Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Quelques problèmes topographiques autour de Myos Hormos

Wilfried Van Rengen

Texte intégral

1Les questions d’ordre topographique traitées dans cet article ont surgi à la suite de la découverte d’environ 800 ostraca, en majorité grecs, lors des fouilles de l’université de Southampton à Qusayr al-Qadim/Myos Hormos (1999-2003). Les toponymes qui y figurent sont peu nombreux, mais il y en a un qui est relativement bien représenté, Philoteris, qui évoque spontanément un port de la Mer rouge connu par les géographes anciens, Philotera, une fondation ptolémaïque dont la localisation exacte n’est pas sûre. Nos ostraca ne résolvent pas ce problème ; ils en créent plutôt de nouveaux.

  • 1 Sur Myos Hormos, avec un résumé détaillé des hypothèses concernant la localisation, voir Cohen 2006 (...)
  • 2 Cuvigny 2003, p. 27; pour Qusayr, emplacement de Myos Hormos ptolémaïque, voir Cohen 2006, pp. 336- (...)
  • 3 Weigall 1913, p. 81 et Pl. X, pp. 1-24
  • 4 Reinach 1910, p. 43. Cf. Cuvigny 2003, pp. 19 et 282. Inutile, je crois, de minimiser l’importance (...)
  • 5 Haini el-Zeini, in Whitcomb, Johnson 1982, p. 399; cf. Peacock, Blue 2006, p. 15.
  • 6 Whitcomb 1996, p. 760.

2Myos Hormos est sans aucun doute une fondation ptolémaïque, parce que le port est mentionné par Agatharchide de Cnide (2e moitié iie siècle avant notre ère). Strabon (16, 4, 5) nous informe que la ville était également appelée Ἀφροδίτης ὅρμος (port d’Aphrodite) et il la décrit comme un λιμὴν μέγας τὸν εἴσπλουν ἔχων σκολιόν (un grand port avec une entrée oblique/tortueuse). Le port a connu un essor impressionnant à l’époque d’Auguste : 120 navires en partaient chaque année pour l’Inde et l’Arabie (Strabon 2, 5, 12). Myos Hormos a longtemps été identifié à Abu Sha’ar, un site beaucoup plus au nord, mais depuis les années 1990 il est bien établi, sur la base de données irréfutables, géologiques, papyrologiques, archéologiques que, du moins pendant la période romaine, le port de Myos Hormos était l’actuel Qusayr al-Qadim1. Le problème était que, à cet emplacement, avant les fouilles de l’université de Southampton, on n’avait pas trouvé de traces d’occupation ptolémaïque, ce qui a donné lieu à la théorie que la ville de Qusayr, à 7 km au sud, fut le Myos Hormos ptolémaïque, qui, au début de l’époque romaine impériale se serait déplacé vers Qusayr el-Qadim, où il y avait une belle lagune bien protégée, ou bien que Qusayr el-Qadim romain ne fut qu’une sorte de port annexe destiné à augmenter la capacité portuaire de Myos Hormos/Qusayr2. Il se fait que, à Qusayr, en 1907, Weigall signala la présence de blocs avec des inscriptions hiéroglyphiques3 et que, peu de temps après, A. Reinach y mentionna une stèle de l’an 25 d’Auguste, dédiée à Isis Tamestome, inscription inédite et perdue maintenant4. Toutes ces trouvailles ont disparu, mais plus tard, Abdel Sayyed de l’université d’Alexandrie a signalé la découverte d’autres blocs, appartenant à un temple ptolémaïque et dans la qibla de la mosquée El-Zilaii, il y a encore deux blocs en calcaire remployés provenant d’un bâtiment antérieur. On mentionne même, lors de fouilles exécutées à cet endroit, la découverte de bases de colonnes5. Il y a ainsi assez de bons arguments pour conclure à l’existence d’un temple, probablement ptolémaïque, sur le site de la mosquée d’El-Zilaii à Qusayr. D’après Donald Whitcomb, il pourrait s’agir d’un temple de Hathor, qui était couramment identifiée avec Aphrodite, ce qui expliquerait en même temps le nom parallèle de Myos Hormos, Ἀφροδίτης ὅρμος6. L’existence de ce temple impliquerait que Qusayr était l’emplacement du port ptolémaïque de Myos Hormos.

3Il faut toutefois préciser que, ni les Américains, lors des prospections de surface en 1978, ni les Anglais plus tard ont réussi à découvrir d’autres vestiges ptolémaïques ou romains à Qusayr. D’autre part, les traces d’une présence ptolémaïque à Qusayr al-Qadim sont certes rares, mais il y en a : des fragments de verre (Meyer 1992, p. 4), des monnaies (Ptolémée III, Ptolémée VI Philometor, Cléopatre VII) et de la céramique ptolémaïque parmi les nombreuses amphores trouvées dans la « Trench 7A » de l’Université de Southampton. Les fouilleurs anglais en ont tiré la conclusion que « Ptolemaic Myos Hormos was located at Qusayr al-Qadim, probably in the lower levels of the silted lagoon that we were unable to fully excavate » (Peacock, Blue 2006, p. 73).

4Pour résumer la situation, on aurait :

(a) à Qusayr, un temple ptolémaïque, apparemment isolé

(b) à Qusayr al-Qadim, une ville, un port romain, sans aucun doute Myos Hormos, avec seulement quelques rares vestiges ptolémaïques.

  • 7 On peut pourtant avoir des doutes sur le caractère officiel de cette fondation, voir Cohen 2006, p. (...)
  • 8 Voir Barbantani 2005, pp. 146-147.

5Mais, en recherchant Myos Hormos ptolémaïque à Qusayr al-Qadim, qu’est-ce qu’on peut espérer y trouver, quand on sait par Strabon (2, 5, 12) qu’à l’époque ptolémaïque, il n’y avait que quelques courageux qui partaient de Myos Hormos pour l’Inde ? Les infrastructures portuaires étaient sans doute minimales. D'autres part, en tant que fondation ptolémaïque7, il est possible qu’il y ait eu un temple d’Arsinoé, ce qui expliquerait le nom parallèle Ἀφροδίτης ὅρμος, vu le culte d’Arsinoé divinisée, identifiée à Aphrodite, déesse de la mer et protectrice des marins et des voyageurs ; ce culte s’est répandu très vite dans les ports ptolémaïques ou qui étaient sous l’influence des Ptolémées8.

  • 9 Sur le titre “Préfet de Βérénice”, voir Cuvigny 2003, pp. 295-301 ; sur Cosconius, ibid., p. 303. C (...)
  • 10 Sur Philotera, voir J. Regner, art. Philotera dans RE, 39 Halbb. (1941), col. 1285-1294.

6D’après un des ostraca trouvés à Myos Hormos (inv. O.278), il devait y avoir un temple ptolémaïque dans les environs de Myos Hormos. Il s’agit d’un laissez-passer signé par Cosconius, connu par les ostraca de Krokodilô comme le préfet du Désert ou préfet de Bérénice (vers 109 après J.-C.)9 pour un certain Katoitès, prêtre de Philotera, et un âne. La destination du prêtre est τὸ Φιλωτερῖον, incontestablement un temple de Philotera (= Philotereion, cf. Isieion, Arsinoeion), la sœur divinisée de Ptolémée II10. Il est clair, à mon avis, que Cosconius se trouve à Myos Hormos et que le temple est situé en dehors de la ville. Ce qui est exceptionnel, c’est le fait que ce culte de Philotera, dont on prétend qu’il s’est éteint assez rapidement, ait persisté ici, avec un prêtre jusqu’au début du iie siècle.

  • 11 Bülow-Jacobsen et alii 1994, p. 32, n° II (SB 22. 15453); 33, n° III (= SB 22. 15454); Cuvigny 2003 (...)
  • 12 Cuvigny 2003, pp. 56-58.

7On ne peut interpréter ce texte sans mentionner les textes sur des ostraca découverts à Maximianon (El Zerqa), un praesidium sur la route Coptos-Myos Hormos. Quelques-unes de ces lettres (17, dont 3 publiées)11 sont envoyées d’une localité qui avait Philotera comme déesse tutélaire, d’après la formule d’adoration au début, ce qui implique qu’il y avait un sanctuaire de cette déesse. Le site d’où ces lettres ont été envoyées doit se situer sur la route Coptos-Myos Hormos, à l’est de Maximianon. D’après Adam Bülow-Jacobsen, un candidat sérieux est le praesidium de Simiou (Bi’r Sayyâla), 41 km de Myos Hormos : son nom pourrait être dérivé du nom de Simmias, envoyé par Ptolémée III en Afrique à la recherche d’éléphants. En plus, une de ces lettres (O.Max. inv. 147) implique une présence militaire, comme dans les autres praesidia de la route de Myos Hormos : un certain Herennius, un cavalier, demande à son ‘frère’ de voir si un des amis à Maximianon pourrait lui fournir du fourrage vert pour son cheval, qui n’en a plus mangé depuis 5 jours12.

  • 13 Cf. Aelius Herodianus et Pseudo-Herodianus, De prosodia catholica (Grammatici Graeci, vol. 3.1, Ed. (...)
  • 14 Voir Cohen 2006, pp. 339-341.

8Un autre élément doit être pris en considération : un port de la mer Rouge, Philotera(s), est mentionné par Strabon, Pline l’Ancien, Ptolémée (Φιλωτέρας λιμήν) et des grammairiens, où la ville est également appelé Philoteris13. Il serait normal d’y trouver un sanctuaire de Philotera. D’après Strabon (16, 4, 5) il s’agit d’une fondation de Satyros, envoyé par Ptolémée II dans le pays des Troglodytes à la recherche d’éléphants. À cause des indications contradictoires des géographes et des historiens anciens, le port a été situé un peu partout sur la côte, aussi bien au nord (Strabon, Pline) qu’au sud (Ptolémée) de Myos Hormos, mais un consensus semble se dégager pour le localiser près de Safaga, à Mersa Gawasis, environ 50 km au nord de Qusayr al-Qadim14. Il est possible que ce port soit mentionné dans quelques ostraca de Myos Hormos :

- dans une lettre (inv. O.193) provenant d’un des praesidia de la route de Myos Hormos, un certain Maximus annonce qu’il va partir pour Philoteris et faire des achats (ἀπελεύσω εἰς Φιλωτερὶν καὶ ἀγοράσω).

  • 15 Voir W. Van Rengen 2001, pp. 233-236.

- un laissez-passer (inv. O.263)15 :·Priscus duplicarius : laisse passer Takubis et Kronous ἐς Φιλωτερίν (corr. de -τεραν).

-un laissez-passer fragmentaire, (inv. O.324), délivré par Cosconius (cf. supra) qui ordonne de laisser passer deux … (à ?) Philot[…].

  • 16 Sur le paralèmptès Avitus, voir Cuvigny 2005, pp. 13-16.

- Enfin, une demande (inv. O.512) de la part de Pakybis, un Ichthyophage, à Avitus, un paralemptes bien connu16, de laisser passer une schedia (petit bateau) εἰς Φιλ[ωτερ.ν] ; dans la signature le toponyme est un peu mutilé : πάρες Φιλωτ[ερ.ν].

9Il faut remarquer que, dans ces deux derniers textes, la fin du toponyme se trouve dans une lacune, de sorte qu’il n’est pas à exclure que le port de Philotera soit ici mentionné : dans inv. O.263 (v. supra) la correction de Φιλωτέραν en Φιλωτερίν montre en effet qu’il y a hésitation entre les deux toponymes, peut-être, mais pas nécessairement une indication qu’il s’agit de deux villes distinctes.

  • 17 Cuvigny 2003, pp. 53, 56-58.

10Tout ceci est bien déroutant : on a d’une part la Philotera des historiens et géographes anciens (Philoteris dans Apollodore et – en latin – dans Pomponius Mela), Philoteris exclusivement dans au moins deux des ostraca de Myos Hormos – une fois, Philotera a été corrigée en Philoteris – et un Philotereion dans un laissez-passer de Myos Hormos, un temple avec un prêtre, sans aucun doute un culte, dont l’existence est confirmée indirectement par des proskynemata devant Philotera dans des lettres trouvées à Maximianon et provenant d’un site localisé entre Maximianon et la côte, probablement Simiou (B’ir Sayyâla ?)17.

11Parmi plusieurs possibilités, quelques options se présentent :

- on pourrait considérer ces différentes dénominations comme des variantes du nom d’une seule ville, située au nord ou au sud de Myos Hormos, un port, qui s’appellerait Philotera(s) ou Philoteris, où se trouverait un temple de Philotera.

- idem, mais avec un Philotereion situé ailleurs, de toute façon dans les environs de Myos Hormos

- il s’agit de deux lieux distincts : un port Philotera (ou Philoteris) et un site (un praesidium ?) Philoteris avec un temple de Philotera (Philotereion).

- il s’agit de trois lieux : un port Philotera, un site Philoteris (peut-être également un port), et un temple isolé de Philotera.

12Dans le premier cas, il faudrait délocaliser Philotera(s) du Wâdi Gawasis. Quand on considère les lettres relativement nombreuses avec proskynema devant la déesse Philotera, il me paraît invraisemblable qu’elles aient été envoyées de Wâdi Gawasis à Maximianon (cf. n. 17). Si on cherche un port avec un temple qui n’est pas trop éloigné de Myos Hormos, Qusayr, qui est en plus situé au bout de la route de Myos Hormos, est un candidat. Malheureusement, aucune trace archéologique d’une occupation à l’époque romaine n’est attestée à Qusayr et l’identification de Qusayr avec une hypothétique Philotera/Philoteris, fondée sous Ptolémée II et dont l’activité commerciale restreinte se serait très vite, encore sous les Ptolémées, déplacée vers la belle lagune de Myos Hormos (Qusayr al-Qadim) est séduisante, mais pour le moment purement hypothétique.

13On pourrait garder un port Philotera à Wâdi Gawasis et un sanctuaire de la déesse Philotera au praesidium de Simiou, si toutefois les lettres avec proskynema devant Philotera sont envoyées de là. Mais il est bien possible pour un praesidium d’avoir une déesse tutélaire dont le temple principal est situé ailleurs. Reste le problème de la ville de Philoteris.

  • 18 En ne se basant que sur cette tradition littéraire, H. Kees (RE XX, 1941, s.v. Philoteras, col. 180 (...)

14Finalement, je crois que, dans l’état actuel de la documentation, littéraire et papyrologique, il est prudent de faire la distinction entre Philotera et Philoteris, ce qui pourrait expliquer la confusion dans les géographes d’époque romaine en ce qui concerne la variation dans le nom de ces deux villes (dont ils croient qu’elles ne sont qu’une) et leur position, l’une au nord, l’autre au sud de Myos Hormos18.

15Le temple de la déesse Philotera, qui, d’après le laissez-passer de son prêtre, devait être situé dans les environs de Myos Hormos, pourrait se trouver à Qusayr, comme on a vu, tandis que l’identification de cette ville à Philoteris reste douteuse.

  • 19 Sur Bi’r Kareim, voir Whitcomb & Johnson 1982, pp. 391-396 ; Klemm 2013, pp. 148-151.

16Peut-on envisager d’autres possibilités pour un site avec un temple ptolémaïque, situé entre Maximianon et Myos Hormos ? Je n’en connais qu’un, situé sur une voie alternative vers la Mer rouge, parallèle à la route Coptos-Myos Hormos et qui a l’avantage d’être la source d’eau douce la plus proche de Myos Hormos : Bi’r Kareim19. C’est un site énigmatique, un site minier peu caractéristique (Klemm 2013, p. 149), qui n’a pas été fouillé, seulement visité. Tandis que Whitcomb en 1980 considérait Bi’r Kareim comme contemporain de Qusayr al-Qadim romain, Rosemarie et Dietrich Klemm allèguent plusieurs arguments pour indiquer que le site fut exploité dès la période ptolémaïque. D’ailleurs, à l’occasion d’une visite du site vers 2000, j’ai eu la chance de ramasser une anse d’amphore rhodienne timbrée avec le texte ἐπὶ Πολυ/κράτευϲ (ca. 240-225 ou 219-210), ce qui range Bi’r Kareim définitivement parmi les sites ptolémaïques du iiie siècle. Un bâtiment remarquable y a été identifié pour la première fois par Prickett en 1979 comme un temple : il consiste en deux cours intérieurs, 3 cellae et trois chambres à l’est, probablement pour les prêtres ou les serviteurs. Il est probable qu’il s’agit d’un temple ptolémaïque, mais jusqu’à présent, il manque la confirmation archéologique. Ceci dit, le temple de Bi’r Kareim est un Philotereion bien hypothétique.

17Il existe donc deux temples ptolémaïques dans les environs de Myos Hormos, deux Philotereia possibles, Qusayr et Bi’r Kareim. En ce qui concerne la localité de Philoteris, les seules indications dont nous disposons se trouvent dans les ostraca de Myos Hormos, dont deux sont incomplets, précisément à l’endroit où la désinence du toponyme (-εραν ou -εριν) aurait pu amener la solution à la question de deux localités distinctes. En plus, si l’ostracon (inv. O.512) avec la demande de l’Ichthyophage pour laisser passer un bateau avait été complet (avec le toponyme Φιλωτερίν), on saurait que Philoteris est un port. Maintenant, à cause de ces deux centimètres de texte disparus, rien n’est certain et le problème de Philoteris reste sans solution pour le moment.

Bibliographie

  

Barbantani S., « Goddess of Love and Mistress of the Sea. Notes on a Hellenistic Hymn to Arsinoe-Aphrofdite (P. Lit. Goodsp. 2, I-IV) », Ancient Society 35, 2005, 135-165.

Bülow-Jacobsen A., Cuvigny H., Fournet J-L., « The Identification of Myos Hormos. New Papyrological Evidence », BIFAO 94, 1994, 27-49.

Cohen, G.M., The Hellenistic Settlements in Syria, the Red Sea Basin, and North Africa. Berkeley-Los Angeles-Londres, 2006.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, 2 vols, Le Caire, 2003.

Cuvigny H., Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation. Le Caire, 2005.

Klemm R., Klemm D., Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia. Heidelberg-Londres, 2013.

Meyer C., Glass from Quseir al-Qadim and the Indian Ocean Trade. Chicago, 1992.

Peacock D. and Blue L. (eds), Myos Hormos – Quseir al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Volume 1, Survey and Excavations 1999-2003. Oxford, 2006.

Prickett M., « Quseir Regional Survey », in D.S. Whitcomb and J.H. Johnson (éds.), Quseir al-Qadim 1978. Preliminary Report. American Research Center in Egypt, Le Caire, 1979, 257-352.

Reinach A.J., Rapports sur les fouilles de Koptos (janvier-février 1910), Paris, 1910.

Van Rengen W., « L’armée romaine et la surveillance des routes dans le désert Oriental d’Égypte : un laissez-passer de Myos Hormos », Rome et ses provinces. Genèse & diffusion d’une image du pouvoir. Hommages à Jean Charles Balty, Bruxelles, 2001, 233-236

Weigall A.E.P., Travels in the Upper Egyptian Deserts, Edinburgh-London, 1913.

Whitcomb D.S. and Johnson J.H. (éds.), Quseir al-Qadim 1978. Preliminary Report. American Research Center in Egypt, La Caire, 1979.

Whitcomb D.S. and Johnson J.H., Quseir al-Qadim 1980. Preliminary Report. American Research Center in Egypt Reports 7. Malibu, 1982.

Whitcomb D., « Quseir al-Qadim and the location of Myos Hormos », Topoi 6/2, 1996, pp. 747-772.

Notes

1 Sur Myos Hormos, avec un résumé détaillé des hypothèses concernant la localisation, voir Cohen 2006, pp. 332-338.

2 Cuvigny 2003, p. 27; pour Qusayr, emplacement de Myos Hormos ptolémaïque, voir Cohen 2006, pp. 336-337, n. 6.

3 Weigall 1913, p. 81 et Pl. X, pp. 1-24

4 Reinach 1910, p. 43. Cf. Cuvigny 2003, pp. 19 et 282. Inutile, je crois, de minimiser l’importance de cette découverte, comme David Peacock le fait dans Peacock, Blue 2006, p. 15.

5 Haini el-Zeini, in Whitcomb, Johnson 1982, p. 399; cf. Peacock, Blue 2006, p. 15.

6 Whitcomb 1996, p. 760.

7 On peut pourtant avoir des doutes sur le caractère officiel de cette fondation, voir Cohen 2006, p. 335, n. 4.

8 Voir Barbantani 2005, pp. 146-147.

9 Sur le titre “Préfet de Βérénice”, voir Cuvigny 2003, pp. 295-301 ; sur Cosconius, ibid., p. 303. Cosconius figure dans cinq ostraca de Krokodilô, voir Cuvigny 2005, index des noms de personnes, p. 196.

10 Sur Philotera, voir J. Regner, art. Philotera dans RE, 39 Halbb. (1941), col. 1285-1294.

11 Bülow-Jacobsen et alii 1994, p. 32, n° II (SB 22. 15453); 33, n° III (= SB 22. 15454); Cuvigny 2003, p. 404 (inv. M.147)

12 Cuvigny 2003, pp. 56-58.

13 Cf. Aelius Herodianus et Pseudo-Herodianus, De prosodia catholica (Grammatici Graeci, vol. 3.1, Ed. Lentz A.), 3,1.260. : μεθ’ ὧν καὶ <Φιλωτέρα> πόλις περὶ τὴν Τρωγλοδυτικήν, Σατύρου κτίσμα. Ἀπολλόδωρος δὲ Φιλωτερίδα καλεῖ. et ibid., 3,1. 100, 8) 9: <Φιλωτερίς> πόλις περὶ τὴν Τρωγλοδυτικήν, ἡ καὶ Φιλωτέρα.

14 Voir Cohen 2006, pp. 339-341.

15 Voir W. Van Rengen 2001, pp. 233-236.

16 Sur le paralèmptès Avitus, voir Cuvigny 2005, pp. 13-16.

17 Cuvigny 2003, pp. 53, 56-58.

18 En ne se basant que sur cette tradition littéraire, H. Kees (RE XX, 1941, s.v. Philoteras, col. 180-1) était arrivé à la même conclusion.

19 Sur Bi’r Kareim, voir Whitcomb & Johnson 1982, pp. 391-396 ; Klemm 2013, pp. 148-151.

Auteur

Professeur à la Vrije Universiteit, Bruxelles (Belgique)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540