Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Physique de l’intérieur de la Terre

 | 
Barbara Romanowicz

Présentation de Barbara Romanowicz

Leçon inaugurale prononcée le 6 octobre 2011. Chaire de Physique de l’intérieur de la Terre

Pierre Corvol

Full text

1Chère Collègue,
Chère Barbara Romanowicz,

2Les tremblements de Terre, les tsunamis et les éruptions volcaniques nous rappellent la puissance et la vitesse des phénomènes terrestres, avec des conséquences dramatiques sur les sociétés humaines. La difficulté des prévisions illustre aussi l’absolue nécessité de la recherche scientifique pour documenter, anticiper et comprendre les phénomènes géophysiques.

3Ces séismes sont la conséquence des mouvements de la partie rigide et superficielle de la Terre, la croûte terrestre. Si la théorie révolutionnaire de la tectonique des plaques a fait grandement progresser nos connaissances, nous ne savons que peu de choses sur les courants de convection dont le rôle est de faciliter la dissipation de la chaleur interne de notre planète. L’intérieur de la Terre n’est pas accessible à l’observation directe et nécessite des investigations à distance.

4Mathématicienne de formation, vous avez effectué vos recherches dans de nombreux laboratoires, à l’Observatoire de la Smithsonian Institution de Boston, à l’Institut de physique du Globe de Paris, au MIT, et pendant une vingtaine d’années à Berkeley où vous étiez professeur de géophysique. Vous avez développé de nouvelles méthodes, plus performantes, pour analyser la structure de la Terre profonde. Sous votre impulsion, ces études ont fait un bond en avant, avec l’apparition de techniques toujours plus puissantes de tomographie sismique. Ces progrès sont liés aux développements de l’informatique et à la théorie de la propagation des ondes dans une Terre en trois dimensions, composée de milieux hétérogènes complexes.

5Ainsi avez-vous démontré l’existence de zones de très forte atténuation dans la partie intermédiaire du manteau, dites zones de transition, que vous avez associées aux points chauds, sources qui alimentent de très grandes régions volcaniques à la surface de la Terre, comme Hawaï par exemple. Vous avez découvert l’existence de ce type de convection à l’intérieur de la Terre et commencé à les cartographier. Il s’agit là d’une étape fondamentale dans la compréhension de la dynamique de notre planète, qui amène à porter un regard complètement nouveau sur son évolution dans le temps.

6Vos contributions théoriques, car vous êtes une théoricienne hors pair, vous ont permis d’aller bien au-delà des modèles classiques limités au temps de parcours des ondes sismiques. Votre curiosité scientifique vous a amenée à sortir de l’intérieur du Globe pour élucider le « bourdonnement de la Terre », un magnifique exemple d’oscillations terrestres faisant intervenir les enveloppes fluides comme l’atmosphère et l’océan.

7Vous avez contribué au développement des outils de la communauté internationale de géophysique en créant le premier réseau mondial de sismomètres numériques sur Terre et dans les océans, ainsi qu’un véritable système d’alerte aux tremblements de Terre en Californie du Nord, en collaboration avec le Geological Survey des États-Unis.

8Lorsqu’Adam Dziewonski, un des plus célèbres sismologues au monde, vous présenta en 2009 la médaille Inge Lehmann de l’American Geophysical Union, il termina sa présentation en disant « In my opinion, Barbara is the most outstanding woman seismologist after Inge Lehmann. » Inge Lehmann avait découvert en 1936 la graine solide à l’intérieur du noyau de la Terre. Le compliment en dit long sur la considération qu’il vous porte !

9Grâce à votre enseignement, le Collège de France est prêt à s’embarquer avec vous pour un nouveau « Voyage au centre de la Terre ».

© Collège de France, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540