Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Introduction

Jean-Pierre Brun, Thomas Faucher, Bérangère Redon et Steven Sidebotham

Texte intégral

1Le désert Oriental d'Égypte occupe une vaste étendue de montagnes et de plaines sablonneuses entre le Nil et la mer Rouge. Ses richesses naturelles – or, gemmes et pierres de grande qualité (granite du Mons Claudianus, de Tiberianè ou de l’Ophiades, porphyre du Porphyritès, basanites [Grauwacke], etc.) – ont, malgré les difficultés dues aux dures conditions climatiques, été exploitées dès l’époque prédynastique. Les pharaons, les Ptolémées, puis les empereurs romains y ont fréquemment envoyé des expéditions pour extraire ces minerais et ces pierres.

2Le désert était aussi la voie de passage obligé pour tous les trafics avec les contrées bordant la mer Rouge et l'océan Indien. Expéditions et entreprises commerciales commencées dès l’Ancien Empire, connurent une grande expansion à partir de l’époque ptolémaïque. Le commerce porta d'abord sur les épices, les résines odorantes et les gemmes, puis à l’époque romaine, sur une large palette de produits exotiques incluant aussi des perles, des pierres précieuses, des étoffes, etc.

3Les sites archéologiques de cette région pratiquement inaccessibles pour des raisons logistiques étaient restés, jusqu'à très récemment, dans un état de conservation exceptionnel. Entre la fin des années 1970 et 2012, des équipes américaines, anglaises, italiennes et françaises ont ainsi pu prospecter ou fouiller des centaines de sites dont l’exploration a fait considérablement avancer nos connaissances sur l’exploitation de l'or sous les Ptolémées et les empereurs byzantins, sur les carrières de granite et de porphyre ouvertes par les empereurs romains et sur le commerce avec l'Arabie et l'Inde à travers les ports de Myos Hormos et de Bérénice.

4Cette phase de recherches s'achève dans le chaos car la plupart des sites archéologiques sont, depuis 2011, en voie de destruction massive par des chercheurs d'or impossibles à arrêter. Équipés de pelles mécaniques, de bulldozers et de détecteurs de métaux, ils détruisent systématiquement les gisements antiques dans l’espoir illusoire de découvrir des trésors.

5Pour donner à l’humanité un état des connaissances sur l’histoire de cette région, un colloque a été organisé au Collège de France à Paris les 30 et 31 mars 2016. Son objectif était de faire le point sur les travaux archéologiques des quarante dernières années en réunissant tous les acteurs de terrain invités à présenter une synthèse de leurs recherches sur l’occupation et l’exploitation du désert de l’époque ptolémaïque à la fin de la période byzantine.

6Les présentations orales et les projections sont disponibles et téléchargeables sur le site du Collège de France1. Mais les chercheurs investis sur ces terrains ont souhaité offrir aussi des versions écrites bilingues françaises et anglaises de la plupart des communications afin qu’elles puissent aider les lecteurs à approfondir les sujets abordés grâce à des illustrations et des bibliographies destinées à orienter chercheurs, étudiants et amateurs vers des études spécialisées.

7Le lecteur trouvera donc ici, dans une présentation en texte intégral qui autorise toutes sortes de recherches, des synthèses aussi bien sur des agglomérations portuaires dont le rôle fut essentiel (Coptos, Clysma, Myos Hormos et Bérénice), sur des mines et carrières (Samût, Mons Claudianus, Porphyritès), sur les réseaux de postes militaires ptolémaïques et romains établis le long des routes de Bérénice et de Myos Hormos, sur l’environnement végétal, sur l’approvisionnement des postes établis dans le désert ainsi que sur les vêtements et la vaisselle utilisés par les occupants des sites fouillés.

8Le voyage dans le désert commence à Coptos, traditionnelle porte du désert dont Laure Pantalacci retrace l’histoire et l’archéologie depuis les temps prédynastiques jusqu’à la fin de l’Antiquité. Puis, il faut emprunter les pistes caravanières de l’époque ptolémaïque avec Bérangère Redon, à partir d’Apollônos Polis (Edfou) jusqu’à Bérénice pour en comprendre la chronologie et en fixer les étapes. Outre le rôle stratégique que jouaient ces pistes pour le convoyage de éléphants chassés en Afrique orientale, elles desservaient de nombreux sites miniers : Thomas Faucher montre que l’exploitation, intermittente depuis les temps pharaoniques, connut un renouveau dès les premiers Ptolémées notamment à Samût Nord et à Bi’r Samût où ont été récemment mis au jour des installations minières (galeries, aires de concassage, forges, moulins, meules, fours, bassins de lavage).

9Ces pistes aboutissaient aux ports de la mer Rouge : les plus importants et les mieux connus désormais sont Myos Hormos, Nechesia et surtout Bérénice. Ce dernier port, le mieux placé du point de vue de la navigation à voile du fait de l’influence de la mousson, a fait l’objet de prospections et de fouilles approfondies par des équipes dirigées par Steven Sidebotham qui donne ici une synthèse des connaissances actuelles. Se dessinent ainsi la ville hellénistique avec ses remparts et ses temples, le port du Haut-Empire romain avec sa dense activité commerciale matérialisée par ses chantiers navals, ses bâtiments officiels et ses forts environnants puis la ville de l’Antiquité tardive avec ses maisons de marchands à étages. Cette présentation d’ensemble est complétée par un article portant spécifiquement sur le Grand Temple de Bérénice dont Martin Hense rappelle l’historiographie et détaille l’architecture et son évolution. Bérénice a aussi livré plusieurs inscriptions sur pierre et des documents sur ostraca dont Rodney Ast donne une vue d’ensemble, retraçant les cultes et les mouvements commerciaux de la ville portuaire. Le lecteur pourra compléter sa connaissance de Bérénice en regardant la communication d’Iwona Zych concernant les recherches portant sur les pratiques funéraires des habitants de la ville2.

10Le port de Myos Hormos, fondé lui aussi à l’époque ptolémaïque, fait l’objet d’un rappel des fouilles réalisées par le regretté David Peacock et Lucie Blue. Wilfried Van Rengen, se fondant sur la documentation papyrologique, offre un tableau de la toponymie des environs de Myos Hormos qui soulève un certain nombre de problèmes historiques, notamment à propos du culte de Philotéra, apparemment relativement répandu dans la région.

11Dans une vaste synthèse, Hélène Cuvigny étudie la toponymie du désert Oriental de l’époque gréco-romaine : tous les noms de lieux sont discutés à partir des inscriptions et des documents sur ostraca découverts dans les sites du désert. Ainsi sont précisément localisées et datées les carrières, les mines, les stations routières : c’est toute la vie du désert qui resurgit avec ses noms d’époque et ses acteurs. On sait désormais nommer les forteresses romaines égrenées le long des pistes ; Jean-Pierre Brun présente les différentes phases de leur mise en place, de leur complétion et de leur désaffectation entre l’époque d’Auguste et l’Antiquité tardive.

12L’énorme documentation écrite mise au jour au Mons Claudianus (environ 8000 ostraca) autorise une grande finesse dans la compréhension du fonctionnement des carrières : Adam Bulow-Jacobsen nous apprend le vocabulaire technique, les fonctions des différents corps de métiers ainsi que les procédés d’extraction des blocs et de forgeage des outils. On pourra compléter ce panorama avec la présentation faite par Valerie Maxfield des carrières du Mons Claudianus et du Porphyritès désormais bien connues par les explorations et les fouilles conduites en collaboration avec David Peacock dans les années 1980 et 19903.

13Dans une zone côtière au nord de Safaga, l’équipe de l’université de Naples « L’Orientale » a conduit des prospections dans le Wâdi Gasus ; le compte-rendu qu’en donnent Irene Bragantini, Giulio Lucarini, Andrea Manzo et Rosanna Pirelli présente le potentiel historique de ce secteur malheureusement ravagé par les pillages et les actes de vandalisme récents.

14Les témoins de la vie matérielle à l’époque romaine donnent un contrepoint à la documentation papyrologique, la nuançant grâce à un autre point de vue et comblant des lacunes. Michel Reddé détaille le cadre de vie des forteresses gardées par l’armée, avec leurs casernements, leurs sanctuaires, leurs thermes et leurs aménagements particuliers (puits, citernes, praetoria, greniers, écuries). John Peter et Felicity Wild présentent les textiles trouvés à Bérénice, montrant la place des tissus importés d’Inde et de la vallée du Nil depuis l’époque hellénistique jusqu’à l’Antiquité tardive. Lise Bender Jørgensen recense les techniques de tissage et montre l’évolution des modes des vêtements au cours de l’Empire romain se fondant sur les énormes corpus de tissus découverts à Myos Hormos, au Mons Claudianus, au Porphyritès et ’Abû Sha‘r. Le tableau peut être aussi complété par la présentation orale de Dominique Cardon sur les fragments de vêtements mis au jour dans le fort de Didymoi4.

15La nourriture des populations vivant dans ces conditions extrêmes d’aridité a pu être restituée grâce aux études des végétaux, notamment des graines, effectuées par Marijke Van der Veen, Charlène Bouchaud, René Cappers et Claire Newton tandis que l’étude des ossements d’animaux par Martine Leguilloux nous informe sur la consommation de viande, surtout de porcs, de dromadaires et d’ânes au Haut Empire, plutôt de moutons et de chèvres au cours de l’Antiquité tardive. La connaissance de l’approvisionnement en combustible nécessaire à la cuisine, au chauffage des pièces et des thermes a été rendue possible par les nombreux échantillons de bois et autres végétaux étudiés par Charlène Bouchaud, Claire Newton, Marijke Van der Veen et Caroline Vermeeren.

16Les recherches sur la céramique comportent quant à elles deux volets : d’une part les vases constituent les indicateurs chronologiques les plus abondants trouvés en fouilles et en prospections, d’autre part, ils témoignent de la nature de l’approvisionnement officiel et du commerce. Jennifer Foster-Gates a fait une présentation orale sur la céramique hellénistique5. Roberta Tomber offre ici une synthèse sur la céramique de l’époque impériale romaine. Pascale Ballet publie quant à elle les objets mis au jour lors des fouilles réalisées entre 1987 et 1989 dans les habitations agglomérées autour d’une chapelle dédiée à Min dans le Wâdi al-Hammâmât.

17La nature de l’occupation du désert Oriental change au cours de l’Antiquité tardive. Si le commerce oriental renaît à Bérénice au ive siècle, il n’emprunte plus couramment les voies caravanières jusqu’alors balisées et gardées par l’armée, mais probablement des voies capillaires utilisant notamment des petites barques capables de remonter malgré le vent défavorable jusqu’à Clysma au fond du Golfe de Suez. Cette place militaire qui, depuis l’époque des chasses aux éléphants, jouait un rôle essentiel comme port de départ vers la Mer Erythrée, gagne en importance et les nouvelles lectures de papyrus établies par Jean Gascou confirment le rôle éminent du grand port du nord à l’époque byzantine. D’autres paramètres changent : si les empereurs n’exploitent plus guère que la carrière de porphyre (et seulement jusqu’au début du ve siècle), ils décident de remettre en exploitation les mines d’or du Wâdi al-Fawâkhir. Les travaux dirigés par Carol Meyer datent cette réouverture de l’exploitation du courant du ve siècle ; durant près d’un et demi-siècle se succèdent des mineurs envoyés pour extraire l’or dont l’Empire d’Orient a désormais un besoin vital ; ils y construisent des centaines d’habitations rudimentaires qui ont été cartographiées et en partie fouillées. D’autres nouveaux venus, les anachorètes, se contentaient d’abris encore plus sommaires : Jean-Luc Fournet nous rappelle les motivations de ces implantations érémitiques qui connaissent des vicissitudes en relation notamment avec les mouvements des Blemmyes.

18Avec la fin de l’exploitation des mines d’or du Wâdi al-Fawâkhir, l’abandon des ermitages au profit de quelques grands monastères, la désertion de Bérénice vers le milieu du vie siècle, la décadence du commerce avec l’Orient lointain, les ravages de la peste signent une rupture dans l’histoire du désert Oriental qui, mis à part quelques sites bien particuliers comme les monastères de Saint Antoine et de Saint Paul, sont abandonnés à la nature hostile et aux nomades, les Blemmyes, qui savent s’en accommoder. Une page se tourne.

Auteurs

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Techniques et économies de la Méditerranée antique »
Chargé de recherche au CNRS, IRAMAT-CEB, UMR 5060 Orléans
Chargée de recherche au CNRS, HiSoMA, UMR 5189 Lyon
Professeur d’histoire ancienne à l’université Delaware (États-Unis)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540