Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Le port de Myos Hormos et le commerce indo-romain

Lucy Blue

Texte intégral

à David Peacock

1Dès le milieu du IIe millénaire avant notre ère, l'Égypte envoyait des vaisseaux jusqu’à l'embouchure de la mer Rouge, au pays de Pount et au-delà, pour ramener de la myrrhe, de l'encens ainsi que d'autres produits exotiques acquis grâce au commerce ou comme tribut (Casson 1989, p. 11). Cependant, il faut attendre les œuvres des géographes classiques et les observations sur les navigations dans la mer Rouge rapportées par le Périple de la Mer Erythrée au ier siècle de notre ère pour trouver des descriptions détaillés des activités maritimes dans cette zone (Casson 1989). A partir de la fin du ier siècle avant notre ère, lorsque l'Égypte fut intégrée dans l'Empire romain, les marchands méditerranéens parcoururent l'Arabie et l'Inde. Les ports ont joué un rôle-clé dans cette évolution du commerce et des activités maritimes car, étant à l’interface entre la terre et la mer, ils étaient le lieu d’échange des marchandises, des personnes et des idées. Les textes et l’archéologie montrent qu'un port en particulier, Myos Hormos, a joué un rôle majeur dans l’accélération des échanges le long des côtes nord de la mer Rouge. Avec le port jumeau de Bérénice, plus au sud, ils furent les points de départ des exportations du monde romain vers l’océan Indien (Sidebotham 1986, Casson 1989, Peacock, Blue 2006).

2Cet article offre un résumé des travaux effectués jusqu’à présent sur le site de Myos Hormos, aujourd'hui Qusayr al-Qadim, en se référant à la bibliographie existante. Le site a d'abord été fouillé par une équipe de l'université de Chicago dans les années 1970 (Whitcomb, Johnson 1979, 1982a, 1982b), puis, entre 1999 et 2003, par l'université de Southampton au cours de cinq campagnes de prospections et de fouilles menées sous la direction de David Peacock (à qui cet article est dédié) et de Lucy Blue. Les résultats de ce travail ont été publiés en grande partie mais pas exclusivement dans deux volumes (Peacock, Blue 2006, 2011).

3La localisation de Myos Hormos à Qusayr al-Qadim a été d’abord avancée par D. Peacock (1993) puis elle a été confirmée par des données archéologiques et épigraphiques en 1999 (Peacock, Blue 2006). Le site occupe une position cruciale sur la côte égyptienne de la mer Rouge (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos à la fin du ier siècle après J.-C.

© J.-P. Brun

4Il est situé au débouché du Wâdi al-Hammâmât, un itinéraire de 180 km à travers le désert oriental qui reliait la vallée du Nil (Koptos) à la mer Rouge. Le site a été occupé à l'époque romaine, de la fin du ier siècle avant notre ère jusqu’au milieu du iiie siècle de notre ère. Les sources historiques indiquent que Myos Hormos était un important port de commerce ; Strabon (2.5.12), affirme que « maintenant 120 navires naviguent de Myos Hormos vers l’Inde » et le Périple de la Mer Erythrée mentionne le port en ces termes : « parmi les ports désignés de la mer Erythrée et les places de commerce situées sur la côte, vient d'abord le port égyptien de Myos Hormos puis, à main droite, après une navigation de 1800 stades, Bérénice » (Casson 1989, PME 1).

5Le premier but de cet article de synthèse est de mieux définir la place majeure du port de Myos Hormos et le rôle crucial qu'il a joué en tant que base du commerce indo-romain. Les publications citées ci-dessous montrent les relations de ce port d’une part vers l'intérieur, à travers le désert Oriental d'Égypte, vers la vallée du Nil et le monde méditerranéen, d’autre part vers l'est jusqu'à l'océan Indien occidental et pour finir l'Inde. L'environnement aride de la côte de la mer Rouge de l'Égypte a assuré aux sites archéologiques une conservation optimale des matières organiques et la vaste gamme qui en a été découverte à Myos Hormos donne un aperçu très complet dans non seulement des objets et de la nature du commerce dans le port, mais aussi du port lui-même comme espace vécu, des différents groupes éthiques qui habitaient à cet endroit, des vêtements qu'ils portaient et de la nourriture qu'ils mangeaient, complétant ainsi les sources textuelles.

6Les recherches de l'université de Southampton à Qusayr al-Qadim ont beaucoup porté sur les aspects maritimes de ce site et, à ce titre, les fouilles et les publications qui en sont issus révèlent le caractère maritime du Myos Hormos, la nature et l'échelle du port (Peacock, Blue 2006, pp. 65-94). Les fragments de bois retrouvés nous informent sur les types de navires qui y relâchaient ; comment ils étaient construits, réparés et entretenus. Les recherches jettent aussi un éclairage nouveau sur les relations de ce port, en prenant en compte les particularités du commerce maritime, la gamme des types de navires et les choix auxquels les marins et les commerçants étaient confrontés. Quand mettre à la voile ou mouiller ? Quelle route maritime suivre ? Comment prendre en compte le vent et les saisons, facteurs déterminants pour la connectivité entre l'océan Indien, la mer Rouge et la mer Méditerranée ?

7Sur ces points, je renvoie à la présentation orale : http://www.college-de-france.fr/​site/​jean-pierre-brun/​symposium-2016-03-31-14h00.htm.

Bibliographie

 

Blue L., "Sewn boat timbers from the Medieval Islamic port of Quseir al-Qadim on the Red Sea coast of Egypt", in L.K. Blue, F. Hocker and A. Englert (eds), Connected by the Sea. 10th International Symposium of Boat and Ship Archaeology, Roskilde, Denmark, Oxford, 2006a, 277-283.

Blue L., « Locating the harbour: Myos Hormos/ Quseir al-Qadim: A Roman and Islamic port on the Red Sea coast of Egypt ». International Journal of Nautical Archaeology 36.2, 2007, 265-281.

Blue L., « The Red Sea », in A. Catsambis, B. Ford & D. Hamilton (eds.), Oxford Handbook of Maritime Archaeology, chapter 22, Oxford: Oxford University Press, 2011, 295-512.

Blue L., Cooper J., Thomas R.I. et Whitewright J. (eds.), Connected hinterlands: Proceedings of Red Sea Project IV. BAR International Series 2052. Oxford: Archaeopress, 2009.

Blue L., Hill J.D. et Thomas R., « New light on the nature of Indo-Roman trade: Roman period shipwrecks in the Northern Red Sea », in V. Agius, D.A. Cooper, J. Trakadas, A. & C. Zarraro (éds.), Navigated Spaces, Connected Places. Proceedings of Red Sea Project, BAR Int. Series. Oxford: Archeopress, 2012, 91-100.

Blue L., Whitewright J. et Thomas R.I., « Roman Imperial Ships – An Eastern Perspective », in H. Tzalas (éd.), 8th International Symposium on Ship Construction in Antiquity, TROPIS 8. Athens, sous presse.

Casson L., Ships and Seamanship in the Ancient World, Princeton, 1971.

Casson L., The Periplus Maris Erythraei, Princeton, 1989.

Davies S. et Morgan E., Red Sea Pilot. London, 1995.

Peacock D., « The site of Myos Hormos: a view from space ». Journal of Roman Archaeology 6, 1993, 226-32.

Peacock D. et Blue L. (eds), Myos Hormos – Quseir al-Qadim: Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Volume 1: Survey and Excavations 1999-2003. Oxford, 2006.

Peacock D. et Blue L. (eds.), Myos Hormos – Quseir al-Qadim Roman and Islamic port on the Red Sea coast. Volume 2: The finds from the 1999-2003 excavations. Southampton Monograph Series N° 6. Archaeopress. Oxford, 2011.

Sidebotham S.E., Roman economic policy in the Erythra Thalassa 30 BC-AD 217. Leiden, 1986.

Sidebotham S.E. et al., The Red Land. American University in Cairo. Egypt, 2008.

Thomas R.I., « The Arabaegypti Ichthyophagi: Cultural connections with Egypt and the maintenance of identity », in J. Starkey, C.M. Starkey, P. et T. Wilkinson (éds.), Natural resources and cultural connections of the Red Sea, BAR International Series 1661. Oxford : Archaeopress, 2007, 149-60.

Thomas R.I., Fishing equipment from Myos Hormos and fishing techniques on the Red Sea, in T. et D. Bernal (éds), Proceedings of the International Workshop on Nets and Fishing Gears in Classical Antiquity : A first approach. Bekker-Nielsen, Cadiz : Servicio de Publicaciones ; Aarhus : Aarhus University Publications, 2010, 139-60.

Thomas R.I., Port communities and the Erythraean Sea. British Museum Studies in Ancient Egypt and Sudan 18, 2012, 169-99.

Thomas R.I et Tomber R., « Vessel stoppers », in V.A. Maxfield and D.P.S. Peacock (éds.), Mons Claudianus 3: Ceramic vessels and related objects, Le Caire : IFAO, 2006, 239-60.

Tomber R., Indo-Roman Trade: From Pots to Pepper. Debates in Archaeology Series. Bloomsbury Academic, 2008.‬‬‬‬‬‬

Tomber R., Blue L. & Abraham S. (éds.), Migration, Trade and Peoples. Part 1: Indian Ocean Commerce and the archaeology of western India. BASAS. London, 2010, http://www.royalasiaticsociety.org/site/files/Part%201-%20Indian%20Ocean.pdf.

Van Der Venn M., Consumption, trade and innovation: exploring the botanical remains from the Roman and Islamic ports at Quseir al-Qadim, Egypt (Journal of African Archaeology Monograph Series 6). Africa Magna Verlag, 2011.

Whitcomb D.S. et Johnson J.H., Quseir al-Qadim 1978. Preliminary Report. American Research Centre in Egypt, Cairo, 1979.

Whitcomb D.S. et Johnson J.H., Quseir al-Qadim 1980. Preliminary Report. American Research Centre in Egypt, Vol. 7, Le Caire. Malibu, 1982a.

Whitcomb D.S. et Johnson J.H., Season of Excavation at Quseir al-Qadim. American Research Centre in Egypt, Newsletter 120, 1982b, 24-30.

Whitewright J., « Berenike and the Indian Ocean trade ». Journal of Roman Archaeology 24, 2011, 799-802.

Whitewright J., Roman Rigging Material from the Red Sea Port of Myos Hormos, IJNA 36.2., 2006.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des pistes de Bérénice et de Myos Hormos à la fin du ier siècle après J.-C.
Crédits © J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteur

Université de Southampton (Royaume-Uni)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540