus (Van der Veen, Tabinor 2007, pp. 107, 137) et un ensemble issu d’un probable atelier de fabrication de briques à Bérénice (Vermeeren 1998). La comparaison de ces différents types d’assemblages anthracologiques montre la même tendance d’un site à un autre, à savoir que le nombre de taxons présents au sein des contextes domestiques est plus élevé que le nombre de taxon représentés dans les contextes artisanaux (fig. 9). Ce constat simple de prime abord, le plus grand nombre d’échantillons domestiques pouvant naturellement expliquer une plus grande variabilité taxonomique, trouve dans le détail une résonnance particulière. En effet, les essences trouvées dans les contextes artisanaux correspondent en grande majorité à des charbons de bois d’acacia, acacia du Nil (Acacia nilotica), acacia de type local (Acacia tortilis) ou acacias indifférenciés au Mons Claudianus (88 %), à Badia (plus de 90 % du nombre total de fragments étudiés) et Kainè Latomia (100 %) et à du charbon de bois de mangrove à Bérénice (79 %). Le faible nombre de contextes spécifiques d’une part, auquel s’ajoute le faible nombre de charbons étudiés dans certains de ces contextes d’autre part invitent à la prudence, mais permettent néanmoins d’introduire l’idée d’une sélection du combustible dans le cadre des activités artisanales liées au travail du métal (acacia) et de la fabrication de la brique (bois de mangrove) nécessitant un contrôle particulier de l’intensité et de la durée de la combustion.

Fig. 9

Fig. 9

Étude du charbon de bois. Comparaison du nombre de taxons présents comme charbon de bois dans les contextes dits domestiques avec quelques contextes artisanaux demandant des températures élevées de combustion. Pour ces derniers, la proportion du taxon dominant par rapport au nombre total de fragments étudiés est indiquée (%). Nb = Nombre d’échantillons, NR = Nombre de restes. Voir tableau 2 pour les abréviations des noms des sites.

35La reconnaissance de pratiques de sélection des essences conduit naturellement à s’interroger sur celle du charbonnage. L’utilisation de charbon de bois comme combustible, permettant d’atteindre des températures élevées et un contrôle optimal de la combustion quelle que soit l’essence de bois dont il est issu, s’avère en effet indispensable pour certaines activités artisanales, comme ont pu l’être, entre autres, celles liées à l’entretien des outils en fer utilisés pour l’extraction de la pierre sur les sites de carrière. Le charbon de bois peut également être utilisé pour des activités routinières et a priori anodines, comme le montre plus récemment l’utilisation de charbon de bois pour la réalisation du café chez les bédouins de la tribu Beja dans les montagnes de la mer Rouge (Christensen 2001). Plusieurs ostraca du Mons Claudianus mentionnent l’utilisation et la circulation de charbon de bois depuis la vallée du Nil vers les sites des carrières impériales du Mons Claudianus et du Porphyrites (incluant Badia) (O.Claud. I 21, O.Claud. IV 697, O.Claud. IV 742, O.Claud. IV 826 et O.Claud. IV 850). Trois ostraca trouvés à Kainè Latomia témoignent également de l’importation de charbon de bois depuis la vallée du Nil à destination des ateliers de réparation des outils en métaux (O.Kala inv. 596; OKala inv. 63; O.Kala inv. 507; A. Bülow-Jacobsen, comm. pers.). Du point de vue de l’anthracologie, un des principaux obstacles freinant les recherches sur ce thème à l’heure actuelle réside dans l’impossibilité de différencier par observation anatomique classique un charbon de bois issu de charbonnage de celui résultant de la combustion simple de bois. C’est donc par des moyens détournés que la présence de charbon de bois issus de charbonnage dans les assemblages anthracologiques a jusqu’alors été démontrée. L’étude menée au Mons Claudianus, au Porphyrites et à Badia s’est ainsi appuyée sur l’enregistrement de quatre indices : l’identification taxonomique, la taille des fragments, la présence ou non de brindilles et la dureté du charbon évalué par cassure du charbon. Il a été montré que le charbon de bois d’Acacia nilotica et A. tortilis présentait, en général, une plus grande proportion de fragments de grande taille (≥ 30 mm), moins de brindilles, et plus de fragments durs (difficile à casser) que les deux autres essences majoritaires au sein des corpus anthracologiques, à savoir Leptadenia pyrotechnica et Moringa sp. Les deux acacias sont en outre proportionnellement plus importants dans les secteurs archéologiques possiblement en lien avec des activités métallurgiques (comme à Badia et dans le secteur Well Sebakh du Mons Claudianus) (Van der Veen, Tabinor 2007). D’autres démonstrations s’appuient sur l’observation de « bulles » (puffing effect) et de craquelures, ou fentes radiales, pour mettre en évidence des pratiques de charbonnage à partir de bois verts (Vermeeren 1998, p. 346 ; Krzywinski 2001, p. 137). Notons cependant que la taille, la qualité de la consistance du charbon de bois archéologique, de friable à dure, et la présence de « bulles » ne sont pas des critères habituellement utilisés au sein de la communauté anthracologique actuelle s’intéressant à la question du charbonnage, et qu’aucune étude méthodologique n’a jusqu’à présent été réalisée pour démontrer une corrélation positive entre ces indices et le degré de combustion. Par ailleurs, il a été montré que l’observation de fentes radiales en section transversale n’est pas un critère pertinent pour démontrer l’exploitation de bois vert (Théry-Parisot, Henry 2012). La mesure de la réflectance semble en revanche être un outil efficace permettant d’estimer les températures de combustion et par-delà, des pratiques d’utilisation de charbon de bois issus de charbonnage. Cette méthode nécessite cependant un protocole d’étude et une technicité qui ont été peu testés sur du matériel archéologique (Braadbaart, Poole 2008).

  • 17 L’acacia du Nil présente un bois dur, difficile à travailler. Il est utilisé dans la vallée du Nil, (...)

36Outre les sources textuelles, qui ne laissent aucun doute sur le fait que du charbon était importé depuis la vallée du Nil, l’argument anthracologique le plus fort témoignant à ce jour de cette pratique est celui de la présence importante de charbon de bois d’acacia du Nil dans des contextes archéologiques non domestiques. Sa présence récurrente dans ces contextes spécifiques et l’absence de ce taxon dans le corpus de bois desséché17 suggère qu’au moins une partie des bois d’acacia était apportée depuis la vallée du Nil sous forme de charbon de bois, diminuant ainsi la charge et le volume à transporter tout en répondant aux besoins combustibles importants au sein des différents sites. La présence conjointe des sources papyrologiques et des résultats anthracologiques (fig. 7) soulignant la présence de charbon de bois d’acacia du Nil indiquent que ces importations semblent particulièrement destinées aux sites de carrières. En parallèle, l’hypothèse d’une fabrication locale de charbon de bois sur ces sites ou ailleurs, utilisant les acacias de ces zones désertiques, comme Acacia tortilis subsp. raddiana dont le pouvoir calorifique est reconnu (Le Floc’h, Grouzis 2003, p. 46) ou les bois de mangrove, reste une question largement ouverte. Cette pratique est par exemple supposée se développer parallèlement à l’exploitation des ressources aurifères du désert durant les époques pharaoniques (Gale et al. 2000, pp. 353‑354) et à l’époque ptolémaïque (Bouchaud à paraître). Elle était encore courante jusqu’à récemment chez les populations bédouines (Hobbs 1989 ; Belal et al. 2009 ; Andersen 2012).

Comparaisons inter-sites : Fonction des sites et économie régionale

37La diversité floristique des ligneux trouvés diffère d’un site à l’autre, par le nombre de taxons et leur origine géographique. Ces différences reflètent en partie l’investissement archéobotanique réalisé sur chacun des sites, lui-même résultant du nombre de prélèvements effectués et de la préservation de la matière organique. Par exemple, le faible nombre d’échantillons anthracologiques et l’absence d’éléments en bois identifiés à Badia, tout comme l’absence d’étude anthracologique à Didymoi expliquent certainement le faible nombre de taxons trouvés sur ces deux sites. De même, le grand nombre d’échantillons étudiés à Myos Hormos et Bérénice, reflétant la grande quantité de bois travaillé mis au jour, produit une liste taxonomique très diversifiée. Outre ces aspects méthodologiques et circonstanciels, d’autres types d’explications peuvent éclairer la différence taxonomique qui s’exprime entre les sites.

38Le classement des taxons par provenance, qui réunit les résultats de l’analyse des bois desséchés et brûlés pour chaque site (fig. 10), permet de lisser les disparités qui existent entre les sites du fait de la présence ou non des deux types d’analyse (xylologique et anthracologique) et offre une première comparaison qualitative.

Fig. 10

Fig. 10

Nombre de taxons par site, résultats anthracologiques et xylologiques confondus, en fonction de leur provenance. Voir tableau 2 pour les abréviations des noms des sites, des provenances et les détails quantitatifs et qualitatifs.

  • 18 Le perséa n’est présent que sous forme de charbon de bois au Porphyrites. Il pourrait cependant, co (...)

39Trente-cinq taxons correspondent à des ligneux arbustifs et arborés dont la croissance est adaptée aux zones désertiques. Ces essences locales, dominées par l’acacia du désert (Acacia tortilis type), sont attestées sur tous les sites. Les plantes ayant pu être cultivées ou pousser naturellement sur les bords du Nil et dans les oasis du désert occidental sont représentées par neuf taxons. Le taxon le plus ubiquiste est l’acacia du Nil, surtout représenté sur les sites de carrière (Mons Claudianus et Porphyrites), probablement en lien avec l’importation de charbon de bois. Les huit taxons restants ne sont représentés que de façon anecdotique, comme les possibles bois d’olivier et de Maloïdées à Myos Hormos, le perséa18, Mimusops laurifolia (MIMU) au Porphyrites – fruitier faisant l’objet de mesure de protection durant les époques ptolémaïque et romaine (Manniche 1989, p. 121), ou le roseau (ARPHR) à Xèron Pelagos. Dix-neuf taxons sont des essences typiques du pourtour méditerranéen et/ou des zones plus septentrionales d’Europe ou du Moyen-Orient. La plupart de ces essences importées peuvent avoir poussé sur tout ou partie du pourtour méditerranéen (pin parasol/pin maritime, buis, chênes à feuillage persistent, cyprès, etc.), dont le Sinaï (genévrier). D’autres, comme le groupe du pin sylvestre/pin noir, l’orme, le sapin, bien que poussant dans les zones d’altitude de certaines régions méditerranéennes, peuvent également témoigner d’importations à plus longue distance, depuis les régions tempérées eurasiennes ou l’Anatolie. Au sein de cet ensemble, les pins et l’orme sont les taxons les plus fréquemment identifiés, mais ils ne sont représentés qu’à Myos Hormos et Bérénice. Enfin, huit taxons sont des bois exotiques caractéristiques des régions tropicales et sub-tropicales, indienne (teck, bambou, Bambusa sp., BAMB) ou africaine (ébène du Mozambique). Ils sont uniquement attestés sur les sites portuaires.

40Ces observations mettent en lumière une différence d’approvisionnement entre les sites portuaires et les sites situés à l’intérieur du désert, qui découle d’une différence d’utilisation de la matière ligneuse et de statut économique et social des sites. Il a été montré ci-dessus que les taxons exotiques tropicaux étaient avant tout liés à l’activité maritime ; logiquement ils sont davantage attestés dans les sites portuaires que dans les sites du désert. De plus, les deux ports ont livré un nombre important d’objets en bois (comme les peignes) et de pièces architecturales (comme les planches) réalisés avec des bois originaires du bassin méditerranéen/d’Europe continentale. La multiplicité des activités humaines présentes au sein de ces ports où se croisent et résident commerçants, hauts fonctionnaires de l’armée romaine, soldats et civils a favorisé la présence de matériaux variés, dont celle du bois d’œuvre, et, du fait du recyclage de ces derniers comme combustible (voir ci-dessus), influencer la diversité exprimée au sein des corpus anthracologiques. À l’inverse, les fortins, stations caravanières et sites de carrières constituent des zones de résidence et de circulation moins directement liées au commerce à longue distance, ce qui se reflète dans les ligneux utilisés. On y observe une diversité géographique plus réduite, une exploitation majoritaire des essences locales et dans une moindre mesure de bois nilotiques (pour le charbon de bois, voir ci-dessus) et d’origine méditerranéenne. Comme les études des graines et fruits, des restes fauniques, des textiles, de la poterie (voir les différentes contributions dans ce volume de Bender et al. 2018, Leguilloux 2018, Tomber 2018, Van der Veen et al. 2018), l’analyse des bois et du charbon de bois des sites du désert permet d’obtenir une image du fonctionnement économique du désert oriental à l’époque romaine et des différences d’approvisionnement qui existent entre les ports de la mer Rouge et les sites intérieurs.

Dynamiques chronologiques

41Replaçons à présent ces découvertes d’éléments en bois et de fragments de charbon de bois d’époque romaine dans un contexte chronologique plus large.

L’exploitation des ressources ligneuses sur le temps long et les singularités de l’époque romaine

42Les études de bois manufacturés égyptiens disponibles pour les périodes plus anciennes, de l’Ancien Empire à la Basse Époque, se sont généralement intéressées à des contextes funéraires, le plus souvent de personnages importants (voir par exemple pour le Nouvel Empire, Waly 1996 ; Newton 2002, 2009 ; et pour la Troisième Période Intermédiaire, Asensi Amorós 2017). Elles témoignent d’approvisionnements multiples en bois égyptiens, comme l’acacia, le tamaris et le figuier sycomore, et en bois importés, ces derniers provenant majoritairement des zones levantines et méditerranéennes, comme le cèdre (Cedrus sp.) (voir également Asensi Amorós 2003 ; de Vartavan, Asensi Amorós 2010 ; Asensi Amorós 2016). Le cèdre et l’acacia sont des bois résistants aux attaques d’insectes xylophages, et peuvent être surreprésentés puisque mieux conservés, cette résistance ayant pu par ailleurs influencer leur choix comme matériau pour la fabrication du mobilier funéraire (Newton 2009). Le figuier sycomore, pourtant moins résistant et de qualité médiocre, est cependant particulièrement bien attesté, probablement du fait de sa disponibilité (Asensi Amorós 2008, p. 30). Le seul contexte domestique de Haute-Égypte qui fournit des données pour l’époque pharaonique (Moyen Empire et Basse Époque) montre l’utilisation d’acacia du désert et de tamaris pour des appuie-têtes et des bâtonnets (Waly 1999). Des bois de construction de bateaux d’époque pharaonique ont été trouvés à Mersa Gawasis (Gerisch 2007 ; Bard, Fattovich 2008 ; Ward, Zazzaro 2010 ; Ward 2012) et ‘Ayn Soukna (Newton inédit). Là encore, les bois identifiés correspondent à des approvisionnements égyptiens (acacia, figuier) et des importations du Levant (cèdre et chêne à feuillage caduc). Alors que les données d’époque romaine ne permettent pas de connaître précisément les bois utilisés à l’origine pour la construction des bateaux méditerranéens (voir ci-dessus), ces éléments d’époque pharaonique plaident en faveur des hypothèses développées par W. Golénischeff (1890) ou M. Gabolde (2002) supposant l’exploitation de « forêts » d’acacia pour la construction et la réparation des bateaux.

43Les rares études anthracologiques des époques antérieures à l’Antiquité gréco-romaine suggèrent un approvisionnement en combustible local (voir par exemple pour le Pré-dynastique Newton, Midant-Reynes 2007 ; Gatto et al. 2009 ; et pour l’époque perse Newton et al. 2013). Sur les sites urbains ou liés à des institutions religieuses de la vallée du Nil, l’acacia semble être préférentiellement utilisé, comme à Amarna (Gerisch 2004), à Giza (Murray 2005) et à Karnak pour la Basse époque (26e dynastie) (Newton et al. à paraître). Sur ce dernier site, les données anthracologiques et les sources textuelles indiquent que le charbon de bois était utilisé comme combustible et provenait peut-être de boisements d’acacia gérés à cet effet (Newton et al. à paraître).

44Pour les périodes qui nous intéressent, les bois desséchés et brûlés trouvés sur les sites égyptiens hors du désert oriental sont la plupart du temps classés sous la vague dénomination chronologique de « gréco-romains » (Marchand sous presse ; Waly 2003 ; Vermeeren 2016), et les corpus précisément datés de l’époque ptolémaïque, comme à Tebtynis dans le Fayoum (Marchand 2015), ou de l’époque romaine (Bouchaud, Redon 2017 ; Asensi Amorós 2008) sont trop réduits pour pouvoir appréhender des dynamiques diachroniques globales (Asensi Amorós 2003). Le recours aux sources papyrologiques de ces périodes, publiées et en cours d’étude, apporterait une plus-value pertinente, mais cela dépasserait le cadre circonscrit de cette synthèse. Périodes grecques et romaines confondues, les études publiées mettent en évidence des approvisionnements locaux en combustible, où dominent les bois d’acacia, de tamaris et les essences fruitières provenant de l’entretien des jardins, comme le palmier dattier, l’olivier et le bois de vigne (Bouchaud, Redon 2017 ; Vermeeren 2016), et l’utilisation de ces mêmes bois locaux ainsi que de bois importés du monde méditerranéen/européen – buis, sapin, cyprès, frêne, hêtre, tilleul – pour les objets et matériaux de construction.

45Le corpus anthracologique et xylologique du désert oriental se démarque du corpus des sites de la vallée du Nil et des oasis occidentales, d’une part en raison du nombre important d’échantillons analysés, d’autre part parce qu’il témoigne massivement du dynamisme économique impliquant le transport et l’utilisation de matière ligneuse à l’époque romaine à l’échelle locale et à moyenne et longue distance. Si la plupart des essences identifiées sont identiques aux taxons trouvés sur les sites de la vallée du Nil et du Fayoum, les résultats du désert oriental présentent en effet une certaine singularité. Ainsi, les pins, déjà présents en petite quantité aux époques antérieures et ponctuellement identifiés sur les sites contemporains du Fayoum (Marchand sous presse ; Vermeeren 2016), semblent dans le désert constituer une ressource méditerranéenne largement exploitée, surtout à Myos Hormos et Bérénice (voir ci-dessus). Sur ces deux sites, le teck est identifié pour la première fois sur le sol égyptien (Asensi Amorós 2003). Son absence ailleurs, sur les sites intérieurs du désert ou sur les sites nilotiques et des oasis occidentales, renforce l’idée que ce bois est préférentiellement lié à l’activité maritime, pour la construction de bateaux indiens, et qu’il ne fait pas ou peu l’objet de commerce sur le territoire égyptien sous domination romaine.

L’utilisation du cèdre à l’époque romaine

46En dépit d’une liste taxonomique pourtant fournie, le cèdre, Cedrus sp., essence de choix régulièrement identifiée pour la fabrication de mobiliers funéraires, bâtiments et bateaux dès la période prédynastique (Gale et al. 2000, p. 349 ; Newton 2002 ; Asensi Amorós 2003 ; Newton 2009) est absent du corpus romain du désert oriental. Ce fait peut bien sûr être lié à des aspects fonctionnels et contextuels, ces bois ayant pu être destinés à des constructions ou objets non utilisés dans le désert oriental. Pourtant, le cèdre n’est pas non plus reconnu sur les autres sites égyptiens contemporains, à l’exception de deux exemples datés de l’époque romaine qui témoignent de son utilisation pour un support de portrait peint (Asensi Amorós 2008). Bien qu’une certaine prudence soit de rigueur face à ce type de raisonnement par l’absence, cela montre néanmoins que le cèdre, qu’il vienne des régions syro-libanaises (Cedrus libani) ou, moins vraisemblablement, d’Afrique du Nord (Cedrus atlantica), ne constituait pas une ressource de premier ordre durant l’Antiquité gréco-romaine. De plus, notons qu’un certain nombre de travaux archéologiques publiés au xixe siècle évoquent la présence de cèdre sans que ce dernier ait été anatomiquement identifié (Asensi Amorós 2003, p. 178), créant une confusion quant à la place réelle occupée par cette essence. Ainsi, si l’exploitation du cèdre, identifié anatomiquement, ne fait aucun doute pour la période pharaonique et peut-être pour l’Antiquité tardive, comme le suggèrent les quelques fragments trouvés dans le port d’Abu Sha’ar (Fadl 2013), sa commercialisation en Égypte aux époques ptolémaïque et romaine pourrait avoir été nettement réduite. Pour autant, les moteurs de ces changements, impliquant potentiellement d’autres produits, comme le figuier sycomore, restent à comprendre (changements de coutumes et pratiques, de relations économiques et commerciales ou bien encore appauvrissement des ressources, etc.).

Une raréfaction des ressources ?

47L’hypothèse de travail qui vient à l’esprit au regard des nombreuses activités impliquant l’utilisation de bois et de charbon de bois sur le temps long est que ces dernières ont dû considérablement affecter les ressources ligneuses disponibles localement, dans la vallée du Nil, ou même, si l’on reprend le cas du cèdre, à l’échelle du bassin méditerranéen, et conduire à leur raréfaction. Les populations bédouines actuelles perçoivent l’époque romaine comme la première période de surexploitation des ressources, notamment en raison d’un charbonnage à grande échelle (Hobbs 1989, pp. 98‑100). Cette hypothèse, aussi pertinente soit-elle (Krzywinski, Pierce 2001), n’en est pas moins difficile à valider. À l’heure actuelle, et à quelques rares exceptions près détaillées ci-dessous, les données disponibles ne permettent pas de décrire précisément l’évolution qualitative et quantitative des ressources en bois dans les régions d’exploitation concernées. Pour ne prendre que le cas des ressources locales, les corpus sont trop limités dans le temps et souffrent de biais méthodologiques trop importants (nombre limité de restes, échantillonnage trop ciblé) pour rendre compte des dynamiques de la biodiversité au sein du désert oriental.

  • 19 Le palétuvier rouge est très peu représenté aux deux périodes.
  • 20 La rareté actuelle de l’acacia est notée dans d’autres régions égyptiennes. Le site archéologique d (...)

48Les seules données disponibles à l’heure actuelle concernent le bois de mangrove. Les deux principaux genres, Avicennia et Rhizophora, correspondant probablement au palétuvier gris, Avicennia marina, et au palétuvier rouge, Rhizophora mucronata, sont reconnus dans les corpus utilisés. Leur présence, inféodée aux milieux côtiers, est uniquement enregistrée à Bérénice et Myos Hormos, et témoigne à la fois d’une large utilisation dans ces ports et d’une faible valeur utilitaire ailleurs. Le palétuvier rouge est par exemple un bois d’œuvre reconnu pour ses qualités imputrescibles, le rendant intéressant pour les bateaux et l’architecture portuaire, mais de peu d’utilité sur des sites situés loin de la mer ou du Nil (Schneider 2006, 2011, 2017). Actuellement, les formations de mangrove sont extrêmement réduites, voire même absentes autour de Bérénice, et le palétuvier rouge a disparu localement (Vermeeren 1998, p. 347, Schneider 2011, pp. 396-397). L’étude des bois et du charbon de bois menée au sein de la ville médiévale de Kusayr, comparée à celle des ressources ligneuses de la ville romaine voisine de Myos Hormos, témoigne d’un changement d’approvisionnement net entre les deux périodes, marqué notamment par la diminution des identifications de palétuvier gris19 au sein des assemblages (Van der Veen 2011, p. 226). Ces rares indices constituent les seuls arguments pertinents démontrant l’impact des activités anthropiques sur les assemblages floristiques. En ce qui concerne les acacias, si l’évolution temporelle des populations ne peut être mesurée à l’heure actuelle en raison du manque de données, les témoignages modernes montrent que l’exploitation romaine n’a pas eu de conséquences irréversibles. Ainsi, Linant de Bellefond décrit au début du xixe siècle des wâdis garnis d’acacias (Linant de Bellefonds 1831). Cette même observation est faite par E. A. Floyer qui observe dans les années 1880 des acacias, dont certains atteignent 10 mètres de hauteur, exploités par les bédouins pour la fabrication du charbon (Floyer 1887, p. 670 ; cité dans Hobbs 1989, pp. 99-100). La pauvreté des ressources ligneuses du désert20 telle quelle est observée à l’heure actuelle semble ainsi être le résultat d’une évolution très récente datant des 50 dernières années, marquées entre autres par la ruée vers l’or et l’augmentation des pratiques de charbonnage menant aussi bien à la destruction du patrimoine archéologique qu’à une désertification accrue (Hobbs 1989, p. 100 ; Andersen, Krzywinski 2007 ; Redon 2017).

Résumé et conclusion

49Cette première synthèse des études de bois et charbon de bois menées sur huit sites d’époque romaine du désert oriental égyptien offre un vaste aperçu régional des usages et régions d’approvisionnement des ressources ligneuses. Les conditions arides de la région ont permis la préservation sur certains sites d’éléments en bois rarement rencontrés en contexte archéologique. Ces découvertes attestent de l’utilisation de différentes catégories d’objets et de bois de construction (domestique et maritime), qui démontre la place importante du mobilier en bois au sein des sociétés antiques et, indirectement, leur sous-représentation sur les sites où la matière organique n’est pas préservée. Les essences utilisées témoignent de circuits d’approvisionnement complexes où se conjuguent l’exploitation locale des ressources du désert (acacia et tamaris, arbre à huile de ben, palétuviers, etc.), notamment pour assouvir les besoins en combustible, des acquisitions à moyenne distance depuis la vallée du Nil (acacia) ou le Sinaï (genévrier), ainsi que des importations d’objets en bois depuis les régions méditerranéennes plus éloignées (pin, chêne), l’Europe continentale (orme, sapin) ou encore les régions tropicales africaines (ébène du Mozambique). La réutilisation de bois, en particulier le teck des bateaux indiens, dans la construction ou comme combustible, semble également être une pratique courante.

50En dépit de l’hétérogénéité des études d’un site à un autre et du faible nombre de données dans certains cas, les résultats mettent en lumière à la fois la diversité des ressources utilisées et l’existence de pratiques de sélection des bois utilisés pour construire des bâtiments, naviguer, façonner les objets du quotidien, pour chauffer et se chauffer. L’exploitation des ressources ligneuses pourrait ainsi être qualifiée d’opportuniste, lorsqu’il s’agit de la fabrication de certains objets (bouchons d’amphore, vaisselles) ou de leur emploi comme combustible, tandis que des pratiques de sélection plus visibles ont été mises en lumière pour la fabrication d’objets à usage maritime ou architectural dans les sites côtiers (avec l’utilisation respective des bois tropicaux et des pins). C’est également le cas pour les activités de combustion artisanales dans les carrières (avec l’exploitation du bois d’acacia, dont une partie est importée depuis la vallée du Nil sous forme de charbon de bois). Les comparaisons inter-sites montrent de fortes différences entre les sites côtiers de Myos Hormos et de Bérénice et les sites du désert. À l’instar d’autres études de matériel présentées dans ce volume, l’étude des ressources ligneuses sur ces sites désigne les ports comme les principaux points névralgiques des transferts et d’utilisation des produits dans le désert oriental.

51À l’échelle de l’Égypte, les résultats du désert Oriental égyptien offrent en outre des données inédites pour l’époque romaine. La comparaison avec les autres sites contemporains de la vallée du Nil et des oasis occidentales permet de souligner des similitudes dans les assemblages, en même temps que l’apparition de nouvelles essences, comme le teck, et la raréfaction, du moins pendant un temps, du cèdre. Le corpus disponible est encore cependant trop réduit pour appréhender dans la précision certains aspects, comme l’éventuel présence de charbonnage local ou encore le rôle joué par les activités anthropiques sur les dynamiques de biodiversité. Les analyses archéobotaniques en cours et leur comparaison avec les données tirées des corpus papyrologiques sont assurément deux voies de recherche à explorer dans les années à venir pour compléter cette première synthèse.

Remerciements

52Charlène Bouchaud et Marijke van der Veen souhaitent remercier Jean-Pierre Brun et le Collège de France de les avoir invitées au colloque de Paris 2016, où cette étude a été présentée par le premier auteur. Charlène Bouchaud et Claire Newton remercient Hélène Cuvigny de les avoir invitées à participer aux missions archéologiques françaises du désert Oriental égyptien, tandis que Marijke van der Veen remercie Valerie Maxfield et David Peacock et Caroline Vermeeren remercie Steve Sidebotham et Willeke Wendrich de les avoir invités à se joindre à leurs fouilles dans le désert Oriental. Merci également à Hélène Cuvigny et Adam Bülow-Jacobsen pour les informations concernant les ostraca inédits et à Valérie Schram et Victoria Asensi Amorós pour leurs commentaires sur les différentes versions de cet article.

Bibliographie

  

Andersen G.L., « Vegetation and Management Regime Continuity in the Cultural Landscape of the Eastern Desert », in H. Barnard, K. Duistermaat (éd.), the History of the Peoples of the Eastern Desert, Los Angeles : Cotsen Institute of Archaeology Press, 2012, 127139.

Andersen G.L. et Krzywinski K. « Mortality, Recruitment and Change of Desert Tree Populations in A Hyper-Arid Environment », Plos One, 2, 2: e208, 2007.

Asensi Amorós V., « L’étude du bois et de son commerce en Égypte : lacunes des connaissances actuelles et perspectives pour l’analyse xylologique », in K. Neumann, A. Butler, S. Kahlheber (éd.), Food, Fuel and Fields : Progress in African Archaeobotany, Ko͏̈Ln : Heinrich-Barth-Institut, Coll. Africa Praehistorica, 15, 2003, 177‑186.

Asensi Amorós V., « Les bois utilisés pour les portraits peints en Égypte à l’époque romaine », in M.-F. Aubert, R. Cortopassi, G. Nachtergael, V. Asensi Amorós, P. Détienne, S. Pagès-Camagna, A.-S. Le Hô, Portraits funéraires de l’Égypte romaine. Cartonnages, linceuls et bois, Paris : Éditions Kheops, Musée du Louvre Éditions, 2008, 29‑40.

Asensi Amorós V., « The History of Conifers in Egypt, Part I: Mediterranean Cypress (Cupressus Sempervirens L., Cupressaceae) », in U. Thanheiser (éd.), News from the Past: Progress in African Archaeobotany. Proceedings of the 7th International Workshop on African Archaeobotany in Vienna, 2-5 July 2012, Groningen: Barkhuis, Coll. Advances in Archaeobotany, 3, 2016, 311.

Asensi Amorós V., « The Wood of the Third Intermediate Period Coffins: the Evidence of Analysis for the Vatican Coffin Project », in A. Amenta, H. Guichard, Proceedings of the First Vatican Coffin Conference, 19-22 June 2013. Volume 1, Cité du Vatican : Edizioni Musei Vaticani, 2017, 45‑50.

Barakat H., Baum N., La végétation antique de Douch (oasis de Kharga), une approche macrobotanique, Le Caire : Institut français d'archéologie orientale, 1992, coll. DFIFAO, 27.

Bard K.A., Fattovich R., « Harbour of Paraohs to the Land of Punt (Marsa/Wâdi Gawasis Report 2007-2008) », Newsletter Archeologia (Cisa), 2008, 22‑38.

Belal A., Briggs J., Sharp J., Springuel I., Bedouins by the Lake: Environment, Change, and Sustainability in Southern Egypt, Le Caire: American University in Cairo Press, 2009.

Bender L., « Les textiles du Mons Claudianus, d’Abu Sha’ar et d’autres sites romains du désert Oriental d’Égypte » in J.-P. Brun, T. Faucher, B. Redon et S. Sidebotham (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018. En ligne : https://books.openedition.org/cdf/5168.

Blue L., Whitewright J., Thomas R. I., « Ships and Ships’ Fittings », in D.P. Peacock, L. Blue (éd.), Myos Hormos-Quseir Al-Qadim: Roman and Islamic Ports On the Red Sea. Volume 2: the Finds from the 1999-2003 Excavations, Oxford : Archaeopress, 2011, 179209.

Bouchaud C., « Les Données Archéobotaniques », in B. Redon, Th. Faucher (éd.), L’exploitation de l’or dans le district de Samut (désert Oriental). La mine ptolémaïque et les villages de mineurs du nouvel empire et de l’époque médiévale. Le Caire: Institut français d'archéologie orientale, coll. Fifao, à paraître.

Bouchaud C., Redon B., « Heating the Greek and Roman Baths in Egypt. Papyrological and Archeobotanical Data », in B. Redon (éd.), Collective Baths in Egypt 2. New Discoveries and Perspectives, Le Caire : Institut français d'archéologie orientale, coll. EtudUrb, 10, 2017, 323-349.

Bouchaud C., Sachet I., Delhopital N., « Les bois et les fruits des tombeaux nabatéens de Madâ’in Sâlih/Hégra (Arabie saoudite) : les provenances des végétaux et leur utilisation en contexte funéraire. », in C. Delhon, I. Théry-Parisot, S. Thiébault (éd.), Actes du colloque, Des hommes et des plantes. Exploitation et gestion des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours. Session usages et symboliques des plantes. Xxxe Rencontres internationales d’archéologie et d'histoire d'Antibes. 22-24 octobre 2009, Antibes. Anthropobotanica 01, 2011.

Boulos L., Flora of Egypt. Volume 1 (Azollaceae–Oxalidaceae), Le Caire : Al Hadara, 1999.

Boulos L., Flora of Egypt. Volume 2 (Geraniaceae-Boraginaceae), Le Caire : Al Hadara, 2000.

Boulos L., Flora of Egypt. Volume 3 (Verbinaceae-Compositae), Le Caire : Al Hadara, 2002.

Boulos L., Flora of Egypt. Volume 4. Monocotyledons (Alismataceae-Orchidaceae, Le Caire : Al Hadara, 2005.

Braadbaart F., Poole I., « Morphological, Chemical and Physical Changes during Charcoalification of Wood and its Relevance to Archaeological Contexts », Journal of Archaeological Science, 35, 9, 2008, 24342445.

Bubenzer O., Riemer H., « Holocene Climatic Change and Human Settlement between the Central Sahara and the Nile Valley: Archaeological and Geomorphological Results », Geoarchaeology, 22, 6, 2007, 607-620.

Butzer K., « Climatic History », in K. Bard (éd.), Encyclopedia of the Archaeology of Egypt, London : Routledge, 1999, 195198.

Christensen A., « Charcoal and Coffee », in K. Krzywinski, R.H. Pierce (éd.), Deserting the Desert A Threatened Cultural Landscape between the Nile and the Sea, Bergen : Alvheim Og Eide Akademisk Forlag, 2001, 109132.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, 2, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, Coll. Fifao, 48, 2003.

Derks T., Vos W. « Wooden Combs from the Roman Fort at Vechten: the Bodily Appearance of Soldiers », Journal of Archaeology in the Low Countries 2-2, 2010, 53-77.

De Vartavan C., Asensi Amorós V., Codex of Ancient Egyptian Plant Remains, Londres : Sais, 2010.

Delange E., Catalogue des statues égyptiennes du Moyen Empire, Paris : Louvre Editions, 1987.

Ellenberg H., Vegetation Ecology of Central Europe, Cambridge : Cambridge University Press, 1988.

Fadl M.A., « Comparison between Archaeobotany of Inland and Coastal Sites in the Eastern Desert of Egypt in 300 B.C.-700 A.D. », International Research Journal of Plant Science, 4, 5, 2013, 117-132.

Fagg C., Stewart J., « the Value of Acacia and Prosopis in Arid and Semi-Arid Environments », Journal of Arid Environments, 27, 1, 1994, 325.

Fahn A., Werker E., Baas P., Wood Anatomy and Identification of Trees and Shrubs from Israel and Adjacent Regions, Jérusalem : the Israel Academy of Sciences and Humanities, 1986.

Feinbrun-Dothan N., Flora Palaestina. Part Three: Ericaceae to Compositae, Jérusalem : Israel Academy of Sciences and Humanities, 1978.

Feinbrun-Dothan N., Flora Palaestina. Part Four: Alismataceae to Orchidaceae, Jérusalem : Israel Academy of Sciences and Humanities, 1986.

Floyer E.A., « Notes on a Sketch Map of Two Routes in the Eastern Desert of Egypt », Proceedings of the Royal Geographical Society of London, 9, 1887, 659681.

Gabolde M., « Les Forêts De Coptos », in M.-F. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éd.), Autour De Coptos – Actes du colloque organisé au musée des beaux-arts de Lyon (17-18 Mars 2000), Lyon : Maison de l’orient et de la méditerranée, Coll. Topoi Orient Occident, Suppl 3, 2002, 137145.

Gale R., Gasson P., Hepper N., Killen G., « Wood », in P. Nicholson, I. Shaw (éd.), Ancient Egyptian Materials and Technology, Cambridge : Cambridge University Press, 2000, 268298.

Gale R., Cutler D., Plants in Archaeology, Identification Manual of Vegetative Plant Materials Used in Europe and South Mediterranean to C. 1500, Otley : Westbury and Royal Botanic Gardens (Kew), 2000.

Gatto M.C., De Dapper M., Gerisch R., Hart E., Hendrickx S., Herbich T., Joris H., Nordström H.-A., Pitre M., Roma S., Âwi’ch D., Usai D., « Predynastic Settlement and Cemeteries at Nag El-Qarmila, Kubbaniya », Archéo-Nil, 19, 2009, 186-206.

Gerisch R., Holzkohleuntersuchungen an Pharaonischem Und Byzantinischem Material Aus Amarna Und Umgebung, Mayence : Verlag Phillip Von Zabern, 2004.

Gerisch R., « Identification of Wood and Charcoal », in K.A. Bard, R. Fattovich (éd.), Harbor of the Pharaohs to the Land of Punt, Naples : Università Degli Studi Di Napoli L’orientale, 2007, 170-188.

Golénischeff W., « Une excursion à Bérénice », Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptienne et assyrienne, 13, 1890, 75-96. S.N., 1890.

Hamilton-Dyer S., Goddard S., « Wooden Objects », in V.A. Maxfield, D.P. Peacock (éd.), Survey and Excavation: Mons Claudianus, 1987-1993. The Excavations : Part 1, vol. 2, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, Coll. DFIFAO, 43, 2001.

Handley F.J.L., « Quseir Al-Qadim 2003: the Textiles », Textiles Newsletter, 38, 2004, 2730.

Hiebert F.T., « Commercial Organization of the Egyptian Port of Quseir Al-Qadim: Evidence from the Analyis of the Wooden Objects », Archéologie Islamique, 2, 1991, 127159.

Hobbs J.J., Bedouin Life in the Egyptian Wilderness, Austin : University of Texas Press, 1989.

Hoelzmann P., Gasse F., Dupont L.M., Salzmann U., Staubwasser M., Leuschner D.C., Sirocko F., « Palaeoenvironmental Changes in the Arid and Sub Arid Belt (Sahara-Sahel-Arabian Peninsula) from 150 Kyr To Present », in R.W. Battarbee, F. Gasse, C.E. Stickley (éd.), Past Climate Variability Through Europe and Africa, Dordrecht : Springer, Coll. Developments in Paleoenvironmental Research, 6, 2004, 219256.

Krzywinski K., « Charcoal in the Eastern Desert in Roman and Byzantine Times », in K. Krzywinski, R.H. Pierce (éd.), Deserting the Desert A Threatened Cultural Landscape between the Nile and the Sea, Bergen : Alvheim Og Eide Akademisk Forlag, 2001, 133142.

Krzywinski K., Pierce R.H., Deserting the Desert. A Threatened Cultural Landscape between the Nile and the Sea, Bergen : Alvheim Og Eide Akademisk Forlag, 2001.

Kuper R., Kröpelin S., « Climate-Controlled Holocene Occupation in the Sahara: Motor of Africa’s Evolution », Science, 5788, 2006, 803.

Le Floc’h E., Grouzis M., « Acacia raddiana, un arbre des zones arides à usages multiples », in M. Grouzis, E. Le Floc’h (éd.), Un arbre au désert : Acacia raddiana, Paris : IRD Éditions, 2003, 21‑58.

Leguilloux M., « L’exploitation des animaux dans les praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice : alimentation, transports et matières premières artisanales » in J.-P. Brun, T. Faucher, B. Redon et S. Sidebotham (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018. En ligne : https://books.openedition.org/cdf/5175.

Linant de Bellefonds L.M.A., Voyage aux mines d’or du Pharaon, Tourcoing : Fata Morgana, 1831.

Mahmoud T., Desert Plants of Egypt’s Wâdi El Gemal National Park, Le Caire, New York : American University in Cairo Press, 2010.

Manniche L., An Ancient Egyptian Herbal, Austin : University of Texas Press, 1989.

Marchand S., « Petits vases à parfum en bois de Tebtynis (Fayoum). Époques ptolémaïque et romaine », Hommages Capasso. Sous presse.

Marchand S., « Bols en bois peint d'Égypte d’époque ptolémaïque, iie-ier s. avant J.-C. », Instrumentum. Bulletin du groupe de travail européen sur l’artisanat et les productions manufacturées de l’antiquité à l’époque moderne, 42, 2015, 27‑30.

Marichal R., « Les ostraca de Bu Njem », Libya Antiqua, suppl. 7, 1992.

Moeyersons J., Vermeersch P.M., Beeckman H., Van Peer P., « Holocene Environmental Changes in the Gebel Umm Hammad, Eastern Desert, Egypt », Geomorphology, 26, 4, 1999, 297312.

Neumann K., « Vegetationsgeschichte der Ostsahara im Holozän Holzkohlen aus Prähistorischen Fundstellen », in R. Kuper (éd.), Forschungen Zur Umweltgeschichte Der Ostsahara, Ko͏̈ln: Heinrich-Barth-Institut, Coll. Africa Praehistorica, 2, 1989, 13181.

Neumann K., Schoch W., Détienne P., Schweingruber F.H., Woods of the Sahara and the Sahel: an Anatomical Atlas, Bern : Paul Haupt, 2001.

Newton C., Environnement végétal et économie en Haute-Égypte à Adaïma au prédynastique ; approches archéobotaniques comparatives de la deuxième Dynastie à l’époque romaine, thèse de Doctorat, Montpellier : Université de Montpellier II, 2002.

Newton C., « Mobilier en bois et offrandes végétales de la tombe BE 18, Elkab (nouvel empire, début de la 18e Dynastie) », in De Meulenaere H., Claes W., Hendrickx S. (éd.), Elkab and Beyond : Studies in Honour of Luc Limme, Louvain, Paris : Peeters Publishers, Coll. « Ola », 191, 2009, 119‑129.

Newton C., Chaix L., Masson A., « Les plantes et les animaux », in A. Masson (éd.), Le quartier des prêtres du temple d’Amon à Karnak, à paraître.

Newton C., Midant-Reynes B., « Environmental Change and Settlement Shifts in Upper Egypt during the Predynastic: Charcoal Analysis at Adaïma », the Holocene, 17, 8, 2007, 11091118.

Newton C., Whitbread T., Agut-Labordère D., Wuttmann† M., « L’agriculture oasienne à l’époque perse dans le sud de l’oasis de Kharga (Égypte, ve-ive s. avant J.-C.) », Revue d’ethnoécologie [en ligne], 4, 2013. Url: http://ethnoecologie.revues.org/1294 [lien valide au 15 décembre 2016].

Redon B., « De tristes nouvelles du district de Samut (janvier 2017) », Désert Oriental [En Ligne], 2017. URL : http://desorient.hypotheses.org/693 [lien valide au 30 mai 2017].

Schneider P., « La connaissance des mangroves tropicales dans l’antiquité », Topoi, 14, 1, 2006, 207‑244.

Schneider P., « La connaissance des mangroves tropicales dans l’antiquité (compléments) », Topoi, 17, 2011, 353‑402.

Schneider P., « “On the Red Sead the Trees are of a Remarkable Nature” (Pliny the Elder): the Red Sea Mangroves from the Greco-Roman Perspective », in D.A. Agius, E. Khalil, E. Scerri, A. Williams (éd.), Human Interaction with the Environment in the Red Sea. Selected Papers of Red Sea Project VI, Leiden : Boston, Brill, 2017, 9‑29.

Schweingruber F.H., Anatomy of European Wood: An Atlas for the Identification of European Trees, Shrubs and Dwarf Shrubs, Bern, Stuttgart : Paul Haupt, 1990.

Sidebotham S., Wendrich W.Z. (éd.), Berenike 1998: Report of the 1998 Excavation at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden : Cnws, 2000.

Tengberg M., « L’acquisition et l’utilisation des produits végétaux à Didymoi », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte (Praesidia du désert de Bérénice IV). Volume 1. Les fouilles et le matériel, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, 2011, 205‑214.

Théry-Parisot I., Chabal L., Chrzavzez J., « Anthracology and Taphonomy, from Wood Gathering to Charcoal Analysis. A Review of the Taphonomic Processes Modifying Charcoal Assemblages, in Archaeological Contexts », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 291, 1, 2010, 142-153.

Théry-Parisot I., Henry A., « Seasoned or Green? Radial Cracks Analysis as a Method for Identifying the Use of Green Wood as Fuel in Archaeological Charcoal », Journal of Archaeological Science, 39, 2, 2012, 381388.

Thomas R., « Fishing Activity », in D.P.S. Peacock, L. Blue (éd.), Myos Hormos - Quseir Al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea 2: Finds from the 1999-2003 Excavations, Oxford : Archaeopress, Coll. Bar International Series, 2286, 2011.

Thomas R.I., Whitewright J., « Roman Period Maritime Artefacts », in D.P.S. Peacock, L. Blue, N. Bradford, S. Moser (éd.), Myos Hormos and Quseir Al-Qadim: A Roman and Islamic Port on the Red Sea Coast of Egypt: Interim Report 2001, Southampton: Southampton University, 2001.

Tomber R., « Carrières, ports et praesidia : approvisionnement et échanges dans le désert Oriental » in J.-P. Brun, T. Faucher, B. Redon et S. Sidebotham (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques. 2018. En ligne : https://books.openedition.org/cdf/5179.

Van Der Veen M., « The Economic Value of Chaff and Straw in Arid and Temperate Zones », Vegetation History and Archaeobotany, 8, 3, 1999, 211224.

Van Der Veen M., « The Botanical Evidence (Chapter 8). », in V.A. Maxfield, D.P. Peacock (éd.), Survey and Excavation: Mons Claudianus, 1987-1993. The Excavations: Part 1, vol. 2, Le Caire : Institut français d’archéologie orientale, Coll. DFIFAO, 43, 2001, 174247.

Van Der Veen M., « Formation Processes of Desiccated and Carbonized Plant Remains – the Identification of Routine Practice », Journal of Archaeological Science, 34, 6, 2007, 968990.

Van Der Veen M., Consumption, Trade and Innovation: Exploring the Botanical Remains from the Roman and Islamic Ports at Quseir Al-Qadim, Egypt, Francfort : Africa Magna Verlag, 2011.

Van der Veen M., Bouchaud C., Capper R.J.T., Newton C., « Roman Life in the Eastern Desert of Egypt: Food, Imperial Power and Geopolitics », in J.-P. Brun, T. Faucher, B. Redon et S. Sidebotham (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018. En ligne : https://books.openedition.org/cdf/5170.

Van Der Veen M., Gale R., Übel D., « Woodworking and Firewood – Resource Exploitation », in M. Van Der Veen (dir.), Consumption, Trade and Innovation: Exploring the Botanical Remains from the Roman and Islamic Ports at Quseir Al-Qadim, Egypt, Francfort : Africa Magna Verlag, 2011, 205226.

Van Der Veen M., Tabinor H., « Food, Fodder and Fuel at Mons Porphyrites: the Botanical Evidence. », in D.P. Peacock, V.A. Maxfield (éd.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 2: the Excavations, Londres : Egypt Exploration Society, 2007, 83142.

Vermeeren C., « Wood and Charcoal », in S. Sidebotham, W.Z. Wendrich (éd.), Berenike 1996: Report of the 1996 Excavation at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden : Cnws, 1998, 331348.

Vermeeren C., « The Use of Imported and Local Wood Species at the Roman Port of Berenike, Red Sea Coast, Egypt », in M. Van Der Veen (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancient Africa, New York : Kluwer/Plenum, 1999a, 199204.

Vermeeren C., « Wood and Charcoal », in S. Sidebotham, W.Z. Wendrich (éd.), Berenike 1997: Report of the 1997 Excavation at Berenike and the Survey of the Egyptian, Including Excavations at Shenshef Eastern Desert, Leiden : Cnws, 1999b, 307429.

Vermeeren C., « Boats in the Desert, the Desiccated Wood and Charcoal from Berenike (1998) », Biaxiaal, 90, 2000a, 211.

Vermeeren C., « Wood and Charcoal », in S. Sidebotham, W.Z. Wendrich (éd.), Berenike 1998: Report of the 1998 Excavation at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, Including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden : Cnws, 2000b, 311342.

Vermeeren C., « Wood Use in Graeco-Roman Karanis (Fayum, Egypt): Local Origin or Import? First Results », in U. Thanheiser (éd.), News from the Past: Progress in African Archaeobotany. Proceedings of the 7th International Workshop on African Archaeobotany in Vienna, 2-5 July 2012, Groningen : Barkhuis, Coll. Advances in Archaeobotany, 3, 2016, 127136.

Waly N.M., « Identified Wood Specimens from Tutankhamun’s Funerary Furniture », Taeckholmia, 16, 1996, 6578.

Waly N.M., « The Selection of Plant Fibres and Wood in the Manufacture of Organic Household Items from the El-Gabalein Area », in M. Van Der Veen (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancient Africa, New York : Kluwer/Plenum, 1999, 261272.

Waly N.M., « Wooden Objects from Ptolomaic and Early Coptic Periods, Upper Egypt », in K. Neumann, A. Butler, S. Kahlheber (éd.) Food, Fuel and Fields: Progress in African Archaeobotany, Cologne : Heinrich-Barth-Institut, Coll. Africa Praehistorica, 15, 2003, 187-194.

Ward C., « Building Pharaoh’s Ships: Cedar, Incense and Sailing the Great Green », British Museum Studies in Ancient Egypt and Sudan, 18, 2012, 217-232.

Ward C., Zazzaro C., « Evidence for Pharaonic Seagoing Ships at Mersa/Wâdi Gawasis, Egypt », International Journal of Nautical Archaeology, 39, 1, 2010, 2743.

Whitewright J., « Roman Rigging Material from the Red Sea Port of Myos Hormos », the International Journal of Nautical Archaeology, 36, 2, 2007, 282292.

Whitewright J., « Wooden Artefacts and Woodworking », in D.P. Peacock, L. Blue (éd.), Myos Hormos-Quseir Al-Qadim: Roman and Islamic Ports On the Red Sea. Volume 2: the Finds from the 1999-2003 Excavations, Oxford : Archaeopress, 2011, 167-178.

Wild F.C., Wild J.P., « Sails from the Roman Port at Berenike, Egypt », International Journal of Nautical Archaeology, 30, 2, 2001, 211-220.

Wild J.P., Wild F.C., « Berenike and Textile Trade on the Indian Ocean », in K. Droß-Krüpe (éd.), Textile Trade and Distribution in Antiquity, Wiesbaden : Harrassowitz, 2014, 91110.

Zahran M.A., Willis A.J., The Vegetation of Egypt, 2, Springer, Dordrecht : Springer E-Books, 2009.

Zohary M., Flora Palaestina. Part One: Equisetaceae to Moringaceae, Jérusalem : Israel Academy of Sciences and Humanities, 1966.

Zohary M., Flora Palaestina. Part Two: Platanaceae to Umbelliferae, Jérusalem : Israel Academy of Sciences and Humanities, 1972.

Notes

1 En français, le terme de dendrologie est parfois utilisé.

2 En fonction des régions et problématiques posées, les mailles de tamis utilisées pour traiter le sédiment archéologique en vue d’une étude anthracologique varie entre 2 et 4 mm (pour plus de précisions sur les aspects théoriques et méthodologiques des études anthracologiques, voir Théry-Parisot et al. 2010).

3 Cette collection est constituée principalement de matériel récolté par Claire Newton et Hala Barakat en Égypte et dans le Nord-est de l’Afrique, et continue d’être enrichie. Le bois est conservé tel quel ainsi que sous forme carbonisée afin de faciliter son utilisation pour l’identification du charbon de bois archéologique.

4 La taxonomie, ou taxinomie est la science des lois et des principes de classification des organismes vivants. Un taxon est une entité regroupant les organismes vivants, en l’occurrence des végétaux, possédant en commun des caractères diagnostiques définis et présentant une parenté phylogénétique.

5 La classification botanique des angiospermes APG III (2009) ne reconnaît plus les Chenopodiaceae comme une famille, qui sont désormais inclus dans la famille des Amaranthaceae. Le terme traditionnellement utilisé par la communauté archéobotaniste a cependant été conservé.

6 Le suffixe « sp. » indique qu’une seule espèce du genre mentionnée est envisagée mais que son identité n’est pas connue. Le suffixe « spp. » indique que plusieurs espèces du même genre peuvent être considérées.

7 Seul le taxon Myrtus/Santalum type a été écarté du corpus. L’identification de ce type, faite sur deux objets à Bérénice est très incertaine (Vermeeren 2000a, 2000b), et correspond en outre à deux potentiels taxons rares et d’origine complètement différente (région méditerranéenne pour Myrtus sp., Inde pour Santalum sp.)

8 L’étude anthracologique de Xèron Pelagos est encore en cours.

9 Le charbon de bois de Bérénice n’est pas inclus dans ce total puisque le nombre de fragments étudiés n’est pas connu, à l’exception de ceux étudiés lors de la campagne de 1996 (Vermeeren 1998). Notons toutefois que plusieurs dizaines de milliers de fragments ont été observés (Vermeeren 1999b, 2000b).

10 La fonction des bois de Didymoi n’étant pas connue, les données ne sont pas prises en compte dans cette discussion.

11 Les indications entre parenthèses correspondent au code utilisé dans l’article (acronyme en majuscule) et/ou aux noms arabes locaux utilisés par la tribu des Ababda lorsqu’ils sont connus (d’après Hobbs 1989 ; Mahmoud 2010). Le terme vernaculaire en français est également précisé dans le texte lorsqu’il existe.

12 Un grand nombre d’anneaux de cargue a été trouvé à Bérénice, et seulement deux ont été étudiés pour connaître le bois utilisé.

13 Deux autres espèces de jujubier présentes en Égypte, dans la vallée du Nil, Ziziphus lotus et Ziziphus nummularia, peuvent également être envisagées (Boulos 2000,pp. 85-86).

14 Des confusions avec le genre Prosopis sont également envisageables, même si celui-ci est peu présent en Égypte.

15 Les éléments architecturaux dont il est question sont des éléments de tenons, qui pourraient également être inclus dans la catégorie des objets maritimes.

16 Comme cela a déjà été précisé, certains assemblages charbonneux résultent potentiellement d’un mélange d’activités domestiques et artisanales. En absence de tout autre indice contextuel, seule la particularité du spectre taxonomique (par exemple la surreprésentation d’un taxon, voir plus bas) peut alors permettre de supposer l’existence de rejets non-domestiques.

17 L’acacia du Nil présente un bois dur, difficile à travailler. Il est utilisé dans la vallée du Nil, en particulier dans l’architecture, mais ce n’est pas toujours le premier choix (observation C. Newton).

18 Le perséa n’est présent que sous forme de charbon de bois au Porphyrites. Il pourrait cependant, comme les charbons de bois de pin sylvestre/noir, correspondre à du bois d’œuvre réutilisé en combustible.

19 Le palétuvier rouge est très peu représenté aux deux périodes.

20 La rareté actuelle de l’acacia est notée dans d’autres régions égyptiennes. Le site archéologique de Karanis a par exemple fourni beaucoup d’exemples de bois d’acacia, probablement d’origine locale, alors même que l’acacia n’est pratiquement plus présent autour du site aujourd’hui (obs. pers. Caroline Vermeeren).

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Exemple de coupes anatomiques en section transversale (gauche) et longitudinale tangentielle (droite) d’un charbon de bois d’acacia de Xèron Pelagos, époque romaine (ier-iiie siècle après J.-C.). L’observation anatomique des coupes permet de proposer une identification « type » regroupant plusieurs espèces d’acacia : Acacia tortilis, A. ehrenbergiana, A. etbaica.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 2
Légende Etat de l’art des analyses de bois et/ou charbon de bois du désert Oriental égyptien, en rouge. Voir détails dans le tableau 1. Fond de carte : Jean-Pierre Brun.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig.  3
Légende Exemples d’objets « du quotidien » en bois d’époque romaine. A. Bouchon d’amphore en bois de teck rodhésien/pterocarpus type (Baikiaea/Pterocarpus), Bérénice (BE98-21.036 PB 045, d’après Fig. 7 dans Vermeeren 2000a, © Sidebotham & Wendrich 2000, photographie : Z. Kosc) ; B. Peigne en buis (Buxus sp.), Myos Hormos (W284, d’après Fig. 5.6 dans Van der Veen 2011, p. 216, © Van der Veen 2011, photographie : W. van Rengen) ; C. Allume-feu en bois de Leptadenia pyrotechnica, Xèron Pelagos, (US 40510/Po220, © : A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental) ; D. Stylet en bois d’acacia (Acacia sp.), Xèron Pelagos (US 40520/n°IFAO 5154, © : G. Pollin, , mission française du désert Oriental/IFAO).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig.  4
Légende Eléments d’architecture en bois d’époque romaine. A. Planche en bois de teck (Tectona grandis) munie d’un clou en fer (gauche), d’une latte traversante (trou à droite) et d’une couche de bitume ou goudron, Bérénice (BE98-10.072 PB 500, d’après Fig. 14 dans Vermeeren 2000a, photographie : C. Vermeeren) ; B. Planche de genévrier (Juniperus sp.), Xèron Pelagos (US 60608/Po2015 B, photographie : A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental).
Crédits © C. Vermeeren, A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig.  5
Légende Objets maritimes en bois d’époque romaine. A. Anneau coupé en teck (Tectona grandis), possiblement un anneau de cargue, Bérénice (BE98-21.032 PB 042, d’après Fig. 9 dans Vermeeren 2000a, © Sidebotham & Wendrich 2000, photographie : Z. Kosc) ; B. Elément de mortaise biseautée en teck (Tectona grandis), utilisé pour bloquer une corde, Bérénice (BE98-21.027 PB 033, d’après Fig. 8a dans Vermeeren 2000a, © Sidebotham & Wendrich 2000, photographie: Z. Kosc) ; C. Anneau de cargue en ébène du Mozambique (Dalbergia sp.), Myos Hormos (W072, d’après Fig. 5.1 dans Van der Veen 2011, p. 208, © Van der Veen 2011, photographie : W. van Rengen); D. Cap de mouton en ébène du Mozambique (Dalbergia sp.), Myos Hormos (W294, d’après Fig. 5.1 dans Van der Veen 2011, p. 208, © Van der Veen 2011, photographie : W. van Rengen).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 6
Légende Forêt galerie composée d’acacias (Acacia tortilis subsp. raddiana) le long du wadi Abu ouasil (Photographie : C. Bouchaud). B. Acacia ehrenbergiana à proximité du site de Xèron Pelagos (al-Jirf) (Photographie : C. Bouchaud). C. Mangrove (Avicennia marina) sur la côte de la mer Rouge, au sud de Qusayr al-Qadim (d’après Fig. 5.15 dans Van der Veen 2011, p. 222, photographie : M. van der Veen). D. Soude (Suaeda monoica), près de Bérénice (Photographie : C. Vermeeren).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 7
Légende Effectifs des taxons les plus représentés sous forme de bois (en jaune) et charbon de bois (en gris) par site, classés par site et groupe géographique, correspondant aux données des tableaux 2 et 3. Chaque bâton indique le nombre d’échantillons dans lequel un taxon est présent. Seules les essences attestées sur au moins deux sites, ou représentées par plus de cinq échantillons, bois ou charbon de bois, sont représentées. Les bâtons biseautés indiquent que le taxon est représenté par un nombre d’échantillons supérieur à 30 (nombre réel indiqué en italique). Voir tableaux 2 et 3 pour les abréviations des noms des sites et les détails quantitatifs et qualitatifs.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 8
Légende Répartition fonctionnelle des artéfacts fabriqués en bois d’acacia, tamaris, pin, ébène du Mozambique et teck. Voir tableau 2 pour les abréviations des noms des sites et les détails quantitatifs et qualitatifs. Les planches en teck de Bérénice correspondant probablement à des éléments de coque de bateau réutilisés dans l’architecture domestique sont comptées parmi les artéfacts maritimes. Les tenons de Myos Hormos sont ici inclus comme élément d’architecture mais pourraient également correspondre à la catégorie d’objets maritimes.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 9
Légende Étude du charbon de bois. Comparaison du nombre de taxons présents comme charbon de bois dans les contextes dits domestiques avec quelques contextes artisanaux demandant des températures élevées de combustion. Pour ces derniers, la proportion du taxon dominant par rapport au nombre total de fragments étudiés est indiquée (%). Nb = Nombre d’échantillons, NR = Nombre de restes. Voir tableau 2 pour les abréviations des noms des sites.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 10
Légende Nombre de taxons par site, résultats anthracologiques et xylologiques confondus, en fonction de leur provenance. Voir tableau 2 pour les abréviations des noms des sites, des provenances et les détails quantitatifs et qualitatifs.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteurs

Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements (UMR 7209), Sorbonne universités, Muséum national d’histoire naturelle, CNRS, Paris, France
Laboratoire d’Archéologie et de patrimoine, Université du Québec à Rimouski (Canada)
School of Archaeology & Ancient History, University of Leicester (Royaume-Uni)
Biological Archaeology & Environmental Reconstruction (BIAX Consult), Zaandam (Pays-Bas)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter