Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le libre arbitre

 | 
Jean-Baptiste Guillon

Avant-propos

Jean-Baptiste Guillon

Texte intégral

1Sommes-nous libres et moralement responsables ? L’idée de liberté ne suppose-t-elle pas de postuler dans la trame des événements du monde une forme d’indéterminisme ? Un tel indéterminisme est-il compatible avec les données des sciences contemporaines ? Est-il seulement intelligible ?

2Le grand débat sur le libre arbitre est presque aussi vieux que la philosophie : il mettait aux prises Aristote contre les Mégariques, les Épicuriens contre les Stoïciens, Augustin contre Pélage, Molina contre les Thomistes, Spinoza contre Descartes, etc., avec certes des différences significatives entre les contextes de discussion et les variantes de solutions, mais avec toujours au cœur du débat l’enjeu de notre responsabilité morale et l’inquiétude que, peut-être, nous en soyons privés par une forme ou une autre de « déterminisme ».

3Un tel héritage bimillénaire invite bien entendu à s’instruire des thèses et des arguments du passé, et le monde philosophique francophone ne manque pas d’excellentes études sur l’histoire du libre arbitre aux périodes antique, médiévale ou moderne. Mais cet héritage ne doit pas pour autant nous dissuader de reprendre la controverse pour elle-même, à nouveaux frais et en fonction des connaissances contemporaines.

4Le présent volume s’inscrit dans cette volonté d’aborder la question du libre arbitre dans une perspective contemporaine (sans perdre de vue cependant l’apport des approches historiques : voir notamment les chapitres 2 et 11). Cette approche contemporaine de la question, qui était encore celle de Sartre naguère, a été moins représentée dans le paysage français ces quarante dernières années, alors qu’elle connaissait dans d’autres pays des développements considérables. Dans les pays anglo-saxons en particulier, alors que le débat sur le libre arbitre semblait avoir été définitivement clos depuis Hobbes et Hume par un large consensus « compatibiliste », les années 1970-1980 ont vu réapparaître une controverse extrêmement animée où l’on a pu retrouver à peu près toute la variété de positions qui avait existé aux autres époques de l’histoire de la philosophie.

5La discussion contemporaine sur le libre arbitre, dont certains des participants les plus éminents sont également contributeurs de ce volume, n’offre donc pas l’homogénéité ou le consensus d’une « époque », mais se présente au contraire comme une mosaïque de positions qui tirent souvent leur valeur dialectique et leur raffinement argumentatif de leur confrontation aux autres positions actuellement défendues. Pour y voir plus clair dans cette variété de positions, il est commode de recourir à l’opposition traditionnelle entre « conceptions compatibilistes » du libre arbitre et « conceptions incompatibilistes ». Les conceptions compatibilistes, héritées essentiellement de Hobbes, Locke et Hume, soutiennent que le libre arbitre – lorsqu’il est bien conçu – est en réalité compatible avec le déterminisme causal, de telle sorte qu’il n’y a nullement à s’inquiéter d’une éventuelle preuve du déterminisme par la science. Les conceptions incompatibilistes au contraire (qui étaient largement majoritaires – peut-être seules représentées – avant le XVIIème siècle, et qui font l’objet d’un retour en force depuis une quarantaine d’années) défendent par divers arguments l’intuition selon laquelle le déterminisme nous priverait du libre arbitre.

6Cet avant-propos ayant essentiellement pour but de présenter les contributions réunies dans ce volume, il ne saurait se substituer aux introductions qui existent déjà, et qui permettront aux lecteurs néophytes de mieux comprendre les diverses options du débat contemporain : je pense en particulier au livre Qu’est-ce que le libre arbitre ? de Cyrille Michon (Vrin, 2011), et à l’entrée « libre arbitre » de l’Encyclopédie Philosophique en ligne (http://encyclo-philo.fr/​).

7La première partie de ce volume est consacrée aux conceptions incompatibilistes du libre arbitre. Dans le débat contemporain, les deux conceptions incompatibilistes (ou « libertariennes ») les plus discutées sont la conception dite « de la causalité événementielle » (event-causal) et la conception dite « de la causalité agentive » (agent-causal). Ces deux conceptions se distinguent par le type de relations causales qu’elles admettent. Pour les défenseurs de la causalité événementielle, toute relation de causalité est une relation entre événements, et les actions libres sont donc des événements qui sont causés par d’autres événements (des désirs et des croyances) mais causés de manière indéterministe. Pour les défenseurs de la causalité agentive, en revanche, il est nécessaire de postuler, outre la relation de causalité entre événements, une autre relation de causalité qui existe entre un agent (comme substance) et un événement (l’action qu’il accomplit) : c’est cette relation de causalité agentive, irréductible à toute causalité événementielle, qui constitue le fondement du libre arbitre. Les chapitres de cette première partie présentent tout d’abord une description plus détaillée de ces différentes options incompatibilistes (ch. 1), puis une objection à la conception de la causalité événementielle (ch.1 également), et enfin trois chapitres sur la conception de la causalité agentive (ch. 2 à 4).

8Dans le chapitre 1, Derk Pereboom commence par donner un aperçu des différentes théories incompatibilistes. Il rappelle ensuite brièvement les trois principaux arguments aujourd’hui avancés contre la conception de la causalité événementielle, puis il développe l’un d’entre eux, à savoir « l’argument de la disparition de l’agent ». Pereboom, qui est le principal défenseur de cet argument depuis le début des années 2000, en offre ici la version la plus récente, et répond aux diverses objections que lui ont récemment opposées Balaguer, Clarke, Mele et Ekstrom. La réponse à l’une de ces objections lui donne l’occasion de préciser le rôle dialectique qu’il accorde à une possible théorie de la causalité agentive déterministe, également défendue par Markosian et Nelkin.

9Les trois chapitres suivants concernent la théorie de la causalité agentive (indéterministe).

10Dans le chapitre 2, Jean-Pascal Anfray étudie la conception de la liberté de Francisco Suárez (1548-1617), une conception qui peut être classée parmi les théories de la causalité agentive et, plus précisément, parmi les théories néo-aristotéliciennes qui (comme O’Connor et Jacobs) intègrent la causalité agentive dans une théorie générale de la causalité naturelle par les substances. Anfray montre que la théorie de la liberté de Suárez est intimement liée à sa psychologie : en particulier, sa théorie de la « sympathie des facultés de l’âme » lui offre des ressources pour répondre à deux objections classiques contre la causalité agentive (problème de la rationalité et problème de la chance) ; mais cette psychologie des facultés soulève en même temps contre la théorie suarézienne un problème de « disparition de l’agent » (distinct de celui de Pereboom) auquel les versions contemporaines de la causalité agentive ne sont pas confrontées.

11Dans le chapitre 3, Joana Rigato entreprend de défendre la théorie de la causalité agentive contre les objections inspirées de la science contemporaine. Après avoir rappelé qu’une théorie de la causalité agentive devait inclure une métaphysique de l’émergence (soi émergent et pouvoirs agentifs émergents), Rigato confronte cette théorie de l’émergence aux thèses de la Clôture Causale du Physique (CCP) et de la Survenance du Mental sur le Physique : Rigato défend ici que la causalité agentive émergentiste doit en effet rejeter CCP, mais que ce rejet n’est pas incompatible avec une métaphysique scientifique (car CCP est essentiellement un postulat métaphysique contestable) ; elle montre ensuite que le théoricien de la causalité agentive (libertarienne) peut en revanche préserver la Survenance.

12Dans le chapitre 4, Jean-Baptiste Guillon aborde une objection encore peu discutée contre les conceptions libertariennes, à savoir l’objection épistémologique. Cette objection consiste à dire que le libre arbitre tel que le décrit la conception libertarienne est un fait métaphysiquement si exigeant qu’il ne pourrait pas être connu quand bien même il serait vrai. Guillon reconstruit la situation épistémologique du libertarianisme dans le but de montrer que le théoricien de la causalité agentive peut répondre à ce défi en construisant un modèle de la connaissance libertarienne, c’est-à-dire un modèle dans lequel notre expérience du libre arbitre se trouve être un indicateur fiable de (et une bonne justification pour croire à) l’existence des pouvoirs causaux agentifs (contrairement au scepticisme que Hume opposait à l’existence et à l’expérience de tels pouvoirs).

13Dans la seconde partie sont réunies plusieurs conceptions compatibilistes. Les deux conceptions compatibilistes les plus discutées ces dernières années correspondent aux deux étapes de l’argument incompatibiliste le plus traditionnel. Cet argument des « possibilités alternatives » repose sur les deux prémisses suivantes :

14(1) le libre arbitre (et la responsabilité morale) supposent que l’agent ait à sa disposition des « possibilités alternatives », c’est-à-dire le pouvoir d’agir de deux façons distinctes et incompatibles :

15(2) ces « possibilités alternatives » (ou ce « pouvoir d’agir autrement ») sont incompatibles avec le déterminisme causal.

16Un grand nombre de compatibilistes contemporains – à commencer par Harry Frankfurt, puis dans son sillage Fischer et Ravizza, et Carolina Sartorio – refusent la prémisse (1) et montrent que les conditions de la liberté ne se trouvent pas dans des « possibilités alternatives » ou autres vérités modales, mais seulement dans la « série causale actuelle ». (On appelle cette conception la « conception causale » ou « des causes actuelles » ou encore « compatibilisme de la source ».)

17Mais une autre famille de compatibilistes contemporains, au premier rang desquels se trouve Kadri Vihvelin, accepte la prémisse (1) et rejette la prémisse (2) : pour Vihvelin, comme pour Hume quoique dans un sens différent, la liberté suppose bien d’avoir la capacité d’agir autrement, mais cette capacité d’agir autrement peut être analysée de telle sorte qu’elle ne requière aucun indéterminisme dans la chaîne des causes. (Cette forme de compatibilisme adopte alors la « conception modale » du libre arbitre ; on l’appelle « compatibilisme des alternatives », ou « conditionalisme » dans sa version la plus traditionnelle.)

18Dans cette section, nous avons réunis deux textes pour la première conception (ch. 5 et 6), et trois pour la seconde (ch. 7 à 9).

19Deux autres conceptions compatibilistes sont également représentées dans cette seconde partie : la première est la conception dite des « attitudes réactives », défendue initialement par P.F. Strawson (ch. 10) ; la seconde, que l’on pourrait rattacher à une inspiration kantienne, est une forme originale de compatibilisme bidimensionnel ou « dualiste » défendue par Wilfrid Sellars (ch. 11).

20Dans le chapitre 5, Carolina Sartorio commence par présenter en détail le débat entre les deux grandes conceptions compatibilistes (compatibilisme des possibilités alternatives vs compatibilisme des causes actuelles). Sartorio offre ensuite une défense originale de la conception des causes actuelles : là où cette conception est généralement défendue à partir d’une version ou une autre de l’argument de Frankfurt (l’argument des « cas de Frankfurt »), Sartorio montre ici qu’il est possible de défendre la conception des causes actuelles par des considérations indépendantes des cas de Frankfurt. L’argument central repose sur le fait que la conception des causes actuelles est métaphysiquement plus simple que la conception des possibilités alternatives et qu’il n’existe pas de manière convaincante de motiver le recours à la conception la plus complexe.

21Dans le chapitre 6, Cyrille Michon présente deux arguments contre la « conception causale » de la responsabilité morale, en tant qu’elle s’applique aux conséquences des actions ou des omissions. Le principe défendu par Michon est que l’on n’est responsable d’une conséquence que lorsqu’on aurait pu éviter cette conséquence (en agissant autrement ou en omettant d’agir). En ce qui concerne les omissions, Michon montre qu’un défenseur de la conception causale (par exemple Sartorio) peut en réalité accepter ce principe. Mais en ce qui concerne les actions, le principe s’oppose directement à la conception causale, et Michon défend ce principe de deux manières : (i) par un argument de symétrie avec le cas des omissions, et (ii) par un argument sorite qui montre que les cas d’inévitabilité où Sartorio attribue une responsabilité morale, ne sont pas nettement discernables d’autres cas d’inévitabilité où elle concède l’absence de responsabilité.

22Dans le chapitre 7, Kadri Vihvelin propose une nouvelle défense du compatibilisme des possibilités alternatives. Cependant, Vihvelin ne cache pas le fait que les possibilités alternatives nous semblent spontanément incompatibles avec le déterminisme, et sa démarche cherche donc en même temps à expliquer d’où vient cette illusion. Vihvelin situe en réalité cette illusion dans le cadre d’une illusion plus large, à savoir l’illusion selon laquelle le déterminisme rendrait impossible toute forme de causalité (et pas seulement la causalité libre), et elle montre que cette illusion générale provient d’une supposition erronée sur les contrefactuels. David Lewis avait également proposé une conception compatibiliste des alternatives qui reposait sur une théorie des contrefactuels ; mais, dans la deuxième partie de son essai, Vihvelin rejette la théorie lewisienne des contrefactuels au profit de la théorie de Bennett, et montre comment cette autre théorie permet également de défendre le compatibilisme des alternatives.

23Dans le chapitre 8, Ghislain Le Gousse développe trois arguments contre le compatibilisme des possibilités alternatives, à la fois dans sa version traditionnelle (le « conditionalisme classique » de Moore) et dans sa version contemporaine (le « compatibilisme dispositionnel », ou « néo-conditionalisme » de Vihvelin). Le premier argument, inspiré de Chisholm et Lehrer, permet de mettre en évidence la faille rédhibitoire du conditionalisme classique, qui explique que cette théorie soit aujourd’hui abandonnée ; il montre également comment la théorie néo-conditionaliste a été élaborée pour remédier précisément à cette faille. Les deux autres arguments, en revanche, visent le néo-conditionalisme lui-même. Le troisième argument, en particulier (inspiré d’une suggestion d’Anscombe) n’a pas encore été discuté par Vihvelin. L’argument a la forme d’un contre-exemple à l’analyse néo-conditionaliste, c’est-à-dire d’un scénario où l’on doit dire que l’agent ne peut pas faire une action, alors que toutes les conditions du « pouvoir » définies dans l’analyse de Vihvelin sont réunies.

24Dans le chapitre 9, Aurélien Nioche présente une autre version du compatibilisme des alternatives, fondée essentiellement sur la théorie de la décision de Savage. Nioche s’attache à montrer que la simple dépendance contrefactuelle entre décision et action (« si j’avais décidé autrement, j’aurais agi autrement ») fait appel à des « possibilités contrefactuelles » dans un certain sens qui est compatible avec le déterminisme, et que ce sens des possibilités alternatives est précisément celui qui est pertinent pour l’action libre si celle-ci doit être conçue comme décision rationnelle : en effet, la théorie de la décision présuppose des possibilités alternatives sur lesquelles s’applique le choix rationnel, mais le choix lui-même reste déterministe étant donné les préférences de l’agent (déterminisme rationnel). À cette condition des « possibilités alternatives compatibilistes », Nioche ajoute une autre condition nécessaire au libre arbitre, à savoir une condition hiérarchique (d’inspiration frankfurtienne) de choix de deuxième ordre.

25Dans le chapitre 10, Aurélien Nioche, Paul Égré et Florian Cova abordent, avec les méthodes de la philosophie expérimentale, l’argument compatibiliste des « attitudes réactives » de P.F. Strawson. Cet argument consiste à dire que (i) la responsabilité morale est entièrement fondée par nos attitudes réactives et que (ii) nos attitudes réactives sont insensibles au déterminisme. Certains incompatibilistes ont rejeté la prémisse (i) mais les auteurs s’intéressent ici à l’objection de Kane qui rejette la prémisse (ii) en montrant que le récit de l’enfance malheureuse d’un criminel diminue nos attitudes réactives à son égard, ce qu’il interprète comme étant causé par la perception d’un facteur de déterminisme. Watson a répondu à Kane que l’effet du récit d’enfance s’expliquait, non pas par la perception d’un facteur de déterminisme, mais simplement par l’apparition d’attitudes empathiques envers le criminel. Les auteurs testent ici les hypothèses psychologiques de Kane et Watson au moyen de deux expériences : la première expérience confirme fortement l’influence (prédite par Watson) des attitudes empathiques ; quant à rejeter toute influence d’un facteur de déterminisme, les expériences ne permettent pas de conclure avec une absolue certitude mais n’ont pas en tout cas mis en évidence un tel facteur, ce qui semble renforcer la prémisse (ii) de Strawson.

26Dans le chapitre 11, Jean-Baptiste Rauzy donne une présentation, et une défense, du type de compatibilisme original développé par Wilfrid Sellars (que l’on peut rattacher à une inspiration kantienne). Pour Sellars, le problème du rapport entre libre arbitre et déterminisme est un cas d’application emblématique de sa théorie des « deux images » du monde, « l’image manifeste » et « l’image scientifique » : dans la mesure où ces deux images fonctionnent comme deux schèmes conceptuels irréductibles l’un à l’autre, la réponse à la question de la prédictibilité des actions humaines ne peut être qu’une réponse bidimensionnelle ou « dualiste ». L’intégration des deux images prendra donc la forme d’une « croyance sellarsienne » bidimensionnelle : dans le cas du libre arbitre, la croyance en question sera « compatibiliste » dans le sens où les actions humaines seront conçues à la fois comme imprédictibles dans l’image manifeste et prédictibles dans l’image scientifique.

Auteur

Collège de France

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter