Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

La Mission archéologique italienne dans le désert Oriental : premiers résultats des prospections dans le wâdi Gasus

Irene Bragantini, Giulio Lucarini, Andrea Manzo et Rosanna Pirelli

Texte intégral

Les objectifs du projet

  • 1 Les membres de la mission comprennent Irene Bragantini, Rosanna Pirelli, Yasser Abdelraman, Marco B (...)
  • 2 À l’exception notable des prospections menées sous la direction de S. Sidebotham dans cette région.

1La Mission archéologique italienne dans le désert Oriental de l’Égypte est un projet conjoint de plusieurs institutions italiennes et égyptiennes (Université de Naples « L’Orientale », Faculté de géologie de l’Université du Caire et Faculté d’archéologie de l’Université de Helwan). Elle est financée par l’Università degli Studi di Napoli « L’Orientale » et le Ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. La zone d’étude accordée à la Mission par le Ministère égyptien de l’Antiquité couvre un rectangle orienté est-ouest de la mer Rouge à la vallée du Nil ; elle est limitée au nord par le wâdi Hamamah et au sud par le wâdi al-Hammâmât (fig. 1)1. L’étendue de la concession est adaptée à la nature du projet qui vise à explorer la zone centrale du désert oriental pour obtenir un tableau de l’économie de la zone et du système d’exploitation de ses riches ressources naturelles au cours des différentes périodes historiques. Comme dans d’autres projets de ce type, la coopération de spécialistes de différents domaines scientifiques est nécessaire de même que l’utilisation de méthodes de travail diversifiées (topographie, enregistrement des traces d’activités humaines, établissement de la chronologie). La plupart des recherches dans ce secteur remontent au milieu du xxe siècle2 : l’un de nos objectifs est donc de revisiter des sites préalablement étudiés pour les enregistrer, vérifier leur état de conservation actuel et les analyser à la lumière des connaissances actuelles en matière d’archéologie.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de la zone concédée aux recherches de la Mission archéologique italienne du Désert Oriental.

© DR

  • 3 Les rapports préliminaires de nos activités, énumérant tous les sites que nous avons découverts, se (...)

2Notre mission a obtenu la permission des autorités à la fin de l’année 2011 : nous avons immédiatement effectué notre première saison en janvier 2012. Par la suite, en raison de difficultés combinées d’obtention des autorisations du SCA et des autorités militaires, nous n’avons pas pu mener d’autre campagne de terrain jusqu’en janvier 2015 (fig. 2)3.

Fig. 2

Fig. 2

Itinéraires des prospections effectuées en 2012 et 2015.

© Image Google Earth - A. D’Andrea

3Quand j’ai accepté l’aimable invitation du Collège de France, j’avais l’espoir de présenter à Paris les résultats de la mission 2016, mis en parallèle avec les résultats de l’analyse géophysique. Malheureusement, notre mission, qui devait débuter au début de janvier 2016, a fait partie des missions étrangères qui n’ont pu obtenir la permission des autorités militaires avant la fin de ce mois. De ce fait, Rosanna Pirelli, vice-directrice de la mission, et moi-même avons quitté le pays juste avant l’anniversaire du 25 janvier, au moment où le chercheur italien Giulio Regeni a été enlevé au Caire.

La « station gréco-romaine »

4Notre travail a porté d’abord sur ce que l’on appelle la « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus. Le site se trouve à seulement 7 km à l’intérieur des terres, non loin du port de Marsa Gawasis où travaille une mission archéologique commune de l’Université de Naples « L’Orientale » et de l’Université de Boston. Considérant que certains membres de notre équipe, R. Pirelli, A. Manzo et A. D’Andrea, avaient également pris part au projet de Marsa Gawasis, nous avons décidé de commencer nos explorations par la « station ». Notre objectif était d’intégrer les observations anciennement réalisées sur ce site « énigmatique » dans le cadre de notre projet de recherche. La prospection du site préhistorique a aussi été conduite par G. Lucarini.

5Le nom de « station gréco-romaine » est quelque peu trompeur car le site ne ressemble à aucun des praesidia implantés le long des principales routes du désert oriental par l’administration impériale romaine (Cuvigny 2006 ; Ead. 2011) (fig. 3). La « station » est formée de deux parties distinctes : au fond de l’oued, un puits est entouré par une grande enceinte rectangulaire de plan irrégulier (fig. 4). Ce puits et cette enceinte sont déjà portés sur le plan de Schweinfurth4. La structure rappelle les « puits-étapes » repérés le long du tronçon nord de la Via Hadriana5. Nous espérons connaître mieux ce puits grâce au projet RadarSAt réalisé par le CISA de l’Université Orientale (sous la direction d’Andrea D’Andrea, en collaboration avec Daniele Riccio)6.

Fig. 3

Fig. 3

Wâdi Gasus : secteur de la « station gréco-romaine » (en bas à gauche) et le puits (en haut à droite).

© Image Google Earth - G. Cresciani

Fig. 4

Fig. 4

Le puits et l’enclos dans le wâdi Gasus.

© Image Google Earth - G. Cresciani

6Sur la terrasse, à 5 mètres au-dessus de l’oued, mais non directement à hauteur du puits, se trouvent les différents bâtiments composant la « station », nommés selon leur emplacement (édifice de l’Ouest, du Milieu, du Sud et de l’Est : Sayed 1977). Leurs relations ne sont pas claires : ils ne sont pas enclos par des murs, ils sont approximativement orientés sur la terrasse et ils sont construits avec des techniques différentes utilisant des blocs de dimensions variées, des pierres et des éclats. Les fonctions des bâtiments Ouest et Sud ont été proposées par Sayed 1977 : chapelle ou temple pour le bâtiment Ouest (voir ci-dessous), et peut-être des thermes pour le bâtiment Sud (sans preuve).

7Un point d’eau situé à seulement 7 km à l’intérieur des terres explique évidemment la présence humaine à cet endroit. A. Manzo avait déjà remarqué que c’était la source d’eau la plus proche et la plus aisée à atteindre depuis le port du wâdi Gawasis. Au cours des précédentes visites sur le site, il avait pu identifier plusieurs bords de jarres Marl C et Marl A3 datant de la 12e dynastie et analogues à ceux recueillis à Marsa Gawasis (voir Manzo, ci-dessous).

8Le problème qui se pose ici, comme ailleurs dans nos prospections, est dû à la difficulté à comprendre les vestiges et à dater leur construction et leur utilisation. Sans véritable fouille, ces questions ne peuvent être résolues. Qui plus est, nous ne sommes pas en mesure de comprendre comment les divers vestiges sont reliés, c’est-à-dire comment s’articulent les différentes phases du site et comment les ajouts ont modifié les constructions préexistantes.

9En fait, nous sommes confrontés à une série d’observations contradictoires dont bien peu sont sûres. Ce problème est renforcé par le manque de documentation sur les fouilles approfondies qui furent effectuées sur le site dans les années 1970 (Sayed 1977). De plus, le site a été vandalisé à de nombreuses reprises, comme le montre la série des images disponibles dans Google Earth pour la période 2007-2013 (fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus (2007-2013).

© Image Google Earth - R. Pirelli

  • 7 Le sondage a été réalisé par I. Incordino et A. Lena, qui ont également réalisé une documentation p (...)

10Une forte érosion a empêché la formation d’une stratigraphie « correcte » : les fragments de jarres à eau du Moyen-Empire qui jonchent la terrasse sont mélangés à des fragments de l’époque romaine. Pour estimer le volume et les pourcentages relatifs de poterie résiduelle, un test a été effectué en 20157. Douze carrés de 10 m de côté ont été implantés et tous les fragments de céramique caractéristiques ont été inventoriés (fig. 6). Coupes et petites tasses, vases à eau à pâte très fine, brun pâle ou jaunâtre (certains portant des incisions faites avant cuisson), marmites et casseroles, quelques unguentaria, des fragments d’amphores (parmi eux une anse bifide de Dressel 2-4 italique (Peacock & Williams Class 10) à pâte gris foncé (fig. 7) et des fragments de cazettes (saggars) (voir ci-dessous) ont été comptabilisés ; ils donnent des indications sur les personnes qui fréquentaient le site et sur leurs activités. Les comptages montrent qu’environ 20 % de la céramique est résiduelle, remontant au Moyen Empire ; les 80 % restants datent des périodes hellénistique et romaine. Parmi les tessons résiduels, on compte des fragments de poteries nubiennes comparables à celles du Moyen Empire trouvées à Marsa Gawasis (voir Manzo, ci-dessous).

Fig. 6

Fig. 6

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : emprise des bâtiments (en bleu) et zone d’échantillonnage de la poterie (en vert).

© Image Google Earth - G. Cresciani

Fig. 7

Fig. 7

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : anse d’amphore Dressel 2-4.

© A. Lena

11Quelle que soit la période où ces constructions ont été occupées, on peut émettre l’hypothèse que la présence de l’eau (encore signalée par quelques acacias) a attiré l’occupation humaine. Il faut noter qu’un pourcentage élevé de poteries du Moyen-Empire a été trouvé non près du puits au fond de l’oued, mais sur la terrasse au-dessus : cette distribution indique que l’occupation était organisée à cette période.

  • 8 La structure, construite « avant même la seconde moitié du iiie siècle », a été détruite par le feu (...)

12Parmi les bâtiments de la « station gréco-romaine », seul le « bâtiment Est » peut être correctement analysé, grâce à son plan et son état de conservation (fig. 8). La structure est rectangulaire, avec de petites pièces ouvrant sur les côtés d’une petite cour centrale, les vestiges d’un escalier et d’une cuisine. Des fragments de saggars du Haut-Empire remployés dans la cuisine offrent un terminus post quem pour cette installation (Bragantini, Pirelli 2013a, p. 62, fig. 47). Ce bâtiment doit être identifié comme un lieu d’étape pour les voyageurs, en particulier pour les personnes arrivant de la mer. On ne trouve pas de parallèle exact dans le système de praesidia établis par l’administration romaine le long des principales routes du désert oriental, mais le « bâtiment Est » peut être mis en rapport à la « station routière » étudiée par Katharina Rieger sur le plateau de Marmarikè ; son occupation est datée de l’époque romaine à l’époque byzantine précoce8. Les deux sites offrent des témoignages datant de périodes différentes et indiquant plusieurs activités.

Fig. 8

Fig. 8

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : le bâtiment est.

© G. Ciucci

13Deux indices donnent un aperçu des « activités mixtes » qui se déroulèrent à diverses époques sur la terrasse : les inscriptions de la chapelle et des cazettes (saggars).

Activité religieuse

  • 9 Il convient également de rappeler que, durant la période romaine, des objets pharaoniques ou ptolém (...)

14Commençons par la chapelle : cette appellation est donnée à une structure presque complètement détruite où, selon les voyageurs du xixe siècle, deux stèles du Moyen Empire étaient exposées. L’observation attentive des reproductions des stèles a amené Rosanna Pirelli à découvrir que les deux inscriptions n’étaient pas des stèles, mais des inscriptions rupestres détachées de la paroi rocheuse (Bragantini, Pirelli, 2013a, 59-62 ; ead., ci-dessous : premier groupe d’inscriptions). Nous ne savons ni quand ni pourquoi ce transport a eu lieu et les inscriptions ont été placées dans ce lieu. Néanmoins, le pouvoir d’évocation des objets « du passé » dans les sociétés anciennes et les nouvelles fonctions qu’ils acquièrent lorsqu’ils sont placés dans de nouveaux lieux pourraient indiquer que cette action a pu avoir lieu à tout moment dans la vie de la chapelle (Bragantini, Pirelli 2013, 72). La découverte récente d’une stèle du Moyen Empire dans le temple de Sérapis à Bérénice (Hense, Kaper, Gerts 2015) illustre la réutilisation d’éléments pharaoniques dans des structures datant de l’époque romaine (Sayed 1983, 34)9. Il faut aussi rappeler que Sayed déclare « qu’aucun monument pharaonique ou inscription n’a été trouvée, bien que [il] ait fouillé la station jusqu’aux fondations » (1978, 69). Dans l’état actuel des connaissances, nous pouvons donc émettre l’hypothèse que les stèles auraient été exposées dans la « station » pendant l’Empire romain, période la mieux attestée sur le site.

15Étant donné la nature du texte des « stèles » (l’une d’elles commémorant le retour sain et sauf d’un voyage en mer, donnant une indication importante de « l’état d’esprit » des personnes traversant le désert : Sayed 1977, p. 141), l’emplacement originel représentait un point important dans le « paysage inscrit » de la région, de toute façon relié à un port. Cela donne une information sur les routes existant entre le wâdi Gasus et un port voisin (wâdi Gawasis ?). Notre prospection a en fait identifié une piste offrant un itinéraire facile entre les deux oueds (Bragantini, Pirelli 2015, p. 167).

  • 10 Le vase a été découvert dans la coupe de terrain sous le niveau de la construction de l’édifice de (...)
  • 11 Je suis très reconnaissante à Hélène Cuvigny pour une lecture préliminaire et l’interprétation de c (...)
  • 12 Bragantini, Pirelli 2013a, p. 70, fig. 45 ; p. 74, fig. 53. Des ancres en calcaire similaires à cel (...)

16Les activités cultuelles qui se déroulaient sur la terrasse de la « station », même si nous ne pouvons pas déterminer avec certitude le bâtiment qui les abritaient, peuvent être déduites de divers indices. Sayed (1977, pp. 145-146, fig. 9 d-e) publie un petit Min ithyphallique, un objet votif indiquant une activité minière (qui est connue dans les parages). En outre, au cours de la campagne 2015, une tasse miniature complète imitant les vases à vernis noir hellénistiques, a été fortuitement trouvée dans la coupe de terrain effectuée par un bulldozer : sa présence suggère l’existence d’activités religieuses à l’époque ptolémaïque10 (fig. 9). La lecture préliminaire d’un ostracon reproduit dans Sayed (1977, p. 145, Pl. 9c) et daté de 11-10 avant J.-C. indique qu’il s’agit d’un texte à caractère religieux11. L’activité cultuelle sur la terrasse aurait pu également prendre la forme de petits « autels » votifs : l’un d’entre eux aurait pu abriter une ancre en basalte, trouvée non loin de la « station » dans un cercle de pierres ; ce pourrait être une « offrande » faite après le retour réussi d’un voyage en mer12.

Fig. 9

Fig. 9

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : coupe miniature (imitation de céramique à vernis noir).

© A. Lena

Les cazettes (saggars)

17Pour compliquer davantage la situation, il existe une énorme quantité de fragments de cazettes sur la terrasse de la « station » (Bragantini in Bragantini, Pirelli 2013, 68-69). P. Nicholson a récemment publié les découvertes faites à Kom Helul-Memphis (Nicholson 2013), montrant la production d’objets de faïence sur ce site. À partir des résultats des recherches de Flinders Petrie et de lui-même, Nicholson distingue, dans le processus de cuisson, deux étapes réalisées dans des fours et dans des récipients différents. La première étape utilise des cazettes à paroi épaisse et grossière, à pâte calcaire ; ces conteneurs réfractaires ne montrent aucun reste de glaçure. La deuxième étape qui correspond à la vitrification utilise en revanche des cazettes plus petites, modelées avec des pâtes soit alluviales, soit marneuses. Les parois et les fonds de ces derniers sont couverts de coulées vitreuses. Bien que les saggars puissent être utilisés plusieurs fois, Nicholson explique qu’une accumulation de coulées affecte le bon déroulement du processus, car elle tâche et change la couleur des objets de faïence.

18Les cazettes de la « station » du wâdi Gasus suivent les mêmes typologies, pâte et technologie que les conteneurs de vitrification de Kom Helul. Cela suggère une identité des pratiques d’atelier et une chronologie d’époque romaine comme l’a montré Nicholson. Ces saggars, modelés, présentent un diamètre moyen de 33 cm et une hauteur d’environ 13 cm. La pâte, calcaire, peut varier de la couleur crème à brune (fig. 10). Les empreintes digitales sont fréquentes sur la paroi externe. La base est plate, parfois légèrement plus grande que le corps ; le bord peut être rainuré ou non. Des coulées de glaçure vert turquoise sont presque toujours conservées sur les parois internes (fig. 11 a-b). Nicholson a montré que cette pâte marneuse mélangée d’argile est généralement associée avec une glaçure turquoise, tandis que les glaçures vertes et bleu foncé, rares sur notre site, sont associées à une pâte alluviale.

Fig. 10

Fig. 10

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des pâtes différentes.

© V. Zoppi

Fig. 11a

Fig. 11a

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des traces de « glaçure » verte / turquoise.

© V. Zoppi

Fig. 11b

Fig. 11b

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des traces de « glaçure » verte / turquoise.

© V. Zoppi

19Les descriptions de Nicholson correspondent parfaitement à nos fragments, la seule différence étant l’existence d’empreintes des tissus utilisés pour détacher facilement la pâte de l’objet rond sur lequel le saggar était modelé. Ces tissus ne sont jamais mentionnés dans les descriptions pourtant très précises de Nicholson (fig. 12 a-b).

Fig. 12a

Fig. 12a

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des empreintes de gaze ou de textile sous la glaçure vitreuse.

© R. Pirelli, A. Zoppi

Fig. 12b

Fig. 12b

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des empreintes de gaze ou de textile sous la glaçure vitreuse.

© R. Pirelli, A. Zoppi

20Des fragments de pots présentant le même genre de glaçure sur leurs parois internes ont été trouvés dans deux sites de Campanie, Cumes et Liternum, dans des contextes datant de la fin du premier siècle de notre ère. Ces objets ont été attribués à la production locale de colorant bleu égyptien (Caputo, Cavassa 2009 ; Cavassa et al. 2010). Les conteneurs campaniens sont de deux types : un cylindre avec un bord arrondi et un fond plat (H 51 cm et diamètre de 37/39 cm, Cavassa et al. 2010, 238, fig. 3 ; cf. Nicholson 2013, pp. 12-13) et un pot globulaire, avec bord aplati et le pied en anneau (Cavassa et al., 2010, 240, figs. 6-7). La pâte calcaire, de couleur crème, est attribuée à la production locale (Crifa et al. 2012).

  • 13 Nicholson 2009, p. 2 : « Ceci (la fabrication d’un objet en faïence) implique la collecte et l’écra (...)
  • 14 Sur l’utilisation du bleu égyptien, cf. Skovmøller et alii 2016.

21Aucun vestige de fours ou de structures de cuisson ou de tout autre objet lié à la production n’a été identifié sur la terrasse de la « station » ; aucun déchet de production n’a été trouvé parmi les fragments conservés non plus. Néanmoins, le nombre élevé de ces vases (NMI 156, voir ci-dessous) semble indiquer une production des objets en faïence sur place. Il faut rappeler que - nonobstant les forts indices et l’intense activité décelés à Kom Helul par Petrie et Nicholson - aucun four attribuable à la deuxième étape de la production, c’est-à-dire à la glaçure des objets de faïence, n’y a été identifié. Nous sommes donc confrontés au problème de l’identification de l’usage de ces cazettes ; on pourrait se demander si la fine poudre de quartz résultant du processus d’extraction de l’or dans un site voisin (voir ci-dessous) aurait pu être « réutilisée » pour une production de faïence13. Rappelons aussi que la production d’objets de faïence et celle du colorant bleu égyptien sont connexes (Rodziewicz 2005, 29 ; Nicholson 2013, p. 147)14.

22Bien qu’il n’ait pas été possible d’assembler les fragments, nous avons la certitude que les saggars étaient cassés sur le site afin de prélever les objets finis. En 2011 nous avions noté la forte concentration de cazettes gisant dans une zone circulaire (fig. 13). La forme avait conduit à l’hypothèse qu’elle pourrait correspondre à un four : un sondage effectué par Giulia Ciucci en 2015 a révélé que la forme ronde correspondait en fait à une fosse peu profonde remplie de matériel moderne. Il faut donc interpréter la forte concentration de saggars dans cette zone comme le résultat d’une activité moderne, probablement le tri des céramiques issues des fouilles de Sayed.

Fig. 13

Fig. 13

La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : zone de dense concentration des fragments de saggars (orthophotographie G. Giucci, A. Lena).

© G. Giucci, A. Lena

23Comme dans toute prospection, nous n’avons recueilli que les objets affleurant en surface, mais le nombre des fragments de fonds trouvés dans cette petite zone correspond à un nombre minimum de 156 vases. J’avais donc l’espoir que les prospections géophysiques prévues pour la mission de terrain de 2016 permettraient de repérer les structures de production : mais j’ai peur que la destruction rapide du site nous privera bientôt de toute documentation archéologique sur laquelle mener notre étude.

  • 15 Cette structure apparaît sur le plan publié par Sayed 1978, fig. 3, reproduit d’après Wilkinson.

24D’autres restes d’activités de fabrication peuvent être identifiés sur la terrasse, à sa limite nord où les pierres de basalte marquent une forme longitudinale dans un terrain rempli de sable éolien qui pourrait correspondre à l’entrée d’une mine souterraine15.

Irene Bragantini

La céramique du Moyen Empire et la poterie nubienne de la »station gréco-romaine« 

25À côté de la poterie romaine, le site de la « station gréco-romaine » du wâdi Gasus a livré des tessons du Moyen Empire et de la poterie nubienne.

26Les tessons du Moyen Empire peuvent être attribués aux classes typologiques suivantes :

  • 16 En outre, des fragments inédits de ce type de pot sont conservés dans les collections provenant de (...)

1. Des fragments de grandes jarres en forme de sac en pâte Marl C (Zir) à bord épaissi arrondi ont été notés dans les prospections de surface effectuées en 2010 et 2012 et lors de l’étude de la poterie réalisée en 2015 (SU3 / 233, SU4 / 250) (fig. 14 a). Ils sont attribuables à une classe largement diffusée des jarres à fond plat datant de la fin des 11e - début 12e dynastie (Schiestl et Seiler 2012, pp. 584-585, type II.E.13.a, voir aussi Arnold 1979, Abb 18, 5 ; 1988, Fig. 55b, Fig. 59, Fig. 62 ; Bader 2001, pp. 155-163, Abb 42, Typ 1-3, Abb 44-45 ; Bagh 2002, Fig. 10 ac ; Wodzińska 2010, pp. 174-175, type Middle Kingdom 17-18)16. Le site le plus proche où des pots semblables ont été découverts est celui de Marsa / wâdi Gawasis, le port du Moyen Empire vers le Pays de Pount, situé sur la côte non loin du wâdi Gasus (Bard, Fattovich 2007, pp. 111, 13, 113-114, 26).

Fig. 14

Fig. 14

Tessons du Moyen Empire du wâdi Gasus : a) bord d‘une jarre en forme de sac dont la pâte est de type Marl C, b) bord d‘une jarre ovoïde dont la pâte et de type A3.

© A. Manzo

  • 17 Voir aussi un tesson inédit du BM EA 74378 provenant d’el-Lahun.
  • 18 Voir par exemple les tessons de bords de WG 2 Surf. coll. B4, WG 10 corr. 7, et WG 27 SU 1 A5.

2. Des fragments de jarres de grandes et moyennes dimensions, en forme de sac et en pâte Marl C, à bord évasé et la lèvre arrondie épaissie ont été trouvés en 2012 (fig. 15a). Ils peuvent être attribués à une catégorie datant du milieu de la 12e à la fin de la 13e dynastie (Schiestl et Seiler 2012, 602-603, Type II.E.13.g ; voir aussi Arnold 1988, Fig. 74, 60 ; Bader 2001, pp. 166, 172, Abb 52b, Typ 57e ; Bagh 2002, Fig 10d ; Wodzińska 2010, p. 173, Type Middle Kingdom 16)17. Dans ce cas également, des vases comparables proviennent du site voisin de Marsa / wâdi Gawasis18 .

  • 19 Voir aussi tessons inédits BM EA 50932, BM EA 74382 et BM EA 74399 provenant d’el-Lahun.

3. Des fragments de grandes jarres en forme de sac en pâte Marl C (Zir) à bord mouluré épaissi, de forme triangulaire, ont été repérés dans les prospections de surface effectuées en 2010 et 2012 et lors de l’étude de la poterie réalisée en 2015 (SU1/7, SU2/2) (fig. 15b). Ils peuvent être attribués à une classe de jarres datant de la fin du règne de Senwseret III à la 13e dynastie (Schiestl et Seiler 2012, pp. 596-597, Type II.E.13.e, voir aussi Arnold 1982, Abb 5 ; Bader 2001, pp. 166-178, Abb 42, Typ 5, Abb 49b, Typ 57e, Abb 50a, Typ 57e, Abb 52de, Typ 57e ; Kaiser et al 1999, pp. 217-219, Abb 51 ; Stadelmann et Alexanian 1998, Abb 8, 5)19. Des jarres semblables sont connues à Marsa / wâdi Gawasis (Bard, Fattovich 2007, p. 114, 27).

  • 20 Voir par exemple les tessons de bords du WG 3, récolte de surface, WG 16 SU 1 EW 2-3, WG 27 SU 1, A (...)

4. Un seul fragment d’une jarre en pâte Marl C à bord anguleux a été enregistré en 2012 (fig. 15c). Il peut être attribué à une catégorie datant de la fin de la 12e à la fin de la 13e dynastie (Schiestl et Seiler 2012, pp. 686-687, Type II.J.2 ; voir aussi Bader 2001, p. 196, Abb 65, Typ 60, Bourriau 1996, Fig. 4, 10, Wodzińska 2010, p. 190, Type Middle Kingdom 61). Des fragments de vases identiques sont abondants à Marsa / wâdi Gawasis20.

Fig. 15

Fig. 15

Profils de bord de jarres du Moyen Empire en pâte Marl C trouvés au wâdi Gasus : a) bord d’une jarre en forme de sac de moyenne dimension avec un bord déversé et lèvre épaissie ; b) bord d’une grande jarre en forme de sac (zir) avec une lèvre triangulaire ; c) bord d’une jarre avec une lèvre pliée et profil aiguë : d) bord d’une jarre de taille moyenne à lèvre de section triangulaire.

© I. Incordino, A. Manzo

5. Un fragment d’une jarre en pâte Marl C de taille moyenne à col évasé et lèvre triangulaire épaissie a été identifié en 2012 (fig. 15d). Il peut être attribué à une catégorie datant de la fin de la 12e et de la 13e dynastie (Schiestl et Seiler 2012, pp. 686-687, Type II.E.13.e, variante 8 ; Arnold 1982, Abb 11, 6 ; Bader 2001, pp. 124-125, Abb 28f, Typ 42). Des jarres de forme semblable ont été recueillies à Marsa / wâdi Gawasis dans des assemblages de la fin du Moyen-Empire / Deuxième Période Intermédiaire (Bard, Fattovich 2007, p. 115, Fig. 52).

  • 21 Voir aussi tessons inédits UC 18670 de Harageh, UC 18560 de Diospolis Parva, et BM EA 74392 d’el-La (...)
  • 22 Voir par exemple les tessons de bords de WG 8 SU 7, WG 8 SU 7 S of F1, WG 10 corr. 4, 5, 6, 7, WG 1 (...)

6. Un unique fragment de jarre ou de bouteille en pâte Marl A3, en forme de sac ou ovoïde avec bord épaissi a été trouvé en 2010 (fig. 14b). Il peut être attribué à une classe de jarres ou des bouteilles de taille moyenne datant de la 11e ou du tout début de la 12 dynastie (Schiestl et Seiler 2012, pp. 444-445, Type II.C.3.a ; Arnold 1979, p.  36, Abb 22a, 3-4a, Bourriau 2004, Fig. 1,5 ; Wodzińska 2010, p. 195, Type Middle Kingdom 75)21. Des tessons de vases similaires ont aussi été trouvés à Marsa / wâdi Gawasis22.

27En outre, plusieurs fragments de poterie de type nubien ont été identifiés lors de l’étude de la céramique en 2015 (fig. 16). Ce sont des vases brun ou gris avec des inclusions de matières organiques et / ou de minéraux (?), portant une décoration de bandes obliques incisées et / ou de lignes incisées croisées recouvrant la surface externe. Des fragments analogues ont été trouvés sur le site voisin de Marsa / wâdi Gawasis où ils datent du début du Moyen Empire au début du Nouvel Empire (Manzo 2012, pp. 217-218, Fig. 2c). Deux fragments de bord de type Nubien de wâdi Gasus sont caractérisés par une bande horizontale d’impressions parallèles au bord, délimitant la partie inférieure de la panse qui est recouverte par des lignes obliques parallèles incisées (fig. 17). Ce type de vase, bien que déjà connu, est très rare en Égypte et aussi en Basse-Nubie, où il remonte à la Seconde Période Intermédiaire et au début du Nouvel Empire (voir par exemple Forstner-Müller 2012, p. 78, figs. 14, 29 ; Manassa Darnell 2012, p. 124, fig. 8), alors qu’il est courant en Haute Nubie, en particulier dans la région de la quatrième cataracte et dans l’est du Soudan, au début et au milieu du IIe millénaire avant J.-C. (Manzo 2014, p. 1151, Pl 3). Des tessons similaires, mais avec un motif décoratif ne commençant pas directement sous le bord, ont été recueillis à Marsa / wâdi Gawasis, où ils sont associés à du mobilier du Moyen Empire (Manzo 2012, p. 220, Fig. 2h), comme cela semble être le cas également à la « station romaine » du wâdi Gasus.

Fig. 16

Fig. 16

Ensemble de tessons de céramique nubienne du wâdi Gasus.

© I. Incordino, A. Lena

Fig. 17

Fig. 17

Détail de deux bords de céramique nubienne du wâdi Gasus, caractérisés par une bandes horizontales de guillochis parallèles à la lèvre et délimitant la partie inférieure du vase couverte de lignes obliques parallèlement incisées.

© I. Incordino, A. Lena

Remarques finales

28L’étude systématique de la poterie enregistrée lors de l’étude de la poterie de la « station gréco-romaine » du wâdi Gasus a montré que le site a été occupé non seulement à l’époque romaine, mais aussi beaucoup plus tôt. On l’avait déjà décelé après une visite d’une journée effectuée en 2010 dans le cadre du projet italo-américain à Marsa / wâdi Gawasis (Manzo 2011, 221). L’enquête systématique menée en 2015 a permis une évaluation plus précise du contexte céramique du Moyen-Empire, augmentant considérablement le nombre de types enregistrés. La chronologie des types de vases retrouvés montre que l’occupation du site peut avoir commencé à la fin de la 11e dynastie, et qu’elle a continué pendant toute la 12e dynastie et jusqu’au milieu, peut-être même la fin de la 13e dynastie. Par conséquent, la fréquentation du site de la « station gréco-romaine » correspond en grande partie à la période d’utilisation la plus intense du port de Marsa / wâdi Gawasis (Bard, Fattovich 2007, pp. 110, 125).

29Le premier fouilleur du site de la « station gréco-romaine », Abdelmoneim Sayed, a suggéré que les deux inscriptions datant des règnes d’Amenemhat II et Senwsert II trouvées sur place avaient été réutilisées dans les bâtiments postérieurs et qu’elles provenaient en fait de Marsa / wâdi Gawasis (Sayed 1977, p. 146). Désormais, les preuves d’une occupation de la zone de la « station gréco-romaine » au cours du Moyen Empire autorisent l’hypothèse que ces deux inscriptions proviennent d’un lieu voisin de leur découverte (Voir Pirelli, ci-dessous).

30Le groupe des céramiques du Moyen Empire trouvées au wâdi Gasus se compose presque exclusivement de fragments de jarres en pâte Marl C de grande taille et de format moyen que l’on appelle zir. De façon significative, on n’a recueilli qu’un seul rebord de récipient en pâte Marl A3. Pour ce qui est des zones de production des jarres du Moyen-Empire représentés à la « station gréco-romaine », les vases en pâte Marl C étaient probablement fabriqués en Basse-Égypte et ceux en pâte Marl A3 en Haute-Égypte (Bourriau 1996, p. 31, 2004, p. 12). L’hypothèse selon laquelle il y aurait eu un centre de production plus méridional pour les vases en pâte Marl C n’est pas encore prouvée (Seiler 2012, p. 433). Ainsi, il semble que tous les types de grandes jarres trouvées dans la « station gréco-romaine » ont été produits en Basse-Égypte, dans la région de Memphis ou au Fayoum, probablement non loin de la résidence royale de la 12e dynastie (Bader 2001, pp. 35-36). Cette observation suggère que les personnes fréquentant le site de la « station gréco-romaine » transportaient pour l’essentiel des produits de Basse-Égypte comme c’était le cas du corps expéditionnaire utilisant le port de Marsa / wâdi Gawasis au Moyen Empire (Bard, Fattovich 2007, p. 125). Si ce lien avec les ateliers de céramique actifs dans la zone de la résidence royale et peut-être avec l’administration royale est accepté, on peut alors supposer que les expéditions dans cette partie du désert oriental n’étaient pas seulement promues, mais bien organisées par l’État.

31L’utilisation de grosses jarres semblables à celles trouvées sur le site de la « station gréco-romaine » en tant que conteneurs de stockage à long terme et à poste fixe est connu ailleurs (voir par exemple Shaw, Bloxam 1999). Cela implique que ces jarres furent longtemps en usage et que les jarres plus anciennes ont été progressivement remplacées par les variantes et les types plus récents seulement quand ils furent brisés. Par conséquent, on peut supposer que ces grands récipients de stockage ont eu une durée d’usage plus longue que pour les autres catégories de céramiques, aussi bien dans la « station gréco-romaine » du wâdi Gasus qu’à Marsa / wâdi Gawasis et aux autres sites éloignés de la vallée du Nil. Le type des jarres du wâdi Gasus indique qu’une halte, peut-être sur l’itinéraire conduisant à Marsa / wâdi Gawasis, avait été établie à cet endroit au cours du Moyen Empire et que le puits de la « station gréco-romaine » était déjà utilisé. Comme on l’a déjà suggéré, ce puits aurait fourni, au moins en partie, l’eau nécessaire au port de Marsa / wâdi Gawasis (Manzo 2011, p. 222).

32La présence de quelques tessons nubiens semble confirmer ces liens avec le site de Marsa / wâdi Gawasis. Plus précisément, les deux tessons de bords semblent associer les contextes de cette zone du désert oriental à ceux des régions plus méridionales de la Nubie et peut-être même du Soudan oriental. En fait, certains objets nubiens de Marsa / wâdi Gawasis ont été interprétés comme des témoins de la participation de groupes de Nubiens aux expéditions égyptiennes dans ce secteur du désert oriental nubien, tandis que d’autres, différents des poteries nubiennes diffusées habituellement en Égypte et dans les sites de la Basse Nubie, ont été attribués aux habitants du désert oriental ou, dans certains cas, ont été considérés importés de régions plus méridionales à l’occasion des expéditions maritimes égyptiennes (Manzo 2012, pp. 225-229). Compte-tenu de leur typologie, toutes ces possibilités devraient être prises en considération pour l’interprétation des poteries nubiennes du wâdi Gasus.

33La poursuite de la recherche sur les collections de céramiques de la « station gréco-romaine » donnera certainement des aperçus supplémentaires sur l’organisation et la gestion de l’exploitation de ce secteur du désert oriental au Moyen Empire et sur le lien probable entre ce site et le port de Marsa / wâdi Gawasis.

A. Manzo

Mine d’or

  • 23 Les haldes observées en 2012 semblaient fortement bouleversées par des bulldozers en 2015.
  • 24 Bragantini, Pirelli 2012, 111: parmi les possibles fonctions du site répertorié dans Sidebotham et (...)

34En 2012 et 2015, nous avons effectué de courtes visites à un site minier (Bragantini, Pirelli 2013, pp. 85-88, site 7) qui doit correspondre à la mine visitée par Rosemarie et Dietrich Klemm (Klemm, Klemm 2013, pp. 84-86 : 5.2 .6), comme le confirme la comparaison des images satellitaires des deux itinéraires. Cependant, nous devons souligner que « ... l’abondante céramique glaçurée verte » notée par les savants allemands n’a pas été retrouvée lors de nos prospections. Diverses ressources minérales ont été probablement exploitées mais les résidus trouvés autour indiquent que l’or était le minerai principal extrait de ce petit site (figs. 18-19). La quantité de matière extraite peut être calculée en estimant le volume des résidus : 450 m323. Le minerai était extrait de tranchées creusées à ciel ouvert suivant les veines de quartz présentes dans les formations granitiques de cette zone, comme cela est clairement visible sur une photo prise en 2012 près d'Umm el Howeitat el Bahari24 (fig. 20). Deux tables de lavage, partiellement taillées dans le roc et partiellement construites (fig. 21), sont localisées côte à côte non loin de la zone de rejet des résidus (Klemm, Klemm 2013, pp. 17-18).

Fig. 18

Fig. 18

Mine d’or : zone de haldes.

© V. Zoppi

Fig. 19

Fig. 19

Mine d’or : détail de la zone des haldes.

© V. Zoppi

Fig. 20

Fig. 20

Tranchée à l’air libre près de Umm el Howeitat el Bahri.

© V. Zoppi

Fig. 21

Fig. 21

Table de lavage dans la mine d’or : au centre, canal irrégulier servant de drainage.

© R. Pirelli

35Jusqu’à présent, nous avons établi le plan d’une partie du site (fig. 22). La seule structure bâtie, de plan rectangulaire, est construite en dalles, est établie en position dominant quelques 40 cabanes densément groupées dans une zone limitée de la partie inférieure du site. Ce bâtiment devait accueillir le personnel dirigeant (fig. 23). Les cabanes sont édifiées avec de blocs de pierre arrondis, bruts et montés à sec, sans aucune adjonction architecturale telle que des niches ou des jambages. (figs. 24-26). Le site semble avoir eu une courte durée de vie : son aménagement suggère que les mineurs travaillaient côte à côte pendant une période limitée. La planification et l’uniformité des cabanes indiqueraient une forme d’activité contrôlée par le pouvoir.

Fig. 22

Fig. 22

Mine d’or : cabanes (en jaune) et bâtiment rectangulaire (en rouge).

© Image Google Earth - G. Cresciani

Fig. 23

Fig. 23

Mine d’or : bâtiment rectangulaire (photogrammetrie G. Ciucci, A. Lena).

© G. Ciucci, A. Lena

Fig. 24

Fig. 24

Mine d’or : cabane.

© V. Zoppi

Fig. 25

Fig. 25

Mine d’or : cabane.

© G. Lucarini

Fig. 26

Fig. 26

Mine d’or : cabane.

© R. Pirelli

  • 25 Je remercie chaleureusement Mme Carol Meyer pour m’avoir fourni toute la documentation bibliographi (...)

36Meyer (2011, 166-173) s’est efforcée d’estimer la main d’œuvre, les compétences et l’organisation nécessaires pour traiter l’or extrait des mines ; bien que notre site soit de petites dimensions, ses considérations peuvent nous aider à poser des questions sur le fonctionnement et les conditions de vie sur ce site25. Autant que nous puissions en juger du fait des limites de notre travail, la rareté de poteries jonchant le sol et l’absence de dépôts de résidus signifieraient que cette opération n’était pas de première importance. Deux fragments de bords de vases Red Slip A / Aswan, imitant les formes de sigillées africaine du vie siècle (Hayes 1972, p. 389, Fig. 85e), la paroi d’un bol peu profond portant une décoration peinte, des fragments de panses et d’anses d’amphores égyptiennes (Late Roman 7), le fond et l’anse en anneau d’une amphore Late Roman 6 (fig. 27-28) (Dixneuf 2011, AE 5/6, pp. 142-145), indiquent tous une datation au cours de l’Antiquité tardive, même si un fragment de poterie datant de la fin de la période pharaonique (25e ou 26e dynastie) a également été identifié (Manzo, comm. pers.). En outre, une meule probablement réutilisée comme pierre de concassage (fig. 29) indiquerait aussi une exploitation du site avant l’Antiquité tardive. Une analyse de l’épigraphie nous aide à reconstituer le système d’exploitation des ressources locales. Dans une région où les témoins archéologiques sont rares, où les activités humaines récentes ont été effectuées hors de tout contrôle et où les conditions de travail sont dures, cette discipline « traditionnelle » rend de grands services d’autant plus que « retourner sur d’anciens sites avec de nouvelles questions », posées par une approche « globale », est l’un des buts déclarés de notre projet de recherche. L’analyse de « l’inscription de Psammétique », montre la forte présence de Min dans la région et donne un sens profond à ce document bien connu (Bragantini, Pirelli 2013a, pp. 79-85 ; ead., ci-dessous : deuxième groupe d’inscriptions) : son emplacement marque le point de départ des deux pistes très importantes, l’une menant à la source abondante de Bi’r Abu Gowah, encore aujourd’hui exploitée (fig. 30), l’autre à la mine, les deux lieux étant intégrés dans le même « système ».

Fig. 27

Fig. 27

Mine d’or : fragment d’Egyptian Red Slip A / Aswan Ware.

© V. Zoppi

Fig. 28

Fig. 28

Mine d’or : anse et paroi d’une amphore Late Roman 6.

© R. Pirelli

Fig. 29

Fig. 29

Mine d’or : molette de broyage (réutilisée comme broyeur ?).

© I. Bragantini

Fig. 30

Fig. 30

Source de Bi’r Abu Gowah.

© R. Pirelli

  • 26 Bragantini, Pirelli 2012, p. 105 ; Bragantini, Pirelli 2013a, p. 90, Site 6 : des pétroglyphes avec (...)

37Des formes mineures « d’activité épigraphique » illustrent la présence récurrente de personnes impliquées dans cette « activité sociale » qu’était « l’appropriation du paysage par l’écrit » : on les retrouve sur des dalles de basalte placées en hauteur, au même point « nodal » du paysage26 (fig. 31). Non loin de cette zone, un bloc de granit erratique intrigue, bien qu’il soit difficile de lui donner un sens à l’heure actuelle : il pourrait s’agir des vestiges d’une structure abritant peut-être une inscription. Cela pourrait expliquer la présence de six scellements conservés en façade (Bragantini, Pirelli 2012, p. 103) (fig. 32).

Fig. 31

Fig. 31

Pétroglyphes représentant des chameaux.

© R. Pirelli

Fig. 32

Fig. 32

Bloc de granit.

© V. Zoppi

  • 27 Pour des meules rotatives datées de la «période arabe», voir aussi Tawab et al. 1990, p. 361 fig. 1 (...)

38La découverte de meules rotatives dispersées autour du site donne des indices sur les périodes d’exploitation de l’or : la plupart d’entre elles sont en basanite (fig. 33) ou en granodiorite (fig. 34). Ces meules sont généralement datées de la période romaine tardive (Meyer 2011, p. 153 ; Klemm, Klemm 2013, pp. 16-17), mais cette opinion a été contestée par des chercheurs qui pensent qu’elles datent de la période islamique, si l’on en croit les résultats encore inédits de la mission archéologique française de Samût27. Compte tenu de l’ampleur de période d’utilisation de ces instruments très simples, à la fois en Égypte et dans le reste de l’Empire (Meeks 1997 ; Longepierre 2012), on pourrait avancer l’hypothèse que des meules rotatives anciennes auraient réutilisées dans des contextes islamiques.

Fig. 33

Fig. 33

Mine d’or, base de meule rotative.

© I. Bragantini

Fig. 34

Fig. 34

Mine d’or, meule rotative complète.

© I. Bragantini

  • 28 Keenan et al. 2000, p. 1171: « ...les déprédations humaines et naturelles actuelles obligent à une (...)

39Nous sommes confrontés ici à un problème déjà rencontré à la « station gréco-romaine » : le manque de données permettant de reconstruire le mode d’exploitation des ressources matérielles et de comprendre comment le paysage a changé au cours du temps et comment de nouvelles « fonctions » et de nouvelles « activités », introduites par les acteurs successifs, ont modifié les situations, en particulier en terme de nombre de personnes impliquées. Ces données ne peuvent êtres obtenues sans procéder à des fouilles mais on sait les difficultés qu’elles entraînent, en termes de faisabilité, de temps, de coûts et – last but not least – de pression que notre travail exerce sur les inspecteurs locaux du SCA. Comme on pouvait s’y attendre, les travaux qui ont été réalisés jusqu’à présent amènent de nouvelles questions et de nouveaux problèmes mais l’état de dégradation du site rendra prochainement toute recherche extrêmement difficile à réaliser28.

Activités humaines récentes dans la zone

40Des traces d’activité humaine intéressantes ont été observées lors de nos prospections mais, en raison du manque de temps et de spécialiste, elles n’ont pas pu faire l’objet d’une véritable étude. Elles pourraient toutefois offrir des perspectives de travail pour des chercheurs intéressés par les périodes récentes. Il s’agit de groupes de quelques pièces, généralement de petites dimensions, construites avec des pierres locales grossièrement taillées (principalement de grès, même si un site dans le wâdi Gasus aurait pu réutiliser les pierres prises dans les ruines de la « station gréco-romaine » : fig. 35). La poterie est habituellement abondante : « amphores » (jarres à eau à deux anses, la plupart du temps avec une pâte de couleur crème) et vaisselle culinaire, dont les formes, la pâte et la technique ont un aspect « traditionnel ». Habituellement, on trouve de grands fragments et il est possible, dans certains cas, de reconstituer complètement les vases (fig. 36). Bien que nous n’ayons pas catalogué ces sites, deux types de contextes peuvent être individualisés. La poterie et les autres objets peuvent être jetés dans de petits dépotoirs, à une certaine distance des quartiers d’habitation, ou ils peuvent encore joncher les pièces d’habitation, comme si le site avait été rapidement abandonné (fig. 37). Les deux types de contexte donneront un tableau vivant des conditions de vie des personnes qui travaillaient à cet endroit. La poterie « traditionnelle » est constamment associée à d’autres objets (boîtes de conserve, interrupteurs), fixant la chronologie vers le milieu du xxe siècle.

Fig. 35

Fig. 35

Habitat moderne dans le wâdi Gasus, construit avec les pierres récupérées dans la « station gréco-romaine » ?

© V. Zoppi

Fig. 36

Fig. 36

Poterie culinaire traditionnelle abandonnée dans un habitat moderne.

© V. Zoppi

Fig. 37

Fig. 37

Dépotoir associé à l’habitat moderne du wâdi Gasus.

© V. Zoppi

41Ces sites sont probablement liés aux mines de phosphate, dont témoigne la « ville fantôme » de Umm el Howeitat (Bragantini, Pirelli 2012, p. 113, note 148). Ce dernier pourrait s’avérer riche de promesses pour un projet de recherche en archéologie contemporaine (fig. 38).

Fig. 38

Fig. 38

Vue générale de l’agglomération de Umm el Howeitat.

© I. Bragantini

Irene Bragantini

L’activité humaine le long du wâdi sur le long terme : de l’âge de la pierre à la période classique

42Les prospections archéologiques le long du wâdi Gasus, wâdi Gawasis, wâdi Safaga et wâdi Wasif, portaient sur les points suivants :

1 : sondages dans la terrasse Miocène où se trouve la « station gréco-romaine ». La partie de la terrasse à l’ouest des bâtiments romains a révélé la présence de plusieurs structures en galets de basalte et de foyers steinplätze.

2 : les prospections dans le wâdi Gasus, le wâdi Gawasis, le wâdi Safaga et le wâdi Wasif visaient à détecter d’éventuelles traces d’occupations Holocène et Pléistocène au-dessus des terrasses fluviatiles.

Site de la « station gréco-romaine »

43Le site est localisé sur une terrasse bordant le wâdi Gasus à environ 8 km de la côte (fig. 39). Le dépôt de surface du site, où les vestiges archéologiques sont clairement visibles, est une surface d’érosion caractérisée par un dépôt éolien de sable et des graviers de basalte. A la surface de la terrasse, à l’ouest du site romain, huit structures en galets de basalte et neuf foyers steinplätze ont été détectés (fig. 40). Ces structures sont caractérisées par des groupes de gros galets de basalte d’origine fluviatile, accumulés en forme de tumulus, de cercles ou d’arcs irréguliers. Dans tous les cas, le diamètre est compris entre 2 et 4 m environ. La nature de ces structures n’est pas claire. Les tumulus pourraient être interprétés comme des structures funéraires, des monuments rituels ou des marquages de territoires. Des tumulus plus grands et mieux structurés ont été détectés au nord du désert oriental, plus particulièrement le long du wâdi Araba où ils ont été interprétés comme marquages de territoires (Tristant 2013, p. 33). Ceux qui ont une forme circulaire ou en arc pourraient être considérés comme des fondations de huttes dont la superstructure aurait été réalisée en matériaux périssables (cuirs et branches). Malheureusement, tout ce secteur a été ravagé par des fouilles clandestines et presque toutes les structures ont été vandalisées. L’observation des rejets des fouilles illégales, visibles sous forme de petits monticules à proximité de chaque fosse, n’a livré aucun vestige de culture matérielle. Les structures de forme circulaire ou arc rappellent les abris en dalles des oasis du désert occidental datables du début et du milieu de l’Holocène (Hamdan, Lucarini 2013 ; McDonald 2009), mais on ne peut exclure que ceux du wâdi Gasus soient des amas de pierres utilisées comme blocs dans les bâtiments romains. Une brève prospection de la partie adjacente de la terrasse, situé 150 m à l’ouest environ, a révélé la présence d’autres structures de basalte de galets.

Fig. 39

Fig. 39

Carte de la région montrant la localisation des sites archéologiques : EMSA : sites du début du Middle Stone Age ; MSA : sites du Middle Stone Age ; MSA/N : site associant des artefacts du Middle Stone Age et du Néolithique ; N : site du Néolithique ; RM : zone de matière première ; S1-RS : site 1 – « station gréco-romaine » (images Google Earth et wikimedia).

© DR

Fig. 40

Fig. 40

Site 1 – « Station gréco-romaine ». Plan général du site avec localisation des structures archéologiques (carte M. Barbarino).

© M. Barbarino

44Les neuf foyers détectés en surface de la terrasse appartiennent à des foyers typiques appelés steinplätze qui sont courants dans de nombreux sites du désert Occidental égyptien et connus dans d’autres régions du Sahara (Gabriel 1987 ; Gallinaro 2014). Ces foyers sont généralement liés à des campements éphémères de petits groupes de chasseurs nomades ou d’éleveurs transitant dans la région et s’arrêtant sur place pour un temps très court. Les exemples que nous avons détectés sont caractérisés par des amas de gravier de basalte ou de petits galets fracturés, habituellement disposés en cercle. Dans certains cas, les vestiges, assez bien conservés, sont caractérisés par de petits monticules de galets circulaires clairement visibles en surface. Dans d’autres cas, les foyers détériorés montrent que le gravier de basalte est dispersé dans une zone plus large. Ceux-ci sont difficilement détectables en surface en raison de la similitude entre les blocs de basalte naturellement noirâtres et ceux qui sont brûlées.

45Le sol de la terrasse montre un grand nombre d’objets lithiques dispersés, des tessons de poterie du Moyen Empire et de l’époque romaine, des fragments de coquillages (les espèces Lambis lambis, Tridacna maxima et tricornis tricornis ont été identifiés) qui auraient pu être utilisés comme nourriture. Quelques pierres de broyage et des cailloux de quartz ont également été identifiés. On note la présence d’un grand broyeur fabriqué en granit rose et montrant une surface de travail plane et polie. Il convient de souligner que la poterie de l’époque historique est particulièrement abondante autour des édifices romains mais que les artefacts lithiques sont presque complètement absents. En revanche, vers le bord ouest de la terrasse, les tessons de poterie deviennent rares et le nombre d’éléments lithiques augmente de manière significative.

46Quelques objets lithiques jonchent la surface – 2 petits nucleus à plusieurs faces, 6 outils retouchés, dont 3 denticulés, 2 racloirs et 1 lame crantée – ; mais aucun outil soigné n’a été trouvé. Le caractère opportuniste des objets retrouvés, principalement utilisés pour des activités de raclage et rapidement fabriqué avec du silex disponible localement, ne permet pas d’attribuer avec certitude ces artefacts à un horizon culturel précis. En comparant avec des objets similaires provenant du désert occidental égyptien (Lucarini 2014) on peut supposer une exploitation de la région au milieu de l’Holocène, peut-être autour de 6000 avant J.-C., même si on ne peut pas exclure une relation avec le site romain postérieur (fig. 3, ad). Au contraire, trois racloirs très patinées et un denticulé sur éclats Levallois témoignent surement d’une occupation de la région qui remonte au Middle Stone Age (ci-après MSA) (fig. 41, e-h).

Fig. 41

Fig. 41

Site 1. Artefacts lithiques : a : nucleus ; b-d : denticulés ; e : lame à coche; f, g : Racloirs du MSA; h : Denticulés du MSA.

© G. Lucarini

47La fabrication et l’utilisation des outils de pierre étaient une pratique courante, même pendant les périodes historiques. Cela est prouvé par la fouille du Foyer 1, l’un des 9 steinplätze découverts dans la zone. Une prospection suivant une grille de carrés de 1x1 m, couvrant toute la zone de diffusion du gravier et des artefacts lithiques a été réalisée (fig. 42a). La récolte des objets de surface a donné 85 éléments de débitage (un nucleus, 3 éclats, 62 fragments et 19 éclats de taille) et 2 outils retouchés (1 racloir et 1 outil encoché sur éclat). Compte tenu de la grande quantité de débris qui a été trouvé, il est probable que cette zone était dévolue au débitage.

48La stratigraphie montre une couche superficielle (c. 1 cm d’épaisseur) constituée de sable éolien jaune mélangé à du gravier basalte noirâtre. Les pierres du foyer sont constituées de galets de basalte. La couche sous-jacente (Layer I) est composée de sable éolien jaune légèrement aggloméré (c. 3 cm d’épaisseur), mélangé à de la cendre et du charbon en correspondance avec le centre du foyer (fig. 42b). Un échantillon de charbon de bois a été daté de 1907 ± 45 bp – 230 cal. AD (LTL16488A). Cette couche I a livré seulement cinq artefacts lithiques, parmi lesquels 1 nucleus, 1 lame et 3 fragments. Le foyer recouvrait une couche dure de sédiments carbonatés blanchâtres stériles (caliche).

Fig. 42

Fig. 42

Site 1. Foyer de type Steinplatz 1 ; a : surface ; b : couche 1 (carré : 1x1 m).

© G. Lucarini

49Etant donné qu’on ne peut réaliser une correspondance stratigraphique, nous ne pouvons pas être sûr que ces témoins de présence humaine dans ce secteur au cours du iiie siècle après J.-C. soient liés aux activités de la « station gréco-romaine » ou bien que les foyers de type Steinplatz soient des vestiges de camps temporaires établis par des groupes nomades lors de leurs passages dans la région.

Prospection du wâdi Gasus, wâdi Gawasis, wâdi Safaga et wâdi Wasif

50Une prospection a été réalisée le long du cours des wâdi Gasus, wâdi Gawasis, wâdi Safaga et wâdi Wasif (fig. 43). Les sites préhistoriques sont principalement concentrés sur les terrasses sur les côtés de l’oued. Cinq sites néolithiques, six sites du MSA et deux secteurs montrant à la fois la présence de matériaux néolithiques et du MSA ont été repérés (fig. 39). Ces sites correspondent principalement à des assemblages lithiques ou à des zones d’atelier de taille. Aucune meule n’a été trouvée et il n’y a pas d’association entre l’industrie lithique et la poterie pharaonique ou romaine. Aucun tumulus, structures ou foyers circulaires n’a été décelé. Parfois, l’assemblage lithique est lié à des secteurs d’approvisionnement en matière première nombreux le long des oueds. Un groupe de sites du MSA a été trouvé le long d’un oued reliant wâdi Gasus et wâdi Gawasis. Un de ces sites a livré un matériel remarquable : un biface fracturé et un outil de type hacherau qui peuvent être attribués à un stade précoce de l’occupation de la région au MSA (fig. 44). Près de cette zone, un témoignage certain de l’occupation humaine au cours du MSA précoce est donné par la Sodmein Cave, situé c. 40 km au nord-nord-ouest de Qusayr et seulement c. 30 km au sud, sud-est des zones étudiées par notre équipe. La Sodmein Cave est l’un des très rares contextes d’Afrique du Nord qui a donné des vestiges du MSA dans une séquence stratigraphique sûre et bien datée (Moeyersons et al. 2002 ; Veermersch et al., 1994). En particulier, la couche inférieure de la grotte, attribuée au Early Nubian complex, a été datée de 115 000 ans (Mercier et al. 1999, p. 1344). Pendant cette période, le dépôt dans la grotte montre un climat humide et probablement un environnement de savane (Moeyersons et al. 2002, p. 847).

Fig. 43

Fig. 43

Bir Wasif.

© G. Lucarini

Fig. 44

Fig. 44

Biface du début du Middle Stone Age trouvé le long d’un oued reliant wâdi Gasus et wâdi Gawasis.

© G. Lucarini

51Les vestiges d’une occupation intensive de la région au cours de l’Holocène sont prouvés par les fouilles de la Sodmein Cave et de l’abri sous-roche de Tree Shelter, situé à seulement 1 km à partir du Sodmein Cave. Ces deux sites fournissent l’assurance de l’occupation de la région au cours de l’Holocène, avec des dates allant de 5500 à 5000 avant J.-C. dans la Sodmein Cave et de 5700-3700 avant J.-C. dans l’abri de Tree Shelter (Linseele et al. 2010, p. 820 ; Vermeersch 2008). Sodmein Cave est aussi le site qui a donné le témoignage le plus ancien de caprins domestiques en Afrique du Nord (Vermeersch et al. 2015).

52A la bordure nord du désert Oriental, des sites néolithiques sont attestés le long du wâdi Araba (Tristant 2010). Un Steinplatz daté vers 4800-4500 avant J.-C. est signalé dans le site ME03 / 10/24, le long du wâdi Bili, à l’intérieur d’El Gouna. Cette structure a été interprétée comme un camp temporaire d’éleveurs nomades (Vermeersch et al. 2005).

Giulio Lucarini

Les inscriptions pharaoniques du wâdi Gasus dans leur contexte29

  • 29 Le présent article – contenant de nouvelles observations et hypothèses sur certains des textes du w (...)

53Trois groupes d’inscriptions pharaoniques ont été découverts jusqu’à présent dans le wâdi Gasus, la division proposée étant basée sur la nature de leur contenu :

  • 30 L’un d’eux a été intentionnellement mutilé avec une pierre entre 2012 et 2015, Bragantini, Pirelli (...)

- le 1er groupe comprend deux inscriptions du Moyen Empire ; James Burton et John Gardner Wilkinson ont déclaré qu’ils les ont trouvées dans la « station gréco-romaine » du wâdi Gasus ;
- le 2e groupe a été découvert par James Burton dans les années 1820 et étudié, pour la première fois, par Georg Schweinfurth à la fin du xixe siècle ; il est composé d’une grande scène du règne de Psammétique I et d’un certain nombre de courts textes royaux ou privés consacrés au dieu Min, la plupart d’entre eux gravés entre la fin de la 3e période intermédiaire et la 26dynastie ;
- le 3e groupe a été découvert par Leo Arthur Tregenza dans les années 1950 et se compose de trois textes gravés dans une mine de plomb de la 26dynastie, située dans le wâdi Roussas (un affluent de wâdi Gasus) ;
La mémoire des 2e et 3e groupes de documents a été presque perdue, en partie parce qu’ils ont été malheureusement enlevés ou détruits30

Premier groupe d’inscriptions pharaoniques : les « stèles » du Moyen Empire

  • 31 Elles ne posent plus guère de problèmes de lecture et d’interprétation. Les deux « stèles » ont été (...)
  • 32 Le premier qui identifia ce site comme un hydreuma fut Schweinfurth (1885).

54Bien que les deux inscriptions soient assez bien conservées et déjà été étudiées et publiées plus d’une fois31, leur localisation et leur contexte d’origine sont loin d’être définitivement résolus. L’une des questions les plus débattues concerne le lieu de leur prétendue découverte par James Burton et John Gardner Wilkinson dans « l’hydreuma gréco-romain »32 du wâdi Gasus. Dans le catalogue pour la vente aux enchères du 25 Juillet 1836 de Sotheby’s, Burton décrit les deux documents comme suit :

55« Une tablette de basalte, trouvé dans un petit temple à wâdi-Jasoos, sur les rives de la mer Rouge. La sculpture est en Intaglio et le "Cartouche" donne le nom du Pharoah (sic) Osirtesen II », puis : « C’est une tablette très intéressante étant donné les circonstances de découverte à proximité immédiate d’une station et de mines de grande étendue, dont elle tend à prouver la haute antiquité d’exploitation » (fig. 45).

Fig. 45

Fig. 45

La stèle de Khnoumhotep trouvée par Wilkinson dans la « station » du wâdi Gasus (Dessin de Burton, Mss ADD. 25629, 49).

© Burton

  • 33 Je suis très reconnaissante à Patricia Usick (Dep. of Ancient Egypt and Sudan, The British Museum) (...)

56« Une autre tablette royale en basalte ; trouvée dans le même temple et dont la sculpture est également en Intaglio. Le "Cartouche" ici donne le nom du Pharoah Amun-M-Gori ? qui a vécu environ seize cent vingt ans avant J.-C., immédiatement après la mort de Joseph. L’inscription indique la vingt-huitième année de son règne, et le pharaon est représenté faisant une offrande à Khem ». Ensuite, il précise que « aucune autre tablette ou inscription n'ayant été trouvée dans ce secteur, il semblerait que la station et les mines aient été abandonnées à aucune époque peu éloignée de cette date » (fig. 46)33..

Fig. 46

Fig. 46

La stèle de Khentikhetyur trouvée par Burton (Dessin Burton, Mss ADD. 25629, 50).

© Burton

  • 34 Voir note 31.

57La première « tablette » est la stèle de Khnoumhotep, qui porte la date de la première année du règne de Senuseret II (trouvée par Wilkinson) et qui mentionne tՅ-nr ; tandis que la seconde est celle de Khentikhetyur, datée de la 28e année du règne d’Amenemhat II, qui mentionne Saww et Punt (trouvée par Burton)34.

  • 35 British Library : Add Mss 25626, 66 ; Je suis reconnaissante à la British Library de m’avoir fourni (...)

58Plus de 100 ans plus tard, Abdel Monem Sayed a visité le site du wâdi Gasus au cours d’une enquête de cette région, dans le but de trouver le « port » de Saww mentionné dans cette dernière stèle. Après le travail d’une saison sur le site, il a déclaré que ni les preuves archéologiques ni les vestiges architecturaux ne peuvent remonter plus tôt que l’époque gréco-romaine et, pour cette raison, la « station » ne pouvait pas être le contexte originel des deux documents du Moyen Empire. Il se rendit vers le sud à Marsa Gawasis sur la côte, un site déjà mentionné par Burton, Weill et Tregenza35. Là il trouva une situation archéologique complètement différente, avec une grande abondance de vestiges de la 12e dynastie. Sayed a alors émis l’hypothèse que les « stèles » provenaient de Marsa Gawasis et qu’elles avaient été transportées à la « station ».

  • 36 Manzo in Bragantini, Pirelli 2013a, p. 54 ; Bragantini, Pirelli 2015, p. 166.
  • 37 Manzo 2011, p. 221.
  • 38 Bragantini, Pirelli 2015, p. 166.

59Durant les dernières années, de nouvelles données archéologiques ont modifié nos connaissances sur la « station » du wâdi Gasus36 : les résultats d’une prospection de surface réalisée par A. Manzo sur le site37 ont été confirmés par une récolte plus systématique de la poterie par A. Lena et I. Incordino, qui ont noté un pourcentage de 18 % de vases du Moyen Empire38, éliminant ainsi l’incompatibilité chronologique entre les « stèles » et leur éventuel emplacement originel dans la « station ».

  • 39 Mss ADD. 25626, 66.

60À partir de ces nouvelles données, j’ai décidé d’examiner la question en profondeur, en raison de certains doutes découlant surtout des textes. Ainsi, je recueilli et examiné toutes les informations à ma disposition, y compris le carnet de Burton conservé à la British Library39.

  • 40 Sayed 1977.
  • 41 Sayed 1978.

61De l’avis de Sayed, la mention du port sur la »stèle« de Khentykhetyur indiquait que son emplacement d’origine devrait être sur la côte et non pas dans un wâdi40. Il suppose en outre que l’autre stèle aurait également pu avoir la même provenance. Cependant, si l’on observe la plaque de Wilkinson que Sayed a publié dans un article approfondi (en arabe, fig. 47)41, nous voyons que l’explorateur britannique a replacé une seule des « stèles » sur sa carte de la « station », alors qu’il n’a fourni aucune indication pour la deuxième « tablette ». Burton a néanmoins déclaré qu’il avait trouvé la deuxième stèle « dans le même petit temple à Aenum ». Il les a rapportées plus tard toutes les deux en Grande-Bretagne avant de les mettre en vente ensemble chez Sotheby’s. Comment doit-on interpréter cela ? On pourrait supposer, soit que les deux étaient dans le même lieu et que Wilkinson a vu une seule d’entre elles, ou bien que la deuxième « stèle » a été trouvée dans un endroit différent, mais non loin de l’autre. Dans les notes du journal de Burton du 18 avril 1831, nous lisons :

« Leave Aboo Gowah at 25 minutes before 1.

  • 42 Voir supra note 35.

At the entrance of the wady Eastward it becomes wide… We passed the Chapel of Osirtesen! again and proceeded onwards to the Sea winding around amongst the hills into another wady so as not to fall upon the Coast too far South and arrived at a little port with ancient alàms in 3h 25’- but we came out of our way and I believe we could have done it in 3 hours or (as we rode)= 15 miles. At the end of wâdi Djasoos must be the ancient town upon the coast I saw the first journey I made along here This must be Philoteras? »42.

Fig. 47

Fig. 47

Plan de Sayed (1978) montrant l’emplacement de la stèle trouvée par Wilkinson.

© M.A. Sayed

  • 43 Meredith 1953, p. 102.
  • 44 Le mot arabe indique un signe ou une marque.
  • 45 Quelques observations intéressantes sur le wâdi Gasus et le wâdi Gawasis ont été faites en 1910 par (...)
  • 46 Pirelli 2007.
  • 47 Nibbi 1976, pls. IX-X. Dans le catalogue de Birch 1880, pls. III-IV, seuls les dessins des faces an (...)
  • 48 Ou bien, on peut supposer, même avec les doutes exposés plus haut, que les deux (pas seulement la « (...)
  • 49 Je conserve ici la dénomination « basalte » contenue dans le rapport de restauration du Musée de Du (...)
  • 50 Je suis très reconnaissante à Rachel Grocke, qui m’a donné toutes les informations actuelles sur la (...)

62Il appelle « Chapelle d’Osirtesen » l’endroit où Wilkinson avait trouvé la stèle de l’époque de Senuseret II, mais ne dit rien sur l’autre. À cet égard, dans son article de 1953, Meredith indique que : « À l’intérieur d’un petit temple à ’Aenum’, Wilkinson a trouvé et copié une stèle Sésostris II et c’est peut-être ici (une mention dans une de ses cartes approximatives suggère un autre site plus proche de la mer) que Burton a trouvé une seconde stèle de la XIIe dynastie, du règne précédent (Ammenems II) »43 Il est également intéressant de remarquer que lorsque Burton a avancé vers l’est, il n’a pas suivi le wâdi Gasus, mais il a tourné légèrement vers le sud et a atteint la côte et un site avec anciens « alàms »44, évidemment le site de Marsa Gawasis. Cet itinéraire correspond bien à l’itinéraire suggéré par Weill pour aller de wâdi Gasus à wâdi Gawasis45. Burton aurait-il trouvé « sa stèle » le long de cette route ? À cet égard, il est intéressant d’observer plus attentivement ses dessins. Dans son bloc-notes, deux détails de la « stèle » de Khentykhetyur ont été particulièrement révélateurs (fig. 46). La décoration n’occupe pas toute la surface polie, mais elle laisse une base vide au bas ; en outre, contrairement à l’autre « stèle », celle-ci est représentée à partir d’ une vue de trois-quart, et cela a permis de se rendre compte que son dos n'était pas fini : autrement dit la « stèle », n’a pas été sculptée comme une dalle destinée à être insérée dans une structure (comme les stèles du site voisin de Marsa Gawasis, par exemple46), mais elle a l’air d’être directement gravé sur un mur de roche dont elle était plus ou moins détachée. La même considération pourrait être établie en observant avec une plus grande attention les deux images des « stèles » publiées en 1976 par Nibbi47, où il me sembla que les deux monuments n’étaient pas des objets initialement mobiles : leur forme actuelle semble être le résultat d’une intervention de conservation, après leur transport depuis l’Égypte. Si cette hypothèse était avérée, il s’ensuivrait une implication intéressante : à l’origine, les deux documents n'auraient été ni érigés dans un mur construit, ni intégrés dans une paroi rocheuse, de sorte que leur collocation primaire devrait être recherchée dans un site différent, mais probablement non loin de la « station »48. Pour vérifier cette hypothèse, j’ai contacté Rachel Grocke, conservateur adjoint des musées universitaires de Durham ; elle m’a envoyé les dossiers des deux monuments, un extrait d’un rapport ainsi que quelques photos prises lors de la restauration de la « stèle » trouvée par Wilkinson. Les deux objets en « basalte »49 sont des blocs détachés d’une paroi rocheuse et exposés sous la forme d’une stèle (figs. 48, 49)50.

Fig. 48

Fig. 48

Stèle de Khentykhetyur (Courtesy of the Durham University Museum).

© Durham University Museum

Fig. 49

Fig. 49

Arrière de la stèle de Khnoumhotep (Courtesy of the Durham University Museum).

© Durham University Museum

  • 51 Sur cette question cependant, voir ci-dessous.

63Je pensais que la nature de la roche pourrait nous aider à retrouver leur origine : théoriquement, ce ne pouvait pas être – comme l’avait proposé Sayed – dans le cours inférieur de wâdi Gawasis51, où une roche coralline forme les terrasses. L’emplacement d’origine des stèles devait plutôt être recherché dans le même wâdi Gasus où l’on trouve des affleurements de Grauwacke. Ces considérations me conduisirent à rechercher un tel emplacement dans le petit wâdi reliant le wâdi Gasus au wâdi Gawasis.

  • 52 Bragantini, Pirelli 2015, p. 167. Au cours de la même campagne, nous avons aussi vérifié que les gi (...)

64Mon hypothèse a été vérifiée au cours de la dernière campagne, en 2015. À partir d’un repérage technique de la région grâce à Google Earth, nous avons identifié un wâdi susceptible de convenir. Le trajet en voiture est très rapide (15 minutes) et sans obstacle. Sur le chemin du retour, il fut facile et confortable de cheminer. Cependant, la nature géologique du wâdi (principalement des roches évaporitiques avec des galets de silex) a révélé que cette zone ne pouvait pas être le site d’origine des deux inscriptions Moyen Empire52.

65Alors d’où proviennent ces inscriptions ? Nous pouvons suggérer deux hypothèses :

  • 53 Sayed 1977, pp. 138-177 ; Bard, Fattovich 2007, pp. 30-32.
  • 54 Sur la nature des « Paneia », voir Bernand 1977, pp. 269-271.
  • 55 Je ne prends pas en considération une troisième possibilité, à savoir que les « stèles » auraient p (...)

- les blocs ont été détachés d’une paroi rocheuse dans une partie intérieure du wâdi, puis transportés vers Marsa Gawasis, pour être érigés non dans un mur, mais dans une structure construite en pierres sèches, semblable à l’un des sanctuaires circulaires sur la terrasse53 ;
- les inscriptions ont été gravées directement sur la paroi rocheuse, fonctionnant comme un lieu de culte très simple, à la manière des Paneia postérieurs54, égrenés dans de nombreux widian du désert Oriental55.

  • 56 Pour les derniers rapports de la mission, voir CISA Newsletter 2009, 2010, 2011.
  • 57 Pirelli 2010, p. 238.
  • 58 Et non de la zone des grottes et des abris dans le wâdi : Pirelli 2010, pp. 239-241.

66La première hypothèse signifierait revenir à la théorie de Sayed. Cependant, après l’enquête de la mission italo-américaine dans le wâdi / Marsa Gawasis pendant plus de 10 ans, nous en savons plus sur le port de Saww56. De nombreux documents qui ont été mis au jour, ajoutent des détails caractéristiques sur la typologie, la chronologie et la distribution des inscriptions. Sur la base de ces nouvelles données, nous pouvons dire que le contenu des deux inscriptions du wâdi Gasus s’intègre parfaitement dans le type I des stèles trouvées sur le site57. Compte tenu de leur chronologie, ces stèles pourraient provenir de la terrasse de corail au-dessus de la Marsa58.

  • 59 Bard, Fattovich 2010, p. 8, 12, 23. Je remercie Rodolfo Fattovich de m’avoir donné des informations (...)
  • 60 Sur cette question, voir Schumacher 1988, pp. 69-72 et Aufrère 1998, p. 14.

67Une stèle de calcaire nouvellement découvert dans le wâdi Gawasis (WG 29) – identifiée comme type I – peut être utilement incluse dans la discussion. La stèle a été trouvée à l’entrée de la grotte 8, à la limite nord-ouest du site59, dans le wâdi, mais, selon les archéologues de la mission, elle aurait glissé vers le bas à partir d’une structure située au-dessus. En l’an 2 du règne de Senuseret II, le héraut Henenu « est arrivé au temple de Min, selon le désir de Sa Majesté ». Il est intéressant de noter que sa date suit immédiatement celle de l’inscription de Khnoumhotep qui porte la date de la première année de Senuseret II et dit « La première année : établir son monument à Ta-netjer » (fig. 45). Je pense que cela indique que les deux textes se réfèrent à un seul et même monument et que l’inscription de Khnoumhotep rappelait un événement qui se produisit dans cette zone, entre Marsa Gawasis et le wâdi Gasus. Sur cette question, cependant, nous devons souligner que la « stèle » de Khnoumhotep est la seule, parmi les inscriptions que nous traitons, qui est consacrée au dieu Soped et non à Min. Dans cette région, cependant, les deux dieux partagent plusieurs caractéristiques et quelques épithètes, et sont sûrement liés l’un et l’autre, parfois au moyen de l’assimilation avec d’autres divinités60. De plus, l’inscription de Khnoumhotep est parmi les plus anciennes inscriptions connues dans cette région, de sorte qu’on pourrait penser que, dans cette phase, Min n’était pas encore devenu le maître incontesté, le « Seigneur » du désert. Cette hypothèse est confirmée par l’autre plus ancienne inscription de notre premier groupe, celle de Khentykhetyur, qui est consacrée à la fois à Haroeris et à Min de Coptos.

68Cela ne résout cependant pas la question de l’emplacement originel des deux monuments. Si nous faisons l’hypothèse qu’il s’agit de Marsa Gawasis, une question se pose immédiatement : comme nous l’avons vu, la face postérieure des blocs n’est ni travaillée, ni plate comme le sont les autres stèles trouvées au wâdi / Marsa Gawasis (y compris celle de Henenu). Cependant, elles pourraient avoir été érigées dans des structures construites en pierres sèches, comme les monuments privés de la terrasse au-dessus de Marsa Gawasis où différents types de supports épigraphiques ont été découverts : dalles de calcaire ou ancres réutilisées. Comme les deux inscriptions sont clairement de nature privée, je pense qu’on peut écarter l’hypothèse qu’elles étaient érigées dans une chapelle ou un temple d’État ; d’ailleurs aucune structure de ce type n’a été trouvée à Marsa Gawasis jusqu’à présent.

69Toutefois – en raison de leur conformation particulière – je suis convaincue que nous ne pouvons exclure une provenance d’un site différent. Cela nous amène à ma deuxième hypothèse, à savoir que leur lieu d’origine était dans un site où leur fonction était non seulement de commémorer les réalisations des responsables égyptiens qu’ils nomment, mais aussi de désigner un lieu sacré le long de la route joignant la vallée à la mer Rouge. Je suggère que ce lieu pourrait être voisin du deuxième groupe d’inscriptions pharaoniques et des graffitis du wâdi Gasus.

Le deuxième groupe d’inscriptions pharaoniques : un « Paneion » Pharaonique ?61

  • 61 Voir ci-dessus, et note 55.

70Le deuxième groupe d’inscriptions est composé d’un certain nombre de courts textes royaux et privés consacrés au dieu Min ; ils ont été gravés entre la fin de la Troisième Période Intermédiaire et la 26e dynastie.

  • 62 Schweinfurth 1885, p. 10 ; Tregenza 2004, pp. 179-181.
  • 63 Klemm, Klemm 2013, p. 85
  • 64 Je suis fort redevable à Joachim Quack qui m’a autorisé à publier cette photographie et à Claus Jur (...)

71Selon les premiers explorateurs (Schweinfurth, Tregenza)62 et ceux qui ont visité la région au cours des dernières décennies (Klemm et Klemm)63, une grande scène consacrée à Amon-Ra et Min a été gravée sous le règne de Psammétique I sur le flanc nord du wâdi Gasus. Malheureusement, nous n’avons pas pu la retrouver et, après une longue recherche, à la fois sur le terrain et dans les publications, je suis arrivé à la conclusion irréfutable qu’elle n’existe plus à sa place originelle. Elle a été enlevée il y a quelques décennies, comme un guide local nous en avait informé lors de notre première brève prospection en 2012. La photographie prise par Joachim Quack entre 1992 et 1994 (fig. 50)64, montre qu’à cette époque, seule une petite partie de la paroi (avec deux cartouches) était conservée, tandis que la « Grande scène de Psammétique I » avait été déjà volée en la découpant le long des veines de la roche. Au cours de notre dernière prospection, en 2015, nous avons visité l’endroit, grâce aux coordonnées fournies par nos collègues, et nous avons constaté que malheureusement même la petite partie subsistante a été depuis découpée. Avant même de connaître le mot fin de l’histoire, nous avions décidé de désigner comme site 4 l’endroit où cette scène devrait se situer. Le site se trouve juste en face du débouché d’un wâdi se terminant dans le vaste bassin rond de Bi’r Abu Gowah, une importante source d’eau potable, probablement active jusqu’à ces derniers temps.

Fig. 50

Fig. 50

Les cartouches des deux « Divines Adoratrices » (Courtesy of J.F. Quack, Photo 1992-1994).

© J.F. Quack

  • 65 Burton, British Museum, Add. MS 25629, 48-50, mentionné dans Vikentiev 1952.
  • 66 Schweinfurth 1885.
  • 67 Leclant 1953.
  • 68 Vikentiev 1956
  • 69 Kitchen 1996, pp. 175-183 ; Jurman 2006, et bibliographie.

72La scène a d’abord été vue et dessinée par Burton65, puis à nouveau par Wagner pour Schweinfurth et publié par ce dernier dans son long article sur wâdi Gasus en 1885. Cet article est accompagné d’une annexe par Erman commentant la scène et les inscriptions66. Elle a été ensuite photographiée par Tregenza (1951) et par Leclant (1952)67, et publiée par Vikentiev68. Au cours des dernières années, une partie de ces inscriptions a fait l’objet de nouvelles études par des chercheurs s’intéressant à la chronologie de la phase finale de la Troisième Période Intermédiaire et aux débuts de la 26e dynastie69.

  • 70 Pirelli, in Bragantini, Pirelli 2013a, pp. 79-85.

73Malgré l’intérêt remarquable qu’elle a suscité depuis sa découverte, la « grande composition rupestre du wâdi Gasus », comme Vikentiev l’a appelée, n’a été décrite dans tous ses détails que récemment par l’auteur de ces lignes70.

  • 71 Vikentiev 1956.
  • 72 Dodson, Hilton 2004, p. 242. Jurman 2006 publie une photographie récente de Joachim Quack montrant (...)

74La plupart des publications se concentrent soit sur une partie limitée de la composition (la « scène principale », voir ci-dessous) soit sur des passages spécifiques des inscriptions. Vikentiev lui-même a utilisé les dessins de Wagner et en partie celui de Burton, ce dernier lui ayant été envoyé par Meredith, qui avait copié seulement la partie centrale de la scène, la même qui fut photographiée par Tregenza puis par Leclant71. Ces derniers temps, la scène a été publiée dans son intégralité une seule fois, et sur la base du dessin de Wagner qui manque de précision72.

  • 73 Mss ADD. 25626,66.

75Ainsi, pour décrire complètement de la scène, nous avons besoin de prendre en compte tous les documents à notre disposition : les dessins de Burton (fig. 51)73, la copie de Wagner (fig. 52), le dessin de Vikentiev (fig. 53) et les photographies de Tregenza et de Leclant (figs. 54, 55).

Fig. 51

Fig. 51

Dessin de Burton représentant la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Mss ADD. 25629, 48).

© Burton

Fig. 52

Fig. 52

Dessin de Wagner représentant la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Schweinfurth 1885).

© Wagner

Fig. 53

Fig. 53

Dessin de Vikentiev représentant la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Vikentiev 1956).

© V. Vikentiev

Fig. 54

Fig. 54

Photographie de la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Vikentiev 1956).

© V. Vikentiev

Fig. 55

Fig. 55

Photographie de la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus.

© V. Vikentiev

  • 74 Schweinfurth 1885.

76Nous pouvons émettre l’hypothèse que la scène mesurait environ 3-3,5 m de large et 1,5-2 m de haut, sur la base de la taille approximative donnée par Schweinfurth, soit 6 mètres carrés74 et sa hauteur grâce à son ratio par rapport à la largeur peut être calculée sur le dessin de Wagner.

  • 75 Le dernier signe est corrigé par Vikentiev en n[b nTrw], mais il s’agit probablement d’une erreur d (...)
  • 76 Selon Vikentiev 1952, et non Min de Coptos comme indiqué par Schweinfurth.
  • 77 Je mène toutefois une étude sur les noms de Min dans le désert Oriental, et je ne suis plus si sûre (...)

77La scène principale montre trois figures royales sur la gauche face à deux dieux à droite (du spectateur). Selon notre reconstruction hypothétique, la hauteur des personnages ne dépasse pas 0,85 m. Ils sont debout sur une longue ligne représentant la surface horizontale de la perche du dieu Min. Psammétique I est représenté au milieu de la scène, dans l’acte d’offrir deux vases globulaires à Amon-Ra et Min. Le roi – dont le nom est inscrit dans un cartouche au-dessus de sa coiffe – porte la couronne blanche avec l’uraeus, le collier wst et le šndyt. Fait intéressant que Vikentiev avait déjà fait remarquer : l’image n’a pas de légende propre, le roi étant mentionné dans la légende de sa fille Nitocris qui se tient derrière lui : « Fille du roi Psammétique, la Divine Adoratrice Nitocris ». Amon Ra-dont le nom est inscrit au-dessus de sa représentation avec l’épithète nb nswt tՅwy75, porte une coiffe à double-plume avec un disque solaire et tient le sceptre wՅs dans la main droite et le signe n dans la main gauche. Derrière lui se tient le dieu Min ithyphallique qui porte la même coiffure. Selon Vikentiev, l’inscription se référant à lui ; se lit « Min des Mines76, et Horus, Isis, les Coptites », reconnaissant dans la première partie de la même épithète du dieu celle inscrite à l’entrée de la mine de plomb du site 3 (voir ci-dessous)77. Sa représentation est seulement plus petite (presque imperceptiblement) que celle d’Amon Ra.

  • 78 Il est également intéressant de noter que le nom de Pye est écrit avec une orthographe rare : le pr (...)
  • 79 Comme Vikentiev 1952 l’a souligné à raison.

78De l’autre côté, derrière Psammétique, se trouvent deux figures féminines, toutes les deux légèrement plus grandes que le roi. Elles correspondent à la « fille du roi et Divine Adoratrice Nitocris », suivie de sa mère adoptive Chepenoupet II, défini comme « sa mère, la femme de Dieu, Shepenupet, mՅ(t) rw, fille du roi Pye78 », mՅ rw. Les deux prêtresses portent la double coiffe à panache, l’uraeus et le collier wst ; elles tiennent dans leur main droite un signe n, la seule différence étant leur coiffure (Nitocris porte une perruque courte, Shepenupet de longs cheveux répartis en trois). Alors que Nitocris participe activement à l’offrande, comme indiqué par le geste d’adoration accompli par son bras gauche, Shepenupet se contente d’aider sa fille, posant sa main gauche sur son épaule. Toutes les inscriptions (même celles faisant référence aux dieux) regardent à droite, y compris les deux noms privés de Wenamun et Paynekhet, respectivement à gauche et au-dessous de la scène. La position, la taille et les attitudes des personnages et des textes qui se réfèrent à eux indiquent que le personnage central est la Divine Adoratrice Nitocris et non Psammétique I79.

  • 80 Et non sur la copie sur laquelle travaillait Vikentiev.

79Autour de la scène principale, sept petits groupes de personnages et de textes sont gravés, cinq représentant le dieu ithyphallique Min tourné vers la droite (Groupes 1-5), un groupe avec deux courtes inscriptions verticales avec cartouches (Groupe 6), le dernier groupe montrant le dieu Amon-Ra tourné vers la gauche (Groupe 7 : omis dans la copie de Wagner). Ces groupes, cependant, sont reproduits seulement dans le dessin original de Burton80 et dans la copie de Schweinfurth, qui est cependant bien moins précise.

80D’une manière générale, on remarque que plusieurs détails sont différemment rendus dans les deux versions : le style et la taille des personnages, leur position par rapport aux figures de la scène principale, leurs textes et même la précision de la gravure. De plus alors que le dessin de Wagner reproduit la scène toute entière, telle qu’elle se présentait sur la paroi rocheuse, le dessin de Burton, bien que plus précis, est reproduit sur deux pages différentes de ses blocs-notes, les deux parties n’étant pas à la même échelle (fig. 51). En outre, alors que Wagner reproduit seulement quelques signes hiéroglyphiques, la copie de Burton assure que les textes – sauf un dédié au dieu Amon – correspondent parfaitement à la typologie des textes des dédicaces à Min, que l’on trouve dans le wâdi al-Hammâmât.

  • 81 Pirelli, in Bragantini, Pirelli 2013a, pp. 82-85.

81Une description complète des sept groupes d’images et des courtes inscriptions, a été publiée par l’auteur en 201381 ; j’en résume brièvement le contenu.

  • 82 Ibidem.

82Les scènes 1 à 5 montrent le dieu Min et, devant lui, une inscription qui lui est dédiée, parfois accompagnée d’une figure humaine à genoux. Lorsque l’inscription est lisible sur les dessins de Burton, je reconnais des noms datables de la Basse Epoque et on peut vérifier que certains d’entre eux sont connus dans les inscriptions contemporaines du wâdi al-Hammâmât82. Dans tous les cas, on peut exclure qu’elles soient antérieures à la scène d’offrande de Psammétique I et de Nitocris, une donnée qui est confirmée par le fait que la surface sur laquelle la « grande scène » est sculptée, a été taillée et lissée, entraînant éventuellement l’effacement d’inscriptions antérieures.

83Dans une seule scène (groupe 7), c’est Amon, et non Min, qui reçoit les offrandes de la part d’un personnage royal. Je suis encline à penser que cette scène pourrait être plus ancienne, à la fois par son style (décelable grâce à la précision des dessins de Burton) et par sa position. Dans les photographies de Tregenza et Leclant, seules quelques traces sont visibles, juste au-dessus de la scène principale et il semble que le polissage de la partie inférieure ait affecté les pieds du dieu (voir figs. 54, 55).

  • 83 Kitchen 1996, pp. 175-183.
  • 84 Jurman 2006.

84Le sixième groupe, complètement différent des autres, est formé par les cartouches de deux autres adoratrices divines, Aménirdis et Shepenupet, précédés respectivement par « 12e année de règne » et « 19e année de règne » et suivie par l’expression n.t. L’interprétation des dates et l’identification des deux prêtresses ont fait l’objet de débats. Selon Kitchen, elles doivent être identifiées comme Amenirdis I et Shepenupet I83. Dans une étude récente, Jurman a suggéré qu’il pourrait s’agir Amenirdis I et Shepenupet II84. Dans tous les cas, les cartouches ont été gravés antérieurement à la grande scène, à la fois si l’on accepte l’interprétation de Kitchen, qui reconnaît Shepenupet I ou si l’on penche pour l’hypothèse de Jurman (Shepenupet II) car elle est définie ici comme vivante, tandis que dans la grande scène, elle est « décédée ».

85Comme signalé plus haut, l’emplacement de ce site, à la sortie d’un wâdi débouchant sur une source d’eau n’est pas dû au hasard. Il doit y avoir un lien avec l’occupation de ce secteur. Les cartouches de Amenirdis et de Shepenupet et la scène avec Amon prouvent clairement que le site n’a pas été inauguré par Psammétique I et que les inscriptions sur le pan de roche devaient représenter un signal fondamental adressé aux expéditions venant dans cette zone pour exploiter les mines et / ou les carrières de cette zone. À cet égard, il est utile de rappeler que, sur le site minier (re)découvert par la mission italienne en 2012 (voir ci-dessus) et daté principalement de l’Antiquité tardive, nous avons également recueilli une meule qui pourrait être antérieure à cette période et un tesson de céramique datant de la 25e ou 26e dynastie.

  • 85 Sur l’identité des dieux qui étaient adoré ici, et leur lien avec Min, voir note 60.

86Je propose donc, avec prudence, que les inscriptions de Khentykhetyur et de Khnoumhotep du Moyen Empire proviennent de ce lieu et que ce pan de roche soit interprété comme une sorte de Paneion de l’époque pharaonique85 . Malheureusement, cette hypothèse ne pourra être confirmée ou infirmée car le site est aujourd’hui complètement détruit (fig. 56).

Fig. 56

Fig. 56

Etat actuel de la paroi rocheuse où devaient se trouver les scènes d’offrandes de Psammétique I et de Nitokris.

© R. Pirelli, 2015

87La taille monumentale de la « scène principale » indique que, durant la 26e dynastie, les institutions égyptiennes (le roi et le Bureau des Divines Adoratrices, le “pr-dwՅt-nr”) manifestaient un fort intérêt dans l’exploitation de cette région, surtout d’une mine de plomb voisine de ce site, où le troisième groupe d’inscriptions a été trouvé.

Troisième groupe d’inscriptions pharaoniques dans la zone de la mine de plomb

88Avec l’aide d’un guide local, nous sommes parvenus à la mine de plomb découverte par Tregenza en 1951. Elle s’ouvre dans le cours supérieur d’un grand wâdi qui commence dans une direction nord-sud, s’oriente ensuite est-ouest et se jette enfin dans le wâdi Gasus à environ 1,5 km à l’est de la « station gréco-romaine ».

89À mi-hauteur de l’abrupte paroi rocheuse occidentale du wâdi trois orifices circulaires ont été creusés avec une grande précision. Ils sont protégés par de petits murs de grosses pierres et s’ouvrent au niveau d’un chemin assez régulier. Une première exploration rapide a permis de voir que les puits inclinés presque à verticale sur les premiers mètres débouchent dans une sorte de chambre d’où se ramifient des tunnels.

  • 86 Tregenza 2004, p. 181.
  • 87 Tregenza 2004, p. 181. Vikentiev, au contraire, affirme que ce fut M. Simpson qui trouva la stèle e (...)
  • 88 Tregenza 2004, p. 181.

90À l’entrée de l’une de ces chambres (fig. 57), nous avons retrouvé l’inscription hiéroglyphique (fig. 58) copiée par Tregenza et mentionnée dans sa publication86. Bien qu’il ait mal interprété l’identité de Min Biaty, le prenant pour le chancelier de Thèbes à la place du dieu, il a donné une version correcte du sens général de cette courte inscription et de deux textes plus longs, gravés sur une« petite stèle » – en fait à peine plus qu’un bloc de granit, à peine épannelé –, qui avait été précédemment trouvée près de l’entrée87 par les Bédouins qui l’avaient accompagné88.

Fig. 57

Fig. 57

Entrée de l’une des chambres de la mine de plomb. La flèche indique l’emplacement de la courte inscription.

© R. Pirelli, 2012

Fig. 58

Fig. 58

La courte inscription à l’entrée d’une chambre de la mine de plomb.

© R. Pirelli, 2012

  • 89 Vikentiev 1956.

91Dans une étude précise, Vikentiev a identifié le court texte (Inscription C) comme la plaque cryptée donnant le nom de la mine, sa nature, et le nom du dieu qui l’a créée : « mine de plomb, créé par le dieu Min de la Mine « [tՅ bՅyt] ms (n) Mn bՅty dty] »89. Malheureusement, comme on peut le voir sur les deux photos prises à 60 ans d’intervalle, puis à nouveau en 2015 (figs. 58, 59, 60), seulement les deux tiers de l’inscription étaient préservés en 2012, alors qu’en 2015 nous l’avons trouvée complètement et intentionnellement effacée avec une pierre, tandis qu’une inscription religieuse islamique avait été ajoutée au charbon de bois.

Fig. 59

Fig. 59

Le texte de la courte inscription (photo Tregenza 1951 in Vikentiev 1956).

© L.A. Tregenza

Fig. 60

Fig. 60

Mine de galène : l’inscription hiéroglyphique, intentionnellement détruite.

© R. Pirelli, 2015

  • 90 49 cm tall, 19 wide and 19 thick.
  • 91 Ibidem.
  • 92 Pour le texte et sa date, voir Vikentiev 1956.

92Vikentiev a également étudié les deux textes gravés sur la stèle90 (inscription A et B91) où le nom de la mine est répété deux fois, mais écrit de façon plus complète (fig. 61). Le texte de l’avers indique que la 14e année de Psammétique I, la mine a été placée sous la responsabilité de Padiusir à la demande de Montouemhat, quatrième prêtre d’Amon. La tâche de Padiusir était de trouver un « bon itinéraire » pour y parvenir. Le texte plus court gravé sur l’un des côtés conclut que, après avoir établi l’itinéraire, l’expédition, dirigée par Messhesy (probablement un guide local), a atteint la mine dans la « Terre des vivants » et une offrande a été faite au dieu Min ( ?)92.

Fig. 61

Fig. 61

Dessin de la « petite stèle » par Tregenza.

© V. Vikentiev, 1956

  • 93 Vikentiev 1956, p. 181, note 1.

93Ni Tregenza, ni Vikentiev n’indiquent la destination finale de la stèle qui a été transportée sur ordre de « M. Simpson [le directeur local de l'Anglo-Egyptian Phosphate Co., A/N] .... (qui) mit très aimablement à notre disposition la pierre en nous l’expédiant dans un emballage spécial, excluant toute possibilité d’endommagement pendant son transfert sur les pistes cahoteuses du désert oriental »93.

  • 94 Ibidem.

94Il peut être utile d’insister sur quelques pistes intéressantes que ces textes fournissent et qui demandent une enquête plus approfondie lors de futures missions. Un premier point concerne la nature énigmatique de l’inscription la plus courte. Selon Vikentiev, « cet ingénieux camouflage nous fait penser que, pour une raison ou pour une autre, on a jugé nécessaire de tenir secret le contenu de la mine de plomb de wâdi Roussas »94 pendant toute la période au cours de laquelle la mine a été exploitée. Les textes de la petite « stèle » devaient être, à son avis, plus récents que la plaque (inscription C). Ils dateraient de la fin de la période d’extraction, lorsqu’il n’était plus nécessaire de cacher la nature du site.

95Le contenu des deux textes, cependant, ne semple pas totalement soutenir l’interprétation de Vikentiev. La recherche d’un « bon itinéraire » pour parvenir à la mine et les offrandes dédiées à un dieu à la fin de l’expédition couronnée de succès semblent plus compatibles avec les premières étapes d’une entreprise plutôt qu’avec la fin d’une activité.

96Pour cette raison, si je suis d’ accord avec Vikentiev pour estimer que le texte C a été écrit au moment de la découverte de la mine par l’équipe d’explorateurs, probablement conduit par Messhesy, je pense que les textes A et B ont été écrits plus tôt qu’il ne suppose : non à la fin de l’exploitation de la mine, mais au moment de l’arrivée des ouvriers et des soldats chargés de protéger les mineurs et la mine. En d’autres termes, ces textes célèbrent le début officiel des activités d’extraction.

97La grande valeur élevée que les Égyptiens attribuaient à cette mine est confirmée, comme on l’a dit plus haut, par la gravure de la grande scène d’offrande par Psammétique I et la Divine Adoratrice Nitokris.

  • 95 Meredith 1953 ; Sayed 1977 ; Tregenza 2004 ; Fuchs, Hašek, Poichstal 2006. Ogden, citant Garland, B (...)
  • 96 Castel, Soukiassan 1989.
  • 97 Ogden 2009, p. 168, avec bibliographie antérieure.
  • 98 Wb V, 606, 4 ; Lesko 2002, p. 274

98Quelle est donc la raison d’un tel intérêt pour une mine de plomb, étant donné que ce minéral était assez commun dans cette région du désert oriental95 ? Rappelons que le plomb se trouve rarement dans la nature en tant comme un minerai primaire : le minerai à partir duquel on l’extrait est la galène (sulfure de plomb, PbS), mais il peut aussi être obtenu à partir de cérusite (carbonate de plomb, PbCO3) ou à partir d'anglésite (sulfate de plomb, PbSO4). On pourrait supposer que, comme dans le cas des dépôts de Gebel el-Zeit96, les Egyptiens venaient chercher ici de la galène, matière première d’un cosmétique oculaire qui a également des propriétés médicinales97. Toutefois, l’importance du site dont témoigne le contenu des inscriptions et la scène de Psammétique I, peut difficilement être expliqué par une simple extraction de khôl, de plus, au Gebel el-Zeit, le produit extrait est spécifiquement désigné par le terme msdm.t, alors qu’ici, le mot employé est dty, communément traduit par les égyptologues par « plomb »98.

  • 99 Ogden 2009, pp. 154-155 ; 168-169 ; 170-171, avec bibliographie antérieure.

99Comme on le sait, du fait de ses propriétés chimiques et physiques, ce métal entrait principalement dans différents alliages. En Égypte cependant, à partir du Nouvel Empire et encore plus au cours de la Basse Époque, sa proportion dans les alliages de cuivre a augmenté de manière significative passant de 1-5 % à 20-25 %99 . Cette augmentation dut provoquer une hausse de la demande au moins 5 fois plus élevée qu’auparavant, ce qui pourrait bien expliquer l’intérêt porté par Psammétique I à la découverte de ce nouveau gisement.

100Une autre hypothèse toutefois doit être prise en considération. Les minerais de plomb sont généralement associés avec des minerais de zinc et d’argent. Pour cette raison, dans l’Antiquité, le plomb était souvent considéré comme un sous-produit de l’extraction de l’argent.

  • 100 Ogden 2009, pp. 170-171. Sur cette question voir aussi Jurman 2015, pp. 51-68.

101En Égypte, de même que pour le plomb, nous assistons – à partir de la Troisième Période Intermédiaire – à une augmentation considérable de l’utilisation de l’argent soit pour façonner des objets précieux entièrement en métal (par exemple les sarcophages de Tanis), soit pour le combiner avec d’autres matériaux (par exemple la statue du Metropolitan Museum, MMA 30/08/93), soit pour le damasquinage100.

  • 101 Stos-Gale 1996.
  • 102 En fait, des teneurs plus élevées ont été détectées en Égypte, dans la « veine noire » de Umm Samiu (...)
  • 103 Ibidem.

102Il y a un débat sur l’origine de l’argent employé en Égypte : à la différence de ce que l’on pensait au siècle dernier, la plupart des chercheurs conviennent aujourd’hui qu’il était importé101. Selon les données publiées par Alford en 1901, la teneur en argent de la galène de Gebel Gasus était d’environ 85 g par tonne102. Cette quantité peut avoir suffi, compte tenu des progrès de la technologie d’extraction, pour justifier une tentative d’obtenir de l’argent à partir de la galène, ou de l’un des minéraux associés, en particulier la cérusite. Cette avancée technologique aurait conduit à un regain d’intérêt pour la galène et aurait suscité des explorations pour déceler de nouveaux gisements. Sur la base d’analyses plus récentes cependant, Stos-Gale et Gale103 ont contesté les pourcentages trouvés par Alford et ont estimé que la teneur en argent de la galène du désert oriental était beaucoup plus faible, ce qui exclurait que de l’argent ait pu être extrait localement au temps des pharaons.

  • 104 Je remercie Yasser Abd el-Rahman pour ces conseils techniques.

103L’état actuel de nos recherches ne permet pas de soutenir notre hypothèse avec d’autres données que celles brièvement présentées ici. Des études minéralogiques plus détaillées de la mine de Min-Biaty sont nécessaires. Le minerai de plomb doit être analysé pour déterminer sa teneur en argent et cette zone soit être soigneusement prospectée pour découvrir des résidus de coupellation, comme la litharge (le résidu de plomb oxydé laissé par l’extraction de l’argent), ou des fragments de scories de plomb à la « station » ou à proximité des sites miniers104.

104On peut espérer qu’il sera plus facile de travailler à l’avenir et que de nouvelles prospections et analyses donneront des réponses à certaines des questions laissées en suspens.

Rosanna Pirelli

Bibliographie

  

Arnold Do., « Die Keramik », in D. Arnold (éd.), Der Tempel Qasr el-Sagha, Mainz am Rhein, 1979, 29-40.

Arnold Do., « Keramikbearbeitung in Dahschur 1976-1981 », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, 38, 1982, 25-65.

Arnold Do., « The Pottery », in D. Arnold (éd.), The South Cemeteries of Lisht I: The Pyramid of Senusret I, New York, The Metropolitan Museum of Arts, 1988, 106-146.

Aufrère S.H., « Religious Prospects of the Mine in the Eastern Desert in Ptolemaic and Roman Times », in O.E. Kaper (éd.), Life on the Fringe: Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and early-Byzantine Periods. Proceedings of a Colloquium hold on the Occasion of the 25th Anniversary of the Netherlands Institute for Archaeology and Arabic Studies in Le Caire, 9-12 décembre 1996, Leiden, 1998, 5-19.

Aufrère S.H., « Le “Journal du Désert” de Raymond Weill (6-25 mars 1910). Contribution à l’histoire de la reconnaissance des pistes antiques de Coptos et de Keneh au o. Gasoûs », in M.-F.Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éd.), Autour de Coptos .Actes du Colloque organisé au Musée des Beaux-Arts de Lyon (17-18 mars 2000), Topoi, Supplément 3, Lyon, 2002, 235-266.

Bader B., Tell El-Dabca XIII. Typologie und Chronologie der Mergel C-Ton Keramik. Materialien zum Binnenhandel des Mittleren Reiches und der Zweiten Zwischenzeit, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2001.

Bagh T., « Abu Ghâlib, an Early Middle Kingdom Town in the Western Delta: Renewed Work on Materials Excavated in the 1930s, », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, 2002, 58, 29-60.

Bard, K.A., Fattovich, R. et alii, « Harbour of Pharaohs, to the Land of Punt, (Marsa/wâdi Gawasis Report 2007-2008) », Newsletter Archeologia CISA, vol. 0, 2009, 22-38.

Bard K.A., Fattovich R. (éd.), Harbor of the Pharaohs to the Land of Punt. Archaeological Investigations at Mersa/wâdi Gawasis, Egypt 2001-2005, Naples, Università degli studi di Napoli “L’Orientale”, 2007.

Bard K.A., Fattovich R., « Mersa/wâdi Gawais 2009-2010 », Newsletter Archeologia CISA, 1, 2010, 7-35.

Bernand A., Pan du Désert, Leiden, 1977.

Birch S., Catalogue of Egyptian Collection of Antiquities at the Alnwick Castle. London, 1880, 267-270.

Bloxam E., « A Place Full of Whispers’: Socializing the Quarry Landscape of the wâdi Hammamat », Cambridge Archeological Journal 25, 4, 2015, 789-814.

Bourriau J., « Observations on the pottery from Serabit el-Khadim (Zone Sud) », Cahier de Recherches de l’Institut de Papyrologie et d’Égyptologie de Lille, 18, 1996, 19-32.

Bourriau J., « Egyptian Pottery Found in Kerma Ancien, Kerma Moyen and Kerma Classique Graves at Kerma », in T. Kendall (éd.), Nubian Studies 1998. Proceedings of the IX Conference of the International Society for Nubian Studies, Boston, Northeastern University, 2004, 3-13.

Bragantini I., Pirelli R., « Il Progetto italiano nel deserto orientale egiziano tra wâdi Hamamah e wâdi Hammamat », in L. Del Francia Barocas, M. Cappozzo (éd.), Egitto e mondo antico, Studi per Claudio Barocas, Rivista degli Studi Orientali, 85, 1-4, 2012, 73-117. »

Bragantini I., Pirelli R., « The Archaeological Mission of “L’Orientale’ in the Central Eastern desert of Egypt », CISA Newsletter 4, 2013a, 47-156. http://www.unior.it/userfiles/workarea_231/file/NL4/Articoli/02_Bragantini-Pirelli%20et%20alii(2).pdf

Bragantini I., Pirelli R., « Missione italiana nel deserto orientale. Rapporto preliminare della I campagna », in R. Pirelli (éd.), Ricerche Italiane e Scavi in Egitto, VI, Le Caire, Istituto Italiano di Cultura, 2013b, 15-32.

Bragantini I., Pirelli R., « Preliminary Report on the Second Season of the Italian Archaeological Mission in the Eastern Desert of Egypt », CISA Newsletter, 6, 2015, 165-177. http://www.unior.it/userfiles/workarea_231/file/NL6/Notiziario2014/011_Bragantini_Pirelli(1).pdf

Caputo P., Cavassa L., « La fabrication du bleu égyptien à Cumes », in J.-P. Brun (éd.), Artisanats antiques d'Italie et de Gaule. Mélanges offerts à Maria Francesca Buonaiuto, Naples, Centre Jean Bérard, 2009, 169-179.

Castel G., Soukiassian G., Gebel el-Zeit-Les Mines de Galène (Égypte, IIe millénaire av. J.-C.), Volume 1, Fouilles de l’Institut français d'archéologie orientale. Paris, 1989.

Cavassa L., « Egyptian blue production during Antiquity », Colloquium Les arts de la couleur en Grèce ancienne ... et Ailleurs, École française d’Athènes 2009, à paraître.

Cavassa L. et al., « La fabrication du bleu égyptien dans les Champs Phlégréens (Campanie, Italie) durant le ier siècle de notre ère », in P. Chardron-Picault (éd.), Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du Colloque international d’Autun, 20-22 septembre 2007, Revue archéologique de l’Est (suppl. 28), 2010, 235-249.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, Fouilles de l’Institut français d'archéologie orientale, 48, Le Caire, 2006 (2e éd.).

Cuvigny H. (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. 1. Les fouilles et le matériel, Fouilles de l’Institut français d'archéologie orientale 64, Le Caire, 2011.

Dixneuf D., Amphores égyptiennes. Production, typologie, contenu et diffusion (iiie siècle avant J.-C.-ixe siècle après J.-C., Alexandria, Centre d’études alexandrines, 2011.

Dodson A., Hilton D., The complete royal families of ancient Egypt, London, Thames & Hudson, 2004.

Erman A., « Stelen aus wâdi Gasûs bei Qosêr », Zeitschrift der Ägyptischer Sprache, 20, 1882, 203-206.

Fattovich R., Bard, K.A. and Ward, C., « Mersa/Wâdî Gawasis 2010-2011: a Preliminary Report », Newsletter Archeologia CISA, 2, 2011, 73-101.

Forstner-Müller I., « Nubian Pottery in Aswan », in I. Forstner-Müller, P. Rose (éd.), Nubian Pottery from Egyptian Cultural Contexts of the Middle and Early New Kingdom. Austrian Archaeological Institut, Le Caire, 1-12 décembre 2010, Wien, Österreichisches Archäologisches Institut, 2012, 59-82.

Francocci S., « Alcune osservazioni sul riutilizzo dei monumenti dinastici in Alessandria », in N. Bonacasa et al. (éd.), Faraoni come dei Tolemei come faraoni. Atti del V Congresso Internazionale Italo-Egiziano, Turin, décembre 2001, Turin-Palerme, Museo Egizio, 2003, 258-263.

Fuchs G., Hašek V., Poichstal A., « Application of Geophysics in the Research of Ancient Mining in Egypt », Ancient Egyptian Mining, 1997, 33-53.

Gabriel B., « Palaeoecological evidence from neolithic fireplaces in the Sahara », The African Archaeological Review, 5, 1987, 93-103.

Gale N.H., Stos-Gale Z.A, « Ancient Egyptian Silver », Journal of Egyptian Archaeology, 67, 1981, 103-115.

Gallinaro M., « Hearths of the Hidden Valley area, Farafra Oasis », in B.E. Barich, G. Lucarini, M.A. Hamdan, F.A. Hassan (éd.), From Lake to Sand: The Archaeology of Farafra Oasis, Egypt, Florence, All’Insegna del Giglio, 2014, 307-313.

Gill J.C.R., « Ptolemaic ‘Black Ware’ from Mut el-Kharab », in C.M. Knoblauch, J.C. Gill (éd.), Egyptology in Australia and New Zealand 2009. Proceedings of the Conference Melbourne, September 4th-6th, Oxford, Archaeopress, 2012, 15-25.

Grifa C. et al., « Una produzione di Blu Egizio da Cuma (Campi Flegrei) », Scienze Naturali e archeologia, 2012, 165-172.

Hamdan M.A., Lucarini G., « Holocene paleoenvironmental, paleoclimatic and geoarchaeological significance of the Sheikh El-Obeiyid area (Farafra Oasis, Egypt) », Quaternary International, 302, 2013, 154-68.

Harrell J.A. et al., « The Ptolemaic to Early Roman Amethyst Quarry at Abu Diyeiba in Egypt’s Eastern Desert », Bulletin
 de l’Institut français d’archéologie orientale, 106, 2006, 127-162.

Hayes J.W., Late Roman Pottery, Londres, British School at Rome, 1972.

Hense M., Kaper O.E., Geerts R.C.A., « A stela of Amenemhet IV from the main temple at Berenike », Bibliotheca Orientalis, 72, 5/6, 2015, 585-601.

Jurman C., « Die Namen des Rudjamun in der Kapelle des Osiris-Hekadjet. Bemerkungen der 3. Zwischenzeit und dem wâdi Gasus-Graffito », Göttinger Miszellen, 210, 2006, 69-91.

Jurman C., « ‘Silver of the Treasury of Herishef’ – Considering the Origin and Economic Significance of Silver in Egypt during the Third Intermediate Period », in A. Babbi et al. (éd.), The Mediterranean Mirror, Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz 20, 2015, 51-68.

Kaiser W., Arnold F., Bommas M., Hikade T., Hoffmann F., Jaritz H., Kopp P., Niederberger W., Paetznick J.-P., von Piligrim B., von Piligrim C., Raue D., Rzeuska T., Schaten S., Seiler A., Stalder L. and Ziermann M., « Stadt und Tempel von Elephantine 25./26./27. Grabungsbericht », Mitteilungen des Deutschen Archälogischen Instituts Abteilung Kairo, 55, 1999, 64-236.

Keenan J., Sidebotham S., Wilfong T., « Map 80 Coptos-Berenice », in R.J.A. Talbert, Barrington Atlas of the Greek and Roman World, Princeton, Princeton University Press, 2000, 1170-1180.

Kitchen K., The Third Intermediate Period in Egypt, 1100-650 B.C. Warminster, Aris & Phillips, 1996.

Klemm, R., Klemm D., Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia. Geoarchaeology of the Ancient Gold Mining in the Egyptian and Sudanese Eastern Deserts, Heidelberg, Springer, 2013.

Leclant, J., « Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan », Orientalia, 22, 1953, 89-90.

Lesko L.H., A Dictionary of Late Egyptian, 2 vols., B.C. Scribe Publications, Providence, 2002.

Linseele V., Marinova E., Van Neer W., Vermeersch P.M., « Sites with Holocene dung deposits in the Eastern Desert of Egypt: Visited by Herders? », Journal of Arid Environments, 74, 2010, 818-828.

Longepierre S., Meules, moulins et meulières en Gaule Meridionale, Montagnac, Mergoil, 2012.

Lucarini G., « The excavated artefacts from sectors B/4, D/2, E/1 at Hidden Valley (2003 and 2005 field seasons) », in B.E. Barich, G. Lucarini, M.A. Hamdan, F.A. Hassan (éd.), From Lake to Sand: The Archaeology of Farafra Oasis, Egypt: 307-314. Firenze, All’Insegna del Giglio, 2014, 251-264.

Manassa Darnell C., « Nubians in the Third Upper Egyptian Nome: A View from Moalla », in I. Forstner-Müller and P. Rose (éd.), Nubian Pottery from Egyptian Cultural Contexts of the Middle and Early New Kingdom. Austrian Archaeological Institut, Le Caire, 1-12 décembre 2010, Wien, Österreichisches Archäologisches Institut, 2012, 117-127.

Manzo A., « Mersa/wâdi Gawasis in its Regional Setting », Scienze dell'antichità, 17, 2011, 209-228.

Manzo A., « Typological, Chronological and Functional Remarks on the Ceramic Materials of Nubian Type from the Middle Kingdom Harbour of Mersa/wâdi Gawasis, Red Sea, Egypt », in I. Forstner-Müller and P. Rose (éd.), Nubian Pottery from Egyptian Cultural Contexts of the Middle and Early New Kingdom. Austrian Archaeological Institute, Le Caire, 1-12 décembre 2010, Wien, Österreichisches Archäologisches Institut, 2012, 213-232.

Manzo A., « Beyond the Fourth Cataract. Perspectives for Research in Eastern Sudan », in J.R. Anderson and D.A. Welsby (éd.), The Fourth Cataract and Beyond. Proceedings of the 12th International Conference for Nubian Studies, Leuven-Paris-Walpole : Peeters, 2014, 1149-1157

McDonald M.M.A., « Increased Sedentism in the Central Oases of the Egyptian Western Desert in the Early to Mid-Holocene: Evidences from the Peripheries », African Archaeological Review 26, 2009, 3-43.

Meeks D., « Les meules rotatives en Égypte », in D. Garcia, D. Meeks (éd.), Techniques et économie antique et mèdiévales, Paris, 1997, 20-28.

Mercier N., Valladas H., Froget L., « Thermoluminescence Dating of a Middle Palaeolithic Occupation at Sodmein Cave, Red Sea Mountains (Egypt) », Journal of Archaeological Science 26, 1999, 1339-1345.

Meyer C., Bir Umm Fawakhir.2. Report on the 1996-1997 Survey Seasons Chicago, Oriental Institute, 2011.

Moeyersons J., Vermeersch P.M., Van Peer P., « Dry cave deposits and their palaeoenvironmental significance during the last 115ka, Sodmein Cave, Red Sea Mountains, Egypt », Quaternary Science Reviews 21, 2002, 837-851.

Murray, G.W., « The Roman Roads and Stations in the Eastern Desert of Egypt », Journal of Egyptian Archaeology, 11, 1925, 138-150.

Nibbi A., Remarks on the two stelae from the wâdi Gasus, Journal of Egyptian Archaeology, 62, 1976, 45-56.

Nicholson P.T., « Faience Technology », in W. Wendrich (éd.), (2009) UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2009, 1-11 http://escholarship.org/uc/item/9cs9x41z.

Nicholson P.T., Working in Memphis. The Production of Faience at Roman Period Kom Helul, Londres, Egypt Exploration Society, 2013.

Ogden J., « Metals », in P.T. Nicholson, I. Shaw (éd.), Ancient Egyptian Materials and Technology, Cambridge University Press (II ed.), 2009, 148-176.

Pirelli, R., « Two New Stelae from Mersa Gawasis », Revue d’Égyptologie, 58, 2007, 59-81.

Pirelli R., « Epigraphic Documents from Mersa Gawasis: a Reassessment », in ‪F. Raffaele, M. Nuzzolo, I. Incordino‬ (éd.), Recent Discoveries and Latest Researches in Egyptology, Proceedings of the First Neapolitan Congress of Egyptology, Naples, 18-20 juin 2008, Wiesbaden, Harrasowitz, 2010, 237-244.‬

Rieger, A.K., Valtin, S., et alii, « On the route to Siwa: A Late Roman Roadhouse at the Cistern Site Abar el-Kanayis on the Marmarica-Plateau », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo, 68, 2012, 135-174.

Rodziewicz M.D., Early Roman Industries on Elephantine, Le Caire, German Archaeological Institute, 2005.

Savvopoulos K., « Alexandria in Aegypto. The Use and Meaning of Egyptian
Elements in Hellenistic and Roman Alexandria », in L. Bricault, M.J. Versluys (éd.), Isis on the Nile. Egyptian Gods in Hellenistic and Roman Egypt. Proceedings of the IVth International Conference of Isis Studies, Liège, 27-29 novembre 2008 Michel Malaise in honorem, Leiden, Brill, 2010, 75-86.

Sayed A.M., « Discovery of the site of the 12th Dynasty Port at wâdi Gawasis on the Red Sea Shore », Revue d’Égyptologie, 29, 1977, 139-177.

Sayed A.M., (Excavations in the 12th Dynasty Port in wâdi Gasus on the Red Sea) Alexandria, 1978.

Image 1000000000000276000000202D5930B7.jpg

Sayed A.M., « New Light on the Recently Discovered Port on the Red Sea Shore », Chronique d’Égypte, 58, 1983, 23-37.

Schumacher I.W., Der Gott Sopdu der Herr der Fremdländer, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988.

Schweinfurth G., « Alte Baureste und Hieroglyphische Inschriften im wâdi Gasūs, mit Bemerkungen von Prof. A. Erman », Abhandlungen der Kœniglichen Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Verlag der Kœnigl. Akademie der Wissenschaften, 1885, 1-20.

Schiestl R. and Seiler A., Handbook of the Pottery of the Egyptian Middle Kingdom. Volume I: The Corpus Volume, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2012.

Seiler A., « Clay Pottery Fabrics of the Middle Kingdom », in R. Schiestl and A. Seiler, Handbook of the Pottery of the Egyptian Middle Kingdom. Volume I: The Corpus Volume, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2012, 429-434.

Shaw I., Bloxam E., « Survey and Excavation at the Ancient Pharaonic Gneiss Quarrying site of Gebel Al-Asr, lower Nubia », Sudan & Nubia, 3, 1999, 13-20.

Sidebotham S., Barnard H., Pyke G., « Five enigmatic late roman settlements in the eastern desert », Journal of Egyptian Archaeology, 88, 2002, 187-225.

Sidebotham S., Zitterkopf R.E., « Survey of the Via Hadriana by the University of Delaware: The 1996 Season », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 97, 1997, 221-237.

Skovmøller A., Brøns C., Sargent M., « Egyptian blue: Modern myths, ancient realities », Journal of Roman Archaeology, 29, 2016, 371-387

Stadelmann R. and Alexanian N., « Die Friedhöfe des Alten und Mittleren Reiches in Dahschur. Bericht über die im Frühjahr 1997 durch das Deutsche Archäologische Institut Kairo durchgeführte Felderkundung in Dahschur », Mitteilungen des Deutschen Archälogischen Instituts Abteilung Kairo, 54, 1998, 293-317.

Stos-Gale Z.A., « Lead Isotope Provenance Studies for Metals in Ancient Egypt », in Ancient Egyptian Mining & Metallurgy and Conservation of Metallic Artifacts. Proceedings of the First International Conference, Le Caire, 10-12 avril 1995, Le Caire 1996, 273-285.

Tawab A., Castel G., Pouit G., « Archéo-géologie des anciennes mines de cuivre et d’or des régions El-Urf/Mongul-sud et Dara-Ouest », Bulletin de l’Institut français d'archéologie orientale, 90, 1990, 359-364.

Tregenza L.A., The Red Sea Mountains of Egypt and Egyptian Years, intr. by J.J. Hobbs, American University, Le Caire (from the Original Oxford University Press 1955 and 1958), Le Caire, 2004.

Tristant Y., « Le désert Oriental durant la préhistoire. Bref aperçu des travaux récents menés dans le Wâdî ‘Araba », Archéo-Nil 20, 2010, 51-61.

Tristant Y., « Le Survey du wâdi Araba (Désert Oriental) », Rapport d’activité 2012-2013. Institut français d’archéologie orientale. Supplément au BIFAO 113, 2014, 28-34.

Vermeersch P.M. (éd.), A Holocene Prehistoric Sequence in the Egyptian Red Sea Area: The Tree Shelter. Egyptian Prehistory Monographs. Leuven, Leuven University Press, 2008.

Vermeersch P.M., Linseele V., Marinova R., Van Neer W., Moeyersons J., Rethemeyer J., « Early and Middle Holocene human occupation of the Egyptian Eastern Desert: Sodmein Cave », African Archaeological Review 32(3), 2015, 465-503.

Vermeersch P.M., Van Peer P., Moeyersons J., Van Neer W.,« Sodmein Cave site, Red Sea Mountains (Egypt) », Sahara ,6, 1994, 31-40.

Vermeersch P.M., Van Peer P., Roots V., Paulussen R., « A Survey of the Bili Cave and its Surroundings in the Red Sea Mountains, El Gouna, Egypt », Journal of African Archaeology 3 (2), 2005, 267-276.

Vikentiev, V., « Les divines adoratrices de wâdi Gasus », Annales du Service des Antiquités d’Égypte, 52, 1952, 150-159.

Vikentiev, V., « Les trois inscriptions concernant la mine de plomb d'Oum Huetat », Annales du Service des Antiquités d’Égypte, 54, 1956, 179-189.

Wb: Erman A., Grapow H., Wörterbuch der Ägyptischen Sprache. Akademie- Verlag, Berlin, 1926-1961.

Wodzińska A., A Manual of Egyptian Pottery. Volume 2: Naqada III-Middle Kingdom (Revised First Edition), Boston, Ancient Egypt Research Associates, 2010.

Notes

1 Les membres de la mission comprennent Irene Bragantini, Rosanna Pirelli, Yasser Abdelraman, Marco Barbarino, Giulia Ciucci, Giovanna Cresciani, Andrea D’Andrea, Mohamed Hamden, Ilaria Incordino, Anna Lena, Giulio Lucarini, et Andrea Manzo. Nous sommes reconnaissants de l’aide apportée par M. Hany Abu El-Azm, ancien directeur des Missions étrangères au Caire, à l’inspecteur en chef pour la mer Rouge, Amr Abuelsafa Khalifa Ali et aux inspecteurs de l’inspectorat de Safaga, M. Ali Ahmed Ali Salama et M. Mohamed Ali Ibrahim Ahmed. De plus nous avons le plaisir de remercier Jean-Pierre Brun et Steven Sidebotham pour leur aide dans l’édition de nos textes.

2 À l’exception notable des prospections menées sous la direction de S. Sidebotham dans cette région.

3 Les rapports préliminaires de nos activités, énumérant tous les sites que nous avons découverts, se trouvent dans : Bragantini, Pirelli 2012 ; Bragantini, Pirelli 2013a ; Bragantini, Pirelli 2013b ; Bragantini, Pirelli 2015.

4 Schweinfurth 1885, pp. 6-10 ; Murray 1925, p. 142, mentionne « plus de maisons en ruines dans le wadî Gasûs ».

5 Sidebotham, Zitterkopf, 1997, p. 228: « ...puits très profonds, avec de gros tas de sable et autres détritus tiré des puits étant empilés autour d’eux jusqu’à former d’énormes monticules, placés invariablement dans le fond des oueds... ».

6 See http://www.unior.it/ateneo/14562/1/archeomode.html.

7 Le sondage a été réalisé par I. Incordino et A. Lena, qui ont également réalisé une documentation photographique préliminaire. L’étude des pâtes et de la typologie n’a pas été réalisée faute de temps et nous espérions être en mesure de travailler sur la poterie dès que possible. Pour certaines indications chronologiques, voir Bragantini, Pirelli 2013a, p. 68.

8 La structure, construite « avant même la seconde moitié du iiie siècle », a été détruite par le feu dans la seconde moitié du vie siècle: Rieger et al. 2012, pp. 149-153.

9 Il convient également de rappeler que, durant la période romaine, des objets pharaoniques ou ptolémaïques ont été présentés dans les temples de divinités égyptiennes. Sur la réutilisation des éléments architecturaux pharaoniques et ptolémaïques à Alexandrie, cf. Francocci 2003. Selon Savvopoulos 2010, la réutilisation d’objets pharaonique à Alexandrie était particulièrement destinée à changer « l’Égypte en une province romaine ordinaire, comme toute les autres ».

10 Le vase a été découvert dans la coupe de terrain sous le niveau de la construction de l’édifice de l’Est, ce qui assure l’existence d’activités réalisées avant la construction de ce bâtiment : la date de la coupe (iiie-iie siècle avant J.-C.) devrait donc être interprétée comme terminus post quem pour la construction de l’édifice de l’Est. Sur les vases à vernis noir ptolémaïques, cf. Gill 2012.

11 Je suis très reconnaissante à Hélène Cuvigny pour une lecture préliminaire et l’interprétation de cet important document.

12 Bragantini, Pirelli 2013a, p. 70, fig. 45 ; p. 74, fig. 53. Des ancres en calcaire similaires à celles découvertes à Marsa Gawasis ont été observées sur le site (A. Manzo, communication personnelle), mais ces vestiges n’ont pas été retrouvés au cours de notre travail sur le terrain.

13 Nicholson 2009, p. 2 : « Ceci (la fabrication d’un objet en faïence) implique la collecte et l’écrasement de galets de quartz, en utilisant probablement des pilons et des meules à main, ou la récolte de sable de quartz. Le sable réclame normalement d’être écrasé ou broyé afin d’obtenir une poudre analogue à la farine ».

14 Sur l’utilisation du bleu égyptien, cf. Skovmøller et alii 2016.

15 Cette structure apparaît sur le plan publié par Sayed 1978, fig. 3, reproduit d’après Wilkinson.

16 En outre, des fragments inédits de ce type de pot sont conservés dans les collections provenant de plusieurs sites du Moyen Empire au British Museum (Code BM EA) et au Musée Petrie (Code UC): UC 18670 de Harageh, UC 18560 de Diospolis Parva, BM EA 74395, BM EA 74421, BM EA 74435, BM EA 74443, BM EA 74589, BM EA 74633, BM EA 74635, BM EA 74663, BM EA 74392, BM EA 74395 et BM EA 74663 provenant d’el-Lahun.

17 Voir aussi un tesson inédit du BM EA 74378 provenant d’el-Lahun.

18 Voir par exemple les tessons de bords de WG 2 Surf. coll. B4, WG 10 corr. 7, et WG 27 SU 1 A5.

19 Voir aussi tessons inédits BM EA 50932, BM EA 74382 et BM EA 74399 provenant d’el-Lahun.

20 Voir par exemple les tessons de bords du WG 3, récolte de surface, WG 16 SU 1 EW 2-3, WG 27 SU 1, A4-B4, WG 27 SU 1, A5, WG 28 SU 4.

21 Voir aussi tessons inédits UC 18670 de Harageh, UC 18560 de Diospolis Parva, et BM EA 74392 d’el-Lahun.

22 Voir par exemple les tessons de bords de WG 8 SU 7, WG 8 SU 7 S of F1, WG 10 corr. 4, 5, 6, 7, WG 16 SU 1 E-W 2, WG 16 SU 1 E-W 3, WG 16 tr. 3 SU 20, WG 18 SU 8, WG 19 SU 4 A3, WG 19 SU 8 A3, WG 19 SU 17, WG 19 SU 30 A1, WG 19 SU 24 C2, WG 19 SU 35 A2, WG 24 SU 17, WG 24 SU 32 C1, WG 24 SU 40 C1/C2-D1/D2, WG 28 SU 1, and WG 28 SU 4 East.

23 Les haldes observées en 2012 semblaient fortement bouleversées par des bulldozers en 2015.

24 Bragantini, Pirelli 2012, 111: parmi les possibles fonctions du site répertorié dans Sidebotham et al. 2002, 192-198 ; 218-225, celle de mines d’or (ibid. p. 222) semble la mieux assurée.

25 Je remercie chaleureusement Mme Carol Meyer pour m’avoir fourni toute la documentation bibliographique sur ses recherches à Bi’r Umm Fawakhir.

26 Bragantini, Pirelli 2012, p. 105 ; Bragantini, Pirelli 2013a, p. 90, Site 6 : des pétroglyphes avec des chameaux et des représentations de combats avec armes apparaissent côte à côte. On note « ...un lien entre les personnes, marquant une même connexion spirituelle symbolique avec des lieux où les individus et les groupes revenaient fréquemment » (Bloxham 2015, p. 797).

27 Pour des meules rotatives datées de la «période arabe», voir aussi Tawab et al. 1990, p. 361 fig. 16.

28 Keenan et al. 2000, p. 1171: « ...les déprédations humaines et naturelles actuelles obligent à une course contre le temps pour réaliser les nécessaires travaux de terrain dans toute cette région ».

29 Le présent article – contenant de nouvelles observations et hypothèses sur certains des textes du wâdi Gasus – reprend et résume les résultats de ma précédente étude sur ces documents, que j’ai publiée dans différentes contributions : Bragantini, Pirelli 2012 ; Bragantini, Pirelli 2013a ; Bragantini, Pirelli 2015, où une bibliographie presque complète est également donnée.

30 L’un d’eux a été intentionnellement mutilé avec une pierre entre 2012 et 2015, Bragantini, Pirelli 2015, p. 165.

31 Elles ne posent plus guère de problèmes de lecture et d’interprétation. Les deux « stèles » ont été étudiées et publiées pour la première fois par Samuel Birch (1880), puis publiées à nouveau par Adolf Erman (1882) et Alessandra Nibbi (1976), et citées par Abdel Monem Sayed dans ses articles sur le site de de wâdi Gawasis (1977).

32 Le premier qui identifia ce site comme un hydreuma fut Schweinfurth (1885).

33 Je suis très reconnaissante à Patricia Usick (Dep. of Ancient Egypt and Sudan, The British Museum) pour m’avoir envoyé une copie PDF des pages du Catalogue of the very interesting collection of Egyptian Antiquities, formed by James Burton, Jun. Esq. during his travels in Egypt et aussi pour m’avoir fourni de précieuses informations sur ce sujet. Mes sincères remerciements vont également à son collègue Neil Cooke pour son utile contribution à la discussion.

34 Voir note 31.

35 British Library : Add Mss 25626, 66 ; Je suis reconnaissante à la British Library de m’avoir fourni les copies numériques de tous les manuscrits de Burton cités dans le présent article et utilisés dans les figures ; Weill 1910, in Aufrère 2002 ; Tregenza 2004, pp. 182-183.

36 Manzo in Bragantini, Pirelli 2013a, p. 54 ; Bragantini, Pirelli 2015, p. 166.

37 Manzo 2011, p. 221.

38 Bragantini, Pirelli 2015, p. 166.

39 Mss ADD. 25626, 66.

40 Sayed 1977.

41 Sayed 1978.

42 Voir supra note 35.

43 Meredith 1953, p. 102.

44 Le mot arabe indique un signe ou une marque.

45 Quelques observations intéressantes sur le wâdi Gasus et le wâdi Gawasis ont été faites en 1910 par Raymond Weill, dans son Journal du désert. À son avis, le wâdi supérieur (Gasus) n’offrait aucun bon mouillage sur le bord de mer, tandis que le wâdi inférieur (Gawasis) possédait un accès aisé à la côte grâce à une ouverture dans le récif en face de celui-ci. En outre, selon Weill, les deux wâdis sont reliés à 3-4 km de la mer, là où la chaîne de montagnes est plus basse, permettant un passage aisé de l’un à l’autre : Weill 1910 ; Aufrère 2002.

46 Pirelli 2007.

47 Nibbi 1976, pls. IX-X. Dans le catalogue de Birch 1880, pls. III-IV, seuls les dessins des faces antérieures des « stèles » sont présentés, de sorte qu’il est impossible de comprendre leur forme générale.

48 Ou bien, on peut supposer, même avec les doutes exposés plus haut, que les deux (pas seulement la « stèle » de Wilkinson, furent remployées durant l’époque romaine.

49 Je conserve ici la dénomination « basalte » contenue dans le rapport de restauration du Musée de Durham, bien que dans de nombreux cas, une analyse pétrographique de ce type de roche a révélé qu’il s’agissait de Grauwacke. Des analyses spécifiques sont nécessaires sur les deux objets pour assurer une identification correcte de la roche et aider à mieux cerner leur provenance. Pour quelques hypothèses, voir ci-dessous.

50 Je suis très reconnaissante à Rachel Grocke, qui m’a donné toutes les informations actuelles sur la « stèles ».

51 Sur cette question cependant, voir ci-dessous.

52 Bragantini, Pirelli 2015, p. 167. Au cours de la même campagne, nous avons aussi vérifié que les gisements de Grauwacke se trouvent plus à l’intérieur du wâdi Gasus.

53 Sayed 1977, pp. 138-177 ; Bard, Fattovich 2007, pp. 30-32.

54 Sur la nature des « Paneia », voir Bernand 1977, pp. 269-271.

55 Je ne prends pas en considération une troisième possibilité, à savoir que les « stèles » auraient pu être placées dans un bâtiment du Moyen Empire qui serait situé à l’emplacement où sera par la suite construite la « station gréco-romaine ». En effet, bien que la poterie du Moyen Empire soit éparpillée sur tout le site, aucune structure comparable à un sanctuaire ou une chapelle n’a été trouvée.

56 Pour les derniers rapports de la mission, voir CISA Newsletter 2009, 2010, 2011.

57 Pirelli 2010, p. 238.

58 Et non de la zone des grottes et des abris dans le wâdi : Pirelli 2010, pp. 239-241.

59 Bard, Fattovich 2010, p. 8, 12, 23. Je remercie Rodolfo Fattovich de m’avoir donné des informations complémentaires sur cette stèle.

60 Sur cette question, voir Schumacher 1988, pp. 69-72 et Aufrère 1998, p. 14.

61 Voir ci-dessus, et note 55.

62 Schweinfurth 1885, p. 10 ; Tregenza 2004, pp. 179-181.

63 Klemm, Klemm 2013, p. 85

64 Je suis fort redevable à Joachim Quack qui m’a autorisé à publier cette photographie et à Claus Jurman qui m’en a fourni une bonne copie. Je viens de recevoir une nouvelle confirmation et une photographie supplémentaire prise par Rosemarie Klemm et Dietrich Klemm: quand ils ont réalisé leur dernière prospection en 1990, ils ont encore vu les deux cartouches d’Aménirdis et Shepenupet (aimable communication personnelle).

65 Burton, British Museum, Add. MS 25629, 48-50, mentionné dans Vikentiev 1952.

66 Schweinfurth 1885.

67 Leclant 1953.

68 Vikentiev 1956

69 Kitchen 1996, pp. 175-183 ; Jurman 2006, et bibliographie.

70 Pirelli, in Bragantini, Pirelli 2013a, pp. 79-85.

71 Vikentiev 1956.

72 Dodson, Hilton 2004, p. 242. Jurman 2006 publie une photographie récente de Joachim Quack montrant une partie seulement de la scène.

73 Mss ADD. 25626,66.

74 Schweinfurth 1885.

75 Le dernier signe est corrigé par Vikentiev en n[b nTrw], mais il s’agit probablement d’une erreur du graveur.

76 Selon Vikentiev 1952, et non Min de Coptos comme indiqué par Schweinfurth.

77 Je mène toutefois une étude sur les noms de Min dans le désert Oriental, et je ne suis plus si sûre qu’il avait raison. Je pense que, dans ce cas, il faut reconnaître une autre épithète du dieu, généralement considérée comme une variante de l’orthographe de son nom et attestée à partir du Nouvel Empire, mais je travaille encore sur cette question.

78 Il est également intéressant de noter que le nom de Pye est écrit avec une orthographe rare : le premier signe est l’idéogramme « nḫ », suivi par les phonogrammes « p » et double « yod », au lieu de l’écriture régulière: « p »+« nḫ » + +« double yod ».

79 Comme Vikentiev 1952 l’a souligné à raison.

80 Et non sur la copie sur laquelle travaillait Vikentiev.

81 Pirelli, in Bragantini, Pirelli 2013a, pp. 82-85.

82 Ibidem.

83 Kitchen 1996, pp. 175-183.

84 Jurman 2006.

85 Sur l’identité des dieux qui étaient adoré ici, et leur lien avec Min, voir note 60.

86 Tregenza 2004, p. 181.

87 Tregenza 2004, p. 181. Vikentiev, au contraire, affirme que ce fut M. Simpson qui trouva la stèle et en informa Tregenza.

88 Tregenza 2004, p. 181.

89 Vikentiev 1956.

90 49 cm tall, 19 wide and 19 thick.

91 Ibidem.

92 Pour le texte et sa date, voir Vikentiev 1956.

93 Vikentiev 1956, p. 181, note 1.

94 Ibidem.

95 Meredith 1953 ; Sayed 1977 ; Tregenza 2004 ; Fuchs, Hašek, Poichstal 2006. Ogden, citant Garland, Bannister et Lucas, nous rappelle que, alors que la région principale des mines de galène aux temps pharaoniques était le Gebel Rossas (en arabe, la « Montagne de plomb »), au sud de Qusayr. Il y a beaucoup d’autres sites dans la partie méridionale du désert Oriental où le minerai est abondant (Ogden 2009, pp. 168-169 avec bibliographie antérieure). Fait intéressant, Vikentiev appelle « wâdi Roussas » le wâdi où se trouve la mine de « Min Biaty », évidemment, sur la base d’une tradition toponomastique locale.

96 Castel, Soukiassan 1989.

97 Ogden 2009, p. 168, avec bibliographie antérieure.

98 Wb V, 606, 4 ; Lesko 2002, p. 274

99 Ogden 2009, pp. 154-155 ; 168-169 ; 170-171, avec bibliographie antérieure.

100 Ogden 2009, pp. 170-171. Sur cette question voir aussi Jurman 2015, pp. 51-68.

101 Stos-Gale 1996.

102 En fait, des teneurs plus élevées ont été détectées en Égypte, dans la « veine noire » de Umm Samiuki, des quantités aussi élevées que 200 g par tonne ont été prétendument notées (Kovačik, cited in Stos-Gale 1981).

103 Ibidem.

104 Je remercie Yasser Abd el-Rahman pour ces conseils techniques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de la zone concédée aux recherches de la Mission archéologique italienne du Désert Oriental.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 2
Légende Itinéraires des prospections effectuées en 2012 et 2015.
Crédits © Image Google Earth - A. D’Andrea
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 3
Légende Wâdi Gasus : secteur de la « station gréco-romaine » (en bas à gauche) et le puits (en haut à droite).
Crédits © Image Google Earth - G. Cresciani
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 4
Légende Le puits et l’enclos dans le wâdi Gasus.
Crédits © Image Google Earth - G. Cresciani
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 5
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus (2007-2013).
Crédits © Image Google Earth - R. Pirelli
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 6
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : emprise des bâtiments (en bleu) et zone d’échantillonnage de la poterie (en vert).
Crédits © Image Google Earth - G. Cresciani
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 7
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : anse d’amphore Dressel 2-4.
Crédits © A. Lena
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 8
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : le bâtiment est.
Crédits © G. Ciucci
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 9
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : coupe miniature (imitation de céramique à vernis noir).
Crédits © A. Lena
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 10
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des pâtes différentes.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 11a
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des traces de « glaçure » verte / turquoise.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 11b
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des traces de « glaçure » verte / turquoise.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 12a
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des empreintes de gaze ou de textile sous la glaçure vitreuse.
Crédits © R. Pirelli, A. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 12b
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : fragments de saggars montrant des empreintes de gaze ou de textile sous la glaçure vitreuse.
Crédits © R. Pirelli, A. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 13
Légende La « station gréco-romaine » dans le wâdi Gasus : zone de dense concentration des fragments de saggars (orthophotographie G. Giucci, A. Lena).
Crédits © G. Giucci, A. Lena
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 14
Légende Tessons du Moyen Empire du wâdi Gasus : a) bord d‘une jarre en forme de sac dont la pâte est de type Marl C, b) bord d‘une jarre ovoïde dont la pâte et de type A3.
Crédits © A. Manzo
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 15
Légende Profils de bord de jarres du Moyen Empire en pâte Marl C trouvés au wâdi Gasus : a) bord d’une jarre en forme de sac de moyenne dimension avec un bord déversé et lèvre épaissie ; b) bord d’une grande jarre en forme de sac (zir) avec une lèvre triangulaire ; c) bord d’une jarre avec une lèvre pliée et profil aiguë : d) bord d’une jarre de taille moyenne à lèvre de section triangulaire.
Crédits © I. Incordino, A. Manzo
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 16
Légende Ensemble de tessons de céramique nubienne du wâdi Gasus.
Crédits © I. Incordino, A. Lena
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 17
Légende Détail de deux bords de céramique nubienne du wâdi Gasus, caractérisés par une bandes horizontales de guillochis parallèles à la lèvre et délimitant la partie inférieure du vase couverte de lignes obliques parallèlement incisées.
Crédits © I. Incordino, A. Lena
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 18
Légende Mine d’or : zone de haldes.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 19
Légende Mine d’or : détail de la zone des haldes.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 20
Légende Tranchée à l’air libre près de Umm el Howeitat el Bahri.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 21
Légende Table de lavage dans la mine d’or : au centre, canal irrégulier servant de drainage.
Crédits © R. Pirelli
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 22
Légende Mine d’or : cabanes (en jaune) et bâtiment rectangulaire (en rouge).
Crédits © Image Google Earth - G. Cresciani
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 23
Légende Mine d’or : bâtiment rectangulaire (photogrammetrie G. Ciucci, A. Lena).
Crédits © G. Ciucci, A. Lena
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 24
Légende Mine d’or : cabane.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 25
Légende Mine d’or : cabane.
Crédits © G. Lucarini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 26
Légende Mine d’or : cabane.
Crédits © R. Pirelli
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 27
Légende Mine d’or : fragment d’Egyptian Red Slip A / Aswan Ware.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 28
Légende Mine d’or : anse et paroi d’une amphore Late Roman 6.
Crédits © R. Pirelli
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 29
Légende Mine d’or : molette de broyage (réutilisée comme broyeur ?).
Crédits © I. Bragantini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 30
Légende Source de Bi’r Abu Gowah.
Crédits © R. Pirelli
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 31
Légende Pétroglyphes représentant des chameaux.
Crédits © R. Pirelli
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 32
Légende Bloc de granit.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 33
Légende Mine d’or, base de meule rotative.
Crédits © I. Bragantini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 34
Légende Mine d’or, meule rotative complète.
Crédits © I. Bragantini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 35
Légende Habitat moderne dans le wâdi Gasus, construit avec les pierres récupérées dans la « station gréco-romaine » ?
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 36
Légende Poterie culinaire traditionnelle abandonnée dans un habitat moderne.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 37
Légende Dépotoir associé à l’habitat moderne du wâdi Gasus.
Crédits © V. Zoppi
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 38
Légende Vue générale de l’agglomération de Umm el Howeitat.
Crédits © I. Bragantini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 39
Légende Carte de la région montrant la localisation des sites archéologiques : EMSA : sites du début du Middle Stone Age ; MSA : sites du Middle Stone Age ; MSA/N : site associant des artefacts du Middle Stone Age et du Néolithique ; N : site du Néolithique ; RM : zone de matière première ; S1-RS : site 1 – « station gréco-romaine » (images Google Earth et wikimedia).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 40
Légende Site 1 – « Station gréco-romaine ». Plan général du site avec localisation des structures archéologiques (carte M. Barbarino).
Crédits © M. Barbarino
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 41
Légende Site 1. Artefacts lithiques : a : nucleus ; b-d : denticulés ; e : lame à coche; f, g : Racloirs du MSA; h : Denticulés du MSA.
Crédits © G. Lucarini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 42
Légende Site 1. Foyer de type Steinplatz 1 ; a : surface ; b : couche 1 (carré : 1x1 m).
Crédits © G. Lucarini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 43
Légende Bir Wasif.
Crédits © G. Lucarini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 44
Légende Biface du début du Middle Stone Age trouvé le long d’un oued reliant wâdi Gasus et wâdi Gawasis.
Crédits © G. Lucarini
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 45
Légende La stèle de Khnoumhotep trouvée par Wilkinson dans la « station » du wâdi Gasus (Dessin de Burton, Mss ADD. 25629, 49).
Crédits © Burton
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 46
Légende La stèle de Khentikhetyur trouvée par Burton (Dessin Burton, Mss ADD. 25629, 50).
Crédits © Burton
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 47
Légende Plan de Sayed (1978) montrant l’emplacement de la stèle trouvée par Wilkinson.
Crédits © M.A. Sayed
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 48
Légende Stèle de Khentykhetyur (Courtesy of the Durham University Museum).
Crédits © Durham University Museum
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 49
Légende Arrière de la stèle de Khnoumhotep (Courtesy of the Durham University Museum).
Crédits © Durham University Museum
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 50
Légende Les cartouches des deux « Divines Adoratrices » (Courtesy of J.F. Quack, Photo 1992-1994).
Crédits © J.F. Quack
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 51
Légende Dessin de Burton représentant la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Mss ADD. 25629, 48).
Crédits © Burton
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 52
Légende Dessin de Wagner représentant la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Schweinfurth 1885).
Crédits © Wagner
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 53
Légende Dessin de Vikentiev représentant la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Vikentiev 1956).
Crédits © V. Vikentiev
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 54
Légende Photographie de la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus (Vikentiev 1956).
Crédits © V. Vikentiev
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 55
Légende Photographie de la grande scène de Psammétique I dans le wâdi Gasus.
Crédits © V. Vikentiev
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 56
Légende Etat actuel de la paroi rocheuse où devaient se trouver les scènes d’offrandes de Psammétique I et de Nitokris.
Crédits © R. Pirelli, 2015
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig. 57
Légende Entrée de l’une des chambres de la mine de plomb. La flèche indique l’emplacement de la courte inscription.
Crédits © R. Pirelli, 2012
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 58
Légende La courte inscription à l’entrée d’une chambre de la mine de plomb.
Crédits © R. Pirelli, 2012
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 59
Légende Le texte de la courte inscription (photo Tregenza 1951 in Vikentiev 1956).
Crédits © L.A. Tregenza
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 60
Légende Mine de galène : l’inscription hiéroglyphique, intentionnellement détruite.
Crédits © R. Pirelli, 2015
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 61
Légende Dessin de la « petite stèle » par Tregenza.
Crédits © V. Vikentiev, 1956
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5158/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

Auteurs

Dipartimento Asia Africa Mediterraneo, Università degli studi di Napoli l’Orientale
McDonald Institute for Archaeological Research, University of Cambridge, ISMEO, Rome
Dipartimento Asia Africa Mediterraneo, Università degli studi di Napoli l’Orientale
Dipartimento Asia Africa Mediterraneo, Università degli studi di Napoli l’Orientale

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540