Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La robotique : une récidive d’Héphaïstos

 | 
Jean-Paul Laumond

Présentation de Jean-Paul Laumond

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 19 janvier 2012

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue,
Cher Jean-Paul Laumond,

2La chaire annuelle d’Innovation technologique, soutenue par la Fondation Liliane Bettencourt, donne une chance aux disciplines nouvelles de s’exprimer au Collège de France. Tel est le cas de la robotique, qui est née il y a une cinquantaine d’années et qui se développe à un rythme impressionnant.

3La robotique produit des machines animées de mouvements qui sont commandés par un ordinateur. Elle a recours à de nombreuses disciplines telles que l’automatique, le traitement du signal, l’informatique et le traitement mathématique de données complexes. Dès les années soixante apparaissent les premiers robots industriels sur les chaînes de montage, dans l’industrie automobile. La première robotique est manufacturière.

4Aujourd’hui, la robotique a une place essentielle dans de nombreux secteurs : l’industrie, l’aéronautique et l’aérospatiale, le domaine militaire, l’aide à la personne, la santé. Plus d’un million de patients ont été opérés par des chirurgiens à distance avec (et non pas par) un robot. Les robots anthropomorphes ont fait leurs premiers pas depuis longtemps sur terre et maintenant des véhicules motorisés se promènent sur Mars ! Les investissements financiers des grandes compagnies et des gouvernements sont à la hauteur du potentiel de la robotique. Les experts de Metra Martech estiment à 1 million le nombre d’emplois qui pourraient être créés en robotique industrielle.

5Le robot agit par le mouvement dans et sur le monde réel. Très tôt est apparue la nécessité de donner au robot la capacité de décider, d’être autonome, d’apprendre en tenant compte du monde physique et d’interagir avec d’autres machines et l’homme. Rendre un robot doué, habile et performant – je n’utilise pas le mot intelligence – est là un des aspects fascinants de la robotique. Nous donnons de notre intelligence au robot mais le biologiste peut se poser en retour la question : le robot peut-il contribuer à comprendre, en partie, le fonctionnement du vivant ?

6Vous êtes l’un des grands spécialistes de la robotique humanoïde. Après des études de mathématiques à l’université de Toulouse, vous vous êtes orienté vers la robotique naissante et vous avez soutenu une thèse en robotique. Vous êtes actuellement directeur de recherche au CNRS dans le plus grand laboratoire de robotique en France, le LAAS (Laboratoire d’automatisme et d’analyse des systèmes).

7Vous alliez compétences théoriques et pratiques : vous êtes un expert international de l’algorithmique de la maîtrise du mouvement, vous avez participé à la création de la société Kinéo en 2005, vous êtes à l’origine du groupe Gepetto au LAAS, qui conçoit les prototypes virtuels de robots humanoïdes. Vos travaux sont un excellent exemple de pragmatisme de l’ingénieur mis au service du rêve du chercheur.

8Nous aussi, laissez-nous rêver. L’homme n’a-t-il pas de tout temps imaginé la création d’êtres à son image, démiurges ou servantes dociles, le Frankenstein de Mary Shelley, le robot humanoïde du film Métropolis de Fritz Lang, le premier robot du cinéma, être mécanique mais singulièrement sensuel.

9Laissez-nous donc un peu rêver, le temps d’une leçon. D’ailleurs, n’avez vous pas voulu intituler cette leçon inaugurale : « La robotique : une récidive du rêve d’Héphaïstos » ?

Auteur

Administrateur du Collège de France

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540