Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

L’exploitation des animaux dans les praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice : alimentation, transports et matières premières artisanales

Martine Leguilloux

Texte intégral

1Ce colloque sur le bilan des recherches archéologiques dans le désert Oriental est l’occasion de présenter une synthèse des principales caractéristiques de l’exploitation des ressources animales dans le domaine de l’alimentation, du transport et de l’artisanat. Celles-ci seront abordées par le biais des résultats archéozoologiques qui font suite aux analyses de mobiliers ostéologiques découverts dans les praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice.

2L’exploitation des données archéozoologiques intervient dans un processus d’étude global destiné à situer l’implication des animaux dans tous les champs d’activité possibles dès l’instant où ils entrent en interaction avec les populations. Les domaines dans lesquels ces données apportent un éclairage sont donc nombreux mais nous verrons plus spécifiquement comment les ressources animales ont été utilisées durant l’occupation des praesidia. Les ossements qui y furent découverts reflètent souvent les difficultés rencontrées par l’administration romaine à assurer le ravitaillement ; ils témoignent également des méthodes de substitution mises en place par les occupants des praesidia pour pallier les défaillances afin de s’assurer malgré tout un approvisionnement régulier en nourriture et en équipements.

3Cette étude porte principalement sur l’époque du développement maximal des routes commerciales entre le ier siècle et le iiie siècle après J.-C. Au cours de cette période de trois siècles, plusieurs distorsions sont perceptibles, dues à quelques lacunes chronologiques et surtout à des disparités de masse de données selon les sites. Néanmoins des tendances apparaissent, montrant des spécificités dans l’exploitation des ressources animales selon les sites et des évolutions dans l’alimentation humaine au cours des siècles.

1. Mobiliers et contextes archéologiques

  • 1 La mission française du désert Oriental a été dirigée de 1993 à 2013 par H. Cuvigny (CNRS-IRHT) et (...)

4De nombreux sites implantés dans le désert Oriental ont été explorés par les missions archéologiques, la Mission archéologique française du désert Oriental1 s’est attachée à étudier les sites de fortins assurant la surveillance et la protection des zones désertiques tandis que d’autres missions ont développé des recherches similaires mais parallèles sur des sites de carrières ou sur des sites urbains et portuaires de la côte de la mer Rouge (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Plan de la zone explorée et localisation des sites (DAO M. Leguilloux).

© M. Leguilloux

5Cependant en dépit d’une très large exploration de la zone, les données archéozoologiques disponibles, publiées ou en cours de publication, restent peu nombreuses. Dans notre cas, la grande majorité les analyses ont porté sur les restes rejetés dans les dépotoirs extérieurs des fortins, situés face aux entrées. Mais tous les sites fouillés dans le cadre de l’exploration du désert Oriental n’ont pas livré ce type de décharges, certains en étaient totalement dépourvus du fait, surtout, d’accidents météorologiques tels que de fortes pluies créant des inondations balayant tout sur leur passage. Ainsi les forts de Qusûr al-Banat, Bi’r al-Hammâmât, Al-Hamrâ’ et Bi’r Sayyâla sur la route de Myos Hormos ont vu leur dépotoir détruit par le flot du wâdi, ce qui réduit l’échantillonnage à deux forts sur les sept qui ont été fouillés ou sondés sur cette route.

6Pour un certain nombre de sites en revanche, une situation dans des wâdi plus larges où les dégâts des eaux sont moins dévastateurs et une fréquentation très limitée du désert pendant les périodes historiques ont permis une récolte efficace et complète des ossements inclus dans des niveaux homogènes. Dans ces dépotoirs primaires, les rejets de céramiques et de déchets alimentaires étaient rapidement suivis par des niveaux de cendres et de paille. Ce mode particulier de formation a assuré une conservation optimale du mobilier et a permis de recueillir la plupart des matières organiques rejetées, qu’il s’agisse de tissus, de cuirs, d’ossements animaux de compagnie ou de déchets alimentaires.

  • 2 Mission archéologique française du désert Oriental/IFAO. B. Redon (Directrice, HiSoMA, UMR 5189 du (...)

7Dans la zone concernée par notre étude, les contextes d’époque ptolémaïque disposant de données archéozoologiques exploitables se limitent à deux gisements du district de Samût2 situés sur l’axe reliant Bérénice à Edfou (fig. 1). L’analyse de ces contextes offre l’opportunité d’entrevoir les conditions de vie des habitants à une époque bien antérieure à la création des praesidia romains mais dans un environnement identique. Ces informations serviront de référence dans une démarche visant à dégager les caractéristiques de l’exploitation des animaux à l’époque romaine.

  • 3 Redon, Faucher 2016, pp. 27‑29.

8Les installations minières de Samût Nord3 connurent une durée de fréquentation très courte vers la fin du ive siècle, peut-être autour de 310-300 avant J.‑C. Le site comprend essentiellement deux bâtiments et des installations consacrées à l’exploitation de veines de quartz aurifère. Malgré cette courte durée d’occupation, deux petits dépotoirs ont été décelés et les niveaux d’abandon de la plupart des pièces du bâtiment 1 ont livré des ossements.

  • 4 Brun et alii 2013 ; Redon, Faucher 2016, pp. 25‑27.

9Le site de Bi’r Samût, situé à environ 5 km du premier, connut une durée d’occupation plus longue4. Le fort fut construit au milieu du iiie siècle (vers 260‑250 avant J.‑C.) à l’instigation de Ptolémée II, pour servir de point d’approvisionnement en eau et d’étape sur la route reliant le port de Bérénice à Apollônos polis (Edfou). Le fort fut abandonné à l’extrême fin du siècle (vers 206 avant J.‑C.). Il est établi sur des constructions antérieures correspondant à des installations pour le traitement du minerai d’or datable de la fin du ive et de la première moitié du iiie siècle avant J.‑C. Ce fort-étape possédait un plan courant aux sites militaires du désert Oriental : autour d’une cour centrale ouvraient des pièces situées dans les ailes nord, est et sud ; une citerne alimentée par un puits était située dans l’angle sud-ouest.

10Les analyses portant sur des contextes d’époque romaine sont les plus nombreuses. Elles proviennent d’une dizaine de gisements classables en trois catégories selon leur fonction –étapes sur axes routiers, carrières ou ports (fig. 1).

1.1. Les praesidia d’axes routiers

11La première série de résultats analysés est issue de forts chargés de surveiller les axes de circulation et les points d’eau : cinq sites ont fourni des données archéozoologiques récoltées à la suite de l’exploration des deux principaux axes de circulation entre Coptos dans la vallée du Nil et les ports de la mer Rouge, Myos Hormos, aujourd’hui Qusayr al-Qadim, et Bérénice.

  • 5 Leguilloux 2001.

12Le premier fortin fouillé sur l’axe routier joignant Myos Hormos à Coptos est le praesidium de Maximianon (fig. 1), fondé sous les Flaviens et abandonné au début du iiisiècle. Le mobilier analysé provient de deux contextes distincts. Le premier est celui d’un poste militaire qui fut fondé au ier siècle après J.‑C. sur le site (phase A). Les déchets correspondent à la dernière phase de son occupation (Max 1 : phase A, vers 50-80 après J.‑C.). Cette première installation fut remplacée par un praesidium plus important dans le dernier quart du ier siècle (phases B et C du dépotoir). Ce second contexte a livré des déchets nettement plus abondants, l’occupation du fort ayant généré un important dépotoir situé devant sa porte nord. La décharge fut utilisée à partir du dernier quart du ier siècle après J.‑C., durant la première moitié du iisiècle (Max 2 : phase B1/B2/B3, 80/150 après J.‑C.) et la seconde moitié du iisiècle et le début du iiisiècle (Max 3 : phases B4/B5/C, 150/210 après J.‑C.). Au cours de chacune des phases d’occupation les rejets de matériel osseux furent abondants, apportant des informations essentielles sur la nature du ravitaillement en viande et les activités du fort5.

  • 6 Leguilloux 2001.

13Le praesidium de Krokodilô, fouillé en 1996-1997, fut également fondé sous les Flaviens et abandonné dès le second quart du iie siècle. Ses dépotoirs furent très abîmés par les fréquentes crues. L'un d'entre eux, qui devait se trouver au nord, a été totalement emporté mais un second situé au sud avait conservé des niveaux datant du règne de Trajan et des premières années de celui d’Hadrien (106/125 après J.‑C.) : le mobilier ostéologique de ce dernier dépôt est par conséquent très homogène6.

  • 7 Brun 2017.
  • 8 Leguilloux 2011.

14L’étude du ravitaillement des praesidia du désert Oriental concerne également celle de deux gisements situés sur la route de Bérénice. Le plus septentrional, le praesidium de Didymoi fut fondé en 76/77 après J.‑C. et resta en fonction plus longtemps que les forts de la route de Myos Hormos, jusqu’au troisième quart du iiisiècle7. Plusieurs phases de construction et d’aménagement se sont succédé au cours de cette période8. Un important dépotoir avait conservé des niveaux de décharges datés principalement de la fin du ier au milieu du iie siècle, puis de la fin du iie et du début du iiie siècle avec quelques rejets vers le milieu du iiie siècle. L’occupation du fort se poursuivit dans le courant du iiie siècle ; les déchets furent alors principalement accumulés à l’intérieur des casernements jusqu’à leur abandon. Ces déchets osseux découverts à l’intérieur du fort représentent un petit nombre de fragments, insuffisant pour une analyse fiable des données, cependant l’ampleur de la fourchette chronologique des dépôts situés à l’extérieur et l’abondance des taxons nous ont permis de caractériser le faciès de la fin du Ier et du iie siècle après J.-C.

15Un autre site nous informe sur les dernières années de fonctionnement de l’axe routier Coptos/Bérénice : le praesidium de Dios (appelé Iovis dans l’Itinéraire d’Antonin). Situé plus au sud, il fut fondé en 115/116 et abandonné dans le troisième quart du iiie siècle, vers 270 comme les autres fortins de cette route. Cependant contrairement aux autres forts, ce site bénéficiait d’aménagements de qualité : un balnéaire avec vitrages, une chapelle oraculaire avec un podium supportant des statues et décoré de marqueterie de pierres, des appartements pour le commandant ornés de mosaïques. Là aussi, les déchets du iie siècle se concentrent sur le dépotoir situé devant l’entrée du fort tandis que ceux du iiie siècle sont déposés à l’intérieur du fort.

  • 9 Sidebotham 1994.
  • 10 Wendrich, Van Neer 1994 ; Van Neer, Sidebotham 2002.

16On peut inclure le fort d’Abû Sha‘ar dans la catégorie des sites routiers, situé au croisement entre la route reliant Kainè à la mer Rouge et celle qui longeait le bord de mer jusqu’au port de Bérénice. C’est un fort nettement plus vaste et plus tardif, fondé en 309-310 et implanté à un kilomètre d’un puits et d’un autre praesidium du Haut Empire nommé Bi’r ’Abu Sha’ar al-Qibly9. Son occupation militaire semble avoir été de courte durée, ne dépassant pas le milieu du ivsiècle. Après une période d’abandon, une communauté chrétienne, probablement de cénobites, réoccupa le fort à la fin du ive ou au début du ve siècle. Le mobilier10 offre un aperçu de l’évolution de l’alimentation à une époque où les sites des axes routiers de la zone désertique étaient abandonnés.

1.2. Les praesidia des carrières

17Quelques praesidia assurant le contrôle et la sécurité des carrières impériales ont livré des données archéozoologiques. Bien que moins nombreux, ils possèdent des dépotoirs très riches car ils ont abrité de fortes populations civiles et militaires, produisant d’abondants déchets.

  • 11 Hamilton‑Dyer 2001.

18Le plus vaste de ces gisements, celui de la carrière du Mons Claudianus, a été largement exploré et les études de mobilier ont porté sur des séries de matériel découvertes dans les dépotoirs extérieurs comme intérieurs de la période d’exploitation de la carrière, entre le milieu du ier siècle et le début du iiie siècle11.

  • 12 Hamilton‑Dyer 2007.

19Les contextes du Porphyritès sont similaires bien que moins abondants en nombre de taxons étudiés. Ils fournissent néanmoins des données de comparaison pour la période couvrant le milieu du iisiècle au milieu du iiisiècle de notre ère12.

20Plus modestement, le praesidium de la carrière de Domitianè/Kainè Latomia (Umm Balad) forme un ensemble homogène, caractéristique des sites d’extraction. Le fort contrôlait les carrières de granodiorite situées sur les flancs sud‑ouest de la montagne du Porphyritès. En raison d’une qualité peu satisfaisante de la granodiorite locale, la carrière ne fut exploitée que quelques années sous les règnes de Domitien et de Trajan, époque de l’aménagement du site, puis à nouveau sous Antonin le Pieux vers 150. Pendant cette période, les déchets des occupants du fort qui devaient compter des soldats et des carriers, ont été déposés dans le dépotoir situé devant l’entrée du praesidium.

1.3. Les ports

21Les spécificités des modalités de ravitaillement de ces praesidia sont particulièrement mises en relief par les découvertes réalisées sur les sites côtiers, notamment dans les ports de Myos Hormos et de Bérénice.

  • 13 Hamilton‑Dyer 2011.

22Le port de Myos Hormos est un témoin intéressant des pratiques alimentaires des zones urbaines portuaires aux ier et iisiècles13. Le mobilier osseux trouvé dans les dépotoirs de ces périodes permet une confrontation entre les modes de vie des habitants ravitaillés de façon régulière, notamment par les produits de la pêche et ceux des occupants des forts du désert tributaires du ravitaillement officiel.

  • 14 Van Neer, Lentacker 1996 ; Van Neer, Ervynck 1998 ; Van Neer, Ervynck 1999.

23Le port de Bérénice (Bérénikè Trôgodytikè) renseigne surtout sur des périodes plus tardives, bien que la ville ait connu des phases de développement et de déclin intermittentes de la période ptolémaïque (iiie siècle avant J.-C.) après la création de l’itinéraire Bérénice/Apollônos polis et du réseau des stathmoi, jusqu’à l’occupation romaine (du ier s. au milieu du iiie s. après J.-C.) lorsque la piste de Coptos fut équipée d’un réseau de puits et de praesidia14. En effet, c’est le très abondant matériel osseux daté entre la seconde moitié du ive et le début du vie siècle qui permet d’appréhender les évolutions qui se sont produites après l’abandon du réseau des praesidia du désert Oriental.

2. Le ravitaillement en viande des sites du désert Oriental

2.1. La viande dans l’alimentation

  • 15 Nous renvoyons pour cela à la bibliographie spécialisée sur les textes mentionnant la consommation (...)
  • 16 Cuvigny 2014.
  • 17 Les légions de la République et du début de l’Empire percevaient des rations de blé en contrepartie (...)

24Avant de décrire la nature du ravitaillement en viande des praesidia du désert Oriental rappelons que la base de l’alimentation des populations antiques, civiles ou militaires, était constituée de céréales (blé, orge, sorgho ou avoine) complétées par les légumineuses (lentilles, vesces et pois)15. Leur consommation par les militaires déployés dans ces forts, les seuls dont on connaisse avec précision le régime grâce aux informations livrées par les textes, est estimée pour le iie siècle à une artabe (38,78 litres) par mois soit 1 kg à 1,3 kg de blé par jour16. Il s’agissait de rations distribuées mensuellement par le curateur de chaque praesidium. Cet apport calorique était complété par de l’huile et du vin. À partir de la seconde moitié du iie s. de notre ère, ces produits seront distribués par l’intendance17 ; les militaires amélioraient occasionnellement leurs rations par de la viande, ce qui explique certains aspects du mode de ravitaillement en viande dans le désert sur lesquels nous reviendrons.

25Ces reliefs de repas composés de viande sont peu nombreux dans les praesidia, si l’on tient compte des durées d’occupation moyennes des sites, de l’ordre de un à deux siècles et des conditions taphonomiques optimales, dues aux conditions climatiques, à l’homogénéité des dépôts et à un enfouissement rapide des restes.

26Un premier point est à souligner : on sait, par le type d’ossements retrouvés, que le ravitaillement en viande était bien organisé malgré la difficulté des transports. Cependant toutes les installations ne devaient pas bénéficier d’un approvisionnement régulier et performant. Pour estimer la place réelle de la viande dans l’alimentation des habitants de chacune d’entre elles, une base de comparaison fixe d’un site à l’autre est nécessaire. La vaisselle de table et de cuisine cassée et jetée, un autre type de déchet abondant, a été sélectionné comme référence commune pour mettre en parallèle le nombre de fragments osseux déterminés (NRD) pour 100 (NMI) vases (en excluant les amphores).

27On constate ainsi que le taux de fréquence des fragments osseux sur les sites varie peu (fig. 2) : on constate une tendance générale d’un site à l’autre de 80 à 100 fragments osseux pour 100 vases (culinaires et vaisselles de table) ce qui semble indiquer que la viande était consommée dans des proportions identiques sur la plupart des gisements du désert Oriental.

Fig. 2

Fig. 2

Nombre de restes déterminés (NRD) pour 100 vases, culinaires et vaisselles de table (NMICér).

© M. Leguilloux

28Les sites très riches en déchets alimentaires carnés sont rares (Maximianon et le Mons Claudianus) et ce taux ne semble pas en rapport avec les durées d’occupation. Le dépotoir de Krokodilô, malgré sa courte durée d’utilisation, a livré de notables quantités de restes. Les difficultés de ravitaillement et l’éloignement de la vallée ne semblent pas avoir directement influé sur le ravitaillement. Dans les décharges de Dios, occupé sur une très longue période (de 115 à 270 après J.‑C.), le taux de représentation de restes osseux est identique à celui observé dans les décharges de Krokodilô. Seuls les contextes les plus tardifs, dans le courant du iiie siècle (dépotoirs intérieurs du fort) affichent un taux plus faible (fig. 2).

29Le mobilier du site de Domitianè / Kainè Latomia est le seul qui présente un indice de représentation de l’aliment carné largement inférieur aux autres stations. Ce gisement qui réunit une population diversifiée et disposant de plus faibles moyens économiques –on pense notamment aux ouvriers non qualifiés faisant partie de la familia–, semble avoir eu un accès plus limité aux aliments carnés.

  • 18 Cuvigny 2014, p. 71

30Les populations fréquentant les sites étaient hétérogènes. Les praesidia étaient gardés par une dizaine ou une quinzaine de soldats, dont quelques cavaliers chargés de transporter les lettres, mais ils hébergeaient aussi quelques civils dont le nombre dut varier en fonction du site, de son emplacement et de la période. La proportion de population civile était bien plus élevée sur les sites de carrières en raison de l’énorme besoin de main-d’œuvre nécessité par l’extraction et le transport des blocs extraits. La présence de civils était en revanche nettement plus réduite sur les sites routiers où stationnaient surtout des vivandiers et des prostituées18.

  • 19 L’huile sera distribuée gratuitement dès le iie siècle, quant au vin, d’abord distribué avec retenu (...)

31Les sources de ravitaillement devaient donc être multiples, privées et officielles, exploitant les ressources naturelles locales ou profitant des passages des caravanes, voire des courriers. Le ravitaillement officiel assurait la livraison de rations alimentaires régulièrement, tous les mois pour les soldats, essentiellement du grain, de l’huile, un ravitaillement privé permettait d’agrémenter les repas par du vin et de la viande19.

32En général, les ostraca ne précisent ni la nature, ni l’origine de ces quartiers de viande, notamment les espèces sélectionnées par l’intendance. Les quartiers de viande étaient probablement conditionnés en salaisons car destinés à être conservé plusieurs semaines. En réalité, les analyses de faune montrent que le ravitaillement en viande pouvait prendre plusieurs formes (viande salée mais aussi viande fraîche) et qu’il avait plusieurs origines (achats, élevage local, chasse, abattage de réforme).

2.2 Les espèces et quartiers consommés

2.2.1. Les praesidia d’axes routiers

33La première série de données analysées provient des forts assurant le contrôle des routes caravanières et des points d’eau dans le désert. Le mobilier ostéologique permet une bonne restitution du ravitaillement en viande et montre les difficultés rencontrées par l’intendance pour assurer des approvisionnements réguliers, obligeant à chercher d’autres ressources.

Les espèces consommées

34Les catégories d’animaux présentes dans les sites de praesidia d’axes routiers comprennent des espèces pastorales ou sauvages, des espèces utilitaires (animaux de bât et de portage) ou commensales (canidés domestiques, rongeurs), mais l’assemblage faunique est spécifique et renvoie à des activités et des modes de ravitaillement particuliers.

  • 20 Sur le praesidium de Didymoi : Brun 2011, fig. 223 et fig. 238 ; Leguilloux 2011, p. 172. Sur le pr (...)

35Le matériel archéozoologique se caractérise par un manque de variété : le nombre d’espèces se limite à 8 à 12 en moyenne. Ce sont essentiellement des animaux domestiques (90 % à 98 % des restes identifiés : tab. 1), pour la plupart consommés à l’exception des chiens. Les ossements de ces derniers ne portent jamais de traces de découpe et/ou décarnisation et ils font l’objet de traitements particuliers : les tombes sont nombreuses, les animaux étant parfois inhumées dans des linges20.

36L’espèce la plus fréquente en termes de nombre de restes osseux est le porc. Les ossements de suidés sont présents en abondance dans toutes les décharges et représentent plus de la moitié des assemblages ostéologiques sur les praesidia entre le ier siècle et le début du iiisiècle après J.‑C. Ces caractéristiques fauniques se retrouvent dans tous les praesidia des routes de Coptos/Myos Hormos (Maximianon et Krokodilô) et de Coptos/Bérénice (Dios et Didymoi) (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

La faune sur les sites du désert Oriental : Praesidia sur les routes de Myos Hormos et de Bérénice ( % du nombre de restes déterminés par espèce).

© M. Leguilloux

  • 21 Wendrich, Van Neer 1994, p. 183.

37Dans les décharges du fort d’Abû Sha’ar, occupé au ivsiècle, les restes de mammifères ne représentent qu’une petite partie du mobilier. Cependant le porc est l’espèce prédominante (15 % des restes). Ce gisement présente en effet la particularité d’être situé sur le littoral, les occupants exploitant intensément le milieu marin ; les activités de pêche approvisionnaient massivement les habitants, introduisant par voie de conséquence un déséquilibre dans la composition du ravitaillement par rapport aux autres praesidia21.

38Bien que leurs os soient majoritaires parmi les mammifères, les porcs ne constituaient pas l’unique source de viande : en effet, les ossements d’animaux de bâts, de dromadaires et d’ânes sont relativement nombreux et ces animaux, plus gros, fournissaient d’importantes quantités de viande à chaque abattage. La viande de dromadaire en particulier représente la seconde catégorie la plus souvent consommée, si on se réfère à la fréquence de rejet de leurs ossements dans les décharges, devançant celle des équidés et surtout des ovins‑caprins, dont les ossements sont rares durant le Haut-Empire (fig. 3).

  • 22 Cuvigny 2003.

39Les moutons adultes fréquemment cités dans les déclarations fiscales des troupeaux, sont rarement mentionnés dans les documents qui se réfèrent à la consommation et au ravitaillement en viande des praesidia22. Le silence des textes sur ces animaux peut s’expliquer par la mauvaise qualité de la viande des moutons adultes. Elle devait être destinée à des consommateurs moins exigeants que les soldats et qui n’apparaissent guère dans ce type de sources.

40Les os de volailles sont les restes les plus fragiles ; pour des raisons en partie taphonomiques, ils sous‑représentés par rapport aux os de mammifères, 3 % à 5 % en moyenne des restes identifiés sur ces sites. Les niveaux les plus tardifs du dépotoir de Didymoi enregistrent des taux inférieurs 1,3 % mais à une époque où le nombre de restes est en diminution car les rejets des déchets alimentaires dans la décharge extérieure sont en baisse.

  • 23 Leguilloux 2011, p. 172.

41Bien que ténues, les traces de la présence des volailles sont systématiques dans les dépotoirs, sous forme de coquilles d’œufs et de nombreuses plumes qui assurent un élevage local de poules et de coqs, fournissant des animaux et des œufs pour la consommation quotidienne. Ces poules et coqs étaient de petites tailles, très graciles, généralement blancs, les plumes blanches sont les seules découvertes dans plusieurs dépotoirs (Maximianon, Krokodilô, Didymoi). En dehors de ces restes de gallinacés, on a également le témoignage d’une consommation de canards et parfois d’oies sur quelques gisements (Krokodilô et Dios)23.

  • 24 Perpillou‑Thomas 1993, pp. 201‑202.
  • 25 P. Oxy. XLII 3055 et 3056, daté de 285 après J.-C.

42En dépit de la rareté de leurs restes, les volailles domestiques devaient constituer une ressource alimentaire non négligeable. Au cours de la période romaine, elles étaient très appréciées pour les menus de fêtes religieuses ou privées24. Les oies, pigeons, canards, mais également les cailles et autres petits oiseaux pouvaient également être mis en conserve puis consommés comme des salaisons selon une longue tradition pharaonique qui se poursuivit à l’époque ptolémaïque : « …ils vivent de poissons crus séchés au soleil, ou mis dans de la saumure ; ils mangent crus pareillement les cailles, les canards et quelques petits oiseaux, qu’ils ont eu soin de saler auparavant … » (Hérodote II, 77). Sous l’Empire romain, ces produits étaient distribués par des marchands spécialisés25.

Sélection des quartiers

43Les conditions particulières de ravitaillement de ces gisements ont influé directement sur la nature des viandes consommées : l’analyse des restes de porcs présents dans ces dépotoirs montre une sélection poussée des animaux et des quartiers consommés, issus de quelques segments anatomiques, prélevés sur des bêtes âgées de 1 à 2 ans. On trouve une surreprésentation de certains éléments anatomiques : les crânes ainsi que les côtes et vertèbres représentent 60 à 80 % des rejets dans les décharges et correspondent aux quartiers que l’on consommait le plus fréquemment (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Sélection des quartiers de porcs (Sus domesticus) sur les principaux praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice.

© M. Leguilloux

44L’isolement de ces sites et les conditions d’enfouissement particulièrement favorables suggèrent que ces disproportions résultent d’une sélection des quartiers de viande, découpés et conditionnés avant leur livraison sur les sites. On constate aussi un morcellement très poussé des quartiers : aucun os de suidé n’est entier et le nombre de traces de boucherie est très élevé (82 traces de découpe de boucherie pour 100 restes). Même les museaux de porc étaient consommés après avoir été débités en petits morceaux.

  • 26 Les quartiers de viande, en petits morceaux, étaient disposés en alternance avec des couches de sel (...)

45Ces deux caractéristiques -sélection des restes et morcellement- suggèrent la consommation de quartiers de viande salés avec l’os26, comme l’étaient souvent les salaisons romaines qui étaient cuisinés selon des recettes de viande bouillie ou préparée en ragoût.

  • 27 Cuvigny 2012, p. 14 et p. 183.

46Ces préparations ne constituaient qu’une partie de l’alimentation carnée des sites isolés qui ne pouvaient guère compter sur un ravitaillement régulier. Bien qu’elles ne fassent pas l’objet d’un commerce à grande échelle comme les salaisons de poissons, les conserves de viande, préparées dans la vallée du Nil, devaient être aussi fréquentes que ces dernières. On devait les consommer de façon régulière comme l’attestent à la fois les déchets de consommation et les occurrences dans le corpus papyrologique. À Didymoi, un ostracon mentionne l’envoi d’une mine (350 g) de viande porc salée (O.Did. 452 : fin du iie-iiisiècle) et un titulus pictus sur amphore mentionne le contenu : 27 morceaux de viande (kopadia : O.Did. 151 : c. 76/77)27.

  • 28 Les museaux, quartiers peu valorisables, étaient utilisés pour la confection de charcuterie de cons (...)

47La majeure part des déchets résultant de viandes en conserve devait provenir des rations alimentaires octroyées par l’armée. Dans le corpus papyrologique, les termes employés à propos de la nature de la viande consommée sont génériques et ne précisent pas les quartiers conditionnés pour le transport et la conservation. Toutes les parties d’un animal pouvaient être mises en conserve et il est clair qu’il ne s’agissait pas des parties les plus nobles, comme les jambons ou les épaules. D’après la composition des restes rejetés dans les dépotoirs des praesidia, on peut constater que ce sont principalement des têtes, plus spécifiquement des museaux et des côtes. Des commandes consignées sur ostraca ou papyrus mentionnent des quartiers conservés dans des pots dont certains pouvaient être des pieds de porc. Une autre commande concerne l’envoi d’une tête de bœuf ; il s’agit probablement là aussi d’une préparation charcutière de type « tête pressée », utilisant des museaux découpés et conditionnés pour le transport et la conservation28.

48La consommation de viande salée semble avoir surtout concerné les quartiers de porcs. Le schéma de distribution des restes par quartier indique en effet que la viande des gros animaux (dromadaires et ânes) ou petits animaux abattus sur le site (moutons et chèvres) était consommée fraîche.

  • 29 Dans une lettre datée de 311 après J.-C., le stratège de l’Oxyrhynchite accuse réception de 4850 li (...)
  • 30 Jones 1964, pp. 628‑629.
  • 31 Duncan‑Jones 1976, pp. 43‑52.
  • 32 Le P.Oxy. XVI 1903, daté de 561 après J.-C., est un reçu délivré par un charcutier mentionnant la d (...)

49On ne connaît pas précisément la quantité moyenne de viande quotidienne consommée. Cette lacune tient au fait que, durant le Haut-Empire, les distributions alimentaires aux soldats ne comportaient pas ou peu de viande : les rations se composaient pour l’essentiel de pain (1,3 kg environ par jour). La viande n’aurait été incluse dans les rations qu’à partir du Bas-Empire29 ; à cette époque, des textes nous donnent plus de détails sur les quantités de viandes consommées30. On estime que la viande devait représenter une livre égyptienne par jour (à peu près équivalente à la livre romaine31 : 327 gr. La valeur de la ration est restée identique jusqu’au visiècle32.

  • 33 Occasionnellement les troupes pouvaient bénéficier de distributions gratuites de denrées lors de co (...)
  • 34 Pour le Mons Claudianus : O. Claud. II 271, pp. 102-103.

50Il est possible que ces quantités journalières courantes au début du ivsiècle puis au visiècle aient déjà été la norme durant le Haut Empire même si l’approvisionnement était le plus souvent privé33. Plusieurs lettres découvertes dans les dépotoirs de Krokodilô, de Maximianon et dans le corpus du Mons Claudianus34 vont dans ce sens : on y trouve des commandes de viande de porc, parfois de porcs vivants qui étaient mis à l’engrais sur place.

51Contrairement aux ossements de porcs, les os de petits ruminants, moutons et chèvres, récoltés dans les dépotoirs sont souvent entiers et n’affichent aucune disproportion flagrante dans leur distribution en fonction des différents segments anatomiques. Ces caractéristiques suggèrent que la viande de ces animaux étaient consommée fraîche à l’occasion d’abattages locaux. Ces observations ont été relevées sur la majorité des sites explorés (les praesidia de Krokodilô, Maximianon, Didymoi, du Mons Claudianus, du Porphyrites). Il semble qu’un élevage local, à petite échelle, ait été la norme : les individus identifiés sont peu nombreux mais on trouve parmi eux une majorité de bêtes adultes, abattues après avoir été utilisées pour la production de laine ou de lait, entre deux et quatre ans.

2.2.2. Les praesidia des carrières

52Les études sur le mobilier ostéologique de dépotoirs des praesidia assurant la sécurité des carrières sont moins nombreuses. Sur les trois sites référencés (Mons Claudianus, Porphyritès et Domitianè/Kainé Latomia), il apparaît nettement que les rejets de déchets osseux montrent une alimentation carnée toute différente de celle des praesidia routiers : on y trouve une forte concentration d’ossements d’animaux de tâche (portage ou trait) et plus particulièrement d’équidés alors que les ossements de porcs sont moins abondants (fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

La faune sur les praesidia de carrières.

© M. Leguilloux

53La prédominance des animaux de bât sur ces sites est une spécificité liée aux activités de ces installations : ces animaux jouaient un rôle essentiel dans le fonctionnement des carrières car ils assuraient le transport des charges dans des conditions très différentes des sites de plaine. Seul le mobilier osseux découvert dans les décharges du fort du Porphyritès offre des proportions équivalentes entre les ossements d’animaux de bâts et les restes de porcs.

54Si les ossements d’animaux de bâts sont plus nombreux sur les praesidia de carrières, la répartition des ossements parfaitement identifiés du point de vue de l’espèce, dévoile une autre caractéristique de ces sites par rapport aux fortins routiers : sur ces derniers, les dromadaires étaient les animaux les plus fréquemment utilisés pour les tâches de portage (fig. 6). À l’inverse, le taux élevé de restes d’équidés sur les sites de carrières indique que ces animaux y étaient les plus nombreux.

Fig. 6

Fig. 6

Courbes de variations du nombre de restes des principales espèces dans les différentes catégories de dépotoirs (NR : nombre de restes).

© M. Leguilloux

55Les restes d’équidés correspondent presque exclusivement à des ossements d’ânes. Les os de chevaux sont pratiquement absents, comme d’ailleurs dans les fort routiers. À Didymoi où l’on trouve le plus grand nombre de restes identifiés, les restes de chevaux ne représentent que 3 % du mobilier global en moyenne. Dans les autres ensembles analysés sur les routes de Myos Hormos et de Bérénice, les restes de chevaux ne représentent que 1 à 2 % des ossements d’équidés identifiés. Tous les chevaux identifiés étaient adultes, morts après 10 ans, à l’exception d’un cheval mort vers 8 ans sur le site Maximianon.

  • 35 Rostovtzeff 1922, pp. 107‑114.

56Signalons qu’aucun reste d’hybride n’a été déterminé sur les sites du désert bien que, depuis l’époque ptolémaïque35, mules et mulets fussent connus et qu’ils fussent ultérieurement très appréciés par l’armée romaine.

57La forte présence d’os asiniens dans ces dépotoirs doit être liée aux activités pratiquées sur ces sites d’extraction, notamment les déplacements et les transports de blocs de granite sur des terrains accidentés et rocheux, impraticables pour les dromadaires plus adaptés aux terrains plats et sablonneux. Ces derniers pouvaient prendre le relais des équidés une fois les blocs amenés aux pieds des carrières.

  • 36 Van Der Veen 1998, p. 104.
  • 37 Van der Veen 1998, p. 103.

58Les sites de carrière sont donc caractérisés par une population équine importante, ces individus étant presque toujours consommés comme l’attestent les nombreuses traces de découpe et de décarnisation visibles sur les os, bien observées notamment au Mons Claudianus36. Sur ce lieu qui abritait une population mêlée de civils et militaires la viande d’âne et de porc représentait en fait l’essentiel des aliments carnés37.

  • 38 Ce type de viande resta très longtemps déconsidéré : dans des textes du xive siècle, les population (...)

59La consommation de viande équine est une spécificité de tous les sites implantés dans le désert, les restes d’équidés découverts sur les axes routiers sont également porteurs de traces de découpe et de cuisine. Sur les sites portuaires de Bérénice et Myos Hormos, il n’existe aucune donnée attestant la consommation de viande d’équidés. La viande équine et cameline était en général peu appréciée38 mais, dans le désert Oriental, les animaux de réforme fournissaient lors de leur abattage de grandes quantités de viande à consommer rapidement que les habitants, subissant probablement des suspensions aléatoires d’approvisionnement, ne pouvaient dédaigner.

  • 39 Dercy 2015, p. 17.

60À la différence des porcs, consommés dans la plupart des cas entre un et deux ans, les ânes et les dromadaires étaient adultes au moment de leur abattage. C’étaient des animaux blessés, malades ou trop âgés pour assurer leur charge de travail. En dehors des contextes du désert Oriental, l’utilisation des équidés comme ressource alimentaire et comme matière première était limitée : par exemple, alors que la peau de nombreuses espèces était employée pour fabriquer du cuir, les équidés sont absents des sources alors qu’il existe des textes mentionnant même les chiens et les dromadaires39. Il est donc clair que la consommation de viande d’équidés est une caractéristique des sites du désert, palliant les insuffisances du ravitaillement. La viande fournie par les achats de conserves et par les quelques animaux de boucherie nourris et abattus sur place n’était pas suffisante pour satisfaire la demande. Bien qu’en termes de nombre de restes, les ossements des animaux de charge soient minoritaires face aux restes de porcs, les quantités de viande tirées de ces carcasses devaient fournir ponctuellement de grandes quantités de nourriture. Les conditions difficiles de ravitaillement et les situations récurrentes de pénuries, conduisaient donc à la recherche de nouvelles ressources alimentaires, grâce notamment à la consommation d’animaux ordinairement délaissés, comme les équidés.

  • 40 Une courte durée d’occupation limitait probablement l’importance des élevages des basse-cours.

61Outre les os d'espèces équines, les sites de carrière livrent des ossements de volaille : la fréquence des restes d’oiseaux domestiques avoisine celle observée sur les sites routiers : 5,9 % au Mons Claudianius et 4,5 % au Porphyritès. Le gisement de Kainè Latomia affiche des valeurs plus faibles : 0,6 % (phase 1 : fin du ier-début du iisiècle) et 0,9 % (phase 2 : milieu du iisiècle) des restes identifiés au cours des deux principales phases d’occupation du site, des taux inférieurs qui peuvent s’expliquer par la courte durée d’occupation du praesidium40 ainsi que par le faible nombre de restes récoltés sur le dépotoir, peut-être dû à des conditions taphonomiques moins bonnes qu’au Mons Claudianus.

2.2.3. Les sites urbains côtiers

62Du point de vue de l’alimentation, la spécificité des sites du désert Oriental apparaît clairement lorsque l’on compare les résultats de leurs analyses archéozoologiques à ceux des contextes urbains côtiers de Myos Hormos et de Bérénice.

  • 41 Van Neer, Lentacker 1996, p. 349 ; Van Neer 1997, pp. 141‑143.
  • 42 Van Neer, Yrvinck 1998, fig. 17-23.

63Dans les contextes des ier et iisiècles après J.‑C., l’alimentation des populations fréquentant ces ports se distingue par une consommation moins marquée de viande porcine (fig. 7). À Bérénice en particulier on suit l’augmentation des restes de porcs au cours de la période romaine mais ils n’atteignent cependant pas les proportions observées dans les forts du désert : absents des niveaux Ptolémaïques, ils deviennent plus fréquents dans les contextes du Haut Empire (35 % dans la faune du ier siècle après J.-C.)41, puis à partir du iiisiècle les ossements de porcs entament une diminution et deviennent à nouveau très rares dans les dépôts les plus tardifs, à partir du ivsiècle (0,2 % des restes déterminés)42.

Fig. 7

Fig. 7

La faune sur quelques sites urbains côtiers ( % du nombre de restes déterminés).

© M. Leguilloux

64La concentration des taxons d’ovins‑caprins sur les deux sites portuaires de Bérénice et Myos Hormos est proche des niveaux observés dans les forts du Haut-Empire situés dans le désert. En revanche, on peut observer une nette distinction entre ces deux catégories de sites quant au rôle tenu par d’autres espèces dans la consommation des villes, en particulier par la volaille et plus modestement par les bovidés et les espèces sauvages. La distribution des déchets indique une consommation plus régulière de ces différentes espèces s’opérant au détriment de la viande de porc (fig. 7).

  • 43 Van Neer, Lentacker 1996, p. 347.
  • 44 Van Neer, Ervynck 1997, fig 17-23

65Cette diversité alimentaire disparait dans les contextes des ive-visiècles sur le site de Bérénice. La composition des décharges de cette période, contemporaines de celles d’Abû Sha‘ar, est marquée par une forte proportion de faune marine qui représente un tiers (31,6 %) du matériel faunique global recueilli dans les décharges et par la domination des ossements de petits ruminants qui constituent presque la totalité des ossements des mammifères (96 %) (fig. 7). La viande de mouton/chèvre devient alors la principale source de consommation carnée : en termes de fréquence, les déchets osseux se réduisent surtout aux restes d’ovins‑caprins43 qui retrouvent à la période tardive une proportion similaire à celle de la période ptolémaïque44.

  • 45 Wattenmaker 1979, pp. 250‑252 et 1982, pp. 347‑353.

66Dans le port de Myos Hormos, une première étude, portant malheureusement sur un nombre trop restreint de restes (300 fragments identifiables) issus de contextes des ier-iisiècles, montre les mêmes tendances de l’alimentation carnée. Comme cela était prévisible, la faune marine représente l’essentiel du matériel étudié (71 % des macro‑restes), mais les restes de suidés constituent la part la plus importante des ossements de mammifères devant celle des ovins-caprins (fig. 7)45.

67La faune du Haut Empire dans ces deux ports présente une grande variété d’espèces animales. Dans le domaine de l’alimentation carnée, les restes de porc et d’ovins-caprins se distribuent de façon à peu près équivalente (respectivement 35 % et 18 % à Bérénice, 24,5 % et 17,3 % à Myos Hormos). L’approvisionnement en viande était complété par les bovidés et surtout par la volaille dans le cas de Bérénice (fig. 7). À Myos Hormos, on trouve une très forte proportion de restes animaux familiers, non consommés, tels que les chiens et les chats, le faible nombre de restes constituant les taxons analysés doit cependant en partie expliquer cette distribution si particulière des ossements dans les dépôts.

3. La gestion des pénuries : l’auto-approvisionnement (chasse et pêche) et élevage local

68Les praesidia dépendaient pour leur approvisionnement du ravitaillement officiel, cependant celui‑ci était insuffisant et les pénuries, permanentes ou occasionnelles selon les gisements, obligeaient souvent les occupants à diversifier les sources de ravitaillement, en passant commande de viande et de poissons, en pratiquant la chasse ou des élevages locaux, de moutons et de chèvres, de volaille domestique (poules) ou encore de porcs, avec plus ou moins de succès.

3.1. La faune marine

69La faune marine (poissons et mollusques) est toujours présente dans les dépotoirs quel que soit l’éloignement du site par rapport à la côte maritime. La distance joue toutefois un grand rôle dans la part que prend cette source alimentaire : dans le dépotoir de Maximianon situé à 60 km de la mer, la proportion de restes marins est de 21,4 %, dans le dépotoir de Krokodilô, à 111 km de la côte environ, les produits de la mer ne représentent plus que 6,5 % de l’ensemble des restes récoltés. Sur les gisements de la route de Bérénice, Didymoi et Dios, plus isolés encore, les animaux marins ne dépassent pas 5 % de l’ensemble des restes fauniques (fig. 8).

Fig. 8

Fig. 8

La faune marine et la faune terrestre sur les sites du désert Oriental (NR : nombre de restes).

© M. Leguilloux

  • 46 Van Neer, Sidebotham 2002.
  • 47 Wendrich, Van Neer 1994.

70Pour les sites établis sur la bordure maritime où le prélèvement de nourriture dans l’habitat naturel était plus aisé, la faune marine occupait une place essentielle dans l’alimentation. Dans le mobilier du fort d’Abû Sha‘ar46, les restes de faune marine, poissons et coquillages, constituent l’écrasante majorité de la faune récoltée (90 % des restes) et ils sont associés à un grand nombre d’objets liés à la pêche : hameçon, filets, nasses ou poids de filets47.

71Sur les sites de carrières, les résultats sont plus tranchés. Dans la décharge de Domitianè/Kainè Latomia, la faune marine ne représente qu’une faible partie du mobilier (8 % des restes) mais ce site connut de courtes périodes d’occupation. Sur les sites du Mons Claudianus et du Porphyritès, les déchets de faune marine consommée sont présents en fortes proportions (50 % et 32 % des restes de faune).

72Ces proportions élevées peuvent s’expliquer par un plus grand nombre d’habitants, civils et militaires, mais également par un pouvoir d’achat plus élevé d’une partie des occupants constituant la main-d’œuvre spécialisée. Les produits de la mer étaient très appréciés et malgré les difficultés d’approvisionnement, ils faisaient l’objet de demandes récurrentes.

  • 48 Van Der Veen, Hamilton-Dyer 1998.
  • 49 Reekmans 1996, p. 27.

73Plusieurs lettres privées découvertes au Mons Claudianus sont des commandes de poissons frais dont les correspondants étaient prêts à payer le prix nécessaire à leur achat et à son transport (O. Claud. II 241 et 242). Le mobilier du Mons Claudianus présente un ensemble spécifique caractérisé par un abondant matériel et des espèces très variées. Des particularités qui montrent que certains résidants possédaient un fort pouvoir d’achat et pouvaient se fournir en produits luxueux48. Dans les classes privilégiées, dès l’époque de Zénon au moins49 et jusqu’à Athénée (8, 355 et 357), le poisson frais était très apprécié. Le poisson‑perroquet était l’un des mets les plus recherchés ; c’est d’ailleurs l’une des espèces les plus fréquentes sur les fortins.

74Les poissons étaient consommés sous plusieurs formes : frais, salés mais aussi séchés. Les Égyptiens consommaient ces produits depuis longtemps. Hérodote témoigne de la consommation de poissons séchés (2, 92‑93) ou salés (2, 77). Aux IIe et iiisiècles après J.‑C., les conserves de poissons étaient souvent préparées par des ateliers spécialisés (P. Oxy. XLIX 3495 et P. Tebt. III.1, 701 : c. 235 après J.-C.), mais on trouvait aussi des productions domestiques (P.Oxy. VI 928 : iisiècle après J.-C.). Sous ces deux formes, le poisson devait être abordable pour les soldats stationnés dans les fortins isolés du désert et être disponible même loin de la côte. Il est toutefois difficile de déterminer si les restes de poissons des décharges proviennent de denrées fraiches, séchées ou salées, mais la vraisemblance plaide pour les deux dernières catégories dans la plupart des cas.

  • 50 Les commandes de poissons frais et de poissons salés reviennent régulièrement dans les ostraca des (...)

75L’autre source alimentaire fournie par la pêche, les mollusques, contribuait parfois de façon notable à l’alimentation humaine : ils sont régulièrement présents dans tous les sites et dans tous les niveaux d’occupation du désert Oriental, mais contrairement aux poissons50, ils ne sont pas mentionnés dans les ostraca.

3.2. La faune sauvage

76La chasse était une autre source potentielle de ravitaillement. Toutefois, le mobilier osseux récolté dans les gisements indique qu'elle était rarement pratiquée. On observe peu de restes d’espèces sauvages vivant dans le désert Oriental : les ossements de gazelles, ibex, mouflons, perdrix dépassent rarement 1 % du mobilier osseux dans les décharges. Cette forme d’auto-ravitaillement était occasionnelle et rare sur les sites de Maximianon et de Krokodilô où l’on observe peu de faune sauvage dans le mobilier, peut être en raison d’une plus grande facilité d’approvisionnement de ces sites l’un et l’autre sur la route courte et fréquentée joignant Coptos au port de Myos Hormos.

77Le prélèvement dans le milieu naturel d’animaux n’était pas perçu comme une activité de subsistance : se procurer de la viande fraîche par la chasse était malaisé dans les zones désertiques. Il existe toutefois trois gisements où les restes d’animaux sauvages, principalement des gazelles, atteignent 2 % du mobilier osseux global : le site de Didymoi dans sa première phase d’occupation (vers 76‑92 après J.‑C.), le Mons Claudianus au iiisiècle et la ville de Myos Hormos aux ier-iisiècles où la circulation des hommes et des marchandises a pu favoriser la consommation de viande issue de l’activité cynégétique.

3.3. Les tentatives d’élevages locaux : les soues à cochons

78Afin de pallier les problèmes de ravitaillement et de compenser l’insuffisance de l’approvisionnement officiel, les soldats avaient recours à des élevages locaux de volailles, comme nous l’avons vu, mais également de cochons et de chèvres.

79La viande de porc n’était pas seulement consommée sous forme de conserves : on procédait occasionnellement à des abattages locaux d’animaux. Les conditions climatiques et les problèmes de ravitaillement ne sont certes pas propices à l’élevage du porc dans le désert, mais on observe sur certains sites des installations destinées à abriter et à engraisser de jeunes porcs qui devaient être abattus ensuite, probablement à l’occasion de repas de fête.

80Cette pratique est assurée par des textes sur ostraca mentionnant des commandes d’orge pour la nourriture de cochons et par la présence sur la plupart des sites d’abris (soues) parfois équipées d’auges, utilisés pour protéger les bêtes et les engraisser. Il s’agit de structures de petites dimensions, isolées, construites sur les dépotoirs. On les trouve sur les praesidia de Krokodilô, de Didymoi, de Dios et de Xèron Pelagos. Leur forme et leur agencement sont similaires, alignés comme à Krokodilô (fig. 9) et Dios (fig. 10) ou bien ouvrant sur une courette comme à Didymoi (fig. 11). Certaines soues étaient isolées comme à Dios et Didymoi.

Fig. 9

Fig. 9

Logettes à cochons : Krokodilô, 1996, dépotoir extérieur, STR. 23.

© J.‑P. Brun, MAFDO 1996

Fig. 10

Fig. 10

Logettes à cochons : Dios, dépotoir extérieur, STR. 29.

© J.-P. Brun, MAFDO 2008

Fig. 11

Fig. 11

Didymoi. Logettes à cochons dans le dépotoir extérieur, STR.

© J.-P. Brun, MAFDO 2000

81Ces installations ont connu de courtes périodes d’utilisation : elles sont abandonnées assez rapidement puis remises en service ou reconstruites plusieurs fois. Ces nourrissages devaient être occasionnels car ils demandent un ravitaillement régulier en grains. Le nombre de bêtes engraissées de cette façon devait être limité : sur les sites de Krokodilô et de Dios, on avait construit trois soues ; à Didymoi et Xèron, deux à trois selon les périodes. Ces soues dont la surface varie de 1 à 2 m2 présentent des murs d’un mètre de haut au maximum ; elles pouvaient accueillir un seul animal : 2 ou 3 cochons pouvaient donc être engraissés simultanément.

82Il ne s’agissait pas d’élevage naisseur à proprement parler mais plutôt d’engraissage d’animaux nés ailleurs, car on constate l’absence d'ossements de très jeunes animaux. Une telle pratique est cohérente avec les conditions climatiques et avec les difficultés de ravitaillement empêchant l’élevage permanent des porcs.

3.4. Artisanat local et exploitation des matières premières animales

83L’organisation de l’approvisionnement ne touchait pas uniquement l’alimentation. L’équipement des hommes et des animaux devait être entretenu pour assurer le bon fonctionnement des postes militaires ou des carrières. Les ressources du désert étant limitées, les conditions d’approvisionnement difficiles, les hommes ont dû ainsi s’adapter en utilisant et réutilisant des matières premières trouvées dans leur environnement.

84Dromadaires et ânes ne constituaient pas uniquement des ressources alimentaires, ils fournissaient également la matière première à de petits ateliers exploitant les peaux et les ossements des animaux abattus. La pratique d’un artisanat à base de produits recyclés offrait la possibilité lorsque cela était nécessaire d’assurer la disponibilité de certains objets de la vie quotidienne (vêtements, chaussures, harnachement) fabriqués ou réparés sur place par des individus s’improvisant tabletiers, cordonniers ou corroyeurs. La qualité des pièces exécutées était toutefois très médiocre en particulier dans le domaine de l’artisanat du cuir.

  • 51 La récupération des peaux et la fabrication de cuir étaient parfaitement maitrisées par les artisan (...)
  • 52 L’utilisation de peau brute par les habitants du praesidium Didymoi : Leguilloux 2006b, fig. 6, 7.
  • 53 L’emploi de peau brute sur les praesidia Dios et Xèron : Leguilloux à paraître, b.

85Les procédés de tannage étaient longs et complexes, nécessitant de l’eau, des techniques, un outillage et un équipement spécifique51 ; ils étaient impossibles à mettre en œuvre dans l’environnement et avec les ressources du désert Oriental. Pourtant le commerce, les transports et la vie militaire nécessitaient des équipements de cuir nombreux allant des chaussures aux outres en passant par les pièces d’attelage ; ces équipements devaient être entretenus et réparés sur place par des artisans sachant travailler les peaux. Le tannage était alors remplacé par d’autres procédés d’autant plus que les animaux ordinairement exploités pour leur peau, tels que les bovins, étaient indisponibles. Les animaux abattus pour leur nourriture, les dromadaires en particulier, étaient dépecés, peaux et tendons étaient utilisés pour réaliser par exemple des sandales et des pièces de harnachement, tels les objets découverts à Didymoi52, Dios ou Xèron53. Ces peaux brutes séchées et grossièrement préparées servaient surtout à des travaux de ravaudage et à la réalisation de chaussures simples, de type sandale (fig. 12), ou de courroies de transport, objets très rudimentaires et de mauvaise qualité mais qui rendaient de nombreux services.

Fig. 12

Fig. 12

A. Semelle de peau crue utilisée pour la réalisation de sandale (cliché M. Leguilloux, MAFDO 2009). B. Reconstitution du modèle de sandale de tradition pharaonique (Modèle Didymoi 1b : Leguilloux 2006, pl. 17).

© M. Leguilloux

  • 54 Leguilloux à paraître, d.

86Si le travail des peaux semble systématique, la tabletterie est plus occasionnelle : il s’agissait de réaliser des objets en os pour la vie quotidienne (épingles et cuillères) en utilisant des ossements de dromadaires. Cet artisanat réclame certaines techniques de base impliquant la sélection de la matière osseuse, sa préparation, son découpage, le sciage et enfin le polissage des objets. Pour toutes ces raisons, les déchets de taille et de polissage sont rares et attestés seulement dans les niveaux les plus anciens de certains sites. À Didymoi, ils sont tous concentrés dans le second quart du iisiècle (phase 10, 125-140 après J.‑C.) où un résident a dû être actif en ce domaine ; à Dios, plusieurs artefacts illustrant l’ensemble de la chaine opératoire depuis les chutes de taille aux ébauches ont été découverts dans les niveaux de la première moitié du iisiècle54.

4. L’alimentation comme marqueur culturel

87Les analyses archéozoologiques mettent en relief les conditions de vie des habitants du désert Oriental mais elles révèlent également des choix alimentaires en fonction des périodes et de l’origine des hommes. Ces choix se manifestent à travers la sélection des espèces. Les ossements des principales catégories consommées, hormis les bovidés, sont toujours présents dans les décharges ; la fluctuation que l’on observe dans leurs proportions respectives au cours des périodes est l’un des éléments révélateurs des changements de population.

88Ces valeurs sont particulièrement stables au cours des deux premiers siècles de notre ère sur l’ensemble des sites, indiquant que les populations fréquentant les praesidia du Haut Empire connurent une permanence de leur alimentation (fig. 3).

89Mais des indices d’une modification de l’alimentation commencent à apparaitre au iiisiècle : les taxons porcins, abondants dans les niveaux des ier et iisiècles, diminuent au profit des taxons d’ovins‑caprins. Ce changement dans la composition de l’alimentation carnée devient perceptible dans le mobilier des derniers niveaux du praesidium de Didymoi (fig. 3, DD4). Cette tendance est confirmée par les niveaux tardifs du praesidium de Dios, vers le milieu du iiisiècle. Ces contextes chronologiques diversifiés permettent d’observer les changements de l’alimentation qui se manifestent dans la sélection des espèces consommées (pourcentages des restes identifiés) et dans la nature des viandes consommées (la sélection des quartiers).

90À partir du règne de Caracalla, les forts de la route de Bérénice furent servis par des détachements d’archers palmyréniens dont l’installation s’accompagna de changements notables dans l’architecture des casernements et dans la gestion des déchets. Dès lors, les dépotoirs extérieurs des praesidia de Didymoi, Dios et Xèron ne sont plus alimentés régulièrement et des déchets sont laissés à l’intérieur même des pièces d’habitation jusqu’alors tenues remarquablement propres. Les soldats cessent de nettoyer régulièrement les espaces de vie et l’accumulation des déchets entraîne un exhaussement rapide des sols d’occupation.

91Parallèlement la composition de l’alimentation carnée évolue. La sélection des espèces consommées change : les os de porcs sont de moins en moins nombreux et on constate une inversion des courbes du nombre de restes de suidés et d’ovins‑caprins, indiquant que ces derniers étaient devenus les principaux fournisseurs de viande dans les ultimes phases d’occupation du fort de Dios (fig. 13, A).

Fig. 13

Fig. 13

La faune des phases tardives à Dios dans le dépotoir extérieur et dans les dépôts intérieurs du fort ( % du nombre de restes déterminés).

© M. Leguilloux

92L’origine des ressources alimentaires carnées se modifie également, les occupants des forts se tournant désormais plus fréquemment vers un approvisionnement de proximité qui est prouvé par l’abattage des animaux sur place. Ceux-ci étaient issus de troupeaux locaux pâturant dans le désert et appartenant probablement à des populations nomades dont la présence est signalée par la présence de vases modelés indigènes (Eastern Desert Ware) dans les couches de cette période.

93Ces transformations dans les modalités de ravitaillement au cours du iiisiècle a pour corollaire d’un changement dans la nature des viandes consommées : les porcs abattus localement fournissent désormais la viande fraîche et les rations de viande salée ne constituent plus la base des mets préparés, comme nous l’indique la répartition uniforme des quartiers consommables (fig. 13, B).

94Les conditions de vie particulières de ces habitats isolés sur les axes routiers mais aussi les origines ethniques des occupants ont conditionné les choix alimentaires depuis les premières installations jusqu’aux phases finales des sites.

  • 55 L’aile des Palmyréniens est présente à Coptos à partir de 183-185 après J.‑C. mais leur déploiement (...)
  • 56 Cuvigny 2012, p. 1315.

95On peut rattacher ces modifications alimentaires sur les forts de Dydimoi et de Dios à l’arrivée de détachements d’une aile de Palmyréniens55, connue par les mentions de noms palmyréniens dans les ostraca de ces sites56. L’arrivée d’une population orientale a dû modifier la composition du ravitaillement par des attentes alimentaires différentes.

  • 57 Wendrich, Van Neer 1994, p. 183.

96Il est intéressant de noter que ces changements touchèrent également les ports et s’accentuèrent aux siècles suivants : les quartiers d’ovins et caprins dominent dans les dépotoirs du port de Bérénice aux ive et vsiècles indiquant que ces deux espèces fournissaient l’essentiel du ravitaillement en viande (fig. 7). Sur le site d’Abû Sha’ar, fort établi sur la côte au début du ive siècle, la consommation de porc est également réduite, leurs ossements ne représentant que 15 % du matériel au ive siècle et la faune marine constituant la principale source d’approvisionnement en nourriture avec 80 % en moyenne des restes fauniques récoltés57.

Evolution de l’alimentation entre les périodes Ptolémaïques et les périodes romaines

97L’histoire de l’alimentation carnée sur les sites du désert Oriental est une suite de fluctuations : les modifications du iiie siècle de notre ère, probablement d’ordre culturel, trouvent en effet des parallèles aux périodes plus anciennes.

98Le passage de la période Ptolémaïque à la période romaine fut également une période de changement dans la sélection des espèces, entre la fin du iiie siècle avant notre ère et la première moitié du ier siècle de notre ère, époque des premières implantations romaines, une inversion des courbes avait déjà marquée la composition de l’alimentation.

99L’exploration du district minier de Samût a été l’occasion d’étudier deux sites dont les occupations s’étendent de la fin du ivsiècle (Samût nord) à la fin du iiisiècle avant notre ère (Bi’r Samût). Dans ces contextes, la viande de dromadaire était la plus courante : leurs restes sont très abondants, reléguant au second plan les ossements provenant de petits ongulés, porcs, moutons et chèvres (fig. 14). À la fin du ivsiècle, dans la catégorie petit bétail, la viande de petits ruminants, moutons et chèvres, semble avoir eu la primauté sur celle de suidés. Au cours du iiisiècle, on atteint un certain équilibre entre les différents types d’ossements récoltés pour ces espèces.

Fig. 14

Fig. 14

Évolution des courbes de variation faunique entre l’époque Ptolémaïque et Romaine sur les sites du désert Oriental Égyptien.

© M. Leguilloux

  • 58 Van Neer, Ervynck 1998, fig 17‑23.

100Comme aux périodes romaines les critères de sélection en matière alimentaire divergent entre habitats du désert et les sites urbains. Les analyses de la faune trouvée dans les niveaux hellénistiques de Bérénice a montré le rôle essentiel joué par les ovins‑caprins dans l’alimentation : ils représentaient les animaux les plus fréquents dans les contextes des périodes ptolémaïques (89 % des restes déterminés) alors que les restes de porcs sont totalement absents58.

  • 59 Reekmans 1996, p. 23.
  • 60 Perpillou‑Thomas 1993, p. 207.

101A Bi’r Samût, il est donc frappant que les restes de porcs soient présents, même en petite quantité, en dépit de la « delphakophobie » des Égyptiens rapportée par Hérodote (2,47-48) et Plutarque (De Iside, 8,354) ; les Égyptiens le considéraient comme un animal séthien et maléfique. En milieu grec, la consommation de porcs et de porcelets était courante comme le laisse entendre la récurrence des mentions de cette viande dans les archives de Zénon59. Dans les communautés grecques qui s’installèrent en Égypte, la viande de porc gagna une place privilégiée dans les sacrifices, à l’occasion de festivités60.

  • 61 Les mentions dans les papyrus d’époque romaine de cet animal consommé à l’occasion de fêtes religie (...)
  • 62 Boak 1933, p. 88-92.

102Les iie et ier siècles avant J.‑C. ne sont pas documentés jusqu’à présent dans le désert, il faut donc attendre le début du ier siècle de notre ère, époque des premières implantations de forts romains, pour pouvoir observer à nouveau la place qu’occupe chacune des espèces dans l’alimentation : on assiste alors à une nette augmentation des restes de porcs dans les décharges des forts du désert, transformations qui correspondent à la prépondérance de la viande de porc dans la diète des soldats des premiers praesidia61. L’archéozoologie confirme d’ailleurs la place prépondérante de la viande de porc dans l’alimentation même là où des alternatives étaient possibles comme la consommation de bovidés : dans la ville de Karanis, le matériel des dépotoirs contenait de forte quantité d’ossements de porcs qui surpassaient en nombre les ossements de moutons‑chèvres et surtout de bœufs et cela malgré les facilités d’élevage qu'offrait le Fayoum62.

103Cet aperçu sur les apports des données archéozoologiques montre donc la spécificité des sites en fonction de leur fonction et de leur localisation (les forts sur les routes, dans les carrières ou les sites urbains portuaires), mais également des périodes d’occupation, chaque catégorie d’habitat impliquant une gestion particulière du ravitaillement. Certains changements dans la composition des mobiliers analysés suggèrent que des aspects institutionnels et culturels ont influencé les modes de vie ; ainsi la consommation du porc dans les sites militaires au Haut-Empire par les auxiliaires romains, puis sa régression au iiie siècle, probablement liée à une évolution du recrutement impliquant diverses origines culturelles qui influencèrent également d’autres domaines comme l’architecture intérieure des forts et l’habillement63.

Bibliographie

 

André J., L'alimentation et la cuisine à Rome, Les Belles Lettres, Paris, 1981.

Boak A., Karanis: the Temples, coin hoards, botanical and zoological reports, seasons 1924-1931, University of Michigan Studies, Humanistic series 30, Ann Arbor, 1933.

Brun J.-P., « Le dépotoir », in H. Cuvigny et alii, Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV. I- Les fouilles et le matériel. Institut français d'archéologie orientale, Fouille de l’IFAO, 64, 2011, 115‑155.

Davies R.W., « The Roman military diet », Britannia, 2, 1971, 122‑142.

Cuvigny H., « Annexe III : les protéines animales dans les ostraca », in H. Cuvigny (dir.), La Route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice, I, Institut français d'archéologie orientale, DFIFAO, vol. 2, 2006, 569-574.

Cuvigny H., « Introduction », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV. II- Les textes. Institut français d'archéologie orientale, Fouille de l’IFAO, 67, 2012, 13-15.

Cuvigny H., « La ration mensuelle d’un cavalier et de son cheval d’après un ostracon du praesidium de Dios (desert Oriental d’Égypte) », in M. Reddé, De l’or pour les braves ! Soldes, armées et circulation monétaire dans le monde romain. Actes de la table ronde AnHiMa, Institut national d’histoire de l’art (12-13 septembre 2013), Bordeaux, Ausonius, 2014, 71-90.

Dercy B., Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique. Tentative d’une archéologie du disparu appliquée au cuir. Archéologie de l’artisanat antique, 9. Collection du Centre Jean Bérard, CNRS, 2015.

Groenman-Van Waateringe W., « Classical authors and the diet of Roman soldiers: true or false? », in W. Groenman‑Van Waateringe, B.L. Van Beek, W.J.H. Willems, S.L. Wynia, Roman Frontier Studies 1995. Proceedings of the XVIth International Congress of Roman Frontier Studies. Oxbow Monograph 91, 1997, 261‑265.

Hamilton-Dyer S., « The faunal remains », in V.A. Maxfield, D.P.S. Peacock (dir.) Survey and Excavation Mons Claudianus 1987-1993. Volume II, Excavations : part 1. Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, fouilles de l'IFAO 43, 2001, 251-310.

Hamilton-Dyer Sh., « Faunal Remains », in D. Peacock, V.A. Maxfield, The Roman Imperial Quarries Survey and Excavations at Mons Porphyrites. vol. 2: The Excavations. Egypt Exploration Society, Londres, 2007, 144-175.

Hamilton-Dyer Sh., « Faunal Remains », in D. Peacock, L. Blue, Myos Hormos - Quseir al-Qadim Roman and Islamic Ports on the Red Sea. vol. 2: Finds from the excavations 1999-2003. University of Southampton, Series in Archaeology, 6, BAR International Series 2286, 2011, 245-288.

Junkelmann M., Panis militaris. Die Ernährung des römeschen Soldaten oder der Grundstoff der Macht. Verlag Philipp von Zabern, Mainz am Rhein, 1997.

King A., « Animal Bones and the Dietary Identity of Military and Civilian Groups in Roman Britain, Germany and Gaul », in T.F.C. Blagg, A.C. King (éds.), Military and Civilian in Roman Britain, Cultural Relationships in a Frontier Province, Oxford, B.A.R., British series, 136, 1984, 187-218.

Leguilloux M., « À propos de la charcuterie en Gaule Romaine. L'exemple d'Aix-en-Provence (ZAC Sextius-Mirabeau) ». Gallia, 54, 1997, 239‑259.

Leguilloux M., « Les animaux et l’alimentation d’après la faune : les restes de l’alimentation carnée des fortins de Krokodilô et Maximianon », in H. Cuvigny (dir.), La Route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice, I, Institut français d'archéologie orientale, DFIFAO, vol. 2, 2003, 549-568.

Leguilloux M., Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine. Errance, Paris, 2004.

Leguilloux M., « Les équidés dans l'armée romaine d'Égypte : l'exemple des fortins du désert Oriental égyptien », Publication des actes du colloque, Les équidés dans le monde meditérranéen antique, Athènes 26-28 novembre 2003. Suppl. au Bulletin de Correspondance Hellénique, 2005, 267-274.

Leguilloux M., « Les salaisons de viande : l'apport de l'archéozoologie », in A. Curci, D. Vitali (dir.), Animali tra uomini e Dei, archeozoologia del mondo preromano, Atti del Convegno Internazionale 8-9 novembre 2002. Studi et Scavi, 14, Università di Bologna, 2006(a), 131-152.

Leguilloux M., Les cuirs de Didymoi (Khasm al‑Minayh), Praesidium de la route caravanière Coptos-Bérénice. Praesidia du désert de Bérénice III. Institut français d'archéologie orientale, DFIFAO, Le Caire, 2006(b).

Leguilloux M., « Les animaux à Didymoi, d’après les restes fauniques du dépotoir extérieur », in H. Cuvigny et alii, Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV. I- Les fouilles et le matériel. Institut français d'archéologie orientale, Fouille de l’IFAO, 64, 2011, 165-202.

Leguilloux M., « Restes fauniques », in B. Redon (dir.), Mission archéologique française du désert Oriental. Rapport scientifique sur les opérations effectuées en décembre 2015-février 2016, 2016, 97-114.

Leguilloux M., « Camelus ou Equus : le rôle des dromadaires sur les stathmoi et praesidia du désert Oriental d’Égypte », Les vaisseaux du désert. Présence et usages du chameau (Camelus dromedarius) entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine. Colloque international, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 15-16 septembre 2016. À paraître(a).

Leguilloux M., Le mobilier en cuir des praesidia de la route Coptos/Bérénice, Dios et Xèron pelagos. Praesidia du désert de Bérénice, Fouille de l’IFAO, Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, publication en cours(b).

Leguilloux M., « La faune de Kainé Latomia (Umm Balad) », in H. Cuvigny et al., Kainé Latomia, forteresse et carrières antiques. Praesidia du désert de Bérénice, Fouille de l’IFAO, Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, publication en cours(c).

Leguilloux M., La faune du praesidium de Dios/Iovis. Praesidia du désert de Bérénice, Documents de Fouille de l’IFAO, Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, publication en cours(d).

Perpillou-Thomas F., Fêtes d'Égypte ptolémaïque et romaine d'après la documentation papyrologique grecque. Studia Hellenistica, 51, Lovanii, 1995.

Redon B., Faucher Th., « 113. Désert Oriental », Rapport d'activité 2014-2015. Supplément au Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, 115, 2016, 24-33.

Reekmans T., La consommation dans les archives de Zénon. Papyrologica Bruxellensia n° 27, Bruxelles, 1996.

Rostovtzeff M., A large estate in Egypt in the third century B.C. A study in economic history, Madison, 1922.

Sidebotham S.E., « Preliminary report on the 1990-1991 seasons of fieldwork at 'Abu Sha'ar (Red Sea coast) », Journal of the American Research Center in Egypt 31, 1994, 133-158.

Speidel M. A., « Roman army pay scales », JRS 82, 1992, 87-106.

Tchernia A., Le vin de l'Italie romaine. Essai d'histoire économique d'après les amphores, BEFAR 261, Rome, 1986.

Tendberg M., « L’acquisition et l’utilisation des produits végétaux à Diymoi. Analyse archéobotanique », in H. Cuvigny et alii, Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV. I- Les fouilles et le matériel. Institut français d'archéologie orientale, FIFAO, 64, 2011, 205‑214.

Van der Veen M., Hamilton-Dyer S., « A life of luxury in the desert? The food and fodder supply to Mons Claudianus », Journal of Roman Archaeology, 11, 1998, 101-116.

Van der Veen M., « The Botanical Evidence », in V. Maxfield, D. Peacock, Mons Claudianus. Survey and Excavation, II. Excavations : Part I. Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, FIFAO, 43, 2001, 175‑248.

Van der Veen M., « Vie romaine dans le désert Oriental d’Égypte : Alimentation, puissance impériale et géopolitique », in J.-P. Brun (éd.), Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques. 2018. En ligne : https://books.openedition.org/cdf/5170.

Van Driel-Murray C., « Tanning and leather », in J.P. Oleson, The Oxford handbook of engineering and technology in the Classical world, Oxford U. press. 2008, 483‑495.

Van Neer W., Ervynck A., « The faunal remains », in S.E. Sidebotham, W.Z. Wendrich, Berenike 1996. Report of the 1996 excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eatern Desert. Research School CNWS, Leiden, 1998, 349-388.

Van Neer W., Ervynck A.M.H., « Faunal remains », in S.E. Sidebotham, W.Z. Wendrich (éd.), Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef. Research School of Asian, African and Amerindan Studies (CNWS), Universiteit Leiden, The Netherlands, 1999, 325-348.

Van Neer W., Lentacker A., « The faunal remains », in in S.E. Sidebotham, W.Z. Wendrich (éd.), Berenike 1995. Preliminary report of the 1995 excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the survey of the eastern desert. Research School CNWS, Leiden, 1996, 337-357.

Van Neer W., Sidebotham S., « Animal remains from the fourth-sixth century A.D. military installations near Abu Sha'ar at the Red Sea coast, Egypt », Jennerstrasse (ed.): Tides of the desert - Gezeiten der Wüste. Contributions to the archaeology and environmental hsitory of Africa in honour of Rudolph Kuper. Africa Praehistorica, 14, 2002, 171-195.

Wattenmaker P., « Flora and fauna ». in D.S. Whitcomb, J.H. Johnson (éd.), Quseir al-Qadim 1978. Priliminary report. Princeton, American Research Center in Egypt, 1979, 250-252.

Wattenmaker P., « Fauna », in D.S. Whitcomb, J.H. Johnson (éd.), Quseir al-Qadim 1980. Priliminary report. Princeton, American Research Center in Egypt, 1982, 250-252.

Wendrich W.Z., Van Neer W., « Preliminary notes on fishing gear and fish at the late Roman fort at 'Abu Sha'ar (Egyptian Red Sea coast) », in W. Van Neer (éd.), Fish exploitation in the past. Proceeding of the 7th meeting of the ICAZ. Fish remains working group. Annales du Musée royal de l'Afrique Centrale, Sciences zoologiques n° 274, Tervuren, 1994, 183-189.

Notes

1 La mission française du désert Oriental a été dirigée de 1993 à 2013 par H. Cuvigny (CNRS-IRHT) et depuis 2013 par B. Redon (HiSoMA, UMR 5189 du CNRS).

2 Mission archéologique française du désert Oriental/IFAO. B. Redon (Directrice, HiSoMA, UMR 5189 du CNRS), Th. Faucher (Directeur adjoint, CNRS-IRAMAT Orléans).

3 Redon, Faucher 2016, pp. 27‑29.

4 Brun et alii 2013 ; Redon, Faucher 2016, pp. 25‑27.

5 Leguilloux 2001.

6 Leguilloux 2001.

7 Brun 2017.

8 Leguilloux 2011.

9 Sidebotham 1994.

10 Wendrich, Van Neer 1994 ; Van Neer, Sidebotham 2002.

11 Hamilton‑Dyer 2001.

12 Hamilton‑Dyer 2007.

13 Hamilton‑Dyer 2011.

14 Van Neer, Lentacker 1996 ; Van Neer, Ervynck 1998 ; Van Neer, Ervynck 1999.

15 Nous renvoyons pour cela à la bibliographie spécialisée sur les textes mentionnant la consommation des céréales dans l’Antiquité par les militaires (Junkelmann 1997 ; Groenman‑Van Waateringe 1997) et les civils (André 1981) ainsi qu’aux études sur les macrorestes végétaux découverts sur les gisements du désert Oriental égyptien notamment au Mons Claudianus (Van der Veen 2003) et dans le dépotoir du praesidium de Didymoi (Tendberg 2011). Sur ces questions voir les synthèses de Van der Veen, Bouchaud et Newton 2017 et de Bouchaud 2017.

16 Cuvigny 2014.

17 Les légions de la République et du début de l’Empire percevaient des rations de blé en contrepartie d’une retenue sur leur solde : Speidel, 1992, p. 98 et n. 79.

18 Cuvigny 2014, p. 71

19 L’huile sera distribuée gratuitement dès le iie siècle, quant au vin, d’abord distribué avec retenue sur solde sous le Haut-Empire et le sera gratuitement à partir d’Aurélien : Tchernia 1986, p. 17.

20 Sur le praesidium de Didymoi : Brun 2011, fig. 223 et fig. 238 ; Leguilloux 2011, p. 172. Sur le praesidium de Maximianon : Leguilloux 2006, p. 567.

21 Wendrich, Van Neer 1994, p. 183.

22 Cuvigny 2003.

23 Leguilloux 2011, p. 172.

24 Perpillou‑Thomas 1993, pp. 201‑202.

25 P. Oxy. XLII 3055 et 3056, daté de 285 après J.-C.

26 Les quartiers de viande, en petits morceaux, étaient disposés en alternance avec des couches de sel dans une jarre à large ouverture ou dans des amphores recyclées en récipients de préparation, de transport et de stockage (Caton, Agr. 162 ; Columelle XII, 55, 4).

27 Cuvigny 2012, p. 14 et p. 183.

28 Les museaux, quartiers peu valorisables, étaient utilisés pour la confection de charcuterie de conserve, sous la forme de saucisses fumées : un dépotoir de charcutier découvert lors des dégagements d’une zone de décharges artisanales à Aix‑en‑Provence (Aqua Sextiae) contenait les restes de centaines de têtes de porcs et de bovidés principalement des museaux (mandibules et maxillaires), conditionnées en morceaux de petites dimensions. Une découpe au tranchet était utilisée pour la préparation de « têtes pressées » ou de salades de museaux cette fois préparées sans os : Leguilloux 1997.

29 Dans une lettre datée de 311 après J.-C., le stratège de l’Oxyrhynchite accuse réception de 4850 livres de viande (1586 kg) pour les soldats de Memphis (P.Oxy. XXXIII 2668).

30 Jones 1964, pp. 628‑629.

31 Duncan‑Jones 1976, pp. 43‑52.

32 Le P.Oxy. XVI 1903, daté de 561 après J.-C., est un reçu délivré par un charcutier mentionnant la distribution de 960 livres (314 kg) de viande à 30 soldats, chaque soldat receVant 30 livres pour un mois (9,8 kg). Les P. Oxy. XVI 1920 et P. Oxy. XVI 2013 (551 après J.-C.) sont des reçus de distributions de viande.

33 Occasionnellement les troupes pouvaient bénéficier de distributions gratuites de denrées lors de commémorations ou de fêtes religieuses qui avaient lieu régulièrement : Davies 1971, p. 125 ; King 1984, pp. 187-218.

34 Pour le Mons Claudianus : O. Claud. II 271, pp. 102-103.

35 Rostovtzeff 1922, pp. 107‑114.

36 Van Der Veen 1998, p. 104.

37 Van der Veen 1998, p. 103.

38 Ce type de viande resta très longtemps déconsidéré : dans des textes du xive siècle, les populations les plus pauvres, qui ne pouvaient se procurer de viande de mouton, consommaient de la viande de cheval, d’âne et de dromadaire avec une gradation dans la qualité depuis le mouton (ou la chèvre), le porc, les bovidés, les poissons, le cheval, l’âne et, en dernier lieu, le dromadaire : Ashtor 1968, pp. 1034‑1035.

39 Dercy 2015, p. 17.

40 Une courte durée d’occupation limitait probablement l’importance des élevages des basse-cours.

41 Van Neer, Lentacker 1996, p. 349 ; Van Neer 1997, pp. 141‑143.

42 Van Neer, Yrvinck 1998, fig. 17-23.

43 Van Neer, Lentacker 1996, p. 347.

44 Van Neer, Ervynck 1997, fig 17-23

45 Wattenmaker 1979, pp. 250‑252 et 1982, pp. 347‑353.

46 Van Neer, Sidebotham 2002.

47 Wendrich, Van Neer 1994.

48 Van Der Veen, Hamilton-Dyer 1998.

49 Reekmans 1996, p. 27.

50 Les commandes de poissons frais et de poissons salés reviennent régulièrement dans les ostraca des praesidia des deux routes : Cuvigny 2006, pp. 273‑254 ; Cuvigny 2012, p. 32.

51 La récupération des peaux et la fabrication de cuir étaient parfaitement maitrisées par les artisans romains à tel point qu’elles ne changèrent pratiquement pas entre le ier siècle après J.‑C. et l’époque moderne avec l’apparition d’agents chimiques. Sur les produits et acquis techniques pour un tannage de qualité à l’époque grecque : Dercy 2015 ; à l’époque romaine : Leguilloux 2004 ; Van Driel-Murray 2008.

52 L’utilisation de peau brute par les habitants du praesidium Didymoi : Leguilloux 2006b, fig. 6, 7.

53 L’emploi de peau brute sur les praesidia Dios et Xèron : Leguilloux à paraître, b.

54 Leguilloux à paraître, d.

55 L’aile des Palmyréniens est présente à Coptos à partir de 183-185 après J.‑C. mais leur déploiement le long de la route de Bérénice ne semble pas antérieur au début du iiie siècle.

56 Cuvigny 2012, p. 1315.

57 Wendrich, Van Neer 1994, p. 183.

58 Van Neer, Ervynck 1998, fig 17‑23.

59 Reekmans 1996, p. 23.

60 Perpillou‑Thomas 1993, p. 207.

61 Les mentions dans les papyrus d’époque romaine de cet animal consommé à l’occasion de fêtes religieuses sont très nombreuses : Perpillou‑Thomas 1993, pp. 206-207.

62 Boak 1933, p. 88-92.

63 Voir la présentation de D. Cardon : http://www.college-de-france.fr/site/jean-pierre-brun/symposium-2016-03-31-09h30.htm.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan de la zone explorée et localisation des sites (DAO M. Leguilloux).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 2
Légende Nombre de restes déterminés (NRD) pour 100 vases, culinaires et vaisselles de table (NMICér).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3
Légende La faune sur les sites du désert Oriental : Praesidia sur les routes de Myos Hormos et de Bérénice ( % du nombre de restes déterminés par espèce).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4
Légende Sélection des quartiers de porcs (Sus domesticus) sur les principaux praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice.
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 5
Légende La faune sur les praesidia de carrières.
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 6
Légende Courbes de variations du nombre de restes des principales espèces dans les différentes catégories de dépotoirs (NR : nombre de restes).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 7
Légende La faune sur quelques sites urbains côtiers ( % du nombre de restes déterminés).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 8
Légende La faune marine et la faune terrestre sur les sites du désert Oriental (NR : nombre de restes).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 9
Légende Logettes à cochons : Krokodilô, 1996, dépotoir extérieur, STR. 23.
Crédits © J.‑P. Brun, MAFDO 1996
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 10
Légende Logettes à cochons : Dios, dépotoir extérieur, STR. 29.
Crédits © J.-P. Brun, MAFDO 2008
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 11
Légende Didymoi. Logettes à cochons dans le dépotoir extérieur, STR.
Crédits © J.-P. Brun, MAFDO 2000
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 12
Légende A. Semelle de peau crue utilisée pour la réalisation de sandale (cliché M. Leguilloux, MAFDO 2009). B. Reconstitution du modèle de sandale de tradition pharaonique (Modèle Didymoi 1b : Leguilloux 2006, pl. 17).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 13
Légende La faune des phases tardives à Dios dans le dépotoir extérieur et dans les dépôts intérieurs du fort ( % du nombre de restes déterminés).
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 14
Légende Évolution des courbes de variation faunique entre l’époque Ptolémaïque et Romaine sur les sites du désert Oriental Égyptien.
Crédits © M. Leguilloux
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5175/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Archéozoologue, Centre archéologique du Var, chercheure associée au centre Camille Jullian (université Aix-Marseille)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter