Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

La prise en main du désert Oriental par les Lagides : nouvelles données archéologiques

Bérangère Redon

Texte intégral

  • 1 Les expéditions les plus fameuses sont celles de Montouhotep III et IV au tournant des IIIe et IIe  (...)
  • 2 Les principales opérations archéologiques (pour les prospections, cf. infra notes 11 et 12) dans le (...)

1Entre une époque pharaonique – pendant laquelle des expéditions lancées pour exploiter les ressources minérales et métalliques de la région ont donné lieu à des inscriptions soigneusement répertoriées et largement reprises dans la bibliographie1 – et l’époque romaine – dont les sources décrivent le tracé des voies reliant le Nil à la mer Rouge qui accueillait le flot des caravanes du commerce avec l’Inde et qui a livré des vestiges bien préservés et fouillés de manière intensive2 – l’époque ptolémaïque est une période quelque peu obscure de l’histoire du désert Oriental.

2Bien souvent, l’on se contente d’en faire une période de transition, qui annonce les développements de l’époque romaine (vue comme une période d’aboutissement de la mise en valeur de la région et d’apogée du commerce et des activités dans la zone), ou de calquer l’organisation (et notamment le réseau de circulation) de la région sous les Lagides sur celui de l’époque impériale (emplacement des forts, tracé des routes).

  • 3 La bibliographie est vaste et on se contentera de rappeler ici les travaux les plus importants et/o (...)
  • 4 Sur les niveaux ptolémaïques qui commencent à être mis au jour à Bérénice, cf. l’article de St. Sid (...)
  • 5 Callixène de Rhodes, apud Athénée V, 197c-203c. Sur cette grande fête, cf. Rice 1983 et Thompson 20 (...)
  • 6 Desanges 1978, pp. 252-279 ; Thiers 2001 ; Sidebotham 2011, pp. 39-53 ; cf. OGIS 54, Strabon XVI, 4 (...)

3Non pas que le désert ait été à la marge de l’Égypte durant cette période, au contraire : les rois lagides y ont visiblement porté toute leur attention, en particulier Ptolémée II, dont le rôle est souligné dans les sources écrites3. C’est à ce pharaon que l’on attribue la fondation des ports majeurs de la mer Rouge, notamment le plus fameux d’entre eux, Bérénice4 (fig. 1). La pompè qu’il organise à Alexandrie en l’honneur de ses parents divinisés5 est l’occasion pour le roi d’exhiber les richesses de son royaume, parmi lesquels les éléphants, dont on dit qu’ils sont la raison d’être des ports qu’il a fondés sur la côte de la mer Rouge6 (pour ramener en Égypte les animaux chassés en Afrique), et l’or, produit-phare exploité dans le désert Oriental.

Fig. 1

Fig. 1

Implantations humaines et axes de circulation dans le désert Oriental à l’époque ptolémaïque.

© MAFDO, Th. Faucher, A. Rabot, B. Redon, 2016

  • 7 Elles sont recensées dans Gates-Foster 2012.
  • 8 Apud Diodore, III, 12-14 et Photius, 250, 23-29.
  • 9 Les inscriptions grecques ont été recensées par Bernand 1972.
  • 10 On se reportera aux présentations, dans cet ouvrage, de L. Blue (Myos Hormos) et St. Sidebotham (Bé (...)
  • 11 Voir la liste des voyageurs du désert dans Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, pp. 33-35.
  • 12 Klemm, Klemm 2013 ; Sidebotham, Gates-Foster, Rivard à paraître. Il faut aussi citer les travaux im (...)

4Toutefois les sources, pour l’époque ptolémaïque, sont à la fois peu nombreuses et difficiles d’usage pour écrire plus précisément l’histoire du désert Oriental, de son exploitation, de ses développements, de ses circulations7. Les quelques sources écrites à la disposition de l’historien sont souvent postérieures à la période ptolémaïque, à l’exception du traité du géographe Agatharchide, écrit à la fin du iie siècle avant J.-C., qui décrit en détail le travail des prisonniers dans les mines d’or de la région8. Le désert Oriental a aussi livré plusieurs dizaines d’inscriptions ptolémaïques, en particulier le Paneion d’El-Kanaïs, qui donnent des informations précieuses sur les voyageurs de passage dans le sanctuaire, les expéditions de chasse à l’éléphant lancées par les Lagides au iiie siècle avant J.-C. et la présence militaire dans la région9. En revanche, sur le plan archéologique, il fallait, jusqu’à il y a peu, se contenter de données tirées de prospection de surface. En effet, à l’exception des ports de Bérénice et Myos Hormos10, aucun site ptolémaïque du désert Oriental n’avait jamais été fouillé avant 2013. Ils sont pourtant relativement nombreux et ont été repérés de longue date, par les voyageurs du xixe siècle11, puis au cours des nombreuses prospections conduites au xxe siècle, notamment celles, récentes, de Dietrich et Rosemarie Klemm, Henri Wright et Steven Sidebotham12.

5Pour remédier à ce biais, la Mission archéologique française du désert Oriental (MAFDO) a entrepris, depuis janvier 2013, d’explorer les sites ptolémaïques du désert Oriental, dans le but affirmé de renouveler les données en les tirant directement du terrain.

Prospections et fouilles de la mission française à Samut

  • 13 Je ne reviendrai pas sur le contexte actuel dans le désert Oriental et renvoie à l’introduction de (...)

6Les travaux ont débuté par l’exploration du district de Samut, situé sur l’ancienne route qui reliait Edfou au port ptolémaïque de Bérénice (le fort de Bi’r Samut est à ca 120 km de la première ville et ca 200 km de la seconde). Le district présentait en 2013 l’avantage de compter des vestiges bien préservés, nombreux, apparemment datés d’une fourchette chronologique large, mais dont les plus imposants remontaient à l’époque ptolémaïque. Ils ont été assez sévèrement endommagés juste avant le début de nos fouilles, à l’été 2013 puis au cours de l’année 2014, par une compagnie minière et des chercheurs d’or illégaux, ce qui a donné à nos recherches un caractère d’urgence13.

  • 14 Ont participé aux campagnes 2013 à 2016 : Bérangère Redon (directrice de la mission, archéologue, C (...)

7Les travaux ont démarré en janvier 2013 par le recensement des sites archéologiques de la zone, auquel ont succédé trois saisons de fouille en janvier 2014, 2015 et 201614, riches en découvertes grâce à la très bonne préservation des vestiges et du matériel associé, dont plus de 1300 ostraca grecs, démotiques et araméens.

8Il ne s’agit pas ici de décrire en détail les résultats de ces quatre campagnes. On tentera d’offrir simplement quelques conclusions préliminaires sur l’histoire de la région, notamment de la politique du pouvoir lagide dans le désert Oriental, à partir de données tirées, pour la première fois, du terrain, pour les comparer aux données issues des sources écrites. Les premiers résultats de nos fouilles apportent en effet des informations importantes qui confirment les traits généraux de l’histoire de la région telle qu’elle se dessine au travers des sources écrites, tout en apportant des nuances et des nouveautés non négligeables.

  • 15 Les résultats de ces travaux sont présentés dans Brun et al. 2013a.

9La prospection de 2013 réalisée par Th. Faucher et Fl. Téreygeol15 a mis en lumière tout d’abord une présence humaine à Samut qui s’étend de l’époque pharaonique (sans doute du Nouvel Empire) à l’époque moderne (une compagnie minière britannique a travaillé dans la zone en 1904) ; plusieurs pics d’occupation ancienne sont notables (fig. 2), à l’époque pharaonique (Nouvel Empire ?), au début de l’époque ptolémaïque et à l’époque médiévale (l’époque romaine est, de manière assez remarquable, une période de relative léthargie dans la zone). L’époque ptolémaïque représente sans conteste la période durant laquelle l’activité est la plus notable et la plus variée. Le district de Samut comprend alors deux implantations majeures, Samut Nord et Bi’r Samut, distants de 4,3 km à vol d’oiseau : le site nord, localisé dans les montagnes, est organisé autour d’un filon aurifère dont l’exploitation est à l’origine d’un important programme de construction ; le second, dans un vaste wâdi, comporte un fortin qui abrite un puits (d’où l’appellation arabe de Bi’r, « le puits »).

Fig. 2

Fig. 2

Vestiges du district de Samut fouillées entre 2014 et 2016.

© MAFDO, B. Redon, 2016, Fond de carte BingMap

Samut nord et l’exploitation de l’or du désert Oriental sous Ptolémée, fils de Lagos16

  • 16 Les fouilles terrestres à Samut nord ont été réalisées sous la conduite de J.-P. Brun, Th. Faucher (...)
  • 17 Redon 2016.

10Le site de Samut nord est entièrement dédié à l’exploitation de l’or. Le filon de quartz aurifère est intensément exploité dans le dernier quart du ive siècle avant J.-C. d’après l’étude de la céramique réalisée par J.-P. Brun, et le programme de constructions lié à cette exploitation y est important, complexe et réalisé en une seule fois. Il comprend, autour du filon et selon une répartition réfléchie, des bâtiments dédiés au logement et à l’approvisionnement de la troupe et des mineurs (sans doute des forçats et prisonniers de guerre17), et des constructions plus ou moins complexes dédiées aux différentes activités de transformation du minerai en or (fig. 3-4).

Fig. 3

Fig. 3

Vue générale du bâtiment 1 de Samut nord, depuis l’ouest.

© MAFDO, B. Redon, 2014

Fig. 4

Fig. 4

L’intérieur du bâtiment 1 depuis le nord-ouest.

© MAFDO, G. Pollin, 2015

  • 18 Les ostraca de Samut nord sont étudiés par B. Redon (ostraca grecs) et M.-P. Chaufray (ostraca démo (...)
  • 19 Je ne m’étendrai pas sur les banques ptolémaïques, dont on sait qu’elles pouvaient être privées ou (...)
  • 20 P.Petrie II, 9 (3) = III, 43 (3) évoque des mines de cuivre dans le Fayoum en 240 avant J.-C. (des (...)
  • 21 On a pu aussi penser que des soldats pouvaient travailler directement dans les mines, mais cela res (...)

11Vue son ampleur et la spécialisation de ses installations, le complexe minier de Samut nord est certainement le fruit d’un investissement d’État, une exploitation lancée sur ordre de Ptolémée, alors qu’il est peut-être encore satrape (il se proclame basileus en 305 avant J.-C.), avec des moyens conséquents. Malheureusement peu d’ostraca ont été mis au jour sur le site pour le certifier, mais l’un d’entre eux mérite d’être mentionné : il s’agit d’O.Sam. 4 (= TM 706211), un titulus amphorique indiquant que le récipient contenait des figues noires envoyées à un banquier18. La présence d’un banquier dans l’installation minière est notable et va dans le sens d’un contrôle direct du pouvoir macédonien dans l’exploitation de l’or de la région19. Les rares documents relatifs à l’exploitation des ressources naturelles égyptiennes par les Lagides20 tendraient également à suggérer que mines et carrières étaient gérées directement par l’État lagide, en même temps qu’ils démontrent le rôle important de l’armée dans la surveillance et l’exploitation de ces ressources21. C’est également notre hypothèse pour la mine de Samut nord.

  • 22 Estimations fondées sur la faible puissance stratigraphique observée dans les bâtiments fouillés en (...)
  • 23 Sur ces sites et leur exploration, cf. Redon, Faucher 2015a, pp. 29-31 ; Redon, Faucher 2016a, pp.  (...)
  • 24 Sur ces sites, cf. Klemm, Klemm 2013, s.v.

12Le filon est exploité, d’après nos estimations, moins d’une dizaine d’années22. Il est possible d’ailleurs que le site n’ait pas été occupé en continu, durant ce court laps de temps, mais que l’occupation ait été saisonnière, comme elle l’était, par exemple, sur les sites du district de Samut où l’or fût exploité au Nouvel Empire ou à l’époque médiévale23. Les raisons de l’abandon de la mine nous échappent pour le moment, mais plusieurs hypothèses peuvent être évoquées : il est possible, tout d’abord, que l’expédition qui avait été envoyée par Ptolémée à Samut nord, pour récolter de l’or et approvisionner les caisses de la cour, ait atteint son objectif. On peut aussi supposer que le filon était difficile à exploiter plus avant et/ou que d’autres filons, plus rentables, avaient été mis en exploitation. Ces hypothèses ne sont pas exclusives, mais il est en tout cas trop tôt pour en privilégier une. Seule la fouille des autres grandes mines ptolémaïques de la région (Dunqash, Atud, Sibrit, Hamash, Daghbag/Compasi)24 et la fixation de la chronologie de leur exploitation pourra nous permettre de tirer des conclusions plus assurées, et de raisonner à l’échelle du désert Oriental.

  • 25 Cela a conduit les historiens à conclure que Ptolémée Ier n’avait eu aucun intérêt pour la région : (...)
  • 26 Apud Photius 250, 1.
  • 27 Pline VI, 169, XXXVII, 24, 108, Diodore III, 39, 5-9, Photius 250, 82, Strabon XVI, 4, 6. Cette dat (...)
  • 28 Arrien, Indikè XLIII, 4-5.

13Il est important en tout cas de noter le rôle du premier des Ptolémées dans l’exploitation de l’or du désert Oriental, jusque là passée sous silence dans les sources25, qui insistent plutôt sur le rôle de son fils dans le développement de la région (cf. infra). Il faut toutefois rendre justice à Agatharchide, qui, au début de sa description de la région, mettait en avant l’intérêt de Ptolémée, fils de Lagos, pour la région, non pas pour l’exploitation de l’or, mais pour les éléphants et leur chasse en Afrique26. Rappelons également que c’est peut-être sous son règne (ou au tout début du règne de son fils) que Philon a exploré les côtes africaines de la mer Rouge27. Enfin, des troupes de Ptolémée fils de Lagos ont peut-être également traversé le désert, puis la mer Rouge et l’Arabie, pour porter secours à Séleucos à Babylone en 311 avant J.-C.28.

Bi’r Samut et l’aménagement des routes du désert sous Ptolémée II et III

  • 29 Cf. l’article de J. Gates-Foster dans ce volume.

14L’exploitation du minerai de quartz aurifère dans le district de Samut ne s’est pas arrêtée lors l’abandon du site de Samut nord. À Bi’r Samut en effet, sous le fort exploré entre 2014 et 2016, une première occupation, visiblement liée au travail de l’or, a pu être décelée. Elle remonte vraisemblablement au début du iiie siècle avant J.-C., d’après l’étude de la céramique conduite par J. Gates-Foster29. Cette première occupation se matérialise notamment par une épaisse couche de farine de quartz (sable très blanc et lourd) qui a servi à niveler la zone lors de la construction du fort, et par près de 600 meules (dont l’usure témoigne qu’elles ont été utilisées pour broyer du quartz) remployées dans les murs du fort lors de son édification. Quelques éléments construits ont également été mis au jour, dont des fours de réduction de fer et une vaste pièce aux sols et murs recouverts d’un enduit de chaux. Tous ces éléments attestent d’une intense activité minière et métallurgique dans la zone au début du iiie siècle avant J.-C.

  • 30 Belzoni 1821, pl. 33.5. Le relevé de Wilkinson a été publié dans Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p (...)
  • 31 Des destructions importantes ont été réalisées en 2014 : des chercheurs d’or ont endommagé la porte (...)
  • 32 Fouilles réalisées sous la conduite de J.-P. Brun, Th. Faucher et B. Redon. Sur les vestiges de Bi’ (...)
  • 33 Le fort d’El-Kanaïs fait 75 x 51 m max. Celui d’Apollonôs hydreuma est plus grand, mais il n’est pa (...)

15Après cette phase d’occupation et un premier épisode d’abandon, le fort de Bi’r Samut est construit. Il est bien connu par les voyageurs depuis le début du xixe siècle, dont Belzoni et Wilkinson, qui en ont chacun fait le plan (fig. 5). Sidebotham et Wright en ont établi le relevé dans les années 1990 et un plan, très peu précis et réalisé d’après les photographies satellites, a été récemment publié par les Klemm en 201330. Malgré des destructions récentes31, le fort est bien préservé et a été fouillé entièrement par nos soins, à l’exception de six pièces32. Il s’agit du plus vaste fort ptolémaïque du désert Oriental33 (71,50 x 58 m, sans compter les tours d’angle, fig. 6). Muni de bastions aux angles, il est bâti en blocs de granit liés à la terre. Par endroit, la courtine est encore préservée sur près de 2,50 m de haut, pour une épaisseur moyenne d’1,40 à 1,50 m. L’accès principal (qui ouvrait sans doute sur la piste caravanière) s’y faisait depuis l’angle nord-est, via une porte munie d’un sas ; une poterne a été dégagée immédiatement en face.

Fig. 5

Fig. 5

Plan de Bi’r Samut par G. Belzoni (tiré de Voyages en Égypte et en Nubie, Atlas, Paris, 1921, pl. 33.5).

© G. Belzoni

Fig. 6

Fig. 6

Vue générale du fort de Bi’r Samut depuis le nord.

© MAFDO, G. Pollin, 2015

  • 34 Le géographe Hume rapporte qu’il donne toujours de l’eau (Hume 1907, p. 14) ; en 1912, dans son ouv (...)

16Aucune trace du puits qui a donné son nom au fort n’a pu être relevée lors de nos travaux (il a sans doute été emporté lors des travaux qui ont tenté de dégager le centre de la cour du fort de ses alluvions), mais il est signalé jusqu’au début du xxe siècle34 et est sans doute encore visible sur la photographie satellite Corona prise en 1969 (une tâche noire et circulaire se trouve au centre nord de la cour). Il alimentait certainement la vaste citerne mise au jour près de la poterne, qui pouvait contenir près de 110 m3 (fig. 7).

Fig. 7

Fig. 7

La citerne 15 vue du nord-ouest.

© MAFDO, Th. Faucher, 2016

  • 35 Brun, Faucher, Redon 2017.

17Les constructions à l’intérieur du fort s’organisent, de manière classique, le long de la courtine, sur une, deux ou trois rangées de pièces. Le matériel et les équipements mis au jour permettent de déterminer la fonction de certains espaces, si ce n’est de tous. C’est ainsi que le bastion sud-ouest abritait des pièces équipées de silos, le bastion nord-ouest des bains35, tandis que plusieurs boulangeries et cuisines ont été fouillées dans l’aile nord. Il est plus délicat de se prononcer pour d’autres pièces, entièrement vides lors de nos travaux, en particulier la plus grande d’entre elles, qui se développe sur près de 50 m de long et 10 m de large contre la courtine ouest. Elle n’était probablement pas couverte et a peut-être pu servir d’étables pour les animaux de transport (ânes, chameaux) et/ou d’espace de campement pour les caravanes de passage.

  • 36 Étude conduite par Th. Faucher.
  • 37 Informations fournies par H. Cuvigny et M.-P. Chaufray, responsables de l’édition des ostraca grecs (...)
  • 38 Cf. l’article de J. Gates-Foster dans ce volume. Cela confirme les écrits d’Agatharchide et de Diod (...)

18La date de construction du fort n’est pas encore assurée. D’après l’étude préliminaire du matériel, elle pourrait avoir eu lieu vers ou un peu avant le milieu du iiie siècle avant J.-C. Nous possédons plusieurs mentions d’années regnales dans les ostraca, dont une intéressante mais hypothétique année 30, sur un ostracon démotique déchiffré par M.-P. Chaufray (O.Sam. inv. 572), qui pourrait se référer au règne de Ptolémée II et plus précisément à l’an 256/255 avant J.-C. Cela dit, la lecture de cette date n’est pas totalement assurée (on pourrait hésiter avec les années 8 ou 20). Tout au plus peut-on dire que la majorité des monnaies découvertes à Bi’r Samut appartient aux séries 3 et 4, datées de 261-240 et 240-220 avant J.-C.36, que les dates regnales portées par les ostraca s’accordent avec le règne de Ptolémée III et le début du règne de Ptolémée IV37 et que, d’après l’étude de la céramique, une intense activité doit être notée à Bi’r Samut sous le règne de Ptolémée III38.

  • 39 Sur la date d’éclatement de la révolte, cf. Veïsse 2004, pp. 11-26 (hypothèse haute) et Depauw 2006 (...)

19Le fort est occupé durant plusieurs décennies et des remaniements ont été notés dans son plan. Il devait être régulièrement curé et nettoyé (ce qui a conduit à la formation de deux dépotoirs, contre les courtines nord et ouest du fort) et nous possédons finalement assez peu d’informations sur les différentes phases d’occupation de l’intérieur du fort. En revanche, il est possible de dater assez précisément l’abandon du fort de Bi’r Samut. En effet, toutes les pièces ou presque présentent des niveaux d’abandon très bien préservés, composés d’objets laissés en place et jonchant les sols (fig. 8), qui attestent que le fort a été évacué de manière soudaine, peut-être violente, en tout cas définitive, au début de la Grande Révolte de Thébaïde (qui éclate entre 208/207 et 206/205 avant J.-C. et dure une vingtaine d’années39). Le fort n’est ensuite plus occupé, sauf très sporadiquement sous le Haut Empire.

Fig. 8

Fig. 8

Sol d’abandon de la pièce 45, avec 33 pesons reposant sur le sol.

© MAFDO, B. Redon, 2016

  • 40 Prospections et relevés par Alexandre Rabot, Mariola Hepa, Isabelle Goncalves, Julie Marchand et Bé (...)

20L’exploitation de l’or n’apparaît pas dans les quelques 1300 ostraca découverts à Bi’r Samut, sauf à deux reprises. L’ostracon le plus explicite (O.Sam. inv. 1202) mentionne un administrateur des mines (metalla). La poursuite de l’exploration minière de la région est également démontrée sur le site de mineurs (et probable petite station) situé à 10 km à l’est de Bi’r Samut, Abu Garaish, exploré par la mission en 2016, et qui a fonctionné à la même période que le fortin de Bi’r Samut (fig. 9)40. Mais si cette activité minière se poursuit, il est clair en revanche que le fort de Bi’r Samut, lui, n’a pas pour principale vocation d’en assurer la gestion, le commandement ou la logistique.

Fig. 9

Fig. 9

Vue du bâtiment 1 d’Abu Garaish.

© MAFDO, A. Rabot, 2016

  • 41 Cuvigny à paraître (a).
  • 42 Cuvigny à paraître (b) ; Chaufray à paraître.

21De la même manière, le rôle du fort de Bi’r Samut dans la défense du désert Oriental n’est pas évident dans les ostraca (les soldats sont assez discrets dans la documentation et la région n’est pas en grand danger, du reste). En réalité, la majeure partie de la documentation a trait à des distributions de denrées à et autour de Bi’r Samut41, au ravitaillement des caravanes, notamment de chameaux42, qui traversaient le désert et, comme les praesidia romains des routes de Bérénice et de Myos Hormos, le fort a avant tout un rôle de halte sur la route qui menait à la mer Rouge.

  • 43 Cuvigny à paraître (a).
  • 44 Le puits d’Apollôn, jamais fouillé, est mentionné dès le milieu du ier siècle par Pline, HN VI, 26, (...)

22Dans les ostraca, l’organisation de la surveillance et des circulations (de courriers mais aussi d’officiels et de caravanes) dans le désert Oriental apparaît en filigrane. Elle se matérialise notamment par un maillage de la région par des haltes aménagées, qui sont désignées comme des stations (stathmoi) et/ou comme des puits (hydreumata). Plusieurs d’entre elles sont mentionnées dans les ostraca de Bi’r Samut, qui s’égrenaient le long de la route conduisant d’Edfou à Bérénice43. Leur identification, délicate, est encore en cours, mais plusieurs d’entre elles sont déjà connues, ainsi l’hydreuma situé au pied du Paneion d’El-Kanais (dénommé τὸ ὕδρ⟨ευμα τὸ ἐπὶ τοῦ Πανείου dans I.Paneion 12) ou encore l’hydreuma d’Apollôn, près de Bérénice, si toutefois le toponyme Apolloniou lu par H. Cuvigny à Bi’r Samut y fait bien référence44.

  • 45 Une dédicace à la reine Arsinoé, attribuable aux années 270, y est signalée par J.G. Wilkinson (Wil (...)
  • 46 Bagnall et al. 1996. Le site comprend un bâtiment de 8 x 10 m et deux citernes indépendantes, de ta (...)
  • 47 L’identification de Marsa Nachari à Nechesia a été proposée par St. Sidebotham (Sidebotham 1997b, p (...)

23La construction du fortin près du Paneion (fig. 10) est attribuable au règne de Ptolémée II45, qui est également à l’origine de la fondation du port de Bérénice au débouché de la piste Edfou-Bérénice, ainsi que de la petite station non fortifiée de Bi’r ‘Alayyân46, située sur la route d’Edfou à Marsa Nachari (Nechesia ?47). Ce dernier site a livré une inscription évoquant son aménagement durant la 28e année de Ptolémée II (258/257 avant J.-C.), soit deux ans avant l’hypothétique année 30 qui pourrait apparaître sur un ostracon démotique de Bi’r Samut (cf. supra).

Fig. 10

Fig. 10

Vue satellite de quelques forts ou puits fortifiés de la route ptolémaïque Edfou-Bérénice, présentés à la même échelle.

© MAFDO, B. Redon, 2016, BingMaps

  • 48 Carte réalisée en collaboration avec Alexandre Rabot et Thomas Faucher à partir de la recension eff (...)

24Sur le terrain, plusieurs stations ptolémaïques ont été repérées durant les prospections des xixe et xxe siècles et la carte réalisée pour accompagner cet article48 est destinée à les cartographier (fig. 1). Même si elle est encore provisoire (notamment en raison du manque d’informations chronologiques fiables sur ces sites en l’absence de fouille), un bref coup d’œil suffit à constater que les principaux aménagements lagides dans le désert Oriental jalonnent la route qui mène d’Edfou à Bérénice et, dans une moindre mesure, celle reliant Edfou à Marsa Nachari.

  • 49 On trouvera une recension utile, même si ancienne, des sources relatives à la route Edfou-Bérénice (...)
  • 50 Diagnostic de J.-P. Brun et J. Gates-Foster réalisé à l’occasion d’une visite en janvier 2016.
  • 51 La forme des lettres (Σ à barre brisée, Ε et Ξ carrés, lettres sans apices, alpha à barre horizonta (...)
  • 52 Masson 1990, p. 613 ; Clarysse, Thompson 2006, p. 320.
  • 53 Fouille réalisée en janvier 2017 et 2018 par la Mission archéologique française du désert Oriental (...)
  • 54 Voir le plan d’Abu Midrik dans Sidebotham, Zitterkopf 1995, fig. 15.
  • 55 Voir les cartes de répartition de l’article de J. Gates-Foster dans ce volume. Cf. note 44 à propos (...)

25Sur la voie Edfou-Bérénice49, le maillage est assez serré et l’on compte une station (fortin ou puits, souvent fortifié : fig. 10) tous les 20 à 30 km, comme sur les routes de Bérénice et de Myos Hormos à l’époque impériale. Les fortins près du Paneion et de Bi’r Samut et la petite halte d’Abu Garaish sont en activité à partir du milieu du iiie siècle avant J.-C., ce qui est sans doute le cas de trois autres stations situées sur cette route. C’est ainsi que le puits fortifié d’Abu Midrik présente en surface de la céramique contemporaine de celle qui a été mise au jour à Bi’r Samut et Abu Garaish50. Par ailleurs, une inscription de la première moitié de l’époque ptolémaïque51 a été repérée à une cinquantaine de mètres au sud du fortin : elle est gravée sur un bloc de grès (peut-être une stèle funéraire ?), et porte le nom d’Aristis, fils de Philoxenos, un anthroponyme typique de Cyrénaïque52. De même, la fouille du fortin d’Abbad a montré qu’il était construit vers le milieu du iiie siècle avant J.-C. et abandonné à la fin du même siècle53. Enfin, la station d’Abu Rahal est très semblable, dans son plan, à celle d’Abu Midrik (ces petites stations comprennent deux très grandes citernes circulaires en leurs murs54). On peut certainement en conclure que l’aménagement de la portion occidentale de la route Bérénice-Edfou est à dater des deuxième et troisième quarts du iiie siècle avant J.-C., ce qui est probablement le cas également de celui de la partie orientale de la route, sur laquelle nous n’avons pas travaillé pour le moment, mais dont la céramique de surface date, lorsqu’il y en a, du début de l’époque ptolémaïque55.

  • 56 C’est également confirmé par le peu de céramique de surface livrée par les autres haltes de la rout (...)
  • 57 La concentration de mines d’or apparemment exploitées à l’époque ptolémaïque entre la région de Bar (...)
  • 58 Bagnall et al. 1996, p. 320.
  • 59 Seeger 2001, pp. 77-88.

26L’inscription de la station de Bi’r ‘Alayyân suggère une date similaire, sous le règne de Ptolémée II, pour l’équipement de la route conduisant d’Edfou à Marsa Nachari56, en même temps qu’une intervention de l’État pour cet aménagement. Toutefois, cette voie secondaire n’a pas dû connaître la même activité que la voie principale Edfou-Bérénice : les sites ptolémaïques identifiés le long de cette voie sont rarement des fortins ou des puits fortifiés, mais plutôt de simples haltes munies d’un point d’eau, sans aménagements conséquents. Il y a de bonnes raisons de penser que l’exploitation des mines d’or situées de part et d’autre de la voie (Barramiya, Atud et Sokkari57) a dû en constituer la raison d’être principale58, même s’il faudrait disposer de davantage d’informations sur les vestiges localisés le long de cette route (en particulier sur son point d’aboutissement, qui n’a pour le moment livré que des vestiges datés du début de l’époque romaine59) pour en être assuré.

  • 60 Voir l’article de J.-P. Brun dans ce volume.
  • 61 Déjà noté par Sidebotham 2011, p. 29.
  • 62 D’ailleurs, la plupart des inscriptions ptolémaïques se réfèrent plutôt à l’exploitation de l’or da (...)
  • 63 Fournet 1995.
  • 64 Klemm, Klemm 2013, pp. 140-141.
  • 65 Id., pp. 160-161.
  • 66 Id., pp. 161-168.
  • 67 Cf. note 2.

27Les routes partant de Coptos et aboutissant à Myos Hormos et Bérénice – routes les plus empruntées à l’époque impériale60 – sont encore moins bien équipées que la route Edfou-Marsa Nachari61. Le maillage est lâche et les quelques sites sur lesquels une occupation ptolémaïque a été décelée ne sont pas des stathmoi ou des hydreumata. Ce sont plutôt des haltes non aménagées où les voyageurs de passage ont laissé des graffiti, ainsi Al-Buwayb62 ou Abu Ku‘63, tandis que Umm Fawakhir/Persou64, Sigdit-Wâdi Miyah65 et Daghbag/Compasi66 sont des sites miniers plutôt que des stations de piste caravanière. On pourrait y voir le résultat d’un biais de nos informations relatives à la partie nord du désert Oriental à l’époque ptolémaïque, mais les prospections y ont été nombreuses, de même que les opérations de fouille menées sur les fortins romains67 ; des vestiges ptolémaïques auraient pu difficilement échapper à l’attention des chercheurs.

  • 68 Il ne faudrait pas en conclure que Coptos n’a eu aucun rôle dans la gestion du désert Oriental au d (...)
  • 69 L’axe Coptos-Bérénice n’a probablement pas existé à l’époque ptolémaïque : De Romanis 1996, pp. 731 (...)
  • 70 Hypothèse déjà évoquée par De Romanis 1996, pp. 132-136. Si cette date est avérée, peut-être faudra (...)
  • 71 Si la route et son organisation apparemment centralisée par l’administration ptolémaïque est abando (...)

28En résumé, il semble assez clair que l’aménagement systématique – avec des fortins, des étables pour les bêtes de somme, des citernes et des puits répartis régulièrement – de la route d’Edfou à Bérénice a été privilégié, sous le règne des trois premiers Lagides, aux dépens des routes qui aboutissaient à Coptos68. Des deux côtés de l’isthme évoqué par Strabon (XVII, 1, 45) pour décrire le réseau des pistes caravanières du désert Oriental, l’axe Edfou-Bérénice est donc le plus ancien et le plus dynamique. À son époque, au début de l’époque impériale, la voie Coptos-Myos Hormos a pris le relais69 (ἀλλὰ νῦν ἡ Κοπτὸς καὶ ὁ Μυὸς ὅρμος εὐδοκιμεῖ, « de nos jours, ce sont Coptos et Myos Hormos qui sont renommées »), mais Strabon ne situe pas ce basculement septentrional dans le temps. L’abandon définitif de Bi’r Samut au début de la révolte de Thébaïde et l’absence de réoccupation ptolémaïque dans le district de Samut à la suite de la reprise en main de la région par les Lagides pourraient suggérer qu’il a eu lieu au tournant des iiie-iie siècles avant J.-C.70. Les souverains auraient alors sciemment réorienté le trafic des caravanes de la mer Rouge vers Coptos, au nord de la remuante Thèbes, à proximité de Ptolémaïs et du représentant lagide en Haute Égypte, pour éviter d’être de nouveau coupés de la région, alors qu’il était devenu clair, aux yeux des Lagides, que la route Edfou-Bérénice était trop peu sûre en cas de sécession de la Haute Égypte71.

  • 72 Cette évolution, dans l’équipement des voies du désert Oriental, pourrait s’expliquer par l’abandon (...)

29La piste Coptos-Myos Hormos ne connaîtra toutefois pas le même type d’occupation que l’axe Edfou-Bérénice, puisqu’aucun fort ptolémaïque n’y est recensé72 (fig. 1). En ce sens, le témoignage de Strabon (XVII, 1, 45), affirmant qu’il n’y avait pas, avant son époque, de stations sur la route Coptos-Myos Hormos et que les commerçants voyageaient de nuit en portant leur eau avec eux, pourrait être confirmé : ce n’est en effet qu’à l’époque flavienne que de réelles stations bien équipées et fortifiées, identiques aux stathmoi et aux hydreumata de la voie Edfou-Bérénice du iiies avant J.-C., furent construites.

Conclusion

30Ces quelques remarques préliminaires sur l’investissement lagide dans la région tel qu’il est apparu grâce à la fouille des sites de Samut nord et Bi’r Samut confirment ainsi ce que l’on avait pu écrire jusque là sur l’histoire de l’occupation de la région à l’époque lagide d’après les sources écrites et les données de prospection. Mais elles permettent également d’affiner la micro-histoire de partie sud du désert Oriental, de lui donner corps, et de faire émerger des faits jusque là passé inaperçus.

31La fouille de Samut nord a ainsi mis en lumière un premier développement dans la région sous Ptolémée, fils de Lagos, dont le rôle majeur dans l’exploration et l’exploitation des ressources du désert Oriental avait échappé aux historiens et été négligé au profit de celui de son fils Ptolémée II. Quant aux fouilles de Bi’r Samut, elles ont permis de constater l’essor de la voie reliant Edfou à Bérénice, visiblement assez fréquentée sous le règne de Ptolémée III, et équipée, peut-être dès le règne de Ptolémée II, de relais espacés régulièrement pour faciliter les trajets entre la Vallée et la mer Rouge. Le basculement des circulations transversales entre la Vallée du Nil et la mer Rouge vers le nord de la région (sur l’axe Coptos-Myos Hormos) pourrait quant à lui être le résultat de la grande révolte de Thébaïde.

32Malgré leur intérêt, ces observations ne pourront trouver de confirmation tant que nous n’aurons pas exploré d’autres fortins et d’autres mines ptolémaïques de la région ; c’est le programme que nous nous sommes fixés pour les années à venir, en espérant toutefois que les vestiges survivront aux destructions actuelles.

Bibliographie

  

Bagnall R. et al., « A Ptolemaic Inscription from Bir’ Iayyan », CdE 71, 1996, 317-330.

Ball J., The geography and geology of south-eastern Egypt, Le Caire, 1912.

Belzoni G.B., Voyages en Égypte et en Nubie, Vol. 3, 1821, pl. 33.5.

Bernand A., Le Paneion d’El-Kanaïs : les inscriptions grecques, 1972 (I.Paneion).

Bogaert R., « Liste géographique des banques et des banquiers de l’Égypte ptolémaïque », ZPE 120, 1998, 165-202.

Breasted J., Ancient Records of Egypt 2. The Eighteenth Dynasty, University of Illinois Press, 2001.

Brun J.-P. et al., « Les mines d’or ptolémaïques. Résultats des prospections dans le district minier de Samut (désert Oriental) », BIFAO 113, 2013a, 111-142.

Brun J.-P. et al., « L’or d’Égypte. L’exploitation des mines d’or dans le désert Oriental sous les Ptolémées », L’archéologue 126, juin-juillet-août 2013b, 56-61.

Brun J.-P., « Le commerce entre l’Empire romain, l’Arabie et l’Inde à la lumière des fouilles archéologiques dans le désert Oriental d’Égypte », Annuaire du Collège de France 2013-2014, 2014, 487-503.

Brun J.-P., Faucher Th., Redon B., « An early Ptolemaic bath in the fortress of Bi’r Samut (Eastern desert) », in B. Redon (éd.), Collective baths in Egypt 2. New discoveries and perspectives, Le Caire, 2017, 13-23.

Chaufray M.-P., « Les chameaux dans les ostraca démotiques de Bi’r Samut », in D. Agut, B. Redon (éd.), Les « vaisseaux du désert » : présence et usages du chameau entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire avant J.-C. à l’époque romaine, à paraître.

Clarysse W., Thompson D.J., Counting the People II, 2006.

Cuvigny H., Bülow-Jacobsen A. et al. « Inscriptions rupestres vues et revues dans le désert de Bérénice », BIFAO 99, 1999.

Cuvigny H., Bülow-Jacobsen A., « Le paneion d'Al-Buwayb revisité », BIFAO 100, 2000, 243-266.

Cuvigny H., « The 3rd c. BC entolai from Bi’r Samut and the names of the stations on the Ptolemaic road from Apollonos Polis to Berenike », Actes du 28e Congrès international de papyrologie, Barcelone, à paraître (a).

Cuvigny H., « Les chameaux dans les ostraca grecs de Bi’r Samut », in D. Agut, B. Redon (éd.), Les « vaisseaux du désert » : présence et usages du chameau entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire avant J.-C. à l’époque romaine, à paraître (b).

Depauw M., « Egyptianizing the Chancellery during the Great Theban Revolt (205–186 BC): A New Study of Limestone Tablet Cairo 38258 », in H. Altenmüller, N. Kloth (éd.), Studien zur Altägyptischen Kultur, Bd. 34, 2006, 97-105.

De Romanis, F., Cassia, cinnamomo, ossidiana. Uomini e merci tra Oceano indiano e Mediterraneo, Rome, 1996.

De Romanis F., « Graffiti greci da Wādi Menīh el-Ḥēr. Un vestorius tra Coptos e Berenice », Topoi 6/2, 1996, 731-745.

Desanges J., Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique (ive siècle avant J.-C. - ive siècle après J.-C.), CEFR 38, 1978.

Fournet J.-L. « Les inscriptions grecques d’Abu Ku’ et de la route de Quft-Qusayr », BIFAO 95, 1995, 173-223.

Gates-Foster J., « The Eastern Desert during the Ptolemaic period: an emerging picture », in H. Barnard, K. Duistermaat (éd.), The Peoples of the Eastern Desert, University of California Press, 2012, 190-203.

Harrell J.A., Brown V.M., « The world's oldest surviving geological map – the 1150 BC Turin papyrus from Egypt », Journal of Geology 100, 1992, 3-18.

Hume W.F., Topography and geology of the Eastern Desert of Egypt, 1907.

Klemm D., Klemm R., Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia, 2013.

Marchand J. et al., « L’exploitation de l’or en Égypte au début de l’époque islamique : l’exemple de Samut », in Les métaux précieux en Méditerranée médiévale. Exploitations, transformations, circulations, à paraître.

Masson O., Onomastica graeca selecta I, 1990.

Meredith D., « The Roman remains in the Eastern Desert of Egypt », JEA 38, 1952, 94-111.

Meredith D., « The Roman remains in the Eastern Desert of Egypt (Continued) », JEA 39, 1953, 95-106.

Murray G.W., « The Roman roads and stations in the Eastern Desert of Egypt », JEA 11, 1925, 138-150.

Murray G.W., « Water from the Desert: Some Ancient Egyptian Achievements », GJ 121, 1955, 171-181.

Préaux Cl., L’économie royale des Lagides, 1939.

Redon B., Faucher Th., « Rapport de la mission française du désert Oriental. Campagne 2014 », Rapport d’activités de l’IFAO 2013-2014, 2014, 12-22.

Redon B., Faucher Th., « Rapport de la mission française du désert Oriental. Campagne 2015 », Rapport d’activités de l’IFAO 2014-2015, 2015, 24-33.

Redon B., Faucher Th., « Gold mining in Early Ptolemaic Egypt », Egyptian Archaeology 46, 2015, 17-19.

Redon B., Faucher Th., « Rapport de la mission française du désert Oriental. Campagne 2016 », Rapport d'activités de l'IFAO 2015-2016, 2016(a), 10-24.

Redon B., Faucher Th., « Samut North: ‘heavy mineral processing plants’ are mills », Egyptian Archaeology 48, 2016(b), 20-22.

Redon B., « Travailler dans les mines d’or ptolémaïques du désert Oriental égyptien. Lieux de vie et de travail à Samut nord », Les nouvelles de l’archéologie 143, 2016, 5-7.

Rice E.E., The Grand procession of Ptolemy Philadelphus, Oxford, 1983.

Rothe R.D., Miller W.K., Rapp G.R., Pharaonic Inscriptions from the Southern Eastern Desert of Egypt, 2008.

Seeger J. A., « A preliminary report on the 1999 field season at Marsa Nakari », JARCE 38, 2001, 77-88.

Sidebotham St. E., Zitterkopf R.E., « Routes through the Eastern Desert of Egypt », Expedition 37.2, 1995, 39-52.

Sidebotham St. E., « Caravans Across the Eastern Desert of Egypt: Recent Discoveries on the Berenike-Apollinopolis Magna-Coptos Roads », in A. Avanzini (éd.), I Profumi d’Arabia, Rome, 1997(a), 385-394.

Sidebotham St. E., « The Roman Frontier in the Eastern Desert of Egypt », in W. Groenman-van Waateringe, B.L. van Beek, W.J.H. Willems, S.L. Wynia (éd.), Roman Frontier Studies 1995. Proceedings of the XVIth International Congress of Roman Frontier Studies, 1997(b), 503-509.

Sidebotham St. E., Hense M., Nouwens H.M., The Red Land. The illustrated Archaeology of Egypt’s Eastern Desert, 2008.

Sidebotham St. E., Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, 2011.

Sidebotham St. E., Gates-Foster J., Rivard J.-L. (éd.), The Archaeological Survey of the Desert Roads between Berenike and the Nile Valley : Expeditions by the University of Michigan and the University of Delaware to the Eastern Desert of Egypt, 1988-2015, à paraître.

Thiers Chr., « Ptolémée Philadelphe, l’exploration des côtes de la mer Rouge et la chasse à l’éléphant », Égypte, Afrique & Orient 24, 2001, 3-12.

Thompson D.J., « Philadelphus’ procession : dynastic power in a Mediterranean context », in L. Mooren (éd.), Politics, administration and society in the Hellenistic and Roman world, Leuven, 2000, 365-388.

Veïsse A.-E., Les révoltes égyptiennes, Recherches sur les troubles intérieurs en Égypte du règne de Ptolémée III Évergète à la conquête romaine, Studia Hellenistica 41, 2004.

Vercoutter J., Kush VII, 1959.

Wilkinson J.G., Topographie of Thebes, and general view of Egypt, 1835.

Notes

1 Les expéditions les plus fameuses sont celles de Montouhotep III et IV au tournant des IIIe et IIe millénaires avant J.-C. dans le wâdi Hammamat (Murray 1955, p. 175 ; Breasted 2001, pp. 208-213) et il faut citer également la fameuses carte du wâdi Hammamat réalisée sous Ramsès IV (Harrell, Brown 1992). Un ouvrage récent donne un panorama relativement complet des inscriptions pharaoniques du désert Oriental : Rothe, Miller, Rapp 2008.

2 Les principales opérations archéologiques (pour les prospections, cf. infra notes 11 et 12) dans le désert ont été conduites de 1994 à 2013 par la Mission archéologique française du désert Oriental, créée par Hélène Cuvigny, qui, dans la lignée des fouilles pionnières du Mons Claudianus, a exploré la région située entre la Vallée du Nil et la mer Rouge à la tête d’une équipe de papyrologues et d’archéologues. Il s’agissait d’étudier deux aspects de la présence romaine dans la région liée à l’exploitation des carrières par le pouvoir central d’une part, et à l’aménagement et la surveillance des deux grandes pistes caravanières conduisant aux ports de Myos Hormos et de Bérénice de l’autre. On renverra aux articles de J.-P. Brun, A. Bülow-Jacobsen, H. Cuvigny, M. Leguilloux et M. Reddé dans ce volume.

3 La bibliographie est vaste et on se contentera de rappeler ici les travaux les plus importants et/ou récents : Desanges 1978, p. 252-279 ; Sidebotham 2011, chap. 4 ; Gates-Foster 2012, pp. 199-201.

4 Sur les niveaux ptolémaïques qui commencent à être mis au jour à Bérénice, cf. l’article de St. Sidebotham dans ce volume.

5 Callixène de Rhodes, apud Athénée V, 197c-203c. Sur cette grande fête, cf. Rice 1983 et Thompson 2000, pp. 365-388.

6 Desanges 1978, pp. 252-279 ; Thiers 2001 ; Sidebotham 2011, pp. 39-53 ; cf. OGIS 54, Strabon XVI, 4, 5, Pline VI, 167.

7 Elles sont recensées dans Gates-Foster 2012.

8 Apud Diodore, III, 12-14 et Photius, 250, 23-29.

9 Les inscriptions grecques ont été recensées par Bernand 1972.

10 On se reportera aux présentations, dans cet ouvrage, de L. Blue (Myos Hormos) et St. Sidebotham (Bérénice).

11 Voir la liste des voyageurs du désert dans Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, pp. 33-35.

12 Klemm, Klemm 2013 ; Sidebotham, Gates-Foster, Rivard à paraître. Il faut aussi citer les travaux importants de Murray et Meredith, qui ont recensé de nombreux vestiges romains, mais aussi ptolémaïques, du désert Oriental (Murray 1925 ; Meredith 1952 et 1953).

13 Je ne reviendrai pas sur le contexte actuel dans le désert Oriental et renvoie à l’introduction de ce volume.

14 Ont participé aux campagnes 2013 à 2016 : Bérangère Redon (directrice de la mission, archéologue, CNRS-HiSoMA, Lyon) ; Thomas Faucher (directeur adjoint, directeur du programme « L’or égyptien » de l’Ifao, archéologue, numismate, CNRS-IRAMAT-CEB, Orléans) ; Adrien Arles (archéologue minier, Arkémine Sarl) ; Bailey Benson (étudiante à l’université de North Carolina à Chapel Hill, USA) ; Charlène Bouchaud (archéobotaniste, CNRS-Museum d’Histoire Naturelle, Paris) ; Jean-Pierre Brun (archéologue, céramologue, Collège de France) ; Adam Bülow-Jacobsen (papyrologue, photographe) ; Marie-Pierre Chaufray (papyrologue, CNRS-Ausonius, Bordeaux) ; Hélène Cuvigny (papyrologue, CNRS-IRHT, Paris) ; Jennifer Gates-Foster (céramologue, université de Chapel Hill, USA) ; Joseph Gauthier (archéologue minier, post-doctorant univ. de Bochum) ; Isabelle Goncalves (étudiante en égyptologie à l’Université Lumière Lyon 2) ; Mariola Hepa (archéologue, doctorante à l’université de Cologne, Allemagne) ; Martine Leguilloux (archéozoologue, Centre archéologique du Var) ; Julie Marchand (céramologue, doctorante à l’université de Poitiers) ; Olivier Onézime (topographe, IFAO) ; Gaël Pollin (photographe, IFAO) ; Alexandre Rabot (spécialiste du SIG, HiSoMA, université de Lyon 2) ; Florian Téreygeol (archéologue minier, CNRS, IRAMAT-CEA) ; Khaled Zaza (dessinateur, IFAO). Pour assurer ses campagnes annuelles, la mission bénéficie du soutien principal du Ministère des affaires étrangères et du développement international et de l’Institut français d’archéologie orientale. En 2015 et 2016, nous avons obtenu un mécénat de la Fondation du Collège de France que nous remercions.

15 Les résultats de ces travaux sont présentés dans Brun et al. 2013a.

16 Les fouilles terrestres à Samut nord ont été réalisées sous la conduite de J.-P. Brun, Th. Faucher et B. Redon et l’exploration du filon a été menée par Fl. Téreygeol, A. Arles et J. Gauthier. Pour plus de détails, on se reportera à l’article de Th. Faucher dans ce volume, et à Brun et al. 2013a ; Brun et al. 2013b ; Redon, Faucher 2014, pp. 14-19 ; Redon, Faucher 2015a, pp. 27-29 ; Redon, Faucher 2015b ; Redon, Faucher 2016b.

17 Redon 2016.

18 Les ostraca de Samut nord sont étudiés par B. Redon (ostraca grecs) et M.-P. Chaufray (ostraca démotiques). Dans cet article, les ostraca déjà publiés ou à paraître ont un numéro de publication (O.Sam. 1 à n) et, quand il existe, un numéro d’inventaire Trismegistos (TM) ; les ostraca encore inédits ont un numéro d’inventaire de terrain (O.Sam. inv. 1 à n).

19 Je ne m’étendrai pas sur les banques ptolémaïques, dont on sait qu’elles pouvaient être privées ou publiques ; dans le contexte d’une mine, j’aurais tendance à y voir une banque publique. R. Bogaert (Bogaert 1998, p. 165) plaçait la plus ancienne mention d’un trapézite en Égypte vers 270 avant J.-C. (P.Hib. I, 110 recto). L’ostracon de Samut nord, daté du dernier quart du ive siècle avant J.-C., est désormais le document le plus ancien à mentionner un banquier en Égypte ptolémaïque.

20 P.Petrie II, 9 (3) = III, 43 (3) évoque des mines de cuivre dans le Fayoum en 240 avant J.-C. (des ouvriers de ces mines, probablement situées près de Philoteris, demandent à être transférés à Alabanthis, une autre mine située en Moyenne Égypte). Une inscription mentionne la récolte de pierres précieuses dans désert Oriental (I.Pan du désert 86, l. 7-8, 130 avant J.-C.) et bien sûr l’on peut s’appuyer aussi sur le récit d’Agatharchide, repris par Diodore et Photius, concernant les mines d’or du désert Oriental (cf. note 8).

21 On a pu aussi penser que des soldats pouvaient travailler directement dans les mines, mais cela reste difficile à prouver : Préaux 1939, p. 259.

22 Estimations fondées sur la faible puissance stratigraphique observée dans les bâtiments fouillés en surface et sur le cubage limité de quartz extrait de la mine.

23 Sur ces sites et leur exploration, cf. Redon, Faucher 2015a, pp. 29-31 ; Redon, Faucher 2016a, pp. 15-17 ; Marchand et al., à paraître. On se reportera aussi aux billets publiés par A. Rabot et I. Goncalves sur le carnet de recherche de la mission : https://desorient.hypotheses.org/421 et https://desorient.hypotheses.org/495.

24 Sur ces sites, cf. Klemm, Klemm 2013, s.v.

25 Cela a conduit les historiens à conclure que Ptolémée Ier n’avait eu aucun intérêt pour la région : Desanges 1978, pp. 247-248.

26 Apud Photius 250, 1.

27 Pline VI, 169, XXXVII, 24, 108, Diodore III, 39, 5-9, Photius 250, 82, Strabon XVI, 4, 6. Cette date est rejetée par Desanges 1978, pp. 248-249 qui préfère placer l’expédition sous le règne de Ptolémée II, en raison du désintérêt, selon lui, de Ptolémée Ier pour le désert.

28 Arrien, Indikè XLIII, 4-5.

29 Cf. l’article de J. Gates-Foster dans ce volume.

30 Belzoni 1821, pl. 33.5. Le relevé de Wilkinson a été publié dans Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 333, fig. 14.3. Klemm, Klemm 2013, pp. 238-248, Sidebotham, Gates-Foster, Rivard à paraître.

31 Des destructions importantes ont été réalisées en 2014 : des chercheurs d’or ont endommagé la porte nord-est du fortin, et plusieurs passes de pelle mécanique ont été faites dans le dépotoir voisin, et surtout à l’angle nord-ouest du fort, emportant même l’un des tours de la fortification. Une visite, réalisée en janvier 2017, alors que nous fouillions le fortin d’Abbad, nous a permis de faire le terrible constat de la destruction de larges pans de la muraille du fortin et du bastion nord.

32 Fouilles réalisées sous la conduite de J.-P. Brun, Th. Faucher et B. Redon. Sur les vestiges de Bi’r Samut, cf. Redon, Faucher 2014, pp. 13-14 ; Redon, Faucher 2015a, pp. 25-27 ; Redon, Faucher 2016a, pp. 10-14.

33 Le fort d’El-Kanaïs fait 75 x 51 m max. Celui d’Apollonôs hydreuma est plus grand, mais il n’est pas sûr que l’état visible en surface soit ptolémaïque. Cf. infra note 44.

34 Le géographe Hume rapporte qu’il donne toujours de l’eau (Hume 1907, p. 14) ; en 1912, dans son ouvrage sur la géologie du désert Oriental, John Ball précise qu’il est au centre du fortin (Ball 1912, p. 30). G.W. Murray (Murray 1925, p. 145) évoque un puits de 20 m de profondeur à son époque.

35 Brun, Faucher, Redon 2017.

36 Étude conduite par Th. Faucher.

37 Informations fournies par H. Cuvigny et M.-P. Chaufray, responsables de l’édition des ostraca grecs et démotiques de Bi’r Samut.

38 Cf. l’article de J. Gates-Foster dans ce volume. Cela confirme les écrits d’Agatharchide et de Diodore, qui évoquent les nombreuses expéditions lancées par ce roi pour reconnaître les côtes de l’Arabie et ramener des éléphants d’Éthiopie : Desanges 1978, pp. 292-298.

39 Sur la date d’éclatement de la révolte, cf. Veïsse 2004, pp. 11-26 (hypothèse haute) et Depauw 2006, p. 103 (hypothèse basse).

40 Prospections et relevés par Alexandre Rabot, Mariola Hepa, Isabelle Goncalves, Julie Marchand et Bérangère Redon. Cf. Redon, Faucher 2016, pp. 15-16. Ce site a déjà été signalé par Sidebotham 1997(a), p. 386. Il comprend, outre une citerne (19 m3) située à proximité du wâdi où devait passer la route antique, des cabanes de mineurs et plusieurs bâtiments de plus grande taille, dont un vaste ensemble muni d’un dortoir du même type que ceux mis au jour à Samut nord (cf. supra). Il s’agit d’un site dédié à l’exploitation de l’or, mais sa localisation sur la voie Edfou-Bérénice et la présence de la citerne lui donnent aussi le rôle, de facto, de petite halte sur la route.

41 Cuvigny à paraître (a).

42 Cuvigny à paraître (b) ; Chaufray à paraître.

43 Cuvigny à paraître (a).

44 Le puits d’Apollôn, jamais fouillé, est mentionné dès le milieu du ier siècle par Pline, HN VI, 26, 102, puis dans l’itinéraire Antonin 173, 1, la Table de Peutinger 8C4 et par l’anonyme de Ravenne, 2, 7. Les tessons de surface datent de l’époque impériale (ier- iiie siècle, avec quelques tessons des ve-vie siècle, Brun 2014, p. 500), mais une fondation d’époque ptolémaïque est probable.

45 Une dédicace à la reine Arsinoé, attribuable aux années 270, y est signalée par J.G. Wilkinson (Wilkinson 1835, p. 421). La plus ancienne inscription grecque du Paneion date de la même décennie (I.Paneion 9) et une liste de garnisaires est gravée en 254 avant J.-C. (I.Paneion 10). Cf. Meredith 1953, p. 99, note 4.

46 Bagnall et al. 1996. Le site comprend un bâtiment de 8 x 10 m et deux citernes indépendantes, de taille moyenne (ca 2,8 m de diam. et 1,7 x 3,8 m). La nouvelle transcription du toponyme arabe est due à Hélène Cuvigny. Voir son article dans le présent volume.

47 L’identification de Marsa Nachari à Nechesia a été proposée par St. Sidebotham (Sidebotham 1997b, p. 505) et soutenue par Bagnall et al. 1996), mais cela reste une hypothèse, en l’absence de confirmation écrite ou archéologique.

48 Carte réalisée en collaboration avec Alexandre Rabot et Thomas Faucher à partir de la recension effectuée dans Sidebotham 2011, pp. 129-135 (Table 8.1). Elle reste à ce stade très préliminaire et il y a notamment beaucoup à faire sur la datation des sites (qui s’appuie pour le moment encore trop souvent sur l’analyse de la céramique de surface) mais aussi sur le tracé des routes, en travaillant encore davantage sur les cheminements naturels. Ce projet sera conduit dans les années à venir dans le cadre du projet ERC « Desert Networks ».

49 On trouvera une recension utile, même si ancienne, des sources relatives à la route Edfou-Bérénice et des visites et autres travaux archéologiques sur les sites qui s’y égrènent dans Meredith 1953, p. 98, note 3. Voir également Sidebotham 2011, pp. 28-31 pour les résultats du survey de l’université du Delaware concernant les voies ptolémaïques.

50 Diagnostic de J.-P. Brun et J. Gates-Foster réalisé à l’occasion d’une visite en janvier 2016.

51 La forme des lettres (Σ à barre brisée, Ε et Ξ carrés, lettres sans apices, alpha à barre horizontale) indique que la stèle a été gravée au iiie siècle avant J.-C., voire au siècle suivant.

52 Masson 1990, p. 613 ; Clarysse, Thompson 2006, p. 320.

53 Fouille réalisée en janvier 2017 et 2018 par la Mission archéologique française du désert Oriental (inédit).

54 Voir le plan d’Abu Midrik dans Sidebotham, Zitterkopf 1995, fig. 15.

55 Voir les cartes de répartition de l’article de J. Gates-Foster dans ce volume. Cf. note 44 à propos de l’hydreuma d’Apollôn.

56 C’est également confirmé par le peu de céramique de surface livrée par les autres haltes de la route : Sidebotham 1997a, p. 390.

57 La concentration de mines d’or apparemment exploitées à l’époque ptolémaïque entre la région de Barramiya et Marsa Alam est frappante dans Klemm, Klemm 2013, p. 613, fig. 7.6. Voir également la figure 1.

58 Bagnall et al. 1996, p. 320.

59 Seeger 2001, pp. 77-88.

60 Voir l’article de J.-P. Brun dans ce volume.

61 Déjà noté par Sidebotham 2011, p. 29.

62 D’ailleurs, la plupart des inscriptions ptolémaïques se réfèrent plutôt à l’exploitation de l’or dans la région (tel I.Ko.Ko. 158 qui évoque « Pan Donneur d’or et de la Bonne Route » : Cuvigny, Bülow-Jacobsen 2000, p. 244).

63 Fournet 1995.

64 Klemm, Klemm 2013, pp. 140-141.

65 Id., pp. 160-161.

66 Id., pp. 161-168.

67 Cf. note 2.

68 Il ne faudrait pas en conclure que Coptos n’a eu aucun rôle dans la gestion du désert Oriental au début de la période ptolémaïque. La ville a conservé le rôle important qu’elle a occupé durant l’époque pharaonique (Vercoutter 1959, pp. 120-153) et fait l’objet de l’attention des premiers souverains d’Alexandrie (voir l’article de L. Pantalacci dans ce volume). Un gros trésor monétaire (plus de 438 tétradrachmes d’argent) y est enfoui vers 295 avant J.-C. (IGCH 1670), qui démontre l’importance économique et/ou stratégique de Coptos dès le règne de Ptolémée Ier, importance qui ne se dément pas, comme en témoigne l’inscription rapportant le passage du diocète Apollonios dans la ville vers 246 avant J.-C. (I.Portes 47). Plus tard, une inscription datée du règne de Ptolémée VIII mentionne les « montagnes de Coptos », desquelles descendent les produits importés via la mer Rouge : I.Pan du désert 86, l. 10-11 (130 avant J.-C.). L’inscription pourrait avoir été trouvée à Coptos et indiquer que les voies aboutissent, à cette époque, à Coptos.

69 L’axe Coptos-Bérénice n’a probablement pas existé à l’époque ptolémaïque : De Romanis 1996, pp. 731-745 ; Cuvigny, Bülow-Jacobsen et al. 1999, pp. 134-135 et 165 pour la seule attestation de présence d’un marchand sur cet axe à l’époque ptolémaïque.

70 Hypothèse déjà évoquée par De Romanis 1996, pp. 132-136. Si cette date est avérée, peut-être faudrait-il aussi fixer la date de fondation de Myos Hormos – encore incertaine – à cette époque. La ville est citée pour la première fois par Agatharchide à la fin du iie siècle avant J.-C., repris par Diodore (III, 39, 1-2) et Photius (250, 81), et par Artémidore au siècle suivant, repris par Strabon (XVI, 4, 5). La fouille du site de Qusayr el-Qadim n’a pas livré de niveaux ptolémaïques (cf. l’article de L. Blue dans ce volume), en revanche, des découvertes sporadiques permettent de supposer que la Myos Hormos ptolémaïque se situe sous la ville moderne de Qusayr (idem).

71 Si la route et son organisation apparemment centralisée par l’administration ptolémaïque est abandonnée, il faut toutefois préciser que le sud du désert Oriental n’est pas déserté pour autant après la révolte de Haute Égypte. Ainsi, le site d’El-Kanaïs semble être toujours fréquenté dans la deuxième partie de l’époque hellénistique (mais les inscriptions sont sensiblement moins nombreuses qu’au iiie siècle avant J.-C. et un certain nombre des inscriptions datées par A. Bernand de l’époque « ptolémaïque avancée » le sont sur des critères paléographiques qui demanderaient à être revus). Plusieurs autres stations recensées sur notre carte pourraient également avoir connu un certain trafic (voir l’article de J. Gates-Foster dans cet ouvrage), mais seule leur exploration archéologique permettra de l’affirmer avec assurance. La fouille du fortin d’Abbad en janvier 2017 et 2018, a permis de confirmer que ce fortin avait été réoccupé à plusieurs reprises après son abandon à la fin du iiie siècle avant J.-C., dans la seconde moitié de l’époque ptolémaïque, au début de l’époque impériale, puis à la fin de l’époque byzantine (inédit).

72 Cette évolution, dans l’équipement des voies du désert Oriental, pourrait s’expliquer par l’abandon des expéditions de chasse aux éléphants à la fin du iiie siècle avant J.-C., par le retrait (d’une partie) des troupes lagides du désert ou par un changement dans la nature et l’organisation du commerce érythréen. Toutefois, nos sources sont trop peu disertes – et l’exploration du district de Samut n’a apporté aucune information réellement utilisable à ce propos – pour que l’on puisse étudier ce phénomène plus précisément à ce stade de nos recherches.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Implantations humaines et axes de circulation dans le désert Oriental à l’époque ptolémaïque.
Crédits © MAFDO, Th. Faucher, A. Rabot, B. Redon, 2016
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 2
Légende Vestiges du district de Samut fouillées entre 2014 et 2016.
Crédits © MAFDO, B. Redon, 2016, Fond de carte BingMap
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 3
Légende Vue générale du bâtiment 1 de Samut nord, depuis l’ouest.
Crédits © MAFDO, B. Redon, 2014
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 4
Légende L’intérieur du bâtiment 1 depuis le nord-ouest.
Crédits © MAFDO, G. Pollin, 2015
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 5
Légende Plan de Bi’r Samut par G. Belzoni (tiré de Voyages en Égypte et en Nubie, Atlas, Paris, 1921, pl. 33.5).
Crédits © G. Belzoni
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 6
Légende Vue générale du fort de Bi’r Samut depuis le nord.
Crédits © MAFDO, G. Pollin, 2015
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 7
Légende La citerne 15 vue du nord-ouest.
Crédits © MAFDO, Th. Faucher, 2016
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 8
Légende Sol d’abandon de la pièce 45, avec 33 pesons reposant sur le sol.
Crédits © MAFDO, B. Redon, 2016
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 9
Légende Vue du bâtiment 1 d’Abu Garaish.
Crédits © MAFDO, A. Rabot, 2016
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 10
Légende Vue satellite de quelques forts ou puits fortifiés de la route ptolémaïque Edfou-Bérénice, présentés à la même échelle.
Crédits © MAFDO, B. Redon, 2016, BingMaps
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

Auteur

Chargée de recherche au CNRS, HiSoMA, UMR 5189 Lyon

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540