Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Bérénice à la lumière des inscriptions, des ostraca et des papyrus1

Rodney Ast

Texte intégral

  • 1 Je remercie Pierre-Luc Angles pour sa relecture de la traduction française.

1Le grec et le latin ne sont pas les seules langues que l’on utilisait à Bérénice. On parlait aussi égyptien et quelques langues exotiques, telles que le sud-arabique, l’axoumite et le tamil. Mon domaine d’expertise se limitant aux sources classiques, j’examinerai ici les documents grecs et latins mis au jour sur le site, qui nous sont parvenus écrits sur ostraca, sur pierre et sur papyrus, soit plus de 700 objets au total.

2Le texte grec le plus ancien est une inscription fragmentaire datée de la seconde moitié du deuxième siècle avant J.-C. (I.Pan 70 = http://inscriptions.packhum.org/​text/​219386?&bookid=372&location=9) qui provient du grand temple et contient une partie de date et la référence à un individu portant le grade de « garde du corps en chef » (archisomatophylax). Le texte le plus récent est la dédicace bien connue du temple de Sikait, gravée au cours du règne personnel de Gallien, dans les années 260 (SB 5, 8384 = I.Pan 69 = http://inscriptions.packhum.org/​text/​219385?bookid=372&location=9). Les documents de date incertaine, tels que la probable épitaphe d’Adidos de Pharan, trouvée dans le wâdi Lahma, pourraient faire descendre la datation des documents grecs les plus récents jusqu’au vie siècle (Sidebotham, Zitterkopf, Helms 2000, pp. 123-126).

3La majeure partie de la documentation écrite est cependant datée du ier siècle de notre ère. Elle peut être divisée en deux groupes principaux. Le premier rassemble les ostraca des archives de Nicanor, publiés en 1930 et republiés en 2012 (O.Petr. Mus. 112-206). Il s’agit principalement de reçus pour le transport de marchandises entre Coptos et Bérénice et entre Coptos et Myos Hormos. Ils s’échelonnent entre 6 avant J.-C. et 68 après J.-C., la plupart étant écrits durant les règnes de Tibère (14-37) et Claude (41-54). Le deuxième groupe est formé par les textes découverts lors des fouilles effectuées par Steve Sidebotham et son équipe au cours des deux dernières décennies. Ces documents sont principalement datés du milieu du ier siècle au règne de Titus (79-81). En plus des deux groupes, quelques inscriptions datant des règnes de Domitien (81-96) et de Trajan (98-117) complètent la documentation sur le ier et le début du iie siècle.

4Ce bref résumé donne une idée de l’horizon chronologique de nos textes. Quant à leur contenu, elle a principalement trait aux activités de chameliers. En fait, si j’avais dû donner un sous-titre à cet article et si certains textes non liés aux chameliers n’étaient pas du plus haut intérêt, j’aurais pu l’appeler « Un siècle de transport par chameaux à Bérénice ». Les chameliers formaient des groupes appelés dekaniai, qui comprenaient donc dix animaux de charge, chacun conduit par un dekanos. Ils contribuaient grandement à toutes les activités conduites dans le désert Oriental notamment pour l’exploitation des carrières ou le commerce (O.Did., pp. 7-67). Ces individus, principalement des hommes, à l’occasion des femmes, portent surtout des noms égyptiens, dont beaucoup de noms théophores, ainsi que des noms dénotant des ascendances mixtes gréco-égyptiennes. Leurs entreprises familiales, si l’on peut les appeler ainsi, se sont perpétuées durant plusieurs générations. Regarder Bérénice à travers les yeux des chameliers permet d’aborder un certain nombre de sujets importants relatifs au site, tels que le commerce, la religion, l’armée romaine, la société et la culture.

5Commençons par notre premier groupe d’ostraca, les reçus des archives de Nicanor. Nicanor était un chamelier : avec lui, ses frères et ses fils assuraient la livraison de marchandises à des agents commerciaux établis à Myos Hormos et à Bérénice pour le compte de marchands, dont certains étaient de grands commerçants internationaux et d’autres, des notables locaux, particulièrement originaires de Coptos. Les produits les plus couramment mentionnés dans les ostraca sont le blé et le vin, mais l’on possède aussi des reçus pour des pharmaka (médicaments et autres ingrédients dont certains peuvent avoir été utilisés pour la teinture des textiles, O.Petr. Mus., p. 164). Les reçus évoquent également des livraisons d’orge, de lentilles, d’anis, de cordes, de sacs en cuir, d’huile, de pain, de planches de bois, de vêtements, etc. (voir la discussion sur ces marchandises dans Ruffing 1993).

6Il est souvent impossible de savoir si les marchandises étaient destinées à des personnes vivant à Bérénice, à des marins, ou à des acheteurs outre-mer. E. Denecker et K. Vandorpe ont suggéré, dans une étude portant sur les bouchons d’amphores, que le vin et les pharmaka étaient exportés tandis que le blé était destiné à la consommation locale (Denecker, Vandorpe 2007, p. 123). Ruffing pense plutôt que la plupart des marchandises étaient destinées à la consommation dans les ports. Si le blé était exporté vers les marchés étrangers, c’était probablement en petites quantités (Périple de la Mer Erythrée 24, 28).

7La meilleure façon d’illustrer le contenu des ostraca de Nicanor est de les laisser parler.

  ̣  ̣  ̣ο̣υ̣ς Μ̣άρκου Ἰουλίου Ἀλεξάνδρου Νικάνο-

ρι Πανῆτος χαίρειν. ἔχω παρὰ σου̑ ἐπὶ Βε-

ρενείκης εἰς τὸν Μάρκου Ἰουλίου Ἀλε-

ξάνδρου του̑ ἐμου̑ κυρίου λόγον φάλανγας

5

φι̣λυρίνας ἑπτὰ (ἔτους) γ Τιβερίο̣υ̣ Κλα̣υδί̣ο̣υ

Κα̣ί̣σ̣α̣ρος Σεβαστου̑ Γερμαν̣ι̣κ̣ο̣υ̑ Αὐτοκ̣ρ̣ά̣-

τ̣ο̣ρ̣ο̣ς̣ Ἐπε<ὶ>φ κ (hand 2) Κόσμος Μάρκου Ἰ̣ο̣υ̣λ̣ί̣ο̣υ̣ Ἀλεξάν̣δ̣ρ̣ο̣υ̣

ἔχω τὰ προκίμενα.

(O.Petr. Mus. 173 = O.Petr. 267 = C.Pap. Jud. 2, 419c =

http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.petr.mus;;173)

« -ous, esclave de Marcus Iulius Alexander à Nicanor fils de Panes, salut. J’ai reçu de ta part à Bérénice sur le compte de mon maître, Marcus Iulius Alexander, 7 poutres en bois de tilleul. En l'an 3 de Tiberius Claudius César Augustus Germanicus Empereur, Epeiph 20. (2de main) Moi, Kosmos, esclave de Marcus Iulius Alexander, je détiens les produits susmentionnés ».

Ce reçu fut remis à Nicanor par un agent du marchand Marcus Iulius Alexander. Dans ce document, l’agent, un esclave nommé Kosmos, atteste de la livraison de poutres en bois de tilleul, qui sont affectées au compte (ou logos) de son maître, Marcus Iulius Alexander. Le document est daté du 14 juillet 43. Marcus Iulius Alexander est un parfait exemple de ces hauts personnages impliqués dans le commerce à travers le désert Oriental. Membre d’une famille juive de premier plan établie à Alexandrie, son frère, Tiberius Iulius Alexander, était préfet d’Égypte et son oncle était le philosophe Philon. Son père, Alexander, arabarque à Alexandrie, était chargé de la collecte des droits de douane. Marcus lui-même était marié à la fille du roi Hérode Agrippa Ier. Quelle que soit l’échelle de mesure, il s’agit de personnages de la plus haute société.

8Marcus Iulius Alexander n’est pas le seul marchand de haut rang qui figure dans ces reçus. On y compte au moins un autre arabarque, peut-être deux, et un personnage de rang équestre nommé Gaius Norbanus Ptolemaios, qui a cumulé les fonctions de iuridicus et d’idios logos sous le règne de l’empereur Néron (Denecker, Vandorpe 2007, p. 122 ; Cuvigny 1998). Des affranchis impériaux avaient également des intérêts commerciaux à Bérénice, dont Gaius Iulius Epaphroditos, un esclave de la maison d’Auguste. Il est mentionné dans près d’une douzaine d’ostraca de la période julio-claudienne mis au jour dans le dépotoir du Haut Empire à Bérénice (fig. 1a et 1b) et sur un bouchon de plâtre datable probablement de 18/19 après J.-C. (Denecker, Vandorpe 2007, p. 122 ; O.Berenike 1, 80 à 85 et O.Berenike 2, 184 à 188)

Fig. 1a

Fig. 1a

O.Berenike 1.84 (inv. 19047).

© DR

Fig. 1b

Fig. 1b

O.Berenike 2.187 (inv. 48012).

© DR

9Des membres de l’élite égyptienne locale figurent également parmi les marchands. Un représentant important et bien attesté se nomme Paminis, fils de Parthénios. Il apparaît dans la documentation épigraphique et papyrologique aux côtés de ses fils Parthénios, Paniskos et Psenpnouthis (Bingen 1984, pp. 360-361). Cette famille appartenait à la classe sacerdotale de Coptos, et certains de leurs noms sont courants dans la région. Les anthroponymes « Paminis » et « Paniskos » renvoient ainsi au culte de Min / Pan, le dieu principal de Coptos, comme de nombreux autres anthroponymes attestés à Bérénice à la même période, qui renvoient aussi à Isis, Horus, Harpocrate et Geb, autres divinités majeures de Coptos.

10Dans une dizaine d’ostraca des archives de Nicanor, Paminis et sa famille apparaissent en tant que marchands : leur compte est crédité d’envois de blé. Dans un reçu daté de 29 après J.-C. (O.Petr. Mus. 158 = O.Petrie 231 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.petr.mus;;158), un agent nommé Haryothes, autre anthroponyme local qui signifie « l’ Horus sain », accuse réception à Bérénice de 24 artabes de blé pour le compte de Paminis et de son fils Paniskos. Ces documents présentent Paminis et ses fils comme des égyptiens hellénisés exploitant une entreprise commerciale. Le reste de la documentation nous en apprend davantage.

11Ils apparaissent en effet dans plus de vingt inscriptions grecques et égyptiennes de Coptos, qui mentionnent surtout le fils de Paminis, Parthénios, généralement décrit comme un serviteur d’Isis (grec : προστάτης). Dans une inscription, il consacre, avec son père Paminis, un peribolos à Isis, Harpocrate et Pan. Les inscriptions concernant Parthénios datent des règnes de Tibère à Néron. L’inscription I.Portes 58 (http://inscriptions.packhum.org/​text/​219877?&bookid=375&location=9), est un bon exemple des dédicaces faites par Parthénios : elle est rédigée en l’honneur du dieu Kronos, père d’Isis, le 5 juillet 32. La partie grecque porte le texte suivant : « Au nom de Tibère César Auguste, l’an 18, Epeiph 11. Pour Kronos, le plus grand dieu. Parthénios fils de Paminis, prostates d’Isis ».

12Une stèle bilingue hiéroglyphique / démotique du règne de Néron (Farid 1995, n° 14) renvoie une image très semblable de Parthénios, où, encore une fois, il est qualifié du titre de serviteur d’Isis. La place considérable d’Isis, non seulement à Coptos, mais aussi à Bérénice, méritera qu’on y revienne. Le nombre élevé d’inscriptions mentionnant Parthénios, ainsi que le haut rang de sa famille dans les archives de Nicanor, montrent l’importance de celle-ci au sein de l’élite égyptienne de Coptos.

13Il convient aussi de noter qu’un dekanos, nommé Parthénios, fils de Paminis, apparaît dans les archives concernant le transport de l’eau découvertes à Bérénice en 2009 (O.Berenike 3.326 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;326, 359 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;359, 409 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;409, 420 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;420, and 426 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;426). Il serait tentant de l’identifier avec notre Parthénios, qui est attesté de 21/22 au début des années 60, mais les archives de livraison d’eau datent certainement des règnes de Vespasien et de Titus, entre la fin des années 60 et le début des années 80. Ce Parthénios est peut-être à distinguer du nôtre, ou est peut-être un membre de la même famille.

14Les ostraca de Nicanor livrent probablement les plus anciennes données actuellement disponibles sur le commerce international pratiqué à Bérénice. Les textes trouvés dans le dépotoir du Haut Empire et publiés dans O.Berenike 1 et 2 par Roger Bagnall, Arthur Verhoogt et Christina Helms offrent quant à eux de nouvelles perspectives. La majorité de ces documents sont des laissez-passer pour la douane de Bérénice. Ils ont été délivrés par des agents des douanes à Coptos et adressés à des collègues de Bérénice pour autoriser les chameliers à livrer des marchandises au port. En autorisant le passage, l’ostracon confirme sans doute que les droits de douane ont été perçus à Coptos. Contrairement aux textes de Nicanor, ces passages en douane sont rarement datés, mais le contexte archéologique, les individus attestés dans d’autres textes et les quelques dates mentionnées suggèrent qu’ils remontent au troisième quart du ier siècle.

15Les laissez-passer douaniers sont particulièrement précieux pour la lumière qu’ils jettent sur certains des produits d’exportation qui étaient envoyés à Bérénice, en particulier le vin d’Italie et de Laodicée. Nous savons par le Périple (6 et 49) que c’étaient précisément ces deux vins qui étaient recherchés à Adoulis, port du royaume d’Axoum, et à Barygaza en Inde. Dans O.Berenike 1, 39 (http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;1;39) (fig. 2), un homme portant le nom sémitique Rhobaos écrit aux douaniers de Bérénice de laisser passer un certain Héraklès avec 20 conteneurs scellés de vin italien et 28 amphores de vin de Laodicée, qui sont à charger sur le navire (eis exartismon). Bien que nous ne puissions pas être sûr que le vin n’était pas destiné aux provisions de bord, il est tout à fait possible qu’il ait été destiné à un marché étranger.

Fig. 2

Fig. 2

O.Berenike 1.39 (inv. 19028).

© DR

16Outre des noms grecs, romains et égyptiens, les textes trouvés à Bérénice mentionnent occasionnellement des noms sémitiques (palmyréniens et nabatéens), thraces, celtes, germaniques et même « barbares ». Ce terme désigne les barbares résidant dans le désert Oriental qui interagissaient avec les locuteurs grecs et latins. La variété de l’onomastique attestée à Bérénice est caractéristique de l’atmosphère multiethnique d’une ville portuaire.

17À côté des informations sur les opérations commerciales à Bérénice apportées par les lots d’ostraca tels que les laissez-passer douaniers, deux inscriptions grecques trouvées en 2015 dans l’avant-cour du grand temple donnent un aperçu sur la bureaucratie qui encadrait ce commerce, ainsi que sur la religion pratiquée localement (Ast, Bagnall 2015). Bien que ces textes aient été gravés à plus de soixante ans d’intervalle – l’une des inscriptions date de 49, l’autre de 112 –, ils concernent tous deux le bureau du receveur des douanes, ou paralemptes, et ont été commandés par des secrétaires, grammateis.

18Le paralemptes était un officier des douanes qui travaillait à Myos Hormos et, comme les nouvelles inscriptions l’attestent, également à Bérénice. Il ne s’agit vraisemblablement pas du même officier que celui qui portait ce titre à Alexandrie et à Leuké Komè où il supervisait la collecte de l’impôt de 25 % prélevé par l’Etat. Le paralemptes de Bérénice était chargé de l’évaluation des marchandises importées, de leur stockage et de leur transport ultérieur. (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

BE15-111/015/005 (AD 49, July 24).

© DR

19L’inscription la plus ancienne est une dédicace à Isis, vénérée en tant que grande nourricière (Trophos megiste). Elle est faite par Eirenaios, fils de Harpochration, le secrétaire du département du paralemptes.

20La seconde inscription, accompagnée d’une statue du récepteur de Bérénice (paralemptes Bérénices), Gaius Iulius Faustinus. (fig. 4), est commandée par le secrétaire du magasin des épices (apotheke aromatike), Gaius Iulius Eucharistos, un probable affranchi dont la dédicace au paralemptes indique l’importance. L’inscription atteste aussi du haut rang des receveurs aux yeux de leurs dépendants, comme leurs secrétaires.

Fig. 4

Fig. 4

BE15 -111/021/002 (AD 112, July 25).

© DR

21Nous savions par le papyrus dit de Muziris (SB 18.13167 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​sb;18;13167) qu’il existait un entrepôt public à Coptos, où les taxes sur les marchandises importées étaient probablement payées. La mention d’un magasin des épices à Bérénice montre que de tels entrepôts existaient aussi dans le port. Le poivre, la myrrhe, l’encens, le nard, le malabathron et d’autres épices et aromates importés d’Orient étaient probablement d’abord estimés dans ce lieu avant que ces marchandises ne soient scellées pour être transportées à Coptos et, de là, à Alexandrie. Une faible part des importations était peut-être taxée et déchargée pour être consommée à Bérénice et dans d’autres lieux du désert Oriental.

22En sus des informations sur l’administration de la douane, la première inscription donne aussi un aperçu des pratiques religieuses locales. De toutes les divinités attestées dans les inscriptions grecques, Zeus et Isis sont les plus courantes : chacune est destinataire de trois dédicaces. Nous avons vu la place que tenait Isis à Coptos en évoquant Parthénios fils de Paminis, marchand et prostates d’Isis. En qualifiant Isis de Trophos, la dédicace trouvée en 2015 livre la première attestation textuelle explicite de la représentation iconographique très courante d’Isis nourrice de son fils Harpocrate-Horus. La plus ancienne stèle mentionnant Parthénios fils de Paminis (I.Pan 78 = http://inscriptions.packhum.org/​text/​219394?&bookid=372&location=9), la dédicace d’un peribolos à Isis, Harpocrate et Pan offerte par Paminis en 21/22, montre Isis précisément sous cette forme (fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

I.Pan 78a (AD 21/22).

© DR

23D’autres preuves du culte d’Isis existent à Bérénice. Sur la façade du grand temple des bas-reliefs la montrent aux côtés d’Harpocrate, et les archives de Wilkinson rapportent la découverte d’une figure endommagée d’Isis et d’Horus (Meredith 1957, p. 70). En outre, beaucoup de bas-reliefs du temple datant de l’époque de Tibère représentaient apparemment Isis, ce qui a incité G. Hölbl à écrire : « Es spricht viel dafür, daß Isis als Schutz- und Heilgöttin für die Reisenden in dem ägyptischen Heiligtum julisch-claudischer Zeit die weibliche Hauptgottheit war ; neben ihr standen Osiris und Harpokrates » (Ηölbl 2005, p. 20). Par ailleurs, une lettre privée sur papyrus découverte en 2011 mentionne un sanctuaire d’Isis, même si on ne sait pas si ce sanctuaire était situé à Bérénice (P.Pintaudi 53 = O.Berenike 3, 270, 20 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​p.pintaudi;;53). Le papyrus a été trouvé avec un stylet en bois et une momie de chat. Compte tenu de l’association d’Isis avec les chats, la mention de chats à côté d’une grande quantité de roses dans un ostracon trouvé en 2000 (O.Berenike 2.195 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;2;195) pourrait refléter un aspect de son culte.

24En plus des textes mentionnant Isis, deux reçus de distribution d’eau édités dans les O.Berenike 3 se réfèrent à des divinités : l’un (3.282 = P.Poethke 2 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​p.poethke;;2; cf. also 3.443 = P.Poethke 4 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​p.poethke;;4) fait allusion à un sanctuaire mystérieux appelé l’endelechisterion du dieu suprême Kronos (le Geb égyptien, père d’Isis), et l’autre (3.318 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;318) mentionne la déesse Bérénice, vraisemblablement la reine Bérénice Ire déifiée. Les textes sont brefs et ne concernent pas les divinités ; ils les mentionnent seulement et permettent simplement d’attester de l’existence de leurs cultes.

25Les archives concernant l’approvisionnement en eau découvertes en 2009, publiées dans O.Berenike 3, se composent d’environ 175 ostraca, la plupart du temps écrits en grec, sauf quatre, écrits en latin, et dix documents bilingues (grec et latin). Ils ont trait au transport d’eau par chameaux à Bérénice sous le contrôle de l’armée romaine. Ils donnent de nombreuses informations dont l’identité des chameliers et de leurs chefs de caravanes, des noms d’unités militaires, en particulier de compagnies, ainsi que ceux de fantassins et de membres de la cavalerie. Il n’y a, malheureusement, aucune précision sur les citernes et les puits d’où provient l’eau, ni sur les distances parcourues, sur la date ou les circonstances de la livraison : on ne sait donc si l’archive reflète des opérations courantes ou bien un événement extraordinaire.

26La plupart des reçus de distribution d’eau donnent un ensemble d’indications standard dont l’ordre peut varier : le nom du dekanos ou de la dekania auquel le chamelier appartenait, le nom et le patronyme du chamelier, l’unité militaire recevant l’eau, le nom du soldat qui a autorisé son transport, la quantité d’eau distribuée mesurée en keramia grecs (parfois ptolemaica keramia) et en amphores latines. L’O.Berenike 3, 351 (http://www.papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;351) est un exemple représentatif : le nom du chamelier est Peteminis fils d’Héraclès, un membre de la dekania dirigée par Pakoibis, fils de Kleitos. Le destinataire de l’envoi de quinze keramia est Ableros, un cavalier de la turma du décurion Aprianos, de l’aile Apriana. (fig. 6)

Fig. 6

Fig. 6

O.Berenike 3.351.

© DR

27Au total, les archives de l’eau citent 24 dekanoi et des dizaines de chameliers, dont une femme, Tapiomis (voir l’introduction à O.Berenike 3). La plupart des soldats et des chefs d’escadron nommés ne sont pas associés à un régiment particulier, mais nous savons que trois unités auxiliaires étaient présentes dans le port : les 2e et 3e cohortes des Ituréens et l’ala Apriana (O.Berenike 3, 264 = http://papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;264). La deuxième cohorte des Ituréens reste stationnée en Égypte durant une assez longue période, à partir de 39 après J.-C. jusqu’au moment de la compilation de la Notitia Dignitatum à la fin du ive ou au début du ve siècle. Dans ce document, la cohorte est basée à Aiy (également connu sous le nom d’Alyi), dans le nome Héracléopolite (Not.Dig. 28 ; Worp 1991, p. 295 ; Verreth 2013, p. 52).

28La troisième cohorte des Ituréens est moins bien connue. Bien qu’elle soit mentionnée dans un diplôme daté du 9 juin 83 après J.-C. (CIL XVI 29 = http://inscriptions.packhum.org/​text/​219886?&bookid=375&location=9), elle ne figure pas dans la Notitia Dignitatum. Sa première mention semble être dans un reçu du troisième quart du ier siècle (O.Berenike 3.264 = http://papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;264), qui implique des troupes des deux cohortes des Ituréens. La plupart des autres documents qui la mentionnent datent du iie, quelques-uns du iiisiècle. Dans l’ensemble, les documents montrent que la cohorte est présente en Égypte durant les deux premiers siècles et la première moitié du iiisiècle.

29Le troisième régiment attesté à Bérénice, l’aile Apriana, est une unité de cavalerie qui aurait été stationnée à Hipponos en Moyenne-Égypte (Notitia Dignitatum 28). Sa présence en Égypte est attestée de 40 après J.-C. (P.Lips. 2.133.4f. = http://www.papyri.info/​ddbdp/​p.lips;2;133) à 270 (SPP 20, 71, 2 = http://www.papyri.info/​ddbdp/​stud.pal;20;71). Elle apparaît dans les documents provenant d’autres localités du désert Oriental et de Coptos, mais les archives de l’eau la relient pour la première fois à Bérénice.

30Au total, on connaît environ 15 commandants d’escadron, ou décurions, et près de 25 cavaliers, plus de 19 centuries et environ 50 soldats (fig. 7). Certaines centuries faisaient vraisemblablement partie d’autres cohortes que celles des Ituréens, éventuellement des cohortes légionnaires, mais nous n’avons pas les noms de ces régiments. Quelques-uns des soldats et commandants apparaissent dans les textes trouvés dans le fort de Didymoi, illustrant la mobilité des troupes dans le désert Oriental.

Fig. 7

Fig. 7

Liste des régiments, compagnies et soldats.

© DR

31Bien que nous ne puissions pas savoir exactement ce que faisaient les soldats, leur mission consistait sans doute à réaliser des constructions, comme celles des fortins, à creuser les puits et les citernes, en plus d’assurer la sécurité de la région. Le forage d’un puits et la construction d’une citerne et d’un fort à Siket durant l’année 76/77 ont été commémorés par une inscription latine (O.Berenike 2.120 = http://edh-www.adw.uni-heidelberg.de/​edh/​inschrift/​HD047182) ; des textes commémoratifs similaires ont été trouvés dans les puits fortifiés de Didymoi et d’Aphroditès (Bagnall, Cuvigny, Bülow-Jacobsen 2001). Les soldats ont supervisé des projets hydrologiques, comme nous le savons par l’inscription ILS 2483 (http://inscriptions.packhum.org/​text/​219876?&bookid=375&location=9), qui donne la liste des unités impliquées dans la construction de citernes à Bérénice, Compasi, Apollonos Hydreuma et Myos Hormos (Cuvigny 2003, pp. 267-273). On pourrait imaginer que les archives de l’eau sont liées à de telles activités de construction dans la région. D’ailleurs, elles sont contemporaines de la dédicace de Siket.

32Il est impossible de dire si la construction du fort et de la citerne de Siket a été entreprise pour conjurer les menaces pesant sur la sécurité dans le désert (voir Bagnall, Bülow-Jacobsen, Cuvigny 2001, p. 331) car nous ne possédons aucune mention de troubles dans les textes du ier siècle à Bérénice. Le meilleur témoin sur les barbares de la région est un papyrus trouvé dans le dépotoir du Haut Empire, qui rapporte la distribution des provisions à plusieurs barbares nommés Aeiamibtok et Chotiate (ou Choniate) et à leurs épouses anonymes (O.Berenike 3.266 = http://papyri.info/​ddbdp/​o.berenike;3;266). Le document suggère une harmonie relative, bien qu’il soit difficile, étant donné son état fragmentaire, d’en tirer des conclusions.

33Pour conclure, je voudrais examiner un type d’attestations écrites qui n’a pas été abordé jusqu’à présent : celui des témoignages littéraires. En 2012, l’équipe de Bérénice a fait une découverte passionnante dans le dépotoir du Haut-Empire : un fragment de poème grec (Ast, Lougovaya 2015). Ce papyrus est l’exemple le plus complet d’un texte littéraire découvert sur le site jusqu’à présent. Les autres fragments littéraires sont trop mal préservés pour que l’on puisse en saisir le contenu.

34Le fragment de poème présente deux colonnes dans lesquelles est évoqué un adorateur de la déesse phrygienne Cybèle, également connu sous le nom de Magna Mater (fig. 8). Ce dernier, peut être Attis ou l’un des prêtres du culte appelés galli, est présenté dans le papyrus dans un état de transe, agitant ses cheveux et frappant des cymbales en s’accompagnant de la flûte phrygienne. Le genre du poème n’est pas clair. Il évoque une comédie de Ménandre intitulée Théophoroumène, ou « la jeune fille possédée par un dieu », mais ce pourrait également être un fragment de tragédie, ou même d’une collection de chansons ou de poèmes lyriques. Si les vers proviennent d’une collection de chansons, elles pourraient avoir été réunies pour une occasion telle qu’une fête locale ou un concours de chanson. Quel que soit son genre, le poème montre un certain attrait pour la culture dans le désert Oriental, suggérant que le commerce n’occupait pas les habitants de Bérénice à plein temps et qu’on pouvait y prendre du bon temps. Qui sait, peut-être que même les chameliers faisaient occasionnellement une pause entre deux transports de marchandises pour profiter de certains divertissements ?

Fig. 8

Fig. 8

Cybele Papyrus.

© DR

Bibliographie

  

Les éditions papyrologiques sont citées conformément avec The Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic, and Coptic Papyri, Ostraca, and Tablets (http://papyri.info/docs/checklist).

Ast R., Bagnall R.S., « The Receivers of Berenike. New Inscriptions from the 2015 Season », Chiron, 45, 2015, 171-185.

Ast R., Lougovaya J., « Cybele on the Red Sea: New Verses from Berenike », GRBS, 55, 2015, 654-678.

Bagnall R.S., Bülow-Jacobsen A., Cuvigny H., « Security and water on the Eastern Desert roads: the prefect Iulius Ursus and the construction of praesidia under Vespasian », JRA, 14, 2001, 325-333.

Bingen J., « Épigraphie grecque et latine : d’Antinoé à Edfou », ChE, 59, 1984, 359-370.

Cuvigny H., « Bouchons cachetés des fouilles d’Adolphe Reinach à Coptos », Bulletin des Musées et Monuments lyonnais, 4, 1998, 2-7.

Cuvigny H., « Les documents écrits de la route de Myos Hormos à l’époque gréco-romaine », in H Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. Praesidia du désert de Bérénice. II (Fouilles de l’IFAO 48), Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2003, 265-294.

Denecker E., Vandorpe K., « Sealed amphora stoppers and tradesmen in Greco-Roman Egypt: archaeological, papyrological and evidence », BABesch, 82, 2007, 115-128.

Farid A., « Die Denkmäler des Parthenios, des Verwalters der Isis von Koptos », MDAIK, 44, 1988, 13-65.

Farid A., Fünf demotische Stelen aus Berlin, Chicago, Durham, London und Oxford mit zwei demotischen Türinschriften aus Paris und einer Bibliographie der demotischen Inschriften, Berlin, Achet Verlag, 1995.

Hölbl G., Altägypten im Römischen Reich. III, Heiligtümer und religiöses Leben in den Ägyptischen Wüsten und Oasen, Mainz, Philipp von Zabern, 2005.

I.Pan : A. Bernand, Pan du désert, Leiden, E.J. Brill, 1977.

I.Portes : A. Bernand, Les Portes du désert. Recueil des inscriptions grecques d’Antinooupolis, Tentyris, Koptos, Apollonopolis Parva et Apollonopolis Magna. Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1984.

Meredith D., « Berenice Troglodytica », Journal of Egyptian Archaeology, 43, 1957, 56-70.

O.Berenike 1 : R.S. Bagnall, C. Helms et A.M.F.W. Verhoogt, Documents from Berenike. vol. I, Greek Ostraka from the 1996-1998 Seasons, Bruxelles, Association Égyptologique Reine Élisabeth, 2000.

O.Berenike 2 : R.S. Bagnall, C. Helms et A.M.F.W. Verhoogt, Documents from Berenike. vol. II, Texts from the 1999-2001 Seasons, Bruxelles, Association Égyptologique Reine Élisabeth, 2005.

O.Berenike 3 : R. Ast et R.S. Bagnall, Documents from Berenike. vol. III, Greek and Latin Texts from the 2009-2013 Seasons, Bruxelles, Association Égyptologique Reine Élisabeth, 2016.

O.Did. : H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d'Égypte, vol. 2, Le Caire, Institut français d'archéologie orientale, 2012.

O.Petr. Mus : M.S. Funghi, G. Messeri, et C.E. Römer (éd.), Ostraca greci e bilingui del Petrie Museum of Egyptian Archaeology. I-III (Pap. Flor. 42), Firenze, Edizioni Gonnelli, 2012.

Ruffing K., « Das Nikanor-Archiv und der römische Süd- und Osthandel », MBAH, 12, 1993, 1-26.

Sidebotham S.E., Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, Berkeley, University of California Press, 2012.

Sidebotham S.E., Zitterkopf R.E., Helms C., « Survey of the Via Hadriana: The 1998 Season », Journal of the American Research Center in Egypt, 37, 2000, 115-126.

Verreth H., A survey of toponyms in Egypt in the Graeco-Roman period (version 2.0), (Trismegistos Online Publications II) [http://www.trismegistos.org/top.php], Leuven, 2013.

Worp K.A., « Observations on Some Military Camps and Place Names in Lower Egypt », ZPE, 87, 1991, 291-295.

Notes

1 Je remercie Pierre-Luc Angles pour sa relecture de la traduction française.

Table des illustrations

Titre Fig. 1a
Légende O.Berenike 1.84 (inv. 19047).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 1b
Légende O.Berenike 2.187 (inv. 48012).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 2
Légende O.Berenike 1.39 (inv. 19028).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 3
Légende BE15-111/015/005 (AD 49, July 24).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 4
Légende BE15 -111/021/002 (AD 112, July 25).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 5
Légende I.Pan 78a (AD 21/22).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 6
Légende O.Berenike 3.351.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 7
Légende Liste des régiments, compagnies et soldats.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 8
Légende Cybele Papyrus.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5148/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 819k

Auteur

Senior Research and Teaching Associate, Institut de Papyrologie, Université de Heidelberg

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540