Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La voix et le calame. Les chemins de la canonisation du Coran

 | 
François Déroche

Introduction

Serge Haroche

Texte intégral

1L’enseignement de l’arabe et de la civilisation musulmane a une longue histoire au Collège de France. Cette histoire est liée à la mission de l’institution, qui s’est, dès ses origines, consacrée à l’étude de sujets négligés par l’enseignement traditionnel de la Sorbonne, s’ouvrant ainsi aux cultures orientales et aux sciences qui, à l’époque, étaient largement véhiculées par ces cultures. Le premier professeur dont le titre de chaire mentionne explicitement l’arabe au Collège a été Arnoult de l’Isle, officiellement inscrit dans la liste des lecteurs royaux entre 1587 et 1613. C’était un médecin d’origine allemande qui avait appris l’arabe classique pour lire Avicenne et se former ainsi à la médecine à partir des textes originaux du grand savant persan du xie siècle. Il semble qu’il n’ait jamais vraiment enseigné au Collège royal car il a été envoyé au Maroc, d’abord comme médecin, puis comme ambassadeur d’Henri IV auprès du sultan, qui résidait alors à Marrakech. L’époque était fort troublée. La France sortait des guerres de Religion, dont l’une des dernières secousses fut l’assassinat du roi, l’année même où il donnait au Collège royal le terrain sur lequel notre institution est aujourd’hui installée. Et à Marrakech, une guerre intestine au sein de la dynastie saadienne, à laquelle notre lecteur royal assista, conduisit le sultan à évacuer du Maroc par bateau son harem et des manuscrits coraniques précieux, qui furent capturés en Méditerranée par la flotte espagnole et finirent dans la bibliothèque royale de l’Escurial près de Madrid. Cet épisode romanesque m’a été raconté par le titulaire de la chaire que nous inaugurons aujourd’hui lorsque je lui ai demandé pourquoi ses recherches sur le Coran le conduisaient à Madrid. L’histoire relie ainsi de façon imprévue la première chaire d’Arabe du Collège à la dernière, et on se plaît à imaginer que le lointain prédécesseur de François Déroche a assisté au départ en catastrophe du Maroc des manuscrits que ce dernier étudie aujourd’hui en Espagne !

2Mais revenons à l’histoire des chaires d’arabe au Collège de France. Comme Arnoult de l’Isle, les premiers arabisants du Collège ont souvent été des médecins, parfois même des médecins officiels du roi. Cette proximité entre études arabes et médicales se voit aussi dans le fait que, comme pour la médecine, les chaires d’arabe étaient souvent tenues de père en fils ou d’oncle en neveu, une caractéristique mandarinale que j’avais déjà notée en présentant l’année dernière la nouvelle chaire de Médecine expérimentale. Une autre lignée de professeurs d’arabe au Collège de France provient de l’Orient maronite. Je mentionnerai en particulier Gibraïl Al Sahyuni (francisé en Gabriel Sionite) et Ibrahim al Haqlani (francisé en Abraham Ecchellensis), le premier ayant contribué à la rédaction de la grande Bible polyglotte de Paris contenant des versions en latin, en syriaque, en hébreu et en arabe. L’entreprise fut mouvementée, Sionite s’étant brouillé avec l’éditeur, qui lui reprochait de ne pas remettre à temps son travail et qui le fit même emprisonner par Richelieu pour l’inciter à participer plus activement à l’entreprise. Ces exemples démontrent le caractère international de la science et de la culture d’alors, qui permettait aux savants de l’Europe et du pourtour méditerranéen de passer de pays en pays. Le Collège de France a toujours participé largement à un brassage culturel qui s’est poursuivi jusqu’à nos jours. Je précise cependant que notre institution n’a pas conservé toutes les coutumes de l’époque et qu’en particulier elle ne demande plus à l’État d’embastiller ses professeurs trop lents à remettre leurs manuscrits ou les documents qui leur sont demandés.

3Les chaires d’Hébreu et d’Arabe, langues originelles des textes sacrés des grandes religions du Livre, se sont ainsi succédé au Collège de France au cours des siècles, en nombre comparable (34 d’hébreu et 29 d’arabe, si j’ai bien compté, la dernière ayant été occupée par notre administrateur honoraire, le professeur André Miquel). Ces chaires d’Hébreu et d’Arabe se sont bien sûr intéressées à la Bible et au Coran, mais ne se sont jamais consacrées de façon prépondérante à l’étude de l’élaboration de ces textes sacrés ni à la façon dont ils ont été transcrits et transmis au cours des siècles. En tout cas, cet aspect historique des études bibliques ou coraniques n’apparaissait, jusqu’à très récemment, dans aucun intitulé de chaire.

4Le Collège de France a décidé depuis quelques années d’ouvrir spécifiquement ses enseignements à ces études, en les abordant sous un angle historique et critique, et non théologique ou idéologique. Nous avons en 2008 créé la chaire « Milieux bibliques », occupée par Thomas Römer, qui se penche sur l’élaboration des textes de l’Ancien Testament en la situant dans le cadre riche et mouvementé de l’histoire du Proche-Orient antique. La chaire de François Déroche, inaugurée aujourd’hui, est en quelque sorte le pendant de celle de Thomas Römer. Son titulaire étudie les origines du Coran et la façon dont ses différentes versions ont évolué, à travers l’étude de fragments anciens produits au cours des trois siècles qui ont suivi les débuts de l’islam. Au lieu d’étudier le Coran, comme cela a été longtemps le cas, à travers le discours tenu par les savants musulmans médiévaux, François Déroche s’est principalement attaché dans toute sa carrière à revenir aux manuscrits les plus anciens. Cette tâche ardue, qui nécessite une connaissance approfondie de l’arabe et des autres langues sémitiques, de l’évolution des écritures et des calligraphies, s’accompagne d’un travail de détective puisqu’il s’agit souvent de recenser et de remettre en ordre des documents éparpillés dans le monde entier, au gré des conflits et des bouleversements, qui n’ont pas manqué au cours de la longue et tumultueuse histoire de l’islam et de sa confrontation avec le monde chrétien.

5Ses recherches ont mené François Déroche de la Bibliothèque nationale de France à Istanbul, où il a longuement travaillé sur une très abondante collection de feuillets rapatriés de Damas après la Première Guerre mondiale, en passant par Kairouan, ou encore Saint-Petersbourg et l’Ouzbékistan, où il a pu retrouver des pièces manquantes essentielles du puzzle qu’il cherche à reconstituer, sans oublier l’Espagne que j’ai déjà mentionnée. Ses analyses font apparaître l’histoire complexe d’un ensemble de textes qui, aussi bien dans leur apparence que dans leur contenu, ont connu des changements et des évolutions contredisant l’affirmation de l’immutabilité d’un Coran unique. L’approche des textes écrits présente ainsi une histoire plus compliquée que celle qui a été mise en avant par la tradition musulmane, fondée sur la transmission orale. Elle permet de mieux comprendre d’où vient la complexité d’un texte sacré donnant lieu à de multiples lectures, sources d’interprétations divergentes.

6Au-delà de l’analyse des manuscrits coraniques, comprendre les origines de l’islam nous plonge dans l’histoire de l’Antiquité tardive, cette période fascinante durant laquelle se mêlent les influences des Empires romain et byzantin, du christianisme naissant, du judaïsme et du zoroastrisme. Les textes hébreux, araméens, grecs, éthiopiens et persans de cette époque, avec lesquels François Déroche est familier depuis ses études à l’École normale, nous renseignent sur le contexte dans lequel l’islam est né dans la péninsule arabique, où toutes ces influences se mêlaient. Tous ces textes contribuent à nous mieux faire comprendre la genèse des versions du Coran. La religion musulmane reconnaît ces influences, comme l’attestent de nombreuses sourates faisant allusion aux personnages de la Bible et du Nouveau Testament. Ces références relient en quelque sorte la chaire de François Déroche à celle de Thomas Römer. Comme nous le savons, cette proximité est également la source des conflits qui se perpétuent jusqu’à nos jours, avec l’attachement des trois religions du Livre aux mêmes lieux sacrés. Le Collège de France, suivant sa mission qui est d’enseigner toutes choses, propose ainsi à ses auditeurs de lire cette histoire sous ses multiples facettes. La chaire de Thomas Römer analyse les racines du texte biblique. Celle de François Déroche lui répond en étudiant les origines du Coran. L’année prochaine, une chaire sur l’Antiquité tardive et le monde byzantin ancien établira en quelque sorte un pont chronologique entre le monde biblique et celui de l’islam. Et ces trois chaires s’appuient, si je puis dire, sur le socle constitué par l’enseignement des professeurs Nicolas Grimal et Dominique Charpin sur les civilisations antiques de l’Égypte et de la Mésopotamie. L’Institut des civilisations du Collège de France, dont le site de la rue du Cardinal-Lemoine va subir une complète rénovation dans les années qui viennent, regroupe ainsi un ensemble de chaires et d’équipes de recherche dont la mission est de maintenir et d’approfondir nos connaissances sur ces périodes cruciales de l’histoire de l’humanité.

7Comprendre la genèse d’un texte qui joue un rôle majeur dans l’histoire du monde est l’une des ambitions de la chaire que le Collège de France inaugure aujourd’hui. Vous êtes, François Déroche, particulièrement qualifié pour cette mission. Spécialiste mondialement reconnu des études coraniques, vous avez enseigné à l’École pratique des hautes études et avez présenté vos travaux dans de nombreuses institutions à l’étranger. Vous êtes membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Vous participez, en acteur majeur, au projet européen Corpus coranicum, qui vise à mieux faire comprendre le Coran, en rapprochant ses formes manuscrites et sa forme orale, ainsi qu’en interprétant le texte dans son contexte historique. Je vous donne maintenant la parole pour que vous prononciez votre leçon inaugurale, intitulée La Voix et le Calame. Les chemins de la canonisation du Coran.

Auteur

Administrateur du Collège de France

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540