Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le libre arbitre

 | 
Jean-Baptiste Guillon

Chapitre 9

Exercer son libre arbitre : un processus décisionnel

Aurélien Nioche

Full text

1La question de savoir s'il est possible d'agir selon son propre libre arbitre continue de faire l’objet de nombreuses discussions, formelles et plus informelles, sérieuses et moins sérieuses et les positions adoptées par les protagonistes de telles discussions font souvent preuve d'une grande diversité. Une manière de situer ces positions les unes par rapport aux autres est de considérer l'attitude prise par rapport à l'argument suivant qui défend une incompatibilité entre exercice du libre arbitre et véracité de la thèse du déterminisme (nous laisserons pour l'instant le lecteur "libre" d'apporter à "thèse déterministe" la signification qu'il souhaite mais prendrons le temps d'y revenir un peu plus loin).

1) On agit de son propre libre arbitre si l’on a le contrôle de son action.

2) Avoir le contrôle d'une action nécessite d'être la source ultime de cette dernière,

3) et d'avoir la capacité d'agir autrement qu'on l'a effectivement fait.

4) Si la thèse du déterminisme est vraie, alors nous ne sommes la source ultime d'aucune de nos actions, et

5) nous n'avons pas la possibilité d'agir autrement que nous l'avons effectivement fait.

6) Comme il est possible que la thèse du déterminisme soit vraie, il est donc possible que le libre arbitre soit une pure illusion.

2La place que l'on occupe sur l'échiquier du débat contemporain sur le libre arbitre va donc être déterminée par le fait que l'on accepte l'argument ou bien, si on le refuse, par la prémisse que l'on rejette.

  • 1 Notons que la position que les libertariens adoptent dans cette discussion n'a aucun lien avec une (...)

3Accepter les conclusions d'un tel argument laisse place à deux options : soit prendre une place proche de celle des déterministes durs (Honderich [2012]) qui, pour ainsi dire, acceptent l'argument tel quel, soit prendre une place proche des libertariens1. Ces derniers, s'ils ne refusent pas la possibilité de la véracité de la thèse du déterminisme dans le monde actuel, défendent toutefois la plausibilité d'une forme d'indéterminisme indépassable qui serait à même de fonder l'exercice du libre arbitre (Kane [2007]). Cependant, cela revient à bien vouloir fonder l'exercice du libre arbitre sur un processus stochastique, ce qui, comme nous le verrons, n'est peut-être pas ce que l'on souhaite.

4Il y a aussi de nombreuses manières de considérer cet argument comme fallacieux. La position la plus radicale vise sans doute à refuser la première prémisse selon laquelle le libre arbitre nécessite le contrôle de son action. Il y a alors au moins deux manières de procéder. L'une est de fonder l'exercice du libre arbitre sur la possibilité d'agir de manière inconsidérée et imprévisible – de même que nous verrons en quoi fonder l'exercice du libre arbitre sur un processus stochastique ne nous apparait pas souhaitable, nous verrons pourquoi fonder l'exercice du libre arbitre sur la capacité à agir de manière déraisonnée ne nous parait pas souhaitable non plus. L'autre est de défendre l'inconsistance du concept de libre arbitre, et donc l'impossibilité de supputer des conditions nécessaires à son exercice – c'est la carte jouée par les hard incompatibilists (Pereboom [2007]). Bien que ces positions ne soient pas sans intérêt, nous nous concentrerons ici sur les positions qui ont pour conséquence la possibilité de l'existence du libre arbitre, et ce sans supposer pour autant que les actions issues de l'exercice du libre arbitre sont des actes de folie.

5La première de celles-ci consiste à refuser la deuxième et troisième prémisse de l'argument, en soutenant le fait qu'avoir le contrôle de son action ne nécessite ni d'être la source ultime de celle-ci, ni d'avoir la capacité d'agir autrement qu'on l'a effectivement fait. Il s'agit sûrement de l'option la plus populaire pour argumenter en faveur d'une compatibilité entre véracité de la thèse déterministe et exercice du libre arbitre – autrement dit, l'option compatibiliste la plus largement répandue. On peut penser par exemple à Frankfurt (1969), qui, par le biais d'une expérience de pensée, donne un argument assez célèbre contre la nécessité de l'existence de possibilités alternatives. Si l'on devait résumer l'expérience de pensée en quelques mots seulement, ce pourrait être "John tue Jones, mais s'il ne l'avait pas fait, M. Black l'y aurait contraint ; n'a-t-on pas envie de considérer que John est moralement responsable de son acte, alors même qu'il lui était impossible d’agir autrement ?". Force est alors de supposer que ce qui est vrai de la responsabilité morale l'est aussi du libre arbitre : le pouvoir d'agir autrement n'est nullement requis. Pour nier les deuxième et troisième prémisses de l'argument, une stratégie possible est donc de soutenir qu'une adéquation entre la volonté et l'acte est suffisante pour que l'on puisse parler de contrôle de l'action. En élaborant un peu l'argument, on peut par exemple distinguer deux sens de contrôle de l'action, l'un faible – et parler à la manière de Fischer (1994) de guidance control – et l'autre fort – et parler alors de regulative control – tout en assumant que le sens faible de contrôle, qui ne nécessite pas de possibilités alternatives, suffit comme fondation à l'exercice d'un libre arbitre. Le prix à payer en adoptant une position de ce type est sans doute d'affaiblir le sens que l'on peut donner à "faire un choix" en même temps que l’on affaiblit le sens donné à “contrôle”, ce du fait de l'absence d'alternative – nous verrons comment il nous semble possible de ne pas faire ce sacrifice.

6Une deuxième possibilité pourrait consister à refuser les prémisses 3 et 4. En d'autres termes, on pourrait soutenir le fait qu'avoir le contrôle de son action ne requiert pas l'existence de possibilités alternatives, mais seulement d'être la source ultime de celle-ci, et qu'être la source ultime de nos actions est possible quand bien même la thèse du déterminisme est vraie. Toutefois, il semble qu'il y ait très peu de défenseurs d'une telle position — sûrement quant à la difficulté d'affirmer une compatibilité entre véracité de la thèse du déterminisme et possibilité d'être la source ultime de nos actions.

7Une autre possibilité ne rencontrant pas davantage d'engouement est, en procédant de manière symétrique au raisonnement précédent, de refuser les deuxième et cinquième prémisses, et défendre l’idée selon laquelle avoir le contrôle de nos actions ne nécessite pas d'être la source ultime de nos actions, mais se fonde plutôt sur l'existence de possibilités alternatives, et que l'existence de possibilités alternatives est – dans un sens qu'il appartient de définir – compatible avec la véracité de la thèse du déterminisme. C'est cette position, peut-être d'apparence un peu scabreuse, que nous tâcherons de défendre ici. Nous nous ferons donc l'avocat d'un libre arbitre "des alternatives" compatible avec la véracité de la thèse du déterminisme, tout en se posant la contrainte de ne pas faire du libre arbitre un phénomène surnaturel.

8Pour montrer que notre position est raisonnable, nous devons montrer trois choses : (1) avoir le contrôle de nos actions ne nécessite pas d'être la source ultime de celle-ci ; (2) l'existence de possibilités alternatives est – au moins dans un certain sens – compatible avec la véracité de la thèse du déterminisme ; (3) l'existence de possibilités alternatives – comprise au sens où nous l'entendons dans (2) – est suffisante pour fonder l'exercice du libre arbitre ou bien exprimer les autres conditions nécessaires. Commençons donc par montrer la première.

1. Être (ou ne pas être) la source ultime de nos actions

9Admettons (en nous inspirant de McKenna [2016]) que (1) si un agent a est la source ultime de x alors il y a au moins une condition xi nécessaire pour x qui apparaît avec a et (2) si une condition xi apparaît avec a, alors il n'y a pas de conditions suffisantes pour cette condition xi indépendantes de a.

10Il est clair qu'être la source ultime de son action est impossible s'il est vrai que nous vivons dans un monde déterministe. Dans un tel cas, et si l'on admet pour la simplicité du propos que l'hypothèse du Big Bang est vraie, alors, par transitivité, toutes nos actions ont une condition nécessaire et suffisante : le Big Bang et les lois de la Nature (que l'on suppose existantes même si nous n'en connaissons pas la formulation). La recherche de sources ultimes parait ainsi une quête du surnaturel dans le sens où il faut aller chercher dans la brisure de l'enchaînement logique des conditions le fondement d'un contrôle de l'action et cela apparait quelque chose de ce point de vue assez peu souhaitable.

11Il semble que l'on puisse répondre à l'intuition à laquelle fait implicitement appel l'argument qui viserait à fonder le libre arbitre sur cette notion par une condition plus faible : si un agent a le contrôle de son action, alors le choix que l'agent a fait d'effectuer cette action en est la cause. Nul n’est besoin alors de supposer une quelconque brisure de l'enchaînement logique des conditions qui permettent tel ou tel évènement.

12Cette nouvelle condition, bien que plus faible, n'est pas sans soulever des difficultés. La première réside dans le fait de référer au concept de causalité, qui a fait à lui seul couler beaucoup d'encre. Comme ce n'est pas le propos d'entrer ici dans une discussion sur la causalité, nous adopterons d'emblée, et sans aucune forme de justification autre que celle qu'il s'agit désormais d'une conception assez conventionnelle, une conception contrefactuelle du terme, en référence au cadre conceptuel proposé par Lewis (1986, 2004).

  • 2 Le lecteur peut se référer aux articles de Lewis (1986, 2004) pour une définition plus rigoureuse d (...)

13Dans un tel cadre conceptuel, on considère que l'évènement a cause l'évènement b si et seulement si a est survenu dans le monde actuel et b lui a succédé, et dans le monde contrefactuel le plus proche au monde actuel ou a n'a pas eu lieu, b n'a pas eu lieu non plus2. Un tel cadre nous donne donc les moyens de statuer sur le fait qu'un agent est bien la cause de son action.

14Qu'un agent soit la cause de son action est tout à fait compatible avec la véracité de la thèse du déterminisme : il n'est pas nécessaire d'assumer la fausseté de la thèse du déterminisme pour pouvoir faire une analyse causale de la situation. Il est même au contraire nécessaire que le monde que nous considérons montre certaines régularités, au risque de devoir abandonner toute analyse causale fructueuse.

15Une critique pourrait toutefois être la suivante. Si l'on suppose que notre monde est déterministe, et s'il est bien sûr possible de se livrer à des analyses causales, est-il pour autant possible qu'un choix soit la cause d'une action ? Est-il même possible que des états mentaux en général soient des causes des actions ? En effet, selon Kim (1998), si l'on accepte le principe de clôture causale du monde physique selon lequel un évènement physique a toujours un ensemble nécessaire et suffisant d'autres évènements physiques, alors les états mentaux ne peuvent être que des épiphénomènes. Pour parer à cette critique, nous nous contenterons de citer la réponse de List et Menzies (2009) à Kim. En s'appuyant sur la définition de la causalité en termes de contrefactuels – Kim était resté évasif quant au cadre conceptuel dans lequel il s'inscrivait pour parler de causalité – les auteurs montrent qu'il est plus pertinent de considérer des états mentaux comme causes des actions que des évènements purement physiques tels qu'un certain pattern d'activité neuronal, et ce du fait de la multi-réalisabilité des états mentaux. Bien qu'il y aurait beaucoup à dire ici aussi, nous tiendrons cette réponse pour satisfaisante et considérerons donc que si nous substituons la condition d'être la source ultime d'une action pour en avoir le contrôle au simple fait d'en être la cause au sens contrefactuel, nous réglons l'un des deux problèmes de compatibilité avec le déterminisme. Attaquons-nous donc maintenant au deuxième problème qui est celui de la compatibilité entre existence de possibilités alternatives et déterminisme.

2. Possibilités alternatives et déterminisme

16L'argument qui vise à montrer une incompatibilité entre exercice du libre arbitre et véracité du déterminisme du fait d'une incompatibilité entre existence de possibilités alternatives et véracité de la thèse du déterminisme peut être formulé de la manière suivante (McKenna [2016]) :

1) Un agent a produit une action x selon son propre libre arbitre si et seulement si a a le contrôle sur x.

2) a a le contrôle sur x seulement si a a la capacité de sélectionner parmi plusieurs plans d'action le fait de produire x.

3) Si a a la capacité de sélectionner parmi plusieurs plans d'action le fait de produire x, alors il y a d'autres plans d'action que x réalisables par a (c'est-à-dire que a aurait pu produire d'autres actions que x).

4) Si le déterminisme est vrai, alors il y a un seul futur possible étant donné le passé actuel et les lois de la nature étant ce qu'elles sont.

5) Si un seul futur est possible étant donné le passé actuel et les lois de la nature étant ce qu'elles sont, alors il n'y a pas plusieurs options de plans d'action réalisables par un agent donné (c'est-à-dire qu'aucun agent n'aurait pu agir autrement qu'il l'a effectivement fait).

6) En conséquence, si le déterminisme est vrai, il n'est pas le cas qu'un agent a produit x selon son propre libre arbitre.

17De cet argument, nommé par ailleurs le Garden of Forking Paths argument (McKenna, [2009]), nous allons préciser la quatrième prémisse, ce qui aura pour conséquence de rendre fausses les cinquième et sixième propositions.

18Cependant, avant de montrer comment il est possible de rendre compatibles déterminisme et existence de possibilités alternatives, raisonnons quelque peu par l'absurde et supposons pour un temps la fausseté de la thèse du déterminisme pour examiner en quoi cela pourrait nous aider à formuler un concept de choix plus fort. En effet, une idée a priori séduisante est que si le monde est indéterministe, alors, du fait de l'existence de possibilités alternatives, un agent est réellement capable d'un choix entre plusieurs plans d'action, et alors d'exercer son libre arbitre – ce qui est une idée largement défendue par les libertariens (Kane [2007]).

19Toutefois, si c'est le fait que le monde soit indéterministe qui rend possible un "réel" choix, alors ce sont des caractéristiques telles que la présence de processus stochastiques ou l'impossibilité d'établir des prédictions qui vont être amenées à fonder l'exercice du libre arbitre. Or, si le processus de prise de décision a pour élément fondamental un lancer de dé, plutôt que les circonstances environnementales et les préférences de l'agent en train de prendre une décision, alors il est évident que dans bien des cas, l'action qui en résulte sera considérée par quelque observateur que ce soit comme inconsidérée et irréfléchie. Ce sont pourtant des caractéristiques que l'on ne souhaite pas associer à l'exercice d'un libre arbitre. Le choix même des mots "libre arbitre" en français fait penser à l'exercice de la raison plutôt qu'à des choix effectués aux dés. Il n'est donc pas souhaitable, comme le fait remarquer Carnap (1966), de fonder le libre arbitre sur un processus stochastique :

Imaginez un homme sur le point de prendre une décision. S'il se manifeste, à un moment précis, un type d'indétermination pareil à celui que manifeste un saut quantique, il faudra dire que la décision prise à ce moment est également due au hasard. L'idée d'un hasard de telle sorte n'est d'aucune aide pour donner un sens fort à l'expression de "libre arbitre". Autant dire qu'il n'y a pas de choix du tout, qu'il s'agit d'un évènement fortuit, d'une décision prise au hasard qui résulterait d'un coup de dés (Carnap [1973], p. 213).

20Cette idée est déjà présente chez Hume (1748), qui insiste sur l'idée qu'un choix "libre" est un choix fait selon les préférences de l'agent et les conditions environnementales – et certainement pas donc un choix tributaire du hasard qui n'ait aucun lien d'aucune sorte avec les préférences de l'individu, ni même qu'avec les circonstances :

Car que veut-on dire par liberté, quand on applique le mot aux actions volontaires ? Nous ne pouvons certainement pas vouloir dire que les actions ont si peu de connexion avec les motifs, les inclinations et les circonstances que les unes ne s'ensuivent pas des autres avec un certain degré d'uniformité et que les uns n'offrent pas d'inférences par lesquelles nous pouvons conclure l'existence des autres ; car ce sont des choses de fait évidentes et reconnues. Par liberté, alors, nous ne pouvons vouloir dire qu’un pouvoir d'agir ou de ne pas agir selon les déterminations de la volonté.

21Si l'on suppose en conséquence que le libre arbitre porte avant tout sur l'exercice de la raison et que fonder la possibilité de son existence sur des processus stochastiques n'est sûrement pas souhaitable, il nous reste alors à montrer comment l'idée d'un "réel" choix entre plusieurs alternatives, s'il est incompatible avec l'indéterminisme, l'est avec le déterminisme.

22Avant d'entamer cette discussion, prenons le temps de nous arrêter quelques instants sur le terme "déterminisme" pour lui ôter tout reste de mysticisme. La définition sans doute la plus citée est celle de Laplace (1814), ne nous privons donc pas d'une énième relecture de ce court passage de son Essai philosophique sur les probabilités :

Nous devons envisager l'état présent de l'univers comme l'effet de son état antérieur, et comme la cause de celui qui va suivre. Une intelligence qui, pour un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d'ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l'analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l'univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, et l'avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux.

  • 3 Des exemples connus avec des automates cellulaires montrent la difficulté à prédire parfois la faço (...)

23Notons pour commencer que "déterministe" est un prédicat qui s'applique aux "mondes", ou pour être plus précis, à des systèmes complexes pour signifier qu'il est possible de formuler une théorie exhaustive de ces "mondes". Aussi, il convient sûrement de comprendre la question comme avant tout épistémique : un système est déterministe s'il est possible de connaître chacun des mécanismes qui le composent et de pouvoir tirer de cette connaissance et de l'état initial dans lequel il est, la façon dont il se comportera par la suite3.

24Notons également que le démon de Laplace ne contrôle pas le monde, il ne fait que le contempler : il semble en effet que par trop souvent, il y ait une confusion entre contrainte et déterminisme. Cette confusion, délétère quand il s'agit de considérer la question de la compatibilité entre libre arbitre et déterminisme, est probablement due, comme le soulève Russell (1913), à une compréhension anthropomorphique du concept de déterminisme :

L'idée [qu'il existe un lien entre la question du libre arbitre, la conscience subjective de la liberté et le déterminisme] repose sur la croyance que les causes contraignent leurs effets ou que la nature exige l'obéissance à ses lois de la même façon que les gouvernements. Ce sont là de pures superstitions anthropomorphiques, dues à l'assimilation des causes avec les volitions et les lois de la nature avec les décrets humains (Russell [2006]).

25Aussi, considérons un exemple donné par Carnap (1966) dans lequel la dissociation entre contrainte et déterminisme est rendue particulièrement sensible :

J'ai un ami qui a une prédilection pour des compositions musicales de Bach qu'on interprète rarement. J'apprends qu'un ensemble de musiciens de qualité donnent une audition privée de Bach chez un autre ami et que certaines compositions figurent au programme. L'on m'invite et on me fait savoir que je peux venir accompagné. J'appelle mon premier ami, l'amateur de Bach, en étant quasiment certain d'avance qu'il voudra venir. Sur quoi se fonde ma prévision ? Sur la connaissance que j'ai des goûts de mon ami et de certaines lois psychologiques. Supposez maintenant qu'il m'accompagne comme prévu. A-t-il été contraint de venir ? Non ; il est venu de lui-même. Il n'est jamais plus libre, en fait, que devant un choix de ce genre (Carnap [1973], p. 213).

26Utilisant les connaissances qu'il a sur son ami (probablement imaginaire), l'auteur peut prédire avec exactitude le fait qu'il viendra à ce concert privé. Comme il n'y est pas contraint, on a semble-t-il l'intuition que l'action que cet ami a accomplie en venant était bien sous son contrôle, non pas parce que la thèse du déterminisme était fausse, mais parce qu'il a agi sans contrainte.

27Dans la même idée, on peut penser à un prisonnier enfermé pendant des années dans des conditions épouvantables de détention dans une petite pièce. Si quelqu'un venait à ouvrir la porte, on pourrait prédire que le prisonnier, pour peu qu'il ait encore l'usage de ses jambes, en franchirait le pas. Admettons que cet évènement ait lieu. On a alors la même intuition que l'agent a tout à fait eu le contrôle de son action en sortant, et ce, non parce que la thèse du déterminisme est fausse, mais parce qu'il l'a fait sans contrainte.

28En gardant en mémoire qu'avoir le contrôle de son action est bien plus une question d'absence de contrainte que de déterminisme, et en nous rappelant d'autre part que la question du déterminisme est avant tout épistémique – elle vise à savoir si en connaissant l'état du système à un temps t, on peut en prédire avec exactitude l'état à un temps t + δ – revenons donc sur la pierre angulaire de l'argument : "si la thèse du déterminisme est vraie, alors il n'y a qu'un seul futur possible".

  • 4 Voir notamment les chapitres 2 et 3.

29Comme le rappelle Dennett (2003)4, un seul futur adviendra dans tous les cas, que le monde tel que nous le connaissons soit déterministe ou non. Si le monde est déterministe, une intelligence supérieure, ou une science à l'état "achevé" pourrait savoir de quoi ce futur sera fait. Dans le cas contraire, ce serait impossible. D'aucuns pourraient alors répliquer que c'est ici l'adjectif "possible" qui compte. Alors nous ne parlons plus du monde actuel, de "ce qui est", mais de ce qui pourrait être, ou encore en d'autres termes, de choses contrefactuelles.

30Par la formule "existence de possibilité alternatives", il est facile de se livrer à – comme pourrait le dire Wittgenstein – un jeu de langage. Si l'on cherche à analyser rétrospectivement l'action d'un agent pour savoir s'il aurait pu agir autrement qu'il l'a fait, et que l'on s'intéresse aux possibilités alternatives qui ont "existé" à ce moment-là, nous parlons bien évidemment non pas ce qui est ou a été, mais de ce qui aurait pu être dans le monde actuel. Les possibilités alternatives caractérisent donc, au moins d'un point de vue rétrospectif, ce qui aurait pu être et, de ce fait, on pourrait se laisser aller à jouer avec les mots et parler, au lieu de l'existence de possibilités alternatives, de l'existence de ce qui aurait pu exister. Comme il n'est pas de notre intérêt ici de rendre confus le propos, nous allons arrêter ici ces jeux de mots en nous concentrant sur la question qui nous intéresse : peut-on parler de possibilités alternatives dans un monde déterminisme ?

31Si l'on garde à l'esprit que ce qu'on veut analyser ici est l'action d'un individu, la question est : peut-on considérer dans un monde déterministe, c'est-à-dire un monde dont on pourrait connaître tous les mécanismes à l'œuvre, des possibilités alternatives à l'action d'un individu ? Si l'on cherche à effectuer une analyse causale de cette action en termes de contrefactuels, la réponse est presque triviale. Bien évidemment, pour déterminer si le choix de l'agent est bien la cause de son action, nous allons considérer des possibilités alternatives, c'est-à-dire considérer les mondes contrefactuels où l'agent a fait d'autres choix. D'ailleurs, soulignons encore une fois que c'est parce que le monde fait preuve de régularités que cette analyse peut porter ces fruits ; si le monde était chaotique et qu'il nous était impossible de faire une quelconque prédiction – c'est-à-dire un monde très clairement indéterministe où même une intelligence supérieure ne saurait faire de prédictions correctes – alors une telle analyse n'aurait aucun sens.

32Retenons donc de ces considérations qu'au moins dans un sens faible, nous sommes fondés à parler de possibilités alternatives dans un monde déterministe. Acceptons par la même occasion la quatrième prémisse de l'argument selon laquelle il n'y a qu'un seul futur si le monde est déterministe – car il n'y aura qu'un seul futur dans tous les cas –, mais refusons la cinquième : il est possible de considérer qu'il existe plusieurs plans d'action dans un monde déterministe – si l'on considère une action passée, un seul d'entre eux a eu lieu, mais nous pouvons toutefois (pour les besoins d'une analyse par exemple) en considérer d'autres qui auraient pu avoir lieu, et si l'on considère une action future, un seul sera actualisé parmi tous ceux qui peuvent être considérés comme possibles actuellement.

3. Possibilités alternatives et exercice du libre arbitre

33Si l'on veut éviter d'ouvrir une discussion dont le but serait de se prononcer sur le statut ontologique exact de ces "possibilités alternatives", il nous appartient néanmoins de défendre que le sens qu'on leur donne est suffisant pour fonder l'exercice du libre arbitre. Pour ce faire, nous proposons de situer la discussion au niveau du mécanisme qui sous-tend la prise de décision à l'origine du choix de l'action dont on veut statuer si elle est ou non le fruit de l'exercice d'un libre arbitre.

34Dans une telle démarche, la question qu'il convient de se poser est : quel type de prise de décision doit-on considérer comme paradigmatique ? Il semble en effet qu'il faille davantage porter son attention sur des prises de décision impliquant un certain degré de raisonnement ou, en d'autres termes, de considérer les mécanismes qui supportent les choix dont on sait qu'ils sont le fruit de la raison.

  • 5 Les auteurs ont bien sûr procédé conformément à un certain rasoir d'Occam et testé des modèles plus (...)

35On pourrait nous opposer à ce stade de faire grand cas d'un point de détail. Quelle différence cela peut-il faire ? La première réponse que l'on peut apporter fait appel à l'intuition du lecteur : n'y a-t-il pas quelque chose de sensiblement différent lorsque nous appuyons sur le bouton de la machine à café, ou lorsque nous signons un contrat d'engagement sur 10 ans ? Dans lequel des deux cas semble-t-il que nous faisons appel à notre libre arbitre ? La deuxième réponse, sans doute plus sérieuse, est que les mécanismes de prise de décision impliqués dans l'un ou l'autre sont sans doute radicalement différents. On sait en effet par ailleurs que selon la difficulté de la tâche à laquelle on est confronté, les mécanismes mis en œuvre sont différents. On peut illustrer cela avec un résultat de Lee et al. (2005) qui, bien qu'obtenu pour le besoin de répondre à une autre question que celle qui nous anime ici, permettra d'appuyer notre critique. Cette étude visant à étudier les mécanismes d'apprentissage et de prise de décision fait état de macaques Rhésus qui, dans une étude où ils sont amenés à jouer à Pierre-Feuille-Ciseaux contre un ordinateur, vont soit faire preuve de biais forts à l'égard de certains objets et ce sans aucune justification stratégique possible, soit adopter un comportement tel que, pour le modéliser convenablement, il convient d'utiliser un modèle faisant intervenir des croyances sur ce que pense le concurrent5. Or, le passage de l'un à l'autre de ces extrêmes se fait non pas selon le goût du singe, mais selon la sophistication du programme contre lequel l'animal joue, programme qui soit effectue des choix purement aléatoires, soit utilise l'historique des choix et récompenses de l'animal. En montrant que les processus à l'œuvre peuvent être très différents selon la complexité de la tâche, ce genre de résultat montre en quoi considérer des actions répondant à une tâche trop simple, que ce soit pour une expérience de pensée ou une expérience en laboratoire, tient de l'erreur méthodologique si l'objet d'étude est le libre arbitre. En somme – et n'en déplaise à Libet (1983) – si notre objet d'étude est le libre arbitre, un lever de doigt n'est sûrement pas une action dont le processus décisionnel mis en œuvre est paradigmatique de l'exercice du libre arbitre.

36Si nous devons en conséquence porter notre attention sur les choix qui exemplifient une certaine rationalité en supputant que certains doivent bien faire l'objet de l'exercice d'un libre arbitre, alors sûrement est-il de bon ton de se tourner vers la théorie de la décision, au moins pour convenir de ce que peuvent être des choix d'un tel type. Un cours d'introduction à la théorie de la décision fait rarement l'impasse sur Savage (1954) qui pose un des cadres axiomatiques permettant de définir très précisément ce qu'est un choix rationnel. Nous n'entrerons pas ici dans le formalisme de sa théorie, mais nous nous appuierons seulement sur l'un des fondements de la théorie qui est qu'un acte est une fonction qui associe à l'ensemble des états du monde une conséquence. Si l'agent est rationnel, selon la probabilité qu'il associe à chaque état du monde, il cherche alors à maximiser son utilité. En d'autres termes, sachant les probabilités subjectives qu'il associe à chaque état du monde et selon ses propres préférences, c'est-à-dire son propre système d’évaluation des conséquences des actions, l'agent choisit l'action qu'il pense être meilleure.

37Le mécanisme à l'œuvre lors d'un choix rationnel peut donc être schématisé de la manière suivante : l'agent évalue quels sont les états du monde les plus probables, examine les conséquences les plus intéressantes, considère ainsi plusieurs plans d'actions possibles et porte son choix sur celui qui semble pouvoir lui donner la plus grande satisfaction. Pour peu que l'on suppose que ce mécanisme de choix est causal au sens contrefactuel, alors nous sommes fondés à assumer l'existence de plans d'action au sens où nous avons besoin de les supposer pour pouvoir expliquer l'action de l'agent : ces possibilités alternatives ne sont pas de simples supputations, mais sont impliquées dans le mécanisme permettant la production du choix, et ce même – ou plutôt surtout – si le monde est déterministe.

38On pourrait supposer que la présence d'un tel mécanisme de choix est suffisant pour estimer qu'un agent a le contrôle de son action et ainsi exerce son libre arbitre – sous couvert bien sûr du fait qu'il agit sans contrainte, et que ce mécanisme de choix est bien causal : l'agent examine plusieurs plans d'action et sur cette base, exécute l'action qui lui semble la meilleure.

39Il semble toutefois qu'il manque quelque chose de crucial. Pour s'en persuader, considérons l'exemple un peu saugrenu d'un robot aspirateur. Dans une machine de cette sorte sont implémentés un système perceptif qui lui permet d'avoir une distribution de probabilités sur les états du monde, un système d’évaluation des conséquences – certes rudimentaire – qui lui permet d'avoir des préférences sur les conséquences de ses actions – se retrouver bloqué face à un mur est clairement non souhaitable de son point de vue – et un système moteur – qui lui permet d'agir. Cette machine examine plusieurs plans d'action réalisables, et maximise son utilité en se déplaçant dans la direction qui semble la mieux convenir à la satisfaction de ses objectifs. Elle peut bien sûr parfois se tromper sur l'état du monde dans lequel elle est, ce qui la conduit à des erreurs, mais si notre souci n'est pas la propreté de la pièce dans laquelle se situe cette machine, ce n'est pas là le plus important. Notre souci étant plutôt d'arriver à une conception cohérente du libre arbitre, le problème principal réside davantage dans le fait qu'il est difficile de dire que cette machine a suffisamment de contrôle de son action et que de ce fait, elle bénéficie d'un libre arbitre.

40Pour nous départir de ce problème, nous proposons de faire l'hypothèse que certains agents au moins sont capables d'effectuer des choix d'un ordre supérieur et que c'est la présence de ce second niveau de choix qui fonde le libre arbitre. Nous supposons en effet qu'il existe un second niveau de choix, qui se surajoute au choix de premier niveau portant sur l'action à effectuer et qui consiste à délibérer sur les buts à poursuivre. Ce choix de second niveau qui peut avoir pour effet de moduler les préférences de l'agent, vise à sélectionner l'information à traiter pour procéder à la prise de décision et sur les critères à utiliser pour évaluer les conséquences des actions. Cette proposition fait écho aux discussions contemporaines en théorie de la décision et en neurosciences de la décision dont l'intérêt s'est porté au cours des dix dernières années sur les processus dits métacognitifs. On peut ainsi penser du côté de la micro-économie aux travaux de Dietrich & List (2011, 2013a, 2013b) qui, en se concentrant sur la façon dont des agents peuvent établir des critères pour prendre leur décision, ont montré qu'il était par la même occasion possible de résoudre des paradoxes classiques, tels que l'incohérence temporelle. Du côté des neurosciences, on peut penser à l'approche hiérarchique des processus de prise de décision, développée par Koechlin et ses collaborateurs (ex. Koechlin et al. [2003], Koechlin & Jubault [2006]) qui atteste de la pertinence de supposer plusieurs niveaux de choix lorsque l'on vise à expliquer le comportement de sujets humains lors de tâches dont la structure est plus sophistiquée qu'un simple enchaînement d'essais indépendants les uns des autres.

41Pour donner une intuition claire de ce que nous appelons plusieurs niveaux de choix, prenons l'exemple d'un activiste politique de la fin des années 60 qui se trouve confronté à un choix cornélien entre deux moyens de mener sa lutte politique, sachant que l'objectif global de cette lutte est de faire accéder son propre parti politique au pouvoir. Le premier moyen consiste à utiliser les armes et fomenter une révolution, le second à construire des discours pour une ascension au pouvoir par les urnes. Pour résoudre ce dilemme, il semble que notre homme ait à délibérer sur quels sont vraiment les buts de son action. Par exemple, lui semble-t-il préférable de privilégier l'efficacité de la méthode – l'efficacité ici pouvant référer au temps demandé avant d'obtenir le résultat escompté – ou bien la sauvegarde de principes éthiques – ce qui l'empêcherait d'avoir recours à des actions violentes ? Il y a donc un premier niveau de choix qui porte sur l'alternative entre prendre les armes ou écrire un discours, et un choix de deuxième niveau sur la description des conséquences de l'action en termes éthiques ou bien temporels – choix de second niveau qui aura pour effet de moduler les préférences. Afin d'assurer la clarté de notre propos, l'on peut prendre un exemple plus prosaïque – mais isomorphe – qui consisterait en un choix de premier niveau entre une pomme et un morceau de moelleux au chocolat, et un choix de second niveau entre privilégier les aspects diététiques des deux aliments ou bien les sensations gustatives qu'ils sont à même de procurer.

42Si l'on considère ce second niveau de choix comme nécessaire pour la forme de contrôle de l'action sur laquelle on souhaite fonder l'exercice du libre arbitre, cela a l'avantage d'exclure comme bénéficiant d'un libre arbitre les agents dont on pense intuitivement qu'il est impossible qu'ils le soient. Ainsi, nous excluons d'emblée les robots aspirateurs pour lesquels il est très clair qu'aucun mécanisme de prise de décision de second ordre n'est implémenté, et une large partie du règne animal.

43Bien que situé sur un tout autre plan, un second avantage à cette proposition est que cela nous donne les moyens de redonner une consistance à l'idée classique de "suspension du jugement", en faisant de cette suspension du jugement une instance de choix de second niveau qui fait tout à fait sens. Aussi, si nous relisons Locke (1689) :

Je voudrais qu'on se demande sérieusement si la source et la mise en œuvre majeures de toute la liberté qu'ont les hommes, qu'ils peuvent acquérir, ou qui peut leur être utile, et dont dépend la tournure de leurs actions, ne réside pas en ce qu'ils peuvent suspendre leurs désirs, et les empêcher de déterminer leur volonté à une action jusqu'à ce qu'ils en aient soigneusement et correctement examiné le bien et le mal autant que l'exige l'importance de la chose.

44Si l'on interprète cet extrait de l'Essai sur l'entendement humain à la lumière de notre distinction, il apparaît que la suspension des désirs dont parle l'auteur peut être interprétée comme un choix de second ordre de retarder l'exécution de l'action, qui permet d'effectuer un deuxième choix de second ordre, ce dernier portant sur l'adéquation des différents plans d'action aux principes éthiques de l'agent. L'accent est donc mis sur l'importance d'un processus de délibération, qui permet de temporiser le choix de premier niveau pour réfléchir aux buts poursuivis, et ce notamment d'un point de vue éthique – et nous appelons les choix qui interviennent à ce niveau d'abstraction ou de généralité des choix de second niveau. Si nous ne pensons pas que les choix de second niveau sont nécessairement des choix éthiques, il est toutefois intéressant de considérer à ce propos ce que dit Kant (1785) dans les Fondements de la métaphysique des mœurs sur l'"autonomie de la volonté" :

Comme être raisonnable et, par suite, appartenant au monde intelligible, l'homme ne peut concevoir la causalité de sa propre volonté que sous l'idée de liberté ; car l'indépendance à l'égard des causes déterminantes du monde sensible (indépendance que la raison doit toujours s'attribuer) est la liberté. Or, à l'idée de liberté se rattache d'une manière insoluble l'idée d’autonomie et à cette dernière idée le principe général de la moralité, lequel est, au moins d'une manière idéale, le principe des actions de tous les êtres raisonnables, au même titre que les lois de la nature servent de principes à tous les phénomènes (Kant [1915], p. 105-106).

  • 6 On en trouve plusieurs formulations dans les Fondements de la Métaphysique des Mœurs, mais la plus (...)

45Les considérations morales servent chez Kant de fondement à l'autonomie de la volonté. Ainsi, en ayant une réflexion éthique – censée selon Kant être en conformité avec le fameux impératif catégorique6 –, l'agent s'affranchit en partie des contingences environnementales ("indépendance par rapport aux causes sensibles") et trouve la cause de son action en grande partie en lui-même. Kant avance ainsi l'idée que la volonté se détermine elle-même en établissant sa propre "loi" ; aussi trouve-t-on peu plus haut la formule suivante : "en effet ce devoir est à proprement parler un vouloir qui serait celui de tout être raisonnable" (Ibid., p. 99). Là encore, si nous interprétons les propos de Kant à la lumière de notre distinction, un exemple de prise de décision tel que Kant le décrit est en fait un processus de décision en deux étapes : l'un vise à établir les principes éthiques qui doivent guider l'action et l'autre à évaluer la conformation des options disponibles à ces principes.

46En ajoutant ce second niveau de choix, nous nous exposons au moins à deux critiques plus ou moins immédiates. La première est de considérer que nous ne faisons que repousser le problème d'un cran. La deuxième est pourquoi ne finalement supposer que deux niveaux alors qu'on pourrait en voir n autres.

47Quant à la seconde, si l'on songe spécifiquement à la cognition humaine, il est clair qu'en tant qu'êtres biologiques nous sommes limités cognitivement – la limite cognitive la plus connue est sans doute la limite de nos capacités mnésiques, notamment en ce qui concerne la mémoire de travail (voir à ce propos le travail princeps de Miller [1956] qui établit avec une précision déconcertante la taille de notre empan mnésique, lui assignant ainsi, toutes choses étant égales par ailleurs, la capacité de contenir 7 plus ou moins 2 éléments). Il appartient donc au bon sens de supposer ce n suffisamment petit.

48Quant à la première de ces deux critiques, Frankfurt (1971) se trouve confronté au même problème lorsqu'il forme sa distinction entre désirs de premier ordre et désirs de second ordre – si d'aucuns trouvaient cette distinction confuse, qu'ils pensent à l'exemple du désir de fumer comme désir de premier ordre et du désir d'arrêter de fumer comme désir de second ordre :

Une autre source de complications est qu'une personne peut avoir, surtout dans le cas où ses désirs de second niveau sont en conflit, des désirs et des volitions d'un niveau supérieur au second. Théoriquement, il n'y a pas de limite au nombre de niveaux du désir. Ce n'est que le bon sens et éventuellement une fatigue salvatrice qui peuvent empêcher un individu de refuser obstinément de s'identifier à un de ses désirs aussi longtemps qu'il n'a pas formé un désir d'un niveau immédiatement supérieur [Frankfurt [1995], p. 263).

49Notons que la proposition de Frankfurt qui consiste à distinguer deux niveaux de désirs est en surface très semblable à notre proposition de distinguer deux niveaux de choix, mais cette similitude disparait aussitôt que l'on considère la position centrale que l'on donne au choix. En effet, si la possibilité de délibérer est ce que nous pensons fondamental à l'exercice du libre arbitre, alors il nous apparaît important de se focaliser sur la capacité à choisir entre plusieurs alternatives, et non seulement à désirer. Ceci étant dit, l'idée de l'identification du sujet à ses désirs chez Frankfurt paraît pouvoir se traduire dans notre cas par une conformité du choix de l'action à des principes supérieurs nés de la considération des buts de l'action en question, ce qui aurait pour effet de conclure le processus délibératif.

50Nous pourrions compléter cette réponse en ajoutant qu'il nous semble inutile de vouloir caractériser les actions en deux catégories seulement dont l'une serait celles qui proviennent de l'exercice du libre arbitre et les autres non. Nous proposons au contraire qu'il y a une certaine continuité dans l'exercice du libre arbitre. Il apparait de ce fait préférable d'ordonner les actions entre elles selon qu'elles font plus ou moins appel à l'exercice d'un libre arbitre, plutôt que de les trier en deux catégories. Ainsi, entre l'action quasi mécanique d'appuyer sur l'interrupteur de la machine à café et l'action de se porter candidat pour une offre d'emploi après une longue réflexion existentielle, nous supposons qu'il y a une myriade d'autres actions qui relèvent plus ou moins de l'exercice du libre arbitre. Si l'on fait cette supposition, alors il est possible d'apporter la réponse suivante à la première des deux critiques : si la présence d'au moins un second niveau de choix est une condition nécessaire à l'exercice du libre arbitre, l'ajout de niveaux supérieurs au second, en ajoutant une certaine profondeur à la prise de décision, ne peut avoir pour effet que d'exercer encore davantage un libre arbitre. En d'autres termes, si un deuxième niveau de choix semble nécessaire pour pouvoir parler de libre arbitre, on pourrait considérer qu'un agent effectuant une prise de décision faisant intervenir plusieurs autres niveaux de choix exerce davantage son libre arbitre qu'un agent ne faisant intervenir qu'un choix de second niveau.

51Par conséquent, pour constituer un ordre entre les actions selon qu'elles proviennent plus ou moins de l'exercice d'un libre arbitre, nous disposons d'au moins deux critères pour évaluer les prises de décision qui en sont la cause : la profondeur de réflexion, c'est-à-dire le nombre de niveau de choix d'un ordre supérieur au second, et le nombre d'alternatives considérées lors de chacun de ces choix. Ainsi, si un deuxième niveau de choix semble nécessaire pour pouvoir parler de libre arbitre, on pourrait considérer qu'un agent effectuant une prise de décision faisant intervenir plusieurs autres niveaux de choix exerce davantage son libre arbitre qu'un agent ne faisant intervenir qu'un choix de second niveau.

52Introduire cette notion de continuité permet par ailleurs de révéler en quoi l'exercice du libre arbitre va être dépendant d'une part de la quantité et de la qualité de l'information dont il dispose et d'autre part de ces aptitudes cognitives. En effet, plus un agent dispose d'une large quantité d'information, plus cette information est fiable, et plus il dispose de ressources computationnelles efficientes, plus cet agent va être à même d'une part de concevoir le problème de prise de décision auquel il est confronté sous plusieurs niveaux de choix organisés de façon hiérarchique, et d'autre part, de considérer plusieurs alternatives à chacun de ces niveaux – et par conséquent d'exercer son propre libre arbitre. Par conséquent, cela nous fournit un moyen de donner sens à l'intuition selon laquelle plus un sujet est "éclairé", plus il est à même d'exercer son libre arbitre.

4. Remarques finales

53Nous nous étions fixé comme objectif de justifier les propositions suivantes : (1) avoir le contrôle de nos actions ne nécessite pas d’être la source ultime de celle-ci ; (2) l’existence de possibilités alternatives est – au moins dans un certain sens – compatible avec la véracité de la thèse du déterminisme ; (3) soit l’existence de possibilités alternatives – comprise au sens où nous l’entendons dans (2) – est suffisante pour fonder l’exercice du libre arbitre, soit il existe une condition supplémentaire qu'il appartient de définir.

54Par le fait qu'une recherche de sources ultimes s'apparente à chercher des ruptures de l'enchaînement logique des évènements, nous avons jugé qu'il était préférable de lui substituer une condition plus faible qui est que la prise de décision soit cause au sens contrefactuel de l'action. Nous avons argumenté en faveur du deuxième point en insistant sur la prépondérance du rôle des possibilités alternatives dans le mécanisme sous-jacent au choix, rôle qui ne peut être que fondé sur la présence de régularités et non sur de l'indéterminisme. Cependant, et c'était notre réponse au troisième point, nous avons vu que la simple existence de ces possibilités alternatives ne suffisait pas à fonder l'exercice d'un libre arbitre. Nous avons donc proposé d'ajouter une autre condition qui est la présence d'au moins un choix de deuxième niveau, c'est à dire un choix portant sur la sélection de l'information pertinente et les critères d'évaluation des conséquences des actions.

55Nous terminerons en ajoutant que cette contrainte nous permet de bénéficier d'au moins trois avantages. Le premier est qu'il permet de donner sens à l'intuition selon laquelle exercer son libre arbitre, c'est faire preuve de raison – alors même que cette intuition semble cruciale, elle est pourtant bien souvent absente des discussions contemporaines à propos du libre arbitre. Le deuxième avantage qu'apporte cette contrainte est qu'elle permet de comprendre le libre arbitre non comme quelque chose dont on disposerait pleinement ou aucunement, mais comme quelque chose auquel on peut plus ou moins faire appel – là aussi, il semble pourtant crucial de pouvoir situer sur un gradient le phénomène dont on parle. Enfin, en considérant qu'exercer son libre arbitre n'est rien d'autre que de prendre une décision en y a apportant une certaine profondeur de réflexion – profondeur que l'on peut évaluer par le nombre de choix enchâssés et la diversité des alternatives considérées – et ce sans être sous la contrainte de quelqu'un ou de quelque évènement, alors il n'est aucun doute que ce peut être compréhensible par le prisme des sciences cognitives et même appréhendable par elles. Les sciences cognitives n'ont-elles pas en effet parmi leurs objets d'étude les mécanismes sous-jacents à la prise de décision ?

Bibliography

Carnap, R. (1966). Philosophical foundations of physics: an introduction to the philosophy of science. New York, New York: Basic Books (Carnap, R. [1973], Les Fondements philosophiques de la physique. Traduction par J.-M. Luccioni & A. Soulez, Paris, Armand Colin).

Dennett, D. (2003). Freedom evolves. New-York, New-York: Vinking Penguin.

Dietrich, F., & List, C. (2011). A model of non-informational preference change. Journal of theoretical politics, 23(2), 145–164.

Dietrich, F., & List, C. (2013a). A reason-based theory of rational choice. Noûs, 47(1), 104–134.

Dietrich, F., & List, C. (2013b). Where do preferences come from? International journal of game theory, 42(3), 613–637.

Fischer, J. M. (1994). The Metaphysics of Free Will: An Essay on Control. Oxford, England: Blackwell’s.

Frankfurt, H. (1969). Alternate possibilities and moral responsibility. The Journal of Philosophy, 66, 829–839.

Frankfurt, H. (1971). Freedom of the will and the concept of a person. The Journal of Philosophy, 68(1), 5–20 (Frankfurt, H. [1995], “La liberté de la volonté et le concept de personne”, in Neuberg, M. (éd.), Théorie de l’action : textes majeurs de la philosophie analytique de l'action, Mardaga).

Honderich, T. (2012). Effects, determinism, neither compatibilism nor incompatibilism, consciousness. In R. Kane (Ed.), The Oxford handbook of free-will (2nd ed.). Oxford, England: Oxford University Press.

Hume, D. (1748). An Enquiry Concerning Human Understanding. London, England: T. Basset (traduction par Philippe Fouliot http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.hud.enq).

Kane, R. (2007). Libertarianism. In J. M. Fischer, R. Kane, D. Pereboom, & M. Vargas (eds.), Four views on free will (pp. 5–43). Oxford, England: Blackwell Publishing.

Kant, I. (1785). Grundlegung zur metaphysik der sitten. Berlin, Germany: J. H. von Kirchmann (Kant, E. [1915], Fondements de la métaphysique des mœurs, traduction par H. Lachelier, Paris, Hachette, en ligne sur : http://gallica.bnf.fr).

Kim, J. (1998). Mind in a Physical World. Cambridge, Massachusetts: MIT Press.

Koechlin, E., & Jubault, T. (2006). Broca’s area and the hierarchical organization of human behavior. Neuron, 50(6), 963–974.

Koechlin, E., Ody, C., & Kouneiher, F. (2003). The architecture of cognitive control in the human prefrontal cortex. Science, 302(5648), 1181–1185.

Laplace, P.-S. de (1814). Essai philosophique sur les probabilités. Paris, France: V. Courcier.

Lewis, D. (1986). Causation. In Philosophical Papers volume II. Oxford, England: Oxford University Press.

Lewis, D. (2004). Causation as influence. In J. Collins, N. Hall, & L. A. Paul (Eds.), Causation and Counterfactuals (pp. 75–106). Cambridge, Massachusetts: The MIT Press.

Libet, B. (1983). Time of conscious intention to act in relation to onset of cerebral activity (readiness-potential): The unconscious initiation of a freely voluntary act. Brain, 106, 623–642.

Locke, J. (1689). An Essay Concerning Human Understanding. London, England: T. Basset (Locke, J. [2001]. Essai sur l’entendement humain, traduction par J.-M. Vienne, Vrin).

McKenna, M., & Coates, D. J. (2016). Compatibilism. In E. N. Zalta (Ed.), The Stanford Encyclopaedia of Philosophy (Winter 2016 ed.). Metaphysics Research Lab, Stanford University. https://plato.stanford.edu/archives/win2016/entries/compatibilism/.

Menzies, P., & List, C. (2009). Nonreductive physicalism and the limits of the exclusion principle. The Journal of Philosophy, 106(9), 475–502.

Miller, G. A. (1956). The magical number seven, plus or minus two: Some limits on our capacity for processing information. Psychological Review, 63, 81–97.

Pereboom, D. (2007). Hard incompatibilism. In J. M. Fischer, R. Kane, D. Pereboom, & M. Vargas (Eds.), Four views on free will (pp. 88–125). Oxford, England: Blackwell Publishing.

Russell, B. (1913). On the notion of cause. Proceedings of the Aristotelian Society, 13, 1–26 (Russell, B. [2006]. « Sur la notion de cause », traduction par M. Kistler & J. Sackur, Philosophie, 2006/2, n o89).

Savage, L. J. (1954). The Foundations of Statistics. New-York, New-York: Wiley.

Notes

1 Notons que la position que les libertariens adoptent dans cette discussion n'a aucun lien avec une quelconque position politique.

2 Le lecteur peut se référer aux articles de Lewis (1986, 2004) pour une définition plus rigoureuse de ce qu'est un lien causal dans un tel cadre conceptuel.

3 Des exemples connus avec des automates cellulaires montrent la difficulté à prédire parfois la façon dont un système déterministe va se comporter à n pas de temps en connaissant uniquement l'état initial de ce système et les règles de passage d'un état à l'autre, sans procéder au calcul de chacune des étapes intermédiaires. Ce type de difficulté qui vaut à ce genre de phénomène l'étiquette "chaos déterministe" n'empêche toutefois pas que l'une des caractéristiques fondamentales de ce système est qu'il est prédictible, même si ce peut être laborieux.

4 Voir notamment les chapitres 2 et 3.

5 Les auteurs ont bien sûr procédé conformément à un certain rasoir d'Occam et testé des modèles plus simples, tel que des modèles d'apprentissage par renforcement, comparant chacun des modèles en utilisant des critères de comparaison prenant en compte outre la distance aux données, le nombre de paramètres libres, à savoir un critère d'information d'Akaike (Akaike’s Information Criteria - AIC) et un critère d'information bayésien (Bayesian Information Criterion - BIC).

6 On en trouve plusieurs formulations dans les Fondements de la Métaphysique des Mœurs, mais la plus fameuse est sans doute : "Agis seulement d'après la maxime grâce à laquelle tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle."

Author

Institut Jean Nicod (UMR 8129), Département des Études Cognitives, École Normale Supérieure, École des Hautes Études en Sciences Sociales, CNRS UMR 8129. — Institut des Maladies Neurodégénératives (UMR 5293), Université de Bordeaux, CNRS.

© Collège de France, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540