Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Les carrières « sous-titrées »

Adam Bülow-Jacobsen

Texte intégral

1Quels sont les avantages de découvrir des textes lorsque l’on étudie une carrière romaine ? Cela devrait être évident, mais posons-nous néanmoins la question : qu'est-ce que les textes nous apprennent sur la fonction d'une carrière donnée que nous ignorerions autrement ?

2Il s’agit tout d’abord de définir ce que j’entends par textes. La plupart des carrières antiques ont livré des inscriptions, mais j’évoquerai ici des textes plus éphémères, qui pourraient être écrits sur papyrus mais qui sont en fait sont presque toujours rédigés sur ostraca. Ces textes permettront d’étudier les grandes carrières, souvent impériales, du désert Oriental. Il existe aussi dans la région de petites carrières qui ont servi, par exemple, à construire un fort à proximité – quelle que soit la qualité de la pierre ; elles ne seront pas évoquées dans ce texte.

  • 1 Fant 1989.
  • 2 Rakob 1993.

3La carrière que je connais le mieux est celle du Mons Claudianus (fig. 1), mais j’évoquerai aussi la carrière d'Umm Balad sur laquelle je travaille actuellement. Les quelque 700 ostraca du Porphyrites devraient également être intéressants dans ce contexte, mais ils ne sont pas encore publiés. Pour servir de point de comparaison à mon propos, j'ai choisi d’aborder les carrières de marbre impériales de Docimium en Turquie1 que je ne connais pas de visu et celles de Simitthus en Tunisie2 que j’ai visitées.

Fig. 1

Fig. 1

Le camp fortifié de Mons Claudianus lors de la première campagne de fouilles en 1987.

© A. Bülow-Jacobsen

4Pour compléter les données tirées des textes, en particulier pour aborder la question de la technique des carriers, nous nous fonderons sur les données archéologiques, notamment sur les marques laissées par les outils sur la roche, qui renseignent sur leur type et plus généralement sur la manière dont l’exploitation était conduite.

5La plupart des carrières ont aussi livré des inscriptions plus ou moins monumentales, par exemple l’inscription de fondation apposée sur la porte du camp fortifié voisin de la carrière. Elle permet de connaître la date de début de l’exploitation ou la survenue d’un changement significatif. De telles inscriptions ont été mises au jour au Mons Claudianus et à Umm Balad, bien que, dans les deux cas, elles soient très fragmentaires au point de les rendre presque inutiles. D'autres inscriptions commémorent l’inauguration de temples, d'autels, de puits ou autres. Ces inscriptions sont connues à la fois au Mons Claudianus, au Porphyrites et à Simitthus. Docimium n’a, en revanche, livré que des marques de carriers, probablement parce que ces carrières ont été remaniées par des travaux d’extraction modernes.

6On rencontre des marques de carriers dans presque toutes les carrières antiques. Ce sont des messages courts, presque codés, gravés sur des blocs détachés ou dans la roche-mère. Ils ont un certain nombre d'objectifs. Les marques gravées sur le substrat rocheux donnent souvent le nom de la carrière ou celui du front de taille. Les marques des blocs détachés signalent si le bloc a été approuvé ou rejeté, et mentionnent quelquefois l’endroit d’où il a été extrait ou à quelle date. Souvent, ces marques sont incompréhensibles et il y a d’ailleurs des différences entre les diverses carrières que je prends en considération. Les carrières égyptiennes sont situées dans la partie hellénophone de l'Empire, où la plupart du temps, on parlait grec. Simitthus, dans la province d'Afrique, était entièrement latinophone et à Docimium, assez étonnamment, le langage des carrières était le latin.

  • 3 Peacock, Maxfield 1997, pp. 216-232.

7Au Porphyrites et au Mons Claudianus, les marques de carriers sont en grec et en latin. Aucune de deux séries n’a été publiée correctement. La publication quelque peu désastreuse des marques de carriers du Mons Claudianus résulte d'un malentendu entre les éditeurs3 : David Peacock pensait que la liste provisoire était une publication définitive et la publia sans utiliser une police de caractères grecs. Le résultat est presque inutilisable parce que les marques sont dans un mélange de grec et de latin.

  • 4 La liste des marques du Porphyrites m’a été fournie par les fouilleurs.
  • 5 Voir figure 3.
  • 6 Le genre de P(robat) dépend du mot hypothétique dont le verbe dépend. Lapis est l’équivalent le plu (...)

8Quant aux marques de carriers du Porphyrites4, elles diffèrent de toutes celles que j'ai pu voir. Le groupe de trois lettres ΤΡΦ visible en plusieurs endroits doit être grec, mais je n'ai aucune idée de ce qu’il signifie. La séquence RPP, qui doit être latine, a été vue une fois au Porphyrites, ainsi que sur un bloc erratique à Umm Balad5. Si nous la développons en R(atio) P(orphyritica) P(robat-)6, cela donnerait la preuve que Umm Balad faisait partie de la même unité administrative que le Porphyrites, situé à proximité : cela ne serait pas surprenant. Un tel développement conduirait à interpréter la séquence RACLP souvent signalée au Mons Claudianus comme RA(tio) CL(audiana) P(robat-) (fig. 2-4).

Fig. 2

Fig. 2

Porphyrites. Un exemple de ΤΡΦ, marque sur le bloc au premier plan.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 3

Fig. 3

Umm Balad, marque de carrier inédite. La route qui part du fortin en direction du wâdi aux carrières disparaît rapidement, balayée par les crues. Après cette interruption, de vagues traces réapparaissent et on arrive à une zone jonchée de blocs travaillés de granit sombre. Sur l’un d’entre eux est inscrit les lettres R P P (hautes de 8 cm). En comparant les fréquentes inscriptions RACLP, RCP du Mons Claudianus – où les lettres C ou CL sont sans doute attribuées à Claudian –, et celles du Mons Porphyrites (carrière 2 à Lykabettos), il semble clair que le second P se rapporte à Porphyrites quelle que soit la terminaison. Le R pourrait signifier ratio et le dernier P probat, ce qui est loin d'être certain. C'est la seule inscription sur bloc qui a été trouvée à Umm Balad. Les blocs ont été gravés soit à l'aide d'un pointeau, soit à l'aide d'un marteau et le sol est couvert d'éclats de pierre. Que s'est-il passé ici ? Probablement un chariot rempli de blocs s'est renversé en sortant du wâdi et il a été tenté de réduire les blocs à une taille plus petite pour les transporter.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 4

Fig. 4

Mons Claudianus. RACLP cf. fig. 3. Cette marque a été gravée sur un bloc mis au rebut, retrouvé sur la rampe au bout du Pillar wâdi. Non enregistré dans Peacock-Maxfield.

© A. Bülow-Jacobsen

9Dans la carrière d'Umm Balad, à l'exception de l’inscription RPP déjà mentionnée, aucune marque de carrier n’est signalée, ce qui est remarquable. Cela vient sans doute du fait que, contrairement au Mons Claudianus, aucune zone de stockage des blocs approuvés, mais non encore expédiés, n’a été localisée. La recherche des marques de carriers a donc été effectuée sur des blocs écartés qui se trouvent encore dans la carrière : il n'est donc pas surprenant qu'ils ne portent aucune marque d’approbation. Par ailleurs, un seul front de taille semble avoir été actif dans cette carrière, rendant ainsi inutile le besoin d'indiquer la provenance des blocs extraits.

10Tout cela est-il utile à la compréhension de l'organisation des carrières ? Peut-on tirer de ces informations des conclusions sur le fonctionnement des carrières ou sur l’ordre dans lequel elles ont été exploitées ? À Docimium, pour autant que je sache, les carrières sont encore en activité et les travaux modernes ont presque totalement détruit les aménagements des carrières romaines. Mais les marques de carriers sur des blocs détachés et mis au rebut donnent les dénominations suivantes : officina, bracchium, locus, caesura et ratio. Je n'entrerai pas dans la discussion sur le sens de ces termes et leur hiérarchie. Certains peuvent avoir été des unités administratives, tandis que d'autres ont probablement eu une signification topographique.

11À Simitthus, un système analogue semble avoir été utilisé. Le terme bracchium est absent, ce qui peut être accidentel, mais nous trouvons les mots : officina, locus, caesura et ratio. Même si les carrières de Simitthus ont été moins détériorées par les extractions modernes que celles de Docimium, il n'est pas possible d'avoir une idée claire de leur organisation à l'époque romaine, mais au moins la terminologie employée nous assure-t-elle que l'organisation topographique était similaire à celle de Docimium.

  • 7 Voir le plan avec des numéros de Peacock, Maxfield 1997, fig. 1.2, reproduit dans O.Claud. IV, p. 1 (...)

12Au Mons Claudianus, nous disposons de nombreux textes, à la fois sur l’organisation antique et sur le système de repérage topographique. Il y a eu peu d’extractions modernes et, heureusement, elles ont eu lieu après nos premières prospections. Enfin on extrayait non du marbre, mais du granite – ou quel que soit le nom plus précis donné par les géologues. Là où le marbre peut être extrait à la fois par des coins ou par des saignées – et même aujourd'hui par sciage avec un fil d'acier – le granit devait être extrait à l’aide de coins. Au Mons Claudianus, l’extraction n’est jamais profonde et on enlevait juste une couche ou deux de pierre utilisable (fig. 5-8 et 9-14). Cela a conduit à l’ouverture de nombreux fronts de taille : Peacock en a identifié 1307. Nous savons qu'ils étaient appelés λατομίαι et qu’ils portaient des noms. Il ne semble pas y avoir eu de subdivision. Le terme κοπή, qu’il faut interpréter comme l'équivalent de la caesura latine, est aussi attesté. Il semble, comme caesura, avoir été un terme administratif, non topographique. De même, ratio ou ex ratione signifiait probablement « compte ».

Fig. 5

Fig. 5

Mons Claudianus. Un mur entier a été équarri avec des coins.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 6

Fig. 6

Mons Claudianus. Tentatives infructueuses d'entaille réalisées avec des coins.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 7

Fig. 7

Mons Claudianus. Tentatives infructueuses d'entaille réalisées avec des coins.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 8

Fig. 8

Mons Claudianus. Tentatives infructueuses d'entaille réalisées avec des coins.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 9

Fig. 9

Simitthus. Traces d'anciennes marques réalisées avec des coins dans le marbre.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 10

Fig. 10

Simitthus. Traces d'anciennes marques réalisées avec des coins dans le marbre.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 11

Fig. 11

Simitthus. Comme sur la fig. 5, un mur a été équarri, mais ici, à l'aide d'une pioche, laissant des marques typiques de feston.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 12

Fig. 12

Simithus. Mur partiellement équarri avec une pioche, peut-être en partie avec la pointe. Notez que certaines marques sont incurvées à la pioche, d'autres sont droites montrant l'utilisation de la pointe.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 13

Fig. 13

Simitthus. Traces de sciage moderne avec fil d'acier.

© A. Bülow-Jacobsen

Fig. 14

Fig. 14

Simitthus. Noter la façon dont les fronts de taille ont tendance à s'incliner de haut en bas. C'est le résultat d'un travail à la pioche. Les carrières de marbre peuvent être profondes et ont tendance à effacer les fronts de taille antérieurs.

© A. Bülow-Jacobsen

  • 8 Bülow-Jacobsen 2009.

13Tout ce que j’ai dit jusqu’à présent concerne les titres ; examinons maintenant ce qu’on pourrait appeler les sous-titres, c’est-à-dire les informations plus fines que les textes ont apporté sur l’organisation des carrières du désert Oriental. Elles ont été livrées par les ostraca mis au jour en quantité dans les carrières égyptiennes, qui forment une documentation inestimable. Le Mons Claudianus a été extrêmement productif à cet égard puisqu’il a livré plus de 9000 ostraca, dont environ 250 directement liés aux activités d’extraction. Ils ont été publiés dans les Ostraca Claudiana IV8. La carrière d’Umm Balad a donné environ 1100 ostraca sur lesquels je travaille actuellement. Je présenterai ici mes premières conclusions sur l’exploitation de la carrière. Enfin, environ 700 ostraca ont été trouvés au Porphyrites, mais ils n'ont pas encore été publiés.

14La plupart des informations contenues dans les quelques 9000 ostraca du Mons Claudianus sont limitées dans leur portée. Mais quelques documents enregistrent des données importantes qui ne sont jamais mentionnées dans les inscriptions ou suggérées par d’autres types de découvertes.

15Nous possédons tout d’abord une liste générale de distribution d'eau, publiée par Hélène Cuvigny dans Chiron 35 en 2005 (fig. 15).

Fig. 15

Fig. 15

O.Claud. inv. 1538+2921, cf. Cuvigny H., « L'organigramme du personnel d'une carrière impériale d'après un ostracon du Mons Claudianus », Chiron 35 (2005) pp. 309-353.

© A. Bülow-Jacobsen

  • 9 Voir Fennell 2011, p. 132 ; Bortwick 1990, 3-1 et 3-2, à propos des rations britanniques. Pour m’av (...)

16La liste concerne un jour donné, alors que les carrières étaient en pleine activité, probablement lors de l’extraction des colonnes destinées à orner le Forum de Trajan et la basilique Ulpienne au cours de la première décennie du iie siècle. Il s'agit d'une liste de destinataires de la distribution d'eau, qui donne le nombre exact de travailleurs dans chaque catégorie recensée. On compte au total 917 personnes, dont seulement 60 militaires. Les 857 autres personnes sont des civils, allant de l'architecte au plus humble transporteur d'eau. Nous apprenons qu'il y avait aussi des médecins, des vétérinaires, des barbiers et des cordonniers et deux catégories de travailleurs en nombre presque égal, les pagani et les membres de la familia. Les pagani étaient des salariés, travailleurs qualifiés autochtones, principalement employés comme carriers et forgerons. Ceux de la familia, la plupart du temps, exerçaient un travail non qualifié (transport de l'eau et tâches analogues). L'intérêt de ce texte est qu'il indique la ration d'eau que reçoit chaque catégorie, à savoir 6,5 litres pour les personnages du plus haut rang, 3,25 l. pour les tailleurs de pierre et 2,16 l. pour les ouvriers non qualifiés. Cela parait étonnamment peu, mais correspond à ce que nous savons des distribution d’eau aux forces britanniques en Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale : 2 pintes = 1,136 l. par homme et par jour dans les unités de combat, et entre 4,5 et 6,8 l. par jour pour ceux derrière le front pour tout, sauf les radiateurs des véhicules, un problème que les anciens n'avaient pas9.

Mons Claudianus

Armée britannique

Recommandation de l'OMS

Max. 6,5 l (1 κεράμιον)

soldats 5,4 l.

recrues, pagani 3,25 l

familia 2,16 l

Arrière: 4,5-6,8 l

Combattants: 1,136 l

20 litres/jour, incluant l'hygiène et la préparation des aliments

minimum 7,5 l

17La troisième colonne du tableau ci-dessus présente les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, qui sont beaucoup plus élevées que ce que les soldats de l’armée britannique et les habitants des carrières du désert Oriental recevaient. L'importance du texte mis au jour au Mons Claudianus est qu’il indique le nombre et les catégories de travailleurs ainsi que plusieurs noms de carrières qu’on peut comparer avec les listes de travailleurs et de carrières données par d'autres ostraca.

  • 10 Son écriture – connue grâce à O.Claud. 888 – est reconnaissable.

18Le second texte à apporter des données plus générales sur les carrières du désert Oriental est O.Claud. IV, 841, une liste des blocs de pierre disponibles vers 150 après J.-C. (fig. 16). L’ostracon est écrit par un certain Palaïs dont nous ne savons pas grand-chose sinon qu'il était impliqué dans le décompte des pierres10. Ce grand ostracon est une sorte de bloc-notes sur lequel il recensait les blocs de pierre trouvés lorsqu’il faisait sa tournée d'inspection à travers les carrières. L'écriture est répartie en groupes irréguliers et la couleur de l'encre varie. J'imagine que cette liste a ensuite été copiée sur papyrus sous une forme plus lisible, et peut-être même envoyée à Rome.

Fig. 16

Fig. 16

O.Claud. IV 888. Le passage discuté en détail se situe sur le côté droit du fragment de gauche. Les deux fragments ne sont pas jointifs.

© A. Bülow-Jacobsen

19À cette époque, les carrières de Mons Claudianus étaient exploitées depuis environ cinquante ans comme carrières impériales ; elles avaient livré des blocs et surtout des colonnes commandées pour un certain nombre de bâtiments impériaux à Rome : le Forum de Trajan, la reconstruction du Panthéon par Hadrien, sa villa à Tibur et le temple de Vénus et de Rome. Chacun de ces projets avait exigé un certain nombre de colonnes monolithiques de grande taille. Il restait évidemment dans la carrière beaucoup de blocs parfaitement utilisables, mais dont les dimensions ne correspondaient pas aux commandes. Si la pierre avait été du marbre, je suppose que ces blocs auraient été emmenés à Rome et emmagasinés dans l’entrepôt des marbres ; mais le transport du simple granit du Mons Claudianus coûtait probablement plus cher que la pierre elle-même. Aussi demeuraient-elles dans les carrières jusqu’à ce que quelqu’un en fasse la commande.

20Penchons-nous sur une entrée de la liste : en haut de la colonne, on lit κοπ(ὴ) Ἐπαφροδ(ίτου). Comme déjà dit, je crois que κοπή est l’équivalent grec de caesura et qu’il signifiant « part ». Epaphroditos est un personnage intéressant. Son nom apparaît dans plusieurs contextes dans la carrière, à la fois sur des blocs et sur des surfaces rocheuses, ainsi que sur l'architrave du temple (I.Pan 42) et aussi au Porphyrites (I.Pan 21). Dans le wâdi al-Hammâmât, son nom est inscrit sur une paroi rocheuse. Dans les deux inscriptions des temples du Mons Claudianus et du Porphyrites, il se définit comme un esclave de l’Empereur et μισθωτὴς τῶν μετάλλων, « fermier des mines et carrières ». Ces inscriptions doivent dater de l’époque de renouveau de l’exploitation au début du règne d'Hadrien, après la révolte juive. Le fait qu’Epaphroditos apparaisse sur l’ostracon du Mons Claudianus indique qu’il était encore cité environ trente ans plus tard dans la région. Est-il pour autant toujours impliqué dans l’exploitation des carrières ? J’en doute, mais son nom devait être apparemment encore mentionné sur quelques blocs. En-dessous de cette mention, on trouve les mots : Λατο(μία) Διον(ύσου), une carrière citée dans plusieurs listes, mais que nous ne savons pas localiser. En-dessous encore, viennent quatre éléments, chacun précédé d'une marque suivie par un N avec un trait au-dessus. Cela signifie probablement « bloc approuvé / utilisable ». À l'époque où je préparais l'édition de ces textes, je pensais que l’abréviation signifiait νόμαιος, « approuvé, régulier », mais peut-être ce signe doit-il être interprété comme « numéro ». Il est souvent gravé sur les blocs et est suivi par un chiffre. Les quatre blocs de notre document portent les numéros 47, 49, 86 et 85. Puis suit pour chacun d’eux, le mot αργ() qui doit se développer en ἀργός « libre, inutilisé » suivi par des mesures en trois dimensions. La ligne suivante mentionne ἐν ὁδῷ χαμουλκοῦ « sur la route du traineau », qui pourrait renvoyer, mais pas nécessairement, à la route qui emprunte le Pillar wâdi jusqu’au quai de chargement (fig. 17). Dans tous les cas, notre homme effectue un inventaire en visitant, avec son bloc-notes, les carrières qu’il situe souvent par rapport au praesidium. Pour résumer, cet inventaire montre que l'unité de base était la λατομία, la carrière, et il nous donne l'impression séduisante que nous pourrions presque suivre ses étapes pas à pas, et peut-être même identifier certains blocs inventoriés.

Fig. 17

Fig. 17

Le Pillar wâdi et la route, qui pourrait être le ὁδὸς χαμουλκοῦ mentionné dans O.Claud 888. Chaque côté de la route a été utilisé pour stocker les blocs exploitables.

© A. Bülow-Jacobsen

  • 11 Voir O.Claud. IV, pp. 257-259 avec la bibliographie. Voir aussi Bülow-Jacobsen 2016. Les tranchants (...)
  • 12 Voir Ian Freestone in Peacock, Maxfield 1997, pp. 246-251.

21La troisième information livrée par les ostraca est l'importance de l'acier sur le site. Le fer ordinaire était trop malléable pour attaquer le granit ; donc les outils de carriers étaient-ils équipés d'une pointe ou d’un tranchant en acier, soudé sur l’outil. La soudure exige des températures plus élevées que celles obtenues dans les forges implantées près des fronts de taille où les outils étaient régulièrement affûtés par re-forgeage. Lorsqu'une pointerolle était utilisée et ré-aiguisée un certain nombre de fois, la pointe en acier était usée et devait être remplacée, Cette opération était réalisée dans le στομωτήριον. Sans l’apport des ostraca nous n'aurions aucune idée de cette procédure11. Aucun outil n’a été trouvé au Mons Claudianus, et même si nous en avions, ils seraient corrodés et la mesure de la dureté du fer ne serait pas fiable. Mais grâce au texte, nous comprenons pourquoi les scories trouvées dans la carrière 92 montrent des températures élevées qui permettaient la soudure, contrairement aux petites forges des autres carrières12. On peut donc être assuré que la forge de la carrière 92 était le stomotèrion.

22Ce ne sont là que quelques exemples de ce que les ostraca apportent sur la vie et le travail dans les carrières. J'espère que cela convaincra les archéologues de fouiller aussi les dépotoirs pour trouver des ostraca la prochaine fois qu'ils dégageront une carrière romaine.

Bibliographie

 

Bingen J., « Première campagne de fouille au Mons Claudianus. Rapport préliminaire. », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, 87, 1987, 45-52.

Bingen J., « Sept campagnes de fouilles au Mons Claudianus (désert oriental d'Égypte, 1987-1993). Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques. Académie Royale de Belgique, 6e série, Tome IV, 1-6, 1993, 143-157.

Bingen J., « Dumping of Ostraca at Mons Claudianus. » in D.M. Bailey, Archaeological Research in Roman Egypt. The Proceedings of the Seventeenth Classical Colloquium of the Department of Greek and Roman Antiquities, British Museum, held on 1-4 December, 1993. Journal of Roman Archaeology Supplement 19, 1996, 29-38.

Bingen J., Bülow-Jacobsen A., Cockle W.E.H., Cuvigny H., Rubinstein L., Van Rengen W., Mons Claudianus, ostraca graeca et latina I (O.Claud.1-190), (dfifao XXIX) 1992, Le Caire.

Bingen J., Bülow-Jacobsen A., Cockle W.E.H., Cuvigny H., Rubinstein L., Kayser F., Van Rengen W., Mons Claudianus, ostraca graeca et latina II (O.Claud. 191-414) (dfifao XXXII), 1997, Le Caire.

Bingen J., Jensen S.O., « Quatrième campagne de fouille au Mons Claudianus. Rapport préliminaire », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, 90, 1990, 65-81.

Bingen J., Jensen S.O., « Mons Claudianus. Rapport préliminaire sur les cinquième et sixième campagnes de fouille (1991-1992) », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, 92, 1992, 15-36.

Bingen J., Jensen S.O., « Mons Claudianus. Rapport préliminaire sur la septième campagne de fouille (1993) », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, 94, 1993, 53-66 + fig. 1-20.

Bortwick A., Battalion: A British Infantry Unit’s Actions from El Alamein to the Elbe 1942-1945, 1994 (1946), s.19. German Experiences in World War II, Supplement, 1990.

Bülow-Jacobsen A., « Mons Claudianus. Roman Granite-Quarry and Station on the Road to the Red Sea. » Danish Studies in Classical Archaeology. Acta Hyperborea I. East and West. Cultural Relations in the Ancient World. Museum Tusculanum, Copenhagen, 1988, 159-165

Bülow-Jacobsen A., « Mons Claudianus - et stenbrud i Ægypten » Sfinx 1990, 1, 10-15.

Bülow-Jacobsen A. « The Excavation and Ostraca of Mons Claudianus » Proceedings of the XIXth Congress of Papyrology, vol. 1. (Ain Shams University, Center of Papyrological Studies), Le Caire, 1992, 49-59.

Bülow-Jacobsen A., « Læse og skrivefærdighed på Mons Claudianus belyst ved fund. » Hellenismestudier 8, Århus, 1993, 66-73.

Bülow-Jacobsen A., « The Excavation at Mons Claudianus, Egypt ». Acta Hyperborea 5, 1993, 408-410.

Bülow-Jacobsen A., « A survey of seven years of Excavation at Mons Claudianus » TOPOI, 6/2 (Maison de l'orient, Lyon), 1996, 721-730.

Bülow-Jacobsen A. (with a contribution by Cuvigny H.), Mons Claudianus. Organisation, administration og teknik i et romersk stenbrud fra kejsertiden. (Studier fra Sprog- og Oldtidsforskningen), Copenhague, 1996.

Bülow-Jacobsen A., « On Smiths and Quarries » Akten des 21. internat. Papyro–logenkongresses, Berlin 1995. Leipzig, 1997, 139-145.

Bülow-Jacobsen A., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina IV. The Quarry-Texts (O.Claud. 632-896). Institut français d'archéologie orientale, Le Caire (DFIFAO XXXXVII), 2009.

Bülow-Jacobsen A., « O.Claud. IV 870 and 895 joined ». ZPE 183, 2012, 219-221, fig. 1.

Bülow-Jacobsen A., « Translation of a Letter of the Praefectus Aegypti » (O.Claud. inv. 7218). Papyrological Texts in Honor of Roger S. Bagnall. Édités par R. Ast, H. Cuvigny, T.M. Hickey et J. Lougovaya. (American Studies in Papyrology 53) 2013, 47-51.

Bülow-Jacobsen A. « Texts and Textiles on Mons Claudianus ». in G. Tallet, Chr. Zivie-Coche (éd.), Le Myrte et la rose - Mélanges offerts à Françoise Dunand, CENiM 9, Montpellier, 2014, 3-7

Bülow-Jacobsen A., « Stomoma. Why, what, whence, and how? », in C. Freu, S. Janniard, A. Ripoll (éds.), "Libera curiositas". Mélanges d'histoire romaine et d'Antiquité tardive offerts à Jean-Michel Carrié. Bibliothèque de l'Antiquité Tardive (BAT 31). Turnhout, Brepols, 2016, 183-189.

Ciszuk M., « Taquetés from Mons Claudianus : analyses and reconstruction. » in D. Cardon et M. Feugère (éd.), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, octobre 1999, éditions Monique Mergoil, Montagnac, 2000, 265-282.

Cockle W.E.H., « The Breaking of an Alter at Mons Claudianus (IG Pan 37) », CdÉ 67, fasc. 134, 1992, 337-340.

Cuvigny H., « Nouveaux ostraca du Mons Claudianus. » Chronique d'Égypte 61, fasc.122, 1986, 271-286.

Cuvigny H., « Inscription inédite d'un ergodotès dans une carrière du Mons Claudianus ». Mélanges Maurice Martin (IFAO), 1992, 73-88.

Cuvigny H., « The Amount of Wages Paid to the Quarry-Workers at Mons Claudianus. » JRS 86, 1996, 139-145

Cuvigny H., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina III. Les reçus pour avances à la familia (O.Claud. 417 à 631), Institut français d'archéologie orientale, 2000, Le Caire (DFIFAO XXXVIII).

Cuvigny H., « L'organigramme du personnel d'une carrière impériale d'après un ostracon du Mons Claudianus » CHIRON 35, 2005, 309-353.

Cuvigny H., Wagner G., « Ostraca grecs du Mons Claudianus. » ZPE 62, 1986, 63-73.

Fant J.C., « Cavum antrum Phrygiae. The Organization and Operations of the Roman Imperial Marble Quarries in Phrygia » BAR international series 482, 1989.

Fennell J., Combat and Morale in the North African Campaign. The Eighth Army and the Path to El Alamein, Cambridge University Press, 2011.

Jørgensen Bender L., « Textiles from Mons Claudianus. A Preliminary Report. » Acta Hyperborea 3, Copenhagen, 1991, 83-95.

Jørgensen Bender L., « The Textiles from Mons Claudianus, Recorded in 1991'. Archaeological Textiles Newletter, No. 12, Leiden, May 1991, 8-10.

Jørgensen Bender L., « Romersk Tekstil i Egypts ørken » Spor (Trondheim) Nr 2, 1997, 7-9.

Jørgensen Bender L., « The Mons Claudianus Textile Project. », in D. Cardon et M. Feugère (éd.), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, octobre 1999, éditions Monique Mergoil, Montagnac, 2000, 253-263.

Mannering U., « Roman Garments from Mons Claudianus », in D. Cardon et M. Feugère (éd.), Archéologie des textiles des origines au ve siècle. Actes du colloque de Lattes, octobre 1999, éditions Monique Mergoil, Montagnac, 2000, 283-290.

Maxfield V.A., « Stone Quarrying in the Eastern Desert with particular reference to Mons Claudianus and Mons Porphyrites', in D.J. Mattingly and J. Salmon (éd.), Economies beyond Agriculture in the Classical World, Londres-New York, 2001, 143-170.

Maxfield V.A.-Peacock D.P.S., Survey and Excavations. Mons Claudianus II. Excavations part 1. (Fouilles de l'IFAO 43), Le Caire, 2001.

Maxfield V.A. and Peacock D.P.S., Survey and Excavation. Mons Claudianus III. Ceramic vessels and related objects. (Fouilles de l'IFAO 54), Le Caire, 2006.

Peacock D.P.S., « The Roman quarries of Mons Claudianus, Egypt. An interim report. » in N. Herz and M. Waelkens, Classical Marble: Geochemistry, Technology, Trade. Dordrecht, 1988, 97-102.

Peacock D.P.S., « Mons Claudianus and the problem of the granito del foro. » in R. Franchovich, Archeologia delle attivita estrattive e Metallurgiche. Siena, 1993, 49-69.

Peacock D.P.S., Rome in the Desert – a symbol of power. (Inaugural lecture) Southampton, 1993.

Peacock D.P.S., Thorpe O.W., Thorpe R.S., Tindle A.G., « Mons Claudianus and the problem of the 'granito del foro': a geological and geochemical approach », ANTIQUITY 68, 1994, 209-230.

Peacock D.P.S. and Maxfield V.A., Survey and excavation Mons Claudianus, 1987-1993. Volume I: topography and quarries with contributions by O. Williams-Thorpe, I.C. Freestone, J. Lang, W. Van Rengen, R.S. Tomber, R.S. Thorpe†, A.G. Tindle, and M.C. Jones. FIFAO XXXVII, Le Caire, 1997.

Rakob F. (éd.), Simitthus I, Die Steinbrüche und die antike Stadt. Mainz am Rhein, von Zabern, 1993.

Tomber R., « Early Roman Pottery from Mons Claudianus. » Cahiers de la Céramique Égyptienne, t. 3, 1992, 137-142.

Tomber R., « Mons Claudianus. », Bulletin de liaison du Groupe International d'étude de la céramique égyptienne. XIII, 1989, 35-37; XIV, 1990, 26-27; XV, 1991, 20-21; 1992, XVII, 32.

Tomber R., « Provisioning the desert: pottery supply to Mons Claudianus. », in D.M. Bailey, Archaeological Research in Roman Egypt. The Proceedings of the Seventeenth Classical Colloquium of the Department of Greek and Roman Antiquities. British Museum, held on 1-4 December, 1993 (Journal of Roman Archaeology Supplement 19) 1996, 39-49.

van der Veen M., « The plant remains from Mons Claudianus, a Roman quarry settlement in the Eastern Desert of Egypt - an interim report. » Vegetation History and Archaeobotany, 1996, 5: 137-141.

van der Veen M. with Hamilton-Dyer S., « A life of luxury in the desert? The food and fodder supply to Mons Claudianus », Journal of Roman Archaeology 11, 1998, 101-116.

van der Veen M., « The food and fodder supply to the Roman quarry settlements in the eastern desert of Egypt », The Exploitation of Plant Resources in Ancient Africa (ed. van der Veen), Kluwer Academic/Plenum Publishers, New York, 1999.

Notes

1 Fant 1989.

2 Rakob 1993.

3 Peacock, Maxfield 1997, pp. 216-232.

4 La liste des marques du Porphyrites m’a été fournie par les fouilleurs.

5 Voir figure 3.

6 Le genre de P(robat) dépend du mot hypothétique dont le verbe dépend. Lapis est l’équivalent le plus probable de λίθος qui semble avoir été le terme courant pour désigner « un bloc ébauché de pierre », cf. par exemple O.Claud IV, 885, 5 : τοὺς ἀποκειμένους ἐν τῷ μετάλλῳ λίθους.

7 Voir le plan avec des numéros de Peacock, Maxfield 1997, fig. 1.2, reproduit dans O.Claud. IV, p. 10.

8 Bülow-Jacobsen 2009.

9 Voir Fennell 2011, p. 132 ; Bortwick 1990, 3-1 et 3-2, à propos des rations britanniques. Pour m’avoir résumé toutes ces références, je remercie mon ami Paul John Frandsen. Une analyse plus longue et plus complexe peut être trouvée sur le site http://www.who.int/water_sanitation_health/dwq/nutwaterrequir.pdf

10 Son écriture – connue grâce à O.Claud. 888 – est reconnaissable.

11 Voir O.Claud. IV, pp. 257-259 avec la bibliographie. Voir aussi Bülow-Jacobsen 2016. Les tranchants des armes en acier sont attestés dans la littérature, mais jamais, à ma connaissance, montrés de manière convaincante par des mesures de dureté sur les artefacts archéologiques.

12 Voir Ian Freestone in Peacock, Maxfield 1997, pp. 246-251.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le camp fortifié de Mons Claudianus lors de la première campagne de fouilles en 1987.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 2
Légende Porphyrites. Un exemple de ΤΡΦ, marque sur le bloc au premier plan.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 3
Légende Umm Balad, marque de carrier inédite. La route qui part du fortin en direction du wâdi aux carrières disparaît rapidement, balayée par les crues. Après cette interruption, de vagues traces réapparaissent et on arrive à une zone jonchée de blocs travaillés de granit sombre. Sur l’un d’entre eux est inscrit les lettres R P P (hautes de 8 cm). En comparant les fréquentes inscriptions RACLP, RCP du Mons Claudianus – où les lettres C ou CL sont sans doute attribuées à Claudian –, et celles du Mons Porphyrites (carrière 2 à Lykabettos), il semble clair que le second P se rapporte à Porphyrites quelle que soit la terminaison. Le R pourrait signifier ratio et le dernier P probat, ce qui est loin d'être certain. C'est la seule inscription sur bloc qui a été trouvée à Umm Balad. Les blocs ont été gravés soit à l'aide d'un pointeau, soit à l'aide d'un marteau et le sol est couvert d'éclats de pierre. Que s'est-il passé ici ? Probablement un chariot rempli de blocs s'est renversé en sortant du wâdi et il a été tenté de réduire les blocs à une taille plus petite pour les transporter.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 4
Légende Mons Claudianus. RACLP cf. fig. 3. Cette marque a été gravée sur un bloc mis au rebut, retrouvé sur la rampe au bout du Pillar wâdi. Non enregistré dans Peacock-Maxfield.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 5
Légende Mons Claudianus. Un mur entier a été équarri avec des coins.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 6
Légende Mons Claudianus. Tentatives infructueuses d'entaille réalisées avec des coins.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 7
Légende Mons Claudianus. Tentatives infructueuses d'entaille réalisées avec des coins.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 8
Légende Mons Claudianus. Tentatives infructueuses d'entaille réalisées avec des coins.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 9
Légende Simitthus. Traces d'anciennes marques réalisées avec des coins dans le marbre.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 10
Légende Simitthus. Traces d'anciennes marques réalisées avec des coins dans le marbre.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 11
Légende Simitthus. Comme sur la fig. 5, un mur a été équarri, mais ici, à l'aide d'une pioche, laissant des marques typiques de feston.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 12
Légende Simithus. Mur partiellement équarri avec une pioche, peut-être en partie avec la pointe. Notez que certaines marques sont incurvées à la pioche, d'autres sont droites montrant l'utilisation de la pointe.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 13
Légende Simitthus. Traces de sciage moderne avec fil d'acier.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 14
Légende Simitthus. Noter la façon dont les fronts de taille ont tendance à s'incliner de haut en bas. C'est le résultat d'un travail à la pioche. Les carrières de marbre peuvent être profondes et ont tendance à effacer les fronts de taille antérieurs.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 15
Légende O.Claud. inv. 1538+2921, cf. Cuvigny H., « L'organigramme du personnel d'une carrière impériale d'après un ostracon du Mons Claudianus », Chiron 35 (2005) pp. 309-353.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 16
Légende O.Claud. IV 888. Le passage discuté en détail se situe sur le côté droit du fragment de gauche. Les deux fragments ne sont pas jointifs.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 17
Légende Le Pillar wâdi et la route, qui pourrait être le ὁδὸς χαμουλκοῦ mentionné dans O.Claud 888. Chaque côté de la route a été utilisé pour stocker les blocs exploitables.
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5156/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteur

papyrologue, ancien professeur de la Fondation Carlsberg

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540