Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ces lambeaux, gardiens de la mémoire des hommes. Papyrus et culture de l’Antiquité tardive

 | 
Jean-Luc Fournet

Introduction

Nicolas Grimal

Texte intégral

1Déjà en germes dans l’œuvre fondatrice de savants comme Jean Maspero ou Pierre Jouguet, les recherches en papyrologie byzantine se sont développées sous l’impulsion de grands papyrologues comme Roger Rémondon et, plus récemment, Jean Gascou. Le collègue que j’ai l’honneur de vous présenter ce soir est leur digne continuateur.

2La papyrologie couvre un millénaire d’histoire – de l’arrivée d’Alexandre en 332 av. J.-C. à la conquête arabe en 642 apr. J.-C. Ce millénaire est à la fois celui de tous les devenirs possibles du monde antique et une mine de documents de toutes natures, dont le volume est incomparablement plus important que celui des œuvres littéraires qui nous sont parvenues. Le propre de la papyrologie est justement d’avoir orienté différemment et renouvelé l’approche que nous avons de cette période, longtemps considérée comme une sorte d’obscurité moyenâgeuse, au cours de laquelle les monothéismes émergents auraient tenté, au pire d’éradiquer, au mieux d’oublier la culture classique, dont notre propre histoire a fait, depuis la Renaissance, le modèle à suivre. Le parallèle avec le Moyen Âge occidental est d’autant plus pertinent que celui-ci n’est plus considéré aujourd’hui comme une période obscure, bien au contraire. Il en va de même de l’Antiquité tardive.

3La charnière de l’ère chrétienne est ainsi le terreau d’une sédimentation progressive de cultures et de langues, à laquelle la domination chrétienne va ajouter une nouvelle strate, rejetant nombre d’acquis antiques et constituant une littérature propre, comme le feront à leur tour, à peine quelques siècle plus tard, l’islam et l’arabisation.

4Ce qui nous apparaît ainsi aujourd’hui comme le résultat d’une évolution quasi linéaire n’a pas été sans recherches infructueuses ou constructions sans lendemain. Sur le plan religieux, l’Égypte des premiers temps de la chrétienté bouillonne d’une activité théologique intense, abritant aussi bien les grandes hérésies que le monachisme, développant en Moyenne-Égypte des écoles de pensée vigoureuses, dont les textes de Nag Hammadi – entre autres – nous ont transmis de nombreux éléments. On comprend, à les suivre, l’extraordinaire creuset que furent, non seulement l’Égypte, mais tout le Proche et le Moyen-Orient, dont toutes les cultures se repensent alors, de leur propre mouvement ou sous la contrainte, dans le cadre nouveau des monothéismes. Ce sont là les racines de ce Proche-Orient dramatiquement resurgi dans nos vies ces dernières années.

5Les études byzantines – tout au moins l’école française – sont nées de l’enseignement d’esthétique et d’histoire de l’art que Gabriel Millet dispensa au Collège de France de 1926 à 1937. Puis, après la Seconde Guerre mondiale, son élève André Grabar enseigna pendant vingt ans, de 1946 à 1966, l’archéologie paléochrétienne et byzantine, fondant définitivement la discipline. Une chaire d’Histoire et civilisation du monde byzantin fut ensuite confiée, de 1975 à 2001, à Gilbert Dagron, qui fut également notre administrateur de 1997 à 2000. Le champ couvert par Gilbert Dagron étendait encore la discipline, étudiant aussi bien l’histoire et la civilisation de l’Empire byzantin, l’histoire urbaine de Constantinople aux ive et ve siècles, ou l’histoire de l’Asie mineure.

6Sur ce fonds est né le projet d’une chaire consacrée à la « Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine », dont l’objectif est de renforcer durablement ces études à Paris et de les faire rayonner depuis le Collège de France. Il fallait pour cela un porteur capable de couvrir non seulement un vaste champ historique, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge, mais aussi la discipline qui autorise de nouvelles synthèses, et qui n’a, jusqu’à présent, jamais été représentée au Collège de France : la papyrologie.

7La formation et la carrière de Jean-Luc Fournet le destinaient à un tel rôle. Normalien, agrégé, ancien membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale, directeur d’étude à l’École pratique des hautes études, il s’est formé auprès des meilleurs maîtres dans les langues et les domaines indispensables pour mener à bien le projet ambitieux qui est le sien : étudier l’interaction du monde classique et de l’Orient sur environ un millénaire, dans une région du monde où se sont élaborées les sources de la culture moderne.

8Dans son abondante  bibliographie –  presque 200 publications, dont 7 ouvrages –, la linguistique et la paléographie tiennent le premier rang, c’est-à-dire tous les états de langue et d’écriture du grec à l’arabe, en passant entre autres par l’égyptien, le démotique et le copte.

9Il sait aussi être homme de terrain, participant aux chantiers archéologiques avec autant de bonheur qu’aux entreprises scientifiques collectives, dont il est, bien souvent, l’animateur. Ses compétences lui ont valu un renom qui dépasse depuis longtemps les frontières de notre pays, et que les consultations internationales – devenues aujourd’hui pratique commune au Collège de France – ont largement confirmé, ainsi que des reconnaissances prestigieuses du CNRS et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, entre autres.

10Aussi à l’aise dans l’étude des emprunts du grec à l’égyptien que dans les papyrus médicaux, les fragments poétiques de Théodore, la quête de nouveaux fragments d’Eschine, du pseudo-Isocrate, d’Homère, l’étude de la transmission de la culture grecque alexandrine, l’hagiographie chrétienne ou les textes documentaires, il ouvre largement sa recherche, au-delà de la constitution de corpora ou de l’édition de textes, à la culture de l’écrit, c’est-à-dire à l’étude de la paléographie et de la diplomatique en tant que porteuses de sens et inscrites dans le contexte culturel et institutionnel de chaque période.

11La création de cette chaire vient à un moment où nous repensons et entreprenons de développer en un ensemble cohérent notre Institut des civilisations. Les études byzantines et la papyrologie doivent y conserver la place centrale qu’elles y occupent depuis de nombreuses années, dans une association fructueuse non seulement avec l’Institut de recherche et d’histoire des textes, l’École pratique des hautes études et les diverses universités, mais aussi avec les chaires du Collège de France consacrées à l’islam, au monde de la Bible, de la Grèce et de Rome, à l’assyriologie et à l’égyptologie.

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de chaire « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire »

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540