Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Coptos, porte du désert Oriental

Laure Pantalacci

Texte intégral

1Si la tenue même du présent colloque témoigne de la vitalité des recherches dans le désert Oriental et sur la côte de la mer Rouge dans les dernières décennies, la connaissance de Coptos, pourtant objet de fouilles précoces, reste bien lacunaire. On pourrait parler de « capitale invisible » de la Haute-Égypte, éclipsée par Thèbes toute voisine. Dans les musées, comme sur le terrain, des monuments épars, aussi distants les uns des autres dans le temps que dans l’espace, ne donnent qu’une faible idée de la grandeur et de la richesse constantes de la ville durant quatre millénaires.

2Malgré l’intensité des destructions anthropiques dans la seconde moitié du xixe et le premier quart du xxsiècle, les fouilles reprises en 2002 sous l’égide de l’université Lumière Lyon 2 et de l’Ifao ont apporté de nouvelles données sur le site aux époques hellénistique et romaine. Confrontées aux informations abondantes issues des sites de désert, elles contribuent à l’histoire du réseau de communications qui, traversant l’Égypte, reliait l’océan Indien au monde romain.

Une ville tournée vers le désert et la mer Rouge

  • 1 Voir pour la bibliographie sur le sujet S. Aufrère (Aufrère 1991, pp. 138 et 156, n. 302-306). Le s (...)
  • 2 Koenig 1979, pp. 200-201 ; Grandet 1994, pp. 66-67, n. 239, et pp. 197-198, n. 818.
  • 3 En particulier dans le Rituel de l’Embaumement, dont les deux copies qui nous sont parvenues datent (...)
  • 4 Koenig 1979, p. 209 n. (cc). Les expéditions aux mines de galène du Gebel el-Zeit, sur la côte de l (...)

3À l’aube de l’histoire égyptienne, l’implantation de la ville a été conditionnée par la commodité de circulation entre la vallée du Nil et la mer Rouge via le wâdi al-Hammâmât, qui donnait accès à des richesses minérales variées, locales ou importées. On a suggéré que le signe du sachet d’étoffe qui entre dans la graphie hiéroglyphique du nom de la ville, Gbtjw, faisait allusion à la collecte de minéraux précieux du désert Oriental1. Les textes du Nouvel Empire parlent de « l’or du gebel de Coptos »2. À l’époque romaine, le nom de Coptos est régulièrement associé au bitume utilisé pour la momification3, et à la galène4.

  • 5 Petrie 1896, pp. 7-9 ; les chercheurs les datent entre la fin du Naqada II et le Naqada III, soit j (...)
  • 6 En dernier lieu Baqué-Manzano 2002, p. 33.

4On estime généralement que les contacts de la ville avec la mer Rouge sont attestés dès la fin du IVe millénaire sur des monuments très impressionnants malgré leur état fragmentaire : les trois statues colossales du dieu Min trouvées par Petrie dans des favissae à l’intérieur du téménos de ce dieu5 (fig. 1). Certains des coquillages dont l’image est gravée sur les cuisses de ces colosses ne peuvent provenir que de la mer Rouge6, dont les ressources étaient donc connues des Coptites.

Fig. 1

Fig. 1

Les colosses de Min à l'Ashmolean Museum.

© L. Pantalacci, J.-P. Brun

  • 7 Petrie 1896, p. 4.
  • 8 McFarlane 1995, pp. 211-214.

5La fabrication de ces statues colossales signale une communauté développée, organisée et originale, riche de ressources humaines et techniques. Elles sont les indices archéologiques les plus visibles – presque les seuls, faute de conservation de nécropoles ou d'habitat prédynastiques – de l’importance du site dans la seconde moitié du IVe millénaire. Mais quelques siècles plus tard, alors que de grands centres de pouvoir prédynastiques de Haute Égypte (par exemple Ombos et Naqada, distantes de Coptos seulement de quelques kilomètres) sont très amoindris, les pharaons de l’Ancien Empire dotent Coptos de sanctuaires qui confirment son importance7 et Min est devenu une figure du panthéon national8. L’accès aux carrières et mines du désert Oriental, et peut-être déjà les échanges avec l’Orient, en sont vraisemblablement l’une des causes.

  • 9 Si frappant qu’il sera plus tard repris par Amon, dieu dynastique à partir du IIe millénaire : voir (...)
  • 10 Munro 1983, p. 28.
  • 11 Baqué-Manzano 2002, pp. 45-46 pour un point récent sur ces épithètes.

6La divinité poliade de Coptos se présente dès son apparition, et reste tout au long de son histoire, sous un aspect ithyphallique tout à fait singulier dans l’imagerie pharaonique9. Min est également original en ce que, dans son iconographie classique, il est toujours figuré sur un socle, voire sur un escalier, et souvent suivi de la représentation d’une hutte cylindrique bâtie autour d’un poteau central. Parmi les interprétations fournies, on a proposé l’identification de cette hutte à un habitat pountite10. Plus tard, dans les textes ptolémaïques, le caractère étranger du dieu est exprimé par diverses épithètes géographiques comme « Le Medjaï », le « chasseur de Pount » ou le sr bj3yt n Pwnt (« celui qui voit de loin les produits précieux de Pount »)11. Précisons rapidement ces termes.

  • 12 Herzog 1975. Plusieurs clichés pris par R. Weill à Coptos lors des fouilles de 1910 ont pour sujet (...)
  • 13 Liszka 2011, pp. 149-171.
  • 14 Näser 2012, pp. 82-84. Cette attribution a été récemment remise en cause par Liszka 2015, pp. 42–60
  • 15 Rathbone 2002, p. 193.

7Les Medjaïs, population nomade du désert Oriental, sont attestés dans les sources pharaoniques dès la fin du IIIe millénaire. Ils sont probablement les ancêtres des actuels Bedja, qui se répartissent aujourd’hui en plusieurs groupes pratiquant des langues distinctes12. À la fin du IIIe et au début du IIe millénaire, ils habitaient le désert Oriental, en Basse-Nubie et dans le sud de l’Égypte. De maigres sources textuelles les présentent comme des nomades éleveurs, faisant aussi du commerce avec les Égyptiens, ou comme des mercenaires au service des chefs de nomes dans le sud de l’Égypte13. Outre ces mentions dans la documentation écrite, on leur attribue traditionnellement les tombes circulaires (dites « Pan-graves ») de petits cimetières implantés en bordure du désert de la 13e à la 18e dynastie (ca. 1750-1500), entre la 3e cataracte du Nil et la Moyenne Égypte14. Pour ces nomades ou d’autres populations de l’est et du sud-est de la Vallée, Coptos, du simple fait de sa position géographique, a été de tout temps un des points d’échanges majeurs avec la Vallée. À la fin du ier siècle avant J.-C., Strabon (XVII, 1, 44) dit la ville « κοινὴν Αἰγυπτίων τε καὶ Ἀράβων », commune aux Égyptiens et aux Arabes, affirmation corroborée par la documentation15.

  • 16 Bibliographie récente sur le débat et discussion approfondie dans Fr. Breyer (Breyer 2016), qui pla (...)
  • 17 Sans doute assez fréquemment utilisé pour justifier la présence de chantiers navals à Coptos au Moy (...)
  • 18 Au début du IIe millénaire, certainement Mersa Gawasis ; pour le Nouvel Empire, les sources archéol (...)
  • 19 Naville 1898, p. 17 & pl. 78-79. À comparer avec le texte du P. Harris I ramesside (Grandet 1994, p (...)

8Quant au pays de Pount, que les Égyptiens appellent également « Terre du dieu », si sa localisation fait encore débat entre les chercheurs tenants d’une localisation en Arabie et ceux qui le situent sur la côte du Soudan ou de l’Érythrée16, il s’agit sans doute aucun d’un pays côtier de la mer Rouge, au sud-est de l’Égypte, que l’on atteignait par bateaux. L’un des itinéraires vers Pount partait de Coptos17 pour rejoindre, via le wâdi al-Hammâmât, l’un des « ports intermittents » de la côte18. Mentionnée régulièrement dans les textes pharaoniques de la 5e à la 20e dynastie, la région de Pount fournissait l’Égypte principalement en encens et produits aromatiques divers. Les célèbres reliefs du « portique de Pount » de la reine Hatchepsout à Deir el-Bahari illustrent une expédition égyptienne envoyée par la reine pour se procurer, outre ces produits odoriférants, de l’or et de l’électrum, et des plants d’arbre à encens à acclimater en Égypte19.

  • 20 Posener 1969, pp. 148-150 ; cité par Meeks 2003, p. 78. Sur la localisation du royaume de Hgr/Hagar (...)

9Si les sources se raréfient durant le Ier millénaire, période de morcellement de l’Égypte, Coptos et son dieu Min continuent à être tournés vers l’Orient. Une épithète tardive du dieu, dans un document démotique d’époque perse (P. dem.Caire 30799 vso), le qualifie même de « seigneur de Hgr »20.

La présence hellénistique à Coptos

  • 21 Pour une republication récente de la stèle de Nectanébo Ier commémorant la construction de cette en (...)

10Pour en revenir à Coptos, actuellement les vestiges postérieurs à la conquête d’Alexandre sont les plus nombreux et les mieux conservés sur le site archéologique. À l’intérieur du périmètre de la grande enceinte de Nectanébo Ier (380-362)21, aujourd’hui bien détruite, les étapes du développement architectural se lisent de nos jours principalement, voire exclusivement, dans les temples et leurs enclos (fig. 2) : sanctuaire à double axe de Min et Isis au nord, et au sud le "sanctuaire méridional", en égyptien Netjéry-chéma, qui contient les vestiges de plusieurs monuments. Dès les premiers Ptolémées, la corrélation étroite entre programmes monumentaux et étapes d’aménagement des pistes montre bien que la ville était une pièce majeure du dispositif commercial du désert Oriental.

Fig. 2

Fig. 2

Chronoplan des téménoi centraux.

© Mission Coptos : D. Laisney/C. Gobeil

  • 22 Le texte du P. Fouad 211 (Schérer 1941, pp. 43-73) signale en effet la présence à Coptos d’un hiéro (...)
  • 23 Strabon XVII, I, 45 ; Préaux, 1939, pp. 353-362 ; Hölbl 2001, pp. 55-58 ; Burstein 2008, pp. 135-14 (...)
  • 24 Petrie 1896, pp. 19-22.
  • 25 Petrie 1896, pp. 19-21 et pl. XX ; Derchain 2000, pp. 49-53. Pour la lecture corrigée de l’anthropo (...)
  • 26 Sur tout ce secteur, Traunecker 1992, pp. 44-48 ; Cartron 2012, pp. 257-258.
  • 27 Derchain 2000, p. 52 ; Guermeur 2003, pp. 286-287. La mention dans le même texte d’un « pylône du n (...)

11Du premier des Ptolémées, Sôter I, la présence dans la région Coptite est connue jusqu’à présent seulement grâce à de rares sources textuelles ou figurées22. En revanche, on a relevé depuis longtemps l’investissement considérable de Ptolémée II Philadelphe (283-246) dans l’aménagement, à diverses fins, des pistes du désert Oriental et surtout des côtes de la mer Rouge, en Égypte et bien au-delà23. Corrélativement, le temple principal de Coptos, dédié à Min et Isis, est reconstruit et agrandi vers l’ouest : subsistent de Philadelphe les fondations du temple intime, élevé sur une plate-forme accessible par l’ouest grâce à plusieurs escaliers, de même que la 3e porte de l’axe d’Isis et probablement les deux portes occidentales s’ouvrant dans le mur de façade24. Mais les travaux les plus importants ont eu lieu dans la partie sud du site, le Netjéry-chéma, et nous ne les connaissons pour l'instant que par la longue inscription de l’intendant d’Arsinoé Ière, le Grec Zénon, le « Sennouchéri » de Petrie25. Ce secteur sud, où subsiste en partie la porte d’un temple de Geb construit par Necténabo II, un des derniers dynastes indigènes, était occupé sous son règne par plusieurs tombes de notables Coptites26. Lié à des lieux de culte osiriens, il semble avoir été dès lors plus actif et plus important que le grand temple pharaonique. Sous la supervision de Zénon, le sanctuaire appelé “Château des provendes”, Ḥout-djefaou, y est rénové : exhaussement du niveau de sol, reconstruction complète de son enceinte, érection de portes monumentales en matériaux de prix27.

  • 28 Derchain 2000, pp. 44-48.

12Zénon intervient aussi intensivement dans la ville voisine de Qous, qu’il dote de nouveaux monuments28. Son important investissement architectural à Qous, qui se substituera quelques siècles plus tard à Coptos comme tête du réseau commercial, est peut-être dû à des circonstances purement privées. Mais il pourrait aussi signaler un certain rôle de cette ville, dès cette époque, dans les circulations entre Vallée du Nil et mer Rouge.

  • 29 L’inscription, trouvée à Coptos, du diocète Apollonios fils de Sôsibios rentrant de la mer Rouge (I (...)
  • 30 Herbert, Berlin 2003, pp. 59-63.
  • 31 Petrie 1896, p. 22. Sous le même règne est construit un petit sanctuaire de Min au Bi’r Umm Fawâkhi (...)
  • 32 Pantalacci 2014a, pp. 397-418.
  • 33 Hölbl 2001, pp. 161, 170. C’est aussi Ptolémée IV qui a commencé le temple d’Horus à Edfou. Deux st (...)
  • 34  Hölbl 2001, pp. 153-159 ; Veïsse 2004, pp. 5-6, 22-24.

13Les témoignages sur l’activité des routes désertiques sont peu nombreux au iiie siècle29. La part de céramique importée dans les assemblages Coptites de cette époque témoigne surtout d’échanges réguliers avec la Méditerranée, uniques en Haute Égypte30, indices probables de réseaux d'échanges largement étendus. Néanmoins l’activité monumentale se poursuit à Coptos, même plus modeste. Petrie y a trouvé une statue fragmentaire de Ptolémée III31. Un mammisi de Ptolémée IV, récemment mis au jour32, y témoigne de la dévotion à Harpocrate (Horus-l’enfant) de ce roi, qui a dédié au même dieu un temple dans l’enceinte du Sérapeum d’Alexandrie33. On peut aussi voir dans ces monuments un gage d’apaisement donné aux communautés indigènes, assez contestatrices, pense-t-on, après le succès militaire de Raphia en 21734. De fait, la Haute-Égypte s’est érigée durant une vingtaine d’années, entre 206 et 186, en territoire indépendant. Cette sécession a pu amoindrir les échanges commerciaux autour de Coptos qui a été un temps, comme toute la région, sous le contrôle des rois rebelles.

  • 35 Veïsse 2004, pp. 39-63.
  • 36 Herbert, Berlin 2003, pp. 78-79.
  • 37 Traunecker 2000, pp. 138-140.
  • 38 Bernand 1977, I. Pan 86, pp. 253-261, stèle datée du 2 octobre 130.
  • 39 Préaux 1939, pp. 364-365.

14Tout au long du iie siècle, la situation en Thébaïde reste instable et les troubles, fréquents35, tandis que les conflits au sein de la famille régnante s’enveniment. C’est vers le milieu de iie siècle qu’un nouveau péribole de brique crue, dont on a reconnu le tracé seulement dans ses parties est et nord, est construit autour du grand temple de Coptos36. La porte décorée par Ptolémée VIII37, conservée aujourd'hui au musée de Boston, a pu faire partie de ce programme de travaux. Peut-être faut-il voir dans ces nouvelles constructions un lien avec la situation insurrectionnelle endémique et les dommages qu’elle aurait occasionnés. Néanmoins, les routes du désert Oriental restent actives38 et les infrastructures mises en place au siècle précédent permettent d’importer les aromates en Méditerranée via l’Égypte plutôt que via la Syrie39.

  • 40 Bernand 1984, I. Portes 49, pp. 169-172 : dédicace à Isis de deux frères stratèges sur un linteau d (...)

15Aussi l’importance de la ville ne semble-t-elle pas diminuée sous les derniers Lagides. Au contraire, le morcellement du nome thébain dans le dernier quart du iie siècle fait passer le contrôle des routes désertiques sous la responsabilité du stratège de Coptos, qui devient le « surveillant des mers Rouge et indienne »40. Cette nouvelle situation administrative n’a pu que focaliser encore davantage l’attention des souverains sur la ville et son territoire.

  • 41 Veïsse 2004, pp. 64-73.
  • 42 Plutôt qu’au seul Harpocrate comme le pensait Reinach 1912, pp. 48-49. Les blocs de calcaire du mon (...)
  • 43 Considérant cet important monument jusqu’ici ignoré, l’inscription coptite I. Portes 51, dédiée à u (...)
  • 44 Bernand 1984, I. Portes 104, pp. 268-270.

16Un autre épisode séditieux est attesté en Thébaïde autour de 8841. Après sa répression, lors de son second règne (88-80), Ptolémée IX Sôter II fait construire et décorer à Coptos un nouveau temple, aujourd’hui entièrement démantelé, qui était probablement dédié à Isis et Harpocrate42. Quels que soient les motifs – religieux, politiques, économiques – qui ont suscité cet ambitieux projet, on ne peut manquer d’être impressionné tant par les dimensions de la construction, que par sa qualité et le soin apporté à l’exécution de son décor43. Dans une dédicace au temple d’Haroeris de Qous, datable du premier règne de Ptolémée IX, le nom du souverain est précédé de celui de sa mère Cléopâtre III44 .

  • 45 Traunecker 1992, n° 23, 24, 33 pour la porte ; sur le « socle Covington », Caire JE 40643, Covingto (...)
  • 46 Chapelle publiée par Traunecker 1992, pp. 218-303.
  • 47 On ne connaît pas de titulature pharaonique des deux derniers Ptolémées (mais voir note suivante). (...)
  • 48 Attribution discutée par Traunecker 1992, pp. 319-324. Malgré l’épithète inappropriée de Cléopâtre (...)
  • 49 Weill 1912, pp. 77-86 ; Traunecker 1992, pp. 320-322.
  • 50 Hallof 2010, pp. 265-266.
  • 51 Weill 1911, pp. 128-129 ; Traunecker 1992, pp. 46-47.

17Les derniers Lagides ont eux aussi bâti à Coptos. La porte la plus méridionale de l'enceinte de Nectanébo a été construite, et sa façade décorée, par Ptolémée XII (Aulète) Néos Dionysos, qui a également dédié à Isis un socle de barque en basalte45. Au sud, dans le Netjéry-chéma, sa fille, la grande Cléopâtre VII, a laissé une chapelle oraculaire tout à fait originale, implantée contre le temple de Geb construit par Nectanébo II46 (fig. 3). Elle y est représentée ou nommée en sa compagnie ou celle de l’un de ses frères, Ptolémée XIII47 ou plus probablement Ptolémée XIV48 ; sur des blocs errants, elle est encore nommée en compagnie de son fils Césarion49. Comme son grand-père Ptolémée XII, ce dernier s’inscrit dans la continuité de leur aïeul Sôter II par l’épithète « héritier du dieu Sôter », attestée seulement à Coptos50. La construction de la seconde porte monumentale qui dessert la chapelle de Cléopâtre est peut-être aussi l'œuvre de la reine, mais la majorité du décor date de Caligula51. En revanche, autour de Coptos, aucune activité monumentale à son nom n’a encore été relevée.

Fig. 3

Fig. 3

Chapelle de Cléopâtre VII.

© Cl. Traunecker

Les Romains à Coptos

  • 52 Veïsse 2004, pp. 74-76 ; Hoffmann, Minas-Nerpel, Pfeiffer 2009, p. 139 : « Der grosse Doppeltempel (...)
  • 53 À vrai dire, on a peu d’informations sur les conditions de la prise de Coptos en 29. Traunecker (19 (...)

18Une ultime et brève rébellion de la Haute-Égypte se déroule en 29 avant notre ère, contre les Romains cette fois-ci, peu après la bataille d’Actium et l'extinction de la dynastie lagide. La résistance de la Thébaïde est rapidement réduite par Cornelius Gallus, et Coptos est prise – peut-être après un court siège52. Les nombreux remaniements architecturaux et viaires opérés durant les premières décennies de la conquête semblent à mettre au compte surtout d’une volonté urbanistique de rationalisation de l’espace, renforcée peut-être par la nécessité de relever certains édifices après des destructions dues à la violence de l’assaut romain53.

Les débuts du principat

  • 54 Tchernia 2011, pp. 62-73 ; Tran 2014, p. 8, § 17.
  • 55 I. Portes 56. Les inscriptions et le matériel céramique du wâdi Menih soutiennent cette datation : (...)
  • 56 Traunecker 1992, p. 53 ; Pantalacci, Traunecker 1990, p. 6.

19Dès le dernier siècle de la République en Italie, puis dans les provinces orientales, et particulièrement en Égypte, durant la première moitié du ier siècle après J.-C., s’observe un essor commercial sans précédent, qu’on a pu comparer à la ruée vers l’or54. Si l’inscription dite « de la vexillation » est bien à dater du règne d’Auguste, l’aménagement de la piste de Coptos à Bérénice aura été l’une des premières réalisations de l’administration impériale dans la région55.Pour autant, la piste pharaonique vers Myos Hormos via le wâdi al-Hammâmât n’est pas négligée : d’après le même texte, le port est doté d’une nouvelle citerne. À Coptos même, au sud-est du grand temple, une porte monumentale au nom d’Auguste, récemment mise au jour et reconstruite (fig. 4), offrait une ouverture nouvelle vers l’est, sans doute au bout de la rue longeant le flanc sud du temple. À l’extrémité ouest de cette voie, et probablement implanté en même temps, subsiste un large seuil perçant l’enceinte de Nectanébo. Ce percement marque un nouvel usage de l’espace autour du temple, permettant peut-être de répondre à la nécessité de faire traverser la ville aux flux de marchandises devenus plus abondants – tout en les contrôlant – du point d’arrivée des caravanes, aux portes orientales de la ville, jusqu’à un embarcadère sur le canal vers le Nil. Aménagements urbains à Coptos et développement des infrastructures dans le désert sont donc étroitement liés dans les premières décennies de la conquête. Par ailleurs, sans qu’on puisse les dater avec précision, l’achèvement du décor de la chapelle oraculaire de Cléopâtre VII et une partie de celui du temple voisin d’el-Qal’a sont également réalisés dans le courant du principat56.

Fig. 4

Fig. 4

La porte d'Auguste, anastylose 2016.

© Mission Coptos : L. Pantalacci

  • 57 Probablement le « high level Roman wall » de Petrie 1896, pl. I ; Pantalacci, Gobeil 2016, p. 8 and (...)
  • 58 Reinach 1910, pp. 15-16.

20L’espace intérieur même du téménos central de la ville est alors profondément remanié. L’enclos ptolémaïque du iie siècle enserrant le temple de Min et Isis est nivelé et surmonté, au moins au nord et à l’est, d’une colonnade, isolée des rues voisines par un mince mur de brique (fig. 5)57. Il semble qu’un dispositif comparable ait été mis en place au Netjéry-chéma58. L’implantation de ces colonnades, hâtivement érigées et restées inachevées, devait donner à l’enclos divin un air de ville romaine à la mode orientale.

Fig. 5

Fig. 5

La colonnade nord.

© Mission Coptos : L. Pantalacci

  • 59 Sur ce dossier célèbre, souvent repris, voir en dernier lieu Vleeming 2001, pp. 170-197, n°179-202. (...)

21Sans qu’une datation précise en soit possible, on proposera volontiers de les situer vers le milieu du ier siècle. C’est le moment où les documents signalent des remaniements importants du tissu urbain, pour la plupart sans doute supervisés par Parthénios fils de Pamin, intendant d’Isis. Son dossier, qui compte actuellement pas moins de 27 témoignages épigraphiques, couvre les règnes de quatre empereurs, au moins entre 21/22 (an 8 de Tibère) et 66 (an 12 de Néron)59. Il s’agit principalement de stèles ou inscriptions lapidaires commémorant la construction d’enceintes, de portes, voire de sanctuaires nouveaux ou restaurés. L’aménagement de portes et de rues semble avoir été la principale préoccupation de Parthénios : même la porte orientale d’Auguste, pourtant déjà en place depuis plusieurs décennies, est réinscrite par ses soins au nom de Néron en janvier 63.

  • 60 Reinach, Weill 1912, pp. 17-18 ; sur cette inscription, en dernier lieu, Vleeming 2001, pp. 188-189 (...)

22Dans ce nouveau réseau viaire jalonné par les dédicaces de Parthénios, sur des stèles ou sur les corniches mêmes des portes, des distinctions sont nettement établies entre voies publiques et circulations de service destinées aux familiers du secteur, grâce à l’emploi de trois langues, égyptien de tradition en hiéroglyphes, démotique et grec, en fonction des destinataires du texte. Ainsi, au sud-ouest du Netjéry-chéma, la « porte peinte » dédiée sous le règne de Claude, est-elle inscrite en démotique60, et non en grec comme la porte augustéenne sud-est. Elle dessert une rue-couloir qui circule entre le mur de Nectanébo et le mur d'enclos du Netjéry-chéma.

  • 61 Pantalacci 2015-2016, p. 114.

23À l’extérieur de l’enceinte de Nectanébo, le tracé des rues n’est pas apparent. Seules ont été dégagées quelques dalles d’une chaussée orientée SE-NW61, dans la partie la plus méridionale du secteur des monuments tardo-antiques (fig. 6). Ce vestige isolé du réseau viaire située entre le cœur monumental ancien de la ville et le Nil n’est pas datable pour l’instant.

Fig. 6

Fig. 6

Plan topographique du site.

© Mission Coptos : D. Laisney

  • 62 CGC 31101, 31114, 31146, 31160. La provenance est mise en doute par Vleeming 2001, pp. 178-183, n°1 (...)

24À l’échelle régionale, les premiers Julio-claudiens ont également lancé un programme de constructions religieuses en périphérie de Coptos : al-Qal’a dont le décor est achevé par Caligula et Claude, Chenhour, Qous, d’où deux stèles démotiques de Parthénios, datées de Caligula et Claude, sont dites provenir62. Ces monuments devaient jalonner des voies processionnelles ou des entrées monumentales aujourd’hui perdues.

  • 63 Herbert, Berlin 2003, pp. 101-107. Ceci confirme les données du dossier de Nicanor, en affaires ave (...)
  • 64 Nettement plus, par exemple, que certains sites alexandrins : Élaigne 2004, p. 139 (« Ce phénomène (...)
  • 65 Pantalacci 2014b, p. 116. L’organisation du dépotoir et l’abondance des restes de cuisine évoquent (...)

25Les rares vestiges d’occupation civile récemment fouillés à Coptos sont précisément contemporains de cette phase d’essor des constructions et du commerce. Une implantation domestique de la fin ier siècle avant - ier siècle après J.-C. installée à l’extérieur du mur de Nectanébo, contre sa face est, a été étudiée par la mission céramologique égypto-américaine (area A). Son corpus céramique (assemblage R1b) contenait de la poterie importée presque exclusivement italique, datable entre 10 et 60 de n.è.63. De même, les ramassages de sigillées de surface opérés par Reinach en 1910 font apparaître, pour l’époque tibéro-claudienne, un pourcentage élevé de céramiques arétines64. Ce corpus corrobore l’hypothèse d’une communauté commerçante romaine, résidant, au moins temporairement, sous les murs du téménos central de Coptos. Par ailleurs, un bref sondage au sud-ouest du site, sous les fondations d’une structure tardo-antique, a livré des poteries datées pareillement de la première moitié du ier siècle après J.-C., en particulier des amphores (AE 3) presque intactes, contenues dans un dépotoir riche en témoins d’activités culinaires (marmites à fond noirci, charbons de bois, os)65.

  • 66 Sidebotham 1986, p. 84 ; Rathbone 2002, p. 189. Dédicace à Isis Megistè par un marchand, en grec (e (...)
  • 67 Les transports assurés par Nicanor exigeaient qu’il dispose d’un nombre de chameaux élevé, indice d (...)
  • 68 Cp. les produits trouvés à Bérénice : Sidebotham 2011, pp. 223-245. Il est vrai que Coptos a été dè (...)

26Si de tels objets rendent un peu plus tangible la présence romaine, les données sur les Égyptiens de Coptos restent finalement rares. Les quelques ostraca et les graffiti citant la famille sacerdotale la plus visible de la première moitié du ier siècle, celle de Parthénios, avec son père et son fils du même nom de Pamin, sont un témoignage bien modeste au regard de leurs nombreux monuments, qui relèvent d’un évergétisme inépuisable. Il est difficile d’expliquer cette prospérité sans la lier au commerce indien66 et on suppose, d’après le dossier de Nicanor, qu’en marge du commerce de luxe, les Coptites eux-mêmes tiraient finalement un certain bénéfice des flux internationaux67. Mais le fait est que les fouilles, tant anciennes qu’actuelles, n’ont quasiment pas livré de traces, à Coptos, des matières ou produits de luxe qui étaient la raison d’être de ce grand commerce international, et qui sont mieux représentés dans les ports au bout des pistes68.

  • 69 I. Portes 65, pp. 193-195 ; Bricault 2009, pp. 136-137.
  • 70 Sidebotham, Wendrich 1996, pp. 229-236.
  • 71 Pantalacci, Gobeil 2016, pp. 8-9. Bien qu’Isis soit mentionnée avec Héra dans le texte, il est diff (...)
  • 72 Brun 2003b, pp. 197-198.
  • 73 Selon l’interprétation de F. Burkhalter-Arce (2002, pp. 199-233).
  • 74 I. Portes 68 ; Rathbone 2002, pp. 182-183. L’inscription I. Pan 68 est à dater non de Domitien (sel (...)

27Un peu plus tard, les Flaviens ont poursuivi dans la région Coptite une politique d’investissements. Vespasien a séjourné en Égypte en 7069. À Coptos, nos récents travaux ont pu replacer dans son contexte un document épigraphique bien connu, la dédicace d’Herméros, marchand adénite, probablement liée à cette visite impériale. Elle ornait un socle de statue colossale, dont presque tous les blocs sont conservés in situ. D’après les ancrages visibles sur la surface supérieure, il s’agissait sans doute d’une statue métallique debout, plus grande que nature, peut-être du même type que celle découverte à Bérénice il y a quelques années70. Elle était installée dans une chapelle insérée dans la nouvelle colonnade est, tout près de l’angle nord-est (fig. 7)71. Il est vraisemblable que la reconnaissance d’Herméros l’Adénite soit en relation avec les projets de l’empereur concernant le développement du trafic caravanier. On sait en effet que le règne de Vespasien a correspondu à une nouvelle phase d’aménagements sur la route de Bérénice, et sans doute aussi de celle de Myos Hormos72. Encore une fois, routes désertiques et paysage urbain de Coptos se trouvent donc liés. Deux décennies plus tard, sous Domitien, le tarif de Coptos donne un aperçu du contrôle sur le trafic qui animait les pistes, et sur les voyageurs qui s’embarquaient dans les ports de la mer Rouge73. Pour le favoriser, les infrastructures de la ville sont améliorées : un pont est construit à Coptos sous le même règne74.

Fig. 7

Fig. 7

Restitution de la colonnade est avec la statue dédiée par Herméros.

© Mission Coptos : S. Louvion

Coptos aux iie siècle - iiie siècle

  • 75 Brun 2003b, pp. 201-203.
  • 76 Sur les préfets et leur résidence, Cuvigny 2003a, pp. 295-305.
  • 77 Voir pour le iiie siècle Cuvigny 2000, pp. 172-173.
  • 78 Sidebotham 1986, pp. 95-96. Les résidents engagés dans le commerce se déplaçaient entre Coptos et m (...)

28Les sources deviennent plus rares et éparses pour les siècles suivants, mais le matériel archéologique et épigraphique montre que les pistes désertiques continuent d’être utilisées et les praesidia plus ou moins occupés jusqu’au iiie siècle75. Coptos, en tant que résidence du préfet de Bérénice ou du désert (titre connu dès l'an 11 de n.è.)76 est resté un pôle économique et administratif majeur durant toute la période romaine77. La présence de communautés étrangères dans la ville est un signe de la vitalité des échanges78.

  • 79 Brun 2003a, p. 198 ; les reliefs plaqués sur le montant ouest de l’entrée nord du Netjéry-chéma, si (...)
  • 80 Péribole : stèle CGC 9286, an 12 d’Antonin ; jardin : I. Portes 74. Le sens de ce second texte, trè (...)
  • 81 Reinach 1912, p. 57 ; statue E 501-357 du Musée des Beaux-Arts de Lyon.
  • 82 Petrie 1896, p. 23 ; Reinach 1912, pp. 32-33 ; id. 1912, pp. 57-58.

29Trajan s'intéresse à la ville et aux routes : on lui doit la fondation du nouveau fort de Bi’r Abu Qreya, sur la route de Myos Hormos, et une réfection du décor de la porte nord du Netjéry-chéma79. La rue au sud du grand temple restait une artère importante au iie siècle : une inscription d’Antonin le Pieux sur la porte orientale déjà inscrite aux noms d’Auguste et de Néron doit être contemporaine de la réfection partielle du péribole, due à un autre administrateur d’Isis, Paniskos fils de Ptollis, qui aurait aussi créé ( ?) un jardin (de temple ?)80. D’Antonin le Pieux encore, une base de statue a été trouvée par Reinach au 3e pylône du grand temple81. Les quelques témoignages épigraphiques de l’époque des Sévères proviennent du même secteur82. Tous ces indices montrent un téménos toujours fréquenté durant le iie siècle.

  • 83 Herbert, Berlin 2002, p. 85 ; Herbert, Berlin 2003, p. 107.

30L'un des vestiges les plus massifs du site est un grand bâtiment, très ruiné, installé sur l’angle de l’enclos hellénistique, dont le mur a été doublé d’épais murs de brique pour fonder le bâtiment (fig. 8). Étant donné sa position dominante et son plan, qui comporte une grande salle hypostyle, il s’agit certainement d’un bâtiment officiel. Des sondages dans cette structure (Area B de Herbert & Berlin) ont permis de dater sa construction de la première moitié du iie siècle, et de constater qu’elle restait en usage jusqu’au début du ive83. L’assemblage céramique correspondant, R2, est entièrement local.

Fig. 8

Fig. 8

Le bâtiment officiel romain.

© Mission Coptos : L. Pantalacci

31Des transformations continuent de se produire à l’intérieur de l’enceinte de Nectanébo. Au sud-est du temple, la colonnade orientale du Haut Empire est partiellement démontée et ses pierres sont intégrées aux fondations d’une construction oblongue, établie sur un épais remblai, datable des iie-iiie siècle. Le long de la rue méridionale, sur son côté sud, s’alignent les fondations d’une série de petites structures en brique, accessibles par quelques marches d’escalier.

  • 84 Rathbone 2002, p. 190 et n. 38.
  • 85 Fournet 2000, pp. 197-198 ; Rathbone 2002, p. 194.
  • 86 St Jérôme, cité par Reinach 1912, p. 59 n. 1 : « Busiris et Coptos contra Romanos rebellantes ad so (...)
  • 87 Reinach 1912, pp. 51-56 ; Rathbone 2012, p. 195 et n. 60.

32La seconde moitié du iiie siècle est une période d’instabilité en Thébaïde. Malgré la pression des nomades du désert Oriental, la ville continue à faire commerce de produits exotiques84. Des soulèvements et des conflits, dans lesquels Coptos semble avoir été en première ligne, marquent les dernières décennies du siècle85. Aussi la répression de ces troubles par l’empereur en personne en 293/4 aurait-elle causé la destruction totale de la ville86. Le cadre des enceintes pré-romaines a dû subsister toutefois, et il semble que ce soit lui qui ait servi de base aux travaux de fortification entrepris par Dioclétien dès 29887. Mais les segments de murs isolés qui subsistent actuellement ne permettent pas d’en préciser le tracé.

  • 88 Reinach 1910, pp. 25-26 ; Grossmann 2002, index p. 587, s.v. Coptos ; Seeliger, Krumeich 2007, pp.  (...)
  • 89 Van der Vliet 2002, pp. 61-72. Pour des références récentes sur ce personnage, «Pisenthios bishop o (...)
  • 90 Pantalacci 2014a, p. 402 ; ead. 2014b, p. 118.
  • 91 Reinach 1910, pp. 18-19.
  • 92 Sidebotham 1986, p. 47 et n. 94 ; id. 2011, pp. 263-279.
  • 93 Brun 2003a p. 99 ; en dernier lieu Meyer 2014 : https://oi.uchicago.edu/research/projects/bir-umm-f (...)

33Pour la période tardo-antique, les sources archéologiques sont rares et encore mal connues. Le secteur occidental que Weill et Reinach ont désigné comme « églises de l'ouest » (fig. 6) conserve les fondations de vastes constructions, entièrement faites de blocs hellénistiques et romains remployés. L’architecture du baptistère, seul monument qui ait conservé une certaine élévation, est originale et imposante88 (fig. 9). Au début du viie siècle, l’évêché de Coptos est tenu par le célèbre Pisenthios, dont un abondant dossier de correspondance a été conservé89. Il semble donc que la ville reste relativement prospère et les routes du désert, fréquentées. Tandis que les quartiers d’habitat byzantin s’étendent vers le nord et l’ouest, la désaffectation des édifices de cultes païens modifie l’occupation de l’enceinte de Nectanébo. À la fin du ive ou au début du ve siècle, une zone artisanale (boulangerie, métallurgie) est implantée dans le téménos principal sur les ruines du mammisi de Ptolémée IV, violemment détruit90. Reinach fait mention de maisons tardo-antiques établies sur la partie nord du Netjéry-chéma91. L'histoire de la ville se perd ensuite, les couches archéologiques plus récentes ayant été totalement détruites par les chercheurs de sebakh ou recouvertes par la ville actuelle. Mais on sait que le commerce maritime en mer Rouge recommença à prospérer à partir du ive siècle, et le port de Bérénice connaît alors un véritable regain92. Le gros village minier de Bi’r Umm Fawâkhir, près des filons aurifères du wâdi al-Hammâmât, est en pleine activité au vie-viie siècle93 et il est vraisemblable que « l’or de Coptos », le commerce des aromates, des pierres semi-précieuses et le trafic caravanier aient continué pendant longtemps à soutenir l’économie de la ville. Ce n’est que vers le xe siècle qu’avec le détournement définitif de la route caravanière vers Qous, la prospérité plurimillénaire de Coptos s’éteindra, avant que les houes des sabbakhin n’effacent presque complètement les derniers témoins de son histoire.

Fig. 9

Fig. 9

Le baptistère en 2015, vue N-S.

© Mission Coptos : C. Gobeil

Bibliographie

  

Adams C., Land Transport in Roman Egypt: A Study of Economics and Administration in a Roman Province, Oxford, OUP, 2007.

Aufrère S., L’Univers minéral dans la pensée égyptienne I. L’influence du désert et des minéraux sur la mentalité des anciens Égyptiens, BdE 105, 1991.

Baqué-Manzano L., « Further Arguments on the Coptos Colossi », BIFAO 102, 2002, 17-61.

Bernand A., De Koptos à Kosseir, Leyde, Brill, 1972.

Bernand A., Pan du désert, Leyde, Brill, 1977 (cité dans les notes I. Pan).

Bernand A., Les portes du désert, Paris, CNRS, 1984 (cité dans les notes I. Portes).

Bingen J., « Chronique : Épigraphie grecque et latine : d’Antinoé à Edfou », CdE LIX/118, 1984, 359-370.

Boussac M.-Fr., Gabolde M., Galliano G. (éds.), Autour de Coptos. Actes du colloque organisé au Musée des Beaux-Arts de Lyon (17-18 mars 2000), Topoi Suppl. 3 (cité ensuite : Autour de Coptos), 2002.

Breyer F., Punt: die Suche nach dem « Gottesland », Culture and history of the ancient Near East 80, 2016.

Bricault L., « Un trône pour deux », Mythos 3, 2009, 131-142.

Brun J.-P., « L’architecture des praesidia et la genèse des dépotoirs », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte I, FIFAO 48/1, 2003a, 77-99.

Brun J.-P., « Chronologie de l’équipement de la route à l’époque gréco-romaine », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte I, FIFAO 48/1, 2003b, 187-205.

Bülow-Jacobsen A., « Toponyms and Proskynemata », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte I, FIFAO 48/1, 2003, 51-59.

Burkhalter-Arce F., « Le 'Tarif de Coptos'. La douane de Coptos, les fermiers de l’apostolion et le préfet du désert de Bérénice », in M.-Fr. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Autour de Coptos, 2002, 199-233.

Burstein St., « Elephants for Ptolemy II: Ptolemaic Policy in Nubia in the Third Century BC », in P.R. McKechnie and Ph. Guillaume (éds.), Ptolemy II Philadelphus and His World, Mnemosyne 300, 2008, 135-147.

Cartron G., L’architecture et les pratiques funéraires dans l’Égypte romaine, BAR-IS 2398, 2012.

Castel G., Soukiassian G., « Dépôt de stèles dans le sanctuaire du Nouvel Empire au Gebel Zeit », BIFAO 85, 1985, 285-293.

Covington D., « Altar of Ptolemy Neos Dionysos XIII », ASAE 10, 1910, 34-35.

Cuvigny H. et al., « Inscriptions rupestres vues et revues dans le désert de Bérénice », BIFAO 99, 1999, 137-154.

Cuvigny H., « Coptos, plaque tournante du commerce érythréen, et les routes transdésertiques », in M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Catalogue Coptos. 2000, 158-175.

Cuvigny H., « Coptos, plaque tournante du commerce érythréen, et les routes transdésertiques », in M. Gabolde, L’Égypte antique aux portes du désert. (Exposition), Lyon, musée des Beaux-Arts, 3 février-7 mai 2000, Lyon-Paris, RMN-MBAL, 2000.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, FIFAO 48, 2 vol. , 2003a.

Cuvigny H., « Le fonctionnement du réseau », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte I, FIFAO 48/1, 2003b, 295-359.

Daressy G., « Socle de statue de Coptos », ASAE 10, 1910, 36-40.

De Romanis F., Cassia, cinnamomo, ossidiana : Uomini e merci tra Oceano Indiano e Mediterraneo, Saggi di Storia Antica 9, 1996.

Derchain Ph., Les impondérables de l’hellénisation. Littérature d’hiérogrammates, Mémoires Reine Elisabeth 7, 2000.

Élaigne S., « L’apport italique de sigillées en Égypte au début du Haut-Empire : les cas d’Alexandrie et Coptos », in J. Poblome, P. Talloen (éds.), Early Italian Sigillata  : The Chronological Framework and Trade Patterns Proceedings of the First International ROCT-Congress, Leuven, May 7 and 8, 1999, Babesch 10, 2004, 133-144.

Fournet J.-L., « Coptos dans l’Antiquité tardive », in M. Gabolde, G. Galliano (éds), Catalogue Coptos, 2000, 196-215.

Fuks A., « Notes on the Archive of Nicanor », JJP 5, 1951, 207-216.

Gabolde M., Galliano G. (éds.), L’Égypte antique aux portes du désert. (Catalogue d'exposition), Lyon, musée des Beaux-Arts, 3 février-7 mai 2000, Lyon-Paris (cité Catalogue Coptos), 2000.

Gabolde M., « La cité religieuse. Le temple de Min et Isis », in M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Catalogue Coptos, 2000, 60-91.

Gabolde M., « Les forêts de Coptos » in M.-Fr. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Autour de Coptos, 2002, 137-145.

Gabolde L., « Les origines de Karnak et la genèse de la théologie d’Amon », BSFE 186-187, 2013, 13-35.

Gibbs M., « Chap. 3. Manufacture, Trade and economy », in C. Riggs (éd.), The Oxford Handbook of Roman Egypt, Oxford, OUP, 2012, 38-55.

Goyon J.-Cl., Rituels funéraires de l’ancienne Égypte, LAPO, 1972.

Grandet P., Le Papyrus Harris I, BdE 109, 3 vol. , 1994.

Grenier J.-Cl., « Parthénios ? », in I. Régen, F. Servajean (éds.), Verba manent. Recueil d’études dédiées à Dimitri Meeks par ses collègues et amis, CENiM 2, 2009, 171-176.

Grossmann P., Christliche Architektur in Ägypten, HdO 62, 2002.

Guermeur I., « Glanures (§ 1-2) », BIFAO 103, 2003, 281-296.

Guermeur I., « Glanures (§3-4) », BIFAO 106, 2006, 105-126.

Hallof J., Schreibungen der Pharaonennamen in den Ritualszenen der Tempel der griechisch-römischen Zeit Ägyptens, SRaT 4/1, 2010.

Herbert S.C., Berlin A., « Coptos: architecture and assemblages in the sacred temenos », in M.-Fr. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Autour de Coptos, 2002, 73-115.

Herbert S.C., Berlin A., Excavations at Koptos (Qift) in Upper Egypt, 1987-1992, JRA Supplement 53, 2003.

Herzog R., « Bedja »" in W. Helck, E. Otto (éds.), Lexicon der Ägyptologie I, 1975, col. 676-677.

Hoffmann Fr., Minas-Nerpel M., Pfeiffer St., Die dreisprachige Stele des C. Cornelius Gallus. Übersetzung und Kommentar. Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete 9, 2009.

Hölbl G., A History of Ptolemaic Empire, Londres-New York, Routledge, 2001.

Koenig Y., « Livraisons d’or et de galène au temple d’Amon », in J. Vercoutter (éd.), Hommages à la mémoire de Serge Sauneron I. Égypte pharaonique, BdE 81, 1979, 185-201.

Liszka K., « We Have Come from the Well of Ibhet’: Ethnogenesis of the Medjay », Journal of Egyptian History 4, 2011, 149-171 : https://www.academia.edu/1327423/ _We_have_come_from_the_Well_of_Ibhet_Ethnogenesis_of_the_Medjay._in_Journal_of_Egyptian_History _4_2011_149-171 [consulté le 20 décembre 2016].

Liszka K., « Are the Bearers of the Pan-Grave Archaeological Culture Identical to the Medjay-People in the Egyptian Textual Record? », Journal of Ancient Egyptian Interconnections 7.2, 2015, 42-60 : https://www.academia.edu/13518650/ _Are_the_Bearers_of_the_Pan_Grave_Archaeological_Culture_Identical_to_the_Medjay_People_in_the_Egyptian_Textual_Record_Journal_of_Ancient_Egyptian_Interconnections_7_2_42-60 [consulté le 20 décembre 2016].

Lombardi M., « Une stèle d’enceinte du sanctuaire de Coptos au nom de Nectanébo I redécouverte au Musée du Caire », BSEG 29, 2011-2013, 93-110.

McFarlane A., The God Min to the end of the Old Kingdom, ACE 3, 1995.

Meeks D., « Locating Punt », in D. O’Connor, S. Quirke (éds.), Mysterious lands. Encounters with Ancient Egypt, Londres, UCL Press, 2003, 53-80.

Meeks D., « Coptos et les chemins de Pount », in M.-Fr. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Autour de Coptos, 2002, 267-335.

Meyer C. et al., Bir Umm Fawakhir, OIP 141, 2014.

Munro I., Das Zelt-Heiligtum des Min : Rekonstruktion und Deutung eines fragmentarischen Modells (Kestner-Museum 1935.200.250), MÄS 41, 1983.

Näser Cl., « Nomads at the Nile. Towards an Archaeology of Interaction », in H. Barnard, K. Duistermaat (éds.), The History of the Peoples of the Eastern Desert from Prehistory to the Present, Proceedings of a Conference at the Netherlands-Flemish Institute in Cairo and the Cotsen Institute of Archaeology at UCLA, 25-27 November 2008, Cotsen Institute of Archaeology Monograph 73, 2012, 81-92 : https://www.academia.edu/2639536/Nomads_at_the_Nile. _Towards_an_archaeology_of_interaction [consulté le 21 décembre 2016].

Naville É., The Temple of Deir el Bahari III, EES Exc. Memoirs 29, 1898.

Pantalacci L., Traunecker Cl., Le Temple d’El-Qal’a I. Relevés des scènes et des textes : sanctuaire central, sanctuaire nord, salle des offrandes, 1 à 112, Le Caire, 1990.

Pantalacci L., « Coptos », in Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale en 2006-2007. Coptos, BIFAO 107, 2007, 286-288.

Pantalacci L., « Les sept Hathors, leurs bas et Ptolémée IV Philopator au mammisi de Coptos », BIFAO 114, 2014a, 397-418.

Pantalacci L., « Coptos », in Rapport d’activité de l’IFAO 2014-2015, Supplément au BIFAO 115 (en ligne), 2014b, 115-120 : http://www.ifao.egnet.net/uploads/rapports/Rapport_IFAO_2014-2015.pdf.

Pantalacci L., « Coptos », in Rapport d’activité de l’IFAO 2015-2016, Supplément au BIFAO 116 (en ligne), 2015, 114-118 : http://www.ifao.egnet.net/uploads/rapports/Rapport_IFAO_2015-2016.pdf.

Pantalacci L., Gobeil C., « Coptos: The Sacred Precincts in Ptolemaic and Roman Times », EgArch 49, 2016, 4-9.

Pasquali St., « Une nouvelle stèle de Parthénios fils de Paminis de Coptos », RdE 58, 2007, 187-192.

Pasquali St., « Le Πιμμειῶμις de Coptos et 'la route de la mer (Rouge)' », BIFAO 109, 2009, 385-395.

Petrie W.M.Fl., Koptos, Londres, 1896.

Posener G., « Achoris », RdE 21, 1969, 148-150.

Préaux Cl., L’économie royale des Lagides, Leyde, Brill, 1939.

Rathbone D., « Koptos the Emporion. Economy and Society, I-III AD », in M.-Fr. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Autour de Coptos, 2002, 179-198.

Reinach A., Rapports sur les fouilles de Koptos (janvier-février 1910) adressés à la Société française des fouilles archéologiques et extraits de son Bulletin, augmentés de huit planches et d'un plan, Paris, E. Leroux, 1910.

Reinach A., « Rapport sur les fouilles de Koptos. Deuxième campagne, janvier-février 1911 », BSFFA 3, 1912, 47-82.

Reinach A., Weill R., « Parthénios fils de Paminis 'Prostates' d’Isis à Koptos », ASAE 12, 1912, 1-24.

Robin Chr., Prioletta A., « Nouveaux arguments en faveur d’une identification de la cité de Gerrha avec le royaume de Hagar (Arabie orientale) », Semitica et Classica 6, 2013, 131-185 : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00949459 [consulté le 23 janvier 2018].

Sauneron S., Rituel de l’embaumement. Pap. Boulaq III. Pap. Louvre 5.158, Le Caire, 1952.

Schérer J., « Le Papyrus Fouad Ier, inv. 211 », BIFAO 41, 1941, 43-73.

Seeliger H.R., Krumeich K., Archäologie der antiken Bischofssitze I: Spätantike Bischofssitze Ägyptens, Sprachen und Kulturen des christlichen Orients 15, 2007.

Sidebotham St., Roman Economic Policy in the Erythra Thalassa 30 B.C. - A.D. 217, Mnemosyne 91, 1986.

Sidebotham St., Wendrich W. (éds.), Berenike 1995: Report of the 1995 Excavations at Berenike (Egyptian Red Sea Coast) and the Survey of the Eastern Desert, CNWS Publications 2, 1996.

Sidebotham St., Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, California World History Library 18, Berkeley-Los Angeles-Londres, 2011.

Tallet P., « Les “ports intermittents” de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie », Nehet 3, 2015, 31-72 : http://sfe-egyptologie.website/index.php/publications/la-revue-nehet [consulté le 23 janvier 2018].

Tchernia A., Les Romains et le commerce, Centre Jean Bérard Études VIII, 2011.

Tran N., « Les hommes d’affaires romains et l’expansion de l’Empire (70 avant J.-C. - 73 après J.-C.) », Pallas, en ligne : http://journals.openedition.org/pallas/1198?lang=fr [consulté le 23 janvier 2018].

Traunecker Cl., « La porte de Boston et le temple d’el-Qal’a », in M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Catalogue Coptos, 2000, 138-140.

Traunecker Cl., Coptos Hommes et dieux sur le parvis de Geb, OLA 43, 1992.

Van der Vliet J., « Pisenthios de Coptos (569-632), moine, évêque et saint. Autour d’une nouvelle édition de ses archives », in M.-Fr. Boussac, M. Gabolde, G. Galliano (éds.), Autour de Coptos, 2002, 61-72.

Veïsse A.-E., Les « révoltes égyptiennes ». Recherches sur les troubles intérieurs en Égypte du règne de Ptolémée III à la conquête romaine, Studia Hellenistica 41, 2004.

Vleeming S. P., Some Coins of Artaxerxes and Other Short Texts in the Demotic Script Found on Various Objects and Gathered from Many Publications, Studia Demotica V, 2001.

Weill R., « Coptos. Relation sommaire des travaux exécutés par MM. A. Reinach et R. Weill pour la Société française des Fouilles Archéologiques (campagne de 1910) », ASAE 11, 1911, 97-141.

Weill R., « La titulature pharaonique de Ptolémée César et ses monuments de Koptos », RecTrav 34, 1912, 77-86.

Yoyotte J., « Les sementiou et l’exploitation des régions minières à l’Ancien Empire », BSFE 73, 1975, 44-55.

Notes

1 Voir pour la bibliographie sur le sujet S. Aufrère (Aufrère 1991, pp. 138 et 156, n. 302-306). Le sens du toponyme Gbtyw (« Ceux du sac-gbt ») et sa forme grammaticale seraient donc proches du terme smntyw, « prospecteurs » (« ceux du sac-smnt »), étudié par J. Yoyotte (Yoyotte 1975, pp. 44-46).

2 Koenig 1979, pp. 200-201 ; Grandet 1994, pp. 66-67, n. 239, et pp. 197-198, n. 818.

3 En particulier dans le Rituel de l’Embaumement, dont les deux copies qui nous sont parvenues datent du ier siècle de notre ère (Sauneron 1952, 3, 6 (p. 7, l.4) et 7, 7-8 (p. 24, l.6) ; trad. Goyon 1972, index p. 335 s. v. Coptos). Osiris et Isis de Coptos sont cités dans ce texte comme protecteurs du défunt.

4 Koenig 1979, p. 209 n. (cc). Les expéditions aux mines de galène du Gebel el-Zeit, sur la côte de la mer Rouge, partaient de Coptos : Castel, Soukiassian 1985, pp. 290-292.

5 Petrie 1896, pp. 7-9 ; les chercheurs les datent entre la fin du Naqada II et le Naqada III, soit juste avant ou au tout début de la période dynastique : Baqué-Manzano 2002, p. 40.

6 En dernier lieu Baqué-Manzano 2002, p. 33.

7 Petrie 1896, p. 4.

8 McFarlane 1995, pp. 211-214.

9 Si frappant qu’il sera plus tard repris par Amon, dieu dynastique à partir du IIe millénaire : voir en dernier lieu Gabolde 2013, pp. 31-32. Mais les figures ithyphalliques appartiennent déjà au répertoire du Naqada II : McFarlane 1995, pp. 166-169.

10 Munro 1983, p. 28.

11 Baqué-Manzano 2002, pp. 45-46 pour un point récent sur ces épithètes.

12 Herzog 1975. Plusieurs clichés pris par R. Weill à Coptos lors des fouilles de 1910 ont pour sujet des Bicharins, une tribu bedja alors établie non loin de Coptos mais qui aujourd’hui réside plus au sud, sur la frontière égypto-soudanaise.

13 Liszka 2011, pp. 149-171.

14 Näser 2012, pp. 82-84. Cette attribution a été récemment remise en cause par Liszka 2015, pp. 42–60.

15 Rathbone 2002, p. 193.

16 Bibliographie récente sur le débat et discussion approfondie dans Fr. Breyer (Breyer 2016), qui place Pount sur la côte abyssinienne.

17 Sans doute assez fréquemment utilisé pour justifier la présence de chantiers navals à Coptos au Moyen Empire : Gabolde 2002, pp. 142-145. À d’autres époques ou saisons, au départ de la région memphite, on empruntait plutôt le wâdi Toumilat, partiellement navigable, et le Sinaï : Meeks 2002, pp. 271-272, 308-309.

18 Au début du IIe millénaire, certainement Mersa Gawasis ; pour le Nouvel Empire, les sources archéologiques font encore défaut. Un résumé commode des données récentes par P. Tallet (Tallet 2015, pp. 33-36).

19 Naville 1898, p. 17 & pl. 78-79. À comparer avec le texte du P. Harris I ramesside (Grandet 1994, pp. 255-260, n. 931).

20 Posener 1969, pp. 148-150 ; cité par Meeks 2003, p. 78. Sur la localisation du royaume de Hgr/Hagar, Robin, Prioletta 2013, pp. 131-185.

21 Pour une republication récente de la stèle de Nectanébo Ier commémorant la construction de cette enceinte, Lombardi 2011-2013, pp. 93-110.

22 Le texte du P. Fouad 211 (Schérer 1941, pp. 43-73) signale en effet la présence à Coptos d’un hiéron de ce roi encore actif en 160 de notre ère, mais sur le terrain, la seule trace de Ptolémée Ier est une scène à son nom dans l’entrée du temple d’Isis, peut-être due à son fils Ptolémée II (Petrie 1896, p. 19 ; Gabolde 2000, pp. 74-75). L’attribution de la stèle I. Portes 51 (= Bernand 1984, n° 51, pp. 173-175) à Sôter I, considérée comme assurée par J. Schérer, est peut-être à revoir (infra, n. 43).

23 Strabon XVII, I, 45 ; Préaux, 1939, pp. 353-362 ; Hölbl 2001, pp. 55-58 ; Burstein 2008, pp. 135-147.

24 Petrie 1896, pp. 19-22.

25 Petrie 1896, pp. 19-21 et pl. XX ; Derchain 2000, pp. 49-53. Pour la lecture corrigée de l’anthroponyme, voir la bibliographie dans Guermeur 2006, p. 105 n. 2.

26 Sur tout ce secteur, Traunecker 1992, pp. 44-48 ; Cartron 2012, pp. 257-258.

27 Derchain 2000, p. 52 ; Guermeur 2003, pp. 286-287. La mention dans le même texte d’un « pylône du nord » en brique peut désigner soit l’entrée nord du Nétjery-chéma, soit un nouvel accès à l’axe d’Isis dans le grand temple.

28 Derchain 2000, pp. 44-48.

29 L’inscription, trouvée à Coptos, du diocète Apollonios fils de Sôsibios rentrant de la mer Rouge (I. Portes 48, pp. 166-169) est à dater de Ptolémée II : Bingen 1984, p. 365. Par ailleurs, le nom grec du praesidium de Bi’r Sayyâla, Simiou, dérive peut-être de celui d’un courtisan de Ptolémée III : Bülow-Jacobsen 2003, p. 56.

30 Herbert, Berlin 2003, pp. 59-63.

31 Petrie 1896, p. 22. Sous le même règne est construit un petit sanctuaire de Min au Bi’r Umm Fawâkhir : PM VII, p. 337 ; Weigall, cité par Bernand 1972, p. 71.

32 Pantalacci 2014a, pp. 397-418.

33 Hölbl 2001, pp. 161, 170. C’est aussi Ptolémée IV qui a commencé le temple d’Horus à Edfou. Deux stèles ont été dédiées à ce souverain et à son épouse Arsinoé III par le stratège Lichas, envoyé à la chasse aux éléphants, l’une trouvée à Edfou (Bernand 1977, n° 77, pp. 193-198), la seconde de provenance inconnue (Bernand 1977, I. Pan 84, pp. 244-245) ; une troisième stèle, également sans provenance, nomme plusieurs autres militaires chargés d’une mission identique (Bernand 1977, I. Pan 85, pp. 246-252).

34  Hölbl 2001, pp. 153-159 ; Veïsse 2004, pp. 5-6, 22-24.

35 Veïsse 2004, pp. 39-63.

36 Herbert, Berlin 2003, pp. 78-79.

37 Traunecker 2000, pp. 138-140.

38 Bernand 1977, I. Pan 86, pp. 253-261, stèle datée du 2 octobre 130.

39 Préaux 1939, pp. 364-365.

40 Bernand 1984, I. Portes 49, pp. 169-172 : dédicace à Isis de deux frères stratèges sur un linteau de puits qui daterait de 74/73.

41 Veïsse 2004, pp. 64-73.

42 Plutôt qu’au seul Harpocrate comme le pensait Reinach 1912, pp. 48-49. Les blocs de calcaire du monument ont été réemployés dans la partie ouest du site, pour bâtir un ensemble de constructions tardo-antiques, dont le baptistère déjà signalé par Petrie 1896, pp. 25-26.

43 Considérant cet important monument jusqu’ici ignoré, l’inscription coptite I. Portes 51, dédiée à un Sôter, pourrait être attribuée à Ptolémée IX, comme le suggère la paléographie tardive (d’après Bernand 1984, I. Portes, p. 173). Dans ce texte très fragmentaire, les mentions de la ville, du nome (coptite) et de son eclogiste sont également intéressantes.

44 Bernand 1984, I. Portes 104, pp. 268-270.

45 Traunecker 1992, n° 23, 24, 33 pour la porte ; sur le « socle Covington », Caire JE 40643, Covington 1910, pp. 34-35 et pl. II-III, et Daressy 1910, pp. 36-40.

46 Chapelle publiée par Traunecker 1992, pp. 218-303.

47 On ne connaît pas de titulature pharaonique des deux derniers Ptolémées (mais voir note suivante). L’attribution de Petrie (1896, p. 22) à Ptolémée XIII d’un « considerable rebuilding » dans le grand temple, s’applique en fait à Ptolémée XII Néos Dionysos (Aulète), mais le seul dessin des cartouches qu’a vus Petrie (1896, pl. XXVI, 4, 5, 10) ne donne aucune idée de la forme de ces blocs architecturés du grand temple, qui ont aujourd’hui disparu.

48 Attribution discutée par Traunecker 1992, pp. 319-324. Malgré l’épithète inappropriée de Cléopâtre « épouse royale », il n’est pas exclu que les cartouches du roi qui l’accompagne dans la chapelle oraculaire de Coptos soient en définitive ceux de son père Ptolémée XII : Traunecker 1992, p. 121 ; Hölbl, 2001, p. 278 et n. 98, p. 298.

49 Weill 1912, pp. 77-86 ; Traunecker 1992, pp. 320-322.

50 Hallof 2010, pp. 265-266.

51 Weill 1911, pp. 128-129 ; Traunecker 1992, pp. 46-47.

52 Veïsse 2004, pp. 74-76 ; Hoffmann, Minas-Nerpel, Pfeiffer 2009, p. 139 : « Der grosse Doppeltempel dürfte den Rebellen als gut befestiger Stützpunkt gedient haben ».

53 À vrai dire, on a peu d’informations sur les conditions de la prise de Coptos en 29. Traunecker (1992, p. 138) propose de lier à cet évènement les dommages subis par la porte de Ptolémée VIII, et réparés sous Claude, sans qu’on puisse le démontrer.

54 Tchernia 2011, pp. 62-73 ; Tran 2014, p. 8, § 17.

55 I. Portes 56. Les inscriptions et le matériel céramique du wâdi Menih soutiennent cette datation : De Romanis, 1996, pp. 203-217 et 241-257. De fait, on relève sur les pistes plusieurs inscriptions datées autour du début de notre ère ou attribuables au Haut-Empire : Cuvigny et al. 1999, pp. 137-154. Dans la nomenclature officielle, l’appellation « désert de Bérénice » remplace dès la fin du règne d’Auguste le terme ptolémaïque « désert de Koptos » (Cuvigny 2000, p. 164). Rathbone (2002 p. 182 et n. 14) défend une datation plus basse de ce texte, sous Domitien.

56 Traunecker 1992, p. 53 ; Pantalacci, Traunecker 1990, p. 6.

57 Probablement le « high level Roman wall » de Petrie 1896, pl. I ; Pantalacci, Gobeil 2016, p. 8 and fig. p. 9.

58 Reinach 1910, pp. 15-16.

59 Sur ce dossier célèbre, souvent repris, voir en dernier lieu Vleeming 2001, pp. 170-197, n°179-202. Plus récemment Pasquali 2007, pp. 187-192 ; Pantalacci 2007, pp. 86-287, fig. 19 ; Grenier 2009, pp. 171-176 ; Pasquali 2009, pp. 385-395.

60 Reinach, Weill 1912, pp. 17-18 ; sur cette inscription, en dernier lieu, Vleeming 2001, pp. 188-189, n° 199.

61 Pantalacci 2015-2016, p. 114.

62 CGC 31101, 31114, 31146, 31160. La provenance est mise en doute par Vleeming 2001, pp. 178-183, n°189-193, mais ce qu’on sait des liens théologiques entre Coptos et Qous ne la disqualifie nullement.

63 Herbert, Berlin 2003, pp. 101-107. Ceci confirme les données du dossier de Nicanor, en affaires avec des citoyens romains de grandes familles : Sidebotham 1986, pp. 84-86 ; De Romanis 1996, pp. 241-257. D’après A. Tchernia (Tchernia 2011, p. 70), ces riches Italiens restaient dans leur patrie, et confiaient leurs intérêts à des affranchis ou esclaves expatriés.

64 Nettement plus, par exemple, que certains sites alexandrins : Élaigne 2004, p. 139 (« Ce phénomène semble lié au caractère militaire et commercial du site où étaient installées des garnisons romaines ») et p. 144, fig. 11 et n. 12.

65 Pantalacci 2014b, p. 116. L’organisation du dépotoir et l’abondance des restes de cuisine évoquent la présence d’une collectivité.

66 Sidebotham 1986, p. 84 ; Rathbone 2002, p. 189. Dédicace à Isis Megistè par un marchand, en grec (et démotique ?) : I. Portes 62, pp. 189-190, et Bingen 1984, p. 366 (règne de Néron). La prospérité de Parthénios pouvait également résulter de la popularité des cultes isiaques auprès des habitants et visiteurs de Coptos, bénéficiant ainsi indirectement des flux caravaniers.

67 Les transports assurés par Nicanor exigeaient qu’il dispose d’un nombre de chameaux élevé, indice de prospérité de son entreprise : Adams 2007, pp. 222-223, 232. Parmi ses clients, environ 1/3 sont des Égyptiens de Coptos : Fuks 1951, pp. 210-211.

68 Cp. les produits trouvés à Bérénice : Sidebotham 2011, pp. 223-245. Il est vrai que Coptos a été dès l’antiquité soumise à des pillages répétés.

69 I. Portes 65, pp. 193-195 ; Bricault 2009, pp. 136-137.

70 Sidebotham, Wendrich 1996, pp. 229-236.

71 Pantalacci, Gobeil 2016, pp. 8-9. Bien qu’Isis soit mentionnée avec Héra dans le texte, il est difficile d’imaginer que les deux déesses aient effectivement été représentées.

72 Brun 2003b, pp. 197-198.

73 Selon l’interprétation de F. Burkhalter-Arce (2002, pp. 199-233).

74 I. Portes 68 ; Rathbone 2002, pp. 182-183. L’inscription I. Pan 68 est à dater non de Domitien (selon Bernand 1977, p. 68) mais de Vespasien d’après un parallèle découvert dans les fouilles récentes (Cuvigny, 2003b, p. 302).

75 Brun 2003b, pp. 201-203.

76 Sur les préfets et leur résidence, Cuvigny 2003a, pp. 295-305.

77 Voir pour le iiie siècle Cuvigny 2000, pp. 172-173.

78 Sidebotham 1986, pp. 95-96. Les résidents engagés dans le commerce se déplaçaient entre Coptos et mer Rouge suivant le calendrier de la navigation : Rathbone 2002, pp. 191-192 ; Gibbs 2012, p. 49.

79 Brun 2003a, p. 198 ; les reliefs plaqués sur le montant ouest de l’entrée nord du Netjéry-chéma, signalés par Reinach 1912, pp. 14-15, et Weill 1911, p. 120, ont depuis disparu.

80 Péribole : stèle CGC 9286, an 12 d’Antonin ; jardin : I. Portes 74. Le sens de ce second texte, très lacunaire, reste douteux.

81 Reinach 1912, p. 57 ; statue E 501-357 du Musée des Beaux-Arts de Lyon.

82 Petrie 1896, p. 23 ; Reinach 1912, pp. 32-33 ; id. 1912, pp. 57-58.

83 Herbert, Berlin 2002, p. 85 ; Herbert, Berlin 2003, p. 107.

84 Rathbone 2002, p. 190 et n. 38.

85 Fournet 2000, pp. 197-198 ; Rathbone 2002, p. 194.

86 St Jérôme, cité par Reinach 1912, p. 59 n. 1 : « Busiris et Coptos contra Romanos rebellantes ad solum usque subversae sunt » (Ad ann. Abr. 2309). D. Rathbone (Rathbone 2002, p. 195) doute fortement de cette destruction radicale, au vu de documents contemporains, et du maintien de la prospérité de la ville aux siècles suivants.

87 Reinach 1912, pp. 51-56 ; Rathbone 2012, p. 195 et n. 60.

88 Reinach 1910, pp. 25-26 ; Grossmann 2002, index p. 587, s.v. Coptos ; Seeliger, Krumeich 2007, pp. 78-81 et Abb. 21-22, s.v. Coptos.

89 Van der Vliet 2002, pp. 61-72. Pour des références récentes sur ce personnage, «Pisenthios bishop of Koptos », http://www.trismegistos.org/archive/194.

90 Pantalacci 2014a, p. 402 ; ead. 2014b, p. 118.

91 Reinach 1910, pp. 18-19.

92 Sidebotham 1986, p. 47 et n. 94 ; id. 2011, pp. 263-279.

93 Brun 2003a p. 99 ; en dernier lieu Meyer 2014 : https://oi.uchicago.edu/research/projects/bir-umm-fawakhir-project.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Les colosses de Min à l'Ashmolean Museum.
Crédits © L. Pantalacci, J.-P. Brun
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2
Légende Chronoplan des téménoi centraux.
Crédits © Mission Coptos : D. Laisney/C. Gobeil
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3
Légende Chapelle de Cléopâtre VII.
Crédits © Cl. Traunecker
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 4
Légende La porte d'Auguste, anastylose 2016.
Crédits © Mission Coptos : L. Pantalacci
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 5
Légende La colonnade nord.
Crédits © Mission Coptos : L. Pantalacci
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 6
Légende Plan topographique du site.
Crédits © Mission Coptos : D. Laisney
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 7
Légende Restitution de la colonnade est avec la statue dédiée par Herméros.
Crédits © Mission Coptos : S. Louvion
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 8
Légende Le bâtiment officiel romain.
Crédits © Mission Coptos : L. Pantalacci
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 9
Légende Le baptistère en 2015, vue N-S.
Crédits © Mission Coptos : C. Gobeil
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5140/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

Auteur

Égyptologue, HiSoMA, université Lumière Lyon 2

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter