Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire, les causes et les possibles

 | 
Jean-Matthias Fleury

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 L’intégralité de cette conférence, co-écrite et prononcée à deux voix avec Isabelle Drouet, est dis (...)

1Les textes qui suivent sont issus de trois interventions prononcées dans des circonstances et des cadres relativement différents, ce qui explique entre eux certaines différences de densité et de construction que le lecteur ne manquera pas d’observer. Le premier a été prononcé au Collège de France en 2012, dans le cadre d’un séminaire que j’avais co-organisé avec Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, et qui était consacré aux différents usages du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales. Le second reprend une conférence prononcée à Arras en janvier 2015, dans le cadre d’une journée de formation à destination des enseignants du secondaire, co-organisée par les Inspections d’histoire et de philosophie de l’académie de Lille à l’occasion des commémorations du déclenchement de la guerre de 1914. Pour la version dans laquelle on le lira ici, il a été largement remanié et enrichi de plusieurs passages d’une troisième intervention, consacrée, elle, à l’idée de déterminisme probabiliste en histoire, et qui avait été prononcée dans le cadre des Rencontres philosophiques de Langres en septembre 20141.

2Si les deux études finalement publiées ici obéissent donc à des motifs et à des cadres de réception sensiblement différents, elles relèvent toutefois d’un certain nombre d’interrogations communes, qui portent sur le rôle et sur le statut de la notion de possibilité dans les explications historiques. Dans la première, il s’agit de préciser en quoi l’enquête historique, lorsqu’elle vise à déterminer les causes d’un événement ou d’une situation, implique de formuler les alternatives disponibles au moment où s’est produit cet événement ou cette situation, et ce, même si ces alternatives ne se sont finalement pas réalisées. Dans la seconde, il s’agit d’examiner l’hypothèse selon laquelle le déroulé des événements ou des situations historiques procéderait de possibilités de nature statistique, c’est-à-dire de certaines probabilités.

3Les deux études proposent ainsi, à partir de deux approches différentes, une analyse critique de la notion de déterminisme historique, en essayant de montrer comment les causes qui sont à l’œuvre en histoire échappent toujours aussi bien à la nécessité stricte qu’au hasard absolu, auxquels la plupart des philosophies de l’histoire, fussent-elles antagonistes, cherchent souvent à les réduire.

  • 2 Pour une présentation panoramique des différents enjeux de l’histoire contrefactuelle aujourd’hui, (...)

4Dans la première étude, il est ainsi question de la manière dont certains historiens et philosophes s’efforcent aujourd’hui de repenser la recherche des causes en histoire à partir d’alternatives contrefactuelles, c’est-à-dire à partir des possibilités non advenues du passé2. Le lecteur y trouvera une présentation des différentes interprétations contemporaines de ces histoires alternatives, présentation organisée à partir des analyses épistémologiques de Max Weber sur le concept de possibilité objective. S’y trouvent discutées un certain nombre de confusions récurrentes auxquelles conduit fréquemment l’usage incontournable, quoique souvent implicite, des contrefactuels dans l’explication historique. En particulier, j’essaie de montrer comment la signification logique et épistémologique de ces possibilités non advenues du passé doit être soigneusement distinguée des interprétations ontologiques que beaucoup d’auteurs sont tentés d’en extrapoler. Je propose également de mettre en perspective ces débats contemporains à partir des controverses métaphysiques et théologiques plus anciennes inspirées, au xviie siècle par la notion de « science moyenne » et au xixe par celle d’« uchronie ».

5La seconde étude développe une analyse du rôle explicatif et de la signification des possibilités statistiques en histoire, en s’appuyant sur les conceptions probabilistes proposées par Robert Musil. À partir d’une réflexion sur les vertus pédagogiques supposées des pratiques de commémoration, j’y examine la question de savoir dans quelle mesure la place que la connaissance historique doit ménager aux explications causales statistiques invite à réévaluer l’importance des leçons pratiques que nous pouvons éventuellement en tirer. Il s’agit alors de faire droit, à partir d’une épistémologie de la connaissance historique rigoureuse, au rôle spécifique joué par le hasard en histoire, sans renoncer en rien aux exigences de l’explication causale, sur laquelle repose selon moi cette connaissance spécifique. Ainsi la fin de cette seconde étude emprunte à Jon Elster un certain nombre d’analyses permettant de montrer en quel sens le déterminisme statistique proposé par Musil peut être articulé à une forme de causalité mécaniste propre aux conduites humaines.

6Ces deux approches, même si elles semblent procéder d’enjeux différents, sont en réalité complémentaires. Alors que les analyses wébériennes ménagent une place de choix aux motifs et aux raisons humaines dans l’explication causale en histoire, celles de Musil insistent au contraire sur le caractère hasardeux (quoique déterminé) et impersonnel des régularités causales que l’historien découvre au cours de son enquête. Il n’est pas nécessaire de voir ici une contradiction entre ce qui serait, d’une part, une conception volontariste soucieuse des possibilités d’action humaine dans l’histoire et, de l’autre, une conception quiétiste et désenchantée interdisant toute forme d’efficacité significative aux décisions humaines. En réalité, ces deux approches ont en commun de rejeter hors des explications historiques tout recours aux notions de hasard pur ou de nécessité stricte pour essayer, au contraire, de préciser la manière dont les explications historiques peuvent rendre compte du type de contrainte intermédiaire que nous rencontrons réellement dans nos pratiques. À la fois beaucoup moins hasardeuses et beaucoup moins nécessaires que ne le supposent habituellement la plupart des philosophies de l’histoire, nos conduites s’inscrivent dans un horizon de motifs et de raisons ouvert, mais pas infini, et obéissent à des contraintes de nature statistique bien réelles, quoique non nécessitantes. C’est cet espace propre aux déterminations historiques que nos explications doivent s’efforcer de restituer et qui constitue le champ spécifique de la connaissance en histoire, laquelle doit se garder de céder aux tentations symétriques de la réduction indéterministe et de la réduction nomologique.

7Les deux approches présentées dans ce livre se tiennent ainsi également à distance de toute conception fataliste ou héroïque de l’histoire. Elles développent une critique acérée de toutes les formes de nécessitarisme historique qui cherchent, à tort, à subsumer les conduites humaines sous des lois de l’histoire introuvables, en même temps qu’elles rejettent toutes les conceptions qui font des agents historiques des sortes de héros dont l’efficacité reposerait toute entière sur la force de leur volonté, sublimée dans le déni des déterminations sociales auxquelles ils sont en réalité soumis comme n’importe qui d’autre. De manière plus générale, elles invitent à reconsidérer l’idée selon laquelle les hommes seraient les seuls auteurs de leur histoire, comme s’ils possédaient, au moment de chacune de leurs décisions, la capacité intacte de « faire l’histoire », sans avoir à prendre en compte les contraintes héritées du passé, qu’il s’agisse de leur histoire personnelle ou de l’histoire collective dans laquelle elle s’insère.

8L’analyse précise de la manière dont les explications historiques doivent, dans leur forme logique, prendre en compte le rôle des possibilités non advenues ou latentes qui contraignent, dans les faits, l’ensemble de nos comportements, invite donc en définitive à une forme de plaidoyer en faveur de l’intelligibilité proprement historique de nos pratiques individuelles et collectives. Réduire nos pratiques à de simples illustrations de lois d’airain ou à des manifestations plus ou moins lyriques du triomphe de la volonté constituent en réalité les deux faces d’un même déni de l’histoire, de l’étendue et de la signification des contraintes bien réelles qu’elle constitue à chaque moment de notre existence, sans annuler pour autant nos marges d’action ou de décision, lesquelles sont tout aussi réelles que les contraintes à l’intérieur desquelles elles s’exercent.

9En ce sens, la réflexion proposée ici sur le déterminisme historique et la manière dont il exige de prendre en compte le rôle explicatif spécifique des possibilités (qu’il s’agisse des possibilités non advenues ou des possibilités statistiques disponibles dans une situation donnée) ne se réduit pas à une analyse abstraite de la causalité en histoire. Elle invite d’emblée à mesurer à la fois l’effectivité du rôle que peut jouer notre liberté aujourd’hui comme hier, en même temps que les limites sans lesquelles cette liberté perd simplement toute signification.

Notes

1 L’intégralité de cette conférence, co-écrite et prononcée à deux voix avec Isabelle Drouet, est disponible en format audio à l’adresse suivante : http://eduscol.education.fr/pid26573/webtv.html?mode_player=1&theme=437&video=363563#webtv_titre

2 Pour une présentation panoramique des différents enjeux de l’histoire contrefactuelle aujourd’hui, voir Quentin Deluermoz & Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2106.

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter