Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Le grand temple de Bérénice

Martin Hense

Texte intégral

  • 1 Le projet de recherche sur le « Temple de Bérénice » fait partie intégrante du projet « Bérénice ». (...)

1Les fouilles récentes dans le grand temple de Bérénice, les premières fouilles d'ampleur depuis le xixe siècle, ont commencé au début de 2011 par plusieurs sondages qui ont prouvé l'existence de niveaux archéologiques encore intacts malgré les fouilles menées au cours du xixe siècle. Le projet de recherche sur le temple de Bérénice1 a pour but de mener une étude approfondie sur le complexe, de documenter son architecture et de retracer son histoire, ses liens avec la ville et ses habitants et l'influence du caractère international de la ville sur son fonctionnement.

Premières recherches dans le temple

  • 2 Belzoni 1821, p. 330.

2Lorsque Giovanni Batista Belzoni (re)découvrit Bérénice le 8 octobre 1818, il trouva dans le centre de la ville « ... un petit temple, presque couvert par le sable ... Le temple est construit en calcaire tendre et en pierre sablonneuse, mais très dégradé par l'air de la mer »2.

  • 3 Belzoni 1821, p. 331

3Belzoni estimait que le temple mesurait plus de 25 mètres de long. Bien que sa description du plan du temple soit quelque peu confuse3, le croquis qu'il a publié donne une vision assez précise de sa disposition générale. Bien qu'il n'ait pas vu le mur de façade du bâtiment, il soupçonnait qu’il devait avoir une grande salle en avant (fig. 1a).

  • 4 Belzoni 1821, p. 332.

4Malgré l'absence de tout matériel de fouille, que l'expédition n’avait pas réussi à apporter, Belzoni a ordonné la fouille d'une partie du temple. Pour compliquer les choses, l'absence d'eau potable dans les environs, obligea l'expédition à quitter les lieux dès le lendemain. En conséquence, au milieu de la nuit et à la seule lumière de la pleine lune, un garçon égyptien nommé Moussa commença à dégager une salle de temple à l'aide d'une grande coquille. Pendant ce temps, Belzoni continua à prospecter la zone immédiatement au sud de Bérénice. À son retour, à 10 heures du matin, il constata que Moussa avait creusé un trou de 1,20 m de profondeur, près de l’angle d'une pièce du temple et qu’il avait mis au jour un bas-relief sculpté sur le mur et déterré un fragment de stèle4.

  • 5 Wilkinson, MS. XXXVIII, 92 ; Meredith 1957, pp. 61-62.

5Huit ans plus tard, John Gardner Wilkinson visita le site et réalisa le premier plan de la ville. Sur ce plan, le temple présente une longueur d'environ 23 mètres (fig. 1b). Wilkinson dégagea la pièce 1 et une petite partie de la pièce 2 (fig. 1c). Il a probablement aussi mis au jour partiellement la grande salle devant le temple qu'il a appelée « portique ». Ses notes contiennent des dessins d'inscriptions trouvées des deux côtés de l'entrée de la pièce 1, portant des cartouches, qu'il pensait attribuables à l'empereur Marc Aurèle (161-180 après J.-C.)5.

Fig. 1

Fig. 1

Plan du temple, basé sur les résultats de la campagne 2015 et les recherches antérieures. Les petits plans se fondent sur les dessins de Belzoni (1a : d’après Belzoni 1822, Pl. 32) et de Wilkinson (1b : d’après les papiers de John Gardner Wilkinson à l'abbaye de Calke, Bodleian Library, Oxford : XLV D.11).

© M. Hense

  • 6 British Museum, BM pas. EA135, peut-être d’origine ptolémaïque. Un dessin paru dans Hense 2012, p.  (...)
  • 7 Meredith 1957, p. 69.

6Parmi les inscriptions hiéroglyphiques, Wilkinson identifia également des cartouches de l'empereur Tibère (14-37 après J.-C.). Parmi les objets qu'il a découverts dans la pièce 1, se trouvaient un fragment de stèle portant une inscription grecque, que Wilkinson interpréta comme une dédicace à Sérapis, et un buste de Sérapis portant une autre dédicace. Il a aussi mis au jour des figurines et un grand bassin à offrandes6. Près du mur nord de la pièce 1, Wilkinson découvrit une dalle de plafond décorée d’étoiles, d’un vautour et de cartouches d'un empereur romain. Ses travaux ont probablement atteint, dans certains endroits, un niveau assez bas, puisqu’il dessine le motif de papyrus situé à la base du mur, toutefois, dans ses notes, Wilkinson ne mentionne aucun sol de pierre : il doit donc avoir laissé une couche de sable et de débris, d’environ 25 cm d'épaisseur. Dans la pièce 2, près du mur sud, plusieurs dalles de plafond décorées d'étoiles ont été mises au jour, de même qu’une inscription portant le nom de l'empereur Tibère. Le toit de la pièce 5 était encore en partie in situ en 1826 et Wilkinson mit au jour les restes d'un mur situé au-dessus des dalles du toit7. Enfin, les pièces 3, 4, le couloir et l'escalier étaient encore entièrement recouverts.

  • 8 Wellsted 1836, p. 98.

7En 1836, James Wellsted visita Bérénice et fouilla une petite partie du temple. Le plan qu'il a établi est la preuve qu’à cette époque, moins de la moitié du bâtiment était visible en surface. Wellsted résolut cette lacune en dupliquant la partie sud du plan, créant un temple, symétrique, avec deux escaliers, totalement inexistants. Il semble qu'il ignorait les plans établis par Belzoni et Wilkinson. Bien qu'il ait eu peu de temps à sa disposition, Wellsted parvint à dégager une grande partie du sanctuaire (pièce 2) qui semblait avoir été préalablement partiellement excavée, probablement par Wilkinson. Après avoir enlevé le sable à une profondeur d'environ 1,50 m, il découvrit plusieurs représentations sur les murs. A mesure qu'il avançait dans les dégagements, il devint clair que les figures des divinités et du roi étaient disposées en groupes le long des murs. Il trouva deux fragments d'une stèle portant une inscription dédicatoire grecque au nom d'un Ptolémée. Pour accéder à la salle, Wellsted déplaça plusieurs grandes dalles de toiture8.

  • 9 Barth 1859, p. 16.

8Arrivé à Bérénice en 1846, Heinrich Barth fût déçu de trouver des restes d'une ville qui étaient « à peine plus qu'un tas de détritus » où même le temple n’était pas debout. Il observe tout de même que le temple, bien que couvert de textes et de reliefs hiéroglyphiques, ne porte aucune inscription datée d'avant le règne de Tibère9, mais c'est sans doute sur la base des rapports de Wilkinson. Néanmoins, il mesura les vestiges visibles du temple avant de partir pour le site de Shenshef, dans la montagne.

  • 10 Probablement détruites par des constructions du xxe siècle.
  • 11 Heuglin 1860, p. 333.

9Quand l'explorateur Theodor von Heuglin arriva à Bérénice, le 6 juillet 1857, à bord d’un petit navire de fret local loué à Qusayr, il vit « un temple de grands blocs de calcaire ... probablement issus de carrières de pierre que j'ai découvertes environ 2 milles au nord-ouest des ruines ... »10. Le temple était apparemment inaccessible car recouvert par le sable jusqu'aux dalles du toit. La surface des blocs apparents était si érodée qu'aucune inscription ou relief n'était visible, à l'exception d'une dalle du toit, renversée, portant un décor d’étoiles. Bien que la majeure partie du temple fût recouverte de sable, des traces de fouilles récentes étaient encore visibles11.

  • 12 Schweinfurth 1922, p. 132.

10En 1864, le botaniste et voyageur allemand Georg August Schweinfurth, lors d'une courte visite sur le site, trouva une seule pièce dégagée, « mesurant 15 x 15 pieds », mais déjà partiellement recouverte par le sable. À l'entrée, le seul bloc visible était une dalle de toit décorée de cinq étoiles12. C'était probablement le même bloc que Wellsted avait observé sept ans auparavant.

  • 13 Purdy 1886, pp. 431-445.
  • 14 Daressy 1922, p. 170.

11Dans le cadre du plan de modernisation de l'armée égyptienne, en 1870, le souverain égyptien Ismaïl Pacha engagea cinquante anciens combattants de la guerre civile américaine. Parmi eux se trouvait Erastus Sparrow Purdy, un major de l'armée de l'Union qui était aussi un topographe expérimenté. Purdy fut chargé de plusieurs expéditions au sud de l'Égypte et au Soudan. En 1870 et 1873, il prospecta la région de Bérénice et, lors de sa deuxième visite, il se rendit dans la ville même13. Avec un groupe de soldats égyptiens, il fouilla des parties du temple. Bien que l'on dise que Purdy a fouillé le temple dans son intégralité, on ne connaît pas précisément l’ampleur des dégagements réalisés lors l'expédition de 1873. Après la mort soudaine de Purdy, en 1881 au Caire, ses notes concernant l'expédition furent perdues. Cependant, en 1922, Daressy découvrit, dans les archives de l'Institut d'Égypte, un plan du temple réalisé par lui14. Sur ce plan, les murs nord et sud de la prétendue avant-cour convergent. Le plan montre également une énorme dalle de toit tombée dans l’avant-cour. Purdy avait fait aussi quelques estampages de la « façade », en fait le mur ouest de la prétendue avant-cour. Quand Daressy les découvrit en 1922, ils étaient déjà trop aplatis pour être lisibles. Un autre détail du plan établi lors de l'expédition de Purdy indique l’existence d’une crypte sous la salle 8, avec une entrée étroite, ouvrant dans « l’avant-cour ».

  • 15 Golenischeff 1890, Pl. V.
  • 16 Golenischeff 1890, Pl. V.

12L'égyptologue russe Vladimir Golenischeff se rendit à Bérénice en 1889, où il ne vit que les vestiges de « l’avant-cour ». Contrairement au plan de Purdy, celui de Golenischeff montre que ses murs sont parallèles15. Golenischeff releva la décoration complète des parois internes de l'entrée de la salle 2, ce qui signifie que Purdy avait dégagé cette partie, car Wilkinson n'a pas noté la moitié inférieure de la double rangée de signes nb au bas des jambages de la porte. C'est également le cas pour la pièce 1, où Wilkinson n'avait pas complètement documenté le mur nord. Golenischeff nota également plusieurs niches dans le couloir, encore couvert, reliant « l’avant-cour » à la salle 4. Il a également relevé un trou ovale dans le plafond du couloir16.

13En 1891, l’inspecteur général des télégraphes égyptiens, Ernest Floyer prit la plus ancienne photographie connue du temple. Elle montre les résultats des premières fouilles, avec « l’avant-cour », la salle 1 et l'entrée du couloir partiellement mis au jour.

  • 17 Bent 1900, p. 296.

14L'archéologue et explorateur britannique James Theodore Bent débarqua à Bérénice le 1er janvier 1896, lors de son voyage le long de la côte de la mer Rouge. Avec son boutre comme base, il demeura plusieurs jours sur place et conduisit plusieurs petits sondages, dont on ne sait pas s'ils ont été faits dans ou près du temple. Il nota, cependant, l’érosion des reliefs du temple : « ... dans le centre se trouve un ancien temple, datant de Tibère César, dont les hiéroglyphes sont en train de rapidement s’effacer »17.

15En 1908, Jules Couyat-Barthoux, un géologue et archéologue français, prit la deuxième et dernière photographie du temple avant le début des fouilles à la fin du xxe siècle.

  • 18 Daressy 1922, p. 170.
  • 19 Meredith 1957, pp. 59-60.

16En 1922, Daressy trouva et publia une copie du plan du temple de Purdy18. Daressy souligna que dans « l’avant-cour », une énorme dalle de toit était visible. Il semble que le dessin, probablement fait par un des membres de l'expédition de Purdy de 1873, comportait non seulement un plan, mais aussi plusieurs élévations du temple qui sont reprises dans l'article de Daressy. Meredith, dans son état des recherches sur le temple, estima improbable l'existence de la dalle de toit, en raison de la taille du bloc et de l’absence de mention, aussi bien chez Wilkinson, Wellsted ou Golenischeff, de cette dalle bloquant l'entrée de l'escalier19.

Le projet actuel sur Bérénice

  • 20 Dirigé par S.E. Sidebotham (University of Delaware) et W.Z. Wendrich (University of Leiden) et H.M. (...)

17Après ces premiers travaux, Bérénice et le temple de la ville ont été quelque peu délaissés par la recherche. Quand l’équipe qui fouille actuellement à Bérénice a commencé ses travaux en 199420, le temple était presque complètement enseveli sous le sable éolien. Deux sondages ont révélé que, bien que le temple ait été dégagé au cours du xixe siècle, un grand nombre de données archéologiques étaient encore préservées.

Fouille de la pièce 3

18La pièce 3, située à l'arrière du temple fut fouillée pour vérifier l'état des blocs et la stabilité des murs. Cette pièce avait clairement été dégagée antérieurement comme le montraient des dépôts linéaires de sel sur les murs marquant les différentes couches de sable éolien qui avaient rempli la salle après les premières fouilles européennes. Cependant, elle n'avait pas été complètement dégagée au cours du xixe siècle. Son nettoyage a révélé, dans le sol de pierre, une trappe non mentionnée sur les plans du xixe siècle. La trappe donnait accès à une crypte creusée dans le limon entre les puissants murs de fondation de la salle 3. Il semble que le mur de fondation nord a été construit sur une structure plus ancienne, dont une rangée de pierres affleure dans le sol de la crypte. Peut-être le temple était-il construit sur une plate-forme de pierre. Dans ce cas, le sol initial autour du temple doit se situer au niveau des couches de la période ptolémaïque dont le sommet a été atteint dans la tranchée avoisinante 10, en 1999.

19Le sol de la salle 3 comprenait une série de grandes dalles de pierre, reposant sur les murs de fondation. La surface très rugueuse des dalles suggère qu'elles étaient autrefois recouvertes de dalles plates, ce qui est confirmé par un petit ressaut à la base des murs. Les murs de la salle semblent avoir été construits en plusieurs phases. Le temple a peut-être été achevé ou partiellement reconstruit au début de la période romaine. Un portail d’entrée dans le sanctuaire (salle 2), était fermé par une porte en bois, car le linteau comporte un logement pour une crapaudine de porte probablement en bronze.

20Un gros fragment d'une dalle du toit trouvé sur le sol de la pièce 3 portait encore quelques restes d'un mur bâti en blocs de corail. Ce sont probablement des traces de structures construites au-dessus du temple, après son abandon au cours du ve siècle. Cela confirmait l'observation de Wilkinson selon laquelle des murs blocs de corail se dressaient sur le toit de la pièce voisine 5.

Le sondage BE11-79

21En 2011, un sondage exploratoire ouvert le long de la paroi arrière du temple révéla, près de la surface du sol actuelle, un mur en pierres partiellement effondré. Ce mur étroit bâti en blocs de gypse / anhydrite a été construit près de la paroi occidentale du temple. L'espace entre les deux murs était rempli de petites pierres irrégulières et de blocs de coraux. 

22Pendant la période romaine, tous les bâtiments non religieux de Bérénice semblent avoir été construits en blocs de coraux, en employant quelques blocs de pierre pour les montants de portes et les angles de murs. La paroi de gypse / anhydrite à l'arrière du temple doit correspondre à la réparation d'une surface du mur endommagée, ou à la paroi arrière d'un autre petit temple. Dans les éboulis du mur deux fragments d'une petite statue en pierre représentant un dieu crocodile-faucon ont été mis au jour. Une douzaine de parallèles de statuettes de ce type sont connus dans les collections du monde entier. Toutes datent de la Basse Époque ou de la période ptolémaïque tardive, sauf une attribuable à la 18e dynastie. Cependant, le contexte de ces statues n'est pas clair.

Tranchée BE15-112

  • 21 Les fouilles du « Berenike Temple Project », recherche dépendante du « Berenike Project », sont eff (...)

23Notre équipe a commencé de fouiller les premières grandes tranchées dans la zone du temple au début de 2015 (fig. 2)21. Dans la prétendue « avant-cour », nous avons dégagé la majeure partie du secteur sud, laissant recouvert le mur ouest qui porte probablement encore des reliefs fragiles. Après avoir enlevé une épaisse couche de sable éolien, un gros bloc de pierre de 3,15 m de long et d'un poids estimé à 3 500 kg est apparu, corroborant ainsi l'existence d’une grosse dalle de pierre sur le plan de Purdy (fig. 3). Des fragments d'au moins deux de ces grands blocs de toit ont été dégagés dans une couche de grands fragments de blocs de pierre. Purdy a arrêté les fouilles à ce niveau comme le montre la couche de sel solidement fixée sur les blocs.

Fig. 2

Fig. 2

Aperçu des fouilles de 2015.

© S.E. Sidebotham

Fig. 3

Fig. 3

Grande dalle du toit dans la tranchée BE15-112.

© M. Hense

24La décoration du temple n'a, semble-t-il, jamais été terminée car les faces du mur tournées vers l'intérieur de la salle ne portent pas de décoration. Si les travaux du xixe siècle ont été exhaustifs, les reliefs et les inscriptions ne se trouvent qu’à l'extérieur de l'entrée du bâtiment, sur la paroi interne à l'ouest de la salle et dans les salles 1 et 2.

25Il est maintenant évident que « l’avant-cour » était, en fait, une salle couverte de grandes dalles de pierre, d'environ 4,50 m de longueur, chacune d’un poids de plus de 4 500 kg (fig. 4). L'effondrement du toit de cette salle fut provoqué par combinaison de la mauvaise qualité d'une partie des pierres des murs et du poids des dalles du toit. Quelque temps après l'effondrement du toit, le temple a été remis en usage. Un muret a été construit au-dessus des gravats, dans l'entrée, très probablement du fait de la hausse du niveau du sol autour du temple (fig. 5).

Fig. 4

Fig. 4

Reconstruction du temple.

© M. Hense

Fig. 5

Fig. 5

Entrée du temple.

© S.E. Sidebotham

26Le remplissage derrière le muret contenait des tessons de poterie datant de la fin du iv- début du ve siècle après J.-C., ce qui signifie que le toit s’est effondré au début du ve siècle au plus tard. Il est peu probable que tout le toit se soit effondré en une seule fois et le processus conduisant à la destruction complète du toit d'une salle de ce type a pu durer plusieurs années.

27La couche de démolition du toit dans BE15-112 semble reposer sur une couche de sable épaisse de plus de 20 cm. Cela indique que le temple avait déjà été abandonné un certain temps avant l'effondrement du toit. Les fouilles de Bérénice ont montré que la ville a été, au mieux, peu peuplée du iiie au milieu du ive siècle après J.-C. Il est probable que le complexe du temple a été peu entretenu pendant cette période. Non seulement, cet abandon a conduit à la formation d'une couche de sable apporté par le vent dans le hall, mais le manque d'entretien s’est manifesté par la dégradation des couches de plâtre qui protégeaient les murs du temple. La pierre ainsi exposée au vent et à l'humidité s’est effritée et le toit s'est effondré au-dessus de la couche de sable qui recouvrait le sol.

28Le sommet du remplissage contre le muret de l'entrée contenait un groupe de petites coquilles de cauris. La poterie associée fournit une datation au cours du ve siècle. Ces coquillages ont été découverts à l'entrée de plusieurs sanctuaires tardifs de Bérénice. Cela implique que le temple fonctionnait encore comme sanctuaire au ve siècle après J.-C.

29Signalons aussi qu’entre les couches de démolition du toit ont été mis au jour la partie inférieure d'une stèle de la période romaine et un petit fragment de statue en bronze.

Tranchée BE15-111

30En 2015, un second sondage a été ouvert à l'est du temple, mettant au jour le terrain en face du bâtiment. Les couches supérieures du sondage contenaient des déblais jetés hors de la salle lors des fouilles Purdy de 1873. En plus des fragments architecturaux, cette couche contenait des objets laissés par les expéditions du xixe siècle, très probablement par celle de Purdy, notamment un fragment de porcelaine, le col d'une bouteille avec le bouchon encore en place et quelques boutons de cuivre.

31Lors du dégagement de la façade du temple, on a mis au jour des bas-reliefs immédiatement à gauche et à droite de l'entrée. La partie sud de l’encadrement de la porte comporte un relief représentant un roi, probablement face à un ou deux dieux. Derrière le roi se trouve une partie d'un grand hiéroglyphe. Directement sous ce relief, une bande de papyrus et de fleurs de lotus indique la base du mur. Sur le côté nord de l'entrée, on voit une figure de déesse, probablement Isis ou Hathor (fig. 6). À proximité, un fragment de revêtement de marbre était encore attaché au mur. De nombreux fragments de ces dalles de marbre poli, de belle qualité, trouvées près de la façade indiquent que le temple était assez richement décoré au début de la période romaine.

Fig. 6

Fig. 6

Isis ou Hathor représentés sur la porte du temple (photographie et illustration : M. Hense).

© M. Hense

  • 22 Ast, Bagnall 2015, p. 172.
  • 23 Ast, Bagnall 2015, p. 176.
  • 24 Ast, Bagnall 2015, p. 178. Voir Ast dans ce volume.

32Au sud de l'entrée, près du mur, les fouilles ont mis au jour un grand bloc de 1,04 m de hauteur, portant une inscription. Il était encore dans son emplacement d'origine, reposant sur un socle (fig. 7). Ce monument a été consacré à Isis en l'an 9 de l'empereur Claude (soit en 49 après J.-C.), à l'instigation d'Eirenaos, le secrétaire grec du receveur des taxes22. Isis est qualifiée dans cette inscription de « très grande déesse nourricière ». Il s'agit d'une référence à Isis allaitant son fils Horus-Harpocrate23. L'inscription était probablement gravée sur la base d'une statue ou d'un relief (peut-être dans un sanctuaire miniature) représentant Isis24.

Fig. 7

Fig. 7

L'inscription d’Eirenaos devant le temple.

© S.E. Sidebotham

  • 25 Ast, Bagnall 2015, p. 174. Voir Ast dans ce volume.

33Un bloc de plus de 70 cm de hauteur portant une inscription analogue, encore in situ, a été mis au jour, au nord de la cour devant le temple. Daté de l'an 15 de Trajan (112/113 après J.-C.), ce monument a été ordonné par Gaius Iulius Eucharistos, secrétaire du magasin des aromates, en l'honneur de Gaius Iulius Faustinus, « receveur de Bérénice »25. L'inscription semble indiquer que ce bloc était aussi la base d'une statue.

  • 26 Sidebotham 2007, pp. 127 et 129.

34En 2000, les fouilles d’une grande maison (BE00-37) située près du temple ont mis au jour une autre inscription d'un secrétaire du magasin. Ce monument avait été consacré à Isis par un interprète et secrétaire dont le nom est perdu, pendant le règne de Trajan26. Dans la même cour, ont été trouvées deux autres inscriptions dédiées à Zeus sous le règne de Néron. Plusieurs autres pierres, probablement aussi originaires du temple, ont été découvertes dans cette cour. Il semble que la cour du temple, et peut-être la salle effondrée, aient servi de carrière de pierres à la fin du ve ou vie siècle. Cependant, les débris accumulés devant le temple recelaient encore un nombre considérable de fragments d'inscriptions, dont au moins un appartenait à un monument comparable aux deux grandes inscriptions.

35Parmi ces niveaux de démolition, composés de blocs dont certains faisaient partie d'un mur du temple ou de la paroi de la cour, plusieurs agrafes en queue d'aronde en bois ont été découvertes. Ces agrafes en acacia sont en place dans les murs de la salle 3 et dans les murs de la façade du temple. En général, le bois était remarquablement conservé. Des parties de structures en bois trouvées dans les décombres dans la cour proviennent probablement de cadres de niches qui devaient être insérées dans les murs de la cour et devaient abriter des stèles.

36Les niveaux de démolition dans la cour ont livré des fragments de plusieurs autres objets : trois fragments d’un grand bassin d'offrande ; un relief représentant un cobra, en partie brisé par le poids des pierres accumulées au-dessus, qui devait avoir fait partie d'un relief beaucoup plus grand représentant au moins des cartouches d'un roi et près de la berme nord du sondage, une stèle, probablement ptolémaïque qui montre Isis, Osiris et Harpocrate devant Min. Ce monument avait été placé à l'origine dans la cour avant l'effondrement du toit de la salle.

37Ces découvertes prouvent que le temple fut un sanctuaire important durant les ier - iie siècles et au début du iiie siècle puisque des inscriptions à Septime Sévère et Caracalla ont été trouvées. Pendant cette période, des statues, des chapelles, des stèles et autres monuments se sont accumulés le long des murs de la cour devant le temple. Bien qu’appelé temple de Sérapis depuis le début du xixsiècle, les découvertes actuelles suggèrent que le temple était aussi dédié à Isis.

Décoration du plafond

38Un fragment de la décoration du plafond a été mis à jour en 2015 dans les débris dans la salle. La dalle de pierre est ornée d'un motif à étoiles, selon la tradition de décoration des plafonds de temple égyptiens (fig. 8). Wilkinson en a vu au moins deux fragments, un dans la pièce 1 et un autre dans la pièce 2. Il a effectué un croquis du deuxième fragment, qui montre le nom et les titres d'un empereur romain et le dessin d'un vautour. C'est la décoration typique de l'axe central du plafond du temple.

Fig. 8

Fig. 8

Dalle de plafond avec décoration d’étoiles.

© M. Hense

39Dans la salle 2, Wellsted dégagea plusieurs blocs de toit, découvrant ces dalles du plafond jamais vues depuis l'époque romaine. Sur plusieurs de ces dalles, les inscriptions hiéroglyphiques étaient, selon Wellsted, « dans un bel état de conservation ». Theodor Heugling vit un autre bloc avec des étoiles lors de sa visite à Bérénice en 1857. Ce fragment de plafond pourrait être l'un des blocs retirés de leur emplacement d'origine par Wellsted, une vingtaine d'années auparavant.

Date du temple

  • 27 Sidebotham 2007, pp. 54 et 56.

40Le grand temple de Bérénice est comparable au temple de Dabod, situé à quelques 21 km au sud d'Assouan. Ce temple ptolémaïque présente un plan plus proche de celui du temple Serapis de Bérénice que n'importe quel autre temple de l'époque romaine en Égypte. Nous avons vu qu’il y avait plusieurs phases de construction dans la salle 3 indiquant une origine préromaine du temple. Le sol du temple et de sa cour doit être situé à moins de quatre mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. Dans le sondage 10 voisin, exploré pendant les saisons 1996-2000, les couches ptolémaïques tardives se situent à une profondeur inférieure à quatre mètres au-dessus du niveau actuel de la mer27.

  • 28 Strack 1897, p. 257, n° 111. La stèle date probablement de la période 124-116 avant J.-C.

41En 1838, Wellsted a trouvé, dans la pièce 2, deux fragments d'une stèle portant une dédicace de Ptolémée VIII28. Comme aucune trace d’un sanctuaire ptolémaïque n'a été trouvée ailleurs dans Bérénice jusqu'à présent, l'emplacement original le plus probable de cette stèle est le grand temple.

Fragments de stèle du Moyen Empire

  • 29 Kaper, Hense, Geerts 2015, pp. 585-601.

42De façon inattendue, deux fragments appartenant à une stèle du Moyen Empire ont été trouvés dans une couche du ve siècle de notre ère, devant le temple (fig. 9). Un fragment porte le cartouche d'Amenemhat IV (vers 1786-1777 avant J.-C.) ; l'autre transcrit une partie des titres d'un fonctionnaire et mentionne la septième année. Étonnamment, un fragment trouvé par Belzoni en 1818 faisait partie de la même stèle29.

Fig. 9

Fig. 9

Deux fragments d'une stèle du Moyen Empire.

© S.E. Sidebotham

43Jusqu'à récemment, l'emplacement exact des fouilles de Belzoni n'était pas clair. Bien que Belzoni ait indiqué que le trou fait par Moussa était situé dans la cella, Wilkinson a signalé en 1826 avoir trouvé des traces d'une fouille antérieure dans le coin nord-est de la pièce 1. Grâce aux fouilles récentes, la fouille de Belzoni peut maintenant être localisée près de la paroi nord de la pièce 2, à l’ouest de l'entrée de la salle 3. Belzoni décrit la découverte de la moitié supérieure de l'entrée d'une pièce intérieure du temple. Comme l'entrée de la salle 1 était déjà très endommagée pendant la période romaine, la seule possibilité est qu’il s’agisse de l'entrée de la salle 3, encore intacte en 2011. Comme le mur oriental à droite de cette porte est trop étroit pour les deux scènes dont Belzoni donne un croquis, il ne peut s’agir que du relief du mur nord, directement à l'ouest de la porte.

44La présence de cette stèle ancienne dans le temple pourrait s'expliquer par le fait qu'elle aurait été trouvée pendant la période romaine sur un site voisin et transporté au temple. Cependant, dans un rayon de 200 km, aucun site du Moyen Empire n'est connu. Cela suggère qu’il existait dans ou près de Bérénice une rade ou un poste de commerce du Moyen-Empire, établi comme point d’appui pour les expéditions à Punt, vers le Sud.

  • 30 Mahfouz 2010, p. 169 ; Mahfouz 2012, pp. 122-123. En 2005–2006, les restes d’une série de boites de (...)
  • 31 Kaper, Hense, Geerts 2015, pp. 600-601.

45En 2007, deux boîtes en bois ont été trouvées au wâdi Gawasis, situé à 330 km au nord de Bérénice30. Le texte hiéroglyphique inscrit sur les boîtes mentionne une expédition revenant de Punt au cours de la huitième année du règne d'Amenemhat IV. Il est ainsi possible que, pendant le voyage d’aller ou lors des préparations de l'expédition de la huitième année, une halte sur le chemin de Punt a été fondée ou remise en service ; au cours de cette opération, la stèle aurait été consacrée. La présence de cette stèle du Moyen Empire dans ce temple d’époque tardive suggère que ce monument déjà ancien était fort apprécié, soit pour sa signification religieuse, soit pour le prestige qu'il conférait au sanctuaire31.

Chronologie

46Les indices apportés par les fouilles, jusqu'à présent, suggèrent une chronologie courte pour le temple. La première phase de construction (comprenant le noyau du bâtiment sans la grande salle) a probablement été réalisée au cours du iiie siècle avant J.-C. Au début de la période romaine, au plus tard, la grande salle est ajoutée, donnant au bâtiment sa forme finale. Pendant le règne de Tibère, les premiers reliefs furent sculptés.

47Au cours des ier et iie siècles après J.-C., le temple comportait une cour bordée de monuments, parmi lesquelles les statues érigées par les secrétaires et les stèles du Moyen Empire, de l’époque ptolémaïque et de la période romaine. Les blocs réutilisés dans une maison voisine le long du decumanus de la ville en même temps que les inscriptions du temple lui-même indiquent une période d'activité qui a duré au moins jusqu’au début du iiie siècle après J.-C.

  • 32 Sidebotham 2007, pp. 74-75.

48Une quantité importante de poivre a été stockée dans de grands pots, enterré au ier siècle après J.-C. dans une cour localisée directement au nord du temple. Ces jarres de stockage fabriquées en Inde ont été découvertes en 1999 ; l'une d'elles contenait encore plus de 7,5 kg de grains de poivre noir, la plus grande quantité jamais trouvée dans l'Empire romain32. Si l’on admet que cette zone faisait partie du complexe sacré, on peut en déduire que le temple était utilisé comme un endroit sûr pour stocker des biens commerciaux précieux, et/ou que le sanctuaire était lui-même un acteur du commerce international à cette époque.

49Entre la fin du iiie et jusqu'au milieu du ive siècle après J.-C., Bérénice connut une période de déclin et le toit de la salle du temple s’effondra. Au cours du ve siècle, le temple, bien qu’endommagé servit à nouveau comme sanctuaire, comme l’indiquent les coquilles de cauris trouvées dans une couche de cette époque, près de l'entrée. À la fin du ve siècle, le bâtiment fut désaffecté et servit de carrière de pierre pour les maisons voisines, situées le long de la rue principale immédiatement à l'est du temple. À la fin du ve ou au début du visiècle, les pièces du temple furent utilisées comme habitation : des murs en blocs de corail furent construits sur le toit. Pendant cette phase, un trou fût foré dans le toit du couloir, peut-être parce que les entrées des pièces intérieures étaient bouchées par des gravats et du sable apporté par le vent. Après l'abandon de Bérénice au cours du vie siècle, le sable éolien a recouvert rapidement les parties restantes du temple.

Conclusion

50Les longs murs vus par Belzoni et Wilkinson, qui s'étendent au-delà de la façade du bâtiment sont probablement les murs d’une cour, ce qui semble être confirmé par le relevé géomagnétique en cours de réalisation à Bérénice. Les prospections géophysiques réalisées sous la direction de Thomasz Herbich ont abouti à une carte qui détaille de la zone du temple. Sur le plan géomagnétique, les murs d'au moins deux cours sont visibles à l'est du temple. La zone autour du temple et les cours sont recouvertes par des bâtiments de l’Antiquité tardive : cela nous empêche, pour le moment, de vérifier s'ils s'y trouvaient les ateliers et des entrepôts qui devaient être localisés aux abords du temple.

51Bien que plusieurs fouilles aient été réalisées au xixe siècle, dans le Grand Temple de Bérénice, les recherches récentes prouvent que le temple et ses environs immédiats recèlent encore une mine d'informations archéologiques.

Bibliographie

 

Ast R. and Bagnall R.S., « The Receivers of Berenike: New Inscriptions from the 2015 Season », Chiron, Mitteilungen der Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik des Deutschen Archäologischen Instituts 45, 2015, 169-183.

Bard K.A., Fatovich R. and Manzo A., « The ancient harbor at Mersa/Wâdi Gawasis and how to get there: New evidence of Pharaonic seafaring expeditions in the Red Sea », in F. Förster and H. Riemer (éds), Desert Road Archaeology, in Ancient Egypt and beyond. Cologne, 2013, 533-556.

Barth H., « Reise von Assuan über Berenike nach Kosser im October und November 1846 », Zeitschrift für Erdkunde, 1859, 1-31.

Belzoni G.B., Narrative of the operations and recent discoveries within the pyramids, temples, tombs, and excavations, in Egypt and Nubia: and of a journey to the coast of the Red Sea, in search of the ancient Berenice, and another to the oasis of Jupiter Ammon, 3e édition, Londres, 1821.

Bent J.T., Southern Arabia, Londres, 1900.

Daressy M.G., « Bérénice et El Abraq », Annales du Service des Antiquités de l’Égypte 22, 1922, 169-184.

Floyer E.A., Étude sur le nord-etbai entre le Nil et la mer rouge, Le Caire, 1893.

Golénischeff W., « Une excursion a Bérénice », Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l’archéologie égyptienne et assyrienne : pour servir de bulletin à la Mission Française du Caire, 13 (http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1890), 1890, 75-96.

Heuglin T., « Reise in Nordost-Afrika und längs des Rothen Meeres im Jahre 1857 », Petermanns Geographische Mitteilungen, vol. 6, 1860, 325-358.

Kaper O.E., Hense M., « A stela of Amenemhet IV from the main temple at Berenike », Bibliotheca Orientalis 5-6, 2015, 585-601.

Mahfouz E.S., « Amenemhat IV au ouadi Gaouasis », BIFAO 110, 2010, 165-173.

Mahfouz E.S., « New epigraphic material from Wâdi Gawasis », in P. Tallet et E.-S. Mahfouz (éds), The Red Sea in Pharaonic Times, recent discoveries along the Red Sea Coast, Proceedings of the Colloqium hel in Cairo/Ayn Soukhna. 2012, 117-132.

Meredith D., « Berenice Troglodytica », Journal of Egyptian Archaeology 43, 1957, 56–70.

Purdy E.S., Une Reconnaissance entre Bérénice et Berber : Expédition Purdy-Colston, BskGÉ, 2nd ser., 8, 1886, 431-445.

Schweinfurth G.A., Auf unbetretenen Wegen in Aegypten, Hambourg, 1922.

Sidebotham S.E., « Excavations », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds), Berenike 1999/2000: Report on the Excavations at Berenike, including excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, 2007.

Wellsted J.R., « Notices on the Ruins of Berenice », Journal of the Royal Geographical Society of London vol. 6, 1836, 96-100.

Notes

1 Le projet de recherche sur le « Temple de Bérénice » fait partie intégrante du projet « Bérénice ». Cf. Sidebotham dans ce volume.

2 Belzoni 1821, p. 330.

3 Belzoni 1821, p. 331

4 Belzoni 1821, p. 332.

5 Wilkinson, MS. XXXVIII, 92 ; Meredith 1957, pp. 61-62.

6 British Museum, BM pas. EA135, peut-être d’origine ptolémaïque. Un dessin paru dans Hense 2012, p. 92 fig. 5.

7 Meredith 1957, p. 69.

8 Wellsted 1836, p. 98.

9 Barth 1859, p. 16.

10 Probablement détruites par des constructions du xxe siècle.

11 Heuglin 1860, p. 333.

12 Schweinfurth 1922, p. 132.

13 Purdy 1886, pp. 431-445.

14 Daressy 1922, p. 170.

15 Golenischeff 1890, Pl. V.

16 Golenischeff 1890, Pl. V.

17 Bent 1900, p. 296.

18 Daressy 1922, p. 170.

19 Meredith 1957, pp. 59-60.

20 Dirigé par S.E. Sidebotham (University of Delaware) et W.Z. Wendrich (University of Leiden) et H.M. Nouwens (1994-2001), et depuis 2007 par S.E. Sidebotham et I. Zych (Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw).

21 Les fouilles du « Berenike Temple Project », recherche dépendante du « Berenike Project », sont effectuées par une équipe hollando-suédoise dirigée par S. Kluitenberg et M. Hense.

22 Ast, Bagnall 2015, p. 172.

23 Ast, Bagnall 2015, p. 176.

24 Ast, Bagnall 2015, p. 178. Voir Ast dans ce volume.

25 Ast, Bagnall 2015, p. 174. Voir Ast dans ce volume.

26 Sidebotham 2007, pp. 127 et 129.

27 Sidebotham 2007, pp. 54 et 56.

28 Strack 1897, p. 257, n° 111. La stèle date probablement de la période 124-116 avant J.-C.

29 Kaper, Hense, Geerts 2015, pp. 585-601.

30 Mahfouz 2010, p. 169 ; Mahfouz 2012, pp. 122-123. En 2005–2006, les restes d’une série de boites de transport en bois ont été découvertes : Bard, Fatovich, Manzo, 2013, pp. 539-540 ; p. 542; pp. 546-547, fig. 12.

31 Kaper, Hense, Geerts 2015, pp. 600-601.

32 Sidebotham 2007, pp. 74-75.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan du temple, basé sur les résultats de la campagne 2015 et les recherches antérieures. Les petits plans se fondent sur les dessins de Belzoni (1a : d’après Belzoni 1822, Pl. 32) et de Wilkinson (1b : d’après les papiers de John Gardner Wilkinson à l'abbaye de Calke, Bodleian Library, Oxford : XLV D.11).
Crédits © M. Hense
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2
Légende Aperçu des fouilles de 2015.
Crédits © S.E. Sidebotham
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 3
Légende Grande dalle du toit dans la tranchée BE15-112.
Crédits © M. Hense
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 4
Légende Reconstruction du temple.
Crédits © M. Hense
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 5
Légende Entrée du temple.
Crédits © S.E. Sidebotham
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 6
Légende Isis ou Hathor représentés sur la porte du temple (photographie et illustration : M. Hense).
Crédits © M. Hense
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 7
Légende L'inscription d’Eirenaos devant le temple.
Crédits © S.E. Sidebotham
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 8
Légende Dalle de plafond avec décoration d’étoiles.
Crédits © M. Hense
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 9
Légende Deux fragments d'une stèle du Moyen Empire.
Crédits © S.E. Sidebotham
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5146/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

Auteur

Archéologue

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter