Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Chronologie des forts des routes de Myos Hormos et de Bérénice durant la période gréco-romaine

Jean-Pierre Brun

Texte intégral

  • 1 La Mission archéologique française du Désert Oriental est financée par le ministère des Affaires ét (...)
  • 2 Whitcomb, Johnson 1982; Peacock, Blue 2006 et 2011.
  • 3 Sidebotham 2011 et 2018.
  • 4 Meyer 2018.

1Cet article entend préciser la chronologie de l’équipement des routes caravanières entre Coptos, Myos Hormos et Bérénice à la lumière des résultats des fouilles réalisées dans le cadre de la Mission archéologique française du Désert Oriental1 et en s’appuyant sur les recherches des équipes américaines et anglaises à Myos Hormos2, à Bérénice3 et au wâdi Umm Fawâkhir4.

  • 5 En dernier lieu : Pantalacci 2018.

2Lorsque l’administration romaine s’implanta en Égypte, elle hérita des acquis de la période ptolémaïque et, à travers elle, des connaissances et des équipements progressivement mis en place dès la préhistoire et au cours la période pharaonique où déjà, comme Laure Pantalacci l’a rappelé5, Coptos est la porte des ressources du désert et des relations vers l’Orient.

  • 6 Castel, Soukiassian 1989.
  • 7 Tallet, Mahfouz 2012.
  • 8 Goyon 1957.

3Signalons, parmi les plus spectaculaires, les exploitations d’or alluvial et filonien en divers endroits du désert dont le wâdi Umm Fawâkhir ou le grand site de Samût al-Beda, les extractions de galène du Jabal al-Zayt6, la métallurgie du cuivre à Aïn Soukhna7, les extractions de pierre de bekhen dans le wâdi al-Hammâmât8 et pour les importations africaines et arabes, les expéditions au Pays de Pount qui passaient à travers le désert.

4Toutes ces expéditions ont permis de mieux connaître la région, y compris en dressant des cartes, de l’équiper de routes marquées par des cairns de pierre, de l’apprivoiser en dédiant des sanctuaires rupestres au dieu Min et en marquant le territoire par des inscriptions commémoratives telles celles bien connues des expéditions aux carrières du wâdi al-Hammâmât.

Sous les Ptolémées

  • 9 Faucher 2018.
  • 10 Sidebotham 2011, pp. 107-108 résumant les rapports de fouilles publiés dans Sidebotham, Wendrich 20 (...)

5Lorsque les Macédoniens s’emparèrent de l’Égypte, le désert n’était donc pas du tout terra incognita, mais le nouveau pouvoir avait d’autres ambitions et d’autres besoins que les précédents. Ptolémée Sôter et ses successeurs eurent en effet une impérieuse nécessité de disposer d’or pour leur politique extérieure ambitieuse en Méditerranée orientale et une non moins impérieuse nécessité, sous Ptolémée II, III et IV de se procurer des éléphants de guerre en organisant des chasses en Afrique orientale. Ces deux besoins ont déterminé une reprise intensive de l’exploitation de l’or dès Ptolémée I9 puis la création de routes pour approvisionner les mines et joindre les ports de Bérénice et de Nechesia à la ville d’Apollônos Polis (aujourd’hui Edfou) (fig. 1). C’est par cette route relativement courte que les éléphants de guerre débarqués à Bérénice devaient être conduits jusqu’au Nil, à Apollônos Polis. Un graffito d’éléphant au Paneion (al-Kanaïs) se rapporterait à ces convois10 de même que le nom de Satyros, fondateur de Philotera, qui avait été chargé de capturer des éléphants le long de la Trogodytique (I. Kanaïs 9).

Fig. 1

Fig. 1

Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos dans la seconde moitié du iiie siècle avant J.-C.

© Dessin J.-P. Brun

  • 11 Bagnall et al. 1996.
  • 12 Redon 2018.

6Les fouilles de Bi’r Samût ont montré que la route Bérénice-Edfou fut ouverte à la fin du règne de Ptolémée II, peut-être vers 257 qui est la date de la fondation de la station de Bi’r ‘Iayyan sur la route de Nechesia11. Elles ont aussi prouvé que le fort de Bi’r Samût fut abandonné dès la fin du iiie siècle, peut-être en 206 lors de la révolte de la Thébaïde, et que cette route ne fut plus jamais utilisée par la suite12.

  • 13 Sous Ptolémée IV, avant la révolte de la Thébaïde, une partie du trafic commercial passait par le P (...)
  • 14 Sur la question de la piste « sans eau », voir Cuvigny 2004, pp. 4-5. Strabon continue : « L’expéri (...)
  • 15 Le site n’a jamais été bien prospecté ni fouillé, mais c’est une oasis où l’eau affleure et où la v (...)
  • 16 Les prospections que j’ai réalisées à Kompasi en 2008 ont révélé la présence de céramiques du iiie  (...)
  • 17 Site de Daghbag : Sidebotham, Hense, Nouwens, 2008, p. 219 et Klemm, Klemm 2013.

7En fait, la route principale du commerce arabique de matières légères passant par Bérénice fut, probablement dès Ptolémée II, celle qui rejoignait directement Coptos13. Je pense qu’il faut suivre Strabon lorsqu’il écrit que Ptolémée II fonda Bérénice à une latitude que les navires pouvaient aisément atteindre et fit relier ce port à Coptos par une piste qui « était sans eau » mais pourvue d’étapes qu’il fit établir14. Il ne s’agit pas d’un anachronisme : la piste était certes nettement moins équipée qu’à l’époque romaine, mais elle comprenait déjà des puits à Apollônos Hydreuma, à Kompasi et probablement à Phoinikôn15. La station Apollônos est mentionnée dans les ostraca de Bi’r Samût. Le site de Kompasi, récemment ravagé par les chercheurs d’or, fut un centre d’exploitation du minerai d’or à l’époque ptolémaïque16 des mines filoniennes ont été ouvertes à proximité, des habitations de mineurs et deux grands moulins à écraser le minerai sont partiellement conservés (fig. 2, 3a et 3b)17. Pour que la vie soit possible et que la mine d’or fonctionne, une piste avait été ouverte, probablement depuis Phoinikôn, et un puits avait dû être creusé qui fut par la suite utilisé par les caravanes. Même si son rôle originel et principal était lié à l’exploitation de l’or, le site de Kompasi servait certainement d’étape sur la route menant à Coptos. Quant à Phoinikôn, il s’agit d’une oasis où l’eau est aisée à atteindre. La qualification de piste « sans eau » s’applique bien, en revanche, aux longs trajets entre ces stations distantes en moyenne d’une centaine de kilomètres.

Fig. 2

Fig. 2

Le site de Kompasi centre d’exploitation de mines d’or à l’époque ptolémaïque.

© J.-P. Brun, janvier 2000

Fig. 3a

Fig. 3a

Moulins à écraser le minerai d’or à Kompasi.

© J.-P. Brun, janvier 2000

Fig. 3b

Fig. 3b

Moulins à écraser le minerai d’or à Kompasi.

© J.-P. Brun, janvier 2000

  • 18 Le constat fondé sur l’archéologie de ces forts prouve, s’il en était besoin, que l’Apollônos polis (...)
  • 19 Le Périple de la Mer Erythrée, dont Arnaud 2012 a montré de façon convaincante qu’il s’agit d’une c (...)

8L’abandon définitif des forts de Bi’r Samût, d’Abû Midrik et Abbad montre qu’après 206, la route Bérénice-Apollônos Polis fut délaissée18. Il faut en conclure que dès lors la route de Bérénice-Coptos fut la seule utilisée. Comme elle est nettement plus longue que celle conduisant à Apollônos Polis, quelle fut la raison de ce choix ? Je suggère qu’au-delà des questions sécuritaires qui ont certainement joué lors de la sécession de la Thébaïde, il s’agissait d’une mesure fiscale : le contrôle des marchandises importées et le paiement des taxes devaient déjà être réalisés à Coptos, traditionnelle porte du désert où convergeaient les routes des deux ports du grand commerce érythréen, Bérénice et Myos Hormos : une seule administration douanière suffisait pour les deux ports et les deux routes. En somme, les marchandises orientales devaient déjà être débarquées sous contrôle douanier dans ces deux ports que le Périple de la Mer Erythrée qualifiera de « désignés » au ier siècle de notre ère.19

  • 20 De Romanis 1996, p. 205. Sur le site du point d’eau et ses inscriptions pharaoniques, voir Lutz 200 (...)
  • 21 Bingen 1972. Dans leur article « Le paneion d’Al-Buwayb revisité », H. Cuvigny et A. Bülow-Jacobsen (...)
  • 22 Colin 1998. Les graffitis du Nouvel Empire et de l’époque ptolémaïque ou romaine mentionnent des pe (...)

9Les témoignages de la fréquentation de la piste Bérénice-Coptos à cette période sont encore rares, fautes de fouilles notamment à Kompasi. Nous avons vu plus haut qu’elle n’était pas régulièrement jalonnée de fortins et de puits comme celle qui, auparavant, conduisait à Apollônos Polis, mais quelques indices montrent la fréquentation de cette piste. Il est bien entendu difficile de distinguer les traces de fréquentation liées au trafic commercial de celles laissées par les caravanes approvisionnant les mines d’or, notamment celle de Kompasi. Toutefois quelques indices montrent que des caravanes indépendantes de celles destinées aux mines passaient par cette piste. Un graffito représentant un éléphant, gravé près du Paneion du wâdi Minayh entre Kompasi et Phoinikôn, pourrait indiquer qu’occasionnellement la piste conduisant à Coptos était empruntée pour convoyer les éléphants, mais on ne peut savoir si cela s’est produit avant ou après la perte de la Thébaïde. Le Bi’r Minayh, un point d’eau naturel, a livré une inscription sud-arabique d’un Minéen, probablement un marchand d’encens20. Le Paneion du wâdi Minayh fut fréquenté dès le Nouvel Empire ; celui d’Al-Buwayb a livré plusieurs graffitis grecs ptolémaïques21 et un graffito démotique, probablement ptolémaïque, mentionnant un spécialiste de la myrrhe, donc en rapport avec le commerce des substances aromatiques transitant par Bérénice22.

  • 23 Cuvigny 2018.
  • 24 Le site est aujourd’hui recouvert par d’épaisses alluvions et mes sondages, trop limités faute de t (...)

10Sur la route de Myos Hormos, les caravanes faisaient des étapes d’abord à Phoinikôn, oasis offrant un abondant ravitaillement en eau et en nourriture et étape sur les deux routes, puis aux puits de Persou et probablement à celui du Bi’r Sayyâla qui portait peut-être le nom de Simiou (fig. 4)23. Les sondages que j’ai réalisés en 1996 n’ont pas livré de niveaux ptolémaïques mais ils ont révélé que le site a une longue et complexe histoire masquée par les alluvions et les destructions24. En effet, lorsque Raymond Weill l’a visité, le 13 mars 1910, il a noté que le fort, alors nettement mieux conservé que de nos jours, mesurait 50 m de longueur par 36 m de largeur et qu’il existait, à 42 m au sud du fort, un bâtiment aujourd’hui détruit. Mesurant 24 m de longueur par 7,50 m de largeur, ce bâtiment, par son plan semble correspondre à des hospitia d’époque romaine analogues à ceux de Bi’r Baiza sur la route de Bérénice (fig. 5).

Fig. 4

Fig. 4

Le fort de Bi’r Sayyâla, peut-être appelé Simiou.

© J.-P. Brun

Fig. 5

Fig. 5

Plans du fort de Bi’r Sayyâla. À droite, le croquis réalisé par Raymond Weill le 10 mars 1910. À gauche, le plan des vestiges levé en 1996 par J.-P. Brun et N. Martin.

© J.-P. Brun et N. Martin

  • 25 Fournet 1995.

11Entre les puits antiques, les caravanes s’arrêtaient dans des zones de rochers procurant des abris, tels que ceux d’Abû Kû’ entre Phoinikôn et Persou où une majorité des graffitis est d’époque ptolémaïque25.

Sous les Julio-Claudiens

  • 26 D’ailleurs, étant donné la date du passage de Strabon, une dizaine d’années après la mainmise romai (...)

12Après la conquête romaine, les changements ne furent pas aussi importants que pourrait l’impliquer la fameuse phrase de Strabon sur le décuplement du trafic commercial vers l’Inde au départ de Myos Hormos (II, 5, 12)26. Il me paraît probable que l’administration romaine a conservé sans changement les pratiques du temps des premiers Ptolémées, perpétuant le rôle de Coptos comme centre de regroupement du trafic et lieu de paiement des taxes.

  • 27 Gasse 1988 ; Kayser 1993 ; Ballet 2018, p. 00
  • 28 Bernand 1972, I. Ko. Ko. 41 ; Kayser 1993, pp. 111-113.
  • 29 Cuvigny 2018 écrit prudemment que l’existence de proscynèmes datés de Néron sur le naos n’implique (...)
  • 30 Il existe deux préfets d’Égypte portant le cognomen de Maximus au cours de cette période : C. Magiu (...)
  • 31 Brun 2003, pp. 109-113.

13Les étapes existantes sur la route de Myos Hormos ne furent que progressivement complétées par d’autres. Sous Tibère, un poste militaire fut établi dans le wâdi al-Hammâmât pour servir à la fois de base d’exploitation des carrières de bekhen (Grauwacke) et de poste de contrôle de la route27. Ce poste, non fortifié, est composé de pièces agglomérées autour d’un naos dédié le 2 octobre 18 après J.-C.28 D’autres inscriptions gravées sur le naos semblent indiquer qu’il fonctionna jusque sous le règne de Néron29. Un autre poste, probablement non fortifié, fut aussi établi dans les montagnes entre le wâdi al-Hammâmât et Bi’r Sayyâla (Simiou ?), au lieu-dit al-Zarqa. À cet emplacement sera établi par la suite le fort de Maximianon et il est possible que le poste militaire de l’époque julio-claudienne fût déjà appelé ainsi (fig. 6)30. La date de fondation n’est pas connue mais, dans l’hypothèse où le nom de Maximianon fut donné en l’honneur de C. Magius Maximus, le poste militaire pourrait dater, comme celui du wâdi al-Hammâmât, du début du règne de Tibère ; nous savons qu’il fonctionna jusque sous Vespasien31.

Fig. 6

Fig. 6

Plan des vestiges du poste militaire non fortifié, antérieur au fort de Maximianon.

© Dessin J.-P. Brun

  • 32 Sidebotham 2011, tableau 8.
  • 33 Kennedy 1985.

14Sur la route de Bérénice, les caravanes trouvaient des puits anciennement creusés à Phoinikôn, Kompasi, Apollônos Hydreuma et probablement wâdi Lahma32. Au début du ier siècle de notre ère, l’augmentation notable du trafic, tant dans les ports que sur les routes, posa le problème de l’approvisionnement en eau. Les puits ne devaient pas fournir assez d’eau lorsqu’une caravane arrivait et l’administration romaine chargea l’armée de construire des citernes pour stocker de l’eau à Bérénice, à Myos Hormos et à Kompasi et à Apollônos Hydreuma (fig. 7 et 8). L’inscription ILS 2483 trouvée à Coptos commémore cette campagne : elle n’est pas datée33, mais on doit l’attribuer à cette période de forte croissance du trafic, probablement sous Auguste.

Fig. 7

Fig. 7

Plan de Kompasi montrant l’emplacement des citernes romaines.

© Dessin J.-P. Brun

Fig. 8

Fig. 8

Les citernes romaines de Kompasi après leur destruction partielle en 2014.

© J.-P. Brun

  • 34 Cuvigny 2000.
  • 35 De Romanis 1996, pp. 203-217.
  • 36 Prospections réalisées en 2008 avec E. Botte et L. Cavassa.
  • 37 Il s’agit de celui du Wâdi al-Hammâmât et d’al-Zarqa I.

15Quant aux graffitis des Paneia d’Al-Buwayb34 et du wâdi Minayh dont F. de Romanis pensait qu’ils témoignaient de l’ouverture de la route à l’époque d’Auguste35, ils seraient plutôt la manifestation de l’intensité nouvelle de sa fréquentation, puisque nous savons, par les prospections réalisées à Kompasi, que le puits existait depuis plus de deux siècles et que la route devait y passer36 (fig. 9 et 10). À cette époque, les conditions de sécurité étaient suffisantes pour que les caravanes s’arrêtassent dans le désert, in monte dit Pline (H.N. VI, 102-103), sans danger excessif et les deux postes de contrôle sur la route de Myos Hormos, probablement destinés prioritairement à la transmission des missives, n’étaient pas fortifiés37.

Fig. 9

Fig. 9

Plan du Paneion du wâdi Minayh.

© Dessin J.-P. Brun

Fig. 10

Fig. 10

Inscriptions de l’époque d’Auguste dans le Paneion du wâdi Minayh.

© J.-P. Brun

Sous les Flaviens et les Antonins

  • 38 Bagnall, Bülow-Jacobsen, Cuvigny 2001.

16La situation changea dans le dernier quart du ier siècle. En 76-77, le préfet d’Égypte, Lucius Iulius Ursus dut recueillir les doléances des marchands considérant que les deux routes de Myos Hormos et de Bérénice n’étaient pas assez bien équipées en puits, ni assez sécurisées38. Il est vraisemblable que des caravanes avaient été attaquées ou rançonnées par les nomades du désert attirés par l’afflux des marchandises précieuses. Outre l’insécurité grandissante, l’augmentation du trafic devait à nouveau poser des problèmes d’approvisionnement en eau sur les pistes menant à Coptos. C’est pourquoi le préfet donna l’ordre à l’armée de construire un réseau de puits fortifiés pour que les caravanes puissent trouver de l’eau à une distance maximale de 40 km et qu’en aucun point de ces routes, on se trouvât à plus de 20 km d’un point d’eau et d’une garnison (fig. 11).

Fig. 11

Fig. 11

Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos à la fin du ier siècle après J.-C.

© Dessin J.-P. Brun

  • 39 Sidebotham 1998
  • 40 Bagnall - Bülow-Jacobsen - Cuvigny 2001.

17De là découle l’énorme effort de creusement de puits, de construction de citernes et de forts tous construits sur le même modèle : à Siket39 et sur tout le parcours de la route de Bérénice. À Didymoi (fig. 12) et à Aphroditès Orous (fig. 13), des inscriptions donnent la date de fondation des forts40. À Bi’r Baiza, probablement déjà appelé Dios (fig. 14), et à Xèron Pelagos, à défaut des inscriptions de fondation non retrouvées, la céramique trouvée dans nos fouilles montre un début d’occupation contemporain de Didymoi (fig. 15).

Fig. 12

Fig. 12

Le fort de Didymoi.

© J.-P. Brun

Fig. 13

Fig. 13

Le fort d’Aphroditès Orous.

© J.-P. Brun

Fig. 14

Fig. 14

Plan du fort de Bi’r Baiza, premier fort de Dios ?

© J.-P. Brun et M. Reddé

Bol Dragendorff 37 fabriqué à La Graufesenque (Millau, Aveyron) sous Vespasien et découvert dans les couches de déblais du creusement du puits de Xèron Pelagos (dessin K. Zaza).

© J.-P. Brun et K. Zaza

  • 41 Dans le cas où, comme nous l’avons vu plus haut, le toponyme remonterait à C. Magius Maximus, préfe (...)
  • 42 Brun 2003, pp. 79-91.
  • 43 Brun 2003, pp. 112-114.
  • 44 Sur Persou, voir Cuvigny 2018. Le site du Bi’r Umm Fawâkhir a fait l’objet d’une visite de Raymond (...)

18Sur la route de Myos Hormos, je propose de dater la construction des forts de Krokodilô et de Maximianon de cette période41. Une première phase de Krokodilô est en effet antérieure à 103, date du premier ostracon, puisque c’est peu après cette date qu’une nouvelle porte a été ouverte dans la courtine sud42 (fig. 16). Quant au fort de Maximianon, il est édifié sur les ruines arasées du poste militaire antérieur qui a été occupé jusque sous Néron43 (fig. 17). Il est possible que le poste du wâdi al-Hammâmât ait été alors remplacé par le fort de Krokodilô. Le praesidium de Persou, près du Bi’r Umm Fawâkhir devait déjà exister depuis près d’un demi-siècle (fig. 18)44.

Fig. 16

Fig. 16

Plan du fort de Krokodilô.

© J.-P. Brun et N. Martin

Fig. 17

Fig. 17

Le fort de Maximianon.

© J.-P. Brun

Fig. 18

Fig. 18

Croquis du site du Bi’r Umm Fawâkhir par Raymond Weill, le 10 mars 1910, avant les destructions dues aux mines modernes (d’après Brun 2003).

© DR

  • 45 Brun 2003, pp. 199-200.

19Partout dans le désert, aussi bien dans les carrières du Porphyritès, de l’Ophiatès et du Mons Claudianus, que sur les routes de Bérénice et de Myos Hormos, l’occupation connut un pic du dernier quart du ier siècle au milieu du iie siècle, ce qui n’empêchera pas des changements, certains forts étant désaffectés et remplacés par d’autres au gré des nécessités (fig. 19). Le fort de Dios fut déplacé de Bi’r Baiza à Bi’r Abû Qurayya, 5 km au nord, en 115 (fig. 20). Je propose le même schéma pour ceux de Krokodilô et de Bi’r al-Hammâmât. Krokodilô fut abandonné durant le règne d’Hadrien et je pense qu’il fut remplacé par le fort du Bi’r al-Hammâmât45 (fig. 21). Comme le plan du fort d’al-Hamrâ’ est très proche de celui de Bi’r al-Hammâmât, il est probable que ce fort aussi a été construit dans le second quart du iie siècle. Le fort de Dawwi résiste à une meilleure précision chronologique : les rares céramiques trouvées dans les sondages effectués en 1997 montrent qu’il fut fréquenté au iie siècle et que son plan le rapproche de celui de Dios à Bi’r Abû Qurayya, mais on ne peut en dire plus (fig. 22).

Fig. 19

Fig. 19

Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos au iie siècle après J.-C.

© Dessin J.-P. Brun

Fig. 20

Fig. 20

Le fort de Dios.

© J.-P. Brun

Fig. 21

Fig. 21

Plan du fort de Bi’r al-Hammâmât.

© J.-P. Brun et N. Martin

Fig. 22

Fig. 22

Plan du fort de Dawwi.

© J.-P. Brun et N. Martin

20Dans la seconde moitié du iie siècle, on assista à une baisse d’activité à Didymoi due à l’effondrement du puits dont une inscription mentionne la reconstruction durant le règne de Marc-Aurèle, en 176-177. Partout ailleurs dans les forts des deux routes, on ne voit pas de trace d’abandon, mais au contraire des modifications des casernements intérieurs qui montrent des adaptations en fonction des besoins. Dans les forts dont le dépotoir est bien conservé, comme Maximianon ou Dios, la régularité des dépôts au cours de la seconde moitié du iisiècle et au début du iiie siècle montre qu’ils sont occupés en permanence et donc que le trafic est intense entre Coptos et les deux ports sur la mer Rouge (fig. 23).

Fig. 23

Fig. 23

Coupe du dépotoir de Maximianon.

© Dessin J.-P. Brun

Sous les Sévères

  • 46 Reddé 2003, pp. 73-77.
  • 47 Une telle date convient pour un fort dont le plan est un rectangle aux angles arrondis sans tour d’ (...)

21Au début du iiie siècle, se produisirent des changements importants : la construction du fort de Qusûr al-Banât puis l’abandon des forts de la route de Myos Hormos et de ce port lui-même (fig. 24). Le fort de Qusûr al-Banât, situé entre Phoinikôn et Krokodilô, était encore en bon état au début du xxe siècle lorsque Raymond Weill le visita mais il est aujourd’hui détérioré (fig. 25). Lors des fouilles de 1996, réalisées par Michel Reddé, la porte a livré une inscription incomplète indiquant que le praesidium fut édifié lorsqu’un Antoninus était consul ordinaire46. L’hypothèse la plus probable est qu’il s’agit du 3e consulat de Septime Sévère et de celui de Caracalla, en 20247. La céramique y est rare et peu typique. Rien ne s’oppose à une occupation au début du iiie siècle mais elle dût être de courte durée.

Fig. 24

Fig. 24

Carte de pistes de Bérénice et de Myos Hormos au début du iiie siècle après J.-C.

© Dessin J.-P. Brun

Fig. 25

Fig. 25

Le fort de Qusur al-Banat.

© J.-P. Brun

  • 48 Cuvigny 2003, p. 220.
  • 49 Zitterkopf, Sidebotham 1989 ; sur les tours près de Myos Hormos : Peacock, Blue 2006, chapitre 2.
  • 50 Cuvigny 2003, p. 220 O. QAB 140.

22Deux faits paraissent significatifs : les ostraca publiés par H. Cuvigny montrent qu’à cette époque, le centurion Decimus commandait le fort48. La présence d’un militaire de ce rang est exceptionnelle et devait être nécessitée par une mission d’importance. Cette tâche pourrait avoir consisté à construire le réseau de tours à signaux destinées à relier Myos Hormos à Coptos49, probablement pour donner l’alerte en cas d’attaque des « barbares » (fig. 26a et b). Mais cette entreprise que, peut-être, le centurion Decimus était chargé de mener à bien, ne fut pas terminée. Les tours ont été construites entre Phoinikôn et Myos Hormos mais non entre Phoinikôn et Coptos (fig. 27). Le réseau ne fonctionna donc jamais, ce qui explique qu’il y ait très peu de vases et même, le plus souvent, aucun tesson autour des tours. Ces dernières devaient être appelées skopeloi si l’O. QAB148, se rapporte à ces tours50 : le soldat Herennius y informe son commandant qu’il envoie deux récipients contenant du plâtre ou de la chaux, en vue d’une opération sur les skopeloi jusqu’à Krokodilô (fig. 28).

Fig. 26a

Fig. 26a

Une tour à signaux vue depuis le fort du Bi’r al-Hammâmât.

© J.-P. Brun

Fig. 26b

Fig. 26b

Détail de la tour à signaux au-dessus du fort du Bi’r al-Hammâmât.

© J.-P. Brun

Fig. 27

Fig. 27

Localisation des tours à signaux entre Phoinikôn et Myos Hormos (dessin J.-P. Brun d’après Zitterkopf, Sidebotham 1989 complété par Peacock, Blue 2006, fig. 2.1).

© J.-P. Brun

Fig. 28

Fig. 28

L’ostracon O. QAB 148 dans lequel le soldat Herennius informe son supérieur de l’envoi de chaux pour les travaux sur les skopéloi (lecture H. Cuvigny ; cliché A. Bülow-Jacobsen).

© A. Bülow-Jacobsen

  • 51 Brun 2014.

23Une opération d’une telle ampleur et d’une telle technicité pourrait expliquer qu’on ait déplacé un centurion pour commander les travaux qui furent interrompus par le retrait de l’armée des forts de la route. En effet, le fort de Maximianon, le mieux connu car la stratigraphie du dépotoir est complète, n’est plus occupé après la période sévérienne : rien dans la céramique, les amphores et la vaisselle en verre n’est postérieur au premier quart du iiie siècle. Le faciès des autres sites, tels que Al-Hamrâ et Bi’r al-Hammâmât, est analogue à celui des niveaux finaux de Maximianon et je maintiens que l’ensemble des forts de la route de Myos Hormos a été désaffecté au cours du premier quart du iiie siècle51.

  • 52 Peacock - Blue 2006, pp. 88-114.
  • 53 Whitcomb - Johnson 1982, pp. 21-37.
  • 54 Peacock - Blue 2006, pp. 137-139 et plus généralement sur l’abandon de Myos Hormos pp. 174-177.

24Cette désaffectation coïncida avec le quasi abandon de Myos Hormos causé par son envasement52. Peu après le début du iiie siècle, la plupart des secteurs du port furent abandonnés : les entrepôts qui pourraient correspondre à une apotheke aromatike analogue à celle mentionnée une inscription trouvée à Bérénice, la zone du bâtiment public dans la tranchée 2, les ateliers de métallurgistes des tranchées 9 et 10, la maison appelée Roman villa par Whitcomb et Johnson53. La seule zone qui resta occupée est le creux de la colline, à l’emplacement de la tranchée 8 de l’Université de Southampton où une habitation de 9 m de long fut construite au cours de la première moitié du iiie siècle et abandonnée vers 25054. Mais cette maison semble isolée : son occupation prouve seulement que des bateaux mouillaient quelquefois dans l’ancien port, ce qui est banal. Le fait majeur est que tout le reste de l’agglomération portuaire était abandonné (fig. 29).

Fig. 29

Fig. 29

Plan de Myos Hormos (d’après Peacock, Blue 2006 fig. 1, 2 ; 5, 1 et 2011 fig. 15, 23-24). En jaune, les zones fouillées par l’Université de Southampton ; en noir, les constructions des Ier et IIe siècle d’après les prospections et fouilles des Universités de Chicago et de Southampton ; en rouge, les maisons encore occupées vers le milieu du iiie siècle).

© D. Peacock, L. Blue 2006

  • 55 Whitcomb, Johnson 1982, pp. 8-11 et Whitcomb 1996.

25L’envasement du port était un phénomène constant depuis ses origines. Au cours du iie siècle, les Romains l’avaient combattu par des dragages dont les fouilles américaines ont retrouvé des dépôts en bordure nord du chenal55. Avec les techniques de l’époque, le dragage régulier n’était pas une tâche insurmontable : des bateaux spécialement conçus font partie de l’équipement habituel des ports, par exemple à Marseille et à Naples. La décision de ne plus draguer le port de Myos Hormos associée au retrait des troupes de la route et à l’abandon du réseau de liaison par relais optiques manifestent un changement de politique de la part de l’administration romaine qui décida de concentrer ses efforts sur la seule route de Bérénice, probablement pour récupérer des troupes plus utiles ailleurs.

26À partir de Caracalla, des détachements d’archers palmyréniens furent déployés dans les forts de la route de Bérénice (fig. 30). Ils sont connus par des inscriptions à Bérénice56 et à Coptos, par des ostraca portant des noms palmyréniens57 et par des habits décorés de motifs particuliers, à Didymoi, à Dios et à Xèron Pelagos58 (fig. 31).

Fig. 30

Fig. 30

Carte de pistes de Bérénice et de Myos Hormos au milieu du iiie siècle après J.-C.

© Dessin J.-P. Brun

Fig. 31

Fig. 31

Vêtements portés par les archers palmyréniens.

© D. Cardon

  • 59 Leguilloux 2018.

27Le séjour de ces troupes auxiliaires marque une profonde rupture dans l’organisation des forts. Jusqu’alors, les casernements étaient réguliers et maintenus dans une grande propreté au point que, dans le fort de Maximianon, il n’y avait aucune stratigraphie à l’intérieur des casernements : les sols étaient systématiquement nettoyés jusqu’au substrat et les déchets transportés sur le dépotoir extérieur. Avec l’arrivée des archers palmyréniens, de nouveaux casernements furent construits de façon irrégulière, avec des pièces de dimensions différentes, aux murs parfois tortueux et les déchets ne furent plus transportés sur les dépotoirs extérieurs mais laissés dans le fort et souvent étalés (fig. 32). Rapidement se constituèrent d’épaisses couches de dépôts qui, en un demi-siècle, finirent par remplir tout l’intérieur des forts. À Xèron Pelagos, dans les années 260, les sols des casernements étaient quasiment au niveau du chemin de ronde des remparts. Ce changement de culture et de mode de vie se reflètent aussi dans la nourriture : au iiie siècle, les soldats n’élevaient plus de cochons dans les dépotoirs comme c’était la règle au cours des ier et iie siècles : ils consommaient principalement des moutons et des chèvres, comme les montrent les études archéozoologiques réalisées par Martine Leguilloux59.

Fig. 32

Fig. 32

Constructions désordonnées réalisées par les archers palmyréniens lors de l’état 3 du fort de Xèron Pelagos, dans la première moitié du iiie siècle.

© J.-P. Brun

Sous Gallien et Zénobie

28Au cours du troisième quart du iiie siècle, les forts de Didymoi, Dios et Xèron Pelagos étaient encore occupés mais certaines parties étaient à l’abandon, comblées par des déchets ou utilisées comme bergeries. À Xèron Pelagos, le milieu du iiie siècle est caractérisé par l’abandon des pièces 7 et 8 et de l’angle nord-est du fort, par la construction de fours à pain et de silos et par l’utilisation d’une des citernes comme dépotoir. À Dios, le fond de la citerne 3 est aussi rempli de détritus et les derniers niveaux d’occupation sont caractérisés par des installations de mouture des céréales et la construction de grands fours à pain (fig. 33). À Didymoi, les pièces de l’angle sud-ouest du fort sont alors remplies de déchets.

Fig. 33

Fig. 33

Fours à pain de l’état final de Dios (fouille M. Reddé).

© J.-P. Brun

29Les dernières couches d’occupation de ces forts ont donné de nombreux vases en céramique à pâte calcaire blanche et quelques amphores d’importation : amphores Africaine 2, Dressel 30, Kapitan II, imitations d’amphores vinaires Gauloise 4 produites en Cilicie (fig. 34) et en Syrie ainsi que vases modelés fabriqués par les populations indigènes (Eastern Desert Ware) (fig. 35).

Fig. 34

Fig. 34

Amphore cilicienne imitant le type Gauloise 4 provenant de l’état 4 du fort de Xèron Pelagos.

© Dessin J.-P. Brun

Fig. 35

Fig. 35

Vase « Eastern Desert Ware » de l’état final de Dios.

© Dessin K. Zaza

  • 60 Cuvigny 2014.
  • 61 Seuls deux empereurs de cette période ont régné 11 ans et plus : Alexandre Sévère (222-235) et Gall (...)

30Cette phase est éclairée par la découverte de 96 ostraca qui sont des ordres de livraison de blé à des individus que leurs noms désignent comme des Trogodytes / Blemmyes (fig. 36). H. Cuvigny a présenté cet ensemble dans un article intitulé « Papyrological evidence on ‘barbarians’ in the Egyptian Eastern desert »60. Il en ressort que, au cours de la onzième année du règne d’un empereur non mentionné mais qui ne peut être que Gallien à cause de la céramique associée, soit en 264, l’armée romaine a distribué des quantités importantes de grains à des barbares61. Cette distribution semble ponctuelle car nous n’avons trouvé aucun autre témoignage de cette pratique. Toutefois la présence des nombreux fours dans les derniers niveaux des forts de Dios et de Xèron Pelagos s’explique par la nécessité de cuire des pains en grandes quantités. Comme nous savons que les garnisons comptaient moins de soldats qu’auparavant, on peut se demander si ces fours ne servaient pas à cuire des pains pour les distribuer en partie aux populations nomades.

Fig. 36

Fig. 36

Ostraca de la distribution de blé dans les silos de l’état 4 de Xèron Pelagos (fouille M. Reddé).

© J.-P. Brun

31Quoi qu’il en soit, la distribution de blé faite à Xèron Pelagos signifie que l’administration romaine, sous le règne de Gallien, cherchait à s’assurer de bonnes relations avec les nomades peut-être pour préserver à moindres frais le système de contrôle de la route et de sécurité des caravanes venant de Bérénice.

  • 62 La précision sur la période à laquelle vivait Baratit, le milieu du IIIe siècle, acquise par les os (...)
  • 63 Desanges 1978, pp. 350-351.

32Cet équilibre ne dura pas. Les soldats furent retirés quelques années après la distribution de 264 : ces ostraca ont été découverts sur les derniers niveaux d’occupation et le matériel céramique découvert dans les forts ne comporte pas d’objets de la fin du iiie siècle. D’autre part, la mention de Baratit, hypotyranos des barbares, à la fois dans les ostraca de Xèron datés de 264 et dans un ostracon trouvé dans un niveau tardif de Didymoi précise les données de la céramique : ces deux forts (et probablement tous ceux de la route de Bérénice) étaient encore occupés après 26062. Il est probable que, lorsque Zénobie s’empara de l’Égypte en 270, elle donna l’ordre de récupérer les archers de sa patrie et il s’en suivit un abandon du contrôle de la route de Bérénice. Le retrait de l’armée laissa le champ libre aux Blemmyes qui s’emparèrent de Phoinikôn (Olympiodore de Thèbes in Photius 30, 62), peut-être de Bérénice et bientôt de Coptos vers 279/280 (Zosime I, 71, 1)63. Le commerce Erythréen pâtit fortement de ces événements et Bérénice semble quasi abandonnée durant la période qui suivit.

Sous Dioclétien et ses successeurs

  • 64 El-Saghir et alii 1986.

33Après sa victoire sur les Blemmyes en 296, la répression des révoltes paysannes, de celle de L. Domitius Domitianus et la pacification de la Thébaïde, Dioclétien réaffirma l’autorité impériale en installant la Legio IIIa Diocletiana dans un camp construit autour du temple de Louqsor. Ce camp légionnaire de 3,72 ha abritant environ 1 500 hommes fut construit et dédié en 30164.

34La politique d’affirmation militaire se poursuivit au cours des années qui suivirent par la construction du fort d’Abû Sha’ar en 309-311 dans le but de rétablir la sécurité et de protéger le commerce. Comme le port de Myos Hormos était définitivement envasé, l’armée chercha un autre mouillage plus au nord pour le remplacer et servir de base à sa police navale et terrestre. En effet, les Blemmyes avaient dû se rendre aussi coupables d’actes de piraterie sur les navires de commerce et il fallait sécuriser la côte.

  • 65 La Notice des dignités de la partie orientale de l’Empire (Notitia dignitatum Or. 31, 49), rédigée (...)

35En revanche, les forts de la route de Bérénice ne furent pas réoccupés par l’armée. Le seul point d’appui que l’armée conserva peut-être fut l’oasis de Phoinikôn mais on manque de certitude sur ce point65 .

  • 66 Sidebotham 2002; 2011, pp. 259-282 ; Gascou 2018.

36Cet abandon définitif des forts signifie que les pratiques du commerce et du transit, très affaiblies durant la crise qui s’étend de 270 à 296, connurent alors une mutation quant aux routes alors empruntées. Comme il était impossible de traverser le désert, trop dangereux, à cette époque, les navires ont dû chercher par tous les moyens à remonter jusqu’à Klysma, probablement en transbordant à Bérénice les marchandises dans des navires plus petits et plus maniables, ce qui pourrait expliquer la renaissance de ce port dans le courant du ive siècle66 (fig. 37).

Fig. 37

Fig. 37

Plan des fouilles de Klysma réalisées par B. Bruyère (réélaboré par P. Bessière et interprété par J.-P. Brun).

© P. Bessière, J.-P. Brun

Le crépuscule

  • 67 Riley 1981.
  • 68 Brun 2015.
  • 69 Ces bouteilles, caractérisées par leur forme et les rainures horizontales sur le bord et la panse, (...)
  • 70 Graffiti byzantins du Wâdi Minayh : Cuvigny - Bülow-Jacobsen 1999, pp. 157-159, n° 42 à 52. Céramiq (...)

37À partir de cette époque, les ruines des forts furent sporadiquement fréquentées comme l’attestent, dans les niveaux de surface de Didymoi, Dios et Xèron Pelagos, des fragments d’amphores Late Roman 1, Late Roman 3 et Late Roman 767, un vase d’Axoum68 (fig. 38) et une bouteille de vin de la Grande Oasis69 (fig. 39) datables entre le ive et le début du vie siècles. Des caravanes devaient donc parfois s’aventurer à traverser le désert depuis Bérénice, peut-être après avoir passé un accord avec les Blemmyes : les graffitis du wâdi Minayh et les céramiques tardives du Bi’r Minayh montrent que la route était encore parcourue à l’époque proto-byzantine mais elle n’était plus sécurisée par l’armée et les puits n’étaient plus entretenus70.

Fig. 38

Fig. 38

Vase modelé d’Axoum trouvé dans les niveaux d’abandon du fort de Didymoi (dessin et cliché J.-P. Brun).

© J.-P. Brun

Fig. 39

Fig. 39

Bouteille trouvée dans un niveau d’abandon du fort de Didymoi. Fin du ive-début du ve siècle (dessin et cliché J.-P. Brun). Ce type de bouteille produit dans la Grande Oasis (Kharga : voir Ballet 1998, 2001, 2004) devait servir à expédier du vin de qualité ; à titre de comparaison, une bouteille de ce type trouvée dans la tombe 20 de la nécropole de Douch (fig. 38c d’après Dunand et alii 1992 pl. IV, 2 inv. 1000).

© J.-P. Brun

  • 71 Meyer 2018.
  • 72 Brun 2003, p. 80 et 91.
  • 73 Sidebotham 1994.
  • 74 Peacock, Blue 2006, p. 26. Sur le monachisme dans le désert Oriental, voir en dernier lieu, Fournet (...)

38Sur la route de Myos Hormos, l’intense remise en exploitation des mines d’or du Bi’r Umm Fawâkhir en plusieurs campagnes de travaux réalisées dans le courant des ve et vie siècles a provoqué une brève réoccupation des ruines de certains forts jalonnant la route entre Coptos et la mine71. Laquîta fut alors certainement utilisée au moins comme étape et la porte du fort de Krokodilô a été en partie déblayée pour installer un campement de fortune72. Enfin, des ermites chrétiens s’installèrent ça et là pour des périodes temporaires ou de plus longue durée, notamment dans le fort d’Abû Sha’ar entre la fin du ive et le vie siècle73 ainsi qu’au nord-ouest du puits du Bi’r al-Nakhîl et en bien d’autres endroits où des cabanes interprétées comme des laures ont été repérées74. Le saccage des sanctuaires païens des forts de Didymoi et de Dios semble dû à l’action de ces moines qui parcoururent le désert au ve siècle (fig. 40).

Fig. 40

Fig. 40

Le sanctuaire du fort de Dios saccagé au ve siècle.

© J.-P. Brun

39Les conditions de vie extrêmement précaires imposées par le climat firent que l’occupation du désert dépendait totalement de la volonté politique, soit de se procurer de l’or, des pierres précieuses, du granite ou du porphyre, soit d’organiser des passages d’éléphants, de troupes ou de caravanes transportant des marchandises précieuses et taxables venues d’Arabie ou d’Inde. À ce titre, l’occupation des forteresses fut le baromètre du pouvoir royal puis impérial. Lorsque le pouvoir était fort, l’exploitation du désert et son contrôle étaient intenses mais dès que les moyens humains et financiers faiblissaient ou étaient employés sur d’autres théâtres d’opération, toute présence cessait. Ces reflux sont attestés à la fin du iiie et au début du iie siècle avant J.-C., au début du iiie siècle sur la route de Myos Hormos, à la fin du iiie et au début du ive siècle après J.-C. sur celle de Bérénice, puis à partir du milieu du vie siècle partout ailleurs.

Bibliographie

 

Aufrère S.H., « Le "journal du désert" de Raymond Weill (6-25 mars 1910). Contribution à l'histoire de la reconnaissance des pistes antiques de Coptos et de Keneh au o. Gasoûs », Autour de Coptos, Actes du colloque organisé au Musée des Beaux-Arts de Lyon 2000, Topoi supplément 3, 2002, 235-266.

Bagnall R., Manning J.G., Sidebotham S.E., Zitterkopf R.E., « A Ptolemaic Inscription from Bir ‘Iayyan », Chron. Egypte, 71.142, 1996, 317-330.

Bagnall R., Bülow-Jacobsen A., Cuvigny H., « Security and water on the Eastern Desert roads: the prefect Iulius Ursus and the construction of praesidia under Vespasian », Journal of Roman Archaeology, 14, 1, 2001, 325-333.

Ballet P., « Céramiques hellénistiques et romaines d'Égypte », in P. Lévêque et J.-P. Morel (dir.), Céramiques hellénistiques et romaines III, Presses Universitaires Franc-comtoises, Besançon, 2001, 105-144.

Ballet P., « Cultures matérielles des déserts d'Égypte sous le Haut et le Bas-Empire : productions et échanges », in O. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and early-Byzantine Periods, Proceedings of a Colloquium Held on the Occasion of the 25th Anniversary of the Netherlands Institute for Archaeology and Arabic Studies in Cairo 9-12 décembre 1996, Leyde, 1998, 31-54.

Ballet P., « Jalons pour une histoire de la céramique romaine au sud de Kharga. Douch 1985-1990 », in M. Reddé (dir.), Kysis. Fouilles de l’IFAO à Douch. Oasis de Kharga (1985-1990), Douch III, DFIFAO 42, 2004, 209-240.

Bernand A., Le Panéion d’El-Kanaïs, Leyden, 1972.

Bi Bingen J., « Compte-rendu de A. Bernand, De Koptos à Kosseir (Leyde 1972) », Chron. Egypte, 47, 1972, 325-328.

Brun J.-P., « Le commerce entre l’Empire romain, l’Arabie et l’Inde à la lumière des fouilles archéologiques dans le désert Oriental d’Égypte », Annuaire des cours et travaux du Collège de France, 114, 2013-2014, 487-505.

Brun J.-P., « Le dépotoir », in Cuvigny H. (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental. 1. Les fouilles et le matériel. Le Caire, IFAO, 2011, 115-155.

Brun J.-P., « Un vase fabriqué à Aksoum dans le praesidium de Didymoi (Désert Oriental d’Égypte) », Bull. Céramique Égyptienne, 15, 2015, 319-325.

Castel G., Soukiassian G., Gebel el-Zeit, Le Caire, Egypte, 1989.

Colin F., « Les Paneia d’El-Buwayb et du Ouadi Minayh sur la piste de Bérénice à Coptos : inscriptions égyptiennes », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, 98, 1998, 89-125.

Cuvigny H., « The amount of wages paid to the quarry-workers at Mons Claudianus », Journal of Roman Studies 86, 1996, 139-145.

Cuvigny H., « Le paneion d’Al-Buwayb revisité, Bifao. Quatre inscriptions sont datées des règnes d’Auguste et de Tibère », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 100, 2000, 243-266.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos : L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Le Caire, IFAO, 2003.

Cuvigny H., Ostraka de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation. Le Caire, IFAO, 2005.

Cuvigny H. (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental. 1. Les fouilles et le matériel, Le Caire, IFAO, 2011.

Cuvigny H. (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte. II. Les textes (Praesidia du désert de Bérénice IV), Le Caire, FIFAO 67, 2012.

Cuvigny H., « Papyrological Evidence on ‘Barbarians’ in the Eastern Desert of Egypt (end 1st cent.-mid 3rd cent. CE) », in J.H.F. Dijkstra, G. Fisher (éds.), Inside and Out. Interactions between Rome and the Peoples on the Arabian and Egyptian Frontiers in Late Antiquity (200-800 CE), LAHR 8, Leuven, 2014, 165-198.

Cuvigny H., Bülow-Jacobsen A., « Inscriptions rupestres vues et revues dans le désert de Bérénice », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 99, 1999, 133-193.

De Romanis F., Cassia, cinnamomo, ossidiana : uomini e merci tra Oceano Indiano e Mediterraneo, Roma, Italie, 1996.

Desanges J., Recherches sur l’activité des méditerranéens aux confins de l’Afrique : vie siècle avant J.-C. - ive siècle après J.-C., Rome, Italie, 1978.

Dunand F., Heim J.-L., Henein N., Lichtenberg R., La nécropole de Douch, oasis de Kharga : exploration archéologique, monographie des tombes 1 à 72. Le Caire, IFAO (DFIFAO 26), 1992.

Dunand F., Heim J.-L., Henein N., Lichtenberg R., La nécropole de Douch : exploration archéologique II : monographie des tombes 73 à 92 : structures sociales, économiques, religieuses de l'Égypte romaine. Le Caire, Ifao (DFIFAO 45), 2005.

Dunand F., Heim J. L., Lichtenberg R., avec la collaboration de S. Brones et F. Letellier-Willemin, El Deir Nécropoles I. La nécropole Sud, Paris, Cybèle, 2010.

Dunand F., Heim J. L., Lichtenberg R., avec la collaboration de F. Letellier-Willemin et G. Tallet, El Deir Nécropoles II. Les nécropoles Nord et Nord-Est, Paris, Cybèle, 2012.

Fournet J.-L., « Les inscriptions grecques d’Abu Ku’ et de la route Quft-Qusayr », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 05, 1995, 173-233.

Gasse A., « Amény, un porte-parole sous le règne de Sésostris Ier », BIFAO 88, 1988, 83-94.

Gempeler R.D., Die Keramik römischer bis früharabischer Zeit, Mainz, Allemagne, 1992.

Goyon G., Nouvelles inscriptions rupestres du Wâdi al-Hammâmât, Paris, France, 1957.

Kayser Fr., « Nouveaux textes grecs du Ouadi Hammamat », ZPE 98, 1993, 111-156.

Kennedy D., « The Composition of a Military Work Party in Roman Egypt (ILS 2483: Coptos) », J. Egypt. Archaeol., 71, 1985, 243-266.

Klemm R., Klemm D., Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia. Geoarchaeology of the Ancient Gold Mining Sites in the Egyptian and Sudanese Eastern Deserts, Berlin, Heidelberg, 2013.

Lutz, Preliminary report on the field work at Bir Minih, Arabian Desert, MDAIK, 2002, 373-390.

Peacock D., Blue L.K., Myos Hormos-Quseir Al-Qadim : Roman and Islamic ports on the Red Sea, Oxford, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 2006.

Peacock D., Blue L.K., Myos Hormos-Quseir Al-Qadim: Roman and Islamic ports on the Red Sea, Volume 2: Finds from the excavations 1999–2003. (BAR International Series 2286). Oxford, Archaeopress, 2011.

Riley J., « The pottery from the cisterns 1977, 1, 1977, 2, 1977, 3 », in Excav. Carthage Conduct. Univ. Mich. J Humphey Ed, Ann Arbor, Mich., États-Unis, 1981, 85-124.

Rütti B., Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst. Augst, 1991.

Sidebotham S.E., « Preliminary Report on the 1990–1991 Seasons of Fieldwork at ‘Abu Sha’ar (Red Sea Coast) », Journal of the American Research Center in Egypt 31, 1994, 133-158.

Sidebotham S.E., « The Excavations » in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996. Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1998, 11-120.

Sidebotham S.E., « The Excavations » in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000 3-147.

Sidebotham S.E., « Late Roman Berenike », Journal of the American Research Center in Egypt, 39, 2002, 217-240.

Sidebotham S.E., « The Excavations » in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 30-165.

Sidebotham S.E., Hense M., Nouwens H.M., The Red Land: The Illustrated Archaeology of Egypt's Eastern Desert, 2008.

Sidebotham S.E., Berenike and the ancient maritime spice route, Berkeley (Calif.), États-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 2011.

Tallet P., Mahfouz E.-S., The Red Sea in Pharaonic times: recent discoveries along the Red Sea coast, Le Caire, Égypte, 2012.

Whitcomb D., « Quseir al-Qadim and the location of Myos Hormos », Topoi 6.2, 1996, 747–772.

Whitcomb, D.S. and Johnson J.H. (éds), Quseir al-Qadim 1978: Preliminary report. Malibu, 1979.

Whitcomb, D.S. and Johnson J.H., « Season of excavation at Quseir al-Qadim », American Research Center in Egypt Newsletter 120, 1982, 24-30.

Whitcomb, D.S. and Johnson J.H., Quseir al-Qadim 1980: preliminary report, Malibu, 1982.

Zitterkopf R. E. and Sidebotham S. E., « Stations and towers on the Quseir-Nile road », The Journal of Egyptian Archaeology 75, 1989, 155–189.

Notes

1 La Mission archéologique française du Désert Oriental est financée par le ministère des Affaires étrangères, l’Institut français d’archéologie orientale et la Fondation du Collège de France (direction : H. Cuvigny de 1993 à 2013 et depuis 2014, B. Redon).

2 Whitcomb, Johnson 1982; Peacock, Blue 2006 et 2011.

3 Sidebotham 2011 et 2018.

4 Meyer 2018.

5 En dernier lieu : Pantalacci 2018.

6 Castel, Soukiassian 1989.

7 Tallet, Mahfouz 2012.

8 Goyon 1957.

9 Faucher 2018.

10 Sidebotham 2011, pp. 107-108 résumant les rapports de fouilles publiés dans Sidebotham, Wendrich 2000 et 2007.

11 Bagnall et al. 1996.

12 Redon 2018.

13 Sous Ptolémée IV, avant la révolte de la Thébaïde, une partie du trafic commercial passait par le Paneion (al-Kanaïs), si l’inscription I. Kanaïs 8 provient bien de ce lieu (en fait, la pierre est dans une collection privée est attribuée par Bernand 1972 au Paneion, mais c’est seulement une hypothèse ; voir Desanges 1978, pp. 299-300).

14 Sur la question de la piste « sans eau », voir Cuvigny 2004, pp. 4-5. Strabon continue : « L’expérience a montré la grande utilité de son entreprise et maintenant toutes les marchandises d’Inde et d’Arabie, ainsi que ceux des produits éthiopiens qui empruntent le golfe Arabique, sont acheminés à Koptos, qui est une place de commerce pour cette sorte de denrées. » (Géographie 17, 1, 45).

15 Le site n’a jamais été bien prospecté ni fouillé, mais c’est une oasis où l’eau affleure et où la végétation permanente pousse, notamment des palmiers. Elle était une étape lors des expéditions aux carrières de bekhen.

16 Les prospections que j’ai réalisées à Kompasi en 2008 ont révélé la présence de céramiques du iiie siècle avant J.-C. qui montrent que l’exploitation a commencé sous Ptolémée Ier ou Ptolémée II.

17 Site de Daghbag : Sidebotham, Hense, Nouwens, 2008, p. 219 et Klemm, Klemm 2013.

18 Le constat fondé sur l’archéologie de ces forts prouve, s’il en était besoin, que l’Apollônos polis située par Strabon à peu de distance de Koptos est bien Apollônos polis Mikra, aujourd’hui Qûs qui accueillait les voyageurs en symbiose avec la cité de Min comme l’a bien vu Cuvigny 2004. En effet, on n’a aucun témoignage de la fréquentation de la route vers Apollônos polis Mégalè (Edfou) à l’époque ptolémaïque tardive (après le IIe siècle) et durant l’Empire romain.

19 Le Périple de la Mer Erythrée, dont Arnaud 2012 a montré de façon convaincante qu’il s’agit d’une compilation érudite écrite au IIe siècle de notre ère, indique au §1 que Bérénice et Myos Hormos sont les deux ports « désignés » (ἀποδεδειγμένων) sur la côte de mer Erythrée. Le débat porte sur le sens du terme ἀποδεδειγμένων. Veut-il dire simplement « reconnus, importants », voire « mentionnés » (sous-entendu dans une liste) comme le pense Arnaud 2012 pp. 35-36 ? S’agit-il plutôt du sens, plus fort, de « prescrits, rendus obligatoires » pour être des lieux de débarquement des marchandises sur la côte de l’Égypte car ces ports sont sous contrôle militaire et douanier (Casson 1989, pp. 273-274) ? Il semble que les deux occurrences du terme dans le texte (à propos de Myos Hormos et de Bérénice au §1 et de Moscha, port de l’encens au §32) plaident pour le second sens d’autant plus que nous savons par un ostracon de Myos Hormos commenté par H. Cuvigny [http://www.college-de-france.fr/site/jean-pierre-brun/seminar-2013-12-03-10h00.htm] qu’aller dans un autre port nécessitait, même pour un simple pêcheur appelé Pakybis, un laissez-passer délivré par le paralemptès, (receveur de la douane), en l’occurrence un certain Avitus. Cela indique que les navires n’avaient pas le droit de mouiller ailleurs que dans l’un ou l’autre des ports « désignés », sauf autorisation spéciale.

Un indice relativement précoce de la convergence des marchandises exotiques à Koptos peut être trouvé dans une inscription datée de 130 faite par Sôtèrichos, officier chargé d’assurer « la sécurité de ceux qui apportent les cargaisons d’encens et d’autres produits exotiques du désert de Koptos » (I.Pan 86 ; De Romanis 1996, pp. 132-134). Elle prouve qu’au moins au IIe siècle, c’est bien à Koptos qu’arrivent ces dernières. 

20 De Romanis 1996, p. 205. Sur le site du point d’eau et ses inscriptions pharaoniques, voir Lutz 2002.

21 Bingen 1972. Dans leur article « Le paneion d’Al-Buwayb revisité », H. Cuvigny et A. Bülow-Jacobsen 2000, pensent que les graffitis ptolémaïques sont attribuables à des personnages en rapport avec les mines d’or de Kompasi « Bien que certains invoquent « Pan de la Bonne Route », les hommes qui sont passés par Al-Buwayb à l’époque ptolémaïque ne revenaient pas d’expéditions risquées en terre lointaine. I.Ko.Ko. 158 (ptolémaïque d’après la paléographie) suggère la raison qui conduisit un de ces hommes en ces lieux : ce sklèrourgos originaire de Koptos adresse sa dédicace à « Pan Donneur d’or et de la Bonne Route » ; il se rend à des mines d’or ou en revient. » Mais faut-il généraliser cette indication à l’ensemble des graffitis, surtout lorsqu’on le met en rapport avec le graffito du trafiquant de myrrhe ?

22 Colin 1998. Les graffitis du Nouvel Empire et de l’époque ptolémaïque ou romaine mentionnent des personnages venus chercher de l’or ou des pierres et aussi des voyageurs empruntant cet itinéraire pour de raisons commerciales. Au Wâdi Minayh, un certain Nehesy est qualifié de « directeur d’expédition » qui peut être aussi bien une expédition d’extraction de pierres qu’un chef de caravane. Au Paneion d’El-Buwayb, un graffito en démotique, probablement d’époque ptolémaïque, mentionne « Le parfumeur Pakhès, fils de Panebourshy » qui devait être impliqué dans l’importation de la myrrhe, ce qui serait une preuve du passage des caravanes chargées d’aromates dès cette époque.

23 Cuvigny 2018.

24 Le site est aujourd’hui recouvert par d’épaisses alluvions et mes sondages, trop limités faute de temps, n’ont pas atteint les couches profondes : Brun 2003, pp. 129-133.

25 Fournet 1995.

26 D’ailleurs, étant donné la date du passage de Strabon, une dizaine d’années après la mainmise romaine, on peut penser que l’accroissement du trafic avait commencé dès le règne de Cléopâtre.

27 Gasse 1988 ; Kayser 1993 ; Ballet 2018, p. 00

28 Bernand 1972, I. Ko. Ko. 41 ; Kayser 1993, pp. 111-113.

29 Cuvigny 2018 écrit prudemment que l’existence de proscynèmes datés de Néron sur le naos n’implique pas que le poste était encore occupé à cette période car le naos restait visible et pouvait faire l’objet de dévotions de la part de voyageurs. En effet, un des ostraca trouvé à Bi’r Umm Fawâkhir montre que le fort situé à cet endroit existait déjà au moins sous Claude (Guéraud 1942, n° 14), ce qui pourrait impliquer un déplacement du poste militaire dès cette époque. Mais rien n’interdit qu’il y a eu deux postes militaires à peu de distance. Le contexte céramique trouvé dans le poste du Wâdi al-Hammâmât est datable du second quart et du milieu du Ier siècle, compatible avec une occupation jusque sous Néron (Ballet 2018), mais rappelons que les datations des céramiques ne peuvent donner une précision absolue et garantir que le poste était encore occupé par l’armée en 62 après J.-C. Sur cette question, voir Cuvigny 2018, p. 00.

30 Il existe deux préfets d’Égypte portant le cognomen de Maximus au cours de cette période : C. Magius Maximus, préfet en 14/15 après J.-C. et L. Laberius Maximus, préfet en 83 après J.-C. (Cuvigny 2018). Le poste militaire a pu être nommé en l’honneur de l’un ou de l’autre. Le premier impliquerait que le toponyme de Maximianon ait été normalement conservé en passant du poste julio-claudien au fort flavien. Le second nom impliquerait que le fort flavien a été construit en 83, six ans après la série des forts Didymoi-Aphroditès-Siket. Un intervalle sur lequel, bien sûr, la céramique ne peut trancher. À tout prendre, je pense que la permanence des toponymes joue plutôt en faveur de la première hypothèse et donc d’une fondation du poste d’al-Zarqa en 14/15 après J.-C.

31 Brun 2003, pp. 109-113.

32 Sidebotham 2011, tableau 8.

33 Kennedy 1985.

34 Cuvigny 2000.

35 De Romanis 1996, pp. 203-217.

36 Prospections réalisées en 2008 avec E. Botte et L. Cavassa.

37 Il s’agit de celui du Wâdi al-Hammâmât et d’al-Zarqa I.

38 Bagnall, Bülow-Jacobsen, Cuvigny 2001.

39 Sidebotham 1998

40 Bagnall - Bülow-Jacobsen - Cuvigny 2001.

41 Dans le cas où, comme nous l’avons vu plus haut, le toponyme remonterait à C. Magius Maximus, préfet en 14/15 après J.-C. Dans le cas où il rappellerait le nom de L. Laberius Maximus, il faudrait imaginer une campagne de creusements de puits six ans après, en 83 après J.-C.

42 Brun 2003, pp. 79-91.

43 Brun 2003, pp. 112-114.

44 Sur Persou, voir Cuvigny 2018. Le site du Bi’r Umm Fawâkhir a fait l’objet d’une visite de Raymond Weill le 10 mars 1910, avant les destructions dues aux mines modernes : sur le croquis qu’il a alors réalisé, on y voit l’agglomération antique et de ruines confuses autour du puits dont une « vieille citerne » qui pourraient appartenir au praesidium de Persou : voir Aufrère 2002 et Brun 2003, pp. 195-197. Sur la phase byzantine du Bi’r Umm Fawâkhir : Meyer 2018 avec bibliographie.

45 Brun 2003, pp. 199-200.

46 Reddé 2003, pp. 73-77.

47 Une telle date convient pour un fort dont le plan est un rectangle aux angles arrondis sans tour d’angle, similaire à celui de Tisavar (Ksar Rilane en Tunisie) construit sous Commode CIL VIII, 11048. Voir Reddé 2018.

48 Cuvigny 2003, p. 220.

49 Zitterkopf, Sidebotham 1989 ; sur les tours près de Myos Hormos : Peacock, Blue 2006, chapitre 2.

50 Cuvigny 2003, p. 220 O. QAB 140.

51 Brun 2014.

52 Peacock - Blue 2006, pp. 88-114.

53 Whitcomb - Johnson 1982, pp. 21-37.

54 Peacock - Blue 2006, pp. 137-139 et plus généralement sur l’abandon de Myos Hormos pp. 174-177.

55 Whitcomb, Johnson 1982, pp. 8-11 et Whitcomb 1996.

56 Sidebotham 2011, p. 220, 260, 264.

57 Sidebotham 2011 ; Cuvigny 2012.

58 Communication de Dominique Cardon au colloque de 2018 : [http://www.college-de-france.fr/site/jean-pierre-brun/symposium-2016-03-31-09h30.htm].

59 Leguilloux 2018.

60 Cuvigny 2014.

61 Seuls deux empereurs de cette période ont régné 11 ans et plus : Alexandre Sévère (222-235) et Gallien (253-268). Deux considérations font choisir le second : d’une part les ostraca ont été découverts dans les derniers niveaux précédant l’abandon, d’autre part la vaisselle céramique et en verre ainsi que les amphores de ces niveaux sont datables du milieu du iiie siècle (on note entre autres, des bouteilles en verre Rütti 1991 type AR 171 et des amphores Dressel 30).

62 La précision sur la période à laquelle vivait Baratit, le milieu du IIIe siècle, acquise par les ostraca de Xèron implique que l’US 215 du dépotoir de Didymoi, où a été trouvé l’ostracon O.Did. 41 mentionnant Baratit, et tout le groupe des US attribuées à la période 11 (Brun 2011, pp. 128-129) doivent être déplacés à la période 12 (milieu et troisième quart du IIIe siècle) ; deux autres ostraca mentionnant Baratit ont été trouvés dans le fort lui-même (O.Did. 42 de US 10504 et O.Did. 43 de l’US 12805) : Cuvigny 2011, pp. 107-111.

63 Desanges 1978, pp. 350-351.

64 El-Saghir et alii 1986.

65 La Notice des dignités de la partie orientale de l’Empire (Notitia dignitatum Or. 31, 49), rédigée entre 379 et 397, mentionne le stationnement de l’ala VIII Palmyrenorum, mais il est possible qu’il s’agisse d’un information datant de la seconde moitié du iiie siècle lorsque les archers palmyréniens étaient effectivement déployés dans les forts de la route de Bérénice.

66 Sidebotham 2002; 2011, pp. 259-282 ; Gascou 2018.

67 Riley 1981.

68 Brun 2015.

69 Ces bouteilles, caractérisées par leur forme et les rainures horizontales sur le bord et la panse, ainsi que par leur pâte kaolinitique et engobe jaunâtre, sont produites dans un atelier du nord de l’oasis de Kharga. A Kysis (Douch), P. Ballet en a défini la chronologie : la bouteille de Didymoi appartient à la phase III précoce, datée de la seconde moitié du IVe au début du Ve siècle (Ballet 2004, pp. 222-224 ; voir aussi Ballet 1998 et 2001). Ces bouteilles sont fréquentes dans les tombes de la nécropole de Kysis : dans la tombe 20 (chambre II, p. 54), dans la tombe 36 (chambre I, p. 85), dans la tombe 45 (chambre I, p. 97) : Dunand et alii 1992, p. 54, 85, 97 et 238, pl. IV, 2 et 84. Les données chronologiques de la nécropole sont imprécises, mais une datation dans le courant du ive siècle-début du Ve siècle est compatible avec certaines verreries et avec des céramiques imitant la sigillée tardive. Il me paraît probable que ces conteneurs servaient à expédier un vin de qualité produit dans la Grande Oasis mais en petites quantités : à Kysis et à Didymoi, les bouteilles sont poissés et leur utilisation comme offrande dans les tombes va dans ce sens. Ces bouteilles sont aussi attestées à Eléphantine à la même période : type T813.

70 Graffiti byzantins du Wâdi Minayh : Cuvigny - Bülow-Jacobsen 1999, pp. 157-159, n° 42 à 52. Céramiques des ve et vie siècles du Bi’r Minay : Lutz 2002, pp. 385-386.

71 Meyer 2018.

72 Brun 2003, p. 80 et 91.

73 Sidebotham 1994.

74 Peacock, Blue 2006, p. 26. Sur le monachisme dans le désert Oriental, voir en dernier lieu, Fournet 2018.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos dans la seconde moitié du iiie siècle avant J.-C.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 2
Légende Le site de Kompasi centre d’exploitation de mines d’or à l’époque ptolémaïque.
Crédits © J.-P. Brun, janvier 2000
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3a
Légende Moulins à écraser le minerai d’or à Kompasi.
Crédits © J.-P. Brun, janvier 2000
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3b
Légende Moulins à écraser le minerai d’or à Kompasi.
Crédits © J.-P. Brun, janvier 2000
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 4
Légende Le fort de Bi’r Sayyâla, peut-être appelé Simiou.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 5
Légende Plans du fort de Bi’r Sayyâla. À droite, le croquis réalisé par Raymond Weill le 10 mars 1910. À gauche, le plan des vestiges levé en 1996 par J.-P. Brun et N. Martin.
Crédits © J.-P. Brun et N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 6
Légende Plan des vestiges du poste militaire non fortifié, antérieur au fort de Maximianon.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 7
Légende Plan de Kompasi montrant l’emplacement des citernes romaines.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 8
Légende Les citernes romaines de Kompasi après leur destruction partielle en 2014.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 9
Légende Plan du Paneion du wâdi Minayh.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 10
Légende Inscriptions de l’époque d’Auguste dans le Paneion du wâdi Minayh.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 11
Légende Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos à la fin du ier siècle après J.-C.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 12
Légende Le fort de Didymoi.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 13
Légende Le fort d’Aphroditès Orous.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 14
Légende Plan du fort de Bi’r Baiza, premier fort de Dios ?
Crédits © J.-P. Brun et M. Reddé
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 15
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Bol Dragendorff 37 fabriqué à La Graufesenque (Millau, Aveyron) sous Vespasien et découvert dans les couches de déblais du creusement du puits de Xèron Pelagos (dessin K. Zaza).
Crédits © J.-P. Brun et K. Zaza
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 16
Légende Plan du fort de Krokodilô.
Crédits © J.-P. Brun et N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 17
Légende Le fort de Maximianon.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 18
Légende Croquis du site du Bi’r Umm Fawâkhir par Raymond Weill, le 10 mars 1910, avant les destructions dues aux mines modernes (d’après Brun 2003).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 19
Légende Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos au iie siècle après J.-C.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 20
Légende Le fort de Dios.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 21
Légende Plan du fort de Bi’r al-Hammâmât.
Crédits © J.-P. Brun et N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 22
Légende Plan du fort de Dawwi.
Crédits © J.-P. Brun et N. Martin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 23
Légende Coupe du dépotoir de Maximianon.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 24
Légende Carte de pistes de Bérénice et de Myos Hormos au début du iiie siècle après J.-C.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 25
Légende Le fort de Qusur al-Banat.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 26a
Légende Une tour à signaux vue depuis le fort du Bi’r al-Hammâmât.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 26b
Légende Détail de la tour à signaux au-dessus du fort du Bi’r al-Hammâmât.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 27
Légende Localisation des tours à signaux entre Phoinikôn et Myos Hormos (dessin J.-P. Brun d’après Zitterkopf, Sidebotham 1989 complété par Peacock, Blue 2006, fig. 2.1).
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 28
Légende L’ostracon O. QAB 148 dans lequel le soldat Herennius informe son supérieur de l’envoi de chaux pour les travaux sur les skopéloi (lecture H. Cuvigny ; cliché A. Bülow-Jacobsen).
Crédits © A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 29
Légende Plan de Myos Hormos (d’après Peacock, Blue 2006 fig. 1, 2 ; 5, 1 et 2011 fig. 15, 23-24). En jaune, les zones fouillées par l’Université de Southampton ; en noir, les constructions des Ier et IIe siècle d’après les prospections et fouilles des Universités de Chicago et de Southampton ; en rouge, les maisons encore occupées vers le milieu du iiie siècle).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 30
Légende Carte de pistes de Bérénice et de Myos Hormos au milieu du iiie siècle après J.-C.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 31
Légende Vêtements portés par les archers palmyréniens.
Crédits © D. Cardon
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 32
Légende Constructions désordonnées réalisées par les archers palmyréniens lors de l’état 3 du fort de Xèron Pelagos, dans la première moitié du iiie siècle.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 33
Légende Fours à pain de l’état final de Dios (fouille M. Reddé).
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 34
Légende Amphore cilicienne imitant le type Gauloise 4 provenant de l’état 4 du fort de Xèron Pelagos.
Crédits © Dessin J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 35
Légende Vase « Eastern Desert Ware » de l’état final de Dios.
Crédits © Dessin K. Zaza
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 36
Légende Ostraca de la distribution de blé dans les silos de l’état 4 de Xèron Pelagos (fouille M. Reddé).
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 37
Légende Plan des fouilles de Klysma réalisées par B. Bruyère (réélaboré par P. Bessière et interprété par J.-P. Brun).
Crédits © P. Bessière, J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 38
Légende Vase modelé d’Axoum trouvé dans les niveaux d’abandon du fort de Didymoi (dessin et cliché J.-P. Brun).
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 39
Légende Bouteille trouvée dans un niveau d’abandon du fort de Didymoi. Fin du ive-début du ve siècle (dessin et cliché J.-P. Brun). Ce type de bouteille produit dans la Grande Oasis (Kharga : voir Ballet 1998, 2001, 2004) devait servir à expédier du vin de qualité ; à titre de comparaison, une bouteille de ce type trouvée dans la tombe 20 de la nécropole de Douch (fig. 38c d’après Dunand et alii 1992 pl. IV, 2 inv. 1000).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 40
Légende Le sanctuaire du fort de Dios saccagé au ve siècle.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5155/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Techniques et économies de la Méditerranée antique »

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540