Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture, modernité, modernisation

 | 
Jean-Louis Cohen

Introduction

Antoine Compagnon

Texte intégral

1Cher Jean-Louis Cohen,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

2Je vous dirai donc quelques mots avant de donner la parole à Jean-Louis Cohen, notre nouveau professeur invité, pour la leçon inaugurale d’un cycle de trois ans (ou de trois cycles d’un an), qu’il donnera au Collège de France dans une chaire intitulée « Architecture et forme urbaine ».

  • 1 Christian de Portzamparc, Architecture : figures du monde, figures du temps, Paris, Collège de Fran (...)

3Serge Haroche, présentant la semaine dernière notre collègue Alain Fisher dans la chaire de Médecine expérimentale, pouvait avancer qu’il y avait eu soixante-huit médecins jusqu’ici dans cette maison, un record. Rien de tel pour l’architecture, profession libérale peu représentée au Collège de France au cours de sa longue histoire, en tout cas jusqu’à une date récente et la création de la chaire annuelle de Création artistique. Le premier titulaire en a été un éminent architecte, Christian de Portzamparc, qui a donné le 2 février 2006 la leçon inaugurale1 d’une chaire intitulée « Architecture : figures du monde, figures du temps ». Mais nous n’avons pas reçu d’autre architecte dans cette chaire.

4Dans le passé, en cherchant bien, j’ai tout de même trouvé un nom, celui d’Albert Gabriel (1883-1972), architecte et archéologue, spécialiste de l’Anatolie, auteur d’une thèse sur les fortifications de Rhodes et de fouilles en Égypte et en Syrie, professeur d’histoire de l’art à Caen, à Strasbourg, puis à Istanbul, fondateur de l’Institut français d’études anatoliennes, dont il fut le premier directeur de 1930 à 1941, et qu’il dirigea à nouveau de 1945 à 1956.

5Il fut un candidat malheureux contre Henri Focillon en février 1938 dans la chaire d’« Esthétique et histoire de l’art », présenté par Lucien Febvre et Louis Massignon. Il fut de nouveau candidat en janvier 1941 dans une chaire d’« Histoire des arts de l’Orient musulman », présenté par les mêmes collègues, soutenu par André Siegfried et Léon Robert, contre un projet d’« Archéologie et philologie assyro-babyloniennes », présenté par le sinologue Paul Pelliot pour Édouard Dhorme. La réaction de Vichy fut hostile : le décret du 22 février 1941 suspendit les délibérations sur les présentations de chaires vacantes jusqu’à la cessation des hostilités ; mais, signe de tirage à Vichy, le décret du 4 mars 1941 abrogea le décret du 22 février.

6Les deux candidats étaient impossibles : Dhorme était un ancien dominicain qui avait quitté l’Église en 1931 et qui s’était marié, tandis que Gabriel était soupçonné de sympathies communistes. Suivant un rapport du SD, le service de renseignement de la SS, daté du 13 mai 1941, « l’ancien père dominicain Dhorme » est « aujourd’hui marié à une juive », et « Gabriel, directeur de l’Institut français à Istanbul » est un « agent d’une organisation communiste franco-russe ». Pour le SD, le Collège était « infesté » de juifs et de communistes, et la cooptation n’arrangeait rien.

7Une des assemblées les plus dures de l’histoire du Collège eut lieu le 25 mai 1941. Paul Pelliot, doyen d’élection depuis l’éviction de Paul Langevin, affirma : « Albert Gabriel n’a de biblique que son nom d’archange ; aussi loin qu’il puisse remonter, ses aïeux étaient, des deux côtés, des paysans champenois ; il appartient à une famille de terriens, du pur terroir français. » Tout était dit avec discrétion, et Gabriel fut élu.

8Même si le Collège de France n’accueillit pas d’autres architectes, il y eut toutefois quelques précédents, comme une chaire d’Art monumental, chaire de la Ville de Paris, occupée par Paul Léon de 1933 à 1940, avant qu’il soit révoqué par Vichy. Dans sa leçon inaugurale, Paul Léon, ancien directeur général des Beaux-Arts, rendit hommage à Charles Blanc (le frère de Louis Blanc), lui aussi ancien directeur des Beaux-Arts (de 1848 à 1852 et de 1870 à 1873), qui occupa une chaire d’« Esthétique et histoire de l’art » (1878-1882). Camille Jullian, professeur d’« Histoire et antiquités nationales » (1905-1930), eut lui aussi des liens avec l’administration des Beaux-Arts.

9Vous vous inscrivez, cher Jean-Louis Cohen, dans cette tradition, puisque, de 1998 et 2003, vous avez élaboré et dirigé le projet de Cité de l’architecture et du patrimoine dans le Palais de Chaillot de Paris.

10Après la Grande Guerre, Paul Léon, alors chef des services d’architecture au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, s’intéressa à la reconstruction et publia La Renaissance des ruines. Maisons, monuments. J’en ai retrouvé certaines illustrations, montrant la protection des stalles et du portail de la cathédrale d’Amiens, à votre actuelle exposition « Architecture en uniforme. Projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale ». Paul Léon travaillait alors à un projet pour « la reconstitution monumentale de la France, les nouveaux monuments historiques, vestiges et souvenirs de guerre », tous sujets qui sont aussi les vôtres.

11Bref, il a parfois été question d’architecture, en tout cas de monuments et de patrimoine architectural, au Collège de France. Aussi lorsque nous avons songé récemment à varier momentanément sur la tradition de la chaire d’« Esthétique et histoire de l’art », l’idée s’est vite offerte à nous d’une ouverture vers l’histoire de l’architecture. Et comment ne pas songer aussitôt à vous, cher Jean-Louis Cohen, représentant éminent de cette discipline, acteur sur ce terrain depuis longtemps ?

12Vous êtes donc architecte et historien, auteur de travaux sur l’architecture et les villes du xixe au xxie siècle. Vous avez étudié l’architecture à l’École spéciale d’architecture et à l’Unité pédagogique no 6 à Paris, où vous avez reçu votre diplôme en 1973. Vous avez obtenu en 1985 un doctorat en histoire de l’art de l’École des hautes études en sciences sociales, puis une habilitation de la même institution en 1992. Après avoir dirigé entre 1979 et 1983 le programme de recherche architecturale du ministère de l’Équipement, vous avez occupé de 1983 à 1996 une chaire de recherche à l’École d’architecture Paris-Villemin, puis, de 1996 à 2004, la chaire d’histoire des villes à l’Institut français d’urbanisme de l’université Paris 8. En 1994, vous avez été nommé Sheldon H. Solow Professor in the History of Architecture à l’Institute of Fine Arts de New York University.

13Entre 1997 et 2003, le ministère de la Culture vous a confié la mission de créer la Cité de l’architecture et du patrimoine, associant un musée et une galerie d’exposition au Palais de Chaillot. Cette Cité fut inaugurée en 2007. Pendant cette période, vous avez dirigé l’Institut français d’architecture et le Musée des monuments français, les deux principales composantes de la Cité.

14Vous êtes membre de l’Akademie der Künste, à Berlin, de l’Académie d’architecture de Russie, à Moscou, de l’Accademia di San Luca, de Rome, de l’Académie d’architecture de Paris. Vos travaux ont bénéficié du soutien de la Graham Foundation et de la John S. Guggenheim Foundation. Vous avez été professeur invité dans de nombreuses universités européennes, à Harvard, Columbia, Princeton, UCLA, l’université de Montréal, ainsi que chercheur invité à la National Gallery of Art de Washington et au Getty Research Institute de Los Angeles.

15Votre activité de recherche a largement exploré l’architecture et l’urbanisme du xxe siècle. Vous avez étudié en particulier les cultures architecturales de la Russie et de l’Allemagne, l’urbanisme colonial du Maroc et de l’Algérie, l’architecture durant la Seconde Guerre mondiale, et vous vous êtes consacré à l’œuvre de Le Corbusier et à l’histoire de l’urbanisme parisien. Une question traverse tous vos travaux : celle des transferts entre cultures nationales en architecture, en matière de paysage urbain et de culture visuelle ; vous vous êtes intéressé aux relations entre l’Italie, l’Allemagne et la France, et aux échanges entre la Russie et l’Occident.

16Vous avez conçu et réalisé de nombreuses expositions. Au Centre Georges Pompidou, dès 1979, vous avez été responsable de l’architecture pour « Paris-Moscou », puis conseiller scientifique pour « L’Aventure Le Corbusier » (1987). Je citerai ensuite « The Lost Vanguard », au Museum of Modern Art de New York (2007) ; « Scènes de la vie future » et « Architecture en uniforme », au Centre canadien d’architecture de Montréal ; plus récemment, vous avez été commissaire de l’exposition « Le Corbusier » au Museum Pouchkine de Moscou (2012) ; « Interférences – architecture, Allemagne, France » au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, et au Deutsches Architekturmuseum de Francfort (2013) ; votre exposition sur « Le Corbusier, an Atlas of Modern Landscapes », a été présentée au Museum of Modern Art en 2013, avant Barcelone et Madrid en 2014.

17Vous avez reçu à deux reprises le Grand Prix du livre d’architecture de l’Académie d’architecture (1996 et 2012) et la médaille de l’analyse architecturale de la même institution (2003) ; l’Art Book Prize, décerné à Londres (2013), et le Alice Davis Hitchcock Book Award de la Society of Architectural Historians américaine (2013). La Schelling Foundation de Karlsruhe vous a décerné le Schelling Architekturtheorie Preis, la principale distinction européenne en la matière (2010).

18Votre domaine de recherche est donc très vaste : l’architecture et la ville du xxe siècle en France, en Allemagne, en Italie, en Russie et aux États-Unis ; l’internationalisation des formes architecturales et leur jeu avec les cultures régionales ; les transferts culturels entre les États-Unis et l’Europe, entre la France et l’Allemagne, entre la France et l’Italie, entre l’Europe et l’Afrique du Nord, et entre la Russie et l’Occident ; ou encore l’urbanisme dans le Maroc du protectorat français et en Algérie.

19Votre activité, votre énergie sont débordantes, votre rythme aussi. Vous avez publié une trentaine d’ouvrages majeurs, monographies, catalogues, avec quelques fidélités et constantes, comme Le Corbusier, l’URSS et les États-Unis, Paris, New York et Moscou, la tentation de l’américanisme, ou encore Alger et Casablanca. En ce moment même, nous pouvons voir votre exposition « Architecture en uniforme. Projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale » (24 avril-8 septembre 2014) au Palais de Chaillot, et vous êtes le commissaire pour la France à la Biennale d’architecture de Venise.

20Vous nous avez donc proposé un superbe projet d’enseignement sur trois ans, qui est inauguré ce jour, et que je vous laisserai présenter mieux que moi. Vous examinerez l’architecture du xxe siècle dans son histoire, vous intéressant à son contexte intellectuel, social, politique, autant que technique ou esthétique, car pour vous l’architecture n’est pas dissociable de l’histoire des villes et des territoires. Aux méthodes propres à l’histoire de l’art et aux notions propres au domaine de l’architecture, vous associez dans vos analyses des notions relevant de l’histoire, au sens le plus large, et aussi de la théorie, permettant de considérer les objets architecturaux et urbains dans toutes leurs dimensions.

21Parallèlement à ces questionnements historiques, vous restez un observateur critique des villes d’aujourd’hui, par exemple des projets du Grand Paris. Votre enseignement prendra donc en compte ces deux dimensions de l’architecture et de la ville.

22Vous envisagez trois cours portant sur des questions essentielles de l’architecture élaborée et édifiée depuis le début du xxe siècle : d’abord « Architecture et politique en France au xxe siècle », en tenant compte du champ européen et des politiques coloniales ; ensuite « Architecture et américanisme en Russie », cas extrême et paradoxal de l’hégémonie culturelle et technique américaine au xxe siècle ; enfin « L’architecture à l’épreuve de la guerre », en particulier de la Seconde Guerre mondiale, qui a provoqué des transformations majeures dans les techniques et les formes urbaines, et qui a modifié les formes de la culture visuelle.

23Cher Jean-Louis, bienvenue parmi nous pour ce beau programme.

Notes

1 Christian de Portzamparc, Architecture : figures du monde, figures du temps, Paris, Collège de France / Fayard, coll. « Leçons inaugurales », 2006.

Auteur

Professeur au Collège de France, chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie »

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540