Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jardins, paysage et génie naturel

 | 
Gilles Clément

Présentation de Gilles Clément

Leçon inaugurale prononcée le 1er décembre 2011. Chaire de Création artistique (2011-2012)

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue,
Cher Gilles Clément,

2Évoquer un jardin… Que chacun d’entre nous laisse vagabonder son esprit, qui dans un jardin ordonné à la française, qui dans le désordre apparent d’un jardin anglais, qui encore dans les cascades rocailleuses d’un jardin italien, ou encore dans le rêve du jardin d’Eden ou des jardins suspendus de Babylone. Vous avez une autre vision, vous bousculez la vieille dichotomie qui opposait le jardin à la française au jardin à l’anglaise, vous rompez avec la conception esthétique du paysage, longtemps dominante dans l’art des parcs et des jardins.

3Pour vous, ingénieur horticole, botaniste, paysagiste ou « jardinier » comme vous aimez vous faire appeler, la création de jardins et de paysages est une occasion privilégiée d’apporter un regard nouveau sur la nature et sa dynamique. Vous êtes un fervent défenseur du « génie » de la nature. Selon vous, un jardin doit respecter le génie des espèces, leur libre développement et leurs migrations naturelles. Le jardinier est invité à observer plus et à jardiner moins, à maintenir et à accroître la diversité biologique, source d’étonnement et garantie du futur.

4Vous savez mieux que quiconque la fragilité du monde végétal, son interdépendance avec le monde animal, la part de l’homme dans son équilibre. Vous pensez que le jardin doit être aménagé de façon à refléter le grand mouvement de brassage des plantes à l’échelon planétaire ; bref, vous faites du jardin un microcosme de la biodiversité planétaire. Le jardinier est un entremetteur de rencontres entre espèces qui n’étaient pas destinées à l’origine à cohabiter.

5Selon vous, l’homme doit aussi savoir abandonner l’évolution du paysage à la seule nature, savoir laisser en friche des espaces. C’est ce que vous appelez le « tiers-paysage », un espace privilégié d’accueil de la diversité biologique, un réservoir de diversité génétique, un espace du futur.

6Ces trois idées-forces, le « jardin en mouvement », le « jardin planétaire » et le « tiers-paysage », vous les avez superbement illustrés par de très nombreuses réalisations. Je n’en citerai que quelques unes : en France, le parc André Citroën à Paris où le vert flirte avec la Seine ; le parc Henri Matisse à Lille, doté d’un espace central de végétation vierge, inaccessible ; le jardin buissonnant et foisonnant du musée du quai Branly, lieu de culture et de nature ; et, à l’étranger, le jardin de l’Arbre Ballon de la Cité modèle de Laeken à côté de Bruxelles, le jardin Mandala à Turin, le jardin du palais Hisham à Jéricho.

7Non seulement vous créez, mais vous enseignez, vous écrivez, vous publiez vos théories, vos convictions et votre expérience dans de nombreux ouvrages en français et en italien.

8La chaire de Création artistique que vous avez choisie d’appeler « Jardins, paysage et génie naturel » reflètera la connivence entre un jardinier en recherche et un jardin à sa propre recherche. Quoi de plus naturel que de vous accueillir chez nous, au Collège de France, un endroit où l’on professe précisément « la recherche en train de se faire ».

Auteur

Administrateur du Collège de France

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540