Version classiqueVersion mobile

Les toponymes paléo-babyloniens de la Haute-Mésopotamie

 | 
Nele Ziegler
, 
Anne-Isabelle Langlois

Toponymes

Q - T

Texte intégral

QA          zone : E

Nom(s) OB : Qa ; Qa'um ; Qaha ; Qaya

Attestations

qa-a
     ARM 26/1 48 : 6

qa-a-iaki
     FM 6 18 : 43

qa-a-im
     ARM 2 75 : 10′

qa-aki
     ARM 7 201 : 2′ ; ARM 9 275 : 4 ; ARM 26/1 24 : 24 ; ARM 28 141 : 8, 13 ; FM 3 19 : 13

qa-e-em
     ARM 2 75 : 2′, 8′

qa-ha-a
     ARM 28 84 : 6

qa-i-im
     ARM 21 202 : 5

Commentaire général

Qa et Isqa sont deux toponymes qui désignent un royaume dont Abi-ili était la capitale. On le cherche en aval de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23), sur le Djaghdjagh.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, 1954, p. 131 : « Dans la région du Baliḫ ? »

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 187 : s.v. Qâ

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 243

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 332

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 413 : « Qa et Isqa sont des parties de l’Ida-Maraṣ que des inédits attestent avoir été situées sur le Djaghdjagh. »

▸ M. Guichard, Mém. Barrelet, 1997, p. 189, 195 : p. 189 : Qâ

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 142 : s.v. Qā ; la capitale de Qa et Isqa est Abi-ili ; avec la bibliographie antérieure

▸ J.-R. Kupper, Mém. Parrot, 2002, p. 195-196 : = Qa'â

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 46, 53-54, 199 n. 247 : p. 46 : dans le « triangle du Habur » ; p. 53-54 : « pays voisin de Kahat, dont la capitale était Abi-ili »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 118, 199, 134, 149 : p. 119 : parle de Qa et Isqa ; proche de Kahat

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 82 n. 45, 83 n. 48, 85 n. 58 : p. 82 n. 45 : FM III 19 met en parallèle Zalluhan et le pays de Qa et Isqa ; p. 83 n. 48 : Qa et Isqa ; p. 85 n. 58 : « bords du Habur »

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 121

QABBANUM          zone : D

Nom(s) OB : Qabbanum

Attestations

qa-ab-ba-nimki
     ARM 4 62 : 6

Commentaire général

Localité située dans la région d’Ašihum (1). On peut la chercher, avec Šara, entre Șanlıurfa et l’Euphrate.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 113, 148 : p. 113 n. 310 : « peut-être entre Sanliurfa et l’Euphrate »

QARHADUM          zone : E, N

Nom(s) OB : Karhadum ; Qarhadum

Attestations

ka-ar-ha-dámki
     ARM 13 144 : 35

qa-ar-ha-di-im
     ARM 13 143 : 12

Commentaire général

Localité mentionnée dans deux lettres de Yawi-Ila, ARM 13 143 et 144. Elle doit être distinguée de Qirdahat (peut-être = Hassake, n° HIGEOMES 960) et devrait se situer non loin de Talhayum (1), dans la région d’Ašlakka.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ A. Finet, Syria 41, 1964, p. 135-136, 139

▸ M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 14

▸ M. Birot, J.-R. Kupper & O. Rouault, ARM 16/1, 1979, p. 19 : s.v. Karḫatum, Qarḫadum

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 132 : s.v. Karḫatum, Qarḫadum ; « In der gleichen Region wie Ašlakkā ? »

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 240

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 115 : s.v. Karḫatum ; ≠ Qirdaḫat

QAṢA          zone : F

Nom(s) OB : Kaṣa ; Qaṣa

Identification : Umm Rahal
Degré de certitude :
1

Attestations

ka-ṣa-aki
     A.19 (Charpin MARI 8, p. 359-360) : 16 ; ARM 6 68 : 8

ka-ṣú
     TEM 3 (Birot RA 49, p. 15-19) : ii 60

qa-ṣa-a
     ARM 26/1 98 : 8

qa-ṣa-aki
     Inédit [A.4319] : 5′

Commentaire général

Nom d’un clan sim'alite et peut-être toponyme désignant la dépression d’Umm Rahal selon F. Joannès, NABU 1993/28.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.-R. Kupper, Nomades, 1957, p. 20 n. 2

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 137 : s.v. Kazû, Kazâ : « Stamm der Hanäer »

▸ D. Charpin, NABU 1991/112 : le clan des Ibal-ahum habite à Qaṣa ; énumération des villes du Suhum du sud au nord : Wurqana, Qaṣa, Hit, Harbe (1), Ayyabum, Yabliya

▸ J.‑M. Durand, Mél. Fleury, 1992, p. 51-52

▸ F. Joannès, NABU 1993/28 : = Umm Rahal ? ; amu ša kâṣa = « le lac saumâtre de la steppe »

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 359-360 : p. 360 : toponyme et non la steppe

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 276, 441 : p. 276 : « Le Kâṣâ (ou Qâṣâ) est une région de cette partie de l’Euphrate qui permet de couper court à la partie en méandres de la vallée et de gagner plus rapidement son but en passant par la limite du désert (qâṣum) »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 110 n. 286

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 157 : sous-clan des Sim'alites Ibal-ahum de la division des Ašarugayum

▸ J.‑M. Durand, FM 8, 2005, p. 125, 206 : ethnie sim'alite (« hanéenne »)

QAṬṬARA          zone : F

Nom(s) OB : Qaṭṭara
Nom(s) MA : Qaṭṭara

Identification : Rimah, Tall (Rimāḥ, Tall ar-)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
101

Attestations

qa-aṭ-ṭà-raki
     ARM 26/2 295 : 11

qa-ṭá-ra-a
     A.649 (Charpin & Durand RA 81, p. 132-133) : 6

qa-ṭà-ra-a
     FM 6 19 : [26] ; OBTR 301 : 8 ; OBTR 319 : 18, 29 ; OBTR 336 : 3′

qa-ṭà-ra-a-maki
     ARM 5 36 : 29

qa-ṭá-ra-aki
     Inédit [A.62] : 16 ; Inédit [A.654+M.6298] : 10, 15 ; A.649 (Charpin & Durand RA 81, p. 132-133) : 5, 8, 33, 44 ; A.2119 (Charpin Mémoires de NABU 2, p. 98-99) : ⸢17⸣ ; A.2968+ (Guichard RA 98, p. 16-25) : 102 ; ARM 26/2 490 : 24 ; ARM 26/2 526 : 30, 32 ; ARM 26/2 527 : 9 ; ARM 28 168 : 11 ; FM 6 14 : 8′ ; FM 6 26 : 5, 7, 9, 11

qa-ṭà-ra-aki
     Inédit [A.4207] : 14 ; ARM 4 29 : 8, 12 ; ARM 5 37 : 3′, 4′ ; ARM 5 42 : ⸢17⸣ ; ARM 26/2 412 : 7, 20, 22, 23, 26 ; ARM 28 174 : 6 ; FM 2 84 : 21 ; M.13792 (Charpin & Durand RA 81, p. 134) : 5′ ; OBTR 79 : 4 ; OBTR 130 : 8 ; OBTR 196 : 4 ; OBTR 197 : 4 ; OBTR 198 : 5 ; OBTR 216 : 6 ; OBTR 263 : 6 ; OBTR 319 : 24, 32

uruqa-ṭà-ra-aki
     OBTR 212 : 13 ; OBTR 213 : 3 ; OBTR 215 : 6 ; OBTR 235 : 4 ; OBTR 278 : 6, 9 ; OBTR 304 : 17 ; OBTR 322 : ii 32′

uruqá-ṭá-ra-aki
     OBTR 42 : 12

qa-ṭá-ra-aki-ma
     ARM 5 40 : 17

uruqa-ṭá-raki
     TCL 1 147 : 3

qa-ṭá-raki
     Inédit [A.654+M.6298] : 8 ; ARM 26/2 411 : 63 ; FM 6 12 : 4 ; OBTR 155 : 20

qa-ṭà-raki
     ARM 7 169 : 9 ; ARM 14 125 : 13 ; ARM 26/2 414 : 4, 6 ; OBTR 95 : 12 ; OBTR 200 : 9

Commentaire général

L’identification de Qaṭṭara avec Tall Rimah (n° HIGEOMES 101), proposée par D. Charpin et J.‑M. Durand, RA 81, 1987, est aujourd’hui assurée. Auparavant, une identification de Tall Rimah avec Karana avait été préférée notamment par S. Dalley, cf. la bibliographie ci-dessus s.v. Karana.

Pendant le règne de Zimri-Lim, Qaṭṭara fut la capitale d’un royaume dirigé par Hadnu-rabi, avant d’être annexée au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), dirigé par Asqur-Addu.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ S. Dalley, C. B. F. Walker & J. D. Hawkins, OBTR, 1976, p. 34-36 : p. 36 : « This evidence leaves little room for the hypothesis that Rimah is Razama or Qaṭara ; therefore the identification of Rimah with Karana is considered virtually certain by this author [i.e. S. Dalley]. »

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 191 : s.v. Qaṭarā ; a supposé l’existence d’une Qaṭṭara homonyme proche de Larsa attestée par TCL 1 147 : 3 ; « Q. (2) vermutete schon M. Falkner, AfO 18, 82f., in einem der Tulūl unterhalb des Tall ‘Afar, sie hält Q. für identisch mit ⇨ [nA] Gidara. – Vor dem Fund der altbabylonischen Texte in Tall ar-Rimāḥ vermutete H. W. Saggs, Iraq 30, 162 (mA) Q. in Tall Rimāḥ, S. 1ff. – vgl. an älterer Lit. W. F. Leemans, Trade 89 und K. Veenhof, AATT 420. »

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, RA 81, 1987, p. 125-146 : = Tall Rimah

▸ J. Eidem, Iraq 51, 1989, p. 67-78

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 105-106 : = Tall Rimah

▸ G. Ozan, Mém. Birot, 1994, p. 153-154

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 323-324, 339-341, 343, 350-352 : = Tall Rimah, région au sud du Djebel Sindjar

▸ C. Michel, Amurru 1, 1996, p. 406

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, MARI 8, 1997, p. 383

▸ C. Postgate, D. Oates & J. Oates, IAR 4, 1997 : Tall Rimah = Qaṭṭara ou Karana

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 105 : = Tall Rimah

▸ N. Ziegler, FM 4, 1999, p. 10 n. 41

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 95

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 142-143 : s.v. Qaṭṭarā [1] ; ≠ de Qaṭṭarā [2] : « Babylonien »

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 260, 261, 265

▸ L. Marti, Mém. Parrot, 2002, p. 201

▸ D. Lacambre, Mém. Parrot, 2002, p. 508

▸ F. Joannès, Mém. Parrot, 2002, p. 177-186

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 32-33 : = une seule Qaṭṭara ; « B. Groneberg, RGTC 3, p. 191 a supposé que uruqá-ṭá-raki de TCL I 147 : 3 était « wohl eine Ortschaft bei Larsa ». En réalité, TCL I 147 est la vente d’une esclave subaréenne originaire de Qaṭṭarâ ; il n’y a donc pas lieu de situer cette Qaṭṭarâ ailleurs qu’à Tell Rimah. Voir dans le même sens F. van Koppen, « The Geography of the Slave Trade and Nothern Mesopotamia in the Late Old Babylonian Period », dans H. Hunger & R. Pruzsinszky (éd)., Mesopotamian Dark Age Revisited, Vienne, 2004, p. 9-33 (p. 26). »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 21, 75, 197-198, 201 n. 269, 219, 247, 275 : p. 275 : = Tall Rimah

▸ F. van Koppen, MDAR, 2004, p. 26 : = une seule Qaṭṭara

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 121 n. 53, 137 : = Tall Rimah

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 405 (lu par l’auteur : Qatara)

▸ C. Michel, RlA 11, 2006-2008 : s.v. Qaṭarā

▸ R. Koliński, Topoi 12, 2014, p. 14, 15 : = entre Abidiban et Razama ša Uhakim ; = Tall Rimah

▸ D. Charpin, BBVO 24, 2014, p. 73-74 et n. 44, 76

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 49 : = Tall Rimah

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 110 n. 10, 112 : = Tall Rimah

QAṬṬUNAN          zone : E

Nom(s) OB : Qaṭṭuna, Qaṭṭunan ; Qaṭṭunanum, Quṭṭunan
Nom(s) MA : Qaṭṭuna ; Qaṭṭun ; Qaṭni

Identification : Fadgami, Tall (Fadġāmī, Tall)
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
153

Attestations

qa-aṭ-ṭú-na-aki
     ARM 6 37 : 8′, 15′ ; ARM 10 18 : 10 ; ARM 27 108 : 7, 17 ; ARM 27 109 : 6, 7 ; ARM 27 137 : 11 ; ARM 27 138 : 8, 20 ; FM 2 47 : 5 ; OBTR 1 : 5, 8, ⸢23⸣, 34

qa-aṭ-ṭú-na-an
     A.868 (Arkhipov CRRAI 53/1, p. 412-413) : 25 ; ARM 2 78 : 30 ; ARM 25 756 : iii 3′ ; ARM 27 36 : 30 ; ARM 27 50 : 5 ; ARM 27 73 : 5 ; ARM 27 85 : 4 ; ARM 27 88 : 14 ; ARM 27 132 : 4

qa-aṭ-ṭú-na-anki
     Inédit [A.965] : 10′ ; Inédit [A.2556] : 8 ; Inédit [A.2640] : 14′ ; Inédit [A.2671+A.4006] : 7 ; Inédit [A.3006] : 27 ; Inédit [B.94] : 5 ; A.1053 (Charpin BBVO 20, p. 60-61) : 9, 10 ; A.3889 (Lafont Mél. Astour, p. 327) : 4 ; A.4515 (Charpin MARI 8, p. 363-365) : 23′ ; ARM 1 7 : 26, 27 ; ARM 1 21 : 4′, 5′ ; ARM 1 37 : 12, 16, 31 ; ARM 1 98 : 21 ; ARM 2 69 : 12′ ; ARM 3 14 : 9, 12 ; ARM 4 70 : 7 ; ARM 13 36 : 11 ; ARM 13 37 : 8′ ; ARM 13 102 : 7, 16 ; ARM 13 103 : 6 ; ARM 14 10 : 5 ; ARM 14 11 : 7, 20 ; ARM 14 59 : 9 ; ARM 14 60 : 17 ; ARM 14 63 : 8 ; ARM 14 68 : 2′ ; ARM 14 105 : 9 ; ARM 14 111 : 19 ; ARM 14 112 : 6, 13 ; ARM 21 144 : 4 ; ARM 23 70 : 18 ; ARM 23 425 : 2 ; ARM 23 449 : 73 ; ARM 24 277 : 59 ; ARM 26/1 27 : 41, 42 ; ARM 26/1 28 : 5 ; ARM 26/1 47 : 5 ; ARM 26/1 62 : 25 ; ARM 26/1 63 : 22 ; ARM 26/1 141 : 7 ; ARM 26/2 302 : 46 ; ARM 26/2 387 : 7 ; ARM 26/2 388 : 24 ; ARM 26/2 389 : 16 ; ARM 26/2 412 : 70 ; ARM 26/2 419 : 3 ; ARM 26/2 445 : 5, 11 ; ARM 26/2 447 : 5 ; ARM 26/2 448 : 6 ; ARM 27 2 : 5 ; ARM 27 3 : 5, 7 ; ARM 27 5 : 5, 10 ; ARM 27 6 : 6 ; ARM 27 7 : 5, 21 ; ARM 27 9 : 7, 9 ; ARM 27 10 : 6 ; ARM 27 11 : 5 ; ARM 27 12 : 5 ; ARM 27 13 : 8 ; ARM 27 14 : 5, 7, 9, 15, 18, 21, 32 ; ARM 27 16 : 5 ; ARM 27 17 : 5 ; ARM 27 18 : 5 ; ARM 27 19 : ⸢5⸣ ; ARM 27 20 : 5 ; ARM 27 25 : 4, 6, 32, 43, 45, 49 ; ARM 27 26 : 5 ; ARM 27 28 : 30 ; ARM 27 32 : 5 ; ARM 27 33 : 3 ; ARM 27 34 : 5 ; ARM 27 35 : 4 ; ARM 27 37 : 4, 5, 36 ; ARM 27 38 : 3 ; ARM 27 43 : 5 ; ARM 27 44 : 5 ; ARM 27 45 : 5 ; ARM 27 48 : 4 ; ARM 27 50 : 7 ; ARM 27 51 : 3, 9 ; ARM 27 54 : 5 ; ARM 27 55 : 5 ; ARM 27 57 : 17 ; ARM 27 58 : 5 ; ARM 27 59 : 17 ; ARM 27 61 : 3 ; ARM 27 65 : 4 ; ARM 27 66 : 4 ; ARM 27 67 : 4 ; ARM 27 68 : 4, 19 ; ARM 27 69 : 5, 7 ; ARM 27 70 : 5 ; ARM 27 71 : 5 ; ARM 27 72 : ⸢31⸣ ; ARM 27 75 : 4 ; ARM 27 76 : 5, 9 ; ARM 27 77 : 5, 8 ; ARM 27 78 : 5, 9 ; ARM 27 79 : 5, 13 ; ARM 27 80 : 4, 12 ; ARM 27 82 : 11 ; ARM 27 83 : 5 ; ARM 27 87 : 5 ; ARM 27 89 : 5 ; ARM 27 91 : ⸢8⸣ ; ARM 27 93 : 5, 10 ; ARM 27 94 : 5, ⸢11⸣ ; ARM 27 95 : ⸢5⸣ ; ARM 27 96 : 5 ; ARM 27 97 : 11 ; ARM 27 101 : 4, 21 ; ARM 27 102 : 40 ; ARM 27 103 : 5 ; ARM 27 107 : 6′, 13′ ; ARM 27 110 : 12 ; ARM 27 112 : [6], 20, 22 ; ARM 27 113 : 5, 13 ; ARM 27 115 : 6 ; ARM 27 116 : 3, 5, 13, 43 ; ARM 27 117 : 4 ; ARM 27 118 : 3 ; ARM 27 119 : ⸢4⸣, ⸢12′⸣ ; ARM 27 120 : 9 ; ARM 27 123 : 5 ; ARM 27 126 : 4 ; ARM 27 129 : 8 ; ARM 27 131 : 5 ; ARM 27 133 : 4, 27 ; ARM 27 173 : 5 ; ARM 27 174 : 5 ; ARM 27 175 : 4 ; ARM 27 176 : 5 ; ARM 27 176 : ⸢3′⸣ ; ARM 28 2 : 9 ; ARM 28 118 : 11 ; ARM 32 M. 12995-bis : 4′ ; FM 2 6 : 7 ; FM 2 7 : 10 ; FM 2 22 : 17 ; FM 2 55 : 5, 11 ; FM 2 56 : 11 ; FM 2 57 : 5 ; FM 2 58 : 5 ; FM 2 59 : 5 ; FM 2 60 : 3 ; FM 2 62 : 5 ; FM 2 63 : 5 ; FM 2 64 : 5 ; FM 2 65 : 5 ; FM 2 70 : 5 ; FM 2 71 : 6, 9, 6′ ; FM 2 79 : 6, 13 ; FM 2 80 : [2], 14 ; FM 8 19 : 4, 8, 24, 26 ; FM 8 26 : 6, 12, 16 ; FM 9 59 : 3 ; FM 11 116 : 8 ; M.8991 (ARM 32, p. 371) : 10 ; M.10376 (ARM 30, p. 462) : 5 ; M.10655 (ARM 32, p. 380-381) : 16 ; M.11606 (ARM 30, p. 478-479) : 4, 11 ; M.11658 (ARM 30, p. 327) : 6 ; M.11989 (ARM 30, p. 479) : 9 ; Ziegler RA 105 A : 7, 9, 11 ; Ziegler RA 105 D : 6, 10, 23, 28, 33, 38

qa-aṭ≤-ṭú≥-na-anki
     ARM 27 81 : 7

qa-aṭ-ṭú-na-anki-ma
     ARM 26/1 189 : 7′

qa-aṭ-ṭú-na-na-yuki
     ARM 1 7 : 29

qa-aṭ-ṭu-na-nimki
     ARM 4 69 : 11

qa-aṭ-ṭú-na-nimki
     Inédit [A.1139] : 15 ; ARM 1 62 : 18, 19 ; ARM 1 82 : 12, 13 ; ARM 2 78 : 33, 34 ; ARM 23 83 : 4 ; ARM 28 142 : 10 ; ARM 28 168 : 16 ; Ziegler RA 105 A : 25

qa-ṭú-na-anki
     A.3889 (Lafont Mél. Astour, p. 327) : ⸢13⸣ ; ARM 4 75 : 5 ; ARM 7 190 : 8 ; ARM 7 214 : 10′ ; ARM 7 277 : v′ 6 ; ARM 10 70 : 17 ; ARM 22 313 : 3 ; ARM 26/1 6 : 56 ; ARM 26/1 31 : 12, 15 ; ARM 26/1 140 : 41 ; ARM 26/2 464 : 26 ; ARM 27 23 : 4 ; ARM 27 127 : 15 ; ARM 31 44 : 8 ; ARM 31 102 : 3 ; ARM 31 167 : 33 ; ARM 31 168 : 26 ; FM 2 48 : 12 ; FM 2 69 : 4, 10 ; M.11983 (ARM 30, p. 328) : 3 ; M.12814 (ARM 30, p. 368-371) : vi 4′

uruqa-ṭú-na-anki
     TabT06-4 (Yamada Al‑Rafidan 29, p. 52-54) : 30

qa-ṭú-na-nim
     ARM 28 123 : 19

qa-ṭú-na-nimki
     FM 9 74 : 24

qa-uṭ-ṭú-na-anki
     FM 2 50 : 16, 41

qa-uṭ-ṭú-naki
     FM 2 50 : 26

qú-uṭ-ṭú-na-anki
     FM 2 52 : 6, 17 ; FM 6 14 : 4′ ; FM 8 43 : 39

qú-ṭú-na-anki
     FM 2 67 : 6, 37

Commentaire général

Capitale de la province la plus septentrionale du royaume de Mari, sur le Bas-Habur. Pour une présentation de la géographie historique de cette province, voir N. Ziegler, RA 105. Une localisation de Qaṭṭunan à Tall Fadgami (n° HIGEOMES 153) est probable mais n’a pas encore pu être confirmée par des fouilles archéologiques.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ H. Kühne, AfO 25, 1974-77, p. 249-255 : = Tall Fadgami

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 189 : s.v. Qattunā(n) : « Wohl identisch mit ⇨ (nA) Qatni, da beide Orte am Ḫābūr erwähnt werden, vgl. schon M. Falkner, AfO 18, 17 mit Anm. 19 und A. Goetze, JCS 7, 58 Anm. 38. Nach M. Falkner, AfO 18, 17 Anm. 19 ist Q. mit Tall Šaddāda identisch. Diese Identifizierung ist mit H. Kühne, AfO 25, 252f. zugunsten von Tall Fadġamī aufgrund des Keramikbefundes abzulehnen (…). An weiteren Lokalisierungsvorschlägen ist die Identifizierung von Q. mit Tall Mağdal, s.W. v. Liere, AAS 13, 120 unwahrscheinlich, wenn v. Liere einen der Kranzhügel unterhalb des Ğabal Abd al‑'Azīz meint. J.-R. Kupper’s Vorschlag in Nomades, S. 2 Anm. 2, Q. in einem der Hügel n von Šaddāda zu suchen, widerspricht Kühne’s Ansetzung. Q. ⇨ Bīt Kappān und ⇨ Saggaratum liegen jeweis eine Tagesreise voneinander entfernt. Q. besitzt zur Zeit Zimrilims einen Hafen für kleinere Schiffe (ARM 2, 80) »

▸ K. Kessler, TAVO Beih. B 26, 1980, p. 233 : = Tall Ashamsani (n° HIGEOMES 154), en rive droite du Habur (lu par l’auteur : Qatni)

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 396 : ville de la vallée du Habur, en amont de Saggaratum

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 111, 116 : = Tall Fadgami

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 110 et n. 103

▸ B. Groneberg, Mél. Fleury, 1992, p. 71

▸ M. Birot, ARM 27, 1993, p. 7 : en rive gauche du Habur

▸ F. Joannès, Mém. Birot, 1994, p. 146

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 243

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 86, 88, 89, 91, 92, 96, 97, 98, 99, 100, 104, 105, 106, 108, 111, 112 : p. 89 n. f : étymologie, « La Toute-Petite »

▸ S. M. Maul, Mém. Birot, 1994, p. 27, 28

▸ N. Wasserman, Mém. Birot, 1994, p. 326

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 327, 330, 332-334, 336-337, 340-342, 345 : p. 330 : « il faut (…) 7 à 8 jours pour aller de Qaṭṭunân à Kahat » ; p. 336-337 : rive orientale du Habur, en aval de Hassake, cf. l’itinéraire cité

▸ C. Michel, Amurru 1, 1996, p. 393 n. 63, 394 n. 80, 399, 403-404, 407

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 364

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 323 : « port de rupture de charge sur le Habur »

▸ B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 521

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 76, 130, 132

▸ B. Lion, Amurru 2, 2001, p. 159-173, 182, 197-200

▸ F. van Koppen, Mém. Parrot, 2002, p. 308, 328

▸ F. Joannès, Mém. Parrot, 2002, p. 184

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 44, 126, 128, 130 n. 444, 152, 196-197, 205, 224 n. 499, 234-235, 239-240, 248-249, 275 : p. 44 : district de Qaṭṭunan sous Yahdun-Lim ; p. 275 : = Tall Fadgami, retenue pour les cartes ou = Tall Ashamsani ? (n° HIGEOMES 154)

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 86

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 117, 125, 130, 131, 132, 134, 135, 138, 141, 149, 150, 151, 152, 153, 173, 193 : p. 141 : sur le Habur ; p. 149 : région de Qaṭṭunan principalement le long du Habur

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 409 n. 24

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 225 n. 2, 231

▸ B. Lion, CRRAI 46, 2004, p. 217

▸ N. Ziegler, FM 9, 2007, p. 237

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 39-57 : p. 39 : sur le cours du Habur inférieur, ville du nord, vraisemblablement aux alentours de Harran ; p. 40 : « Il est assez net que, sous Yasmah-Addu, Qaṭṭunân est le dernier centre administratif sur le Habur contrôlé par le royaume de Mari » ; « représente (a) la porte vers le Nord et vers l’Est ; (b) le domaine privilégié des Bensim'alites et des Numhéens ou Yamutbaléens » ; p. 42 : district de Qaṭṭunan ; zone tampon entre le royaume de Mari et le monde extérieur au Nord ; p. 52 : « La région de Qaṭṭunân est plusieurs fois définie de “Râhatum à Tehrân” » ; p. 55 : = Tall Fadgami ?

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 65 : Tall Fadgami ; « L’hypothèse d’une localisation à Tell Ašamsāni, à 5 km en aval, mais sur la rive droite du Habur (…) est désormais abandonnée. »

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 5-16 : p. 5 : « Au 18e siècle av. J.-C. la province de Qaṭṭunân correspondait grossièrement à la vallée du Bas Habur et réunissait des villes comme Magrisâ, Ṭâbatum, Zilhân, Tehrân, Dûr-ṣâbim, Latihum en amont de la capitale, ou Bît-Kapân et Râhatum en aval. » ; p. 12 = Tall Fadgami « même si la proposition d’une localisation à Tell Ašamšani n’est pas encore écartée définitivement » ; sur la rive gauche du Habur

QIRDAHAT          zone : E

Nom(s) OB : Qardahat ; Qirdahat

Attestations

qa-ar-da-ha-atki
     Charpin MARI 7 5 : 14

qar-da-ha-at
     ARM 22 25 : 5′

qar-da-ha-atki
     A.1259 (ARM 32, p. 367-369) : 13 ; ARM 7 210 : 9′ ; ARM 23 535 : i 16 ; ARM 24 271 : 6′ ; ARM 24 271 : ⸢6′⸣ ; ARM 25 48 : 12 ; ARM 31 161 : 11 ; M.12260 (ARM 32, p. 369) : 4′ ; PIHANS 117 128 : 13 ; PIHANS 117 149 : 5, 6, 22

uruqar-da-ha-atki
     PIHANS 117 149 : 14

qí-ir-da-ha-at
     Ismail Leilan 122 : 7, 29

qí-ir-da-ha-atki
     Inédit [A.988] : 5 ; Inédit [M.5414] ; A.1053 (Charpin BBVO 20, p. 60-61) : 15 ; A.1195+ (Durand MARI 5, p. 163-167) : 46 ; ARM 1 126 : 8, 11 ; ARM 5 51 : 14 ; ARM 27 20 : 12 ; ARM 28 93 : 12′ ; ARM 28 140 : 5 ; ARM 28 150 : 7, 9 ; Ismail Leilan 108 : 3 ; OBTCB 19 : 7 ; OBTCB 22 : 7 ; Vincente Leilan 32 : 9, 11

qí-ir-da-ha-ta-yu
     ARM 28 93 : 9′

qí-ir-da-ha-ta-yuki
     ARM 28 93 : 11

Commentaire général

Qirdahat est attestée comme étape d’un itinéraire le long du Habur (A.1053, édité par D. Charpin, BBVO 20) entre Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153) et Zalluhan. Qirdahat est à deux jours de marche en amont de Magrisa et trois jours de marche en aval de Tarnip. D. Charpin a proposé de la situer dans la région de Hassake (n° HIGEOMES 960), à l’embouchure du Djaghdjagh.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 139 : s.v. Kirdaḫat : « A. Finet, ARMT 15, 128 ; zwischen ⇨ Ašnakkum und ⇨ Nahur im oberen ⇨ Idamaraz ; M. Falkner, AfO 18, 18b-19a : = Tall Šāġar Bāzār. Die Identifizierung von K. mit Tall Šāġar Bāzār ist nicht von der Hand zu weisen (vgl. ARM 5, 51 und I. J. Gadd, Iraq 7 ibid.). K. ist Hanäer-Gebiet, ebenso wie ⇨ Ašnakkum, ⇨ Naḫur und ⇨ Talḫajum »

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 395, 396 : voir carte p. 395 ; p. 396 : ville de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 178

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 342, 344-346 : p. 342 : point de passage entre le Habur et l’Euphrate ; p. 344-346 : cours supérieur du Habur, contrôle peut-être « le débouché d’un ouadi sur le Habur », région de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 477, 637 : p. 477 : écrit Qarhadum, doit être une variante de Qirdahat ; p. 637 : = Tall Arbid (n° HIGEOMES 15) (lu par l’auteur : Qarhadum)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 480 : ville de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 469 : « partie occidentale de la Haute-Djéziré »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 143-144 : s.v. Qirdaḫat ; ≠ Karḫatum ; avec bibliographie antérieure

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 152

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 119, 128-130, 128 n. 432, 133, 151-152, 188, 195, 275 : p. 275 : dans l’Ida-Maraṣ (1) supérieur, proche de Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66)

▸ J.‑M. Durand, FM 8, 2005, p. 41, 206 : = Ras el-Ain ?

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 78 : en Ida-Maraṣ (1) occidental

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 53 : en amont de Qaṭṭunan, sur le Habur

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 67-68 : non loin de Tall Chagar Bazar (n° HIGEOMES 66), sur le cours supérieur du Habur, peut-être à Hassake, à l’embouchure du Djaghdjagh

▸ J.‑M. Durand, StCh 1, 2010, p. 54

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 8 : près de Hassake

▸ D. Charpin, RA 108, 2014, p. 154 : corrige la transcription qir-da-ha-atki de PIHANS 117 149 en qar-da-ha-atki ; même correction pour PIHANS 117 128

RA'ISU          zone : F

Nom(s) OB : Ra'isu

Attestations

ra-i-suki
     OBTR 319 : 12

Commentaire général

Localité uniquement documentée par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 194

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 145 : s.v. Ra'isu

RABBAN          zone : B

Nom(s) OB : Rabban

Attestations

ra-ab-ba-anki
     Inédit [T.282] : 1 ; Inédit [T.322+T.355] : 34′

ra-ab-ba-na-yiki
     M.11777 (ARM 30, p. 334-335) : 31

ra-ba-anki
     ARM 21 11 : 12′ ; ARM 23 623 : 54

ra-ba!-anki
     ARM 7 180 : iii 5′

Commentaire général

Localité du district de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 192 : s.v. Rabān

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 116 : ville « dont le port est Ša Pahurim (“Le lieu du Rassemblement”) »

▸ D. Charpin, Mél. Fleury, 1992, p. 35 n. 17-18, 36 : p. 36 : dans l’alvéole de Mari

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 229 n. 18 : dans le district de Mari

RABBANATUM          zone : B

Nom(s) OB : Rabbanatum

Attestations

ra-ab-ba-na-timki
     ARM 22 121 : 6

Commentaire général

Ville du district de Saggaratum attestée par un seul texte de l’époque de Yahdun-Lim, ARM 22 121.

RABBATUM          zone : F

Nom(s) OB : Rabbatum

Attestations

ra-ab-ba-timki
     ARM 5 35 : 28

ra-ba-a-timki
     OBTR 66 : 11

ra-ba-tim
     OBTR 66 : 17

ra-ba-timki
     OBTR 66 : 15

Commentaire général

Rabbatum, située au sud du Djebel Sindjar et au nord-ouest d’Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111), était un lieu de production textile et la quatrième étape de la route reliant Aššur à Kaniš (= Kültepe), après Sadduwatum (1) (peut-être = Tall Saadiya Sharqi, n° HIGEOMES 410) et Razama (1) (peut-être = Tall al Hawa, n° HIGEOMES 59), selon l’hypothèse de Th. Sturm, UF 41, 2009.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, 1954, p. 132 : « dans le district de Karanâ ? »

▸ J. M. Sasson, UF 6, 1974, p. 396

▸ J.-R. Kupper, CRRAI 24, 1978, p. 122

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 192

▸ J. Sasson, JAOS 100, 1980, p. 454 : près de Karana (1)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 145 : s.v. Rabbātum ; il différencie Rabbatum et Ramatum mais ce sont probablement les mêmes

▸ Th. Sturm, UF 41, 2009, p. 649-657

RABBUM          zone : Z

Nom(s) OB : Rabbum

Attestations

ra-ab-ba-yi
     M.5012+ (Charpin & Durand MARI 4, p. 311-312) : 45

ra-ab-ba-yu
     ARM 1 6 : 9 ; ARM 4 6 : 5

ra-ab-bi-i
     Inédit [A.1088] : 5 ; ARM 23 241 : 2

ra-ab-bi-im
     RIME 4 6.8.2 : 73

ra-ab-bi-yu-um
     ARM 22 121 : 4

ra-ab-bu-ú
     FM 8 30 : 32

ra-ab-bu-ú-um
     M.13096 (Durand MARI 6, p. 46-47) : 4′

ra-bi-i
     ARM 7 211 : 17

ra-bi-im
     Inédit [M.7322] : 23

Commentaire général

Nom d’une tribu yaminite.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.-R. Kupper, Nomades, 1957, p. 49 sq.

▸ D. O. Edzard, ZZB, 1957, p. 106 sq.

▸ M. B. Rowton, JNES 32, 1973

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 192-193 : s.v. Rabbū : « Nomadenstamm, wohnhaft im Lande ⇨ Jamḫad, bei Aleppo : J.-R. Kupper, Nomades S. 53 »

▸ M. Anbar, Mél. Birot, 1985, p. 17-24

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 408 n. 148 : les Rabbéens nomadisaient entre les royaumes d’Alep et de Mari

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 83, 88-89 : p. 83 : Rabbéens ; p. 88-89 : « tribu rabbéenne nomadisant entre les royaumes d’Alep et de Haute-Mésopotamie »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 32, 41, 118 n. 359, 122, 146, 149, 202 n. 288 : p. 32 : une des tribus yaminites

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 83

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 122, 158, 159, 164, 166, 169, 173, 175, 185 : p. 122 : dans la région de l’Oronte ou entre le Liban et Saran ; p. 158 : une des 5 tribus yaminites

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 227, 228, 230 : p. 230 : toutes leurs villes se trouvent sur la rive droite de l’Euphrate

▸ N. Ziegler, CRRAI 46, 2004, p. 95, 100

▸ B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 160-202

RAHATUM          zone : E

Nom(s) OB : Rahatum

Identification : Abu Hait, Tall (Abū Ḥā'it, Tall)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
159

Attestations

ra-ha-timki
     A.3572 (Durand CRRAI 38, p. 114-115) : 10′ ; ARM 27 32 : 19′ ; ARM 27 37 : 13, 45 ; ARM 27 39 : 3′ ; ARM 27 109 : 18 ; ARM 27 115 : 11 ; FM 2 59 : 14

ra-ha-timki-ma
     ARM 27 108 : 16

ra-ha-tum
     ARM 27 14 : 26

Commentaire général

Rahatum est située sur la frontière méridionale du district de Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153). La localisation à Tall Abu Hait (n° HIGEOMES 159) a été proposée par J.‑M. Durand, BBVO 20 p. 52, après que l’ancienne localisation de Saggaratum à Tall Abu Hait a été abandonnée dans ce même article.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 194 : s.v. Raḫatum : « Bei ⇨ Qaṭṭunān. »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 114

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 100

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 337 : « à une journée de Qaṭṭunân en aval »

▸ B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 492 n. e : située sur le Habur, à proximité de Qaṭṭunan

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 238 n. c : « c’est la première ville se trouvant sur le chemin du retour de Qaṭṭunân à Saggarâtum »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 150 n. 210 : « localité par où l’on quitte la région de Qaṭṭunân pour aller vers celle de Saggaratum, donc à l’aval de Qaṭṭunân »

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 49-50, 52 : p. 49-50 : en l’aval de Qaṭṭunan. « C’est effectivement à Râhatum que commençait la province de Qaṭṭunân, en rive gauche, et à Bît Kapân, en rive droite, que terminait la province de Saggâratum » ; p. 52 : = Tall Abu Hait ?

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 14 : probablement Tall Abu Hait, « la limite méridionale du district de Qaṭṭunân », « à chercher plus ou moins en face de Bît-Kapân »

RAKNA          zone : F

Nom(s) OB : Rakna

Attestations

ra-ak-na-aki
     ARM 2 50 : 16′ ; ARM 26/2 522 : 9′ ; ARM 28 171 : 9 ; M.5581 (Durand & Ziegler BBVO 24, p. 54-59) : i 4

Commentaire général

Rakna est l’une des villes formant la frontière sud du royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ G. Goossens, RA 46, 1952, p. 150

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 195

▸ J. Sasson, JAOS 100, 1980, p. 454

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 476 : ville à la frontière du pays d’Asqur-Addu de Karana

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 264

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 145 : s.v. Raknā

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 236 : « ville frontière d’Asqur-Addu »

RAPIQUM          zone : B

Nom(s) OB : Rapiqum
Nom(s) MA : Rapiqu

Identification : Anbar, Tall (Anbār, Tall)
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
783

Attestations

ra-pí-qa-amki
     ARM 26/2 449 : 61 ; ARM 26/2 476 : 22 ; MEC C : 3 ⸢10′⸣

ra-pí-qa-u
     KTT 29 : 3 ; KTT 30 : 6

ra-pí-qa-yiki
     ARM 5 29 : 7, 12, 21 ; ARM 26/1 262 : 5 ; OBTCB 87 : 55

ra-pí-qa-yu-um
     ARM 26/2 504 : 8

ra-pí-qa-yuki
     FM 9 30 : 11′

ra-pí-qí-im
     A.2993+ (Michel Mél. Fleury, p. 127-130) : 38 ; ARM 28 178 : 2′

ra-pí-qí-im-maki
     ARM 26/2 503 : 25

ra-pí-qí-imki
     Inédit [A.4320] : 25 ; A.162 (Charpin MARI 8, p. 354) : 7, 9 ; A.1289+ (Charpin Mél. Garelli, p. 147-159) : iii 11 ; ARM 1 22 : 39 ; ARM 1 36 : 9, 33, 47 ; ARM 1 83 : 20 ; ARM 1 93 : 16, 18 ; ARM 2 34 : 13 ; ARM 5 59 : 16 ; ARM 23 94 : 2 ; ARM 26/1 37 : 12′ ; ARM 26/1 138 : 7 ; ARM 26/1 144 : 4′, 6′, 9′, 13′ ; ARM 26/1 260 : 27, 29, 31, 37 ; ARM 26/2 476 : 24 ; ARM 26/2 477 : 4′, 27′ ; ARM 26/2 503 : 23, 25 ; ARM 26/2 504 : 7, 10, [12], 14, 15 ; FM 8 43 : 8 ; FM 9 74 : 15, 16 ; M.6242 (Guichard RA 96, p. 110-116) : 15′ ; M.7930+ (Ziegler & Charpin Mél. Hunger, p. 69-71) : 19, 23

urura-pí-qí-imki
     AbB 7 152 : 4′

ra-pí-qí-imki-mi
     ARM 5 59 : 14

ra-pí-qí-yiki
     M.6242 (Guichard RA 96, p. 110-116) : 23′

ra-pí-qúki
     ARM 24 22 : 19′

ra-pi-qumki
     Inédit [A 7535] : 27

ra-pí-qumki
     AbB 2 158 : 9 ; AbB 3 58 : 7 ; AbB 7 152 : 6′, 11’ ; AbB 9 12 : 6, 11 ; AbB 11 127 : 4′ ; AbB 13 25 : 16, 18 ; AbB 14 203 : 11 ; ARM 28 6 : 29 ; BDHP 38 : 21 ; MHET 1 63 : 49

urura-pí-qumki
     
AbB 13 25 : 4

Commentaire général

Rapiqum était une des plus importantes villes fortifiées entre les royaumes de Babylone, d’Ešnunna et de Haute-Mésopotamie et est évoquée dans des noms d’année de plusieurs rois : Hammurabi de Babylone (an 11, « prise » du pays de Rapiqum ; an 42, construction des murailles) ; Ibal-pi-El II d’Ešnunna (an 8 ou 9 destruction de R.) ; une victoire sur les armées de cette ville parmi d’autres est mentionnée dans le nom de l’an 14 de Rim-Sin de Larsa. Sin-abušu aurait donné sa fille en mariage au roi de Rapiqum (cf. D. Charpin, OBO 160/4, p. 100). Une identification avec Tall Anbar (n° HIGEOMES 783) a été proposée par S. Cole et H. Gasche, MHEM 5/1, 1998, pour des raisons géographiques et archéologiques et trouve aujourd’hui un large consensus. Pour l’histoire de cette ville attestée depuis l’époque de la 3e dynastie d’Ur jusqu’au 1er millénaire, voir F. Joannès, RlA 11.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 193 : s.v. Rabiqum, Rapiqum : non identifié ; probablement dans les environs de Tall ar-Ramadi (n° HIGEOMES 100), rive est de l’Euphrate ; renvois bibliographiques : « A. Goetze, JCS 4, 96 mit Lit. und J. Brinkman, An.Or. 43, 127 mit Bibl., vgl. RGTC 2, 157. Zur wirtschaftlichen Bedeutung von R. s. W. F. Leemans, Trade 180f. – Für einen historischen Überblick der Mari-zeitlichen Texte vgl. M. Anbar, IOS 5, 2ff. »

▸ H. Gasche, MARI 4, 1985, p. 583 : « près de Falūğah »

▸ J.‑M. Durand, MARI 6, 1990, p. 274 : Chron. épon. C3 : 10′

▸ J.-R. Kupper, MARI 6, 1990, p. 342

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 128 : « aux portes de la Babylonie »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 103

▸ C. Michel, Mél. Fleury, 1992, p. 128

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 329-330, 333 : = Tall ar-Ramadi (n° HIGEOMES 100) ?

▸ C. Michel, Amurru 1, 1996, p. 390, 402-403, 419

▸ J.‑M. Durand & M. Guichard, Mém. Barrelet, 1997, p. 34

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 440

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 354

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 320

▸ S. W. Cole & H. Gasche, MHEM 5/1, 1998, p. 16 n. 65 : = Tall Anbar ; « A good candidate for Rāpiqum would be Tell Anbār » ; « Tell Anbār was occupied during the time of the First Dynasty of Babylon, which roughly coincides with the period of the first attestations of Rāpiqum »

▸ D. Charpin, Mél. Renger, 1999, p. 96, 100-106 : p. 96 : « la situation géographique de cette ville la mit au cœur des conflits qui opposèrent les royaumes d’Ekallâtum, d’Ešnunnna et de Babylone au XVIIIe siècle avant notre ère. » ; p. 100 : Hagalum, šakkanakkum de Rapiqum

▸ J. M. Sasson, Amurru 2, 2001, p. 332 n. 5 : « a town under Eshnunna’s control but at the frontier of Mari during the reign of Yasmakh-Addu »

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 80-81, 99, 131

▸ S. Parpola & M. Porter, Neo-Assyrian Atlas, 2001, p. 15 : = Tall Anbar

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 82, 85, 88-90, 89 n. 101, 110-111, 145-146, 182, 182 n. 87, 194, 202, 204, 247, 275 : p. 275 = Tall Anbar [identification retenue dans les cartes] ou Tall ar-Ramadi (n° HIGEOMES 100)

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 141, 156, 175, 192 : p. 175 : « centre de la Haute-Djéziré »

▸ N. Ziegler, CRRAI 46, 2004, p. 102

▸ F. Joannès, RlA 11, 2006-08, p. 243-244 : localisation à T. Anbar est la plus probable ; les « analyses concordent pour faire de R. l’endroit où l’Euphrate quitte sa vallée encaissée pour pénétrer dans la plaine alluviale. À haute époque, la présence de la terrasse de Fallūğa entraînait une division du fleuve en deux branches : la plus au nord longeait la bordure méridionale de la terrasse de basse-Ğazira, puis se dirigeait vers la dépression d’ʿAqar-Qūf ; la plus au sud coulait directement en direction de Sippar. R. était installée à proximité de l’endroit où les deux branches se séparaient, et sa vocation de port fluvial (…) en découle. »

RAPŠUM          zone : E, F

Nom(s) OB : Rapšum

Identification : Wadi Abu Fija
Degré de certitude :
2

Attestations

ra-ap-ši-im
     ARM 27 65 : 9, 11

Commentaire général

Nom ou qualificatif d’un wadi en rive gauche du Habur (1), peut-être le Wadi Abu Fija, selon une proposition de N. Ziegler, RA 105, 2011.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 132-133 : « structure géographique importante qui ne peut qu’être différente du hatqum, puisque par là on gagne en cachette Andarig », peut-être le « lit d’un grand oued qui permet de s’enfoncer vers l’est et de rejoindre les oueds qui descendent du Sindjar » ; n. 129 : « la structure est facilement identifiable à celle du grand oued de rive gauche un peu à l’amont de Tell Faghdami, qui a pour repère de passer au pied nord du Djebel Al‑Bujari »

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 55 : « Le Large » ; = le Wadi Rammel ? il doit « constituer l’amorce de la route (hatqum) qui mène depuis la vallée du Habur vers le Sindjar »

▸ J.‑M. Durand, StCh 1, 2010, p. 56 : structure géographique comme le cours d’un oued lorsqu’il conflue ; « il n’y a que deux structures dans la région qui pourraient être appelées du nom de rapšum, c’est le wadi Ramal et le wadi Abu Fijé »

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 9-10 : large wadi au nord de Tehran ; = Wadi Abu Fija

RAQQUM          zone : B, Z

Nom(s) OB : Raqqum

Attestations

ra-aq-qí-im
     ARM 21 414 : 2, 6 ; ARM 22 230 : 6 ; ARM 23 596 : ii 8′ ; FM 4 51 : 3

ra-aq-qi-imki
     ARM 3 77 : 7

ra-aq-qí-imki
     Inédit [A.2959] : 12 ; ARM 18 17 : 19 ; ARM 22 262 : i 19, i 25, i 50 ; ARM 23 593 : 2 ; ARM 27 10 : 9 ; M.5499 (Charpin MARI 6, p. 268) : 6

ra-aq-qí-timki
     ARM 22 262 : i 40, i 55

ra-aq-qí-tumki
     ARM 22 262 : i 35 ; ARM 23 80 : 2

ra-aq-qíki
     ARM 21 412 : 4

ra-aq-qumki
     ARM 23 428 : 31

ra-qí-ia-tum
     ARM 12 265 : 5

ra-qí-imki
     ARM 9 184 : 4

Commentaire général

Cette ville du district de Terqa (1) doit être cherchée sur la rive droite de l’Euphrate. À l’époque de Zimri-Lim, sa population appartenait à la tribu yaminite des Uprapum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 195 : s.v. Raqqum

▸ D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 267

▸ P. Villard, MARI 7, 1993, p. 319

▸ D. Lacambre, Mém. Barrelet, 1997, p. 110-111

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 194-195, 247

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 164, 169

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 227, 231, 232 : p. 227 : ville uprapum ; rive droite de l’Euphrate, district de Terqa (1)

RASATUM          zone : E

Nom(s) OB : Rasatum

Attestations

ra-sa-a-timki
     ARM 23 504 : 15

Commentaire général

Localité située à proximité de Šuna, Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92) et Šinah.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 145 : s.v. Rasātum

RASAYYUM          zone : B

Nom(s) OB : Rasayyum

Attestations

ra-sa-i-imki
     ARM 22 262 : i 9

ra-sa-yu-umki
     Inédit [M.7168] : 4

ra-sa-yuki
     ARM 23 428 : 32

Commentaire général

Localité du district de Terqa (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 195 : s.v. Rasajum

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 122, 124 : p. 124 : A.454 ; ville dans le district de Terqa (1)

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 169

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 227, 228, 231, 232 : p. 227 : ville Uprapum ; rive droite de l’Euphrate, district de Terqa (1) ; p. 228 : au bord du canal Išim-Yahdun-Lim

RAṢUM (1-4)

Attestations

ra-ṣa-a-yuki
     Guichard BBVO 20 5 : 12′

ra-ṣe-e-em
     ARM 26/2 502 : 3

ra-ṣe-e-emki
     FM 10 61 : 6

ra-ṣé-e-emki
     ARM 7 115 : 8 ; ARM 7 116 : 7 ; ARM 7 122 : 10 ; ARM 7 201 : 1′ ; ARM 23 570 : 6 ; ARM 26/1 40 : 22 ; Guichard BBVO 20 5 : 11′

ra-ṣé-em
     ARM 25 120 : 3

ra-ṣe-emki
     M.15242 (Charpin ARM 26/2, p. 209 n. 10) : 7

ra-ṣé-emki
     ARM 23 569 : 6 ; ARM 26/2 417 : [2′], 5′ ; ARM 26/2 511 : 8 ; FM 11 173 : ⸢21⸣

ra-ṣí-iki
     ARM 7 136 : 1

ra-ṣú-úki
     ARM 26/2 342 : 23

RAṢUM (2)          zone : F

Nom(s) OB : Raṣum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité située au sud du Djebel Sindjar. À distinguer de Raṣum (1), en Babylonie, de Raṣum (3), dans la vallée du Tigre, et (4), dans le Yapṭurum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 196 : s.v. Rasêm ; ne distingue pas les différents homonymes

▸ J.‑M. Durand, ARM 26/1, 1988, p. 178

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 476-477 : lieu de rencontre entre Hammurabi de Kurda et Išme-Dagan d’Ekallatum selon ARM 26/2 417 et 511 ; ARM 23 569 et 570 spécifient qu’il existe une Raṣum du Yamutbal à distinguer de son homonyme de la vallée du Tigre ; la lettre de Buqaqum ARM 26/2 502 = ARM 10 158+ pourrait faire allusion à cette même Raṣum du Yamutbal

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 331 et 336

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 146 : s.v. Raṣūm [1] est distingué de Raṣūm [2] du Yamutbal ; avec bibliographie

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 268 n. 253

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : « Au sud du Sindjar, sur la route entre la vallée du Habur et Andarig, explicitement désignée comme Raṣum ša Yamutbal en ARM XXIII 569 : 6 // 570 : 6 ; cf. M.15242, cité dans ARM XXVI/2, p. 209 n. 10. »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 132, 135, 188, 195 : p. 132 : grande ville sur le hatqum ; Raṣum dite « du Yamutbal », « elle devait donc marquer l’entrée au royaume d’Andarig » ; p. 135 : débouché du hatqum sur les terres yamutbaléennes ; p. 195 : correspond à la Raṣappu au 1er millénaire ; « un nœud si important de communications au sud-ouest du Sindjar commandant les routes du Sindjar Sud, vers Ṭâbete et le Habur ou vers la Djéziré de l’ouest (…) »

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 97 : ville sur la grande route de passage des moutons sim'alites ; = Raṣappa néo-assyrienne selon la proposition de J.‑M. Durand, CRRAI 46 ; à trois jours de Tadum

RAṢUM (3)          zone : G

Nom(s) OB : Raṣum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ville située dans la vallée du Tigre, pillée en même temps que Hatna selon la lettre ARM 26/2 342. À distinguer de Raṣum (1), en Babylonie, et de Raṣum (2), au sud du Djebel Sindjar, et (4), dans le Yapṭurum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 476

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 146 : s.v. Raṣūm [1] ; ne connaît pas de Raṣum des bords du Tigre ; bibliographie quasi identique pour Raṣum [1] et Raṣum [3]

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 268 n. 253

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : « Proche de Hatnum-des-bords-du-Tigre (cf. ARM XXVI/2 342 : 23). C’est là qu’Išme-Dagan et Hammu-rabi de Kurdâ se rencontrèrent à la fin de l’an 11 de Zimrî-Lîm (ZL 10’) d’après ARM XXVI/2 417 et 511 (B. Lafont, ARM XXVI/2, p. 476). »

RAṢUM (4)          zone : E

Nom(s) OB : Raṣum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité située dans le Yapṭurum (1). À distinguer de Raṣum (1), en Babylonie, et de Raṣum (2), au sud du Djebel Sindjar, et (3), dans la vallée du Tigre.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 90 : village du Yapṭurum (1)

RATAMAN          zone : F

Nom(s) OB : Rataman

Attestations

ra-ta-ma-an
     OBTR 319 : 11

ra-ta-ma-anki
     OBTR 244 : ii 27′

Commentaire général

Ce toponyme est uniquement attesté par deux textes administratifs des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). La ville de Rataman doit probablement être cherchée dans les environs de Zamiyatum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 196 : Ratamān

RATAṢPATUM          zone : E

Nom(s) OB : Rataṣpatum

Attestations

ra-ta-aṣ-pa-timki
     ARM 27 68 : 11, 12 ; Charpin MARI 7 8 : 20

Commentaire général

Localité située sur une route menant à Ṭabatum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Falkner, AfO 18, 1957-58, p. 9

▸ A. Marzal, JNES 30, 1971, p. 190

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 196 : s.v. Rataspatum

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 444 : étymologie ; dans l’Ida-Maraṣ

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 146 : s.v. Rataspatum

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 135 : pas sûr que ce soit une localité de l’Ida-Maraṣ, plutôt au sud du Kawkab, à proximité du Habur, débouché du hatqum sur les terres mariotes

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 55 : « sert de poste donnant accès au hatqum qui longe le piedmont du Sindjar »

RAZAMA (1-3)

Attestations

ra-za-ma
     APM 6435 (Soldt & Stol JEOL 25, p. 45-46) : 11 ; ARM 7 260 : 1 ; M.5431 (Joannès CRRAI 38, p. 185-187) : 27 ; UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : iv 11′

ra-za-maki
     Inédit [A.3194] : 35 ; AbB 4 118 : 5 ; ARM 26/2 404 : 90 ; ARM 26/2 415 : 10 ; ARM 26/2 522 : [24′] ; ARM 27 72-bis : 33′ ; M.5431 (Joannès CRRAI 38, p. 185-187) : 28 ; PIHANS 117 138 : 13, 17 ; Vincente Leilan 68 : 5

urura-za-maki
     Vincente Leilan 52 : 8

ra-za-ma-a-maki
     ARM 4 68 : 25

ra-za-ma-a-yu-um
     ARM 27 133 : 6

ra-za-ma-aki
     Inédit [A.3292] ; Inédit [A.4015] : 18 ; Inédit [A.4197] : 14 ; A.472+ (Charpin MARI 7) : 8 ; A.649 (Charpin & Durand RA 81, p. 132-133) : 41 ; A.3532 (ARM 32, p. 370) : 2 ; ARM 1 55 : 6 ; ARM 1 109 : 8 ; ARM 2 18 : 7 ; ARM 2 50 : 6′, 10′, 15′ ; ARM 2 78 : 8, 16 ; ARM 5 67 : 30 ; ARM 6 51 : 9, 29, 30 ; ARM 6 52 : 10, 28, 29 ; ARM 6 54 : 15, 17 ; ARM 6 65 : 6, 8 ; ARM 7 104 : i [5′], iii 13 ; ARM 7 167 : 4 ; ARM 7 207 : 13′ ; ARM 9 149 : 10 ; ARM 9 150 : 10 ; ARM 14 103 : 8 ; ARM 14 106 : 14′ ; ARM 18 63 : 9 ; ARM 21 364 : ⸢7⸣ ; ARM 22 181 : ⸢4⸣ ; ARM 22 253 : 7 ; ARM 22 261 : 15 ; ARM 22 341 : 5′ ; ARM 23 545 : 13 ; ARM 24 50 : 13 ; ARM 25 132 : 4 ; ARM 26/2 318 : 8 ; ARM 26/2 365-bis : 4 ; ARM 26/2 382 : 2′ ; ARM 26/2 390 : 7′, 16′ ; ARM 26/2 391 : [6] ; ARM 26/2 411 : 34, 38 ; ARM 26/2 423 : 15 ; ARM 26/2 513 : 5 ; ARM 26/2 515 : 35 ; ARM 26/2 519 : 27 ; ARM 26/2 521 : 6 ; ARM 26/2 524 : 5, 13, 23, 24 ; ARM 27 89 : 24, 25 ; ARM 27 132 : 5, 8 ; ARM 27 133 : 18, 21 ; ARM 27 168 : 6 ; ARM 28 136 : 8 ; ARM 28 171 : 7 ; ARM 31 86 : 9 ; ARM 31 105 : 7 ; ARM 31 133 : 11, 53 ; FM 6 9 : 8′ ; FM 7 25 : 13 ; FM 11 46 : 14′ ; FM 11 49 : 3 ; M.9067 (ARM 32, p. 242-243) : 4 ; M.10543 (ARM 32, p. 344-345) : 35 ; M.10743 (Guichard Semitica 54, p. 20-23) : 5 ; M.11660 (ARM 30, p. 203) : 7 ; M.15115 (ARM 30, p. 524-525) : 10′ ; OBTR 44 : 10 ; OBTR 277 : 5 ; PIHANS 117 156 : 3, 24 ; PIHANS 117 LT 2 : d 2′ ; RIME 4 26.1.1 : 5

ra-za-ma-a-yiki
     ARM 27 92 : 5

ra-za-ma-iki
     ARM 14 105 : 6, 10 ; ARM 26/2 413 : 49

ra-za-ma-yi
     ARM 26/2 409 : 59

ra-za-ma-yiki
     ARM 26/2 409 : 56 ; ARM 26/2 411 : 76 ; ARM 27 80 : 33

ra-za-ma-yu
     ARM 23 243 : 11

ra-za-ma-yu-ú
     ARM 26/2 409 : 63

ra-za-ma-yuki
     ARM 23 243 : 10 ; FM 2 112 : 16

RAZAMA (1)          zone : F

Nom(s) OB : Razama

Identification : Hawa, Tall al‑ (Hawā, Tall al‑)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
59

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Cette ville, parfois dénommée Razama « du Yussan », est à distinguer de Razama (2) dite « du Yamutbal » (probablement = Tall Abta, n° HIGEOMES 908) et de Razama (3) dans le royaume de Larsa. Une localisation à Tall al‑Hawa (n° HIGEOMES 59) a été proposée par F. Joannès. Sur ce site a été trouvée une tablette paléo-babylonienne qui ne mentionne certes pas Razama mais deux autres toponymes, Hadna et Šuruzum. Cela favorise l’identification de Tall al‑Hawa avec un centre administratif et politique important.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 197 : mélange Razama (1) et (2) mais distingue 2 Razama, l’une de Haute-Mésopotamie, l’autre de la région de Larsa : « In altbabylonischer Zeit sind 2 R. bekannt. R. (1), durch ARM 2, 18 als zum Lande ⇨ Jamutbal ausgewiesen, wird in den Mari-Texten mit ⇨ Andariq, ⇨ Kurdā verknüpft, und andererseits mit ⇨ Burullum und Ḫaburatum ö des Tigris. Dieses R. könnte das R. sein, in dem Šarrum-kīma-kālima einen palast baute (Rimāḥ Nr. 277), vgl. S. Dalley, Rimāḥ, S. 34. – R. (2) wird im aB Itinerar drei Stationen nach Babylon und eine Station vor Larsa erwähnt. Dieses R. liegt wohl in den beiden aus Larsa stammenden Texten TCL 11, 250 und AbB 4, 118 vor. »

▸ P. Villard, ARM 23, 1984, p. 505 : distinction entre Razama (1) et (2)

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, RA 81, 1987, p. 129 n. 8 : distinction entre Razama (1) et (2)

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477 : la documentation de Mari connaît deux R. « 1) celle assiègée en ZL 9′ par Atamrum allié aux Ešnunnéens et aux Elamites (…). Cette Razamâ est celle du “nord”, celle dont Šarraya fut roi et dont Zimri-Addu s’inquiétait de la chute qui risquait de livrer tout l’Ida-Maraṣ aux mains d’Atamrum (M. Birot, RA 72, 1978, p. 185-186). »

▸ F. Joannès, Dossiers d’Archéologie 155, 1990, p. 45 : = Tall al‑Hawa ?

▸ A. George, Iraq 52, 1990, p. 41-42 : texte IM 113547 mentionnant Hadnum et Šuruzum trouvé à Tall al‑Hawa « there can be no suggestion on the available evidence that Tell al‑Hawa was called Shuruzi(m) –or, for that matter, Hadnum– in the early second millennium, but the presence in this document of the two toponyms does at least confirm the site as being in the orbit of the known centres. »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 146-148 : s.v. Razamā (1) ; « Hauptstadt des Landes Iassan ; =? Razamā ša Uḫakim ; ≠ Razama (2), (3) et (4) »

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 174 : « ville de Haute-Djezire orientale »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 22

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : Razama (1) du Yussan, peut-être Tall al‑Hawa

▸ J. Eidem, OBO 160/5, 2008, p. 294 : Hazib-Teššub roi de Razama à l’époque des archives de Tall Leilan ; traité LT 2

▸ R. Koliński, Topoi 12, 2014, p. 14

RAZAMA (2)          zone : F

Nom(s) OB : Razama

Identification : Abta, Tall (‘Abṭa, Tall)
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
908

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Cette ville, parfois dénommée Razama « du Yamutbal » (cf. ARM 2 18 : 7), se situe au sud-est du Djebel Sindjar. Une identification avec Tall Abta (n° HIGEOMES 908) semble probable. À distinguer de Razama (1) dite « du Yussan » (peut-être = Tall al‑Hawa, n° HIGEOMES 59) et de Razama (3) dans le royaume de Larsa. Šarrum-kima-kalima avait bâti un palais dans cette ville, selon une inscription trouvée à Tall Rimah (n° HIGEOMES 101).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 196-197 : distingue 2 Razama mais mélange Razama (1) et (2) ; s.v. Razamā [1] ; « In altbabylonischer Zeit sind 2 R. bekannt. R. (1), durch ARM 2, 18 als zum Lande ⇨ Jamutbal ausgewiesen, wird in den Mari-Texten mit ⇨ Andariq, ⇨ Kurdā verknüpft, und andererseits mit ⇨ Burullum und Ḫaburatum ö des Tigris. Dieses R. könnte das R. sein, in dem Šarrum-kīma-kālima einen Palast baute (Rimāḥ Nr. 277), vgl. S. Dalley, Rimāḥ, S. 34. – R. (2) wird im aB Itinerar drei Stationen nach Babylon und eine Station vor Larsa erwähnt. Dieses R. liegt wohl in den beiden aus Larsa stammenden Texten TCL 11, 250 und AbB 4, 118 vor. »

▸ P. Villard, ARM 23, 1984, p. 505 : distinction entre Razama (1) et (2)

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, RA 81, 1987, p. 129 n. 8 : distinction entre Razama (1) et (2)

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, RA 81, 1987, p. 129 n. 8 : distinction des deux Razama dans la documentation de Mari

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477 : distingue deux Razama dans la documentation de Mari ; celle du sud « située entre les villes d’Ekallâtum, Karanâ et Andarig (…) cette seconde Razamâ était située au sud de Tell al‑Rimâh, sans doute autour du wadi Tharthar (région de Tell Abta, Tell Sifr, Tell Galaa). »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 146 : s.v. Razamā [1] est cité Razamā [2] du Yamutbal ; avec bibliographie

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 255-256 : « à chercher au sud du Sindjar, dans la région du Haut-Tharthar. Tell Abta est un bon candidat pour cette ville. Elle semble historiquement indépendante du territoire revendiqué par Ekallâtum. (…) Šarrum-kîma-kalima (…) semble avoir été un vassal de Hadnu-rabi. (…) »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : « Razamâ-du-Yamutbal, au sud-est du Sindjar, peut-être Tell Abta »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 137

RUBBAN          zone : B

Nom(s) OB : Rubban

Attestations

ru-ub-bé-en
     ARM 26/1 232 : 5

Commentaire général

Localité du royaume de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 197 : s.v. Rubbên, n’exclut pas qu’il s’agisse d’un nom propre

▸ J.‑M. Durand, ARM 26/1, 1988

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 494

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 229, 232 : p. 229 : dans le district de Saggaratum, cité en relation avec Ganibatum (ARM 26/1 232) et dans une liste inédite énumérant des localités yaminites (M.8060)

RUHA          zone : F

Nom(s) OB : Ruha

Attestations

ru-ha-aki
     OBTR 245 : i 9

Commentaire général

Ce toponyme est uniquement attesté par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101). La localité de Ruha est peut-être à chercher dans les environs d’Arhinanum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 197 : s.v. Ruḫā

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 148 : s.v. Ruḫā

SABAYA          zone : E

Nom(s) OB : Sabaya

Attestations

sa-ab-a-yuki
     Inédit [M.12307]

sa-ba-a-iaki
     ARM 28 99 : 10

sa-ba-aki
     ARM 28 109 : 15

Commentaire général

Localité située à proximité de Hiṣṣuratum dans le pays de Sumum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 149 : s.v. Sabā

SABBANUM          zone : E

Nom(s) OB : Sabbanum

Attestations

urusa-ab-ba-nimki
     PIHANS 117 116 : 5 ; PIHANS 117 130 : 8

sa-ab-ba-nimki
     Inédit [A.3131] : 40′ ; M.15083+ (Durand MARI 5, p. 621-622) : 7 ; OBTCB 87 : 54, 61

sa-ba-nimki
     PIHANS 117 101 : 17

Commentaire général

Ville située à proximité d’Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 198

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 318 : « lieu-dit mentionné dans les archives de Chagar-Bazar, ce qui en indique en gros la situation » ; « nord-ouest de la Haute-Djéziré »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 149 : s.v. Sabbanum

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 116

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 132

SABUM (1)          zone : F

Nom(s) OB : Sabum

Attestations

urusa-bi-imki
     OBTR 305 : 7 ; PIHANS 117 11 : 9

Commentaire général

Ville documentée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), située à proximité de Zunnanum. À distinguer de Sabum (2), en Babylonie.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 198 : s.v. Sabum ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ J. Eidem, RA 85, 1991, p. 131-132

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 149 : s.v. Sabum [1] ; ≠ Sabum [2] (« Babylonien »)

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : près de Tall Rimah

SADDUWATUM (1-2)

Attestations

sa-ad-du-wa-tim
     Inédit [A.2132]

sa-ad-du-wa-timki
     ARM 26/2 527 : 22

sa-an-du-wa-timki
     Inédit [A.4197] : 13 ; ARM 5 43 : 16

urusa-an-du-wa-a-timki
     PIHANS 117 7 : 8

sa-du-wa-timki
     A.3885 (Guichard & Ziegler Mél. Larsen, p. 233-235) : 7′

SADDUWATUM (1)          zone : F

Nom(s) OB : Sadduwatum ; Sanduwatum

Identification : Saadiya Sharqi, Tall
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
410

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Sadduwatum est la première étape des marchands assyriens vers la Cappadoce. Elle appartint au royaume d’Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) avant d’être cédée à Asqur-Addu, le roi de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Sadduwatum (2), à l’est du Tigre. L’identification avec Tall Sadiya Sharqi avait été proposée par D. Oates pour des raisons géographiques et phonétiques.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Oates, Studies, 1969, p. 35 : = Saadiya Sharqi, Tall ; route des marchands assyriens : « The first part of the road must have run north-westwards between Jebel Makhul and Jebel Najma. (…) On the west bank [of the Tharthar] some 44 km. north-west of Aššur, is a mound 10-15 m. high with, at its foot, a scatter of surface pottery suggesting an area of occupation about 200 m. accross, and ranging in date from the prehistoric period to the second millennium. The name of the mound, Tell es-Sadiya, suggests a possible identification with Saduatum, but against this it must be noted that Sanduwātum of the Mari letters, which as Goetze points out must be the same site, was a fortified town [ARM 5 43]. (…) Tell-es-Sadiya hardly seems large enough for this purpose, unless it is bigger than it appears ; The indented slope of the wadi makes it difficult to distinguish between natural and artificial features. »

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 202 : s.v. Sanduwatum : « Vgl. mit zusammenfassender Lit. M. Falkner, AfO 18, 24f. S. A. Goetze, JCS 7, 65f. = aA Sadduatum und somit nahe am Tigris, eine Station nach Assur ; vgl. P. Garelli, Assyriens S. 84. D. Oates, Studies, S. 35 Anm. 3 hält die Identifizierung von S. mit ”Tall Sadiya”, 44 km nw von Aššur für möglich. »

▸ D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 (lu par l’auteur : Sanduwatum)

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477 : « une localisation [scil. à Tall Saadiya Sharqi] s’accorderait assez bien avec le fait que, après la défaite d’Išme-Dagan en ZL 11′, Asqur-Addu (Karanâ) et Atamrum (Andarig) peuvent régler entre eux le sort de cette ville (elle semble en effet équidistante de Karanâ et d’Andarig : cf. [ARM 26/2] 527. »

▸ Kh. Nashef, RGTC 4, 1991, p. 95 : s.v. Sadduwatum, première étape des marchands assyriens sur la route principale de Kaniš

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 149 : s.v. Sadduwatum ; ne connaît qu’une localité de ce nom

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 260 n. 230 : Tall Saadiya Sharqi ; il existe aussi une ville homonyme dans la région de Mossoul

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : « = Tell es-Sadiya, à ca. 45 km au nord-ouest d’Aššur : ARM XXVI/2 527 ; cf. B. Lafont, ARM XXVI/2, p. 477. »

SADUM          zone : W

Commentaire général

Sadum n’existe pas. La lecture d’ARM 5 67 : 32 i-na t[a-b]a-i-maki (G. Dossin, ed. princeps) corrigé en s[a-d]i-i-maki (J.‑M. Durand, MARI 5, 1987) a été abandonnée ensuite par J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 216-217 : au nord-est du Djebel Sindjar ; nouvelle lecture du toponyme : sa-di-i-maki ; lecture pas assurée ; ≠ Tadum; (la lecture a été corrigée par l’auteur dans LAPO 17, 1998, p. 672 n. 166)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 672 n. 166 : corrige la lecture d’ARM 5 67 en i-na-a[d?]-di-i ma-ki wa-š[i]-ib

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 149 : s.v. Sadīma

SAGARADA          zone : W

Commentaire général

L’attestation du toponyme dans OBTR 14 : 18 doit probablement être corrigée en sa-pí*-ra-daki, retrouvant ainsi la ville de Sapiratum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 198 : s.v. Sagarada

SAGGAR          zone : F

Nom(s) OB : Saggar

Identification : Djebel Sindjar
Degré de certitude :
3

Attestation

dSAGGAR₂
     Inédit [A.638] : [48] ; A.2119 (Charpin Mémoires de NABU 2, p. 98-99) : 11 ; ARM 4 42 : 18 ; ARM 26/1 180 : 11, 13, 32 ; ARM 26/2 404 : 6 ; ARM 26/2 410 : 8′ ; ARM 26/2 433 : 33 ; OBTR 112 : 5 ; PIHANS 117 18 : 26 ; RIME 4 6.12.1 : 8′

Commentaire général

Nom ancien du Djebel Sindjar, qui a gardé son nom depuis l’Antiquité. La chaîne montagneuse du Sindjar est composée de trois ensembles distincts : le Djebel Ishkaft, voir Zara, à l’est du Sindjar, et le Djebel Djeribe, voir Murdi, à l’ouest, la partie centrale étant formée par le Djebel Sindjar à proprement parler. Le nom antique Saggar pourrait aussi bien s’appliquer à la chaîne montagneuse dans son ensemble qu’au Djebel Sindjar uniquement.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Stol, Trees, 1979, p. 75-76 : dHAR = dSAGGAR

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 91 : s.v. ḪAR

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 112 n. 37 : « la Barrière » ; = Djebel Sindjar

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 110

▸ F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 1 : « la chaîne du Sinjar, dans laquelle il faut distinguer trois ensembles s’étendant d’ouest en est : le Djebel Jéribé, le Djebel Sinjar proprement dit, et le Djebel Ishkaft. Dans l’antiquité, au IIe millénaire av. J.-C., ces trois ensembles portaient le nom de Murdi, Saggar (d’où est dérivé directement le nom du Sinjar), et Zara. »

▸ D. Cadelli, Mém. Birot, 1994, p. 165 : Saggar correspond à la partie centrale du Djebel Sindjar

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 349 : montagne ; = Djebel Sindjar, un des trois alignements composant la chaîne

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 150 : s.v. dSAGGAR₂ ; montagne ; avec bibliographie antérieure

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 8, 174 : = Djebel Sindjar (lu par l’auteur : Šaggar)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 38, 65

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 138 : = Djebel Sindjar

▸ M. Guichard, OBO 250, 2011, p. 39 : nom antique du Djebel Sindjar

SAGGARATUM          zone : B, E

Nom(s) OB : Saggaratum
Nom(s) MA : Sangaritu

Attestations

dSAGGAR₂-a-timki
     ARM 23 83 : 2

sa-ag-ga-ra-timki
     ARM 24 35 : 3 ; ARM 26/1 54 : 35 ; MEC G? : 1 ⸢7′⸣

sa-an-ga-ra-timki
     ARM 4 5 : 8

sa-an-ka-ar-timki
     ARM 28 90 : 14

sa-ga-ra-ta-am
     FM 8 26 : 17

sa-ga-ra-ta-yiki
     ARM 23 339 : 4

sa-ga-ra-tim
     Inédit [A.830] : 12′ ; Wilcke RA 73, p. 41-46 : TL. ii 3 ; A.649 (Charpin & Durand RA 81, p. 132-133) : 50 ; ARM 3 82 : 8 ; ARM 14 77 : 22 ; ARM 21 143 : 7 ; ARM 26/1 5 : 53 ; ARM 26/1 7 : 11 ; ARM 26/1 88 : 29 ; ARM 27 50 : 13 ; Charpin Mél. Veenhof 2 : 4 ; FM 8 12 : 11′, 16′ ; FM 8 22 : [16], 17 ; M.6459 (Durand MARI 4, p. 411) : 19 ; M.10682 (ARM 30, p. 217) : 3 ; M.11602 (ARM 30, p. 401-402) : 15

sa-ga-ra-tim-maki
     A.2432 (Dossin RA 66, p. 127) : 13 ; FM 2 46 : 12

sa-ga-ra-timki
     Inédit [M.6427] : 21 ; Wilcke RA 73, p. 41-46 : [iv 7], v 25 ; A.71 (Dossin RA 35, p. 185) : 5 ; A.472+ (Charpin MARI 7) : 63 ; A.649 (Charpin & Durand RA 81, p. 132-133) : 51, 54, 62, 65 ; A.670 (Charpin MARI 5, p. 600-601) : 9 ; A.868 (Arkhipov CRRAI 53/1, p. 412-413) : 26 ; A.1220+ (Birot MARI 1, p. 149-150) : 16 ; A.2432 (Dossin RA 66, p. 127) : 10 ; A.3413 (ARM 32, p. 358-359) : 31, 45 ; A.3485 (ARM 32, p. 375) : 6 ; A.3572 (Durand CRRAI 38, p. 114-115) : 11′ ; A.3769 (ARM 26/1, p. 231) : 4, 7 ; A.3937 (Villard MARI 6, p. 576-578) : 7′, 8′ ; A.4162 (ARM 26/1, p. 520) : 8 ; A.4280 (Charpin CRRAI 46, p. 90-94) : 35 ; ARM 1 7 : 24, 25 ; ARM 1 26 : 23 ; ARM 1 43 : 24 ; ARM 1 64 : 10 ; ARM 2 1 : 30 ; ARM 2 18 : 24, 30 ; ARM 2 101 : 5, 10, 26 ; ARM 2 136 : 5 ; ARM 2 140 : 23 ; ARM 3 5 : 17 ; ARM 3 17 : 9 ; ARM 5 27 : 9, 11 ; ARM 5 86 : 11′ ; ARM 6 44 : 3 ; ARM 6 65 : 8′, 10′ ; ARM 7 190 : 6 ; ARM 7 196 : ⸢6′⸣, ⸢7′⸣ ; ARM 7 238 : 8 ; ARM 7 277 : v′ 4 ; ARM 9 280 : 3′ ; ARM 10 59 : 7 ; ARM 10 87 : 10 ; ARM 10 152 : 2′, ⸢16′⸣, [21′] ; ARM 13 51 : 5, 7 ; ARM 13 102 : 12 ; ARM 13 105 : 13 ; ARM 13 127 : 25 ; ARM 14 8 : 6 ; ARM 14 10 : 10 ; ARM 14 11 : 14 ; ARM 14 12 : 6 ; ARM 14 18 : 11 ; ARM 14 19 : 9, ⸢18⸣ ; ARM 14 20 : 15 ; ARM 14 31 : 10 ; ARM 14 33 : 10 ; ARM 14 35 : 21 ; ARM 14 41 : 17 ; ARM 14 42 : 21, 34, 35 ; ARM 14 47 : 22 ; ARM 14 48 : 30 ; ARM 14 51 : 39 ; ARM 14 53 : 9 ; ARM 14 54 : 11, 18 ; ARM 14 56 : 5, 7 ; ARM 14 61 : 6 ; ARM 14 65 : 4 ; ARM 14 69 : 5, 12 ; ARM 14 70 : 5, 6, 18′ ; ARM 14 76 : 7 ; ARM 14 81 : 18 ; ARM 14 82 : 6 ; ARM 14 93 : 19 ; ARM 14 96 : 12 ; ARM 14 97 : 9 ; ARM 14 98 : 14 ; ARM 14 99 : 20 ; ARM 14 100 : 8 ; ARM 14 101 : 7 ; ARM 14 102 : 11, 26 ; ARM 14 108 : 12 ; ARM 14 109 : 8 ; ARM 14 110 : 11 ; ARM 14 112 : 15 ; ARM 14 114 : 10 ; ARM 14 115 : 7 ; ARM 14 116 : 17 ; ARM 14 118 : 9 ; ARM 14 119 : 15 ; ARM 14 120 : 9 ; ARM 14 121 : 30, 32 ; ARM 14 123 : 14 ; ARM 14 125 : 8 ; ARM 14 126 : 15 ; ARM 14 128 : 7 ; ARM 14 129 : 11 ; ARM 18 8 : 20 ; ARM 21 149 : 8 ; ARM 21 272 : 6 ; ARM 21 423 : 5 ; ARM 22 104 : R. ; ARM 22 105 : 33 ; ARM 22 106 : 32 ; ARM 22 109 : 1′ ; ARM 22 125 : 4 ; ARM 22 127 : 12 ; ARM 22 276 : i 26 ; ARM 22 300 : 7 ; ARM 22 303 : 18 ; ARM 23 69 : [1] ; ARM 23 102 : 2 ; ARM 23 227 : 3 ; ARM 23 400 : 4 ; ARM 23 427 : iv 28′, iv 49′ ; ARM 23 428 : 8, 17, 24, 29 ; ARM 23 430 : 3 ; ARM 23 439 : 16 ; ARM 23 596 : ii 25′ ; ARM 24 1 : 10 ; ARM 24 50 : 3, 4, 19 ; ARM 24 182 : 7 ; ARM 24 233 : i 34 ; ARM 24 243 : 3′ ; ARM 25 246 : 3 ; ARM 25 744 : ⸢5⸣ ; ARM 25 783 : 9, 12 ; ARM 26/1 5 : 17, 56 ; ARM 26/1 15 : 6′ ; ARM 26/1 17 : 29 ; ARM 26/1 27 : 43 ; ARM 26/1 28 : 17, 22 ; ARM 26/1 56 : 20 ; ARM 26/1 85 : 25 ; ARM 26/1 88 : 17, 19 ; ARM 26/1 119 : 14, 15 ; ARM 26/1 151 : 14 ; ARM 26/1 158 : 6 ; ARM 26/1 173 : 15 ; ARM 26/1 183 : 7 ; ARM 26/1 199 : 7, 33 ; ARM 26/1 206 : 15 ; ARM 26/1 233 : 10 ; ARM 26/1 235 : 12 ; ARM 26/1 242 : 5, 10, 17 ; ARM 26/2 398 : 10, 15 ; ARM 26/2 404 : 81 ; ARM 26/2 420 : 29 ; ARM 27 71 : 40 ; ARM 27 92 : 6, 5′ ; ARM 27 116 : 31 ; ARM 27 118 : 26′ ; ARM 27 129 : 7 ; ARM 27 132 : 34 ; ARM 30 p. 371-372 : 6 ; ARM 30 p. 448-449 : 5 ; ARM 31 174 : 16 ; ARM 31 192 : ⸢9′⸣ ; ARM 31 205 : 8 ; ARM 31 206 : 6 ; ARM 31 222 : 5 ; Bonechi & Catagnoti MARI 8 1 : 9 ; Bottéro RA 52 311 : 9′ ; Charpin Mél. Veenhof 1 : 3 ; FM 2 10 : [4], 10, [40] ; FM 2 23 : 12 ; FM 2 25 : 6 ; FM 2 46 : 9 ; FM 2 106 : 7 ; FM 2 130 : 21 ; FM 3 7 : v 17 ; FM 3 10 : iv 11′ ; FM 4 56 : 14 ; FM 6 53 : 6, 15 ; FM 7 43 : 6 ; FM 8 20 : 23 ; FM 9 12 : 7, 14 ; FM 10 1 : 6 ; FM 10 54 : 7 ; FM 11 84 : 4 ; FM 11 103 : 4 ; FM 11 112 : 15, 19 ; FM 11 118 : 6 ; FM 11 119 : 5 ; FM 11 138 : 6 ; FM 11 162 : 6′ ; FM 11 169 : ⸢8⸣ ; M.5148+ (Durand Mél. Kupper, p. 156-157) : 15 ; M.5888 (ARM 30, p. 552-553) : 17, 22 ; M.6241 (ARM 30, p. 516-517) : 24 ; M.7244+ (ARM 30, p. 417-418) : 40 ; M.7411 (Charpin MARI 7, p. 189-191) : 12 ; M.11200 (Durand Mél. Kupper, p. 152-153) : 10 ; M.11311 (ARM 32, p. 375-376) : 25 ; M.11523 (ARM 32, p. 423) : 11 ; M.11566 (ARM 32, p. 387) : 9 ; M.11602 (ARM 30, p. 401-402) : 10, [12] ; M.11654 (ARM 30, p. 407) : [12] ; M.11983 (ARM 30, p. 328) : 9 ; M.12018 (ARM 32, p. 342-343) : 39 ; M.12121 (ARM 30, p. 501) : 4′ ; M.12450 (ARM 32, p. 345-346) : 8 ; M.12804+ (ARM 32, p. 480-481) : iv 10′ ; M.12814 (ARM 30, p. 368-371) : vi 12′ ; M.15107 (ARM 30, p. 441-442) : 8 ; M.16151 (ARM 30, p. 503) : [5″] ; M.18169 (ARM 30, p. 375) : 4 ; M.18192 (ARM 30, p. 323) : 6 ; OBTR 1 : ⸢21⸣

urusa-ga-ra-timki
     BiMes 29 5-2 : 19′

sa-ga-ra-timki-ma
     ARM 6 37 : 16′ ; ARM 13 51 : 17

sa-ga-ra-tumki
     A.472+ (Charpin MARI 7) : 69 ; FM 2 39 : 6

sa-ga₅-ra-timki
     ARM 24 240 : 3′

sag-ga-ra-tim
     ARM 1 80 : 6 ; ARM 2 69 : 13′ ; ARM 9 258 : 30

sag-ga-ra-timki
     ARM 22 293 : 14 ; ARM 27 100 : 14 ; TH 72.5 (Charpin Mél. Van Lerberghe, p. 93-94) : 23

Commentaire général

Capitale de l’une des provinces du royaume de Mari. On a longtemps favorisé une localisation à Tall Abu Hait (n° HIGEOMES 159) mais une localisation plus proche de l’Euphrate est plus vraisemblable selon les textes. J.‑M. Durand, BBVO 20 p. 48-50, a proposé de la localiser à la confluence du Habur et de l’Euphrate, à proximité de l’actuelle Buseira.

La muraille de Saggaratum est mentionnée dans des noms d’années : Sumu-Yamam commémore la fortification de la ville dans sa deuxième et dernière année de règne (cf. D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 68-69) et Samsu-iluna commémore la restauration de la muraille dans sa 33e année (Horsnell Year Names 2, Hamilton, 1999, p. 226-227.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ H. Kühne, AfO 25, 1974-77, p. 253-254 : = Tall Abu Hait

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 199-200 : s.v. Saggaratum : « Vgl. zusammenfassende Lit. bei M. Falkner, AfO 18, 17 und J.-R. Kupper, Nomades S. 2 Anm. 1. Vorgeschlagen wurden am ⇨ FN Ḫabur die Ruinen : Ṣuwwar s. G. Dossin, RA 35, 185 Anm. 2, J.-R. Kupper, RA 41, 161 : Tall Fudain s. G. Dossin RA 64, 19 Anm. 3 und : “Šeğer” s. A. Goetze, JCS 7, 58 mit Anm. 41, J.-R. Kupper, BiOr. 9, 168. Die Lokalisierung S. = Seğer ist abzulehnen, weil sich dort kein archäologischer Siedlungsplatz nachweisen läßt. S. befindet sich 2 Tagesreisen von ⇨ Qaṭṭunān entfernt (ARMT 13, 102). Zwischen beiden Orten liegt ⇨ Bīt-Kapān (…). S. ist eine Tagesreise von Terqa entfernt (ARMT 14, 115). H. Kühne, AfO 25, 253, identifiziert S. mit Tall Abū Hā'iṭ (Keramikbefund noch nicht publiziert). »

▸ D. Soubeyran, MARI 3, 1984, p. 276 : dHAR-a-timki doit être lu dSAGGAR₂-a-timki

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 394, 395, 400, 402 n. 107, 408 n. 148, 409 : voir carte p. 395

▸ B. Geyer & J.-Y. Monchambert, MARI 5, 1987, p. 332 : sur le Habur inférieur

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 123 n. 84 : « une rive gauche, vraisemblablement du Habur (…). Ces faits sont affirmés par plusieurs textes (…). Saggarâtum doit de plus avoir un rapport avec la colline de Tell Sedjer (…). Cependant, à ce que j’ai entendu dire à plusieurs reprises, il paraît que Tell Abu Ha'it n’est pas suffisamment important pour y retrouver Saggarâtum. Il faudrait dès lors supposer que la ville ancienne était un site de confluent et a disparu aujourd’hui. On la situerait dès lors sur la rive gauche de l’Euphrate, un peu en aval du confluent du Habur. Mais ni le n° 32 [Tell Safa'at ez-Zer] ni le n° 62 [T. Šheil] ne semblent convenir, à en juger d’après les indications chronologiques de J.-Y. Monchambert, M.A.R.I. 5, pp. 340-341. »

▸ C. Michel, Mém. Birot, 1994, p. 278-290 : kârum de Saggaratum

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 341-366 : il n’y a pas 2 Saggaratum ; pour celle qui avait été prise pour une homonyme cf. Sapiratum

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 174 : « gouvernorat du royaume de Mari »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 33 : il n’y a qu’une Saggaratum ; pour celle qui avait été prise pour une homonyme voir Sapiratum

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 86, 87, 89 n. 34, 90, 94

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 118, 151, 153, 154, 159, 162, 164, 165 n. 292, 167, 171, 173

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, passim : p. 230 : tous les clans yaminites étaient représentés dans le district hormis les Uprapum

▸ H. Reculeau, SDB 14, 2008, p. 346 : = Safat ez-Zerr 2 (n° HIGEOMES 954) ?

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 39, 40, 45, 47, 48, 49-50 : p. 39 : sur le Habur inférieur, « une des trois plus importantes villes du royaume des Bords-de-l’Euphrate » ; p. 40 : porte de l’amont de l’Euphrate ; p. 45 : « porte du royaume sur le Habur avec Qaṭṭunan comme poste avancé sur le Habur » ; p. 47 : sur l’Euphrate ; p. 48 : n’est pas Tall Abu Hait, sur la rive gauche de l’Euphrate, « dans la région même du confluent du Habur et de l’Euphrate » ; p. 49-50 : en rive droite du Habur, à Buseira

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 13 : « Saggarâtum se trouverait donc sur l’Euphrate au confluent avec le Habur, peut-être à Buseira, la Circesium romaine, ou à proximité de ce site » ; « non, comme on le supposait traditionnellement, sur le Habur à Tell Abu Ha'iṭ »

▸ S. Yamada, RA 105, 2011, p. 64 : « a city located close to the junction of the Euphrates and Habur and quite far from Ṭabatum »

SAGIRRATA          zone : W

Commentaire général

Toponyme erroné corrigé en Saharata. Voir Saharata (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 199 : s.v. Sagirratā

SAHARATA (1-2)

Attestations

sa-ha-ra-ta-a
     ARM 2 107 : 25

sa-ha-ra-ta-aki
     M.5581 (Durand & Ziegler BBVO 24, p. 54-59) : ii 50

SAHARATA (1)          zone : B, E

Nom(s) OB : Saharata

Commentaire général

Localité du district de Saggaratum ou de Dur-Yahdun-Lim. À distinguer de Saharata (2) et de Siharata.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 199 : s.v. Sagirratā

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 229

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 105 n. a

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 552 : un méandre ? ; « dans le district de Saggarâtum »

▸ B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 712 n. 15

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 150 : s.v. Saḫaratā ; ≠ Siḫaratā

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27-28 : « près de Dûr-Yahdun-Lîm » ; homonyme de Siharata [ša Yabasim]

SAHARATA (2)          zone : E, F

Nom(s) OB : Saharata

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité du pays de Karana (1), mentionnée dans un texte de Mari. Le toponyme doit peut-être être retrouvé dans OBTR 245, selon la suggestion de J.‑M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014. À distinguer de Saharata (1), dans le royaume de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 63

SAHLALA          zone : D

Nom(s) OB : Sahlala ; Sihlalum
Nom(s) MA : Sahlalu

Identification : Sahlan, Tall as- (Sahlān, Tall)
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
103

Attestations

sá-ah-la-la
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 34

sí-ih-la-la-amki
     M.8823 (Villard Amurru 2, p. 121-123) : 14

sí-ih-la-lamki
     ARM 10 178 : 9

sí-ih-la-limki
     M.8823 (Villard Amurru 2, p. 121-123) : 16

Commentaire général

Sahlala est mentionnée par les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Apqum (2) « du Balih » et Zalpah (1), deux étapes en aval de Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57). Une identification avec Tall as-Sahlan, proposée par J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, semble probable.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ E. Forrer, Provinzeinteilung, 1920, p. 24

▸ L. Dillemann, BAH 72, 1962, p. 168 n. 2

▸ A. Goetze, JCS 18, 1964, p. 116

▸ W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 78

▸ G. Dossin, RA 68, 1974, p. 26 n. 4

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 257 : s.v. Zaḫlala

▸ M. van Loon (éd.), PIHANS 63, 1988, p. XXV : remarques de M. van Loon et D. J. W. Meijer

▸ J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, p. 362 : = Tall as-Sahlan

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 346 : sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 69

▸ S. Parpola & M. Porter, Neo-Assyrian Atlas, 2001, p. 15 & carte 25

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 154 : s.v. Ṣaḫlala

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 89, 121

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 105 : dans la vallée du Balih (lu par l’auteur : Zihlalum)

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 169 n. 326 : sur le Balih

▸ K. Kessler, Topoi 12, 2014, p. 40 : « Seine Bedeutung ist durch gerade veröffentlichte mittelassyrische Urkunden beleuchtet, welche es als assyrische Distrikthauptstadt in der nördlichen Balikh-Region kennen. »

SAHRUM          zone : B

Nom(s) OB : Sahrum

Attestations

sa-ah-ra
     ARM 28 73 : 4

sa-ah-ri-i
     Inédit [M.6225] : 6 ; ARM 26/1 20 : 7′

sa-ah-ri-i-imki
     ARM 22 222 : 10

sa-ah-ri-iki
     A.2435 (Charpin Mél. von Soden 2, p. 52-54) : 6, 15, 21 ; ARM 2 105 : 10 ; ARM 3 68 : 6, 11, 25 ; ARM 3 82 : 7 ; ARM 14 64 : 11′ ; ARM 14 89 : 4 ; ARM 14 90 : 12

sa-ah-ri-yaki
     ARM 23 428 : 23

Commentaire général

Localité du district de Saggaratum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, 1954, p. 133 : « Gentilice? d’un lieu situé dans le district de Sagarâtim. »

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 200-201 : s.v. Saḫrû

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 105 n. a

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 327

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 552 n. d au texte n° 354 (ARM 2 107) : étymologie de Saharata, Sahru, etc.

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 178, 431, 462 : p. 178 : « bourg benjaminite du district de Saggarâtum » ; p. 431 : zone limite entre la forteresse de Yahdun-Lim et Terqa (1), dans le district de Saggaratum ; « bourgade dont le chef-lieu était la Forteresse de Yahdun-Lîm »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 243 : « bourg (…) dans les environs de la forteresse de Yahdun-Lîm »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « dans le district Saggarâtum » ; à distinguer de Sehru et Suhra

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 168 : sans doute la capitale de Ṣura-hammu, dans le district de Saggaratum (lu par l’auteur : Sahriya)

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 228, 229, 231, 232 : p. 228 : rive droite de l’Euphrate, district de Saggaratum, clan des Amnanum ; p. 229 : au nord de Dur-Yahdun-Lim

SAHULDA          zone : D

Nom(s) OB : Sahulda

Attestations

sa-hul-da
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : iii 9

Commentaire général

Sahulda est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Haziri, peut-être à identifier avec l’actuelle Sultantepe (n° HIGEOMES 171), et Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57). Elle doit donc être cherchée en amont et à proximité de cette dernière, sur le Balih. La lecture du toponyme pose problème.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ H. Lewy, Or 27, 1958, p. 17

▸ W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 82

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 201 : s.v. Saḫulda ; « nach Itinerar zwischen Ḫarrān und Ḫaziri »

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 346 : sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum et Palda (lu par l’auteur PA.MIR.UŠ)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 150 : s.v. Saḫulda

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 408

▸ J.‑M. Durand, NABU 2005/84 : la lecture pose problème ; proposition de lire sa-ar!-da, inconnu par ailleurs

SAKALAN          zone : B

Nom(s) OB : Sakalan

Attestations

sa-ka-la-a-anki
     A.2432 (Dossin RA 66, p. 127) : 6

sa-ka-la-anki
     ARM 22 8 : 7

Commentaire général

Localité probablement située dans le district de Saggaratum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 201 : s.v. Sakala[

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 507 : « Le bourg de Sakalân est très peu mentionné. On le retrouve dans XXII 8, un texte de ZL 1’. Il est possible que la ville ait été détruite lors des troubles avec les Benjaminites » ; appartient au district de Saggaratum ?

SAKNATUM          zone : F

Nom(s) OB : Saknatum

Attestations

sa-ak-na-timki
     ARM 22 62 : 6 ; ARM 24 257 : [4], 6

Commentaire général

Localité du royaume d’Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64). Des femmes ont été déportées de cette ville vers Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56) à l’époque de Zimri-Lim.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ P. Villard, MARI 7, 1993, p. 319 : dans le royaume d’Andarig selon 2 textes inédits : A.391 et A.4484

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 345 : appartient à l’Ida-Maraṣ (1)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 150 : s.v. Saknatum

SAMANUM          zone : B

Nom(s) OB : Samanum ; Šamanum

Identification : Mayadin (al-Majādīn)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
729

Attestations

sa-ma-na-yuki
     Inédit [A.1244] : 13

sa-ma-naki
     ARM 22 36 : ii′ 7′

sa-ma-nim
     Inédit [A.2924] : 16

sa-ma-nimki
     Inédit [A.2924] : 15 ; Inédit [A.3840] : 5 ; A.56 (Dossin RA 35, p. 178) : 10 ; A.3080 (Durand Mél. Perrot, p. 104-106) : 30 ; AbB 12 56 : 8 ; ARM 3 16 : 20 ; ARM 3 73 : 7 ; ARM 23 69 : 19 ; ARM 26/1 58 : 16 ; ARM 26/1 224 : 7 ; ARM 27 10 : 9 ; FM 2 30 : 8 ; FM 2 50 : 5 ; FM 8 31 : 32 ; M.6055 (ARM 30, p. 437-438) : 5 ; RIME 4 6.8.2 : 68, 80

sa-ma-nu-umki
     Inédit [A.981] : 50 ; ARM 23 428 : 34 ; FM 6 35 : 6

sa!-ma-nimki
     ARM 21 412 : 2

ša-ma-nimki
     FM 8 12 : 23′

Commentaire général

Samanum fut une capitale de la tribu yaminite Uprapum dès l’époque de Yahdun-Lim, puis fut intégrée au district de Terqa (1) après la victoire de Zimri-Lim sur les révoltés yaminites. Samanum est située à une journée de marche de Dur-Yahdun-Lim (= Deir-ez-Zor, n° HIGEOMES 719), d’après l’inédit A.2924. La localisation dans la région de Mayadin a été proposée par J.‑M. Durand dès 1990 (BAH 136). Elle a été retenue à titre d’hypothèse, au contraire de son autre proposition, Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222) pour lequel une identification avec Zibnatum (2) a été préférée.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 201 : s.v. Samānum : « Wohl nicht identisch mit mA und “late assyrian” ⇨ nA Samānu. (J. N. Postgate, Iraq 32, 135 Anm. 7) ; – vgl. M. Civil, JCS 21, 36 und M. B. Rowton, JNES 32, 214. – Den aB Quellen zufolge liegt S. im Distrikt von ⇨ Terqa ; (…) S. wurde von ⇨ Jaḫdunlim und Zimrilim erobert. »

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 115 n. 46, 122-123 n. 84, 124 : p. 122-123 : = région de Mayadin ; p. 124 : A.454

▸ J.‑M. Durand, MARI 6, 1990, p. 44, 53 n. 71 : p. 44 : « ville benjaminite (ethnie des Ubrabéens) du district de Terqa ; il s’agit d’un port important au nord de Tell Ashara. On en a proposé l’identification avec Meyyadîn »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 118

▸ P. Villard, MARI 7, 1993, p. 318-319

▸ M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, 1994, p. 64, 88

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 330, 335

▸ D. Lacambre, Mém. Barrelet, 1997, p. 110-113

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 517 : = Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222)

▸ F. van Koppen, Mém. Parrot, 2002, p. 304, 340

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 41, 190-191, 195, 247, 275 : p. 41 : « port dans la partie septentrionale du district de Terqa » ; p. 275 : la localisation avec Mayadin est préférée à celle avec Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222)

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 83, 84, 87 n. 29

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 161, 162, 165 n. 292, 166, 167 n. 301, 168, 169, 172 n. 341, 176 : p. 161 : grand centre ; = « Meyyadîn » ; p. 166 : ville yaminite

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 226, 227, 228, 231, 232 : p. 227 : ville uprapum ; rive droite de l’Euphrate, district de Terqa (1) ; p. 228 : « au bord du canal Išîm-Yahdun-Lîm ; « au nord du district de Terqa dans la zone de Meyyadîn », peut-être même à Meyyadin » ; contre la proposition de J.‑M. Durand dans LAPO 17, p. 517, de l’identifier avec Tall Mohasan (n° HIGEOMES 222)

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 43 : = Mayadin

SAMUM          zone : D

Nom(s) OB : Samum ; Simum

Attestations

sà-a-mi
     FM 11 179 : 4, 15

sà-a-miki
     ARM 26/2 536 : 5

sà-a-mi-im
     FM 11 36 : 1 ; FM 11 45 : 2, 8 ; FM 11 50 : 2′ ; FM 11 53 : 1 ; FM 11 60 : 1, 2, 3 ; FM 11 179 : 12

sà-a-mi-imki
     FM 11 63 : 17, 18

sa-mi-imki
     ARM 1 103 : 21′

urusa-mi-imki
     PIHANS 117 80 : 17

sa-mu-e
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 31

sa-mu-úki
     ARM 1 103 : 13′, 14′

sa-mu-yiki
     ARM 1 103 : 16′

sí-mi-imki
     ARM 26/2 542 : 23 ; M.8426+ (Ziegler Mél. Hirsch, p. 480-185) : 23′

Commentaire général

Samum est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Mammagira et Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57). Elle doit être cherchée à l’est de cette dernière. Du vin samum ou de Samum doit renvoyer à cette réalité géographique. Le toponyme a été parfois confondu avec Sumum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 202 : s.v. Sāmûm : « Bei ⇨ Ḫarrān ; ⇨ Admu, ⇨ Niḫrija. W. W. Hallo, JCS 18, 76a : 46, vielleicht = mA māt Sawit und ⇨ nA Saue. »

▸ C. Michel, Amurru 1, 1996, p. 387-388 : dans le Tur Abdin

▸ N. Ziegler, Mél. Hirsch, 1996, p. 485

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 346 : entre Alan et Harranum d’après les « itinéraires paléo-babyloniens » (lu par l’auteur : Samue)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 360

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 45 : à chercher « dans les montagnes qui bordent à son orient la région de Harrân (Zalmaqum) »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 334 : « un lieu du Taurus, grand producteur de vin »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 151 : s.v. Samūm ; avec bibliographie antérieure

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 104 n. 244, 133 n. 465, 275 : p. 104 n. 244 : Sumum = Samum ; p. 133 n. 465 : « une étape de l’itinéraire paléo-babylonien entre les monts Hasam et Aba d’une part, Harran d’autre part » ; p. 275 : « à une étape de Harran »

▸ G. Chambon, FM 11, 2009, p. 10 : « L’appellation “vin de Sâmum” ou simplement “vin sâmum”, renvoie à un cépage implanté dans une vaste zone géographique allant des Monts Amanus jusqu’au Zalmaqum, au pied du Ṭûr-‘Abdîn. »

SANIPA          zone : E, F, G

Nom(s) OB : Sanipa

Attestations

sa-ni-pa-a
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 19

sà-ni-pa-a
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : iii 31

sà-ni-pá-a
     UIOM 2370 (Goetze JCS 7, p. 54) : 9

sà-ni-pa-aki-ma
     ARM 5 43 : 14

Commentaire général

Sanipa est la troisième étape des « itinéraires paléo-babyloniens » après Ekallatum (1), située entre Saqa et Apqum (1) (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 64

▸ J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, 1954, p. 138

▸ W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 72-73, 83

▸ J. Reade, Iraq 30, 1968, p. 237 n. 5

▸ D. Oates, Studies, 1969, p. 35 n. 3

▸ M. Birot, Syria 50, 1973, p. 5

▸ M. Birot, J.-R. Kupper & O. Rouault, ARM 16/1, 1979, p. 41

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 261 : s.v. Zanipā, Sanipā : « A. Goetze, JCS 7, 64 : im oder am Wādī aṯ-Ṯarṯār ; W. W. Hallo, JCS 18, 72f., 83 : identisch mit ⇨ nA (kur)Zalipâ ö des Tigris ; J. Reade, Iraq 30, 237 Anm. 5 s von ⇨ Apqum, nicht bei Eski-Mossul, wahrscheinlich nö der Hügel. »

▸ D. Oates, MARI 4, 1985, p. 586 : près d’Apqum (1)

▸ Y. Wu, JAC 8, 1993, p. 115-116

▸ Y. Wu, NABU 1994/38

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 202, 226

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 339-340, 345 : p. 339-340 : district de Šaššaranum

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 120 : ville mentionnée une étape avant Apqum (1) (donc au sud de cette dernière) ; troisième étape à partir d’Ekallatum (1)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 183 : s.v. Zanipā, distinguée de Zanipatum dans le district de Saggaratum, avec bibliographie

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 97 : région de la rive droite du Tigre, district de Šaššaranum

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 228, 235, 265, 270 : p. 235 : à l’ouest du Tigre ; p. 265 : à environ 25 km d’Apqum (1) et d’Adum (région de Mossoul ?), pas nécessairement sur le Tigre

SANIPATUM          zone : B

Nom(s) OB : Sanipatum

Attestations

sà-ni-pa-timki
     ARM 3 4 : 8, 10 ; ARM 14 23 : 14 ; ARM 23 69 : 6 ; ARM 23 427 : iii 11′, iv 42′ ; FM 5 2 : 3′ ; M.5148+ (Durand Mél. Kupper, p. 156-157) : 28

Commentaire général

Localité située dans le district de Saggaratum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 261 : s.v. Zanipatum : « W. W. Hallo gleicht Z. mit ⇨ Zanipā des aB ; Itinerars. Z. aber liegt nach ARMT 14 im Distrikt ⇨ Saggaratum, unweit von ⇨ Dūr-Jaḫdunlim? (ARM 3, 79). »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 608

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 585, 588, 666 : p. 585 : « Sânipâtum semble être en amont de Dûr-Yahdun-Lîm » ; p. 588 : « Sânipâtum est entre le fleuve et la Forteresse de Yahdun-Lîm » ; p. 666 : « Si le toponyme est attesté dans les lettres de Kibrî-Dagan, c’est uniquement parce qu’il est à l’amont de Terqa, proche de la province. Cela est montré par son attestation à côté de Ya'il (A.4590), laquelle est sur la région frontière des districts de Terqa et Saggarâtum (rive droite de l’Euphrate) »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 70, 72 : p. 70 : FM V 2 : 3′ ; p. 72 : « dans les environs de Dur-Yahdun-Lim »

SAPHUM (1-2)

Attestations

sa-ap-ha-iki
     ARM 26/2 519 : 8

sa-ap-hi
     ARM 26/1 30 : 9

sa-ap-hiki
     Inédit [A.1344] : 15 ; ARM 26/2 358 : 5 ; ARM 26/2 519 : 7

sa-ap-hi-imki
     A.350+ (Charpin Cahiers de NABU 1, p. 120) : 24 ; ARM 27 72 : 28 ; ARM 27 72-bis : [10′]

sa-ap-huki
     ARM 26/1 24 : 28

si-ip-hi-im
     ARM 26/2 302 : 44

SAPHUM (1)          zone : E

Nom(s) OB : Saphum ; Saphum ša mât Apim

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité du pays d’Apum (1), donc à chercher dans la région de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Elle est à distinguer de Saphum (2), au sud-est du Djebel Sindjar.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477 : bibliographie et distinction de deux Saphum

▸ D. Charpin, Cahiers de NABU 1, 1990, p. 119

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 151 : s.v. Sapḫum [2] ; ≠ Sapḫum [1]

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Saphum ša mât Apim : ARM XXVII 72-bis : 10’ (cité antérieurement comme TH 72-14) ; A.350+ (LAPO 16 333) : 24 ; inédit A.1344 : 15 (cité dans Cahiers de NABU 1, p. 119 n. 19). »

SAPHUM (2)          zone : F

Nom(s) OB : Saphum ; Siphum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ville située au sud-est du Djebel Sindjar, frontière entre les royaumes de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) et d’Ekallatum (1). À distinguer de Saphum (1), dans le pays d’Apum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477 : « à la frontière des royaumes de Karanâ et d’Ekallâtum, soit sans doute au sud-est du Sindjar »

▸ D. Charpin, Cahiers de NABU 1, 1990, p. 119

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 151 et 152 : s.v. Sapḫum [1] et Sipḫum, qui ont été distingués

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « au sud du Sindjar (ARM XXVI/2 358 et com.). Sans doute est-ce la même qui est mentionnée sous la forme Siphum dans ARM XXVI/2 302 : 44 (cf. la mention du voyage de Yasîm-El, qu’on sait alors en mission dans la région d’Andarig). »

SAPIRATUM          zone : B

Nom(s) OB : Sapiratum ; peut-être aussi Sapirada
Nom(s) MA : Sapiratu

Identification : Bijan (Ğazīrat Baiğān)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
195

Attestations

sa-pí-ra-atki
     PIHANS 117 90 : 8

sa-pí*-ra-daki
     OBTR 14 : 18

sa-pí-ra-ta-yiki
     M.10991 (Charpin MARI 8, p. 361-362) : 6, 5′

sa-pí-ra-tam
     A.162 (Charpin MARI 8, p. 354) : 23

sa-pí-ra-ti-imki
     ARM 26/1 97 : 10

sa-pí-ra-tim
     ARM 10 39 : 26 ; ARM 26/1 99 : 9, 10 ; ARM 26/1 167 : 8″

sa-pí-ra-timki
     Inédit [M.9881] : 5 ; A.2588 (Charpin MARI 8, p. 362-363) : 12 ; A.2931 (Charpin MARI 8, p. 357-359) : 19 ; A.2976+ (Charpin MARI 8, p. 347-351) : 17 ; A.3274+ (Guichard RA 96, p. 127-131) : 9′ ; A.4304+ (Charpin MARI 8, p. 343-347) : 50, 53, 61 ; A.4515 (Charpin MARI 8, p. 363-365) : 7′ ; ARM 7 213 : 9 ; ARM 8 75 : 6 ; ARM 26/1 100 : 5 ; ARM 26/2 500 : 16, 17, 24 ; FM 6 25 : 10 ; FM 10 5 : 5

sa-pí-ra-tumki
     ARM 7 213 : 9

Commentaire général

Sapiratum est une ville du Suhum localisée sur l’île de Bijan (n° HIGEOMES 195), suivant la proposition d’y localiser la ville néo-assyrienne Sapiretu faite par M. Gawlikowski, « Bēğān Island », AfO 29/30, 1983-1984, p. 207. Son nom paléo-babylonien a longtemps été confondu avec celui de Saggaratum par les épigraphistes ; voir la mise au point sur l’histoire et la localisation de cette ville par D. Charpin, MARI 8, 1997 qui ajoute ici la référence à ARM 7 213 : 9.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 341-366 : p. 365-366 : ville du Suhum, « bourgade, située à 25 km en aval de Hanat », = l’île de Bijan ?

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 398

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 275 : = Bijan

▸ D. Lacambre, NABU 2003 : dans le Suhum

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 136, 139, 157 : p. 157 : la « ville des Yum.ma-hâmu » représente en fait Sapiratum, soit l’île de Bijan, en amont de Hit (n° HIGEOMES 167)

▸ D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, 2009, p. 261 : = dans l’île de Bijan

SAPURRATA          zone : E, F

Nom(s) OB : Sapurrata ; Supurrata

Attestations

sa-pu-ra-ta-aki
     ARM 26/2 387 : 11, 14

sa-pu-ur-ra-ta-aki
     Inédit [M.13053]

sú-pu-ra-ta-yiki
     ARM 27 62 : 6

su-pu-ra-ta-yiki
     ARM 27 120 : 5

su-pu-ur-ra-ta-aki
     ARM 27 177 : 3

Commentaire général

Localité située sur la route entre Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153) et Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Falkner, AfO 18, 1957-58, p. 4

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 198 : s.v. Saburatā

▸ D. Charpin, ARM 26/2, 1988, p. 215 : au nord-est de Qaṭṭunan, sur la route menant à Andarig

▸ M. Birot, ARM 27, 1993, p. 127 : = Supurrata = Sapurrata

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 258 : à propos d’ARM 2 42 : « graphie défective de Sapurratâ. Cette ville, encore peu attestée, est manifestement située au nord-est de Qaṭṭunân, sur la route d’Andarig. D’après son nom (“Enclos”), il devait s’agir d’un lieu-dit où se réunissaient les troupeaux (…). Si depuis Sapurratâ, on pouvait encore rejoindre Šubat-Enlil, elle ne pouvait être cependant trop à l’est ; au mieux pouvait-on gagner la passe de Kasapâ à partir de cette bourgade. Ce devait donc être un lieu de carrefour naturel. »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 151-152 : s.v. Sapurratā ; = Supurratā

SAQA          zone : F, G

Nom(s) OB : Saqa

Attestations

sa-qa-a
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 18

sa-qa-aki
     Inédit [M.9922]

Commentaire général

Saqa est l’une des étapes des « itinéraires paléo-babyloniens », entre Bunineyu et Apqum (1) (probablement = Tall Abu Maria, n° HIGEOMES 3). Elle appartenait au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l’époque de Zimri-Lim.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 202 : s.v. Saqā

▸ D. Charpin, Mém. Birot, 1994, p. 200 : concernant FM 2 114 : 12 : ša-qa-aki : Saqa ou graphie particulière de Šakka dans le district de Mari ?

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 339 : entre Aššur et Tarhuš

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 228, 235, 236, 265 : p. 228 : entre Aššur et Apqum ; p. 235 : à l’ouest du Tigre ; p. 236 : carte ; p. 265 : appartenait à l’époque de Zimri-Lim « au royaume de Karanâ/Qaṭṭarâ »

SARUM          zone : E

Nom(s) OB : Sarum

Identification : Wadi Zerkan
Degré de certitude :
2

Attestations

sa-ri-im
     ARM 26/1 217 : 34 ; FM 6 9 : 14′

isa-ri-i-im
     FM 8 3 : 7, 15, 25, 28

Commentaire général

Nom d’un cours d’eau ; peut-être le Wadi Zerkan selon une proposition de M. Guichard, NABU 2006/36 après l’abandon de la proposition qu’il puisse s’agir du Wadi Khanzir.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 270 : p. 270 n. 122 : = Wadi Khanzir

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 158, 161 : p. 161 = Wadi Khanzir

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 123, 129 : p. 123 : cours d’eau en Ida-Maraṣ (1) ; « oued important à l’ouest du Djaghdjagh (le Hirmaš) : il devait donc s’agir du wadi Dara qui vient se jeter dans le Djaghdjagh, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Tell Brak » ; « c’est le début de la zone dite “Steppe des oueds” » ; = aussi Wadi Amuda ou Khanzir, il n’a pas le même nom sur tout son cours ; p. 129 : idem

▸ J.‑M. Durand, FM 8, 2005, p. 41 : = Wadi Amuda (Khanzir)

▸ M. Guichard, NABU 2006/36 : = Wadi Zerkan ; étymologie « le tourbillonnant » ; à proximité des villes Ašlakka et Hurra ; un affluent important du Habur ; Wadi Khanzir « trop à l’est »

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 70 : = Wadi Zerkan

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 138 : = Wadi Zerkan

SEHRU          zone : G

Nom(s) OB : Sehru

Attestations

se-eh-re-eki
     FM 6 22 : 5

Commentaire général

Ville du royaume d’Ekallatum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 229 et 239 : p. 239 : « Sehrû (ou Sehrê) du royaume d’Ekallâtum » ; ≠ Suhra

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Sehru au sud d’Ekallâtum (1) » ; à distinguer de Sahrum et Suhra

SIBUM          zone : B, E

Nom(s) OB : Sibum

Attestations

si-bé-e-em
     FM 10 77 : ii 31′ ; FM 10 82 : 27, [31]

si-bé-em
     FM 10 77 : ii 38′

si-bé-i
     FM 10 80 : 4″

si-bi-i
     FM 10 81 : [iii 17′], iii 21′

si-bi-imki
     M.5296 (Marti Semitica 57, p. 14-15) : 4

Commentaire général

Localité attestée par les textes de Mari concernant le paiement de la taxe-sugâgûtum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ L. Marti, FM 10, 2008

SIHARATA          zone : E

Nom(s) OB : Siharata ; Siharata ša Yabasim

Attestations

si-ha-ra-ta-aki ša ya-ba-si-im
     FM 2 63 : 14-15

si-ha-ra-taki
     ARM 2 33 : 13′

Commentaire général

Localité située dans l’Ida-maraṣ (1), non loin d’Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ H. Lewy, Or 25, 1956, p. 342 n. 3

▸ A. Marzal, JNES 30, 1971, p. 199

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 203 : s.v. Siḫarata : « Die Identifizierung von S. mit “Šeḫaräte” 36 km o-no von Mardin, s. J. Lewy, Or NS 25, 342 Anm. 3 entbehrt jeder Grundlage. »

▸ J. Safren, Or 51, 1982, p. 20

▸ B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, 1992, p. 50

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 104, 105 n. a : p. 105 n. a au texte FM 2 63 : 15 où le passage était lu si-ha-ra-ta-aki [t]a?-wa-⸢i⸣-{x x}-im : « La ville de Siharatâ (…) était donc surtout une des résidences d’Ibâl-El. Le toponyme est apparenté au lieu-dit de la province de Saggarâtum, Saharâta (sa-ha-ra-ta-a) d’ARM II 107 : 25 et M.5581 » ; « Malheureusement l’ethnique qui qualifie Siharatâ n’est pas d’une lecture sûre. Il devait être un nizbé sur un nom de pays et distinguer le lieu-dit d’autres homonymes. Ce lieu-dit devrait être dans une région où le mer'ûm Ibâl-El était très souvent présent. Une correction en Talhayûm me paraîtrait jusqu’à plus ample informé, trop drastique. » Note des éditeurs : voir ci-dessous J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, où la lecture a été corrigée en ya-ba-si-im (lu par l’auteur : Siharatâ de Tawûm)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 152 : s.v. Siḫaratā ; ≠ Saḫaratā

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 27 : « Siharatâ dans l’Ida-Maraṣ (1) : ARM II 33 : 13’ et FM II 63 : 14 (qui ajoute : ša Yabasim donc avec une précision tribale ; cf. coll. de J.‑M. Durand, CRRAI 46, p. 130 n. 109). » ; à distinguer des villes nommées Saharata

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 130 : « Siharatâ a dû donc être une résidence d’Ibâl-El. Ce toponyme est cependant mal documenté et ses deux occurrences sont du même moment. Il devait s’agir d’une installation momentanée. Comme le lieu-dit entre dans une série lexicale toponymique bien documentée (cf. Saharatâ et Sahrû, pour le district de Saggaratum), il devait s’agir d’un terme descriptif qui désignait un endroit de méandres. La nouvelle lecture ⸢šaya-b[a-s]i-im dans FM II 63 indique en outre qu’Ibâl-El était un Yabasûm. » (lu par l’auteur : Siharatâ ša Yabasim)

SIHU          zone : B

Nom(s) OB : Siha, Sihu

Attestations

si-ha-a
     ARM 6 67 : 22

si-hi
     ARM 2 28 : 17

Commentaire général

Une zone boisée située sur l’Euphrate porte le nom de Sihu. Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un toponyme. Le nom pourrait simplement désigner les arbres qui y poussaient.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 203 : s.v. Siḫā

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 645 : lieu-dit qui porte un nom d’arbre : l’Artemisia

SIM'AL          zone : B, E, F, Z

Nom(s) OB : Sim'al

Attestations

si-im-a-al
     Inédit [A.638] : 51 ; Inédit [A.981] : 39 ; Inédit [A.1098] : 10′ ; Inédit [A.1977] : 31 ; Inédit [M.6400] : 13 ; A.1212 (Durand RA 82, p. 109-110) : 18 ; A.2094 (Villard UF 18, p. 411-412) : 8 ; A.2954 (Wasserman Mém. Birot, p. 326) : 12 ; A.3080 (Durand Mél. Perrot, p. 104-106) : 20 ; A.3577 (Durand Mél. Fleury, p. 45) : 29′, 31′, 32′ ; ARM 2 33 : 21′ ; ARM 6 59 : 8 ; ARM 6 68 : 7′ ; ARM 10 59 : 4′ ; ARM 13 144 : 29 ; ARM 26/1 5 : 30, 48 ; ARM 26/1 144 : 19′ ; ARM 26/1 200 : 12 ; ARM 26/2 385 : 6′ ; ARM 27 133 : 36 ; ARM 27 169 : 6 ; ARM 28 25 : 28 ; ARM 28 36 : 12 ; ARM 28 79 : 36 ; FM 2 116 : 17, 38, 40 ; FM 8 3 : 8 ; M.5343+ (Charpin & Durand RA 80, p. 176-179) : 28 ; M.6182 (Durand Mél. Garelli, p. 26) : 21

si-im-a-al.MEŠ
     A.915 (Durand CRRAI 46, p. 143-144) : 10

si-im-a-alki
     Inédit [A.3948] : 5′

si-im-a-la
     FM 6 6 : 15′

si-im-a-li-im
     ARM 27 151 : 97

si-im-a-lu
     ARM 1 42 : 28

si-im-a-lu-um
     FM 11 109 : 7

si-im-al
     FM 7 46 : 7′

si-im-ha-al
     A.2226 (Charpin MARI 7, p. 182-185) : 24′ ; Charpin MARI 7 8 : 25 ; FM 3 135 : 5′ ; M.7595 (Durand Mél. Garelli, p. 65-67) : 13

si-ma-a-al
     A.1610+ (Durand RA 82, p. 108-110) : 19 ; A.2560 (Charpin & Durand RA 80, p. 180-182) : 7

si-ma-a-li-u-um
     KTT 41 : 3

si-ma-al
     A.3572 (Durand CRRAI 38, p. 114-115) : 3′ ; ARM 1 60 : 9

si-ma-le-em
     FM 2 117 : 12

Commentaire général

Nom d’une tribu, « (fils de) la gauche ». Elle s’oppose aux Yamina, « (fils de) la droite ». Plusieurs de ses clans sont connus ; voir J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004 (notamment p. 119). Yahdun-Lim et Zimri-Lim étaient rois des Sim'alites. L’appellation de « Hanum » peut se référer à la tribu de Sim'al, sans que le terme ne lui soit toutefois exclusivement réservé ; cf. Hanum ci-dessus.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 204 : s.v. (DUMU-)Sim'al : « J.-R. Kupper, Nomades 54f. : Nomadenstamm ; M. B. Rowton, JNES 32, 212 : Nomaden, die in ⇨ Talḫajum ansässig sind. »

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, RA 80, 1986, p. 141-183 : répartition en deux grandes ethnies : Yamina et Sim'al ; p. 150-152 : Sim'al est la tribu de Zimri-Lim ; p. 152-156 : relation entre « Hanéens et Benê Sim'al », p. 153 « Hanéen est un terme plus général, qui peut englober Sim'alites et Yaminites » ; p. 155 « dans un certain nombre de cas, l’opposition qui est faite dans les textes n’est pas entre Sim'alites et Yaminites, mais entre Hanéens et Yaminites. Il est vraisemblable que c’est là qu’il faut trouver une opposition secondaire. »

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 116 n. 53 : « fils de la gauche », « nordistes », font partie des Hanéens ou Amorites (« occidentaux ») ; ethnie à laquelle appartient la famille royale de Mari

▸ J.‑M. Durand, MARI 6, 1990, p. 54 n. 76

▸ M. Anbar, OBO 108, 1991, p. 85-86 et passim

▸ D. Charpin, NABU 1992/31

▸ J.‑M. Durand, Mél. Fleury, 1992, p. 45 n. 39

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 114, 118

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 184

▸ J.‑M. Durand, MARI 7, 1993, p. 47

▸ P. Villard, Mém. Birot, 1994, p. 297 n. 33, 326

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 270

▸ B. Lafont, Mém. Birot, 1994, p. 210

▸ J. Eidem, Mém. Birot, 1994, p. 202 n. 2, 204-206

▸ M. Anbar, Mél. Limet, 1996, p. 7-10 : doutes concernant l’origine tribale sim'alite de Zimri-Lim

▸ I. Guillot, Mém. Barrelet, 1997, p. 282

▸ B. Lyonnet, Mém. Barrelet, 1997, p. 140

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 79

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 174 (lu par l’auteur : Mâr sim'al)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 29, 37, 78, 103, 131, 136 n. 495, 175, 176 n. 48, 180, 193 n. 181, 203, 238 n. 647

▸ M. Guichard & N. Ziegler, Mél. Larsen, 2004, p. 245

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 84, 86, 87, 89, 90

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, passim : p. 114 : nomades, « gens de l’intérieur » ; p. 116 : Zimri-Lim est Sim'alite ; Bédouins ; p. 118 : « à l’époque de Yaggid-Lîm (…), la plupart des Bensim'alites étaient nomades dans le nord-ouest de la Djéziré » ; p. 133 : hana DUMU simal, « Bédouins fils de Sim'al » ; p. 179 : clans sim'alites : « 1. Yabasu, 2. Yakallit, 3. Amurru, 4. K/Qaṣu, 5. Nahan, 6. Nihad, 7. Yumma-hammu, 8. Ibal-Ahu, 9, Yar'u, 10. Abi-nakar, 11. Man-napsu, 12. Kihibru-ila »

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 225, 227 n. 7, 230

▸ B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 144-159

SUHRA          zone : G

Nom(s) OB : Suhra

Attestations

su-uh-ra-aki
     ARM 26/2 493 : 19

Commentaire général

Ville des bords du Tigre, en amont d’Ekallatum (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 239 : ≠ Sehru/Sehre ; « ville au nord d’Ekallâtum »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : Suhra au nord d’Ekallatum (1), proche de Parpara ; à distinguer de Sahrum et Sehru

SUHUM          zone : B

Nom(s) OB : Suhum
Nom(s) MA : Suhu

Attestations

su-ha-a-yu
     M.7930+ (Ziegler & Charpin Mél. Hunger, p. 69-71) : 26

su-ha-a-yuki
     ARM 23 85 : 11

su-ha-am
     ARM 26/2 411 : 67 ; FM 8 35 : 4

sú-ha-am
     A.2976+ (Charpin MARI 8, p. 347-351) : 9

sú-ha-ia-ma
     AbB 9 179 : 13

su-ha-i
     Inédit [A.362] : 17, ⸢45⸣ ; ARM 14 82 : 16 ; ARM 26/2 521 : 15 ; M.6206 (ARM 32, p. 381-382) : 9′

su-ha-i-im
     ARM 22 262 : vi 6

su-ha-iki
     ARM 14 92 : 6 ; ARM 23 343 : 2 ; ARM 26/1 40 : 23

su-ha-yi
     A.2588 (Charpin MARI 8, p. 362-363) : 2 ; M.5282+ (Lacambre MARI 8, p. 440-444) : 10′

sú-ha-yi
     M.5282+ (Lacambre MARI 8, p. 440-444) : 11′

su-ha-yi-iki
     ARM 22 264 : 14′

su-ha-yi-im
     AbB 12 56 : 12

su-ha-yi-imki
     M.11269 (ARM 30, p. 294) : 6

su-ha-yiki
     ARM 13 83 : 9 ; ARM 22 264 : 10′, 21′ ; ARM 23 73 : 10 ; ARM 23 557 : 10 ; ARM 27 7 : 24 ; FM 3 8 : [i 18′] ; M.11281 (ARM 30, p. 312-313) : 8 ; M.11316 (ARM 32, p. 285-286) : 5

su-ha-yu
     FM 8 34 : [24]

su-ha-yuki
     ARM 22 151 : 3 ; KTT 88 : 4 ; KTT 100 : 6 ; Lafont Mél. Birot 11 : 12 ; Lafont Mél. Birot 17 : 5

sú-ha-yuki
     ARM 4 16 : 5

su-haki
     ARM 1 20 : 4′ ; M.7930+ (Ziegler & Charpin Mél. Hunger, p. 69-71) : 29

su-he-e-em
     ARM 2 45 : 3

su-hi-aki
     Inédit [A.4197] : 3

su-hi-iki
     AbB 7 109 : 4′ ; ARM 1 42 : 26

su-hi-ia-tum
     A.3151 (Dossin RA 65, p. 56-66) : vi 45

su-hi-im
     Inédit [A.558] : 21 ; Inédit [A.3006] : 29 ; A.361 (Charpin Mél. Garelli, p. 139-147) : iii 14′ ; A.1289+ (Charpin Mél. Garelli, p. 147-159) : iv 15′ ; A.2053 (Charpin & Millet Albà BBVO 20, p. 268-270) : 19 ; A.2459 (Charpin & Durand MARI 8, p. 387-388) : 3′ ; A.2976+ (Charpin MARI 8, p. 347-351) : 5 ; ARM 26/2 420 : 11 ; ARM 26/2 480 : 10 ; ARM 27 151 : 18 ; ARM 27 161 : 39 ; FM 8 34 : 34, 42

sú-hi-im
     ARM 28 84 : 9 ; M.5282+ (Lacambre MARI 8, p. 440-444) : 5′

su-hi-imki
     Inédit [A.731] : 16 ; Inédit [A.2523] : ⸢14⸣ ; A.4535-bis (Charpin & Durand MARI 8, p. 389-391) : 10 ; AbB 12 57 : 14 ; ARM 26/1 251 : 9

sú-hi-ma
     ARM 10 59 : 5′

su-hiki
     AbB 13 60 : 18, 19 ; AbB 14 80 : ⸢12⸣

sú-hu
     ARM 2 22 : 21

su-hu-ú
     ARM 7 213 : 23

su-hu-úki
     RIME 4 6.12.1 : 16′

su-hu-um
     Haradum 2 1 : B 3′

su-hu-umki
     YOS 13 69 : 7

su-h[u…]
     AbB 13 64 : 14

Commentaire général

Nom de la vallée étroite de l’Euphrate, en aval de l’actuelle Abu Kemal. À l’époque de Zimri-Lim de Mari, le Suhum n’était pas une province à proprement parler. Le Suhum était séparé en deux parties, le Suhum supérieur, avec pour centre Hanat (= Ana, n° HIGEOMES 196), et le Suhum inférieur, avec pour centre Yabliya (probablement = Al‑Judafia, n° HIGEOMES 734).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 210 : s.v. Suḫûm : « M. Ellis, Taxation, 13-14 : Region am Euphrat unterhalb von Mari ; vgl. auch H. W. F. Saggs, Iraq 17, 136 ; 28, 188. J. A. Brinkman, AnOr. 43, 183-84 Anm. 1127 : von der Grenze Babylons ⇨ Rabiqum bis Ḫindānu am mittleren Euphrat (Belege und Deutungen ab mA/mB Zeit). Nach J.-R. Kupper, Nomades 44, ist die Göttin ʿAnat im Lande Suḫi heimisch ; vgl. zuletzt zusammenfassend M. Anbar, IOS 5, 13ff. »

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 102 n. 2 : région « au sud de Mari, une contrée certainement peu favorisée, dont la possession est surtout d’intérêt stratégique pour les rois de Mari car elle est la frontière du côté des royaumes de Babylone et d’Ešnunna et permet de contrôler les puits de bitume de Hît (…) »

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 201

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, MARI 7, 1993, p. 374

▸ N. Wasserman, Mém. Birot, 1994, p. 326

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 328-329, 334-335, 341

▸ C. Michel, Amurru 1, 1996, p. 391, 414 n. 213

▸ B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 711

▸ D. Lacambre, Mém. Barrelet, 1997, p. 114

▸ D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 441

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 341-366

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 373, 456

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, MARI 8, 1997, p. 387, 389

▸ F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 426 n. 38

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 18, 29 : p. 18 : « les “2 Suhûm” (notion bien documentée) désignent les Suhûm supérieur et inférieur : ils constituent la province du Sud, face au pays d’Akkad (Babylone et Ešnunna) »

▸ B. Lafont, Amurru 2, 2001, p. 226 : en aval de Mari

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 79, 117, 130, 132

▸ D. Charpin, Mém. Parrot, 2002, p. 29 : Hanat appartient au Suhum

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 241

▸ D. Lacambre, NABU 2003 : Moyen-Euphrate, au sud de Mari

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 34 n. 39, 46, 85 n. 74, 88-90, 103, 110, 113 n. 312, 120, 142, 146, 148, 180 n. 77, 183, 194 n. 196

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 86, 89 : p. 89 : il y a deux Suhum ; n. 37 : « Les deux Suhûm sont à comprendre comme Suhûm supérieur (autour de Hanat) et Suhûm inférieur (autour de Yabliya). »

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 225 n. 2, 231 : p. 225 n. 2 : « en aval du district de Mari »

▸ N. Ziegler, CRRAI 46, 2004, p. 105 n. 35

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 117, 139, 145, 155, 156, 157, 178, 186, 194, 195, 196 : p. 156 : deux Suhum, un nord et un sud

▸ D. Lacambre, Studia Euphratica, 2006, p. 129-156

▸ N. Ziegler, FM 9, 2007, p. 281 n. 165

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 42 : zone tampon contre le Sud (entre le royaume de Mari et le Sud)

▸ D. Charpin & A. Millet Albà, BBVO 20, 2009, p. 261 : « partie inférieure de la vallée du Moyen-Euphrate »

▸ P.-A. Beaulieu, RlA 13, 2011-13

▸ N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 179-180

▸ N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, 2014, p. 219 : mise au point sur les Sutéens attestés dans la région du Suhum

SUMUM          zone : E

Nom(s) OB : Sumum

Attestations

su-hu-mi-im
     A.1026 (Guichard OBO 250, p. 73-76) : 8

sú-mi-im
     Inédit [A.2966] : 19 ; FM 11 50 : iii 16

sú-mi-imki
     ARM 28 109 : 14

dsú-mi-imki
     Chagar Bazar 3 65 : 5

sú-mu-umki
     ARM 13 146 : 13

su-ú-ma-am
     ARM 28 58 : 5′

sú-u-mi-im
     Inédit [A.2966] : 18

su-ú-mi-im
     ARM 28 58 : 3′ ; ARM 28 62 : 25 ; ARM 28 69 : 7′, 10′ ; ARM 28 79 : 21 ; ARM 28 98 : 14 ; ARM 28 99 : 10

Commentaire général

Nom du pays dont la capitale était Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 411 : région voisine de celle du Yapṭurum (1)

▸ J.-R. Kupper, Mél. Garelli, 1991, p. 183

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 426 : « Le pays de Sum(û) (ou “Suhumu”) est une réalité géographique du Nord-Ouest, peut-être le nom du nord du pays d’Ašnakkum. »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 270 : « le pays de Sûmûm (ou Sûm) avait comme capitale Ulâyum ; ce dernier était mitoyen de la région d’Urkiš » ; « état limitrophe entre le Zalmaqum de Bûnû.ma-Addu (Harrân) et le Yapṭurum »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 152 : s.v. Sūmum

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 136

▸ J.‑M. Durand, NABU 2003/30 : « la région d’Urkiš »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 125 : « tout ou partie du royaume d’Ašnakkum »

▸ G. Chambon, FM 11, 2009, p. 92 : « il s’agit du pays de Sûmum dans le Nord-Ouest de l’Ida-Maraṣ, autour des villes d’Urkish, de Šuduhum et d’Ašnakkum »

▸ M. Guichard, OBO 250, 2011, p. 32-33 : partie occidentale de l’Ida-Maraṣ (1), depuis le Wadi Zerkan jusqu’à la rive occidentale du Djaghdjagh ; capitale régionale : Ašnakkum

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 81, 83, 91 : p. 81 : « territoire d’Ašnakkum »

SUQAQUM (1-2)

Attestations

sú-qa-qa-anki
     ARM 24 227 : 34

sú-qa-qé-enki
     ARM 7 226 : 45

sú-qa-qí-im
     ARM 23 596 : i 25′

su-qa-qí-imki
     FM 3 85 : 4 ; FM 3 95 : 12′

sú-qa-qí-imki
     ARM 8 57 : 15 ; ARM 21 138 : 32′

su-qá-qì-imki
     ARM 8 68 : 14

sú-qa-qí-inki
     ARM 7 225 : 5′ ; ARM 21 11 : 32″

sú-qa-qíki
     ARM 8 96 : 3

su-qá-qù-ú
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 14

sú-qá-qù-ú
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : i 24

sú-qa-qumki
     ARM 23 591 : 3

SUQAQUM (1)          zone : B

Nom(s) OB : Suqaqan ; Suqaqum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité du district de Našer d’après ARM 23 591. À distinguer de Suqaqum (2), dans la vallée du Tigre.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 211 : s.v. Sūqāqû ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 244 n. 151

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « près de Mari (district de Našer) : toutes les références des textes de Mari renvoient à S. (1) »

SUQAQUM (2)          zone : G

Nom(s) OB : Suqaqu
Nom(s) MA : Sugagu (voir MTT II)

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Suqaqu est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Marmenum et Aššur (= Qalat Sherqat, n° HIGEOMES 111). Elle doit être identifiée avec la ville du même nom attestée aux époques plus récentes et cherchée à la confluence du Petit Zab et du Tigre. À distinguer de Suqaqum (1), du district de Našer.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 211 : s.v. Sūqāqû ; ne distingue pas entre (1) et (2) ; « von W. W. Hallo, JCS 18, 70 mit H. Lewy, AIPHOS 13, 316f. zwischen w und ö Teil des Ğabal Ḥamrīn am Zusammenfluß des Tigris mit dem unteren Zāb angenommen, am w Ufer des Tigris. Gegen diese Lokalisierung am w und unzugänglichen Ufer wendet sich ausführlich J. A. Brinkman, BiOr. 27, 313f., s. auch ibid. S. 302. – Nach dem aB Itinerar ist S. eine Tagesreise von Assur entfernt, ⇨ nA Sugagu. »

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 244 : « la dernière étape en aval d’Aššur selon les deux itinéraires paléo-babyloniens » ; « Suqâqû serait à chercher dans la proximité immédiate du confluent du Petit Zâb avec le Tigre, sans doute au sud » ; = Tall al‑Dahab (n° HIGEOMES 713, écrit par l’auteur Tell ed-Dahab) ?

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « dans la vallée du Tigre, à une étape en aval d’Aššur : itinéraire d’Urbana/Yale »

SURMAN          zone : B

Nom(s) OB : Surman

Attestations

su-ur-ma-anki
     ARM 22 303 : 2 ; ARM 26/1 86 : 20

Commentaire général

Localité productrice de bois, probablement située en aval de Halabit (probablement = Halabiye, n° HIGEOMES 722), dans la vallée de l’Euphrate.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, ARM 26/1, 1988, p. 226 : « dans la vallée de l’Euphrate, en aval de Halabît »

SUSA          zone : E

Nom(s) OB : Susa ; Šusa ; Šuša

Attestations

su-sa-aki
     Inédit [A.3194] : 39 ; ARM 7 91 : 2 ; ARM 7 210 : 22 ; ARM 7 298 : 2 ; ARM 9 288 : 7 ; ARM 26/2 435 : 12 ; ARM 28 91 : 5′ ; ARM 31 151 : ⸢7⸣ ; FM 2 58 : 9 ; Guichard BBVO 24 2 : 5, 36 ; M.10539 (Bonechi Mél. Fleury, p. 14-15) : 16

su-saki
     ARM 7 209 : 11

su-se-[…]
     A.2500+ (Durand MARI 6, p. 75-77 et n. 199) : 28′

šu-sa-aki
     Guichard BBVO 20 4 : 23′

šu-sà-aki
     A.3664 (Guichard OBO 250, p. 78-80) : ii 4” ; ARM 28 121 : 6

šu-ša-a-yiki
     ARM 28 115 : 22

šu-ša-aki
     ARM 13 144 : 17 ; ARM 28 113 : 13

šu-ša-iaki
     ARM 28 60 : ⸢16⸣

Commentaire général

Capitale d’un royaume dans le triangle du Habur, probablement à chercher entre Ašnakkum (peut-être = Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) et Qirdahat (peut-être = Hassake, n° HIGEOMES 960). Susa pourrait être localisée sur le Wadi Avedji en aval de Nahur d’après une hypothèse de D. Charpin BBVO 20, 2009 (p. 71 n. 56 et carte p. 69). Le nom de la 23e année de règne de Samsu-iluna célèbre la conquête de Susa après les mentions de Šahna, capitale du pays d’Apum, Zarhanum et Putra.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 211, 229 : p. 211 s.v. Susā et p. 229 s.v. Šušā ; p. 211 : « Nach A. Finet, ARMT 15, 133, s von ⇨ Elaḫut und zu trennen von ⇨ Šušim = Šūš ; vgl. aber Šušā. »

▸ J.‑M. Durand, MARI 6, 1990, p. 77 n. 199

▸ D. Charpin, Cahiers de NABU 1, 1990, p. 118 : « l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. »

▸ M. Bonechi, Mél. Fleury, 1992, p. 14

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 99

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 345 : ville de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ M. Guichard, Mém. Barrelet, 1997, p. 186

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 426 : ville de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 186

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 152-153 : s.v. Susā ; avec bibliographie antérieure

▸ B. Lion, Amurru 2, 2001, p. 146, 158

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 144 : royaume proche de ceux d’Ašnakkum et d’Ašlakka

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 274 n. 301

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 53, 195 n. 207

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 87 : au sud d’Ašnakkum

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 71 n. 56 : « Dans la mesure où la route de Nahur à Mari passe par Susâ, placer Nahur et Susâ sur le wadi Aoueij [= Wadi Avedji] paraît une hypothèse vraisemblable. Je me demande dès lors si Nahur ne serait pas à localiser au Tell Ailoun [= Tall Aylun, n° HIGEOMES 17]. » ; p. 69 : carte

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 10 n. 62 : « Susâ, placée sur la route de Mari à Nahur, est à chercher à proximité d’Ašnakkum (Chagar Bazar) et probablement de Qirdahat (Hasseke ?). Susâ pourrait être localisée sur le wadi Aoueji en aval de Nahur (Tell Ailoun ?) selon une hypothèse de D. Charpin 2009, p. 71 n. 56 (et carte p. 69) basée sur des travaux de M. Guichard. »

▸ M. Guichard, OBO 250, 2011, p. 33 : entre Ašnakkum et Zalluhan

SUTUM          zone : A, B, Y, Z

Nom(s) OB : Sutum
Nom(s) MA : Sutiu

Attestations

su-te-em
     ARM 5 23 : 22 ; T.179 (Charpin Mél. Veenhof, p. 25) : 5 ; T.240 (Charpin Mél. Veenhof, p. 24) : 6

su-te-i
     ARM 5 23 : 20 ; T.259 (Charpin Mél. Veenhof, p. 24) : 5 ; T.260 (Charpin Mél. Veenhof, p. 25) : 7

su-te-tim
     ARM 26/2 483 : 8

sú-te₁₀-e-em
     ARM 26/2 311 : 16

su-te₉-tum
     ARM 24 288+ : i 36

sú-ti
     A.2993+ (Michel Mél. Fleury, p. 127-130) : 39

su-ti-a-am-ma
     A.1289+ (Charpin Mél. Garelli, p. 147-159) : iv 15′

su-ti-i
     Inédit [A.304] : 22 ; A.2279 (Durand NABU 1993/55) : 5 ; AbB 8 133 : 20 ; AbB 13 94 : 22 ; AbB 14 112 : 10 ; ARM 1 100 : 6 ; ARM 6 44 : 7′ ; ARM 6 51 : 35, 39 ; ARM 6 57 : 5 ; ARM 7 19 : 3 ; ARM 8 9 : E1, E4, E6′, EV4, T1, T4 ; ARM 9 244 : 11 ; ARM 13 44 : 8 ; ARM 13 106 : 5, 9 ; ARM 14 78 : 8, 3′, 5′, 6′ ; ARM 14 79 : 17 ; ARM 21 336 : 5, 7 ; ARM 22 27 : i 23 ; ARM 23 341 : 2 ; ARM 26/2 482 : 3′ ; ARM 26/2 483 : 11 ; ARM 28 8 : 6′ ; Charpin MARI 3 68 : 2 ; FM 4 44 : 2 ; M.6654+ (ARM 30, p. 253) : iv 15′ ; M.11009+ (Charpin MARI 6, p. 263-265) : 4, 16 ; T.178 (Charpin Mél. Veenhof, p. 25) : 7

sú-ti-i
     ARM 21 407 : i 19′ ; ARM 24 32 : 16 ; FM 10 68 : 4

su-ti-i-im
     ARM 21 2 : 3 ; ARM 31 199 : 6

sú-ti-i-im
     AbB 9 6 : 5

su-ti-i.MEŠ
     AbB 3 1 : 7, 12 ; ARM 6 58 : 5 ; ARM 14 79 : 7 ; FM 8 31 : 28, 35

su-ti-iki
     A.3297+ (Ziegler CRRAI 46, p. 96-99) : 18, 23 ; AbB 10 171 : 5 ; ARM 22 153 : 36

su-ti-um
     UET 5 564 : i 6

su-ti₄-im
     Charpin Mél. Veenhof 8 : 2′

su-tu-ú
     A.2801 (Dossin RA 66, p. 119-120) : 17 ; AbB 2 83 : 34 ; AbB 6 10 : 5 ; AbB 7 86 : 33 ; AbB 7 89 : 9 ; AbB 10 150 : 8 ; ARM 3 12 : 10 ; ARM 6 15 : 18 ; ARM 6 44 : 5 ; ARM 6 51 : 37 ; ARM 6 57 : 10, 4′, 16′ ; ARM 6 58 : 10, 11 ; ARM 7 110 : 4′ ; ARM 7 133 : 3 ; ARM 7 165 : 15 ; ARM 7 169 : 13 ; ARM 7 210 : 21′ ; ARM 7 225 : 19 ; ARM 13 106 : 16 ; ARM 18 61 : 22 ; ARM 18 64 : 7 ; ARM 21 4 : 3 ; ARM 21 10 : 3 ; ARM 22 150 : 19, 59, 7′ ; ARM 22 327 : 21, 35 ; ARM 23 241 : 11 ; ARM 23 243 : 8 ; ARM 23 446 : 29′ ; ARM 23 448 : 21, 34, 60 ; ARM 23 449 : 20, 33, 59 ; ARM 23 450 : 21, 37 ; ARM 23 451 : 21, 33 ; ARM 26/1 225 : 9 ; ARM 26/2 482 : 5 ; ARM 26/2 483 : 3, 26 ; ARM 27 161 : 33, 42 ; CUSAS 8 81 : 3 ; FM 11 147 : 8 ; KTT 77 : 5 ; M.6654+ (ARM 30, p. 253) : vi 9 ; M.6731 (ARM 30, p. 251) : 14 ; M.11009+ (Charpin MARI 6, p. 263-265) : 5, 13 ; NBC 10342 (Archibab 2) : 6 ; UET 5 496 : 11

sú-tu-ú
     ARM 5 2 : 11′ ; ARM 23 67 : 1 ; ARM 23 592 : 5 ; Joannès MARI 8 2 : 8′

su-tu-ú.MEŠ
     AbB 8 101 : 7 ; FM 8 31 : 24

su-tu-úki
     A.3297+ (Ziegler CRRAI 46, p. 96-99) : 20

kursú-tu-ú-um
     Charpin Archives familiales TS 13 : 14

su-tu-um
     ARM 5 23 : 7, 8, 15 ; ARM 26/2 497 : 9′

su-tú-um
     AbB 6 140 : 10

sú-tu-um
     UET 5 108 : 19

kursú-tu-umki
     UET 5 97 : 20

Commentaire général

Nom d’un peuple. Selon les attestations de l’époque des archives de Mari, évoluant essentiellement dans la steppe syrienne et occasionnellement sur les bords de l’Euphrate. Voir la mise au point de N. Ziegler et H. Reculeau, StCh 4, 2014. Trois clans sutéens sont connus : les Almutum, les Mehalisayu et les Yahmamum. Le nom de l’an 14 du roi Rim-Sin de Larsa mentionne une victoire sur des troupes sutéennes (M. Sigrist, IAPAS 3 p. 43-44) et un nom d’année du roi de Hana Kaštiliaš une victoire sur les Sutum (BiMes 29 6-2 : 38).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 212 : s.v. Sutûm « Nach J.-R. Kupper, Nomades 83ff. sind die S. Nomaden der syrischen Wüste ; vgl. H. B. Huffmon, APNMT 142 mit Anm. 5. J. Grintz, JNES 21, 201a vermutet, daß das ägyptische Sēt-Volk S. meinen könnte. Vgl. zusammenfassend J. A. Brinkman, AnOr. 43, 285 ff. mit Lit. und einem geschichtlichen Überblick ab der kassitischen Zeit. Mit den Sutäern wird an landschaftlichen Bezeichnungen erwähnt : Purattum elênum (Landbesitz!) ; ⇨ Tadmir, ⇨ Našalā, ⇨ Qatnā sind Städte der syrischen Wüste, die von ihnen geplündert werden (ARM 5, 23 ; 1, 100) ; sie finden Silber im Ğabal Bišrī (ARM 6, 44). Zur Zeit Ḫammurabis sind die Sutäer befriedet (⇨ Razamā), während Jasmaḫ-Adad und Zimrilim wiederholt über Raubzüge unterrichtet werden. ⇨ Jaḫmutum. »

▸ D. Charpin, MARI 6, 1990, p. 263

▸ M. Anbar, OBO 108, 1991, p. 88-89 et passim

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 100

▸ C. Michel, Mél. Fleury, 1992, p. 128

▸ P. Villard, MARI 7, 1993, p. 327

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 331

▸ F. Joannès, MARI 8, 1997, p. 393, 395, 401, 408-411 : p. 393 : nomades transhumants, « dans la vaste région désertique qui borde le Moyen-Euphrate au sud, depuis les contreforts méridionaux du Bišri jusqu’à la région du ouadi Ḥawran »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 219

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 80

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 84, 87, 141-142, 154

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 107 : Suh/tum

▸ D. Charpin, Formation of Tribal Communities, 2010, p. 243 : Sutéens dans le Djebel Bišri

▸ N. Ziegler & H. Reculeau, StCh 4, 2014, passim : mise au point de la documentation de Mari sur les Sutéens

▸ B. Kärger, Philippika 68, 2014, p. 203-229

ṢADANUM          zone : B

Nom(s) OB : Ṣadanum

Attestations

ṣa-da-nim
     ARM 14 14 : 6

Commentaire général

Lieu-dit situé dans le district de Saggaratum, en aval d’un canal d’irrigation qui passe à Bisan.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 607 : étymologie

ṢARBAT          zone : F

Nom(s) OB : Ṣarbat

Attestations

uruṣa-ar-ba-at
     OBTR 251 : 12

ṣa-ar-ba-atki
     Inédit [A.2707] : 9′ ; Inédit [A.2821] : 28′ ; ARM 4 46 : 6 ; ARM 26/1 175 : 13, 16 ; ARM 28 164 : 5′ ; ARM 28 166 : 8′, 8′, 10′ ; FM 2 26 : 12′ ; OBTR 15 : 7 ; OBTR 67 : 14 ; OBTR 74 : 5 ; OBTR 77 : 8 ; OBTR 78 : 7, 10 ; OBTR 89 : 3′ ; OBTR 91 : 8 ; OBTR 141 : 8 ; OBTR 160 : 5

ṣa-ar-bá-atki
     FM 2 84 : 11

Commentaire général

Ṣarbat appartenait au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l’époque de Zimri-Lim.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 202 : s.v. Sarbat(um) ; ne distingue pas Ṣarbat et Ṣarbatum en Babylonie

▸ A. Archi, MARI 7, 1993, p. 76

▸ M. Bonechi & A. Catagnoti, Mém. Birot, 1994, p. 60-61 : « piémont méridional du Djebel Sinjar »

▸ G. Ozan, Mém. Birot, 1994, p. 153, 154

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 97

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 154 : s.v. Ṣarbat ; ≠ Ṣarbatum (région de Kiš)

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Ṣarbat, dans la région au sud du Sindjar non loin de Kurdâ (cf. en dernier lieu M. Bonechi et A. Catagnoti, FM II, p. 60-61 com. au no27) : réf. d’OBTR et des archives de Mari (ARM IV 46 : 6 ; XXVI/1 175 : 13, 16 ; XXVIII 164 : 5’ ; 166 : 8’, 10’ ; FM II 26 : 12’ ; 84 : 11 ; A.429 [FM II, p. 61 n. a] ; A.654 [MARI 5, p. 203 et FM II, p. 61 n. a]). Noter qu’à l’époque des archives d’Iltani, Ṣarbat appartenait au royaume de Karanâ, puisque Napsuna-Addu y gérait les intérêts de celle-ci d’après OBTR 67. » ; à distinguer de Ṣarbatum en Babylonie

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 207 n. 334

ṢERDA          zone : D

Nom(s) OB : Ṣerda ; Ṣiyarda
Nom(s) MA : Serda ; Sirda

Identification : Sedda, Tall es-
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
459

Attestations

ṣé-er-daki
     A.1487+ (Villard MARI 5, p. 591-596) : 11, 14 ; ARM 26/1 153 : 29 ; FM 7 6 : 10, 12 ; FM 8 38 : 10 ; KTT 116 : 6 ; KTT 118 : 6 ; KTT 120 : 14, 21, 40, 46

ṣe-er-di
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 36

ṣí-ia-ar-daki
     ARM 23 625 : 4

Commentaire général

Ṣerda est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Zalpah (1) (probablement = Tall Hammam al‑Turkman, n° HIGEOMES 55) et Tuttul (1) (= Tall Bi'a, n° HIGEOMES 27). L’identification avec Tall es-Sedda, proposée par J. M. Córdoba AoF 17, 1990, pourrait convenir même si le tell n’a pas révélé de vestiges archéologiques datant du deuxième millénaire.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 213 : s.v. Ṣerdi, Ṣerda ; pour G. Dossin RA 68, p. 34 : = « Tell Zeidan »

▸ J. M. Córdoba, AoF 17, 1990, p. 376-377 : = Tall es-Sedda, pour des raisons de géographie et de continuité toponymique ; sur une route ancienne vers l’est ; mais pas de traces archéologiques du 2e millénaire av. J.-C. ou postérieures

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 337, 346 : sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57) et Tuttul (1)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 568

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 591 : « en aval de Zalpah » ; « dans la région de Tell Sman »

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 91

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 174 : « ville du Haut-Balikh » (lu par l’auteur : Serdâ)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 151

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 126, 159, 167 n. 301, 169 n. 325 : p. 126 : cours supérieur du Balih, « sous l’emprise du Zalmaqum à l’époque de Zimrî-Lîm. » ; p. 167 n. 301 : « sur le Balih »

▸ J.‑M. Durand, NABU 2004/101 : on peut trouver Ṣiyarda pour Ṣerda

ṢIDQAN          zone : E

Nom(s) OB : Ṣidqan ; Ṣidqanum

Attestations

ṣí-id-qa-anki
     ARM 7 266 : ⸢1′⸣

ṣí-id-qa-niki
     M.11266 (Guichard MARI 8, p. 322) : 4

ṣi-id-qa-niki
     Inédit [M.6765] : [2′]

ṣi-id-qí
     MEC A : 10

Commentaire général

Ville pillée par Zimri-Lim (en ZL 12-13) avec plusieurs autres (Hiršiphum/Širšiphi, Eqlum-bana, Till-Abna et Till-badi). Elle appartenait probablement au pays de Šuda (1). Sa population a été déportée ; voir l’étude de B. Lion, Ktéma 22, 1997, p. 109-118. À distinguer de Ṣidqum (1) et (2).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 332

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Ṣidqân(um) : fait partie des villes de la région de Hurwaš pillée par Zimrî-Lîm au milieu de sa douzième année (ZL 11’) ; cf. FM V, p. 235. Voir M.11266 : 4 (ṣí-id-qa-niki), édité par M. Guichard dans MARI 8, p. 332. » ; à distinguer de Ṣidqum (1) et (2)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 235

▸ B. Lion, CRRAI 46, 2004, p. 219-220

ṢIDQUM (1-2)

Attestations

ṣí-id-qí-im
     ARM 26/2 404 : 5

ṣí-id-qí-imki
     ARM 26/2 404 : 10, 11

ṣí-id-qum
     ARM 26/2 404 : 6

ṢIDQUM (1)          zone : F

Nom(s) OB : Ṣidqum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ville des environs du Djebel Sindjar. À distinguer de Ṣidqum (2) et de Ṣidqan(um).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 154-155 : s.v. Ṣidqum [2] ša dSAGGAR₂

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Ṣidqum “du Sindjar” » ; à distinguer de Ṣidqum (2) et de Ṣidqan(um)

ṢIDQUM (2)          zone : F

Nom(s) OB : Ṣidqum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Cette ville constituait la frontière entre trois entités géographiques : les régions du Numha (1) et du Yamutbal (1) supérieur, et le royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724). À distinguer de Ṣidqum (1) et de Ṣidqan(um).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 154 : s.v. Ṣidqum [1] birit ša Numḫim, Karanā, Iamutbal
N.B. : à corriger en birit paṭî ša etc.

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Ṣidqum “à la frontière du Numhâ, de Karanâ et du Yamutbal” » ; à distinguer de Ṣidqum (1) et de Ṣidqan(um)

ṢILLIYA          zone : F

Nom(s) OB : Ṣilliya

Attestations

ṣíl-lí-iaki
     M.5581 (Durand & Ziegler BBVO 24, p. 54-59) : i 32 ; OBTR 244 : i 11′, v 2

Commentaire général

Localité des environs du Djebel Sindjar mentionnée dans les archives de Mari et de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 213 : s.v. Ṣillijān

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 63

ṢUBAT-IŠTAR          zone : E

Nom(s) OB : Ṣubat-Ištar

Attestations

ṣú-ba-at-iš₈-tár
     ARM 27 72-bis : 36′

ṣú-ba-at-iš₈-tárki
     ARM 2 78 : 38 ; ARM 14 106 : 7 ; ARM 24 167 : 2 ; FM 2 90 : 13 ; FM 2 91 : 15 ; FM 2 105 : 10

Commentaire général

Certainement une dénomination alternative et théophore de Tupham, de la même manière que Šubat-Enlil fut un nom donné temporairement à Šehna ; voir I. Arkhipov BBVO 24, 2014, et Tupham ci-dessous.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Birot, Syria 50, 1973, p. 7-8

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 214

▸ M. Anbar, MARI 7, 1993, p. 390

▸ D. Charpin, Mém. Birot, 1994, p. 180, 190, 196

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 103-104, 111

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 343

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 155 : s.v. Ṣubat-eštar

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 210

▸ I. Arkhipov, BBVO 24, 2014, p. 267-272 : propose de voir en Ṣubat-Ištar un nom donné temporairement à Tupham, dans la région au nord du Djebel Sindjar et à l’ouest du Tigre

ṢUBATUM (1-3)

Attestations

ṣu-ba-atki
     FM 6 26 : 8

ṣú-ba-tam
     ARM 26/2 523 : 21

uruṣú-ba-ti
     OBTR 226 : 4

uruṣú-ba-timki
     OBTR 300 : 5 ; OBTR 316 : 17

ṣú-ba-tim
     ARM 11 120 : 4 ; ARM 12 292 : 4 ; ARM 12 293 : 4 ; M.11589 (ARM 32, p. 416) : 7

ṣu-ba-timki
     FM 10 86 : iv 10

ṣú-ba-timki
     Inédit [T.82] : ix 4 ; Inédit [T.282] : 32 ; Wilcke RA 73, p. 41-46 : iv 24 ; ARM 5 35 : 31 ; ARM 10 143 : 13 ; ARM 12 675 : 1′ ; ARM 21 11 : 22′ ; ARM 21 81 : 3 ; ARM 21 289 : 1 ; ARM 21 333 : 69′ ; ARM 22 36 : ii′ 3′ ; ARM 22 196 : 3 ; ARM 22 247 : 2, 8 ; ARM 23 59 : 8 ; ARM 23 213 : 6 ; ARM 23 320 : 11 ; ARM 24 281 : 6 ; ARM26/2 522 : ⸢18′⸣ ; FM 2 67 : 24 ; FM 2 83 : 9 ; FM 3 106 : 3 ; FM 10 41 : 5 ; FM 10 74 : 4 ; FM 10 76 : [20′] ; FM 10 77 : i 11′, iii 14 ; FM 11 23 : 4 ; M.5581 (Durand & Ziegler BBVO 24, p. 54-59) : ii 61 ; M.7484 (ARM 30, p. 468) : 12 ; M.11550 (ARM 32, p. 411) : 15

ṣú-ba-tumki
     Inédit [T.322+T.355] : 33′ ; Wilcke RA 73, p. 41-46 : ii 4

ṣú-bu-timki
     OBTR 246 : 24 ; OBTR 247 : 3′

ṢUBATUM (1)          zone : G

Nom(s) OB : Ṣubat ; Ṣubatum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Cette localité du royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724), située sur les bords du Tigre, est à distinguer de Ṣubatum (3), homonyme ayant aussi appartenu au royaume de Karana (1) à l’époque de Zimri-Lim. À distinguer aussi de Ṣubatum (2), dans le royaume de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 266 : s.v. Zubatum, Zubutum ; ne distingue pas plusieurs localités homonymes

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 155 : s.v. Ṣubatum [1] ; ne distingue qu’entre Ṣubatum [1] et [2] sans que l’on sache bien laquelle est laquelle ; ≠ Ṣubutum (lu Zubutum)

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 264 : « Dans le royaume de Karâna, deux villes appelées Ṣubât et Ṣubâtum sont actuellement attestées : celle attestée ici [FM 6 26 : 8] semble se trouver dans la proximité immédiate de Qaṭṭara (Tell ar-Rimah). (…) Une autre ville nommée Ṣubât appartenait au moins occasionnellement aux rois de Karâna et était située sur le Tigre (…), vraisemblablement sur la rive droite. »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Ṣ. ša ah Idiglat »

▸ M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 155 : commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien ; « Ṣubâtum du pays de Karanâ pourrait être près d’Eski Mossul », Eski Mosul (n° HIGEOMES 681)

ṢUBATUM (2)          zone : B

Nom(s) OB : Ṣubatum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ṣubatum (2), dans le royaume de Mari, hébergeait un sanctuaire important de Dagan. À distinguer de Ṣubatum (1) et (3) du royaume de Karana (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 266 : s.v. Zubatum, Zubutum ; ne distingue pas plusieurs localités homonymes

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 155 : s.v. Ṣubatum [1] ; ne distingue qu’entre Ṣubatum [1] et [2] sans que l’on sache bien laquelle est laquelle ; ≠ Ṣubutum (lu Zubutum)

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 264

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : proche de Mari

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 167 n. 303 : dans le district de Mari

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 70 : dans le district de Mari

ṢUBATUM (3)          zone : F

Nom(s) OB : Ṣubatum ; Ṣubutum
Nom(s) MA : Ṣubatu

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ṣubatum (3) se situait à proximité de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101) et de Zamiyatum (1). J.‑M. Durand et N. Ziegler, BBVO 24, 2014, ont proposé, à titre d’hypothèse, de la localiser à Tall es-Shiba (n° HIGEOMES 397) en fonction de l’identification antérieure de Zamiyatum (1) avec Tall Taya, n° HIGEOMES 122. B. Vollemaere, NABU 2016/10, propose une identification avec Tall Taya pour des raisons de hiérarchie existant entre les villes (Ṣubatum étant le centre régional, Zamiyatum une localité de moindre importance).

Elle est à distinguer de Ṣubatum (1), homonyme appartenant également au royaume de Karana (1) (peut-être = Tall Afar, n° HIGEOMES 724) à l’époque de Zimri-Lim, et de Ṣubatum (2), dans le royaume de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 266 : s.v. Zubatum, Zubutum ; ne distingue pas plusieurs localités homonymes

▸ B. Lafont, ARM 26/2, 1988, p. 477

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 155 : s.v. Ṣubatum [1] ; ne distingue qu’entre Ṣubatum [1] et [2] sans que l’on sache bien laquelle est laquelle ; ≠ Ṣubutum (lu Zubutum)

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 264 : « Dans le royaume de Karâna, deux villes appelées Ṣubât et Ṣubâtum sont actuellement attestées : celle attestée ici semble se trouver dans la proximité immédiate de Qaṭṭara (Tell ar-Rimah). (…) Une autre ville nommée Ṣubât appartenait au moins occasionnellement aux rois de Karâna et était située sur le Tigre (…), vraisemblablement sur la rive droite. »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : proche de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101)

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 63-64 : = Tall es-Shiba (n° HIGEOMES 397) ?

▸ B. Vollemaere, NABU 2016/10 : = Tall Taya (n° HIGEOMES 122) ?

ṢUPRUM (1-2)

Attestations

ṣú-up-ra-a-am
     MEC B : 7

ṣú-up-ra-amki
     ARM 5 2 : 5, 8, 10

ṣú-up-ri
     ARM 22 103 : 32

uruṣú-up-ri
     AbB 13 15 : 4

ṣú-up-riki
     ARM 6 36 : 7 ; ARM 11 240 : 3 ; ARM 22 105 : 26 ; ARM 22 106 : 26 ; ARM 23 269 : 12 ; Charpin MARI 3 116 : 3 ; FM 9 38 : 6 ; M.12418 (ARM 30, p. 519) : [1″] (?) ; M.18147 (ARM 30, p. 351) : 4

ṣú-up-ri-iki
     ARM 26/2 324 : 13′

ṣú-up-ri-im
     ARM 23 181 : 6 ; ARM 24 236 : ii ⸢13′⸣ ; ARM 26/1 16 : 29, 30 ; ARM 26/1 55 : 4, 8

ṣú-up-ri-im-maki
     ARM 10 152 : ⸢14′⸣

ṣu-up-ri-imki
     ARM 1 43 : 23 ; Charpin MARI 3 109 : 5

ṣú-up-ri-imki
     ARM 1 7 : 6, 8 ; ARM 2 44 : 20 ; ARM 7 114 : 2 ; ARM 7 226 : 55 ; ARM 10 150 : 6, 13 ; ARM 10 152 : 6 ; ARM 13 30 : 5 ; ARM 13 39 : 5′ ; ARM 21 23 : 10 ; ARM 21 322 : 5 ; ARM 22 104 : 21′ ; ARM 22 308 : 4 ; ARM 23 105 : 5 ; ARM 23 319 : 15 ; ARM 26/1 6 : 3, 5 ; ARM 26/1 57 : 17 ; ARM 26/1 88 : 23 ; ARM 26/1 118 : 5 ; ARM 26/1 164 : 2′, 5″ ; ARM 26/2 455 : [7] ; ARM 27 16 : 38 ; Lafont Mél. Birot 6 : 13 ; Lafont Mél. Birot 10 : 11 ; M.6091 (ARM 30, p. 331) : 5 ; M.7167 (ARM 30, p. 331) : 7 ; M.7244+ (ARM 30, p. 417-418) : 30 ; M.9790 (ARM 30, p. 328-329) : 5 ; M.10398 (ARM 30, p. 271-272) : 4 ; TEM 3 (Birot RA 49, p. 15-19) : v 59, v 65

uruṣú-up-ri-imki
     Haradum 2 60 : 27

UMBINki
     ARM 22 306 : 7′ ; Joannès Mél. Birot 11 : 7 ; Lafont Mél. Birot 9 : 3 ; T.135 (Durand Mél. Veenhof, p. 130-131) : 5, 18

ṢUPRUM (1)          zone : B

Nom(s) OB : Ṣuprum
Nom(s) MA : Supru

Identification : Abu Hasan, Tall (Abū Ḥasan, Tall)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
275

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ṣuprum (1) était l’une des plus importantes villes fortifiées du district de Mari et doit être cherchée sur la rive gauche de l’Euphrate, en face de Mišlan (peut-être = Tall ar-Ramadi, n° HIGEOMES 100). La localisation à Tall Abu Hasan a été retenue à titre d’hypothèse. À distinguer de Ṣuprum (2), en Babylonie.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 214 : ne connaît que Ṣuprum (1) : « J.-R. Kupper, RA 41, 160 ; G. Dossin, Syria 19, 115 : zwischen Terqa und Mari, zum Distrikt von ⇨ Terqa : vgl. J. Bottéro, RA 52, 175. »

▸ J.‑M. Durand, MARI 4, 1985 : à propos d’ARM 19 463, concernant le personnel du palais de Ṣuprum

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 117 : = Tall Abu Hasan

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 71-72

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « dans la région de Mari, localisée à Tell Abu Hassan »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 117, 149, 154, 166 n. 299, 179, 181, 186

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 227 : en face de Mišlan ; « sur la rive gauche de l’Euphrate » ; zone yaminite

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 43 : = Tall Abu Hasan

▸ C. Michel, RlA 13, 2011-13

ŠA-BAṢIM          zone : B, I

Nom(s) OB : Ša-Baṣim

Attestations

ša-ba-ṣí
     AbB 11 130 : 18′

ša-ba-ṣíki
     ARM 27 141 : 30

ša-ba-ṣí-im
     ARM 2 24 : 58 ; ARM 26/2 499 : 13

ša-ba-ṣí-imki
     ARM 2 22 : 19, 27

Commentaire général

Ville située à la frontière des royaumes de Babylone et de Mari qui est probablement identique à la ville de Šapazzu néo-babylonienne. Elle était située à proximité de la ville Baṣum, mieux connue à l’époque néo-babylonienne comme Baṣ.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 39 : s.v. Bāṣum ; ne distingue pas Baṣum de Ša-Baṣim

▸ R. Zadok, RGTC 8, 1985, p. 71-72 : « Šapazzu is mentioned together with ⇨ Šallat which was not far from Sippar. (…) The identification Šapazzu = Šabazim is proposed tentatively, without disregarding the orthographical difficulty, namely the value ṣú for nB ZU is rare. (…) For a shift of aB b to p in later periods due to the presence of Š, ṣ see W. von Soden, GAG § 27d. (…) Šapazzu could be understood as a late and “vulgar” form of Bāṣ, the more so since the latter appears only in nB royal inscriptions of a highly literary style. »

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 333 et n. 43 : en rive droite de l’Euphrate ; « Un banc de sable constituant un endroit guéable, probablement la future ville de Bâṣ. Un autre lieu-dit Ša bâṣim est mentionné entre Hit et Harbû. »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 222 : « gué important sur l’Euphrate » (lu par l’auteur : Ša baṣṣim)

ŠA-HIDDAN          zone : B

Nom(s) OB : Ša-Haddi ; Ša-Hiddan

Attestations

ša-ha-ad-diki
     ARM 24 237 : i′ 10′

ša-hi-da-anki
     ARM 23 432 : i 2 ; ARM 23 433 : i 2 ; ARM 26/2 292 : 4

ša-hi-id-da-anki
     ARM 26/1 158 : 8 ; FM 3 141 : 21

Commentaire général

La ville de Ša-Hiddan appartenait au district de Saggaratum. Elle était située en rive droite de l’Euphrate, à proximité des carrières d’extraction de pierre pour des stèles selon ARM 26/2 292. Dans la bibliographie concernant cette ville, Ša-Hiddan a été confondue avec Hiddan (peut-être = Karable/al-Ğābirīja, n° HIGEOMES 725), dont il faut la distinguer, ou localisée sur la rive opposée de cette dernière, sans raisons valides.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Kh. Ismail, M. Roaf & J. A. Black, Ismail et al. Sumer 39, 1983, p. 193 : = Jabriyeh (= Karable, n° HIGEOMES 725), non loin de la frontière entre l’Irak et la Syrie

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 116, 117 n. 60 : p. 116 : Ša-Hiddan serait « le vis-à-vis de l’embarcadère pour Hiddan » ; sur la rive droite ; au sud de Mari ; identique à Šahaddum ; p. 117 n. 60 : Hiddan = Baghuz (n° HIGEOMES 18)

▸ F. Joannès, Haradum 1, 1993, p. 30 n. 4 : « site actuel de Aš-Šēḥ Gabir (= Karable/al-Ğābirīja, n° HIGEOMES 725) un peu en aval de El-Qā'im »

▸ W. Heimpel, NABU 1996/14 : sur la rive ouest de l’Euphrate, au sud de Mari à la frontière avec le Suhum, dans le district de Našer ; il y aurait deux villes du même nom

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 351 : = « Si Ša-Hiddân doit être identifié à Hindânu, alors le site est en amont de Diniye (…). » ; appartient au district de Našer

▸ G. Ozan, Mém. Barrelet, 1997, p. 295

ŠA-IṢṢURATIM          zone : B

Nom(s) OB : Ša-Iṣṣuratim

Attestations

ša-iṣ-ṣú-ra-timki
     ARM 23 426 : 7

ša-MUŠEN-ṣú-ra-tim
     ARM 22 262 : iv 9′

ša-MUŠEN-ṣú-ra-timki
     ARM 23 70 : 11 ; ARM 23 554 : 21 ; FM 10 8 : 3 ; FM 10 77 : ii 1

ša-MUŠEN.HI.Aki
     ARM 23 428 : 2 ; FM 10 76 : [34′] ; FM 10 81 : [i′ 4′] ; FM 10 86 : iv 21

Commentaire général

Localité des environs immédiats de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 108 : ce « lieu-dit de l’alvéole de Mari s’appelle “L’endroit aux oiseaux” »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 167

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 226, 231, 232 : p. 226 : en amont d’Appan, rive droite de l’Euphrate, clan des Yahrurum, proche de Mišlan ; p. 231 : district de Mari

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 28

ŠA-LALA'IM          zone : B, E

Nom(s) OB : Ša-Lala'im

Attestations

ša-la-la-iki
     FM 2 68 : 18

ša-la-la-imki
     ARM 23 69 : 4

Commentaire général

Localité du district de Saggaratum ou de Dur-Yahdun-Lim.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 109, 110 : p. 110 : « lieu-dit de Saggarâtum » ou homonyme ?

ŠA-PAHURIM          zone : B

Nom(s) OB : Ša-Pahurim

Attestations

ša-pa-hu-ri-imki
     Wilcke RA 73, p. 41-46 : i 33 ; ARM 7 268 : iii 2′

ša-pa-hu-riki
     ARM 21 11 : 14′

ša-pu-hu-riki
     ARM 7 180 : iii 25′

Commentaire général

Localité du royaume de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 116 : « Le lieu du Rassemblement », port de Rabban, au sud de Mari

ŠA-PANAZIM          zone : D, E

Nom(s) OB : Panahzu ; Panašum ; Ša-Panašim ; Ša-Panazim ; Šatu-Panazim

Attestations

pa-na-ah-zu-ú
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 28

pa-a-na-ši-imki
     M.7340+ (Charpin & Durand MARI 4, p. 316-318) : 10

ša-na-sa-pi
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : iv 10′

ša-pa-na-ši-imki
     ARM 1 39 : 11′, 12′, 13′, 16′

ša-pa-a-na-zi-imki
     ARM 4 28 : 24

ša-pa-na-zi-imki
     ARM 2 10 : 9, 10, 2′

Commentaire général

Les toponymes Panahzu, Panašum, Ša-Panašim, Ša-Panazim et Šatu-Panazim (inédit) doivent probablement renvoyer à une seule et unique localité située à proximité de Heššum et Šuda (2).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ G. Goossens, RA 46, 1952, p. 147 (lu par l’auteur : Panazum)

▸ J. Bottéro & A. Finet, ARM 15, 1954, p. 134 : s.v. Šapanazim

▸ J.-R. Kupper, Nomades, 1957, p. 255 n. 3 (lu par l’auteur : Panazum)

▸ M. Falkner, AfO 18, 1957-58, p. 12, 25, 28-29 (lu par l’auteur : Panahzum ou Panazum)

▸ W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 75 : « (…) Panahzû, should be sought on the Wadi Zerkan, with Tell Abu Rasen a promising possibility for the actual mound. » Tell Abu Rasen = Tall Abu Rasayn (n° HIGEOMES 940)

▸ M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 27 n. 83, 28, 33 (lu par l’auteur : Panazum)

▸ M. Birot, J.-R. Kupper & O. Rouault, ARM 16/1, 1979, p. 31-32 : s.v. Šapanasim…

▸ K. Kessler, TAVO Beih. B 26, 1980, p. 220 : s.v. Panazum

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 184-185 : s.v. Panazum, Panaḫzu, Šapanazum : « W. W. Hallo, JCS 18, 75b : = Tall Abī Rā'sain ? ; vgl. M. Falkner, AfO 18, 25. Erwähnt mit ⇨ Ḫeššim, ⇨ Mammagira, ⇨ Talḫajum ; vgl. zum Namenstyp E. Laroche, NH 297ff. [“kanisisch”]. »

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, MARI 4, 1985, p. 318 : Šapanašim

▸ A. Archi, UF 20, 1988, p. 1 n. 5

▸ J.‑M. Durand, SEL 8, 1991, p. 90 : « “Pânasim” est clairement un toponyme dénommant une réalité de Haute-Djéziré occidentale. Le plus souvent on trouve “Ša Pânasim”, genre de dénomination qui se produit à l’époque lorsque le terme précédé par ša se réfère à une réalité géographique plutôt qu’à une agglomération. » ; étymologie ; phénomène de résurgence ?

▸ B. J. Beitzel, Mari in Retrospect, 1992, p. 51 (lu par l’auteur : Panazum)

▸ M. Bonechi, RGTC 12/1, 1993, p. 290-291 : s.v. Šan[n]abzugu[m]…

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 237, 238, 240, 247, 251, 252, 256, 336 (lu par l’auteur : Panazum)

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 346 (lu par l’auteur : Panahzum)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 46-47 (lu par l’auteur : Ša Pâ-Nâsim)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 141 : s.v. Panaḫzū ; ≠ Pānašum = Šapānašum

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 108, 112 : p. 108 : s.v. Šatupanazim ; p. 112 : Ša-panazim

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 406 et n. 7 (lu par l’auteur : Panahzum)

ŠABIŠA          zone : E

Nom(s) OB : Sabiša ; Šabiša ; Šebiša

Attestations

sa-bi-ša-a
     ARM 22 15 : R.i 11′

ša-bi-ša-aki
     ARM 7 210 : 12′ ; ARM 27 135 : 14 ; ARM 28 139 : 7, 10 ; M.7630 (Bonechi & Catagnoti NABU 1992/65) : 7 ; T.188 (Charpin OBO 257, p. 22 n. 17) : 4

uruše-bi-ša-aki
     Ismail Leilan 124 : 13

Commentaire général

Localité située sur la route entre Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23) et Nagar (= Tall Brak, n° HIGEOMES 29).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. M. Sasson, UF 6, 1974, p. 396

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 49 : s.v. Dabiš(ā), Tabiša

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 220-221 : « entre Nagar et Kahat » ; anciennement transcrit Tabiša ou Dabiša ; ne pas confondre avec Dabiš

▸ D. Charpin, Tall al‑Ḥamīdīya 2, 1990, p. 69 n. 13

▸ F. Ismail, Leilan, 1991, p. 140-141

▸ D. Charpin, Mém. Birot, 1994, p. 184 n. 51 : « entre Kahat et Nagar »

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 258, 259, 265 n. 101 : p. 259 : dans les environs de Kahat et Nagar ; p. 265 n. 101 : « à l’est de Nagar »

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 103

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 155-156 : s.v. Šabišā

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 38 n. 78 : « ville qu’on sait proche de Nagar »

ŠADDU'A          zone : Z, W

Nom(s) OB : Šaddu'a

Commentaire général

Désignation des habitants de la montagne. Il ne s’agit pas d’un ethnique au sens propre du terme.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 82 : montagnards

ŠADITUM          zone : E

Nom(s) OB : Šaditum

Attestations

i.daša-di-tam
     ARM 27 29 : 8, 11

iša-di-tam
     ARM 27 28 : 7, 11, 16

ša-di-tam
     ARM 27 28 : 12

Commentaire général

Nom d’un canal situé dans le district de Qaṭṭunan (probablement = Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 126 n. 96 : canal (« Canal-de-la-Montagne »), « rive droite de l’alvéole de Mari, la lecture doit en être sans doute corrigée en ša-qí!-tum »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 598 : « Il ne faut plus corriger le terme ša-qí!-tim comme je l’avais proposé (…) » ; « dans la région de Qaṭṭunân »

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 54 : « canal des environs de Qaṭṭunân »

ŠADUDU          zone : B

Nom(s) OB : Šadudu

Attestations

ša-du-duki
     ARM 23 428 : 4

Commentaire général

Localité du district de Mari, peut-être identique à Šamdadum (1). Sa population yaminite a été enrôlée pour participer à la campagne contre l’Elam.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 167 : ville de la tribu des Yahrurum

ŠAGIR          zone : F

Nom(s) OB : Šagir ; Šagri

Attestations

uruša-gi-irki
     OBTR 309 : 10

ša-gi-irki
     OBTR 319 : ⸢13⸣

uruša-ag-ri
     OBTR 226 : 6

ša-ag-ri
     OBTR 225 : 4

Commentaire général

Cette localité, uniquement attestée par les archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), serait située à proximité de Qaṭṭara, Ra'isu et Rataman. Distincte de Šakiru et probablement proche de cette dernière.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 216 : s.v. Šagri, Šagir

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 156 : s.v. Šagir

ŠAHADUNI          zone : G, I

Nom(s) OB : Šahaduni

Attestations

ša-ha-du-niki
     Inédit [A.405] : 10, 18

Commentaire général

Ville située sur le Tigre, à proximité de Mankisum (peut-être = Tall Kurr, n° HIGEOMES 726) et Upi. Hammu-rabi de Babylone y établit sa frontière.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 228 et n. 531 : sur les bords du Tigre ? ; « villes rattachées au royaume de Babylone »

ŠAHANA, ŠAHNA          voir ŠUBAT-ENLIL

ŠAKIDAN          zone : B, E, X

Nom(s) OB : Šakidan

Attestations

ša-ki-da-an
     M.15093 (ARM 30, p. 394) : 4

ša-ki-da-anki
     FM 10 50 : 7 ; FM 10 77 : ii 8′ ; FM 10 78 : 13 ; FM 10 81 : vii 1′

Commentaire général

Šakidan est mentionnée comme lieu d’origine d’un sugâgum. Une localisation ne peut pas être proposée. Une identification avec Ša-Hiddan nous semble envisageable.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 82 : il est question d’un homme de Šakidan

ŠAKINNU          zone : W

Commentaire général

Ville fantôme. Lecture erronée du texte A.315 : 17 et 19.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 217 : s.v. Šakinnu

▸ D. Charpin, Tall al‑Hamīdīya 2, 1990, p. 73-75 : correction du passage de A.315 : 17 et 19

ŠAKIRU          zone : F

Nom(s) OB : Šakiru

Attestations

uruša-ki-ru
     OBTR 226 : 7

Commentaire général

Localité documentée par un texte administratif des archives de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101), distincte de Šagir et probablement proche de cette dernière.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 217 : s.v. Šakiru

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 156 : s.v. Šakiru

ŠAKKA          zone : B

Nom(s) OB : Šakka

Attestations

ša-ak-ka
     M.6654+ (ARM 30, p. 253) : ix 18′

ša-ak-kaki
     Inédit [A.981] : 49 ; Inédit [T.282] : 17 ; Inédit [T.322+T.355] : 29′ ; ARM 7 180 : ii 30′ ; ARM 21 11 : 18′ ; ARM 21 138 : 48′ ; ARM 22 326 : 5 ; ARM 23 432 : ii 16 ; ARM 23 433 : ii 19 ; ARM 23 440 : 21 ; ARM 26/1 233 : 7 ; ARM 27 153 : 30 ; FM 10 16 : 4 ; FM 10 62 : 10 ; FM 10 75 : 35, [44] ; FM 10 76 : R.17′ ; FM 10 77 : iii 31 ; FM 10 86 : iv 44 ; FM 10 87 : ii 4′ ; M.10973 (ARM 30, p. 244) : 4 ; M.11644 (ARM 30, p. 319-320) : 4 ; Mohammad Akkadica 123 2 : 19 ; T.301 (ARM 32, p. 185) : 4

ša-ak-ka-aki
     ARM 8 96 : 7

ša-ak-ki-im
     FM 10 18 : 4

Commentaire général

Localité du district de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 217 : s.v. Šakkā

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 117

▸ D. Charpin, Mél. Fleury, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 118

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 80 : « Šakkâ est du district de Mari, non de Saggarâtum, comme on l’a cru »

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 30 n. 78 : « petite bourgade dans le district de Mari »

▸ N. Ziegler, FM 9, 2007, p. 175 : rive droite de l’Euphrate, proche de Mari

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 39, 42, 185 : p. 39 : « ville du district de Mari »

ŠALABATUM          zone : B

Nom(s) OB : Šalabatum ; Šalabitum

Attestations

ša-la-ba-timki
     ARM 3 30 : 22 ; ARM 22 262 : iv 6‴ ; ARM 23 553 : 5

ša-la-bi-timki
     ARM 22 262 : iii 8

Commentaire général

Localité du district de Terqa (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 217 : s.v. Šalabatum

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 227, 228, 229 n. 17, 230, 231, 232 : p. 227 : ville yaminite, en rive droite de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1)

ŠALLURRIYUM          zone : E

Nom(s) OB : Šallurriyum

Attestations

ša-al-lu-ur-ri-yiki
     ARM 2 3 : 9

Commentaire général

Localité du royaume de Kahat (probablement = Tall Barri, n° HIGEOMES 23).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Anbar, IOS 3, 1973, p. 29

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 217 : s.v. Šallurriju

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 60 n. a : centre agricole « des environs mêmes de Kabittum, appartenant au royaume de Kahat »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 156 : s.v. Šallurri'um

ŠAMDADUM (1-2)

Attestations

ša-am-da-di-iki
     A.2588 (Charpin MARI 8, p. 362-363) : 9 ; ARM 22 153 : 11 ; ARM 26/2 461 : 7′ ; FM 10 33 : 5

ša-am-da-di-im
     ARM 23 20 : 4 ; ARM 23 21 : 8

ša-am-da-di-imki
     FM 10 35 : 3

ša-am-da-diki
     ARM 24 200 : 6

ša-am-du-di-i-imki
     FM 10 34 : 4

ša-am-du-di-iki
     FM 10 76 : R.39′ ; FM 10 77 : ii 62

ŠAMDADUM (1)          zone : B

Nom(s) OB : Šamdadum ; Šamdudum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ville du district de Mari, peut-être identique à Šadudu (voir ci-dessus). À distinguer de Šamdadum (2), dans le Suhum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « Dans le district de Mari : ARM XXIII 20 : 4 // 21 : 8 (Haya-Addu, sugâgum de Šamdadum) »

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 226, 230, 231, 232 : p. 226 : ville yaminite, dans le nord « du district de Mari », « en amont de la ville d’Appân », « sur la rive droite de l’Euphrate » ; clan des Yahrurum ; proche de Mišlan ; p. 230 : plus de 400 habitants (lu par l’auteur : Šamdudu)

ŠAMDADUM (2)          zone : B

Nom(s) OB : Šamdadum ; Šamdudum
Nom(s) MA : Šandada

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité du Suhum. À distinguer de Šamdadum (1), du district de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ S. Lackenbacher, ARM 26/2, 1988, p. 385 : commentaire b) au texte n°461 : « D’après A.3170, lettre de Habdatân, Šamdadûm était assez proche de Yabliya. »

▸ D. Charpin, MARI 8, 1997, p. 362-363 : texte n°10 : 9 ; renvoi à S. Lackenbacher, ARM 26/2, 1988

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 28 : « dans le Suhûm, à proximité de Yabliya »

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 59, 62, 63 : « ville du Suhûm, proche de Yabliya » (lu par l’auteur : Šamdadû(m) ou Šamdudûm)

ŠAMDANITUM          zone : B, E

Nom(s) OB : Šamdanitum

Attestations

ša-am-da-ni-timki
     ARM 23 427 : iv 46′ ; ARM 24 233 : v′ 1″ ; FM 10 76 : [24′] ; FM 10 77 : i 17′ ; FM 10 80 : 10′ ; FM 10 81 : ii′ 15′ ; FM 10 86 : [iii 9]

Commentaire général

Šamdanitum est mentionnée comme lieu d’origine d’un sugâgum. Aucune localisation ne peut être proposée pour le moment.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 218 : s.v. Šamdanītum

ŠANASAPI          voir ŠA-PANAZIM

ŠAQA          zone : E

Nom(s) OB : Šaqa

Attestations

ša-qa-aki
     FM 2 114 : 12

Commentaire général

Si le toponyme Šaqa est bien lu, sa mention dans le contexte de la campagne de Yahdun-Lim implique qu’il faille le chercher dans le triangle du Habur, mais on ne peut pas exclure qu’il faille lire dans FM 2 114 « ša Qaki », renvoyant à la localité de Qa située dans cette région. L’identification d’un éventuel toponyme Šaqa avec Šakka dans les environs de Mari est peu vraisemblable.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Charpin, Mém. Birot, 1994, p. 199, 200 : p. 200 : localité du triangle du Habur ou identique à Šakka (du district de Mari ?)

▸ J.‑M. Durand, ARM 30, 2009, p. 191 : « Il ne doit pas s’agir ici de Šakka, ville proche de Mari (comportant -kk-, non -qq-), mais de Qa dans l’Ida-Maraṣ sud. Ša Qa devrait signifier “Celle qui est au droit de Qa”, comme Ša Hiddan “En face de Hiddan”. C’est peut-être l’explication du toponyme qu’on lit pour l’époque de Zimri-Lim Isqa, toujours associée à Qa; D. Charpin citait déjà l’existence de sa-qa-a(ki) dans M.9922, ce qui pourrait être une forme intermédiaire entre les deux toponymes. »

ŠARA          zone : D

Nom(s) OB : Šara

Attestations

ša-ra-aki
     ARM 4 62 : 5

Commentaire général

Localité de la région d’Ašihum (1). On peut la chercher, avec Qabbanum, entre Șanlıurfa et l’Euphrate.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 219

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 561 : « dans la région nord-ouest de la Haute-Djéziré » ; hapax à Mari ?

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 108 n. 269, 113, 148 : p. 108 n. 269 : « la Šur'a de A.2723 doit se trouver à proximité de Nihriya ; nous sommes tentés de l’identifier à Šara » ; p. 113 : « localisation incertaine, peut-être entre Sanliurfa et l’Euphrate »

ŠARMANEH          zone : W

Commentaire général

Ville fantôme. La citation ša-ar-ma-ne-ehki de G. Dossin, Syria 19, 1938, p. 117 a été corrigée en ta-ar-ma-ni-im par J.‑M. Durand, MARI 5, p. 230, cf. ci-dessous l’entrée Tarmanni et le texte inédit [A.482] : 23.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 219 : s.v. Šarmaneḫ

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 230 : correction

ŠARUNA          zone : E

Nom(s) OB : Šaruna

Attestations

ša-ru-na-aki
     ARM 26/1 142 : 6

Commentaire général

Localité mentionnée avec Hidar et qui doit être cherchée au nord du Djebel Sindjar.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, ARM 26/1, 1988, p. 307 n. a au n° 142 : « L’existence d’un cours d’eau à proximité de Šubat-Enlil est prouvée par le fait qu’il existe un salhum de cette ville. Les villes de Šaruna et de Hidar doivent délimiter les régions amont et aval de ce cours d’eau (…). Šaruna (la lecture n’est pas totalement sûre) (…) devrait être en amont de Tell Leilan et, pour que le terme de aqdamatum ait tout son sens, toujours sur le Wadi Djarrah. Une telle localisation expliquerait d’ailleurs assez bien une très faible occurrence. Il est possible qu’une ville de Šaruna, si cette lecture est assurée, soit à identifier avec celle dont nous avons le gentilice ša-ar-WA-na-yu. Ce dernier est attesté par M.6134 qui énumère des cités de l’Ida-Maraṣ. Il arrive après i-la-an-ṣú-urki et avant zu-ur-raki, ce qui convient assez bien pour la situation géographique de Šaruna. »

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 343 : apparaît dans un itinéraire (ARM 26/1 142) : au confluent du Wadi Jarrah et du Wadi er-Radd

▸ W. Heimpel, NABU 1996/14 : rive gauche de l’Euphrate, dans le district de Terqa (1)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 157 : s.v. Šarunā ; ≠ ŠarWAna ; ≠ Širwun

ŠAŠRAN          zone : W

Commentaire général

Ville fantôme. Lecture d’ARM 8 77 corrigée par D. Charpin, MARI 2, 1983.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 220 : s.v. Šašrān

▸ D. Charpin, MARI 2, 1983, p. 66 : correction d’ARM 8 77 : 7 en Dašran

ŠAŠŠAR          zone : F

Nom(s) OB : Šaššar ; Šiššar
Nom(s) MA : Šiššar

Identification : Tharthar
Degré de certitude :
3

Attestations

ša-aš-ša-ar
     FM 6 24 : 3′

Commentaire général

Nom ancien du Wadi Tharthar.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 248 : = Tharthar

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 139 : = Sissar ; = Tharthar

ŠATHURU          zone : E

Nom(s) OB : Šathuru

Attestations

ša-at-hu-ra-yiki
     PIHANS 117 135 : 16

ša-at-hu-riki
     PIHANS 117 157 : 16, 19

uruša-at-hu-riki
     PIHANS 117 135 : 19 ; PIHANS 117 156 : 25

Commentaire général

Localité documentée par les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et qui doit probablement être située à proximité de cette dernière.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. Eidem, OBO 160/5, 2008, p. 301 : près d’Azamhul

▸ J. Eidem, PIHANS 117, 2011, p. 211 : « This town in Apum is not attested outside the Leilan texts. »

ŠATU-PANAZIM          zone : D, E

Commentaire général

Cf. Ša-Panazim.

ŠEHNA          zone : E

Nom(s) OB : Šahana ; Šahna ; Šehna

Identification : Leilan, Tall (Lailān, Tall)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
83

Commentaire général

Voir Šubat-Enlil.

ŠEHRUM          zone : B

Nom(s) OB : Šehrum

Attestations

še-eh-ri-im
     ARM 23 595 : 4

še-eh-ri-imki
     ARM 7 225 : 6′ ; ARM 7 226 : 48 ; ARM 21 11 : 6′ ; ARM 24 234 : i 15′ ; ARM 26/1 171 : 24 ; FM 10 32 : 4 ; FM 10 75 : [11], 51 ; FM 10 76 : 21′, [R.30′] ; FM 10 77 : i 13′, iii 15, iii 49 ; FM 10 86 : iv 13 ; M.11916 (ARM 30, p. 472) : 13 ; S.143,97 (ARM 32, p. 372-374) : v 7′

še-eh-riki
     ARM 7 180 : iii 19′ ; ARM 24 237 : i′ 8′

še-eh-rumki
     Inédit [T.282] : 13 ; Inédit [T.322+T.355] : 24′ ; Wilcke RA 73, p. 41-46 : i 26, iv 18 ; A.250 (Lafont Mél. Fleury, p. 94-95) : 36 ; ARM 23 70 : 3

še₂₀-eh-ra-yuki
     ARM 8 56 : 4

še₂₀-eh-ri-imki
     ARM 21 17 : 14 ; ARM 21 49 : 4 ; ARM 23 246 : 11 ; ARM 23 274 : 12 ; ARM 23 317 : 4 ; ARM 23 326 : 4 ; ARM 23 498 : 4 ; Joannès Mél. Birot 4 : ⸢9⸣

še₂₀-eh-ri-tumki
     ARM 26/1 229 : 4, 9

še₂₀-eh-riki
     Mohammad Akkadica 123 2 : 2

Commentaire général

Ville située dans les environs immédiats de Mari et lieu de culte de la déesse Annunitum. La statue de cette déesse est mentionnée dans un nom d’année du début du règne de Zimri-Lim (voir D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 258).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 220 : s.v. Šehrum : « G. Dossin, RA 69, 30 : in der Gegend von Mari. »

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 116, 137 : p. 116 : bourg dans les environs de Mari

▸ D. Charpin, Mél. Fleury, 1992, p. 35 n. 17, 35-36 n. 18

▸ B. Lafont, Mél. Fleury, 1992, p. 94, 99 : p. 99 : à l’ouest de Mari

▸ J. M. Sasson, Mém. Birot, 1994, p. 303

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 178

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 128, 154 : p. 128 : rivalité avec Mari sous Yahdun-Lim ; étymologie de šehrum comme une forme PiRS de la même racine que šahurum/šuhurum ; « le premier lieu de réunion des Bensim'alites » ; p. 154 : localité sim'alite, dans les environs de Mari

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 59, 185 : entre Der (4) et Mari

ŠIBANUM          voir MTT II

ŠINAH          zone : E

Nom(s) OB : Šinah

Attestations

še-na-ahki
     ARM 10 121 : 5

ši-na-ahki
     Inédit [A.2442] : 11 ; A.2226 (Charpin MARI 7, p. 182-185) : 5 ; ARM 2 33 : 7′ ; ARM 2 38 : 15 ; ARM 4 40 : 15 ; ARM 21 141 : 8 ; ARM 23 504 : 9 ; ARM 26/2 315 : 17? ; ARM 28 45 : 8 ; ARM 28 46 : 5′ ; ARM 28 48 : 60 ; ARM 28 105 : 4′, 30′ ; Guichard BBVO 20 3 : [49], 58, 64, [72] ; Guichard BBVO 20 5 : 4, 12

uruši-na-ahki
     Ismail Leilan 135 : 7 ; VS 7 53 : 2 (— ma-at bi-ri-timki)

ši-na-ha-yiki
     ARM 28 105 : 7′

ši-na-ha-yu
     Inédit [A.641]

ši-na-ha-yuki
     A.3664 (Guichard OBO 250, p. 78-80) : 2′ ; ARM 2 38 : 5 ; Guichard BBVO 20 3 : 23, 57

Commentaire général

Šinah est une ville du royaume d’Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66). Elle est mentionnée à plusieurs reprises avec Urgiš (= Tall Mozan, n° HIGEOMES 92) et Hurra. Elle peut donc être cherchée non loin de ces dernières.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 74b et n. 9 : Šinah dans le Mat biritim selon le texte de vente d’esclave VS 7 53

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 222 : s.v. Šinaḫ ; « J. J. Finkelstein, JNES 21, 78 und Anm. 22 ; W. F. Leemans, Trade 110 »

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169-170, 182

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 423, 638 : p. 423 : « Le nord du royaume d’Ašnakkum est, à l’époque de Zimrî-Lîm, constitué par les deux villes sœurs d’Urkiš et de Šinah, ainsi que Hurrâ, qui ont des tendances constantes à accentuer leurs particularismes. » ; p. 638 : ville jumelle d’Urgiš

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 158 : s.v. Šinaḫ [1] ; ≠ Šinaḫ [2] : Babylonie ? ; avec bibliographie antérieure

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 139-142

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 133 n. 468, 240, 249

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 86 : « dans le pays d’Ašnakkum »

ŠINAMUM          zone : N

Nom(s) OB : Šinamum
Nom(s) MA : Šinamu

Identification : Pornak
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
166

Attestations

še-na-ma-i
     ARM 5 27 : 15

ši-na-ma-yiki
     A.2732 (Ziegler CRRAI 42, p. 493-505) : 5, 8 ; ARM 2 9 : 7 ; ARM 4 77 : 5

ši-na-ma-yuki
     ARM 4 77 : 7 ; Lafont Mél. Birot 17 : 13

ši-na-me-e
     ARM 7 263 : iii 15′

ši-na-mi-imki
     Inédit [A.49] : 46

ši-na-miki
     FM 6 5 : [20] ; FM 6 5 : 25

Commentaire général

Šinamum peut être identifiée avec la ville moderne de Pornak, sur le Haut-Tigre, grâce à la documentation plus récente. Šinamum est identique aux Šinamu médio-assyrienne et Sinabu néo-assyrienne. À l’époque de Samsi-Addu, la ville fut conquise et sa population déportée. À l’époque de Zimri-Lim, Nusugga est attesté comme roi de Šinamum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 122 : s.v. Šinam, Šinamum ; distingue Š. 1 à l’est du Tigre de Š. 2 sur le Haut-Tigre ; « Š. 2. kann aufgrund der nachaltbabylonischen Texte von Š. 1 getrennt und im nördlichen Mesopotamien am oberen Tigris (sö von Diyarbekir) vermutet werden, s. K.-H. Kessler, Topographie, S. 110ff. »

▸ K. Kessler, TAVO Beih. B 26, 1980, p. 79-84

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 103 : « ville de Mésopotamie du nord »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 50 : « dans l’Ida-Maraṣ occidental »

▸ N. Ziegler, CRRAI 42, 1999, p. 494-495

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 158-159 : s.v. Šinamum ; à distinguer de Šinam à l’est du Tigre

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 120, 121, 153, 163

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « Šinamum, dans la haute vallée du Tigre, à proximité de Tušhum » ; à distinguer de Šinam dans la région de la Diyala

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 79 n. 19, 83, 116, 145, 239 n. 660, 240 n. 662

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 409

▸ A. M. Bagg, RlA 12, 2009-11

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 52

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 113, 122, 141-142, 144 : p. 113 : = Pornak ? ; « sur la rive droite (sud) du Haut-Tigre » ; p. 142 : dans le pays d’Eluhut ; = Murattas/Pornak

ŠIRŠIPHI          zone : E, N

Nom(s) OB : Širšiphi

Commentaire général

Voir Hiršiphum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Lion, Ktèma 22, 1997, passim

ŠIRWUN          zone : E, F, G, H

Nom(s) OB : Šarwin ; Šerwunum ; Širwan ; Širwun ; Širwunum

Attestations

ša-ar-wi-na-yuki
     Inédit [M.6134]

še-er-wu-nim
     MEC C : 1 3′

ši-ir-wa-anki
     Inédit [M.11631]

ši-ir-wu-nimki
     ARM 26/2 405 : 14′

ši-ir-wu-úki
     OBTR 82 : 4

ši-ir-wu-unki
     ARM 8 93 : 5′ ; ARM 28 83 : 5 ; OBTR 72 : 4 ; OBTR 251 : ⸢11⸣

Commentaire général

Nom d’un royaume situé au nord-est de la Haute-Mésopotamie.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 223 : s.v. Širwun (?)

▸ J.‑M. Durand, NABU 1988/71 : « puissance (sans doute hourritophone) du nord-est de la Mésopotamie »

▸ J.‑M. Durand, MARI 6, 1990, p. 274, 275 n. 13 : p. 274 : Chron. épon. C3 : 3′ ; p. 275 n. 13 : « situation orientale de ce pays », proche de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101)

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 347 : dans la région de « la grande boucle du Tigre entre Mossoul et l’actuelle frontière turco-irakienne »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 82, 145

▸ M. Forlanini, KASKAL 3, 2006, p. 157 : commentaire de VS 26 148 et des toponymes mentionnés dans le texte paléo-assyrien

ŠIŠHUM          zone : N

Nom(s) OB : Šišhum

Attestations

ši-iš₇-hi-im
     ARM 28 156 : 21

Commentaire général

Localité mentionnée dans la lettre ARM 28 156, d’Arriyuk, à chercher probablement dans les environs du Tigre.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 488 : « nom d’un pays dans les montagnes hourritophones du Nord-Est » ; lecture pas sûre

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 159 : s.v. Šišḫum

ŠITARBUM          zone : D, E

Nom(s) OB : Šitarbum

Attestations

ši-tar-bí-im
     ARM 28 31 : 24

Commentaire général

Ville du royaume de Šuda (2), mentionnée avec Tunda.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, NABU 2005/84 : dans le royaume de Šuda (2) ; « ville située sur un oued important » de Haute-Djézireh

ŠITULLUM          zone : G

Nom(s) OB : Šitullum
Nom(s) MA : Šitula

Identification : Tikrit (Takrīt)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
777

Attestations

ši-tu-lamki
     A.1289+ (Charpin Mél. Garelli, p. 147-159) : ii 13 ; FM 6 22 : 6

ši-tu-lim
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : [iv 2′]

ši-tu-limki
     Inédit [A.558] : 18 ; A.1289+ (Charpin Mél. Garelli, p. 147-159) : ii 5 ; ARM 1 71 : 7′ ; ARM 2 25 : 10 ; ARM 26/1 102 : 1′, 14′ ; ARM 26/1 103 : 9 ; ARM 27 148 : 17 ; M.6242 (Guichard RA 96, p. 110-116) : 17″

ši-tu-lumki-ma
     A.1289+ (Charpin Mél. Garelli, p. 147-159) : ii 7

ši-tu-ul-li-imki
     Inédit [A.558] : 46 ; Inédit [A.712+] : 3

ši-tu-ul-lim
     ARM 28 179 : 23

ši-tu-ul-limki
     Inédit [A.4227] : 6 ; Inédit [M.6950] : ⸢4′⸣ ; ARM 2 15 : 7, 19, 25 ; ARM 2 25 : 12 ; ARM 6 27 : 17 ; ARM 26/1 35 : 5 ; ARM 26/2 440 : 12″ ; ARM 26/2 475 : 19 ; ARM 26/2 491 : 35

ši-tu-ul-lumki
     AbB 2 23 : 7 ; AbB 11 34 : 4′

ši-tul-[li…]
     AbB 6 84 : 6

Commentaire général

Forteresse à la frontière méridionale du royaume d’Ekallatum (1), située sur le Tigre. Une localisation à l’endroit de l’actuelle ville de Tikrit a été proposée par N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 223 : s.v. Šitullum : « F. R. Kraus, SD 5, 80f. : am Westufer des Tigris ; J.-R. Kupper, RA 42, 49 : im Tigristal, oberhalb von Mankisum (…) Š. wird als Grenzgebiet (pattum) des Reichs des Šamšī-Adad bezeichnet (ARM 2, 15). »

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 326, 338-339 : p. 326 : sur le « cours du Tigre, en amont de son confluent avec la Diyala » ; « en amont de Mankisum », point de traversée du Tigre

▸ D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 453

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 98 : « à la frontière sud-orientale du royaume de Haute-Mésopotamie »

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 221-222, 229, 235, 240-241, 242 n. 139-140 et 143, 245-246, 252, 270 : p. 240 : royaume d’Ekallatum (1) ; à « la frontière méridionale du royaume de Haute-Mésopotamie », « sur la rive droite du Tigre » ; = Tikrit

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 88-89, 120, 136 n. 492, 144, 181, 234

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 145

ŠUBARTUM          zone : D, E, F, G, H, Z

Nom(s) OB : Šubartum ; Šubarum
Nom(s) MA : Mat-Šubre ; Subartu ; Subaru ; Šubartu ; Šubaru ; Šubru

Attestations

kurSUki
     OBTR 18 : 5

SU.BIR₄ki
     AbB 6 17 : 6 ; AbB 9 168 : 10 ; BE 6/1 95 : 26 ; CT 48 66 : 2 ; CUSAS 8 8 : 3 ; Haradum 2 69 : 25 ; Haradum 2 99 : 1, 11 ; JCSSS 2 89 : 2 ; OBTR 133 : 7, 8 ; TCL 1 147 : 2 ; TEBA 71 : iv′ 15, R. iii′ 7′, 8′, 9′ ; VAT 1176 (Finkelstein JNES 21, p. 75) : 2, 8 ; YOS 13 35 : 3 ; YOS 13 89 : 7 ; YOS 13 124 : 5 ; YOS 13 246 : 1 ; YOS 13 253 : 2 ; YOS 13 382 : 2

SÚ°.BIR₄
     KTT 334 : 3′

ša-ba-ra-am
     FM 14 Épopée ZL : ii 39

šu-ba-ar-tim
     ARM 1 18 : 26 ; ARM 26/2 308 : 16 ; ARM 26/2 309 : 14 ; M.5148+ (Durand Mél. Kupper, p. 156-157) : 38, 44 ; M.5581 (Durand & Ziegler BBVO 24, p. 54-59) : iv 70 ; TH 72.5 (Charpin Mél. Van Lerberghe, p. 93-94) : 15

šu-ba-ar-timki
     ARM 26/2 365-bis : 4 ; TH 72.5 (Charpin Mél. Van Lerberghe, p. 93-94) : 5

šu-ba-ar-tum
     FM 14 Épopée ZL : ii 42

šu-ba-re-em
     AbB 11 143 : 15

šu-ba-ri
     AbB 12 56 : 12

šu-ba-ri-a-am
     ARM 26/2 549 : 5′

šu-ba-ri-i
     A.55 (Eidem Mél. Fleury) : 22 ; AbB 6 19 : 7 ; ARM 3 37 : 7 ; ARM 14 112 : 24 ; ShA 1 50 : 7

šu-ba-ri-i-tum
     ARM 7 275 : 2′

šu-ba-ri-ta
     AbB 12 32 : 19

šu-ba-ri-tam
     AbB 1 27 : 36, 38

šu-ba-ru
     A.55 (Eidem Mél. Fleury) : 24

šu-ba-ru-ú
     ARM 3 37 : 18

šu-bar-tim
     A.1945 (Lafont RA 91, p. 110) : 6 ; A.2119 (Charpin Mémoires de NABU 2, p. 98-99) : 12 ; A.2968+ (Guichard RA 98, p. 16-25) : 14, 90 ; A.3669+ (Lacambre MARI 8, p. 446-451) : 7′ ; AbB 12 59 : 14 ; AbB 12 60 : 12 ; ARM 6 27 : 17′ ; ARM 14 50 : 14 ; ARM 14 112 : 26, 29 ; ARM 26/2 384 : 20′, 61′ ; ARM 27 45 : 6 ; ARM 27 51 : 10 ; ARM 27 73 : 13 ; ARM 27 76 : 25 ; ARM 27 80 : 44 ; ARM 27 85 : 22 ; ARM 27 147 : 9 ; ARM 27 151 : 86 ; ARM 27 162 : 39 ; ARM 28 181 : 2 ; Charpin RA 98 Daduša : x 12 ; FM 6 7 : 6 ; FM 6 14 : 10′ ; M.13014 (Charpin & Durand Mél. Wilcke, p. 64-69) : 9 ; M.18738 (Thureau-Dangin RA 33, p. 169) : 30, 35

šu-bar-timki
     ARM 27 26 : 17, 26 ; FM 8 12 : 20

Commentaire général

Désignation du nord-est de la Haute-Mésopotamie. Le terme peut renvoyer à une région, à une population ou à la langue hourrite.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 223-225 : s.v. Šubartum : « Vgl. RGTC 2, 175 ; in aB Zeit umfaßt das Gebiet von Š. nach B. Landsberger, RA 48, 212 nur die Gegend von Ḥarrān, nach J. J. Finkelstein, loc. cit. das Gebiet von Diyerbekir bis Nuzi. J. J. Finkelstein, JNES 21, 77 : die Bezeichnung Š. ist geographisch zu begreifen, nicht ethnisch. Š. bezeichnet das Gebiet vom Euphrat bis nach Kirkūk. Vgl. am umfassendsten die Darstellung von W. Ph. Römer, WdO 4, 17ff. »

▸ J. Eidem, Mél. Fleury, 1992, p. 53, 55 : p. 55 n. e : « région à l’est du bassin supérieur du Habur »

▸ J.‑M. Durand, Mél. Fleury, 1992, p. 52

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 336 : « bord du Tigre »

▸ G. Wilhelm, Amurru 1, 1996, p. 175 n. 4

▸ D. Lacambre, MARI 8, 1997, p. 446, 453

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 428

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 119-168 : p. 164 : épopée de Zimrî-Lîm, col. ii, v. 44 ; correspond à la Haute-Djézireh

▸ F. Joannès, Mém. Parrot, 2002, p. 184

▸ B. Lafont, Mém. Parrot, 2002, p. 74-75 : Riftin 46

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 201, 217-218, 225, 241, 243, 248 : p. 217 : région du Habur

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 124, 144, 146, 151, 186 n. 415, 191 : p. 124 : « Kernland du royaume de Haute-Mésopotamie, allant de la vallée du Dara jusqu’au Tigre. »

▸ N. Ziegler, FM 9, 2007, p. 19-20

▸ C. Michel, RlA 13, 2011-13

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 49, 52-53, 58 : p. 52-53 : correspond à la zone sur laquelle Sin-tiri avait autorité à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie selon les textes M.5581 et ARM 5 35

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 77

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 112, 121, 135-137, 143

▸ C. Nicolle, BBVO 24, 2014, p. 26 n. 20

ŠUBAT-ENLIL          zone : E

Nom(s) OB : Šahana ; Šahna ; Šehna ; Šubat-Enlil

Identification : Leilan, Tall (Lailān, Tall)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
83

Attestations de Šahana, Šahna, Šehna

ša-ha-naki
     PIHANS 117 93 : 7 ; PIHANS 117 97 : 9, 24 ; PIHANS 117 113 : 9, 11

še-eh-na-aki
     ARM 26/2 303 : 1′, 40′ ; ARM 26/2 305 : 6′, 10′ ; ARM 26/2 306 : 29, 40 ; ARM 26/2 307 : 4′ ; ARM 26/2 310 : [4] ; ARM 26/2 313 : 24, 25 ; ARM 26/2 315 : 80, ⸢82⸣ ; ARM 26/2 316 : 5, 4′, 9″, 17″ ; ARM 26/2 320 : 13, 3′ ; ARM 26/2 323 : 3 ; ARM 26/2 325 : 6 ; ARM 26/2 327 : 5′ ; ARM 26/2 328 : 4, 27 ; ARM 26/2 336 : 5′ ; ARM 26/2 338 : 4′, 15′ ; ARM 26/2 357 : 31′ ; ARM 26/2 358 : 17′ ; ARM 26/2 360 : 4 ; ARM 28 136 : 7 ; PIHANS 117 137 : 13 ; PIHANS 117 157 : 3 ; Vincente Leilan 40 : ⸢10⸣

uruše-eh-na-aki
     Homsy 1 (Waetzoldt Mél. Kienast, p. 714) : 9 ; Ismail Leilan 3 : 9 ; Ismail Leilan 4 : 3′ ; Ismail Leilan 82 : 10 ; Ismail Leilan 95 : 6 ; Ismail Leilan 108 : 5 ; Ismail Leilan 137 : 8 ; Ismail Leilan 138 : 2′ ; PIHANS 117 16 : 11 ; PIHANS 117 LT 4 : i 8″, i 18″ ; Vincente Leilan 1 : 10 ; Vincente Leilan 4 : 5 ; Vincente Leilan 5 : 9 ; Vincente Leilan 6 : 7 ; Vincente Leilan 7 : 11 ; Vincente Leilan 8 : 14 ; Vincente Leilan 9 : 19 ; Vincente Leilan 10 : 25 ; Vincente Leilan 11 : 7 ; Vincente Leilan 13 : 9 ; Vincente Leilan 14 : 8 ; Vincente Leilan 16 : 5 ; Vincente Leilan 17 : 10 ; Vincente Leilan 18 : 11 ; Vincente Leilan 19 : 10 ; Vincente Leilan 21 : ⸢7⸣ ; Vincente Leilan 22 : 5′ ; Vincente Leilan 29 : 10 ; Vincente Leilan 31 : 8 ; Vincente Leilan 33 : 12 ; Vincente Leilan 34 : 9 ; Vincente Leilan 35 : 8 ; Vincente Leilan 38 : 11′ ; Vincente Leilan 41 : 7 ; Vincente Leilan 44 : 7 ; Vincente Leilan 46 : 8 ; Vincente Leilan 47 : 8 ; Vincente Leilan 48 : 6 ; Vincente Leilan 49 : 11 ; Vincente Leilan 51 : 7 ; Vincente Leilan 52 : 15 ; Vincente Leilan 53 : 17 ; Vincente Leilan 59 : 6 ; Vincente Leilan 60 : 8 ; Vincente Leilan 61 : 7 ; Vincente Leilan 64 : 4 ; Vincente Leilan 69 : 14 ; Vincente Leilan 72 : 18 ; Vincente Leilan 76 : ⸢6⸣ ; Vincente Leilan 79 : 10 ; Vincente Leilan 80 : 6 ; Vincente Leilan 83 : 7 ; Vincente Leilan 84 : 11 ; Vincente Leilan 85 : 7 ; Vincente Leilan 86 : 6 ; Vincente Leilan 87 : ⸢6⸣ ; Vincente Leilan 89 : 6 ; Vincente Leilan 90 : 12 ; Vincente Leilan 91 : 14 ; Vincente Leilan 93 : 4′ ; Vincente Leilan 95 : ⸢7⸣ ; Vincente Leilan 96 : 5′ ; Vincente Leilan 97 : 6 ; Vincente Leilan 99 : 8 ; Vincente Leilan 103 : 7 ; Vincente Leilan 104 : 7 ; Vincente Leilan 107 : 5 ; Vincente Leilan 108 : 5 ; Vincente Leilan 109 : 5 ; Vincente Leilan 110 : 4 ; Vincente Leilan 111 : 7 ; Vincente Leilan 112 : 5 ; Vincente Leilan 113 : 5 ; Vincente Leilan 115 : 5 ; Vincente Leilan 116 : 5 ; Vincente Leilan 117 : 10 ; Vincente Leilan 119 : 5 ; Vincente Leilan 145 : 9 ; Vincente Leilan 155 : 5 ; Vincente Leilan 156 : 10 ; Vincente Leilan 163 : ⸢11⸣ ; Vincente Leilan 164 : 9 ; Vincente Leilan 165 : 14 ; Vincente Leilan 166 : 10 ; Vincente Leilan 167 : 7 ; Vincente Leilan 169 : 12 ; Vincente Leilan 171 : ⸢7⸣ ; Vincente Leilan 179 : 8 ; Vincente Leilan 186 : ⸢2′⸣ ; Vincente Leilan 187 : 4′

uruše-he-na-aki
     Ismail Leilan 84 : 10 (N.B. : en l’absence de note, on suppose qu’il s’agit d’une erreur typographique pour uru še-eh!-na-aki)

Attestations de Šubat-Enlil

šu-ba-at-dEN.LÍL
     Inédit [A.988] : 17 ; ARM 14 109 : 12 ; ARM 23 43 : 20 ; ARM 23 370 : 7 ; ARM 23 560 : 4 ; ARM 27 72 : 12, 14 ; ARM 28 57 : 23 ; ARM 28 132 : 26 ; FM 2 116 : 13 ; KTT 75 : 6 ; UIOM 2370 (Goetze JCS 7, p. 54) : 3

šu-bá-at-dEN.LÍL
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : ii 5, iii 25

šu-ba-at-dEN.LÍL.LÁ
     YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 24

šu-ba-at-dEN.LÍLki
     Inédit [A.302] ; Inédit [A.562] : 5 ; Inédit [A.988] : 12 ; Inédit [A.1421] : 43 ; Inédit [A.2495] : 6 ; Inédit [A.2821] : 29, 32 ; Inédit [A.3308+] : 41′ ; Inédit [A.3591] : 15 ; Inédit [A.3933] : 5 ; Inédit [A.4197] : 16 ; Inédit [M.5009] : 3′ ; A.472+ (Charpin MARI 7) : 55, 56 ; A.2455 (Durand MARI 6, p. 83 n. 213) : 8 ; A.2546 (Charpin CRRAI 29, p. 58-59) : 15 ; A.2560 (Charpin & Durand RA 80, p. 180-182) : 21′ ; A.2724 (Durand Mél. Garelli, p. 30-32) : 26 ; A.2954 (Wasserman Mém. Birot, p. 326) : 7 ; A.3823 (Ziegler & Charpin Mél. Hunger, p. 60-62) : 9′ ; A.4446 (Jean Mél. Hrozny 1, p. 328) : 5, 16, 19 ; AbB 1 29 : 14 ; ARM 1 5 : 47 ; ARM 1 7 : 14, 17, 22, 31, 42 ; ARM 1 10 : 10′, 25′ ; ARM 1 17 : 7, 24 ; ARM 1 26 : 10, 14 ; ARM 1 31 : 11, 15 ; ARM 1 35 : 5, 13, 25 ; ARM 1 37 : 14 ; ARM 1 44 : 6 ; ARM 1 61 : 14, 17, 23, 25 ; ARM 1 64 : 4′ ; ARM 1 67 : 20 ; ARM 1 74 : 6 ; ARM 1 75 : 25, 32, 33 ; ARM 1 82 : 20, 24 ; ARM 1 87 : [12, 7′] ; ARM 1 96 : 10 ; ARM 2 2 : 12, 18, 20 ; ARM 2 6 : 18, 25 ; ARM 2 8 : 30 ; ARM 2 49 : 5′ ; ARM 4 2 : 8, 18, 22 ; ARM 4 5 : 18 ; ARM 4 29 : 11, 19, 24, 37 ; ARM 4 38 : 5, 8 ; ARM 4 64 : 8, 11, 14′ ; ARM 4 80 : 3, 7 ; ARM 5 47 : 14 ; ARM 5 55 : 10 ; ARM 5 75 : 9 ; ARM 13 41 : 14 ; ARM 13 140 : 3 ; ARM 13 142 : 28 ; ARM 14 101 : 5′, 7′, 11′ ; ARM 21 333 : 41′ ; ARM 23 446 : 16′ ; ARM 23 594 : 9 ; ARM 26/1 91 : 2′ ; ARM 26/1 102 : 4′, 16′, 27′, 28′ ; ARM 26/1 266 : 15′ ; ARM 26/1 267 : 11, 13 ; ARM 26/2 319 : 7 ; ARM 26/2 334 : 8 ; ARM 26/2 354 : 15 ; ARM 26/2 387 : 5, 12, [15] ; ARM 26/2 388 : 7, 9, 13, 20 ; ARM 26/2 406 : 3′ ; ARM 26/2 429 : 2′ ; ARM 26/2 430 : 15 ; ARM 26/2 431 : 8 ; ARM 26/2 433 : 46 ; ARM 26/2 435 : 5 ; ARM 27 15 : ⸢8⸣, ⸢9⸣ ; ARM 27 17 : ⸢30⸣, 38 ; ARM 27 65 : 6 ; ARM 27 72 : 6 ; ARM 27 88 : 7 ; ARM 27 133 : 12 ; ARM 27 134 : 10 ; ARM 27 177 : 10 ; ARM 28 11 : 4′, 8′ ; ARM 28 62 : 33 ; ARM 28 132 : 9, 23 ; ARM 28 137 : 10 ; ARM 28 171 : 4 ; Chagar Bazar 3 73 : 19 ; Chagar Bazar 3 114 : 3″ ; Chagar Bazar 3 182 : 4 ; Charpin MARI 3 104 : 3 ; FM 2 82 : 10′ ; FM 2 116 : 12, 33, 60 ; FM 6 3 : 3 ; FM 6 7 : 14′ ; FM 6 12 : 7 ; FM 9 37 : 5 ; FM 9 55 : 7 ; FM 9 63 : 6′ ; FM 9 73 : 21 ; Ismail Leilan 98 : 10 ; M.9541+ (Durand MARI 5, p. 157-159) : 10′ ; OBTCB 73 : 26 ; OBTCB 78 : 33 ; OBTCB 79 : 27 ; OBTCB 87 : 2, 14 ; OBTCB 91 : 25 ; OBTCB 93 : 25 ; OBTCB 103 : [32] ; OBTR 5 : 6 ; OBTR 136 : 7 ; PIHANS 117 76 : 14 ; PIHANS 117 89 : 26, 36 ; PIHANS 117 111 : 9′ ; PIHANS 117 176 : 10 ; RIMA 1 39.7. : [11] ; ShA 1 18 : 16

šu-ba-at-dEN.LÍLki-ma
     Inédit [A.302] ; ARM 2 6 : 8 ; ARM 26/2 387 : 10

šu-bat-dEN.LÍL
     OBTR 30 : 10 ; PIHANS 117 75 : 10

šu-bat-dEN.LÍLki
     ARM 2 130 : 9, 28, 29 ; ARM 10 5 : 5, 19, 23, 28, 29 ; ARM 14 102 : 8 ; Brussels 1 (PIHANS 117, p. 287-289) : 19 ; FM 3 129 : 5, 10 ; PIHANS 117 LT 1 : i 22

urušu-bat-dEN.LÍLki
     OBTR 42 : 16 ; PIHANS 117 42 : 14

Commentaire général

L’identification de Šubat-Enlil et de Šehna avec Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) a été proposée pour la première fois par D. Charpin MARI 5, 1987, puis a été confirmée par les découvertes épigraphiques et archéologiques. Šubat-Enlil est le nom donné à la ville de Šehna, probablement par Samsi-Addu qui y installa sa résidence. Avec Aššur et Ekallatum (1), Šubat-Enlil était l’une des capitales de l’empire de Samsi-Addu. Après la chute du royaume de Haute-Mésopotamie, la ville resta entre les mains de Samiya, un gouverneur dépendant d’Išme-Dagan d’Ekallatum (1). La ville fut disputée entre plusieurs puissances et fut rattachée au royaume d’Andarig. Les archives trouvées dans cette ville datent des rois Mutiya (= Mutu-Abih, fils de Halun-pi-Umu), Till-Abnu (fils de Dari-Epuh) et Yakun-Ašar, son frère. Le nom de la 23e année de règne de Samsu-iluna mentionne la ville comme étant la capitale du pays d’Apum qui fut conquise en même temps que Zarhanum, Putra et Susa.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 74

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 225 : s.v. Šubat-Enlil : « Gleichsetzung von Š.-E. mit ⇨ Aššur nur von J. Lewy, OrNS 21, 1-11. Als Identifizierungsvorschläge sind mir bekannt : Tall Šāġar Bāzār (…) : A. Goetze, JCS 7, 58, G. Dossin, AAS 11/12, 205f., B. Landsberger, Belleten 14, 252, A. Finet, ARMT 15, 134. Tall Barāk (…) : W. van Liere und A ; Mortgat, AAS 13, 120. 124. Tall Lailān (…) : M. Falkner, AfO 18, 37 Anm. 53, W. W. Hallo, JCS 18, 74 mit Lit. Tall al‑Ḥamīdīya : W. v. Liere, AAS 7, 93. Vgl. 3, 10f. »

▸ H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 269-292

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 409

▸ D. Charpin, MARI 5, 1987, p. 129-140 : identification de Šehna avec Šubat-Enlil = Tall Leilan, capitale du pays d’Apum (1) ; p. 131 : « Šehnā est un toponyme attesté dès le IIIe millénaire. Il figure en effet dans deux documents agadéens découverts dans le palais de Narām-Sîn à tell Brak »

▸ J.‑M. Durand, MARI 6, 1990, p. 83 n. 213

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 106, 128

▸ R. M. Whiting, AJA 94, 1990, p. 568-579

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 111

▸ B. Groneberg, Mél. Fleury, 1992, p. 73

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 200

▸ N. Wasserman, Mém. Birot, 1994, p. 326

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 237, 240, 256

▸ J. Eidem, Mém. Birot, 1994, p. 203, 204-206

▸ F. Joannès, Mém. Birot, 1994, p. 149

▸ C. Michel, Amurru 1, 1996, p. 389-390, 392 n. 62, 397, 399, 403-404, 405 n. 159, 413 n. 207, 414

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 323-324, 327, 329, 331-332, 336, 339, 342-346, 348

▸ F. van Koppen, MARI 8, 1997, p. 424, 426 n. 39

▸ D. Lacambre, Mém. Barrelet, 1997, p. 107-110

▸ B. Lafont, Mém. Barrelet, 1997, p. 263

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 160-164 : avec bibliographie antérieure ; capitale du pays d’Apum (1)

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 131

▸ B. Lion, Amurru 2, 2001, p. 158

▸ J.‑M. Durand, Mém. Parrot, 2002, p. 40

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 222, 233, 234 n. 84, 258-259, 269 n. 268, 270

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 129

▸ F. Joannès, Mém. Parrot, 2002, p. 177, 178

▸ D. Lacambre, Mém. Parrot, 2002, p. 508

▸ L. Marti, Mém. Parrot, 2002, p. 209

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 22, 38, 75, 81, 108, 116-117, 116 n. 345, 120, 126-128, 128 n. 432, 131-132, 134-135, 135 n. 484

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 121 n. 53, 123, 134, 140, 146, 147, 160 : p. 146 : dans le pays d’Apum (1)

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 84, 86 n. 22

▸ N. Ziegler, CRRAI 46, 2004, p. 101, 107 n. 48

▸ N. Ziegler, FM 9, 2007, p. 225

▸ J. Eidem, PIHANS 117, 2011 : = Šubat-Enlil OB ; = Tall Leilan

▸ D. Charpin, NABU 2012/11 : Šahana des textes de Leilan (PIHANS 117) = Šehna

▸ I. Arkhipov, BBVO 24, 2014, p. 267, 269, 272

▸ D. Charpin, BBVO 24, 2014, p. 65-66, 72, 74-75, 76 n. 55

▸ J.‑M. Durand & N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 49-50, 53, 56

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 84, 88

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 110, 115, 122, 125, 131-132, 135

▸ C. Nicolle, BBVO 24, 2014, p. 44

▸ N. Ziegler, BBVO 24, 2014, p. 181, 183-184

▸ D. Charpin, RA 108, 2014, p. 121-160 : review article de PIHANS 117 avec de nombreuses corrections et suggestions

ŠUBAT-ŠAMAŠ          zone : D

Nom(s) OB : Šubat-Šamaš

Identification : Bandar Khan, Tall (Bandar Ḫan, Tall)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
440

Attestations

šu-ba-at-dUTU
     A.1610+ (Durand RA 82, p. 108-110) : 46 ; A.4186 (Villard MARI 6, p. 563-565) : 7′ ; ARM 2 136 : 8 ; ARM 23 595 : 12′

šu-ba-at-dUTUki
     Inédit [M.6916] : 15 ; A.687 (Villard MARI 6, p. 573-575) : 8, 16, 24 ; A.900 (Villard MARI 6, p. 562) : 5, 7 ; A.1212 (Durand RA 82, p. 109-110) : 43 ; A.2412 (Villard MARI 6, p. 559-560) : 6, 15 ; A.3394 (Guichard MARI 8, p. 327-328) : 14 ; A.3937 (Villard MARI 6, p. 576-578) : 13′ ; A.4186 (Villard MARI 6, p. 563-565) : 8′ ; A.4259 (Villard MARI 6, p. 570-572) : 14, 3′, 15′ ; ARM 1 10 : 15′, 16′ ; ARM 1 25 : 6 ; ARM 1 60 : 4 ; ARM 1 97 : 14 ; ARM 1 118 : 21′ ; ARM 2 131 : 7, 17 ; ARM 4 11 : 18′ ; ARM 4 27 : 5, 10, 16, 18, 23, 27, 31, 33, 34 ; ARM 4 86 : 48 ; ARM 8 43 : 15 ; ARM 10 107 : 6 ; ARM 14 88 : 9, 15 ; ARM 24 152 : 16 ; ARM 28 117 : 16 ; Charpin MARI 3 102 : 7 ; FM 2 82 : 3′, 6′ ; KTT 142 : 6 ; M.5556 (Villard MARI 6, p. 564) : 3′

Commentaire général

Certainement une dénomination alternative de la ville de Hanzat, de la même manière que Šubat-Enlil fut un nom donné alternativement à Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Pour cette dénomination alternative des toponymes avec un nom théophore, voir l’étude d’I. Arkhipov BBVO 24, 2014. Pour la capitale provinciale Šubat-Šamaš et une identification hypothétique avec Tall Bandar Khan, voir N. Ziegler BBVO 20, 2009.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Birot, Syria 50, 1973, p. 2

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 225-226 : s.v. Šubat-Šamaš : « Š.-Š. wurde lokalisiert von A. Finet, ARMT 15, 135 und J.-R. Kupper, Nomades 253 w. des ⇨ FN Balīḫ ; H. Lewy, OrNS 27, 5 vermutet es im “Tall Muṭabb” (Tall unauffindbar) ; W. W. Hallo, JCS 18, 76a : lokalisiert es ö des ⇨ FN Balīḥ°. A. Goetze, JCS 18, 116b denkt an eine Lage zwischen dem Ğullāb-Fluß und dem oberen Euphrat. S. Smith, AnSt. 6, 36, vermutet Š. im Tall Šaġar Bāzār ; vgl. noch M. Anbar, IOS 3, 12 Anm. 37 : = Tall Qauz. Š.-Š. wird in den Texten mit ⇨ Mammagira und ⇨ Heššum im Lande ⇨ Zalmaqum verbunden. In der Nähe liegt der Berg ⇨ Asam. – Š.Š. ist 20 Doppelstunden (bērū) von ⇨ Aššur entfernt (ARM 4, 27) »

▸ P. Villard, MARI 6, 1990, p. 559, 562, 563

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 336 n. 58, 337, 342, 344 : p. 336 n. 58 : « Rattachée administrativement aux districts du Balih, Šubat-Šamaš n’est pas forcément à localiser sur le cours même de la rivière : (…) il conviendrait plutôt d’en localiser le site sur l’Euphrate, entre Imâr et Karkemiš. »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 131

▸ M. Guichard, MARI 8, 1997, p. 327

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 76-77, 321 : p. 77 : pas dans la région de Tall Abyad (n° HIGEOMES 216) comme proposé initialement ; p. 321 : « tout près de la frontière avec le Zalmaqum »

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 82, 86, 116 n. 705, 131, 158

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 164 : s.v. Šubat-šamaš ; avec la bibliographie antérieure

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 83 n. 54, 99 n. 196, 103-106, 104 n. 243 et n. 246 : voir aussi : p. 110 n. 286, 124-126, 131 n. 449, 134, 147-148, 150, 152-153, 159 n. 601

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 414, 416-417

▸ N. Ziegler, CRRAI 46, 2004, p. 105 n. 35, 109

▸ N. Ziegler, BBVO 20, 2009, p. 205-207 : = Bandar Khan ?

▸ I. Arkhipov, BBVO 24, 2014, p. 267-272 : plusieurs interprétations possibles mais Hanzat/Šubat-Šamaš serait une ville à deux noms comme Šehna/Šubat-Enlil (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) ; Šubat-Šamaš est située entre le Balih et l’Euphrate ; = Bandar-Khan ?

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 135 n. 110

ŠUDA (1-2)

Attestations

su-da-yi-imki
     FM 8 33 : 18

su-da-aki
     A.4651 (ARM 32, p. 287-288) : 6 ; ARM 4 40 : ⸢11⸣ ; ARM 31 133 : 44, 57 ; FM 11 22 : 4

su-dá-úki
     M.11535 (ARM 30, p. 341-342) : 9

su-daki
     ARM 7 211 : 12 ; ARM 22 151 : 12

šu-da
     ARM 22 15 : R. i 12′

šu-daki
     ARM 23 17 : 3 ; ARM 23 18 : 19 ; ARM 28 80 : 9

šu-da-aki
     Inédit [A.1977] : 30 ; Inédit [A.4197] : 15 ; A.2412 (Villard MARI 6, p. 559-560) : 20 ; ARM 1 39 : 8′, 10′, 15′ ; ARM 1 97 : 20 ; ARM 4 28 : 17 ; ARM 14 119 : 14 ; ARM 23 442 : 6 ; ARM 23 443 : 5 ; ARM 24 52 : 4 ; ARM 27 80 : 6 ; ARM 27 81 : 6 ; M.8214 (ARM 30, p. 346) : 3 ; M.9541+ (Durand MARI 5, p. 157-159) : 5, 7, 8, 18

šu-da-i
     A.3577 (Durand Mél. Fleury, p. 45) : 6′

šu-da-um
     A.3577 (Durand Mél. Fleury, p. 45) : 12′

šu-de
     A.3796 (ARM 26/1, p. 396-397) : 9

ŠUDA (1)          zone : E

Nom(s) OB : Suda ; Šuda
Nom(s) MA : Šudu

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Nom d’une région de l’Ida-Maraṣ (1). À distinguer de Šuda (2), une des capitales du Zalmaqum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 226 : s.v. Šudā ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ J.-R. Kupper, NABU 1996/133 : distinction des deux Šuda, l’une étant une capitale du Zalmaqum [= Šuda (2)], l’autre toponyme [Šuda (1)] serait moins bien attesté et le nom d’un pays de l’Idamaraṣ ; J.-R. Kupper propose que les textes A.3796, ARM 24 52, ARM 28 80 font allusion à ce pays de Šuda de l’Idamaraṣ ; le texte A.3577 pourrait également référer à ce dernier

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 164-165 : s.v. Šudā ; = Sudā ; = Sudū ; = Šudū ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « Dans l’Ida-Maraṣ (1). Noter aussi les graphies su-daki (ARM XXII 151 : 12) ; su-da-aki (ARM XIV 119 : 14) ; sú-de-e-em (ARM XXVI/2 311 : 16). »

ŠUDA (2)          zone : D

Nom(s) OB : Suda ; Šuda

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Šuda est la plus orientale des capitales du Zalmaqum et doit être cherchée à proximité du mont Hasam (= Tektek). À distinguer de Šuda (1), dans l’Ida-Maraṣ.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 226 : s.v. Šudā : « Identisch mit dem im aB. Itinerar erwähnten Šu-ta[-x] ? ; A. Goetze, JCS 7, 62 Anm. 76 denkt an eine Lage bei Derek ; M. Falkner, AfO 18, 29 vermutet Š. ö von Amaz und n der Linie Ḥarrān–Ra's-al-ʿAin ; vgl. zusammenfassende Lit. bei M. Falkner, ibid. und M. Anbar, IOS 3, 24 Anm. 74 ; s. noch J.-R. Kupper, Nomades S ; 48 Anm. 1. Identisch mit nA Šudā ? »

▸ J.-R. Kupper, NABU 1996/133 : distinction des deux Šuda

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 507

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 57 : « Šudâ se trouve donc entre Nihriya (un des centres du Zalmaqum) et le Yapṭurum, c’est-à-dire le pays de Talhayûm. Or, plusieurs textes attestent que le Yapṭurum se trouve le long du Habur. Il ne peut donc s’agir que du cours du Habur au-dessus des sources de résurgence de Râs El-Aîn. »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 164-165 : s.v. Šudā ; = Sudā ; = Sudū ; = Šudū ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : dans le Zalmaqum

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 124 : dans le Zalmaqum

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 407, 413-414 : p. 407 : proche de Mammagira

▸ J.‑M. Durand, FM 8, 2005, p. 115, 206 : dans le Zalmaqum (lu par l’auteur : Suda)

▸ G. Chambon, FM 11, 2009, p. 63 (lu par l’auteur : Suda)

▸ H. Klengel, RlA 13, 2011-13

ŠUDUHUM          zone : E

Nom(s) OB : Šuduhum
Nom(s) MA : Šuduhu

Attestations

šu-du-hi-im
     A.2226 (Charpin MARI 7, p. 182-185) : 8

šu-du-hi-imki
     A.4341 (Guichard Semitica 55, p. 62-70) : 35′ ; ARM 14 112 : 11 ; ARM 14 113 : 10 ; ARM 27 20 : 14 ; ARM 28 111 : 5 ; M.7411 (Charpin MARI 7, p. 189-191) : 9

šu-du-hiki
     PIHANS 117 157 : 24

urušu-du-hiki
     Ismail Leilan 135 : 11, 13

Commentaire général

Ville dépendant du royaume d’Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66), elle fut la capitale d’un royaume de l’Ida-Maraṣ (1) dont l’histoire a été étudiée par M. Guichard BBVO 20.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 226 : s.v. Šuduḫum : « Vgl. M. Birot, Syria 50, 7 Anm. 2 »

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 169-170, 182, 190

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 266

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 425 : ville « de l’Ida-Maraṣ occidental »

▸ B. Lion, Amurru 2, 2001, p. 157

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 165-166 : s.v. Šuduḫum ; avec bibliographie antérieure

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 138, 148

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 195

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 130 : dans l’Ida-Maraṣ (1)

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 75, 78, 97, 99-100 : p. 75 : « dans le Triangle du Habur », proche de Nahur, un royaume de l’Ida-Maraṣ (1) ; p. 76 : proche d’Ašnakkum ; p. 78 : en « Ida-Maraṣ “occidental” » ; p. 97 : appartient au pays d’Ašnakkum ; p. 99 : proche et « à l’ouest d’Ašnakkum » ; p. 100 : a « pu servir d’étape entre Talhāyum et Mari », peu éloignée de Heššum

▸ G. Chambon, FM 11, 2009, p. 92 : appartient au « pays de Sûmum dans le Nord-Ouest de l’Ida-Maraṣ »

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 85-86, 88 : p. 86 : « Sud-Sindjar » ; p. 88 : « ville de l’Ida-Maraṣ »

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 121, 125

ŠUHPAD          zone : E, F

Nom(s) OB : Šuhpad

Attestations

šu-uh-pa-adki
     ARM 26/2 405 : 21′ ; ARM 26/2 409 : 3, 12, 16, 23, 44 ; ARM 28 81 : 4

šu-uh-pa-da-yuki
     ARM 26/2 409 : 5, 26

Commentaire général

Ville disputée par les royaumes d’Andarig (probablement = Tall Khoshi, n° HIGEOMES 64) et de Kurda, probablement au nord du Djebel Sindjar.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ F. Joannès, ARM 26/2, 1988, p. 264 n. 3 : « Toutes ces villes [i.e. Ašihum, Adallaya et Šuhpad] sont à situer dans l’Ida-Maraṣ oriental, au-dessus du Sindjar, dans la zone à forte population hourrite, traditionnellement disputée entre Kurdâ, Andarig, Razamâ, et Ilân-ṣurâ. »

▸ F. Joannès, Mél. Garelli, 1991, p. 175

▸ F. Joannès, Cahiers du Centre Glotz 3, 1992, p. 16

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 343 n. 89, 352 : p. 352 : au nord du Djebel Sindjar, en Haute-Djézireh

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 486

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 166 : s.v. Šuḫpad

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 233

ŠUNA          zone : E

Nom(s) OB : Šuna

Attestations

šu-na-a
     PIHANS 117 117 : 4 ; UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : ii 6, iii 22 ; UIOM 2370 (Goetze JCS 7, p. 54) : 1 ; YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 25

šu-na-aki
     Inédit [A.3131] : 10′, 22′ ; A.3787 (ARM 32, p. 404) : 6 ; ARM 4 47 : 8, 12 ; ARM 5 72 : 12′ ; ARM 7 113 : 16 ; ARM 7 212 : 18 ; ARM 10 47 : 6 ; ARM 10 98 : 5 ; ARM 26/2 313 : 25, [26] ; ARM 28 95 : 4, 22, 55 ; ARM 28 106 : 13, 20 ; ARM 31 45 : 10 ; Bonechi & Catagnoti MARI 8 1 : 8 ; FM 2 92 : 8 ; Ismail Leilan 103 : 15 ; M.10539 (Bonechi Mél. Fleury, p. 14-15) : 18 ; PIHANS 117 10 : 9 ; PIHANS 117 97 : 16 ; PIHANS 117 99 : 15, 18 ; PIHANS 117 101 : 12, 20, 25 ; PIHANS 117 102 : 18, 26 ; PIHANS 117 113 : 14 ; PIHANS 117 119 : 7 ; PIHANS 117 186 : 15 ; Vincente Leilan 107 : 4 ; Vincente Leilan 108 : 4 ; Vincente Leilan 117 : 9

urušu-na-aki
     Brussels 1 (PIHANS 117, p. 287-289) : 16, 17, 21 ; Ismail Leilan 114 : 7 ; PIHANS 117 93 : 8′

šu-na-a-yi
     PIHANS 117 68 : 7

šu-na-a-yiki
     FM 11 42 : [9] ; FM 11 43 : 4

šu-na-yi-imki
     ARM 26/2 430 : 20

šu-naki
     ARM 10 121 : 14 ; ARM 23 504 : [4]

urušu-naki
     PIHANS 117 95 : 15

Commentaire général

Šuna est mentionnée comme étape entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et Ašnakkum (= Tall Chagar Bazar, n° HIGEOMES 66) par les « itinéraires paléo-babyloniens ». Elle semble avoir été une étape importante sur différentes routes puisque plusieurs textes la mentionnent comme lieu de départ d’expéditions et de caravanes. Une localisation dans les environs de l’actuelle Qameshli/Nusaybin (n° HIGEOMES 730) nous semble probable.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 228-229 : s.v. Šunā : « Als Lokalisierungsvorschläge liegen vor : Tall al‑Ḥamīdīya (…) : W. W. Hallo, JCS 18, 74 ; Tall Mu'azzara (…) : W. van Liere, AAS 7, 93 und Nusaybin (…) : W. v. Liere, AAS 14, 120 ; vgl. zuletzt M. Anbar IOS 3, 23 Anm. 69. Nach den Itineraren liegt Š. zwischen den Stationen ⇨ Ašlakkā und ⇨ Šubat-Enlil, bezw. ⇨ Urgiš und ⇨ Ḫarṣi. »

▸ D. Charpin, Cahiers de NABU 1, 1990, p. 118 : « l’Ida-Maraṣ, c’est-à-dire la région “au bord du Maraṣ”, divisé en une dizaine de petits royaumes allant du Djaghdjagh au Habur supérieur : les principales capitales étaient Ašlakka, Ašnakkum, Ilân-ṣurâ, Kahat, Susâ, Šunâ etc. Chacune de ces villes avait un territoire regroupant plusieurs localités autour d’un centre (…). »

▸ M. Bonechi, Mél. Fleury, 1992, p. 14

▸ D. Charpin, Mém. Birot, 1994, p. 181, 191 : p. 181 : « constituait une étape entre Šubat-Enlil et Ašnakkum » ; identification avec Tall al‑Hamidiya (n° HIGEOMES 66) « loin d’être certain[e] » ; dans la vallée septentrionale du Djaghdjagh

▸ Y. Wu, NABU 1994/67 : entre le Wadi Khanzir et le Djaghdjagh

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 343, 346 : cours supérieur du Djaghdjagh, dans les environs de l’actuelle Nusaybin

▸ M. Bonechi & A. Catagnoti, MARI 8, 1997, p. 777

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 88

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 457 : « à un jour de marche de Šubat-Enlil (…), entre Šubat-Enlil (Tell Leilân) et Ašnakkum (Tell Arbid ?), à en croire l’itinéraire de Yale (…). D. Ch. situe la ville, FM II, p. 181, sur le cours septentrional du Djaghdjagh, au lieu dit Tlûl Mohammed, ce qui conviendrait effectivement bien si Ašnakkum est à Tell Arbid. »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 166-167 : s.v. Šunā ; avec bibliographie antérieure

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 39, 109, 114-115, 240, 275 : p. 275 : Nusaybin/Qameshli

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 146, 147, 148 : p. 147 : « à un jour de marche à l’ouest de Šubat-Enlil, peut-être sur le Djaghdjagh, à Tlûl Mohammed »

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 406

▸ M. Guichard, NABU 2006/35 : en Ida-Maraṣ (1)

▸ J. Eidem, OBO 160/5, 2008, p. 300, 302 : p. 300 : royaume vassal de Šehna à l’époque des archives de Tall Leilan ; apports de vin depuis Šuna ; p. 302 : Aya-abu roi de Šuna à l’époque des archives de Tall Leilan

▸ R. Koliński, Topoi 12, 2014, p. 16 : sur la route nord du triangle du Habur, entre Šubat-Enlil/Šehna et Amaz

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 85 : en Ida-Maraṣ (1)

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 122, 132-133 : p. 122 : = Nusaybin (écrit Nisibe) ; p. 132 : « Šuna et Sabbanum sont des points stratégiques de défense du pays d’Apum en Ida-Maraṣ »

ŠUNHUM (1-2)

Attestations

šu-ni-we-hi-im
     ShA 2 22 : 1

šu-un-ha-am
     Ismail Leilan 25 : 4

šu-un-ha-amki
     ARM 1 131 : 7

šu-un-hi-imki
     ARM 28 95 : 4

ŠUNHUM (2)          zone : E

Nom(s) OB : Šunhum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ville appartenant au royaume de Šuna mais contestée par le sire de Kiduhhum. Elle doit donc être cherchée entre ces deux villes. À distinguer de Šunhum (1), à l’est du Tigre.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 229 : s.v. Šunḫum ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 167 : s.v. Šunḫum ; ≠ Šuniweḫum ; ne distingue pas entre (1) et (2)

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « dans l’Ida-Maraṣ (1), à proximité de Šunâ »

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 146, 148 : p. 148 : « le toponyme de Haute-Djéziré Šunhûm est un hapax, mais se retrouve pour désigner une de ces villes du pays d’Uta’um au sémantisme curieux (Pont, Citadelle…) qui semble baliser un itinéraire ; plutôt qu’un exemple de plus de la “toponymie en miroir” (…), il faut sans doute y voir la désignation concrète d’un lieu-dit »

ŠUNUM          zone : W

Commentaire général

Ville fantôme. Lecture d’ARM 2 1 : 27 corrigée. Voir Šur'um.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 229 : s.v. Šunum

ŠUPRUM          zone : F

Nom(s) OB : Šuprum

Attestations

šu-up-ri-imki
     PIHANS 117 171 : 7

Commentaire général

Šuprum est mentionnée dans une lettre, PIHANS 117 171, comme lieu de refuge des mercenaires-habbatum. Puisqu’Ewri, l’auteur de la lettre, pourrait être localisé à Tall Hadi (n° HIGEOMES 785), on peut supposer que Šuprum se trouvait à proximité de ce dernier.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 167-168 : Šuprum ; ≠ Ṣuprum

▸ J. Eidem, PIHANS 117, 2011, p. 245 : dans le pays de Numha (1)

ŠUR'A          zone : D

Nom(s) OB : Šur'a

Commentaire général

Šur'a est mentionnée par des textes inédits rédigés dans le cadre de la campagne du royaume de Haute-Mésopotamie contre Larim-Numaha, roi d’Aparha, et doit être cherchée dans le Zalmaqum. À distinguer de Šur'um et de Zurra.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 267 : s.v. Zurrā

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 186 : s.v. Zurrā ; = Šurrā ; ≠ Mazuramma ; ≠ Mazuratum ; ≠ Šurūm

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « Šur’â dans le Zalmaqum : dans ARM II 1 : 27 (coll. J.‑M. Durand, MARI 5, p. 231 ; voir désormais LAPO 17 645), mentionnée en même temps que Gaššum₁ ; inédit A.2948, mentionné par J.‑M. Durand (MARI 5, p. 231 ; problèmes d’Ibâl-El avec Samsî-Erah de Zalluhan) ; inédit A.2723, cité par N. Ziegler dans FM V, p. 108 n. 269. » ; à distinguer de Šur'um
N.B. : Pour ARM II 1 voir ci-dessous Šur’um

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 108, 148 : p. 108 et n. 269 : « homonyme de la Šur'a plus proche de Šubat-Enlil et de Chagar-Bazar » ; « la Šur'a de A.2723 doit se trouver à proximité de Nihriya ; nous sommes tentés de l’identifier à Šara »

ŠUR'UM          zone : E

Nom(s) OB : Šur'um

Attestations

šu-riki
     Ismail Leilan 129 : 12

šu-ri-iki
     OBTCB 48 : 11

šu-ri-imki
     PIHANS 117 12 : 9

šu-ur-i-imki
     FM 2 66 : 5

šu-ur-imki
     Inédit [A.2948]

šu-úr-imki
     ARM 2 1 : 27

šu-úr-ú-umki
     ARM 24 32 : 18′

Commentaire général

Šur'um, à distinguer de Šur'a et de Zurra, était située au nord-ouest du triangle du Habur, peut-être même dans le Tur Abdin. Voir éventuellement MTT I/2 s.v. Šuru (peut-être = Savur, n° HIGEOMES 929).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 231 : lecture corrigée pour les toponymes Šubum et Šunum inexistants ; à chercher dans l’Ida-Maraṣ (1)

▸ J. Eidem, RA 85, 1991, p. 123 n. 20 : « on a fairly direct route between Leilan and Kahat on the Upper Jaghjagh »

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 106

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 168 : s.v. Šurūm ; = Šur'um ; ≠ Šurrā = Zurrā

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « Šur'um dans l’Ida-Maraṣ » ; à distinguer de Šur'a

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 128 n. 431

▸ M. Guichard, NABU 2005/99 : « nord-ouest de l’Ida-Maraṣ » ; ville dépendant d’Ašlakka

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 81 : « à chercher au nord de Zalluhān, sur la berge orientale du Habur, très vraisemblablement sur le territoire du Yapṭur(um) »

ŠURNAT          zone : E

Nom(s) OB : Šurnat

Identification : Hadi, Tall
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
784

Attestations

šu-ur-na-atki
     ARM 23 594 : 4 ; ARM 26/2 422 : 26 ; ARM 26/2 511 : 54 ; FM 10 58 : 16 ; PIHANS 117 13 : 8, 15 ; PIHANS 117 133 : 19 ; Vincente Leilan 84 : 3 ; Vincente Leilan 111 : 3 ; Vincente Leilan 112 : 3 ; Vincente Leilan 117 : 6

šu-úr-na-atki
     Guichard BBVO 20 3 : 17

urušu-ur-na-atki
     Vincente Leilan 28 : 4 ; Vincente Leilan 170 : 3

Commentaire général

Ville du pays d’Apum (1). Sa localisation à Tall Hadi, aussi connu comme Qal’at al Hadi, a été proposée par J. Eidem RA 85, 1991.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, NABU 1987/37 : réédition du texte administratif découvert à Qal’at al‑Hadi avec bibliographie antérieure

▸ J. Eidem, NABU 1988/9

▸ J. Eidem, RA 85, 1991, p. 119 n. 13, 123, 129, 133 : 129 : identification possible avec Tall Hadi

▸ C.-A. Vincente, Leilan, 1991, p. 442

▸ Ph. Abrahami, CRRAI 38, 1992, p. 165

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 81

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 352 : au nord du Djebel Sindjar

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 168 : s.v. Šurnat

▸ J. Eidem, OBO 160/5, 2008, p. 302-303 : = Qal’at al‑Hadi sur le Wadi Rumeilan ; appartient à Apum ; ville fortifiée ; Kuzzuri probablement roi de Šurnat à l’époque des archives de Tall Leilan ; texte administratif de Qal’at al‑Hadi documente un certain Ewri, probablement un haut fonctionnaire d’Apum qui serait l’auteur de deux lettres découvertes à Tell Leilan (PIHANS 117 110 et 171)

▸ J. Eidem, PIHANS 117, 2011, p. 48

ŠURUZUM          zone : E

Nom(s) OB : Šurizum ; Šurušum ; Šuruzum

Attestations

šu-ri-zi-imki
     Inédit [A.49] : 59

šu-ru-ši-imki
     ARM 26/2 354 : 18

urušu-ru-ziki
     Ismail Leilan 135 : 20

uru?šu-ru-ziki?
     George Iraq 52 1 : R.⸢3′⸣

šu-ru-zi-imki
     ARM 26/1 184 : 10

šu-ru-zu-umki
     ARM 24 32 : 19

Commentaire général

Localité du triangle du Habur.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 229 : s.v. Šurušum, Šuruzum : « J.-R. Kupper, Nomades 255 : w des ⇨ FN Ḫabur in “Haute Mésopotamie” »

▸ A. George, Iraq 52, 1990, p. 41-42 : texte IM 113547 mentionnant Hadnum et Šuruzum trouvé à Tall al‑Hawa « there can be no suggestion on the available evidence that Tell al‑Hawa was called Shuruzi(m) –or, for that matter, Hadnum– in the early second millennium, but the presence in this document of the two toponyms does at least confirm the site as being in the orbit of the known centres. »

▸ A. R. George, NABU 1991/100 : dans l’ouest du bassin du Habur pour la Šuruz/šum des textes de Tall Leilan (n° HIGEOMES 83) ; mais peut-être deux villes différentes du même nom car il y a une Šuruzi dans les tablettes de Tall al‑Hawa (n° HIGEOMES 59)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 166 n. b : égale à Šurušum ; « à la limite de la sphère d’influence du roi d’Ilân-ṣûrâ » ; zone ouest

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 169 : Šurušum ; avec bibliographie antérieure

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 197 n. 233, 223, 239 n. 655, 240 n. 667

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 99 : voisine de Nahur

ŠUTTANNUM          zone : E

Nom(s) OB : Šuttannum

Attestations

uruša-ut-ta-an-nuki
     Ismail Leilan 135 : 4

urušu-ut-ta-an-nimki
     PIHANS 117 16 : 9

šu-ut-ta-nimki
     PIHANS 117 108 : 6, 15

Commentaire général

Localité mentionnée dans les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83), à chercher dans les environs de cette dernière.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ F. Ismail, Leilan, 1991, p. 156 : entre Amursakkum et Ašnakkum

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 169 : s.v. Šuttannu

▸ J. Eidem, PIHANS 117, 2011, p. 86 : « a location west of Leilan is certain »

TABA'IMA          zone : W

Commentaire général

Erreur de lecture d’ARM 5 67 : 32.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 231 : s.v. Taba'ima

TABIŠA          voir ŠABIŠA

TADANNE          zone : C, D

Nom(s) OB : Tadanne

Attestations

uruta-da-an-neki
     VAT 819 (Finkelstein JNES 21, p. 5) : 2

Commentaire général

Localité dans le Mat biritim, lieu d’origine d’esclaves.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. J. Finkelstein, JNES 21, 1962, p. 77-78 : « Tell Azē may itself conceal the ruins of ancient Tataniya/Tadanne. At any rate, it should be somewhere in this vicinity –about midway between Birejik and Rumekale, as the crow flies– that the site of ancient Tataniya/Tadanne should be sought. »

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 232 : s.v. Tadanne : « M. Falkner, AfO 18, 34 mit Lit. : im Umkreis von Ḫattuša gelegen ; A. Goetze, JCS 18, 117a : nahe bei aA ⇨ Zalpā, sicher in der w Krümmung des Euphrats anzusetzen ; vgl. J. J. Finkelstein, JNES 21, 75 Anm. 31 und S. 77ff. : = “Totaine/Tat ʿAin”, Lage : 37°13’ nBr/37°53’ öL (auf modernen Karten unauffindbar) 2 km entfernt vom ö Ufer des Euphrats ; zwischen Birecik und Rûm Kale ? Vgl. RGTC 6, 413 zu ⇨ heth. Tataniya und aA Dadania

▸ G. Barjamovic, CNIP 38, 2011, p. 251 n. 946 : commentaire sur Tataniya/Dadaniya hittite/paléo-assyriennes dans les environs de Zalpah

TADUM          zone : E

Nom(s) OB : Taddum ; Tadum ; Ta'idum
Nom(s) MA : Taidu ; Taida

Identification : Hamidiya, Tall al‑ (Ḥamīdīja, Tall al‑)
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
54

Attestations

ta-a-da-am
     ARM 26/2 357 : 10

ta-a-da-amki
     M.7630 (Bonechi & Catagnoti NABU 1992/65) : 2′

ta-a-daki
     ARM 14 120 : 15

ta-a-di-im
     ARM 7 104 : ii 3′ ; ARM 7 117 : 15, 17 ; ARM 26/2 357 : 9 ; M.7630 (Bonechi & Catagnoti NABU 1992/65) : 3′

ta-a-di-imki
     ARM 7 117 : 11, 13, 19, 21 ; ARM 21 150 : 3 ; ARM 24 32 : 17 ; ARM 27 95 : [9] ; ARM 28 95 : 3 ; ARM 28 134 : 6 ; FM 10 58 : 13, 21 ; FM 10 60 : 13

ta-a-duki
     ARM 22 15 : ii′ 6′

ta-ad-di-i-im
     ARM 26/1 127 : 8

ta-di-a-yuki
     FM 11 151 : 10

tá-i-dì-imki
     ARM 26/2 310 : 7, 13

Commentaire général

L’identification de Tadum (et ses variantes exceptionnelles Taddum et Ta'idum) avec la Taidu de la deuxième moitié du deuxième millénaire est très vraisemblable. Une localisation à Tall al‑Hamidiya (n° HIGEOMES 54) a été proposée par M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 231

▸ D. Charpin, ARM 26/2, 1988, p. 40 n. 80 « proximité de Tillâ, Tâdum et Ilân-ṣurâ »

▸ M. Guichard, Mém. Birot, 1994, p. 240-244 : p. 242 : « sur la route allant de Hazzikkanum à Kahat » ; p. 243 : à une journée d’Ilan-ṣura ; p. 244 : = Tall Farfara (n° HIGEOMES 284) ; ≠ Tall al‑Hamidiya

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 343 : sur la voie qui relie Hazzikkannum, Tadum et Kahat

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 169-170 : s.v. Tâdum ; = Ta'idu(m) ; = Taddum ; = Taita [1] ; = Tedi ; ≠ Tabite ; ≠ Taita [2] ; ≠ Tidu ; avec bibliographie antérieure

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 211 n. 380, 235

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 66 : sur le Djaghdjagh, peut-être = Tall al‑Hamidiya (lu par l’auteur : Ta'idu)

▸ A. M. Bagg, RlA 13, 2011-13, p. 416 : « Als mögliche Kandidaten für T. im Ḫābūr-Gebiet wurden Tall Abū Arzala (Kühne 1980, 58), Tall Brāk (Oates 1985 ; RGTC 12/2, 283), Tall Farfara (Guichard 1994, 244) und Tall al‑Hamīdīya (Wäfler 1994, 301f.) vorgeschlagen. Die Entdeckung eines mittanizeitl. Tontafelarchivs im Jahr 2007 scheint die Identifikation von Tall al‑Hamīdīya mit T. zu bestätigen, was eine lange, kontroverse Diskussion beenden würde. Diese Identifikation schließt eine Gleichstellung von T. mit nA Tīdu aus. »

▸ K. Kessler, Topoi 12, 2014, p. 35-42 : = Tall al‑Hamidiya (lu par l’auteur : Taidu)

▸ R. Koliński, Topoi 12, 2014, p. 16 : sur la route sud passant par le triangle du Habur

TAGIDA          zone : F

Nom(s) OB : Tagida

Attestations

ta-gi-daki
     Inédit [A.654+M.6298] : 9 ; FM 6 26 : 12, 13

Commentaire général

Ville située à une étape au sud-est de Qaṭṭara (= Tall Rimah, n° HIGEOMES 101).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 203

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 341 : entre la piste moderne appelée le « Darb as-Sultan » et Tall Rimah (lu par l’auteur : Tagid)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 170 : s.v. Tagida

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 261, 263, 265, 268 : « Cette localité, qui est à rechercher à une étape au sud-est de Tell ar-Rimah n’est apparemment pas attestée dans les archives de cette ville. Il s’agissait peut-être d’un lieu-dit. Deux villes de ce nom appartenaient, à l’époque du royaume de Haute-Mésopotamie, au “pays” d’Andarig. (…) Tagîda-la-Petite (Tagîda ṣehrum) est également attestée [en note réf. à M.13052 : 22-23]. Deux solutions sont envisageables : soit il s’agit d’une homonymie et trois villes Tagîda existaient, dont une appelée la “petite”, soit les délimitations des districts sous Samsî-Addu ne correspondent pas à la réalité politique qui s’établit à l’époque de Zimrî-Lîm, après la chute du royaume de Haute-Mésopotamie. »

TALHAYUM (1)          zone : E

Nom(s) OB : Talhayum

Attestations

ta-al-ha-ay-yi
     ARM 28 110 : 8

ta-al-ha-ay-yiki
     ARM 28 110 : 17, 21

ta-al-ha-ya-a-yu
     FM 11 74 : 12

ta-al-ha-ya-am
     ARM 13 143 : 17

ta-al-ha-ya-amki
     Inédit [A.1188] : 3′ ; A.2417 (Durand RA 82, p. 98-101) : 6

ta-al-ha-yi-i-imki
     ARM 5 51 : 13

ta-al-ha-yi-im
     A.2226 (Charpin MARI 7, p. 182-185) : 15′ ; A.2417 (Durand RA 82, p. 98-101) : 23 ; ARM 13 143 : 6′, 19′ ; ARM 13 144 : 7, 8, 28 ; ARM 13 145 : 25 ; ARM 13 146 : 11, 14, 16 ; ARM 13 147 : 33 ; M.11215 (ARM 32, p. 359) : 7

ta-al-ha-yi-imki
     Inédit [A.3194] : 18 ; A.1212 (Durand RA 82, p. 109-110) : 22, 32, 35 ; A.1610+ (Durand RA 82, p. 108-110) : 23, 34, 37 ; A.2226 (Charpin MARI 7, p. 182-185) : 13′ ; A.2417 (Durand RA 82, p. 98-101) : 4, 14 ; ARM 25 48 : 4 ; ARM 28 60 : 29 ; ARM 31 161 : 4 ; FM 9 73 : 9 ; M.6009 (Guichard OBO 250, p. 67-71) : [4], 13, 15 ; OBTCB 45 : 3

tá-al-ha-yi-imki
     ARM 28 115 : 13

ta-al-ha-yiki
     ARM 27 64 : 9 ; M.7340+ (Charpin & Durand MARI 4, p. 316-318) : 11 ; M.15284 (ARM 30, p. 313) : 3

ta-al-ha-yu-um
     ARM 13 143 : 3

ta-al-ha-yu-umki
     ARM 13 147 : 19 ; FM 6 9 : 7′ ; M.6009 (Guichard OBO 250, p. 67-71) : 21

ta-al-ha-yuki
     Inédit [A.109] : 41 ; A.2417 (Durand RA 82, p. 98-101) : 46 ; FM 2 112 : 14

Commentaire général

Capitale du Yapṭurum (1), à distinguer d’une éventuelle Talhayum (2) dans la région de Larsa.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 232-233 : s.v. Talḫajum [1] ; distingue T. (1) et (2) ; « T. (1) ist nicht sicher zu lokalisieren ; an Lokalisierungsvorschlägen liegen vor : G. Dossin, ARMT 5, 135, 51 und A. Finet, ARMT 15, 135 : in der Gegend des oberen ⇨ FN Balīḫ ; J.-R. Kupper, Nomades S. 5 Anm. 1 und 8 Anm. 3 glaubt, daß es nicht weit von Šaġar Bāzār gelegen haben kann ; J. J. Finkelstein, JNES 21, 78 Anm. 22 vermutet es ö des Euphratknickes ; M. Falkner, AfO 18, 35 nimmt es im Hābūr-Dreieck an, nö von ⇨ Naḫur. Vgl. zusammenfassend M. Falkner, AfO 18, 29 ; J.-R. Kupper, Syria 41, 126 und zuletzt H. Cazelles, Hommages Dupont-Sommer, 19ff. – Zur Gleichsetzung von aB T. mit ⇨ nA Talḫat s. schon E. Bilgic, AfO 15, 12 Anm. 89. T. liegt im Grenzgebiet des Reiches des Zimrilim ; (…) T. ist Wohngebiet der Hanäer. »

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 396 et n. 70, 403 : p. 396 n. 70 : ville de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ J.‑M. Durand, RA 82, 1988, p. 112 : renonce à une localisation proche d’Imar ; « Talhayûm doit être repoussée plus à l’est »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 170-172 : s.v. Talḫaium [1] ; « Hauptstadt des Landes Iapṭurum [1] »

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 119-168 : p. 150 : « Yapṭurum (le pays de Talhayûm) »

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 275 : « ouest du triangle du Habur » ; « dans l’“Ida-Maraṣ supérieur” (avec Nahur, Qirdahat et Ašnakkum) »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « capitale du pays de Yapṭurum », différente de la Talhayum dans la région de la Larsa

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 122, 123-124 125, 127, 139, 146, 195 n. 462, 196 : p. 123-124 : « dans la région du Yapṭurum inférieur » ; « il commence en outre à la rive ouest du Habur » ; ville à chercher « dans la région de Virançehir ; c’est le lieu de contact avec le Zalmaqum, toute la région autour du Harrân, dont il est séparé par le mont Tektek, (le Hasam, “Muselière”) » ; « Nord-Ouest de la Haute-Djéziré » ; p. 139 : = Virançehir ; p. 146 : extrême ouest de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ D. Sevalié, NABU 2006/95 : Talhayum (1) contrôlait le Yapṭurum (1)

▸ K. R. Veenhof, OAAS 3, 2008, p. 18-21 : p. 21 : « it might point to the region north or northwest of Nagar (Tell Brak) » ; « the town, capital of Yapṭurum, was situated in the “Upper Land,” between Idamaraṣ and Zalmaqum, perhaps in the general area of Viranșehir, but this region is badly known » ; « the OA texts show that this trading and market town, whose textile products were in demand and whose traders had commercial contacts with some Assyrians, nevertheless was somewhat outside the normal range of the Assyrian caravans. For that reason and perhaps because of the composition of its population, it was considered a foreign city-state, across the Euphrates. » (lu par l’auteur : Talḫat)

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 97, 100 : p. 97 : capitale du Yapṭurum (1) ; p. 100 : « ville du sud du Yapṭur »

▸ M. Guichard, OBO 250, 2011, p. 32 : Talhayum, ville la plus importante du Yapṭurum (1)

TALMUŠ          voir MTT II

TALUWA          voir TAZUWA

TALZURU          zone : N

Nom(s) OB : Talzuru

Attestations

ta-al-zu-ri-yuki
     ARM 4 24 : 10

Commentaire général

Village du pays de Hirbazanum, sur le Haut-Tigre.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 99 n. 18 : « Lecture à revoir. Apparemment une province de Hirbazânum. »

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 413 n. 49 (lu par l’auteur : Tal?zuru)

TAPPIŠUM          zone : E

Nom(s) OB : Tappišum

Attestations

ta-ap-pí-ša-amki
     ARM 28 106 : 16

tap-pí-suki
     Vincente Leilan 39 : 4

Commentaire général

Localité à proximité de Šuna mais n’appartenant pas au territoire dépendant de cette ville.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ G. Dossin, Syria 19, 1938, p. 119

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 233 : s.v. Tappišam

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 172 : s.v. Tappišum

TARHUŠ          zone : E

Nom(s) OB : Tarhuš

Attestations

ta-ar-hu-uš
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : ii 4, iii 26 ; UIOM 2370 (Goetze JCS 7, p. 54) : 4 ; YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 23

Commentaire général

Tarhuš est mentionnée dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape à l’est de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et à l’ouest de Yapṭurum (2).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 57, 63 : p. 57 : = « The most likely position is Tell Ḥumaidah »

▸ W. W. Hallo, JCS 18, 1964, p. 73

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 234 : s.v. Tarḫuš « Im Itinerar zwischen den beiden Stationen : ⇨ Šubat-Enlil und ⇨ Japṭurum genannt. A. Goetze, JCS 7, 57, identifiziert T. mit Tall Humeidah (gemeint Tall el-Ḥamīdīya) und W. W. Hallo, JCS 18, 73 mit Tall Qauz oder “Tall Hamuka”. »

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 339-340, 345-346

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 172 : s.v. Tarḫuš

TARIM-HANAT          zone : B

Nom(s) OB : Tarim-Hanat

Attestations

ta-ri-im-ha-na-at
     ARM 5 27 : 22 ; inédit [A.2738] : 13’ ; inédit [A.3302]

Commentaire général

Localité mentionnée avec Ṭahnum qui est peut-être située dans le Suhum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 317-319 : « D’un autre côté A.2738, une lettre à très grosse écriture, certainement d’époque éponymale vu la mention qui y est faite du rôle de Mašiya dans l’attribution des rations et du fait que le même expéditeur écrive ailleurs « à son Seigneur Yasmah-Addu », émane d’un certain Yariš-Asaram (WA-ri-iš-a-sa-ra-am ; // ia-ri-iš-a-sa-ra-[am]), qui se dit résider dans une ville frontière (a-al pa-ṭì-im) et parle des rations de la garnison qui habite à « ta-ri-im-ha-na-at et à TA-ah-nimki » (l. 10′-14′ : ù ŠE.BA ṣa-bi-im, bi-ir-tim ša i-na ta-ri-im-ha-na-at, ù TA-ah-nimki, wa-aš-bu…). Dans A.3302, lettre d’un Bunu-Ištar à Y[asmah-Addu], on parle également des troupes de Tarim-Hanat (nulle part un ki n’est attesté du fait des cassures, mais un NP est peu probable) et de la ville de TA-ah-ni-imki. Il est à la fin du texte expressément question de bateaux et de Harbu. Il est donc tentant de rapprocher les écritures HI-ih-nimki et TA-ah-nimki par le moyen d’une transcription ṭà-ah-nim et de postuler l’existence d’une ville de Ṭahnum (Ṭa‘num ?). Elle se trouverait dès lors à la frontière sud du Suhûm. »

TARIMTI-ENLIL          zone : B, I

Nom(s) OB : Tarimti-Enlil

Commentaire général

Canal situé dans les environs de Rapiqum (probablement = Tall Anbar, n° HIGEOMES 783), attesté par des textes inédits de Mari.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 110 n. 283 : canal, peut-être une « première tentative pour permettre le déversement des eaux de l’Euphrate en crue dans le lac Ḥabbānīyah »

TARMANNI          zone : E

Nom(s) OB : Tarmanni ; Tarmanniwe

Attestations

ta-ar-ma-an-ni-weki
     ARM 27 20 : 10

uruta-ar-ma-an-ni-eki
     Dietrich & Loretz UF 36 22.05 : 2

ta-ar-ma-niki
     ARM 7 169 : 10 ; ARM 7 210 : 25

ta-ar-ma-ni-imki
     Charpin MARI 7 5 : 3, 23′

ta-ar-ma-ni₅-imki
     Inédit [A.482] : 23

tar-ma-an-né-eki
     A.4341 (Guichard Semitica 55, p. 62-70) : 34′

tar-ma-an-ni-weki
     Inédit [M.5885] ; FM 2 72 : 26 ; FM 2 73 : 26

Commentaire général

Ville du royaume d’Ašlakka. Le toponyme est un dérivé du mot hourrite tarmani « source », voir pour ce terme Th. Richter, BGH, 2012, p. 446.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 234 : s.v. Tarmānu

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 230 : correction de la lecture du texte inédit [A.482] : 23 ša-ar-ma-ne-ehki de G. Dossin, Syria 19, 1938, p. 117, en ta-ar-ma-ni-im

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 104, 110 n. 106 : « la Source »

▸ D. Charpin, MARI 7, 1993, p. 168, 178

▸ P. Marello, Mém. Birot, 1994, p. 117, 118, 121 : p. 117 : dépend d’Ašlakka ; signifie la « Source »

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 345 : « à la limite septentrionale de l’Ida-Maraṣ »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 637

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 172-173 : s.v. Tarmannum ; avec bibliographie antérieure

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 195, 206

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 130, 146, 193 : p. 130 : dans l’Ida-Maraṣ (1) ; p. 146 : signifie « La Source » ; p. 193 : en Ida-Maraṣ (1)

▸ B. Lion, CRRAI 46, 2004, p. 217, 219-220 : p. 217 : dans le nord de l’Ida-Maraṣ (1)

▸ M. Guichard, NABU 2007/57 : « Tarmanni(we) (partie occidentale du Haut-Habur) avait une frontière avec Susâ à Ṭâbâtum (II) » (lu par l’auteur : Tarmanni(we))

▸ M. Guichard, BBVO 20, 2009, p. 78, 88 : p. 78 : « dans l’Ida-Maraṣ “occidental” »

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 85-86

TARNIP          zone : E

Nom(s) OB : Tarnip
Nom(s) MA : Ternib

Identification : Tamir, Tall (Tamr, Tall)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
770

Attestations

ta-ar-ni-ipki
     ARM 2 113 : 13

tar-ni-ipki
     A.1053 (Charpin BBVO 20, p. 60-61) : 18 ; ARM 28 103 : 5 ; FM 2 92 : 5 ; FM 2 101 : 6 ; FM 2 102 : 10 ; FM 2 103 : 11 ; FM 2 104 : 5 ; FM 2 105 : 15

Commentaire général

Tarnip est mentionnée dans l’itinéraire le long du Habur, A.1053, comme dernière étape avant Zalluhan. Une localisation à Tall Tamir (n° HIGEOMES 770) a été proposée par D. Charpin, BBVO 20, 2009.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 234 : s.v. Tarnip : « E. Gordon, JCS 21, 71 Anm. 5 : im oberen Mesopotamien gelegen. »

▸ D. Charpin, Mél. Fleury, 1992, p. 181

▸ D. Charpin, Mém. Birot, 1994, p. 181, 194, 195, 196

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 336, 343

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 469-470 : « La ville est assurément “au-delà du Habur”, mais certainement pas tout près de lui. » ; « aux alentours du royaume dont Tell Arbid était le centre », à l’ouest d’Ašnakkum ; « sur le cours supérieur d’un des wadis permettant de rejoindre depuis le cours du Habur le piémont Nord-Ouest du Taurus »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 173 : s.v. Tarnip ; avec bibliographie antérieure

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 137

▸ F. Lerouxel, Mém. Parrot, 2002, p. 429

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 409 n. 24

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 68, 70 : p. 70 : « au confluent du wadi Zerkan avec le Habur », rive gauche du Habur, sur son cours supérieur ; = Tall Tamir

▸ J.‑M. Durand, StCh 1, 2010, p. 52-53 : au confluent du wadi Zerkan avec le Habur comme proposé par D. Charpin, BBVO 20 ; grande route moutonnière des Sim'alites passait par Tarnip ; postule l’existence d’une route directe Ašnakkum—Tarnip

▸ M. Guichard, BBVO 24, 2014, p. 79-81, 84, 108 : p. 79 : voisine de Zalluhan ; p. 108 : en aval de Zalluhan, sur le Habur

TAWAKUM          zone : E

Nom(s) OB : Tawakum

Attestations

ta-wa-ka-yiki
     ARM 28 50 : 20′

ta-wa-ki-iki
     ARM 28 50 : 22′

Commentaire général

Toponyme uniquement attesté par ARM 28 50, lettre d’Ibal-Addu, roi d’Ašlakka, qui doit être cherché dans le triangle du Habur, probablement entre Ašlakka et Nahur.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 173 : s.v. Tawakum

TAWUM          zone : W

Commentaire général

Ville fantôme. L’attestation d’un toponyme Tawum en FM 2 63 est aujourd’hui lue différemment.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 104-105 : la lecture de FM 2 63 est aujourd’hui différente : pas Tawum mais Yabasum !

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 173 : s.v. Tawûm

TAZUWA          zone : D

Nom(s) OB : Tazuwa

Attestations

ta-zu-wa-aki
     Inédit [A.4426] : 3′ ; ARM 4 62 : 4′

Commentaire général

Localité mentionnée avec Qabbanum et Šara. Elle doit probablement être cherchée dans cette même région, entre le Balih et l’Euphrate.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 560-561 : « région nord-ouest de la Haute-Djéziré »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 174 : s.v. Tazuwā

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 113, 148 : p. 113 : « peut-être entre Sanliurfa et l’Euphrate »

TEHHI          zone : E

Nom(s) OB : Tehhi

Attestations

urute-eh-hiki
     Ismail Leilan 128 : 9 ; Ismail Leilan 135 : 1

te-eh-hiki
     Ismail Leilan 13 : 4 ; Vincente Leilan 110 : 3 ; Vincente Leilan 176 : 14

Commentaire général

Localité uniquement mentionnée dans les archives de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) qui doit être cherchée dans les environs de cette dernière.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ F. Ismail, Leilan, 1991, p. 33

▸ C.-A. Vincente, Leilan, 1991, p. 310

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 174 : s.v. Teḫḫi

▸ J. Eidem, OBO 160/5, 2008, p. 303 : première étape d’une route qui mène de Šehna à Nahur, donc pas trop loin à l’ouest de Tall Leilan

▸ J. Eidem, PIHANS 117, 2011, p. 25

TEHRAN          zone : E

Nom(s) OB : Tehran ; Tihran ; Tehranum

Identification : Maqbara Ajaja (Maqbarat ‘Ağāğa)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
146

Attestations

te-eh-ra-anki
     ARM 27 32 : 19′ ; ARM 27 34 : 8 ; ARM 27 37 : 13, 34, 45 ; ARM 27 39 : 3′ ; ARM 27 55 : 6 ; ARM 27 56 : 5 ; ARM 27 57 : 9 ; ARM 27 65 : 10 ; ARM 27 169 : 11, 13

te-eh-ra-ni-imki
     FM 6 18 : 38

ti-ih-ra-anki
ARM 14 10 : 14 ; ARM 14 11 : 6, 17

Commentaire général

Ville-frontière septentrionale du district de Qaṭṭunan ; important lieu de culte du dieu Amu. Une localisation à Maqbara Ajaja (n° HIGEOMES 146) (à côté de deux autres tells) a été proposée par N. Ziegler, RA 105, 2011 ; cela semble actuellement la proposition la plus vraisemblable pour des raisons archéologiques.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 236 : s.v. Tiḫrān

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 337

▸ W. Heimpel, RA 90, 1996, p. 104, 114

▸ B. Lion & C. Michel, MARI 8, 1997, p. 710 : district de Qaṭṭunan (= Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 174 : s.v. Terḫan

▸ J.-R. Kupper, Mém. Parrot, 2002, p. 195-196, 198 : p. 198 : « ville située à la limite septentrionale du district de Qaṭṭunân, à l’est ou au sud-est du district de Hassakké » (lu par l’auteur : Tehrânum)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 183 n. 101 : à la frontière entre le royaume d’Abi-ili et celui de Mari

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 118, 119, 138, 139, 149 n. 202 : p. 119 : « semble avoir été sur le coude du Habur dans la région de Hassaké » ; p. 139 : Amum de Tehran ; p. 149 n. 202 : « limite nord de la province » de Qaṭṭunan

▸ D. Charpin, NABU 2006/89 : « localité du district de Qaṭṭunân », à propos du NP Mut-Tihran de Haradum 2 16 : 5

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 42, 55 : p. 42 : « ville importante au nord du district » (de Qaṭṭunan) ; p. 55 : « dans la région de Hasséké, voire sur le Kawkab »

▸ J.‑M. Durand, StCh 1, 2010, p. 55-57 : probable redénomination de la ville après l’époque de Mari ; « c’était Tell ‘Ajaja qui était appelée Tehrân à l’époque amorrite » ; « Tehrân était un grand centre religieux, dont l’influence s’étendait jusqu’à Saggâratum. C’était le siège du dieu Âmûm, un avatar du dieu infernal. »

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 9-10 : au nord du district de Qaṭṭunan (= Tall Fadgami, n° HIGEOMES 153), au sud de Ṭabatum (1) (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140) ; = Tall Hirbat Gamel (n° HIGEOMES 145) ou 2 km à l’ouest de Tall Maqbara Ajaja (n° HIGEOMES 146) ou éventuellement Tall Ajaja (n° HIGEOMES 7) si à l’ouest du Habur ; en aval du Wadi Abu Fighe (= Wadi Abu Fija)

▸ D. Charpin, RA 105, 2011, p. 56 : « localité à la frontière nord du district de Qaṭṭunan » et proche de Ṭabatum (1) (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140)

TERQA (1-3)

Attestations

te-er-qa
     ARM 4 4 : 12′

te-er-qaki
     ARM 4 4 : 10′ ; ARM 26/1 137 : 16

te-er-qáki
     AS 22 4 : 27′

ter-qa
     ARM 21 70 : 15

ter-qa-i
     ARM 26/1 62 : 50

ter-qa-iki
     ARM 14 24 : 2′ ; ARM 26/1 62 : 28

ter-qa-yuki
     ARM 22 146 : 10

ter-qaki
     Inédit [A.830] : 11′ ; Inédit [A.2212] : 19, 33 ; Inédit [A.3340] : 6 ; Inédit [M.6427] : 22 ; Inédit [M.7924] : 4′ ; Inédit [M.11594] : 12 ; Inédit [M.11739] : 11 ; A.56 (Dossin RA 35, p. 178) : 15 ; A.82 (Finet Mél. De Meyer, p. 240-241) : 10 ; A.2435 (Charpin Mél. von Soden 2, p. 52-54) : 10 ; A.2757 (Villard Amurru 2, p. 65-66) : 7, 9 ; A.3138 (ARM 32, p. 215-216) : 3 ; A.3524 (ARM 32, p. 386) : 9 ; A.3892 (Arkhipov CRRAI 53/1, p. 414-415) : 2′, 17′ ; A.4280 (Charpin CRRAI 46, p. 90-94) : 23 ; A.4535 (ARM 32, p. 383) : 3 ; ARM 1 9 : 19 ; ARM 1 43 : 25 ; ARM 1 65 : 6 ; ARM 1 66 : 3′ ; ARM 2 84 : 6 ; ARM 2 85 : 2′ ; ARM 2 86 : 6 ; ARM 2 88 : 6, 15 ; ARM 2 89 : 6 ; ARM 2 93 : 6 ; ARM 2 140 : 23 ; ARM 3 2 : 9 ; ARM 3 3 : 13, 15 ; ARM 3 5 : 22, 30, 47 ; ARM 3 6 : 6 ; ARM 3 7 : 12 ; ARM 3 10 : 6 ; ARM 3 12 : 6, 11 ; ARM 3 13 : 6 ; ARM 3 16 : 6 ; ARM 3 17 : 6, 10, 30 ; ARM 3 22 : 10, 16, 23 ; ARM 3 26 : 12 ; ARM 3 27 : 9 ; ARM 3 29 : 6 ; ARM 3 30 : 6, 9, 17 ; ARM 3 31 : 6 ; ARM 3 32 : 7 ; ARM 3 33 : 6 ; ARM 3 34 : 6 ; ARM 3 37 : 6, 18 ; ARM 3 38 : 8 ; ARM 3 39 : 6, 7 ; ARM 3 41 : 6, 8 ; ARM 3 44 : 6, 12 ; ARM 3 45 : 7, 13, 18 ; ARM 3 46 : 10 ; ARM 3 47 : 9 ; ARM 3 48 : 12 ; ARM 3 49 : 7 ; ARM 3 50 : 6 ; ARM 3 52 : 7 ; ARM 3 53 : 14 ; ARM 3 54 : 12 ; ARM 3 58 : 13 ; ARM 3 60 : 7 ; ARM 3 61 : 7 ; ARM 3 62 : 9 ; ARM 3 64 : 7 ; ARM 3 71 : 27 ; ARM 3 73 : 6 ; ARM 3 74 : 5 ; ARM 3 77 : 6 ; ARM 3 79 : 6, 13′ ; ARM 3 80 : 6, 12 ; ARM 3 81 : 7, 17 ; ARM 5 80 : 13 ; ARM 6 31 : 10, 13 ; ARM 6 37 : 17′ ; ARM 6 62 : 29 ; ARM 6 68 : 8′ ; ARM 7 114 : 5 ; ARM 7 118 : 4 ; ARM 7 190 : 5, R. 4 ; ARM 7 196 : ⸢5′⸣ ; ARM 7 217 : 11 ; ARM 7 230 : 5′ ; ARM 7 277 : v′ 3 ; ARM 7 280 : viii′ 1 ; ARM 7 283 : 3′ ; ARM 7 284 : 13 ; ARM 9 21 : 3 ; ARM 9 25 : 2′ ; ARM 9 69 : 5 ; ARM 9 253 : i 21 ; ARM 9 291 : TL. iv 1′ ; ARM 10 3 : ⸢15⸣ ; ARM 10 18 : 16 ; ARM 10 27 : 27 ; ARM 10 62 : 10 ; ARM 10 66 : 17 ; ARM 10 70 : 6 ; ARM 10 148 : 6 ; ARM 11 221 : 4 ; ARM 12 503 : 5 ; ARM 13 31 : 18 ; ARM 13 51 : 4, 13 ; ARM 13 61 : 10 ; ARM 13 103 : 15, 18, 21 ; ARM 13 106 : 15 ; ARM 13 108 : 6 ; ARM 13 109 : 6 ; ARM 13 111 : 8, 11 ; ARM 13 115 : 7 ; ARM 13 118 : 6 ; ARM 13 119 : 7, 9 ; ARM 13 121 : 6 ; ARM 13 123 : 13, 19, 24 ; ARM 13 125 : 6, 13′ ; ARM 13 127 : 9, 18, 23 ; ARM 13 128 : 7 ; ARM 13 130 : 6, 15 ; ARM 13 131 : 6 ; ARM 13 132 : 6, 8, 9 ; ARM 13 133 : 8 ; ARM 13 134 : 5 ; ARM 13 135 : 6 ; ARM 14 13 : 5 ; ARM 14 14 : 25 ; ARM 14 15 : 5 ; ARM 14 19 : 17 ; ARM 14 37 : 6 ; ARM 14 42 : 8, 12, 20, 25, 39 ; ARM 14 61 : 5 ; ARM 14 71 : 2′ ; ARM 14 80 : 7 ; ARM 14 99 : 9, 11 ; ARM 14 103 : 17′ ; ARM 14 115 : 6 ; ARM 18 1 : 8 ; ARM 18 8 : 11 ; ARM 18 17 : 18 ; ARM 21 30 : 8 ; ARM 21 56 : 2, 7 ; ARM 21 117 : 4 ; ARM 21 145 : 5 ; ARM 21 181 : 9 ; ARM 21 196 : 3 ; ARM 21 202 : 13 ; ARM 21 238 : 50 ; ARM 21 332 : 6 ; ARM 21 388 : 12 ; ARM 22 3 : ii 8 ; ARM 22 38 : R.1′, R.4′ ; ARM 22 57 : B i′ 6′ ; ARM 22 103 : 35 ; ARM 22 104 : 25′ ; ARM 22 105 : 30 ; ARM 22 106 : 30 ; ARM 22 109 : R.4′ ; ARM 22 127 : 10 ; ARM 22 135 : 5 ; ARM 22 191 : 5 ; ARM 22 229 : 6, 5′ ; ARM 22 250 : 4′ ; ARM 22 303 : 12 ; ARM 22 304 : 5 ; ARM 23 38 : 21 ; ARM 23 86 : 83 ; ARM 23 91 : 4 ; ARM 23 213 : 3 ; ARM 23 224 : 7 ; ARM 23 236 : 68 ; ARM 23 237 : 9, 13 ; ARM 23 261 : 5 ; ARM 23 262 : 9 ; ARM 23 263 : 12 ; ARM 23 264 : 20 ; ARM 23 265 : 15 ; ARM 23 286 : 6 ; ARM 23 332 : 4 ; ARM 23 342 : 5 ; ARM 23 393 : 8 ; ARM 23 425 : 5 ; ARM 23 428 : 7, 15, 21, 35 ; ARM 23 430 : 2 ; ARM 23 432 : ii 22 ; ARM 23 454 : 5 ; ARM 23 456 : 5 ; ARM 23 465 : 2 ; ARM 23 466 : 7 ; ARM 23 541 : 2′ ; ARM 23 561 : 8 ; ARM 23 583 : 10 ; ARM 23 586 : 42 ; ARM 23 593 : 7, 14 ; ARM 23 596 : ii 11′, iii 12 ; ARM 24 2 : [14′] ; ARM 24 50 : ⸢2⸣ ; ARM 24 182 : 10 ; ARM 24 183 : 7 ; ARM 24 237 : iii 15′ ; ARM 24 275 : 4 ; ARM 24 288+ : iii 13′ ; ARM 25 19 : 2′ ; ARM 25 90 : 4 ; ARM 25 120 : 9 ; ARM 25 191 : 9 ; ARM 25 305 : 6 ; ARM 25 372 : 5′, 9′ ; ARM 25 620 : [3′] ; ARM 25 783 : 4, 6 ; ARM 25 819 : 3 ; ARM 26/1 5 : 11 ; ARM 26/1 7 : 10 ; ARM 26/1 15 : 7′ ; ARM 26/1 16 : 27 ; ARM 26/1 20 : 3′ ; ARM 26/1 26 : 6, 7 ; ARM 26/1 54 : 35 ; ARM 26/1 57 : 16 ; ARM 26/1 61 : 9, 12 ; ARM 26/1 62 : 6, 37, 38, 40 ; ARM 26/1 63 : 16 ; ARM 26/1 76 : 27 ; ARM 26/1 88 : 6, 23 ; ARM 26/1 89 : 5 ; ARM 26/1 143 : 11, 14 ; ARM 26/1 144 : 7′, 10′, 14′, 26′ ; ARM 26/1 163 : 8′, 9′ ; ARM 26/1 173 : 14 ; ARM 26/1 178 : 6 ; ARM 26/1 196 : 17′, 18′ ; ARM 26/1 197 : 7 ; ARM 26/1 199 : 8, 42 ; ARM 26/1 220 : 6 ; ARM 26/1 221 : 6 ; ARM 26/1 221-bis : 6 ; ARM 26/1 233 : 13 ; ARM 26/1 234 : 6 ; ARM 26/1 235 : 6, 11 ; ARM 26/1 283 : 14′ ; ARM 26/2 398 : 9, 14 ; ARM 26/2 400 : 16 ; ARM 26/2 404 : 81 ; ARM 26/2 421 : 15′ ; ARM 26/2 450 : 6 ; ARM 27 100 : ⸢14⸣ ; ARM 27 129 : 6 ; ARM 27 153 : ⸢31⸣ ; ARM 28 130 : 5 ; ARM 30 p. 371-372 : 5 ; ARM 30 p. 448-449 : 37 ; ARM 31 73 : 15 ; ARM 31 87 : 10 ; ARM 31 88 : 17 ; ARM 31 93 : 5, 12 ; ARM 31 102 : 2′ ; ARM 31 103 : 7 ; ARM 31 117 : 4 ; ARM 31 124 : 2″ ; ARM 31 191 : 5 ; ARM 31 212 : 2 ; ARM 31 213 : 12 ; Bottéro RA 52 313 : 5 ; Charpin MARI 3 83 : 2 ; FM 2 10 : 9, [40], 4′ ; FM 2 14 : [20′] ; FM 2 31 : 7 ; FM 2 39 : 4′ ; FM 2 121-bis : 6, 8 ; FM 3 7 : vi 41 ; FM 3 10 : ii 5′, iv 6′ ; FM 3 12 : 5′ ; FM 3 63 : 3 ; FM 3 95 : 2 ; FM 3 147 : 10 ; FM 6 1 : 8, 8′ ; FM 6 37 : 5 ; FM 6 39 : 2, 3′ ; FM 6 40 : v 35 ; FM 6 41 : 4 ; FM 7 5 : 9 ; FM 7 10 : 4 ; FM 8 2 : 9′ ; FM 8 12 : 2′ ; FM 8 21 : 26 ; FM 8 32 : 35 ; FM 9 20 : 16 ; FM 10 46 : 5 ; FM 10 68 : 8, 12 ; FM 11 3 : 8 ; FM 11 25 : [24] ; FM 11 27 : 6′ ; FM 11 28 : 3 ; FM 11 29 : 3 ; FM 11 30 : 3 ; FM 11 32 : 4 ; FM 11 54 : 17 ; FM 11 82 : 19 ; FM 11 95 : 4 ; FM 11 112 : 11, 18 ; FM 14 Épopée ZL : iv 9 ; M.5148+ (Durand Mél. Kupper, p. 156-157) : 6, 22, 36 ; M.5316 (Lion Mél. Fleury, p. 108) : 6 ; M.5836 (ARM 30, p. 214) : 13 ; M.6049 (ARM 30, p. 222) : 11 ; M.6480 (ARM 32, p. 238-239) : [iii 29′] ; M.6620 (ARM 30, p. 196) : 3 ; M.6844 (ARM 32, p. 215) : 22 ; M.7085 (ARM 32, p. 357-358) : 8 ; M.7095 (ARM 30, p. 396) : 8 ; M.7136 (ARM 32, p. 375) : 16 ; M.7224 (ARM 30, p. 220) : 5 ; M.7244+ (ARM 30, p. 417-418) : 34 ; M.8831 (ARM 32, p. 216-217) : 9 ; M.8889 (ARM 32, p. 326) : 6 ; M.8994 (ARM 30, p. 288) : 7 ; M.10439 (ARM 32, p. 364) : 10 ; M.10513 (ARM 30, p. 213) : 33 ; M.11200 (Durand Mél. Kupper, p. 152-153) : 13, 17 ; M.11311 (ARM 32, p. 375-376) : 4 ; M.11325 (ARM 32, p. 384) : 8 ; M.11334 (ARM 30, p. 391-392) : 13 ; M.11337 (ARM 30, p. 336-337) : 4 ; M.11417 (ARM 32, p. 384) : 8 ; M.11532 (ARM 32, p. 408-410) : 6 ; M.11602 (ARM 30, p. 401-402) : [19], 27 ; M.11610 (ARM 32, p. 472) : 6 ; M.11654 (ARM 30, p. 407) : [10] ; M.11787 (ARM 30, p. 211-212) : 24 ; M.11794 (ARM 32, p. 429) : 8 ; M.12001 (ARM 32, p. 296) : 7 ; M.12066 (ARM 30, p. 288) : 6 ; M.12171 (ARM 30, p. 290) : 8 ; M.12259 (ARM 32, p. 420) : 6 ; M.12522 (ARM 30, p. 289) : [4]? ; M.15111 (ARM 30, p. 291) : [11]? ; M.15112 (ARM 30, p. 394-395) : 1′ ; M.18080 (ARM 30, p. 389) : 6 ; M.18252 (ARM 30, p. 414) : 5 ; Mohammad Akkadica 123 2 : 10 ; RIMA 1 39.8 : 9 ; RIME 4 6.11.2001 : ⸢1′⸣ ; RIME 4 6.12.3 : ⸢13⸣ ; S.143,97 (ARM 32, p. 372-374) : vi 10′

uruter-qaki
     LH 1 : 2, 9 ; LH 2 : 2, 9 ; LH 3 : 1 ; LH 9 : 10, 18 ; TFR 1 6 : 2

ter-qáki
     RIME 4 6.8.1 : 33

ter-qaki-ma
     ARM 3 30 : 31 ; ARM 3 57 : 14 ; ARM 13 127 : 11 ; ARM 26/1 17 : 28

ter-qaki-yu
     ARM 2 94 : 6

TERQA (1)          zone : B

Nom(s) OB : Terqa
Nom(s) MA : Terqa

Identification : Ashara, Tall al‑ (‘Ašāra, Tall al‑)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
16

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Capitale provinciale du royaume de Mari identifiée avec Tall al‑Ashara (n° HIGEOMES 16). Le site a fait l’objet d’un sondage en 1923. Il est fouillé depuis 1975 et a livré des textes paléo-babyloniens. Après la destruction de Mari par les troupes de Hammu-rabi, Terqa devint peut-être la capitale du royaume de Hana ; voir pour cette question D. Charpin, RA 105, 2011. À distinguer de Terqa (2), à l’est du Tigre, et de Terqa (3), peut-être à proximité d’Imar.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ F. Thureau-Dangin & E. Dhorme, Syria 5, 1924, p. 265-293

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 235-236 : s.v. Terqa [1] ; = Tall al‑Ashara ; « Erstidentifizierung erfolgte durch E. Herzfeld, RA 11, 131ff. durch einen Tafelfund. Vgl. zu diesem Terqa J.-R. Kupper, RA 41, 149ff., A. Goetze, AJSL 55, 83f. und RGTC 2, 192. Ob Terqa (2) tatsächlich zu dieser Zeit von Terqa (1) getrennt werden kann, ist zweifelhaft, vgl. ZZB 147. S. aber zu drei in lex. Listen belegten Terqa A. Goetze, JCS 18, 118 und B. Whiting, JCS 28, 181 Anm. 20-21 (vgl. dazu jetzt MSL 11, 35, 14ff). ; vgl. die zwei in aB lexikalischen Listen belegten Terqa in MSL 144a, 5-6. (…) S. jetzt G. Bucellati und M. Kelly-Bucellati, Syro-Mesopotamian Studies 1/3, 4, 5, 6 (1977) und 2/5, 6 (1978). »

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 395, 396, 408 n. 148 : voir carte p. 395

▸ M. Luciani, ZA 89, 1999, p. 1-23

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 174 : « gouvernorat du royaume de Mari »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « dans la vallée du Moyen-Euphrate (= Tell Ashara) »

▸ D. Charpin, CRRAI 46, 2004, p. 86, 90

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 118, 154, 160, 163, 164, 167, 169, 173, 194

▸ A. Millet Albà, CRRAI 46, 2004, p. 225, 226, 227, 228, 230 : p. 230 : tous les clans yaminites étaient représentés dans le district de Terqa (1)

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 43 : = Tall al‑Ashara

▸ D. Charpin, RA 105, 2011, p. 42-53

▸ O. Rouault, RlA 13, 2011-13

▸ D. Charpin, RA 108, 2014, p. 202 : nom d’année non officiel de Zimri-Lim commémorant la réfection des portes de Terqa (avec autre restitution de BiMes 29 8-5 : 32)

TERQA (3)          zone : B

Nom(s) OB : Terqa
Nom(s) MA : Terqa

Commentaire général

Terqa (3) n’est pas attestée par des textes paléo-babyloniens. L’existence d’une ville de Terqa à proximité d’Imar à cette époque n’est donc pas avérée.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Luciani, SAAB 13, 1999-2001, p. 87-114

▸ M. Luciani, ZA 89, 1999, p. 1-23

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 29 : « non loin d’Emar, sur la rive gauche de l’Euphrate »

TIGUNANUM          zone : N

Nom(s) OB : Tigunanum

Attestations

uruti₄-gu₅-na-an
     (Salvini SMEA 34, p. 61-65) : 6

ti-gu-na-nim
     Inédit [A.1182] : 6′ ; Inédit [L.85-142] ; M.7745+ (ARM 30, p. 424-426) : 34

ti-gu-na-nimki
     ARM 4 23 : 17, 26

ti-gu-na-nimki-ma
     ARM 4 24 : 7, 26 ; ARM 4 76 : 40

Commentaire général

Capitale d’un royaume situé sur la rive gauche du Haut-Tigre. Sa localisation près de l’actuelle ville de Bismil a été proposée par D. Charpin, NABU 2000/58.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 236 : s.v. Tigunānum

▸ J. Eidem, ShA 2, 1992, p. 20

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 130 : « rive droite du Tigre »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 80-81, 99 : p. 80 : « proche d’Eluhut et de Huršanum » ; p. 81 : « à l’est de Diyarbekir, au débouché dans la haute vallée du Tigre de la passe de Mardin, sur la route qui rejoint Amuda-Mardin au cours du Tigre » ; « sur la rive gauche du fleuve »

▸ D. Charpin, NABU 2000/58 : sur la rive gauche du Tigre supérieur ; près de Bismil ?

▸ J. L. Miller, StBoT 45, 2001, p. 410-429

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 157

▸ F. Lerouxel, Mém. Parrot, 2002, p. 417

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 46, 50 et n. 188, 51 n. 190, 117, 123, 148-149, 240 et n. 665, 275 : p. 51 et n. 190 : T.574 : 15 ; p. 46 : « sur le Tigre supérieur » « près de la moderne Bismil » ; p. 51 : « cours supérieur du Tigre » ; p. 240 : au nord d’Eluhut ; p. 275 : = Bismil ?

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 413

▸ A. Jacquet, BBVO 24, 2014, p. 113, 139 n. 131 : en rive gauche du Tigre

▸ D. Charpin, RA 109, 2015, p. 198 : « sur le Haut Tigre »

TILL-ABNA          zone : E

Nom(s) OB : Till-Abna

Attestations

ti-la-ab-naki
     Inédit [M.5886]

til-a-ab-naki
     ARM 24 244 : ⸢35⸣

til-la-ab-naki
     Inédit [M.15204] ; ARM 7 266 : 3′

Commentaire général

Ville pillée par Zimri-Lim (en ZL 12-13) avec plusieurs autres (Hiršiphum/Širšiphi, Eqlum-bana, Ṣidqan et Till-badi). Elle appartenait probablement au pays de Šuda (1). Sa population a été déportée ; voir l’étude de B. Lion, Ktéma 22, 1997, p. 109-118. À distinguer de Till-Abnim (= Tall Qitar, n° HIGEOMES 97).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 38, 1992, p. 104

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 54 : « une des villes du Hurmiš, donc dans la partie nord-ouest de la Djéziré »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 175 : s.v. Tillabnum ; ne distingue pas Till-Abna et Till-Abnim

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 : « Till-Abnâ, au nord du Sindjar, dans la région de Hurwaš » ; à distinguer de Till-Abnim

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 235 n. 604, 276 : p. 235 n. 604 : il faut distinguer Till-Abna de Till-Abnim ; « avis contraire de J.‑M. Durand, LAPO 17, p. 54 n. a) » ; p. 276 : Till-Abnim [2] = « au nord du Sindjar »

▸ A.-I. Langlois, NABU 2016/6

TILL-ABNIM          zone : B, C

Nom(s) OB : Till-Abnim

Identification : Qitar, Tall al‑ (Qiṭār, Tall al‑)
Degré de certitude :
1
N° HIGEOMES :
97

Attestations

ti-il-la-ab-nimki
     ARM 1 10 : 5

Commentaire général

Localité située sur la rive droite de l’Euphrate. Une identification avec le site de Tall al‑Qitar (n° HIGEOMES 97) a été proposée mais n’est pas assurée ; pour une synthèse récente, voir F. M. Fales, RlA 10, 2014. À distinguer de Till-Abna.

Propositions de localisation (historique)

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 237 : s.v. Tillabnim : « M. Anbar, IOS 3, 25 : ⇨ nA Til-abna (AKA 362, 55 u.ö.). »

▸ A. Archi, AnSt 43, 1993, p. 203-206

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 175 : s.v. Tillabnum ; ne distingue pas Till-Abna et Till-Abnim

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 : « Till-Abnim, sur la rive droite de l’Euphrate à 33 km en aval de Tell Ahmar = Tell el-Qiṭār » ; à distinguer de Till-Abna

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 54 n. a, 131, 152, 235 n. 604, 276 : p. 235 n. 604 : il faut distinguer Till-Abna de Till-Abnim ; « avis contraire de J.‑M. Durand, LAPO 17, p. 54 n. a). » ; Till-Abnim occidentale = Tall al‑Qitar ; p. 276 : Till-Abnim [1] = Tall al‑Qitar

▸ A. Otto, BBVO 20, 2009, p. 168-169, 175 : = Tall al‑Qitar

▸ F. M. Fales, RlA 14, 2014, p. 32-33 : « The Mari evidence points to two distinct sites : (a) a “western” T. (Til-abnim) […], and (b) an “eastern” one (Til-abnā) to the N of Sinğār » ; peut-être Tall al‑Qitar d’où provient un document juridique médio-assyrien portant l’empreinte d’un sceau mentionnant le nom géographique ti-la-pa-nu ; « between Urfa and the Upper Euphrates, perhaps to the W/SW of present-day Süruç »

TIL(L)-ŠA-ANNIM          voir BEŠANNUM

TILLA (1-2)

Attestations

ti-il-la-aki
     AbB 4 89 : 4 ; ARM 26/2 417 : 16′ ; ARM 26/2 419 : 17

ti-il-leki
     Ismail Leilan 124 : 4

ti-la-aki
     FM 2 127 : [21], 32, 33 ; FM 10 58 : 3

urutil-laki
     VS 13 104 : i 8

til-la-aki
     A.863 (ARM 23, p. 68-69) : 13′ ; ARM 1 26 : 15, 16 ; ARM 4 37 : 6 ; ARM 4 56 : 5, 6 ; ARM 10 31 : 3′ ; ARM 23 243 : [4] ; ARM 26/2 313 : [42] ; ARM 26/2 321 : 3′ ; ARM 26/2 357 : 10′ ; ARM 27 134 : [7] ; ARM 28 81 : 16′, 21′ ; ARM 28 175 : 5, 8′ ; ARM 31 133 : 39 ; OBTCB 45 : 4

urutil-la-aki
     VS 13 104 : i 1 ; iii 23

til-la-iaki
     FM 6 18 : 28

til-la-yuki
     ARM 26/2 357 : 16′

TILLA (1)          zone : E

Nom(s) OB : Tilla
Nom(s) MA : Tille

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

La lettre de Samsi-Addu, ARM 1 26, mentionne Tilla (1) comme la première étape d’une route qui passait depuis Šubat-Enlil directement par la steppe vers Saggaratum. On doit donc la chercher au sud de Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83). Une localisation à Tall Rumaylan (n° HIGEOMES 782) n’a pas été retenue. À distinguer de la Tilla (2) du Sud, dans le royaume de Larsa.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ W. H. van Soldt & M. Stol, JEOL 25, 1977-78, p. 45-55 ; p. 47 : distinction de Tilla (1) et (2)

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 236-237 : s.v. Tillā ; ne connaît que cette Tilla de Haute-Mésopotamie : « T. wird im oberen Ḫābūr-Gebiet oder unterhalb des Ṭūr-‘Abdīn vermutet. W. v. Liere, AAS 13, 20 identifiziert es mit Tall Barāk ; M. Falkner, AfO 18, 30. 37 vermutet es im Tall Rumailan oder im Tall Šīl-aġā ; J. Lewy, OrNS 21, 1ff. sieht es s. von Ğazīrat ibn ‘Umar ; A. Goetze, JCS 7, 58 Anm. 41 sucht es in der Nähe von al‑Ḥasaka ; vgl. M. Falkner, AfO 18, 26 zur weiteren Literatur ; s. dazu C. J. Gadd, Iraq 28, 181. T. ist erwähnt zusammen mit ⇨ Kaḫat und ⇨ Talḫajum. In ARM 1, 26 (“Itinerar des Šamšī-Adad von Šubat-Enlil nach Mari”) wird es als erste Station nach ⇨ Šubat-Enlil genannt. Tille in Rimāḥ 116, 4 lese ich mit Kh. Nachef, WZKM 67, 29f. bēlīki. »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 115 : au « débouché nord de la passe de Kasapâ »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 174-175 : s.v. Tillā [1] ; ≠ Tillā [2] ; ≠ Tillazibum ; ≠ Tilum

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 : « au nord du Sindjar, à une étape de Šubat-Enlil », à distinguer de Tilla (2), près de Larsa, attestée par AbB 4 89 et VS 13 104

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 123 : « à un endroit où on a le “contrôle du nord de la passe de Kasapâ” »

▸ D. Sevalié, NABU 2006/95

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 92

TILLAZIBIM          zone : B

Nom(s) OB : Tillazibim ; Tillizibim

Attestations

ti-il-la-zi-biki
     ARM 26/1 17 : 5

ti-il-li-zi-bi
     ARM 26/1 16 : 12

til-la-zi-bi-imki
     ARM 14 32 : 9 ; ARM 14 87 : 10 ; ARM 22 8 : 15

til-la-zi-biki
     ARM 9 291 : iv 31′ ; ARM 23 69 : 11 ; ARM 23 427 : iv 38′

Commentaire général

Ville du district de Terqa, située entre Dur-Yahdun-Lim et Terqa (1).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Birot, Syria 35, 1958, p. 21-23 : commentaire d’ARM 9 291, un recensement de femmes du « district de Terqa » ; ces femmes proviennent de Zarri-Rabbiyum [= Zarri (2)] ; Ya'il ; Nara, Tillazibim et Nihadum

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 237 : s.v. Tillazibum

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 409 n. 151 : commentaire de l’attestation d’ARM 14 87 : « localité peut-être à identifier avec Tilla (entre Šubat-Enlil et Saggaratum, d’après ARMT XXIII p. 35) ce qui confirmerait que l’une des routes habituelles du Yamhad à Mari, passait par l’Ida-maraṣ » (lu par l’auteur : Tillâ-Zîbim)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 326-327 : « sur l’Euphrate, en amont de Terqa »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 174 : s.v. Tillā [1] est citée Tillazibum avec bibliographie

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 169 n. 327

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 44 : « du côté de l’Euphrate » ; « les deux Tells du Chacal » ?

▸ J.‑M. Durand, Formation of Tribal Communities, 2010, p. 256 : ville importante proche de Dur-Yahdun-Lim (lu par l’auteur : Tillazîbim)

TIZRAH          zone : B

Nom(s) OB : Tizrah

Attestations

ti-iz-ra-ah
     ARM 21 11 : 20′ ; M.11644 (ARM 30, p. 319-320) : 11

ti-iz-ra-ahki
     Inédit [T.282] : 31 ; Inédit [T.322+T.355] : 31′ ; ARM 5 24 : 5, 8, 21 ; ARM 7 35 : 4 ; ARM 7 130 : 2, 14 ; ARM 9 253 : i 2 ; ARM 9 256 : 12 ; ARM 10 108 : 7 ; ARM 22 234 : 9 ; ARM 23 70 : 6 ; ARM 23 596 : i 22′ ; ARM 27 153 : 25 ; FM 10 73 : 4 ; Mohammad Akkadica 123 3 : 8 ; RIME 4 6.12.1 : 20′

ti₉-iz-ra-ahki
     FM 2 67 : 22

Commentaire général

Localité du district de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 238 : s.v. Tizraḫ : « J. Bottéro, ARMT 7 S. 193 : im Distrikt von Mari »

▸ J.‑M. Durand, BAH 136, 1990, p. 117

▸ D. Charpin, Mél. Fleury, 1992, p. 35 n. 17, 36 n. 18

▸ J.‑M. Durand, Mém. Birot, 1994, p. 108

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 575-576 : « bourg du district de Mari »

▸ J.‑M. Durand, LAPO 18, 2000, p. 272 : « lieu-dit de l’alvéole de Mari, signifiant manifestement “Lieu des semailles” » (lu par l’auteur : Tizrah ou Tizraha)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 140, 155

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 114 : dans le district de Mari

TUNDA          zone : D, E

Nom(s) OB : Tunda

Attestations

tu-un-da
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : iii 14

tu-un-da-aki
     ARM 28 31 : 24

Commentaire général

Ville du royaume de Šuda (2), mentionnée avec Šitarbum. Elle apparaît dans les « itinéraires paléo-babyloniens » comme étape entre Palda et Kubšum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ A. Goetze, JCS 7, 1953, p. 62

▸ G. F. del Monte & J. Tischler, RGTC 6, 1978, p. 440-441 : s.v. Tunta

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 239 : s.v. Tunda

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 257

▸ F. Joannès, Amurru 1, 1996, p. 346 : sur l’« itinéraire paléo-babylonien » entre Alan et Harranum (= Harran, n° HIGEOMES 57)

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 176 : s.v. Tunda et Turdā

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 408, 409 n. 22 : p. 409 n. 22 : = « Gölcük » ?

▸ J.‑M. Durand, NABU 2005/84 : la ville de Turda d’ARM 28 31 n’existe pas ; « La ville de Tunda (lue “Turda” par J.-R. Kupper) est en revanche abondamment documentée dans les sources hittites (“Tunta”, RGTC 6, p. 440-441), où elle est considérée comme “in Kizzuwatna oder dessen Umgebung”. »

TUPHAM          zone : E

Nom(s) OB : Tapham ; Tupham

Attestations

⸢tap-ha⸣-amki
     Inédit [A.4225] : 7’

tu-up-ha-am
     ARM 7 113 : 15 ; M.10539 (Bonechi Mél. Fleury, p. 14-15) : 12

tu-up-ha-amki
     Inédit [A.562] : 8, 9 ; ARM 7 176 : 6 ; ARM 7 210 : 19 ; ARM 26/2 437 : 27 ; ARM 27 127 : 13 ; ARM 31 133 : 47

urutu-up-ha-amki
     PIHANS 117 7 : 13

Commentaire général

Ville située à l’ouest du Tigre et au nord-est du Djebel Sindjar, sur la route entre Šubat-Enlil/Šehna et Ekallatum (1), qui reçut alternativement le nom de Ṣubat-Ištar, selon une proposition d’I. Arkhipov, BBVO 24, 2014.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ J. M. Sasson, UF 6, 1974, p. 398

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 239 : s.v. Tupḫam

▸ D. Charpin & J.‑M. Durand, MARI 2, 1983, p. 83

▸ M. Bonechi, Mél. Fleury, 1992, p. 14

▸ D. Charpin, Mémoires de NABU 2, 1992, p. 101 n. 24

▸ M. Birot, ARM 27, 1993, p. 213

▸ P. Villard, Amurru 2, 2001, p. 102 n. 635 : Tapham = Tupham ; citation de l’inédit [A.4225]

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 176 : s.v. Tupḫam

▸ N. Ziegler, Mém. Parrot, 2002, p. 269 n. 267-268, 270, 274 n. 301 : p. 269 n. 267 : « Tupham appartenait sans doute au même royaume que Ṣubât-Eštar et se trouvait dans la même région qu’Azuhinnum, donc à l’ouest du Tigre et au nord-est du Sindjar. » ; p. 270 : sur le trajet entre Šubat-Enlil/Šehna (= Tall Leilan, n° HIGEOMES 83) et Ekallatum (1)

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 106 n. 257, 120, 149, 276 : « au nord du Sindjar »

▸ I. Arkhipov, BBVO 24, 2014, p. 269-272 : p. 270 : « était une étape sur le chemin entre Šubat-Enlil à Ekallatum, étape qui suivait Purullum » ; p. 271 : propose l’identification de Tupham avec Ṣubat-Ištar, qui fut un nom donné alternativement à cette ville ; voir aussi Ṣubat-Ištar

TURUKKUM          voir MTT II

TUŠHUM          zone : N

Nom(s) OB : Tušhum
Nom(s) MA : Tušhi ; Tušhan

Identification : Ziyaret Tepe
Degré de certitude :
2
N° HIGEOMES :
164

Attestations

tu-uš-hi-imki
     ARM 4 51 : 17 ; ARM 27 151 : ⸢66⸣

tu-úš-hi-imki
     Inédit [A.49] : 46

Commentaire général

Tušhum est mentionnée avec Šinamum et se trouve comme cette dernière sur le Haut-Tigre. La Tušhum paléo-babylonienne correspond à la ville médio-assyrienne de Tušhi et la néo-assyrienne Tušhan. Son identification avec Ziyaret Tepe a été proposée par K. Kessler, TAVO Beih. B. 26, 1980.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ G. Dossin, CRRAI 18, 1972, p. 63

▸ K. Kessler, TAVO Beih. B 26, 1980, p. 118

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 241 : s.v. Tušḫum

▸ Y. Wu, SJAC 1, 1994, p. 79, 222, 238-239, 241, 256-257, 336

▸ J.‑M. Durand, LAPO 16, 1997, p. 117

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 50

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 176 : s.v. Tušḫum

▸ M. Guichard, Mém. Parrot, 2002, p. 153 : = Ziyaret Tepe ?

▸ D. Charpin & N. Ziegler, FM 5, 2003, p. 79 n. 19, 116 et 116 n. 341, 239 n. 660, 240 et n. 662 : p. 240 n. 662 : formait « les arrières d’Eluhut ; or Tušhum a été localisée sur le haut Tigre, à une quinzaine de km à l’est de Kerh, sur le site de Ziyaret Tepe (…) »

▸ M. Forlanini, CRRAI 46, 2004, p. 409 n. 25 : est égale à Tušhan, associée à Madara, moderne Ziyaret Tepe ou Üçtepe

▸ K. Radner, RlA 14, 2014

▸ D. Wicke, RlA 14, 2014

TUTTUL (1)          zone : B

Nom(s) OB : Tuttul ; Dudul ; Tultul
Nom(s) MA : Tuttul

Identification : Bi'a, Tall (Bī‘a, Tall)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
27

Attestations

du₈-du-líki
     AbB 11 193 : 5

tu-tu-liki
     KTT 1 : 3

tu-tu-ul
     ARM 22 269 : 14 ; ARM 28 77 : 5

tu-tu-ulki
     Inédit [A.2951] : 7 ; Inédit [A.3243+A.3651] : 6 ; A.1195+ (Durand MARI 5, p. 163-167) : 47 ; ARM 1 34 : 8, 10 ; ARM 2 136 : 19 ; ARM 4 17 : 14 ; ARM 25 749 : 3 ; ARM 26/1 86 : 12 ; ARM 26/1 282 : 28 ; ARM 26/2 286 : 10 ; FM 6 2 : [3′] ; FM 7 9 : 8, [12] ; FM 11 64 : 5 ; RIME 4 6.8.2 : 70 ; Scheil MDP 4 CH_prologue : iv 31

tù-tù-ulki
     FM 2 107 : 9

tu-ul-tu-ul
     UIOM 2134 (Goetze JCS 7, p. 51-55) : iii 4 ; YBC 4499 (Hallo JCS 18, p. 57-87) : 37

tu-ul-tu-ulki
     ARM 27 65 : 16

tu-ut-tu-li
     M.11436 (ARM 26/1, p. 396) : 5

tu-ut-tu-li-iki
     A.2769 (Dossin RA 68, p. 30) : 6 ; ARM 2 137 : 4

tu-ut-tu-li-yeki
     Inédit [A.4339]

tu-ut-tu-li-yi
     Inédit [A.885] : 4

tu-ut-tu-li-yuki
     A.2769 (Dossin RA 68, p. 30) : 18 ; Inédit [A.4339]

tu-ut-tu-lu-ú
     Inédit [A.885] : 13, 17

tu-ut-tu-ul
     ARM 2 137 : 39 ; FM 7 9 : 12

tu-ut-tu-ulki
     Inédit [A.3006] : 6, 28 ; Inédit [A.3346] : 7′ ; Inédit [A.3926] : 7″, 18″ ; Inédit [A.4530-bis] : 5′ ; Inédit [M.5301] : 8′ ; Inédit [M.8921] : 5 ; A.1487+ (Villard MARI 5, p. 591-596) : 5, 9, 15, 18, 33, 42, 43 ; A.3297+ (Ziegler CRRAI 46, p. 96-99) : 16 ; A.3937 (Villard MARI 6, p. 576-578) : 9′, 10′, 12′ ; A.3960 (Durand MARI 6, p. 50-51 et n. 54) : 6′, 14′ ; A.4026 (Durand MARI 6, p. 49-50) : ⸢27⸣ ; A.4259 (Villard MARI 6, p. 570-572) : 3, 5, 12 ; ARM 1 9 : 10 ; ARM 1 18 : 4, 6, 17, 22, 32 ; ARM 1 20 : 6, 2′ ; ARM 1 25 : 5, 7, 12 ; ARM 1 31 : 12, 16 ; ARM 1 43 : 18, 30 ; ARM 1 62 : 11′, 13′ ; ARM 1 68 : 5 ; ARM 1 73 : 7 ; ARM 1 91 : 6, 18″ ; ARM 1 102 : 17 ; ARM 1 118 : 22′ ; ARM 2 21 : 20 ; ARM 2 136 : 15 ; ARM 2 137 : 15, 28 ; ARM 4 2 : 6 ; ARM 4 11 : 5, 17′ ; ARM 4 27 : 14, 21, 25 ; ARM 4 76 : 8, 10, 19, 25, 30 ; ARM 5 3 : 16 ; ARM 5 9 : 7, 9, 17, 24 ; ARM 6 73 : 6, 9, 6′, 11′ ; ARM 8 98 : 6 ; ARM 13 140 : 10 ; ARM 14 53 : 21 ; ARM 14 55 : 16 ; ARM 23 625 : 9 ; ARM 25 48 : 14, 17 ; ARM 25 566 : 5 ; ARM 26/1 18 : 6, 7, 23, 30, 37, 49 ; ARM 26/1 20 : 10′ ; ARM 26/1 24 : 9 ; ARM 26/1 153 : 5, 13, 24 ; ARM 26/1 157 : 8 ; ARM 26/1 199 : 6, 15, 16 ; ARM 26/1 209 : 6 ; ARM 26/1 259 : 7 ; ARM 28 84 : 9 ; ARM 31 161 : 14, 17 ; Charpin MARI 3 87 : 6 ; FM 2 86 : 8 ; FM 2 87 : 7′ ; FM 3 21 : 19′ ; FM 6 1 : 5′ ; FM 7 6 : 4, 27 ; FM 7 50 : 8 ; FM 8 23 : 9 ; FM 8 45 : 6 ; FM 11 1 : 3 ; Joannès Mél. Birot 10 : 5 ; KTT 83 : 7 ; KTT 84 : 11 ; KTT 87 : 12′ ; KTT 120 : 45, 47 ; KTT 124 : 6 ; KTT 168 : 3 ; KTT 178 : 5 ; KTT 308 : 3′ ; KTT 310 : 7′ ; KTT 343 : 6′ ; M.6669 (Durand MARI 6, p. 271-273) : 9 ; M.6819 (ARM 32, p. 200-201) : 10 ; M.7746 (ARM 32, p. 461) : 10′ ; M.8360 (Durand MARI 6, p. 286-288) : 6 ; M.11552+ (ARM 32, p. 194-196) : 15′ ; RIME 4 6.12.3 : [3] ; RIME 4 6.8.1 : 4

urutu-ut-tu-ulki
     PIHANS 117 41 : 7

tu-ut-tu-ulki-ma
     A.1487+ (Villard MARI 5, p. 591-596) : 35 ; ARM 5 29 : 8 ; ARM 5 79 : 10, 19 ; ARM 26/1 153 : 32

Commentaire général

Depuis l’époque d’Ebla, Tuttul est connue pour son temple de Dagan. L’histoire politique de Tuttul à l’époque paléo-babylonienne n’est connue que dans ses grandes lignes : Yahdun-Lim vainquit Bahlu-kullim, roi de Tuttul et de la tribu yaminite des Amnanum, et inclut par la suite Tuttul dans son royaume. À l’époque de Samsi-Addu, Tuttul resta rattachée au royaume de Mari gouverné par Yasmah-Addu. Zimri-Lim conquit la ville avant de reconquérir le royaume de Mari mais ne l’incorpora pas dans ce dernier.

À distinguer de Tuttul (2), à l’est du Tigre.

On situait Tuttul (1) à proximité de Hit avant que G. Dossin ne montre que la Tuttul documentée par les textes de Mari se trouvait près de l’embouchure du Balih ; puis W. Mayer et D. Charpin ont démontré que la Tuttul près de Hit n’existait pas. Tuttul (1), identifiée à Tall Bi'a (n° HIGEOMES 27), a été fouillée de 1980 à 1995, et de nombreux textes paléo-babyloniens y ont été découverts.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 242 : s.v. Tuttul, Tultul : « Zusammenfassende Literatur und Lokalisierungs­vorschläge vgl. zuletzt bei W. W. Hallo, JCS 18, 79. W. W. Hallo unterscheidet : a) Tuttul nahe dem späteren Hīt am mittleren Euphrat, vgl. MSL 11, 35, 23 ; ⇨ Idā ; b) Tuttul der Mari-Texte nahe der Mündung des ⇨ FN Baliḫ ; c) Tuttul oder Dudduli im oberen Tigristal ; d) Tultul des Itinerars, das Tall Aḥmar = Til Barsip sein könnte. Mit A. Goetze, JCS 7, 60 und JCS 18, 118ff. identifizieren wir das T. des Itinerars mit dem T. der Mari-Texte aufgrund des Textes RA 68, 27ff. (G. Dossin, ibid). und vermuten T. mit G. Dossin, RA 68, 33 an der Balīḫ-Mündung, vielleicht = “Tall Bīya” (…) Zu Tall “Bi‘a” s. jetzt E. Strommenger, MDOG 109, 1977, 5ff. »

▸ H. Weiss, MARI 4, 1985, p. 272 : = Tall Bi'a

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 389, 390, 395

▸ W. Mayer, UF 19, 1987, p. 121-160 : pas de Tuttul près de Hit, mais près du Balih

▸ D. Charpin, NABU 1989/16 : pas de Tuttul près de Hit, mais près du Balih

▸ A. Otto, MDOG 124, 1992 : = Tall Bi'a

▸ M. C. Astour, BiMes 25, 1992, p. 32-33 n. 47 : suppose encore l’existence d’une deuxième Tuttul proche de Hit (n° HIGEOMES 167)

▸ A. Otto, CRRAI 42, 1999 : = Tall Bi'a

▸ M. Krebernik, KTT, 2001 : publication des textes trouvés à Tall Bi’a

▸ J.‑M. Durand, FM 7, 2002, p. 174 : « possession mariote au confluent du Balih et de l’Euphrate »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 33 : une seule Tuttul, celle du Balih ; = Tall Bi'a « La Tuttul soi-disant proche de Hît est un fantôme, en dépit du plaidoyer de M. Astour. Il n’existe que celle du Balih₁ (= Tell Bi’a) ; voir indépendamment W. Mayer, « Grundzüge der Geschichte der Stadt Tuttul im 2. Jt. v. Chr. », UF 19, 1987, p. 121-160 et D. Charpin, « Tuttul et It d’après les archives de Mari », NABU 1989/16. Il existe cependant une deuxième Tuttul en Transtigrine ; ce serait cette ville de Tuttul qu’on trouverait dans AbB XI 193 (cf. FM V, p. 32 n. 20). »

▸ J.‑M. Durand, BBVO 20, 2009, p. 42 : zone tampon « contre le Nord-Est » (entre le royaume de Mari et le Nord-Est)

▸ C. Pappi, RlA 14, 2014 : histoire de Tuttul

▸ A. Miglus, RlA 14, 2014 : histoire des fouilles et topographie

ṬABATUM (1-2)

Attestations

ṭà-ba-ta-am-maki
     Inédit [A.351] : 10′

ṭà-ba-tamki
     ARM 28 121 : 5

ṭà-ba-tim
     FM 10 53 : 4

ṭà-ba-timki
     Inédit [A.713] : 1′ ; ARM 6 66 : 6′ ; ARM 7 117 : 8 ; ARM 7 214 : 12′ ; ARM 13 36 : 11, 17 ; ARM 23 624 : 16′ ; ARM 26/1 45 : 21 ; ARM 26/1 141 : 14 ; ARM 26/2 334 : 5 ; ARM 27 5 : 6, 10, 14 ; ARM 27 26 : 6 ; ARM 27 28 : 30 ; ARM 27 43 : 6 ; ARM 27 50 : 8 ; ARM 27 61 : 9 ; ARM 27 65 : 7, 8 ; ARM 27 68 : 12 ; ARM 27 101 : 13 ; ARM 27 102 : 40 ; ARM 27 107 : 4, 9, 10, 13′ ; ARM 28 118 : 5 ; ARM 28 123 : 12 ; Chagar Bazar 3 173 : 7 ; FM 2 55 : 23 ; FM 2 56 : 21 ; FM 8 26 : 8 ; M.10655 (ARM 32, p. 380-381) : 24 ; M.12257 (ARM 30, p. 460-461) : 9′, [16′] ; M.12807 (ARM 32, p. 419) : 7 ; OBTCB 1 : 2, 9 ; OBTCB 76 : 23 ; OBTCB 77 : 20′ ; Ziegler RA 105 A : 3 ; Ziegler RA 105 D : 11

uruṭà-ba-timki
     PIHANS 117 51 : 4′

ṬABATUM (1)          zone : E

Nom(s) OB : Ṭabatum
Nom(s) MA : Ṭabete ; Ṭabatu

Identification : Taban, Tall (Ṭābān, Tall)
Degré de certitude :
3
N° HIGEOMES :
140

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Ville constituant la frontière septentrionale du royaume de Mari. Son identification avec Tall Taban (n° HIGEOMES 140) est assurée par les découvertes des fouilles japonaises. À distinguer de Ṭabatum (2), dans le royaume de Susa.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 243 : s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2) : « J. Lewy, OrNS 25, 338 Anm. 3, vermutete Ṭ. in der Nähe von Nuṣaybīn ; M. Birot, Syria 41, 39, nimmt an, daß es an der Straße liegt, die von ⇨ Nagar bis nach ⇨ Kaḫat führt. Vgl. noch zusammenfassend M. Falkner, AfO 18, 17a. Nicht gesichert ist trotz Namensgleichheit und eindeutiger grammatischer Ableitung die Identität von ⇨ aB Ṭabatum und ⇨ nA Ṭabite ; Vgl. L. Dillemann, HMO 167, 185 und 297 ; er vermutet, ibid. S. 167, daß Ṭabite mit Tall Tartab zu identifizieren sei. S. noch zu ⇨ nA Tabete A. Goetze, JCS 7, 58 Anm. 38. Ṭ. lag nach den altbabylonischen Belegen mit Sicherheit am ⇨ FN Ḫabur zwischen Nagar und Qaṭṭunān (ARM 2, 57). Ṭ. ist auch Hafen für (Fluß)schiffe zur Zeit von Zimrilim (ARM 2, 80). »

▸ P. Villard, UF 18, 1986, p. 396 n. 69 : ville de la vallée du Habur, en amont de Saggaratum

▸ M. Guichard, Mém. Barrelet, 1997, p. 186

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 176-177 : s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2)

▸ M. Guichard, 2003/8, 2003 : étymologie « ville du sel » ; « sise sur le Habur à côté du Sindjar »

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 : « Ṭâbâtum, sur le cours du Habur (1), à l’emplacement d’une saline : la majorité des références des textes de Mari (M. Wäfler, OBO SA 21, p. 176-177) renvoient à cette ville, qui avait Hammûtar comme sugâgum sous le règne de Zimrî-Lîm. Localisation à Tell Ṭaban (cf. S. Maul, « New Information about the Rulers of Ṭābētu », Al‑Rafidan 20, 1999, p. 49-55). » ; à distinguer de Ṭabtum et Ṭabatum (2)

▸ J.‑M. Durand, CRRAI 46, 2004, p. 127, 130, 131, 132, 135, 138, 179 : p. 130 : « au sud de Hasseké, porte de la région de Qaṭṭunân et du chemin vers le Sindjar » ; n. 116 : « La ville est ainsi appelée suite à la localisation de salines, en bonne partie artificielles, créées par évaporation de l’eau du Habur » ; p. 131 : « doit correspondre en gros au site assyrien du Tabete » ; « la région est celle de l’actuel Tell Bderi »

▸ J.‑M. Durand, FM 8, 2005, p. 87 n. b au n° 26 : = Tall Bderi (n° HIGEOMES 30) ; « gué sur le Habur », « en aval de Silhân » qui était « sur la rive opposée »

▸ L. Marti, FM 10, 2008, p. 86

▸ G. Chambon, FM 11, 2009, p. 57 n. a : « du district de Qaṭṭunân »

▸ D. Charpin, BBVO 20, 2009, p. 65 : = Tall Taban

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 7-8 : = Tall Taban ; « ville importante à la frontière septentrionale du royaume de Mari »

ṬABATUM (2)          zone : E

Nom(s) OB : Ṭabatum

Attestations : voir ci-dessus

Commentaire général

Localité du royaume de Susa ; à distinguer de Ṭabatum (1) (= Tall Taban, n° HIGEOMES 140).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 243 : s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2)

▸ M. Guichard, Mém. Barrelet, 1997, p. 186

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 176-177 : s.v. Ṭabatum ; sans distinguer entre (1) et (2)

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 : « Ṭâbâtum dans l’Ida-Maraṣ (1), proche de Susâ, ayant pour roi Yakûn-Dêr » ; à distinguer de Ṭabtum et Ṭabatum (1)

▸ M. Guichard, NABU 2007/57 : « le petit royaume de Tarmanni(we) (partie occidentale du Haut-Habur) avait frontière avec Susâ à Ṭâbâtum (II) » (lu par l’auteur : Ṭâbâtum)

▸ N. Ziegler, RA 105, 2011, p. 8 : une lettre de Yakun-Der, ARM 28 121, « mentionne “ma ville Ṭâbatum qui est sise aux abords de Susâ”. Cette homonyme est certainement identique à la “Tabite” médio-assyrienne, située sur le chemin entre Ṭâbete, Magrisi et Kahat. »

ṬABTUM          zone : B

Nom(s) OB : Ṭabtum

Attestations

ṭà-ab-timki
     Inédit [A.815] : 11

Commentaire général

Ṭabtum est à chercher entre Iddissum et Harruwatum (2), et se trouvait donc au sud de Mari (= Tall Hariri, n° HIGEOMES 56).

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ M. Guichard, Mém. Barrelet, 1997, p. 187

▸ D. Charpin, RA 97, 2003, p. 30 : « Ṭâbtum, dans le Suhûm, près de Harruwatum : inédit A.815, cité dans FM III, p. 187 n. 91. » ; à distinguer de Ṭabatum (1) et (2)

ṬAHNUM          zone : B

Nom(s) OB : Ṭahnum, Tahnum

Attestations

ṭà-ah-nimki
     ARM 5 27 : 22

ta-ah-nimki
     Inédit [A.2738] : 13’ ; inédit [A.3302]

Commentaire général

Localité mentionnée avec Tarim-Hanat et peut-être située dans le Suhûm ; lue antérieurement Hihnum.

Bibliographie sélective par ordre chronologique

▸ B. Groneberg, RGTC 3, 1980, p. 97 : s.v. Ḫiḫnum

▸ J.‑M. Durand, MARI 5, 1987, p. 222 (lu par l’auteur : Hihnum)

▸ J.‑M. Durand, LAPO 17, 1998, p. 318-319 : p. 318 : « [ARM] XVI/1 attribue (p. 15) les deux villes de Hihnum et de Tariš à la région de Mari. Une ville de “Hihnum” est cependant très faiblement attestée, ce qui n’indique pas une localité de l’alvéole (…).« D’un autre côté A.2738, une lettre (…) d’époque éponymale (…) émane d’un certain Yariš-Asaram (WA-ri-iš-a-sa-ra-am ; // ia-ri-iš-a-sa-ra-[am]), qui se dit résider dans une ville frontière (a-al pa-ṭì-im) et parle des rations de la garnison qui habite à « ta-ri-im-ha-na-at et à TA-ah-nimki » (l. 10′-14′ : ù ŠE.BA ṣa-bi-im, bi-ir-tim ša i-na ta-ri-im-ha-na-at, ù TA-ah-nimki, wa-aš-bu…). Dans A.3302, lettre d’un Bunu-Ištar à Y[asmah-Addu], on parle également des troupes de Tarim-Hanat (nulle part un ki n’est attesté du fait des cassures, mais un NP est peu probable) et de la ville de TA-ah-ni-imki. Il est à la fin du texte expressément question de bateaux et de Harbu. Il est donc tentant de rapprocher les écritures HI-ih-nimki et TA-ah-nimki par le moyen d’une transcription ṭà-ah-nim et de postuler l’existence d’une ville de Ṭahnum (Ṭa‘num ?). Elle se trouverait dès lors à la frontière sud du Suhûm. »

▸ M. Wäfler, Tall al‑Ḥamīdīya 3, 2001, p. 92-93 : s.v. Ḫiḫnum

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search