Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Fortins routiers du désert Oriental d’Égypte

Michel Reddé

Texte intégral

  • 1 Ce texte rassemble différents articles dispersés et parfois difficiles d’accès écrits ces dernières (...)

1Le grand nombre et l’état de conservation, parfois exceptionnel, des petits forts du désert oriental d’Égypte invitent à reprendre une question déjà traitée à plusieurs reprises en d’autres occasions (Maxfield 1996 ; Cuvigny et alii 2003 ; Sidebotham 2008). Elle revêt en effet une certaine importance pour l’étude architecturale de ce type d’édifices militaires romains, assez mal connus à l’échelle de l’Empire, et les fouilles récentes, menées par différentes équipes, françaises, américaines ou britanniques ont mis en lumière nombre d’éléments nouveaux. La bibliographie est au demeurant dispersée, elle évolue continuellement, et il n’est pas mauvais de tenter une nouvelle synthèse dans le cadre de cette contribution1.

  • 2 Voir le fameux "tarif de Koptos", OGIS 674 = I. Portes 67.
  • 3 Van Rengen 1992 = O.Claud. 48-82.

2Pour l’essentiel la carte de répartition de ces fortins (fig. 1), appelés praesidia dans les ostraca (ou du même mot translittéré du latin, en grec), n’a guère évolué ces dernières années, si ce n’est autour de Bérénice où la mission américano-hollandaise a mené de nombreux surveys qui ont révélé des sites inconnus jusqu’ici (Sidebotham 2008, fig. 15.1). Les routes qui traversent ce désert ont toutefois des fonctions assez différentes les unes des autres et ce seul fait explique l’existence de types architecturaux distincts. Rappelons tout d’abord que ces pistes ne sont généralement pas aménagées en tant que voies de circulation : il s’agit en fait d’itinéraires qui mènent d’étape en étape et dont le tracé peut varier sensiblement dans le détail, notamment dans les zones plates, sableuses. Hors des haltes foraines (parfois des abris sous roche, constellés de graffiti et d’inscriptions rupestres), où les voyageurs se contentaient de camper, les seuls « équipements » construits sont donc les postes édifiés et contrôlés par l’armée, où l’on pouvait se reposer et se ravitailler, probablement quelques puits non protégés par les praesidia – mais que, pour cette raison, nous connaissons mal – ou les tours qui balisent la route de Coptos à Myos Hormos, encore que leur fonction et leur chronologie soient peu claires (Brun / Cuvigny / Reddé 2003, 207-234). La via nova Hadriana, entre Antinoè et la côte, bien au nord de notre figure 1, semble constituer une exception puisque, dans sa traversée du désert entre le Nil et la mer, sa surface a été épierrée et jalonnée de cairns de pierre, mais la route n’a pas été munie de praesidia et n’entre donc pas dans le cadre de cette étude (Sidebotham 2008, 42-52). Les milliaires, sur cette voie comme sur les autres, sont, à ce jour, inconnus dans ce milieu désertique. Rappelons que la circulation y était contrôlée, à la fois d’un point de vue fiscal2 et d’un point de vue policier, par un système de « laissez-passer », au moins dans certaines zones3.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de la zone étudiée.

® J.-P. Brun

  • 4 Nous laissons ici de côté les phrouria ptolémaïques, qui constituent un autre cas particulier.

3Les postes installés sur les pistes qui mènent aux grandes carrières du désert oriental (Mons Claudianus, Porphyrites) présentent une typologie sensiblement différente de celle des fortins qui jalonnent les pistes caravanières menant depuis Coptos aux deux grands ports de la Mer Rouge, Myos Hormos et Bérénice. Ainsi le praesidium d’Umm Balad, au sud du Porphyrites, offre-t-il un plan très proche de celui du Mons Claudianus, dans son premier état (Maxfield / Peacock 1997, fig. 2.3 et 2.44), mais avec des dimensions moindres (fig. 2). Aucun de ces différents fortins menant aux carrières n’est en effet édifié autour d’un puits central, un dispositif qui caractérise au contraire les praesidia routiers des deux grandes pistes caravanières du désert oriental4. Le caractère militaire des postes installés dans les carrières ou sur les pistes qui y conduisent n’est au demeurant rien moins qu’évident de prime abord, puisqu’ils abritaient pour l’essentiel une population civile attachée à l’extraction et au travail de la pierre, à côté de quelques soldats qui assuraient la police de la zone, comme le prouve l’abondante documentation livrée par les ostraca.

Fig. 2

Fig. 2

Plans comparés des postes de Umm Balad et du Mons Claudianus.

© M. Reddé

  • 5 Celui de Samut est actuellement en cours de fouille par les soins de l’équipe française de B. Redon (...)
  • 6 Voir la discussion dans Cuvigny et al. 2003, pp. 267-273.

4Les fortins liés aux grandes pistes qui traversent le désert pour transborder les marchandises du commerce oriental entre la Mer Rouge et Coptos, sur le Nil, sont d’une autre facture. Ils ne sont pas attestés archéologiquement avant l’époque de Vespasien (Cuvigny et alii 2003), ce que confirme par ailleurs, pour la seule route de Bérénice, une série d’inscriptions portant le nom du préfet d’Égypte L. Iulius Ursus et datées de 76-77 (Bagnall / Bülow-Jacobsen / Cuvigny 2001). Pline l’Ancien (HN VI, 102-103), de son côté, décrit un premier état de ce même itinéraire, nommant les stations dont les toponymes sont repris dans l’Itinerarium Antonini. Le Naturaliste, en revanche, reste muet sur la route de Myos Hormos, pourtant encore en usage de son temps. Son témoignage ne signifie pas que des témoins archéologiques plus anciens n’ont pu exister dans ce désert. Non seulement nous connaissons différents postes ptolémaïques, sur la piste qui part d’Edfou (fig. 1)5, mais Strabon (XVII, 1, 45), au début de notre ère, décrit un système caravanier antérieur dont les traces archéologiques font aujourd’hui largement défaut (De Romanis 1996 ; Cuvigny et alii 2003 ; Cuvigny 1997). Il faut rappeler, à ce propos, l’existence de la grande inscription de Coptos qui mentionne l’aménagement de lacci, à Apollônos Hydreuma et Kompasi sur la piste de Bérénice, à Bérénice même et à Myos Hormos par une vexillation composée de légionnaires et d’auxiliaires (Dessau 2483 = I. Portes 56). Elle est généralement datée de la fin du règne d’Auguste ou de celui de Tibère, mais rien n’exclut formellement qu’elle puisse être postérieure. Quel que soit le sens du mot lacci (« citernes » ou « puits »)6, l’inscription de Coptos montre bien l’activité de l’armée dans le contrôle et l’aménagement des pistes du désert oriental, dès le ier siècle de notre ère. À l’inverse un poste comme celui de Dios/Iovis est clairement daté de l’époque de Trajan par une inscription, probablement parce que le puits du fortin initialement construit dans un autre wâdi proche, à Bi’r Bayza, ne produisait plus suffisamment d’eau (Cuvigny 2010 n° 1). Peut-être en va-t-il de même du poste de Phalakron, probablement utilisé peu de temps si l’on considère qu’il n’a pas, comme les autres, subi de nombreux réaménagements qui ont altéré son plan initial.

  • 7 Financées par l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) et le ministère des Affaires étran (...)

5Je concentrerai maintenant mon commentaire sur les praesidia des deux routes de Myos Hormos et de Bérénice étudiés ces dernières années par une mission française7 et datés entre la fin du ier siècle de notre ère et la première moitié du troisième. Six d’entre eux ont fait l’objet de fouilles partielles et de relevés sur la piste Coptos / Myos Hormos (fig. 3-8), et ils ont depuis lors été publiés (Cuvigny et alii 2003) ; quatre autres ont été fouillés quasi exhaustivement sur la route de Bérénice (fig. 9-12), mais seul celui de Didymoi a fait l’objet d’une monographie (Cuvigny et alii 2011). Cette petite série permet de dresser quelques constats.

Fig. 3

Fig. 3

Plan du praesidium de Qusûr al Banat.

© N. Martin / M. Reddé

Fig. 4

Fig. 4

Plan du praesidium de Krokodilô.

© J.-P. Brun / N. Martin

Fig. 5

Fig. 5

Plan du praesidium de Bi'r al-Hammâmât.

© J.-P. Brun / N. Martin

Fig. 6

Fig. 6

Plan du praesidium de Maximianon.

© J.-P. Adam

Fig. 7

Fig. 7

Plan du praesidium d’Al-Hamrâ'.

© J.-P. Brun / N. Martin

Fig. 8

Fig. 8

Plan du praesidium d’Al-Dawwî.

© J.-P. Brun / N. Martin

Fig. 9

Fig. 9

Plan du praesidium de Didymoi.

© J.-P. Brun /M. Reddé

Fig. 10

Fig. 10

Plan du praesidium de Dios/Iovis.

© J.-P. Brun / M. Reddé

Fig. 11

Fig. 11

Plan du praesidium de Xèron Pelagos.

© J.-P. Brun / M. Reddé

Fig. 12

Fig. 12

Plan du praesidium de Phalakron.

© J.-P. Brun / M. Reddé

Le plan

6Les plans ne sont pas standardisés et aucun poste ne ressemble strictement à un autre, mais des constantes architecturales apparaissent. Les fortins affectent une forme géométrique à peu près régulière, le plus souvent un quasi carré, parfois un rectangle oblong, avec une courtine flanquée de tours semi rondes saillantes, aux angles, près de l’unique porte ; des tours intermédiaires sont parfois attestées. Le centre de l’espace ainsi créé est occupé par un vaste puits, presque toujours effondré sur lui-même aujourd’hui. Les casernements sont donc adossés à la courtine. On ignore la plupart du temps quels bâtiments existaient dans les espaces laissés libres au centre, les puits ayant systématiquement aspiré les constructions proches. Les dimensions avoisinent 50/60 m de côté. On peut résumer ces informations dans le tableau suivant :

Nom moderne/antique du site

Dimensions externes

(sans les tours)

Hauteur des remparts (chemin de ronde)

Route

al-Muwayh (Krokodilô)

53 m x 52 m

 ?

Myos Hormos

bi’r al-Hammâmât

53,5 m x 53,5 m

 ?

Myos Hormos

al-Zarqâ’ (Maximianon)

56 m x 56 m

3,12 m

Myos Hormos

al-Hamrâ’

59 m x 54 m

1,77 m

Myos Hormos

al-Dawwî

55/57,5 m x 57 m

 ?

Myos Hormos

Qusûr al-Banat

39 m x 32 m

 ?

Myos Hormos

Khashm al-Minayh (Didymoi)

54 m x 43 m

2,65 m

Bérénice

Bi’r Bayza

45 m x 36 m

 ?

Abû Qurayya (Dios/Iovis)

59 m x 53 m

2,65 m

Bérénice

Wâdi Gerf (Xèron Pelagos)

44 m x 33 m

+ 2,5 m

Bérénice

Wâdi Dweig (Phalakron ?)

30 m x 26 m

2,3 m

Bérénice

7Il est absolument certain que les tours semi-circulaires saillantes sont contemporaines de la construction des remparts et qu’elles ne constituent pas des adjonctions postérieures. Des poternes ont été observées dans quatre cas. À Didymoi et Dios/Iovis, où elles sont d’origine, elles ont été bouchées dans un second temps. On doit constater l’irrégularité de la hauteur des remparts, toujours construits en pierres sèches, avec un fruit prononcé pour assurer la stabilité de la construction. Aucun fossé n’a jamais été observé. La relative faiblesse des élévations traduit une absence de menace importante, même si, dans le courant du iie siècle, des aménagements défensifs complémentaires et différents textes laissent envisager une recrudescence des dangers (Cuvigny 2005, 135-143).

8Un seul des fortins fouillés semble échapper à ce schéma, celui de Qusûr al-Banat, sur la route de Myos Hormos. Il s’agit en effet d’un poste aux dimensions plus réduites (39 m x 32 m circa), de plan barlong, sans tours d’angles, peut-être sans puits central. La porte unique est encadrée de deux petites tours rectangulaires. D’un point de vue chronologique, ce fortin est attribuable au début du iiie siècle de notre ère au vu du matériel céramique exhumé (Cuvigny et alii 2003, fig. 22).

Les aménagements internes

Puits et citernes

9La présence systématique d’un grand puits central dans ces praesidia traduit la mission essentielle de ces édifices : contrôler les points d’eau, donc le trafic sur la route, assurer le ravitaillement des voyageurs et des caravanes. L’eau était extraite des puits par un système que les fouilles n’ont pu mettre clairement en évidence jusqu’à maintenant, bien que des godets céramiques aient été retrouvés, ce qui suppose de toute façon l’existence d’une machine élévatoire. Elle était ensuite assez souvent stockée dans de grandes citernes intérieures, construites en briques cuites ; à Didymoi, ces citernes ont été multipliées à la suite de plusieurs reconstructions, faisant passer la capacité totale de stockage de 120 m3 à plus de 380 (Cuvigny et alii 2011, 20-24 ; fig. 13). De telles citernes ne sont toutefois pas attestées partout à l’heure actuelle : sur la route de Myos Hormos, elles sont connues à Krokodilô (al-Mwayh), mais un fortin bien conservé comme celui de Maximianon (al-Zarqâ) n’en possédait assurément pas. Sur la piste de Bérénice, trois des postes que nous avons fouillés (Didymoi, Dios/Iovis, Xèron Pelagos) en étaient pourvus, mais pas celui de Phalakron. Ce stockage permettait d’abreuver les animaux qui restaient à l’extérieur des enceintes : des conduits d’alimentation traversant le rempart ont en effet été trouvés à Maximianon, Didymoi et Dios/Iovis. Dans ces deux derniers cas ils conduisaient l’eau à des abreuvoirs externes (fig. 14).

Fig. 13

Fig. 13

Vue des citernes internes de Didymoi.

© M. Reddé

Fig. 14 

Fig. 14 

Vue des abreuvoirs externes de Didymoi.

© M. Reddé

Les bains

10Plusieurs des fortins fouillés de manière suffisamment exhaustive ont révélé un petit balnéaire, sauf celui de Qusûr al-Banat (Reddé 2009).

Maximianon

11Dans l’angle nord-est du fort a été installé un petit ensemble thermal, lors d’une phase postérieure à la construction initiale (fig. 15).

Fig. 15

Fig. 15

Le balnéaire de Maximianon.

© J.-P. Brun / M. Reddé

12On pénétrait dans les thermes par une petite porte large de 0,68 m le long de la courtine nord et on accédait à une pièce de 4 x 3,15 m, contenant deux baignoires construites en briques cuites et soigneusement enduites de chaux, d’une dimension de 1,78 x 0,68 m. Seule celle du nord est encore assez bien conservée. La face interne du rempart porte à cet endroit, à une hauteur de 0,60 m, un petit enduit de chaux ocre, qui marque probablement la limite haute de la baignoire car des restes d’un enduit blanc identique à celui qui scelle l’installation du balnéaire apparaissent en dessous. Deux sols successifs ont été observés.

13Cette pièce froide ouvrait sur une salle circulaire chaude de 1,80 m de diamètre (pièce 10). Cette étuve, bâtie en schiste, était probablement surmontée d’une coupole en briques cuites, dont seule subsiste la rangée inférieure (fig. 16). Son sol, d’abord au même niveau que celui du frigidarium, se trouva en contrebas lors de la pose du second sol dallé de celui-ci. Le sol de la pièce 10 est constitué, dans sa moitié sud, de dalles de schiste qui reposaient sur un remblai stérile descendant jusqu’au substrat. Aucune trace de foyer ni d’hypocauste n’a été retrouvée.

Fig. 16

Fig. 16

La pièce chaude du balnéaire de Maximianon.

© M. Reddé

Didymoi

14La fouille a mis au jour un petit ensemble thermal à côté d’une des citernes du fort (citerne 2), dont sa maçonnerie est solidaire ; sa construction doit remonter à l’installation du praesidium (fig. 17-18).

Fig. 17

Fig. 17

Le balnéaire de Didymoi.

© M. Reddé

Fig. 18

Fig. 18

Vue générale du balnéaire de Didymoi. Au fond, le puits ; au premier plan, les citernes.

© M. Reddé

15Au sud, on reconnaît une salle à hypocauste (7a) de 2,70 m (E/W) x 2,30 m (N/S). Le foyer se trouve au sud-ouest, conservé sous les maçonneries postérieures de la pièce 9 : il s’agit d’un conduit de 0,40 m de large, sans doute brisé vers l’ouest. Sa couverture n’est pas conservée. Le mur oriental de la pièce chaude, construit en briques (30 x 15 x 7,5 cm), est bien conservé, alors que celui de l’ouest a été partiellement détruit par la construction de la pièce 9 et celui du sud par des aménagements tardifs. Les pilettes sont constituées par des briques carrées de 30 x 30 cm. À l’ouest, elles ne sont pas accolées au mur, mais constituent des demi-pilettes qui laissent un espace pour la circulation de l’air chaud entre le mur lui-même et une cloison de doublage dont subsiste un élément d’élévation. Dans l’angle nord-ouest de la pièce chaude apparaît un conduit de chaleur qui donne sur une maçonnerie rubéfiée, apparemment sans pilettes. La construction de la pièce 9 a détruit les architectures et ne permet plus de reconnaître avec précision le dispositif, mais on doit probablement penser qu’existait là une petite baignoire chaude.

16Juste au nord, entre la pièce chaude et la citerne 2 apparaît un bassin froid (7b) de 1,20 m (dimensions N/S) x 1,45 m (dimensions E/W), soigneusement enduit avec du mortier de chaux blanc fin, à l’intérieur, et muni d’un emmarchement large de 0,30 m au sud. Un conduit, visible dans la maçonnerie à l’angle sud-est, rejoint la canalisation b.

17Aucun accès n’étant possible au nord, en raison de la présence de la citerne 2, ni à l’ouest, en raison de celle du praefurnium (6), l’entrée devait se faire soit par l’est, soit par le sud. Cette dernière hypothèse est la plus probable : on reconnaît en effet, à l’intérieur des maçonneries tardives, un sol de briques enduites de chaux et un bourrelet qui témoigne d’une élévation maçonnée dans le prolongement d’une amorce de mur, à l’est. Malheureusement, un sondage ancien dans cet espace (6) ne permet plus d’observer les connections architecturales. On pourrait voir dans cette pièce très ruinée l’apodyterium du balnéaire. Un conduit d’alimentation passe en dessous. Si notre hypothèse est exacte, on entrait donc, depuis un vestiaire, au sud, dans la pièce chaude munie d’un petit labrum à l’angle nord-ouest, puis directement dans un petit bain froid. Il n’y avait pas de pièce tiède.

Dios/Iovis

18La fouille a mis en évidence, le long du rempart méridional, la présence d’un petit balnéaire bien conservé, installé près d’une série de grosses citernes situées dans l’angle sud-ouest du praesidium. Sa construction semble remonter à la construction du fortin. Il est constitué de trois salles (fig. 19-20).

Fig. 19

Fig. 19

Le balnéaire de Dios/Iovis.

© M. Reddé

Fig. 20

Fig. 20

Le balnéaire de Dios/Iovis.

© M. Reddé

19La salle 43 (5 m x 3 m) présente des murs construits en blocs de grès assemblés à la boue. Le sol est encore dallé de grosses pierres conservées vers l’est. L’accès, sans doute du côté de la citerne, n’est plus conservé. Il s’agit sans aucun doute d’un vestiaire.

20On passe dans la pièce 42 par une petite porte large de 0,70 m, située contre le rempart. La pièce 42 (3 m x 2,80 m) est délimitée par des murs de pierres brutes de taille, liées à la boue. Dans l’angle nord-est apparaît une baignoire (1,95 m x 1 m) construite en briques cuites liées à la chaux et soigneusement recouvertes d’un enduit fin blanc. Le sol de la pièce est dallé de briques cuites disposées en chevrons. Il a subi une importante réfection au sud, du côté du rempart pour permettre l’aménagement en profondeur d’une conduite de vidange dont l’exutoire se situe dans la ruelle entre la citerne et le balnéaire.

21On passe dans la pièce 41 par une autre petite porte, large d’environ 0,60 m, située contre le rempart. La pièce 41, qui correspond aux salles chaudes, comprend deux ensembles : 41a, qui constitue un petit espace rectangulaire de 2,95 m x 1,90 m ; 41b, qui forme un espace de 4 m x 2,70 m, orienté perpendiculairement au précédent. En élévation, les murs sont construits en pierres sèches brutes de taille, liées à la boue ; en dessous du niveau de circulation la construction est faite de briques cuites moulées selon un module unique (0,26 m x 0,13 m x 0,065 m).

22La pièce 41a a conservé intacts ses sols et sa suspensura. Celle-ci est constituée le long des murs périmétraux par une semelle de briques cuites formant talon vers l’intérieur de la pièce et par une rangée de pilettes au centre. Ces dernières, de forme carrée, sont édifiées avec deux briques posées côte à côte, sur une hauteur totale de 0,63 m (9 rangées de briques). Au dessus reposent des bipedales carrées de 0,60 cm de côté (épaisseur 0,10 m). Celles-ci sont à leur tour enduites d’un béton de chaux blanc fin. Dans l’angle sud-est de la pièce la suspensura forme un entonnoir, prolongé par un tuyau d’évent constitué par un fond d’amphore cassé.

23Les parois des murs de la pièce 41a sont recouvertes d’un lait de chaux blanc. Les déblais de fouille ont révélé la présence de vitres en verre de couleur verte. L’une d’elles était incluse dans un enduit blanc bien lissé formant un cadre de fenêtre.

24La pièce 41b, contrairement à la précédente, est très ruinée en raison de l’effondrement de la suspensura. Seule est préservée la trace d’une baignoire en briques cuites, installée à l’angle sud-ouest de la pièce. La suspensura est caractérisée par la présence de pilettes formées chacune de deux briques rectangulaires. De nombreuses réfections peuvent être observées à la fois dans le sol, lacunaire et de niveau inégal, et dans la suspensura elle-même.

25Un dispositif particulier mérite d’être noté dans le mur oriental de l’hypocauste, vers l’angle nord-est. On observe en effet à cet endroit la présence en élévation d’une paroi mince de l’épaisseur d’une brique (0,16 m), percée en deux endroits par un trou de ventilation carré qui débouche vers l’extérieur de l’hypocauste. Cette cloison est construite entre deux piédroits de briques qui font retour vers l’est. Il s’agit probablement d’une cheminée. Le foyer en revanche n’a pas été conservé.

26Ces petits thermes, d’une superficie globale d’environ 48 m2, sont les plus grands que nous ayons pu observer à ce jour dans les praesidia du désert oriental d’Égypte. Leur plan paraît assez facile à restituer et je propose de voir un vestiaire dans la pièce 43, une salle froide avec baignoire dans la pièce 42, une salle sèche, sans doute tiède, dans la pièce 41a, une salle chaude humide avec baignoire dans l’espace 41b. Le tout, forme un parcours en équerre, avec aller et retour.

Xèron Pelagos

  • 8 Je résume ici le rapport commun de B. Redon et moi-même écrit après la fouille 2011. La publication (...)

27Le balnéaire est adossé à la courtine orientale du fort8. L’ensemble occupe une surface de 45 m2 (10 m N/S x 4,50 m E/O) et s’organise du nord au sud en quatre pièces (espaces 32-35, fig. 21 et 22). Son entrée devait se situer au nord, mais elle a disparu, aspirée par le puits.

Fig. 21

Fig. 21

Le balnéaire de Xèron Pelagos.

© M. Reddé / B. Redon

Fig. 22

Fig. 22

Le balnéaire de Xèron Pelagos.

© M. Reddé

28Les murs du bain sont très arasés : dans les salles froides, ils sont faits de blocs de granit non équarris liés à la « mouna » (ciment/enduit de boue) ; dans la salle chaude, le parement intérieur des murs est fait de briques cuites, tandis que le parement extérieur du mur sud est fait de briques cuites et ponctuellement de blocs de granit liés à la mouna. Toutes les briques utilisées dans le bain sont du même module : 26 x 13 x 6 cm.

29Le bain a connu au moins deux phases de fonctionnement et est désaffecté avant l’abandon final du fortin. Une partie de ses équipements, notamment le foyer, est postérieure au premier état du fort.

30Les pièces nord du bain (32-33) ont connu au moins deux phases de construction. Lors de la seconde apparaissent un couloir nord/sud de 2,30 x 1,80 m et un bassin de 1,05 x 0,60 m. Les deux pièces communiquent par une porte large de 45 cm. La salle 34 (3,35 x 2,25 m) est accessible depuis le nord par une porte de 0,55 m de large. Une lacune dans la partie nord-ouest de la salle permet de constater que le sol était fait d’un radier de briques cuites organisées en chevrons, recouvert d’une chape de mortier de chaux, qui a été refaite au moins à une reprise.

31La dernière salle du bain (35) est la plus grande des trois pièces ; elle mesure 2,90 m x 3,60 m et communique avec la salle 34 par une porte très étroite d’à peine 40 cm de large. Elle est munie d’une grande baignoire (1,85 x 0,75 m) occupant entièrement le côté est de la salle. La pièce était chauffée par un hypocauste dont les pilettes, disposées régulièrement, sont faites de briques carrées de 27/28 cm de côté. Deux dalles de la suspensura sont conservées au nord-ouest : elles font 33 cm de côté et 7 cm d’épaisseur.

32En revanche, la baignoire n’est pas montée sur des pilettes mais fondée sur un empilement de blocs de granit, recouverts d’un épais béton de chaux, lui-même surmonté d’un radier de briques cuites.

33Ces quatre exemples assez différents révèlent l’usage de conceptions architecturales qui ne répondent pas à un programme global de construction. À Maximianon, l’implantation du balnéaire s’est faite dans un second temps, alors qu’elle semble avoir été prévue dès l’origine à Didymoi. Le chauffage se fait aussi à l’aide de technologies qui ne sont pas identiques : on doit envisager sans doute un apport calorique depuis l’extérieur des thermes à Maximianon, ce qui implique l’usage de bassines d’eau chaude pour les ablutions après une mise en température de la pièce à l’aide de braseros, alors qu’on observe un dispositif plus classique par hypocauste à Didymoi, Dios/Iovis, Xèron Pelagos. Dans ces deux derniers cas, la taille du balnéaire est suffisante pour les deux ou trois dizaines d’hommes et de voyageurs qui pouvaient fréquenter l’installation. À Maximianon et à Didymoi, en revanche, il faut souligner la petitesse des installations. Plus que le manque d’eau, c’est la rareté du combustible qui devait freiner l’usage de ces ensembles thermaux. Aucun ostracon ne nous renseigne malheureusement sur le système de corvées qui présidait au fonctionnement de ces thermes du désert, contrairement à ce qu’on observe à Bu Ngem, en Libye, encore moins sur leur rythme d’ouverture (Marichal 1992).

Le praetorium

34Un ostracon de Maximianon (al-Zarqâ) nous apprend que les quatre angles du fort avaient une fonction particulière : l’ostracon mentionne en effet « le coin de l’horreum », le « coin du praetorium », le « coin du bain », le « coin du tuyau » d’alimentation des abreuvoirs externes (O.Max. 783 ; Cuvigny et alii 2003, p. 218-219). Comme nous connaissons archéologiquement la position du balnéaire, celle de l’horreum et celle du tuyau, il est facile d’identifier le praetorium de Maximianon, qui n’est ici qu’une pièce un peu plus vaste que les autres à l’angle nord-est du fort. Ce plan n’est toutefois pas standard : à Dios/Iovis, nous localisons aussi le praetorium dans un angle du fort, en raison de ses pavements de mosaïques (un décor noir et blanc de pierres locales, certes, mais « luxueux » et exceptionnel dans ce désert). Il s’agit là, toutefois, d’un état reconstruit, et nous ignorons où se trouvait l’édifice primitif (fig. 23). Dans les autres fortins, un tel type de pièce n’a jamais été observé à ce jour.

Fig. 23

Fig. 23

Le praetorium de Dios/Iovis.

© M. Reddé

Les casernements

35Les casernements de la phase initiale des fortins sont assez difficiles à identifier archéologiquement, dans la mesure où ils ont été reconstruits dans la plupart des cas. Les deux exemples les plus clairs, peu affectés par des remaniements, sont ceux de Maximianon et de Qusûr al-Banat : les chambrées sont adossées aux courtines. Le plan de Maximianon révèle une série de pièces régulières et bien construites d’environ 6 m x 3 m, dépourvues d’antichambre, le long du rempart occidental. Peu d’aménagements internes ont été mis au jour. À Qusûr al-Banat, de datation probablement sévérienne, ces chambrées sont plus petites (environ 5 m x 3,5 m) et adossées sur tous les côtés du poste. Là aussi les antichambres font défaut. La pièce de l’angle sud-ouest a révélé une division interne et une banquette (lit ?) (fig. 24).

Fig. 24

Fig. 24

Un casernement de Qusûr al Banat.

© M. Reddé

36Les trois praesidia les plus complètement fouillés (Didymoi, Dios/Iovis, Xèron Pelagos) n’offrent pas la même régularité architecturale et leur plan pourrait passer à première vue pour peu « militaire » (fig. 25). Il s’agit, en réalité, du résultat d’une longue évolution ; de nombreux remaniements successifs ont affecté le plan initial au point de ne presque plus laisser de vestiges de celui-ci, même sous forme de traces. Il est donc impossible, actuellement, d’identifier le premier état, mais il semble certain qu’on ait fait appel à un architecte militaire. Dans le cas de Dios/Iovis, la présence d’un tel spécialiste est assurée par la dédicace (en grec) d’un certain M. Antonius Celer, architecte de la Cohorte I des Lusitaniens, à Zeus Helios Megas Sarapis. L’inscription a été découverte en remploi et nous ignorons malheureusement s’il s’agit là de l’unité qui a construit le fort en 114/115, mais l’hypothèse est très vraisemblable (Cuvigny 2010, n° 2).

Fig. 25

Fig. 25

Les casernements de Dios/Iovis.

© M. Reddé

  • 9 Voir sur ce point la contribution de J.-P. Brun.

37Les niveaux de surface mis au jour à Dios/Iovis, à Didymoi et à Xèron Pelagos sont les plus tardifs et on peut les dater au plus tôt de l’époque sévérienne, au vu du matériel récolté, voire du milieu du iiie siècle. Il est certain, en revanche, que les praesidia n’ont plus été occupés après une date que l’on peut approximativement situer sous Gallien9. Cette phase est intéressante car elle permet d’observer une très sensible évolution de la vie quotidienne à l’intérieur de ces fortins. Ce changement se traduit par tout un ensemble de phénomènes que l’on peut résumer de la manière suivante :

- prolifération des constructions, avec de très nombreuses phases de réaménagements successifs, sans régularité de plan. Les constructions sont de médiocre qualité.

- multiplication des fours à pain. Le poste de Dios/Iovis en a livré ainsi une impressionnante série (fig. 26), ainsi que de nombreux silos (fig. 27).

Fig. 26

Fig. 26

Les fours de Dios/Iovis.

© M. Reddé

Fig. 27

Fig. 27

Silos dans l’espace à l’ouest du puits de Dios/Iovis.

© M. Reddé

- apparition d’enclos pour le petit bétail et/ou la basse-cour à Dios/Iovis, dans l’espace libre situé à l’ouest du puits (fig. 10 ; 28).

Fig. 28

Fig. 28

Aménagements et enclos à l’ouest du puits de Dios/Iovis.

© M. Reddé

- dans les phases ultimes on ne jette plus les ordures à l’extérieur du fort mais on les évacue dans les pièces inoccupées, généralement du côté opposé à la porte. À Didymoi la fouille a ainsi mis au jour de nombreuses couches de dépotoirs et de litières d’animaux à l’intérieur du fort, ce qui indique une « garnison » moins nombreuse, n’occupant plus tout l’espace. Les citernes ont été en partie comblées, un indice qui va aussi dans le sens d’une moindre population. Les thermes semblent abandonnés.

L’aedes

38Dans un article qui reposait essentiellement sur les données des fouilles des praesidia de la route de Myos Hormos, j’avais proposé de localiser les chapelles militaires dans l’axe de la porte, contre le rempart opposé (Reddé 2004). L’argumentaire qui avait alors été développé reposait autant sur la théorie que sur des indices archéologiques, au total peu nombreux. Ce raisonnement est toujours valable, mais les fouilles récentes sur la piste de Bérénice obligent à le nuancer et à considérer un certain nombre d’éléments nouveaux.

Dios/Iovis

39Fouillée en urgence à l’extrême fin de la campagne 2008 par E. Botte et J.-P. Brun, l’aedes de Dios/Iovis a fait l’objet, pour sa partie archéologique, d’une publication préliminaire dans la revue Chiron. H. Cuvigny souhaitait ainsi éditer rapidement une série d’ostraca oraculaires découverts à cette occasion en les replaçant dans leur contexte (Cuvigny 2010). Je m’appuie ici sur sa description pour présenter sommairement les principaux éléments nécessaires à la compréhension de ce qui suit, laissant aux fouilleurs eux-mêmes le soin de préciser les détails de leur découverte dans le cadre d’une publication future. On considérera donc les points suivants :

1- Le praesidium a été fondé en 114/115. En témoigne une inscription latine découverte dans le passage de la porte (Cuvigny 2010, n° 1).

2- L’aedes est adossée à la courtine, à droite, après le passage d’entrée. Mais il s’agit d’un aménagement secondaire qui a pris la place de casernements antérieurs. Le sanctuaire primitif n’a pas été retrouvé, les premiers aménagements intérieurs du fort ayant été complètement restructurés à plusieurs reprises. J’avais en revanche, dans la volée de pièces situées face à l’entrée, mis au jour deux inscriptions : la première, en grec, qui mentionne l’architecte qui avait construit le poste sous Trajan, est dédiée à Zeus Hélios Grand Sarapis (Cuvigny 2010, n° 2) ; la seconde, en latin, comporte une érasure indiquant une damnatio memoriae, très vraisemblablement celle de Caracalla ou de Sévère Alexandre plutôt que celle de Commode (Cuvigny 2010, n° 3). C’est donc sans doute au début du iiie siècle que ce réaménagement de l’espace a eu lieu, avec un transfert de l’aedes à l’opposé de son emplacement primitif.

3- Le nouveau sanctuaire prend la place de la pièce 49 du fort, et mesure 4,25 x 3,5 m. Il est caractérisé par une série d’aménagements spécifiques (fig. 29) :

Fig. 29

Fig. 29

L’aedes de Dios/Iovis.

© J.-P. Brun

- Au fond, face à l’entrée principale, et adossé au rempart, apparaît un vaste podium, intégralement conservé (L = 2,25 m x l = 0,745 m x H = 1 m), construit en briques de remploi provenant des thermes ou des citernes et de blocs calcaires, liés au mortier. Le décor s’assimile à un opus sectile de steatite et de plaques calcaires. Différents graffiti et « proskynemata » en ornaient la façade. Ce podium est desservi, sur l’arrière, par un escalier de trois marches conduisant à une porte latérale située dans l’angle nord-est de la pièce (fig. 30).

Fig. 30

Fig. 30

Vue générale de l’aedes de Dios/Iovis.

© J.-P. Brun

40Différentes statues ont été trouvées, certaines à terre, d’autres scellées sur le podium lui-même : on distingue notamment un dieu trônant (Zeus Helios Grand Sarapis ?), une tête de cerbère en terre crue, la statue d’un dieu gréco-romain romain debout, encore scellée sur le podium, la statue d’une divinité égyptienne debout (fig. 31). D’autres représentations divines, qui se réfèrent presque toutes au culte de Sarapis sont présentes, ainsi que des inscriptions et des graffiti (Cuvigny 2011).

Fig. 31

Fig. 31

Vue de l’aedes de Dios/Iovis au début de la fouille, avec les statues sur le podium.

© J.-P. Brun

41La face supérieure de ce podium a connu plusieurs états successifs : dans un premier temps, elle semble avoir été plate, mais accueillait peut-être certaines des statues retrouvées ; dans un second temps, la surface semble avoir été rehaussée par un agrégat de mortier, qui scelle encore le pied de l’une des statues, ainsi que quatre montants de bois (6 à 7 cm x 3 cm) qui forment un carré encadrant un trou dans le podium (fig. 32). Après une violente destruction, survenue dans un troisième temps, le podium fut restauré, avec des matériaux de remploi, et, au moment de la découverte, il portait encore, du nord au sud, une lampe à huile, les genoux de la statue assise de Sarapis (?), la statue scellée. Derrière celle-ci la fouille a mis au jour une petite statuette de Jupiter tenant le foudre. À ce moment le passage vers la porte latérale a été complètement bouché, un massif de construction en briques cuites étant ajouté sur le montant nord du podium. L’escalier, rendu inutilisable, contenait un remplissage de sable et de gravats où se trouvaient les ostraca oraculaires (Cuvigny 2010).

Fig. 32

Fig. 32

Dégagement du podium de l’aedes de Dios/Iovis. Le trou de logement du vexillum se trouve devant la main de l’ouvrier. Au premier plan, le tabernacle du dernier état.

© J.-P. Brun

42À l’extrémité sud du podium une sorte de tabernacle ouvert vers l’extérieur surmonte les réparations effectuées sur le podium (fig. 32). Pour cette raison je considère qu’il appartient au dernier état de la construction.

43- Devant le podium, la pièce était, dans un premier temps, ornée d’un pavement de mosaïques noires et blanches (schiste et quartz) formant différents motifs géométriques : un damier sur une moitié de la pièce, après la porte, un sol uniformément blanc dans la partie située devant le podium, avec un cadre noir entourant, dans l’axe, un centre blanc.

44De part et d’autre de ce cadre apparaissent deux bases carrées de briques cuites enduites de chaux, posées sur la mosaïque. Au pied du podium, dans l’axe médian apparaît un troisième dé carré, plus petit.

45- L’espace a connu plusieurs réaménagements successifs : dans une seconde phase ont été insérés deux « bassins », posés sur le sol de mosaïque, le long de la paroi nord. Ces bassins accueillaient probablement des récipients dont la trace figure en creux dans le sol. Le plus proche du podium a ainsi bouché le passage menant à la porte latérale et à l’escalier derrière l’autel. Dans un troisième temps, un sol de briques cuites récupérées a recouvert le sol de mosaïque et les bassins, masquant désormais le dé central n° 10 (fig. 33).

Fig. 33

Fig. 33

Vue de l’aedes de Dios/Iovis, avec les deux états de sol superposés.

© J.-P. Brun

46Le détail de ces évolutions n’est pas daté de manière précise. Il doit se situer dans le courant du iiie siècle, sans qu’on puisse d’ailleurs en fixer le terme, mais il convient de signaler que le matériel du ive siècle fait complètement défaut dans ces fortins, sauf des trouvailles sporadiques, ce qui indique une fréquentation limitée de la route mais pas une occupation pérenne.

47L’existence d’un podium dans une aedes militaire a déjà été proposée à plusieurs reprises dans la littérature savante, au vu de découvertes diverses dont T. Sarnowski avait donné une liste qu’il conviendrait sans doute aujourd’hui de mettre à jour (Sarnowski 1992, note 9) : l’auteur citait notamment Castell Collen (Nash-Williams 1969, p. 159), Caerleon (Arch. Cambrensis 1970, p. 14, fig. 2), Chesterholm (Birley et alii 1936, p. 229), Risingham (Richmond 1940, p. 110), Aalen (Planck 1984, p. 22). L’exemple le mieux conservé architecturalement est dans doute celui de la caserne des Vigiles à Ostie, qui dispose en outre, comme à Dios/Iovis, d’un escalier d’accès latéral (Sablayrolles 1988, fig. 4). C’est aussi le cas à Risingham et l’on sait que ce dispositif architectural était toujours en vigueur dans le camp légionnaire de Lejjun (Jordanie) durant l’Antiquité tardive. À cet endroit, comme à Caerleon, le podium court aussi sur les côtés de la pièce, et il est desservi à la fois par un escalier latéral et un escalier central, face à l’abside (Parker 2006, fig. 4.5 A). Dans le cas de Novae, T. Sarnowski a suggéré l’hypothèse d’une estrade en bois, dont les traces existent au sol (Sarnowski 1992, p. 226), et il est vraisemblable que de tels dispositifs étaient fréquents mais ont souvent échappé aux recherches anciennes. C’est peut-être à ce type d’installation que fait allusion Tacite dans un passage fréquemment cité qui raconte l’avènement d’Othon, placé in suggestu, au milieu des enseignes des castra praetoria, là-même où se trouvait auparavant la statue dorée de Galba (Hist. I, 36). L’interprétation exacte de ce passage reste toutefois controversée, car elle est liée à l’idée que l’on se fait de la présence des statues impériales dans les principia, et notamment dans l’aedes, dès le début du principat (Stoll 1992).

48Comment expliquer la présence des dés de briques devant le podium du fortin de Dios/Iovis ? Celui du centre, plus petit que les deux autres, ne saurait avoir de fonction architecturale commune avec ces derniers. On voit d’ailleurs mal quelle élévation on pourrait proposer sur une base de trois dés. Reste donc la solution la plus vraisemblable, qui est d’y reconnaître un autel. On peut dès lors sans risque suggérer de voir dans les deux autres des supports de colonne. Mais, deux colonnes isolées n’ayant guère de sens, je propose de restituer au-dessus du podium un baldaquin reposant d’un côté sur les colonnes et, de l’autre côté, sur des corbeaux engagés dans le rempart, voire sur un simple système de poutres encastrées dans la muraille et s’appuyant sur les colonnes, du côté antérieur. Joue en faveur de cette hypothèse une inscription récemment découverte à Alba Iulia qui mentionne la construction d’un tetrastylum offert par un primipile de la legio XIII Gemina avec une aigle d’argent (Moga, Piso, Drîmbarean 2008). On trouvera plus tard un dispositif sans doute similaire dans le camp tétrarchique de Luxor, au sein de l’ancienne chapelle du Ka royal devenue aedes militaire de la nouvelle legio III Diocletiana (Reddé 1986). J’ai suggéré ailleurs, contrairement à l’opinion initiale des éditeurs et en m’appuyant justement sur le cas de Dios/Iovis, de considérer que le tetrastylum d’Alba Iulia avait pour fonction d’abriter la nouvelle enseigne installée à la place de l’ancienne (Reddé 2011).

49Y avait-il, par analogie, mais aussi en fonction de ce que nous savons de tous ces édifices, une enseigne dans le praesidium de Dios/Iovis ? Le simple bon sens permet de répondre par l’affirmative, car on n’imagine pas un poste de l’armée romaine, même au milieu du désert oriental d’Égypte et même partiellement peuplé de civils, sans un signum, mais ce ne pouvait évidemment pas être une aigle légionnaire. Pour un petit détachement comme celui de nos fortins, un vexillum suffisait. L’étude de ces enseignes récemment reprise et rassemblée par K. Töpfer avec une iconographie exhaustive dispense de longues recherches, même si une bonne partie de la documentation, jamais rassemblée de manière commode avant cette étude, était déjà bien connue des spécialistes (Töpfer 2011). Quand ils n’accompagnaient pas les troupes, les vexilla, comme les aigles, étaient en effet fichés dans un socle, ce que montre le sarcophage Matteoti de Modène (Töpfer 2011, pl. 103, SD 49). Deux représentations iconographiques provenant du mur d’Hadrien, l’une de Corbridge, l’autre de Vindolanda (Töpfer 2011, pl. 121, RE 13 et pl. 122, RE 21) figurent d’ailleurs ces vexilla encadrés par deux colonnes (fig. 34) : on ne saurait être plus proche de la reconstitution que je propose pour l’aedes de Dios/Iovis.

Fig. 34

Fig. 34

La plaque de Corbridge (= RIB 1710 ; dessin M. Reddé, d’après Töpfer 2011, pl. 122, RE 21).

© M. Reddé

50Y avait-il une place, sur le podium de ce praesidium, pour une telle enseigne ? La plaque de Vindolanda montre que le vexillum est implanté dans une sorte de caisse, sans doute un dispositif en bois, qui permettait de le ficher sans qu’il verse. Or nous avons justement ce type de dispositif conservé à Dios/Iovis, puisque quatre ergots de bois encadrant un trou dans le podium y ont été mis au jour. H. Cuvigny voudrait y voir le système de fixation d’une statue de Sarapis. Je propose au contraire d’y voir le point où était fiché le vexillum.

51La présence de statues sur le podium, y compris de statues divines, ou d’autels ne contredit en rien l’hypothèse d’une aedes militaire telle que nous la connaissons dans les autres camps d’Occident. Là encore l’enquête autrefois menée par T. Sarnowski est éclairante et je me contente de renvoyer à son tableau n° 5 qui montre, dans l’aedes même, la présence des différents dii militares, voire de dieux locaux (Sarnowski 1989). Elle est associée évidemment à celle de Jupiter, dieu suprême des armées, et à la représentation de l’Empereur régnant, le plus souvent en petit format (Sarnowski 1989 ; Stoll 1992 ; Reddé 2004).

Didymoi

52À Didymoi aussi l’aedes a été déplacée à une époque probablement tardive (dans le courant du iiie siècle) et installée dans un endroit du fort où on ne l’attendait pas, à la place d’anciens baraquements. De l’état antérieur ne subsiste plus qu’un segment d’abside inutile et détruit par les réaménagements, le long du rempart qui fait face à l’entrée (fig. 35).

Fig. 35

Fig. 35

L’abside de Didymoi, probable vestige de la première aedes.

© M. Reddé

53Le nouveau sanctuaire, non précisément daté, mais dont J.-P. Brun a situé la construction après le règne de Marc-Aurèle, a livré un dispositif qui traduit un culte à Sarapis au milieu d’images plus strictement militaires (Brun, dans Cuvigny et alii 2011, p. 33-47). L’aedes, située dans l’angle nord-ouest du poste, a montré l’existence de trois niches quadrangulaires creusées dans la paroi de fond, accompagnées de banquettes le long des parois latérales et précédées d’un autel à l’extérieur (fig. 36-37). Un tel dispositif rappelle ceux découverts à Maximianon et à Qusûr al-Banat (Reddé 2004). Sous la niche sud (fig. 38) est encore visible un décor peint figurant probablement une file de soldats marchant vers la droite, comme on en connaît dans la chapelle du culte impérial au sein du temple tétrarchique de Louqsor (Deckers 1979 ; Reddé 1986, pl. XXII). Une plaque de stéatite trouvée au sol montre un cavalier cuirassé chevauchant vers la droite, peut-être l’un des Dioscures (fig. 39). Des restes de lorica squamata ont été mis au jour dans ce contexte. En revanche d’autres éléments de mobilier semblent clairement liés au culte de Sarapis. C’est le cas d’une tête en pierre (fig. 40), des fragments d’une statuette en terre cuite figurant probablement le dieu debout, d’un sphinx, d’une peinture figurant peut-être Harpocrate, de deux tables à offrandes de type égyptien traditionnel. Dans un espace latéral situé immédiatement à l’est des niches de fond a été aménagé dans un second temps un lieu de culte secondaire avec une cupule (fig. 41).

Fig. 36

Fig. 36

Vue générale du sanctuaire de Didymoi.

© J.-P. Brun

Fig. 37

Fig. 37

Vue en élévation du fond du sanctuaire de Didymoi.

© J.-P. Brun

Fig. 38

Fig. 38

Fragment d’enduit peint figurant un soldat en armes marchand vers la droite.

© J.-P. Brun

Fig. 39

Fig. 39

Plaque de stéatite figurant un cavalier cuirassé (Dioscure ?).

© J.-P. Brun

Fig. 40

Fig. 40

Tête de Sarapis provenant du sanctuaire de Didymoi.

© J.-P. Brun

Fig. 41

Fig. 41

Autel secondaire dans le sanctuaire de Didymoi.

© J.-P. Brun

Xèron Pelagos

54J’identifie comme aedes une pièce située le long de la courtine sud-ouest du fort (fig. 42-43). L’ensemble mesure environ 5,20 x 2,60 m et occupe un espace antérieur réaménagé et exhaussé. La pièce est accotée au rempart, légèrement entaillé en forme de niche. L’entrée est au nord-ouest. On accède par un petit escalier qui donne accès à un couloir pavé de dalles de schiste (e), en forme d’équerre, qui longe le mur oriental et conduit au fond près du rempart, à un loculus carré creux (a) ; le côté occidental du couloir est bordé par un bassin (c) et un petit espace ouvert sur le couloir (d). À l’ouest du loculus a, contre le rempart, le bassin c est surmonté par une niche surélevée b.

Fig. 42

Fig. 42

Plan de l’aedes de Xèron Pelagos.

© M. Reddé

Fig. 43

Fig. 43

Vue générale de l’aedes de Xèron Pelagos.

© M. Reddé

55Le loculus a est constitué de quatre murets de briques crues de 20/24 cm de large, qui forment un quasi carré (1,10 x 1,20 m), partiellement encastré dans le rempart (fig. 44). Ces murets lisses sont soigneusement enduits de blanc à l’intérieur comme à l’extérieur. Les murs ouest, sud et est sont cassés en élévation, tandis que le muret nord est intact, comme en témoigne l’enduit qui recouvre son rebord supérieur et le logement d’un seuil de bois dont le scellement est toujours visible. Dans la mesure où ce seuil est nettement plus bas que les murs périmétraux, on doit restituer à cet endroit une porte de bois qui fermait l’espace. Le fond est lui aussi enduit à la chaux, mais on observe, au centre, la trace circulaire d’un scellement. Le comblement comprenait :

Fig. 44

Fig. 44

Extrémité du sanctuaire près du rempart de Xèron Pelagos, en haut de l’escalier terminé par un pavement « mosaïqué ».

© M. Reddé

- une terre cuite acéphale de Minerve (h. conservée 12,5 cm, l. conservée 9,5 cm). La statuette est creuse, avec des rehauts noirs et rouges sur un fond blanc (fig. 45). L’avant-bras gauche, qui tenait le bouclier, est cassé. La main droite, disproportionnée, tient une lance. La déesse porte le gorgoneion sur la poitrine. Un ostracon trouvé tout à côté évoque l’existence d’un Athenadion (inv.0000) et nous savons par d’autres ostraca que le genius loci de Xèron était Athéna.

Fig. 45

Fig. 45

Statuette de Minerve découverte dans les déblais de l’aedes de Xèron Pelagos.

© M. Reddé

- un fragment d’anse d’amphore retaillée en brûle parfum. Des restes d’encens sont encore conservés dessus.

56L’accès à cet espace a fait l’objet de plusieurs remaniements successifs :

- dans un premier temps, le couloir e se termine par un espace carré enduit de chaux.

- dans un second temps, cet espace est divisé en deux et reçoit une marche qui permet d’accéder plus commodément au loculus a.

- dans un troisième temps, tout l’espace est exhaussé et reçoit une plate-forme dont la partie nord est décorée d’une « mosaïque » de tesselles blanches (quartz) et noires (schiste), avec des plaques elles aussi de schiste. Entre la mosaïque et le loculus a subsiste une plate-forme d’environ 40 cm de profondeur (fig. 44).

57Le dernier niveau de ce corridor montre un exhaussement sableux induré et piétiné.

58À l’est de l’escalier d’accès ont été emboîtées l’une dans l’autre deux amphores vinaires qui forment un conduit d’évacuation grossier (fig. 46). Celui-ci passe à travers le mur nord de la pièce 38, et débouche sur un petit canal creusé à même le sol qui évacue l’eau vers le nord, où on le perd. À 60 cm devant le début de cet escalier apparaît un massif de briques cuites, récupérées dans les thermes ou les citernes adjacentes, et formant un dé carré de 50 cm de côté, haut de 0,14 m.

Fig. 46

Fig. 46

Système d’évacuation des liquides, de part et d’autre des marches, et autel de l’aedes de Xèron Pelagos.

© M. Reddé

59L’interprétation d’un tel ensemble, dont je ne connais pas de parallèle, ni en Occident, ni en Orient, doit tenir compte de plusieurs éléments :

- bien que le praesidium de Xèron ait été largement fouillé, on n’y connaît aucune autre aedes alors que tous les autres postes sont pourvus d’un espace religieux.

- la pièce qui vient d’être décrite ne saurait être ni un casernement ni un espace de stockage ou un atelier, en raison de ses aménagements internes. Aucune fonction autre que religieuse ne semble lui convenir.

- il s’agit d’une construction réalisée lors d’une étape avancée de la vie du fort, non d’une construction initiale du poste, comme nous en avons d’autres exemples sur cette piste.

60Je propose donc de l’identifier comme l’aedes du praesidium. Le dé carré, devant l’escalier, serait un autel (ou le support d’un autel). L’existence d’autels extérieurs à l’aedes a été observée à Didymoi (supra). On pénétrait ensuite par un petit escalier, avant d’entrer dans le couloir dallé qui menait au fond au loculus a, dont l’accès était marqué par des degrés (puis par une mosaïque). Ce loculus était fermé, du côté du couloir, par un volet (ou une porte de bois) s’ouvrant à mi-hauteur. L’intérieur comprend une trace de scellement dont nous ne savons si elle accueillait un pilier ou autre chose. Compte tenu des pratiques religieuses romaines, il paraît peu probable qu’on puisse supposer ici une statue. En revanche le dispositif pourrait correspondre à celui d’une arca, supportant en élévation un podium pour les signa. Il s’agit là d’hypothèses préliminaires qu’il conviendra d’étayer ultérieurement. Le bassin c peut trouver des parallèles dans ceux de l’aedes de Dios, où des bassins avaient aussi été mis en évidence. La nécessité d’évacuer du liquide est en tout cas prouvée par le dispositif observé le long de l’escalier. La présence d’une statuette d’Athéna, genius loci de Xèron, renforce cette présomption.

61Ces différentes découvertes posent un certain nombre de questions :

- C’est la première fois, à notre connaissance, que des cas de déplacement topographique de l’aedes d’un camp militaire sont documentés. Même si nous ne connaissons pas archéologiquement l’emplacement de la chapelle primitive, il est certain qu’elle ne se trouvait pas sous les aménagements que nous avons retrouvés.

- En Égypte, l’assimilation entre Zeus, Hélios et Sarapis a évidemment conduit à une dérive par rapport à la religion militaire « classique », telle que nous pouvons la connaître à partir de la documentation occidentale (Domaszewski 1895 ; Birley 1978). L’une des principales questions que nous devons nous poser est celle de la date de cette dérive : est-elle le fruit d’une évolution tardive, postérieure à l’époque sévérienne, ou le produit d’un particularisme local, dû au milieu égyptien et au fait que ces postes n’étaient pas fréquentés uniquement par des soldats ?

- Le Jupiter honoré à Dios/Iovis n’est pas un dieu purement romain, puisqu’il s’agit d’un Zeus Helios Grand Sarapis (Cuvigny 2010, n° 2) et, de fait, tous les artefacts trouvés dans l’aedes, mais aussi les pratiques oraculaires pointent vers un culte sarapiaste, ce qui pourrait a priori jeter un doute sur l’interprétation purement militaire du dispositif mis au jour. S’agit-il donc d’un sanctuaire romain ? D’un temple à Sarapis ? Des deux à la fois ?

  • 10 Haensch 2003, pp. 192-200.

62G. Tallet a récemment proposé de voir dans la figure de Zeus Hélios Megas Sarapis un dieu égyptien fabriqué en milieu alexandrin pour les Romains, notamment les soldats. L’auteur montre en effet que la diffusion de cette nouvelle entité divine est effectivement liée au maillage des garnisons militaires et commence probablement sous Trajan (Tallet 2011). Cette diffusion des cultes égyptiens dans le milieu des camps est pourtant plus ancienne, même dans les garnisons occidentales, et j’ai signalé ailleurs qu’on la trouvait en Rhénanie dès l’époque de Néron (Reddé 2014). Elle trouve ses parallèles en Orient, comme l’a bien montré la solide enquête qu’O. Stoll a consacrée à cette question (Stoll 2001). Ainsi, dans l’oasis de Jawf, où la présence de soldats est bien attestée, on trouve une dédicace pro salute domm(inorum) nn(ostrorum) (duorum) I(oui) O(ptimo) M(aximo) Hammoni et sancto Sulmo (Speidel 1984). Dédiée par un centurion de la III Cyrenaica, elle date des Sévères. Vers la même époque, à Bostra même, un corniculaire fait graver son vœu à Io(ui) Op(timo) Max(imo) Genio Sancto Hammoni (AE 1952, 248). À Sûr, dans le Lejaa, une tabula ansata porte une dédicace Ioui Hammoni, rédigée par un a questionario (CIL III, 13604). Ce type d’association divine est devenu tellement ordinaire, dans l’armée du iiie siècle, qu’un papyrus de Dura indique que le mot de passe du jour (27-28 mai 239) est Iupiter Dolichenus. Rappelons ici combien cette contamination religieuse est ancienne dans l’armée d’Orient puisque, au matin du deuxième jour de la bataille de Bédriac, en 69, les soldats de la legio III Gallica saluèrent le soleil levant, à la syrienne : « Undique clamor, et orientem solem –ita in Syria mos est– tertiani salutauere » écrit Tacite, Hist. III, 24. Cette coutume est encore confirmée par Dion Cassius (64,14, 3) et Hérodien (IV, 15). Comme le fait remarquer très justement R. Haensch, ces légionnaires étaient encore, à cette époque, originaires d’un milieu typiquement romain, probablement colonial10. On pourrait multiplier les exemples. Surtout, et c’est l’un des points forts de l’argumentation de O. Stoll, qui rejoint ici l’opinion de N.D. Pollard, il n’y a pas de raison de considérer les sphères religieuses militaires et civiles comme radicalement séparées, leurs relations oscillant de manière permanente entre « Integration » et « Abgrenzung », particulièrement en Orient (Pollard 1996 ; Stoll 2001).

  • 11 La manière dont ces pratiques oraculaires se déroulaient n’est pas claire. La présence de l’escalie (...)

63Le fait même que la divinité honorée dans le praesidium de Dios/Iovis soit un Zeus Helios Megas Sarapis n’en fait donc pas un dieu étranger au milieu militaire romain et ne doit pas conduire à penser que les aménagements cultuels observés dans cette aedes ne répondent pas aux pratiques religieuses ordinaires des camps. Toutes les installations mises au jour trouvent en effet leurs parallèles dans des contextes occidentaux, ce qui justifie au passage que la chapelle du poste de Didymoi, sur cette même piste de Coptos à Bérénice, soit qualifiée de πρινκίπια τῶν κυρίων qu’il convient de décorer de guirlandes, pour une fête qui s’inscrit probablement dans le calendrier religieux romain (Cuvigny 2012, n° 31, l. 5). On ne doit pas oublier pour autant que la divinité du lieu était aussi un Sarapis auprès duquel on pouvait venir consulter l’avenir lors de pratiques oraculaires bien attestées par les ostraca11 (Cuvigny 2010). Ces pratiques religieuses différentes ne s’excluent radicalement que dans nos esprits modernes. À Didymoi les installations mises au jour sont beaucoup plus proches d’un Sérapeum classique, même si celui-ci est orné d’une peinture qui montre une file de soldats en armes et si une plaque de schiste figure l’un des Dioscures en costume militaire.

64La découverte de Xèron Pelagos pose un problème d’ordre différent : la présence d’Athéna dans cette aedes doit-elle conduire à faire de cette déesse la puissance tutélaire du camp, à la place de Jupiter, ce qui serait une absolue nouveauté en milieu militaire ? Certes la Minerve romaine fait bien partie des dii militares et elle est très souvent attestée épigraphiquement dans les camps, mais elle n’y tient jamais le rôle principal (Domaszewski 1895 ; Birley 1978). Sa présence dans l’aedes de Xèron Pelagos n’est donc pas incongrue, mais elle pourrait ne renvoyer ici qu’à une divinité associée, probablement le genius loci.

65Le bon état de conservation de ces praesidia n’est donc pas seulement instructif pour notre connaissance du milieu religieux local ; il nous en apprend aussi fort long sur l’évolution générale des pratiques cultuelles au sein de l’armée romaine d’Égypte dans le courant du iiie siècle.

Conclusion

66Ces quelques réflexions, trop rapides, montrent l’intérêt que présente la documentation du désert oriental d’Égypte pour notre compréhension de ce type de petits fortins, très mal documentés en Occident. On ne doit pas, toutefois, généraliser trop vite les conclusions qu’on peut tirer de leur observation : nous avons souligné que leur architecture était liée à leur fonction locale et que les postes des carrières pouvaient présenter d’autres caractéristiques. Une étude plus large, étendue au Levant, c’est à dire dans un autre milieu géographique et culturel, montrerait assurément d’autres types (Poidebard 1934 ; Gregory 1995-1997). Cette diversité des pratiques architecturales, mais aussi culturelles et religieuses, du milieu militaire est particulièrement évidente en Orient. Elle tend aussi à relativiser notre vision souvent très « normative » de l’armée romaine.

Bibliographie

  

Bagnall R., Bülow-Jacobsen A., Cuvigny H., « Security and water on the Eastern Desert roads: the prefect Iulius Ursus and the construction of praesidia under Vespasian ». Journal of Roman Archaeology 14, 2001, 325-333.

Birley E., « The religion of the Roman army: 1895-1977 ». Aufstieg und Niedergang der römischen Welt II.16.2, 1978, 1506-1541 = MAVORS IV, 1978, 397-432.

Cuvigny H., « Le crépuscule d’un dieu. Le déclin du culte de Pan dans le désert oriental ». Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 97, 1997, 139-147.

Cuvigny H., Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation. O.Krok. 1-151. Praesidia du désert de Bérénice II. Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, 51, Le Caire, 2005.

Cuvigny H., « The shrine in the praesidium of Dios (Eastern Desert of Egypt): Texts in Context ». Chiron, 40, 2010, 245-299.

Cuvigny H., Brun J.-P., Bülow-Jacobsen A., Cardon D., Fournet J.-L., Leguilloux M., Matelly M.A., Reddé M., La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I. Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale 48, Le Caire, 2003.

Cuvigny H., Brun J.-P., Bülow-Jacobsen A., Cardon D., Eristov H., Granger-Taylor H., Leguilloux M., Nowik W., Reddé M., Tengberg M., Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV. Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, 64, Le Caire, 2011.

Cuvigny H., Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice IV. II: Les Textes, Fouilles de l'Institut français d'archéologie orientale, 67, Le Caire, IFAO, 2012.

De Romanis F., Cassia, Cinnamomo, Ossidiana, Uomini e merci tra Oceano Indiano e Mediterraneo. Roma, 1996.

Deckers J., « Die Wandmalerei im Kaiserkultraum von Luxor ». Jahrbuch des Deutschen archäologischen Instituts 94, 1979, 600-652.

von Domaszewski A., « Die Religion des römischen Heeres ». Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst 14, 1895, 1-128.

Gregory S., Roman military architecture in the Eastern frontier, Amsterdam 1995-1997.

Haensch R., « Die Römische Armee im Osten zwischen Stattskult und lokalen religiösen Kulturen », in H. Cancik, J. Rüpke (éd.), Römische Reichsreligion und Provinzialreligion. Globalisierungs- und Regionalisierungsprozesse in der antiken Religionsgeschichte. Ein Forschungsprogramm stellt sich vor, Erfurt, 2003, 192-200.

Marichal R., Les ostraca de Bu Ngem, suppl. à Libya Antiqua, VII, 1992.

Maxfield V., « The eastern desert forts and the army in Egypt during the principate », in D. Bailey (éd.), Archaeological research in Roman Egypt. Journal of Roman Archaeology Supp. 19, 1996, 9-19.

Maxfield V., Peacock D. (éd.), Survey and Excavation. Mons Claudianus 1987-1993. I. Topography and quarries. Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, 37, Le Caire, 1997.

Moga V., Piso I., Drîmbarean M., L’aigle de la legio XIII Gemina. Acta Musei Napocensis 43-44/1, 2006-2007 (2008), 177-184.

Nash-Williams V.E., The Roman Frontier in Wales, 2e éd., Cardiff, 1969.

Parker S.Th. (éd.), The Roman Frontier in Central Jordan. Final Report on the Limes Arabicus project, 1980-1989, I, Washington DC, 2006.

Planck D., Aalener Jahrbuch, 1984, 22.

Poidebard A., La trace de Rome dans le désert de Syrie. Le « limes » de Trajan à la conquête arabe. Recherches aériennes (1925-1932), Paris, 1934.

Pollard N., « The Roman army as 'total institution' in the Near East? Dura Europos as a case study », in D.L. Kennedy (éd.), The Roman Army in the East. Supp. JRA, 18, Ann Arbor, 1996, 211-227.

Reddé M., « Le camp de Louqsor dans l’architecture militaire du Bas-Empire », in M. El-Saghir, J.-C. Golvin, M. Reddé, H. El-Sayed, G. Wagner, Le camp romain de Louqsor (avec une étude des graffites gréco-romains du temple d’Amon), MIFAO LXXXIII, Le Caire, 1986, 25-31.

Reddé M., « Réflexions critiques sur les chapelles militaires (aedes principiorum) », Journal of Roman Archaeology 17, 2004, 443-462.

Reddé M., « Trois petits balnéaires du désert oriental d’Égypte », in M.-Fr Boussac, Th. Fournet, B. Redon (éd.), Le bain collectif en Égypte. Βαλανεῖα. Thermae. Études urbaines 7, Le Caire, 2009, 213-220.

Reddé M., « Tetrastylum fecit et aquilam argenteam posuit », in C. Deroux (éd.), Corolla Epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand, II, Coll. Latomus, 331, 2011, 621-629.

Reddé M., « Du Rhin au Nil. Quelques remarques sur le culte de Sarapis dans l’armée romaine ». Le myrte et la rose. Mélange offerts à Françoise Dunand par ses élèves, collègues et amis, réunis par G. Tallet et Chr. Zivie-Coche, Montpellier, CENiM 9, 2014, 69-77.

Reddé M., « L’aedes du praesidium de Xèron Pelagos (Égypte) », XXIIe Congress of Roman Frontier Studies (Ruse, Bulgaria, September 2012), Sofia, 2015a, 655-660.

Reddé M., « Fortins routiers du désert oriental d’Égypte », in P. Henrich, Chr. Miks, J. Obmann, M. Wieland (éd.), Non solum... sed etiam. Festschrift für Thomas Fischer zum 65. Geburtstag, Rahden, 2015b, 335-344.

Reddé M., « The Layout of a military shrine in Egypt’s Eastern Desert », in Tomas A. (éd.), Ad fines Imperii Romani. Studia Thaddaeo Sarnowski septuagenario ab amicis, collegis discipulisque dedicata, Varsovie, 2015c, 39-46.

Richmond I., Northumberland County History, 15 (1940), 110.

Sablayrolles R., Les cohortes de vigiles : Libertinus miles, coll. EFR Rome 224, 1988.

Sarnowski T., « Zur Statuenaustattung römischer Stabsgebäude. Neue Funde aus den Principia des Legionslagers Novae ». Bonner Jahrbücher 189, 1989, 97-120.

Sarnowski T., « Das Fahnenheiligtum des Legionslagers Novae », Studia Aegaea et Balcanica in honorem L. Press, Warsawa, 1992, 221-233.

Sidebotham St., Hense M., Nouwens H., The red Land. The Illustrated Archaeology of Egypt’s Eastern Desert. Cairo, Am. Univ. Press, 2008.

Speidel M. P., « The Roman Army in Arabia ». MAVORS I, 1984, 229-272.

Stoll O., Die Skulpturenausstattung römischer Militäranlagen an Rhein und Donau. Der Obergermanische-Rätische Limes. St. Katharinen, 1992.

Stoll O., Zwischen Integration und Abgrenzung. Die Religion des Römischen Heeres im Nahen Osten. Studien zum Verhältnis von Armee und Zivilbevölkerung im römischen Syrien und den Nachbargebieten, MAS III, St. Katharinen, 2001.

Tallet G., « Zeus Hélios Megas Sarapis, un dieu Égyptien 'pour les Romains' ? », in N. Belayche, J.-D. Dubois (éd.), L’oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris, PUPS, 2011, 227-261.

Töpfer K. M., Signa Militaria. Die römischen Feldzeichen in der Republik und im Prinzipat, Monographien RGZM 91, Mainz, 2011.

Van Rengen W., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et latina I (O.Claud. 1-190). Documents. Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, 29, Le Caire, 1992.

Notes

1 Ce texte rassemble différents articles dispersés et parfois difficiles d’accès écrits ces dernières années (Reddé 2009 ; 2014 ; 2015 a, b, c).

2 Voir le fameux "tarif de Koptos", OGIS 674 = I. Portes 67.

3 Van Rengen 1992 = O.Claud. 48-82.

4 Nous laissons ici de côté les phrouria ptolémaïques, qui constituent un autre cas particulier.

5 Celui de Samut est actuellement en cours de fouille par les soins de l’équipe française de B. Redon (voir sa contribution).

6 Voir la discussion dans Cuvigny et al. 2003, pp. 267-273.

7 Financées par l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) et le ministère des Affaires étrangères.

8 Je résume ici le rapport commun de B. Redon et moi-même écrit après la fouille 2011. La publication détaillée de l’ensemble sera faite par B. Redon.

9 Voir sur ce point la contribution de J.-P. Brun.

10 Haensch 2003, pp. 192-200.

11 La manière dont ces pratiques oraculaires se déroulaient n’est pas claire. La présence de l’escalier sur le côté du podium n’est pas, on l’a dit, exceptionnelle, et ne saurait être considérée comme un dispositif spécifique pour la pratique oraculaire, même si elle l’a sans doute favorisée. La question, actuellement non résolue, est de savoir si ces pratiques oraculaires ont commencé dès le transfert du nouveau sanctuaire à sa place actuelle, ce qui est l’opinion de H. Cuvigny, car elle considère que les ostraca découverts constituent un rebut mélangé à du sable et remontent probablement à la première époque de la construction de la nouvelle chapelle. On objectera que les pratiques oraculaires supposent la présence d’un prêtre situé dans un endroit masqué et que ceci ne peut s’être produit au contraire que lorsque le passage vers la porte latérale et l’escalier étaient masqués par un bouchage. Sans quoi la supercherie eût été trop grosse. À ce propos, je me demande si l’espèce de tabernacle situé à l’extrémité sud du podium, et qui appartient, à mon sens, à la dernière phase de réfection, ne servait pas à déposer les requêtes des dévots : simple hypothèse invérifiable. Il n’est pas non plus impossible qu’un dispositif liturgique (rideau ?) nous échappe.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de la zone étudiée.
Crédits ® J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 2
Légende Plans comparés des postes de Umm Balad et du Mons Claudianus.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 3
Légende Plan du praesidium de Qusûr al Banat.
Crédits © N. Martin / M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4
Légende Plan du praesidium de Krokodilô.
Crédits © J.-P. Brun / N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 5
Légende Plan du praesidium de Bi'r al-Hammâmât.
Crédits © J.-P. Brun / N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 6
Légende Plan du praesidium de Maximianon.
Crédits © J.-P. Adam
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 7
Légende Plan du praesidium d’Al-Hamrâ'.
Crédits © J.-P. Brun / N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 8
Légende Plan du praesidium d’Al-Dawwî.
Crédits © J.-P. Brun / N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 9
Légende Plan du praesidium de Didymoi.
Crédits © J.-P. Brun /M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 10
Légende Plan du praesidium de Dios/Iovis.
Crédits © J.-P. Brun / M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 11
Légende Plan du praesidium de Xèron Pelagos.
Crédits © J.-P. Brun / M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 12
Légende Plan du praesidium de Phalakron.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 13
Légende Vue des citernes internes de Didymoi.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 14 
Légende Vue des abreuvoirs externes de Didymoi.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 15
Légende Le balnéaire de Maximianon.
Crédits © J.-P. Brun / M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 16
Légende La pièce chaude du balnéaire de Maximianon.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 17
Légende Le balnéaire de Didymoi.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 18
Légende Vue générale du balnéaire de Didymoi. Au fond, le puits ; au premier plan, les citernes.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 19
Légende Le balnéaire de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 20
Légende Le balnéaire de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 21
Légende Le balnéaire de Xèron Pelagos.
Crédits © M. Reddé / B. Redon
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 22
Légende Le balnéaire de Xèron Pelagos.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 23
Légende Le praetorium de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 24
Légende Un casernement de Qusûr al Banat.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 25
Légende Les casernements de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 26
Légende Les fours de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 27
Légende Silos dans l’espace à l’ouest du puits de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 28
Légende Aménagements et enclos à l’ouest du puits de Dios/Iovis.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 29
Légende L’aedes de Dios/Iovis.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 30
Légende Vue générale de l’aedes de Dios/Iovis.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 31
Légende Vue de l’aedes de Dios/Iovis au début de la fouille, avec les statues sur le podium.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 32
Légende Dégagement du podium de l’aedes de Dios/Iovis. Le trou de logement du vexillum se trouve devant la main de l’ouvrier. Au premier plan, le tabernacle du dernier état.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 33
Légende Vue de l’aedes de Dios/Iovis, avec les deux états de sol superposés.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 34
Légende La plaque de Corbridge (= RIB 1710 ; dessin M. Reddé, d’après Töpfer 2011, pl. 122, RE 21).
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 35
Légende L’abside de Didymoi, probable vestige de la première aedes.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 36
Légende Vue générale du sanctuaire de Didymoi.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 37
Légende Vue en élévation du fond du sanctuaire de Didymoi.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 38
Légende Fragment d’enduit peint figurant un soldat en armes marchand vers la droite.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 39
Légende Plaque de stéatite figurant un cavalier cuirassé (Dioscure ?).
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 40
Légende Tête de Sarapis provenant du sanctuaire de Didymoi.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 41
Légende Autel secondaire dans le sanctuaire de Didymoi.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 42
Légende Plan de l’aedes de Xèron Pelagos.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 43
Légende Vue générale de l’aedes de Xèron Pelagos.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 44
Légende Extrémité du sanctuaire près du rempart de Xèron Pelagos, en haut de l’escalier terminé par un pavement « mosaïqué ».
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 45
Légende Statuette de Minerve découverte dans les déblais de l’aedes de Xèron Pelagos.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 46
Légende Système d’évacuation des liquides, de part et d’autre des marches, et autel de l’aedes de Xèron Pelagos.
Crédits © M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5163/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Directeur d'études, ANHIMA, UMR 8210, École pratique des hautes études

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540