Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Les textiles du Mons Claudianus, d’Abu Sha’ar et d’autres sites romains du désert Oriental d’Égypte

Lise Bender Jørgensen

Texte intégral

  • 1 Bingen et al. 1992, 1997, Cuvigny 2000, Bülow-Jacobsen 2009 ; Maxfield, Peacock 2001, 2006 ; Peacoc (...)
  • 2 Bender Jørgensen, Mannering 2001. Métal boîtes (cantines) MC 1987/3 ; 1988/4 ; 1989-1917, 18, 19, 2 (...)
  • 3 Voir Bender Jørgensen 2004a : 69 pour la composition complète de l’équipe des spécialistes du texti (...)
  • 4 Sidebotham 1993, 1994a, 1994b.
  • 5 Bender Jørgensen 2006a, 2007.
  • 6 Wild and Wild, dans ce volume.
  • 7 Cardon 2003.
  • 8 Cardon, Cuvigny, Bülow-Jacobsen 2010.
  • 9 Communication personnelle de D. Cardon. Il s’agit du tiers de l’ensemble de textiles trouvés. Voir (...)
  • 10 Eastwood 1982 ; Handley 2000, 2011 ; Vogelsang-Eastwood 2006.
  • 11 Handley 2007.

1Des textiles sont souvent mis au jour dans les sites archéologiques du désert Oriental. Dans la carrière impériale du Mons Claudianus1, les fouilleurs ont rempli pas moins de douze grandes cantines métalliques avec des tissus – formant au total environ 1,25 m3 – comprenant des dizaines de milliers de chiffons sales, la plupart en fragments, mais aussi quelques vêtements plus ou moins complets parmi lesquels des tuniques, des chapeaux et des chaussettes2. L’auteur, assisté par Ulla Mannering et Lena Hammarlund, et d’autres spécialistes travaillant à partir des données enregistrées, a pu en étudier une sélection3. Le fort de l’armée romaine à ‘Abu Sha’ar, construit au début du ive siècle sur la côte de la mer Rouge, à 20 km au nord de Hurghada, a livré 1126 textiles au cours des fouilles dirigées par Steven Sidebotham de 1987 à 19934. Ils ont été étudiés par l’auteur (1990-1991) et par Marion van Waveren (1993)5. D’autres textiles ont été découverts dans au moins huit autres sites du désert Oriental. À Bérénice, Felicity et John Peter Wild ont enregistré plus de 3400 pièces de tissus6. Dominique Cardon a étudié des centaines de textiles des praesidia de Krokodilô et de Maximianon7, plus de 400 sacs de textiles dans ceux de Dios et de Xèron Pelagos8, et en collaboration avec Hero Granger-Taylor, elle a enregistré 838 pièces de tissus provenant des riches dépotoirs du fort de Didymoi9. En outre, Gillian Vogelsang-Eastwood et Fiona Handley ont examiné plusieurs milliers de textiles romains et médiévaux de Myos Hormos10 ; Handley a en outre étudié les tissus trouvés à Porphyrites (tableau 1)11.

Tableau 1

Site

Numéros textiles

Chercheur

‘Abu Sha'ar

1126 pièces

L. Bender Jørgensen, M. van Waveren

Bérénice

> 3 400 pièces

FC et JP Wild

Didymoi

838 tissus enregistrés

Un tiers de ceux trouvés

D. Cardon, H. Granger-Taylor

Dios

346 sacs de textiles

D. Cardon

Krokodilô

250 pièces

D. Cardon

Maximinanon

431 pièces

D. Cardon

Mons Claudianus

12 cantines contenant des tissus ; 1833 tissus enregistrés

L. Bender Jørgensen, U. Mannering, L. Hammarlund

Porphyrites

891 pièces

F. Handley

Myos Hormos (1978-1982)

> 3000 pièces (romaines + médiévales)

G.M. Vogelsang-Eastwood

Myos Hormos (1999-2003)

2455 tissus romains, 7000 médiévaux

F. Handley

Xèron Pelagos

72 sacs contenant des tissus

D. Cardon

Estimation du nombre de tissus trouvés dans les sites du désert oriental.

1. Mons Claudianus

1.1. Contextes

  • 12 Voir Bender Jørgensen, Mannering 2001 pour une description plus détaillée de notre processus de tra (...)
  • 13 Pour les plans du site et l’emplacement de la zone fouillée voir Maxfield, Peacock 2001 fig. 1.4 et (...)

2Parmi les milliers de chiffons de Mons Claudianus, qu’avons-nous découvert et comment avons-nous procédé ? Il s’agissait tout d’abord de trouver des méthodes pour les traiter, d’installer un laboratoire dans le désert et plus tard dans les salles de travail du Service des antiquités égyptiennes à Dendera afin de pouvoir nettoyer les textiles, les examiner au microscope, les décrire, les emballer et les stocker12. Nous avons dû faire des choix difficiles, car il était impossible de les examiner tous. La solution a consisté à créer deux catégories : un échantillon aléatoire de 1265 pièces indiquant la proportion relative des différents types de tissus, et un échantillon choisi de 568 pièces hors du commun, pour montrer la gamme de textiles dont disposaient les personnes vivant et travaillant à la carrière. La grande majorité des textiles proviennent du dépotoir sud (South-Sebakh (SS) ; plus de 50 % de tous les textiles enregistrés ont été trouvés à cet endroit (tableau 2). Pour l’échantillon choisi de façon aléatoire, FES et FW1 sont d’autres sources importantes, tandis que les groupes supplémentaires de l’échantillon sélectionné ont été tirées principalement de FN1 et FSE13 .

Tableau 2

Code du site

Lieu

Année de fouille

Nombre de textiles, échantillon aléatoire

Nombre de textiles, échantillon choisi

Nombre total de textiles

AL1

Ecuries 1

1992

10

0

10

AL3

Ecuries 3

1991, 1992

24

2

26

AL4

Ecuries 4

1991

0

5

5

FE1

Fort Est 1

1991

0

2

2

FN1

Fort Nord 1

1991

0

194

194

FN2

Fort Nord 2

1991

0

4

4

FSE

Fort Sud-Est

1990, 1991

248

74

322

FW1

Fort Ouest 1

1991 1992

124

16

140

FW2

Fort Ouest 2

1992

19

0

19

Gate

Porte du Fort

1992

22

0

22

Gran

Grenier

1990

14

0

14

NEB

Édifice Nord-Est

1991

0

3

3

SS

Dépotoir Sud

1987, 1988, 1989, 90

709

231

940

Lieux et années de fouille, nombres de textiles enregistrés au Mons Claudianus.

  • 14 Pour le phasage et la datation du Mons Claudianus, voir Maxfield, Peacock 2001, pp. 423-428.
  • 15 Mannering 2000a, p. 283 ; voir aussi Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 276-278.

3Le rejet des textiles s’est produit tout au long de l’existence de la carrière (tableau 3). La grande majorité peut cependant être datée de l’une des deux phases principales de l’occupation du site, sur la base des données combinées de la stratigraphie et des ostraca datés : c. 100-120 et 135-160 après J.-C.14 Il faut toutefois noter que les objets représentent la dernière étape de la vie des textiles ; tous montrent des signes d’une longue utilisation ; ils sont usés, fortement rapiécés et recousus, voire parfois déchirés et recyclés pour envelopper ou attacher des objets. Certains tissus semblent avoir été soigneusement coupés en pièces rectangulaires destinées à rapiécer d’autres textiles15. Par conséquent, la plupart des tissus ont été fabriqués bien avant la date de leur rejet. Il est difficile d’évaluer leur durée d’usage mais, étant donné qu’aujourd’hui encore, les tissus de laine de bonne qualité peuvent durer de nombreuses années si on les garde à l’abri des mites et d’autres dégradations, on peut présumer que la plupart d’entre eux ont eu une durée de vie de plusieurs décennies. Ceux du groupe le plus ancien sont donc susceptibles d’avoir été confectionnés à la fin du ier siècle après J.-C. ; ceux du second groupe au début du iie siècle après J.-C.

Tableau 3

Date des contextes

Nombre de textiles

Vers 110 après J.-C.

80

100-120 après J.-C.

481

100-140 après J.-C.

172

Vers 140 après J.-C.

293

135-145 après J.-C.

186

136-160 après J.-C.

473

150-235 après J.-C.

26

Non datés

122

Total

1833

Dates des contextes de dépôt de textiles du Mons Claudianus.

1.2. Fibres, fils et tissus

  • 16 Walton, Eastwood 1988.
  • 17 La présence de quelques tissus fait en coton a été décelée après que nous ayons vu (et senti) les t (...)

4Notre première tâche a consisté en une description générale de chaque pièce enregistrée, de leurs fibres, des fils, du tissage, de leur densité, de leur couleur, des bordures, de la décoration, de leurs réparations ou de toute autre caractéristique16. La grande majorité s’est révélée être de la laine (90 %), bien que d’autres fibres telles que des poils de chèvres (4 %) ont pu être identifiées. Les fibres végétales sont rares (5,5 %) et leur nature exacte est difficile à identifier ; il y a sans doute dû y avoir du lin, du chanvre et peut-être un peu de coton17.

5Les fils peuvent être torsadés de deux façons, dans le sens horaire (z) et dans le sens contraire (s). Ils peuvent être aussi composés d’au moins deux fils simples retordus en S ou en Z (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Types de fils. Les fils simples sont torsadés en z ou en s; les doubles fils sont retordus en Z2s ou en S2z.

© L. BenderJørgensen

6La plupart des textiles de Mons Claudianus ont été réalisés avec des fils simples torsadés en s, aussi bien pour le fil de chaîne que pour le fil de trame. Cela s’applique en particulier aux tissus en fibres libériennes (tableau 4). Les tissus en poils de chèvre étaient généralement faits de fils retordu en Z pour la trame et la chaîne. Comme les fibres de liber, les textiles de laine sont principalement faits de fils torsadés en s pour la trame et la chaîne, mais d’autres variantes apparaissent.

Tableau 4

Fibre

Torsion du fil

Nombre

Liber (lin et chanvre)

s-s

47

s-ss

2

ss-ss

11

s-zz

1

z-z

2

S2s-ssss

2

Poils de chèvre

z-s

2

Z2s-s

4

Z2s-ss

6

Z2s-Z2s

38

S2z-z

1

Types de fils de liber et de chèvre au Mons Claudianus (échantillon aléatoire).

  • 18 Bender Jørgensen 1992, pp. 120-152.

7Comme nous le verrons plus loin, le choix des types de fils varie considérablement en fonction du tissage. Ceci est d’un grand intérêt, car le choix du sens de filage dépend souvent de la tradition locale. Dans la plupart des sociétés, la norme privilégie un sens. La torsion des fils de chaîne suit habituellement cette norme, mais des fils de trame torsadés dans la direction opposée sont parfois choisis pour obtenir une texture différente. Dans certains cas, on a utilisé des groupes de fils dont le sens de torsion était alterné pour obtenir des effets visuels. On les appelle décors à changements de filage18. Des bandes décoratives peuvent être également réalisées à partir de fils torsadés à en sens contraire. Le mode de torsion peut donc caractériser des importations.

  • 19 Kemp, Vogelsang-Eastwood 2001, pp. 58-60 ; Van’t Hooft et al. 1994, p. 14.
  • 20 Bergman 1975 ; Thurman, Williams 1979.
  • 21 Bender Jørgensen 2017 ; Henshall 1984 ; Maspero et al. 2002 ; Wild 1984, 2010, pp. 486-88.

8Dans l’Égypte ancienne, on préférait le fil torsadé en s. Cette préférence remonte aux débuts de la période dynastique et ne se limite pas aux tissus de lin : presque tous les textiles de laine de Tell el-Amarna (XVIIIe dynastie c.1550-1290 avant J.-C.) ont été réalisés avec des fils torsadés en s19. Cette pratique semble avoir persisté durant la période romaine, et se retrouve également en Nubie dans le groupe méroïtique X et au cours de la période paléochrétienne (c. 100-850 après J.-C.20). Dans d’autres régions d’Afrique du Nord, les fils torsadés en z semblent avoir eu la préférence, mais le corpus des trouvailles est encore insuffisant pour étayer cette thèse21.

  • 22 Schmidt-Colinet, Stauffer, Al-Asad 2000 ; Yadin 1963.
  • 23 Pfister 1937 ; Wild 1970, p. 44.
  • 24 Wild, Wild 2014 ; voir aussi Hadian et al. 2012 pour des tissus iraniens récemment découverts.
  • 25 Bender Jørgensen 1992, pp. 126-150.

9Les textiles de laine et de lin trouvés en Syrie et en Palestine sont de préférence réalisés avec des fils torsadés en s, mais les tissus trouvés à Palmyre, que ce soit les cotonnades ou les tissus de laine fine, en particulier les sergés, sont faits de fils torsadés en z22. Les tissus originaires d’Iran et d’Inde ont longtemps été considérés comme fabriqués avec des fils torsadés en z23. Malheureusement, les preuves manquent24. Dans les provinces romaines septentrionales et dans une grande partie de l’Europe, les fils torsadés en z sont la norme depuis c. 500 avant J.-C. et tout au long du premier millénaire de notre ère25.

  • 26 Pour les définitions des armures de tissage voir Bender Jørgensen 2004b, fig. 2, et Ciszuk 2004.

10Les tissages mis au jour au Mons Claudianus sont principalement des toiles, bien que les sergés et les damassés représentent près de 6 % de l’échantillon aléatoire et 10 % du total. Parmi les autres armures de tissage on trouve aussi des toiles nattées et demi-nattées (fig. 2), des taquetés façonnés, deux pièces de toile double, cinq exemples de soi-disant « tricots coptes », un galon tissé à la tablette et 76 fragments de feutre26.

Fig. 2

Fig. 2

Armures. a: toile ; b: toile demi-nattée; c: toile nattée; d: 2/1 sergé diagonal; e: 2/1 damassé côtelé; f: 2/1 sergé chevron; g: 2/1 sergé losange; h: 2/2 sergé diagonal; i: 2/2 sergé chevron; j: 2/2 sergé chevron brisé; k: 2/2 sergé losange ; l: 2/2 sergé diamant. Pour les damassés ; pour les damassés côtelés et à carreaux, voir Ciszuk 2004; pour les taquetés Ciszuk 2000.

© L. Bender Jørgensen

11Les tissus en poils de chèvre et en liber sont tous fabriqués en toile ou en dérivé de toiles demi-nattées et nattées ; les types de fils utilisés sont mentionnés dans le tableau 4. Les toiles de laine forment la majorité (670 pièces). Le fil est torsadé s dans les deux sens (chaîne et trame) ; 132 pièces utilisent du fil torsadé en s pour la chaîne et torsadé en z pour la trame, alors que 72 utilisent du fil torsadé en z pour la chaîne et la trame. Les autres combinaisons sont beaucoup plus rares.

12Un tableau différent est donné par les armures demi-nattées et nattées : ici, les fils torsadés en z semblent avoir été préférés, en particulier pour les toiles nattées (Tableau 5).

Tableau 5

Armure

Types de fils

Nombre de pièces

Demi-nattée

s-ss ou ss-s

13

s-zz ou ss-z

9

z- zz ou zz-z

33

z-ss ou zz-s

3

Nattée

ss-ss

1

ss-zz

3

sz-zz

12

Tissus de laine en toile demi-nattée ou nattée du Mons Claudianus (échantillon aléatoire).

  • 27 Bender Jørgensen 1992 ; Möller-Wiering 2011 ; Wild 1977.

13Pour les sergés, on préférait des fils torsadés en z aussi bien pour la chaîne que pour la trame des sergés simples tissées en diagonale 2/1 et 2/2, mais des fils torsadés en s étaient employés pour des damassés côtelés et à carreaux 2/1 et 3/1 (Tableau 6). Cela pourrait suggérer que ces derniers ont été produits en Egypte ou dans les provinces orientales, tandis que les sergés diagonaux peuvent provenir de la partie nord-occidentale de l’Empire romain. Pour les sergés à chevrons brisés 2/2, aucune tendance claire n’est discernable, mais les sergés diamants 2/2 utilisent communément des fils de chaîne torsadés en z et des fils de trame torsadés en s. Les sergés diamants z-s sont fréquents en Europe du Nord, notamment sur les sites militaires romains, comme Vindolanda en Grande-Bretagne, dans les sépultures de la Germania libera, et comme housses enveloppant les armes, surtout romaines, offertes en sacrifice dans les tourbières du Danemark et l’Allemagne du Nord27.

Tableau 6

Armures

Types de fil

Nombre de pièces

Sergé diagonal 2/1

s-s

1

s-z

1

z-z

11

S2z-z ou zz

3

Sergé diagonal 2/2

s-s

5

z-z

15

z-s

1

S2z-z

4

Z2s-s ou -z

2

Sergé brisé 2/2

s-s

2

s-z

1

z-z

1

Sergé à chevrons 2/2

z,s-ss

1

Sergé en diamant 2/2

s-s

1

z-z

1

z-s

7

Damassé côtelé 2/1

s-s

3

S2z-zz

1

Damassé à carreaux 2/1

s-s

3

Damassé côtelé 3/1

s-s

1

Damassé à carreaux 3/1

s-s

7

Damassé à carreaux 3/1

s-z

1

Sergés de laine et types de fil du Mons Claudianus (échantillon aléatoire).

  • 28 Bender Jørgensen 2004b, p. 95 ; Hammarlund 2005, p. 110.

14Les motifs et la densité ont également un impact important sur l’aspect des textiles ainsi que sur certaines de leurs propriétés, telles que le drapé, la flexibilité et le poids (qui peut être lourd, moyen ou léger). Pour estimer ce dernier, on mesure le nombre de fils par centimètre de chaîne et de trame. Cela permet de distinguer les tissus qui sont équilibrés, c’est-à-dire qui ont un nombre approximativement égal de fils / cm dans les deux sens, et les tissus de trame ou de chaîne où l’un d’eux domine. Dans certains cas, la trame couvre complètement la chaîne et vice-versa. Dans les toiles, ce procédé est appelé « reps ». Aucun terme correspondant n’est utilisé pour les sergés. Les sergés du Mons Claudianus se divisent en deux catégories : les sergés équilibrés et les sergés à trame dense. Ces derniers sont appelés sergés « serrés » ou « plats »28.

1.3. Textures, terminologie et réalisations expérimentales

15Les données techniques sur le type de fibre, de fil, d’armure et les densités donnent de précieuses informations sur les préférences des fileurs et sur les choix des artisans qui ont produit les tissus ayant achevé leur existence sur les tas de détritus du Mons Claudianus. Elles ne suffisent cependant pas pour les décrire complètement. Nous avions besoin d’un outil capable de saisir et décrire l’aspect et la texture des tissus. Pour cela, l’artisane tisserande Lena Hammarlund a établi des catégories au sein des tissus courants tels que la toile et le sergé, afin de distinguer des tissus visiblement différents mais dont la description technique est presque identique29. Les termes employés par Hammarlund : « toile mobile », « toile plate » ou « toile à piéds de corneilles » se sont révélés transposables à des groupes de textiles archéologiques30 ; ils ont été ainsi ajoutés aux outils terminologiques utilisés par les spécialistes du textile. Des termes pour les rayures, les carreaux et les bords ont également été définis pour faciliter la caractérisation et les discussions31. Les tisserands Martin Ciszuk et Lena Hammarlund ont réalisés un certain nombre de textiles, avec des motifs variés32 et ils ont expérimenté différents métiers à tisser ; cela a conduit à une meilleure compréhension des techniques utilisées pour produire les textiles trouvés au Mons Claudianus33.

1.4. Identification des principaux types de textile trouvés au Mons Claudianus

  • 34 Mannering 2000a 2006.
  • 35 Nous remercions notamment Hero Granger-Taylor qui a généreusement partagé avec nous sa connaissance (...)

16Alors que nous travaillions sur les textiles du Mons Claudianus, quelques pièces ont immédiatement été identifiées comme des vêtements, notamment les lambeaux de trois tuniques, de deux chapeaux et d’une chaussure en tissu étudiés par Ulla Mannering34. Des chaussettes en soi-disant « tricot copte » ont été aussi découvertes. D’autres articles de vêtement ou de tissus d’ameublement ont été identifiés plus tard, grâce à des comparaisons avec des textiles provenant d’autres sites ainsi que grâce à des documents iconographiques, des sources écrites ou des discussions avec des collègues travaillant sur les textiles provenant d’autres sites du désert oriental ou de Massada en Israël35.

  • 36 MC 891, 1100 et 1101. Voir Mannering 2000a pour plus de détails, les décors et la discussion.
  • 37 Mannering 2000a ; Bender Jørgensen 2004b, pp. 92-93 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, Fig. 306, (...)
  • 38 Bender Jørgensen 2011.
  • 39 Mannering 2000a, pp. 286-88.
  • 40 Granger-Taylor 1982, 1987, 2000, p. 157 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 308-310, fig. 318 (...)

17Tuniques et manteaux : Trois tuniques plus ou moins complètes ont été trouvées dans le SS et sont datées de la période 100-120 après J.-C.36 La tunique A présentait des clavi, des bandes pourpres typiques de cette période : on les voit sur les portraits de momies, ainsi que dans l’iconographie romaine37. La tunique a été visiblement réparée et la majeure partie du vêtement originel a été rapiécée. Mais les clavi ont été soigneusement conservés lors des réparations, ce qui indique qu’ils avaient une signification importante pour la position sociale du propriétaire (fig. 3). Quelques 151 fragments de tissus du Mons Claudianus comportent des bandes de type défini comme clavi38 et assurent que des tuniques ornées de clavi ont été portées sur le site, mais pas par tout le monde. La tunique B (fig. 4) comportait des restes de manches ; elle a été recousue avec des morceaux de manteau, comme le montrent trois décors en gamma cranté, curieusement placés39. Ceux-ci sont caractéristiques des manteaux de laine rectangulaires, himation ou pallium40.

Fig. 3

Fig. 3

Tunique A, MC 1100. L’ouverture pour le cou se trouve au milieu, les clavi de chaque côté courent sur les deux faces de la tunique. Bien qu’une partie d’un côté de la tunique manque et que le reste a été beaucoup réparé, les clavi ont été conservés. Pour plus d’information, voir Mannering 2000.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 4

Fig. 4

Tunique B, MC 1101. Les trois gammas situés à des places étranges montrent que la tunique a été réalisée à partir d’un himation. Pour plus d’information, voir Mannering 2000.

© L. Bender Jørgensen

  • 41 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, Pl. 18b-d.
  • 42 Mannering 2000a, p. 289.
  • 43 Cf Cuvigny 2000 ; voir aussi Cuvigny 2005, 2016.
  • 44 Mannering 2000a, p. 287.
  • 45 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 309-310.
  • 46 Szymaszek 2015.
  • 47 D’après Croom 2000, p. 35 et Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 308 et 319-320, le terme « cap (...)
  • 48 Granger-Taylor 2000 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 293-294.

18La tunique et l’himation étaient les vêtements typiques des civils en Egypte romaine, comme on le voit sur de nombreux portraits de momie41. L’épais rapiéçage de la tunique A et l’himation transformé en tunique B sont probablement dus aux travail des centonarii, chiffonniers et fabricants de patchwork fournissant des vêtements pour les personnes de statut inférieur42. Beaucoup de travailleurs à Mons Claudianus entraient dans cette catégorie, en particulier ceux appartenant à la familia43. Au total, 44 décorations en forme de gamma ont été trouvées au Mons Claudianus. Elles ont été étudiées par Ulla Mannering avec 9 autres signes tissés qu’elle a appelés èta, iota, khi et delta44 ; les signes èta sont appelés par d’autres auteurs « bandes crantées » ou en « forme de H »45. Les bandes crantées et les gammas ont également été utilisés sur d’autres vêtements tels que les tuniques et foulards46 et comme nous le verrons ci-dessous des bandes crantées et d’autres types de décoration qui peuvent être facilement confondus avec des gammas apparaissent également sur des manteaux47. Leur existence n’est donc pas une preuve de la présence de manteaux de type himation, bien que nous puissions déduire que certaines des personnes vivant à Mons Claudianus possédaient de tels manteaux. Le signe delta, tel que défini par Mannering, est appelé par d’autres auteurs « pyramide à degrés » ; il orne l’épaule d’une tunique à manches longues, faite d’une pièce ; ce type connu à Doura Europos et à Khirbet Qazone, se retrouve à Didymoi vers la fin du iie siècle48. Le « delta » du Mons Claudianus provient d’une couche datée de 140-200 après J.-C. (zone du FSE), une datation qui correspond bien à celle du fragment de Didymoi.

  • 49 Mannering en préparation.

19Une tunique de bébé (fig. 5) a été mise au jour sur le site. Elle est conçue comme une tunique sans manche, avec une emmanchure façonnée de telle sorte que des manches pouvaient y être ajoutées. Réalisée avec plusieurs morceaux de tissu, elle est repliée au niveau du cou et de l’épaule et non décorée49. Sa présence indique qu’il y avait des enfants en bas âge sur le site.

Fig. 5

Fig. 5

Tunique C, MC 891. Tunique de jeune enfant.

© L. Bender Jørgensen

  • 50 Burnham 1972 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, p. 349.
  • 51 MC 331, MC 861, MC 1144, MC 1234, MC 1628. La chaussette complète porte le n° MC 331, la fragmentai (...)

20Chaussettes : Une chaussette pratiquement complète en « tricot copte » a été trouvée dans le FSE (fig.6)50 ; le morceau, encore reconnaissable, d’une autre a été trouvé dans FN1. Trois petits fragments fabriqués avec la même technique proviennent de FN1, FW1 et SS ; tous sont susceptibles de provenir de chaussettes similaires jetées entre 135 et 160 après J.-C.51

Fig. 6

Fig. 6

Chaussette, MC 331.

© L. Bender Jørgensen

  • 52 Mannering 2006. MC 922, 1110.
  • 53 Mannering 2006, p. 158, fig. 8. MC 548.
  • 54 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, Pl. 30c-d.

21Chapeaux : Deux chapeaux pratiquement complets ont été trouvés52. L’un, de feutre vert, ressemble à un fez ou au pileus pannonicus utilisé par des soldats de l’Antiquité tardive (fig. 7). Le deuxième est un bonnet pourvu de cache-oreilles et de protège-cou, fait de pièces triangulaires rouges, vertes et jaunes, ressemblant à un casque en forme (fig. 8). Des fragments de deux bonnets similaires ont été trouvés, l’un au Mons Claudianus53, l’autre à Didymoi54. Tous les couvre-chefs du Mons Claudianus proviennent du SS. Deux d’entre eux sont datés de 100-120 après J.-C., le troisième de 100-140 après J.-C.

Fig. 7

Fig. 7

Chapeau de feutre MC 922 vu de face. Pour plus d’information, voir Mannering 2006.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 8

Fig. 8

Chapeau avec protèges-oreilles MC 1110, réalisé avec des pièces triangulaires de damassé à carreaux de couleurs rouge, verte et jaune. Pour plus d’information, voir Mannering 2006.

© L. Bender Jørgensen

  • 55 Granger-Taylor 2007, 2008.
  • 56 Granger-Taylor 2008.
  • 57 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 319-341.
  • 58 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, p. 356, tableau 5.
  • 59 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, p. 325.
  • 60 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 330-335.

22Capes : Le travail de Hero Granger-Taylor55 a permis d’identifier les restes d’autres vêtements, tels que les capes semi-circulaires à capuchon utilisées par les soldats et les civils pour les activités de plein air. Elles sont caractérisées par une étroite bande violette qui court horizontalement le long du bord supérieur du manteau, tournant à angle droit vers le capuchon. Une double rangée de cordons en arêtes de poisson est située à quelque 5 cm au-dessus de la bande et un peu moins là où elle est horizontale. Un petit H cranté (èta de Mannering) est positionné en bas. Les bordures originales (droite ainsi que courbe) étaient souvent raccourcies quand ces manteaux étaient usés : elles étaient remplacées par des liserés cousus56. À Didymoi, plusieurs fragments de textiles ont été identifiés comme appartenant à ces manteaux, en particulier sous la forme de chutes57. Certains sont en sergé damassé côtelé bleu foncé. On peut comparer ces pièces aux manteaux bleu foncé représentés sur un groupe de portraits de momies de soldats datant pour la plupart du iie siècle après J.-C.58 et les interpréter comme provenant des manteaux des soldats de l’unité militaire qui a construit le fort59. D’autres chutes de manteau ont été mis au jour sur le site : elles sont soit non colorées, soit de couleur orange ou pourpre en toile à trame apparente et en sergé 2/1, sergé diamanté 2/2 ou damassé à carreaux60.

  • 61 Ciszuk 2004. Dans les travaux de Ciszuk, les damassés côtelés sont qualifiés de “barred 2/1 or 3/1  (...)
  • 62 Damassés côtelés MC 745, 815, 818, 973, 1066, 1084, 1089, 1485 ; damassés à carreaux MC 505.
  • 63 MC1098. Il provient aussi du SS et il est daté des environs de 100-120 après J.-C.
  • 64 MC 1357.
  • 65 MC 1115.
  • 66 MC 1625.
  • 67 Par exemple, MC 974 (bleu), 998, 1123, 1139, 1346. MC 974 est daté des environs de 100-120 après J. (...)

23Parmi les textiles du Mons Claudianus, 46 fragments de damassé côtelés et de damassé à carreaux ont été étudiés par le tisserand Martin Ciszuk61. Huit d’entre eux sont des damassés côtelés bleu foncé (fig. 9-10) ; un autre est un damassé à carreaux. La plupart date des années 100-120 après J.-C., à l’exception de trois qui remontent aux environs de 140 après J.-C.62 Les pièces semblent assez semblables à celles de Didymoi et bien qu’elles soient plus petites et moins caractéristiques, elles sont susceptibles de provenir de manteaux bleu foncé du même type. Leur datation est légèrement plus tardive que les fragments de manteaux bleus de Didymoi, mais cela correspond mieux aux dates des portraits de momies. Un sergé brisé 2/2 bleu foncé (fig. 11) appartient probablement au même groupe63. Les autres textiles du Mons Claudianus qui sont susceptibles de provenir de manteaux sont un fragment de toile à trame apparente demi-nattée avec une bande bleu foncé et deux rangées de cordons en arête de poisson (fig. 12)64, une toile à trame apparente avec une bordure en cordon commençant juste au-dessus d’une bande verte (fig. 13)65, un sergé 2/2 à trame apparente 2/2 avec une bande rouge à angle droit (fig. 14)66 et un certain nombre de sergés très denses à trame apparente 2/1 et 2/2 (sergés serrés) dont, dans plusieurs cas, les bordures ont été refaites (fig. 15-16). La plupart de ces pièces sont tissées avec de la laine non teinte ou de couleur marron67.

Fig. 9

Fig. 9

Damassé côtelé MC 745.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 10

Fig. 10

Damassé côtelé bleu foncé MC 815. Peut-être un morceau de manteau.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 11

Fig. 11

Sergé brisé 2/2 bleu foncé MC 1098. Peut-être un morceau de manteau.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 12

Fig. 12

Toile demi-nattée avec bande bleu foncé et deux rangées de cordons en arête de poisson MC 1357. Probablement un morceau de manteau.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 13

Fig. 13

Toile à trame apparente avec une bordure en cordon commençant juste au-dessus d’une bande verte MC 1115. Probablement un morceau de manteau.

© L. BenderJørgensen

Fig. 14

Fig. 14

Sergé 2/2 à trame apparente avec une bande rouge à angle droit MC 1625. Probablement un morceau de manteau.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 15

Fig. 15

Sergé très dense à trame apparente 2/2 à fils doubles retordus MC 1247. La bordure courbe suggère qu’il provient d’un manteau.

© L. Bender Jørgensen

Fig. 16

Fig. 16

Damassé à carreaux 3/1 MC 1133. La bordure courbe surfilée suggère qu’il provient d’un manteau.

© L. Bender Jørgensen

  • 68 MC 975, 1040, 1081, 1114.

24Echarpes : parmi les vêtements identifiés à Didymoi, on trouve un certain nombre d’écharpes, dont plusieurs à carreaux composites, analogues à quatre fragments du Mons Claudianus trouvés dans le SS et jetés entre 100 et 140 après J.-C. (fig. 17).68

Fig. 17

Fig. 17

Tissu de laine à carreaux composites MC 975. Probablement un morceau d’écharpe.

© L. Bender Jørgensen

  • 69 Ripoll 2004 ; De Moor, Fluck 2009.
  • 70 Bender Jørgensen 2000, fig. 6, la composition a été interprétée comme un « arbre de vie ».
  • 71 Bender Jørgensen 2011, p. 77.
  • 72 Ciszuk 2000.
  • 73 Bender Jørgensen 2000, fig. 10.
  • 74 MC 631, 940, 1016, 1036, 1056, 1752.
  • 75 MC 396, 399.

25Tissus d’ameublement : L’étude des tissus d’ameublement dans l’Antiquité est moins avancée que celle des vêtements, même si, ces dernières années, on ait tenté de les identifier dans les sources iconographiques et les textes, ainsi que parmi les textiles trouvés lors des fouilles ou conservés dans les collections des musées69. Bien des identifications restent toutefois conjecturelles. Parmi les textiles du Mons Claudianus, plusieurs pièces ne proviennent pas de vêtements. Les études sur les décors de meubles et textiles d’ameublement dans l’art romain ont révélé plusieurs types de tissus qui semblent attestés parmi les chiffons trouvés dans les dépotoirs : les tapis, les tentures murales, les rideaux, les matelas ou les housses de coussin. Un fragment aux brins épais et au motif de méandre provient probablement d’un tapis (fig. 18). Un autre avec des brins usés et portant un décor de grappe de raisin devait faire partie d’un autre tapis ou peut-être d’une tenture ou d’une couverture (fig. 19)70. Les deux fragments ont été trouvés dans le SS et le second peut être daté des années 100-120 après J.-C. Plusieurs pièces sont usées, ce qui indique une longue utilisation pour s’asseoir ou se coucher ; elles pourraient correspondre à des coussins ou des enveloppes de matelas (fig. 20). L’aspect de certains d’entre elles rappelle les matelas représentés dans les lupanars de Pompéi71. Six taquetés72 faisaient ainsi probablement partie de coussins ou de couvertures de lits (fig. 21). Ils proviennent en partie du SS, mais d’autres sont issus de dépôts postérieurs dont trois datés vers 140 après J.-C., les autres étant datés de 100-140 après J.-C. Huit tissus teints après réserve sont tous des toiles légères « sèches » ; ils peuvent bien avoir servi de tentures murales ou de rideaux73 (fig. 22). Six d’entre elles ont été trouvés dans le SS et datent des années 100-120 après J.-C.74 ; deux ont été découvertes dans le FSE et ont été jetées vers 140-150 après J.-C.75

Fig. 18

Fig. 18

Tapis à brins épais et à motif de méandres MC 300.

© L. BenderJørgensen

Fig. 19

Fig. 19

Tapis ou tenture à décor de grappe de raisin dont les poils sont presque totalement usés MC 964.

© L. BenderJørgensen

Fig. 20

Fig. 20

Tissu de laine vert avec deux bandes rouges MC 945. L’usure de la surface suggère qu’il dérive d’une taie de coussin ou d’une enveloppe de matelas.

© L. BenderJørgensen

Fig. 21

Fig. 21

Taqueté, MC 968. Les taquetés sont souvent utilisés pour couvrir des coussins ou des matelas.

© L. BenderJørgensen

Fig. 22

Fig. 22

Tissu de laine teint après réserve MC 631. Il pourrait provenir d’un rideau ou d’une tenture.

© L. BenderJørgensen

  • 76 MC 923, 942, 1028.

26Textiles utilitaires : En un lieu de travail tel que le Mons Claudianus, un certain nombre de tissus a servi à des fins utilitaires : sacoches pour les ânes et les dromadaires, sacs, courroies et parasols. Beaucoup de tissus en poils de chèvre appartiennent à ce groupe. Parmi eux, trois solides sangles sont facilement reconnaissables76 (fig. 23). D’autres tissus en poils de chèvre pourraient provenir de tapis de couchage comme ceux encore utilisés par les gardiens du Service des antiquités égyptiennes qui gardaient le magasin de Dendera (fig. 24-25).

Fig. 23

Fig. 23

Sangle en poil de chèvre MC 942.

© L. BenderJørgensen

Fig. 24

Fig. 24

Un grand morceau non inventorié d’un tissu en poil de chèvre du Mons Claudianus. La forme et le type sont similaires à ceux des tapis de couchage encore en usage (fig. 25).

© L. BenderJørgensen

Fig. 25

Fig. 25

Un couchage de gardien de nuit avec un tapis semblable à celui de la fig. 24, roulés durant la journée. Photographie 1994.

© L. BenderJørgensen

2. ’Abu Sha’ar

  • 77 Sidebotham 1993, 1994a, 1994b ; Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 57.
  • 78 Sidebotham 1994b ; Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 317.

27Le fort d’Abu Sha’ar est fondé en 309/310 après J.-C. pour abriter une unité de cavalerie montée ou de dromadaires, l’Ala Nova Maximiana, composée de 150-200 hommes (fig. 26). Cette phase prit fin vers la fin du ive-début du ve siècle après J.-C. Après une période d’abandon, des moines ou des ermites chrétiens s’installèrent dans le fort et y demeurèrent jusqu’à la fin du vie ou au début du viisiècle après J.-C.77. Le site a donc connu deux phases d’occupation très différentes. Un puits, situé à environ un kilomètre à l’ouest du fort a également été fouillé, ainsi que l’hydreuma de Bir ’Abu Sha’ar al-Qibly. L’hydreuma a été fondé au iie siècle après J.-C., mais il est resté en usage et a été utilisé par le fort romain78.

Fig. 26

Fig. 26

Plan du fort d‘Abu Sha’ar avec la liste des tranchées

© Reproduit avec la permission de S.E. Sidebotham

  • 79 Bender Jørgensen 2006a ; 2007.

28Le nombre de textiles trouvés à ’Abu Sha’ar, au puits et à l’hydreuma de Bir’ Abu Sha’ar al-Qibly s’élève à 1126 fragments. La plupart ont pu être attribués à l’une des deux périodes (tableaux 7-8). 673 proviennent de l’occupation militaire du ivsiècle ; 272 de l’occupation paléochrétienne79.

Tableau 7

Localisation

Tranchée

N° sur le plan

Nombre de textiles

% de la phase

Quartier administratif / quartier des officiers

S, X, X EXT

27, 32

27

5%

Casernes

EE

38

23

3%

Bains

CC, DD

37

37

5%

Moulin à huile

T, T WEX

28

8

1%

Nord du fort

BB

36

5

0,5%

Dépotoir NE

C, F, H, I, J, L, M

17

482

71%

Principia

O, V

23, 30

44

6,5%

Magasins

R / Z

26, 34

1

0%

Porte ouest

P

24

18

2,5%

Puits d'Abu Sha'ar

ASW A, S

30

5%

Bir ‘Abu Sha’ar Hydreuma

BAS A, B, E

18

2,5%

Total phase 1

673

100%

Textiles d’Abu Sha’ar, du puit d’Abu Sha’ar et de Bir ’Abu Sha’ar al-Qibli datés de la phase 1

Tableau 8

Localisation

Tranchée

N° sur le plan

Nombre de textiles

% de la phase

Cuisine

N

22

42

15,4%

Cuisine / rue

R, R / N, RS Balk

26

26

9,5%

Moulin à huile

T, T WEX, TS BEX

28

38

14%

Porte nord

W

31

6

2,2%

Principia / église

V

30

1

0,4%

Magasins

R, Z, AA

26, 34, 35

121

44,5%

Rue / magasins

Y

33

38

14%

Totale phase 2

272

100%

Textiles d’Abu Sha’ar datés de la phase 2.

2.1. Fibres, fils et tissus

29Comme au Mons Claudianus, il n’a pas été possible de procéder à l’identification formelle des fibres textiles d’Abu Sha’ar. De plus, la proximité de la mer Rouge a provoqué une intense salinisation des fragments qui rendent particulièrement difficile la reconnaissance des fibres. Les statistiques suivantes doivent donc être prises avec précaution.

30Les textiles se répartissent en quatre groupes : en majorité ils sont faits de laine et de liber (lin, chanvre), et, dans une moindre proportion, de poils de chèvre et de coton. 355 fragments de la phase 1 (soit 53 %) sont en laine ; 242 pièces (36 %) sont en liber (ou spécifiquement en lin) ; 28 pièces (4 %) en poils de chèvre et 14 pièces (2 %) en coton. Pour la phase 2, 75 fragments (27 %) sont en laine, 143 (52 %) en liber, quatre fragments (1 %) en poils de chèvre et 21 fragments (7 %) en coton (fig. 27).

Fig. 27

Fig. 27

Toile nattée en coton AS 877.

© M. van Waveren

31Les tissus de la phase 1 faits de fibres libériennes sont généralement fabriqués à partir de fils de chaîne et de trame torsadés en s. Les tissus en poils de chèvre sont filés en Z2s en chaîne et en trame ou pour l’un des deux, tandis que dix de quatorze textiles de coton sont faits de fils torsadés en s, les quatre autres étant filés en z (tableau 9).

Tableau 9

Fibre

Torsion du fil

Nombre

Liber (lin et chanvre)

s-s

207

s-ss

2

ss-ss

13

s-z

3

z-z

7

z-zz

2

Poils de chèvre

Z2s-s

2

Z2s-ss

2

Z2s-Z2s

18

Coton

s-s

8

ss-ss

2

z-z

4

Types de fils en fibres libériennes, poils de chèvre et coton de la phase 1 d’Abu Sha’ar.

32Les tissus de laine de la phase 1 montrent une plus grande variété que ceux de la phase 2. Le groupe le plus important consiste en 173 pièces fabriquées de fils torsadés en s en chaîne comme en trame ; 50 fragments sont réalisés en fils torsadés en z en chaîne comme en trame, 43 ont des fils de chaîne torsadés en s et des fils de trame torsadés en z. Tandis que les tissus en fibres de liber, en poils de chèvre et en coton sont tous tissés en toile, demi-nattée ou nattée, un nombre significatif de tissus de laine sont des sergés. Le rapport entre le mode de tissage et la torsion des fils des tissus de laine est présenté ci-dessous (tableaux 10 et 11).

33Dans la phase 2, les tissus entièrement faits de fils torsadés en s sont encore plus dominants. Parmi ceux faits de fibres de liber, 138 pièces sont faites de fils torsadés en s alors que deux seulement sont s-z et cinq en z-z. Les tissus de laine sont plus variés ; 60 sont constitués de fils torsadés s-s, s-ss, ss-s ou sss-ss, quatre z-z ou z-zz, six s-z ou z-s et deux Z2s-s. Deux tissus en poils de chèvre sont s-s, un z-z, et tous les cotons sauf un sont s-s ou ss-ss.

  • 80 Les sergés ont été trouvés dans les tranchées R et R/N, deux d’entre eux dans les couches supérieur (...)

34Les tissus datés de la phase 1 sont principalement des toiles ou des dérivés de toiles tels que les tissus demi-nattée et nattés ; 95 pièces sont en sergé diagonal 2/2 et en sergé diamant 2/2. On compte aussi quinze fragments de feutre. Durant la phase 2, on trouve également une majorité de toiles et de dérivés de toiles, deux pièces de feutre, un taqueté (fig. 28) et trois tapisseries (fig. 29). Seulement trois fragments sont faits en sergé, tous en sergé diamant 2/280.

Fig. 28

Fig. 28

Taqueté, AS 642.

© L. BenderJørgensen

Fig. 29

Fig. 29

Tapestry in the shape of a cross, AS 649.

© L. BenderJørgensen

35La combinaison des armures et des torsions de fils en laine montre qu’une grande majorité des toiles de laine est fabriquée en fils de chaîne et de trame torsadés en s. Elles représentent 21 % de tous les textiles de la phase 1 tandis que les toiles de laine s-z et z-z représentent environ 5 % chacun. Les armures demi-nattées et nattées de la phase 1 sont également principalement faites en fils de chaîne et de trame torsadés en s. Une seule armure nattée est fabriquée uniquement à partir de fils torsadés en z et une armure demi- nattée à partir de fils des deux types (tableau 10).

Tableau 10

Armure

Type de fil

Nombre

Demi- nattée

s-s

12

s-zz,z

1

Z2s-ss

3

S2z-ss

1

Nattée

ss-ss

3

zz-zz

1

Tissus de laine en armures demi-nattée ou nattée de la phase 1 d’Abu Sha’ar.

36Les sergés de la phase 1 d’Abu Sha’ar sont mixtes (tableau 11). Par rapport à ceux du Mons Claudianus, les fils sont passés de z-z à s-s pour les sergés diagonaux 2/2. Parmi les variantes de sergé, d’autres changements sont produits par une gamme de combinaisons de fils simples, doubles et étirés.

Tableau 11

Armure

Type de fil

Nombre

sergé diagonal 2/1

s-z

1

sergé diagonal 2/2

s-s

27

s-z, s-zz, z-s

4

z-z

8

sergé diamant 2/1

s-zz

1

sergé diamant ou brisé 2/2

Z2s-s ou Z2s-ss

2

2/2 cassé, chevron ou sergé de diamant

s-s ou s-ss

3

s-z ou s-zz

18

z-z

8

S2z-z ou S2z-zz

10

Z2s-s ou Z2s-ss

6

Z2s-z

2

Torsion du fil dans des tissus de laine sergés de la phase 1 d’Abu Sha’ar.

37Lorsque le motif et la densité, exprimée sous la forme de comptage des fils, sont combinés aux données des armures et des fils, plusieurs groupes se dégagent. Les sergés diagonaux 2/1 et 2/2 sont équilibrés et ils comptent entre 5 et 15 fils par cm, c’est-à-dire qu’ils constituent des tissus de qualité grossière à moyenne, correspondant approximativement aux tweéds modernes. Les sergés brisés, à chevrons ou diamantés présentent au moins quatre variétés. Ceux qui ont une chaîne à fils torsadés en s et une trame à fils jumelés ont un nombre de fils légèrement supérieur à celui des sergés diagonaux simples (les fils de trame doubles comptent pour un), mais ils restent équilibrés ou bien la trame est légèrement apparente, sauf pour une seule pièce qui est densément tassée. Les éléments fabriqués en fils uniques torsadés en z pour la chaîne et la trame montrent une grande variété, allant de tissus équilibrés de densité moyenne à des étoffes dont la trame est très densément tassée. Les sergés brisés ou diamantés à chaîne retors et trame simple ou double montrent également une grande diversité, allant des tissus équilibrés, grossiers ou de qualité moyenne à des tissus à haute densité de trame. Ceux dont le fils de chaîne sont torsadés en z ont tendance à présenter des densités de fils de chaîne plus faible que ceux à chaîne pliée utilisant du fil torsadé en s ; ils sont plus équilibrés (voir fig. 39).

38Les textiles de la phase 2 sont presque tous des toiles de lin ; les toiles demi-nattées et nattées sont réalisées avec des fils torsadés en s aussi bien pour la chaîne que pour la trame. Seules cinq toiles ont des fils torsadés en z-z. Les 54 tissus de laine sont des toiles. Tous les tissus à armures demi-nattées et nattées, ainsi que le taqueté, sont fabriqués avec des fils torsadés en s-s. Une toile est s-z et un autre z-z tandis que deux des sergés sont z-zz et un z-s. Comme dit plus haut, les toiles en poils de chèvres se composent de deux fils s-s et d’un z-z et les textiles faits de coton sont tous fils s-s, excepté un filet à nœuds qui est fait de fil torsadé en z. Deux tapisseries sont filées en s-s, une autre en Z2s-s.

  • 81 Wild, Wild 2014, fig. 8.

39Le site d’Abu Sha’ar n’a pas livré de vêtements complets ou identifiables comme tels, même si plusieurs fragments en proviennent sans doute (fig. 30-33). Deux tapisseries ont été probablement réalisées avec des tuniques. L’une appartient à la grande pièce représentée sur la fig. 31 ; celle de la fig. 33 provient probablement de l’encolure d’une tunique. Parmi les autres pièces intéressantes, trois broderies doivent être mentionnées, dont deux réalisées sur de petits morceaux de feutre rouge (fig. 34-35). Un groupe de tissus en coton teint après réserves datant de la phase 1 trouve des parallèles à Bérénice et à Myos Hormos ; ils sont probablement d’origine indienne81 (fig. 36).

Fig. 30

Fig. 30

Tissu de toile demi-nattée densément tissé AS 073. La forme, la coupe et la bordure suggèrent qu’il provient d’un vêtement.

© L. BenderJørgensen

Fig. 31

Fig. 31

Grands morceaux d’une toile à bandes avec un petit motif de tapisserie, AS 400. Il provient probablement d’une tunique ou d’un vêtement.

© L. BenderJørgensen

Fig. 32

Fig. 32

Trois pièces de toile à trame apparente cousues ensemble, en partie en joignant les bordures de deux pièces AS 018. Il s’agit probablement d’un vêtement.

© L. BenderJørgensen

Fig. 33

Fig. 33

Fragments de tapisserie AS 699. Probablement de l’encolure d’une sous-tunique.

© L. BenderJørgensen

Fig. 34

Fig. 34

Broderie sur un morceau de feutre rouge AS 006.

© L. BenderJørgensen

Fig. 35

Fig. 35

Broderie en fil de laine rouge, vert et bleu, sur une toile de lin AS 036.

© L. BenderJørgensen

Fig. 36

Fig. 36

Tissu en coton teint avec réserves AS 708.

© L. BenderJørgensen

3. Comparaison entre ’Abu Sha’ar et le Mons Claudianus

40Les textiles mis au jour à Abu Sha’ar ressemblent à ceux du Mons Claudianus, même s’ils diffèrent sur quelques points. D’abord en ce qui concerne les fibres : au Mons Claudianus, environ 90 % des textiles sont en laine, tandis que le lin et les autres fibres végétales ne comptent que pour environ 5 %. À ’Abu Sha’ar, les fibres végétales sont beaucoup plus courantes et comprennent plusieurs pièces de coton. Au début de la phase militaire de ’Abu Sha’ar, la laine est la fibre la plus commune, mais lors de l’occupation paléochrétienne, la proportion est inversée.

  • 82 Voir Bender Jørgensen 2004b, note 58, pour la liste des découvertes.

41Les sergés présentent des différences : sur les deux sites, ils se répartissent en plusieurs groupes. Mis à part un seul morceau de damassé côtelé, trouvé dans une couche supérieure du dépotoir nord-est d’Abu Sha’ar (fig. 37), les damassés ne sont présents qu’au Mons Claudianus. Les deux sites ont livré des ensembles de sergés équilibrés, avec approximativement la même quantité de fils par cm pour la chaîne et pour la trame, et des sergés à trame apparente, avec une trame souvent très densément tassée (fig. 38-39). Au Mons Claudianus, les sergés « serrés » sont toujours des sergés diagonaux simples 2/1 ou 2/2, tandis qu’à ’Abou Sha’ar, on trouve des sergés à chevrons 2/2 et des sergés diamantés (fig. 40). Presque tous les sergés du Mons Claudianus à chaîne en fil retors peuvent être appelés sergés « serrés ». Lorsqu’on inclut les sergés de l’échantillon « sélectionné », les sergés « serrés » représentent plus de 20 % de tous les sergés du Mons Claudianus et leur proportion semble augmenter dans la seconde moitié du iie siècle82.

Fig. 37

Fig. 37

Damassé côtelé 2/1 AS 309.

© L. BenderJørgensen

Fig. 38

Fig. 38

Diagramme des sergés du Mons Claudianus.

© L. BenderJørgensen

Fig. 39

Fig. 39

Diagramme des sergés d’Abu Sha’ar.

© L. BenderJørgensen

Fig. 40

Fig. 40

Trois morceaux de tissus en sergé diamant serré très dense AS 050, AS 099 and AS 200.

© L. BenderJørgensen

42Dans les deux sites, les lisières les plus courantes sont soit simples, soit renforcées. Ces dernières sont obtenues en enveloppant la trame autour de faisceaux des fils de chaîne.

43À ’Abu Sha’ar, ce renforcement des lisières se fait généralement avec deux faisceaux, au Mons Claudianus, avec trois. Des détails de ce genre sont susceptibles de refléter des pratiques d’ateliers. Les lisières transversales sont habituellement réalisées en tordant les fils de chaîne restants en un cordon (fig. 41-42).

Fig. 41

Fig. 41

Lisières du coin d’un tissu. La lisière est renforcée. La lisière transversale est formée en tordant les fils de chaîne en cordon. AS 214.

© L. BenderJørgensen

Fig. 42

Fig. 42

Lisières et lisières transversales à Mons Claudianus (échantillon aléatoire) et ‘Abu Sha’ar 1 et 2. Lisières simples, lisières renforcées avec 2 et 3 faisceaux, et lisières transversales.

© L. BenderJørgensen

4. Comparaison avec les sites du désert Oriental

44Comparer les textiles mis au jour sur les deux sites étudiés dans cet article avec les tissus découverts sur des sites récemment fouillés dans le désert Oriental offre d’intéressantes perspectives. Ces sites peuvent être classés en cinq catégories : il s’agit de sites de carrière, de ports, de praesidia, d’un fort et d’un établissement monastique (tableau 12).

Tableau 12

Site

Carrière

Port

praesidia

Fort

établissement monastique

'Abu Sha'ar 1

X

'Abu Sha'ar 2

X

Bérénice

X

Didymoi

X

Dios

X

Krokodilô

X

Maximianon

X

Mons Claudianus

X

Porphyrites

X

Myos Hormos

X

Xèron Pelagos

X

Sites romains du désert Oriental ayant livré des restes textiles.

  • 83 Bender Jørgensen 2004b, pp. 88-91 ; mises à jour récentes dans Cuvigny 2005, p. 334 ; Peacock, Maxf (...)

45Sites recensés ici ont été occupés par des types de populations très divers83. Les sites de carrière ont abrité des tailleurs de pierre et d’autres artisans ainsi que des esclaves impériaux et des affranchis regroupés dans la familia. Les ports accueillaient des marins et des marchands, mêlés à une variété de personnes exerçant des métiers de service. Des soldats étaient stationnés dans les carrières et les ports, ainsi que dans les praesidia et le fort. Des femmes – épouses et prostituées – et des enfants sont également attestés dans la plupart des sites, bien que vraisemblablement en nombre limité. C’est seulement dans la phase tardive de l’occupation d’Abu Sha’ar, que nous rencontrons un autre groupe d’habitants : les moines chrétiens.

  • 84 Bender Jørgensen 2004b, pp. 91-92.
  • 85 Handley 2007, p. 370.

46La plupart des sites sont datés des ier et iie siècles ; Abu Sha’ar est occupé durant le ivsiècle et les ve-viie siècles. Porphyrites et Bérénice couvrent également plusieurs périodes. La variété des sites donne l’opportunité de poser plusieurs questions. L’un d’elles a trait aux fibres utilisées dans la fabrication des textiles. La laine est le matériau le plus courant au Mons Claudianus, à Maximianon, Krokodilô, Abu Sha’ar, Myos Hormos et à Porphyrites (fig. 43). Plusieurs explications peuvent être envisagées. Il faut exclure une évolution chronologique car Myos Hormos est contemporain du Mons Claudianus et des deux praesidia ; Porphyrites couvre une période plus longue et les deux phases de ’Abu Sha’ar sont plus tardives. Une préservation différentielle, qui permettrait une meilleure conservation des tissus de laine sur les sites de l’intérieur du désert, est une possibilité, mais comme je l’ai indiqué dans un article antérieur, je préfère expliquer cette différence de préservation par des conditions climatiques84. ’Abu Sha’ar et Myos Hormos sont tous deux situés sur la côte de la mer Rouge. L’évaporation de la mer est forte, donnant une atmosphère humide, contrairement à la sécheresse du désert. L’humidité fait transpirer, or les vêtements fabriqués en fibres végétales absorbent la sueur. Dans le désert, cette fonction d’absorption est inutile, car la sueur s’évapore avant d’atteindre la surface de la peau. En revanche, se prémunir contre la déshydratation est vital. Les écarts de température sont forts dans le désert, et des vêtements chauds sont certainement nécessaires pour les nuits froides et les matins, en particulier en hiver. La laine est une fibre qui convient mieux à ce contexte. Les textiles de Pophyrites ne suivent pourtant pas cette règle, car le pourcentage des tissus de laine est le même que sur les sites côtiers. Fiona Handley a fait valoir que les tissus de fibres libériennes qui composent 26 % des textiles de Porphyrites étaient peu adaptés pour des vêtements et provenaient plutôt de tissus utilisés dans des contextes artisanaux, notamment dans la carrière85.

Fig. 43

Fig. 43

Types de fibres présents dans les praesidia de Maximianon et de Krokodilô, les carrières du Mons Claudianus, du Porphyrites, le port de Myos Hormos, le fort d‘Abu Sha’ar 1 et l’établissement chrétien d‘Abu Sha’ar 2.

© L. BenderJørgensen

  • 86 Handley 2007, pp. 370-371.

47Le second point intéressant est la fréquence des sergés dans les assemblages textiles. Ils sont beaucoup plus courants dans les sites militaires, quelle que soit leur date (fig. 44). À ’Abu Sha’ar 1 et dans les praesidia, le personnel militaire formait le groupe majoritaire au sein de la population. Lors de la phase monastique, les sergés disparaissent pratiquement du site – les trois sergés attribués à la phase 2 peuvent très bien avoir été jetés lors de la phase 1. Les militaires administraient le Mons Claudianus et Myos Hormos, mais ne formaient qu’une partie relativement mineure de sa population. Cela tendrait à prouver que les sergés ont été utilisés pour les vêtements militaires plutôt que pour vêtir les civils. Encore une fois, Porphyrites ne rentre pas dans ce schéma ; selon Fiona Handley, seulement 3 % des textiles sont des sergés86.

Fig. 44

Fig. 44

Proportion des principaux types d’armures (toiles de lin et de laine, sergés) à Krokodilô, Maximianon, Mons Claudianus, Myos Hormos et ‘Abu Sha’ar (phases 1 et 2).

© L. BenderJørgensen

4.1 Chiffons et luxe

  • 87 Calament, Durand 2013.
  • 88 Voir par exemple De Moor, Verhecken-Lammens, Verhecken 2008 ; Erikson 1997 ; Fluck, Linscheid, Merz (...)

48Comment comparer les chiffons du Mons Claudianus et d’Abu Sha’ar avec les riches textiles, vêtements décorés ou tissus d’ameublement, de la ville romaine d’Antinoé87 ou avec les textiles dits « coptes » exposés dans les musées du monde entier88 ? Comme nous l’avons vu, seuls quelques vêtements sont encore reconnaissables sur les sites étudiés dans cet article, et quelques petits fragments donnent un aperçu de la décoration, riche et colorée, semblable à celle des vêtements couramment rencontrés dans les sépultures d’Antinoé ou d’autres sites, de quelques autres. Aucune soierie n’a été trouvée sur les deux sites. Quelques fragments de tapisserie sont attestés à ’Abu Sha’ar, dans la phase 2 (après 400 après J.-C.) mais aucun au Mons Claudianus. Enfin, la découverte de pièces teintes après réserves, de tissus aux brins épais, de taquetés et d’autres textiles à motifs – tissus qui sont connus dans toute leur splendeur et en bien plus grande quantité à Antinoé et dans d’autres sites, montre que les officiers et autres dignitaires du Mons Claudianus et d’Abu Sha’ar possédaient des coussins et matelas recouverts de taquetés, des rideaux teints après réserves et des tapis et tentures.

49Que pouvons-nous apprendre des textiles du Mons Claudianus et d’Abu Sha’ar, et plus largement de la récente manne textile du désert oriental d’Égypte ? Leur contexte archéologique permet de les répartir en trois grandes phases – les ier- iisiècles, le ive siècle et les ve-début viie siècles. Un nombre croissant d’articles d’habillement et d’ameublement peut être identifié et il est désormais possible de les attribuer à différents groupes de propriétaires : militaires romains, divers groupes civils et moines chrétiens. Cela fournit une base jusqu’alors inaccessible pour la construction de théories et pour la justification des arguments – en bref, une formidable nouvelle boîte à outils à utiliser pour d’autres études sur les textiles de l’Egypte romaine et de l’ensemble du monde romain.

Remerciements

50Je remercie les organisateurs et le Collège de France de m’avoir invité au colloque sur « Le Désert Oriental d’Égypte à l’époque gréco-romaine ». Mes remerciements vont aussi aux directeurs et aux membres de l’équipe de fouille du Mons Claudianus et d’Abu Sha’ar, notamment Adam Bülow-Jacobsen et Steven Sidebotham qui m’ont invité à rejoindre ces équipes ; aux membres du Mons Claudianus Textile Project, Martin Ciszuk, Lena Hammarlund et Ulla Mannering et aux autres chercheurs qui étudient les textiles romains en Egypte, Dominique Cardon, Hero Granger-Taylor, Fiona Handley, Gillian Vogelsang-Eastwood et Felicity et John Peter Wild, qui ont tous contribué aux travaux présentés ici, en partageant leurs connaissances.

51Les travaux sur les textiles du Mons Claudianus ont été généreusement financés au fil des ans par plusieurs organismes qui ont droit à ma reconnaissance : la British Academy, la Carlsberg Foundation, le G.E.C. Gad’s Fond, l’Agnes Geijer’s Foundation for Nordic Textile Research, le Joint Committee of the Nordic Research Councils for the Humanities (NOS-H), Novo’s Fond and VKR’s Familiefond.

Bibliographie

 

Bender Jørgensen L., « Mons Claudianus », Archaeological Textiles Newletter, N° 10, 1990, 10-11.

Bender Jørgensen L., « Textiles from Mons Claudianus. A Preliminary Report », Acta Hyperborea 3, Copenhagen, 1991(a), 83-95.

Bender Jørgensen L., « The Textiles from Mons Claudianus, Recorded in 1991 », Archaeological Textiles Newletter, N° 12, 1991(b), 8-10

Bender Jørgensen L., North European Textiles until AD 1000, Aarhus, Aarhus University Press, 1992.

Bender Jørgensen L., « The Mons Claudianus Textile Project », in D. Cardon, M. Feugère (éds), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, oct. 1999, Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2000, 253-264.

Bender Jørgensen L., « Team work on Roman textiles: The Mons Claudianus Textile Project », in C. Alfaro, J.P. Wild, B. Costa (éds), PURPUREAE VESTES. Textiles y tintes del Mediterráneo en época romana, Valencia, PUV, 2004, 69-76.

Bender Jørgensen L., « A matter of material: changes in textiles from Roman sites in Egypt’s Eastern Desert », Antiquité Tardive 12, 2004, 87-99.

Bender Jørgensen L., « The Late Roman Fort at ‘Abu Sha’ar, Egypt : textiles in their archaeological context », Riggisberger Berichte 13, 2006(a), 161-74.

Bender Jørgensen L., « A Terminology of Roman Stripes, Bands and Checks », Archaeological Textiles Newsletter No. 43, 2006(b), 36-37.

Bender Jørgensen L., « Dated textiles from Mons Claudianus and 'Abu Sha'ar », in A. De Moor and C. Fluck (éds), Methods of dating ancient textiles of the 1st millennium AD from Egypt and neighbouring countries, Tielt, Lannoo publishers, 2007, 26-35.

Bender Jørgensen L., « Self-bands and other subtle patterns in Roman textiles », in C. Alfaro, L. Karali (éds), Purpureae Vestes II. Vestidos, textiles y tintes. Estudios sobre la producción de bienes de consume en la Antigüedad. Valencia, PUV, 2008, 135-142.

Bender Jørgensen L., « Clavi and non-clavi: definitions of various bands on Roman textiles », in C. Alfaro, J.-P. Brun, Ph. Borgard et R. Pierobon Benoit (éds), Purpureae Vestes III. Textiles y tintes en la ciudad antigua, Valence/Naples : PUV/CJB, 2011, 75-82.

Bender Jørgensen L., « Representing Colours », SAITIBA revista de la facultat de geografia i historia 64-65, 2014-2015, 53-62.

Bender Jørgensen L., « Textiles and Textile Trade in the First Millennium AD - Evidence from Egypt », in D.J. Mattingly, V. Leitch, C.N. Duckworth, A. Cuenod, M. Sterry, F. Cole (éds), Trade in the Ancient Sahara and Beyond. Trans-Saharan Archaeology Volume I. Series editor D.J. Mattingly. Cambridge: Cambridge University Press and The Society for Libyan Studies, 2017. 

Bender Jørgensen L., Mannering U., « Mons Claudianus: Investigating Roman textiles in the Desert », in P. Walton Rogers, L. Bender Jørgensen, A. Rast-Eicher (ed.), The Roman Textile Industry and its Influence. A Birthday Tribute to John Peter Wild. Oxford: Oxbow Books, 2001, 1-11.

Bergman I., Late Nubian Textiles. Lund, The Scandinavian Joint Expedition to Sudanese Nubia, 1975.

Bingen J., Bülow-Jacobsen A., Cockle W.E.H., Cuvigny H., Rubinstein L., Van Rengen W., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina I (O. Claud. 1 à 190). Le Caire : Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 1992.

Bingen J., Bülow-Jacobsen A., Cockle W.E.H., Cuvigny H., Kayser F., and Van Rengen W., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina II (O. Claud. 191 à 416). Le Caire : Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 1997.

Bülow-Jacobsen A., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina IV. The Quarry Texts O. Claud. 632 à 896). Le Caire : Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 2009.

Burnham D.K., « Coptic Knitting: An Ancient Technique », Textile History 3, 116-124.

Calament F., Durand, M. (éds), Antinoé à la vie, à la mode. Visions d’élégance dans les solitudes. Lyon, Musée des Tissus, 2013.

Cardon D., « Chiffons dans le désert : textiles des dépotoirs de Maximianon et Krokodilô », in Cuvigny H. (ed), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Volume 2. Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2003, 619-659.

Cardon D., Cuvigny H., Bülow-Jacobsen A., « Recent textile finds from Dios and Xeron », Archaeological Textiles Newsletter 50, 2010, 2-13.

Cardon D., Granger-Taylor H., Nowik W., « What did they look like? Fragments of Clothing Found at Didymoi: case studies », in H. Cuvigny (éd), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. I – Les fouilles et le matériel. Fouilles de l’Ifao 64. Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2011, 273-362.

Ciszuk M., « Taquetés from Mons Claudianus – Analyses and Reconstruction », in Cardon D., Feugère M. (éds), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, oct. 1999.Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2000, 265-282.

Ciszuk M., « Taqueté and damask from Mons Claudianus: a discussion of Roman looms for patterned textiles », in C. Alfaro, J.P. Wild, B. Costa (éd.), Purpureae Vestes. Textiles y tintes del Mediterráneo en época romana, Valencia, PUV, 2004, 107-114.

Ciszuk M., Hammarlund L., « Roman looms – a study of craftsmanship and technology in the Mons Claudianus Textile Project », in C. Alfaro et L. Karali (éds), Purpureae Vestes II. Vestidos, textiles y tintes. Estudios sobre la producción de bienes de consume en la Antigüedad. Valencia, PUV, 2008, 119-33.

Croom A., Roman Clothing and Fashion. Stroud, Gloucestershire, Tempus Publishing Ltd.

Cuvigny H., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina III (O.Claud. 417 à 631). Le Caire, Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 2000.

Cuvigny H., « L'organigramme du personnel d'une carrière impériale d'après un ostracon du Mons Claudianus », Chiron, 35, 2005, 309-353.

Cuvigny H., « Travailler pour l'empereur », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 07 juin 2016. URL: http://nda.revues.org/3305; DOI: 10.4000/nda.3305.

De Moor A., Verhecken-Lammens C., Verhecken A., 3500 years of textile art, Tielt: Lannoo, 2008.

De Moor A. and Fluck C. (éds), Clothing the House. Furnishing textiles of the 1st millennium AD from Egypt and neighbouring countries, Tielt, Lannoo, 2009.

Eastwood G.M., « Textiles », in Whitcomb D. & Johnson J., Quseir al-Qadim 1980. Preliminary Report, American Research Center in Egypt, 1982, 285-326.

Erikson 1997: Erikson, M., Textiles in Egypt 200-1500 A.D. in Swedish Museum Collections, Göteborg, Röhsska Museet, 1997.

Fluck C., Linscheid P., Merz S. (éds), Textilien aus Ägypten. Teil 1 : Textilien aus dem Vorbesitz von Theodor Graf, Carl Schmidt und dem Ägyptischen Museum Berlin, Wiesbaden, Reichert Verlag, 2000.

Granger-Taylor H., « Weaving Clothes to Shape in the Ancient World: The Tunic and Toga of the Arringatore », Textile History 13, 1982, 3-25

Granger-Taylor H., « The Emperor’s Clothes: The Fold Lines », Bulletin of the Cleveland Museum of Art 74, N° 3, 1987, 114-123.

Granger-Taylor H., « The Textiles from Khirbet Qazone (Jordan) », in D. Cardon and M. Feugère (éds), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, oct. 1999, Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2000, 149-162.

Granger-Taylor H., « ‘Weaving Clothes to Shape in the Ancient World’ 25 years on: Corrections and Further Details with Particular Reference to the Cloaks from Lahun », Archaeological Textiles Newsletter N° 45, 2007, 26-35.

Granger-Taylor H., « A fragmentary Roman cloak probably of the 1st c. CE and cut-offs from other semicircular cloaks », Archaeological Textiles Newsletter N° 46, 2008, 6-16.

Hadian M., Good I., Pollard A.M., Zhang X., Laursen R., « Textiles from Douzlakh salt mine at Chehr Abad, Iran: a technical and contextual study of late pre-Islamic Iranian textiles », International Journal of the Humanities 19.3, 2012, 152-73.

Hammarlund L., « Handicraft knowledge applied to archaeological textiles », The Nordic Textile Journal, 2005: 87-119.

Hammarlund L., « Visual analysis and grouping of the Hallstatt textiles », in K. Grömer, A. Kern, H. Reschreiter and H. Rösel-Mautendorfer (éds), Textiles from Hallstatt. Weaving Culture in Bronze Age and Iron Age Salt Mines. Budapest, Archaeolingua, 2013, 179-182.

Hammarlund L., Kirjavainen H., Petersen K. V., Vedeler M., « Visual textiles: A Study of Appearance and Visual Impression in Archaeological Textiles », in R. Netherton and G.R. Owen-Crocker, Medieval Clothing and Textiles 4, Suffolk, The Boydell Press, 2008, 69-98.

Handley F., « The Roman textiles from Myos Hormos », Archaeological Textiles Newsletter 31, 2000, 12-17.

Handley F., « Textiles », in Peacock D., and Maxfield V., (éds), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 2: The Excavations, London, Egypt Exploration Society, 2007, 355-78.

Handley F., « The textiles: a preliminary report », in D. Peacock, and L. Blue (éds), Myos Hormos – Quseir al-Qadim Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Volume 2: Finds from the excavations 1999-2003, Oxford, Archaeopress, 2011, 321-34.

Henshall A.S., « A fragment of tufted cloth », in O. Brogan, D. Smith, Ghirza: A Libyan Settlement in the Roman Period. Libyan Antiquities Series I, Tripoli, Department of Antiquities, 1984, 93, Pl. 33a.

Kemp B. J., Vogelsang-Eastwood G., The Ancient Textile Industry at Amarna. London, Egypt Exploration Society, 2001.

Mannering U., « Roman garments from Mons Claudianus », in D. Cardon and M. Feugère (éds), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, oct. 1999. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2000(a), 283-290.

Mannering U., « The Roman Tradition of Weaving and Sewing: a guide to function », Archaeological Textiles Newsletter 30, 2000(b), 10-16.

Mannering U., « Questions and answers on textiles and their find spots: the Mons Claudianus Textile Project », Riggisberger Berichte 13, 2006, 149-160.

Mannering U., « Garments from Mons Claudianus », in L. Bender Jørgensen (éd.), Survey and Excavation Mons Claudianus 1987-1993. Volume IV. The Textiles. Le Caire : Institut Français d’archéologie orientale du Caire, in prep.

Maspero A., Bruni S., Cattaneo C., Lovisolo A., « Textiles and leather: raw materials and manufacture », in S. di Lernia, G. Manzi (éds). 2002. Sand, Stones, and Bones. The Archaeology of Death in the Wâdi Tanezzuft Valley (5000-2000 BP). The Archaeology of Libyan Sahara vol. I, Arid Zone Archaeology Monographs 3, Florence, All’Insegna del Giglio, 2002, 157-168.

Maxfield V.A., Peacock D.P.S., Survey and Excavation Mons Claudianus 1987-1993. Volume II. Excavations : Part 1. Le Caire : Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 2001.

Maxfield V.A., Peacock D.P.S., Survey and Excavation Mons Claudianus 1987-1993. Volume III. Ceramic Vessels & Related Objects, Le Caire, Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 2006.

Möller-Wiering S., War and Worship. Textiles from 3rd to 4th century AD Weapon Deposits in Denmark and Northern Germany, Oxford and Oakville, Oxbow Books, 2011.

Palme B., Zdiarsky A. (ed), Gewebte Geschichte. Stoffe und Papyri aus dem spätantike Ägypten, Wien, Phoibos Verlag, 2012.

Peacock D., and Blue L. (éds), Myos Hormos – Quseir al-Qadim Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Volume 2: Finds from the excavations 1999-2003, Oxford, Archaeopress, 2011.

Peacock D.P.S., Maxfield V.A., Survey and Excavation Mons Claudianus 1987-1993. Volume I. Topography & Quarries, Le Caire, Institut Français d’archéologie orientale du Caire, 1997, 368 p.

Peacock D.P.S., Maxfield V.A. (éds), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998, Volume 2: The Excavations, London, Egypt Exploration Society, 2007.

Pfister R., Nouveaux textiles de Palmyre, Paris, Les Éditions d’Art et d’Histoire, 1937.

Pritchard F., Dress in Egypt in the First Millennium AD. Clothing from Egypt in the collection of The Whitworth Art Gallery, The University of Manchester, Manchester, The Whitworth Art Gallery, 2006.

Ripoll G., « Los tejidos en la arquitectura de la antigüedad tardía. Una primera aproxmación a su uso y función », Antiquité Tardive 12, 2004, 169-182.

Rutschowscaya M.-H., Tissus coptes, Paris, Éditions Adam Biro, 1990.

Schmidt-Colinet A., Stauffer A., Al-Asad K., Die Textilien aus Palmyra, Mainz am Rhein, Verlag Philipp von Zabern, 2000.

Sidebotham S.E., « University of Delaware Archaeological Project at ‘Abu Sha’ar: the 1992 Season », Newsletter of the American Research Center in Egypt 161/162 (Spring/Summer 1993), 1993, 1-9.

Sidebotham S.E., « Preliminary Report on the 1990-1991 Seasons of Fieldwork at ‘Abu Sha’ar (Red Sea Coast) », Journal of the American Research Center in Egypt 31, 1994(a), 133-158.

Sidebotham S.E., « University of Delaware Fieldwork in the Eastern Desert of Egypt, 1993 », Dumbarton Oaks Papers 48, 1994(b), 263-275.

Sidebotham S.E., Hense M., Nouwens H.M., The Red Land. The Illustrated Archaeology of Egypt’s Eastern Desert, Cairo and New York, The American University in Cairo Press, 2008.

Szymaszek M., « On the interpretation of textile finds with right-angled or H-shaped tapestry bands », in A. de Moor, C. Fluck and P. Linscheid (éds), Textiles, tools and techniques of the 1st millennium AD from Egypt and neighbouring countries, Tielt, Lannoo Publishers, 2015, 169-175.

Thomas T.K., Textiles from Karanis, Egypt in the Kelsey Museum of Archaeology. Artifacts of Everyday Life, Ann Arbor, The Kelsey Museum of Archaeology, 2001.

Thurman C.C.M. and Williams B., Ancient Textiles from Nubia. Meroitic, X-group, and Christian Fabrics from Ballana and Qustul, Chicago, The Art Institute of Chicago and The University of Chicago, 1979.

Van‘t Hooft Ph.P.M., Raven, M.J., van Rooij E.H.C., Vogelsang-Eastwood G.M., Pharaonic and Early Medieval Egyptian Textiles, Collections of the National Museum of Antiquities at Leiden VIII, Leiden, Rijksmuseum van Oudheden, 1994.

Viklund U., Towards a Cosmology of Colours – Roman Textiles from Mons Claudianus. A methodology of approaching meaning of colours in ancient textiles. Unpublished MA thesis, Department of Archaeology and Religious Studies, Norwegian University of Science and Technology, Trondheim, 2007.

Vogelsang-Eastwood G.M., Quseir al-Qadim Textile Report 1978-1982, CD version. Leiden, Textile Research Center, 2006.

Walton P., Eastwood G., A brief guide to the cataloguing of archaeological textiles, London, Institute of Archaeology Publications, 1988.

Wild J.P., Textile Manufacture in the Northern Roman Provinces, Cambridge, Cambridge University Press, 1970.

Wild J.P., The Textiles. Vindolanda III. Hexham, The Vindolanda Trust, 1977.

Wild J.P., « The textiles from Building 32 », in O. Brogan, D. Smith, Ghirza: A Libyan Settlement in the Roman Period, Libyan Antiquities Series I, Tripoli, Department of Antiquities, 1984, 291-308, Pl. 151-72.

Wild J.P., « Textiles from Zinkekra », in D.J. Mattingly (éd.), The Archaeology of Fazzān: Volume 3; Excavations of C.M. Daniels, London and Tripoli, Society of Libyan Studies and Department of Antiquities, Tripoli, 2010, 486-488.

Wild J.P., Wild F.C., « Through Roman eyes: cotton textiles from Early Historic India », in S. Bergerbrant and S.H. Fossøy (éds), A Stitch in Time. Essays in Honour of Lise Bender Jørgensen, Gothenburg, Gothenburg University, 2014, 209-235.

Yadin Y., The Finds from the Bar-Kokhba Period in the Cave of Letters, Jerusalem, The Israel Exploration Society, 1963.

Notes

1 Bingen et al. 1992, 1997, Cuvigny 2000, Bülow-Jacobsen 2009 ; Maxfield, Peacock 2001, 2006 ; Peacock, Maxfield 1997.

2 Bender Jørgensen, Mannering 2001. Métal boîtes (cantines) MC 1987/3 ; 1988/4 ; 1989-1917, 18, 19, 20, et Varia ; 1990/4, 5 ; 1991/5 ; 1992/20 et 1993/1.

3 Voir Bender Jørgensen 2004a : 69 pour la composition complète de l’équipe des spécialistes du textile au Mons Claudianus et Bender Jørgensen 2004b pour un aperçu des résultats. L’ouvrage Survey and Excavation Mons Claudianus 1987-1993 volume IV : Textiles and clothing est en préparation et contiendra des contributions de tous les membres de l’équipe étudiant les textiles.

4 Sidebotham 1993, 1994a, 1994b.

5 Bender Jørgensen 2006a, 2007.

6 Wild and Wild, dans ce volume.

7 Cardon 2003.

8 Cardon, Cuvigny, Bülow-Jacobsen 2010.

9 Communication personnelle de D. Cardon. Il s’agit du tiers de l’ensemble de textiles trouvés. Voir Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011 pour une description détaillée et la discussion d’une centaine de pièces de tissus.

10 Eastwood 1982 ; Handley 2000, 2011 ; Vogelsang-Eastwood 2006.

11 Handley 2007.

12 Voir Bender Jørgensen, Mannering 2001 pour une description plus détaillée de notre processus de travail, y compris la sélection et les critères choisis pour les deux groupes. Les textiles MC n° 1-468 sont conservés dans la malle 1990/4 ; cette malle contient également de plus gros tissus de la série 1116-1460. Les textiles MC n° 469-904 sont dans la malle 1991 / V. MC n° 905-115 dans la malle 1989-1920. Cette malle contient également des vêtements, des gammas, et d’autres pièces intéressantes de toutes les séries. Les textiles MC n° 1116-1460 sont conservés dans la malle 1989-1918. Les textiles MC n° 1461-1722 et ceux du fort de Barud (n° 1723-1751) sont conservés dans la malle 1992-1920. Les textiles MC n° 1752-63 sont des fragments qui ont été étiquetés à nouveau ; ils sont conservés dans la malle 1989-1920.

13 Pour les plans du site et l’emplacement de la zone fouillée voir Maxfield, Peacock 2001 fig. 1.4 et Maxfield, ce volume.

14 Pour le phasage et la datation du Mons Claudianus, voir Maxfield, Peacock 2001, pp. 423-428.

15 Mannering 2000a, p. 283 ; voir aussi Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 276-278.

16 Walton, Eastwood 1988.

17 La présence de quelques tissus fait en coton a été décelée après que nous ayons vu (et senti) les tissus de coton trouvés à Abu Sha’ar. Malheureusement, il n’a pas été possible de procéder à l’analyse des fibres de chaque site.

18 Bender Jørgensen 1992, pp. 120-152.

19 Kemp, Vogelsang-Eastwood 2001, pp. 58-60 ; Van’t Hooft et al. 1994, p. 14.

20 Bergman 1975 ; Thurman, Williams 1979.

21 Bender Jørgensen 2017 ; Henshall 1984 ; Maspero et al. 2002 ; Wild 1984, 2010, pp. 486-88.

22 Schmidt-Colinet, Stauffer, Al-Asad 2000 ; Yadin 1963.

23 Pfister 1937 ; Wild 1970, p. 44.

24 Wild, Wild 2014 ; voir aussi Hadian et al. 2012 pour des tissus iraniens récemment découverts.

25 Bender Jørgensen 1992, pp. 126-150.

26 Pour les définitions des armures de tissage voir Bender Jørgensen 2004b, fig. 2, et Ciszuk 2004.

27 Bender Jørgensen 1992 ; Möller-Wiering 2011 ; Wild 1977.

28 Bender Jørgensen 2004b, p. 95 ; Hammarlund 2005, p. 110.

29 Hammarlund 2005, en ligne : http://www.hb.se/PageFiles/3251/Filer/ctfjournal_2005.pdf#page=88.

30 Hammarlund et al. 2008 ; Hammarlund 2013.

31 Bender Jørgensen 2006b, 2007, 2008, 2011.

32 Ciszuk 2000, 2004.

33 Ciszuk, Hammarlund 2008.

34 Mannering 2000a 2006.

35 Nous remercions notamment Hero Granger-Taylor qui a généreusement partagé avec nous sa connaissance des vêtements romains et de leur réalisation.

36 MC 891, 1100 et 1101. Voir Mannering 2000a pour plus de détails, les décors et la discussion.

37 Mannering 2000a ; Bender Jørgensen 2004b, pp. 92-93 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, Fig. 306, Pl. 10.

38 Bender Jørgensen 2011.

39 Mannering 2000a, pp. 286-88.

40 Granger-Taylor 1982, 1987, 2000, p. 157 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 308-310, fig. 318 et Pl. 18b-d.

41 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, Pl. 18b-d.

42 Mannering 2000a, p. 289.

43 Cf Cuvigny 2000 ; voir aussi Cuvigny 2005, 2016.

44 Mannering 2000a, p. 287.

45 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 309-310.

46 Szymaszek 2015.

47 D’après Croom 2000, p. 35 et Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 308 et 319-320, le terme « cape » désigne un vêtement semi-circulaire, comportant un capuchon comme la paenula ; il s’oppose au « manteau » de forme rectangulaire, drapé comme l’himation.

48 Granger-Taylor 2000 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 293-294.

49 Mannering en préparation.

50 Burnham 1972 ; Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, p. 349.

51 MC 331, MC 861, MC 1144, MC 1234, MC 1628. La chaussette complète porte le n° MC 331, la fragmentaire le n° MC 1234.

52 Mannering 2006. MC 922, 1110.

53 Mannering 2006, p. 158, fig. 8. MC 548.

54 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, Pl. 30c-d.

55 Granger-Taylor 2007, 2008.

56 Granger-Taylor 2008.

57 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 319-341.

58 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, p. 356, tableau 5.

59 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, p. 325.

60 Cardon, Granger-Taylor, Nowik 2011, pp. 330-335.

61 Ciszuk 2004. Dans les travaux de Ciszuk, les damassés côtelés sont qualifiés de “barred 2/1 or 3/1 twills”.

62 Damassés côtelés MC 745, 815, 818, 973, 1066, 1084, 1089, 1485 ; damassés à carreaux MC 505.

63 MC1098. Il provient aussi du SS et il est daté des environs de 100-120 après J.-C.

64 MC 1357.

65 MC 1115.

66 MC 1625.

67 Par exemple, MC 974 (bleu), 998, 1123, 1139, 1346. MC 974 est daté des environs de 100-120 après J.-C. ; les autres des environs de 140 après J.-C. ou plus tard.

68 MC 975, 1040, 1081, 1114.

69 Ripoll 2004 ; De Moor, Fluck 2009.

70 Bender Jørgensen 2000, fig. 6, la composition a été interprétée comme un « arbre de vie ».

71 Bender Jørgensen 2011, p. 77.

72 Ciszuk 2000.

73 Bender Jørgensen 2000, fig. 10.

74 MC 631, 940, 1016, 1036, 1056, 1752.

75 MC 396, 399.

76 MC 923, 942, 1028.

77 Sidebotham 1993, 1994a, 1994b ; Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 57.

78 Sidebotham 1994b ; Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 317.

79 Bender Jørgensen 2006a ; 2007.

80 Les sergés ont été trouvés dans les tranchées R et R/N, deux d’entre eux dans les couches supérieures. Ils sont tous très petits et peuvent avoir été jetés au cours de l’occupation de l’établissement monastique.

81 Wild, Wild 2014, fig. 8.

82 Voir Bender Jørgensen 2004b, note 58, pour la liste des découvertes.

83 Bender Jørgensen 2004b, pp. 88-91 ; mises à jour récentes dans Cuvigny 2005, p. 334 ; Peacock, Maxfield 2007, pp. 427-429 ; Peacock, Blue 2011, pp. 346-347 ; Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, pp. 53-60 et 189-192.

84 Bender Jørgensen 2004b, pp. 91-92.

85 Handley 2007, p. 370.

86 Handley 2007, pp. 370-371.

87 Calament, Durand 2013.

88 Voir par exemple De Moor, Verhecken-Lammens, Verhecken 2008 ; Erikson 1997 ; Fluck, Linscheid, Merz 2000 ; Palme, Zdiarsky 2012 ; Pritchard 2006 ; Rutschowscaya 1990 ; Thomas 2001 ; Van’t Hooft et al. 1994.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Types de fils. Les fils simples sont torsadés en z ou en s; les doubles fils sont retordus en Z2s ou en S2z.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-1.jpg
Fichier image/, 52k
Titre Fig. 2
Légende Armures. a: toile ; b: toile demi-nattée; c: toile nattée; d: 2/1 sergé diagonal; e: 2/1 damassé côtelé; f: 2/1 sergé chevron; g: 2/1 sergé losange; h: 2/2 sergé diagonal; i: 2/2 sergé chevron; j: 2/2 sergé chevron brisé; k: 2/2 sergé losange ; l: 2/2 sergé diamant. Pour les damassés ; pour les damassés côtelés et à carreaux, voir Ciszuk 2004; pour les taquetés Ciszuk 2000.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-2.jpg
Fichier image/, 232k
Titre Fig. 3
Légende Tunique A, MC 1100. L’ouverture pour le cou se trouve au milieu, les clavi de chaque côté courent sur les deux faces de la tunique. Bien qu’une partie d’un côté de la tunique manque et que le reste a été beaucoup réparé, les clavi ont été conservés. Pour plus d’information, voir Mannering 2000.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-3.jpg
Fichier image/, 852k
Titre Fig. 4
Légende Tunique B, MC 1101. Les trois gammas situés à des places étranges montrent que la tunique a été réalisée à partir d’un himation. Pour plus d’information, voir Mannering 2000.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-4.jpg
Fichier image/, 548k
Titre Fig. 5
Légende Tunique C, MC 891. Tunique de jeune enfant.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-5.jpg
Fichier image/, 720k
Titre Fig. 6
Légende Chaussette, MC 331.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-6.jpg
Fichier image/, 792k
Titre Fig. 7
Légende Chapeau de feutre MC 922 vu de face. Pour plus d’information, voir Mannering 2006.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-7.jpg
Fichier image/, 420k
Titre Fig. 8
Légende Chapeau avec protèges-oreilles MC 1110, réalisé avec des pièces triangulaires de damassé à carreaux de couleurs rouge, verte et jaune. Pour plus d’information, voir Mannering 2006.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-8.jpg
Fichier image/, 508k
Titre Fig. 9
Légende Damassé côtelé MC 745.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-9.jpg
Fichier image/, 2,3M
Titre Fig. 10
Légende Damassé côtelé bleu foncé MC 815. Peut-être un morceau de manteau.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-10.jpg
Fichier image/, 592k
Titre Fig. 11
Légende Sergé brisé 2/2 bleu foncé MC 1098. Peut-être un morceau de manteau.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-11.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 12
Légende Toile demi-nattée avec bande bleu foncé et deux rangées de cordons en arête de poisson MC 1357. Probablement un morceau de manteau.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-12.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 13
Légende Toile à trame apparente avec une bordure en cordon commençant juste au-dessus d’une bande verte MC 1115. Probablement un morceau de manteau.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-13.jpg
Fichier image/, 884k
Titre Fig. 14
Légende Sergé 2/2 à trame apparente avec une bande rouge à angle droit MC 1625. Probablement un morceau de manteau.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-14.jpg
Fichier image/, 616k
Titre Fig. 15
Légende Sergé très dense à trame apparente 2/2 à fils doubles retordus MC 1247. La bordure courbe suggère qu’il provient d’un manteau.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-15.jpg
Fichier image/, 632k
Titre Fig. 16
Légende Damassé à carreaux 3/1 MC 1133. La bordure courbe surfilée suggère qu’il provient d’un manteau.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-16.jpg
Fichier image/, 672k
Titre Fig. 17
Légende Tissu de laine à carreaux composites MC 975. Probablement un morceau d’écharpe.
Crédits © L. Bender Jørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-17.jpg
Fichier image/, 2,3M
Titre Fig. 18
Légende Tapis à brins épais et à motif de méandres MC 300.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-18.jpg
Fichier image/, 3,3M
Titre Fig. 19
Légende Tapis ou tenture à décor de grappe de raisin dont les poils sont presque totalement usés MC 964.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-19.jpg
Fichier image/, 2,1M
Titre Fig. 20
Légende Tissu de laine vert avec deux bandes rouges MC 945. L’usure de la surface suggère qu’il dérive d’une taie de coussin ou d’une enveloppe de matelas.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-20.jpg
Fichier image/, 688k
Titre Fig. 21
Légende Taqueté, MC 968. Les taquetés sont souvent utilisés pour couvrir des coussins ou des matelas.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-21.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 22
Légende Tissu de laine teint après réserve MC 631. Il pourrait provenir d’un rideau ou d’une tenture.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-22.jpg
Fichier image/, 908k
Titre Fig. 23
Légende Sangle en poil de chèvre MC 942.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-23.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 24
Légende Un grand morceau non inventorié d’un tissu en poil de chèvre du Mons Claudianus. La forme et le type sont similaires à ceux des tapis de couchage encore en usage (fig. 25).
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-24.jpg
Fichier image/, 784k
Titre Fig. 25
Légende Un couchage de gardien de nuit avec un tapis semblable à celui de la fig. 24, roulés durant la journée. Photographie 1994.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-25.jpg
Fichier image/, 460k
Titre Fig. 26
Légende Plan du fort d‘Abu Sha’ar avec la liste des tranchées
Crédits © Reproduit avec la permission de S.E. Sidebotham
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-26.jpg
Fichier image/, 564k
Titre Fig. 27
Légende Toile nattée en coton AS 877.
Crédits © M. van Waveren
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-27.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig. 28
Légende Taqueté, AS 642.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-28.jpg
Fichier image/, 740k
Titre Fig. 29
Légende Tapestry in the shape of a cross, AS 649.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-29.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 30
Légende Tissu de toile demi-nattée densément tissé AS 073. La forme, la coupe et la bordure suggèrent qu’il provient d’un vêtement.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-30.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 31
Légende Grands morceaux d’une toile à bandes avec un petit motif de tapisserie, AS 400. Il provient probablement d’une tunique ou d’un vêtement.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-31.jpg
Fichier image/, 980k
Titre Fig. 32
Légende Trois pièces de toile à trame apparente cousues ensemble, en partie en joignant les bordures de deux pièces AS 018. Il s’agit probablement d’un vêtement.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-32.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 33
Légende Fragments de tapisserie AS 699. Probablement de l’encolure d’une sous-tunique.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-33.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Fig. 34
Légende Broderie sur un morceau de feutre rouge AS 006.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-34.jpg
Fichier image/, 1,7M
Titre Fig. 35
Légende Broderie en fil de laine rouge, vert et bleu, sur une toile de lin AS 036.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-35.jpg
Fichier image/, 2,1M
Titre Fig. 36
Légende Tissu en coton teint avec réserves AS 708.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-36.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 37
Légende Damassé côtelé 2/1 AS 309.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-37.jpg
Fichier image/, 2,4M
Titre Fig. 38
Légende Diagramme des sergés du Mons Claudianus.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-38.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Fig. 39
Légende Diagramme des sergés d’Abu Sha’ar.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-39.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Fig. 40
Légende Trois morceaux de tissus en sergé diamant serré très dense AS 050, AS 099 and AS 200.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-40.jpg
Fichier image/, 744k
Titre Fig. 41
Légende Lisières du coin d’un tissu. La lisière est renforcée. La lisière transversale est formée en tordant les fils de chaîne en cordon. AS 214.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-41.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Fig. 42
Légende Lisières et lisières transversales à Mons Claudianus (échantillon aléatoire) et ‘Abu Sha’ar 1 et 2. Lisières simples, lisières renforcées avec 2 et 3 faisceaux, et lisières transversales.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-42.jpg
Fichier image/, 100k
Titre Fig. 43
Légende Types de fibres présents dans les praesidia de Maximianon et de Krokodilô, les carrières du Mons Claudianus, du Porphyrites, le port de Myos Hormos, le fort d‘Abu Sha’ar 1 et l’établissement chrétien d‘Abu Sha’ar 2.
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-43.jpg
Fichier image/, 104k
Titre Fig. 44
Légende Proportion des principaux types d’armures (toiles de lin et de laine, sergés) à Krokodilô, Maximianon, Mons Claudianus, Myos Hormos et ‘Abu Sha’ar (phases 1 et 2).
Crédits © L. BenderJørgensen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5168/img-44.jpg
Fichier image/, 100k

Auteur

Professeure émérite au NTNU Norwegian University of Science and Technology (Norvège)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter