Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire, les causes et les possibles

 | 
Jean-Matthias Fleury

Étude 1

Max Weber et l’histoire contrefactuelle

Texte intégral

  • 1 Niall Ferguson (dir.), Virtual History. Alternatives and Counterfactuals, New York, Basic Books, 19 (...)
  • 2 Ibid., p. 71 et sq.

1Dans la longue introduction-manifeste qu’il consacre au recueil intitulé Virtual History, publié en 1997, Niall Ferguson présente l’histoire contrefactuelle comme une sorte de machine de guerre antidéterministe, destinée à restituer aux événements historiques leur dimension stochastique1. L’idée de Ferguson, qui avec un certain brio remet en perspective toute l’historiographie à partir de cette question du déterminisme historique, consiste à dire que la reconstitution des alternatives avortées du passé (c’est-à-dire des scénarios contrefactuels tels qu’ils auraient pu se produire) permet de se prémunir contre toute forme de nécessitarisme rétrospectif, que ce dernier soit hérité des anciennes téléologies religieuses, des interprétations idéalistes ou du matérialisme historique. Se plaçant aussi bien sous l’égide de Musil et de Borges que sous celle de certaines interprétations de la théorie du chaos dans les sciences physiques, il défend une position qu’il qualifie de « contingentisme radical », consistant à dire à la fois que la teneur historique d’un événement ou d’un processus donné tient à l’ensemble des alternatives que les contemporains sont prêts à formuler sur le moment, et qu’aucune théorie de la causalité historique ne permet d’expliquer de manière satisfaisante comment se fait finalement la décision entre ces différentes alternatives. C’est ce qu’il appelle une conception « chaotique » de l’histoire, conformément à laquelle le travail de l’historien doit désormais procéder par restitution des probabilités respectives de ces scenarios alternatifs disponibles à un moment donné2. Ces reconstitutions doivent, comme il se doit, s’appuyer sur les éléments d’archives disponibles, mais en renonçant une fois pour toutes à toute forme d’assignation causale, en particulier à toute forme de déterminisme global qui aurait la prétention de donner une signification historique un tant soit peu générale à l’événement ou au processus considéré.

2En dépit de sa tonalité ouvertement polémique, de certaines approximations conceptuelles et souvent – disons-le – d’une bonne dose de mauvaise foi, cette introduction de Niall Ferguson me semble présenter un intérêt certain parce qu’elle pousse aussi loin qu’il est possible, une critique de la notion de déterminisme historique, appuyée sur le sentiment fréquemment éprouvé que le déclenchement de certains processus historiques tient parfois à un fil, ce que nos explications causales risquent constamment d’oublier en les réinscrivant dans une continuité un peu illusoire. Mais ce qui se trouve ainsi interrogé, c’est aussi le genre de connaissance auquel peut prétendre l’historien, dans la mesure où l’établissement de déterminations causales constitue habituellement l’essentiel du travail de l’interprétation historique, quelles que soient par ailleurs les différentes conceptions qui ont pu être défendues à l’égard des déterminations historiquement pertinentes.

3La position de Ferguson consiste au fond à défendre deux thèses. La première affirme l’existence de différents scénarios historiquement consistants à un moment donné, et le conduit à renoncer à l’assignation rétrospective de déterminations causales pour retrouver le « sens des possibles » dont parle Musil dans L’homme sans qualités. Il résulte de là – et c’est la deuxième thèse – que la connaissance historique, au lieu de chercher à expliquer causalement ce qui s’est produit, doit d’abord s’employer à restituer l’espace des possibles d’une situation donnée, cet espace constituant finalement le seul objet historique conforme à la dimension aléatoire et chaotique du devenir. Bref, la connaissance historique doit moins chercher à expliquer ce qui s’est effectivement passé, dans la mesure où nous risquons alors toujours de contraindre le caractère aléatoire des faits en leur imposant des déterminations causales abusives, et se concentrer plutôt sur la restitution de ce qui aurait pu se passer, en s’en tenant ainsi à une sorte d’éclairage indirect sur le devenir historique, projeté par l’assignation des probabilités respectives de chacune des alternatives. L’enquête historique factuelle est ainsi subordonnée, d’un point de vue logique et épistémologique, à l’enquête contrefactuelle : les seules explications et la seule connaissance historiquement pertinentes portent sur les possibilités d’une situation ou d’un processus.

4Ce que je voudrais montrer ici, c’est que Ferguson est victime, à mon avis, de ce qu’on pourrait appeler une « illusion modale », c’est-à-dire d’un contresens sur la portée logique et épistémologique qu’il convient de reconnaître à des alternatives contrefactuelles en histoire. Il me semble, en effet, que les deux thèses avancées par Ferguson – son renoncement à la notion de déterminisme historique et sa conception d’une connaissance historique essentiellement contrefactuelle – sont fausses.

  • 3 Voir, par exemple, l’usage que Michèle Riot-Sarcey fait du concept benjaminien d’« à-présent » pour (...)
  • 4 Voir, par exemple, les analyses de Stéphane Chauvier dans Le Sens du possible (Paris, Vrin, 2010) d (...)

5Mais il me semble aussi que ces erreurs sont intéressantes à titre de symptômes d’une illusion, aujourd’hui assez répandue, qui porte sur l’interprétation qu’il convient de donner des possibilités non advenues en histoire. Je crois en effet que l’idée selon laquelle le devenir historique serait constitué, en lui-même, de possibilités ou de tendances, qui définiraient l’ontologie d’une situation ou d’une période données, dépasse largement le champ de ce qu’on appelle aujourd’hui l’histoire contrefactuelle, et même le champ de la recherche historique proprement dite. On la retrouve ainsi, par exemple, aussi bien dans certaines analyses inspirées des conceptions de Walter Benjamin3, que du côté d’auteurs se réclamant de la métaphysique analytique contemporaine4. Sans chercher forcément à enrôler sous un même étendard toutes ces analyses, très diverses dans leurs ressources comme dans leurs motivations, il me semble intéressant de chercher à comprendre pourquoi l’idée selon laquelle le devenir historique posséderait une structure modale et serait intrinsèquement constitué de possibilités rencontre un tel écho.

6L’hypothèse que je voudrais vous proposer aujourd’hui, c’est qu’il y a à cela au moins deux raisons. La première tient à ce que la manière dont l’historien dans son travail d’enquête utilise des jugements de possibilités pour établir des déterminations causales reste, le plus souvent, entièrement implicite, ce qui laisse largement dans l’ombre leur fonction logique et épistémologique. La seconde, qui s’explique en partie par cette obscurité conceptuelle entourant l’usage épistémique des possibilités, tient à la tentation de donner des alternatives contrefactuelles formulées par l’historien une interprétation ontologique, en les reliant le plus souvent à des considérations de nature morale relatives à la manière dont les hommes sont supposés faire (ou pas) leur propre histoire. Ce glissement – si je puis dire – d’une question épistémique non résolue à une interprétation ontologique des contrefactuels historiques a pour résultat de brouiller la signification spécifique des déterminations causales établies par l’historien, ainsi que le statut de la connaissance qui en résulte. Il se pourrait ainsi que l’histoire contrefactuelle (et je désigne ici par ce terme uniquement les tentatives consistant à s’intéresser aux alternatives contrefactuelles pour elles-mêmes) soit une sorte de « mythe épistémologique », celui d’une connaissance spécifique des possibilités historiques non advenues, qui fait écran à la compréhension de ce qu’est, en réalité, la connaissance historique.

7Je me propose de montrer que ce mythe a, du point de vue philosophique, une histoire, et qu’il peut être éclairant de rapprocher les positions défendues aujourd’hui par Ferguson d’un certain nombre de discussions théologiques et métaphysiques assez vénérables. Ainsi je ferai l’hypothèse que le programme défendu par Ferguson reprend, sous une forme sécularisée, le programme qui fut, aux xvie et xviie siècles, celui de la « science moyenne ». Cette reprise et ce déplacement dans le champ de l’histoire ont eux-mêmes été rendus possibles par une réhabilitation de la pertinence historique du genre uchronique. C’est à partir de cette généalogie conceptuelle en deux temps qu’il convient, me semble-t-il, de mettre en perspective le thème d’une connaissance spécifique des événements à la fois possibles et contingents, ainsi que son articulation à la question de la détermination du libre arbitre, cette articulation ayant elle-même des répercussions immédiates sur la manière de concevoir l’ontologie des situations et des processus historiques. Or on verra que c’est précisément sur cette manière de poser le problème que portent les critiques de Weber. Ce dernier s’efforce, en effet, de montrer que le rôle des hypothèses contrefactuelles est à la fois central et incontournable dans les imputations causales proposées par l’historien, tout en écartant inlassablement les différentes tentatives d’extrapoler, à partir de cette fonction épistémique, des conclusions relatives à l’ontologie du devenir historique et à la manière dont elle devrait intégrer des considérations relatives aux pratiques humaines.

8Mon exposé procédera donc en trois temps. Je présenterai, dans une première partie, la généalogie conceptuelle qui conduit au programme de l’histoire contrefactuelle comme critique de la notion même de déterminisme historique et du genre de connaissance qu’on peut espérer en attendre. Puis, dans un deuxième temps, j’exposerai les analyses wébériennes du rôle des contrefactuels dans l’imputation causale en histoire. Enfin, j’essaierai de montrer, à partir de deux interprétations opposées de ces analyses, en quoi elles permettent peut-être, du même coup, de clarifier la spécificité de la connaissance historique.

1. De la science moyenne à l’uchronie

9La première branche d’une généalogie conceptuelle de la notion de contrefactuel historique se trouve, selon moi, dans l’histoire de la théologie rationnelle, plus précisément dans les controverses soulevées aux xvie et xviie siècles par la question de la science moyenne. Je crois en effet que cette querelle constitue, pour une bonne part, une sorte de répétition générale (quoique sur un terrain apparemment très éloigné) des débats contemporains portant sur l’interprétation des contrefactuels en histoire.

10Elle a pour origine les positions défendues par le jésuite Molina qui, en réponse au dogme réformé de la prédestination, cherche à maintenir à la fois la prescience divine et le libre arbitre humain. Le dogme de la prédestination part, en effet, de l’idée que, si Dieu sait de toute éternité de quelle manière les uns et les autres se comporteront dans les circonstances qu’ils rencontreront, il n’y a alors plus de place pour la notion de libre arbitre et, avec elle, pour la possibilité d’un salut par les œuvres. L’être humain est destiné, dès la création du monde, à se comporter de telle ou telle manière, ce qui signifie que son salut n’est pas entre ses mains mais uniquement dans la grâce que Dieu lui accorde ou non. D’un point de vue épistémologique, la question est alors de savoir si les événements à la fois possibles et contingents, c’est-à-dire ceux qui pourraient ou auraient pu se produire dans notre monde, font, dans l’intellect divin, l’objet d’une connaissance spécifique qui n’aurait pas sur le libre arbitre les conséquences supposées dévastatrices des autres modes de connaissance divins.

11Cette science est ainsi qualifiée de moyenne par ses promoteurs parce qu’elle viendrait s’intercaler entre ce qu’on désigne alors par le terme de science d’intelligence (c’est-à-dire la science qui porte sur les possibilités et compossibilités, y compris celles qui ne sont pas réalisées dans notre monde : science des « mondes possibles », pourrait-on dire dans les termes des logiciens contemporains) et celle qu’on désigne comme science de vision (c’est-à-dire la science des événements actuels, ceux qui se sont effectivement produits dans notre monde, s’y produisent ou s’y produiront). Sans entrer dans le détail des arguments avancés par les uns et les autres dans la controverse provoquée par la proposition de Molina, on comprend aisément l’analogie qui peut être faite entre cette « ouverture », explicitement métaphysique, des débats portant sur la détermination des conduites humaines et ceux qui portent aujourd’hui sur les contrefactuels historiques. Il est clair, en effet, que l’importance accordée à la restitution des scenarios contrefactuels en histoire s’inspire, le plus souvent, de considérations visant à donner à la connaissance historique une dimension « pragmatique », centrée sur les agents, et désireuse de restituer la part de contingence que les pratiques humaines sont censées introduire dans le cours des événements.

  • 5 Voir, à ce sujet, les réticences de E. H. Carr ou de Eric Hobsbawm, qui parlent de la « futilité » (...)
  • 6 Concernant l’aspect moral de la question du déterminisme, on peut faire l’hypothèse que c’est la qu (...)

12L’idée que la place dévolue aux scénarios contrefactuels serait directement proportionnelle à celle qu’on accorde à l’initiative des agents dans l’histoire semble d’ailleurs partagée aussi bien par ceux qui mettent en avant l’intérêt historique des contrefactuels que par ceux qui le refusent5. La possibilité de considérer des scénarios contrefactuels semble ainsi être l’indice de la dimension stochastique que les uns et les autres sont susceptibles d’admettre dans le devenir historique, et c’est là une des raisons pour lesquelles il paraît, à première vue, difficile de dégager la question du rôle épistémique des contrefactuels en histoire d’enjeux qui sont d’ordre métaphysique et moral6.

13Mais pour que des considérations de ce genre, qui ne sont pas illégitimes en elles-mêmes, puissent affecter notre manière de concevoir la nature même de la connaissance historique et lui attribuer comme objet légitime l’examen des possibilités contrefactuelles considérées pour elles-mêmes dans une perspective antidéterministe, il faut encore compléter la petite enquête généalogique que je propose par la réhabilitation cognitive du genre uchronique, laquelle constitue le point de passage permettant véritablement d’importer les grilles conceptuelles élaborées dans le cadre de la science moyenne à l’intérieur de la réflexion épistémologique sur l’histoire.

14Dans ce qui suit, je le précise une fois encore, je n’ai pas l’ambition de faire œuvre d’historiographe en étudiant la manière dont les historiens ont pu se positionner dans leurs travaux sur la question de l’uchronie. Ce qui m’intéresse, c’est plutôt la manière dont les analyses logiques et épistémiques des récits uchroniques permettent de déplacer, dans l’épistémologie de l’histoire, des questions d’ordre métaphysique élaborées dans le cadre des discussions autour de la science moyenne, mais sous une forme désormais sécularisée.

  • 7 Stéphane Chauvier, Le sens du possible, Paris, Vrin, 2010.
  • 8 Aristote, Poétique, ch. 9, 51b8-9, cité par Chauvier, ibid. p. 125.
  • 9 De ce point de vue, il existe indéniablement une continuité avec certains usages politiques de l’hi (...)

15On trouve une tentative de ce genre dans le livre de Stéphane Chauvier intitulé Le sens du possible7. Au quatrième chapitre, Chauvier suggère ainsi qu’une analyse précise de la manière dont nous formulons nos jugements de possibilité à partir de scénarios contrefactuels, ouvre la possibilité d’une troisième espèce d’histoire, intermédiaire entre l’histoire-chronique (istoria) et l’histoire poétique (poesis), distinguées jadis par Aristote. Pour mémoire, rappelons que le Stagirite affirme que l’historien parle de ce qui a eu lieu, quand le poète parle de ce qui pourrait ou aurait pu avoir lieu. Aristote ajoute à cela que le poète est ainsi amené à utiliser des types dotés d’une certaine généralité, alors que l’historien travaille au contraire sur des individus et des événements nécessairement particuliers. La raison de cela est que « ce qui pourrait arriver », c’est aussi, selon Aristote, « le type de chose qu’un certain type d’homme fait ou dit vraisemblablement ou nécessairement8 ». Le sujet logique d’une histoire poétique (on dirait aujourd’hui d’une fiction), c’est donc un certain type d’homme, un caractère plus ou moins détaillé ; et ce qui pourrait arriver, c’est ce que ferait probablement ou nécessairement un homme de ce type. On remarquera, au passage, que l’histoire poétique peut parfaitement dans une perspective de ce genre posséder une dimension cognitive dans la mesure où elle a affaire à des généralités, là où la chronique semble condamnée à la pure restitution du singulier. L’histoire poétique peut ainsi être porteuse de connaissances spécifiques, en particulier de connaissances de nature morale, dont l’exemplarité peut être utilisée à des fins d’édification, comme cela a longtemps été le cas des chroniques historiques consacrées à la vie des grands hommes du passé9.

16Chauvier suggère que l’examen des scénarios contrefactuels en histoire invite à réfléchir à une sorte de « troisième voie », intermédiaire, entre la chronique des événements particuliers et la mise en récit de personnages et de situations typiques. C’est ce qu’il appelle l’histoire « prospective » ou encore, l’histoire « alternative » :

  • 10 Chauvier, op. cit., p. 125-126.

Comme l’histoire-chronique, elle a pour sujet logique un objet existant ou ayant existé. Mais comme l’histoire poétique, elle explore ce qui pourrait ou aurait pu avoir lieu. Toutefois, elle n’explore pas ce qui pourrait ou aurait pu arriver à un individu d’un certain type. Elle explore ce qui pouvait ou aurait pu arriver à un individu déterminé dont l’histoire-chronique est déjà, partiellement au moins, écrite10.

Ce que suggère ici Chauvier, c’est donc bien d’abord que l’analyse du statut logico-épistémique des scénarios contrefactuels en histoire nous conduit à réévaluer la portée historique du genre uchronique. Il y aurait ainsi, en histoire, une place pour la reconstruction prospective d’autres histoires possibles, qui ne se laissent ramener ni à l’explication des faits historiques singuliers ni à la fantaisie fictionnelle, car ces alternatives sont contraintes par ce que nous savons des faits.

17À supposer que l’on assume les distinctions aristotéliciennes, l’analyse proposée par Chauvier a, me semble-t-il, l’intérêt de faire un certain nombre de suggestions très stimulantes concernant les ressources cognitives de la fiction et leurs applications éventuelles dans l’enquête historique. Le point commun entre récits fictionnels et uchronies tient ainsi, selon lui, à ce que les deux portent sur l’examen de cas, c’est-à-dire de situations typiques, dotées d’une certaine généralité et donc porteuses d’un certain genre de régularité. Les situations envisagées dans une fiction, comme celles qui sont imaginées dans une uchronie, obéissent à des règles de développement plus ou moins générales, qu’on observe/observerait dans des circonstances de ce type. Mais l’intérêt proprement historique de l’uchronie tient, nous dit Chauvier, à ce qu’elle rattache ces régularités à des circonstances historiques singulières, permettant ainsi de suggérer des développements possibles ayant une portée cognitive réelle. Dans une telle perspective, le développement contrefactuel d’une situation historique donnée fait bel et bien l’objet d’une connaissance spécifique et suggère une forme de détermination historique singulière, apparemment irréductible à toute forme d’enchaînement nécessaire. Il resterait alors, il me semble, à clarifier la manière dont les scénarios uchroniques peuvent trouver leur place dans une explication des faits historiques. Chauvier en est lui-même conscient puisqu’il indique que l’uchronie, pour posséder une dimension cognitive, doit porter sur des faits historiques déjà, au moins en partie, établis.

18Mais cette idée d’une connaissance historique spécifiquement uchronique me semble soulever une difficulté importante, dans la mesure où Chauvier précise lui-même que l’uchronie présuppose toujours une histoire-chronique déjà en partie écrite. Ce présupposé est même probablement une condition pour que l’uchronie puisse être considérée comme porteuse d’un contenu véritablement historique. Mais, dans ce cas, la question risque d’être simplement déplacée, car il reste à préciser en quoi la connaissance historique, en particulier celle que nous pouvons établir à propos des déterminations causales, peut légitimement faire appel à des contrefactuels. Dans une telle perspective, il n’est pas certain que les analyses de Chauvier soient complètement satisfaisantes, en particulier lorsqu’elles semblent identifier, de manière un peu rapide, la connaissance historique à l’idiographie.

  • 11 Je ne discuterai pas ici la pertinence de ces concepts d’un point de vue ontologique car tel n’est (...)

19Laissant en suspens la justification épistémologique du recours aux contrefactuels dans les explications historiques, Chauvier préfère en donner une justification de nature ontologique. Ce que les scénarios uchroniques nous permettent de mettre en lumière, suggère-t-il, ce sont certaines propriétés transcendantales du devenir historique : les degrés de libertés qui caractérisent certaines situations, et les lignes de destins qui, par contraste, les traversent11.

  • 12 Chauvier, op. cit., p. 136.

En forgeant des scenarios rétrospectifs, nous faisons plus que découvrir des degrés de liberté. Nous découvrons encore et peut-être surtout des destinées. La pensée des possibles enfouis est le détour dont nous avons besoin pour faire apparaître les destinées qui parcourent le réel12.

  • 13 Chauvier la définit ainsi comme « le poids particulier que prennent les événements qui se sont prod (...)

20Les degrés de liberté auxquels renverraient indirectement les scénarios contrefactuels uchroniques, ce sont les degrés de « jeu », les espaces de mouvement inhérents à une situation ou à un processus historique – degrés à comprendre de la même manière que ceux qui caractérisent, par exemple, les pièces et différents rouages d’un mécanisme. Symétriquement, la destinalité caractéristique de la direction finalement prise par le cours des choses désigne le caractère inéluctable, quoique non nécessaire, du devenir historique13.

21De telles suggestions ontologiques sont tout à fait intéressantes, et même franchement stimulantes. Mais il n’est pas du tout certain qu’elles fassent réellement avancer la discussion relative à la pertinence proprement épistémique des contrefactuels en histoire. Et il se pourrait même, en mettant les choses au pire, que le fait d’apporter une réponse de nature ontologique à un problème d’abord logico-épistémique, contribue plutôt à occulter la nature des explications que nous utilisons en histoire et celle la connaissance qui en découle. Encore une fois, je ne suis pas en train de dire que la réflexion sur le statut ontologique du devenir historique serait illégitime ou sans intérêt. Je serais même prêt à soutenir exactement le contraire. Mais ce que je crois, c’est qu’une telle réflexion ne saurait faire l’économie d’une analyse préalable de la connaissance que nous établissons en histoire, en particulier de celle que nous pouvons avoir des déterminations causales, et que c’est dans une telle perspective que nous devons, d’abord, clarifier le rôle et la place des contrefactuels.

22Mon hypothèse, qui est celle de Weber, consiste à dire que la question du déterminisme historique telle que la rencontre l’historien dans sa pratique, n’a pas de connexion particulière avec celle de la question métaphysique du libre-arbitre ou des degrés de liberté que nous devons postuler dans le devenir historique. La manière dont les alternatives contrefactuelles interviennent dans nos explications historiques ne nous apprend rien sur la liberté humaine ou sur l’ontologie sous-jacente aux processus historiques qui en découlerait. Elle concerne seulement le genre de connaissance que nous visons en faisant de l’histoire, et la structure logique des explications que nous effectuons à cet effet.

2. L’imputation causale selon Weber

23Le texte dans lequel Weber développe une analyse explicite de la fonction des contrefactuels en histoire se trouve dans le deuxième chapitre du deuxième des Essais sur la théorie de la science, intitulé « Possibilité objective et causalité adéquate en histoire ». Mais, en réalité, cette question traverse l’ensemble des deux premiers essais. Ce texte est fréquemment cité et mis en avant comme un des textes fondateurs de la réflexion sur ce sujet, mais il est beaucoup plus rarement assumé pour les positions que Weber y développe. En quoi consistent ces positions ?

24La première chose que remarque Weber, c’est que la question consistant à se demander, dans l’enquête historique, ce qui aurait pu se passer à tel ou tel moment est parfaitement légitime et n’est en rien futile, dans la mesure où elle engage toujours directement la signification causale d’un événement, d’une décision ou d’un processus donnés. En ce sens, nous dit Weber, cette question est donc même incontournable pour l’historien, quoique ce dernier ne prenne pas toujours la peine de la formuler de manière explicite quand il énonce ses explications. Pour comprendre ce que Weber désigne par cette notion de signification causale, et la manière dont elle implique des raisonnements contrefactuels, il faut la relier aux indications qu’il donne dans d’autres textes sur la logique idéaltypique qui est, selon, lui, celle à laquelle l’historien et le sociologue ont recours.

25On sait que, selon Weber, toute enquête sociologique requiert au préalable la construction de ce qu’il appelle un idéaltype, c’est-à-dire d’un individu historique construit de manière abstraite par l’accentuation de certaines caractéristiques jugées pertinentes d’un phénomène ou d’un processus donné. On parlera ainsi, par exemple, du « capitalisme moderne », comme d’un ensemble d’activités sociales caractérisées par la recherche d’un gain économique déconnecté de toute ambition de jouissance. Ce qu’on désigne alors par ce terme, c’est un ensemble de pratiques suffisamment spécifiées pour être identifiées dans l’espace et dans le temps (et qui permettra, par exemple, de distinguer les formes modernes du capitalisme de celles qu’il a pu prendre à d’autres moments de l’histoire des sociétés humaines), bien qu’il se puisse tout à fait que des conduites de ce genre ne se retrouvent nulle part à l’état brut. De même, on parlera, par exemple, de « l’éthique protestante » en s’appuyant sur l’interprétation par certaines sectes puritaines de certains points du dogme réformé. L’enjeu consiste, là-aussi, à construire un ensemble de relations entre des motifs et des pratiques sociales qui permette d’orienter l’enquête historique et sociologique, de formuler des hypothèses explicatives pertinentes, et de donner aux découvertes effectuées sous son égide leur signification, c’est-à-dire leur importance historique du point de vue de l’idéaltype en question.

26Les usages que l’historien ou le sociologue peuvent faire de tels idéaltypes sont très variés. Le plus souvent, nous dit Weber, ils ont d’abord une fonction classificatoire : ils permettent de proposer une sorte de taxinomie des genres étudiés par le sociologue ou l’historien, un peu à la manière dont les choses se passent dans les sciences de la nature – à ceci près que la construction d’idéaltypes n’est pas directement contrainte par ses objets, et que l’historien ou le sociologue sont libres de décider ce qui leur semble avoir une importance historique. Mais du point de vue qui nous intéresse, c’est-à-dire celui de la causalité historique, ce sont essentiellement les usages génétiques de ces idéaltypes qui importent. Weber indique ainsi que les notions idéaltypiques peuvent aussi servir à faire apparaître les causes du phénomène en question :

  • 14 Max Weber, Essais sur la théorie de la science, traduit par Julien Freund, Presses Pocket, 1992, p. (...)

Prenons par exemple les notions d’« Église » et de « secte ». Elles se laissent analyser par la voie de la pure classification, en un complexe de caractéristiques, en quoi non seulement la frontière entre les deux concepts, mais aussi leurs contenus resteront toujours indistincts. Mais si je me propose de saisir génétiquement le concept de « secte », c’est-à-dire si je le conçois relativement à certaines significations importantes pour la culture que l’ « esprit de secte » a manifestées dans la civilisation moderne, alors certaines caractéristiques précises de l’un et de l’autre de ces concepts deviendront essentielles parce qu’elles comportent une relation causale adéquate par rapport à leur action significative14.

27L’idée de Max Weber consiste à dire ici que la sélection de caractères (dont procède toute construction idéaltypique) permet non seulement, en opérant certains rapprochements et en soulignant certains aspects d’un phénomène, de lui conférer une signification historique (une importance potentielle, à éprouver dans les explications que la sélection en question va permettre de produire), mais également de suggérer certaines connexions, notamment causales, avec d’autres processus ou phénomènes historiques. Ainsi, et pour faire bref, il est clair qu’à partir du moment où l’on considère que le capitalisme moderne est historiquement caractérisé par le genre de motifs que se donnent les agents sociaux (et non, par exemple, comme un certain mode de production matérielle), nous serons plutôt enclins à rechercher les causes d’un tel phénomène dans l’apparition d’un certain ethos, d’une connexion singulière entre certaines pratiques et leurs motifs (et non du côté de certaines innovations technologiques ou d’accumulations primitives de capitaux, par exemple).

28Au passage, on remarquera que le choix de Weber concernant la manière de caractériser le capitalisme moderne a, à ses yeux, des raisons proprement historiques, et ne procède pas d’une décision arbitraire ou d’une préférence métaphysique pour les approches idéalistes. La suggestion de Weber repose d’abord sur un certain nombre d’observations factuelles, en particulier sur le fait que les développements les plus spectaculaires du capitalisme n’ont pas eu lieu là où les conditions matérielles semblaient le permettre, ni quand ces conditions étaient réunies. Ils se sont surtout produits dans des régions pauvres et plutôt retardées sur le plan du développement des forces productives, comme dans le Massachusetts puritain de la fin du xviie siècle. Le facteur déclencheur pertinent est bien ainsi, aux yeux de Weber, d’ordre moral : c’est l’apparition d’un certain type d’homme, l’entrepreneur, mû par un certain type de motifs, tel que le décrit Benjamin Franklin dans le fameux passage cité au deuxième chapitre de L’éthique protestante.

  • 15 Ibid. p. 150.

29Cet usage génétique des idéaltypes utilise des idéaltypes d’un certain genre, que Weber appelle des idéaltypes de développement. Comme nous allons le voir, le raisonnement contrefactuel y joue un rôle central. La construction d’un idéaltype de développement consiste à explorer les conséquences historiques les plus probables de la caractérisation idéaltypique d’un phénomène ou d’un processus donné. On se demandera, par exemple, si une société organisée rigoureusement sur le principe de l’artisanat et de la rente foncière se développerait dans un sens capitaliste sous l’action de quelques facteurs simples comme, par exemple, « la rareté des terres, l’accroissement de la population, l’afflux des métaux précieux et la rationalisation de la conduite de vie15 ».

30Ici, on a bien affaire à une construction idéaltypique, dans la mesure où la sélection des facteurs et celle des caractéristiques constitutives de la situation de départ procèdent d’une perspective établie au préalable (celle d’une société organisée autour de l’artisanat et de la rente foncière). De même, la pertinence et la plausibilité des enchaînements causaux reconstruits dans le développement qu’on cherche à évaluer – en bref, leur signification en tant que causes – dépendent également de cette sélection initiale et de l’orientation qu’elle donne à l’enquête. L’idéaltype de développement désigne donc très précisément ce que nous appelons aujourd’hui « scénario contrefactuel », et Weber y voit bien une étape incontournable de l’enquête historique, dans la mesure où c’est toujours à partir de telles reconstitutions que l’historien ou le sociologue, en les confrontant aux données factuelles dont ils disposent, évalue en retour la pertinence d’un idéaltype donné ou des facteurs causaux qu’il suggère.

31Weber insiste ici sur le fait que, dans une opération de ce genre, le principal risque consiste à perdre de vue le caractère essentiellement hypothétique du développement ainsi reconstitué, que celui-ci se révèle finalement conforme aux données factuelles dont nous disposons (ce qui valide alors l’hypothèse causale et sa pertinence du point de vue de la caractérisation initiale de la situation) ou non (ce qui conduit alors à réviser la pertinence des facteurs retenus et/ou la caractérisation idéaltypique initiale). En effet, notamment dans le premier cas, la tentation est grande de confondre la reconstitution validée avec le processus historique réel, bref, de tirer des conclusions ontologiques à partir d’un procédé qui n’a, en réalité, qu’une portée épistémologique. Weber est sans ambiguïté sur ce point :

  • 16 Ibid., p. 151.

Ce procédé ne suscite aucune objection méthodologique, aussi longtemps qu’on garde toujours présent à l’esprit que construction idéaltypique du développement et histoire sont deux choses rigoureusement distinctes, et que la construction a été le moyen de faire méthodiquement l’imputation valable d’un développement historique à ses causes réelles parmi toutes celles qu’il nous est possible d’établir en l’état de notre connaissance16.

Ce qui se joue dans cette mise en garde, c’est à la fois le statut des déterminations causales et celui de la connaissance historique tels que les conçoit Weber. En parlant d’ « imputation causale », il affirme, en réalité, que le déterminisme que rencontrent historiens ou sociologues se caractérise avant tout par une forme logique particulière. Mais, du même coup, il réaffirme la portée exclusivement épistémologique des connexions ainsi mises en lumière, contre toutes les tentations d’interprétation ontologique.

  • 17 Je me permettrai toutefois, en passant, deux petites remarques sur ce point. Premièrement, on peut (...)

32La notion d’imputation causale renvoie à une conception tout à fait spécifique de la causalité qui, seule, permet de comprendre l’insistance que Weber accorde à la notion de « signification » causale d’un événement ou d’un processus. Comme le rappelle Weber, cette notion renvoie essentiellement à une certaine forme logique qu’on retrouve plutôt dans les disciplines juridiques que dans les sciences de la nature. Le point commun entre le raisonnement juridique et celui de l’historien ou du sociologue n’est pas très difficile à comprendre, dans la mesure où l’un et l’autre tentent bien d’établir des responsabilités causales sous l’égide d’un certain contenu normatif : la caractérisation juridique du cas jugé ou la caractérisation idéaltypique d’une situation. De la même manière que le juge laisse délibérément de côté tous les aspects d’une situation qui ne sont pas susceptibles de préciser la signification juridique de l’action sur laquelle il enquête, l’historien et le sociologue négligent volontairement tous les aspects du phénomène qui ne présentent pas d’importance, selon eux, du point de vue historique ou sociologique. De ce point de vue, il y a bien une différence évidente entre le genre d’enquête visant l’imputation causale et celles qui se pratiquent dans les sciences de la nature où c’est plutôt la recherche de lois, aussi générales que possible, qui prime. En effet, même si la portée d’une loi est toujours relative à celle d’une théorie et si sa généralité est toujours conditionnée par des clauses ceteris paribus, il est notoire que le but visé par les sciences de la nature consiste bien à établir des régularités nomologiques générales, et non des responsabilités causales singulières17.

33Toutes ces précisions permettent de clarifier le rôle des raisonnements contrefactuels dans les explications historiques telles que les conçoit Max Weber. Elles permettent, en particulier, d’identifier précisément le cadre hypothétique spécifique dans lequel ils interviennent, ainsi que le moment où l’historien y a recours. Mais ce qui reste encore à préciser, c’est la portée théorique des déterminations que ces raisonnements nous permettent d’établir.

34On a vu en quoi les déterminations causales, loin d’être purement descriptives, possèdent toujours, aux yeux de l’historien, une signification relative à la perspective idéaltypique sous laquelle elles sont établies. Mais cela ne signifie pas que l’imputation causale se réduirait à une pure interprétation des motifs ou des raisons induits par cette perspective idéaltypique. Ce que des auteurs comme Aron ou Freund ont rarement souligné chez Weber, c’est son souci d’articuler la dimension herméneutique du travail de l’historien à sa dimension objective. Les sciences de la culture ne procèdent pas par des interprétations « hors sol » ou arbitraires. Elles cherchent bel et bien à identifier des causes et des régularités objectives à l’œuvre dans les phénomènes ou processus historiques (même si ces régularités ne tombent pas sous des lois). Et c’est en ce sens que la sociologie de Max Weber possède (nous aurons à y revenir) une ambition réellement théorique. Or, ce qui confère aux régularités historiques ou sociologiques leur objectivité, c’est précisément le fait que les possibilités sur lesquelles reposent ces régularités sont, elles, objectives. L’imputation causale repose, certes, sur une sélection idéaltypique initiale qui confère aux facteurs causaux évalués leur signification historique respective ; mais ces mêmes facteurs sont, eux, évalués au vu des possibilités objectives qu’ils autorisent à formuler sur une situation historique donnée.

35La structure logique d’une explication historique se présente, selon Weber, de la manière suivante : à partir d’une situation donnée, on cherche à mesurer l’impact causal d’un facteur donné. Par exemple, on cherche à déterminer quelles ont pu être les conséquences de la victoire grecque de Marathon sur le développement de la civilisation occidentale, au travers des conséquences que cette victoire a eues sur l’essor de la culture grecque. La part de sélection idéaltypique que révèle une telle formulation de la question initiale est incontestable : on suppose qu’une décision de type militaire peut/pourrait avoir une efficacité causale sur le développement d’un processus de nature culturel, lui-même identifié à partir de certaines caractéristiques jugées pertinentes (« miracle grec », etc.). La question n’est pas, ici, précisons-le, de savoir si ce découpage idéaltypique initial est pertinent ou non. C’est la forme logique du raisonnement qui nous intéresse.

36Conformément à ce qu’indique Weber dans « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (le premier de ses Essais sur la théorie de la science ), l’historien, pour évaluer son hypothèse d’imputation causale, est amené à construire un idéaltype de développement, destiné à faire apparaître par contraste l’enchaînement de causes qui a pu/aurait pu produire le cours des événements tel que nous sommes fondés à le concevoir sur la base des documents ou indices que nous possédons. Cela signifie qu’il va s’efforcer de construire un scénario contrefactuel objectif dans lequel ce sont les Perses qui emportent la victoire à Marathon, et d’imaginer quelles peuvent/auraient pu être les conséquences historiques d’une telle divergence. Selon Weber, l’objectivité d’un scénario de ce type tient au fait qu’il se fait sous contrainte, c’est-à-dire qu’il doit évidemment tenir compte de tous les éléments factuels dont nous disposons sur la situation et la période étudiées, mais aussi (et peut-être d’abord) sur tout ce que nous savons du monde tel qu’il va et des comportements humains dans des circonstances identiques. L’ensemble de ces connaissances – à la fois théoriques et pragmatiques, pourrait-on dire – constitue la partie « nomologique » du processus de reconstruction contrefactuelle, les « règles de l’expérience » nous permettant de reconstruire ce qui peut/pourrait objectivement se produire dans la situation préalablement modifiée. Le but de cet idéaltype de développement spécifique consiste à formuler les « conséquences adéquates » de la modification contrefactuelle évaluée. Si cette simulation (Weber parle indifféremment d’« expérience de pensée » ou de « processus de pensée ») a pour résultat de nous présenter un cours des choses sensiblement comparable à celui qu’elles ont connu, l’historien en tirera la conclusion que la victoire grecque de Marathon n’a pas l’efficacité et la signification causale qu’on était tenté de lui attribuer au départ. Si, au contraire, cette simulation nous présente, par exemple, un développement de la culture grecque et méditerranéenne sensiblement différent et marqué, mettons, par une civilisation théocratique dure, alors l’historien sera fondé à considérer l’événement modifié dans l’expérience comme une cause logiquement adéquate dans l’explication du processus sur lequel porte l’enquête. La scénarisation contrefactuelle est ainsi une étape parfaitement indispensable, quoique pas toujours explicite, de n’importe quel travail d’explication historique, en particulier lorsqu’il s’agit d’évaluer une imputation causale quelconque.

37Toutefois, il est ici bien clair que ce détour par des scénarios alternatifs contrefactuels (ce que Weber appelle des « possibilités objectives ») a lieu uniquement à l’intérieur de la structure logique de nos imputations causales. L’examen des possibilités contrefactuelles ne porte pas directement sur la situation ou le processus étudiés ; il manifeste plutôt le « jeu » – les marges de manœuvre, pourrait-on dire – que nos imputations causales possèdent lorsqu’on a affaire à un objet historique. En lui-même, cet examen ne nous dit rien sur les caractéristiques ontologiques de la situation, ses « degrés de liberté », de « destinalité » ou sur ses degrés de plasticité à l’égard des pratiques humaines. Il nous renseigne seulement sur le type de contrainte logique dont sont porteuses les imputations causales en histoire. Encore une fois, cela ne signifie pas qu’on ne puisse pas, par ailleurs, faire des hypothèses plus ou moins pertinentes sur la nature ontologique des situations historiques ou sur leur degré de « faisabilité ». Mais Weber estime qu’il s’agit là de questions indépendantes de celles relatives à la connaissance sociologique et aux types d’explication sur lesquelles celle-ci repose. Ce à quoi il s’emploie en clarifiant la fonction des scénarios contrefactuels dans nos explications historiques consiste simplement à clarifier les opérations logiques, le plus souvent implicites, par lesquelles procède l’historien. La question de savoir pourquoi l’historien procède de cette façon sort du champ d’investigation des sciences sociales, si toutefois on cherche à cette question une réponse liée à la nature « profonde » des objets sur lesquels elles travaillent. La seule réponse susceptible d’être apportée à des questions de ce genre par l’historien ou le sociologue consistera, ici encore, à proposer certaines imputations causales, orientées à partir de certains idéaltypes comme ceux de « science de la culture », de « rationalité », de « vérité objective », etc.

38Il convient ici de souligner deux caractéristiques importantes de cette analyse logique des imputations causales. À partir de la fonction logique dévolue aux scenarios contrefactuels dans ces explications, on peut en effet déduire, comme le fait Weber, que les déterminations causales établies par l’historien ou le sociologue possèdent nécessairement des degrés (c’est le premier point), sans que cela affecte pourtant leur objectivité théorique (c’est le deuxième point). Si Weber parle de « degrés » dans les déterminations causales historiques, c’est parce que les processus ou les phénomènes sur lesquels travaille l’historien sont rarement monofactoriels, et qu’il arrive fréquemment que leur déclenchement soit produit par des causes apparemment mineures, c’est-à-dire inattendues au vu de ce que nous savons de la situation de départ et des régularités qui la traversent (tous ces termes, qu’il s’agisse de la « situation » ou des « régularités », étant bien entendu compris comme des paramètres de reconstitutions imaginaires, et non comme des données ontologiques inhérentes aux processus en question).

39Weber distingue ainsi ce qu’il appelle les causes « adéquates » des causes « accidentelles ». Dans le premier cas, il s’agit des événements, situations et décisions qui suffisent logiquement à supporter l’imputation causale. Par exemple, le développement d’une éthique puritaine valorisant la vocation professionnelle et les signes de réussite économique comme autant d’indices de la grâce divine, semble être une cause adéquate de l’essor observé corrélativement de pratiques sociales orientées par la recherche du gain pour elle-même. L’imputation causale est ici parfaitement conforme à ce que nous savons de l’articulation habituelle, chez les agents sociaux, des convictions religieuses aux motifs « éthiques », et de ces derniers aux pratiques sociales. (Tout ceci, bien évidemment, est considéré ici sous une perspective exclusivement logique, c’est-à-dire sous une perspective portant sur la forme de l’explication proposée et sur la manière dont elle associe des données factuelles et nomologiques sous la forme de possibilités objectives. Je ne me prononce toujours pas ici sur le contenu des conclusions de Weber).

40Mais, en histoire, il arrive fréquemment qu’on rencontre des situations dans lesquelles l’efficacité causale d’un facteur donné est plus discutable, en particulier lorsqu’on a affaire à des événements ou à des décisions ponctuelles. Dans ces cas, l’hésitation de l’historien peut être motivée par une méfiance légitime à l’égard de la notion d’événement « crucial », de « turning point » comme on dit. La disproportion entre les conséquences d’un tel événement et son importance historique réelle est, par définition, toujours sujette à caution, et l’historien aura toujours tendance à se demander si les choses ne se seraient pas produites quand même dans le cas où l’événement en question n’aurait pas eu lieu. C’est une question qui peut, par exemple, se poser à propos de la victoire grecque à Marathon, dont il était question plus haut. Ou encore (autre exemple discuté par Weber) à propos des coups de feu tirés sur les boulevards à Berlin avant le déclenchement des émeutes en 1848. S’il se trouve que nous disposons d’indices suffisants pour faire l’hypothèse, contrefactuelle, que les émeutes se seraient de toute façon déclenchées sans ces coups de feu mais sans doute pas à ce moment précis, on dira alors qu’ils peuvent être considérés comme des causes non pas adéquates, mais accidentelles, dans la mesure où l’enchaînement historique qu’ils se sont trouvés déclencher ne correspond pas au genre de régularités objectives qu’on rencontre habituellement en histoire. Et, bien entendu, si le scénario contrefactuel rend plausible l’hypothèse selon laquelle les émeutes pourraient/auraient pu se produire exactement de la même manière sans ces coups de feu, l’historien conclura qu’ils ne sont pas des causes pertinentes du tout.

  • 18 Précisons, une fois de plus, la signification purement épistémologique de ces termes. Il ne s’agit (...)

41La plupart des déterminations causales établies en histoire se situent, selon Weber, dans une sorte d’entre-deux : ni complètement adéquates, ni complètement accidentelles. Plus précisément, une cause complètement adéquate relèverait d’une régularité de type de nomologique, alors qu’une cause complètement accidentelle relèverait, elle, du pur hasard. Dans les deux cas, on sortirait en fait de l’imputation causale, de sorte qu’il faut, me semble-t-il, lire ces indications wébériennes comme la suggestion d’un gradient sur un intervalle ouvert et non fermé : d’un point de vue logique, l’imputation causale est historiquement pertinente tant qu’elle ne se réduit ni à l’énoncé d’une loi nécessaire ni à celui d’un pur hasard18. Mais, entre ces deux pôles, il y a place pour tous les degrés de généralité que sont susceptibles de prendre les possibilités objectives grâce auxquelles nous évaluons tel ou tel facteur causal.

42En ce sens, il y a bien, et c’est sur ce point que je voudrais terminer, une dimension théorique des imputations causales telles que les conçoit Weber. Ce qui signifie aussi que les contrefactuels – qui permettent, par contraste, de déterminer le degré d’adéquation causale de tel ou tel facteur – ont bien une portée cognitive, non pas en eux-mêmes, mais dès qu’ils sont insérés dans une structure logique d’imputation. Ce qui motive cette précision, c’est l’erreur d’interprétation que commettent symétriquement, selon moi, Geoffrey Hawthorn et Jon Elster dans la lecture qu’ils proposent de Weber.

3. Du statut théorique des imputations causales en histoire

  • 19 Ce livre de Jon Elster date de 1978 et présente un certain nombre d’analyses et de conclusions qu’i (...)
  • 20 Jon Elster, Logic and Society, Wiley & Sons, 1978, p. 180-181.

43La lecture que propose Elster dans Logic and Society consiste à dire que Weber, s’il a bien vu les enjeux logiques du raisonnement contrefactuel dans l’explication historique, reste prisonnier d’une conception « pré-théorique » des sciences sociales19. Il pense que Weber a parfaitement vu que les scénarios contrefactuels ne devaient pas s’en tenir aux représentations subjectives des agents et intégrer des données nomologiques ; mais il reste sceptique sur le fait que ce dernier ait eu conscience de ce qu’il appelle le problème de la « légitimité historique » des scénarios contrefactuels mobilisés, de manière explicite ou implicite, dans les explications historiques. Pour pouvoir déterminer la plausibilité d’une alternative contrefactuelle (son degré d’adéquation causale, en termes wébériens), il faut, selon Elster, être en possession d’une théorie causale spécifique qui permette de circonscrire l’ensemble des assertions contrefactuelles légitimes. D’une certaine manière, Weber resterait beaucoup trop permissif dans la construction d’alternatives contrefactuelles à une situation historique donnée, à cause de sa conception pré-scientifique. Or, comme l’écrit Elster, « quand tout est possible, rien ne l’est plus20 ». Faute d’être en mesure d’exclure certaines possibilités objectives à un moment donné, Weber échouerait à identifier de manière pertinente celle(s) susceptibles de renvoyer à une adéquation causale.

  • 21 Geoffrey Hawthorn, Plausible Worlds : Possibility and Understanding in History and the Social Scien (...)
  • 22 Ainsi, se demandant si l’occupation de la Corée du Sud par les USA en 1945 était inéluctable, Hawth (...)
  • 23 Ibid., p. 37.

44En réponse à cette objection de Jon Elster, Geoffrey Hawthorn insiste lui, dans Plausible Worlds, sur le caractère purement pragmatique des régularités sur lesquelles nous nous appuyons pour formuler des scénarios contrefactuels alternatifs. Selon lui, l’intérêt historique de tels scénarios tient essentiellement à leur portée heuristique relative aux questions que pose l’historien21. La « plausibilité » de tel ou tel scénario alternatif doit avant tout nous permettre de poser les bonnes questions, en faisant apparaître les points d’inflexion pertinents d’un processus ou d’un phénomène historique22. Ainsi selon Hawthorn, comme chez Weber, une explication historique consiste bien à situer un événement ou un processus actuel sur le fond de possibilités alternatives. Ce faisant, nous proposons, nous dit-il, une « compréhension » de l’événement en question, cette notion devenant finalement chez lui synonyme de mise en perspective modale. Mais il insiste finalement sur le fait qu’une telle compréhension – et ce, contrairement aux aspirations de Elster – ne saurait jamais s’appuyer sur une théorie quelconque. En la matière, nous devons nous en tenir aux connaissances irrémédiablement pratiques que nous possédons sur la nature humaine. Elles constituent pour nous la seule base tangible sur laquelle nous appuyer pour produire des scénarios contrefactuels et, éventuellement, les départager. Aussi conclut-il finalement sur une lecture qu’on pourrait qualifier de « quiétiste » des suggestions de Weber : pour comprendre mieux en histoire, écrit-il, il nous faut peut-être d’abord accepter d’en savoir moins23.

45Il me semble que ces deux lectures, bien qu’elles reprennent chacune, de manière indiscutable, des parties du programme wébérien, manquent pourtant l’une et l’autre ce qui fait la spécificité de la position de Weber, tout particulièrement le genre d’objectivité théorique qu’il attribue aux sciences de la culture.

46La position de Hawthorn reste ainsi fidèle à la distinction récurrente que Weber établit entre la connaissance historique et sociologique d’une part, et celle que visent les sciences de la nature d’autre part. Il est en effet notoire que Weber n’a eu de cesse de lutter contre toutes les tentatives de réduction naturaliste dont les sciences de la culture ont fait l’objet en son temps, en rappelant inlassablement qu’à la différence de ce qui se passe en physique ou en biologie l’établissement de lois n’est pas, en histoire ou dans les sciences sociales, une fin mais seulement un moyen. Dans ces disciplines, ce qui importe du point de vue scientifique, c’est la signification d’un événement ou d’un processus, c’est-à-dire la mise en perspective pertinente de sa valeur historique relativement à un idéaltype donné, et non la découverte de régularités plus ou moins nécessaires. Mais cette conception dite compréhensive (ou interprétative) de la connaissance historique conserve bien, chez Weber, une ambition théorique. Le risque d’une lecture comme celle de Hawthorn est d’éluder cette dimension. Lorsque ce dernier écrit, à propos de l’étude des phénomènes historiques et sociaux, que nous devons renoncer à savoir pour pouvoir commencer à comprendre, il semble ainsi, en opposant les deux démarches, ôter toute dimension scientifique aux sciences de la culture, ce qui est, pour le coup, aux antipodes du projet wébérien.

  • 24 Ibid., p. 166.

47De même, Hawthorn reste, à mon avis, trop vague, sur la manière dont l’historien doit procéder pour reconstituer les alternatives contrefactuelles sur lesquelles il s’appuie. L’unique indication qu’il donne au lecteur consiste à dire que les seules alternatives historiquement plausibles sont celles qui sont susceptibles d’avoir été endossées par les contemporains de la situation étudiée. « La ligne de partage [entre les scénarios contrefactuels pertinents et ceux qui ne le sont pas] se situe au point où les agents en question auraient cessé de s’identifier ou de se reconnaître comme les agents qu’ils étaient24. » Si cette formule signifie que les scénarios contrefactuels pertinents pour formuler une explication en histoire ne doivent pas être tels qu’ils auraient paru insensés à ceux auxquels ils s’appliquent, elle est trop vague et presque triviale. Si elle signifie que les scénarios contrefactuels doivent s’en tenir aux possibilités subjectivement disponibles au moment sur lequel porte l’enquête, elle pourrait s’avérer fausse, dans la mesure où le développement d’une situation historique donnée peut fréquemment déjouer tous les pronostics disponibles à un moment donné – raison pour laquelle Weber parle lui, de manière explicite, de possibilités objectives.

  • 25 Weber, op. cit., p. 152-3.

48L’objection de Elster peut, elle aussi, s’appuyer à bon droit sur une partie de l’argumentaire wébérien, en particulier sur les formules fameuses dans lesquelles Weber insiste sur le caractère « éternellement jeune » des sciences de la culture : « Pour la science – écrit Weber à propos des sciences de la nature –, venir à maturité signifie donc toujours en fait : dépasser l’idéaltype pour autant qu’on lui attribue une validité empirique ou la valeur d’un concept générique. […] Mais il y a des sciences auxquelles il a été donné de rester éternellement jeunes. C’est le cas de toutes les disciplines historiques, de toutes celles à qui le flux éternellement mouvant de la civilisation procure sans cesse de nouveaux problèmes25. » Ce que veut dire ici Weber, c’est que les idéaltypes construits par les disciplines historiques ne peuvent jamais atteindre le degré de généralité que possèdent les genres naturels et, partant, que le type de connexion qu’on peut établir entre eux ne saurait pas non plus relever du même genre de nécessité que celle qui caractérise les relations nomiques entre ces genres dans le cadre des sciences de la nature. La recherche est ici contrainte de raffiner sans cesse les idéaltypes proposés, ainsi que les imputations causales qu’ils suggèrent, sans jamais pouvoir affirmer épuiser de manière exhaustive tous les aspects d’un phénomène ou d’un processus historique – à la manière dont peut le faire, par exemple, la classification périodique des éléments pour l’analyse de la constitution chimique des corps en physique. C’est le caractère infini des aspects potentiellement signifiants d’un phénomène historique, ainsi que l’infinité des perspectives susceptibles de les faire apparaître, qui installent l’enquête historique dans le champ des valeurs plutôt que dans celui des essences. Est-ce à dire qu’il s’agit d’une recherche préthéorique – c’est-à-dire, pour le dire plus clairement, préscientifique – comme le suggère Elster ?

49Si ce dernier a raison, cela signifie qu’il n’y a de connaissance théorique authentique qu’à partir du moment où nous sommes en la possession de lois nécessaires nous permettant d’exclure certaines possibilités à partir de la caractérisation suffisamment précise d’une situation donnée. Ce qui, dans le domaine des sciences de la nature, autorise de telles ambitions, c’est en particulier le fait que les éléments sur lesquels elles travaillent sont toujours, quoiqu’à des degrés divers, susceptibles d’être quantifiés de manière à peu près rigoureuse, ce qui simplifie considérablement la formulation fonctionnelle des régularités nomiques et, de ce fait, la construction de théories pensées comme des systèmes de lois.

  • 26 Weber, ibid., p. 63.

50Il est clair que les analyses de Weber ne rentrent pas dans un cadre de ce genre. Ce dernier insiste explicitement sur le fait que, si nous pouvons déterminer la probabilité respective avec laquelle tel ou tel scénario contrefactuel peut se produire par rapport à tel autre à partir d’une situation donnée, il ne s’agit que très rarement d’une probabilité susceptible d’être quantifiée26. Pour mesurer la probabilité de réalisation d’une possibilité contrefactuelle, il faut, nous dit Weber, évaluer le nombre de cas dans lesquels elle représente une conséquence adéquate de la situation de départ en le comparant au nombre de cas dans lesquels elle ne l’est pas. Mais ce ratio échappe pratiquement toujours à toute forme de calcul, dans la mesure où la complexité des variables caractérisant une situation historique – et avec elle, la complexité des développements qu’elles peuvent, notamment en interagissant, autoriser – est pratiquement infinie.

  • 27 On remarquera ici une certaine analogie entre les positions développées par Weber et celles défendu (...)

51Surtout, nous dit Weber, il ne saurait y avoir, aux yeux de l’historien, de situation de « hasard absolu » dans laquelle le cours des événements pourrait, de manière équiprobable et irréductible à toute régularité d’expérience, suivre n’importe laquelle des possibilités objectives disponibles. De telles situations d’équiprobabilité sont – comme Weber, y insiste – la condition même de la possibilité d’un calcul. C’est, par exemple, la situation dans laquelle on se trouve avec un dé non pipé sur une série de lancers : à chaque lancer, chacune des six possibilités peut se produire avec une probabilité égale. Mais, en histoire, les dés sont toujours pipés, pourrait-on dire, au sens où une situation historique donnée est toujours déterminée, quoiqu’à des degrés très divers, dans une certaine direction, ce qui explique d’ailleurs le caractère spontanément « accidentel » que nous attribuons à certaines causes27. Si Weber emploie bien le concept de probabilité, c’est donc en un sens plus logique que mathématique, et il semble difficile d’en tirer une théorie de la causalité de type probabiliste conforme à l’étalon sur lequel s’appuie Elster.

  • 28 En l’occurrence, il s’agit des analyses développées en cliométrie à la suite des travaux de Fogel d (...)

52Mais, est-on alors pour autant condamnés à retomber dans l’arbitraire, comme si les scénarios contrefactuels pertinents relevaient uniquement de la fantaisie ou du flair pragmatique du chercheur ? Le paradoxe de la position d’Elster, c’est que toutes les remarques qu’il développe ensuite à propos des caractéristiques d’une approche, à ses yeux, authentiquement théorique des contrefactuels historiques28, sont, de mon point de vue, susceptibles d’être appliquées aux conceptions de Weber. De sorte qu’il me semble que sa position, bien qu’il ne l’assume pas, est, en réalité, profondément wébérienne.

  • 29 Elster considère également que, pour faire l’objet d’un traitement théorique rigoureux, une situati (...)

53Ce qui distingue, à première vue, la manière dont Elster conçoit une théorie historique de celle proposée par Weber, c’est le fait que, selon lui, une telle théorie doit être en mesure d’exclure certaines possibilités29. Une explication de nature théorique consiste ainsi, selon Elster, à réduire les développements possibles d’une situation à un ensemble de développements possibles – cet ensemble ne contenant plus qu’un seul élément dans les cas où la puissance de la théorie en question est la plus forte. Une telle conception de ce qu’est une théorie, souligne-t-il, est singulièrement différente de ce à quoi nous a habitué la conception déterministe classique. En effet, en contexte déterministe, une théorie vise en principe à exclure tous les facteurs causaux possibles sauf un. Dans la perspective proposée par Elster, le rôle d’une théorie consiste plutôt à expliquer le développement d’un phénomène ou d’un processus historiques en procédant par ce qu’on pourrait appeler une réduction de contraste : c’est-à-dire une sélection plus ou moins poussée, parmi les alternatives contrefactuelles consistantes, de celles qui restent à peu près indécidables au vu des pouvoirs déductifs de la théorie. Plutôt que de nous aider à identifier la cause d’un phénomène, une théorie historique nous conduirait donc plutôt à identifier ses différentes causes possibles et, parmi elles, à sélectionner de la manière la plus serrée, celles qui peuvent prétendre à l’imputation.

54Ce faisant, on renonce à une conception nécessitariste des régularités historiques, ainsi qu’à la version classique du déterminisme. La raison de ce renoncement dans le cas des théories historiques tient, selon Elster, à ce que toute description d’une situation historique peut toujours être sous-spécifiée, et que cette sous-spécification toujours possible d’une situation présente a comme conséquence la toujours possible sous-détermination de son futur. On remarquera ici que cet argument est à peu près identique à celui avancé par Weber pour justifier, en ce qui le concerne, le caractère irréductible à toute nécessité nomique des imputations causales effectuées sous l’égide d’idéaltypes toujours particuliers et donc partiels. Autrement dit, c’est justement parce que nous avons affaire, dans le domaine des sciences de la culture, à des régularités qui ne sont pas d’ordre nomologique que nous devons renoncer aux ambitions théoriques qui sont celles des sciences de la nature.

55Or c’est peut-être cette conclusion wébérienne qui permet de comprendre les paradoxes que Elster admet rencontrer après avoir présenté les caractéristiques de ce qui serait, à ses yeux, une théorie historique authentique.

56Premier paradoxe pointé par Elster : à partir du moment où la théorie ne sert plus seulement d’instrument déductif mais aussi de filtre permettant d’accepter ou de rejeter certaines possibilités contrefactuelles (plus précisément, certains antécédents des énoncés contrefactuels décrivant les possibles développements d’une situation historique donnée), plus une théorie est forte et plus elle réduit le nombre d’hypothèses contrefactuelles légitimes. À l’inverse, plus une théorie sera faible, plus elle autorisera la formulation d’hypothèses contrefactuelles pertinentes. Ou encore : plus une théorie se rapproche du déterminisme nomologique classique, moins la notion d’alternative contrefactuelle est pertinente. Il me semble que ce premier paradoxe retrouve assez précisément les difficultés, déjà identifiées par Weber, lorsque ce dernier envisage la possibilité pour les imputations causales en histoire de prendre place sur une sorte de gradient excluant en ses deux extrémités la régularité nécessaire de type nomologique et le hasard pur. Seulement, là où Elster parle de degré dans la puissance déductive d’une théorie (degré inversement proportionnel à son pouvoir de filtrage des hypothèses contrefactuelles pertinentes), Weber parle lui des différents degrés d’adéquation causale qu’est susceptible d’admettre une imputation.

  • 30 Elster, op. cit., p. 185.
  • 31 Pour prolonger cette analyse, on remarquera qu’elle suggère que la notion d’efficacité causale d’un (...)
  • 32 Il y a, dans cet argument, une certaine analogie avec ce que Geach désignait ironiquement comme des (...)

57Or il me semble que le deuxième paradoxe pointé par Elster, relatif à « l’insignifiance causale de tout ce qui est inévitable30 », recoupe, lui-aussi, des considérations du type de celles avancées par Weber. Elster souligne ainsi, à la suite de ces remarques, que dans le cas où une théorie permettrait de réduire les alternatives contrefactuelles d’une situation donnée à une seule possibilité objective de développement – c’est-à-dire dans le cas où notre théorie présenterait un développement historique donné comme à peu près inévitable (ce qui ne veut pas dire qu’il soit pour autant devenu alors nécessaire) –, le résultat ainsi obtenu semble à première vue dénué de toute pertinence causale, en vertu du principe selon lequel tout ce qui est inévitable n’a, du point de vue de l’efficacité causale, pas d’importance. L’exemple utilisé par Elster sur ce point (qu’il reprend à Alvin Goldman) est celui du caméléon, capable de s’adapter de manière opportune à toutes les situations qui se présentent à lui, mais dont on hésite à dire qu’il manifesterait un réel pouvoir sur ces situations. De la même manière – suggèrent Goldman et, à sa suite, Elster – nous avons tendance à distinguer le pouvoir politique du pur opportunisme, et ce, même si cette dernière attitude peut s’avérer en définitive plus « gagnante » dans bien des cas. C’est que, souligne Elster, nous avons tendance à considérer que l’attribution d’un pouvoir causal quelconque suppose que nous puissions imaginer ce pouvoir neutralisé ou suspendu, de manière à pouvoir, par contraste, en mesurer les effets31. Mais une telle analyse de la notion de pouvoir causal suggère alors que toutes les possibilités qui (comme celles dont sont porteuses les capacités mimétiques du caméléon) ne peuvent être véritablement suspendues ou neutralisées, ne peuvent pas non plus être considérées comme des facteurs causaux pertinents32. Bref, et pour résumer le nerf de l’argument : plus une théorie historique nous permet de préciser la sélection d’un facteur (ce qui est le cas si on mobilise, par exemple, les dispositions physiologiques du caméléon pour expliquer ses changements d’aspects successifs), moins ce facteur nous semblera causalement pertinent.

58Ici encore, il me semble que de telles remarques font écho à la manière dont Weber écarte, pour ce qui concerne la recherche en histoire, l’établissement de lois comme celles que visent les sciences de la nature. Une loi générale, une régularité nécessaire ou quasi-nécessaire, n’ont pas d’intérêt historique. Non, comme le sous-entend Hawthorn, parce qu’elles seraient a priori exclues du champ de la connaissance historique, mais parce qu’elles sont dépourvues de toute signification historique.

59Arrivés au terme de cet examen, un peu rapide, des conclusions auxquelles arrive Elster, il me semble, comme je l’ai déjà laissé entendre, que ces conclusions, loin de creuser l’écart avec celles de Weber, ont plutôt tendance à s’en rapprocher sensiblement. En fait, on pourrait presque soutenir l’idée selon laquelle Elster propose une sorte de clarification formelle de la notion d’imputation causale proposée par Weber.

  • 33 Chez Elster, cette option interprétative passe par un rejet explicite de toute forme de réalisme mo (...)

60Leur point de départ initial est identique : ils refusent, l’un comme l’autre, toute interprétation ontologique des contrefactuels utilisés dans les explications historiques, et en proposent une interprétation strictement théorique33. Les alternatives contrefactuelles ne sont pas intéressantes en elles-mêmes et ne nous donnent aucun accès à des propriétés mystérieuses qui seraient sous-jacentes aux situations historiques. Elles ne supposent aucune option métaphysique ou morale préalable, mais renvoient uniquement aux auxiliaires conceptuels auxquels nous avons recours pour expliquer le cours des événements historiques. En ce sens, ils s’emploient, l’un comme l’autre, à dégager la connaissance historique de tout héritage théologico-métaphysique.

61Qu’en est-il de leur divergence supposée ? Elster pense que la description que Weber propose de la structure logique des imputations causales est trop vague, dans la mesure où elle ne précise pas de quelle manière on peut, à partir d’une situation historique donnée, identifier les reconstitutions contrefactuelles pertinentes pour les distinguer de celles qui ne le seraient pas. De là, c’est tout le raisonnement de Weber qui se trouve menacé dans la mesure où, en définitive, l’absence de critère clair permettant de définir la consistance historique d’un scénario donné ne permet plus de dire comment on identifie un développement causalement adéquat d’un développement qui ne le serait pas. Si aucune théorie ne permet de déterminer a priori le champ des possibles attribuables à une situation historique donnée, on ne voit alors plus quel critère nous permettrait de sélectionner parmi ces possibilités celles qui posséderaient une adéquation causale.

62La position de Weber est-elle aussi permissive que le suggère Elster ? Je crois avoir montré précédemment qu’il n’en est rien. Il y a bien, chez Weber, un principe de sélection permettant de déterminer a priori les possibilités objectives susceptibles d’être appliquées à une situation historique donnée. Ce principe, c’est l’idéaltype sous l’égide duquel se place le chercheur quand il cherche à évaluer l’efficacité causale d’un facteur donné. Envisager le capitalisme moderne comme un ensemble de pratiques sociales obéissant à un certain type de motifs (par exemple, comme un ensemble de pratiques qui visent la recherche d’un gain pour elle-même) exclut logiquement un certain type de genèses causales (par exemple, celles qui mettraient en avant des facteurs purement matériels comme certaines innovations technologiques, ou la présence d’une accumulation de capital). Le capitalisme moderne, en tant que processus historique défini de cette manière-là, ne pourrait avoir des causes de ce genre. Cela ne veut pas dire que certains facteurs matériels ne puissent, d’un autre point de vue, être causalement pertinents pour expliquer le développement de certains aspects du capitalisme ; mais, selon Weber, il faut alors admettre que nous ne considérons plus le processus sous les mêmes aspects, et que la signification historique que nous lui donnons ne peut plus être tout à fait la même.

63Au fond, le point de divergence entre Weber et Elster tient probablement à la manière dont le premier assume ce caractère partiel de la connaissance historique quand le second semble le rejeter. Elster admet volontiers qu’aucune description exhaustive de la réalité historique ne soit possible, qu’une description peut toujours être sous-spécifiée. Mais la conséquence qu’il en tire, c’est que nous devons renoncer, dans notre connaissance de l’histoire, au mirage d’un déterminisme intégral qui convergerait idéalement avec le déterminisme universel prévalant au niveau ontologique. Nous devons plutôt accepter le caractère relativement souple et indéterminé de nos théories historiques, qui écartent les facteurs non pertinents plutôt qu'elles ne permettent d’identifier une cause unique pour un phénomène ou un processus donné. La conclusion de Weber est, en un sens, plus radicale, car ce dernier nous invite à renoncer non seulement à toute forme de déterminisme nomologique, mais également à toute forme de déterminisme global. Il n’existe pas, dans le domaine des sciences de la culture de point de vue du tout (ou, ce qui revient au même, de point de vue de nulle part), à partir duquel, on pourrait s’efforcer de mettre une situation historique en perspective, sur le fond des alternatives contrefactuelles qui lui sont assignables. L’objectivité à laquelle peuvent prétendre les imputations causales en histoire et en sociologie, ce n’est pas celle qui serait liée à un tel point de vue ; c’est celle qui repose sur l’argumentation permanente en faveur de ce qui nous semble historiquement important, au vu des connaissances factuelles et nomologiques dont nous disposons à un moment donné. Elle suppose bien de renoncer à toute ambition nécessitariste, car les connaissances dont nous disposons nous portent effectivement à limiter la portée logique de nos imputations causales en les pondérant avec les alternatives contrefactuelles. Mais elle suppose aussi de renoncer à toute ambition théorique globale : toutes nos imputations causales – et avec elles, les connaissances historiques que nous sommes susceptibles de produire – sont toujours relatives à l’idéaltype dans la perspective duquel elles prennent sens.

64Cela ne signifie évidemment pas que la réalité elle-même serait relative à nos choix de perspectives : elle en est, au contraire, radicalement indépendante. C’est bien la réalité historique (c’est-à-dire la combinaison de données factuelles et, éventuellement, leur mise en forme quantitative) qui permet d’étayer nos hypothèses interprétatives et de mesurer la fécondité épistémique de tel ou tel idéaltype, ainsi que celles des perspectives qu’il est susceptible d’ouvrir sur certaines imputations causales.

65Si, pour conclure, les alternatives contrefactuelles ont toute leur place dans les explications que les sciences de la culture proposent des phénomènes et des processus historiques, ce n’est donc pas parce qu’elles constitueraient un objet ou même l’objet d’investigation de l’enquête historique par excellence. Je pense avoir montré qu’au sens strict, il n’y a pas d’histoire contrefactuelle. C’est plutôt parce qu’elles sont le signe du caractère fondamentalement compréhensif des imputations causales que nous établissons en histoire, de ce que toute imputation s’effectue sous l’égide d’un idéaltype particulier, et sur le fond des autres imputations possibles autorisées par cet idéaltype. Ce caractère compréhensif ne doit pas pour autant nous conduire à abandonner toute ambition théorique dans le domaine des sciences de la culture, mais plutôt à préserver nos théories des illusions héritées de lointains débats théologiques. De la même manière qu’on peut sérieusement douter de la possibilité d’une science moyenne en Dieu, on peut sérieusement douter de toutes les tentatives qui conduiraient à en proposer une version plus ou moins sécularisée.

Notes

1 Niall Ferguson (dir.), Virtual History. Alternatives and Counterfactuals, New York, Basic Books, 1999.

2 Ibid., p. 71 et sq.

3 Voir, par exemple, l’usage que Michèle Riot-Sarcey fait du concept benjaminien d’« à-présent » pour penser les virtualités politiques ouvertes par les révolutions de 1848, à ses yeux structurantes pour toute approche historique de notre modernité politique. Le Procès de la liberté, une histoire souterraine du XIXème siècle, La Découverte, 2016.

4 Voir, par exemple, les analyses de Stéphane Chauvier dans Le Sens du possible (Paris, Vrin, 2010) discutées ci-dessous.

5 Voir, à ce sujet, les réticences de E. H. Carr ou de Eric Hobsbawm, qui parlent de la « futilité » des raisonnements contrefactuels, réservés selon eux aux « historiens de salon ». Une telle réticence n’est sans doute pas étrangère au fait qu’ils se réclament, l’un comme l’autre, d’une historiographie marxiste, dans laquelle les « lois » du matérialisme, réduisent à pas grand-chose la part de contingence que seraient susceptibles d’introduire les décisions humaines.

6 Concernant l’aspect moral de la question du déterminisme, on peut faire l’hypothèse que c’est la question de la faisabilité individuelle ou collective de l’histoire qui a aujourd’hui remplacé celle du salut par les œuvres. Il s’agit désormais de savoir dans quelle mesure l’homme peut, à travers son histoire, maîtriser son destin (comme on dit) et dans quelle mesure la connaissance historique permet d’appuyer l’hypothèse selon laquelle il serait l’auteur ou, du moins le contributeur, de cette histoire.

7 Stéphane Chauvier, Le sens du possible, Paris, Vrin, 2010.

8 Aristote, Poétique, ch. 9, 51b8-9, cité par Chauvier, ibid. p. 125.

9 De ce point de vue, il existe indéniablement une continuité avec certains usages politiques de l’histoire dans la promotion des « romans nationaux » du xixe siècle à nos jours. L’ambiguïté du terme même de « roman » pointe le caractère fictif en partie assumé par ceux qui conservent à la connaissance historique cette fonction d’édification empruntée aux fictions romanesques.

10 Chauvier, op. cit., p. 125-126.

11 Je ne discuterai pas ici la pertinence de ces concepts d’un point de vue ontologique car tel n’est pas l’objet de cette étude, qui est consacrée uniquement aux effets d’occultation que des considérations ontologiques de ce genre me semblent produire sur la fonction logique et épistémologique des contrefactuels en histoire. J’indique simplement que, du point ontologique, les suggestions de Chauvier me semblent non seulement acceptables, mais également novatrices et très stimulantes.

12 Chauvier, op. cit., p. 136.

13 Chauvier la définit ainsi comme « le poids particulier que prennent les événements qui se sont produits lorsqu’on les confronte à leurs alternatives » (op. cit., p.137).

14 Max Weber, Essais sur la théorie de la science, traduit par Julien Freund, Presses Pocket, 1992, p. 144.

15 Ibid. p. 150.

16 Ibid., p. 151.

17 Je me permettrai toutefois, en passant, deux petites remarques sur ce point. Premièrement, on peut d’abord se demander si une telle caractérisation des sciences de la nature est tenable jusqu’au bout, dans la mesure où il semble de plus en plus clair qu’elles ne sauraient se passer entièrement du concept de causalité qui, longtemps délaissé comme une antiquité comparable au concept de « monarchie absolue » (dixit Russell), semble bien revenir au cœur des débats contemporains consacrés au rôle des dispositions et autres pouvoirs causaux dans les explications scientifiques. Deuxièmement, c’est sans doute cette valorisation wébérienne de l’imputation causale, faite au détriment de l’établissement de régularités nomologiques, qui permet de distinguer son programme épistémologique des approches proposées par les différentes formes de probabilisme historique, lesquelles s’inscrivent plutôt dans la perspective nomologique inspirée des sciences de la nature (cf. Cournot, mais aussi, sans doute, Musil…). Si, comme on va le voir, Weber a bien, lui aussi, recours à la notion de probabilité pour établir des hiérarchies entre les différentes possibilités objectives reconstituées par l’historien, c’est en un sens essentiellement logique et non au sens où elle serait susceptible de garantir une quelconque quantification ou un véritable calcul.

18 Précisons, une fois de plus, la signification purement épistémologique de ces termes. Il ne s’agit ici encore, ni d’une « destinalité » liée au caractère plus ou moins nécessaire de tel ou tel événement du point de vue ontologique, ni d’une quelconque épiphanie ontologique comme celle qu’on peut rencontrer dans certaines philosophies françaises de l’événement aujourd’hui (cf. Meillassoux et/ou Badiou…).

19 Ce livre de Jon Elster date de 1978 et présente un certain nombre d’analyses et de conclusions qu’il a abandonnées par la suite. Il n’est donc pas représentatif des positions actuelles d’Elster ; mais il me semble qu’il apporte, aujourd’hui encore, des éléments tout à fait intéressants sur les questions qui motivent cet article.

20 Jon Elster, Logic and Society, Wiley & Sons, 1978, p. 180-181.

21 Geoffrey Hawthorn, Plausible Worlds : Possibility and Understanding in History and the Social Sciences, Cambridge UP, 1991.

22 Ainsi, se demandant si l’occupation de la Corée du Sud par les USA en 1945 était inéluctable, Hawthorn préfère dire, en s’efforçant de reconstituer les différents scénarios contrefactuels possibles : « Ces hommes, à ce moment, dans les circonstances où ils se sont trouvés, avec les informations dont ils disposaient alors, auraient pu agir différemment en août 45, avant de prendre pied sur le sol de la Corée. Mais une fois débarqués, il n’était plus possible pour eux d’agir d’une manière différente de celle qu’ils ont suivie. » (Ibid., p. 121).

23 Ibid., p. 37.

24 Ibid., p. 166.

25 Weber, op. cit., p. 152-3.

26 Weber, ibid., p. 63.

27 On remarquera ici une certaine analogie entre les positions développées par Weber et celles défendues, en d’autres temps et dans un autre contexte, par Leibniz, hostile à toute situation d’équilibre réel.

28 En l’occurrence, il s’agit des analyses développées en cliométrie à la suite des travaux de Fogel dans les années 1960. Voir, par exemple, Robert W. Fogel, Railroads and American Economic Growth: Essays in Econometric History, The Johns Hopkins UP, 1964.

29 Elster considère également que, pour faire l’objet d’un traitement théorique rigoureux, une situation historique doit pouvoir être modélisée comme un ensemble défini de variables, susceptibles de prendre un ensemble de valeurs également définies de manière exhaustive (Elster, op. cit., p. 182). C’est en effet à cette condition que les possibilités contrefactuelles peuvent être formulées dans les termes qui sont ceux de la sémantique des mondes possibles, telle qu’elle a été développée sous des formes diverses à la suite de Kripke et de Lewis. Si une telle analyse est évidemment absente des travaux de Weber, il ne me semble pas qu’il s’agisse là d’une divergence fondamentale entre ceux-ci et ceux d’Elster. En effet, je crois qu’on pourrait, sans trop de difficulté, réussir à interpréter les idéaltypes utilisés par Weber comme des modèles susceptibles de faire l’objet d’un traitement formel équivalent à celui proposé par Elster. Après tout, ces idéaltypes sont eux-mêmes définis par certaines caractéristiques parfaitement définies, et rien n’empêche de penser leur combinaison à partir d’une théorie dynamique de genre de celle que suggère Elster.

30 Elster, op. cit., p. 185.

31 Pour prolonger cette analyse, on remarquera qu’elle suggère que la notion d’efficacité causale d’un facteur ne doit pas être réductible à un effet déterminé unique. La notion de pouvoir causal suppose ainsi sans doute, d’un point de vue logique, l’idée d’une efficacité persistant à son exercice, ce qui, au passage, la rend probablement irréductible à toute analyse exhaustive en termes de contrefactuels. C’est sur une analyse de ce genre de la causalité à l’œuvre dans l’histoire que pourrait se greffer une réflexion sur le statut ontologique du devenir historique. Contrairement à celles que nous avons présentées dans la première partie, une telle analyse semble en effet plus en prise sur le genre d’explication que nous produisons en histoire et, du même coup, plus conforme à l’idée d’une ontologie respectueuse de l’état actuel de nos connaissances.

32 Il y a, dans cet argument, une certaine analogie avec ce que Geach désignait ironiquement comme des « changements purement cambridgiens », par quoi il visait la propension de certains de ses collègues à penser le changement en termes purement logiques, sans transformations réelles. La critique n’est pas neuve et remonte au moins au fameux exemple du Théétète de Platon. De ce que Théétète a grandi et est devenu plus grand que Socrate, on ne peut pas vraiment dire que ce dernier, s’il est effectivement devenu plus petit que Théétète, ait connu un changement réel. De tels changements purement « logiques » n’appellent évidemment aucune explication causale, et renvoient uniquement à des règles grammaticales portant sur l’usage de nos prédicats.

33 Chez Elster, cette option interprétative passe par un rejet explicite de toute forme de réalisme modal, ainsi que par une critique afférente de l’usage que David Lewis fait de la notion de « monde possible » pour déterminer les conditions de vérité d’un énoncé contrefactuel. Contre l’idée selon laquelle la valeur de vérité d’un énoncé contrefactuel dépendrait de la totalité d’un monde alternatif, Elster préfère s’en tenir à une conception selon laquelle la notion de monde possible n’a de sens que si elle est appliquée à nos théories, et non à des entités métaphysiques mystérieuses. Selon lui, les mondes possibles renvoient plutôt aux structures que décrivent nos théories (lesquelles relèvent davantage de propositions relatives à des « squelettes » possibles de notre monde) plutôt qu’à des mondes complets proprement dit. En ce sens, toutes les simulations et expériences de pensée contrefactuelle que nous pouvons opérer se font, selon Elster, sous l’horizon des théories dont nous disposons à un moment donné, et non sous celui, métaphysique, d’une infinité de mondes possibles comme c’est le cas chez Lewis.

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter