Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le libre arbitre

 | 
Jean-Baptiste Guillon

Chapitre 10

Les attitudes réactives et le déterminisme : une étude expérimentale

Aurélien Nioche, Paul Égré e Florian Cova

Testo integrale

1. Introduction

1Le fait d’attribuer à un agent une responsabilité pour ses actions, comme de le punir pour un crime qu’il a commis, ou de le louer pour une action bonne, implique-t-il qu’il ait agi de manière non déterminée ? Selon le point de vue incompatibiliste, la réponse à cette question est positive : dans un monde où les actions humaines sont soumises au déterminisme, l’attribution d’éloge ou de blâme perdrait son fondement, car la notion même de responsabilité serait transférée de l’agent à l’ensemble des causes qui le déterminent. Selon le point de vue compatibiliste, à l’inverse, rétribution et punition jouent avant tout un rôle régulateur du comportement. Dans cette perspective, il resterait sensé de louer et de blâmer les agents même s’ils étaient soumis au déterminisme, parce que les attributions de responsabilité morale garderaient une fonction sociale incitative ou dissuasive. Au sein du grand édifice du déterminisme, leur contribution, entre autres causes du comportement des agents, serait de contrarier ou de favoriser certaines actions.

2Dans un article devenu célèbre, Peter Strawson a donné un argument plus spécifique en faveur du compatibilisme, basé sur la notion d’attitude réactive. Strawson appelle “attitudes réactives” certains affects positifs ou négatifs suscités par les comportements et les actions des autres qui semblent supposer un certain contrôle sur leur action de leur part (comme la haine, le ressentiment, mais aussi l’admiration ou la gratitude). Pour Strawson, les attitudes réactives constituent le fondement véritable de nos attributions de responsabilité morale, indépendamment de la question de savoir si nos actions sont déterminées ou pas. Selon lui, même si le déterminisme était avéré, nous ne cesserions pas pour autant d’avoir de telles attitudes, parce que ces attitudes prennent avant tout leur source dans les rapports inter-personnels. Pour Strawson, une attitude réactive est justifiée vis-à-vis d’un agent à condition de pouvoir exiger de lui une certaine dose de réciprocité ou de “bonne volonté”. En revanche, elle cesse d’être justifiée, et pourra être suspendue ou inhibée, quand un agent manifeste par ses actions qu’il est inapte à entrer dans le système de réciprocité morale qui le lie à autrui. Face à un enfant, à un sujet fou, ou à un schizophrène, Strawson soutient que nous adoptons des attitudes objectives plutôt que réactives. En adoptant des attitudes objectives, nous exemptons en quelque sorte les agents concernés de la réciprocité à laquelle ils seraient soumis autrement.

3Strawson mentionne ainsi que “voir quelqu’un comme perverti ou dérangé ou compulsif dans son comportement ou particulièrement malheureux dans les circonstances de son développement (...) tend à promouvoir des attitudes objectives’’. Si c’est le cas, cependant, une objection à Strawson semble être que nos attitudes réactives ne sont pas indépendantes de la question du déterminisme. Dans les cas mentionnés par Strawson, il semble que nous sommes d’autant plus enclins à suspendre nos attitudes réactives que nous percevons un sujet comme plus déterminé. Strawson n’envisage pas cette objection, car pour lui le déterminisme n’est pas une affaire de degré : ou bien nous sommes tous déterminés, ou bien nous ne le sommes pas, les cas d’exemption qu’il envisage étant vus plutôt comme des cas d’aliénation sociale, indépendants pour lui du problème métaphysique du déterminisme.

4Cette réponse ne suffit pas à dissiper le doute. Comme l’ont souligné maints critiques de Strawson (voir Galen Strawson 1986, Kane 1996, Pereboom 2007, Nichols 2007), il semble plausible que nos attitudes réactives à l’égard d’un criminel s’estompent une fois que nous écoutons le récit de son enfance sordide. Kane (1996) rapporte l’expérience personnelle suivante : « Ce type d’intuitions incompatibilistes au sujet des attitudes réactives est très répandu, et je ne suis pas le dernier à les partager. Mes idées sur cette question m’ont été inspirées par le procès d’un jeune homme qui avait violé et tué une jeune fille de 16 ans non loin de chez moi. Je me mettais à la place d’un proche de la victime assistant chaque jour au procès. Mes premières pensées au sujet de ce jeune homme étaient pleines de colère et de rage. Mais, à force d’entendre jour après jour comment il en était venu à avoir le caractère mauvais et les motifs pervers qui étaient les siens – une histoire sordide mêlant négligence parentale, mauvais traitements, terribles modèles parentaux, etc. – une part de ma colère en est venue à s’atténuer et à être redirigée vers d’autres personnes, celles qui l’avaient maltraité et influencé. [...] Ainsi, certains changements dans nos attitudes réactives [...] dépendent de nos croyances dans la responsabilité ultime des agents. » (Kane, 1996, p. 84)

5Ainsi, prendre connaissance du passé sordide d’un criminel aurait un impact sur nos attitudes réactives à son égard. Pour Kane, ce changement dans nos attitudes réactives est précisément lié à un transfert de responsabilité de l’agent vers les circonstances de sa formation. Nos attitudes réactives changent dans la mesure où nous considérons que le geste de l’agent était déterminé par son passé – ce qui montrerait, pace Strawson, que la vérité du déterminisme n’est pas une question sans rapport avec nos attitudes réactives.

6Mais est-ce bien ce qui se produit ? Partant d’un autre exemple (celui du meurtre de deux jeunes hommes commis par Robert Harris, dont l’enfance fut aussi regrettable), Gary Watson donne une description plus nuancée de ce genre de situations. Pour lui : « Il serait plus juste de dire que, à la lumière de « toute » l’histoire, des réponses conflictuelles sont suscitées. La sympathie à l’égard du petit garçon qu’il était entre en conflit avec l’indignation qu’inspire l’homme qu’il est. Ces réponses entrent en conflit non pas au sens où la peur dissiperait la colère, mais au sens où la sympathie s’oppose à l’antipathie. En réalité, chacune de ces réponses est adéquate, mais prises ensemble elles ne nous permettent pas de répondre de manière cohérente à l’ensemble. » (Watson 1987 (2012), p.165).

7En d’autres termes, la diminution des attitudes réactives pourrait être déclenchée par l’activation d’attitudes empathiques vis-à-vis de son enfance, plutôt que par une perception accrue du caractère déterminant de celle-ci. Un point important à noter est que la sympathie comme la pitié ne sont pas à proprement parler des attitudes réactives. Pour Strawson, les attitudes réactives s’exercent positivement ou négativement en lien avec une action, de sorte que la pitié n’en fait pas partie à proprement parler.

8Autrement dit, l’objection incompatibiliste à l’argument de Strawson repose sur deux prémisses fondamentales. La première est qu’apprendre l’enfance d’un criminel a effectivement le pouvoir de diminuer nos attitudes réactives. La seconde est que cette diminution est causée par la perception du caractère déterminé des actions du criminel. Or, il s’agit là de deux prémisses décrivant (ou prétendant décrire) des faits au sujet de la psychologie humaine. En tant que telles, elles doivent faire l’objet d’un examen empirique, utilisant les méthodes de la psychologie.

9Notre but dans cet article est d’éclairer ce débat, et en particulier de chercher à comprendre si les attitudes réactives sont ou non affectées par la perception du caractère déterminant des circonstances d’un agent. Pour cela nous présentons deux études expérimentales. La première est destinée à tester les intuitions de participants naïfs face au récit même sur lequel Gary Watson s’est appuyé dans sa discussion de Strawson, à savoir celui du meurtre commis par Robert Harris et de son enfance. Notre premier objectif est de vérifier si la lecture du récit de l’enfance malheureuse d’un meurtrier comme Robert Harris diminue effectivement les attitudes réactives négatives provoquées par le récit du meurtre qu’il a commis. Parallèlement, elle vise à mesurer la perception du caractère déterminant de l’enfance du meurtrier, pour voir si cette perception est accrue à la lecture de celle-ci. Dans une deuxième expérience, nous présentons une tentative plus fine pour départager l’hypothèse incompatibiliste de Kane, d’après laquelle les attitudes réactives seraient diminuées par la perception du caractère déterminant des circonstances d’un agent, de l’hypothèse affective de Watson, d’après laquelle le récit d’une enfance malheureuse viendrait simplement interférer avec nos attitudes réactives, indépendamment de la question du déterminisme.

2. Expérience 1 : apprendre l’enfance d’un criminel modifie-t-il réellement nos attitudes réactives ?

10En premier lieu, il s’agit de déterminer si oui ou non apprendre l’enfance malheureuse de certains criminels nous conduit à changer nos attitudes réactives à leur égard. Comme nous l’avons vu, les philosophes qui considèrent que les attitudes réactives sont sensibles à la vérité du déterminisme font l’hypothèse qu’apprendre qu’un criminel a été maltraité durant son enfance nous conduira à avoir des attitudes réactives plus faibles à son égard : par exemple, à ressentir moins de colère envers eux. C’est là la première et principale hypothèse que vise à mettre à l’épreuve cette étude.

11En outre, nous avons vu que d’autres philosophes faisaient une seconde prédiction, parfaitement compatible avec la première, selon laquelle apprendre qu’un criminel a été maltraité pendant son enfance nous conduit à ressentir de l’empathie et de la sympathie à son égard. Appelons ces attitudes les attitudes empathiques. Dans cette étude, nous avons aussi cherché à déterminer l’impact du récit d’enfance sur ces attitudes empathiques.

12Enfin, en troisième et dernier lieu, nous avons voulu explorer le lien entre ces deux types d’attitudes. Comme nous l’avons vu plus haut, Gary Watson semble supposer que la diminution (mais pas la disparition totale) de nos attitudes réactives est le fruit de leur conflit avec ces attitudes empathiques. Une façon de tester cette hypothèse est donc de voir si l’impact du récit de l’enfance sur les attitudes réactives est médié par leur impact sur les attitudes empathiques. Telle est la troisième hypothèse que nous testerons. En retour, il se pourrait que les choses aillent en sens inverse, et donc que l’impact du récit de l’enfance sur les attitudes empathiques soit en fait médié par leur impact sur les attitudes réactives. Par souci d’impartialité, il conviendra donc de tester cette quatrième et dernière hypothèse.

2.1. Matériel et méthodes

13Récit du crime. Après avoir fourni quelques informations démographiques élémentaires (âge, sexe, langue maternelle), les participants recevaient pour instruction de lire attentivement un texte d’environ deux pages, directement inspiré des extraits de journaux présentés par Watson (1987). Le récit ressemblait le plus possible à celui de Robert Harris, si ce n’est que le nom du criminel avait été remplacé par le nom “Peter Watson”. Nous avons fait le choix d’utiliser un long récit présenté sous forme d’article de presse plutôt qu’une courte vignette pour obtenir une situation expérimentale la plus proche possible des situations de la vie courante décrites par les philosophes travaillant sur la question.

  • 1 Le texte complet des scénarios et des questions est trop long pour être présenté en intégralité dan (...)

14Le récit, trop long pour être présenté ici dans son intégralité, racontait le crime horrible commis par Peter Watson et sa vie en prison. Il était raconté comment Peter Watson était accusé d’avoir tué deux jeunes hommes de sang-froid, juste pour le plaisir, et comment le meurtrier avouait ne ressentir aucun remords.1

15Récit de l’enfance. Après avoir lu le récit du crime, une moitié des participants (ceux dans la condition avec récit de l’enfance) devait lire un second texte d’environ deux pages. Le texte en question décrivait l’enfance de Peter Watson et les sévices dont il avait été victime. Là encore, le texte était largement inspiré de l’histoire vraie de Robert Harris. Il racontait comment Peter Watson était né deux mois plus tôt que prévu du fait des coups que son père donnait dans le ventre de sa mère, comment son père avait l’habitude de le battre, et le manque d’amour de la part de sa mère.

16Les participants dans la condition sans récit de l’enfance passaient directement aux questions après avoir lu le récit du crime.

17Questions. Après avoir lu le ou les textes (selon la condition à laquelle ils avaient été assignés), il était demandé aux participants de répondre à une liste de questions sur une échelle de 11 points (de 0 à 10, les légendes de chaque extrémité variant en fonction de la question). Les questions étaient présentées dans un ordre aléatoire.

18Quatre questions visaient à mesurer les attitudes réactives (négatives) des participants (leur colère, leur dégoût, leur haine, et à quel point ils trouvaient Peter Watson antipathique), tandis que quatre autres visaient à mesurer leurs attitudes empathiques (leur compassion, pitié, sympathie et à quel point ils trouvaient Peter Watson sympathique). Ces deux scores constituaient nos principales variables d’intérêt. En outre, pour mieux comprendre de quelle façon les participants comprenaient et interprétaient les récits qui leur étaient donnés à lire, nous leur avons aussi posé 5 questions sur la responsabilité morale de Peter Watson (ex : à quel point il méritait d’être blâmé, s’il devait être puni), 5 questions sur le déterminisme (ex : si, étant donné son passé, il était nécessaire que Peter Watson agisse de cette façon), 5 questions sur le libre-arbitre (si Peter Watson avait agi de lui-même ou librement décidé d’agir), 5 questions sur le discernement moral de Peter Watson (s’il était capable de distinguer le Bien du Mal) et 5 questions sur sa santé mentale (s’il était mentalement bien portant, ou devrait être interné).

19Outre ces questions, 4 questions contrôles nous permettaient de détecter les participants qui ne prenaient pas la tâche qui leur était demandée au sérieux. Ces questions contrôles étaient des questions de compréhension sur le récit du meurtre.

20Tous les textes et les questions étaient rédigés en anglais.

2.2. Participants

21Après exclusion des participants ayant échoué à une question contrôle ou plus (n=93), il nous restait 80 participants recrutés via Amazon Mechanical Turk, un site permettant de recruter des volontaires rémunérés pour accomplir diverses tâches en ligne. Chaque participant était payé 0,50$ pour sa participation. 52 étaient des femmes, 28 des hommes. La moyenne d’âge était 36.8 (écart-type = 13.5). 40 participants étaient assignés à la condition avec récit de l’enfance, 40 à la condition sans.

2.3. Résultats

Figure 1. Résultats de la première expérience.

  • 2  Pour s’assurer de la validité de nos scores, nous avons réalisé le calcul d’un 𝛼 de Cronbach qui c (...)

22Les moyennes de chaque score en fonction de la condition (avant / après le récit de l’enfance) sont présentées en Figure 12. Dans ce qui suit, nous nous concentrons sur nos principales variables d’intérêt.

23Attitudes réactives. L’ajout du récit d’enfance a un effet significatif sur les attitudes réactives des participants (Welch t-test : t(80) = 2.27, p < .05, d = 0.51, 95% CI = [0.12, 1.87]). Comme prévu, les attitudes réactives sont plus basses avec (7.30) que sans (8.29) le récit de l’enfance.

24Attitudes empathiques. L’ajout du récit d’enfance a aussi un effet significatif sur les attitudes empathiques des participants (Welch t-test : t(80) = 5.86, p < .001, d = 1.31, 95% CI = [1.74, 3.55]). Comme prévu, les attitudes empathiques sont plus élevées avec (3.68) que sans (1.03) le récit de l’enfance.

25Les attitudes empathiques comme médiateur. L’effet du récit de l’enfance sur les attitudes réactives des participants peut-il s’expliquer par son effet sur nos attitudes empathiques ? Pour le déterminer, nous avons procédé à une première analyse de médiation, avec la présence ou non du récit de l’enfance comme variable indépendante, les attitudes réactives comme variable dépendante, et les attitudes empathiques comme médiateur (pour une introduction aux analyses de médiation à la portée des philosophes, voir Rose et Nichols, 2013).

26Les analyses précédentes ont déjà montré que notre variable indépendante (la présence ou non du récit de l’enfance) était un prédicteur significatif de notre variable dépendante (les attitudes réactives) et de notre médiateur (les attitudes empathiques). Une analyse de régression supplémentaire nous permet de constater que notre médiateur (les attitudes empathiques) est un prédicteur significatif des attitudes réactives (b = -0.58, SE = 0.06, p < .001). Pris ensemble, ces trois résultats justifient une analyse de médiation.

27Une autre analyse de régression incluant les attitudes réactives comme variable dépendante et les attitudes empathiques et le facteur récit de l’enfance comme prédicteurs permet de constater que, même une fois pris en compte les attitudes empathiques, le facteur récit de l’enfance continue à être un prédicteur significatif des attitudes réactives (b = 0.78, SE = 0.38, p = .045). Si médiation il y a, elle n’est donc pas complète (voir Figure 2).

28Pour finir, un test de Sobel nous permet de déterminer que les attitudes empathiques sont bel et bien un médiateur partiel de l’effet du facteur enfance sur les attitudes réactives (= -4.80, p < .001).

29Une chose qu’il convient de noter, cependant, c’est qu’introduire les attitudes empathiques dans le modèle n’annule pas l’effet (direct) du facteur enfance sur les attitudes réactives mais en change la direction (de b = -0.99 à b = 0.78). Autrement dit, nous avions trouvé à l’origine qu’introduire le récit de l’enfance diminuait les attitudes réactives. Mais, une fois pris en compte la part de cet effet expliqué par la médiation des attitudes empathiques, on observe qu’introduire le récit de l’enfance augmente les attitudes réactives. Autrement dit, il semblerait qu’introduire le récit de l’enfance ne diminue les attitudes réactives que dans la mesure où il augmente les attitudes empathiques.

Figure 2. Analyse de médiation avec les attitudes empathiques comme médiateur, le récit de l’enfance comme variable indépendante, et les attitudes réactives comme variable dépendante. Notez que l’introduction des attitudes empathiques dans le modèle change le signe de la relation entre récit de l’enfance et attitudes réactives (de -0.99 à 0.78).

30Les attitudes réactives comme médiateur. Finalement, nous avons exploré la possibilité que l’effet du facteur récit de l’enfance sur les attitudes empathiques puisse être expliqué par son effet sur les attitudes réactives. Comme mentionné, les analyses précédentes ont déjà montré que notre variable indépendante (la présence ou non du récit de l’enfance) était un prédicteur significatif tant des attitudes empathiques que des attitudes réactives. Une analyse de régression supplémentaire nous permet de constater que notre médiateur (les attitudes réactives) est un prédicteur significatif des attitudes empathiques (b = -0.93, SE = 0.10, p < .001). Pris ensemble, ces trois résultats justifient une analyse de médiation.

31Une autre analyse de régression incluant les attitudes empathiques comme variable dépendante et les attitudes réactives et le facteur récit de l’enfance comme prédicteurs permet de constater que, même une fois pris en compte les attitudes réactives, le facteur récit de l’enfance continue à être un prédicteur significatif des attitudes réactives (b = 1.94, SE = 0.34, p < .001). Si médiation il y a, elle n’est donc pas complète. De plus, le sens de la relation entre le facteur et la variable dépendante n’est pas affecté par la prise en compte des attitudes réactives.

32Pour finir, un test de Sobel nous permet de déterminer que les attitudes réactives sont bel et bien un médiateur partiel de l’effet du facteur enfance sur les attitudes empathiques (= 2.18, p < .05).

2.4. Discussion

33Comme prévu par les philosophes incompatibilistes (comme Kane), nous avons observé qu’introduire le récit de l’enfance malheureuse d’un criminel diminue effectivement nos attitudes réactives à son égard. Le phénomène observé existe donc bel et bien et requiert une explication.

34Néanmoins, conformément aux prédictions de Gary Watson, nous avons aussi observé qu’introduire le récit de l’enfance augmentait nos attitudes empathiques à l’égard du criminel. Plus important encore, il semble que l’effet du récit de l’enfance sur les attitudes réactives soit expliqué par cette augmentation de nos attitudes empathiques. En effet, une fois pris en compte les attitudes empathiques, introduire le récit de l’enfance ne diminue plus mais augmente nos attitudes réactives envers le criminel.

35Ces résultats vont dans le sens de l’hypothèse de Gary Watson : si introduire le récit de l’enfance diminue nos attitudes réactives, c’est avant tout parce que ce récit nous conduit à voir le criminel comme une victime et à ressentir à son égard de la pitié et de la compassion, des attitudes qui ont du mal à coexister avec des attitudes comme la colère et l’indignation.

36Néanmoins, il est trop tôt pour conclure en faveur d’une hypothèse ou de l’autre. Pour ce faire, nous devons d’abord déterminer pourquoi et en vertu de quelles propriétés le récit de l’enfance nous conduit à réviser nos attitudes, qu’elles soient réactives ou empathiques.

3. Expérience 2 : déterminisme ou malheur ? Qu’est-ce qui explique l’impact des récits d’enfances sur les attitudes réactives ?

37Les résultats de l’expérience 1 suggèrent que les observations formulées par certains philosophes incompatibilistes sont correctes : prendre connaissance des souffrances qu’a endurées un criminel pendant son enfance peut bel et bien modifier nos attitudes réactives à son égard. La question est à présent : pourquoi ?

38Selon ces mêmes philosophes incompatibilistes (comme Kane), le facteur explicatif est le déterminisme. Prendre connaissance de son passé nous rendrait moins sévères à l’égard de Peter Watson parce que nous aurions l’impression que ce même passé explique (au moins en partie) les actions de Peter Watson. Cette hypothèse est compatible avec les résultats que nous avons obtenus dans notre première étude : le score de déterminisme augmente significativement une fois que les participants ont pris connaissance de l’enfance de Peter Watson.

39Néanmoins, comme nous l’avons vu, il existe une autre hypothèse, avancée par Gary Watson. Selon cette hypothèse, prendre connaissance de l’enfance de Peter Watson diminue nos attitudes réactives à son égard dans la mesure où cela nous conduit à voir Peter Watson non plus comme un criminel, mais comme une victime, pour laquelle nous pouvons ressentir de l’empathie. Or, comme mentionné précédemment, cette empathie entre en conflit avec les attitudes réactives comme la colère et la haine. Là encore, cette hypothèse est compatible avec les résultats que nous avons obtenus dans notre première étude : le score d’attitudes empathiques augmentait significativement après que les participants eurent pris connaissance de l’enfance de Peter Watson.

40Ces deux hypothèses font néanmoins des prédictions différentes. Selon la première hypothèse (appelons-la l’hypothèse incompatibiliste), ce qui explique la baisse des attitudes réactives, c’est le sentiment que l’enfance de Peter Watson explique et rend inévitable le crime qu’il a commis. Selon la seconde hypothèse (appelons-la l’hypothèse affective), ce qui explique la baisse des attitudes réactives, c’est le caractère triste et pitoyable de l’enfance de Peter Watson. Or, il est impossible de départager ces deux hypothèses sur la seule base de notre première étude, étant donné que notre manipulation (sans récit de l’enfance / avec récit de l’enfance) semble faire varier simultanément ces deux facteurs (le récit de l’enfance conduit en même temps les participants à avoir pitié de Peter Watson et à trouver une explication pour son acte).

41Départager ces deux hypothèses requiert donc de faire varier la valence de l’enfance (positive / négative) et son côté déterminant (déterminant / non-déterminant) indépendamment. C’est ce que nous avons tenté de faire dans cette seconde étude.

3.1. Matériel et méthodes

42Pour faire varier ces facteurs indépendamment, il nous a fallu nous écarter du récit présenté par Gary Watson et utilisé dans notre première étude pour créer nos propres récits. Nous avons ainsi créé 8 scénarios différents (d’environ une page chacun) en faisant varier trois facteurs : la nature plus ou moins violente du crime, le caractère déterminant de l’enfance, et la valence de l’enfance.

43Crime. Le récit utilisé dans notre première étude, et inspiré de l’histoire vraie de Peter Harris, met en scène un crime violent et sanglant. Pour certains, cela pourrait poser un problème, étant donné que certaines recherches suggèrent que les réactions affectives suscitées par la description de tels crimes pourraient biaiser notre évaluation de la responsabilité morale des agents (Nichols et Knobe, 2007 ; mais voir en réponse Feltz et Cova, 2014). Pour explorer l’impact potentiel de cette variable (le caractère violent et direct du crime), nous avons fait varier la nature même du crime. Dans un cas (crime violent), le crime décrit était semblable à celui décrit dans notre première étude (le meurtre gratuit d’un jeune homme), dans l’autre (crime non violent) le crime était une arnaque financière qui ruinait un jeune homme, le poussant ainsi au suicide.

44Déterminisme. Après le récit du crime, les participants recevaient comme dans notre première étude le récit de l’enfance du criminel. Cette enfance pouvait être soit déterminante, soit non-déterminante, et ce facteur était manipulé en changeant les valeurs du père du criminel, et le type d’éducation qu’il recevait en conséquence. Ainsi, dans le cas non-déterminant, le père était un passionné de musique, qui parlait à ses enfants de musique à tous les repas, les amenait régulièrement au concert, insistait sur l’importance de jouer de la musique, et avait Miles Davis comme idole. Dans le cas déterminant pour le crime violent, le père était obsédé avec l’idée d’être un ‘vrai mec’ et un ‘gros dur’, parlait à ses enfants de la distinction entre les ‘forts’ et les ‘faibles’ à tous les repas, les amenait régulièrement à des combats de catch ou à des entraînements de tir, et avait ‘The Rock’ pour idole. Finalement, dans le cas déterminant pour le crime non violent, le père était obsédé par l’argent, parlait à ses enfants de l’importance de faire partie des ‘gagnants’ à chaque repas, les faisait régulièrement regarder des programmes économiques et jouer au Monopoly, et avait pour idole Warren Buffett.

45Valence. Finalement, nous avons essayé de faire varier la pitié et la compassion suscitées par le récit d’enfance en en manipulant la valence globale. Quand l’enfance était positive, le récit d’enfance incluait (i) la description des heureuses vacances que Peter Watson avait l’habitude de passer avec ses grands-parents, et (ii) le temps que son père consacrait à jouer avec Peter Watson. Quand l’enfance était négative, le récit d’enfance incluait à la place (i) le récit de la mort de la mère de Peter Watson d’un cancer ovarien alors qu’il avait 10 ans, et (ii) l’alcoolisme de son père, qui l’empêchait de s’occuper de ses enfants pendant de longs moments. Ces modifications étaient faites de façon à laisser aux 8 scénarios une structure de surface identique.

46Après avoir fourni quelques informations démographiques élémentaires (âge, sexe, langue maternelle), chaque participant recevait l’un des 8 scénarios. Après avoir lu le scénario, les participants répondaient à 37 questions. Ces 37 questions incluaient les 33 déjà utilisées dans la première expérience, plus 4 nouvelles, destinées à mesurer l’évaluation de l’enfance comme heureuse ou malheureuse par les participants (s’ils trouvaient que Peter Watson avait eu une enfance malheureuse, ou si celui-ci était souvent heureux quand il était petit). Comme dans la première expérience, ces 37 questions étaient accompagnées de 4 questions contrôles destinées à exclure les participants qui ne jouaient pas le jeu.

3.2. Participants

47Après exclusion de 287 participants ayant échoué à une question contrôle ou plus, ou bien ayant déjà participé à une autre de nos études, il nous est resté 320 participants recrutés via Amazon Mechanical Turk (40 participants par condition). Chaque participant était payé 0.50$ pour sa participation. 189 étaient des femmes, 131 des hommes. La moyenne d’âge était 36.6 (écart-type = 12.1).

3.3. Résultats

Figure 3. Résultats de la deuxième expérience.

  • 3 Les 𝛼 de Cronbach obtenus lors de l’expérience 2 sont les suivants : attitudes réactives : 0.73, at (...)

48L’effet des différents facteurs sur les différents scores est résumé en Figure 33.

49Succès de la manipulation. Avant d’analyser l’effet de nos trois facteurs sur nos variables d’intérêt, nous avons voulu nous assurer que notre manipulation était un succès. En effet, notre but premier était de modifier en parallèle le côté déterminant de l’enfance et la valence de l’enfance. Pour cela, nous avons analysé l’effet des facteurs valence et déterminant sur deux variables censées mesurer leur effet : l’évaluation de l’enfance et le déterminisme.

50Dans un premier temps, nous avons conduit une ANOVA à deux facteurs (valence, déterminant) sur les scores d’évaluation de l’enfance. Les résultats indiquent un effet significatif du facteur valence (F(1, 316) = 480.37, p < .001, ηp2 = .60), mais aussi un effet significatif du facteur déterminant (F(1, 316) = 14.35, p < .001, ηp2 = .04). Dans un second temps, nous avons conduit une ANOVA à deux facteurs (valence, déterminant) sur les scores de déterminisme. Les résultats indiquent un effet significatif du facteur valence (F(1, 316) = 19.81, p < .001, ηp2 = .06), mais aussi un effet significatif du facteur déterminant (F(1, 316) = 41.74, p < .001, ηp2 = .12).

51Autrement dit, nous avons échoué à manipuler de façon parfaitement parallèle la valence de l’enfance et son côté déterminant. Comparée à une enfance à valence négative, une enfance à valence positive obtient des scores d’évaluation de l’enfance plus élevés (comme on pouvait s’y attendre), mais aussi des scores de déterminisme moins élevés (comme si les participants considéraient qu’une enfance négative a plus de chances de pousser au crime). Heureusement, dans ce cas précis, la différence de taille entre les deux effets est conséquente (ηp2 = .60 pour l’évaluation de l’enfance, contre ηp2 = .06 pour le déterminisme), ce qui suggère que le facteur valence manipule principalement l’évaluation de l’enfance.

52De même, comparée à une enfance non-déterminante, une enfance déterminante obtient des scores de déterminisme plus élevés (comme on pouvait s’y attendre), mais aussi des scores d’évaluation de l’enfance moins élevés (ce qui suggère que les participants considéraient les enfances déterminantes comme moins heureuses). Dans ce cas précis, l’écart de taille entre les deux effets est plus resserré (ηp2 = .04 pour l’évaluation de l’enfance, contre ηp2 = .12 pour le déterminisme), ce qui devient problématique.

53En résumé, nous avons échoué à manipuler de façon complètement parallèle et indépendante la valence de l’enfance et son côté déterminant. Nous reviendrons plus bas sur les conséquences de ce problème.

54Effet sur les attitudes réactives. Pour évaluer l’effet de nos trois facteurs sur les attitudes réactives, nous avons conduit une ANOVA à trois facteurs (nature du crime, déterminant, valence) sur les scores d’attitudes réactives. Les résultats révèlent un effet marginalement significatif du facteur nature du crime (F(1, 316) = 3.37, p = .07, ηp2 = .01), mais pas d’effet du facteur déterminant (F(1, 316) = 2.28, p = .13, ηp2 = .01) ni du facteur valence (F(1, 316) = 1.65, p = .55, ηp2 = .00).

55Autrement dit, aucun de nos facteurs n’avait d’effet significatif sur les attitudes réactives.

56Effet sur les attitudes empathiques. Pour évaluer l’effet de nos trois facteurs sur les attitudes réactives, nous avons conduit une ANOVA à trois facteurs (nature du crime, déterminant, valence) sur les scores d’attitudes empathiques. Les résultats révèlent un effet marginalement significatif du facteur nature du crime (F(1, 316) = 3.58, p = .06, ηp2 = .01), pas d’effet du facteur déterminant (F(1, 316)n = 1.41, p = .24, ηp2 = .00), et un effet particulièrement significatif du facteur valence (F(1, 316) = 82.52, p < .001, ηp2 = .07).

57Autrement dit, la valence de l’enfance avait un impact sur nos attitudes empathiques, mais pas le côté déterminant de celle-ci.

3.4. Discussion

58Dans cette seconde étude, notre but était de faire varier en parallèle et indépendamment la valence de l’enfance et le caractère déterminant de l’enfance d’un criminel pour déterminer lequel de ces deux facteurs expliquerait l’effet de l’introduction d’un récit d’enfance sur les attitudes réactives des participants. Cependant, cette tentative s’est heurtée à deux difficultés majeures.

59La première est que nous n’avons pas réussi à faire varier ces deux facteurs de manière complètement indépendante. En effet, les participants ont considéré qu’une enfance déterminante était plus malheureuse et qu’une enfance malheureuse était aussi plus déterminante. Il risque donc difficile de séparer les deux facteurs.

60La seconde est que nous n’avons tout simplement pas observé d’effet de nos facteurs sur les attitudes réactives, bien que nous ayons observé l’effet attendu de la valence de l’enfance sur l’évaluation de l’enfance. De ce fait, en l’absence d’un tel effet, il est difficile de déterminer ce qui explique l’impact d’un récit d’enfance sur les attitudes réactives.

61Que nous n’ayons pas observé d’effet peut s’expliquer de deux façons : la première est que notre manipulation du facteur pertinent (quel qu’il soit) n’ait pas été assez puissante (au sens statistique) dans notre seconde étude. Notons toutefois que notre manipulation du déterminisme (par le facteur déterminant) semble dans le même ordre de grandeur que celle observée dans la première étude (une différence de 1.36 dans la première étude, contre une différence de 1.32 dans la deuxième). En revanche, notre manipulation des attitudes empathiques par le facteur évaluation de l’enfance était beaucoup plus petite que la différence observée entre les deux conditions de la première étude (une différence de 2.65 dans la première étude, contre une différence de 1.02 dans la deuxième). Cela suggère que, si l’absence d’effet est dû à un effet trop faible de notre manipulation, c’est du côté de la manipulation des attitudes empathiques qu’il faut chercher.

62L’autre solution est bien entendu que ni le côté déterminant de l’enfance, ni sa valence et les attitudes empathiques qu’elle inspire n’expliquent l’effet observé dans la première expérience. Dans ce cas, il s’agirait de trouver un autre facteur expliquant l’effet observé dans cette première étude.

4. Conclusion

63À l’issue de ces deux études, quelles conclusions pouvons-nous tirer sur l’objection incompatibiliste à l’argument de Strawson et, plus généralement, sur le lien entre attitudes réactives et perception du déterminisme ?

64Dans l’ensemble, nos résultats semblent aller contre l’hypothèse déterministe de Kane et en faveur de l’hypothèse affective de Watson. En effet, l’hypothèse affective de Watson postulait l’enchaînement causal suivant : (i) la nature malheureuse et difficile de l’enfance suscite des attitudes empathiques, et (ii) l’augmentation des attitudes empathiques suscite à son tour une diminution des attitudes réactives. Les résultats de la première étape confirment la seconde partie de ce modèle : si prendre connaissance de l’enfance d’un criminel nous conduit à revoir nos attitudes réactives à la baisse, c’est précisément dans la mesure où cela nous conduit à ressentir plus de sympathie et de compassion pour le criminel. Quant à notre seconde étude, elle semble confirmer la première partie de ce modèle : une enfance plus malheureuse (mais pas plus déterminante) nous conduit à ressentir plus de pitié pour le criminel. Ainsi, pris ensemble, les résultats de nos deux études semblent confirmer le modèle de Watson, et l’idée selon laquelle prendre connaissance de l’enfance d’un criminel ne diminue pas nos attitudes réactives parce qu’elle nous conduit à le voir plus déterminé, mais tout simplement parce qu’elle nous conduit à avoir pitié de lui.

65Cependant, montrer que l’hypothèse de Watson fonctionne ne suffit pas à rejeter définitivement l’idée de Kane et de ses collègues. En effet, les deux hypothèses ne sont pas strictement exclusives : il se pourrait que les deux soient simultanément vraies, et que l’enfance d’un criminel affecte nos attitudes réactives à la fois parce qu’elle nous conduit à avoir pitié de lui et parce qu’elle nous conduit à le voir plus déterminé. Autrement dit, prouver la vérité de l’hypothèse affective de Watson ne suffit pas à prouver la fausseté de l’hypothèse incompatibiliste.

66Contre l’hypothèse incompatibiliste, nous pourrions souligner que notre seconde étude n’a trouvé aucun effet de la manipulation du côté déterminant de l’enfance. Cela fournit quelque raison de penser que les incompatibilistes ont tort de penser que la perception du déterminisme peut avoir un effet sur les attitudes réactives. Cependant, cet argument se heurte à deux limites. La première est que ne pas observer d’effet ne suffit pas à conclure immédiatement à l’absence d’effet : il se peut que nous ayons joué de malchance, ou que notre manipulation ne soit pas assez puissante pour faire apparaître l’effet. La seconde est que notre deuxième étude a échoué à observer un effet de l’enfance sur les attitudes réactives tout court, qu’il s’agisse d’un effet de sa valence, ou de son côté déterminant. Étant donné que nous avons échoué à observer cet effet (attesté par les résultats de notre première étude), il serait imprudent de conclure que cet effet n’est pas dû au côté déterminant de l’enfance.

67Ainsi, avant de conclure que l’effet du récit de l’enfance sur les attitudes réactives n’est pas dû (au moins en partie) à son côté déterminant, il nous faut parvenir à mettre sur pied une étude dans laquelle (i) nous parvenons à observer l’effet du récit d’enfance sur les attitudes réactives, et (ii) nous observons que le côté déterminant de l’enfance n’explique pas cet effet. Cela nous conduit alors à nous demander pourquoi nous n’avons pas observé d’effet du récit de l’enfance sur les attitudes réactives dans notre deuxième étude. Comme indiqué dans la discussion de cette étude, le problème ne semble pas venir de notre manipulation du déterminisme : les écarts observés dans les scores de déterminisme sont aussi grands dans notre deuxième que dans notre première étude. Bien plutôt, le problème semble venir des écarts dans les attitudes empathiques : bien que notre manipulation de la valence de l’enfance ait été hautement efficace, cela semble avoir eu un impact très limité sur les attitudes empathiques. Si l’effet du récit de l’enfance sur les attitudes réactives est bel et bien médié par son effet sur les attitudes empathiques (comme suggéré par notre première étude), cela pourrait expliquer l’absence d’effet dans notre deuxième étude.

68Mais comment mieux manipuler les attitudes empathiques ? Ce que nous apprennent les résultats de notre deuxième étude, c’est que le simple fait d’avoir une enfance triste ne suffit pas à inspirer beaucoup d’attitudes empathiques. Certes, nos participants ressentaient plus de pitié pour les criminels qui avaient une enfance triste que pour les criminels qui avaient une enfance heureuse, mais cette pitié restait largement en deçà de celle inspirée par le récit de l’enfance présenté dans notre première étude. Une possibilité (suggérée par la citation de Watson présentée en introduction) est que ce n’est pas tant le côté triste de l’enfance d’un criminel qui suscite la pitié, que son statut de victime (de coups et blessures, de mauvais traitements, etc.). Ainsi, il suffirait de modifier nos récits d’enfance triste pour faire du criminel une victime, et nous serions en mesure de manipuler les attitudes empathiques plus efficacement.

69Il y a cependant un problème : si nos récits d’enfance triste n’incluaient pas de mauvais traitements dans notre deuxième étude, ce n’était pas un hasard, mais une décision délibérée de notre part. En effet, inclure des mauvais traitements dans les récits d’enfance triste aurait sûrement pour effet d’augmenter plus efficacement les attitudes empathiques, mais cela aurait probablement pour effet supplémentaire d’augmenter leur côté déterminant. En effet, les mauvais traitements semblent perçus par nombre de participants comme un facteur susceptibles de causer des comportements violents dans l’avenir. Or, le but de notre deuxième étude était précisément de manipuler les attitudes empathiques et le côté déterminant de l’enfance de manière indépendante.

70En somme, distinguer l’effet du côté déterminant de l’enfance de celui des attitudes empathiques sur les attitudes réactives n’est pas une mince affaire. De nombreuses difficultés méthodologiques doivent encore être surmontées. Néanmoins, en attendant d’y parvenir, il nous semble que nos résultats, même s’ils ne permettent aucune conclusion définitive, devraient encourager les incompatibilistes au scepticisme. En effet, étant donné que (i) nous n’avons trouvé aucun résultat en faveur de leur hypothèse, et (ii) que nos résultats confirment l’hypothèse de Watson, qui fournit une explication alternative à l’effet du récit de l’enfance sur les attitudes réactives, il semble que les raisons de soutenir l’hypothèse incompatibiliste sont, en l’état, assez faibles.

Remerciements. Nous remercions les participants du groupe de travail sur le libre-arbitre du Collège de France, en particulier Jean-Baptiste Guillon et Cyrille Michon pour leurs commentaires détaillés et leur invitation. Nous remercions l’Institut Jean-Nicod (financement SOPHA 2015), le Département d’Etudes Cognitives de l’Ecole Normale Supérieure, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR-10-LABX-0087 IEC, ANR-10-IDEX-0001-02 PSL*, et crédits restants ANR-07-JCJC-0070) et le NCCR en Sciences Affectives, financé par le Fonds National Suisse (n° 51NF40-104897).

Bibliografia

Kane, Robert (1996). The Significance of Free Will. Oxford University Press USA.

Nichols, Shaun (2007). After Incompatibilism: a naturalistic defense of the reactive attitudes. Philosophical Perspectives, 21(1): 405-428.

Pereboom, Derk (2007). Hard incompatibilism. In J. M. Fischer, R. Kane, D. Pereboom, & M. Vargas (Eds.), Four Views on Free Will (pp. 88-125). Oxford, England: Blackwell Publishing.

Rose, David & Nichols, Shaun (2013). The Lesson of Bypassing. Review of Philosophy and Psychology, 4(4): 599-619.

Strawson, Galen (1986). Freedom and Belief. Oxford University Press.

Strawson, Peter (1962). Freedom and Resentment. Proceedings of the British Academy, 48: 1-25.

Watson, Gary (1987). Responsibility and the Limits of Evil: Variations on a Strawsonian Theme. In F. Schoeman (Ed.), Responsibility, Character, and the Emotions (pp. 256-286). New York: Cambridge University Press. Trad. française par Bandini, A. (2012). La responsabilité et les limites du mal. Variations sur un thème de Strawson. Les ateliers de l’éthique 7(1): 146-178.

Note

1 Le texte complet des scénarios et des questions est trop long pour être présenté en intégralité dans ce chapitre. Néanmoins, l’intégralité de nos stimuli est disponible en ligne sur le Open Science Framework, à l’adresse suivante : https://osf.io/8882t/. De plus, une traduction française des extraits de journaux utilisés par Watson et dont nous nous sommes inspirés dans la première étude peut être trouvée chez Watson (2012).

2  Pour s’assurer de la validité de nos scores, nous avons réalisé le calcul d’un 𝛼 de Cronbach qui compare la variance des items qui ont été agrégés pour former un score avec la variance du score lui-même. La formule utilisée est :

𝛼 = [n / (n - 1)] . [1 - (∑ i ∈ [1, n] 𝜎2(xi)) / 𝜎2(X))]

avec X, le score de n items qui est évalué, 𝜎2(xi), la variance de l’item xi 𝝐 X, et 𝜎2(X) la variance du score X. Il est habituellement accepté qu’un 𝛼 égal ou supérieur à 0.70 indique que le score est valide.

Les 𝛼 obtenus sont les suivants : attitudes réactives : 0.70, attitudes empathiques 0.84, responsabilité morale : 0.75, déterminisme : 0.59, libre arbitre : 0.87, discernement moral : 0.94, santé mentale : 0.72.

3 Les 𝛼 de Cronbach obtenus lors de l’expérience 2 sont les suivants : attitudes réactives : 0.73, attitudes empathiques 0.81, responsabilité morale : 0.72, déterminisme : 0.75, libre arbitre : 0.82, discernement moral : 0.91, santé mentale : 0.86, valence : 0.94.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1. Résultats de la première expérience.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4981/img-1.png
File image/png, 86k
Legenda Figure 2. Analyse de médiation avec les attitudes empathiques comme médiateur, le récit de l’enfance comme variable indépendante, et les attitudes réactives comme variable dépendante. Notez que l’introduction des attitudes empathiques dans le modèle change le signe de la relation entre récit de l’enfance et attitudes réactives (de -0.99 à 0.78).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4981/img-2.png
File image/png, 19k
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4981/img-3.png
File image/png, 103k
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4981/img-4.png
File image/png, 106k
Legenda Figure 3. Résultats de la deuxième expérience.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4981/img-5.png
File image/png, 99k

Autori

Institut Jean Nicod (UMR 8129), Département d’études cognitives & Département de philosophie de l’Ecole normale supérieure, ENS, EHESS, PSL Research University, CNRS. – Institut des Maladies Neurodégénératives (UMR 5293), Université de Bordeaux, CNRS.
Institut Jean Nicod (UMR 8129), Département d’études cognitives & Département de philosophie de l’Ecole normale supérieure, ENS, EHESS, PSL Research University, CNRS.
Centre Interfacultaire en Sciences Affectives, Université de Genève.

© Collège de France, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista