Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Les fouilles archéologiques de Bérénice 1994-2015

Steven E. Sidebotham

Texte intégral

  • 1 Pour un résumé des fouilles jusqu’à 2009-2010 voir Sidebotham 2011 ; Sidebotham et Zych 2011 et Sid (...)
  • 2 Hense, Kaper et Geerts 2015 pour les stèles de Bérénice ; Bard et Fattovich 2007, 2011, 2013 rappor (...)

1Quinze saisons de sondages et de fouilles (1994-2001 et 2009-2015) et une semaine de prospections (2008) à Bérénice (fig. 1) ont apporté une abondante documentation sur cet emporium égyptien sur la mer Rouge qui a fonctionné pendant environ 800 ans1. Fondée par Ptolémée II Philadelphe vers 275 avant J.-C., la ville de Bérénice, située à environ 825 km au sud-est de Suez et 260 km à l’est d’Assouan, a été occupée jusqu’à son abandon final sans violence, quelque années avant le milieu du vie siècle après J.-C. La découverte récente de deux fragments de stèle du Moyen-Empire suggère cependant l’existence, quelque 1500 ans avant la fondation ptolémaïque, d’un mouillage ou d’un petit port destiné à faciliter les communications entre la côte égyptienne de la mer Rouge – en particulier le port de Saww dans le Wâdi Gawasis au Moyen Empire – et le Pays de Punt2.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation de Bérénice et de ses environs. Dessin de M. Hense.

© M. Hense

2Le rôle que Bérénice a joué dans les échanges commerciaux et culturels, internationaux, régionaux et locaux a été important pendant la plus grande partie de son histoire. Ce bref aperçu aborde les activités du port en abordant successivement dix thèmes au travers des données tirées de l’étude de l’architecture, des artefacts et des écofacts mis au jour lors des fouilles.

1. Installations hydrauliques

1.1. Époque ptolémaïque (fig. 2)

3Un puits profond, de section rectangulaire, taillé artificiellement dans le roc derrière une portion de la muraille ouest de la ville ptolémaïque donne accès à cinq tunnels. Quatre – deux se dirigeant vers le nord et deux creusés vers le sud – n’ont pas été terminés et leur but reste inconnu. Un cinquième, partant du côté est du puits, est un tunnel étroit, long d’au moins 6-7 mètres, clairement de nature hydraulique.

Fig. 2

Fig. 2

Plan de Bérénice : Installations hydrauliques ptolémaïques. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 3 Sidebotham 2007, pp. 31, 32, 35-36.
  • 4 Sidebotham 2007, p. 35.

4Les fouilles n’ont trouvé qu’une seule autre installation hydraulique ptolémaïque : l’angle d’une citerne dans la « zone artisanale »3 qui se trouvait au sud/sud-ouest du puits donnant accès aux cinq tunnels. Cette citerne a sans aucun doute fourni de l’eau pour des activités métallurgiques qui avaient lieu dans le voisinage. Cette partie de la citerne a livré le squelette d’un individu adulte (sexe inconnu) déposé après que l’installation ait cessé de fonctionner (voir ci-dessous). La découverte de 95 kg de plomb dans la tranchée où se trouvait cette partie de la citerne indique un travail métallurgique intensif dans ce secteur4.

1.2. Époque romaine (fig. 3)

5On connaît des installations hydrauliques et des traces d’activités liées à l’eau datant du Haut Empire, mais aucune entre la fin du iie siècle et le ive siècle, ni durant l’Antiquité tardive.

Fig. 3

Fig. 3

Plan de Bérénice : Installations hydrauliques romaines. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 5 Sidebotham et Zych 2016, pp. 21-24.

6Ces installations hydrauliques incluent le puits et les cinq tunnels situés près des remparts de la ville ptolémaïque déjà mentionnés (voir infra). À l’époque romaine sont construits en plus une citerne quadrangulaire aux murs enduits et un tuyau fait de bords et des cols de deux amphores tête-bêche5. Ce tuyau est relié à plusieurs caniveaux peu profonds, enduits de mortier. Toutefois, on ne sait pas si ces vestiges indiquent une utilisation ininterrompue de ces installations hydrauliques depuis l’époque lagide dans cette partie du site.

  • 6 Pfeiffer 2008, p. 393.

7Une structure carrée enfouie dans le port sud-ouest (voir infra) était probablement fonctionnellement et chronologiquement liée au Grand Temple (voir infra) car les matériaux (pierres de taille en gypse blanc) et les méthodes de construction (utilisant en partie des agrafes en bois) sont identiques. Cette structure enterrée pourrait avoir servi de nilomètre à échelle réduite et serait aussi une version de grandes dimensions des bassins lustraux miniatures dotés de marches que l’on trouve ailleurs sur le site dans des contextes religieux. Ces installations sont souvent étroitement associées à Sérapis aux époques hellénistique et romaine en Égypte6. Son emplacement dans la zone portuaire près du temple romain tardif (voir infra), qui pourrait également avoir été, en partie, dédié à Sérapis, et la présence d’orifices au bas de la face interne du mur sud de cette structure enterrée, indiquent qu’elle a pu servir à mesurer les marées entendues comme des représentations symboliques de la crue et de la décrue du Nil, analogues donc aux calculs faits par les nilomètres traditionnels. Cependant, l’examen détaillé des parois intérieures de cette structure ne révèle aucun indice montrant qu’elle a eu une fonction lustrale ou hydraulique. Les blocs de grand appareil ne comportent aucune trace de mortier hydraulique, ce qui est du reste le cas de nombreux autres nilomètres.

  • 7 Ast et Bagnall 2011, 2016.

8Les plus anciennes archives sur ostraca, datant du ier siècle, trouvées dans le dépotoir du Haut-Empire en 2009 et 2010, évoquent le contrôle de l’armée romaine sur l’approvisionnement en eau potable et sur la distribution de l’eau dans la ville7. Ces textes, ipso facto, assurent l’existence, dans la ville, d’installations hydrauliques qui n’ont pas encore été découvertes par les fouilles.

  • 8 Sidebotham 2007, pp. 43, 59-60, 76, 77, 164 ; Sidebotham 2011, pp. 81, 118 ; Sidebotham et Zych 201 (...)

9Un certain nombre de briques, dont certaines recouvertes de mortier ou de plâtre, ont été retrouvées dans diverses parties du site8. Ces briques ont été utilisées partout ailleurs dans le désert Oriental pour recouvrir intérieurement les installations hydrauliques ; leur usage est probablement identique à Bérénice. Ainsi, ces briques sont une preuve indirecte qu’une ou plusieurs installations hydrauliques, probablement romaines, ont existé quelque part dans la ville.

  • 9 Nicholson 2000, pp. 203-205.

10La découverte de fragments de flacons à parfum en verre datés des ier siècle- ive siècle après J.-C.9 indique également l’existence, quelque part dans la ville, d’un ou plusieurs établissements de bains de l’époque romaine.

  • 10 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 90-91 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 38-39 ; Bagnall, Jac (...)
  • 11 Sidebotham 1995, pp. 87-91 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 37 ; Haeckl 2007.
  • 12 Sidebotham 1995, pp. 91-93 ; Sidebotham et Zitterkopf 1996, pp. 384-391 ; Sidebotham et Wendrich 19 (...)
  • 13 Sidebotham 2011, p. 66 en général ; passim pour les détails et la bibliographie.

11Trois praesidia construits durant le Haut-Empire au nord-ouest et à l’ouest/sud-ouest de Bérénice, ont dû fournir au moins une partie de l’eau potable nécessaire à la ville. Le premier est localisé à Siket, à environ 7 km à l’ouest-nord-ouest de Bérénice10. Un autre praesidium, plus petit, est localisé dans le Wâdi Kalalat (à environ 7 km sud-ouest de Bérénice)11 et un grand praesidium se trouve aussi dans le Wâdi Kalalat (à environ 8,4 km au sud-ouest Bérénice)12. En plus de fournir une partie de l’eau potable de Bérénice, ces trois forts, ainsi que sept autres, ont formé un cercle de défense de la ville partant du fort situé sur la colline de Shenshef à environ 21,4 km en ligne droite au sud-ouest de Bérénice et aboutissant à la petite implantation militaire du Wâdi Lahami à environ 30,37 km à vol d’oiseau au nord-ouest de la ville portuaire13.

2. Présence militaire

2.1. Époque ptolémaïque (fig. 4)

  • 14 Sidebotham et Zych 2012, pp. 31-32.

12Des traces de la présence de l’armée ptolémaïque sont apparues dans trois zones du site, sous la forme d’une tour de l’enceinte défensive, largement spoliée postérieurement14, d’une courte section des remparts, elle aussi spoliée, et d’une brève portion de la muraille plus ou moins intacte. Ces structures, datées de la première moitié de l’époque ptolémaïque (du deuxième quart ou du milieu du iiie siècle avant J.-C.), sont, mis à part les enceintes d’Alexandrie et du fort de Bi’r Samut, les seules fortifications ptolémaïques archéologiquement connues en Égypte. La récupération des blocs de portions entières des fortifications ptolémaïques semble avoir eu lieu au cours de la période augustéenne (30 avant J.-C. - 14 après J.-C.), indiquant que les Romains se sentaient suffisamment en sécurité pour démanteler, au moins en partie, les défenses établies par leurs prédécesseurs. Sans doute les habitants de l’époque romaine ont-ils réutilisé une grande partie de ces pierres dans d’autres constructions de Bérénice.

Fig. 4

Fig. 4

Plan de Bérénice : Installations militaires ptolémaïques. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

 2.2. Époque romaine (fig. 5) 

13Les dégagements dans les trois zones indiquées ci-dessus indiquent que les défenses urbaines de la Bérénice ptolémaïque furent, dans certains cas, démantelées à l’époque augustéenne, ou au moins négligées et abandonnées. Elles ne furent apparemment jamais remplacées par la suite, les Romains estimant probablement que Bérénice était en sécurité et n’avait pas besoin des remparts.

Fig. 5

Fig. 5

Plan de Bérénice : Indications de la présence de l'armée romaine. Drawing by Berenike Project.

© Berenike Project

  • 15 Sidebotham 2011, p. 76.
  • 16 Hayes 1996, pp 149-150, 154 (Tableau 6-8, en haut), 155 (Tableau 6-9), 166, 168-169. Sidebotham, He (...)
  • 17 Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, Pl. 15.4 ; Sidebotham, Wendrich 2001-2002, pp. 26-27 ; Sidebotham (...)
  • 18 Hense 2007, pp. 218-219.

14Néanmoins, la présence militaire romaine à Bérénice transparait dans les restes d’animaux consommés sur le site. De notables quantités d’os de porc apparaissent dans les premiers contextes romains. Le porc était un élément important de la diète militaire15. Des tessons de vases en terre sigillée, bols, plats et autres formes ouvertes16 ainsi qu’un fragment de statuette en terre cuite représentant un soldat auxiliaire17 pourraient provenir des bagages personnels des soldats romains stationnés dans le port. La découverte, dans les premiers niveaux d’occupation romains, d’armes de fer, incluant un certain nombre de pointes de flèches et d’une pointe de lance en bronze, sont d’autres témoignages de la présence de l’armée à Bérénice18.

  • 19 Ast, Bagnall 2011, 2016.
  • 20 Bagnall, Helms, Verhoogt 2000, pp. 80-81 (sous le titre « 4 Official et military terms et titles ») (...)

15L’ostracon signalé ci-dessus à propos du contrôle de l’armée sur l’approvisionnement en eau de la ville assure aussi que l’armée romaine était présente dans la ville au ier siècle après J.-C.19, ce qui est corroboré par les papyrus et les ostraca qui mentionnent des soldats, des officiers et des cohortes stationnées dans la ville à cette époque20.

  • 21 Sidebotham, Wendrich 1998, p. 92 ; Sidebotham 2011, p. 66 et passim pour la bibliographie.

16L’existence de dix installations fortifiées couvrant le territoire du sud-ouest au nord-ouest de la ville (mentionnées supra) indique la présence de militaires qui gardaient les abords de Bérénice21. Une partie au moins des garnisons établies dans ces forts peut avoir été tirée d’une ou plusieurs unités stationnées à Bérénice à cette époque. Les soldats détachés à la garde de ces forts périphériques auraient été tirés par rotation de la garnison du port.

  • 22 Sidebotham 1996, pp. 81-93 ; Sidebotham 1998, pp. 20-45 ; Sidebotham 1999, pp. 57-80 ; Sidebotham 2 (...)
  • 23 Sidebotham 1996, pp. 81-93 ; Sidebotham 1998, pp. 20-45 ; Sidebotham 1999, pp. 57-80 ; Sidebotham 2 (...)
  • 24 Dijkstra et Verhoogt 1999 ; Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 93-94 ; Sidebotham 2011, pp. 64-66, 84 (...)

17La présence militaire romaine à la fin du iie et au début du iiie siècle est prouvée par les documents découverts dans ce que l’on appelle le « Sanctuaire des Palmyréniens »22. Les fouilles y ont mis au jour deux inscriptions dédicatoires. L’une, datée du 8 septembre 215, est inscrite en grec sur la base d’une statue de pierre consacrée par un archer palmyrénien nommé Marcus Aurelius Mokimos au culte impérial de Caracalla et Julia Domna23. La seconde est un texte bilingue en palmyrénien et en grec, gravé sur la pierre. Il est dédié à la divinité palmyrénienne Hiérobol/Yarhibôl et mentionne Valerius Germanon, chiliarque de l’ala Heracliana à une époque comprise entre 180/185 et 212 après J.-C.24 Les deux textes assurent la présence à Bérénice d’au moins une unité auxiliaire montée à Bérénice à ce moment-là.

3. Sanctuaires

3.1. Époque ptolémaïque (fig. 6)

  • 25 Sidebotham 2007, p. 41 ; Hense 2007, p. 217.
  • 26 Sidebotham et Zych 2012, p. 40 ; Sidebotham 2014, p. 619 ; Sidebotham 2015, p. 342.

18Peu d’activités religieuses sont décelables dans la Bérénice ptolémaïque. La zone industrielle ptolémaïque a livré quelques petits objets dont une porte de temple miniature en bronze25 et le dépotoir ptolémaïque, deux scarabées, dont l’un, cassé, portait le cartouche du pharaon Siamon de la 21e dynastie (il régna aux environs de 986-967 avant J.-C.)26

Fig. 6

Fig. 6

Plan de Bérénice : Indication de l'activité religieuse ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 27 Meredith 1957 ; Sidebotham 2011, pp. 16-18 ; Hense, Kaper et Geerts 2015, pp. 585-586.
  • 28 Meredith 1957, p. 69 commet l’erreur d’attribuer cette inscription à Ptolémée VII. Voir Hense dans (...)
  • 29 cf. Hölbl 2000 , pp. 18-20, 26, 27 ; Hölbl 2001 , pp. 257-271.
  • 30 Sidebotham 2011 , pp. 32-67.

19La construction du temple identifié comme un temple de Sérapis par les explorateurs européens du xixe siècle et que nous avons renommés Grand Temple27, remonte probablement à l’époque ptolémaïque : une inscription fragmentaire de Ptolémée VIII (qui régna de 169 à 116 avant J.-C.) a été trouvé à l’intérieur du bâtiment28. Cette date n’est-être pas un hasard : les règnes de Ptolémée VI à VIII (180-116 avant J.-C.) virent des constructions intensives de temples dans toute l’Égypte29. Le texte de Ptolémée VIII peut fournir une date précise pour la fondation de ce temple. Strabon (Géographie 2.3.4) signale – d’après Poseidonios – que, vers la fin de son règne, Ptolémée VIII parraina Eudoxe de Cyzique pour son exploration en mer Rouge et dans l’océan Indien. La découverte d’une inscription de ce monarque à Bérénice n’est donc pas surprenante, mais corrobore les indications des sources littéraires au sujet de l’intérêt officiel porté à la mer Rouge et à l’océan Indien à cette époque30.

  • 31 Meredith 1957.
  • 32 Sidebotham et Zych 2010, pp. 16-17 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 36-37 ; Sidebotham 2014), pp. 609 (...)
  • 33 Sidebotham et Zych 2012, pp. 36-37 ; Sidebotham 2014, p. 609.

20Malgré cette inscription, les fouilles menées par notre équipe montrent que l’activité s’accrut dans le Grand Temple au début de la période romaine. Les cartouches sur les murs du temple observés par les premiers visiteurs européens confirment cette datation31. La structure enterrée située dans le port sud-ouest (voir supra) et adjacente au temple romain tardif utilise les mêmes blocs de gypse/anhydrite et des techniques de construction similaires à celles utilisées dans le Grand Temple32. Elle peut également être d’origine ptolémaïque, mais comme le Grand Temple, cette structure en creux continua d’être utilisée à l’époque romaine. Des objets datés du ier au ive siècle, dont des grains de poivre noir, des briques cuites, des fragments de briques, des fragments de coquilles d’œufs d’autruche peints, des statues en bronze, y compris des inserts en os et une inscription dédiée à Domitien ont été jetés à l’intérieur de cette structure énigmatique33. Les objets découverts suggèrent que la fonction première avait cessé, au moins dans sa forme originelle au ive siècle après J.-C. ou peut-être plus tôt.

3.2. Époque romaine (fig. 7)

21Un certain nombre d’installations et d’objets religieux d’époque romaine ont été trouvés à Bérénice. Parmi celles-ci, le Grand Temple et la structure enterrée mentionnée ci-dessus. Le premier a certainement été utilisé du début de la période romaine à l’époque médio-romaine et le second a dû avoir la même durée d’utilisation. On a des indices archéologiques de la poursuite du culte, du moins dans certaines parties du Grand Temple, durant l’Antiquité tardive, aux ive et peut-être au ve siècle de notre ère.

Fig. 7

Fig. 7

Plan de Bérénice : Indications de l'activité religieuse romaine. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 34 Sidebotham 2011, pp. 64-66, 84-86, 226-227, 230, 259-260, 264-268 ; Sidebotham 2014, pp. 611-613.
  • 35 Sidebotham et Zych 2010, pp. 15-19 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 33-36 ; Sidebotham 2014), pp. 602 (...)
  • 36 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 94-95 ; Sidebotham 2000, pp. 134-144 ; Sidebotham et Wendrich 2001 (...)

22Le temple que l’on appelle « Sanctuaire des Palmyréniens », discuté ci-dessus, est daté de la phase romaine médiane-tardive34. Des ive-ve siècles et, moins probablement, du vie siècle date le temple tardif du port tardif. Il abritait plusieurs cultes : à Bès, à Isis, à une divinité sud-arabique ; des liens avec la Nubie et Méroë sont attestés35. Dans le Sanctuaire du Nord, qui était contemporain et similaire en taille et en plan au temple tardif du port romain, la divinité ou les divinités adorées ne peuvent pas être déterminées avec certitude, mais certains indices suggèrent Isis36.

  • 37 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 87-88 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 32-35 ; Sidebotham 2 (...)

23Enfin, à l’extrémité orientale du site, un grand complexe ecclésiastique chrétien édifié au ve siècle, comprenait une église sur le côté sud37. L’orientation de l’église et le mobilier qui comprenait un certain nombre de lampes et des fragments d’une lampe huile en terre cuite et en métal, toutes ornées de symboles chrétiens, identifient sûrement ce complexe comme chrétien.

  • 38 Sidebotham 2000, p. 60 ; Sidebotham 2011, p. 84 ; Sidebotham 2014, pp. 612-613.
  • 39 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 27 et fig. 7 ; Sidebotham 2007, pp. 45-46 ; Sidebotham 2011, p (...)
  • 40 Haeckl 1999.
  • 41 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 32 ; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 21-22 (nos. 11 (...)

24Un certain nombre d’inscriptions, de statuettes et d’autres objets donnent d’autres indications sur les pratiques religieuses : une petite tête de pierre de Harpocrate trouvée dans le sanctuaire des Palmyréniens38, une figurine en pierre d’Aphrodite découverte brisée dans le petit dépotoir romain39 et un couvercle d’une pyxis en bois représentant Aphrodite Anadyomène debout à l’intérieur d’un temple de style gréco-égyptien, datant des environs de 400 après J.-C.40. Ce couvercle a été mis au jour dans un sondage ouvert immédiatement au nord du Grand Temple. Des inscriptions proviennent de zones hors des temples ou des contextes religieux : il s’agit de trois inscriptions découvertes dans la cour d’une maison du quartier résidentiel et commercial de l’Antiquité tardive. L’une porte une dédicace à Isis faite par un interprète et secrétaire vers la fin du règne de Trajan. Les deux autres, qui se répètent, furent consacrées à Zeus par une femme nommée Philotera pendant le règne de Néron41. Ces trois inscriptions peuvent très bien avoir été récupérées dans le Grand Temple situé à seulement une cinquantaine de mètres à l’ouest. Les blocs étaient probablement destinés à un remploi dans un ou plusieurs édifices, quelque part dans le quartier commercial et résidentiel de l’Antiquité tardive (voir infra).

25L’éventail des divinités vénérées à Bérénice, surtout à la fin de l’époque romaine, et le nombre de sanctuaires abritant plusieurs cultes montrent que la population de l’emporium tolérait en général les traditions religieuses de chaque habitant.

4. Sépultures

4.1. Époque romaine (fig. 8)

  • 42 Sidebotham et Zych 2016 forthcoming.

26La plupart, sinon la totalité, des ossements humains datés, découverts à Bérénice et dans ses environs, remontent à l’époque romaine. Trois squelettes datant des débuts de la période romaine ont été mis au jour dans la zone des installations hydrauliques associées aux cols d’amphores précités. Deux d’entre eux étaient des individus mâles adultes. L’un avait un anneau de fer à sa main gauche tandis que le second, plus âgé, portait un certain nombre de perles et un anneau de fer. Le troisième squelette appartenait à une femme de grande taille dont la tête avait été recouverte d’une panse d’amphore42.

Fig. 8

Fig. 8

Plan de Bérénice : Indications de restes humains de la période romaine. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 43 Barnard 1998, pp. 92, 94 ; Sidebotham 1998, pp. 79-96 ; Sidebotham 2014, p. 622.

27Les fouilles ont aussi découvert le squelette d’un homme âgé de 30 à 40 ans dans une structure hypothétiquement identifiée comme un phare, située dans la partie sud-est de la ville et datée du ive siècle après J.-C.43

  • 44 Sidebotham 1998, p. 51 ; Barnard 1998, pp. 390, 395-396.

28Les restes d’un enfant de sexe indéterminé, mort en bas-âge, avaient été jetés dans une couche du ier ou iie siècle après J.-C.44 dans un bâtiment public à fonction indéterminée ; il n’avait manifestement pas été enterré rituellement.

  • 45 Sidebotham et Zych 2016, pp. 25, 26 (Figs. 48-49).

29Au nord-ouest de Bérénice, aux abords de la ville antique occupés par des casemates modernes de l’armée égyptienne maintenant abandonnées, se trouvent des tombes recouvertes d’un anneau ou d’un cairn de pierres et datables de la période romaine initiale et médiane (ier au iiie siècle après J.-C.). La datation est fournie par les objets associés, principalement de la céramique, mais aussi un petit anneau portant une intaille représentant une figure d’Eros trayant une chèvre45.

  • 46 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 35 ; Sidebotham 2011, p. 263 ; Sidebotham 2014, pp. 623-624.

30Une véritable nécropole était située le long de la route sortant de la ville au nord-ouest, vers la vallée du Nil. Durant l’Antiquité tardive, cette nécropole présentait deux types de sépultures : des cistes et des tombes plus élaborées, construites en blocs de corail et contenant des cercueils de bois dont seuls de minuscules fragments ont subsisté après des pillages survenus à une époque indéterminée. Les tombes à ciste contenaient les restes d’un adolescent et le squelette d’une fille de deux ans portant des perles et recouvertes de portions d’un linceul. Les sépultures plus élaborées, complètement pillées, contenaient les os épars d’adultes, quelques petits fragments de bois et de clous de cercueil, mais aucun mobilier funéraire. Nos travaux n’ont pas pu déterminer si les deux types de sépultures reflétaient des différences d’âge, de statut socio-économique, d’origine ethnique ou une combinaison de ces facteurs46.

  • 47 Sidebotham 2011, pp. 263-264 ; Sidebotham 2014, p. 622.

31À l’ouest et au sud-ouest de Bérénice, entre la ville et les installations hydrauliques du Wâdi Kalalat déjà mentionnées, au moins 640 tombes circulaires (« ring-cairn tombs ») de pierres datent principalement de l’Antiquité tardive, à en juger par la céramique trouvée alentour. La plupart de ces sépultures ont été violées à une période indéterminée47.

4.2. Époque indéterminée (fig. 9) 

  • 48 Sidebotham 2014, p. 623.
  • 49 Sidebotham 2014, p. 623.
  • 50 Barnard 1998, pp. 389-393, 396 ; Sidebotham 1998, pp. 107-108 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p (...)
  • 51 Sidebotham et Zych 2012, p. 32 ; Sidebotham 2014), p. 623 ; Sidebotham 2015, p. 342.

32Dans la zone artisanale d’époque ptolémaïque, nous avons mis au jour un certain nombre de squelettes humains enterrés dans les ruines antiques ou dans le sable qui les a recouvertes. Un individu de grande taille a été mis au jour immédiatement à l’ouest du puits rectangulaire donnant accès aux tunnels cités ci-dessus48. Deux autres ont été déposés au-dessus des parties spoliées de la courtine ptolémaïque49. Une femme âgée de 40-50 ans gisait au-dessus d’un four à briques abandonné, son bassin recouvert par un grand tesson de poterie indéterminée50. Un autre individu ou plusieurs, très désarticulés, étaient enterrés près de la surface du sol, à proximité de la tour ptolémaïque aux murs spoliés51.

Fig. 9

Fig. 9

Plan de Bérénice : Indications de restes humains de date inconnue. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 52 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 35-36.
  • 53 Barnard 1998, pp. 389-393 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 35-36 ; Sidebotham 2007, p. 36 ; (...)

33D’autres squelettes ont été découverts au sud-ouest du puits et des tunnels de l’époque ptolémaïque. Parmi eux, deux squelettes n’avaient pas de tête mais plusieurs autres étaient complets52. Un squelette intact, du sexe indéterminé, a été trouvé en position fœtale à l’intérieur d’une citerne ptolémaïque abandonnée (voir supra)53.

  • 54 Sidebotham et Zych 2016, pp. 22-24.
  • 55 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 35 ; Sidebotham 2011, p. 263 ; Sidebotham 2014, p. 623.

34Les squelettes humains jusqu’à présent étudiés à Bérénice, qu’ils soient complets ou partiels et datés ou non, sont attribuables à des hommes et des femmes d’âges variés, à des adolescents, à des nourrissons et à un fœtus. Ces ossements montrent que la population de Bérénice couvrait un large spectre de groupes socio-économiques. Plusieurs sépultures romaines du Haut Empire contenaient du mobilier funéraire (anneaux de fer, perles, amphores)54 ; une seule tombe de l’Antiquité tardive a livré des objets : la fille de deux ans trouvée avec des perles et des restes de linceul55. Ces ossements, datés ou non, sont toutefois insuffisants pour déterminer l’origine ethnique des défunts.

5. Activités artisanales et commerciales

5.1. Époque ptolémaïque (fig. 10) 

  • 56 Sidebotham 1998, pp. 101-108 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 25-26 ; Sidebotham 2007, p. 43 (...)
  • 57 Hense 2007, p. 216 ; Sidebotham 2007, p. 35.
  • 58 Hense 2007, pp. 217, 218 ; Sidebotham 2007, pp. 35, 36-37, 41, 43, 164.
  • 59 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 26.

35Les fouilles effectuées dans la zone artisanale d’époque ptolémaïque ont permis de dégager un four à briques ou un dépôt de gravats provenant d’un four à briques56. Il se situait immédiatement au nord du tronçon intact du rempart de la ville ptolémaïque et du puits donnant accès aux cinq tunnels. C’est à son sommet que le squelette de la femme de 40-50 ans, cité ci-dessus, a été découvert. Ailleurs dans la zone artisanale d’époque ptolémaïque, se trouvait une grande quantité de plomb ; un seul sondage a livré 95 kg de plomb (voir supra)57. La fouille des zones voisines a mis au jour des quantités supplémentaires de plomb58 utilisées pour fabriquer des tuyaux, des raccords et pour doubler les coques de navires marchands59.

Fig. 10

Fig. 10

Plan de Bérénice : Indications d'activité commerciale et industrielle ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 60 Hense 2007, pp. 216-217 ; Sidebotham 2007, p. 164 ; Sidebotham 2008, p. 307 ; Sidebotham 2011, p. 2 (...)
  • 61 Hense 2007, pp. 216, 217 ; Sidebotham 2007, pp. 40, 41, 42, 164.

36Les autres témoins de l’activité artisanale locale consistent en un grand nombre de clous et de pointes en alliage cuivreux utilisés pour divers usages. Les plus longs auraient servi à la réparation des navires60. De nombreuses scories de fer ont été également mises au jour dans cette zone61.

  • 62 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 26-27 ; Sidebotham 2007, p. 43 (fig. 4-9) ; Sidebotham 2011, (...)

37Une petite tête humaine, sculptée dans la pierre locale et trouvée dans la zone artisanale d’époque ptolémaïque, indique la présence d’un atelier de sculpture à cette époque62.

5.2. Époque romaine (fig. 11)

  • 63 Sidebotham 2007, pp. 76, 77 ; Sidebotham et Zych 2016, pp. 6, 7 (fig. 8).
  • 64 Gwiazda et Khan à paraître.
  • 65 Gwiazda à paraître.
  • 66 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 27 ; Sidebotham 2007, pp. 45-46 ; Sidebotham 2011, pp. 57-58 ; (...)
  • 67 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 92.

38On a beaucoup plus de traces d’activités artisanales et commerciales à Bérénice au cours de la période romaine : métallurgie (fer, plomb et alliage de cuivre) prouvée par la découverte de creusets en terre cuite utilisés dans la fabrication des métaux63, travail des carapaces de tortue attesté par la mise au jour d’ornements et de déchets de taille64, fabrication et réparation d’objets en cuir65. L’existence d’un atelier de sculpture est attestée par la découverte d’une statuette d’Aphrodite en pierre locale, cassée en cours d’exécution66. Le recyclage du verre semble également avoir eu lieu à l’époque romaine67.

Fig. 11

Fig. 11

Plan de Bérénice : Indications d'activité commerciale et industrielle romaine. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

6. Habitations

6.1. Époque ptolémaïque

39Aucune zone résidentielle ptolémaïque n’a été identifiée jusqu’à présent dans les fouilles de Bérénice.

6.2. Époque romaine (fig. 12)

  • 68 Sidebotham 2011, pp. 268-271.
  • 69 Sidebotham 2011, pp. 268-271.
  • 70 Sidebotham 2011, p. 269.

40Nous ne savons rien des habitations du Haut Empire ou de la période impériale médiane. En effet, toutes les habitations dégagées jusqu’à présent à Bérénice sont datables de l’Antiquité tardive, à partir du milieu du ive siècle68. Les habitations étaient alors des lieux de commerce et de travail : de nombreuses habitations à plusieurs niveaux abritaient les deux types d’activités. Dans le centre-est et dans certains secteurs du sud de la ville, à la fin de l’Empire romain au moins, il semble que de nombreuses activités commerciales avaient lieu au rez-de-chaussée des maisons alors que les étages supérieurs étaient principalement, sinon exclusivement, réservés à l’habitation69. Des escaliers, en pierres de gypse/anhydrite récupérées dans des structures antérieures et remployées, ont subsisté : ils montrent que ces bâtiments à étage ont été intensément utilisés70. C’est dans ce quartier de la ville que nous avons trouvé les trois premières inscriptions romaines qui avaient été probablement récupérées dans le Grand Temple situé à proximité.

Fig. 12

Fig. 12

Plan de Bérénice : Structures résidentielles romaines. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

7. Activités maritimes

7.1. Époque ptolémaïque (fig. 13)

  • 71 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 26-27, 41 ; Sidebotham, Hense et Nouwens 2008, pp. 162, 164 ; (...)
  • 72 Communication personnelle de M. Osypińska.
  • 73 Sidebotham et Zych 2010, p. 10 ; Sidebotham 2011, pp. 39-53 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 31.
  • 74 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 41 ; Sidebotham et Zych 2010, p. 10 ; Sidebotham et Zych 2012, (...)

41La fabrication de clous longs en alliage cuivreux suggère leur utilisation dans la réparation navale. Ces découvertes faites dans la zone artisanale d’époque ptolémaïque ont été présentées ci-dessus dans la partie sur les activités artisanales et commerciale. Des indices indirects sur les activités maritimes ptolémaïques peuvent être tirés de l’observation d’un fossé à section en V, partie d’un possible enclos pour éléphants et de la mise au jour de molaires d’éléphants71. Lors de fouilles récentes, nous avons aussi trouvé des fragments d’un crâne d’éléphant72. Si l’identification de ce fossé est correcte, son existence est liée à l’importation par mer de pachydermes au début de l’époque ptolémaïque, une pratique qui, selon les sources écrites antiques, s’étendit durant les iiie et iie siècles avant J.-C.73 et qui est confirmée par les molaires et les fragments du crâne d’éléphant trouvés près du fossé74.

Fig. 13

Fig. 13

Plan de Bérénice : Indications de l'activité maritime ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

7.2. Époque romaine (fig. 14)

  • 75 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 87-88, 94 ; Sidebotham 2008, pp. 313-314 ; Sidebotham 2011, pp. 60 (...)
  • 76 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 91 ; Sidebotham 2008, pp. 310-311 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 20 (...)
  • 77 Sidebotham à paraître.
  • 78 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 91 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 20-21 ; Sidebotham et Zych 2012, (...)
  • 79 Sidebotham et Zych 2010, p. 21 ; Sidebotham 2011, p. 242 ; Sidebotham 2011a, pp. 27-42.
  • 80 Sidebotham 1996 ; Sidebotham 2008, pp. 309-311 ; Sidebotham 2011, p. 202.
  • 81 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 91 ; Sidebotham 2008, pp. 308-309 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 33 (...)

42 Les vestiges d’activité maritime sont plus nombreux et substantiels durant le Haut Empire romain et l’Antiquité tardive. Pour le Haut Empire, des restes de docks, de quais ou de môles ont été localisés dans trois zones situées dans la partie orientale du site75. D’autres vestiges consistent en des planches de bordé de navires en bois de cèdre – certains étant réutilisés – qui témoignent de la méthode de construction par mortaises et tenons (chevillés)76. On a aussi trouvé une portion de la carène d’un navire en cèdre77 et d’épais cordages dans le port sud-ouest78. Un possible mât de navire ou une poutre verticale de fonction inconnue en cèdre79 a également été découvert près des bois de navires mentionnés ci-dessus. Un graffito gravé sur un tesson montre un navire à l’ancre80. Des anneaux de cargue, de fragments de doublage de coque en plomb et de possibles filets de charge en corde ont également été retrouvés dans des contextes romains précoces, principalement dans les décharges et dans le port sud-ouest81.

Fig. 14

Fig. 14

Plan de Bérénice : Indications de l'activité maritime romaine. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 82 Sidebotham et Zych 2016, p. 5.
  • 83 Sidebotham et Zych 2016, p. 11.

43De longs clous de fer abandonnés dans le port sud-ouest82 et des planches de navire en cèdre découvertes dans ou près du Grand Temple proviennent aussi des contextes du début de l’Empire romain83.

  • 84 Bagnall, Helms et Verhoogt 2000; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 8-9, 60, 62-65, 76-78 ; (...)
  • 85 Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 45-47 (no. 131) ; Sidebotham 2008, p. 308.
  • 86 Bagnall, Helms et Verhoogt 2000, p. 61 (no. 86).

44De nombreux ostraca trouvés dans une décharge du début de l’Empire font allusion à l’approvisionnement et aux cargaisons des navires84 et détaillent une liste d’équipements navals85. Un ostracon de la petite décharge romaine donne le nom de l’un des navires qui mouillaient à Bérénice : Gymnasiarchis86.

  • 87 Vermeeren 1999, p. 319 ; Vermeeren 2000, pp. 340-341 ; Sidebotham 2008, pp. 310-311 ; Sidebotham 20 (...)
  • 88 Vermeeren 1999, p. 319 ; Vermeeren 2000, pp. 340-341 ; Sidebotham 2008, pp. 310-311 ; Sidebotham 20 (...)
  • 89 Sidebotham 2011, pp. 203, 204-205, 239-240 ; cf. Tripati, et al. 2016.

45Les fouilles des habitations d’époque tardive ont permis la découverte de plusieurs planches en bois de teck portant des trous de goujons : elles étaient remployées dans les murs des deux bâtiments religieux et profanes. Un des bois conservait des traces de brai ou de goudron87. Le sanctuaire du Nord a conservé une poutre de bois de teck avec des trous de goujons, mesurant plus de trois mètres de long. Un mur du sanctuaire de Palmyréniens incluait une poutre de bois de teck avec des trous de goujon88. Ces poutres de teck creusées des trous de goujon et remployées dans des bâtiments proviennent d’un ou plusieurs navires démantelés durant l’Antiquité tardive89.

  • 90 Peacock, Williams et James 2007, p. 59 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 12-13 ; Sidebotham 2011, pp.  (...)

46Des pierres de lest chargées sur les navires à Qana’ sur la côte de l’océan Indien bordant l’Arabie du Sud (au Yémen actuel) affleurent en surface dans le port du sud-ouest90. Malheureusement, la datation de dépôt n’a pas encore pu être établie.

8. Approvisionnement et stockage

8.1. Époque ptolémaïque (fig. 15)

  • 91 Cappers 2006 ; Sidebotham 2011 , pp. 223-234 ; Zieliński 2011 , pp. certaines identifications sont (...)
  • 92 Non identifié, pp. Sidebotham 2007, pp. 43-44 ; Rhodienne, pp. Sidebotham et Zych 2012, pp. 31-32.

47Les témoignages concernant l’approvisionnement et le stockage de la ville à l’époque ptolémaïque sont indirects et principalement composés de restes de plantes importées de la vallée du Nil et plus largement de la Méditerranée, de la mer Rouge et de l’Océan Indien91. Des anses d’amphores timbrées, dont une au moins provenant de Rhodes, suggèrent des importations ou au moins le recyclage de conteneurs vinaires dans la vallée du Nil92 ou à l’extrémité nord de la mer Rouge avant leur importation à Bérénice.

Fig. 15

Fig. 15

Plan de Bérénice : Indications d'achat et de stockage de nourriture ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

8.2. Époque romaine (fig. 16)

  • 93 Cappers 2006 ; Sidebotham 2011, pp. 76, 223-234 ; Van Neer et Lentacker 1996 ; Van Neer et Ervynck (...)
  • 94 Sundelin 1996 ; Dieleman 1998 ; Cashman, et al. 1999 ; Bos et Helms 2000 ; Bos 2007 ; Bagnall, Helm (...)

48Une abondance de textes, de restes botaniques et fauniques indique que Bérénice était fortement dépendante d’importations de produits alimentaires de la vallée du Nil et, au-delà, du bassin méditerranéen. La ville importait aussi des produits de l’Asie du sud et en particulier de la partie nord-ouest de l’océan Indien. Parmi ces importations, on note diverses noix, fruits et légumes, des protéines animales, y compris du silure du Nil et des escargots du nord de l’Italie ou du sud de la France93. Des bouchons d’amphores portant des inscriptions, certains avec des sceaux imprimés et peints et d’autres avec de simples dipinti à l’encre, signalent des produits importés de la vallée du Nil, du Fayoum ou d’ailleurs94.

Fig. 16

Fig. 16

Plan de Bérénice : Indications de l'achat et du stockage de nourriture romaine. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

49Étant donné la nature généralement traditionnelle des diètes alimentaires des peuples, la comparaison des assemblages botaniques et fauniques des époques ptolémaïque, romaine et tardo-romaine reflète les origines ethniques des habitants de Bérénice au cours de ces périodes.

9. Dépotoirs

9.1. Époque ptolémaïque (fig. 17)

  • 95 Sidebotham et Zych 2012, p. 40 ; Sidebotham 2015, p. 342.
  • 96 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 28-29.

50Les fouilles ont mis au jour un grand dépotoir ptolémaïque à proximité d’une portion des remparts démantelés de la ville ptolémaïque, immédiatement au nord du port sud-ouest95. L’étude des tessons de céramique, des restes botaniques et zoologiques indique que la population était principalement composée d’individus d’origine égyptienne et grecque et d’habitants du désert96. De façon surprenante, le porc, qui n’était pourtant pas un aliment de base, était consommé à Bérénice à cette période. La découverte d’un os de chameau assure la présence de cet animal à Bérénice au cours de la haute époque ptolémaïque, mais on ne sait combien de ces animaux étaient présents sur le site à ce moment-là, ni à quel emploi on les destinait.

Fig. 17

Fig. 17

Plan de Bérénice : Poubelle Ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

9.2. Époque romaine (fig. 18)

  • 97 Sidebotham 2011, pp. 199-200 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 37-40 ; Sidebotham 2015, p. 347.
  • 98 Sidebotham 2000, pp. 120-134 ; Sidebotham 2011, p. 278 ; Sidebotham 2015, p. 347 ; Sidebotham forth (...)

51Des dépotoirs sont datés aussi bien du Haut Empire que de l’Antiquité tardive. Les premiers, situés généralement au nord du centre-ville, sont du ier siècle après J.-C. (règnes de Claude, Néron et des Flaviens)97. Des dépotoirs de l’Antiquité tardive (principalement du ve siècle de notre ère, mais s’étendant sur les ive et vie siècles) sont associés au quartier d’habitation et de commerce mentionné ci-dessus98. L’énorme volume d’artefacts et d’écofacts organiques et inorganiques provenant de ces décharges fournit une mine d’informations sur les groupes humains habitant à Bérénice.

Fig. 18

Fig. 18

Plan de Bérénice : poubelles romaines. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

  • 99 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 28-29 ; Sidebotham 2011, pp. 68-86.

52Le peuplement ptolémaïque est restée la base mais on voit un afflux d’individus d’origine méditerranéenne au début de la période romaine ainsi qu’un petit nombre de personnes venues d’ailleurs : du Proche-Orient, du sud de l’Arabie, de l’Afrique subsaharienne et de l’Asie du sud99. La période romaine médiane, durant laquelle Bérénice subit un déclin, reste mal connue.

  • 100 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 28-29 ; Sidebotham 2011, pp. 259-275.

53Au cours de l’Antiquité tardive, la proportion des Méditerranéens a diminué au profit des Egyptiens, à la fois des habitants du désert et des populations qui assuraient leur subsistance grâce aux ressources marines. Un petit nombre d’individus étaient originaires du sud de l’Arabie, de l’Afrique subsaharienne (en particulier du Royaume d’Axoum) et de l’Asie du sud (Inde et Sri Lanka)100.

10. Sépultures d’animaux (fig. 19)

  • 101 Sidebotham et Zych 2012, p. 38 ; Sidebotham 2015, p. 347 ; Sidebotham et Zych 2016, p. 24 ; communi (...)
  • 102 Sidebotham et Zych 2010, p. 11.

54Les fouilles ont mis au jour une centaine de sépultures d’animaux situées dans le dépotoir du Haut Empire. Il s’agit principalement de chats et de chatons, suivis en nombre décroissant par des chiens et des chiots, des singes vervet ou grivet et enfin des babouins. Certains portaient encore des colliers de fer autour du cou. Au moins un d’entre eux avait été décoré de perles, un autre avec des perles en faïence. Certains des animaux avaient été enterrés sous ou dans des poteries ou des amphores ou bien enveloppés dans un tissu. D’autres reposaient dans le sable, ni protégés, ni enveloppés101. Les squelettes de quatre autres chiens ont été trouvés immédiatement au nord du port sud-ouest102. L’archéozoologue n’a pas pu déterminer si ces animaux avaient été enterrés ou s’ils étaient tout simplement morts dans la position où on les a retrouvés.

Fig. 19

Fig. 19

Plan de Bérénice : sépultures d’animaux de la période romaine. Dessin de Berenike Project.

© Berenike Project

Conclusion

55Cette description abrégée de la nature des vestiges jusqu’à présent mis au jour par les fouilles archéologiques de Bérénice rappelle ce qu’ils révèlent des activités hydrauliques, militaires, religieuses, funéraires, artisanales et commerciales, résidentielles, maritimes et des sépultures animales de cet emporium qui a fonctionné pendant environ huit siècles à l’interface entre le désert Oriental d’Égypte et la côte de la mer Rouge. La découverte d’écrits en douze langues différentes, la diversité des coutumes funéraires, des pratiques religieuses et des préférences culinaires indiquent une population cosmopolite originaire de diverses régions de la Méditerranée, du Proche-Orient, de l’Égypte, de l’Afrique subsaharienne, de l’Arabie du sud et de l’Asie du sud. Les ossements d’hommes, de femmes et d’enfants ainsi que d’enfants à naître ont également révélé le spectre démographique de la population de Bérénice tout au long de sa longue histoire. Il s’agissait à la fois de civils et de militaires dont nous connaissons les noms de certains. La découverte d’une boucle d’oreille en or ornée d’une perle fine, d’escargots importés, de revêtements de sol ou de murs en marbre, de couvertures de meubles de grande qualité ou tentures murales, de vaisselle de table en céramique haut de gamme, de verreries élaborées, de tissus importés d’Inde et de certains objets en métal finement travaillé montre qu’une partie de la population se situait dans la frange supérieure de la société, mais, de toute évidence, cette dernière représentait un pourcentage relativement faible de la population de la ville à tous les moments de sa longue histoire.

Bibliographie

 

Ast R. and Bagnall R.S., « Ostraka », in S.E. Sidebotham and I. Zych, (éds.) contributors, Berenike 2008-2009. Report on the Excavations at Berenike, including a survey in the Eastern Desert. Warsaw: Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw, 2011, 77-78.

Ast R. and Bagnall R.S., « Documents from Berenike. Volume III. Greek and Latin Texts from the 2009-2013 Seasons », Papyrologica Bruxellensia 36, Brussels, Association Égyptologique Reine Élisabeth, 2016.

Bagnall R.S., « Inscriptions from Wâdi Kalalat », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich, (éds.), contributors, Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000, 403-412.

Bagnall R.S., Helms C., Verhoogt A.M.F.W., « Documents from Berenike. Volume I. Greek Ostraka from the 1996-1998 Seasons ». Papyrologica Bruxellensia 31, Brussels: Association Égyptologique Reine Élisabeth, 2000.

Bagnall A., Bulow-Jacobsen A. and Cuvigny H., « Security and Water on the Eastern Desert Roads: The Prefect Iulius Ursus and the Construction of Praesidia under Vespasian ». Journal of Roman Archaeology 14, 2001, 325-333.

Bagnall R.S., Helms C., Verhoogt A.M.F.W., et al., « Documents from Berenike. Volume II. Texts from the 1999-2001 Seasons ». Papyrologica Bruxellensia 33, Brussels: Association Égyptologique Reine Élisabeth, 2005.

Bard K.A. and Fattovich R. (éds.), Harbor of the Pharaohs to the Land of Punt. Archaeological Investigations at Mersa/Wâdi Gawasis, Egypt, 2001-2005. Napoli, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale. », 2007.

Bard K.A. and Fattovich R., « Synthesis », in K.A. Bard and R. Fattovich (éds.), Harbor of the Pharaohs to the Land of Punt. Archaeological Investigations at Mersa/Wâdi Gawasis, Egypt, 2001-2005, Napoli, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », 2007a, 239-253.

Bard K.A. and Fattovich R., « The Middle Kingdom Red Sea Harbor at Mersa/Wâdi Gawasis ». Journal of the American Research Center in Egypt 47, 2011, 105-129

Bard K.A. and Fattovich R., « The Land of Punt and Recent Archaeological and Textual Evidence from the Pharaonic Harbor at Mersa/Wâdi Gawasis, Egypt », in S. Chrisomalis and A. Costopoulos (éds.), Human Expeditions Inspired by Bruce Trigger, Toronto, University of Toronto Press, 2013, 3-11.

Bard, K.A. and Fattovich, R. forthcoming. Egyptian Seafaring Expeditions and the Land of Punt: Long-distance Trade in the Red Sea during the Middle Kingdom (Leiden: Koninklijke Brill NV).

Barnard H., « Human Bones and Burials », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996, Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert. Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1998, 389-401.

Bos J.E.M.F., « Jar Stoppers, Seals, and Lids, 1999 Season », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 258-269.

Bos J.E.M.F. and Helms C., « Jar Stoppers and Seals », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich, (éds.), contributors, Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000, 275-303.

Cappers R.T.J., Roman Foodprints at Berenike: Archaeobotanical Evidence of Subsistence and Trade in the Eastern Desert of Egypt. Los Angeles: Cotsen Institute of Archaeology, 2006.

Cashman V.L., Bos J.E.M.F. and Pintozzi L.A., « Jar Stoppers », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1997. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert including Excavations at Shenshef, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1999, 285-297.

Dieleman J., « Amphora Stoppers », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996. Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1998, 265-277.

Dijkstra, M. and A.M.F.W. Verhoogt, « The Greek-Palmyrene Inscription », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1997. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1999, 207-218.

Gates-Foster J.E., « Jar Stoppers and Seals From the 2001 Season », in S.E. Sidebotham and I. Zych (éds.), contributors, Berenike 2010-2011. Report on Two Seasons of Excavations at Berenike, Including Survey in the Eastern Desert and Reports on Earlier Work, Polish Centre of Mediterranean Archaeology Excavation Series 4, Warsaw, à paraître.

Gwiazda M., « Leatherwork from excavations in 2009-2011 », in S.E. Sidebotham and I. Zych (éds.), contributors, Berenike 2010-2011. Report on Two Seasons of Excavations at Berenike, Including Survey in the Eastern Desert and Reports on Earlier Work, Polish Centre of Mediterranean Archaeology Excavation Series 4, Warsaw, à paraître.

Gwiazda M. and Khan B., « Luxury Craft Production on the Fringe of the Hellenistic-Roman World. Tortoiseshell Production Waste and Objects from Berenike », in S.E. Sidebotham and I. Zych (éds.), contributors, Berenike 2010-2011. Report on Two Seasons of Excavations at Berenike, Including Survey in the Eastern Desert and Reports on Earlier Work, Polish Centre of Mediterranean Archaeology Excavation Series 4, Warsaw, à paraître.

Haeckl A.E., « The Wooden ‘Aphrodite’ Panel », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1997. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1999, 243-255.

Habicht C., « Eudoxus of Cyzicus and Ptolemaic exploration of the sea route to lndia », in K. Buraselis. M. Stefanou and D.J. Thompson (éds.), The Ptolemies, the Sea and the Nile. Studies in Waterborne Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, 197-206.

Haeckl A.E., « Excavations at the Smaller Praesidium in Wâdi Kalalat », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles: Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 344-357.

Hayes J.W. « The Pottery », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1995. Preliminary Report of the 1995 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1996, 147-178.

Hense A. M., « Metal Finds », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles: Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 211-219.

Hense M., Kaper O. and Geerts R.C.A., « A Stela of Amenemhet IV from the Main Temple at Berenike », Bibliotheca Orientalis LXXII No. 56, 2015, 585601.

Hölbl G., Altägypten im römischen Reich : Der römische Pharao und seine Tempel. vol. 3. Heiligtümer und religiöses Leben in den ägyptischen Wüsten und Oasen, Mainz : Philipp von Zabern, 2000.

Hölbl G., A History of the Ptolemaic Empire. London-New York: Routledge, 2001.

Ledesma, D., Connecting the Eastern Desert to the Nile: the Organization of Pharaonic Trading and Mining Expeditions to Mersa/Wadi Gawasis and Gebel el-Zeit (unpublished MA thesis, Boston: Boston University, 2011.

Mahfouz el-S., « Amenemhat IV au ouadi Gaouasis », Bulletin de l’Institut français d’Archéologie Orientale 110, 2010, 165-173.

Meredith D., « Berenice Troglodyrica », Journal of Egyptian Archaeology 43, 1957, 56-70.

Mulder S.F., « Jar Stoppers, Seals, and Lids, 2000 Season », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 270-284.

Nicholson P.T., « The Glass », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000, 203-209.

Peacock D., Williams D. and James S., « Basalt as Ships’ Ballast and the Roman Incense Trade », in D. Peacock and D. Williams (éds.), Food for the Gods. New Light on the Ancient Incense Trade, Oxford: Oxbow Books, 2007, 28-70.

Pfeiffer S., « The god Serapis, his cult and the beginnings of the ruler cult in Ptolemaic Egypt », in P. McKechnie and P. Guillaume (éds.), Ptolemy II Philadelphus and his World (Mnemosyne supplements 300), Leiden: Brill, 2008, 387-408.

Pintozzi L.A., « Excavations at the Praesidium et Hydreuma at Siket », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 358-367.

Sidebotham S.E., « Survey of the Hinterland », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1994. Preliminary Report of the 1994 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1995, 85-101.

Sidebotham S.E., « The Excavations », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich, eds., contributors, Berenike 1995. Preliminary Report of the 1995 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1996, 7-97.

Sidebotham S.E., « The Excavations », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996. Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1998, 11-120.

Sidebotham S.E., « The Excavations », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich, eds., contributors, Berenike 1997. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1999, 3-94.

Sidebotham S.E., « Excavations », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000, 3-147.

Sidebotham S.E., « Excavations », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1999/2000. Report on the Excavations at Berenike, Including Excavations in Wâdi Kalalat and Siket, and the Survey of the Mons Smaragdus Region, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, 2007, 30-165.

Sidebotham S.E., « Archaeological Evidence for Ships and Harbor Facilities at Berenike (Red Sea Coast), Egypt », in R.L. Hohlfelder (éd.), The Maritime World of Ancient Rome, Ann Arbor: University of Michigan Press, 2008, 305-324.

Sidebotham S.E., Berenike and the Ancient Maritime Spice Route. Berkeley-Los Angeles-London: University of California Press, 2011.

Sidebotham, S.E., « Excavations », in S.E. Sidebotham and I. Zych (éds.), contributors, Berenike 2008-2009. Report on the Excavations at Berenike, Including a Survey in the Eastern Desert, Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw Excavation Series 1, 2011a, 25-57.

Sidebotham S.E., « Religion and Burial at the Ptolemaic-Roman Red Sea Emporium of Berenike, Egypt », African Archaeology Review 31, 4, 2014, 599-635.

Sidebotham S.E., « Results of Fieldwork at Berenike (Red Sea Coast), Egypt 2008-2012 », in L. Vagalinski, N. Sharankov (éds.), Limes XXII. Proceedings of the 22nd International Congress of Roman Frontier Studies Ruse, Bulgaria, septembre 2012 (= Bulletin of the National Archaeological Institute XLII, 2015), Sofia: National Archaeological Institute with Museum/Bulgarian Academy of Sciences, 2015, 341-349.

Sidebotham, S.E., « Zwischen Wüste und Meer : Der Hafen von Berenike in ptolemäisch römischer Zeit », Antike Welt 2/17, 2017, pp. 60-69.

Sidebotham, S.E., « Excavations », in S.E. Sidebotham and I. Zych (éds.), contributors, Berenike 2010–2011. Report on Two Seasons of Excavations at Berenike, Including Survey in the Eastern Desert and Reports on Earlier Work, Polish Centre of Mediterranean Archaeology Excavation Series 4, Warsaw, à paraître.

Sidebotham S.E., « Overview of Fieldwork at Berenike (Red Sea Coast), Egypt and in the Eastern Desert: 2011-2015 », in C. Zazzaro and A. Manzo (éds.), Proceedings of The Red Sea Project VII. The Red Sea and the Gulf: Two Alternative Maritime Routes in the Development of Global Economy, from the Late Prehistory to Modern Times. The seventh international conference on the peoples of the Red Sea region and their environment. Università di Napoli L’Orientale 26th-30th May 2015, à paraître(a).

Sidebotham S.E. and Zitterkopf R.E., « Survey of the Hinterland », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1995. Preliminary Report of the 1995 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1996, 357-409.

Sidebotham S.E. and Wendrich W.Z., « Berenike: Archaeological Fieldwork at a Ptolemaic-Roman Port on the Red Sea Coast of Egypt: 1994-1998 », Sahara 10, 1998, 85-96.

Sidebotham S.E. and Wendrich W.Z., « Berenike Archaeological Fieldwork at a Ptolemaic-Roman port on the Red Sea coast of Egypt 1999-2001 », Sahara 13, 2001-2002, 23-50.

Sidebotham S.E., Barnard H., Pearce D.K. and Price A.J., « Excavations in Wâdi Kalalat », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1998. Report of the 1998 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations in Wâdi Kalalat, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000, 379-402.

Sidebotham S.E., Hense A.M. and Nouwens H.M., The Red Land. The Illustrated Archaeology of Egypt’s Eastern Desert, Le Caire-New York: American University in Cairo Press, 2008.

Sidebotham S.E. and Zych I., « Berenike: Archaeological Fieldwork at a Ptolemaic-Roman Port on the Red Sea Coast of Egypt 2008-2010 », Sahara 21, 2010, 7-26 & Plates A1-A7.

Sidebotham S.E. and Zych I. (éds.), contributors, Berenike 2008-2009. Report on the Excavations at Berenike, Including a Survey in the Eastern Desert. Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw Excavation Series 1, 2011.

Sidebotham S.E. and Zych I., « Berenike: Archaeological Fieldwork at a Ptolemaic-Roman Port on the Red Sea Coast of Egypt 2011-2012 », Sahara 23, 2012, 29-48.

Sidebotham S.E. and Zych I., « Results of the winter 2014-2015 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast), Egypt & Related Fieldwork in the Eastern Desert », Journal of Indian Ocean Archaeology 12, 2016, 1-34.

Sundelin L.K.R., « Plaster Jar Stoppers », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich, eds., contributors, Berenike 1995. Preliminary Report of the 1995 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1996, 297-308.

Tallet P., « Les Égyptiens et le littoral de la mer Rouge à l’époque pharaonique », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 153, 2, 2009, 687-719.

Tallet, P., « The Egyptians on the Red Sea Shore during the Pharaonic Era », in M.-F. Boussac, J.-F. Salles and J.-P. Yon (éds.), Ports of the Ancient Indian Ocean, Delhi: Primus Books, 2016, pp. 3-19.

Tripati S., Shukla S.R., Shashikala S. and Sardar A., « Teak (Tectona grandis L.f.), a preferred timber for shipbuilding in India as evidenced from shipwrecks », Current Science 110, no. 11, 2016, 2160-2165.

Van Neer W. and Lentacker A., « The Faunal Remains », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1995. Preliminary Report of the 1995 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1996, 337-355.

Van Neer W. and Ervynck A.M.H., « The Faunal Remains », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996. Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1998, 349-388.

Van Neer W. and Ervynck A.M.H., « The Faunal Remains », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1997. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1999, 325-348.

Verhoogt A.M.F.W., « Greek and Latin Texts , in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996. Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1998, 193-198.

Vermeeren C.E., « Wood and Charcoal », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1997. Report of the 1997 Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 1999, 307-324.

Vermeeren C.E., « Wood and Charcoal », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), contributors, Berenike 1996. Report of the 1996 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, Leiden: Centre of Non-Western Studies, 2000, 311-342.

Ward C. and C. Zazzaro, « Evidence for Pharaonic Seagoing Ships at Mersa/Wadi Gawasis, Egypt », IJNA 39, 1, 2010, 27-43.

Ward, C. and C. Zazzaro, « Ship-related Activities at the Pharaonic Harbour of Mersa Gawasis », in M.-F. Boussac, J.-F. Salles and J.-P. Yon (éds.), Ports of the Ancient Indian Ocean (Delhi: Primus Books, 2016), 21-40.

Zieliński, J., « Archaeobotanical Remains », in S.E. Sidebotham and I. Zych (éds.), contributors, Berenike 2008-2009. Report on the Excavations at Berenike, Including a Survey in the Eastern Desert, Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw Excavation Series 1, Warsaw, 2011, 59-66.

Notes

1 Pour un résumé des fouilles jusqu’à 2009-2010 voir Sidebotham 2011 ; Sidebotham et Zych 2011 et Sidebotham et Zych 2010 ; Pour 2011-2012 et plus tard voir Sidebotham et Zych 2012 ; Sidebotham 2014 ; Sidebotham 2015 ; Sidebotham à paraître a ; Sidebotham et Zych 2016 ; Sidebotham 2017.

2 Hense, Kaper et Geerts 2015 pour les stèles de Bérénice ; Bard et Fattovich 2007, 2011, 2013 rapportent une expédition envoyée au Pays de Pount depuis ce mouillage pendant la 8e année du règne d’Amenemhat IV, Bard et Fattovich 2007a, p. 242 ; Tallet 2009, p. 697 ; Ward et Zazzaro 2010, 2016 ; Ledesma 2011 ; Mahfouz 2010 ; Bard et Fattovich 2011, p. 110 et note 27 ; p. 111 Table 2 ; p. 119 ; Bard et Fattovich 2013 ; Tallet 2016, pp. 3-6 ; Bard et Fattovich à paraître.

3 Sidebotham 2007, pp. 31, 32, 35-36.

4 Sidebotham 2007, p. 35.

5 Sidebotham et Zych 2016, pp. 21-24.

6 Pfeiffer 2008, p. 393.

7 Ast et Bagnall 2011, 2016.

8 Sidebotham 2007, pp. 43, 59-60, 76, 77, 164 ; Sidebotham 2011, pp. 81, 118 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 37.

9 Nicholson 2000, pp. 203-205.

10 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 90-91 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 38-39 ; Bagnall, Jacobsen et Cuvigny 2001 ; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 23-27 (no. 120) ; Pintozzi 2007 ; Sidebotham 2011, pp. 107-108.

11 Sidebotham 1995, pp. 87-91 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 37 ; Haeckl 2007.

12 Sidebotham 1995, pp. 91-93 ; Sidebotham et Zitterkopf 1996, pp. 384-391 ; Sidebotham et Wendrich 1998, p. 90 ; Sidebotham, Barnard, Pearce et Price 2000 ; Bagnall 2000 ; Sidebotham 2011, pp. 97-99, 108, 111, 163-164, 240.

13 Sidebotham 2011, p. 66 en général ; passim pour les détails et la bibliographie.

14 Sidebotham et Zych 2012, pp. 31-32.

15 Sidebotham 2011, p. 76.

16 Hayes 1996, pp 149-150, 154 (Tableau 6-8, en haut), 155 (Tableau 6-9), 166, 168-169. Sidebotham, Hense et Nouwens 2008, Pl. 7.10 ; Sidebotham 2011, p. 231 ; Communication personnelle de R.S. Tomber.

17 Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, Pl. 15.4 ; Sidebotham, Wendrich 2001-2002, pp. 26-27 ; Sidebotham 2011, pp. 76-77.

18 Hense 2007, pp. 218-219.

19 Ast, Bagnall 2011, 2016.

20 Bagnall, Helms, Verhoogt 2000, pp. 80-81 (sous le titre « 4 Official et military terms et titles ») ; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 116-117 (sous le titre « 4 Official et Military ») ; Hense 2007, p. 219.

21 Sidebotham, Wendrich 1998, p. 92 ; Sidebotham 2011, p. 66 et passim pour la bibliographie.

22 Sidebotham 1996, pp. 81-93 ; Sidebotham 1998, pp. 20-45 ; Sidebotham 1999, pp. 57-80 ; Sidebotham 2000, pp. 44-73 ; Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 92-95 ; Sidebotham 2011, pp. 64-66, 84, 86, 226, 227, 230, 259, 260, 264-265, 267-268 ; Sidebotham 2014, pp. 611-613.

23 Sidebotham 1996, pp. 81-93 ; Sidebotham 1998, pp. 20-45 ; Sidebotham 1999, pp. 57-80 ; Sidebotham 2000, pp. 44-73 ; Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 92-95 ; Sidebotham 2011, pp. 64-66, 84, 86, 226, 227, 230, 259, 260, 264-265, 267-268 ; Sidebotham 2014, pp. 611-613.

24 Dijkstra et Verhoogt 1999 ; Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 93-94 ; Sidebotham 2011, pp. 64-66, 84, 86, 226, 259-260, 265, 267 ; Sidebotham 2014, p. 612.

25 Sidebotham 2007, p. 41 ; Hense 2007, p. 217.

26 Sidebotham et Zych 2012, p. 40 ; Sidebotham 2014, p. 619 ; Sidebotham 2015, p. 342.

27 Meredith 1957 ; Sidebotham 2011, pp. 16-18 ; Hense, Kaper et Geerts 2015, pp. 585-586.

28 Meredith 1957, p. 69 commet l’erreur d’attribuer cette inscription à Ptolémée VII. Voir Hense dans ce volume ; Sidebotham et Zych 2016 , pp. 11-18.

29 cf. Hölbl 2000 , pp. 18-20, 26, 27 ; Hölbl 2001 , pp. 257-271.

30 Sidebotham 2011 , pp. 32-67.

31 Meredith 1957.

32 Sidebotham et Zych 2010, pp. 16-17 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 36-37 ; Sidebotham 2014), pp. 609-611.

33 Sidebotham et Zych 2012, pp. 36-37 ; Sidebotham 2014, p. 609.

34 Sidebotham 2011, pp. 64-66, 84-86, 226-227, 230, 259-260, 264-268 ; Sidebotham 2014, pp. 611-613.

35 Sidebotham et Zych 2010, pp. 15-19 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 33-36 ; Sidebotham 2014), pp. 602-609 ; Sidebotham 2015, pp. 343-346.

36 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 94-95 ; Sidebotham 2000, pp. 134-144 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 30-31 ; Sidebotham 2007, pp. 77-89 ; Sidebotham 2014, pp. 616-617.

37 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 87-88 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 32-35 ; Sidebotham 2011, pp. 272, 274 ; Sidebotham 2014, pp. 617-619.

38 Sidebotham 2000, p. 60 ; Sidebotham 2011, p. 84 ; Sidebotham 2014, pp. 612-613.

39 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 27 et fig. 7 ; Sidebotham 2007, pp. 45-46 ; Sidebotham 2011, pp. 57, 58 ; Sidebotham 2014, p. 621.

40 Haeckl 1999.

41 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 32 ; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 21-22 (nos. 118-119) et 27-28 (no. 121) ; Sidebotham 2011, pp. 84-85, 266 ; Sidebotham 2014, pp. 619-629.

42 Sidebotham et Zych 2016 forthcoming.

43 Barnard 1998, pp. 92, 94 ; Sidebotham 1998, pp. 79-96 ; Sidebotham 2014, p. 622.

44 Sidebotham 1998, p. 51 ; Barnard 1998, pp. 390, 395-396.

45 Sidebotham et Zych 2016, pp. 25, 26 (Figs. 48-49).

46 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 35 ; Sidebotham 2011, p. 263 ; Sidebotham 2014, pp. 623-624.

47 Sidebotham 2011, pp. 263-264 ; Sidebotham 2014, p. 622.

48 Sidebotham 2014, p. 623.

49 Sidebotham 2014, p. 623.

50 Barnard 1998, pp. 389-393, 396 ; Sidebotham 1998, pp. 107-108 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 35 ; Sidebotham 2011, p. 279 ; Sidebotham 2014, p. 622.

51 Sidebotham et Zych 2012, p. 32 ; Sidebotham 2014), p. 623 ; Sidebotham 2015, p. 342.

52 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 35-36.

53 Barnard 1998, pp. 389-393 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 35-36 ; Sidebotham 2007, p. 36 ; Sidebotham 2011, p. 279 ; Sidebotham 2014, pp. 622- 623.

54 Sidebotham et Zych 2016, pp. 22-24.

55 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 35 ; Sidebotham 2011, p. 263 ; Sidebotham 2014, p. 623.

56 Sidebotham 1998, pp. 101-108 ; Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 25-26 ; Sidebotham 2007, p. 43 ; Sidebotham 2011, p. 279.

57 Hense 2007, p. 216 ; Sidebotham 2007, p. 35.

58 Hense 2007, pp. 217, 218 ; Sidebotham 2007, pp. 35, 36-37, 41, 43, 164.

59 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 26.

60 Hense 2007, pp. 216-217 ; Sidebotham 2007, p. 164 ; Sidebotham 2008, p. 307 ; Sidebotham 2011, p. 205.

61 Hense 2007, pp. 216, 217 ; Sidebotham 2007, pp. 40, 41, 42, 164.

62 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 26-27 ; Sidebotham 2007, p. 43 (fig. 4-9) ; Sidebotham 2011, p. 57.

63 Sidebotham 2007, pp. 76, 77 ; Sidebotham et Zych 2016, pp. 6, 7 (fig. 8).

64 Gwiazda et Khan à paraître.

65 Gwiazda à paraître.

66 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 27 ; Sidebotham 2007, pp. 45-46 ; Sidebotham 2011, pp. 57-58 ; Sidebotham 2014, p. 621.

67 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 92.

68 Sidebotham 2011, pp. 268-271.

69 Sidebotham 2011, pp. 268-271.

70 Sidebotham 2011, p. 269.

71 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 26-27, 41 ; Sidebotham, Hense et Nouwens 2008, pp. 162, 164 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 10-11 ; Sidebotham 2011, pp. 55, 117 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 31.

72 Communication personnelle de M. Osypińska.

73 Sidebotham et Zych 2010, p. 10 ; Sidebotham 2011, pp. 39-53 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 31.

74 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, p. 41 ; Sidebotham et Zych 2010, p. 10 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 31 ; fragments d’un crâne d’éléphant, communication personnelle de M. Osypińska.

75 Sidebotham et Wendrich 1998, pp. 87-88, 94 ; Sidebotham 2008, pp. 313-314 ; Sidebotham 2011, pp. 60-61.

76 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 91 ; Sidebotham 2008, pp. 310-311 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 20-21 ; Sidebotham 2011, pp. 84, 85, 203, 204-205, 239-240 pour l’occupation du fort voisin dans le Wâdi Kalalat, 265 ; Sidebotham 2015, p. 342.

77 Sidebotham à paraître.

78 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 91 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 20-21 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 32-33 ; Sidebotham 2015, p. 342.

79 Sidebotham et Zych 2010, p. 21 ; Sidebotham 2011, p. 242 ; Sidebotham 2011a, pp. 27-42.

80 Sidebotham 1996 ; Sidebotham 2008, pp. 309-311 ; Sidebotham 2011, p. 202.

81 Sidebotham et Wendrich 1998, p. 91 ; Sidebotham 2008, pp. 308-309 ; Sidebotham et Zych 2012, p. 33 (anneaux de carge en bois et en corne et doublages de coque en plomb) ; Sidebotham 2015, pp. 342-343.

82 Sidebotham et Zych 2016, p. 5.

83 Sidebotham et Zych 2016, p. 11.

84 Bagnall, Helms et Verhoogt 2000; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 8-9, 60, 62-65, 76-78 ; Sidebotham 2008, p. 308.

85 Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 45-47 (no. 131) ; Sidebotham 2008, p. 308.

86 Bagnall, Helms et Verhoogt 2000, p. 61 (no. 86).

87 Vermeeren 1999, p. 319 ; Vermeeren 2000, pp. 340-341 ; Sidebotham 2008, pp. 310-311 ; Sidebotham 2011, pp. 84, 85, 204-205, 239-240, 265.

88 Vermeeren 1999, p. 319 ; Vermeeren 2000, pp. 340-341 ; Sidebotham 2008, pp. 310-311 ; Sidebotham 2011, pp. 84, 85, 204-205, 239-240, 265.

89 Sidebotham 2011, pp. 203, 204-205, 239-240 ; cf. Tripati, et al. 2016.

90 Peacock, Williams et James 2007, p. 59 ; Sidebotham et Zych 2010, pp. 12-13 ; Sidebotham 2011, pp. 61-62, 205, 236; Sidebotham 2015, p. 347.

91 Cappers 2006 ; Sidebotham 2011 , pp. 223-234 ; Zieliński 2011 , pp. certaines identifications sont erronées et/ou discutables. Voir Van der Veen et al. dans ce volume.

92 Non identifié, pp. Sidebotham 2007, pp. 43-44 ; Rhodienne, pp. Sidebotham et Zych 2012, pp. 31-32.

93 Cappers 2006 ; Sidebotham 2011, pp. 76, 223-234 ; Van Neer et Lentacker 1996 ; Van Neer et Ervynck 1998, 1999 ; Zieliński 2011.

94 Sundelin 1996 ; Dieleman 1998 ; Cashman, et al. 1999 ; Bos et Helms 2000 ; Bos 2007 ; Bagnall, Helms, Verhoogt, et al. 2005, pp. 98-102 (nos. 228-250, pp. sous le titre “Jar Inscriptions”) ; Mulder 2007 ; Gates-Foster forthcoming.

95 Sidebotham et Zych 2012, p. 40 ; Sidebotham 2015, p. 342.

96 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 28-29.

97 Sidebotham 2011, pp. 199-200 ; Sidebotham et Zych 2012, pp. 37-40 ; Sidebotham 2015, p. 347.

98 Sidebotham 2000, pp. 120-134 ; Sidebotham 2011, p. 278 ; Sidebotham 2015, p. 347 ; Sidebotham forthcoming.

99 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 28-29 ; Sidebotham 2011, pp. 68-86.

100 Sidebotham et Wendrich 2001-2002, pp. 28-29 ; Sidebotham 2011, pp. 259-275.

101 Sidebotham et Zych 2012, p. 38 ; Sidebotham 2015, p. 347 ; Sidebotham et Zych 2016, p. 24 ; communication personnelle de M. Osypińska.

102 Sidebotham et Zych 2010, p. 11.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation de Bérénice et de ses environs. Dessin de M. Hense.
Crédits © M. Hense
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2
Légende Plan de Bérénice : Installations hydrauliques ptolémaïques. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3
Légende Plan de Bérénice : Installations hydrauliques romaines. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 4
Légende Plan de Bérénice : Installations militaires ptolémaïques. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 5
Légende Plan de Bérénice : Indications de la présence de l'armée romaine. Drawing by Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6
Légende Plan de Bérénice : Indication de l'activité religieuse ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 7
Légende Plan de Bérénice : Indications de l'activité religieuse romaine. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 8
Légende Plan de Bérénice : Indications de restes humains de la période romaine. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 9
Légende Plan de Bérénice : Indications de restes humains de date inconnue. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 10
Légende Plan de Bérénice : Indications d'activité commerciale et industrielle ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 11
Légende Plan de Bérénice : Indications d'activité commerciale et industrielle romaine. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 12
Légende Plan de Bérénice : Structures résidentielles romaines. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 13
Légende Plan de Bérénice : Indications de l'activité maritime ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 14
Légende Plan de Bérénice : Indications de l'activité maritime romaine. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 15
Légende Plan de Bérénice : Indications d'achat et de stockage de nourriture ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 16
Légende Plan de Bérénice : Indications de l'achat et du stockage de nourriture romaine. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 17
Légende Plan de Bérénice : Poubelle Ptolémaïque. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 18
Légende Plan de Bérénice : poubelles romaines. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 19
Légende Plan de Bérénice : sépultures d’animaux de la période romaine. Dessin de Berenike Project.
Crédits © Berenike Project
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5144/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Auteur

Professeur d’histoire ancienne à l’université Delaware (États-Unis)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540